Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Chapitres

Chapitre 7 - Centre-ville et construction nationale

Texte intégral

1Durant le vingtième siècle et jusqu’au déclenchement de la guerre civile, le Liban a connu deux moments de profonds bouleversements politiques, le passage de la période de la domination ottomane à la domination mandataire et celui du Mandat à l’indépendance. Ces deux ruptures politiques majeures ont été accompagnées, voire soulignées, dans ce lieu symbolique qu’était le cœur de la capitale de la nouvelle entité, par un urbanisme spécifique, inscrit toutefois dans une chronologie parfois décalée par rapport aux rythmes de la politique. Cela sera de nouveau le cas durant la guerre civile et les tentatives de reconstruction qui la jalonnent puis durant la période qui la clôt. L’espace du centre-ville est bien la principale vitrine de l’action aménagiste de l’État, en articulation avec la banlieue sud-ouest, et cela justifie de s’attarder sur cette série d’initiatives, culminant dans le projet de rénovation des secteurs de Ghalghoul et Saïfi.

2De cette analyse se dégage la tentation d’utiliser l’urbanisme au service de la construction nationale et de l’affirmation de l’État, à la fois en termes symboliques, à travers l’usage d’une esthétique moderniste, et en termes fonctionnels, en donnant à l’État et à ses administrations des espaces pour le déploiement de leur activité au cœur de la capitale. Dans le même temps, le projet d’intervention au centre-ville était étroitement lié à l’acception du développement économique tel qu’entendu par le régime. La construction d’une capitale rayonnant à l’échelle de la Méditerranée supposait l’extension et la modernisation du quartier des affaires. Dans cette perspective, l’État cherche à intéresser les propriétaires fonciers et immobiliers à ses projets : l’outil d’aménagement que constitue la société foncière représente dans cette perspective une solution tentante. Pourtant, signe des limites du pouvoir chéhabiste, ces projets resteront dans les tiroirs jusqu’à la guerre civile.

3Par ailleurs, la préparation de l’opération représente également une occasion pour les professionnels libanais de l’urbanisme. D’une part, il s’agit de faire admettre à cette occasion la légitimité et même l’intérêt économique de telles opérations d’urbanisme. En second lieu, l’urbanisme d’État permet à de jeunes professionnels d’accéder à la commande. Ils se sentiront désormais profondément liés à ce type d’intervention, modèle mais aussi garde-fou pour les projets futurs.

Le centre-ville congestionné (1943-1963)

  • 1  Les travaux furent entrepris d’après le décret 248/EB du 3 février 1940 autorisant l’expropriation (...)
  • 2  Tabet, 2001, p. 24.
  • 3  Ruppert, 1999, p. 87-88.

4Dans les années suivant l’indépendance, au fur et à mesure que furent aplanies les difficultés juridiques, les travaux du centre-ville perdirent de leur charge émotionnelle par rapport aux années du Mandat. Les travaux eux-mêmes s’effectuaient à un rythme assez lent, en raison des limites financières de la municipalité et des difficultés conséquentes à mettre en œuvre les programmes prévus conformément aux plans d’alignement par le seul moyen des expropriations. L’aménagement de la rue Fakhreddine, devenue en 1951 rue Riad al-Solh du nom du Premier ministre assassiné, témoignait de cette lenteur. Il s’agissait d’aménager cette percée entreprise en 1915 à l’époque de Jamal Pacha et dont la reconstruction à l’alignement était depuis lors restée pendante. Un décret autorisant les expropriations fut pris en 1940 par référence à la loi de 1932 sur l’expropriation pour cause d’insalubrité 1. L’hôtel des Postes devait en être le monument marquant, mais alors que le concours eu lieu en 1946, ses travaux ne commencèrent qu’en 1949 et ne s’achevèrent qu’après 1952. Les expropriations avaient été retardées par la Seconde guerre mondiale, et l’ensemble des travaux s’étala dans la décennie cinquante 2. Néanmoins, ces réalisations enclenchèrent un mouvement, alors que s’affirmait une demande : entre la fin des années quarante et le milieu des années soixante, la rue devint une concentration bancaire de premier ordre 3.

  • 4  Notamment des programmes d’architecture civile, comme le Palais de Justice, le Palais de l’UNESCO (...)
  • 5  Pour de plus amples développements sur les aménagements de la période de l’indépendance, en partic (...)

5La période qui séparait la fin du Mandat du début des années soixante ne se caractérisait pas, au vu du précédent exemple et malgré l’accession du pays à l’indépendance, par une rupture nette dans les projets d’aménagement du centre-ville : l’œuvre d’embellissement entamée par les Français avec la place de l’Étoile fut achevée. Ce souci monumentaliste fut de nouveau souligné en 1941 par un projet de l’architecte R. de la Halle, visant à construire un gigantesque escalier en gradin vers la mer. Mais c’était là les derniers feux de cette conception principalement esthétique de l’aménagement urbain dont les années de l’indépendance n’offrirent pas d’équivalent. Durant cette période, seules quelques rares réalisations architecturales, situées hors du centre-ville 4, incarnèrent dans la pierre la naissance du nouvel État. Surtout, ces années furent marquées par le consensus de la primauté aux affaires qui devaient assurer le développement du pays : l’exemple du développement de la rue Riad al-Solh s’inscrit bien dans cette perspective 5. Aussi l’effort de l’État indépendant porta-t-il essentiellement sur le développement des infrastructures.

  • 6  Il n’y a pas lieu de s’arrêter plus longtemps sur cet épisode, narré dans Ghorayeb, 2000, chap. V (...)

6Parallèlement, de nouvelles préoccupations se manifestaient à l’occasion des aménagements qui résultaient de la mise en œuvre du projet français. Jusqu’alors, les travaux de réaménagement et d’embellissement valorisant l’esthétique moderne devaient donner à voir un projet politique, celui du Mandat et de la construction nationale libanaise. Mais avec l’indépendance, s’imposait le thème de la circulation. Conjugué à celui de l’hygiénisme, il composait désormais le prisme à travers lequel était perçu l’aménagement du centre. Cette évolution n’était pas originale et allait de pair avec la montée du fonctionnalisme en Europe. Son introduction à Beyrouth correspondit à l’entrée en scène de l’architecte-urbaniste Écochard, en 1941. Appelé à Beyrouth après son séjour syrien, ce dernier proposa pour l’aménagement du centre un projet où le souci de la circulation ou encore, selon son vocabulaire emprunté aux CIAM, le « problème congestionnaire », était devenu prioritaire 6. Cet épisode est emblématique d’un changement de regard, dont on peut faire l’hypothèse qu’il correspondait aussi à un changement social, l’essor économique de Beyrouth à partir de ces années allant de pair avec une diffusion accrue de l’automobile, voire sa banalisation. Il s’articule avec un autre objectif fonctionnel, celui de la constitution d’un véritable quartier administratif, qui impliquait la construction entre la rue des Capucins et la rue Fakhreddine d’un ensemble de bâtiments. Une planche du projet laisse aussi supposer la démolition du Grand Sérail et son remplacement par des bâtiments modernes. La thématique du regroupement des administrations de l’État dans un nouveau quartier représenta, sur toute la période, une dimension essentielle des projets d’urbanisme, clairement liée à l’affirmation de l’État et à la construction nationale. Toutefois, dans les années suivantes, la question d’une cité des ministères comme celle d’un palais présidentiel, ne concerna plus guère le centre-ville, mais le tronçon Musée-Furn el-Chebbak, le secteur du Palais de l’Unesco et la région de Ramlet el-Baïda jusqu’à Bir Hassan (voir chapitre précédent). Restait donc la question circulatoire qui alimentait les réflexions des planificateurs et ingénieurs libanais.

7Ainsi, en 1948, l’ingénieur Joseph Naggear mentionnait que :

  • 7  Naggear, 1948, p. 291.

« Des études auxquelles nous nous sommes livrées, il résulte que dans le centre de la ville actuelle de Beyrouth, il serait dangereux d’augmenter la hauteur des immeubles […] Un simple calcul permet de prévoir un embouteillage complet de la ville et l’impossibilité de stationner en n’importe quel point, si la hauteur des immeubles devait être portée, comme certains le préconisent, à deux fois la largeur des rues existantes. Cet embouteillage est déjà un fait, actuellement 7 ».

8Ce problème de circulation devait être résolu par de nouvelles normes relatives à la largeur des rues, dont l’augmentation se justifiait aussi, selon lui, pour des raisons de salubrité : la largeur de la rue devenait le nouveau critère de l’aménagement urbain et se substituait en partie à l’esthétique et à sa charge idéologique.

  • 8  Sur cette période, Davie, 2001, p. 97 et 100. Pour le « ring », Trad, « Réseau des grandes voies d (...)

9Différents aménagements et projets témoignèrent à cette époque du caractère de plus en plus prégnant des considérations circulatoires. Ainsi, le Petit Sérail fut mis à bas en 1950 et une partie de son emprise utilisée pour la gare routière dont l’activité ne cessait de se développer sur la place des Martyrs. Les projets de « ring », une ceinture circulatoire autour du centre-ville, déjà présents dans les années d’avant-guerre ou dans la proposition d’Écochard en 1943, étaient avancés avec davantage d’empressement par les ingénieurs Farid Trad et Henry Naccache. En 1951, un ingénieur libanais, Bahjat Abdelnour, proposa même l’idée d’un métro qui devait passer sous la place des Martyrs 8. Ces différents projets et témoignages impliquaient un changement d’échelle de l’intervention urbaine, qui rendait inadéquats les instruments d’intervention traditionnels, et en particulier de l’expropriation, trop coûteuse et trop lente.

10Du point de vue de l’aménagement du centre-ville de Beyrouth, le passage de la période mandataire à la période de l’indépendance s’était effectué sans rupture majeure, sans lancement de nouveau projet correspondant à la construction nationale. En revanche, le regard des techniciens s’était progressivement modifié. À la justification hygiéniste associée au souci de manifester dans la pierre et le plan de la ville la naissance d’une nation nouvelle, se substituait un regard techniciste, puisant ses références dans le corpus fonctionnaliste. La question de la circulation reléguait celle de l’édification nationale. En même temps, toutes deux procédaient identiquement de la modernité opposée, voire assenée, à la ville ancienne et à sa population, au nom de l’hygiène, du progrès technique ou de l’efficacité économique.

Rénovation urbaine et développement national (1963-1975)

11A partir de 1958, l’accession au pouvoir du général Chéhab modifia cette situation et réintroduisit l’exigence de construction nationale à la suite de la « mini-guerre civile » qui venait de diviser le pays pendant quelques mois. Dans la seconde moitié de son mandat, il se préoccupa particulièrement d’urbanisme et de l’aménagement, dans une perspective dirigiste, de la ville de Beyrouth. Parallèlement au projet d’aménagement du Grand Beyrouth, le régime chercha à intervenir dans la capitale elle-même, en particulier en rénovant certaines zones centrales. L’épisode est resté dans les mémoires à un seul titre : celui de première tentative de créer des sociétés foncières pour réaménager le centre, dont les opposants comme les détracteurs actuels du projet de reconstruction du centre-ville se réclament. Pour le reste, il demeure mal connu.

L’affirmation d’un pouvoir d’État face à la ville

12Le projet fut lancé par le Conseil exécutif des grands projets de la ville de Beyrouth (CEGPVB), l’organisme créé en 1963 pour l’exécution des projets chéhabistes dans la capitale. Ils concernaient principalement la réalisation longtemps différée de voiries et de divers aménagements urbains. La réalisation de la percée de l’avenue Béchara al-Khoury, reliant le centre-ville à l’aéroport était de ces vieux projets lancés à la fin des années quarante. La réalisation du « ring », qui fut baptisé du nom du président, était un autre symbole de cette politique urbaine. Par contre, si les problèmes du centre étaient devenus l’objet de complaintes et de récriminations, en particulier du point de vue de l’encombrement, il n’y avait pas eu, au-delà des idées et des discussions, de nouveau plan d’aménagement depuis la fin de la période mandataire. Le lancement du projet de rénovation urbaine de Ghalghoul et de Saïfi, deux quartiers populaires non touchés par les interventions du Mandat, représentait une innovation notable et une marque de l’interventionnisme du pouvoir.

  • 9  L’expression est tirée d’une conférence de presse tenue par le ministre des Travaux publics et anc (...)
  • 10 Ibidem.

13Les motivations avancées par le CEGPVB, selon les déclarations faites à la presse, étaient de trois ordres. L’assainissement de zones construites à l’époque ottomane, sur un parcellaire étroit, aux « bâtiments vétustes et lépreux 9 », apparaissait d’autant plus nécessaire que Ghalghoul et Saïfi étaient, aux yeux du pouvoir, des quartiers quelque peu infâmes : tous deux peuplés d’artisans, ils abritaient pour le premier une concentration de petits hôtels abritant une population de migrants et pour le second « le quartier réservé », lieu de la prostitution. Ces secteurs aux rues étroites causaient l’engorgement de la circulation et des problèmes de stationnement. Classiquement, ces caractéristiques étaient perçues comme indignes d’une « grande capitale 10 ». Là résidait l’objectif majeur de l’opération : mettre Beyrouth au niveau international en lui donnant les équipements qui lui faisaient défaut, comme un théâtre et une bourse, en construisant un parc de bureaux qui permettrait le développement des affaires, tout en rationalisant la circulation et l’offre de stationnement. En outre, le projet devait dégager des surfaces nécessaires au redéploiement du secteur public (municipalités et ministère des Finances). Il illustrait les deux facettes du discours national chéhabiste : le renforcement de l’État et le développement économique du Liban. Ce développement tertiaire au centre-ville n’était pas contradictoire avec les autres projets d’aménagement de la capitale ni avec le développement des activités productives prôné par le régime, comme le justifiait Écochard, de nouveau à la manœuvre :

  • 11  Préambule, in République libanaise, CEGPVB, « Aménagement du centre-ville (quartier Ghalghoul et q (...)

« S’il est nécessaire, pour donner à la ville sa véritable dimension, de créer de nouveaux centres à l’extérieur, ce centre traditionnel restera toujours le centre principal et le plus vivant de l’agglomération du Beyrouth de toujours. Il importe donc de l’agrandir à la dimension des activités actuelles et de lui permettre de remplir facilement ses fonctions en lui donnant les bâtiments nécessaires à toute l’activité d’une ville moderne 11 »

Congestion, hygiénisme et spéculation

  • 12  Un bénéfice estimé à 50 M LL était attendu. Voir L’Argus, n°37, 1964.
  • 13  On se réfère dans la suite à : CEGPVB,  Rénovation de la zone est de la place des canons, Rapport (...)

14L’évocation de l’intérêt national était complétée, dans l’argumentaire soumis par le président du CEGPVB à la presse, par l’idée de la rentabilité de l’opération pour la puissance publique, grâce à la revente des terrains et des surfaces construites 12. En effet, le projet se fondait sur l’hypothèse que le centre-ville de Beyrouth, ou du moins les deux zones concernées, recelaient une plus-value inexploitée qu’il fallait valoriser. L’analyse de cet argumentaire éclaire le système de normes sociales qui déterminait la moins-value et la perspective de hausse, autrement dit les représentations sociales qui gouvernaient cette spéculation foncière. Les rapports d’enquête préalables offrent pour ce questionnement une matière utile 13.

  • 14  ZG, p. 2.

15Les deux quartiers étaient identiquement qualifiés de « bouchons » à l’extension de la zone des affaires, en raison d’un « développement […] stoppé par une occupation inadéquate et anachronique » (Ghalghoul) 14. Alors que la percée du « ring » en faisait un quartier très accessible promis au développement, le mélange d’habitat, d’artisanat et de commerce était perçu comme un obstacle. De même la zone des Canons, quoique très proche du centre-ville, constituait « une zone tampon »,

  • 15  ZEPC, p. 9-10.

« presque une terre à l’écart de la vie urbaine en raison de l’existence du quartier réservé. Les effets néfastes de la prostitution légale dans la zone se sont faits sentir sur le développement de celle-ci et surtout sur le rôle de centre qu’elle était appelé à jouer de par sa situation au cœur de l’agglomération et à l’intersection des voies de communication les plus importantes entre la capitale et son pays 15. »

16Ce mode d’occupation était en outre disqualifié au nom de son archaïsme et de sa fixité dans le temps : ainsi, l’occupation du quartier Ghalghoul était-elle qualifiée d’« anachronique », tandis que « l’état statique » dans lequel se trouvait « figé » Saïfi

  • 16 Ibidem, p. 10.

« justifi[ait] pleinement le désir d’y procéder à une très large opération de rénovation urbaine. 16 »

  • 17  ZEPC, alinéa B.4, « Étude socio-économique ».
  • 18  Hanssen, 2005, p. 209-211. Voir aussi, concernant le déplacement en banlieue, Khalaf, 2006, p. 211 (...)

17Le thème d’un évolutionnisme urbain progressiste se combinait, de manière classique, à un hygiénisme social et moralisateur. Curieusement, l’enquête menée par les urbanistes ne corroborait guère leur perception puisque 71% des personnes interrogées considéraient qu’il n’y avait pas de problème dans la zone, « 5,4 % » se plaignant du bruit et « 11,6% » de la prostitution 17. On est fondé à voir dans le dénigrement de ce quartier une vision d’élites inventant de toute pièce un problème social, prolongeant ainsi une attitude moralisatrice remontant jusqu’au siècle précédent, bien identifiée par Jens Hanssen. Toutefois, le quartier paraissait aussi sur le déclin, concurrencé par la montée d’autres lieux et pratiques. De plus, l’idée d’éradiquer le quartier faisait écho à une mesure datant de 1957 interdisant désormais l’ouverture de toute nouvelle maison close dans ce secteur et à un projet de relocalisation des bordels en banlieue à Dékouaneh 18.

  • 19  ZG, p. 2.
  • 20  Verdeil, 2001.

18Autre argument classique : l’insalubrité propre à ce tissu urbain vétuste et dense. Composé de bâtiments de la fin de l’époque ottomane et du Mandat, il ne présentait, aux yeux des planificateurs, aucun intérêt. Ainsi, Ghalghoul « ne contient pratiquement rien du point de vue architectural qui puisse retenir l’attention 19 ». Et à Saïfi, seul le bel immeuble ottoman de la direction de la police recevait la faveur des urbanistes. Par contre, les deux études, surtout celle de Ghalghoul, relevaient que des fouilles archéologiques pourraient se révéler fructueuses. Ce tissu vétuste et sans valeur architecturale était de surcroît jugé insuffisamment aéré et des occupations en fond de cour le rendaient insalubre. L’hygiène sanitaire rejoignait ici l’hygiène sociale et la doctrine du progrès dans la justification de la rénovation, à une époque où les préoccupations patrimoniales n’avaient pas encore fait leur chemin 20.

19Le caractère populaire des deux zones posait aussi un problème aux yeux des aménageurs. Ils soulignaient l’ancienneté de la population de la zone de Saïfi, dont plus de 40% des résidents habitaient le quartier depuis avant 1943. Or, la mise en place d’un contrôle des loyers assorti du maintien dans les lieux depuis cette date, avait maintenu les loyers à un niveau qui, en 1964, était jugé très inférieur à ce que pouvait offrir le marché. Les calculs des indemnités d’expropriation, qui occupaient dans le rapport d’enquête sur Ghalghoul une large place, témoignaient de l’intérêt accordé à cette question. En cas d’éviction, une indemnité au moins égale à la différence entre le loyer estimé et le loyer effectif, multipliée par un coefficient proportionnel au nombre d’années passées dans les lieux, devait être versée. Ce point était perçu comme un des facteurs de blocage qui empêchaient la réalisation des plus-values théoriques escomptées.

20De l’argumentation hygiéniste, on passait donc, via le caractère populaire du quartier, à une logique de rapport financier, quitte à inverser les valeurs attribuées à l’entassement, désormais qualifiée d’« exploitation rationnelle ». L’objectif était en effet de

« réaliser des constructions donnant au moins le même rapport financier que pourrait rapporter la réglementation actuelle ».

  • 21  Ce qui présuppose que la demande pour des surfaces supplémentaires existe dans cette quantité et e (...)
  • 22  Sur l’origine de cette réglementation, voir chapitre 2.
  • 23  « Plan directeur général de la zone de Ghalghoul. Zoning », Décret n°7525 du 8 juin 1967, agréé pa (...)

21Cette dernière devenait la norme en fonction de laquelle était évalué le revenu attendu 21. Or, dans les deux cas, les enquêtes mettaient en évidence que les taux d’exploitation du sol se situaient entre 2 à Ghalghoul et 2,4 à Saifi, bien inférieurs à ce que permettait l’application de la réglementation, qui autorisait un coefficient de l’ordre de 7 22. Les programmes initialement proposés se situaient à un niveau intermédiaire : le chiffre de 5 était avancé par les auteurs de l’étude de Ghalghoul. Toutefois, le calcul du coefficient à partir des programmes proposés dans le document de synthèse du CEGPVB aboutit à des chiffres sensiblement inférieurs (tableau 1). Le coefficient de 5 était en revanche retenu dans le décret approuvé en juin 1967 pour la zone de Ghalghoul 23. La recherche du rendement foncier s’imposait, dans ces différentes étapes, comme une claire préoccupation.

Tableau 1 : Programmes proposés en 1964.

Saifi - Est de la place des Martyrs

Ghalghoul

Surface totale

50 000

45 000

Voirie initiale

7 900

5 000

Total hors parking

198 960

166 050

Coefficient

4,73

4,15

Bâtiments privés

188 240

Bâtiments privés

145 500

Bourse

4 500

Bureaux

120 840

Bureaux

130 000

Commerce et Centre de loisirs (Bars, cafés, restaurants, cinémas)

63 000

Shopping center

11 000

Théâtre populaire

3 600

Complexe théâtral

10 000

Saifi - Est de la place des Martyrs

Ghalghoul

Hôtels de luxe, de résidence, populaire, diurne

4 320

Bâtiments publics

Hôtel de ville

15 050

Hôtels des postes

7 200

Dont Bureaux

7 280

Gares routières

37 800

Gares routières (2 niveaux)

68 400

Air Terminal

1 200

Parkings et garages

90 000

Garages et parkings

79 200

Total circulation

129000

147600

Aménagement du centre-ville,Quartier Ghalghoul et quartier est de la place des Martyrs, op. cit

Source : CEGPVB,

22Il est même remarquable de constater que les juristes consultés excipaient de cette possible valorisation foncière comme argument de l’utilité publique, de préférence à l’invocation de la prostitution (« car il existe des mesures de police » pour régler cette question) :

  • 24  Eddé, Takla, « Étude juridique », Annexe, in ZEPC, p. XI.

« Toutefois, comme il est apparu […] que des bâtisses sont vétustes, que la zone a un faible coefficient d’exploitation, qu’elle est économiquement peu développée et insalubre, on pense que compte tenu des principes dégagés ci-dessus, il est d’utilité publique de la rénover 24 ».

23La spéculation sur les surfaces à bâtir représentait un des moteurs essentiels de l’opération planifiée dans le centre-ville de Beyrouth, sur l’initiative d’un organisme qui représentait l’autorité publique, au motif d’équilibrer le bilan de l’opération. La justification de l’intervention et la définition du programme éclairent la logique de l’État : remédier aux problèmes récurrents du centre, mettre en ordre les différentes fonctions et favoriser le développement du secteur tertiaire, au prix d’une mise en ordre social qui se conformait largement à la logique du marché foncier.

Les architectes, voix du pouvoir ?

24Les grandes opérations d’urbanisme invitent à s’interroger, du fait même de l’investissement des autorités politiques, sur la place qu’y occupent les techniciens, ou plutôt sur l’articulation entre le discours technique et le discours politique. Les architectes se chargent-ils de l’habillage, quand le pouvoir garderait l’initiative ? Ou bien, plus subtilement, le discours des architectes apporte-t-il une caution au pouvoir ? La question est peut-être naïve et surtout, le cas étudié trop restreint pour apporter une réponse générale. L’intérêt est d’entendre la voix des architectes et d’examiner les images qu’ils produisent pour tenter d’évaluer leur conformité à une certaine logique de pouvoir. En l’occurrence, il faut revenir sur l’adoption des standards urbanistiques du mouvement moderne et son articulation avec le discours politique.

25Les architectes-urbanistes rassemblés dans le CEGPVB pour ces projets se répartissaient en trois équipes : Assem Salam et Pierre al-Khoury étaient chargés de Ghalghoul ; Nabil Tabarra, Raymond Issa et Raymond Daoud travaillaient sur le quartier est de la place des Canons ; et Michel Écochard, associé à G. Banshoya et assisté de R. Tager, était le coordinateur, spécifiquement chargé du lien entre les projets et de leur intégration à l’ensemble des opérations touchant le centre-ville et le reste de l’agglomération, dont il avait élaboré le schéma directeur durant les mois précédents. Écochard revenait à cette occasion sur un terrain qu’il connaissait bien, puisqu’il avait travaillé, vingt ans auparavant, sur le centre-ville. Son aura intellectuelle et de praticien faisait de lui dans ce contexte non seulement un expert chevronné mais également un chef de file. À son expérience s’ajoutait sa relation privilégiée avec le président Chéhab, auprès de qui il s’était imposé comme maître à penser en urbanisme.

  • 25  El-Khoury, 2000.
  • 26  Il avait alors environ 25 ans. Entretien avec Nabil Tabbara, mai 2000. Ses deux collègues étaient (...)

26En revanche, ses collègues pour cette étude faisaient figure d’urbanistes d’occasion, voire de néophytes. Ils étaient de jeunes, voire très jeunes architectes. Assem Salam, né en 1925, était le plus âgé et le plus expérimenté : diplômé de l’université de Cambridge, il avait eu une courte expérience comme assistant dans un bureau qui travailla dans une des villes nouvelles britanniques et avait assisté la municipalité lors des travaux de la rue Riad al-Solh. Depuis 1959, il siégeait au Conseil supérieur de l’urbanisme. Pierre al-Khoury, né en 1930, était diplômé des Beaux-Arts à Paris, et avait suivi une formation en urbanisme à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris. En 1964, sa réputation au Liban commençait à s’établir, à la fois comme urbaniste (avec un projet à Tyr) et comme architecte, avec diverses commandes pour l’État 25. L’autre équipe paraissait bien plus inexpérimentée car ses membres étaient nettement plus jeunes. Nabil Tabarra, diplômé depuis 1962 de la London Architecture Association, ne pouvait revendiquer aucune compétence particulière d’urbaniste : ce projet était sa première véritable commande 26. Les deux autres, ingénieurs de formation, issus de l’ESIB, étaient aussi des inconnus. Au reste, ils ne se connaissaient pas entre eux et n’avaient jamais travaillé ensemble. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer les raisons de leur choix par le président du CEGPVB.

  • 27  Voir l’analyse de la commande publique à l’époque du chéhabisme in Tabet, 2001, p. 29-37.

27Assem Salam et Pierre al-Khoury faisaient partie de cette mouvance de jeunes architectes réformistes séduits par le chéhabisme. Ils se rangeaient alors parmi les partisans du président, appréciaient sa ligne de conduite et sa politique de développement et d’aménagement du pays. Leurs positions dans la profession rendaient leur choix plausible : ils furent jugés techniquement et idéologiquement conformes à ce qui était attendu d’eux. En ce qui concerne la seconde équipe, la seule remarque que l’on puisse hasarder est que le régime avait accordé une chance, par l’organisation de concours en particulier, à de nombreux jeunes architectes : on peut en voir là une nouvelle marque même si, dans ce cas, aucun concours n’avait été organisé 27.

  • 28  N. Tabarra et A. Salam sont musulmans sunnites ; R. Daoud et R. Issa et P. al-Khoury, chrétiens.
  • 29  Pierre al-Khoury a recouru à cette hypothèse pour expliquer son tandem avec Assem Salam. Entretien (...)

28La composition de ces équipes recelait une autre signification. Dans les deux cas, elles associaient chrétiens et musulmans 28. Cet équilibre confessionnel avait probablement été voulu, pour traiter du centre-ville, espace éminemment symbolique et partagé 29. D’autant plus que le souci du régime avait justement été, notamment de la part de l’administration, d’introduire des quotas entre confessions. Le choix de Pierre al-Khoury et de Assem Salam trahissait une autre dimension sociale de la politique libanaise : ils appartenaient tous deux à de grandes familles politiques, le premier en tant que neveu de l’ancien président de la République Béchara al-Khoury et le second, comme celui de Saëb Salam, ancien Premier ministre et surtout politicien majeur de Beyrouth. Peut-on lire leur choix comme la recherche d’une caution politique pour le projet du centre-ville ? Une caution combinant la légitimité de la vieille société citadine et de l’élite politique issue de la montagne, alors que le général Chéhab représentait une troisième légitimité politique, adverse des deux autres. Cette clé n’est sans doute pas à négliger : l’hypothèse d’une conformité des architectes aux options chéhabistes s’articule alors peut-être à la recherche d’un consensus avec les autres pôles du pouvoir.

  • 30  Tabet, 2001 ; Arbid, 2002.
  • 31  Ces simulations en « résille », qui constituent des interprétations plus frappantes du projet que (...)

29Quel était le discours de ces architectes et en quoi servait-il le discours du pouvoir ? Les deux plans masses proposés (voir figure 1) exprimaient la doctrine moderniste du dégagement d’espaces libres au profit d’immeubles de grande hauteur (jusqu’à 33 étages). Ces espaces libres, articulés dans un jeu de niveaux et de terrasses, s’organisaient selon le principe de la séparation des circulations. Des gares routières et des parcs de stationnement occupaient plusieurs niveaux souterrains sous les immeubles de Ghalghoul et de la zone est de la place des Canons et sous la place elle-même. Terrasses et esplanades étaient offertes aux piétons. L’image renvoyée était celle du style international, dont ces jeunes architectes étaient d’enthousiastes partisans 30. Il y avait donc adéquation entre le désir affiché du pouvoir de promouvoir une capitale moderne et le dessin des architectes (figure 231).

Figure 1 : Plan masse du projet de rénovation du centre-ville de Beyrouth.

Figure 1 : Plan masse du projet de rénovation du centre-ville de Beyrouth.

Source : photographie chez N. Tabbara du plan du CEGPVB.

Figure 2 : Simulations du projet de Ghalghoul.

Figure 2 : Simulations du projet de Ghalghoul.

Vue depuis le Ring.

Vue de la place Riad al‑Solh.

Source : Institut français d’architecture,
Centre des archives contemporaines
Fonds Écochard, carton n°21.

30Cette adéquation n’épuisait cependant pas le discours des architectes, comme l’indiquent les deux exemples suivants. Le premier, relatif au traitement des espaces publics, manifestait une dissonance entre le projet du pouvoir et le désir de l’architecte-urbaniste, en l’occurrence Écochard. Ce dernier, en charge de la coordination, travailla notamment sur la liaison entre les deux zones rénovées :

« Il a semblé que la réunion de ces deux places [celle des Martyrs et celle de Riad al-Solh, limitrophe de Ghalghoul] pouvait alors créer un ensemble qui, par sa dimension et sa noblesse, deviendrait tout naturellement le centre de la capitale internationale de la Méditerranée qui s’appelle Beyrouth ».

31Cette liaison devait selon lui être favorisée par le « trait d’union » que représentait la cathédrale maronite Saint-Georges, qu’il fallait mettre en valeur grâce à un parvis assurant son dégagement : cela

« présenterait l’avantage de donner au lieu saint le plus important de Beyrouth, à sa cathédrale officielle, un dégagement digne des manifestations qui s’y déroulent avec toute la pompe que requièrent de semblables manifestations. ».

  • 32  Décret n°7526 du 23 juin 1967 : « Plan directeur général pour la zone de Ghalghoul et de l’est de (...)
  • 33  Les rapports entre esthétique et politique sont tout différents dans le projet, inauguré en 2008, (...)

32Écochard proposait d’ailleurs de généraliser ce type d’intervention de mise en valeur par dégagement à tous les monuments de la ville ancienne, mosquées, églises, palais de justice et même certains souks. Cette proposition ne semble guère avoir eu d’échos, et ce plan n’a pas été, à notre connaissance, diffusé bien qu’il ait fait l’objet d’une approbation officielle, le 23 juin 1967, en conseil des ministres. Comme cette date est celle de la guerre des Six-Jours, on peut comprendre que ce point soit passé inaperçu 32. Toutefois, on peut s’étonner de cette mise en valeur de la cathédrale maronite, au nom de la primauté de cette communauté dans Beyrouth, qui ressemble fort à un contre-sens confessionnel et politique. La logique esthétique se retrouvait ici en porte-à-faux, sur le plan symbolique, avec les impératifs politiques de la construction nationale. Sous réserve de plus ample information, elle suggère qu’on ne peut entièrement réduire le discours des urbanistes au discours politique 33.

33De fait, ce projet d’urbanisme était investi par d’autres préoccupations propres à ses concepteurs qui renvoyaient au débat professionnel et à la légitimation de leur intervention. Dans la société libanaise de ce début des années soixante, propriétaires et promoteurs fonciers se liguaient en effet contre la conception nouvelle de l’urbanisme promue par Écochard et soutenue par le régime chéhabiste, au nom de la restriction de leurs intérêts financiers. Anticipant ces critiques, Écochard développait par avance sa défense :

  • 34  CEGPVB, Aménagement du centre-ville, op. cit., alinéa III.

« Le parti que nous avons choisi démontre que même en appliquant les conceptions contemporaines d’urbanisme, nous sommes arrivés à avoir autant de surface de planchers construits que l’aurait permis la loi actuellement en vigueur 34. »

34Une telle déclaration manifestait que le projet d’urbanisme mettait en jeu une légitimité professionnelle, celle de l’urbanisme au sens entendu par Écochard, et pas seulement la conception de l’intérêt de l’État. Ses propos éclairaient également différemment l’attitude de spéculation foncière mise en évidence dans la section précédente : les urbanistes, pour faire montre de leur crédibilité, devaient également entrer dans ce jeu. Ces deux exemples conduisent à distinguer l’idéologie du pouvoir et celle de ses architectes et urbanistes.

Expropriation et société foncière : l’utilité publique en débat

35Le recours, dans l’opération de réaménagement du centre-ville, à des sociétés foncières telles que prévues par la loi de l’urbanisme de septembre 1962 constituait une innovation juridique qui représente une autre originalité de cet épisode. Ces sociétés foncières pouvaient regrouper, sur l’initiative de l’État, les propriétaires d’une zone pour laquelle un plan d’urbanisme était approuvé. Le capital de la société était constitué des apports immeubles et chaque ayant droit recevait des actions à hauteur de sa contribution. L’État et les municipalités étaient associés à hauteur de leurs apports respectifs en terrains ou en capitaux. Ils bénéficiaient en outre du quart gratuit, par généralisation de la règle existante pour l’expropriation destinée à compenser les plus-values dues aux travaux publics. La société, devenue propriétaire, devait réaliser les travaux prévus, remembrement et viabilisation, puis revendre les actifs. Les bénéfices étaient partagés entre les actionnaires.

  • 35  Nahas, 1964, p. I.

36La nouvelle législation suscita l’intérêt de l’administration et notamment du CEGPVB, en même temps que sa perplexité. Les enquêtes préalables furent mises à profit pour éclaircir les possibilités offertes pour la rénovation urbaine, par ce nouvel outil. La suspicion vis-à-vis de la nouvelle législation était manifeste, puisqu’il était demandé, dans le cas où elle se révèlerait inadaptée à l’opération prévue, que le juriste consulté proposât les amendements législatifs nécessaires 35.

37La première question concernait le fait de savoir si la rénovation urbaine envisagée constituait bien un motif d’utilité publique, seul motif justifiant l’expropriation des propriétaires. Les deux études juridiques retraçaient l’évolution de la réglementation, en relevant l’élargissement progressif de la notion d’utilité publique. D’abord limitée, par une loi ottomane, à l’alignement des rues (avec possibilité d’exproprier les terrains nécessaires dans une profondeur de 20 m du tracé), elle fut étendue, en 1932, à l’époque de la création de la place de l’Étoile. L’hygiène devint un motif d’utilité publique recevable en droit et justifiant l’expropriation. À partir de 1942, l’expropriation aux fins d’urbanisme fut également autorisée, ce qui rendait possibles des rénovations urbaines dans des périmètres plus larges que les zones avoisinantes des rues à exproprier. Ces possibilités furent confirmées par le décret loi 4 de 1954 sur l’expropriation. Cet élargissement de la notion d’utilité publique conduisit les juristes à en proposer leurs propres interprétations, de manière assez floue, voire contradictoire. Ainsi, selon l’avocat Sami Nahas,

  • 36  Souligné dans le texte, idem, p. IX.

« la notion d’utilité publique d’après ce que nous avons développé plus haut est énormément étendue, l’utilité publique devient de plus en plus une utilité sociale 36 ».

  • 37  Parce qu’elle « abrite une petite industrie qui ne saurait plus être admise au centre d’une ville (...)
  • 38  Mais ce n’est pas là une spécificité libanaise : « Cet élargissement de la notion d’intérêt public (...)

38Selon la seconde équipe de juristes, citée supra, l’utilité publique se justifiait non seulement par l’insalubrité, mais aussi par le faible développement économique 37 et par l’exploitation immobilière insuffisante au regard de ce qu’autorisait la réglementation. L’imprécision du droit laissait aux juristes libre cours pour imaginer des justifications de l’utilité publique qui pour certaines, relevaient de l’intérêt des propriétaires concernés, et pour d’autres, sous la qualification de « sociale[s]», restaient bien vagues et pouvaient être interprétées dans un sens contraire. Dans les faits, il revenait à l’administration, selon les textes libanais, de déterminer cette utilité avec une latitude très large d’interprétation 38. Malgré cette prérogative jugée exorbitante par M. Eddé et J. Takla, les autres juristes consultés, qui relevaient que le Conseil d’État pouvait être saisi de ces décisions et en juger en dernier recours, les deux équipes concluaient que l’utilité publique était constituée.

39La seconde question était de savoir si l’utilisation de la société foncière était préférable à celle de l’expropriation par zone. L’argumentation en faveur de la première montre qu’en fait la loi, comme les juristes qui la commentaient, manifestait une grande réserve à l’égard de la légitimité des opérations d’urbanisme qui priveraient les propriétaires de leurs droits :

  • 39  Nahas, 1964, p. XIII. La loi stipulait : « L’expropriation d’une zone quelconque, qui a été prévue (...)

« […] une expropriation est possible, mais il reste cependant que, ce faisant, l’administration prive les expropriés du bénéfice qu’ils pourraient réaliser du fait de l’aménagement de la zone de même que ce moyen est coûteux et oblige l’administration d’investir de fonds considérables (sic) 39 ».

40Ainsi, l’une des raisons principales en faveur de l’adoption des sociétés foncières était l’association des propriétaires à leurs bénéfices, à la différence de l’expropriation qui les en privait. Cet argument s’inscrivait dans le prolongement de la définition de l’utilité publique comme souci d’assurer un meilleur rapport financier aux propriétaires. Cela suggère même une hypothèse plus radicale. Dans un contexte de forte contestation de la légitimité de l’État à intervenir sur la ville, les dispositions retenues par le gouvernement, sur une suggestion de certains urbanistes dont Écochard, ne peuvent-elle être lues comme une tentative de rendre plus acceptable ce type d’intervention ?

  • 40  Fabia, « La législation de l’urbanisme serait anticonstitutionnelle », Le Commerce du Levant, avri (...)

41Si la valorisation foncière escomptée et le statut juridique favorisé se justifiaient par la volonté de promouvoir un urbanisme favorable aux propriétaires, ce n’est toutefois pas ainsi qu’il fut compris. Les projets soulevèrent au contraire des réactions hostiles, dont la principale manifestation fut un article juridique dans Le Commerce du Levant, par un professeur de droit de l’Université Saint-Joseph, Charles Fabia 40. Écrite à la suite d’une consultation de ce juriste par des propriétaires inquiets de la perspective d’être obligés d’intégrer l’une ou l’autre des deux sociétés foncières prévues, la critique portait non pas sur le principe même des sociétés foncières, mais sur les modalités d’application définies par le décret n°959 du 29 janvier 1965. Les réserves exprimées par le juriste avaient trait au principe du respect de la propriété privée, inscrit dans la constitution, à travers cinq arguments. Il relevait d’abord qu’il n’y avait pas lieu d’envisager l’acquisition du quart gratuit par l’État sur l’ensemble de la surface soumise aux travaux, mais seulement sur les parcelles touchées par le passage des voies nécessaires ou les bâtiments publics prévus. Ensuite, il jugeait contraire au principe constitutionnel de respect de la propriété privée une disposition prévoyant que deux tiers des membres du conseil d’administration de la société fussent obligatoirement des fonctionnaires, puisque cela risquait de fausser la représentation équitable des actionnaires en donnant à l’État une place disproportionnée à ses apports. Le juriste critiquait ensuite la nominativité des actions et les restrictions à leur vente libre puisque seul le conseil d’administration était habilité à en autoriser la cession. Cette disposition s’opposait, selon lui, à une juste indemnisation puisqu’elle compliquait la négociation des actions au détriment du propriétaire. Cette mesure restrictive lui paraissait liée à la volonté d’éviter une spéculation (et donc peut-être un assèchement des liquidités nécessaires à l’achat des terrains aménagés par la société foncière). Mais quelle qu’en fût l’inspiration, elle lésait l’actionnaire. Les deux derniers points contestés concernaient l’indemnisation. Le juriste faisait d’abord remarquer que si, à la fin de l’opération, lors du partage des produits de la revente des nouvelles parcelles aménagées par la société foncière, et une fois retranchés les débours de l’État, la part revenant aux actionnaires était inférieure à l’estimation du bien avant l’opération, l’exproprié n’aurait manifestement pas été justement indemnisé. Or, l’État lui-même s’attribuait, dans la procédure de remboursement des créances, la priorité. Il avait pris en compte le risque d’une valorisation insuffisante des biens après l’opération, et il s’en protégeait alors que rien n’était prévu pour garantir aux propriétaires une telle protection. Le dernier argument portait sur le paiement de l’indemnité d’éviction, qui s’ajoute, dans une expropriation, à la valeur estimée du bien exproprié. Cette indemnité ne devait pas être payée par la société foncière et imputée sur le passif aux dépens des actionnaires, mais être imputée au débit de l’État.

  • 41  C’était une allusion aux événements de 1958 au Liban.
  • 42  « Les débours de l’État pourront être enflés dans une proportion dont les expropriés ne seront pas (...)

42Cette argumentation, qui soulignait les risques d’atteinte à la propriété privée, reposait sur une puissante méfiance à l’égard de l’intervention de l’État dans l’aménagement. S’il était impossible de contester de front l’utilité publique, la position abusive de l’État était dénoncée à travers sa sur-représentation au conseil d’administration, le risque d’une appropriation d’un quart gratuit de toute la surface et non des seules surfaces concernées, le paiement de l’indemnité d’éviction par la société plutôt que par l’État. L’étude mentionnait également les incertitudes inhérentes à une telle opération dans le cas de situations politiques ou économiques défavorables à la vente des terrains 41. Tout en reconnaissant que l’opération avait de grandes chances d’engendrer une plus-value, il soulignait le risque d’une mauvaise gestion par l’État, dans une référence qui mêlait une allusion aux scandales financiers de la gestion des affaires publiques, aux gonflements des dépenses et au creusement du déficit budgétaire résultant du financement de la politique du développement 42.

  • 43  Takla, « Les commentaires de la loi », Les Cahiers de l’Orient, 1994, p. 94-95.

43Plus de vingt-cinq années plus tard, à l’occasion du projet de 1991, Youssef Takla, l’un des juristes consultés par le CEGPVB en 1964 à propos de la loi sur l’urbanisme et des sociétés foncières, analysait les problèmes rencontrés par la mise en application des sociétés foncières durant les années soixante 43. Selon lui, le principal point d’achoppement résidait dans la nature de l’indemnisation par actions, puisqu’elle privait les propriétaires d’un attribut classique de la propriété, l’abusus, le fait de pouvoir jouir de son bien. Mais Youssef Takla avançait un second argument dont la fonction n’est pas claire : il expliquait que la réglementation des loyers dans les années soixante (contrôle des loyers et maintien dans les lieux des locataires) était telle que les propriétaires étaient dans les faits spoliés, privés de leur abusus. Il semble vouloir dire que, en raison des indemnités à verser, qui pourraient obérer le résultat de la société, une partie des propriétaires refusaient d’y être incorporés et préféraient attendre une évolution législative qui leur soit favorable. Il semblerait donc que les propriétaires étaient divisés face à l’aménagement prévu, certains d’entre eux n’ayant pas intérêt à y participer.

  • 44  « Depuis lors, aucune société foncière n’avait pu voir le jour, la seule tentative sérieuse d’en é (...)
  • 45  Témoignage de Mohammad Fawaz, alors directeur général de l’urbanisme. Entretien, 26 octobre 1998.
  • 46  On a signalé plus haut que le plan de Ghalghoul avait été approuvé le jour même du déclenchement d (...)

44Toutefois, la contestation juridique n’empêcha pas l’approbation officielle du projet (voir ci-dessus). D’autres stratégies visant à empêcher l’opération se révélèrent plus efficaces. Des pressions discrètes mais efficaces furent mises en œuvre : selon Henri Eddé, un seul propriétaire aurait ainsi réussi à tenir tout le projet en échec 44, un échec que l’administration s’était précisément efforcé d’éviter en construisant un instrument juridique conciliant son désir interventionniste et celui d’y associer les propriétaires fonciers. L’opposition au projet fut d’autant plus couronnée de succès que deux autres facteurs freinaient la mise en application de l’opération. Le manque de compétence, ou d’expérience, de l’administration pour mettre en place ce projet doit être rappelé, et contribua à retarder le projet. Mais ce dernier n’était pas oublié, et en 1975, la direction générale de l’urbanisme avait significativement avancé dans ce dossier, puisque les projets de décrets de fondation des sociétés étaient prêts et que la somme nécessaire aux premières opérations de ces sociétés foncières, soit 50 millions L.L., avait été promise par le ministre des Finances 45. Mais la guerre allait alors tout différer. Plus largement, c’est un changement d’attitude et d’orientation au sein du monde politique et un changement de contexte qu’il faut invoquer. La période post-chéhabiste fut favorable à une remise en cause de l’attitude volontariste qui avait caractérisé la naissance du projet. Les alliances politiques différentes des régimes successifs et le contexte régional favorisèrent l’attentisme 46.

Une alliance ratée entre le régime et le secteur bancaire libanais ?

  • 47  De plus, une première mission de l’IAURP au Liban eut lieu en 1965. Cette analogie doit à une rema (...)
  • 48  Marchand, 1993, p. 288-291 ; Roncayolo, 2001, p. 91-138.

45On peut réfléchir à l’échec de l’opération du centre-ville et plus largement, des ambitions aménageuses du chéhabisme en banlieue, en poussant la comparaison avec le gaullisme. En effet, plusieurs indices suggèrent que ce dernier constituait pour l’élite dirigeante chéhabiste un modèle implicite d’intervention de l’État dans l’urbanisme. L’emploi du terme de ZUP et plus largement, l’implication d’experts français comme le conseiller d’État Louis Fougère dans la redéfinition de l’appareil juridique, semblent aller dans ce sens 47. La volonté d’intéresser le monde de la banque à la promotion immobilière constituait l’arrière-plan des rénovations lancées à cette époque dans les villes françaises, qui reposait aussi sur des justifications similaires d’une nécessité de réajuster les valeurs foncières et le niveau des loyers 48.

  • 49  Par exemple, Michaud, 1996.

46L’introduction dans la législation de l’urbanisme du mécanisme de la société foncière représentait une occasion d’impliquer le capitalisme bancaire dans la production de l’espace urbain. Dans les mêmes années, plusieurs notes de l’IRFED évoquaient la possibilité d’établir des sociétés d’économie mixte pour construire des logements ou aménager des stations balnéaires. Ces projets restèrent sans lendemain. Le mécanisme de la société foncière prévue dans la loi de l’urbanisme n’était pas directement apparenté à celui d’une société d’économie mixte, puisque la participation du secteur privé au capital n’était possible qu’à travers la contrepartie de la valeur des terrains incorporés. Mais de telles sociétés auraient pu s’endetter auprès du secteur bancaire. En revanche, l’analogie entre la société foncière mise en place par la loi de 1962 et les associations foncières urbaines (AFU) prévues (mais rarement utilisées) dans la loi d’orientation foncière de 1967 a été relevée dans les débats postérieurs par divers observateurs français, ce qui souligne l’intérêt de cette hypothèse 49.

  • 50  Paix, 1975.
  • 51  Traboulsi, 2007, p. 149-150.

47Toutefois, malgré ces velléités, l’expérience libanaise montre aussi clairement l’échec du chéhabisme à associer à ses intentions modernisatrices le capitalisme local et notamment le secteur de la banque, dont les crédits s’orientaient alors plutôt massivement vers l’import-export 50. La seule exception sous ce rapport était la banque Intra, dirigée par Youssef Beidas, financier d’origine palestinienne, et proche du régime. Cette institution financière avait acquis des parts dans plusieurs fleurons du capitalisme local, comme la compagnie du port, la Middle East Airlines. Elle avait aussi acquis des intérêts dans le foncier et l’immobilier, contrôlant la société immobilière libanaise, possédant l’hôtel Phoenicia, etc. Ce développement spectaculaire n’avait pu se faire qu’avec la protection et les faveurs du régime, en échange de quoi la banque l’appuyait et apportait son concours aux opérations du deuxième bureau, lors des campagnes électorales, en recrutant des protégés du pouvoir ou en leur accordant des faveurs financières51.

  • 52  Le nombre de banques contrôlées par le capital libanais passa de 55 à 38 entre 1966 et 1969. Dubar (...)

48La crise des liquidités qui frappa une série de banques libanaises entraîna le krach de la banque Intra en octobre 1966, révélant des placements aventureux et des défauts de gestion. Les milieux financiers locaux vouaient à Beidas une solide inimitié qui témoignait de leur méfiance à l’égard de son origine palestinienne et de ses liens avec le chéhabisme. Le règlement de la crise manifestait donc la volonté d’en finir avec l’étatisme chéhabiste ; la dispersion de ses actifs qui excédaient pourtant largement le montant des dettes envers les déposants se fit au détriment de ces derniers. Mais la crise emporta plus largement plusieurs autres institutions libanaises, qui tombèrent sous la coupe d’institutions étrangères et en particulier occidentales, ruinant plus encore le projet d’un capitalisme financier local qui servît les projets chéhabistes 52.

La tentation des remblais

49Face aux difficultés éprouvées par le CEGPVB à lancer l’opération de rénovation du centre-ville, d’autres projets concernant ce secteur, en partie liés d’ailleurs, furent mis en avant dans les années suivantes. Ces nouveaux projets visaient à aménager des remblais littoraux destinés à répondre à plusieurs attentes mises en avant dans les documents de planification et dans les débats qui entouraient l’urbanisme à Beyrouth. La circulation, la modernisation sous son volet esthétique, fonctionnel et économique se combinaient ici avec la recherche de nouvelles solutions de financement du foncier en zone centrale.

  • 53  Pour Beyrouth à l’époque ottomane, voir notamment May Davie, op. cit., p. 61 et p. 75.

50La pratique des remblais était ancienne et bien connue dans l’aménagement urbain beyrouthin. Le port de Beyrouth lui-même fit régulièrement l’objet de comblements sur la mer et de tels aménagements sont repérables en plusieurs autres lieux 53. Dans les années 1950, l’idée de nouveaux remblais émerge comme une option ouverte pouvant faciliter le développement des infrastructures routières prévues de longue date pour améliorer la circulation dans la capitale, notamment pour assurer le bouclage de la rocade périphérique sur le tronçon du littoral de Ain al-Mraiseh et au droit du centre-ville. En 1957, paraissait dans Le Commerce du Levant sous la plume de l’éditorialiste Mercator, une série d’articles appelant à des remblais dans la baie du Saint-Georges, qui liait leur nécessité à l’impossibilité d’un réaménagement du centre :

  • 54  « Le Liban dans vingt ans (3) : Beyrouth : problèmes urbains », Le Commerce du Levant, 23 janvier (...)

« Si l’on ne voit pas d’autre part que le centre est bloqué par les zones “ mortes ” du quartier réservé, des petites impasses qui fourmillent autour du Grand théâtre, par le Wadi Abou Jmil, toutes les zones où le parcellement est tel, et les droits réels si compliqués, qu’un achat assez important de terrain pour l’organisation d’un quartier neuf apparaît impossible, il semble que la seule solution rationnelle soit celle qui a été récemment proposée : installer un prolongement du centre qui double sa surface, au nœud même des nouveaux dégagements, sur la mer, entre le Port et l’Hôtel Saint-Georges 54 ».

  • 55 Al-Mouhandess, n°7, août 1966, p. 2-7.
  • 56  Témoignage de M. Albert Naccache, fils d’Henry Naccache, l’un des administrateurs du CEGPVB (corre (...)

51Cette argumentation développait quelques années avant le projet de rénovation les mêmes justifications à la fois sociales et morphologiques à propos de la rénovation du centre. La dimension circulatoire de l’option proposée était centrale. Dès 1964, on la retrouvait dans le projet proposé par Michel Écochard pour l’aménagement du centre-ville, sous l’égide du CGEPVB. Le schéma des circulations prévoyait explicitement le passage des voies routières à travers la baie du Saint-Georges, qui devaient se raccorder à la corniche de Ain al-Mraiseh en contournant la pointe de Zaitouneh au niveau de l’ancienne ambassade américaine. Ce schéma de développement routier reçut une approbation officielle et son aménagement fit l’objet d’un concours ouvert aux ingénieurs et architectes libanais dont les résultats furent publiés dans la revue Al-Mouhandess55 (figure 3). Les plans et les maquettes présentées montraient une transformation radicale du profil et de l’aménagement de la baie de Saint-Georges, transformée en marina et port de plaisance, et en partie remblayée, et ouverte à une exploitation hôtelière. L’idée d’une concession du domaine public littoral semble avoir été évoquée au sein du CEGPVB 56.

Figure 3 : Projet lauréat du concours pour la liaison Byblos-Ambassade américaine.

Figure 3 : Projet lauréat du concours pour la liaison Byblos-Ambassade américaine.

Source : Al-Mouhandess, 1966.

  • 57  C’est le décret 10300 du 15 mai 1975. El-Achkar, 1998, p. 97.
  • 58  Évoquant le remblaiement du Normandy par une décharge en 1978-1979, Fouad Awada écrit : « Les mauv (...)

52Le schéma directeur officiellement adopté en 1968 (figure 9, chapitre 4) ne reprenait pourtant pas ces projets maritimes. Le tracé de la corniche finalement approuvé se limitait à quelques remblais d’une surface limitée à Ain al-Mraiseh et coupait à travers la pointe de Zaitouneh. Les expropriations et ces travaux furent achevés juste avant la guerre. Sur le plan du CEGPVB, l’option d’un tel franchissement restait inscrite au conditionnel par une route représentée par un tracé évidé et non en trait plein. Pourtant, un autre décret approuvé en 1975 prévoyait de nouveau le passage, à travers la baie de Saint-Georges, d’une route de contournement 57. La valse-hésitation autour de cette décision traduisait certainement des désaccords à ce sujet. Selon certains témoignages, ce projet de réaménagement de la baie du Saint-Georges tenait particulièrement à cœur à Mitri Nammar, qui fut successivement directeur général des routes (1960-1967), directeur général de l’urbanisme (1967-1973) puis muhafiz de Beyrouth à partir de 1973 58.

53Mais plus largement, l’idée d’aménager les remblais et de les exploiter se retrouve dans plusieurs initiatives développées à cette époque dans les milieux de l’urbanisme libanais. Était particulièrement mise en avant la possibilité de se décharger sur des entrepreneurs privés pour financer la production foncière au service de buts d’intérêt général, comme l’aménagement de nouvelles voiries bouclant le vieux projet de corniche maritime et décongestionnant la zone du centre. En outre, la modernisation économique et l’esthétique contemporaine envisagées correspondaient aux finalités recherchées par les tenants de l’urbanisme volontariste hérité du chéhabisme. Cette tentation des remblais n’était du reste pas propre à l’aménagement du centre-ville (voir chapitre 9), même si dans ce cas, elle préfigurait des décisions et des aménagements progressivement réalisés durant la guerre et la période de reconstruction.

*
* *

  • 59  M. Ghorayeb, dans son étude des projets français pour le centre-ville, a révélé l’existence d’un p (...)

54Plusieurs caractères se dégagent de l’examen des projets de réaménagement du centre-ville de Beyrouth avant la guerre civile. L’époque du Mandat et celle de la présidence de Fouad Chéhab représentèrent de fortes ruptures politiques et symboliques, des épisodes où la construction de l’identité nationale constituait la priorité et fondait la légitimité du régime. En ces deux occasions, le centre-ville fut le lieu privilégié d’expression de cette politique. L’architecture et les plans d’urbanisme étaient investis de la fonction de construire visuellement et symboliquement la rupture, tandis que le droit définissait les nouveaux moyens juridiques destinés à la mise en œuvre de ces projets (l’expropriation, l’expropriation par zone pour cause d’hygiène, la société foncière 59). La mémoire de cette opération est multiple : malgré son échec, elle sera reprise dans les projets suivants, et progressivement adaptée, du point de vue de son périmètre et de sa formule juridique, aux nouvelles conditions sociales, physiques et politiques issues de la guerre. La tentative chéhabiste a clairement constitué un précédent et malgré son échec, elle a légitimé une opération d’inspiration moderniste et de libération des espaces au bénéfice de fonctions économiques et financières dans ce lieu. La même réflexion s’applique aux projets de remblais.

55Les relations entre les trois principaux groupes d’acteurs qui participaient à ces projets montrent leurs attentes variées et parfois divergentes face à l’aménagement. Si Chéhab et les dirigeants du CEGPVB partageaient avec les architectes urbanistes l’idée d’utiliser l’esthétique et plus largement, le plan, au service d’une vision politique, le projet des années soixante témoignait également de l’existence d’autres ambitions. Pour les urbanistes, le plan n’était pas seulement une réponse technique à une commande de l’État, il représentait aussi un instrument pour faire admettre la légitimité de l’intervention urbanistique auprès d’autres secteurs de la société : l’administration et les propriétaires. Malgré un discours autoritaire, voire de confrontation, la relation entre l’État et les propriétaires se distinguait par le souci de négocier, ou du moins de trouver des solutions qui conciliaient la diversité des intérêts, notamment grâce au jeu sur la valorisation foncière. Toutefois, l’intervention de l’État suscita, durant la période du Mandat comme dans les années soixante, de constantes réserves qui touchaient à son principe même. Ces réticences trouvèrent un soutien dans la retenue ultérieure des pouvoirs publics face aux perspectives volontaristes de l’aménagement urbain.

Notes

1  Les travaux furent entrepris d’après le décret 248/EB du 3 février 1940 autorisant l’expropriation. Nahas, « Étude juridique », Annexe, in CEGPVB, « Rénovation zone est de la zone de Ghalghoul », in Rapport d’enquête, Salam, El-Khoury, architectes-urbanistes, XXI p., p. II.

2  Tabet, 2001, p. 24.

3  Ruppert, 1999, p. 87-88.

4  Notamment des programmes d’architecture civile, comme le Palais de Justice, le Palais de l’UNESCO ou l’aéroport, voir Tabet, 2001, p. 24-25.

5  Pour de plus amples développements sur les aménagements de la période de l’indépendance, en particulier à Beyrouth, voir Davie, 2001, p. 91-101.

6  Il n’y a pas lieu de s’arrêter plus longtemps sur cet épisode, narré dans Ghorayeb, 2000, chap. V et en particulier p. 279-314 ainsi que dans Ghorayeb, 1997, p. 85-89.

7  Naggear, 1948, p. 291.

8  Sur cette période, Davie, 2001, p. 97 et 100. Pour le « ring », Trad, « Réseau des grandes voies de circulation à Beyrouth et dans sa banlieue », in Al-Mouhandess, n°3, 1964, p. 24-42.

9  L’expression est tirée d’une conférence de presse tenue par le ministre des Travaux publics et ancien président du CEGPVB, Georges Naccache : « Les réalisations du CEGPVB », in Le Commerce du Levant, n°62, oct. 1965, p. 52-53.

10 Ibidem.

11  Préambule, in République libanaise, CEGPVB, « Aménagement du centre-ville (quartier Ghalghoul et quartier est de la Place des Canons) Rapport justificatif ». Écochard, Banshoya, architectes urbanistes coordinateurs, Beyrouth, 13/4/1964. Ce document fut consulté chez M. Nabil Tabbara que nous remercions à cette occasion.

12  Un bénéfice estimé à 50 M LL était attendu. Voir L’Argus, n°37, 1964.

13  On se réfère dans la suite à : CEGPVB,  Rénovation de la zone est de la place des canons, Rapport d’enquête », Daoud, Issa, Tabbara, arch. urbanistes, Beyrouth, fév. 1964 (ZEPC), et CEGPVB, « Rénovation de la zone de Ghalghoul, Rapport d’enquête », Assem Salam et Pierre al-Khoury, architectes-urbanistes, fév. 1964 (ZG).

14  ZG, p. 2.

15  ZEPC, p. 9-10.

16 Ibidem, p. 10.

17  ZEPC, alinéa B.4, « Étude socio-économique ».

18  Hanssen, 2005, p. 209-211. Voir aussi, concernant le déplacement en banlieue, Khalaf, 2006, p. 211-223, qui omet curieusement de rappeler sa contribution en tant que sociologue à l’étude de Saïfi. Voir aussi Kassir, 2003, p. 472-473.

19  ZG, p. 2.

20  Verdeil, 2001.

21  Ce qui présuppose que la demande pour des surfaces supplémentaires existe dans cette quantité et est solvable. Il est remarquable de constater que ce postulat n’est nullement discuté dans ces deux rapports.

22  Sur l’origine de cette réglementation, voir chapitre 2.

23  « Plan directeur général de la zone de Ghalghoul. Zoning », Décret n°7525 du 8 juin 1967, agréé par le conseil de l’urbanisme lors des séances du 19 juin 1965 et 23 février 1967. Nous n’avons pas retrouvé le décret équivalent pour la zone de l’est de la place des Martyrs, mais tout porte à croire que le même chiffre fut retenu.

24  Eddé, Takla, « Étude juridique », Annexe, in ZEPC, p. XI.

25  El-Khoury, 2000.

26  Il avait alors environ 25 ans. Entretien avec Nabil Tabbara, mai 2000. Ses deux collègues étaient tout aussi jeunes. Ils étaient diplômés de l’ESIB en 1955 (R. Daoud) et en 1957 (R. Issa). Ducruet, 1999, p. 209 et 211.

27  Voir l’analyse de la commande publique à l’époque du chéhabisme in Tabet, 2001, p. 29-37.

28  N. Tabarra et A. Salam sont musulmans sunnites ; R. Daoud et R. Issa et P. al-Khoury, chrétiens.

29  Pierre al-Khoury a recouru à cette hypothèse pour expliquer son tandem avec Assem Salam. Entretien, mai 2000.

30  Tabet, 2001 ; Arbid, 2002.

31  Ces simulations en « résille », qui constituent des interprétations plus frappantes du projet que le plan masse, serait dues à Écochard dans les archives duquel elles ont été retrouvées. Pierre al-Khoury, auteur avec Assem Salam du projet, ne s’est pas rappelé les avoir dessinées lui-même. Entretien, 3 mai 1999.

32  Décret n°7526 du 23 juin 1967 : « Plan directeur général pour la zone de Ghalghoul et de l’est de la place des Martyrs ».

33  Les rapports entre esthétique et politique sont tout différents dans le projet, inauguré en 2008, de bâtir, sur la place des Martyrs, une très grande mosquée sunnite, écrasant de sa masse la cathédrale des maronites. Ce projet de grande mosquée est ancien, mais n’avait jamais trouvé de donateur pour être réalisé. Lors de la campagne des élections législatives de septembre 2000, la rivalité pour capter l’électorat sunnite entre Rafic Hariri et Salim al-Hoss a conduit à une surenchère confessionnelle, et Rafic Hariri a offert de financer cette mosquée. Voir Voelberghs, 2008.

34  CEGPVB, Aménagement du centre-ville, op. cit., alinéa III.

35  Nahas, 1964, p. I.

36  Souligné dans le texte, idem, p. IX.

37  Parce qu’elle « abrite une petite industrie qui ne saurait plus être admise au centre d’une ville moderne », Eddé, Takla, op. cit., p. I.

38  Mais ce n’est pas là une spécificité libanaise : « Cet élargissement de la notion d’intérêt public fait qu’elle finit par ne plus se distinguer clairement de l’intérêt privé et qu’elle ne suffit plus à assurer un contrôle satisfaisant par le juge administratif, spécialement dans le domaine de l’aménagement ». Lebreton, 1993, p. 308.

39  Nahas, 1964, p. XIII. La loi stipulait : « L’expropriation d’une zone quelconque, qui a été prévue dans la nouvelle loi, est un moyen auquel on peut recourir quelquefois, mais ce n’est pas un moyen pratique, car il impartit à l’administration l’investissement de sommes considérables qu’il lui est impossible de récupérer qu’après bien longtemps en plus du fait qu’elle dessaisit les propriétaires de leurs biens. » (cité par Nahas, p. XIII). L’insistance sur le sort réservé aux propriétaires plutôt que sur l’enjeu financier pour l’administration est troublante. Mais faut-il attribuer à l’inversion effectuée par le juriste un sens qu’elle n’a peut-être pas ?

40  Fabia, « La législation de l’urbanisme serait anticonstitutionnelle », Le Commerce du Levant, avril 1965, n°56, p. 41-44.

41  C’était une allusion aux événements de 1958 au Liban.

42  « Les débours de l’État pourront être enflés dans une proportion dont les expropriés ne seront pas maîtres », Fabia, op. cit., p. 44. Nous pouvons également constater que cette argumentation recoupe en plusieurs points les critiques faites au projet de société foncière en 1991 : incertitude quant aux prix final des actions ; méfiance à l’égard de la conduite des opérations par la société.

43  Takla, « Les commentaires de la loi », Les Cahiers de l’Orient, 1994, p. 94-95.

44  « Depuis lors, aucune société foncière n’avait pu voir le jour, la seule tentative sérieuse d’en établir deux pour l’ancien quartier des maisons closes et Ghalghoul s’étant soldée par un échec parce qu’une importante personnalité, propriétaire d’un seul des immeubles concernés par le projet, s’y était opposée », in Eddé, 1997, p. 231.

45  Témoignage de Mohammad Fawaz, alors directeur général de l’urbanisme. Entretien, 26 octobre 1998.

46  On a signalé plus haut que le plan de Ghalghoul avait été approuvé le jour même du déclenchement de la guerre des Six-Jours. Peut-être cette coïncidence n’est-elle pas circonstancielle, et espérait-on ainsi obtenir discrètement ce qui aurait risqué d’être contesté dans un autre contexte ? Un bref sondage dans la presse francophone a montré que l’approbation n’avait évidemment pas été signalée dans les jours suivants. Il reste que, dans l’après 1967, la priorité n’était plus à cette question de l’aménagement du centre-ville. Voir chapitres 10 et 11.

47  De plus, une première mission de l’IAURP au Liban eut lieu en 1965. Cette analogie doit à une remarque de S. Yerasimos lors de la soutenance publique de la thèse qui constitue l’origine de ce livre.

48  Marchand, 1993, p. 288-291 ; Roncayolo, 2001, p. 91-138.

49  Par exemple, Michaud, 1996.

50  Paix, 1975.

51  Traboulsi, 2007, p. 149-150.

52  Le nombre de banques contrôlées par le capital libanais passa de 55 à 38 entre 1966 et 1969. Dubar et Nasr, 1976, p. 70.

53  Pour Beyrouth à l’époque ottomane, voir notamment May Davie, op. cit., p. 61 et p. 75.

54  « Le Liban dans vingt ans (3) : Beyrouth : problèmes urbains », Le Commerce du Levant, 23 janvier 1957, p. 1 et 8. Voir également Le Commerce du Levant, 16 mars 1957 et 20 mars 1957, sur la même thématique. Merci à Guillaume Boudisseau qui nous a indiqué cette piste. L’identité de ce Mercator reste inconnue mais il paraît vraisemblable que, journaliste, il avait de surcroît une formation technique, étant l’auteur d’une série d’articles techniques sur « le Liban dans vingt ans », abordant notamment les questions d’eau.

55 Al-Mouhandess, n°7, août 1966, p. 2-7.

56  Témoignage de M. Albert Naccache, fils d’Henry Naccache, l’un des administrateurs du CEGPVB (correspondance personnelle). Une concession pour une durée de trente ans, contre la somme de 9 millions de LL était envisagée.

57  C’est le décret 10300 du 15 mai 1975. El-Achkar, 1998, p. 97.

58  Évoquant le remblaiement du Normandy par une décharge en 1978-1979, Fouad Awada écrit : « Les mauvaises langues rappellent que ce remblai de la baie du Normandy qui a gâché l’un des plus beaux sites de Beyrouth, n’a pas été aussi – spontané – et – forcé – qu’on le prétend, l’administrateur l’ayant mûri depuis le début des années 60, lorsqu’il était directeur général de l’urbanisme, et qu’il rêvait de faire passer un boulevard rapide dans la largeur de la baie, pour – boucler – la ceinture routière autour de Beyrouth. La municipalité aurait reçu des assurances quant à la l’affectation de ce remblai à la construction de buildings alors que la direction actuelle entend en faire un grand parc d’attraction central. Ces péripéties montrent entre parenthèses, qu’en pleine guerre, la planification demeure et que les contraintes peuvent être transformées en opportunités ». Awada, 1988, p. 120.

59  M. Ghorayeb, dans son étude des projets français pour le centre-ville, a révélé l’existence d’un projet de concession des travaux à une société immobilière. Ghorayeb, 2000, p. 26.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Plan masse du projet de rénovation du centre-ville de Beyrouth.
Crédits Source : photographie chez N. Tabbara du plan du CEGPVB.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 : Simulations du projet de Ghalghoul.
Légende Vue depuis le Ring.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2176/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Vue de la place Riad al‑Solh.
Crédits Source : Institut français d’architecture, Centre des archives contemporaines Fonds Écochard, carton n°21.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2176/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 3 : Projet lauréat du concours pour la liaison Byblos-Ambassade américaine.
Crédits Source : Al-Mouhandess, 1966.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2176/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable