Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Pèlerinages populaires à Hama

Entrées d'index

Géographique :

Syrie, Hama

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans BEO, n° I, 1931, p. 137-152

Texte intégral

1Il existe à Hama, comme dans toutes les villes musulmanes, un grand nombre de petits sanctuaires contenant ordinairement une tombe où les gens du peuple se rendent afin de demander à la Providence des grâces particulières. Le nom le plus courant de ces lieux sacrés est mazār (pluriel mazārāt), ou ziyâra. On les appelle parfois welî, beaucoup plus rarement zâwiya. Le nom de qubba, fréquent en Afrique du Nord, est à peu près inusité ici dans ce sens.

  • 1 L. Massignon, Pèlerinages populaires à Bagdad (in Revue du monde musulman, VI-XIII, p. 641, décembr (...)

2Si l’on rencontre assez souvent dans la campagne environnante des sanctuaires qui présentent le caractère très net de survivances païennes, dans la ville elle-même, les mazārāt semblent n’abriter aucun culte hétérodoxe. Ils sont de simples illustrations « des doctrines philosophiques qui ont développé la théorie de la tawalli (awliâ, amis de Dieu) coranique, jusqu’à en faire une espèce de noboûwat (élection prophétique, prédestination) à l’imitation de la taqdis (sainteté) chrétienne »1.

3Nous noterons ici quelques-uns des plus caractéristiques parmi les nombreux exemples de survivances païennes que nous avons rencontrés dans la région de Hama, afin de mieux faire ressortir par contraste l’allure strictement orthodoxe des mazārāt de la ville.

Fêtes de printemps

  • 2 Sur Zayn al-‘ābidīn, voir šayḫ Aḥmad Ṣābūnī, Ta’rīḫ ḥamā, Hama 1332 H., p. 59 et Ibn Ḫallikān (trad (...)

4La plupart des welî qui se trouvent dans les villages des alentours de Hama sont le lieu de réjouissances particulières au printemps. À Mḥârde, à Kafr Buhum, à Šêzar, à Kafr Zîtā, les villageois se rendent en grande cérémonie aux tombes vénérées, y égorgent des moutons (parfois des chats, comme à Mḥârde), puis chantent et dansent des debke. L’exemple le plus intéressant de ces manifestations est fourni par le maqâm Zayn al-‘Ābidîn qui se trouve sur un haut-lieu à deux heures d’auto de Hama (photo 1). Les Alaouites de la région se réunissent là chaque année, avant les moissons, depuis le 4 avril jusqu’à la fin du mois. Ils pensent que ce pèlerinage a la même valeur que le le ḥajj rituel à la Mecque2.

Culte des sources

5Sqêlbiye, au Nord-Ouest de Hama, renferme un mazār anonyme, connu sous le titre de ‘Ayn el-bârde. Les gens viennent de tous les villages de la contrée y prier pour les malades ou pour la réussite d’affaires difficiles. Le 9 mars du calendrier grec (fête des Quarante Martyrs), on porte au mazār des gâteaux qui sont ensuite distribués aux pauvres. Les femmes se pressent autour de la source sacrée et s’enduisent la figure et les bras avec la boue qu’elle contient.

Culte des pierres

  • 3 Sur le tombeau de Ja‘far aṭ-Ṭayyâr, cf. Brûnnow et Domaszwski, Provincia Arabia, I, p. 105.

6À Tell Durra, à 25 kilomètres Est de Hama, le maqâm Ja‘far aṭ-Ṭayyâr3 nous présente une survivance du culte des pierres. Il n’y a là ni coupole ni zâwiya, mais un amas de pierres sur des vestiges de constructions anciennes : si un villageois ose prendre une pierre et la porte au village, le welî sort la nuit suivante, vient étrangler le voleur et rapporte la pierre à sa première place. On m’a cité par leurs noms deux victimes récentes du welî.

Culte du serpent

7À 5 kilomètres de Salamiye, une coupole à demi-ruinée et cachée sous les ronces, connue sous le nom de maqâm Faraj, abrite, dit-on, un gigantesque serpent couvert de poils. Pour guérir un malade de la folie, on l’enferme pendant quatre jours dans une petite salle attenant au tombeau. L’été, bédouins et paysans ismaïliés y viennent demander la baraka pour leurs troupeaux. Dans tous les cas, lorsqu’on fait un sacrifice au maqâm Faraj, on consomme une partie seulement de la victime. L’autre partie est abandonnée sur les lieux pour le serpent sacré qui vient la chercher pendant la nuit du vendredi.

Culte du vent

8À Jeddû‘a, à 20 kilomètres de Salamiye, se trouve le mazār de Šeyḫ Rîḥ. On vient l’honorer avant les moissons pour se concilier les vents favorables au battage des grains. On ne lui sacrifie jamais de moutons, mais des poulets.

  • 4 Depont et Coppolani, Les confréries religieuses musulmanes, Alger 1897, p. XII.

9Culte de la source ou culte des hauts lieux, culte des pierres ou culte du serpent, ces différentes manifestations, dont nous aurions pu multiplier les exemples, s’opposent nettement à la dévotion plus élevée que nous allons rencontrer autour des mazārāt de Hama. Cette opposition ne s’explique pas seulement, croyons-nous, par l’ignorance des paysans : le niveau intellectuel moyen des citadins de Hama n’est pas très supérieur à celui des villageois. Peut-être faudrait-il voir là la conséquence d’un peuplement différent. Hama est une grosse ville musulmane placée au centre d’une région où l’on rencontre d’importants groupes alaouites, chrétiens et ismaïliés. Rien d’étonnant donc à ce que la ville nous offre, avec une austérité qu’accroît le voisinage d’éléments incroyants, la pure doctrine de la tawallî, concession nécessaire à l’instinct populaire du culte des morts. Il convient de remarquer d’autre part que Hama ne présente absolument rien de comparable à ce culte maraboutique de l’Afrique du Nord « qui a plongé dans une sorte d’anthropolâtrie le croyant simpliste et incapable d’abstraire l’idée du monothéisme de son prophète »4.

10Les mazārāt de Hama semblent donc purs de tout paganisme. Nous allons décrire ci-dessous chacun des sanctuaires principaux. Cependant, pour éviter des redites, nous résumerons tout d’abord les usages qui sont communs à la plupart d’entre eux.

  • 5 Cf. W. Marçais, Textes de Takrouna, Paris, Leroux 1925, p. 306-307 et Wellhausen, Reste arab. Heind (...)
  • 6 Cf. Wellhausen, Reste arab. Heidentums, 2e éd. 1927, p. 56.

11Le welî de Hama est visité en toute saison et chaque jour de la semaine, sans distinction. Tout au plus peut-on noter que les visites sont plus nombreuses le vendredi et à la veille des fêtes musulmanes. Les grâces demandées ordinairement sont la guérison de la fièvre, le retour d’un absent, la fécondité d’une femme. Pour obtenir la protection du saint, on baise la tombe sur les quatre faces, puis sur les quatre petites boules qui ornent de coutume les coins du cénotaphe5. On se contente parfois de baiser les petites boules. Après quoi, on récite la fâtiḥa et on formule le vœu. Il va de soi que les femmes en état d’impureté rituelle ne peuvent rien obtenir du welî6. Lorsque la tombe se trouve dans une mosquée, les femmes accrochent souvent dans le miḥrâb un petit sac contenant des grains de chapelet. Elles l’y laissent un certain temps afin de lui conférer une grâce spéciale.

12Pour protéger les enfants, on leur donne souvent le nom d’un welî. Les plus courants à Hama sont Ma‘rūf, ‘Alwān, ‘Abd el-Qâder, Ḫoḍr, Uways. Si l’enfant tombe malade, ou récite sur lui la fâtiḥa et l’on s’écrie : « Yâ šayḫ Ma‘rūf, ḫalleṣ Ma‘rūfak », ou encore : « Išfî Ma‘rūfak ».

  • 7 Cf. Marçais, op.cit., p. 303.

13Cependant, il n’est pas d’usage d’opérer auprès des tombeaux les cérémonies à rites de passage dangereux, telles que la circoncision ou la première coupe de cheveux7.

  • 8 Cf. Marçais, op.cit., p. 215.

14Si la grâce demandée a été obtenue, le bénéficiaire allume de petites lampes à huile d’olive qui se trouvent dans la zâwiya. Si la grâce a été d’importance et si le bénéficiaire en a les moyens, il illumine la qubba du côté de la rue, afin de faciliter le passage pendant la nuit. Il est également d’usage d’offrir au welî des drapeaux, blancs ou verts, portant la šahâda incrite sur leurs plis8. Il ne faut pas croire cependant que tous les drapeaux qui se trouvent dans les coupoles de welî soient des ex-votos : un grand nombre d’entre eux ne sont que les emblèmes de confréries de soufis qui les déposent là et les sortent en grande pompe lors de leurs fêtes rituelles.

15Dans l’exposé qui suit, nous distinguerons successivement, parmi les mazārāt de Hama, trois groupes définis : d’abord les prétendus tombeaux de prophètes bibliques ; puis les quelques pèlerinages où la dévotion actuelle semble recouvrir des survivances païennes ; enfin, le groupe qui se rapporte, avec plus ou moins d’authenticité, à des personnages de l’époque musulmane.

16La faible importance des deux premiers groupes comparés au dernier met bien en évidence, croyons-nous, les remarques avancées ci-dessus.

I. Les prophètes bibliques

  • 9 Cf. pour Bagdad, Massignon, loc. cit., p. 640.

17Hama n’est pas riche en tombeaux de ce groupe, si on la compare avec Bagdad9 ou Damas. On peut citer cependant

  • 10 Les plans qui illustrent le présent travail nous ont été aimablement communiqués par M. Sauvaget qu (...)

181. Tombeau de Yûnus – Il est situé dans la mosquée el-Ḥasaneyn, à l’entrée du quartier Medîe (voir fig. 1)10. L’opinion populaire, sans se prononcer nettement sur Yûnus en fait un prophète antérieur à Moïse. Une petite inscription datée de 1130 H. (1718 C.) note que le mazār a été restauré par Abdallâh er-Râšed.

  • 11 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, Ta’rīḫ ḥamā, p. 163.

192. Tombeau de Ḥâm – Il se trouve dans la petite mosquée qui en porte le nom aujourd’hui et qui est située dans le quartier Bāšūra, au pied de la citadelle. Le prophète aurait révélé lui-même, au cours d’une apparition, l’identité de la tombe qui était inconnue11.

  • 12 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 162.

203. Maqâm Dāwūd – On dit que, se rendant en Ǧezîre, le prophète Dāwūd s’arrêta en cet endroit, situé au quartier Bā·ūra, dans une maison qui appartient à la famille Ṭorn12.

Fig. 1 – Tombeau de Yûnus

Fig. 1 – Tombeau de Yûnus

II. Mazārāt anonymes

211. el-Mġêlī – La tombe connue sous ce nom se trouve au quartier Ja‘âbra, au milieu d’un grand terrain vague, entre deux mûriers qui présentent tous les caractères d’arbres sacrés (photo 3). Soucieuse de purifier les croyances populaires, l’opinion des savants essaye de faire de Mġêlī la nisba d’un šeyḫ Mohammad. Le Qāmûs de Firūzābādī qu’ils invoquent, indique deux sources possibles - a) une ville du Maroc, près de Fez, patrie d’éminents jurisconsultes religieux ; b) une tribu du Maghreb.

22Il va sans dire que ces interprétations sont de pure fantaisie. Le nom du welî doit être rapproché beaucoup plus simplement du mot mūġul (crampe d’estomac). Le welî, en effet, passe pour guérir les animaux atteints de cette maladie, particulièrement les chevaux qu’on amène paître dans le terrain vague qui environne la tombe.

232. El-‘Aṣāfïrī : Une coupole dans un jardin du quartier Bārūdī abrite cette tombe peu fréquentée. Le welî est un protecteur des cultures contre les déprédations des oiseaux ‘aṣāfīr).

III. Tombes musulmanes

24Ahl el-Madraj – On appelle ainsi douze mazārāt situés tous dans le quartier Bāb el-Balad. Pour être guéri de la fièvre, il faut les visiter tous, dans un ordre indifférent et réciter auprès de chacun d’eux la fâtiḥa. Les plus célèbres sont les quatre suivants :

  • 13 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 48.

251. Ṣārem ed-Dîn en-Nābulsī – Ce sanctuaire a été démoli en 1912 par le mutessarif turc Nāzim Efendī, qui voulait le restaurer. Il y avait là un cénotaphe et des colonnes anciennes, mais pas d’inscriptions13. On continue d’ailleurs à se rendre en pèlerinage aux vestiges. Ṣārem ed-Dîn aurait été un prince de Hama, d’après šayḫ Aḥmad Ṣābūnī, qui d’ailleurs ne lui donne pas la nisba en-Nâbulsī, attestée par la tradition populaire, mais l’appelle Ṣârem ad-Dîn Uzbek.

262. Šeyḫ Muḥammad – La coupole de 4 mètres de diamètre qui abritait la tombe et datait, dit-on, de Saladin, a été rasée en 1929. Muḥammad Nahar aurait été un compagnon d’armes de Saladin.

273. Šeyḫ Suweyd – Autre « compagnon de Saladin ». La coupole qui menaçait ruine a été démolie en 1930. C’est un des mazārāt les plus fréquentés.

  • 14 Cf. Brockelmann, Gesch. d. arab. Liler., I, 196.
  • 15 Sur le pèlerinage à la tombe d’Abū Leyṯ, cf. Bianchi, Itinéraire de Constantinople à la Mecque (Rec (...)

284. Abū Leyṯ es-Samarqandī – Tombeau du fameux jurisconsulte hanéfite du VIe siècle H.14. Le cénotaphe est situé sous une coupole attenant aux maisons voisines. Au-dessus de la fenêtre se trouve une inscription de restauration de 1306 H. (1889). Pendant la grande guerre, des pèlerins de Samarkand y sont venus faire des dévotions dont le souvenir est demeuré vivant dans le voisinage. Le māzār est très fréquenté, même par des hommes. Les waqfs qui servaient à l’entretien ont été dilapidés15.

  • 16 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 135-137. Peut-être faut-il rapprocher šayḫ ‘Alwān de sīdī El-‘Alwān (...)
  • 17 Op.cit., t. II, p. 333, 3.

295. Šeyḫ ‘Alwān – Tombeau d’Abū Muḥammad ‘Alī ibn ‘Aṭiya, surnommé ‘Alwān16. Philosophe et savant célèbre à Hama (877-936 H. = 1472-1572 C.), il était d’une famille originaire de Ḥît et a encore aujourd’hui de nombreux descendants. Il eut une vie laborieuse et ascétique, fut wâ‘iẓ et mufti de la ville. Il forma de nombreux élèves et laissa une œuvre importante de mystique et de jurisprudence. On trouvera la liste de ses ouvrages dans le manuel de Brockelmann17 ; il convient d’ajouter à cette liste les œuvres suivantes :

  • Šarḥ ‘aqîdat aš-Šaybânî al-musammâ al-Ma‘ânî bi at-Tawḥîd ;

  • Šarḥ at-Tâ’iyya al-kabîra li-Ibn al-Fâriḍ ;

  • Šarḥ at-Tâ’iyya li-Ibn Ḥabîb aṣ-Ṣafadî.

30La famille de šeyḫ ‘Alwān déclare posséder par ailleurs des manuscrits inédits, affirmation que le défaut d’appareil bibliographique suffisant nous a interdit de contrôler.

31Le tombeau de šeyḫ ‘Alwān se trouve dans une petite mosquée située au quartier ‘Alīliyāt (fig. 2).

32

Fig. 2 – Šeykh ‘Alwān

Fig. 2 – Šeykh ‘Alwān

33Au-dessus de la porte qui donne accès à une première cour, une inscription en neskhi ottoman (petits caractères) est ainsi rédigée :

هذا مقامُ قدوة الأولياء

علوان قطب السادة العارفين

قد شاده المحمود من آله

باباً عظيم الأنس للداخلين

يا تالياً تاريخه بالعهد

إنَّا فَتَحْنَا لَكَ فَتْحاً مُبِينَ

Ceci est le maqâm de l’idéal des saints, ‘Alwān, l’axe des savants.
Dieu a fait de lui, au milieu de sa famille, une porte pleine d’amitié pour ceux qui la franchissent.
Ô toi qui lis sa date en étant dans la bonne voie, Nous t’avons accordé une victoire évidente (C. 84, 93).
Année 1975 (1858-59).

34Dans la seconde cour de la mosquée, un rosier rouge et un rosier blanc dont les fleurs, d’après une gracieuse tradition, guérissent les maux de tête.
Sur la grille de la fenêtre, on trouve les inscriptions suivantes :

شبّاك علوان قطب الاولياء له
فخر علا في سما (؟) المجد والشرف

(Ceci est) la grille de ‘Alwān, l’axe des welî, à lui
un éclat particulier dans le ciel de la gloire et de l’honneur.

35Cette inscription est encadrée de quatre médaillons à peu près indéchiffrables (fig. 3).

Fig. 3 – Šeykh ‘Alwān : grille à inscription

Fig. 3 – Šeykh ‘Alwān : grille à inscription

36À gauche de la salle de prière, deux coupoles couvrent une salle, séparée de la première par une cloison de bois. Sous les coupoles, sont disposés parallèlement à la tombe du welî dix cénotaphes de la famille ‘Alwān.

37Au-dessus de la porte qui fait communiquer la salle de prière et celle des tombeaux, sont accrochées deux inscriptions sur bois :

زر قبر هذا الولى تظفر بما ترم

فانّه في رجال الله كالعلم

علوان غوث بلاد الله اجمعها

شمس النهار وبدر في دجى الظلم

كم ضارع عند هذا القبر بلّغ

رب السما فله (؟) المأمول من قسم

فزره واصدق ولذ من غير تجربة

فهو المجرَّب بين العرب والعجم

Visite la tombe de ce welî, tu auras ce que lui voudras, car il est parmi les hommes de Dieu comme un étendard.
‘Alwān est le secours de tous les pays de Dieu, le soleil du jour et la pleine lune des ténèbres.
Combien de solliciteurs près de cette tombe dont le Dieu du ciel a réalisé les désirs.
Visite-le et crois en lui et fais appel à sa protection sans l’éprouver, parce qu’il est déjà éprouvé chez les Arabes et les étrangers.

38La seconde inscription nous apprend ce qui suit :

لذا بشمس الوقت علام الزمان

كتف جود ذي اعتصام وامتنان

ولقد حاذ المعالي كلها

ورقى معراج كشف في امان

وانا هيك به من مرشد

اهل جذب ثم سلب وافتتان

فانله برد عفو دائماً

وأسلك الله به اعلى الجنان

Réfugie-toi près du soleil du temps, savant du siècle, asile de générosité, protecteur et bienfaiteur.
Il a remporté toutes les places élevées, il s’est élevé en paix à l’escalier de la vérité.
Il te suffit qu’il est un bon conseiller qu’il est attiré vers le ciel et près de l’amour de Dieu.
(Ô Dieu) accorde-lui toujours un habit de pardon et élève-le au plus haut degré du paradis.

39

Photo 1 – Maqām Zayn al-‘Ābidīn

Photo 1 – Maqām Zayn al-‘Ābidīn

Cliché R. Montagne

40

Photo 2 – Sīdī ‘Abdallah ; Photo 3 – El-Mġelī

Photo 2 – Sīdī ‘Abdallah ; Photo 3 – El-Mġelī

41Les femmes du quartier se réunissent dans la mosquée šeyḫ ‘Alwān le mercredi, après être allées au bain, et font des ḏikr.

42Une femme qui soupçonne sa voisine de lui avoir dérobé quelque chose amène celle-ci près du tombeau de šeyḫ ‘Alwān et lui fait prêter serment : si la personne suspecte a commis un mensonge, le welî lui casse les bras et les jambes.

436. Eš-Šīrāzī – Ce tombeau que le peuple appelle par métathèse courante as-Sīrājī, se trouve dans le quartier ‘Alīliyāt, non loin de la mosquée de ‘Alwān. Une inscription de restauration au-dessus de la porte d’entrée est datée 1328 H. À cette date une dame de la famille ‘Aẓm, ayant perdu un fils unique, avait projeté d’élever là une mosquée et d’y enterrer son fils près du welî.

447. Šeyḫ ḪallūfMazār peu visité, dans le quartier Seḫḫâne.

458. El-Birmāwī – Une coupole dans les jardins du quartier el-Jarâjme abrite ce welî obscur. Pas d’inscriptions.

469. Es-Sālūsī – Mazār, également obscur, au quartier el-Jarâjme.

4710. El-Muẓaffar – Ce tombeau célèbre se trouve dans une annexe Ouest de la grande mosquée, au quartier el-Medîne. En restaurant la coupole, en 1920, on a trouvé deux squelettes, dont un d’enfant que l’on croit être celui du fils d’al-Muẓaffar. Le cénotaphe comporte deux couvercles en forme de dos d’âne, posés sur une caisse unique. Le couvercle Nord porte cette inscription, sculptée sur bois en beaux caractères :

بسمله. أمر بعمل هذا الضريح المبارك مولانا السلطان الملك المظفَّر
العالم العادل المجاهد المرابط المثاغر المؤيَّد المظفَّر المنصور تقي الدنيا
والدين ابي الفتح محمود بن السلطان الملك المنصور ناصر الدنيا
والدين ابي المعالي محمد بن السلطان الملك المنصور تقي الدنيا
والدين ابي الفتح محمود بن السلطان الملك المنصور ناصر الدنيا
والدين ابي المعالي محمد بن السلطان الملك المظفَّر تقي الدنيا
والدين ابي الفتح عمر بن شاهان شاه بن أيوب أعزَّ الله أنصاره
وضاعف اقتداره وأعلا مناره وذلك في العشر الأوَّل من شهر شوال
سنة ثلاث وثمانين وستمائة

Au nom... À ordonné de faire cette tombe (que Dieu la bénisse !) notre maître le sultan al-Malik al-Muẓaffar, le docte, le juste, le champion de la guerre sainte, l’assidu des ribâṭ, le défenseur des frontières, l’aidé de Dieu, le vainqueur, le victorieux, Taqiy ad-Dunyâ wa ad-Dîn Abu al-Fatḥ Maḥmûd, fils du sultan al-Malik al-Manṣûr Nâṣir ad-Dunyâ wa ad-Dîn Abû al-Ma’âlî Muḥammad, fils du sultan al-Malik al-Manṣûr Taqiy ad-Dunyâ wa ad-Dîn Abû al-Fatḥ Maḥmûd , fils du sultan al-Malik al-Manṣûr Nâṣir ad-Dunyâ wa ad-Dîn Abû al-Ma‘âlî Muḥammad, fils du sultan al-Malik al-Muẓaffar Taqiy ad-Dunyâ wa ad-Dîn Abû al-Fatḥ ‘Umar, fils de Šâhân-Šâh, fils d’Ayyûb (que Dieu glorifie ses victoires, qu’il augmente sa puissance et qu’il élève sa lumière!). Et ceci dans la première décade du mois de Šawwâl de l’année 683 (11-21 décembre 1284).

48Le couvercle Sud porte cette inscription :

بسمله. هذا الضريح المبارك ضريح السلطان الملك المظفَّر تقي الدين
محمود سقى الله ساكنه صوب رحمته وعوَّضه عمَّا سلب من نعمه
(و)رضوانه ومغفرته وجعل قصر مدَّته في الدنيا سبباً لخلوده في
جنَّته بمحمد وآله وذريَّته توفي الى كرم الله ورضوانه في ثاني عشر
ذي القعدة المبارك سنة ثمان وسبعين وستمائة

Au nom... Cette tombe (que Dieu la bénisse !) est celle du sultan al-Malik al-Muẓaffar Taqiy ad-Dîn Maḥmûd (puisse Dieu verser sur celui qui l’habite la pluie bienfaisante de sa miséricorde, en échange de ce qu’il a perdu de sa grâce, de son agrément et de sa clémence, et puisse-t-il faire de la brièveté de sa vie dans ce bas-monde la cause de son séjour éternel dans son Paradis, par Mahomet, sa famille et sa descendance !). Il a été rappelé à la générosité de Dieu et à son agrément le 12 du mois béni de Ḏû al-Qa‘da de l’année 678 (15 mars 1280).

  • 18 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 163 ; Wiet, Notes d’épigraphie syro-musulmane (Syria, t. V, 1924)  ; (...)

4911. Mazār-el-Ḥuseyn18 – C’est une cuve de pierre, gréco-romaine, en basalte, fixée dans le mur Est de la mosquée el-Ḥasaneyn (fig. 1). On dit qu’après la mort d’al-Ḥusayn , sa tête coupée y fut placée. Pour guérir les enfants malades, on les couche dans cette cuve, durant la prière de vendredi. C’est un des mazārāt les plus fréquentés, par les femmes particulièrement.

5012. Sīdī ‘Abdallâh Ibn es-Salâm – Coupole du XIIe siècle en contre-bas de la grande rue du quartier Ja‘âbra, munie d’une porte de pierre (planche, fig. 2). La mosquée attenante a été démolie. Il est impossible d’identifier le welî avec quelque certitude. Il n’y a pas d’inscription.

  • 19 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 138.

5113. Šeyḫ Ma‘rūf19 – C’est un des tombeaux les plus célèbres de Hama. Il se trouve au quartier Ja‘âbra dans une salle qui joute une petite mosquée dans laquelle existe actuellement une école coranique. Au-dessus de la porte de la mosquée, on voit une inscription très usée qui semble un reste d’un décret du XVe ou du XVIe siècle. Ma‘rūf Abū al-Wafā Ibn Ma‘rūf al-Ḥamawī aš-Šāfi‘ī est un savant mort en 1016 H. Les waqfs qui servaient à entretenir la zâwiya ont été dilapidés.

  • 20 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 137. Sur les autres tombeaux prétendus de Uways al-Qaranī, voir Sauv (...)

5214. Uways al-Qarani20 – C’est un des nombreux tombeaux du savant souri, auteur de Sukkardân al-‘Uššâq, mort en 901 H. (1495-1496 C.). Il se trouve au quartier Qaṭṭâne.

  • 21 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 164.

5315. Šeyḫ ‘Ambar21  – Tombe d’un personnage légendaire qui a donné son nom à un quartier Ouest de Hama. On ne peut préciser l’époque à laquelle il aurait vécu. C’était, dit-on, un simple domestique, mais d’une grande piété. On raconte sur lui de nombreuses anecdotes assez grossières, dont voici un exemple : la femme de son maître avait un jour préparé un plat de mjaddra (lentilles mélangées de burġul et d’oignons) et s’attristait à la pensée que son mari, dont c’était un des mets favoris, ne pourrait en manger, parce qu’il était parti en pèlerinage à la Mecque. Alors šeyḫ ‘Ambar posa un pied dans la maison de son seigneur, l’autre pied à la Mecque et transmit à son maître l’assiette de mjaddra.

  • 22 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 147.

5416. El-Ḥawānī – Tombeau de Abū al-Wafā el-Ḥawrānī, ancien mufti de Hama, soufi de la secte Rifā‘iya mort en 185 H. Il se trouve dans une mosquée du quartier Sud-Ouest qui a pris le nom du welî22.

5517. Šeyḫ ‘Abaš – Coupole isolée à un carrefour du quartier Jawra. Il y a une inscription de restauration au-dessus de la porte et, dans une petite fenêtre à droite de l’entrée, un fragment d’inscription posé à l’envers sert de linteau.

  • 23 Sur le mausolée de Sayyida Nafīsa au Caire, voir van Berchem, C.I.A., Égypte, I, p. 63 et Wiet, C.I (...)

5618. Sayyida Nafīsa – Coupole sans inscription au quartier Šarqîye23.

5719. Šeyḫ Abū l-‘Adīmāt – Ce tombeau, situé au quartier Debbâġa, est visité pour la guérison de la fièvre et des frissons chez les enfants. Avant le lever du soleil, on amène le malade, on récite sur lui la fâtiḥa, puis on prend dans un petit trou qui existe dans la zâwiya sept petits cailloux sur lesquels on récite la Sourate 78 du Coran (جزء عم). On fait ensuite sept fois le tour du tombeau.

  • 24 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 112-115.

5820. El-Bārizī – Tombeau anonyme d’un membre de cette famille, éteinte aujourd’hui, qui a donné à Hama un grand nombre de savants et de fonctionnaires24, parmi lesquels les plus notables sont ‘Abd ar-Raḥīm et Šaraf ad-Dīn, au VIIe siècle H. (XIIIe siècle C.). Il se trouve sous une coupole ancienne, dans une maison particulière du quartier Bāšūra où est installée actuellement une école primaire libre de filles.

5921. Šeyḫ ‘Aṭîye – Tombeau du père de šayḫ ‘Alwān (cf. ci-dessus, n° 5), sous une coupole, dans le quartier Bāb el-Jisr.

60Tous les mazārāt que nous venons de citer se trouvent sur la rive gauche de l’Oronte, dans la partie de Hama appelée Sûq. Ceux qui suivent se trouvent sur la rive droite du fleuve (Ḥâḍer).

  • 25 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 163  ; L. Massignon (loc. cit.) mentionne à Bagdad un autre tombeau (...)
  • 26 Brockelmann, Gesch. d. arab Liter., II, p.15.
  • 27 Cf. Amad Ṣābūnī, op.cit., p.134.

6122. El-Ġazālī – C’est une tombe située au cimetière Nord, non loin de la route d’Alep, et qui aurait la curieuse propriété de guérir les rhumatismes. L’opinion populaire prétend voir là le tombeau du célèbre philosophe25. Il est beaucoup plus vraisemblable de supposer que c’est le tombeau du célèbre écrivain Ibn Ḥijja (767-837 H.)26 né et mort à Hama. Jusqu’à la fin du XIIIe siècle H., la tombe était abritée par une coupole qui n’existe plus27.

6223. El-Manjakī – Simple tombe entourée d’oliviers au cimetière de Bâb el-Jisr. Ahmad Ṣābūnī orthographie el-Balnjakî. Le welî guérit les maladies des enfants.

  • 28 Cf. Brockelmann, op.cit., II, p.44; E. von Mülinen, Das Grab Abu’l-Fida’s in Hamā, Z.D.M.G., LXI (...)

6324. Abû l-Fidâ – Tombeau du grand géographe, roi de Hama (672-732 H. = 1273-1331 C.). Il se trouve dans la Mosquée des Serpents à Bab el-Jisr. Le cénotaphe est en marbre et porte de belles inscriptions coraniques28.

  • 29 Cf. Brockelmann, op.cit., I, p.37-38 et Amad Ṣābūnī, op.cit., p.163.

6425. Šeyḫ Ḥasan – Tombe située au ras de l’Oronte, sur la rive droite, avant d’arriver au pont Abû 1-Fidâ. Il y a là deux salles en contre-bas, souvent inondées par le fleuve. Pas d’inscription. On prétend à tort que c’est le tombeau de Hasan Ibn aṯ-Ṯābit29.

6526. Šeyḫ Mas‘ūd – Coupole, sans inscription, contenant une tombe impossible à identifier, en bordure de la grande rue du Ḥâḍer.

6627. Šeyḫ Maknūn – Autre welî obscur au même endroit.

6728. Šeyḫ Bešīr – Coupole dans le quartier Ḥamîdiye, sans inscription.

6829. Šeyḫ Ḥuseyn el-Kīlānī – Il se trouve dans une coupole sombre du quartier où habite aujourd’hui encore la famille Kīlānī.

6930. Šeyh Yâ-Sîn el-Kīlānī – Une autre tradition prétend que ce welî est enterré à Damas, au pied du mont Qāsiyūn.

  • 30 Il est impossible d’indiquer iel les innombrables mazārāt du fondateur des Qādiriya. Cf. entre autr (...)

7031. Maqâm ‘Abd el-Qāder el-Kīlānī30 – Une inscription dans le couloir sombre qui mène à la mosquée voisine de la maison de Nawras Efendī el-Kīlānī rappelle le souvenir du célèbre ‘Abd el-Qāder. Dans une salle, avant l’entrée de la mosquée, sont réunies plusieurs tombes de Kīlānī morts au XIXe siècle et qui sont déjà honorés comme awliyâ. La plus célèbre est celle de ‘Abd el-Qāder el-Bāz

71Tels sont les principaux centres de dévotion populaire à Hama. En dépit de ce que l’on croit trop souvent, les croyances auxquelles ils donnent lieu restent singulièrement vivantes, même chez des esprits éclairés qui affectent de s’en rire. Leur vitalité est attestée par de nombreux faits. Nous avons vu que la plupart des awliyâ groupés autour de ‘Abd el-Qāder el-Bāz el-Kīlānī sont des morts récents. Ce n’est pas là un exemple isolé : citons dans le même cas le mazār Aḥmed el-Badawī, situé au quartier Bāb el-Qubbe, dont la fondation remonte à 1333 H., ainsi que nous l’apprend l’inscription placée sur le linteau de la porte, et qui est déjà renommé. C’est ainsi encore qu’au village voisin de Kumḫâne, trois tombes récentes, celles de šeyḫ ‘Abs, de šeyḫ Muḥammad et de šeyḫ el-‘Aṣī sont en voie de devenir des mazārāt : elles ne sont pas encore visitées, mais elles sont déjà considérées comme pourvues d’une certaine puissance mystique (ḥarām).

72Bien plus, dès leur vivant, certains personnages sont déjà vénérés comme awliyâ : tel est le cas de šeyḫ Ḥuseyn à Ṭayyibet el-Imām - c’est un vieillard d’une soixantaine d’années, directeur de la ṭarîqa des Naqšbandī. Il est né dans le village même qui l’entoure de respect, reçoit de nombreuses visites, fait parfois des tournées dans les principales agglomérations de la contrée où il est accueilli avec force cérémonies. Il est facile de prévoir que, dès sa mort, la vénération dont on l’entouré redoublera.

73Non seulement on érige de nouveaux mazārāt, mais encore on entretient avec soin et même on restaure la plupart des anciens sanctuaires : si l’on démolit des coupoles (comme à Ṣārem ed-Dīn en-Nābulsī), c’est parce qu’elles menacent ruine et qu’on a le dessein de les rebâtir. C’est ainsi que la mosquée Ḥasaneyn a été l’objet, en 1930, de réparations importantes, discutables peut-être au point de vue archéologique, mais qui prouvent éloquemment la vitalité des croyances. Il est remarquable que dans presque tous les cas les waqfs qui étaient destinés a l’entretien du welî ont été, dilapidés : l’initiative privée supplée alors au défaut de ressources officielles. Les habitants du quartier qui avoisine la tombe s’unissent pour en assurer à leurs frais la garde et la propreté. Les zâwiya sont en général fort bien tenues, régulièrement balayées. Les cénotaphes recouverts de housses vertes n’ont pas, comme dans d’autres villes musulmanes, l’air d’être abandonnés. Tout cela suppose des sacrifices matériels qu’une croyance en voie de disparaître ne saurait exiger de ses adeptes.

74La vitalité de la croyance à la tawallî nous semble donc indiscutable. Elle est d’autant plus solide qu’elle ne s’appuie que dans une faible mesure sur des superstitions plus ou moins païennes. Son caractère orthodoxe, consacré par l’adhésion de la plupart des notabilités religieuses, lui assure une puissance considérable. Voici ce que nous a dit à ce sujet šeyḫ Sa‘îd Zhûr ‘Adī, professeur à l’école Dār el-‘Ulūm eš-Šar‘iye à Hama : « Les Wahhabites dédaignent ces usages et démolissent toutes les coupoles où on fait pèlerinage ; ils croient que ces pèlerinages constituent une sorte d’adoration. Ils disent aussi : « Celui qui appelle : yā flân, en demandant secours au nom de certain welî associent à Dieu un semblable, car Lui seul est omnipotent ». Les sages de Hama sont moins exigeants qu’Ibn Se‘ûd, parce qu’ils ne pensent pas que le peuple se livre à une association : le peuple ne veut pas, en intercédant près du welî, l’adorer ni l’associer à Dieu. Il pense seulement que la place de ce welî près de Dieu est importante et que, peut-être, la prière sera plus vite exaucée si elle est faite près de son tombeau. Ces sages ne détestent donc pas ceux qui demandent secours au awliyâ : mais ils leur donnent des conseils et tâchent de les guider dans la voie de la vérité, sans faire du recours au welî une cause de dispute et de division. »

75Un libéralisme aussi prudent, en épurant peu à peu les pratiques auxquelles donnent lieu les mazārāt, ne saurait qu’en assurer la durée.

Notes

1 L. Massignon, Pèlerinages populaires à Bagdad (in Revue du monde musulman, VI-XIII, p. 641, décembre 1908).

2 Sur Zayn al-‘ābidīn, voir šayḫ Aḥmad Ṣābūnī, Ta’rīḫ ḥamā, Hama 1332 H., p. 59 et Ibn Ḫallikān (trad. De Slane), II, 209.

3 Sur le tombeau de Ja‘far aṭ-Ṭayyâr, cf. Brûnnow et Domaszwski, Provincia Arabia, I, p. 105.

4 Depont et Coppolani, Les confréries religieuses musulmanes, Alger 1897, p. XII.

5 Cf. W. Marçais, Textes de Takrouna, Paris, Leroux 1925, p. 306-307 et Wellhausen, Reste arab. Heindentums, 2e éd. 1927, p.129.

6 Cf. Wellhausen, Reste arab. Heidentums, 2e éd. 1927, p. 56.

7 Cf. Marçais, op.cit., p. 303.

8 Cf. Marçais, op.cit., p. 215.

9 Cf. pour Bagdad, Massignon, loc. cit., p. 640.

10 Les plans qui illustrent le présent travail nous ont été aimablement communiqués par M. Sauvaget que nous tenons à remercier ici.

11 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, Ta’rīḫ ḥamā, p. 163.

12 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 162.

13 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 48.

14 Cf. Brockelmann, Gesch. d. arab. Liler., I, 196.

15 Sur le pèlerinage à la tombe d’Abū Leyṯ, cf. Bianchi, Itinéraire de Constantinople à la Mecque (Rec. de voyages et de mém. de la Soc. de Géogr. de Paris, 1825), p. 28.

16 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 135-137. Peut-être faut-il rapprocher šayḫ ‘Alwān de sīdī El-‘Alwān de sīdī El-‘Alwān Abū Hâšem, fondateur de la secte soufie ‘Alwāniya, enterré à Djedda en 766  ? (Cf. Depont et Coppolani, op.cit., p. 531).

17 Op.cit., t. II, p. 333, 3.

18 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 163 ; Wiet, Notes d’épigraphie syro-musulmane (Syria, t. V, 1924)  ; van Berchem, Voyage en Syrie, p. 176.

19 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 138.

20 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 137. Sur les autres tombeaux prétendus de Uways al-Qaranī, voir Sauvaire, Description de Damas, XlI ; 465  ; XIV, 392  ; et Sarre et Herzfeld, Arch. Reise, II, p. 349-350.

21 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 164.

22 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 147.

23 Sur le mausolée de Sayyida Nafīsa au Caire, voir van Berchem, C.I.A., Égypte, I, p. 63 et Wiet, C.I.A., Égypte, II, p. 33 et suiv.

24 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 112-115.

25 Cf. Aḥmad Ṣābūnī, op.cit., p. 163  ; L. Massignon (loc. cit.) mentionne à Bagdad un autre tombeau de Ġazālī tout aussi fictif. Il n’est pas impossible que l’opinion populaire ait été induite en erreur par une inscription du pont Abu l-Fidâ (cf. Van Berchem, Inschriften aus Syrien, Beiträge für Assyr.- und Semitischen Sprahwissenschaft, Leipzig, 1909) relative à l’émir Jân-Bradī el-Ġazzālī que des ignorants auraient pu identifier avec le philosophe  ? Cf. Wiet, C.I.A., Égypte, II, p. 162, l. 3 d’en bas et note 5.

26 Brockelmann, Gesch. d. arab Liter., II, p.15.

27 Cf. Amad Ṣābūnī, op.cit., p.134.

28 Cf. Brockelmann, op.cit., II, p.44; E. von Mülinen, Das Grab Abu’l-Fida’s in Hamā, Z.D.M.G., LXII, p.657-660; Seybold, Zum Grab Abu’l-Fida’s in ḥamā, Z.D.M.G., LXIII, p.329-333, et p.853-854.

29 Cf. Brockelmann, op.cit., I, p.37-38 et Amad Ṣābūnī, op.cit., p.163.

30 Il est impossible d’indiquer iel les innombrables mazārāt du fondateur des Qādiriya. Cf. entre autres : Massignon, loc cit., p. 642 ; W. Marçais, op.cit., p. XI ; Jaussen, Naplouse, Paris, Geuthner 1927, p. 163, Gaudefroy-Demombynes, Les institutions musulmanes, p. 57 ; Depont et Coppolani, op.cit., p. 293-370  ; E. De Neveu, Les khouans, ordres religieux chez les musulmans d’Algérie, Paris 1846, p. 30.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tombeau de Yûnus
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 2 – Šeykh ‘Alwān
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2205/img-2.png
Fichier image/png, 6,4k
Titre Fig. 3 – Šeykh ‘Alwān : grille à inscription
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2205/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Photo 1 – Maqām Zayn al-‘Ābidīn
Crédits Cliché R. Montagne
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2205/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 2 – Sīdī ‘Abdallah ; Photo 3 – El-Mġelī
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2205/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable