Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Chapitres

Chapitre 5 - Les urbanistes libanais face aux réformes chéhabistes et aux experts étrangers

Texte intégral

1Les initiatives du président Chéhab en matière d’aménagement et d’urbanisme constituent l’affirmation d’un projet modernisateur volontariste inédit dans le contexte libanais. Elles s’inscrivent globalement dans l’orientation souhaitée par les ingénieurs et architectes locaux, tant sur le plan idéologique en affirmant l’importance de la planification et du rôle de l’État dans le développement que sur le plan professionnel, à travers l’ouverture de nouveaux débouchés et marchés.

2Toutefois, quelle est la place laissée aux techniciens, engagés dans un processus de structuration professionnelle incarné par la création et l’affirmation de l’Ordre des ingénieurs, dans les étapes de conception et de validation des réformes ? Cette interrogation touche la thématique du nationalisme, dans un contexte post-indépendance et d’idéologie pan-arabe, puisque le gouvernement confie l’élaboration de la majeure partie des projets à des consultants étrangers, qui plus est français, assumant donc la continuité avec la période mandataire. L’analyse des réactions des ingénieurs et autres experts libanais du développement dégage l’enjeu de l’adaptation en termes théoriques et empiriques des consultants étrangers à la réalité libanaise, celui de la connaissance pratique du terrain et des questions locales, ainsi que le problème de la continuité par rapport aux aspirations professionnelles existantes et aux orientations déjà validées. Les réformes s’inscrivent en effet dans une histoire témoignant de l’existence de représentations et d’intérêts collectifs, et aussi éventuellement, individuels. L’examen de ces réactions aux projets chéhabistes révèlent également certaines divisions du milieu professionnel dont il ne faudrait pas exagérer l’unité.

3En somme, dans ce chapitre, nous étudions la place revendiquée par les professionnels libanais de l’urbanisme, en analysant la constitution et la revendication de projets techniques et professionnels au sein de ce milieu, ainsi que les prises de position politique d’une partie de ses protagonistes à l’égard du régime.

Les « urbanistes libanais » : inspirateurs et associés

  • 1  Nous reviendrons dans les chapitres 8 et 9 sur les caractéristiques sociales et idéologiques des p (...)

4Le terme d’urbaniste est ici d’un usage abusif au sens où il ne renvoie nullement à une profession définie par des règles strictes ou même par une formation. L’aménagement urbain est pris en charge par des techniciens généralistes, le plus souvent ingénieurs civils, sinon architectes. La différenciation même entre architectes et ingénieurs n’est guère évidente, hormis pour le cas des diplômés à l’étranger. Rappelons d’ailleurs qu’en arabe, le terme de muhandis désigne l’ensemble de ces praticiens, seule la nuance muhandis al‑ma‘mari (l’ingénieur de la construction) indiquant la spécialisation d’architecte. Il n’existe pas de terme équivalent à « urbaniste », l’urbanisme se traduisant par tanzim al‑mudun, c’est‑à‑dire l’organisation des villes. C’est donc de manière empirique que les « urbanistes » sont ici considérés comme techniciens impliqués au cours de leur parcours professionnel dans les questions d’aménagement urbain 1.

Les appels à la réforme

  • 2  Dans une lettre mentionnée au chapitre précédant, Écochard fait état d’une certaine mobilisation p (...)

5À partir de la fin des années 1950 et du début des années 1960, les questions d’aménagement et d’urbanisme apparurent plus fréquemment dans la presse, en particulier par l’intermédiaire de prises de position émanant d’architectes ou d’ingénieurs. Cette mobilisation accompagna, sinon devança, l’émergence des réformes chéhabistes. Faute d’une analyse exhaustive de la presse de l’époque 2, seuls quelques exemples sont ici relevés. Ils témoignent d’une vive conscience des problèmes urbains du Liban de cette époque et constituent des appels à la réforme, voire des suggestions concrètes et précises touchant différents domaines de l’action : législation, institutions, outils et pratiques.

  • 3  Georges Riachi était diplômé en 1946 du Master of Arts in Urban Planning de l’université d’Illinoi (...)
  • 4  Riachi, 1963. Ce texte est publié dans les actes du huitième congrès des Ingénieurs arabes tenu au (...)
  • 5  Voir chapitre 2.
  • 6  De fait, il ne fut jamais aménagé.

6L’ingénieur en chef de la municipalité de Beyrouth, Georges Riachi, représente un premier exemple 3. Dans cette fonction qu’il occupait déjà en 1954, il avait dirigé la commission chargée d’élaborer la réglementation de la construction, connue sous le nom de « zoning » de la ville. En 1960, il livra un constat désabusé sur la situation de l’urbanisme à Beyrouth qui résonnait comme une autocritique de sa propre action à la municipalité 4. Il soulignait l’extension rapide de Beyrouth hors de ses limites municipales. Dans la ville même, de nombreuses infractions à la réglementation sur les hauteurs étaient constatées, sans que la municipalité ne prît l’initiative de les détruire, par manque de temps selon son ingénieur en chef. En réalité, la mise en place de cette législation venait elle-même bien trop tard, comme le constatait Georges Riachi qui datait de 1945 l’origine du boom de la construction, soit dix ans avant la réglementation du « zoning ». Trop tardive, cette-législation ne constituait, en outre, qu’une limitation minimale des possibilités de construction. En réalité, la réglementation ne fait que se plier aux intérêts privés des propriétaires fonciers et avalisait même les infractions 5. La catastrophe du « zoning » ne constituait pas le seul point faible de l’expérience en cours. Ses limites étaient également évidentes en matière foncière : les prix trop élevés des terrains rendaient impossibles la réalisation des jardins prévus au début des années cinquante. Seuls sept jardins des vingt envisagés n’avaient pas été, en 1961, abandonnés. Encore celui de Ras Beyrouth était-il contesté en raison du montant très élevé des expropriations prévues 6. La spéculation qui présidait à l’urbanisation était durement critiquée par Riachi, qui regrettait qu’il fût impossible de rendre inconstructible un terrain, sauf à payer un très important dédommagement. L’âpreté de l’exploitation foncière se faisait notamment sentir sur le littoral de la municipalité, dont 30 % étaient appropriés par divers exploitants.

7De ce constat désabusé sur le passé et le présent, Georges Riachi tirait un avertissement pour le futur, car la banlieue était selon lui en train de connaître le même et regrettable processus d’urbanisation que la ville-centre :

« Les banlieues, qui sont complètement indépendantes de la ville, ne sont pas soumises à des schémas d’urbanisme. Ayant fermé les yeux sur les erreurs commises à Beyrouth, elles font les mêmes expériences et les mêmes erreurs ».

8Or elles faisaient partie du Grand Beyrouth, et Georges Riachi regrettait qu’

  • 7  Riachi, 1963, p. 105.

« à ce jour, aucun effort sérieux n’a[it] été fait pour les intégrer dans le Grand Beyrouth, au moins du point de vue de l’urbanisme [planning] ». 7

9La dénonciation de la situation présente, faite de laisser-faire, de développements irréguliers et vite régularisés, d’une législation laxiste et d’un grand éclatement administratif s’appuyait sur l’espoir qu’une planification plus adaptée et contraignante fût mise en place. Aucune précision n’était cependant fournie sur ce que devrait être cette planification.

  • 8  Sur la carrière de Shiber, voir Nasr, 2005.
  • 9  Elles nous sont accessibles grâce au recueil des écrits de Saba Shiber publié en 1968 : Recent Ara (...)
  • 10  « A mammoth linear city », in « Lebanopolis », 23/8/1962.

10Cette première attitude critique vis-à-vis de l’urbanisme au Liban et à Beyrouth venait d’un homme du système, de l’intérieur en somme. Elle contrastait fortement avec la critique d’un professionnel plus jeune et extérieur aux sphères de l’administration, mais proche du milieu professionnel, Saba Shiber. Diplômé de Cornell University, ce Palestinien s’était établi au Liban en 1956 à l’occasion de la reconstruction du Sud-Liban 8. À partir de 1959, il travailla chez Dar al‑Handasah-Associated Consulting Engineers (ACE), ce qui le conduisit fréquemment à l’étranger, au Koweit, au Caire en Égypte et aux États-Unis. Ce cursus international conférait aux jugements de Saba Shiber une autorité et un recul qui tranchait avec ceux de Riachi. Cette large expérience expliquait probablement que Saba Shiber livrât régulièrement, à partir de 1960, des chroniques sur la situation de l’urbanisme au Liban dans la presse anglophone de Beyrouth. On en compte au moins 40 entre 1960 et 1964 9. Elles embrassaient nombre de thèmes, de lieux et d’institutions : Zahleh, le littoral, le Plan vert, la foire de Tripoli que devait construire Oscar Niemeyer et bien sûr Beyrouth qui constituait à elle seule le sujet de 30 chroniques. Le ton était dur, critique. Saba Shiber faisait le diagnostic des maux du Liban : il constatait la généralisation de l’urbanisation le long de la côte et dans la Békaa, aboutissant à la constitution d’une « Lebanopolis », une ville linéaire qu’il comparait à un « mammouth 10 ». Selon lui, le problème excédait donc largement celui de Beyrouth et ses banlieues, tel que posé par George Riachi.

  • 11  « Toward a Masterplan to Zahleh », 16/5/1960 ; « Redevelopment of the « Burj » Area of Beirut », 2 (...)
  • 12  « Disconcern ? », août 1961.
  • 13  « Epideitic versus organic urbanism », août 1961 ; « Fresco’s Fiasco », avril 1963.
  • 14  « Green What ? », 22/8/1964.

11Les problèmes de la capitale étaient néanmoins d’une particulière acuité comme en témoignait le nombre d’articles qui leur étaient consacrés et le vocabulaire employé à son propos : « le fouillis magnifique », « le suicide urbain », « la capitulation urbaine », « un cauchemar ». La capitale souffrait d’abord de son dynamisme urbain, une « explosion urbaine » que Shiber attribuait au contexte régional caractérisé par la prospérité factice du pétrole et par l’instabilité politique. Face à cette situation, l’urbaniste palestinien s’en prenait particulièrement aux autorités libanaises, inconscientes de l’ampleur de cette croissance et incapables d’adopter les mesures nécessaires. Sa critique n’était pas seulement celle d’un observateur, mais également celle d’un conseiller déçu. Sans parler de son expérience à l’Office de la reconstruction, Saba Shiber avait été consulté à plusieurs reprises par différentes instances politiques, voire leur avait proposé ses services : on en a le témoignage à propos de Zahleh dans la Békaa ou encore à propos du centre-ville de Beyrouth 11. Trop souvent, il constata le désintérêt de l’État pour ces questions 12 et lorsque ce n’était pas le cas, il vilipendait la lenteur, l’incompétence, voire la corruption, des autorités publiques. L’incompétence des politiques était, selon lui, illustrée par le fait que le ministre en charge de l’urbanisme et des travaux publics était un pharmacien, chef d’un parti qu’il qualifiait de « religieux » (Pierre Gemayel, chef des Phalanges libanaises). Un des meilleurs exemples de l’inefficacité des autorités était le chantier interminable de la corniche maritime de Beyrouth, commencé depuis vingt ans en 1961, alors que celle du Caire, plus grande, avait été achevée en deux ans. À ce propos, il stigmatisait ce qu’il nommait le « Fresco’s Fiasco 13 », l’appel à un faux architecte italien, Fresco, pour ce chantier, qui symbolisait selon lui l’inefficacité, voire la corruption, des autorités libanaises. Selon Saba Shiber, les différentes réformes et projets entrepris par Fouad Chéhab n’étaient qu’une vaine agitation sans traduction dans les faits. Évoquant le Plan vert, un établissement public destiné à la mise en place de l’irrigation et du reboisement, généralement considéré comme un des symboles du volontarisme chéhabiste, il interrogeait : « Green What ? 14 » et énumérait les nombreuses institutions créées et les nombreux projets qui selon lui ne se matérialisaient jamais ou ne constituaient pas les bonnes solutions : Beyrouth

  • 15  « Epideitic versus organic urbanism », août 1961.

« souffre depuis longtemps d’un cancer malin, et tout ce que ses docteurs prescrivent sont des aspirines, des anemas ou beaucoup trop de discours, de débats et de diatribes 15 ».

  • 16Ibidem.

12Au-delà de la critique de l’incompétence des autorités, le propos de Saba Shiber prenait un ton moralisateur lorsqu’il stigmatisait une société toute entière tournée vers le profit et l’argent facile. Dans cette ville, régnait une mentalité de « après-moi le déluge » et « les grands vainqueurs – ceux qui ramassent la mise – sont les cultivateurs d’immeubles d’appartement [the appartement house ‘growers’], jusqu’à hier plutôt adeptes des laitues, des tomates et des carottes ». Il comparait cet esprit de profit et de spéculation foncière et immobilière à de la prostitution : Beyrouth « est-elle la Sodome et Gomorrhe de l’âge présent ? La Beyrouth de la vanité, des boîtes de nuit, des « artistes » et d’un million de trafics acrobatiques 16 ». En définitive, c’était l’esprit de commerce propre au Liban, jusque dans ses racines ottomanes ou phéniciennes, qu’il incriminait ainsi que sa structure sociale, sa richesse, voire « sa trop grande richesse ».

  • 17  Par exemple : « Disconcern ? », août 1961.
  • 18  « Planning Lebanon with Harmony », 2/5/1963.
  • 19  « Toward a Grand Planification Authority for Lebanon », 7/5/1963.
  • 20  Voir Recent Arab City Growth, Chapitre III (« Absence of Science, Art and Comprehensiveness in Ara (...)
  • 21  « A Critical Glance at a ‘Greater Beirut’ », 15/7/1961. Voir notre analyse infra.
  • 22  « But to merely declare a Greater Beirut concept or scheme and to hope for miracles to happen auto (...)

13Face à cette décomposition urbaine et à cette déliquescence sociale, Saba Shiber en appelait à des solutions radicales et à une autorité forte, faisant de l’urbanisme et de l’aménagement le fondement de son action. Les références théoriques de ce langage se situaient dans la mouvance moderne : Le Corbusier était ainsi clairement invoqué 17. Néanmoins, il ne s’agissait pas de faire complètement table rase du passé, notamment islamique, puisque Saba Shiber proposait de préserver les souks 18. En réalité, l’enjeu de ces chroniques n’était pas d’ordre architectural ou formel. Il proposait des solutions institutionnelles adaptées à l’ampleur des problèmes libanais. Shiber se prononçait ainsi en faveur d’une autorité centrale de la planification, plus forte qu’un ministère, compétente également pour l’aménagement du territoire 19. La coordination, absente selon lui des projets chéhabistes, devait être la priorité essentielle 20. Un exemple concret de ses propositions était fourni à propos de la définition du Grand Beyrouth 21 : critiquant le décret instituant un périmètre du Grand Beyrouth en juillet 1961, il le considérait comme étant un simple effet d’annonce 22. Faute d’avoir été sérieusement étudiée, la définition de ce périmètre risquait surtout, selon Shiber, d’encourager la spéculation foncière et les lotissements, au bénéfice de quelques propriétaires avisés. Il eut fallu selon lui créer une entité régionale avec un système de taxation unifié, responsable de l’aménagement de toute la zone. Un autre risque venait de ce que cette mesure, annoncée brutalement, risquait d’être perçue par les municipalités comme une tentative d’annexion et donc d’entraîner leur défiance. Enfin, le périmètre proposé lui paraissait inadéquat : « L’unité du Grand Beyrouth doit être scientifiquement étudiée pour permettre la délimitation d’une entité régionale organiquement délimitée », c’est-à-dire représentant une entité fonctionnelle définie par les migrations alternantes. Selon lui, l’administration devait s’adapter à la géographie urbaine et adopter une échelle régionale.

  • 23 . Hors du cadre de l’Ordre des ingénieurs sur lequel nous reviendrons au chapitre 8, nous avons peu (...)

14L’exemple de Georges Riachi et, plus encore, celui de Saba Shiber illustrent la profonde insatisfaction de nombreux professionnels de l’urbanisme face à la politique urbanistique du gouvernement 23. Ils témoignent de l’émergence d’un débat porté par des individus de statuts divers sur ce sujet. Débat parfois public, débat parfois plus technique et limité aux arènes professionnelles, et qui fait de ces techniciens des acteurs associés aux réformes.

L’association aux réformes

15Critiques et demandeurs d’autres orientations, les experts locaux furent également parfois associés à la définition des réformes et des plans. Ainsi, plusieurs professionnels déjà mentionnés aux chapitres précédents étaient membres de diverses commissions et conseils supérieurs, dont l’avis était sollicité lors de l’élaboration des réformes. Celles-ci portaient sans doute également la marque des discussions dans ces conseils, où ils avaient le plus souvent bénéficié d’un accord.

  • 24  Deux notes de l’IRFED du début des années soixante citent les noms suivants : Joseph Naggear, Henr (...)
  • 25  Le représentant au titre des antiquités, il faut mentionner Amine Bizri, qui devint président de l (...)
  • 26  À l’origine connue sous le nom de commission du grand Beyrouth (voir supra, chap. 4).
  • 27  Leurs noms sont mentionnés dans le Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, op. cit.

16Une première modalité de cette association aux décisions des experts locaux dans le domaine de l’aménagement et de l’urbanisme, était la participation à des instances consultatives. La première d’entre elle était le Conseil du plan, créé dès 1953, où une dizaine d’experts avaient été nommés. Joseph Naggear y siègeait depuis l’origine. En 1959, les architectes Henri Eddé et Assem Salam y firent leur entrée 24. Mais si le Conseil du plan (rebaptisé en 1959 Conseil de la planification et du développement) devait donner son avis sur les projets relatifs à l’aménagement du territoire et, plus généralement, sur les grandes options de la planification économique proposées par l’IRFED, son avis n’entrait pas en ligne de compte pour les projets d’aménagement urbain. Cependant, les commissions et sous-commissions qui remplissaient cet office étaient largement composées d’hommes recrutés dans les mêmes milieux, où la compétence professionnelle et l’ancienneté en poste allaient de pair avec l’appartenance aux cercles de la notabilité beyrouthine. La composition du Conseil supérieur de l’urbanisme était fixée par la loi de 1962. Outre divers représentants d’administrations (urbanisme, plan, travaux publics, antiquités 25…), il rassemblait le président de l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth, qui était, de 1961 à 1963, Henri Eddé, et divers experts indépendants, parmi lesquels, à nouveau, Assem Salam et Joseph Naggear. Des commissions spécialisées siégeaient à propos de projets ponctuels : ainsi, la commission de Beyrouth et ses banlieues fut-elle fondée en 1961 26. Ses membres étaient Joseph Naggear, Henri Eddé, Georges Riachi, Émile Yared, Henry Naccache, Faez Ahdab et Assem Salam 27. D’autres commissions existèrent ponctuellement, comme pour suivre le projet des cités gouvernementales dans sa phase urbanistique ou lorsqu’il fut de nouveau question de déménager l’aéroport de Khaldeh, dans les années 1965-67 (le projet fut finalement abandonné).

17À ces commissions consultatives assistant l’administration dans sa tâche, s’ajoutaient d’autres formes d’associations des experts locaux dans le processus de prise de décision et de mise en œuvre des réformes urbanistiques des années Chéhab. Les deux conseils exécutifs, le CEGP et le CEGPVB, dirigés par des ingénieurs reconnus, ne se contentaient pas dans les faits de superviser l’exécution des projets d’aménagement du régime. Leurs dirigeants étaient ainsi régulièrement consultés dans les diverses commissions citées ci‑dessus.

18Ces différents exemples montrent que les projets chéhabistes, certes mis au point par des experts étrangers, bénéficièrent de l’avis et des conseils des experts locaux. Associés par le régime à ses décisions, une partie de ces hommes et de ces institutions n’en conservaient pas moins une distance critique avec les réformes prônées par Chéhab et par les experts étrangers. Les ressorts de cette adhésion distanciée, voire parfois de critiques sévères, ne sont pas aisés à interpréter : l’analyse distincte des propositions de l’IRFED et d’Écochard permet d’en comprendre les enjeux techniques et idéologiques tout en prenant en compte les intérêts professionnels, politiques et économiques.

Les réactions face à l’IRFED : soutiens et réticences

19Pour nombre de techniciens, le rapport préliminaire de l’IRFED, en 1961, représenta une confirmation précise et chiffrée d’une situation que certains pressentaient sans nécessairement en prendre toute la mesure. Après ce premier rapport, les propositions de l’IRFED se firent plus précises et furent discutées dans les administrations comme dans divers conseils chargés de les orienter. Cette seconde phase est moins connue et les réactions des experts libanais, plus techniques, moins faciles à interpréter. Elles dessinaient un spectre d’opinions qui allèrent du soutien chaleureux à l’expression de divergences profondes. Les réticences qui s’exprimaient dépassaient la dimension technique et renvoyaient, sur le plan idéologique et politique, à des clivages qui traversaient la société libanaise. Au-delà, certaines oppositions s’expliquaient aussi probablement par des effets de milieu : les intérêts professionnels constituent également une dimension à prendre en compte dans l’analyse de la réception des projets de l’IRFED.

  • 28  Pour une étude plus complète de cette question, et en particulier de l’appréciation des propositio (...)
  • 29  Correspondance personnelle de Raymond Delprat, 20 octobre 1999.
  • 30  Également cité comme un soutien par R. Delprat.
  • 31 . Notamment dans les programmes d’investissements publics dits des 51 millions, des 450 millions et (...)

20Au sein de l’administration, les projets de l’IRFED purent compter sur de précieux soutiens 28. Henry Naccache, membre du CEGP, en fut une figure représentative 29. Ce polytechnicien, après une longue carrière de commis de l’État, fut responsable de la mise au point détaillée de certains des programmes clés du chéhabisme comme l’étude et l’exécution des programmes d’infrastructures routières et le développement du réseau électrique et de l’adduction de l’eau potable. Au sein de cette administration, de jeunes ingénieurs soutinrent également la politique chéhabiste. Ils étaient redevables au régime qui rendait possible leur ascension sociale tout en promouvant un esprit dans lequel ils se reconnaissaient. C’est le cas d’un Mohammed Fawaz. Il était originaire du Liban Sud, une zone rurale délaissée vers laquelle se portèrent les efforts du régime, et appartenait à la communauté chiite traditionnellement peu présente dans l’administration. Diplômé de l’ESIB en 1954, il compléta sa formation à l’ENPC en 1958. Il fut engagé en 1959 à la direction de l’urbanisme puis, repéré par Henry Naccache, il fut appelé, comme chef du service hydraulique au CEGP. Il devint en 1973 directeur général de l’urbanisme. Bien d’autres cadres de l’administration fournirent également leur soutien à l’IRFED, comme Mitri Nammar, directeur général des bâtiments publics au ministère de Travaux publics, puis en 1967, directeur général de l’urbanisme 30. Le développement de l’administration supposait la construction de nombreux nouveaux bâtiments, prévus notamment dans différents programmes d’infrastructure lancés entre 1960 et 1962 31.

  • 32  Corm, 1964. Georges Corm connut par la suite une carrière brillante comme consultant économique et (...)
  • 33  Selon R. Delprat, la présentation de G. Corm était correcte dans ses grandes lignes mais s’appuyai (...)
  • 34  Corm, 1964, p. 26.

21La rareté des documents d’époque rend bien utiles les témoignages directs. Cependant, des prises de position plus nuancées furent énoncées publiquement. L’une des plus argumentées était le livre Planification et politique économique au Liban (1953-1964), signé par Georges Corm 32. À l’époque fraîchement et brillamment diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, spécialisé en économie, il venait de passer plusieurs mois comme collaborateur de la mission IRFED et le livre entendait faire le bilan de cette expérience de planification 33. Il consacrait une première partie de l’ouvrage à la période 1953-1958, qui était celle des premiers jalons de la planification libanaise. Bien que le bilan qu’il en tirait fût sévère pour les réalisations de la période, le simple fait de mentionner cette généalogie et en particulier le plan de 1958 élaboré par le Conseil du plan et du développement devait être lu, sinon comme une réhabilitation du rôle des prédécesseurs libanais de l’IRFED, du moins comme un rappel de leur existence. C’était une manière de réduire l’originalité du travail de l’IRFED, sans à ce stade en discuter la qualité, incontestablement plus approfondie. La seconde partie du livre était une évaluation précise, nuancée et relativement critique des projets de l’IRFED, même si leur existence était jugée comme un grand progrès. Bien que l’accent fût naturellement porté sur l’économie et que les questions concernant l’aménagement du territoire restassent peu développées, plusieurs arguments se référaient à la thématique territoriale. C’est d’abord le diagnostic de l’IRFED qui était discuté, notamment dans sa dimension régionale. Le rapport préliminaire constitua, selon Corm, « un choc psychologique considérable pour l’opinion et les milieux économiques et financiers. 34 » Tout en reconnaissant la qualité du diagnostic de l’IRFED, Corm le nuançait et en critiquait certains aspects :

  • 35  Corm, 1964, p. 40.

« Il n’en reste pas moins, ces restrictions faites, que les grandes lignes du diagnostic de l’IRFED […] étaient parfaitement exactes et que tout Libanais averti en était conscient depuis longtemps. Formulé par des experts étrangers, ce diagnostic dont le pessimisme était démesurément grossi par certaines des faiblesses méthodologiques signalées, prenait un tout autre relief que formulé par des Libanais 35 ».

22Ce jugement relativisait à nouveau l’originalité du travail de l’IRFED, dont les conclusions auraient été connues de tout « Libanais averti » et insistait surtout sur son caractère exagérément spectaculaire. C’était particulièrement le cas concernant les inégalités sociales et régionales. Certains des critères choisis lors des enquêtes de l’IRFED, comme la présence d’équipements électro-ménagers ou encore de cinémas en milieu rural, paraissaient à Corm ressortir de l’ethnocentrisme. Créant d’artificielles mauvaises notes, ils faisaient baisser la moyenne de la périphérie :

  • 36  Corm, 1964, p. 39-40. A vrai dire, d’autres critères ethnocentriques se mêlent aux enquêtes de l’I (...)

« En tant que sociologue, si l’absence de ces éléments peut apparaître comme un état de sous-développement pour des sociétés de type occidental, en tant qu’économiste celle-ci apparaît beaucoup plus comme le témoignage d’une civilisation différente où le niveau d’échange reste très bas et où les mécanismes de production et de distribution des revenus ne sont pas du tout les mêmes qu’en Occident […] Le choix de ces éléments est semble-t-il beaucoup plus significatif lorsqu’il s’agit de mesurer le degré de développement d’une société industrielle avec les mécanismes de production qu’on lui connaît et de la comparer avec d’autres sociétés du même type que lorsqu’il s’agit de mesurer le sous-développement en général d’une société de civilisation différente, c’est-à-dire avec des ressources, un climat et une mentalité différentes 36. ».

  • 37  Corm, 1964, p. 46.
  • 38  Comme en écho à ce jugement, dans un autre contexte : « La méthode Lebret, dont la jeune démocrati (...)

23Le jugement de Georges Corm devenait plus négatif lorsqu’il abordait les propositions de l’IRFED, en particulier sur le plan institutionnel. Il jugeait que l’organisation centrale du développement, c’est-à-dire le ministère du Plan, était un « véritable monstre 37 » et en comparaison, l’organisation régionale du développement lui paraissait comme la meilleure réussite de la mission IRFED. Au demeurant, son organisation était jugée lourde et peu souple et surtout peu adaptée à la taille du pays. De plus, alors que dans la théorie, ce dispositif était présenté par l’IRFED comme devant permettre une participation de la « base » à l’élaboration de la connaissance des besoins et donc des actions, la consultation du secteur privé et la coordination avec lui étaient en réalité inexistantes. Le caractère importé et quelque peu artificiel de l’édifice administratif suscitait donc son scepticisme 38.

  • 39Ibidem, voir la conclusion.

24Un dernier aspect de cette critique concernait les priorités défendues par l’IRFED. Analysant la répartition sectorielle des masses d’investissement, Corm s’interrogeait sur la priorité donnée à des dépenses d’infrastructure non productives, conséquence des programmes apportant l’eau, l’électricité et les routes dans tous les villages, au détriment du renforcement des secteurs productifs. Au fond, il questionnait la volonté de correction des inégalités régionales qui inspirait ces investissements d’infrastructure, au détriment d’une politique de correction des déséquilibres sociaux. Sur le plan social, l’économiste jugeait excessives les sommes consacrées à des constructions de bâtiments aux dépens de l’urbanisme à proprement parler, auquel n’était attribué que 0,9% des dépenses totales. Bref, si au total il saluait l’effort du régime chéhabiste, la contribution des experts français lui semblait à certains égards contestable : c’était le cas de certains choix politiques (la correction d’inégalités régionales considérées comme surestimées) mais aussi du principe même de l’importation d’un modèle étranger, potentiellement porteur de dérives bureaucratiques et d’inadaptation à la situation locale 39.

  • 40  Elias Ganagé et Mohammad Atallah.
  • 41  Selon les entretiens avec Raymond Delprat. Voir la préface de l’économiste de l’USJ Elias Gannagé (...)
  • 42  Voir les Schémas d’action touristiques, 1962, et la présentation dans l’avant-projet de plan quinq (...)

25La critique du jeune économiste, tirant avantage d’un contact approfondi avec la documentation de l’IRFED, n’était pas isolée et prolongeait certaines remarques émanant du Conseil du développement et de la planification, dont l’avis, consultatif, restait néanmoins important. Composé de personnalités éminemment favorables à un rôle accru de l’État dans l’orientation de l’économie, il n’en manifestait pas moins ses réserves sur plusieurs points même si peu de comptes-rendus en attestent dans les archives. Ceci s’explique par le fait que le conseil n’était que rarement saisi des propositions de l’IRFED, qui étaient filtrées par une commission de planification composée de deux économistes 40. La fonction de cette dernière était de préparer le travail du conseil. Les questions économiques, notamment la création d’une banque du développement et la validité du modèle de croissance proposé par Raymond Delprat 41, occupaient le centre du débat. Dans le domaine de l’aménagement, certaines propositions de l’IRFED furent critiquées par le conseil. Ce fut le cas du projet de développement touristique, pour lequel l’IRFED proposait de développer deux pôles balnéaires à environ trente kilomètres de Beyrouth, à Jbail (Byblos) au nord et à Rmaileh, au sud, où se trouvent de belles plages de sable aménageables 42. Ces centres balnéaires devaient devenir les points de départ pour des excursions touristiques vers divers lieux d’attraction dans les montagnes ou sur le littoral. Ce plan présentait l’avantage de permettre un développement des périphéries. Il reposait sur l’espoir d’un tourisme fondé sur le modèle grec ou espagnol, alimenté par une clientèle européenne qui équilibrerait la clientèle d’affaires et celle des Arabes. À l’inverse, les propositions antérieures du Conseil du plan valorisaient principalement, en matière de développement touristique, les traditionnels centres d’estivage de la montagne proche de Beyrouth, dans les régions d’Aley, du Metn et du Kesrouan. Ce cas de figure traduisait une certaine défiance à l’égard du potentiel des flux touristiques en provenance d’Europe et la certitude du développement de ceux provenant en provenance du monde arabe, clients traditionnels des estivages libanais. L’impact territorial de ces deux modèles de développement était fort différent : dans un cas, les périphéries libanaises bénéficieraient du développement d’activités nouvelles, dans l’autre, c’était la partie centrale, déjà privilégiée, qui le serait encore davantage. Ces exemples laissaient transparaître la réticence du conseil à mettre en cause la centralité de Beyrouth et du Mont-Liban dans le pays.

26D’autres indices le confirment, comme cette remarque postérieure de Henri Eddé face aux propositions de schémas de polarisation de l’IRFED :

  • 43  Eddé, 1997, p. 67-68.

« Si la décentralisation administrative a toujours été éminemment souhaitable et l’est encore, la décentralisation économique devrait par contre être maniée avec davantage de précautions et de circonspections. Il ne fallait surtout pas se tromper d’échelle et appliquer autoritairement au Liban des solutions valables pour des pays géographiquement bien plus étendus et possédant des ressources importantes et diversifiées 43 ».

  • 44  Ils sont eux-mêmes les fils de l’ancien président de la République Émile Eddé. Henri Eddé rappelle (...)

27Le technicien libanais se montre ainsi réservé à l’égard de l’intervention étatique volontariste prônée par l’IRFED dans la question de la remise en cause de la centralité beyrouthine. L’enjeu est ici double : il touche à la fois à la possibilité pour l’État d’agir sur la structure territoriale et sur l’opportunité même de le faire. Non sans similitude avec l’attitude de George Corm, c’est la spécificité du Liban, dans sa taille et sa structure spatiale, qui est mise en avant pour critiquer les propositions des Français. Là encore, un jugement à la fois politique et économique (la primauté de Beyrouth) interfère avec des critères techniques sans qu’il soit aisé de faire la part de ces différentes motivations. Peut-on, de plus, ne pas mentionner la parenté d’Henri Eddé avec Raymond et Pierre Eddé, l’un et l’autre plusieurs fois ministres, considérés comme les représentants de cette bourgeoisie d’affaires dont l’assise économique était potentiellement menacée par les réformes prônées par l’IRFED 44 ?

  • 45Ibidem, p. 67.
  • 46  Entretien, le 26 octobre 1998. Ce jugement n’était pas partagé par Assem Salam, entretien, le 6 no (...)

28Il convient du reste de prendre en compte d’autres arguments susceptibles d’expliquer l’hostilité ou la réserve à l’égard de l’IRFED. Celui-ci ou, du moins, certains de ses membres, furent sévèrement critiqués par des membres du Conseil du développement et du plan. Henri Eddé fait ainsi part de ses « réserves quant à la qualification de certains de ces « experts » 45 », un jugement qui était partagé par d’autres techniciens, comme Joseph Naggear 46. Peut-on en déduire que certains experts libanais se sentirent mis à l’écart par des techniciens étrangers qu’ils considéraient comme moins compétents qu’eux-mêmes ? C’est également cette piste que suggérait l’historien Kamal Salibi dans un texte contemporain des faits :

  • 47  Salibi, 1966, p. 221.

«  Le rapport de l’IRFED, terminé et publié dans les dernières années du régime Chéhab, a généralement été désapprouvé et critiqué par des experts libanais qui sentaient qu’ils auraient dû être eux-mêmes chargés de ce travail ou à tout le moins, consultés 47 ».

  • 48  Kabbara, 1988, p. 220-221, l’affirme également, en se référant au seul travail de Georges Corm. «  (...)
  • 49  Les émoluments des équipiers de l’IRFED, considérés comme très élevés par les collaborateurs liban (...)

29Contestés par une partie de la classe politique hostile au chéhabisme, les équipiers de l’IRFED ne trouvèrent donc pas que des alliés parmi les experts et les techniciens libanais. Peut-être les attendus théoriques du père Lebret et sa méthode suscitèrent-ils une certaine incompréhension, tant parmi les ingénieurs et architectes, à la formation essentiellement technique, que parmi les économistes. Aucun élément ne permet néanmoins de l’affirmer de manière certaine 48. L’opposition en tout cas se cristallisa sur certaines options de l’équipe française : l’effort de correction des inégalités régionales, jugé trop marqué ; la méthode d’action, trop bureaucratique. Les moyens autant que l’objectif étaient ici contestés : faut-il y voir la trace d’une fidélité au libéralisme considéré comme une caractéristique intangible du Liban ? Les parcours d’un Naggear ou d’un Eddé rendent cette hypothèse recevable. À ces divergences d’ordre idéologique s’ajoute la concurrence d’ordre professionnel et éventuellement national. La mission IRFED représentait un marché ou au minimum une position professionnelle prestigieuse qui échappait à des professionnels locaux qui s’estimaient, à divers titres, plus qualifiés pour ce travail 49.

30Dès le début du mandat de Charles Hélou, le successeur de Chéhab, le plan de l’IRFED fut abandonné et remplacé par un nouveau plan élaboré par le Conseil de la planification et du développement. Sans doute le président, à l’autorité politique moins établie que son prédécesseur, dût-il lâcher du lest face à son opposition, notamment libérale : c’est l’explication généralement retenue. Mais nul doute que ce remplacement s’expliquait également par l’hostilité à l’égard de l’IRFED d’une partie des experts locaux, à qui il échut de reprendre la copie des Français, une hostilité qui était tout autant idéologique que professionnelle.

Les réactions face à Michel Écochard

31Les réactions des experts aux projets d’Écochard étaient, dans l’ensemble, favorables, différant ainsi sensiblement de celles observées à l’égard de l’IRFED. Cette situation était le résultat d’une meilleure intégration de l’urbaniste français dans le milieu des techniciens libanais, où sa compétence était reconnue et ses vues et ses priorités largement partagées. Néanmoins, ses propositions suscitèrent aussi certaines résistances.

Un milieu professionnel proche d’Écochard et favorable à ses idées

32L’itinéraire professionnel d’Écochard lui avait permis, depuis 1941, de développer de nombreux liens au sein du milieu des ingénieurs et architectes libanais, au sein duquel sa compétence était grandement reconnue comme le confirme ce propos de Jean Eddé :

  • 50  Jean Eddé, longtemps ingénieur au service des municipalités et de l’urbanisme, l’avait quitté avan (...)

« En s’adressant à l’urbaniste et architecte français Michel Écochard, le gouvernement libanais mettait le sort de la capitale entre les mains d’un technicien éprouvé, réputé pour son intégrité et ayant à son actif, depuis 1934 (sic), une longue expérience urbanistique au Liban : plan de Beyrouth (non adopté, mais dont plusieurs dispositions principales sont restées l’épine dorsale du plan actuel), plans de Jounieh et de Byblos (adoptés), plans de deux nouvelles cités gouvernementales de Bir-Hassan et de Chiah (adoptés) 50 ».

33À cette compétence issue de l’expérience de l’urbaniste français s’ajoutait la caution représentée par son appartenance au mouvement moderne, même si dans le contexte de l’époque, une telle appartenance était triviale :

  • 51  Jean Eddé, « Quelques conseils au sujet de la fabrication d’un plan d’urbanisme », Horizons techni (...)

« Les ouvrages de Le Corbusier, les réalisations d’Écochard (au Liban et ailleurs) par exemple sont trop proches et trop valables pour que l’on n’essaie pas d’en profiter 51 ».

  • 52  Henry Naccache est mentionné comme le collaborateur d’Écochard par Ghorayeb, 1991, p. 76.
  • 53  Avec Antoine Tabet, décédé en 1963, jusqu’alors considéré comme un des chefs de file des architect (...)

34Mais la compétence reconnue d’Écochard n’était sans doute pas la seule raison du bon accueil qui lui est réservé parmi ses pairs libanais. À l’occasion de ces différents projets, il avait noué des liens professionnels et personnels qui jouaient certainement en sa faveur. Comme urbaniste, il avait eu à fréquenter des hommes comme Joseph Naggear ou, à la municipalité de Beyrouth dans les années 1940, Henry Naccache 52. À Saïda en 1956-1957, il avait travaillé avec Amine Bizri, président de l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth à partir de 1964. À Jounieh et à Jbail, en 1958-1959, il avait recruté et formé de jeunes urbanistes, Jean Eddé et Rachid Bejjani. Ce dernier et un autre architecte furent engagés dans son bureau beyrouthin en 1961. Comme architecte, ses liens avec les professionnels locaux étaient également très étroits. Il fut associé pour ses projets d’écoles à Amine Bizri à Saïda et Tripoli, avec Faez Ahdab et Henri Eddé pour d’autres projets à Beyrouth et Baabda. Des liens d’amitié sont attestés avec plusieurs d’entre eux 53. Écochard avait su s’imposer dans ce milieu par le charisme exceptionnel que lui conférait son expérience internationale en urbanisme, ses qualités d’architecte, sa connaissance fine du pays, ses amitiés et ses relations, ses convictions tranchées en faveur de l’intérêt général et ses combats fougueux pour le défendre.

35Plusieurs de ces techniciens siégeaient dans les divers conseils et commissions chargés de superviser le travail d’Écochard, notamment la commission du Grand Beyrouth et le Conseil supérieur de l’urbanisme. Proches de leur collègue français à titre personnel ou professionnel, il n’est pas étonnant que ces organismes et leurs membres issus d’un milieu somme toute étroit, aient accueilli favorablement les plans d’Écochard pour Beyrouth et ses banlieues. À force de se fréquenter et de discuter des problèmes de Beyrouth et de l’urbanisme libanais, il est vraisemblable qu’ils partageaient avec Écochard de nombreuses idées, au point qu’il est difficile d’attribuer certaines d’entre elles à tel ou tel.

  • 54  Pour une analyse plus précise de la mise en œuvre du plan Écochard, voir le chapitre 10.
  • 55  « Écochard fit savoir qu’il refusait absolument la paternité du plan adopté – qu’on continue cepen (...)

36La nécessité d’établir un plan directeur pour Beyrouth et ses banlieues constituait ainsi une préoccupation que partageaient à cette époque tous les techniciens libanais. Leurs pressions en ce sens n’ont pu que conforter celles d’Écochard auprès du gouvernement libanais et du président lui-même. La mise au point et l’approbation du plan directeur de Beyrouth et de ses banlieues représentaient pour l’ensemble de ces techniciens un grand motif de satisfaction, même si le plan issu du décret de juillet 1964 fut modifié par rapport aux intentions initiales : l’exécution des villes nouvelles prévues était reportée à des jours meilleurs, tandis que les coefficients d’exploitation furent fortement augmentés 54. Alors qu’Écochard en fut ulcéré, au point de rejeter la paternité du plan 55, pour les techniciens libanais, l’existence d’un plan était en elle-même extrêmement positive :

  • 56Ibidem, p. 22.

« …des voix désintéressées et éclairées s’élevèrent pour défendre, si ce n’est le plan lui-même, du moins le principe d’une organisation urbanistique rationnelle 56 ».

37Quant à ce plan en particulier :

  • 57Ibidem, p. 22.

« Finalement, le zonage approuvé le 23 juillet apparaît comme un compromis, peut-être le meilleur qu’il était possible d’atteindre au milieu des difficultés ambiantes. Et il faut avoir le courage de le dire et de le redire face à une opinion publique plus particulièrement sensible aux intérêts privés qu’au Bien Public : ce zonage vaut infiniment mieux que le néant antérieur  57 ».

38L’inquiétude de ces techniciens locaux tenait moins au contenu précis du plan qu’à la capacité du gouvernement à le mettre en œuvre rapidement et à maîtriser les anticipations spéculatives qu’il déclencha, comme s’en ouvrit Henri Eddé au journal L’Orient en constatant le dépôt de nombreux permis déposés dans une zone réservée pour une ville nouvelle :

  • 58  « Une table ronde de L’Orient : un urbaniste (anglais) et cinq architectes (libanais et français) (...)

« Donc, si l’on fait ces études de plan directeur, c’est très bien mais à condition qu’il y ait un organisme administratif capable de les recevoir, de les mettre tout de suite en application, à exécution sur les plans voulus au 1/2000, de rentrer dans les détails, etc. 58 »

39Autant que le plan d’Écochard, c’était sa capacité à obtenir du gouvernement ce qu’ils réclamaient, un plan pour les banlieues de Beyrouth, qui satisfît les techniciens libanais. Cela n’excluait pas parfois certaines réserves.

Une critique du plan d’Écochard

  • 59 . Notamment Henry Naccache, selon le témoignage de son fils Albert, correspondance personnelle, aoû (...)

40Malgré le soulagement de la plus grande partie des professionnels concernés par la question urbaine, Al-Mouhandess, la revue de l’Ordre des ingénieurs, accueillit à deux reprises, fin 1964 et début 1965, des exposés détaillés de Farid Trad comportant de sérieuses critiques du plan d’Écochard. Cet ingénieur et architecte respecté, lotisseur avisé (voir chapitre 4), était un ancien président de l’Ordre des ingénieurs et était alors président du conseil d’administration du CEGP. Cette critique d’Écochard, pour ne porter que sa seule signature, n’en était pas moins partagée par d’autres experts locaux 59. La discussion, essentiellement technique, recelait aussi des enjeux idéologiques et révèle certaines lignes de fracture au sein de la profession face au modèle d’aménagement urbain prôné par Écochard et à sa stratégie pour le légitimer auprès des autorités.

  • 60  Voir chapitre 6.

41Le premier de ces articles avait pour thème la question du réseau de circulation proposé par Écochard et approuvé par les autorités en avril 1964 (figure 8). Dans un premier temps, Farid Trad récapitulait les plans qui avaient précédé celui-ci, dans un mouvement qui rappelle la présentation par Georges Corm des projets de planification ayant précédé ceux de l’IRFED. La situation différait quelque peu, puisque Écochard était déjà, en 1943-1944, l’auteur d’un premier projet d’aménagement de Beyrouth. Néanmoins, Trad mettait en évidence, à chaque étape, la contribution des urbanistes libanais. Dès 1937, Trad avait ainsi lui-même suggéré des ouvertures de voies dans le centre-ville. Reprises par Écochard, ces idées furent approfondies entre 1950 et 1952 par un groupe d’abord placé sous la direction d’Egli, mais bientôt uniquement libanais après le départ de ce dernier. Farid Trad s’attribuait encore, lors de cette étape, un rôle majeur. Les solutions adoptées en 1952 comme schéma directeur des circulations routières, généralement considérées comme inspirées par Écochard, auraient donc, selon cet ingénieur, une paternité plus complexe. Il présentait aussi certaines esquisses préliminaires au plan de 1953 pour la banlieue sud 60, dont il était également l’un des auteurs.

  • 61  Trad, « Réseau des grandes voies de circulation à Beyrouth et dans sa banlieue », in Al‑Mouhandess(...)

42La partie de ce dispositif concernant les banlieues, et notamment la banlieue sud de Beyrouth, était largement remise en cause dans le schéma adopté en 1964, tant au nom d’une conception générale du réseau que des principes mêmes de circulation. L’un des points défendus par Trad, pour des raisons d’économie et de qualité de l’environnement urbain, était d’éviter autant que possible les échangeurs à niveau et leurs bretelles en forme de feuilles de trèfle. C’était, selon lui, une des tares du plan d’Écochard, qui comprenait « de multiples échangeurs au nombre d’une vingtaine 61 ». À l’inverse, Trad préconisait l’utilisation du rond-point qui donne au plan de 1953 ses places en étoile qui rappellent l’opération du centre-ville lors du Mandat (figure 2, chapitre 10). Ce point occasionna, entre Écochard et l’administration, sinon avec Trad lui‑même, une controverse. Le directeur de l’urbanisme avait proposé à l’urbaniste français une modification partielle du plan de la banlieue sud de 1953. Il se vit objecter une réponse virulente :

  • 62  Lettre de Michel Écochard au Directeur de l’urbanisme, 30 août 1962, Fonds Écochard, IFA, carton 3 (...)

« Le tracé nouveau n’a pour seul but que de permettre un aménagement de cette place en place de l’Étoile pour lequel en tant qu’urbaniste moderne je ne peux avoir aucun point de vue si ce n’est que de considérer ces formes comme non seulement dépassées mais de plus dangereuses pour la circulation automobile. Par ailleurs, elles préfigurent par leurs rayons prolongés tout un aménagement de quartier compliqué et difficile d’organisation et de bonne orientation des habitations vu la servitude qu’imposent ces formes triangulaires. Il semble que l’on doive pour tenir compte de la remodellation du quartier imposée par les grandes voies de circulation partir sur un plan entièrement nouveau. Je ne vois donc pas l’intérêt de faire ces modifications, le plan ancien et nouveau, l’un et l’autre étant abandonnés si l’on ne veut pas, dans une partie encore pratiquement vierge de la ville, refaire exactement le centre inextricablement compliqué et encombré de la ville actuelle 62 (sic) ».

43La citation révélait une opposition technique, mais aussi esthétique, entre un style Beaux-Arts et un style moderne. Mais au-delà de l’esthétique, ce sont également deux conceptions de l’urbanisme qui s’opposaient : l’art urbain et le fonctionnalisme. Ceci indique probablement que la référence aux Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) constituait une ligne de clivage entre une ancienne et une nouvelle génération d’ingénieurs et d’architectes faisant fonction d’urbanistes.

  • 63  Concernant le périphérique, il écrit : « tracé d’une autoroute Est allant de Saïda à Tripoli et do (...)

44Les désaccords de Farid Trad avec les propositions d’Écochard ne se cantonnaient pas à la question du ralliement au mouvement moderne. Dans le même article, l’urbaniste libanais poursuivait l’analyse de la genèse du plan de circulation d’Écochard en insistant sur le rôle très important du travail en commission, qui avait permis une amélioration selon lui très sensible des premières esquisses fournies par Écochard lors du projet des cités des ministères. Là encore, les propositions de Farid Trad lui-même auraient constitué le ferment de ces améliorations, dont les plus notables furent la pénétrante le long du Fleuve de Beyrouth 63 et la définition d’un périphérique complètement indépendant (figure 1).

Figure 1 : Proposition de F. Trad pour le réseau autoroutier (1963).

Figure 1 : Proposition de F. Trad pour le réseau autoroutier (1963).

Source : Al-Mouhandess, 1964.

45Quoiqu’il en soit, Farid Trad considérait toutefois que

  • 64Ibidem, p. 30.

« tel qu’il est, le plan dit ‘Écochard’ comporte encore de graves lacunes et il faudra tôt ou tard le remanier 64 ».

46La formulation « plan dit ‘Écochard’ » était en elle-même très révélatrice. Contrairement à la même expression utilisée par Jean Eddé pour qui le plan portait le nom du maître français sans en incarner l’esprit, à propos des dispositions du zonage et des villes nouvelles, la mise entre guillemets sous la plume de Farid Trad tendait à insister sur le caractère abusif de cette appellation pour la raison inverse, c’est-à-dire qu’Écochard n’était que partiellement l’auteur du volet circulatoire, qui était largement redevable aux amendements introduits par les partenaires libanais dans le travail en commission. En somme, pour Trad, ce qui était bon dans le plan était libanais.

47Les autres critiques adressées par Trad au plan d’Écochard conduisent à formuler plusieurs hypothèses. Pour le réseau des voies de circulation, le reproche principal fait au plan adopté était son défaut d’envergure régionale :

  • 65  Trad, « Observations sur le nouveau plan directeur d’urbanisme approuvé par le gouvernement », in (...)

« Pour nous résumer, nous dirons qu’il ne faut pas concevoir le réseau des routes à l’échelle de deux ou trois nouveaux quartiers appelés ‘Villes Nouvelles’, mais à l’échelle de la région allant au minimum de Damour à Maameltein et du rivage de la mer à la ligne des crêtes du Mont-Liban 65 ».

  • 66Ibidem, p. 14.

48Trad, reprenant implicitement l’argument développé quelques années auparavant par Saba Shiber, considérait que le développement des cités d’estivage entourant la capitale libanaise en agglomérations de banlieues permanentes imposait un nouveau cadre pour l’aménagement régional, non pris en compte par Écochard. Selon lui, d’ici dix ou quinze ans, c’est-à-dire vers 1980, les agglomérations alignées le long de la route de Damas (de ‘Aley à Sofar) et de la route de Beit Méry seraient intégrées à « Beyrouth-Ville » et formeraient une seule et même « cité linéaire ». La trop grande fascination d’Écochard pour quelques quartiers d’extension lui fit également négliger, selon Trad, la restructuration des quartiers dits « engagés » de la banlieue de Beyrouth, par l’équipement de centres de quartiers ainsi que par une amélioration de leurs conditions de desserte 66.

49À ces critiques de fond, qui remettaient en cause la pertinence des solutions prônées par Écochard, s’en ajoutaient d’autres, en apparence plus techniques, mais également lourdes de conséquences. À propos des dispositions du zonage approuvé par le décret du 27 juillet 1964, Farid Trad contestait l’urbanisation diffuse et généralisée, surtout dans la montagne, à laquelle risquaient de conduire, sans nécessité démographique, les coefficients d’exploitation (CE) choisis, très élevés :

  • 67Ibidem, p. 17.

« Il est regrettable qu’on ait systématiquement augmenté, sans bien y réfléchir, les surfaces constructibles au sol et les coefficients d’exploitation acceptés par M. Écochard. Certains de ces coefficients, tels ceux désignés en définitive par A1 et B1, qui étaient déjà excessifs dans la réglementation précédemment prévue, sont devenus actuellement effarants pour une zone montagneuse. […] la densité de la population pourra atteindre et dépasser celle des quartiers les plus populeux de l’actuelle ville 67. ».

  • 68 . Voir tableau 1, chapitre 10.

50Une telle critique était tout d’abord dirigée contre le gouvernement et l’administration coupables d’avoir accepté des mesures favorables aux propriétaires, en donnant, grâce à ces forts CE, plus de valeur à leurs parcelles. Mais la critique visait également Écochard lui-même. Sans doute ce dernier avait-t-il dénié toute paternité concernant les solutions adoptées, comme mentionné plus haut. Mais sa version initiale (« la réglementation précédemment prévue ») comportait déjà des CE très élevés 68. Le choix de ces coefficients trop élevés était d’autant plus pernicieux qu’il ne s’accompagnait pas, dans le plan d’Écochard, de réelles zones de protection des cultures ou non aedificandi. Seuls les fonds des principales vallées étaient ainsi protégés. Quant à la protection agricole, elle ne concernait dans le plan d’Écochard que la zone de la plaine de Choueifate. Paradoxalement, Trad considérait, contrairement à Écochard, que cette zone avait une vocation urbaine et non agricole. Bref, sur ces questions techniques, les propositions d’Écochard paraissent à Trad très en retrait sur ce qu’elles eussent dû être.

  • 69  Eddé, Attara, « Que faut il penser du plan directeur des banlieues de Beyrouth ? », op. cit., p. 2 (...)

« Écochard se devait de présenter un plan qu’on traiterait d’idéaliste dans les milieux des propriétaires terriens. S’il ne l’avait pas fait, il n’aurait pas permis au Conseil Supérieur de l’Urbanisme de pouvoir adopter une position de repli 69 ».

commentait Jean Eddé à propos de la négociation ayant conduit au décret. Aux yeux de Farid Trad cependant, le plan d’Écochard n’était au contraire pas assez idéaliste, comme si ce dernier avait lui-même anticipé la hausse des densités pour rendre son plan acceptable, reproduisant ainsi le réflexe des urbanistes libanais qui anticipaient sur les objections qui leur étaient adressées pour faire accepter l’idée d’une planification.

  • 70 Trad, « Réseau des grandes voies… », p. 29. Il s’agit sans doute plutôt de celui de 1953.

51Dans les dispositions de fond comme dans certains détails techniques, Trad reprochait à Écochard un manque d’ambition et d’envergure qui rendait ses solutions préjudiciables. Le problème n’était d’ailleurs pas que de conception mais aussi, selon Trad, de connaissance du terrain. Ainsi, certaines voies expresses prévues en 1962 ne tenaient-elles pas compte « de voies déjà exécutées et de lotissements effectués conformément au plan adopté par l’Administration en 1952 70 ». Le défaut ici mis en évidence consistait en la méconnaissance de l’existant, c’est-à-dire que le travail de relevé avait été mal fait. Alors que l’argumentation de Farid Trad tendait à diminuer les mérites du plan d’Écochard, l’ingénieur libanais laissait a contrario entendre que, tant du point de vue de sa connaissance du terrain que de celui de l’envergure de ses idées ou de l’exigence de ses principes, il aurait fait un meilleur travail. Ces critiques n’étaient ni politiques (au sens où pouvaient l’être certaines critiques contre l’IRFED), ni seulement esthético-idéologiques (par exemple par référence aux CIAM) : elle plaçait le débat sur le terrain d’une concurrence professionnelle avec le technicien français. Concurrence professionnelle, et pas seulement technique, car l’enjeu en était économique, au sens où l’appel à des experts étrangers privait les urbanistes locaux de contrats pour lesquels ils s’estimaient tout aussi, sinon plus, compétents. À cette compétition sur le marché du travail s’ajoutait peut-être d’autres motivations ressortissant aux intérêts fonciers privés de Farid Trad, puisqu’il était également lotisseur dans la banlieue sud et qu’il souhaitait aussi faire coïncider les orientations de l’aménagement avec ses propres projets, que la pénétrante Ouzaï-Cola remettait en cause.

*
* *

52En définitive, l’attitude des « urbanistes libanais » face aux réformes chéhabistes et aux experts étrangers était complexe et ne se laisse pas réduire à une seule lecture. Les réformes de Chéhab rencontrèrent et ravivèrent une préoccupation pré-existante pour les problèmes urbains et les déséquilibres territoriaux que connaissait le Liban au début des années soixante. La nécessité d’une intervention de l’État pour corriger certaines de ces tendances particulièrement néfastes bénéficiait d’un consensus très large au sein des techniciens libanais, économistes et surtout ingénieurs et architectes. De ce point de vue, le principe des réformes chéhabistes n’était pas contesté, sauf parfois pour regretter leur manque de vigueur aux yeux des techniciens.

53Au-delà de cette adhésion de principe à la posture de l’État, certaines réticences se firent néanmoins sentir. Elles s’expliquaient en premier lieu certainement par les personnalités et l’histoire personnelle de chacun des experts avec le Liban. Lebret et ses équipiers apparaissaient comme des experts quelques peu coupés du pays malgré leurs enquêtes, aux théories et aux méthodes étrangères à celles auxquelles les professionnels locaux, par leur histoire et leur culture, étaient accoutumés. À l’inverse Écochard bénéficiait de sa proximité et de son amitié avec eux, de son engagement de longue date dans les combats des ingénieurs et architectes libanais pour l’urbanisme de Beyrouth. Il partageait avec ses collègues un même imaginaire aménageur.

54Les réticences à son égard et surtout à celui de l’IRFED témoignaient aussi pour une part des divisions de ce milieu technicien. Divisions d’ordre générationnel d’abord : les aînés, grosso modo ceux qui avaient été formés avant-guerre, ne partageaient pas forcément les mêmes références que les cadets, formés après-guerre, plus sensibles aux slogans, à l’architecture et aux idées du Mouvement moderne. Divisions d’ordre idéologique et politique également : face au chéhabisme et à ses convictions sociales, étayées par les analyses et les propositions des experts étrangers, certains techniciens libanais exprimaient leur attachement à un modèle de développement prêt à faire une place à l’État, mais restaient essentiellement fidèles au libéralisme et rétifs à toute forme de dirigisme.

55Mais les réticences constatées, quoique minoritaires, signalaient aussi une préoccupation réelle parmi les techniciens et experts libanais : celle de leur propre compétence écartée au profit de leurs alter ego étrangers, alors même qu’en termes de formation initiale, la similarité de leurs parcours (souvent effectués en France) avec ceux des experts français ne leur paraissait pas déterminer une moindre qualification pour ces travaux. Ainsi, l’argumentaire technique qui était opposé aux propositions des experts français pouvait être lu comme l’affirmation d’une compétence libanaise, au moins aussi performante que celle des étrangers, et se considérant comme injustement maintenue à l’écart. C’est donc en termes de sociologie professionnelle et notamment d’accès au marché, autant que d’idéologie et de modèle de développement qu’il faut considérer la réception des réformes chéhabistes et de ses servants français, ainsi que le développement de l’urbanisme dans les années suivantes.

Notes

1  Nous reviendrons dans les chapitres 8 et 9 sur les caractéristiques sociales et idéologiques des professionnels de l’urbanisme.

2  Dans une lettre mentionnée au chapitre précédant, Écochard fait état d’une certaine mobilisation publique en faveur de l’urbanisme, sans toutefois donner plus de précisions.

3  Georges Riachi était diplômé en 1946 du Master of Arts in Urban Planning de l’université d’Illinois, après un BA à l’AUB (Who’s who in Lebanon, 1974).

4  Riachi, 1963. Ce texte est publié dans les actes du huitième congrès des Ingénieurs arabes tenu au Caire en mai 1960. Nous traduisons. Il avait également été publié en 1962 dans la revue Horizons techniques du Moyen-Orient : voir chapitre 2 et sur cette revue, chapitre 9.

5  Voir chapitre 2.

6  De fait, il ne fut jamais aménagé.

7  Riachi, 1963, p. 105.

8  Sur la carrière de Shiber, voir Nasr, 2005.

9  Elles nous sont accessibles grâce au recueil des écrits de Saba Shiber publié en 1968 : Recent Arab City Growth (Shiber, 1968) notamment chapitre XXI « Planning Lebanon : from the press » et XXIII « The egrerious lessons from Beirut : in the press ». Elles furent écrites principalement dans le Daily Star et The Mid-East Commerce. Dans la suite, ces chroniques sont référencées par leur date (et non par leurs pages dans ce volume). On verra aussi sa contribution synthétique au Congrès des ingénieurs arabes de 1960, dont plusieurs paragraphes traitent de la capitale libanaise : Shiber, 1963.

10  « A mammoth linear city », in « Lebanopolis », 23/8/1962.

11  « Toward a Masterplan to Zahleh », 16/5/1960 ; « Redevelopment of the « Burj » Area of Beirut », 27/11/1958 ; « Report to the mayor of Beirut », 7/4/1960.

12  « Disconcern ? », août 1961.

13  « Epideitic versus organic urbanism », août 1961 ; « Fresco’s Fiasco », avril 1963.

14  « Green What ? », 22/8/1964.

15  « Epideitic versus organic urbanism », août 1961.

16Ibidem.

17  Par exemple : « Disconcern ? », août 1961.

18  « Planning Lebanon with Harmony », 2/5/1963.

19  « Toward a Grand Planification Authority for Lebanon », 7/5/1963.

20  Voir Recent Arab City Growth, Chapitre III (« Absence of Science, Art and Comprehensiveness in Arab Planning To Date »), p. 179 où il critiquait les nombreux organismes en charge de l’aménagement : l’Office de la reconstruction, le Point IV, un éventuel ministère de l’urbanisme à créer, l’IRFED, Écochard et le Grand Beyrouth, tout en soulignant les difficiles relations entre le direction de l’urbanisme et les municipalités.

21  « A Critical Glance at a ‘Greater Beirut’ », 15/7/1961. Voir notre analyse infra.

22  « But to merely declare a Greater Beirut concept or scheme and to hope for miracles to happen automatically overnight is to be innocent of the facts and dynamics of city and regional growth » et plus loin, « We can not believe a miracle will be enacted by decrees, press conferences or pious pronouncement », p. 388.

23 . Hors du cadre de l’Ordre des ingénieurs sur lequel nous reviendrons au chapitre 8, nous avons peu d’information sur d’éventuelles mobilisations collectives. Élie Chaya, ingénieur diplômé de l’École nationale des ponts et chaussées, qui travailla à l’Office national du Litani puis au Conseil exécutif des grands projets de la ville de Beyrouth, évoque l’association sociale et culturelle, qu’il avait contribué à créer en 1957. Elle rassemblait une cinquantaine de jeunes ingénieurs diplômés de l’étranger qui planchaient sur des thèmes d’intérêt public, notamment sur les questions d’aménagement. Nous n’avons pas trouvé d’autres sources sur le sujet. Entretien, 3 novembre 1998.

24  Deux notes de l’IRFED du début des années soixante citent les noms suivants : Joseph Naggear, Henri Eddé, A. Salam, Saïd Hamadé, Elias Gannagé, Mohammad Athallah (économistes), Fouad Najjar (agronome), R. Chami (secrétaire). Puis, le 30 mars 1962, les noms suivants : Chami, Atallah, Klatt, Najjar, Gannagé. AS 87 Carton 129.

25  Le représentant au titre des antiquités, il faut mentionner Amine Bizri, qui devint président de l’Ordre des ingénieurs en 1963 à la place de Henri Eddé, et qui avait été par ailleurs un associé d’Écochard dans plusieurs projets.

26  À l’origine connue sous le nom de commission du grand Beyrouth (voir supra, chap. 4).

27  Leurs noms sont mentionnés dans le Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, op. cit.

28  Pour une étude plus complète de cette question, et en particulier de l’appréciation des propositions de l’IRFED sur un plan économique, voir Malsagne, 1997.

29  Correspondance personnelle de Raymond Delprat, 20 octobre 1999.

30  Également cité comme un soutien par R. Delprat.

31 . Notamment dans les programmes d’investissements publics dits des 51 millions, des 450 millions et des 37 millions de livres libanaises, votés en 1960-1962 pour des réalisations concernant l’eau potable, l’électricité et donc, les bâtiments publics. Voir Dagher, 1995.

32  Corm, 1964. Georges Corm connut par la suite une carrière brillante comme consultant économique et financier au Liban et pour divers organismes internationaux, tout en étant un des analystes les plus avertis des transformations des sociétés du Moyen-Orient. Lors de la reconstruction du pays, à partir de 1991, il fut l’un des opposants les plus virulents à la politique suivie, puis il devint ministre des Finances du gouvernement de Salim Hoss formé à l’avènement du président Émile Lahoud (novembre 1998-novembre 2000). G. Corm, lors d’un entretien en 2002, a nuancé les critiques qu’il portait alors.

33  Selon R. Delprat, la présentation de G. Corm était correcte dans ses grandes lignes mais s’appuyait sur des chiffres qui ne constituaient pas la dernière version de la planification des investissements proposées par l’IRFED. R. Delprat, correspondance personnelle.

34  Corm, 1964, p. 26.

35  Corm, 1964, p. 40.

36  Corm, 1964, p. 39-40. A vrai dire, d’autres critères ethnocentriques se mêlent aux enquêtes de l’IRFED pour l’appréciation du « développement » : « Divorce (renvoi et séparation) », « Polygamie », « Degré de contrainte pour la femme dans le choix de son mari » ou encore « coût excessif des cérémonies familiales ». Ces critères, notés sur une échelle de 0 à 4, sont ensuite agrégés dans une note moyenne caractérisant le développement de chaque région.

37  Corm, 1964, p. 46.

38  Comme en écho à ce jugement, dans un autre contexte : « La méthode Lebret, dont la jeune démocratie chrétienne [vénézuéliene] s’était emparée comme d’une bible, n’était pas d’une très grande utilité. Cette canonnière méthodologique qui tournait au culte de la personne, avait peut-être été efficace sur les champs d’exercice où son père fondateur l’avait essayée ; plutôt faite pour les guerres napoléoniennes que pour les guérillas du tiers-monde, elle était inadaptée aux problèmes que nous avions à résoudre », Marié, 1989, p. 108. Marié relate avoir travaillé au Vénézuela dans les années soixante où il eut à connaître les travaux de l’IRFED.

39Ibidem, voir la conclusion.

40  Elias Ganagé et Mohammad Atallah.

41  Selon les entretiens avec Raymond Delprat. Voir la préface de l’économiste de l’USJ Elias Gannagé sur le modèle de croissance, à la fois positive et réservée quant au caractère opérationnel du modèle proposé.

42  Voir les Schémas d’action touristiques, 1962, et la présentation dans l’avant-projet de plan quinquennal.

43  Eddé, 1997, p. 67-68.

44  Ils sont eux-mêmes les fils de l’ancien président de la République Émile Eddé. Henri Eddé rappelle dans son livre le combat mené par son cousin Raymond, chef du parti du Bloc national et souligne que sur le plan politique, le bilan de Chéhab est « moins heureux » que sur le plan social. Ibidem, p. 69. Dès cette époque, il ne semble donc pas pouvoir être rangé dans les partisans inconditionnels du chéhabisme. Est-il également sensible à la critique d’inspiration libérale de ses cousins ? La phrase citée n’interdit pas cette interprétation. Sur la carrière d’Henri Eddé, voir chapitre 11.

45Ibidem, p. 67.

46  Entretien, le 26 octobre 1998. Ce jugement n’était pas partagé par Assem Salam, entretien, le 6 novembre 1998.

47  Salibi, 1966, p. 221.

48  Kabbara, 1988, p. 220-221, l’affirme également, en se référant au seul travail de Georges Corm. « Lebret’s ideas reflected a different cultural experience and political development. In fact, they were more of imposed values than the product of discursive development » et « The underdeveloped intellectual argument in the Lebanon of the sixties made most of the Lebanese accept unequivocally IRFED analysis and recommandations. Very few were able to produce a valuable scientific critique ».

49  Les émoluments des équipiers de l’IRFED, considérés comme très élevés par les collaborateurs libanais de l’IRFED, au vu de leur propre rémunération, étaient un puissant motif de critique. Voir entretien informel avec G. Corm, mai 2002 et correspondance de R. Delprat qui reconnaît que cette question s’était posée et expliquait d’ailleurs le départ de G. Corm de la mission IRFED parce qu’il avait trouvé une meilleure situation.

50  Jean Eddé, longtemps ingénieur au service des municipalités et de l’urbanisme, l’avait quitté avant de travailler, à titre privé, aux côtés d’Écochard, chargé du plan directeur de Jounieh. Son éloge se comprend donc comme celui d’un proche collaborateur. Dans la presse, une mention le considérant comme « un des plus grands urbanistes mondiaux », (Le Jour, novembre 1959) semble indiquer une reconnaissance assez large des compétences de l’urbaniste français.

51  Jean Eddé, « Quelques conseils au sujet de la fabrication d’un plan d’urbanisme », Horizons techniques du Moyen-Orient, n°3, 1963, p. 11. Gabriel Kaïkati invoque également les CIAM, in « Lettre de Monsieur l’architecte Gabriel Kaïkati », ibidem, p. 18 et encore dans les archives de l’IRFED. [Écochard lui-même : « Mais si vous dites, comme nous l’apprend la Charte d’Athènes, que la fonction habitée est autre que la fonction circulée, vous ne pourrez plus admettre la rue et ne comprendrez même plus qu’elle fut si longtemps l’élément de base de la formation des villes et, de proche en proche, vous repenserez tout » in Horizons techniques du Moyen-Orient, n°2, 1963, p. 4.]

52  Henry Naccache est mentionné comme le collaborateur d’Écochard par Ghorayeb, 1991, p. 76.

53  Avec Antoine Tabet, décédé en 1963, jusqu’alors considéré comme un des chefs de file des architectes libanais (témoignage de Jade Tabet, juin 1999). Il commence ses lettres à Henri Eddé par « Mon cher Henri » et le tutoie.

54  Pour une analyse plus précise de la mise en œuvre du plan Écochard, voir le chapitre 10.

55  « Écochard fit savoir qu’il refusait absolument la paternité du plan adopté – qu’on continue cependant d’appeler ‘plan Écochard’ », Eddé, Attara, « Que faut-il penser du plan directeur des banlieues de Beyrouth ? », in Horizons techniques du Moyen-Orient, n°5, 1965, p. 22.

56Ibidem, p. 22.

57Ibidem, p. 22.

58  « Une table ronde de L’Orient : un urbaniste (anglais) et cinq architectes (libanais et français) discutent et diagnostiquent (William Holford, Henri Eddé, Assem Salam, Pierre al-Khoury, Raoul Verney, Jacques Liger-Belair) », in L’Orient, 1er mai 1964.

59 . Notamment Henry Naccache, selon le témoignage de son fils Albert, correspondance personnelle, août 2007.

60  Voir chapitre 6.

61  Trad, « Réseau des grandes voies de circulation à Beyrouth et dans sa banlieue », in Al‑Mouhandess, n°3, 1964, p. 29.

62  Lettre de Michel Écochard au Directeur de l’urbanisme, 30 août 1962, Fonds Écochard, IFA, carton 32.

63  Concernant le périphérique, il écrit : « tracé d’une autoroute Est allant de Saïda à Tripoli et doublant l’ancienne route de Saïda (ce tracé existait déjà dans mes esquisses VII et VIIbis citées plus haut) », ibidem, p. 30. Et s’agissant des rives du fleuve : « L’ensemble de ce tracé a été suggéré par moi au Conseil des grands projets et n’a été possible qu’à la suite du barrage régulateur que j’avais indiqué », ibidem, p. 30.

64Ibidem, p. 30.

65  Trad, « Observations sur le nouveau plan directeur d’urbanisme approuvé par le gouvernement », in Al‑Mouhandess, n°4, 1965, p. 13.

66Ibidem, p. 14.

67Ibidem, p. 17.

68 . Voir tableau 1, chapitre 10.

69  Eddé, Attara, « Que faut il penser du plan directeur des banlieues de Beyrouth ? », op. cit., p. 21.

70 Trad, « Réseau des grandes voies… », p. 29. Il s’agit sans doute plutôt de celui de 1953.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Proposition de F. Trad pour le réseau autoroutier (1963).
Crédits Source : Al-Mouhandess, 1964.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable

UdTfr>accessa title">Beyrouth et ses urbanistesari1ss="inline-be i&t eeeeess="img">Une ville -chpladiv(1946-1975)ari2ss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeess="img">familyName">Verdeil ="inline-be i&t eeeeee="cite" class=============================================="cite" class=====================ss="img">accessa Référence électronique du chapitreiv id="book-be-be iss="img">accessa Voluier nl" c-block">Formataries-waiting" sr">Voerss="note)ra currries title="ObliEhers/w">ObliEhers/w">Voerss="note)ra ">Voerss="note)ra ">accessa currriesss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeVERDEIL,eEric. Chapitre 5 - Les urbanistes k-banais face aux réformes chéhabistes et aux experts étrangnt" In : Beyrouth et ses urbanistes : Une ville -chpladiv(1946-1975)arem> [-ch3> ne]. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2010 (généré le 15 décembre 2017). Disponik-b sur Intclnet : </boos/ig.gifpublishers/waitinifpo/2173>. ISBN : 9782351593455. DOI : 10.4000ig.gifpifpo.2173.eeeeeeeeeeeeeeeediv> essa
>>>>>>>>>>>>ss="img">accessa -pdf-csss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeVerdeil,eE. 2010. Chapitre 5 - Les urbanistes k-banais face aux réformes chéhabistes et aux experts étrangnt". In Beyrouth et ses urbanistes : Une ville -chpladiv(1946-1975).arem> Beyrouth : Presses de l’Ifpo. doi :10.4000ig.gifpifpo.2173eeeeeeeeeeeeeeeediv> essa
>>>>>>>>>>>>ss="img">accessa -pdf-csss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeVerdeil,eEric. “Chapitre 5 - Les urbanistes k-banais face aux réformes chéhabistes et aux experts étrangnt"”. Beyrouth et ses urbanistes : Une ville -chpladiv(1946-1975).arem> ByeVerdeil. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2010. (pp. 143-167) Web. </boos/ig.gifpublishers/waitinifpo/2173>. div> essa
>>>>>>>>>>>>div> essa >>>>>>>>>>>>ss="img">accessa Référence électronique du livreiv id="book-be-bess="img">accessa Voluier nl" c-block">Formataries-waiting" sr">currries title="ObliEhers/w">ObliEhers/w">">div> essa >>>>>>>>ss="img">accessa currriesss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeVERDEIL,eEric. Beyrouth et ses urbanistes : Une ville -chpladiv(1946-1975).arem> Nouvelle éhers/w [-ch3> ne]. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2010 (généré le 15 décembre 2017). Disponik-b sur Intclnet : </boos/ig.gifpublishers/waitinifpo/2101>. ISBN : 9782351593455. DOI : 10.4000ig.gifpifpo.2101. div> essa >>>>>>>>ss="img">accessa -pdf-csss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeVerdeil,eE. 2010. Beyrouth et ses urbanistes : Une ville -chpladiv(1946-1975).arem> Beyrouth : Presses de l’Ifpo. doi :10.4000ig.gifpifpo.2101eeeeeeeeeeeediv> essa >>>>>>>>ss="img">accessa -pdf-csss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeVerdeil,eEric. Beyrouth et ses urbanistes : Une ville -chpladiv(1946-1975).arem> Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2010. Web. </boos/ig.gifpublishers/waitinifpo/2101>. div> essa >>>>>>>>div> essa >>>>>>>>>>>ss="img">accesse-zotclo">Compa k-b avec Zotclo="cite" cldiv> ess ->>>>>"shadow hidTfr>accshar" id="link-access-pdf-chapter" class="inline-be i&t eterss="notshar" i>accshar"-clos title="Fermclase papiercross shar"-clos -cross UdTfr>accshar"- troass="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeess="img">accshar"- fos id="linktok-b-cellass="inlin============================================eeeeeeeeeeeeeeeeeeeess="img">title">Beyrouth et ses urbanistesari1ss="inline-be i&t eeeeeeeeess="img">Une ville -chpladiv(1946-1975)ari2ss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeuy-library"> d="linkautholass="inline-be i&t eeeeeeEric e papierfamilyName">Verdeil ="inline-be i&t eeeeee="cite" class=============================================eeeeeeeeeeeeeeeeuy-library"> d="linkend mlibrd">…="cite" class=====================================ss="img">title">Chapitre 5 - Les urbanistes k-banais face aux réformes chéhabistes et aux experts étrangnt" shar"- tro->>>>>"shadow hspaccshar"-apteriesss="inline-bess="img">Partag
accshar"-formatass="inline-be iterss="notshar"-url l" k-shar"-url ercurrriessPartag">">Intégrbraraunavailable">="cite" class=====ss="img">accshar"-url ercurrriessnavailable">">uy-library"> d="linkshar"-buttonsase papiertwittcl-button-wrap">Twittcl < papierface -button-wrap">Face < papiergoogle button-wrap">Google + " class=====ss="img">accshar"-mail er-pdf-csss="inline-be iuy-library"> pr>accshar"-messag<-success er-pdf-cssMerci, votre messag< a été -cvoyé.uy-library -e-be iuy-library"> formr>accshar"-form" methoaccpost" Vspaccshar"- putsass="inline-be i&t eeeeess="img">Vspsp
>>>>>>>>div> shar"->>>>>>>>>>>>>>>>>div> main->>>>>>>>>>>>>>>>>" class=========ss="img dTfr>accfootcl id="linktok-bsss="inline-be iuy-librartok-b-cellass="inlin============"shadow hspaccfootcl-presriears/w">>>>>>>>>" class=========ss="imgow hspaccfootcl-presriears/w-hargementass="inlin====================ss="img">Votr/div>>>>>>>>>>>>>>>>>" class=====ss="img">Vsptitle"t

&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeseretitle">Presses de l’Ifpo>>>>>>>>" class=========ss="imgow hspVotrr>accfootcl-presriears/w- formationsass="inlin========================ss="img">V>Votcr>accfootcl-presriears/w-seremapass="inline-be i i================ss="img">V>VspPlan du sereari2ss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeess="img">V>Vsp spspeeColle spspeeee spspeeeeee&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeCotermporain-hargecationsaraunavailable">&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeCahiers de l’Ifpo&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeBirgeothèque archéologique et historique&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeCo-éhers/wsaraunavailable">&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeGuides archéologiquesaraunavailable">&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeIfpoche&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeColloques et journées d’études&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeee">V>Vspeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspee spspeeAccéher aux k-vresuy-library"> spspeeee spspeeeeee&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeee&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeee&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeee&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeee&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeePrésriears/weeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeuy-library"> spspeeee spspeeeeee&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeI formationseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeuy-library"> spspeeee spspeeeeee" class=============>Vsp< papixml:langccfr" langccfr">Coteact ="inline&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee spspeeAccès résrrvé>>>>>>>>" class=========eeeeeeeeuy-library"> spotcr>accfootcl-presriears/w-followditiss="inline-be i i================ss="img">V>Vsps="inline-be i i====================Suivez-nous ari2ss="inline-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeess="img">V>Vsp spspee ="16" />Abonnez-vous&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

à la lettr" électronique d’ObliEhers/wVspsp

Courribl :
n.meouchy@ifporibntaitiVspsp

URL :
/boos/iwww.ifporibntaiti/node/64Vspsp

Adresse :
ibrary -e-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeBP 11-1424
ibrary -e-be i&t eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeBeyrouth
L-ban >>>>>>>>" class=========eeee>>>>>>>>>>>>>>>>" cltok-b-cellar>accfootcl-portalass="inlin============u="htn.org/books/images/publishers/waiting.gif" alt="Chortal/logo-oeb-small.pitioertitle"t

&t eeeeeCatalogueAureulsDossielstok-b-cellar>accfootcl-ublishers/wass="inlin============u="htn.org/books/images/publishers/waiting.gif" alt="Chortal/logo-oe-small.pitioertitle"t

&t eeeeeaccublishers/w-presriears/w">ObliEhers/w est un hortail de ressources électroniques -chsciences humaines et sociales.uy-library -e-be ieeeess="imgow hObliEhers/w JournalfObliEhers/w B.gifCalendaObliEhers/w Freemiumarem>"> cfootcl i>>>>>>>>>div> wrappcl->ss="i