Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Conclusion - Des enjeux de l’histoire de l’urbanisme libanais

Texte intégral

1L’objectif de ce livre était d’éclairer l’histoire urbaine de Beyrouth en revenant sur une période centrale mais méconnue, les années 1945-1975 au cœur de laquelle se déroule la présidence Chéhab, ambitieuse tentative réformiste. La guerre du Liban est justement souvent lue comme le signe de son échec. Pourtant, dans les débats de la reconstruction, cette période est aussi présentée comme une sorte d’âge d’or. La lecture proposée ici s’est volontairement écartée d’une interprétation de cette période comme matrice de la guerre civile, et comme contre-modèle de la reconstruction. Cela aurait été réducteur, voire normatif. Cela ne signifie pas bien entendu qu’on ne doive pas comprendre l’importance de la période 1950-1975 pour les années suivantes, et l’enchainement entre ces différents moments. C’est l’une des finalités de cette conclusion que d’y revenir mais il faut prendre pour cela au sérieux cette histoire de l’urbanisme, à partir des spécificités de cet objet et en la replaçant dans un cadre plus large, celui des autres pays arabes, et non en l’écrasant par des questionnements construits uniquement dans les déchirantes expériences de la guerre ou les espoirs déçus de la reconstruction.

2Le double sens de l’expression « Une ville en plan(s) » résume bien la signification de l’urbanisme durant cette période. Planifiée, Beyrouth le fut abondamment, à l’instar d’autres capitales arabes. L’urbanisme signifie tout d’abord produire des plans, à différentes échelles et pour différents lieux. Mais plus largement, cette activité s’inscrit dans une gamme plus large d’interventions étatiques et de politiques publiques : en particulier l’aménagement du territoire et la planification économique. L’urbanisme était conçu comme une contribution au développement national et son succès devait contribuer à la légitimité de l’État.

3Rester ou laisser « en plan » : ces expressions s’appliquent aussi à l’urbanisme de Beyrouth, au sens où ces plans sont souvent restés dans les cartons et n’ont pas dirigé la croissance urbaine ou conduit à des restructurations massives du tissu urbain existant. Pour autant, cette activité de planification, même non appliquée, participe activement de la constitution et du renouvellement d’un imaginaire aménageur, vision partagée de l’avenir de la ville. Plusieurs dimensions, juridiques ou techniques, de cet imaginaire imprègneront bien au-delà de leur moment de conception les projets de l’urbanisme libanais. Ce qui conduit à souligner le rôle des professionnels locaux par opposition à la seule classe politique ou aux seuls intérêts privés.

4Trois grands apports se dégagent de cette lecture de la ville en plan(s) lorsqu’on cherche à comprendre son histoire de manière comparative : le poids de l’héritage colonial, l’utilisation de l’urbanisme au service de la construction de l’État et le rôle des milieux professionnels.

Le poids de l’héritage mandataire

  • 1  Tabet, 1993.
  • 2  Souami, 2005.
  • 3  « Liban, retour sur expérience », Cahiers de l’IAURIF, 2006.

5Le premier point marquant s’agissant de l’urbanisme au Liban et dans sa capitale concerne les effets durables des manières de penser l’urbanisme diffusées durant le contexte mandataire par la France, même s’il n’est guère aisé de distinguer ces dernières des initiatives datant de l’époque ottomane avec lesquelles elles s’articulent étroitement. Il y a là une sorte de paradoxe. En effet, si le centre de la capitale a subi un profond remaniement dans les années 1920, il s’agissait en partie du prolongement et des conséquences des projets ottomans. Par la suite, les transformations urbaines directement impulsées par le Mandat sont bien moins spectaculaires. Les tentatives de canaliser la croissance urbaine à travers un plan d’extension n’ont pas eu un effet aussi sensible qu’à Damas où la morphologie urbaine des quartiers des années 1940 et 1950 porte spectaculairement l’empreinte du plan Danger-Écochard 1. De même, l’urbanisme mandataire n’est en rien comparable dans la gestion territorialisée des groupes sociaux (malgré l’exemple concernant le relogement des Arméniens), à ce que l’on put observer au Maroc. Malgré les échecs dans la mise en œuvre des premiers projets d’Écochard à Beyrouth, une continuité de vision s’exprime toutefois dans les tentatives successives de planification jusqu’au second plan Écochard. Par ailleurs, au-delà du retour du fougueux urbaniste français, les idées qu’il promouvait étaient largement partagées par tout un milieu de techniciens formés en France ou influencés dans leur formation par l’urbanisme français 2. Les renouvellements dans les conceptions de l’urbanisme et de la planification en France sont diffusés rapidement au Liban. L’IRFED, dont les animateurs étaient proches des acteurs qui participèrent à l’institutionnalisation de l’aménagement du territoire en France, est un premier exemple. À partir du milieu des années soixante, l’intervention de l’IAURP à Beyrouth inaugure une collaboration poursuivie jusqu’à aujourd’hui avec la région Ile-de-France 3. Certes, la politique du Point IV contribue, dans les années cinquante, à la pénétration américaine, qui prend aussi appui sur l’existence d’une élite universitaire formée par l’Université américaine de Beyrouth ainsi qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni. Mais durant toute la période considérée ici, cette ouverture pèse peu dans le domaine de l’urbanisme.

6La persistance et les renouvellements dans la continuité de l’influence française en matière d’urbanisme au Liban contrastent avec les mutations qu’ont connues la Syrie ou l’Égypte. La réalisation de l’union avec l’Égypte dans la République arabe unie, en 1958, et plus généralement les ruptures de cette période, ont contribué à éclipser l’influence française. L’organisation institutionnelle de l’urbanisme est fortement revue en Syrie à partir de 1958 et calquée sur le modèle égyptien. Le changement politique modifie les hiérarchies administratives et les ingénieurs libéraux ou liés à l’ancienne bourgeoisie sont marginalisés et parfois émigrent. Des coopérants issus des pays socialistes (Bulgarie, Pologne, Russie) prennent une place importante. Les flux de formation des cadres nationaux se diversifient en direction de l’Europe orientale. Le retour d’Écochard en 1964 pour le plan directeur de Damas n’a pas du tout la même signification qu’à Beyrouth où il fait figure de maître à penser. Par la suite, les Syriens ne font plus guère appel à l’expertise française alors qu’ils invitent des intervenants américains ou britanniques pour les importants projets de quartiers planifiés (dits « villes nouvelles ») sur les plateaux au-delà du Mont Qassioum.

  • 4  Volait, 2005.
  • 5  El-Kadi, 1990.

7En Égypte, la domination britannique n’avait jamais exclu l’influence française dans les chantiers d’urbanisme, qui remontait notamment aux travaux d’Ismaïl et allait de pair avec une forte tradition francophone. Après 1922, un nombre important de cadres égyptiens furent formés en France, notamment à l’Institut d’urbanisme de Paris 4. La révolution des officiers libres et l’accession au pouvoir de Nasser conduisent à un renouvellement des partenariats techniques en direction de l’URSS (notamment à cause des conséquences de la crise de Suez). Après 1973 et le renvoi des conseillers soviétiques, l’Égypte diversifie ses partenariats du point de vue de l’expertise en urbanisme. Ce n’est qu’en 1981, avec un nouveau SDAU du Caire, que les Français retrouvent une place. Britanniques, Allemands et surtout Américains tiennent les premiers rôles 5.

8Dans les pays du Maghreb, la situation est différente. Malgré les choix politiques divers effectués par la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, la dépendance envers l’expertise française est demeurée très importante, même si ces pays ont aussi fait appel, après leur indépendance, à des consultants originaires d’autres pays (Italiens et Britanniques pour la Tunisie, issus du bloc soviétique en Algérie).

Urbanisme et construction de l’ État 

9La montée en puissance des préoccupations urbanistiques et du thème de l’aménagement du territoire est un trait commun avec les autres pays arabes accédant à l’indépendance et adoptant des pratiques de planification économique et spatiale. Dans tous les cas, l’enjeu du développement économique et de la maîtrise de la croissance urbaine se combinait très nettement à l’affirmation de l’autorité de l’État, en particulier dans les chantiers prioritaires de l’aménagement des capitales. Partout, et plus qu’à Beyrouth, eurent lieu de grands travaux d’aménagement visant à magnifier les capitales. Surtout, le recours à la planification urbaine est systématique à partir du milieu des années cinquante, le schéma directeur constituant un évident symbole de modernité. Au Maghreb, la chronologie est décalée et le mouvement commence dans les années 1970. L’une des conséquences de l’appropriation étatique de l’initiative en matière d’urbanisme fut la création ou le renforcement des administrations centralisées dévolues à la définition, à la mise en œuvre et au contrôle de ces activités, généralement au détriment de l’échelon local, le plus souvent inexistant ou marginalisé. À cet égard, la situation libanaise n’est pas exceptionnelle.

10Malgré les appels des techniciens français et libanais à mettre en œuvre une politique de planification urbaine ambitieuse, dans la capitale et les principales villes du pays, les gouvernements libanais n’ont pas considéré l’urbanisme comme un enjeu central avant l’arrivée au pouvoir de Fouad Chéhab. Au-delà de la particularité du contexte, la chronologie n’est pas très différente de celle du voisin syrien. Le souci d’unité nationale et la volonté d’assurer un développement équilibré ont conduit Chéhab à lancer une politique de développement conjuguant planification des investissements publics et aménagement du territoire, notamment dans les périphéries du pays. Ces réalisations ont contribué à la légitimation du régime et marquent encore la mémoire collective. D’autre part, même si Chébab n’était pas particulièrement intéressé par l’urbanisme, il a mis en œuvre, sur l’inspiration de ses conseillers français et libanais, une nouvelle organisation institutionnelle et lancé le plan des banlieues de Beyrouth et plusieurs projets d’urbanisme. Ces derniers impliquaient un redéploiement spatial de l’administration (cité gouvernementale, rénovation du centre commercial) lié à la réforme administrative et à une meilleure présence de l’État sur le territoire. Le projet du centre-ville montrait aussi une tentative d’orienter les capitaux privés vers une forme de promotion immobilière pilotée par l’État. Mais retardé par la crise de l’Intra et la guerre des Six-Jours, il resta un serpent de mer que seuls les projets de reconstruction, en 1977, en 1982-1983 puis après 1991 ont repris et transformé. À travers les nouvelles réglementations urbanistiques se dessine aussi la volonté de mieux contrôler l’urbanisation. Les nouvelles normes sont progressivement adoptées par les propriétaires fonciers.

11En revanche, l’analyse comparée des programmes d’urbanisme souligne une spécificité libanaise : la plupart des États arabes, qui se construisaient sur des bases autoritaires, ont cherché à s’attacher une clientèle politique et une base sociale par la fourniture de logements ou l’amélioration des conditions de vie de certains groupes sociaux (fonctionnaires, militaires, parfois plus largement classes moyennes). Tel n’a pas été le cas du Liban. Les dispositifs introduits par le chéhabisme rencontrent leur limite dans le domaine du logement. Les nouveaux outils de contrôle du foncier, mal maîtrisés par l’administration, suscitent l’hostilité des propriétaires et ne sont pratiquement pas utilisés ou s’engluent dans d’interminables procédures. C’est là un des principaux obstacles à la mise en œuvre d’une politique du logement social, d’autant que l’État ne parvient pas à y intéresser le secteur privé. Si la politique chéhabiste d’aménagement du territoire a contribué à la légitimation du régime, la politique urbaine mise en œuvre par son administration et ses successeurs a au contraire alimenté les frustrations qui conduisirent à la guerre civile.

12Pour aller dans ce sens, il est loisible d’observer que l’attitude globalement rigide à l’égard des quartiers non-réglementaires et des camps de réfugiés, justifiée par des convictions hygiénistes et modernistes, se nourrit d’une hostilité de nature politique à l’égard des Palestiniens et de ceux qui les soutiennent. Pour autant, nos dépouillements des projets, des débats et l’étude de certaines des réalisations entreprises ne cautionnent pas l’idée que l’urbanisme aurait été, dans ces années d’avant-guerre, un outil de construction communautaire ou confessionnelle – le contre-exemple arménien de nouveau excepté. Aux yeux d’une partie de l’élite politique et sociale, l’urbanisme apparaît plutôt comme un outil au service du développement économique et du passage à une société de services où les responsables peinent à discerner la place des plus défavorisés.

La montée des professionnels locaux

  • 6  Volait 2005 ; Souami, Verdeil 2006.
  • 7  Voir par exemple une synthèse récente sur les professions modernes au Moyen-Orient : Longuenesse, (...)

13Le dernier thème qui se dégage avec force de l’étude de l’exemple libanais est la structuration progressive et le rôle croissant du milieu professionnel local. La genèse et l’essor d’une expertise locale dans le domaine de l’urbanisme, pour détourner la formule employée par Mercedes Volait à propos des architectes égyptiens, constituent une préoccupation nouvelle de l’histoire urbaine au sud et à l’est de la Méditerranée 6. Conséquences logiques des indépendances, de la nationalisation des effectifs des administrations et de la formation de nouvelles élites universitaires, cette expertise locale reste jusqu’à présent trop peu étudiée, la recherche se focalisant soit sur les politiques urbaines, soit sur les formes urbaines produites. Les acteurs techniques sont trop souvent considérés comme transparents. Pourtant, à cet égard, l’histoire sociale des métiers de l’urbanisme telle qu’elle commence à se pratiquer en France montre la richesse de ce champ d’étude. L’entrée par les professionnels ouvre plus largement sur une vision renouvelée de l’histoire sociale des pays du sud de la Méditerranée, qui interroge les mutations politiques, les transformations économiques et les changements sociaux à travers de nouvelles catégories d’analyse 7.

14En comparaison des pays arabes voisins, la situation libanaise tire sa singularité de son évolution sans heurt majeur durant la période étudiée ici, jusqu’à la veille de la guerre civile. En effet, dans les pays voisins, les mutations politiques ont profondément modifié les systèmes de formation et les logiques de légitimation professionnelle. La Syrie et l’Égypte, avec lesquelles le Liban a en commun l’existence de milieux professionnels précocement organisés, connaissent de profondes ruptures au tournant des années 1950-1960. Dans les pays maghrébins, la pénurie de cadres au moment des indépendances conduit également à l’avènement rapide d’une nouvelle génération. Mais malgré ces différences dans l’organisation des milieux professionnels, de grandes similarités se dessinent en termes de cultures professionnelles. Certes, les politiques urbaines nationales diffèrent et avec elles, les programmes et les outils juridiques. Mais dans tous les cas, l’urbanisme conçu comme pratique moderniste est considéré par ces techniciens comme un attribut essentiel de la modernité et de la réalisation du projet national.

15Le chéhabisme put justement s’appuyer sur le milieu des architectes et ingénieurs pour développer ses initiatives. Ce groupe s’est organisé autour d’une institution de plus en plus influente, l’Ordre des ingénieurs et architectes. Il a constitué un puissant soutien au régime mis en place par Chéhab au nom du développement. L’urbanisme, entendu comme l’une des facettes de ce programme, représentait l’un des thèmes essentiels de mobilisation et l’une des ressources économiques et symboliques offertes par le régime aux professionnels. La libanisation des cadres de l’urbanisme le souligne : le responsable de l’urbanisme fut le Suisse Egli jusqu’à la fin des années quarante, mais ensuite, la gestion du secteur passe complètement à des ingénieurs et architectes locaux. Les Français n’étaient plus alors que des consultants, certes influents, mais ils ne détenaient plus les leviers de commande.

  • 8  Outre nos analyses, voir Ghandour, 2003.

16Certes, ce milieu professionnel est parcouru par diverses lignes de clivages. Entre ingénieurs et architectes, les spécialisations s’affirment et divergent, et la concurrence pour le leadership professionnel s’aiguise8. Un clivage générationnel recoupe partiellement celui qui oppose une aristocratie professionnelle reliée à la haute bourgeoisie locale et un monde de petits patrons et de salariés davantage issus des classes moyennes. L’expansion du secteur public, ouvert à des groupes sociaux justement moins liés à l’élite et géographiquement plus périphériques, est une des grandes évolutions observées durant toute la période. De nouvelles formes d’organisation du secteur privé, autour de grands bureaux d’études pluridisciplinaires dont la croissance s’effectue pour l’essentiel hors du pays, est une autre évolution majeure à partir des années soixante, qui préfigure les stratégies de nombreux ingénieurs et architectes durant la guerre.

17Malgré ces clivages, ces professionnels partageaient majoritairement une vision commune pour l’aménagement du pays et singulièrement, de sa capitale. Même si les experts français jouèrent un rôle important dans la mise au point des institutions et dans la définition des projets, les « urbanistes » libanais pesèrent fortement et participèrent aux négociations qui y aboutirent. La législation foncière constitue un exemple frappant de mécanismes correspondant aux vœux des experts locaux, même si ils eurent ensuite les plus grandes difficultés à les mettre en œuvre. De même, ces experts contribuent très largement à la construction d’un imaginaire urbanistique beyrouthin, articulé autour de la nécessaire mise en chantier de lieux emblématiques, grâce aux outils urbanistiques susmentionnés. La banlieue sud-ouest, le centre-ville, le littoral du Metn constituent les points focaux de cette image du futur désiré de la ville de Beyrouth, parties prenantes d’une culture professionnelle qui se représentait comme une force motrice du projet national libanais. Malgré les bouleversements causés par la guerre civile, la force sociale que constitue le milieu des ingénieurs et architectes et la puissance des représentations sociales et politiques dont il est le porteur se vérifient au cours des débats et des projets de reconstruction de la fin des années 1970 jusqu’au début des années 1990.

Histoire de l’urbanisme et histoire du Liban

18L’histoire de l’urbanisme à Beyrouth de la période de l’indépendance au déclenchement de la guerre civile a dégagé des perspectives inhabituelles pour l’histoire du Liban dont on peut proposer un bilan d’étape. Cette période est souvent tributaire d’une lecture émotionnelle et nostalgique, dominée par le flot des souvenirs et la mémoire d’un âge d’or ; parfois à l’inverse, la reconstitution des enchaînements qui ont conduit à la guerre civile prend l’allure du procès à charge. Ce travail a voulu restituer, sous un angle particulier, des faits et des logiques que les questionnements ultérieurs, ancrés dans leur contexte, ne permettaient plus de voir. Ainsi, l’étude de l’urbanisme et des urbanistes de Beyrouth éclaire les temporalités propres de l’action publique qui ne se réduisent pas aux rythmes de l’histoire politique libanaise. De ce point de vue, les lignes de continuité dégagées depuis le Mandat jusque et au-delà de la période de la guerre civile (même si c’est là l’objet d’un autre livre), apporte un éclairage nuancé sur la faillite et la marginalisation de l’État pendant la guerre.

19Ces temporalités de l’action publique ne peuvent se comprendre sans l’examen proposé ici de l’évolution du groupe professionnel qui s’investit dans l’urbanisme. Cette histoire sociale porte sur un groupe aux effectifs relativement limités – les ingénieurs et architectes, et en particulier les « urbanistes » –, et qui n’est pas un acteur de la grande histoire. S’intéresser à une histoire moins directement politique, à des formes de structuration sociale qui ne sont ni spécifiques de la société libanaise, ni exclusives, comme tend trop souvent à l’être le prisme confessionnel, constitue un détour sans doute intriguant, mais susceptible de renouveler ou à tout le moins de compléter les lectures dominantes de la société et de l’histoire du Liban.

20L’histoire dramatique et paroxystique du Liban et de Beyrouth depuis 1975 masque souvent ce que ce pays et cette ville partagent avec les autres pays du sud de la Méditerranée. Replacer le Liban dans la diversité des trajectoires arabes depuis la fin des épisodes coloniaux permet justement de briser les lunettes dont la focale s’est bloquée sur de supposées spécificités géopolitiques ou confessionnelles. Ce regard élargi est une condition nécessaire pour penser les conditions du présent et les actions du futur.

Notes

1  Tabet, 1993.

2  Souami, 2005.

3  « Liban, retour sur expérience », Cahiers de l’IAURIF, 2006.

4  Volait, 2005.

5  El-Kadi, 1990.

6  Volait 2005 ; Souami, Verdeil 2006.

7  Voir par exemple une synthèse récente sur les professions modernes au Moyen-Orient : Longuenesse, 2007.

8  Outre nos analyses, voir Ghandour, 2003.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable