Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Chapitres

Chapitre 8 - Ingénieurs et architectes : l’urbanisme comme ressource professionnelle

Texte intégral

1La politique chéhabiste d’aménagement et d’urbanisme a largement rencontré les faveurs des professionnels les plus directement concernés, ingénieurs et architectes, même si des réactions ponctuellement négatives furent observées. L’intérêt pour ces initiatives enfin vigoureuses s’explique par une adhésion politique et idéologique au chéhabisme qui apparaît comme la voie de la modernisation. Mais cet engouement s’inscrit dans un mouvement social plus large, celui de la montée en puissance des ingénieurs et architectes comme groupe social structuré, et dont l’Ordre des ingénieurs s’affirmait alors comme un organe influent. Mais ce groupe n’était pas dépourvu de lignes de clivages internes.

  • 1  Claude, 2006.

2Dans ce contexte, l’émergence de l’urbanisme représente une opportunité professionnelle nouvelle, jusqu’alors pratiquement inexistante en tant que marché. Elle constitue de ce fait une ressource, surtout que la croissance très forte du nombre des ingénieurs et architectes oblige à la recherche de nouveaux marchés. Toutefois, il faut ici remarquer que ce fait nouveau ne donne pas alors naissance à une nouvelle profession au sens fort et institutionnel du terme. L’urbanisme reste un domaine d’activité peu structuré, pratiqué sans qualification universitaire préalable, du reste inexistante au Liban dans les universités et écoles d’ingénieurs, et encore peu développée en Europe et aux États-Unis même 1. Cette situation n’a rien pour étonner. L’urbanisme, en particulier dans la phase d’émergence professionnelle, est davantage un espace où différents segments professionnels sont en concurrence qu’une profession clairement reconnue.

3Les dynamiques professionnelles, politiques et idéologiques des ingénieurs et architectes libanais, et le rôle de l’urbanisme dans ces transformations, fait l’objet des deux chapitres suivants. Tout d’abord à travers une analyse en termes sociologiques et de mobilisation institutionnelle, puis à travers l’étude de l’urbanisme comme idéologie professionnelle. Un tel projet suppose par ailleurs une période d’observation plus longue que les quelques années du chéhabisme, pour l’essentiel années d’impulsion, mais non de mise en œuvre. Le champ de l’aménagement urbain se définit alors essentiellement comme un espace nouveau d’intervention, ouvert à une profession en voie d’accroissement rapide.

La croissance numérique des ingénieurs et l’organisation de la profession

Un secteur en croissance et orienté vers les métiers de la construction

  • 2  L’inscription à l’Ordre est obligatoire pour avoir le droit d’exercer au Liban. Vers 1960, sur 1 2 (...)
  • 3  Selon les tableaux présentés dans Al-Mouhandess, n°19, p. 34-35, le cumul des ingénieurs inscrits (...)
  • 4  En 1975, la proportion d’ingénieurs dans la population active était proche de 1%. En 1982, ce taux (...)
  • 5Al-Mouhandess, n°19, août 1971, p. 34.

4Les statistiques disponibles, qu’elles concernent les inscrits à l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth 2 ou les diplômés des universités libanaises, font apparaître une forte croissance numérique de la profession d’ingénieur. Ainsi, le nombre d’inscrits à l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth passa de 80 pour l’année 1953 à 240 en 1970, soit une multiplication par 3 (figure 1). Alors que l’ordre comptait 235 inscrits en 1952, il en comptait, d’après les diverses sources disponibles, entre 2 700 et 3 100 en 1970 3. De même, le nombre de diplômés annuels passa de 39 en 1952 à 98 en 1960 puis 188 en 1970, soit une multiplication par 4 (figure 2). Cet accroissement eut d’ailleurs pour conséquence que le Liban, comme d’autres pays arabes, présentait, au milieu des années 1970, un pourcentage d’ingénieurs dans la population active comparable à celui des grands pays industrialisés 4. Cela se traduisait également dans la pyramide des âges de la profession. Selon les statistiques citées dans Al-Mouhandess, en 1970, 900 ingénieurs avaient plus de 40 ans, soit un tiers de l’ensemble, et 700 avaient moins de 30 ans 5. La profession était donc très jeune.

Figure 1 : Inscrits à l’Ordre des ingénieurs.

Figure 1 : Inscrits à l’Ordre des ingénieurs.

Figure 2 : Ingénieurs inscrits diplômés au Liban.

Figure 2 : Ingénieurs inscrits diplômés au Liban.

Source : Ordre des ingénieurs de Beyrouth, cité in Al-Mouhandess, n°19, août 1971, p. 34-35.

  • 6  Dès les années 1870, mais également durant les années 1920, puis 1950, l’État intervint fortement (...)

5Les raisons de cette forte croissance du nombre d’ingénieurs au Liban résidaient dans le développement formidable du marché du travail, tant localement que dans les pays arabes voisins. À la différence de ce qui est observé dans plusieurs de ces derniers, à commencer par l’Égypte ou la Syrie 6, l’État libanais intervint très peu pour définir l’offre de formation. Ainsi, c’est seulement en 1960 que fut créée à l’Université libanaise un Institut de formation des ingénieurs, puis en 1965 un Institut national des beaux-arts, pour former des architectes. Avant cette période, aucune faculté publique ne formait des ingénieurs. Les universités existantes, de statut privé, organisaient leurs formations techniques et d’ingénieurs en fonction de la demande du marché local ou régional, selon une logique libérale. L’organisation par filières en témoignait éloquemment, avec une suprématie des ingénieurs civils et des architectes, c’est-à-dire de généralistes capables de s’adapter à des marchés dominés par les activités constructives et d’équipement.

  • 7  Ducruet, 1999, p. 44-45 et p. 63.
  • 8  Ainsi fut créée, pendant quelques années, à la demande de la direction des affaires géographiques (...)

6L’ESIB, liée à l’Université Saint-Joseph, francophone et placée sous la houlette des jésuites, avait traditionnellement alimenté le marché du travail local en ingénieurs. Sa création plus ancienne et l’utilisation du français avaient permis à ses diplômés de s’intégrer rapidement à l’administration, tandis qu’une bonne part d’entre eux fonda des bureaux d’étude travaillant pour le marché libanais. Progressivement, elle vit son rôle de formation au service des pays voisins, et notamment de la Syrie, s’amenuiser : de 1940 à 1962, la proportion de diplômés était de 1 Syrien pour 5 Libanais alors qu’elle était, pendant la période 1919-1939, de 1 pour 2. De 1963 à 1974, les effectifs non-libanais de l’ESIB tombèrent à 5% 7. Le cursus proposé dans cette école reflétait les besoins du marché local, mais aussi les tentatives de spécialisation en dernière année destinées à la fois à s’y adapter plus finement et à anticiper certaines demandes pressenties 8.

Tableau 1 : Les diplômés de l’ESIB par spécialité (1946-1974).

Sections

Génie civil – Travaux publics

Électro-mécanique

Électro-informatique

Architecture

Ingénieurs-géographes

Année de création

1913

1959

1969

1945-1953

puis 1968

1969-1973

1946-1963

406

34

28

1964-1974

324

148

73

29

28

Source : d’après Ducruet, 1999.

  • 9  Les diplômés de l’ESIB (réputés plus individualistes) valorisaient davantage la carrière libérale (...)

7L’option génie civil représenta, au cours de la période 1946-1963, 68% des diplômés, l’option architecture seulement 5%. La période 1964-1974 connut un certain rééquilibrage, le génie civil ne représentant plus que 54% des diplômés tandis que les options plus ouvertes, notamment vers l’industrie d’électro-mécanique et d’électro-informatique, en représentaient 37%. Ces chiffres traduisaient la très forte demande du marché local pour des bâtisseurs polyvalents, qui pouvaient à l’occasion exporter leur savoir-faire vers le marché des pays arabes, aux besoins similaires. L’ouverture au monde arabe ne constituait pas néanmoins une priorité de la direction de l’ESIB, davantage soucieuse du marché local. Et d’ailleurs, peu d’étudiants de l’ESIB faisaient carrière dans les pays du Golfe, comparativement à ceux de l’université américaine 9.

  • 10 Al-Mouhandess, art. cit.
  • 11  Saleh, 1985, p. 275-276.

8Depuis 1951, l’Université américaine de Beyrouth avait ouvert une School of Engineering, qui succédait à un Degree Bachelor of Science in Civil Engineering créé en 1944. 699 diplômés (Master of Science of Engineering) en étaient sortis en 1970. À partir de 1963 fut créée une faculté d’architecture qui y prenait progressivement une certaine indépendance et forma 130 diplômés. S’y ajoutaient, de 1955 à 1970, 280 ingénieurs mécaniciens et électriciens 10. Le génie civil dominait dans une proportion comparable à celle des diplômés de l’ESIB (63%), surtout que l’architecture représentait ici 11% des diplômes. La différence avec l’école francophone tenait davantage à la nationalité des étudiants. Une grande part (environ 40%) était composée d’étrangers, principalement issus des pays arabes. Parmi les diplômés, 53% travaillaient, en 1971, au Liban 11, c’est-à-dire nettement moins que ceux de l’ESIB, quoiqu’on manque de statistiques précises à ce sujet. Les marchés du Golfe, liés au développement de ces pays bénéficiant alors de l’augmentation de la rente pétrolière, constituaient un débouché important pour les diplômés de cette université, y compris libanais. Cette tendance s’accentua avec le choc pétrolier de 1973 qui permit une augmentation de la rente pétrolière. Les autres formations locales d’ingénieurs représentaient des chiffres minimes, et formaient essentiellement des architectes (101 pour l’Académie libanaise des beaux-arts entre 1943 et 1970 ; 51 pour l’Université arabe de Beyrouth, filiale de l’université d’Alexandrie fondée en 1962 ; 27 pour le tout récent INBA de l’Université libanaise. Créées tardivement, ces deux dernières formations virent leurs effectifs croître de manière très rapide).

  • 12  Nasr, 2005, p. 199-200.
  • 13  Nasr, 2004.
  • 14  Nous n’avons pas eu accès au programme.
  • 15  AUB Catalogues, 1954-1955, 1962-1963, 1974-1975.
  • 16  Ducruet, 1999, p. 53-55.

9Si ces différentes universités proposaient de nombreuses spécialisations autour des métiers du génie civil, de la construction ou de l’équipement, l’étude des questions d’aménagement et d’urbanisme était réduite à la portion congrue. Malgré deux tentatives dans ce sens de Saba Shiber en 1954 et 1956 12, aucun diplôme ne fut spécifiquement délivré dans cette discipline jusqu’en 1973, lorsqu’un Master of Urban Planning and Design fut créé à l’université américaine, en partenariat avec l’université de Sheffield au Royaume-Uni 13. Mais ce cursus s’interrompit dès 1977 en raison de la guerre 14. Dans les cursus de génie ou d’architecture, l’enseignement de l’urbanisme était réduit à une faible part et s’apparentait à un survol destiné à donner aux étudiants un minimum de culture générale. À l’AUB étaient donnés des cours intitulés City Planning en 1954-1955, Evolution of Cities et City Planning dans le programme de 1962-1963, devenant History of Urban Forms and Planning et Introduction to Urban Planning en 1974-1975. Dans l’ensemble, cela représentait un faible coefficient (de l’ordre d’un vingtième) 15. À l’ESIB, l’urbanisme était enseigné en troisième année du cursus de génie civil – travaux publics à raison d’une demi-heure hebdomadaire et de celui d’architecture à raison d’une heure hebdomadaire 16. Cette situation traduisait probablement le fait que l’urbanisme n’était pas perçu en tant que tel, avant 1973 tout du moins, comme un débouché au Liban. Cela confirme qu’en dépit de l’action législative et de planification commencée sous la présidence Chéhab, l’État ne chercha pas à recruter ou à s’attacher les services de spécialistes de ces questions, qui apparaissaient davantage comme une simple prolongation des métiers d’architecte ou d’ingénieur.

  • 17  Saleh, 1985, p. 266-267.

10Une part très importante des ingénieurs libanais était aussi formée à l’étranger. Représentant un tiers des ingénieurs inscrits à l’ordre en 1952, les diplômés à l’étranger en représentaient plus de la moitié à partir de 1966 (55% en 1970). En 1977, pour utiliser des données plus tardives, les principaux pays de formation de ces ingénieurs étaient la France (25%) et les États-Unis (24%), suivis par le reste de l’Europe (17%) et les pays arabes (16%) 17. Malgré l’absence de données de comparaison en début de période, il ne fait pas de doute que cette situation traduit une diversification des pays formateurs, en fonction des nouvelles opportunités offertes. La part de la France déclina au profit des États-Unis et surtout des pays arabes et de l’Europe de l’est. Il est toutefois impossible de distinguer les différents cursus des diplômés. On peut noter toutefois l’existence d’une petite filière de formation en urbanisme à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, qui a accueilli cinq étudiants libanais entre 1953 et 1976.

11Les spécialisations déclarées par les inscrits à l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth confirment, si besoin était, que l’orientation professionnelle des ingénieurs libanais restait très largement limitée aux besoins des marchés local et régional, c’est-à-dire l’activité du bâtiment et des travaux publics. De 1952 à 1960, 71% des inscrits relevaient du génie civil et 10% de l’architecture. De 1961 à 1970, ces deux spécialités en représentaient encore 52% et 15%, soit les deux-tiers. Diverses spécialités liées à l’électricité (11%) et à des domaines plus pointus (aéronautique, pétrole) apparurent et introduisirent une légère diversification. Dans l’ensemble, la logique libérale n’en exerçait pas moins sans conteste son emprise sur le marché local de l’emploi. En raison de la modestie, par rapport aux pays voisins, de l’intervention de l’État dans l’économie, que ce fût dans l’agriculture, dans l’aménagement hydraulique ou dans l’industrialisation, le marché du travail des ingénieurs demeurait essentiellement lié à deux paramètres : l’activité locale de la construction et les travaux publics, dépendant de la croissance urbaine, et le développement des marchés de l’équipement des pays du Golfe (et accessoirement, de la construction dans ces pays).

Une profession fragilisée et divisée

12La forte croissance numérique des effectifs d’ingénieurs et d’architectes et le rajeunissement de la profession dans un marché du travail caractérisé par un fonctionnement purement libéral fragilisaient la profession. En cas de mauvaise conjoncture du marché de la construction qui représentait l’essentiel du marché du travail local, les bureaux d’études et les ingénieurs subissaient une contraction de leur activité qui se ressentaient immédiatement sur l’emploi, par une pression à la baisse sur les salaires ou par du chômage, qui touchaient particulièrement les jeunes diplômés les plus récemment entrés sur le marché. Cette situation, expérimentée entre 1958 et 1960 à la suite de la mini-guerre civile qui conduisit Chéhab au pouvoir, trouve une illustration plus frappante encore lors de la crise de 1967, qui se prolongea jusqu’en 1970 (voir figure 3).

Figure 3 : Permis de construire et construction au Liban (1952-1975).

Figure 3 : Permis de construire et construction au Liban (1952-1975).

Sources (citées in Le Commerce du Levant, mai 1969) : direction générale de la statistique (autorisations) ; Ordre des ingénieurs de Beyrouth (demandes) ; Société des ciments libanais.

  • 18  Traboulsi, 2007, p. 149-152.
  • 19  La presse et les commentateurs de l’époque soulignèrent à l’envi les causes extérieures de ce reto (...)
  • 20  Faute de série continue pour les permis de construire, deux séries sont ici juxtaposées : les dema (...)

13L’année 1967 fut marquée par les conséquences du krach de la banque Intra, dirigée par l’homme d’affaires d’origine palestinienne Youssef Beydas (voir chapitre 7). Étant données les ramifications financières du groupe, toute l’économie du Liban fut touchée et entra dans une phase de ralentissement 18. En juin 1967, la guerre des Six-Jours entre Israël et ses voisins égyptien, jordanien et syrien vint prolonger et amplifier cette dépression économique. Quoique le Liban ne prît pas part aux combats, il en subit le contrecoup. Très dépendants des investissements en provenance des pays arabes voisins eux-mêmes directement ou indirectement touchés par la guerre de 1967, les secteurs de la construction et l’immobilier furent affectés par ce qui apparut comme une crise de confiance 19. Un bon indicateur de la crise est la courbe des demandes de permis de construire, qui, autant que sur l’activité réelle future, renseigne précisément sur les anticipations des acteurs du marché immobilier face à la conjoncture. Elle montre très clairement une dépression de trois années dont l’impact sur l’activité réelle se traduisit par une baisse sensible en 1967 (figure 3), puis par une stagnation 20. La courbe indique le caractère cyclique du marché, quelles que soient les causes des retournements : crise locale en 1958, crise locale et régionale en 1967, puis de nouveau crise régionale en 1973 lors de la guerre du Kippour.

  • 21  Entretien avec Pierre Neema (novembre 1998). Les difficultés à se faire payer, traditionnelles pou (...)
  • 22  Par exemple, Al-Mouhandess, n°16, octobre 1969, « Nouvelles de l’Ordre », n°20, octobre 1971 et n° (...)

14Ces crises successives, suivies de reprises non moins vigoureuses, se ressentaient dans l’activité des bureaux d’études qui employaient architectes et ingénieurs civils. Le choc était d’autant plus rude qu’il intervenait après quelques années de forte croissance et qu’il durait environ trois ans. Cela se traduisait dans la vie des bureaux d’études par des mises à pied massives et répétées. Ainsi, le bureau d’études CETA de Pierre Neema et Jacques Aractingi, bénéficiaire d’un gros contrat d’étude pour la Cité gouvernementale en 1963, licencia-t-il largement après la fin de ce projet, puis de nouveau en 1967, après une reprise jusqu’en 1966, puis encore en 1973 21. Les colonnes de la revue Al-Mouhandess s’en faisaient l’écho inquiet ou rassuré au gré de l’allure des courbes publiées de loin en loin 22.

15À cette conjoncture erratique s’ajoutait un second facteur de fragilisation de la profession. Le niveau d’activité par ingénieur, représenté par la surface totale des permis de construire signés, était très inégal. Une grande majorité des ingénieurs se contentaient de petits projets, alors que quelques bureaux accaparaient une large part de la commande. Ainsi, 130 ingénieurs signaient en 1970 plus de 5 000 m² de permis de construire, ce qui suscitait l’inquiétude du reste de la profession, d’après le rédacteur de Al-Mouhandess :

  • 23Al-Mouhandess, n°22, juillet 1972, p. 34. Les doubles statuts sont possibles, un salarié d’un bure (...)

« Sachant qu’il est impossible d’alimenter un bureau d’études avec une surface inférieure à 5 000 m², on peut être inquiets quant au sort du millier d’autres ingénieurs qui sont supposés vivre de leurs études ou alors… ils font autre chose et il est urgent qu’on le sache 23 ».

  • 24Idem, p. 32.
  • 25  Sur cette question, voir Beyhum, Tabet, 1989, p. 294-300.

16La concentration de la production entre les mains de quelques grands bureaux allait de pair avec un changement de la nature des projets de constructions, plus grands, plus complexes, qui impliquaient l’association de compétences diverses que seuls quelques bureaux pouvaient se permettre de regrouper. Ainsi, la surface moyenne par projet était-elle en 1971 de 747 m², alors qu’au cours des dix années précédentes elle était restée cantonnée entre 329 et 556 m². En cette année 1971, marquée par une reprise vigoureuse, 14 permis de plus de 10 000 m² et 5 de plus de 20 000 m² furent déposés 24. La polarisation à l’intérieur de la profession était de nature à remettre en cause le modèle de l’exercice libéral, jusque-là dominant dans cette activité. Ce statut était encore en 1970 celui d’une forte minorité (environ 40%) mais, selon les témoignages, il déclinait 25. Signe d’un fort penchant à l’individualisme et de l’éparpillement de la profession en petites structures, sa prépondérance correspondait à celle d’une élite sociale dominante au sein du métier, sur un marché essentiellement libanais et dépendant principalement de la construction privée. Ce statut était largement privilégié par les diplômés de l’ESIB, et son déclin doit aussi être compris comme une conséquence de la diversification des lieux de formation au sein de la profession.

  • 26  Saleh, 1985, p. 258-259, tab.1.

17D’autres modes d’exercice du métier d’ingénieur apparaissaient. La fonction publique constituait un premier débouché, quoique dans des proportions moindres que dans les pays voisins. En 1970, elle représentait un fort contingent de l’ordre de 35% des effectifs inscrits à l’Ordre des ingénieurs. Mais un plafond était atteint et, après la forte croissance durant les années cinquante et surtout soixante, liée à l’œuvre d’équipement du pays, la fonction publique ralentit fortement son recrutement à partir du début des années soixante-dix. Ainsi, selon une étude réalisée en 1982 sur les ingénieurs en poste dans l’administration, 20% des ingénieurs de la fonction publique avaient obtenu leur emploi avant 1960, et 62% avant 1965 et 83,5% avant 1970 26. De fait, la fonction publique joua le rôle d’un ascenseur social pour une partie des ingénieurs qui n’avaient pas eu les moyens de se lancer sur le marché libéral. Ce furent principalement les représentants des classes moyennes et défavorisées qui en bénéficièrent. En particulier, l’ouverture massive de la fonction publique à l’époque chéhabiste profita en partie à des ingénieurs originaires des communautés minoritaires comme les chiites ou de régions périphériques (nord et sud du pays). En retour, ce groupe d’ingénieurs de la fonction publique constitua une base sociale favorable à Chéhab et, bien après le retrait des affaires de ce dernier, resta acquis aux idées chéhabistes.

  • 27  Dans la mesure où l’inscription à l’ordre n’est pas obligatoire en cas d’exercice salarié au sein (...)
  • 28  Saleh, 1985.
  • 29  Chamussy, « Une profession au tournant », Travaux et Jours, 1972, p. 10.

18La fermeture du débouché public et l’inconfort du statut libéral, malgré son attrait, pour le plus grand nombre de jeunes, furent palliés par le développement de la salarisation au sein du secteur privé. Selon les statistiques livrées dans Al-Mouhandess, on comptait en effet en 1970 environ 800 contractuels, soit quelque 25% des inscrits à l’Ordre des ingénieurs 27. La croissance de cette catégorie s’accentua après 1970, bénéficiant de l’expansion des grands bureaux d’études exerçant non plus sur le marché local mais dans les pays du Golfe 28. Il reste que le chômage des ingénieurs devint en ce début des années soixante-dix une réalité qui concernait en 1972 246 individus, soit 7% 29.

L’Ordre des ingénieurs : lieu de régulation et de débats professionnels

  • 30  « Connaissance de l’Ordre », Al-Mouhandess, n°22, juillet 1972, p. 17 et aussi n°19.
  • 31  Longuenesse, 1991, p. 24. L’ordre assure des prestations de service de type mutualiste : caisse de (...)

19Face à ces évolutions, diverses stratégies furent mises en œuvre, notamment au sein de l’Ordre des ingénieurs. Cette institution, officiellement reconnue par une loi de 1951 pour réglementer l’exercice de la profession, succéda à une association des ingénieurs libanais, fondée dès 1934 mais reconnue seulement en 1942 30. Dès son origine, l’ordre auquel tout ingénieur désireux d’exercer au Liban avait obligation de s’inscrire, se donna pour tâche de définir le champ et de contrôler les modalités d’exercice de la profession. Le monopole de l’exercice devait être assuré par la signature obligatoire des permis de construire par un ingénieur ou un architecte. L’ordre revendiquait également contre la pratique de l’État de confier des études à des architectes ou à des ingénieurs étrangers. Il entreprit aussi de fixer des normes de rémunération des différents travaux, destinées à fournir un barème opposable à ce dernier. Il s’efforçait également de soutenir la revendication des ingénieurs-fonctionnaires d’un relèvement des traitements de base. En contrepartie, il cherchait à promouvoir une éthique de la profession parmi ses membres. Ainsi, son activité originelle apparaît-elle typique de ce qu’Élisabeth Longuenesse qualifie d’« hésitation entre le modèle corporatif de l’ « ordre » (caractéristique des professions libérales et contrôlant l’accès à la profession) et celui de l’association syndicale (ouvert, et orienté vers la lutte pour l’amélioration des conditions d’exercice de la profession, lutte incluant souvent une dimension politique) 31 ». La fragilisation de la profession, liée à sa croissance numérique, modifia moins cette posture ambiguë qu’elle ne la radicalisa.

  • 32  Sur la carrière d’Henri Eddé, voir chapitre 11.
  • 33L’Orient, 2, 8, 11, 16 et 23 juin 1964.
  • 34Al-Mouhandess, n°1, novembre 1963, p. 40-45 ; n°4, avril 1965, p. 1 (éditorial) ; n°6, janvier 196 (...)

20L’élection de Henri Eddé à la présidence de l’ordre en 1961 constitua un moment exemplaire de cette radicalisation. Représentant des jeunes de la profession, il en était en même temps un des notables 32. Sur le marché de la construction, les entrepreneurs traditionnels de bâtiment contournaient le monopole des ingénieurs en achetant leur signature aux plus jeunes sans clientèle. L’achat de signature fut désormais interdit et des quotas furent imposés pour limiter le volume d’activité des plus jeunes et les empêcher de vendre les droits non utilisés. Le remède ne fut que partiel, suscitant la pratique occulte du prête-nom. Un second axe d’action était la lutte contre l’activité des ingénieurs étrangers au Liban, notamment pour les contrats de l’État. Ainsi, en juin 1964, une violente polémique éclata : Henri Eddé accusa le ministre des Travaux publics, Georges Naccache, de ne pas avoir demandé l’avis de l’ordre pour l’emploi d’ingénieurs étrangers, pourtant obligatoire au terme de la loi 33. Cette question courut tout au long de la décennie 34. Les polémiques contre Écochard et contre l’IRFED s’inscrivaient dans ce débat. En 1970, Henri Eddé, devenu ministre des Travaux publics, imposa à l’administration une règle plus conforme aux exigences de l’ordre. Ce dernier tenta aussi de soutenir l’exportation des compétences dans les pays arabes, en réclamant d’ailleurs l’aide de l’État sur ce point, par l’embauche de conseillers techniques dans les ambassades. Mais la crédibilité de cette action passait par la reconnaissance locale des compétences des ingénieurs et renvoyait donc au combat précédent. Un dernier exemple d’action de type syndical fut le soutien de l’ordre aux fonctionnaires ingénieurs grévistes en 1971.

  • 35  Au Liban, et plus généralement dans les pays du Machrek, l’architecture est une branche de l’ingén (...)
  • 36  Salam, « Min al ‘Imar fi Lubnan », Les conférences du Cénacle Libanais, n°11, mai 1957. Voir le co (...)

21Malgré ces luttes qui s’efforçaient de promouvoir un modèle unitaire de la profession, un certain malaise s’installa au sein de la corporation entre ingénieurs et architectes. La croissance des effectifs d’ingénieurs et la rareté des débouchés en étaient encore les causes. Minoritaires au sein de l’ordre (15% en 1970), les architectes cherchaient à défendre la spécificité de leur pratique face au grand nombre des ingénieurs qui étaient en concurrence avec eux sur le marché de la construction. Une telle revendication avait été exprimée pour la première fois par Assem Salam lors d’une conférence au Cénacle Libanais en 1957. Il y défendait une conception exclusive du métier d’architecte au Liban, jusqu’alors peu distinct de celui d’ingénieur dans les formations comme dans le titre de muhandis lui-même 35. Assem Salam voyait dans l’architecte le dépositaire exclusif d’une défense de l’architecture et de l’environnement bâti libanais et critiquait implicitement la possibilité laissée aux ingénieurs de déposer des permis de construire 36.

  • 37  Neema, « Polémiques : pour une limitation du nombre d’ingénieurs et d’architectes », Al-Mouhandess(...)
  • 38  Eddé, « Polémiques », in Al-Mouhandess, n°19, août 1971, p. 36-37.

22En 1969, cette question revint sur le tapis avec la création d’une Association des jeunes architectes (AJA) qui souleva la question des prête-noms, réclama un numerus clausus pour les diplômes d’architecte et d’ingénieur 37 et une organisation distincte au sein de l’ordre, voire une scission 38. Ce groupe prit en charge la rédaction de la revue de l’ordre et tenta d’y insuffler un esprit de débat, tout en en accentuant la spécificité architecturale. La tentation d’en faire une revue d’architecture, plus ouverte sur les étudiants, affleura pendant quelques numéros. Les architectes avaient toujours été bien représentés au sein de l’ordre, puisque Antoine Tabet (1955-1956), puis Henri Eddé (1963-1964) et Amine Bizri (1965-1966) exercèrent successivement la fonction de président, et qu’il y eut toujours des vice-présidents architectes. Néanmoins, l’un des enjeux de ce débat était de conforter leur place et leur visibilité au sein de l’ordre, pour s’en servir comme d’une estrade pour discuter des problèmes du pays. La dualité de cette revendication, de nature à la fois corporatiste et politique, transparaissait dans une conférence de Pierre Neema reproduite dans la revue (encadré 1).

  • 39  Neema, « La profession : rôle et place de l’architecte dans la société », Al-Mouhandess, n°19, aoû (...)

Encadré 1 : Le rôle de l’architecte selon Pierre Neema. 39

L’architecte doit « reprendre son rôle traditionnel de maître d’œuvre et coordonner toutes les forces concourant à la création de l’édifice sans se borner à en établir le projet ; étendre son activité des simples immeubles aux unités satisferont au mieux aux exigences nouvelles de sa mission en réalisant la synthèse architecturale ; entrer dans l’Administration, l’Industrie, les centres de recherche et de formation, là où se décident les options vitales […] Il n’y a pas de domaine qui soit indifférent. L’architecte est avant tout un citoyen et l’un des plus conscients. Il se doit d’avoir une opinion sur tous les problèmes essentiels de la vie publique car il aura souvent à les guider sinon à les inspirer dans le domaine qui le concerne. […] Il doit avoir une responsabilité de première importance dans le choix des options qui engagent l’avenir de la construction dans le pays : choix économiques dans la discussion des programmes, de leur importance, leur financement, leur entretien et développement. […] Choix politique des sites et des lieux, développement prioritaire de certains secteurs. [...] L’architecte devrait, de par sa compétence, son universalité, son humanisme, être représenté partout où se joue l’avenir de la nation, l’orienter, préparer l’opinion publique, la rendre réceptive pour que le jour où une décision importante sera prise, elle trouve un auditoire favorable, conscient des réalités et des besoins, prêt à sacrifier à l’intérêt général. [...] En conclusion, nous pouvons dire que jamais la Société n’a eu un tel besoin des architectes pour coordonner toutes les forces contraires qui influent le domaine vital de la construction. Il est le seul, à condition évidemment de s’y préparer, à pouvoir apporter dans les luttes sourdes d’intérêts qui s’entre-déchirent, son équilibre et sa sérénité pour orchestrer les énergies. »

  • 40  Selon Beyhum et Tabet, 1991, p. 296, « […] il a toujours existé, au sein de la profession, un cert (...)

23Les transformations du marché de la construction pour les ingénieurs et les architectes, qu’elles fussent techniques (complexité croissante des chantiers et redéfinition des compétences exigées), économiques (concentration de la commande par une minorité de bureaux), sociales (croissance des effectifs et rajeunissement de la profession) remettaient en cause l’identité des différentes composantes de la corporation. Alors que les architectes étaient minoritaires mais en croissance relative, que les cursus universitaires distinguaient plus nettement leurs formations, leur place sur le marché du travail n’était cependant pas claire, car fortement brouillée par les compétences concurrentes et proches des ingénieurs civils. Face à cette situation, la revendication d’une définition plus stricte des tâches entre les professions, voire d’une séparation institutionnelle, fut vainement agitée. Tributaires, dans l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth, d’un héritage complexe et d’un sentiment de supériorité culturelle 40, certains représentants des architectes, comme Pierre Neema, percevaient les changements en cours dans la commande publique et notamment dans l’urbanisme et l’aménagement, et cherchaient à s’en faire les traducteurs privilégiés pour devenir les interlocuteurs essentiels sur ce qui constituait potentiellement un nouveau marché.

L’aménagement urbain : de nouvelles opportunités de travail dans les années 1960

Le marché des plans d’urbanisme

24La politique d’aménagement du pays et de ses villes et villages, telle qu’elle était définie par le schéma de polarisation de l’IRFED, impliqua l’étude des plans d’urbanisme d’un nombre croissant de localités libanaises (tableau 2).

Tableau 2 : études de plans d’urbanisme au Liban.

Nombre de plans

Nombre de

sources

étudiés

en cours

localités

1967

31

14

60

DGU, Al-Mouhandess, 1968

1971

53

33

102

Plan sexennal - DGU (1972)

  • 41  « L’ingénieur au Liban », Al-Mouhandess, n° spécial, juillet 1968, 217 p. Ce numéro associe l’Ordr (...)
  • 42  République Libanaise, CEGP, Étude préliminaire du remembrement de la zone de Nahr Beyrouth, (rappo (...)

25À la fin de 1967, le bilan présenté par la direction générale de l’urbanisme (DGU), à l’occasion du numéro spécial « L’ingénieur au Liban »41 de la revue de l’ordre, Al-Mouhandess, indiquait que 45 plans avaient été étudiés ou étaient en cours d’étude. Ils couvraient 60 localités, et relevaient de différents genres : plans directeurs consacrés à une région comme les banlieues de Beyrouth ou le littoral libanais ; plans directeurs consacrés à une ville ou à un regroupement de villes, comme celui de la région de Chtaura dans la Békaa qui englobait 4 villages ; plans de détails à l’échelle du 1/2 000 pour quelques localités. À ces plans s’ajoutaient également des études effectuées pour le compte d’autres administrations, telles par exemple que le Conseil exécutif des grands projets de la ville de Beyrouth ou le Conseil exécutif des grands projets, commanditaire d’une étude opérationnelle pour le réaménagement des rives du fleuve de Beyrouth 42. En 1971, les chiffres s’étaient accrus, une quarantaine de nouveaux projets ayant été lancés entre-temps.

26Ces études d’urbanisme représentaient pour les ingénieurs et architectes libanais un nouveau marché, car les administrations faisaient appel à la collaboration du secteur privé faute d’avoir elles-mêmes les moyens de se consacrer à cette tâche, comme l’indiquait Jean Eddé :

  • 43  Eddé, « Quelques conseils au sujet de la fabrication d’un plan d’urbanisme », in HTMO, n°3, p. 11.

« Ce sont eux [les services administratifs des municipalités et de l’État] qui – devant l’ampleur des études demandées par l’État – ont insisté pour obtenir la collaboration de leurs camarades du secteur privé 43. »

  • 44  Il serait nécessaire de disposer d’éléments financiers, tels que des contrats, pour apprécier l’in (...)

27Ce nouveau marché représenta en moyenne une dizaine de contrats par an entre environ 1963 et 1971, chiffre modeste dans l’absolu. Faute de données économiques, il est difficile d’en apprécier l’impact économique pour la profession 44. Un premier repérage permet de cerner les profils des « urbanistes » et de leurs bureaux d’études et des filières par lesquelles ils accèdent à la commande. In fine, cela permettra d’apprécier ce que l’urbanisme représente dans leur activité.

Les filières et les modalités d’exercice de l’urbanisme

28Le corpus sur lequel porte cette analyse est constitué par les deux numéros spéciaux de 1966 et 1968 de Al-Mouhandess, qui mentionnent les noms des auteurs de 21 schémas directeurs terminés ou en cours. On a cherché à reconstituer les lieux et les filières de formation de quelques-uns d’entre eux. L’étude de l’administration de l’urbanisme elle-même est reportée au chapitre 11.

  • 45  Rappelons que cette filière architecture forma une minorité de diplômés de l’ESIB. La prépondéranc (...)

29Le dépouillement des listes de bureaux d’études en relation avec les administrations chargées de l’urbanisme livre les noms d’une petite trentaine de professionnels, essentiellement les dirigeants-fondateurs des bureaux ou des praticiens indépendants (annexe 1). Des données sont disponibles pour une vingtaine d’entre eux. 11 étaient issus de l’ESIB, dont 5 de la filière ingénieur-architecte. 3 avaient été formés à l’AUB et 6 à l’étranger (à égalité en France, aux États-Unis et en Grande-Bretagne). La domination de l’ESIB renvoyait à l’existence d’une filière d’ingénieurs-architectes, que cinq individus de l’échantillon avaient suivie 45. Au total, et compte-tenu de la domination des ingénieurs civils dans la profession, la détention d’une spécialisation en architecture constituait un avantage pour l’exercice de l’urbanisme. Outre les ingénieurs-architectes, 7 autres praticiens possédaient le titre d’architecte, tandis que 9 étaient ingénieurs civils. Dans l’ensemble, ces « urbanistes » appartenaient aux générations diplômées après l’Indépendance du Liban et étaient parfois d’une grande jeunesse, leur âge s’établissant en 1966 entre 28 et 45 ans.

  • 46  D’autres exemples, non mentionnés dans cette source, iraient dans le même sens : Assem Salam, dipl (...)
  • 47  Voir supra la discussion sur le plan d’aménagement de Beyrouth et ses banlieues.

30Une faible minorité de ces professionnels avaient une formation académique spécifique en urbanisme : l’échantillon comptait trois anciens étudiants de l’Institut d’urbanisme de Paris, dont l’un, Pierre al-Khoury, n’avait jamais terminé son mémoire de diplôme. Certains d’entre eux avaient acquis, sur le tas, une petite expérience en urbanisme, soit localement, comme Grégoire Sérof qui avait été un collaborateur d’Écochard, soit à l’étranger dans des stages ou de premières expériences professionnelles 46. Pour l’essentiel, l’urbanisme était pour eux une première expérience et une découverte dont leur formation n’avait pu leur apporter, dans la plupart des cas, qu’un aperçu rapide, tout en les convainquant de sa nécessité sociale 47.

  • 48  Verdeil, 2002, annexe 3 et 4, p. 616-617.

31Au reste, ces « urbanistes » d’occasion ne pratiquaient pas cette discipline comme un métier ou une spécialité à part entière, mais comme un prolongement ou un dérivé mineur de leurs activités habituelles. La présentation dans « L’ingénieur au Liban » de l’activité de quelques bureaux d’études 48 complète les informations données sur les auteurs de plans d’urbanisme et permet une approche plus globale de l’activité des bureaux. Dans cette brochure, 10 bureaux parmi 13 qui présentaient leurs activités déclaraient pratiquer l’urbanisme. Deux critères renseignaient sur la situation économique de ces bureaux et sur la place qu’y occupait l’urbanisme : pour 6 d’entre eux, on dispose d’une estimation du nombre d’ingénieurs et d’architectes employés. D’autre part, des éléments sur le coût des projets étudiés sont disponibles pour 5 bureaux. Au total, on peut cerner la situation économique de huit d’entre eux. Deux types de situation se dégagent.

Les petits bureaux d’études

32L’urbanisme était d’abord pratiqué par des structures de petite taille et pluridisciplinaires, du moins capables de traiter des projets complexes dans leur activité dominante. 3 bureaux indiquaient compter 5 ingénieurs et/ou architectes. Le coût des projets traités, hormis le cas de la cité gouverne-mentale, était en général inférieur à 10 millions de livres libanaises. La plupart de ces firmes effectuaient la majeure partie de leur activité dans l’architecture. Une part importante de leurs commandes provenait de programmes d’architecture sortant de la construction privée classique (immeubles, etc.) et se composait de programmes complexes (usines, hôtels). La commande de l’État était essentielle, à travers des organismes publics comme le Conseil national du tourisme, la Direction générale des antiquités, le ministère du Plan qui pilotait le projet de Cité gouvernementale ou l’Électricité du Liban qui se dotait d’un nouveau siège. Les liens noués avec l’État représentèrent, pour plusieurs de ces bureaux, un préalable à des commandes urbanistiques.

  • 49  Entretien avec Pierre Neema, novembre 1998.
  • 50  Entretien avec Pierre al-Khoury, 3 mai 1999. Pierre al-Khoury avait commencé des études à l’Instit (...)

33Ainsi, Amine Bizri, ingénieur-architecte diplômé de l’ESIB en 1947 et diplômé de l’Institut d’urbanisme de Paris en 1953, avait travaillé en collaboration avec l’UNESCO pour le compte de la Direction générale des antiquités (DGA) lors d’une étude sur les monuments historiques de Tripoli en 1954. En 1956, il avait été associé à Michel Écochard pour l’étude du centre historique de Saïda, puis à celle de la cité nouvelle dans la banlieue de cette cité. Tout en conservant des commandes de la DGA par la suite, il fut en mesure de traiter un programme de cité de 1.000 logements pour le ministère des Affaires sociales. En outre, il participait, en tant que représentant de la DGA, au Conseil supérieur de l’urbanisme, avant d’y représenter l’Ordre des ingénieurs dont il devint président en 1964. Dans le cas du bureau CETA de Pierre Neema et Jacques Aractingi, la commande architecturale publique fut également essentielle : c’est après avoir obtenu, sur concours, le projet de la Cité gouvernementale que cette équipe de jeunes architectes, dont le volume de commandes privées était impressionnant, se vit confier deux études d’urbanisme pour les régions de Chtaura et Kabb Elias, dans la Békaa 49. Pierre al-Khoury obtint, de manière analogue, la commande du plan d’urbanisme de Tyr, puis celle de Ajaltoun, après un concours remporté pour l’entrepôt des douanes de l’aéroport de Beyrouth. En 1964, il participa également à l’étude de la rénovation du centre-ville de Beyrouth pour le compte du CEGPVB 50. Kazim Kanaan avait un volume et un profil d’activité comparable. De nouveau, des commandes publiques complexes (architectures civiles et surtout cités résidentielles et/ou populaires, au Liban et ailleurs) étaient associées à quelques commandes en urbanisme.

  • 51  Diplômé de l’Institut d’urbanisme de Paris en 1964. Nous remercions Jean-Pierre Frey pour cette in (...)

34Parallèlement à cette filière qui conduisait de l’architecture à l’urbanisme existait une autre voie menant ces petits bureaux d’études à l’aménagement urbain, par le biais des travaux publics. C’est le cas, dans notre échantillon, de l’agence de Michel Ghorayeb, dont le coût cumulé des projets présentés se montait à 25 millions de L.L., soit nettement moins que le bureau CETA. La spécialisation dans des projets d’assainissement urbain prépara l’orientation vers l’urbanisme. Un gros projet pour les égouts de Tripoli, et une réponse primée à un concours pour l’aménagement du centre-ville dans cette cité précéda l’obtention d’une étude urbanistique portant sur un groupe de villages dans la Békaa. Le cas du bureau Dar al-Amara serait à rapprocher de ce dernier : alors que le fond de l’activité était dominé par des études de structures complexes (téléphérique, couverture de stade, église en béton armé à Hadath (Liban)) et des projets architecturaux touristiques (hôtels et centres balnéaires en mer Rouge), le développement d’une activité en urbanisme paraît lié à un projet primé lors du concours pour l’aménagement de Baalbek. Dans cet ensemble de petits bureaux à l’orientation plus technique qu’architecturale, le Bureau technique d’urbanisme et de travaux publics, dirigé par Mustafa Fawaz, se distinguait. À l’instar des précédents, les travaux publics (routes, ponts, irrigation, égouts) constituaient l’essentiel de l’activité. Mais l’urbanisme y figurait comme une spécialité de plein droit, avec plusieurs commandes. Son dirigeant-fondateur était, il est vrai, l’un des rares diplômés en urbanisme du pays, après son diplôme d’ingénieur des Ponts et chaussées 51.

35Parmi ces petites structures, un cas présentait une situation intermédiaire en raison d’un volume d’activité plus important. L’Agence d’architecture et d’urbanisme, dirigée par Joseph Ph. Karam, se singularisait par la réalisation de très grands hôtels et d’immeubles complexes, principalement à Beyrouth, pour des sommes sans commune mesure avec les précédentes. Alors que l’urbanisme était présenté comme une activité potentielle de cette agence, aucun projet n’était inscrit dans cette rubrique. Cela confirme qu’il avait une fonction d’appoint par rapport à l’activité principale. Un carnet de commande déjà fourni, comme dans le cas de cette agence, n’incitait pas à développer ce secteur.

  • 52  Henri Eddé, Amine Bizri et Georges Maroun. Trois autres anciens présidents, durant la décennie cin (...)

36D’une manière générale, pour ces bureaux, et hormis le cas particulier du BTPUP, l’urbanisme constituait une activité dérivée, mineure, annexe, résultant souvent davantage d’un concours de circonstances et d’une disponibilité que d’une réelle spécialisation dans cette branche. Pourtant, à défaut d’être rentable ou de constituer le cœur de l’activité, il restait l’apanage d’une élite : trois présidents de l’Ordre des ingénieurs bénéficièrent de contrats d’urbanisme, de même que plusieurs architectes qui comptaient parmi les ténors de la profession 52. Activité prestigieuse, l’urbanisme contribuait à la réputation d’un bureau ou d’une équipe. Inversement, le choix par l’administration des « urbanistes » se fit préférentiellement parmi des équipes déjà titrées et légitimées. Économiquement mineure, la pratique de l’urbanisme était l’indice d’un statut social enviable au sein de la profession au Liban.

Les grands bureaux d’études

37Le statut économique et social de l’urbanisme était tout autre pour les grands bureaux d’études de notre échantillon. À ces petites et moyennes structures, dont l’activité était concentrée au Liban, s’opposaient en effet les bureaux d’études pluridisciplinaires, anglophones et tournés vers les pays arabes du Golfe, tels ACE et Dar al-Handasah. Ne formant à l’origine qu’une seule entreprise fondée par quatre ingénieurs de l’AUB, mais divisée en 1959, ces deux grands bureaux d’études s’inscrivaient dans un marché régional, qui représentait l’essentiel de leurs commandes, à l’inverse des autres bureaux libanais, qui ne trouvaient à l’export qu’un supplément d’activité. La stratégie de ces entreprises était la conquête des marchés de travaux publics et de construction, dont l’urbanisme, des pays qui utilisaient la rente pétrolière pour financer leur développement. Pour ce faire, de larges équipes d’ingénieurs et d’architectes pluridisciplinaires furent formées, travaillant dans différentes capitales du monde arabe (Le Caire, Ryad, Koweit, Amman, Dubaï). Le volume d’activité était sans comparaison avec celui engendré par les marchés privés et publics au Liban (par exemple, 700 km d’autoroutes au Yémen, contre 53 au Liban…).

  • 53  On trouve néanmoins dans les archives Écochard à l’IFA la trace d’une proposition de Dar al-Handas (...)
  • 54  Entretien avec Nazih Taleb, le 4 mai 1999. Voir aussi : « Al-‘Inama wa-l-tanzim al-madani » (le dé (...)

38Au sein de cet ensemble, quelle était la place de l’urbanisme ? Dans les années 1960, elle resta relativement limitée. Lors de la scission de deux firmes, c’est à ACE qu’échut l’urbanisme, autour des personnalités de Victor Andraos et de Saba Shiber. Outre quelques projets au Liban, ACE obtint des contrats en Arabie Saoudite, comme Damman et Khobbar. Pour ces villes nouvelles liées à l’extraction et à l’exportation du pétrole, tout était à faire et le contrat incluait également l’étude de l’assainissement. Dans cette période, Dar al-Handasah traita apparemment peu de projets d’urbanisme 53, sans que ses dirigeants se désintéressent de la question puisque en 1966, Nazih Taleb, l’un des associés fondateurs, siéga au Conseil supérieur de l’urbanisme en 1966-1967 avant d’en démissionner brutalement pour marquer son désaccord avec la gestion de ce secteur 54.

  • 55  Ghosn, 2005.

39Toutefois, c’est surtout à partir de 1970 que Dar al-Handasah Shaer se lança massivement dans l’urbanisme, peu après une scission avec Dar al-Handasah Taleb. Cette nouvelle orientation découlait d’un élargissement de l’espace géographique d’activités de la firme vers de nouveaux pays pétroliers. Dès 1972, elle obtint plusieurs marchés d’études d’urbanisme pour des villes nouvelles et des études de planification régionale au Nigéria, pays où commençait la mise en valeur du pétrole. En 1973 et 1974, en Algérie, la société nationale d’exploitation pétrolière Sonatrach lui confiait des études d’urbanisme pour les villes de Hassi Messaoud et de Hassi R’mel. Dans le même temps, Dar al-Handasah fut également chargé d’études d’urbanisme pour Dubai et Ras al-Khaimah aux Émirats arabes unis, ainsi qu’à Aqaba en Jordanie. Du reste dans les années suivantes, cet élargissement de l’activité dans le monde arabe et en Afrique se poursuivit 55.

40En 1971, pour accompagner ces nouvelles activités, un département d’urbanisme vit le jour dans cette firme, dirigé par Robert Wakim. Jusqu’en 1975, une petite dizaine de professionnels furent embauchés, majoritairement libanais, mais comptant également au moins un Égyptien et un Irakien. Tous étaient architectes et plusieurs avaient obtenu une qualification complémentaire ou un doctorat en urbanisme. Les pays de formation étaient surtout la Grande-Bretagne et les États-Unis, parfois après un premier diplôme au Liban.

41Les espaces de référence et les pratiques de ces nouveaux bureaux d’études libanais témoignaient du profond décalage avec la majorité des structures opérant au Liban. Non que ces derniers fussent restés sans lien avec les pays arabes du Golfe, ou encore moins avec la Syrie toute proche. Au contraire, les itinéraires professionnels de nombreux praticiens en témoignaient. Toutefois, l’originalité des firmes, dont Dar al-Handasah s’affirmait au tournant des années 1970 comme le leader, venait de ce que le Liban, pays d’appartenance, ne constituait plus pour elle un champ d’opérations. Ce choix témoignait d’une part de la taille et de la complexité limitées du marché libanais, où l’industrie restait peu développée ; et d’autre part du poids restreint de l’État dans la commande. Peut-être signifiait-il aussi que ces entrepreneurs restaient alors en marge du système et des réseaux d’accès à la commande, qui demeuraient aux mains d’une élite principalement francophone ?

  • 56  Cette firme avait d’ailleurs la réputation d’avoir privilégié le recrutement d’employés d’origine (...)
  • 57  Nasr, 2005.
  • 58  Beyhum, Tabet, 1991.

42Cette nouvelle orientation prend sens également d’un point de vue géopolitique. Il serait tentant d’expliquer le succès de telles firmes par l’idée d’une connivence arabe, en cette période où le panarabisme constituait un étendard. En effet, plusieurs des fondateurs des bureaux d’études libanais se réclamaient de cette mouvance politique. Certains d’entre eux étaient d’origine palestinienne, comme Kamal Shaer, de nationalité jordanienne, et par ailleurs membre du parti pan-arabe du Baath irakien, comme Zuheir Alami, fondateur de Khatib wa Alami56 ou comme Saba Shiber, un des premiers associés de ACE. La biographie de ce dernier montre le lien qui s’était établi entre la cause palestinienne et la volonté de promouvoir un développement des pays arabes à la fois respectueux de certaines facettes de leur héritage et désireux de permettre leur autonomie en s’appuyant sur l’acquis scientifique et technique occidental 57. Il n’est pas contestable qu’un lien existait entre l’effervescence intellectuelle sur la scène arabe et le développement de ces structures professionnelles, ne serait-ce par exemple que dans la représentation que ces jeunes professionnels pouvaient se faire de leur marché du travail 58.

  • 59  Volait, 2005, p. 367-374.
  • 60  Néanmoins, depuis 1945, des congrès d’ingénierie arabe se tenaient chaque année et permettaient un (...)
  • 61  Entretien avec Haytham ‘Abd al-Jabbar, urbaniste chez Dar al-Handasah Sha’er, 12 avril 2001 (avec (...)

43Mais les convictions panarabes ou la cause palestinienne ne constituaient aucunement un avantage commercial. En effet, la plupart des pays arabes formant la clientèle de ces bureaux d’études n’appartenait pas au camp progressiste et arabiste, sauf le Yémen du Sud, l’Irak ou la Syrie à partir des années soixante. En fait, à l’inverse de la situation de la fin des années quarante et des années cinquante, où le panarabisme contribua à un brassage temporaire des techniciens des différents pays arabes, l’avènement de régimes se revendiquant du panarabisme se traduisit plutôt par des crispations nationalistes et l’éviction des élites professionnelles liées aux régimes bourgeois. L’évolution de l’Égypte au lendemain de l’avènement du nassérisme l’illustrait bien. Les ténors de la profession, interdits d’exercice ou exclus de la commande, trouvèrent refuge dans les pays voisins et dans le Golfe en particulier 59. C’est donc plutôt indirectement et sans intentionalité, que le panarabisme fut un facteur de coopération inter-arabe, au moins en ce qui concerne l’ingénierie 60. D’autre part, selon les témoignages recueillis, le fait d’être arabe, donc comme venant d’un pays sous-développé et n’appartenant pas à l’Occident, considéré comme le dépositaire unique du savoir et du progrès, constituait un handicap majeur. À compétence égale, voire supérieure, l’obtention des marchés supposait d’être les mieux-disant sur le plan commercial, par le prix ou les services « gratuitement » offerts 61.

  • 62  Saleh, 1985.
  • 63  « Nazih Taleb remembers », op. cit.

44La pénétration et le succès de ces entreprises se comprend plutôt par référence au modèle organisationnel de l’ingénierie américaine, associant professionnalisation poussée et polyvalence. Le déploiement des normes managériales américaines dans le Moyen-Orient des années soixante et soixante-dix illustrait en effet une mutation géoéconomique d’envergure 62. Le cas de Dar al-Handasah avait valeur exemplaire, puisque sa création reproduisait la tradition d’association de professeurs américains fournissant des consultations à l’extérieur, parallèlement à leur activité enseignante. Le succès de l’initiative conduisit toutefois très rapidement à l’abandon du volet universitaire. L’objectif essentiel de cette réunion de personnes était la constitution d’une expertise polyvalente. Les cinq fondateurs de Dar al-Handasah se répartissaient par exemple en trois chimistes, un ingénieur de structures et un ingénieur hydraulicien 63. Cette polyvalence constitua bientôt la principale raison d’être de ces firmes et la principale qualité qui leur était reconnue. Associé aux autres disciplines de l’ingénierie, architecture, génie civil, génie pétrolier, transport, etc., l’urbanisme prend un tout autre sens que dans la pratique des bureaux libanais mentionnés précédemment. La discipline urbanistique devenait une porte d’entrée vers de nouveaux marchés plus lucratifs, ceux des études de détail dans de grands projets de logements, d’infrastructures civiles, de routes, etc. dans des pays largement démunis de ressources humaines dans ce domaine.

  • 64  Verdeil, 2002, p. 431-434.

45L’opposition entre la culture d’entreprise de ces grands bureaux d’études opérant à l’international et la culture professionnelle des ingénieurs et architectes libanais doit cependant être relativisée. En effet, dès le début des années soixante-dix, le développement de ces firmes draina, pour des périodes variables, non seulement de jeunes diplômés en quête d’opportunités mais aussi des professionnels plus chevronnés. Ainsi l’architecte Grégoire Sérof, qui fut un collaborateur d’Écochard en 1961-1964, travailla durant deux années chez Dar al-Handasah. C’est surtout le déclenchement de la guerre civile qui accéléra le mouvement. Pierre Neema intégra alors la division architecture de ACE, repliée à Athènes. Henri Eddé fut embauché par Dar al-Handasah où il exerça durant toute la guerre, participant en particulier à tous les projets de reconstruction du centre-ville de Beyrouth ainsi qu’à de nombreuses études à l’étranger. Mais ceci est l’objet d’une autre histoire 64.

*
* *

46Les enjeux de l’aménagement urbain pour les ingénieurs libanais se lisent à un double niveau : dans un premier temps, la politique d’aménagement urbain impulsée par le régime chéhabiste et poursuivie par l’administration de l’urbanisme se traduisit par l’apparition de nouvelles opportunités professionnelles sur le marché du travail pour une profession économiquement fragilisée. Mais cette ressource, au demeurant peu abondante, ne profita pas au commun des ingénieurs ou architectes libéraux, travaillant à leur compte. Elle demeurait l’apanage d’une minorité de bureaux d’études, de taille restreinte, mais aux compétences néanmoins suffisamment diversifiées pour mener à bien cette tâche. D’une manière générale, la fonction de l’urbanisme pour ces bureaux d’étude était complexe. Pour quelques grands bureaux d’études, opérant à l’échelle moyen-orientale, la finalité économique de l’urbanisme paraissait essentielle, au moins par ses effets indirects, comme composante d’une offre intégrée allant de la conception du plan d’urbanisme aux plans de détail d’exécution des réseaux, des bâtiments publics, etc. Pour les autres bénéficiaires de ces commandes, pratiquer l’urbanisme assurait un complément d’activité, dans le prolongement de l’activité principale. L’intérêt qu’ils en retiraient n’était probablement pas uniquement, ni même essentiellement, financier : la pratique de l’urbanisme constituait un signe de distinction et conférait une légitimité à ces professionnels, non seulement au sein de la profession, mais aussi dans le concert politique libanais. À cet égard, le discours de Pierre Neema cité dans ce chapitre constitue un indice suggestif. La revendication de la spécificité de la place de l’architecte au sein de la profession allait de pair avec celle de son rôle au sein de la société, comme décideur qualifié pour la répartition dans l’espace des investissements, des hommes, etc. : aussi bien que d’architecture, c’était d’une certaine conception de l’urbanisme qu’il était question.

Notes

1  Claude, 2006.

2  L’inscription à l’Ordre est obligatoire pour avoir le droit d’exercer au Liban. Vers 1960, sur 1 200 ingénieurs vivant au Liban, 870 seulement étaient inscrits à l’Ordre. IRFED, Besoins et possibilités du Liban, op. cit., t. 1, p. 71.

3  Selon les tableaux présentés dans Al-Mouhandess, n°19, p. 34-35, le cumul des ingénieurs inscrits à l’Ordre depuis la fondation est de 2701. Néanmoins, un chiffre différent figure dans le n°22 de juillet 1972 de la même revue (p. 34) : il y aurait alors 3 100 ingénieurs inscrits au Liban. La différence tient peut-être au cumul des données de Tripoli et de Beyrouth. Une troisième source vient compliquer la donne en avançant en 1971, le chiffre de 2 930 ingénieurs au Liban. Chebat, « Les ingénieurs au Liban », in Travaux et Jours, n°43, avril-juin 1972, p. 27. Voir aussi les estimations divergentes de Jean Eddé dans la même livraison. Il faut au moins en tirer comme conclusion la difficulté de collecter des statistiques au Liban. Toutes ses sources sont livrées brutes, c’est-à-dire que les ingénieurs radiés, décédés, retraités, etc. n’en sont pas retirés (les décédés sont estimés à 200 en 1972).

4  En 1975, la proportion d’ingénieurs dans la population active était proche de 1%. En 1982, ce taux était de 1,4% aux États-Unis. Longuenesse, 1990.

5Al-Mouhandess, n°19, août 1971, p. 34.

6  Dès les années 1870, mais également durant les années 1920, puis 1950, l’État intervint fortement pour structurer l’offre de formation et l’adapter à ses demandes, notamment en termes d’hydraulique et de travaux publics. Voir Volait, 2005. Dès l’indépendance de la Syrie, en 1946, l’État créa des universités techniques, comme à Alep. Voir l’annexe sur la Syrie, in Longuenesse, 1990, p. 407-412.

7  Ducruet, 1999, p. 44-45 et p. 63.

8  Ainsi fut créée, pendant quelques années, à la demande de la direction des affaires géographiques de l’armée libanaise, une section d’ingénieurs-géographes en vue de poursuivre l’œuvre cartographique relancée sous la présidence de F. Chéhab.

9  Les diplômés de l’ESIB (réputés plus individualistes) valorisaient davantage la carrière libérale sur le marché local ou entraient dans l’administration ; les diplômés de l’AUB profitaient du développement de firmes et de bureaux d’études libanais anglophones, fondés par d’anciens étudiants de l’AUB et orientés vers les marchés arabes. Saleh, 1985.

10 Al-Mouhandess, art. cit.

11  Saleh, 1985, p. 275-276.

12  Nasr, 2005, p. 199-200.

13  Nasr, 2004.

14  Nous n’avons pas eu accès au programme.

15  AUB Catalogues, 1954-1955, 1962-1963, 1974-1975.

16  Ducruet, 1999, p. 53-55.

17  Saleh, 1985, p. 266-267.

18  Traboulsi, 2007, p. 149-152.

19  La presse et les commentateurs de l’époque soulignèrent à l’envi les causes extérieures de ce retournement du marché, laissant dans l’ombre les déséquilibres propres d’un marché où la production de logements de luxe était excédentaire (5 000 logements de luxe vacants en 1963 selon une estimation citée par Pierre Gorra, « La construction à Beyrouth », in Le Commerce du Levant, éd. mensuelle, n°48, 1963, p. 5-10. Le même chiffre fut repris en 1966 par le Daily Star, cité par Ruppert, 1999, p. 55).

20  Faute de série continue pour les permis de construire, deux séries sont ici juxtaposées : les demandes de construire pour le Liban entier (émanant de l’Ordre des ingénieurs, qui les vise obligatoirement et s’en sert pour établir les quotas de ses membres) et les autorisations pour les quatre plus grandes villes (sans, malheureusement, la banlieue de Beyrouth). Hétérogènes par leurs assises géographiques, les deux séries diffèrent en sus en ce que toutes les demandes ne sont pas autorisées.

21  Entretien avec Pierre Neema (novembre 1998). Les difficultés à se faire payer, traditionnelles pour les bureaux d’études, étaient exacerbées dans les commandes de l’État : selon Pierre Neema, les honoraires dues pour la Cité gouvernementale n’auraient jamais été versées. Les difficultés à payer le personnel ne pouvaient qu’en être accrues.

22  Par exemple, Al-Mouhandess, n°16, octobre 1969, « Nouvelles de l’Ordre », n°20, octobre 1971 et n°22, juillet 1972.

23Al-Mouhandess, n°22, juillet 1972, p. 34. Les doubles statuts sont possibles, un salarié d’un bureau d’études pouvant également traiter quelques projets en compte propre.

24Idem, p. 32.

25  Sur cette question, voir Beyhum, Tabet, 1989, p. 294-300.

26  Saleh, 1985, p. 258-259, tab.1.

27  Dans la mesure où l’inscription à l’ordre n’est pas obligatoire en cas d’exercice salarié au sein d’une entreprise, ce chiffre est probablement minoré. Une autre source de 1972 donne une estimation de 1 200. Voir Travaux et Jours, 1972.

28  Saleh, 1985.

29  Chamussy, « Une profession au tournant », Travaux et Jours, 1972, p. 10.

30  « Connaissance de l’Ordre », Al-Mouhandess, n°22, juillet 1972, p. 17 et aussi n°19.

31  Longuenesse, 1991, p. 24. L’ordre assure des prestations de service de type mutualiste : caisse de retraite, assurance-maladie.

32  Sur la carrière d’Henri Eddé, voir chapitre 11.

33L’Orient, 2, 8, 11, 16 et 23 juin 1964.

34Al-Mouhandess, n°1, novembre 1963, p. 40-45 ; n°4, avril 1965, p. 1 (éditorial) ; n°6, janvier 1966, p. 1 (éditorial), n°8, décembre 1966, « Les nouvelles de l’Ordre », p. 22 ; n°10, décembre 1967, p. 1 (éditorial sur l’ingénieur consultant) ; n°13, décembre 1968, p. 1 (éditorial) ; n°16, octobre 1969, p. 11. Voir également la chronique de Saba Shiber, en 1962, « After Oscar Who ? » qui mettait en cause le choix de Niemeyer pour la construction de la foire internationale de Tripoli, The Daily Star, 27 février 1962.

35  Au Liban, et plus généralement dans les pays du Machrek, l’architecture est une branche de l’ingénierie. L’architecte est muhandis al-maamari, littéralement ingénieur de la construction. Longuenesse, 1990.

36  Salam, « Min al ‘Imar fi Lubnan », Les conférences du Cénacle Libanais, n°11, mai 1957. Voir le commentaire de cette conférence par Ghandour, 2003.

37  Neema, « Polémiques : pour une limitation du nombre d’ingénieurs et d’architectes », Al-Mouhandess, n°20, octobre 1971, p. 14-15 et n°21, mars 1972, p. 14-15.

38  Eddé, « Polémiques », in Al-Mouhandess, n°19, août 1971, p. 36-37.

39  Neema, « La profession : rôle et place de l’architecte dans la société », Al-Mouhandess, n°19, août 1971, p. 33.

40  Selon Beyhum et Tabet, 1991, p. 296, « […] il a toujours existé, au sein de la profession, un certain sentiment de « supériorité » des architectes ».

41  « L’ingénieur au Liban », Al-Mouhandess, n° spécial, juillet 1968, 217 p. Ce numéro associe l’Ordre des ingénieurs et les administrations de l’État dans un panégyrique à la gloire de l’ingénieur libanais et des réalisations de l’État.

42  République Libanaise, CEGP, Étude préliminaire du remembrement de la zone de Nahr Beyrouth, (rapport définitif et annexes), par Caland et Daoud, juin 65, 153 p. + 25 p.

43  Eddé, « Quelques conseils au sujet de la fabrication d’un plan d’urbanisme », in HTMO, n°3, p. 11.

44  Il serait nécessaire de disposer d’éléments financiers, tels que des contrats, pour apprécier l’intérêt économique de ces études. Selon Pierre Neema, leur rentabilité était très limitée et les sommes versées, avec retard, très faibles (entretien, novembre 1998).

45  Rappelons que cette filière architecture forma une minorité de diplômés de l’ESIB. La prépondérance réelle de l’ESIB doit être nuancée, puisque nous disposons des listes des diplômés de cette université, et non de celle de l’AUB ou des autres écoles libanaises, dont le score, sur les 8 manquants, ne pourrait que remonter.

46  D’autres exemples, non mentionnés dans cette source, iraient dans le même sens : Assem Salam, diplômé de Cambridge en Grande-Bretagne, effectua sa première expérience professionnelle dans une ville nouvelle ; Henri Eddé, qui compléta sa formation en France au sein du cabinet Labourdette, où il tâta de l’urbanisme lors de la reconstruction des villes françaises.

47  Voir supra la discussion sur le plan d’aménagement de Beyrouth et ses banlieues.

48  Verdeil, 2002, annexe 3 et 4, p. 616-617.

49  Entretien avec Pierre Neema, novembre 1998.

50  Entretien avec Pierre al-Khoury, 3 mai 1999. Pierre al-Khoury avait commencé des études à l’Institut d’urbanisme de Paris mais n’acheva jamais son mémoire de diplôme.

51  Diplômé de l’Institut d’urbanisme de Paris en 1964. Nous remercions Jean-Pierre Frey pour cette information.

52  Henri Eddé, Amine Bizri et Georges Maroun. Trois autres anciens présidents, durant la décennie cinquante, Joseph Naggear, Antoine Tabet et Farid Trad, s’étaient beaucoup investis dans les questions d’urbanisme.

53  On trouve néanmoins dans les archives Écochard à l’IFA la trace d’une proposition de Dar al-Handasah de faire les études d’urbanisme de détail des villes nouvelles de la banlieue sud de Beyrouth. Ce projet n’ayant pas été suivi d’effet, cette étude n’a jamais eu lieu. La plaquette de présentation de l’entreprise mentionne trois architectes-urbanistes dans l’effectif à cette date.

54  Entretien avec Nazih Taleb, le 4 mai 1999. Voir aussi : « Al-‘Inama wa-l-tanzim al-madani » (le développement et l’urbanisme), Al-Mouhandess, n°8, décembre 1966, p. 7-11 (partie arabe) : ce résumé d’une table-ronde regroupant Assem Salam, Amine Bizri alors président de l’Ordre et Nazih Taleb à l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth dresse un bilan critique de l’urbanisation par les lotisseurs privés de la banlieue de Beyrouth.

55  Ghosn, 2005.

56  Cette firme avait d’ailleurs la réputation d’avoir privilégié le recrutement d’employés d’origine palestinienne. Fondée en 1959 sous le nom de Consolidated Engineering Company (CEC) ultérieurement rebaptisée du nom de ses fondateurs. Beyhum, Tabet, 1991.

57  Nasr, 2005.

58  Beyhum, Tabet, 1991.

59  Volait, 2005, p. 367-374.

60  Néanmoins, depuis 1945, des congrès d’ingénierie arabe se tenaient chaque année et permettaient une certaine circulation des idées et des expériences. Volait, 1988.

61  Entretien avec Haytham ‘Abd al-Jabbar, urbaniste chez Dar al-Handasah Sha’er, 12 avril 2001 (avec R. Ghosn).

62  Saleh, 1985.

63  « Nazih Taleb remembers », op. cit.

64  Verdeil, 2002, p. 431-434.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Inscrits à l’Ordre des ingénieurs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 : Ingénieurs inscrits diplômés au Liban.
Crédits Source : Ordre des ingénieurs de Beyrouth, cité in Al-Mouhandess, n°19, août 1971, p. 34-35.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3 : Permis de construire et construction au Liban (1952-1975).
Crédits Sources (citées in Le Commerce du Levant, mai 1969) : direction générale de la statistique (autorisations) ; Ordre des ingénieurs de Beyrouth (demandes) ; Société des ciments libanais.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable