Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Chapitres

Chapitre 2 - L’État libanais et l’urbanisme au temps de l’indépendance

Texte intégral

1L’unité de la période de l’indépendance vient du type de régime politique et économique qui la caractérise, et ce au-delà des différences entre les mandats des deux présidents, Béchara al-Khoury (1946-1952) et Camille Chamoun (1952-1958). Ces derniers mirent en place un régime d’inspiration libérale, caractérisé par les liens étroits entre le personnel politique et la bourgeoisie d’affaires beyrouthine, dont les intérêts étaient principalement fondés sur le commerce et la finance. Il en résulta une doctrine d’engagement minimal de l’État dans l’économie, qui différenciait le Liban des pays voisins, où les politiques de développement actives, parfois inspirées des préceptes socialistes, furent mises en œuvre et constituaient un cadre de référence où les pratiques d’aménagement planifié s’inséraient sans difficulté. Plusieurs professionnels issus d’horizons divers insistèrent sur l’opportunité pour l’État de fonder sa légitimité par une politique d’urbanisme destinée à incarner l’unité nationale dans un programme d’aménagement. La nécessité de reconstruire certaines régions frappées par des catastrophes naturelles dans les années cinquante représenta, dans cette perspective, une opportunité. Dans un contexte de libanisation des cadres, les pratiques de l’urbanisme restèrent finalement peu différentes de celles observées durant le Mandat.

D’une politique d’équipement à la reconstruction de 1956

2Dans le contexte de l’indépendance libanaise, la planification économique et spatiale était l’une des options offertes à la nouvelle République. Elle se heurta à l’idéologie et aux intérêts des cercles dirigeants, au terme d’un débat vite clos. Mais la politique d’équipement du pays, l’aide américaine et la reconstruction des régions dévastées en 1956, réintroduisirent cette thématique.

Le manifeste de Joseph Naggear

3En 1948, la Société libanaise d’économie politique (SLEP) fit paraître à Beyrouth, sous la signature de son président Gabriel Menassa, le Plan de reconstruction de l’économie libanaise et la réforme de l’État. Dans cet imposant volume était dressé un état des lieux de la situation de l’administration et des différents secteurs de l’économie. Le document comportait également un catalogue détaillé de propositions, inspiré par l’idée que l’État devait jouer

  • 1  Menassa, 1948, p. 60.

« un rôle de coordination et de guide de l’Économie nationale par une politique d’interventionnisme indirect dans le cadre d’un plan général établissant des prévisions à longue échéance 1 ».

  • 2  Shehadeh, 1987.
  • 3  Ingels, 1999, p. 48-49.

4Il synthétisait les idées d’une partie de l’élite administrative qui avait servi sous le Mandat, à l’image du président de la SLEP, avocat diplômé de l’École libre des sciences politiques de Paris et sous-secrétaire d’État en 1929 ainsi que de certains membres de la bourgeoisie locale 2. Ces réflexions autour du thème du développement économique et de la réforme de l’État s’inscrivaient certes dans la continuité des préoccupations de la puissance mandataire 3, mais en même temps elles représentaient l’un des premiers manifestes visant à organiser l’action de l’État au Liban dans le contexte de l’indépendance.

  • 4  Naggear, 1948. Un fac-similé de ce chapitre a été republié par l’Ordre des Ingénieurs de Beyrouth (...)

5Le chapitre «  Équipement économique national et programme de grands travaux »  était signé par Joseph Naggea 4, professeur à l’École d’ingénieurs de Beyrouth. Sa contribution se présentait comme un plan de coordination des actions de l’État en faveur de l’équipement national et du développement. Plus volontariste que l’ensemble de l’ouvrage, elle constituait l’un des premiers jalons de la réflexion au Liban autour de l’idée de planification, voire de celle d’aménagement du territoire. Ce texte définissait à la fois les principes généraux qui devaient régir l’action publique et des programmes d’action précis et chiffrés.

6Les principes retenus soulignaient la légitimité de l’État à intervenir dans le domaine de l’équipement économique afin « d’augmenter l’efficacité individuelle des producteurs et leur utilité collective ». Mais cette intervention étatique devait rester dans les limites que lui imposaient ses ressources budgétaires et devait « écarter résolument toute considération étrangère à la technique et à l’économie ». Enfin, l’État devait faire supporter aux bénéficiaires des travaux les dépenses occasionnées, afin d’éliminer l’enrichissement sans cause, créateur d’injustice. Orthodoxie budgétaire et primauté de la rationalité technique pour l’affectation des ressources allaient de pair avec la dénonciation des dépenses à caractère politique ou clientéliste, comme le programme routier lancé en 1946 et explicitement cité comme contre-exemple par Joseph Naggear.

7Le programme de grands travaux couvrait les domaines du sol et du sous-sol, de l’énergie, de l’équipement rural et urbain, des transports, du tourisme, de l’industrie, du commerce, et avançait une estimation financière des dépenses préconisées (privées et publiques), réparties selon un calendrier d’investissement.

8Le programme élaboré par Joseph Naggear entendait favoriser les dépenses productives en concentrant les investissements dans la production d’énergie, en particulier hydroélectrique, et dans l’irrigation, qui lui était largement liée. Ces priorités s’opposaient à des dépenses d’infrastructures dispendieuses, mais peu productives, comme la construction dispersée de routes. Si le poste « Organisation des communications » était élevé, cela était principalement dû à l’équipement portuaire et aéroportuaire, ainsi qu’à la construction des voies de communication internationale, ce qui traduisait le souci d’insérer le Liban dans l’économie régionale et celui de renforcer ses liaisons avec l’Europe. La même inspiration expliquait les dépenses prévues pour le tourisme, qui comprenaient principalement des investissements hôteliers. Ce programme d’investissement était donc étroitement lié à une vision structurée de l’économie libanaise, tournée vers les services, le commerce et le tourisme.

9L’équipement urbain et social représentait le second poste prévu de dépenses : cette économie de services était appelée à se développer dans les villes et à Beyrouth en premier lieu. Dans ce domaine, l’intervention préconisée par Joseph Naggear passait avant tout par l’établissement de plans d’urbanisme, ce qui impliquait la mise au point législative des outils de planification nécessaires. L’auteur donnait en annexe plusieurs propositions de loi détaillant les outils juridiques dont il recommandait l’adoption : dossier urbain, plan directeur, plan d’aménagement étaient ainsi précisément codifiés. L’ensemble était surtout relié à une critique virulente des pratiques en vigueur. Alors que selon lui

« l’urbanisme est la manifestation d’une volonté d’ordre et de discipline […] la matérialisation sur le sol de la cité de l’indispensable subordination des intérêts privés à l’intérêt général, du sacrifice nécessaire de chacun à l’existence de la nation »,

il observait que

  • 5  Naggear, 1948, p. 290.

« de misérables intérêts particuliers règnent en maîtres et font ou défont les tracés des routes, leurs largeurs, la hauteur des immeubles et leur densité, les servitudes diverses imposées aux biens-fonds 5 ».

10L’approbation et l’application stricte des plans établis selon une vision d’ensemble lui semblaient le moyen d’éviter ces agissements coupables. La réalisation de ces projets devait s’effectuer dans le même esprit de combat face aux intérêts particuliers et permettre la récupération des plus-values dégagées par les travaux. Pour ce faire, il préconisait l’adoption d’outils fonciers tels que le remembrement urbain ou la société foncière. Ces propositions, en limitant l’engagement par l’État des sommes nécessaires aux expropriations, s’articulaient à l’objectif général de restriction des dépenses, notamment non productives.

  • 6  Pour la carrière de Joseph Naggear, notre source principale consiste dans les deux entretiens qu’i (...)
  • 7Al‑Mouhandess, 2006, p. 110.
  • 8  Menassa, 1948, p. 556-563.
  • 9  Naggear, 2006, « Joseph Naggear, mon père », Al‑Mouhandess, p. 108.
  • 10  Selon son témoignage, concordant avec les données fournies dans l’ouvrage de Ducruet, il enseigna (...)
  • 11  Ingels, 1999, p. 59-63.

11Ce vaste programme qui s’efforçait de décrire les différentes réalisations sectorielles fixait et légitimait le rôle de l’État et ses bornes dans le domaine de l’équipement et de l’aménagement. Le souci du développement national et de la mise en valeur des ressources représentait une innovation par rapport à la période mandataire, où cela restait subordonné à des préoccupations stratégiques. La personnalité de Joseph Naggear (1908-2006) incarnait à la fois les continuités et la nouveauté de la démarche 6. Issu de la grande bourgeoisie grecque-catholique, formée par les Jésuites, premier ancien élève libanais de l’École polytechnique, où il était entré en 1927, diplômé de l’École des ponts et chaussées en 1932, il appartenait à cette élite francophone beyrouthine occidentalisée et moderniste pour qui le Mandat ouvrait à la fois des perspectives politiques inédites en séparant le Liban de l’ensemble syrien et offrait des carrières nouvelles, une configuration totalement différente de celles qui prévalurent au Maghreb. À son retour au Liban en 1933, il fut, en tant qu’ingénieur-conseil de l’État libanais, en charge de la création du bureau technique des municipalités qui traitait les problèmes d’urbanisme au sein du ministère de l’Intérieur 7. Il s’occupa de l’aménagement urbain hors de Beyrouth (topographie, ouverture de routes, extensions, réseaux) en liaison avec la régie du cadastre dirigée par Durrafourd. Naggear en retira très tôt un intérêt marqué pour les questions d’urbanisme dans leur liaison avec les contraintes foncières. Dès cette période, il enseigna à l’École française d’ingénieurs de Beyrouth. À partir de 1938, il devint directeur du service hydraulique et à ce titre responsable de l’aménagement du fleuve Litani. Il intervint à ce sujet, à plusieurs reprises dans la presse, pour dénoncer les conditions selon lui contestables dans lesquelles fut désigné le concessionnaire de l’exploitation des forces hydroélectriques 8. En 1941, durant la guerre, il occupa la fonction de secrétaire d’État au ravitaillement et aux côtés du Président Alfred Naccache, il œuvra en faveur de l’entrée des troupes britanniques au Liban contre les forces fidèles à Vichy 9. Ses positions dans la lutte pour l’indépendance du Liban ne sont pas connues. À partir de 1942, Joseph Naggear fut professeur titulaire à l’École française d’ingénieurs 10. De formation française, collaborateur et organisateur des services techniques sous le Mandat, il incarnait bien sûr l’héritage de cette période. Mais l’ambition et l’ampleur de son programme national d’équipement, sa conception d’un État moderne organisateur du développement firent de lui une figure originale au sein ‑ ou plutôt en marge ‑ de la jeune administration libanaise, largement inorganisée et soumise au clientélisme 11. Son souci de planification économique ne se limitait pas à la volonté d’une mise en valeur des ressources nationales, car elle supposait des aménagements régionaux intégrés comme dans la vallée du Litani ou dans la Békaa et une planification du développement urbain. À ce titre, Joseph Naggear apparaît comme un réel innovateur. Son action et ses idées trouvèrent en 1953 une première traduction avec la création d’un Conseil du plan, dont il fut membre dès l’origine. Cette orientation fut confirmée en 1954 par la fondation d’un ministère du Plan ayant la charge d’étudier un plan de développement. Ultérieurement, il occupa à trois reprises la fonction de ministre du Plan (voir infra). Le combat de Joseph Naggear en faveur de la promotion des ingénieurs libanais est le complément logique de ses projets de développement et du recours à la planification. Il joua un rôle essentiel dans la structuration de la profession d’ingénieur au Liban, créant la première association d’ingénieurs en 1934 qui, reconnue en 1942, se transforma en 1951 en un Ordre des ingénieurs dont il assuma la présidence à trois reprises dans les années 1950.

  • 12  Voir en particulier Alleaume, 1990 ; Volait, 2005.

12Un autre pionnier de la planification libanaise est Maurice Gemayel, dont le livre La planification intégrale des eaux libanaises, publié à Beyrouth en 1951, fut une sorte de bréviaire des planificateurs dans le pays, notamment pour la mission IRFED, à l’époque de laquelle il fut ministre du Plan (voir chapitre suivant). Couplé à celui de Naggear, cet exemple montre que les aspects hydrauliques sont, comme en Égypte, un des enjeux centraux dans la réflexion sur la mise en place des pratiques de planification économique au Liban 12.

13Malgré ces développements institutionnels, la mise en œuvre durant la décennie 1950 des projets d’équipement, à l’échelle nationale, à celle des régions ou à celle des villes, ne s’inscrivit jamais dans un programme global et resta étroitement tributaire des opportunités de financement qui résultaient principalement des programmes d’aide internationale. Sous la pression d’événements contingents, se dessina toutefois une évolution qui conduisit ponctuellement à l’esquisse d’un aménagement régional. En revanche, en matière d’urbanisme, malgré de prudentes innovations législatives, la pratique ne s’orienta guère vers le renouvellement des méthodes qu’appelait de ses vœux Joseph Naggear.

Les investissements du développement dans le contexte du miracle libanais

14Les décalages entre un programme aussi ambitieux que celui de Joseph Naggear et les réalisations limitées dans le domaine de l’équipement et du développement durant les années cinquante, s’expliquent par le contexte politique et idéologique qui caractérise cette période. C’est en regard du discours libéral dominant que les réalisations et les innovations doivent être replacées.

  • 13  Le Cénacle libanais était un cercle intellectuel se consacrant à la discussion de questions publiq (...)
  • 14  Salibi, 1966. Les cercles et les connivences de l’entourage de Béchara al-Khoury ont été préciséme (...)
  • 15  Sur cette question : Gates, 1998.
  • 16  Gates, 1998, p. 145-146.

15La présidence Béchara al-Khoury (1943-1952) constitua le moment inaugural de cette doctrine. Elle fut élaborée notamment par le Cénacle libanais et son idéologue Michel Chiha 13 et relayée dans les cercles politiques par toute une série de réseaux familiaux et d’affaires auquel s’appliquait le sobriquet de « Consortium 14 ». Cette doctrine consistait à affirmer que le Liban étant un petit pays sans ressource naturelle, son développement devait procéder de son ouverture économique lui permettant de jouer son rôle d’intermédiaire commercial et financier à la charnière des deux mondes occidental et arabe. Cette « idée du Liban », associant le mythe phénicien à une stricte politique du laisser-faire, s’imposa définitivement à partir de 1950, lors de la rupture de l’union douanière entre le Liban et la Syrie, sur l’initiative de cette dernière. Cet événement sonnait le glas pour les partisans d’un développement industriel local protégé par des barrières douanières et trouvant en Syrie les marchés qui lui faisaient défaut dans les frontières trop étroites de la République libanaise 15. Ces choix économiques produisirent leur plein effet sous la présidence de Camille Chamoun (1952-1958), alors que le pays connaissait une croissance économique rapide, estimée à un taux annuel de 7,3% 16, qui valurent à la période la qualification de « miracle économique ».

  • 17  Dagher, 1995, p. 37.
  • 18  Gates, 1998.

16Cette orientation économique eut pour conséquence, pendant toute la période, une « politique des excédents budgétaires 17 ». Ces excédents, qui s’expliquaient par l’incapacité de l’administration de dépenser tous ses crédits, alimentaient un « fonds de réserve », utilisable en particulier pour les dépenses de développement. Par définition, celles-ci restaient donc contenues à un niveau relativement modeste, puisqu’elles dépendaient des reliquats des années précédentes. L’idée de recourir à des augmentations de taxes était fermement combattue au nom de l’orthodoxie budgétaire et en raison des intérêts de la classe des entrepreneurs et commerçants beyrouthins dont l’hégémonie conduisit à baptiser le régime du nom de « République marchande 18 ». Cette contrainte budgétaire n’était pas aisément compatible avec le lancement de politiques d’aménagement d’ampleur préconisées par Joseph Naggear.

  • 19  Bashir Iskandar, 1962, Planned Administrative Change in Lebanon, PhD, University of Syracuse, cité (...)
  • 20  Pour ce développement, voir Gendzier, 1998, chap. II. et Gates, 1998, p. 102-103.

17Il n’empêche qu’à la faveur de l’élection du président Chamoun, et avec l’appui de plusieurs programmes d’aide internationale, le Liban expérimenta entre 1952 et 1958 une politique d’équipement plus ambitieuse que sous la mandature de Béchara al-Khoury. A partir de 1950, le pays bénéficia d’une aide technique des Nations unies 19. Mais durant cette période, c’est l’aide américaine qui fut la plus conséquente 20. Les États-Unis s’intéressaient au Liban pour des raisons stratégiques de lutte contre le communisme et pour défendre les intérêts de certaines compagnies américaines dans le pétrole (l’épisode des nationalisations en Iran en 1951 montrait d’ailleurs à leurs yeux que les deux éléments étaient liés). La pénétration de l’influence politique des États-Unis faisait aussi pièce aux anciennes puissances coloniales britannique et française. C’est dans cette stratégie générale que prenait sens la politique américaine connue sous le nom de Point IV, d’après un discours du président Truman en 1949, élargissant l’aide américaine aux pays en développement hors de l’Amérique latine au nom de la lutte contre le communisme. Le Liban faisait figure de point d’appui particulièrement sûr sous ce chapitre. Une série d’accords politiques, commerciaux et d’assistance technique, adoptés en 1951, inaugura une période de rapprochement entre les deux pays, que couronna en 1958 le débarquement américain à Beyrouth pour rétablir le calme lors des troubles civils qui agitaient le pays et contraignirent le président Chamoun à se retirer. Dans le domaine de l’équipement, cette alliance politique apporta au Liban une aide substantielle qui permit le lancement de divers projets, en appoint du Fonds de réserve mentionné plus haut, ainsi qu’un appui technique.

  • 21  Dagher, 1995, p. 41 et Gates, 1998.

18En application de ce protocole d’assistance, et avec l’aide de la Banque mondiale, l’Office du Litani fut créé en 1954, afin d’exécuter une série d’aménagements hydroélectriques visant à quadrupler la production du pays dans ce domaine et d’augmenter de 50% les surfaces irriguées dans le sud du pays 21. D’autres projets du même type étaient prévus dans le cadre du Point IV pour d’autres fleuves du pays (Nahr al-Bared, Nahr al-Ibrahim). Le Liban utilisa également l’aide américaine pour le développement de routes rapides localement appelées « autostrades », reliant Beyrouth aux principales villes du pays, dont le premier tronçon à la sortie nord-est de la capitale fut achevé en 1958. D’autres projets, hors point IV, concernaient l’Office de l’électricité et des transports en commun à Beyrouth et un programme d’électrification du pays, alliant la construction d’une centrale électrique à Zouk et la connexion de villages de la montagne au réseau électrique. L’équipement en eau potable fit également l’objet d’une loi. Ces différentes mesures eurent des résultats limités, en particulier l’électrification et l’équipement en eau potable. Au reste, les investissements réalisés bénéficièrent surtout à la région centrale du pays et à la capitale. C’était le cas en ce qui concerne la baisse du prix de l’électricité, dont les activités de la capitale pouvaient davantage tirer profit que les villages encore rarement connectés. Il en allait de même des projets routiers, favorables au commerce organisé depuis le port de Beyrouth. Ces derniers eurent également pour conséquence une hausse de la rente foncière. Au total, les réalisations de cette période s’effectuaient au coup par coup, en fonction des aides mobilisables, et favorisaient la capitale.

Une tentative d’aménagement régional : la reconstruction de 1956

  • 22  Ghorayeb, 1997.
  • 23  Doxiadis Associates International, A Long Term Program for Lebanon. Voir Sarkis, 1998, 2003. On re (...)
  • 24  Lalanne, Ingénieur du Génie Rural et Hamady Badri, Ingénieur mécanique et horticole, Rapport sur l (...)

19Parallèlement à ces réalisations d’infrastructure représentatives d’une logique sectorielle (transports, eau, électricité), quelques initiatives signalaient la volonté sous le mandat du président Chamoun d’une action d’aménagement régional. L’occasion en fut fournie par la politique de reconstruction lancée à la suite de deux catastrophes naturelles qui affectèrent le Liban. En décembre 1955, Tripoli fut touchée par une violente crue du fleuve Abou ‘Ali qui détruisit plusieurs îlots de la vieille ville et fit 400 morts. En 1956, un tremblement de terre frappa la région de Jezzine, dans le sud du pays, entraînant la mort de 50 personnes. À la suite de cet épisode, qui suscita une vague de solidarité internationale, le président Chamoun, bénéficiant toujours de l’aide du gouvernement américain, mit sur pied l’Office de la reconstruction nationale, doté du statut d’office autonome (équivalent d’un établissement public) et financé par une taxe spéciale. Une équipe pluridisciplinaire d’ingénieurs, d’architectes et d’urbanistes, majoritairement formés dans des universités anglophones et parfois détachés de l’administration libanaise, fut recrutée. Elle s’attela rapidement à la tâche de reconstruction des villages détruits ainsi qu’à la construction, plus ambitieuse, de logements sociaux dans les villes du Sud-Liban (Saïda et Tyr). Dans le même élan furent lancées des études d’aménagement régional dont celle de la région urbaine de Saïda, confiée à Écochard en 1956 22 et, en 1957, un schéma national de construction de logements, étudié par le bureau d’études internationales appartenant à l’urbaniste grec Constantinos Doxiadis 23. Pour autant que les connaissances disponibles à son sujet permettent d’en juger, cette expérience fut l’occasion, à partir d’un problème ponctuel, de lancer un ambitieux programme dépassant largement l’objectif limité de réparation des dégâts et cherchant à promouvoir un véritable aménagement régional. Le projet d’Écochard en témoignait, qui incluait une réflexion sur la structuration du sud par des grands axes et les courants d’échanges avec la Jordanie et les pays du Golfe. La dimension agricole et agro-alimentaire y était également substantiellement développée 24.

  • 25  Voir son analyse : « National Reconstruction Authority. Lebanon. Nearly Nine Years Later (16th mar (...)
  • 26  Sur la carrière de Saba Shiber, voir Nasr, 2005.

20Selon Saba Shiber, jeune urbaniste palestinien engagé au sortir de son doctorat à l’université de Cornell aux États-Unis dans l’office de la reconstruction nationale, l’expérience démarra dans l’enthousiasme 25. À sa tête fut nommé Émile Boustany, prestigieux fondateur de l’entreprise de travaux publics palestino-libanaise CAT, député proche du président Chamoun, dont la présence fut présentée comme le gage d’une gestion efficace, en rupture avec les pratiques habituelles de l’administration. La première année de fonctionnement, durant laquelle les études connurent un avancement remarqué, était qualifiée de succès par Shiber. Mais rapidement la situation changea. L’office perdit en 1959 son statut d’office autonome pour être rattaché comme direction au ministère des Travaux publics dans le cadre des réformes entreprises par le président Chéhab dès son accession au pouvoir. Saba Shiber condamna cette décision selon lui politique, dirigée contre un proche de l’ancien président. Mais il relevait également que les dysfonctionnements de l’office avaient commencé dès les élections législatives de 1957, lors de l’engagement de nombreux employés sous les pressions du pouvoir. En outre, certaines décisions d’expropriation bénéficièrent à des notables locaux et certains contrats de travaux furent entachés de favoritisme. Progressivement, l’office perdit ses meilleurs éléments : ainsi Saba Shiber lui-même devint consultant pour la firme Associated Consulting Engineers-Dar al‑Handasah en 1959 26. On peut donc penser que le « coup de grâce » que représentait selon lui le passage sous la tutelle du ministère des Travaux publics n’était qu’une sanction de cette évolution.

21En dépit de son échec, cette expérience exceptionnelle et ambitieuse, encore mal connue, témoignait d’un souci de dépassement des approches purement sectorielles dominantes depuis l’indépendance. Faute d’un soutien ferme, elle fut rapidement détournée de ses fins. Si l’approche régionale semble novatrice, l’organisation administrative retenue ressemblait à celle du projet du Litani, c’est-à-dire qu’elle déléguait à un office autonome, à la gestion plus souple, la mission d’aménagement que l’administration traditionnelle ne semblait pas en mesure d’accomplir. Par comparaison avec le fonctionnement de l’urbanisme, il y avait là des différences notables.

L’aménagement urbain dans les années cinquante

22De même que durant la décennie cinquante, diverses tentatives d’imposer un nouveau modèle d’action de l’État en matière d’équipement et d’aménagement régional virent le jour, avec des résultats contrastés, les questions d’urbanisme, concernant tant la capitale que les autres villes du pays, n’étaient pas ignorées. Il s’agissait à vrai dire essentiellement de la mise en œuvre tardive, lente, incomplète, souvent amoindrie, parfois gauchie, d’idées ou de projets lancés dans les dernières années du Mandat français. Ces réalisations étaient en outre assujetties à des finalités et des intérêts contradictoires, comme le révélait l’organisation administrative de l’urbanisme.

Les espaces de référence de « l’urbanisme national »

  • 27  On connaît mal le parcours et l’œuvre d’Ernst Egli (1893-1974), en particulier les circonstances d (...)

23En 1950, le service de l’urbanisme était dirigé depuis 1947 par le Suisse Ernest Egli (1893-1974), assisté par son adjoint Rolf Meyer. Egli avait travaillé une quinzaine d’années en Turquie puis enseigné en Suisse à l’École polytechnique de Zürich tout en effectuant des missions pour l’ONU, avant d’être recruté au Liban 27. Les conditions de son recrutement au Liban sont mal connues. Le choix d’un ressortissant non-français peut être interprété comme une prise de distance par rapport à la tutelle française. On connaît ses projets libanais, principalement par une conférence prononcée devant le Cénacle libanais à l’occasion d’une exposition organisée par ses services pour sensibiliser la population aux questions d’urbanisme et

  • 28  Egli, « L’urbanisme au Liban », conférence au Cénacle, le 30 mais 1950, 16 p., p. 2. Le texte figu (...)

« établir clairement la portée d’un effort collectif et de sacrifices individuels indispensables si l’on veut créer ce reflet d’une harmonie spirituelle qu’est un urbanisme vraiment national 28. ».

  • 29  Egli, 1950, p. 28-29.

24L’exposition énumérait quelques réalisations récentes, essentiellement des aménagements routiers, et présentait des projets d’aménagement. À Beyrouth, cela concernait l’aménagement des routes de liaison avec les grandes villes du pays, Tripoli et Saïda, ainsi qu’avec les centres d’estivage, des avenues comme la corniche maritime, la corniche Fouad 1er, des places (Musée, Chatila), la ceinture autour du centre commercial et le réaménagement des places Al-Sûr et des Martyrs. Il était également question de l’établissement d’un plan de zoning, d’une cité ouvrière et d’une ville nouvelle qui sortirait du « sable aride 29 » de la région des Dunes au sud-ouest de la capitale. Les projets pour Tripoli, Saïda, Zahleh et Baalbek étaient évoqués plus rapidement : ils consistaient en quelques tracés de boulevards, d’avenues et de places. Les stations d’estivage firent l’objet d’un intérêt plus marqué, en particulier parce qu’Egli percevait là un changement de nature de la forme urbaine, avec l’étalement linéaire le long de quelques grands axes de l’urbanisation : « Si nous n’y prenons garde, une ville informe ira de Aley à Sofar. » Il préconisait alors la mise en place en plans d’urbanisme régionaux, rejoignant ainsi les priorités de Joseph Naggear.

25En définitive, la cartographie des lieux mentionnés par Egli dessinait un Liban singulier, dont les périphéries étaient presque absentes. Tripoli se résumait à son port et à quelques avenues au milieu des jardins ; Baalbek n’était que « l’écrin d’inestimables trésors ». Si Saïda était un peu mieux traitée, Beyrouth devait être parée d’aménagements « dignes de son rôle de capitale moderne », comme le projet d’aménagement de la nouvelle place des Martyrs, adaptée à son rôle de gare routière. Au-delà de l’apparat, il convenait de relier la capitale à ses principaux relais qu’étaient Saïda, Tripoli et Zahleh, ces deux dernières villes situées sur les routes vers la Syrie qui demeuraient à l’horizon du Liban, malgré le blocus commercial résultant de la fin de l’union douanière entre ces deux pays. Les embellissements prévus pour la capitale étaient placés au service des fonctions économiques dont le développement était souhaité. Le centre-ville à réaménager devait accueillir commerces, services financiers et services ; les mutations du port aideraient au développement de son commerce. Ces mêmes fonctions, et surtout le tourisme, bénéficieraient de la mise en service du nouvel aéroport de Khaldeh qui « met le monde à nos portes ». L’insistance sur le tourisme était également sensible dans le souci d’aménager le Mont Liban, un Mont Liban bien étroit qui se limitait aux caza-s de Aley et du Metn. L’industrie était étrangement absente de ce paysage et se réfugiait à proximité du port de Tripoli et dans quelques ateliers jouxtant celui de Beyrouth. Ne faut-il pas voir dans les orientations spatiales de « l’urbanisme national » l’affirmation des limites du Liban utile des années de l’indépendance ? Cette évocation sélective des régions comme le choix des activités bénéficiant d’une mention faisait correspondre étroitement ce programme de l’urbanisme au Liban et les intérêts économiques de la bourgeoisie d’affaires alors dominante dans l’entourage du président Béchara al-Khoury.

  • 30  « Le plan directeur de la ville de Beyrouth », Causerie de Michel Écochard au banquet annuel de la (...)
  • 31  À propos de ce projet, voir Ghorayeb 1998, 2000.
  • 32  Menassa, 1948, p. 573.

26L’accent placé sur son utilité économique s’intégrait dans une démarche des urbanistes visant à démontrer l’utilité des réformes qu’ils promouvaient. Le terrain économique, davantage peut-être que celui de l’hygiène, du logement ou de l’esthétique, paraissait le plus à même de parvenir à ce but. Cette stratégie rhétorique tenait aussi compte des précédents échecs à faire avaliser au sein de la société locale les objectifs des urbanistes. Une conférence de Michel Écochard, peu avant son départ pour le Maroc, en offrait une illustration 30. L’urbaniste français était alors invité, le 5 avril 1945, à donner une causerie au banquet annuel de la SLEP. C’était l’occasion pour lui de revenir sur son projet de plan directeur de 1941-1943 31. La causerie était introduite par Gabriel Menassa qui déplora devant ses collègues l’abandon des plans et réclama leur accord et toute leur influence afin de faire adopter les projets d’urbanisme. Son argumentation se fondait sur le rappel de la nature de l’économie nationale, qui était d’être un pays de services : commerce et tourisme en constituaient les éléments essentiels et l’aménagement avait pour fonction de les favoriser. Plus encore que les aménagements d’embellissement et d’équipement propres à attirer les touristes, Gabriel Menassa soulignait les dangers nés de la concurrence du port de Haïfa et du développement des villes syriennes de l’intérieur et de leur projet d’autonomie et de construction portuaire. Dans sa conférence, Écochard reprit largement les mêmes arguments, laissant dans l’ombre ses autres convictions, en faveur du logement populaire par exemple. Il soulignait aussi l’importance de « créer un mouvement d’opinion pour attirer l’attention de la population sur les problèmes vitaux 32 ». Tel était également l’objectif de l’exposition organisée par Egli en 1950, ce qui confirme la parenté des deux démarches. Mais l’exemple de cette causerie d’Écochard paraît plus démonstratif en raison des changements du contexte régional intervenus entre les deux dates. En 1950, la fermeture aux pays arabes du port de Haïfa rendait moins inquiétante la concurrence externe, et cela malgré les difficultés à prévoir en raison des problèmes de communication avec la Syrie résultant de la rupture de l’union douanière avec ce pays. Afin d’emporter l’adhésion, le programme d’urbanisme se devait donc de mettre en avant les priorités géographiques et économiques susceptibles de recevoir l’adhésion des élites économiques, il devait se conformer à une matrice imposée qui tendait à le déterminer tout entier.

27Que cet argumentaire ne dévoile qu’une partie des objectifs des urbanistes transparaît lors de l’examen détaillé du discours des planificateurs. Ainsi, au-delà des convergences mises en avant entre le programme d’urbanisme national et l’orientation idéologique et économique du régime, le texte de la conférence d’Egli au Cénacle énonçait des orientations dont le volontarisme s’accordait a priori difficilement avec la doctrine du laisser-faire en vigueur. Ainsi, pour Egli, le problème de l’urbanisme national n’était pas seulement d’organiser et d’ordonner la croissance de Beyrouth par la construction d’avenues, de places et de boulevards, ni évidemment de structurer le développement des centres d’estivage. En se référant à l’exemple de Vienne, tête « trop lourde pour le corps exsangue de l’Autriche », il entendait prouver que

« une capitale trop importante peut compromettre la santé d’un petit pays et qu’en temps de crise, elle peut provoquer des catastrophes. Il serait donc déraisonnable de prévoir un continuel agrandissement de Beyrouth. »

  • 33  Egli, 1950, p. 13.

28Dès lors, il préconisait de restreindre l’extension urbaine au site de plaine qui « lui a tracé ses limites naturelles ». Selon lui, Beyrouth devait par conséquent voir sa population se limiter à 400 000 habitants, alors qu’elle en comptait selon lui, en ce début des années cinquante, 300 000 33. Cet objectif, qui impliquait la mise en œuvre d’une politique d’aménagement du territoire national, n’était toutefois guère développé dans le corps du texte, et les moyens capables d’assurer sa réalisation n’étaient nullement explicités, en dehors de la référence au renforcement de l’appareil juridique.

  • 34Majallat al-imara, Le Caire, n°5-6, 1950, 102 p.

29La conférence d’Egli et l’exposition sur l’urbanisme national s’inscrivent également dans un contexte politique et culturel beaucoup plus large. La création au Caire d’une association des ingénieurs arabes en 1945 permit une circulation des références, des discours et des expériences sur les questions relatives au développement, dans un contexte de montée du pan-arabisme. La Ligue arabe fut du reste créée en 1945. L’association organisa annuellement des congrès techniques arabes, dont les comptes-rendus étaient diffusés. Du 19 au 23 juillet 1950, ce fut au tour de Beyrouth d’accueillir les ingénieurs arabes pour leur quatrième rencontre. Plusieurs exposés présentèrent la situation du Liban du point de vue des transports, de l’équipement, du logement. L’urbanisme fit l’objet de deux contributions et constitua le sujet de la résolution finale du congrès. Ernst Egli présenta un tableau de la situation libanaise, tandis que Achraf Kabara, ingénieur à la municipalité de Tripoli, présenta la situation de sa ville 34.

  • 35  Sur cette question voir Volait, 1988.
  • 36  L’architecte Antoun Tabet qui avait participé à l’édition précédente était l’une des principales c (...)
  • 37  Entretiens avec J. Naggear, 21/10/1998 et avec Gabriel Char, 20/4/1998. Joseph Naggear écrivait av (...)

30La revue al-Imara (la construction ou l’architecture) qui diffusait les actes du congrès avait été fondée en 1939 par l’architecte égyptien Saïd Krayyem 35. Elle se voulait un lieu de débat sur l’architecture et la modernité dans le monde arabe et en Égypte en particulier, et une vitrine du savoir-faire des techniciens locaux. Elle avait publié plusieurs numéros sur la question de l’urbanisme. La tenue du congrès à Beyrouth s’inscrivait dans le contexte de l’affirmation par les ingénieurs libanais de leurs idées en faveur du développement et de l’organisation de leur profession au sein de l’Ordre des ingénieurs, qui vit le jour en 1951 36. L’une des thématiques essentielles de leur combat pour la reconnaissance était de peser sur l’administration pour qu’elle leur confie les missions d’étude relatives au développement, notamment dans le domaine de l’urbanisme. La venue d’Egli avait ainsi été regardée d’un mauvais œil 37.

31De fait, le débat sur l’urbanisme et sa nécessaire réforme se tenait dans un contexte structuré par l’héritage du Mandat et plus généralement avec l’Occident. Le débat sur les finalités et les moyens de l’urbanisme dans un pays d’économie libérale porte la marque de cet héritage. Mais l’urbanisme et l’aménagement constituaient également aux yeux des techniciens libanais des moyens privilégiés de construire l’indépendance nationale et dans cette perspective, c’est dans un dialogue avec leurs collègues arabes qu’ils souhaitaient s’engager. À travers ce congrès, les techniciens libanais s’inscrivaient pour la première fois collectivement dans un espace de référence plus large, et affirmaient ainsi leur revendication d’autonomie professionnelle tout en se préparant à investir le monde arabe qui prenait son indépendance comme un nouveau marché pour leur compétence.

Les outils et la pratique de l’urbanisme

  • 38  Ils ne sont pas mentionnés dans le texte, mais il s’agit probablement du règlement de la construct (...)
  • 39  Egli, 1950, p. 5.
  • 40  Nous y reviendrons au chapitre 6.

32Les moyens qu’entendait mobiliser Ernst Egli pour réaliser son programme d’urbanisme national consistaient essentiellement dans l’affinement de l’arsenal juridique de l’urbanisme, ainsi que dans la réalisation de plans directeurs, d’agglomération ou régionaux. Concernant le premier point, le responsable de l’urbanisme soulignait les lacunes de la législation libanaise qui, sur huit instruments légaux nécessaires, n’en disposait que de trois 38. Cinq domaines devaient donc encore faire l’objet d’une définition : une loi générale sur l’urbanisme, une loi sur le remembrement, une loi sur les sociétés immobilières de travaux publics urbains, une loi sur les habitations à bon marché, une loi sur le trafic et la circulation 39. Cette législation déficiente, pour laquelle Egli annonçait disposer d’ores et déjà de propositions rédigées, ne fut que très imparfaitement complétée durant les années cinquante. Seules deux lois importantes furent votées en 1954 : l’une traitait de l’expropriation et étendit la notion d’intérêt public à la mise en œuvre de plans d’urbanisme ; l’autre codifia le remembrement urbain 40.

Figure 1 : Le plan Egli.

Figure 1 : Le plan Egli.

Source : Fonds Egli, ETH-Bibliothek Zurich, Image Archive.

  • 41  Voir Plan directeur de la Ville de Beyrouth, étude préliminaire, Conseil exécutif des grands trava (...)
  • 42  Voir Fawaz et Peillen, travail en cours sur les lotissements des banlieues de Beyrouth.
  • 43  À propos de ces deux documents, voir Achkar, 1998, p. 28-30.
  • 44  Cette extension et les plans qui l’encadrent seront étudiés dans le chap. 6.

33En raison de ces lacunes législatives, l’établissement de plans directeurs d’urbanisme se faisait sans référence à un cadre codifié. Ce qu’on entendait durant ces années par plan d’urbanisme restait extrêmement flou et se limitait dans les faits à un plan de voirie accompagné d’un plan de zonage. Une photographie du plan directeur proposé par Egli pour Beyrouth a été retrouvée récemment (figure 1). Selon les témoignages des contemporains, il s’agissait, pour autant que ces documents soient fiables, de la reprise simplifiée des projets d’Écochard 41. Sur le plan de la voirie, les éléments principaux en étaient une corniche périphérique, deux percées permettant d’accéder au centre commercial, l’aménagement des voies de sortie de la capitale en direction de Saïda, de l’aéroport (place Chatila), de Damas et de Tripoli. Sur le plan du zonage, ce plan proposait cinq zones, avec une orientation industrielle dans le prolongement du port, une zone commerciale au centre et des zones résidentielles alentour, distinctes par leur densité plus que par leur vocation. À cette réflexion sur l’aménagement de la capitale s’ajoutait une étude des extensions possibles. Le maillage de l’est de l’agglomération renvoie aux nombreux projets de lotissements qui fleurissaient alors dans ce secteur 42. L’autre site choisi pour l’extension, au sud, s’inscrivait dans la lignée des projets de Danger et d’Écochard visant à établir une cité-jardin au sud-ouest de la capitale, dans la zone dite des Dunes. Ces propositions mal connues semblent avoir constitué la base des deux documents qui servirent de référence à la croissance de Beyrouth durant les années cinquante : un plan directeur, en fait de voirie, approuvé en 1952, et un décret approuvé en 1954 fixant la répartition de la ville en secteurs (règlement dit du « zoning ») 43, instituant essentiellement des servitudes de constructions (recul, hauteur, densité). L’aménagement de l’extension sud de la ville était réglementé de manière similaire par un plan directeur fixant voirie et zones résidentielles de statut divers (variant essentiellement en fonction de leur densité) 44.

34En dépit de la qualification de plan directeur qui leur était associée, ces documents d’urbanisme avaient peu à voir avec ce qui était entendu par cette appellation aussi bien dans les pays voisins qu’en Europe. Ils ne comportaient en effet ni prévision chiffrée, ni calendrier d’urbanisation, ni réservation de terrain pour les espaces verts et les bâtiments publics. De plus, ils ne s’apparentaient à la pratique du zonage que formellement, puisque les zones qu’ils définissaient ne se différenciaient que par leurs coefficients d’exploitation et diverses règles de gabarit. La seule restriction d’usage du sol concernait les activités industrielles polluantes. Ces plans se résumaient à un urbanisme réglementaire et de voirie, où le niveau de contrainte était très faible et où l’intervention publique se limitait à l’expropriation des voies. Ces décalages étaient à rapporter à la doctrine du laisser-faire du temps, elle-même prétexte commode à un climat de spéculation généralisée. Cela apparut clairement lors de l’examen de la réglementation de la construction stipulé par le règlement du « zoning ». Ainsi qu’en témoignait Georges Riachi, ingénieur en chef à la municipalité lors de cet épisode :

  • 45  Riachi, « Structure and Problems of Beirut », Horizons techniques du Moyen-Orient, n°1, 1962, p. 2 (...)

« La réglementation de zonage divisant la ville en 10 zones, fixant la densité de chacune d’elle ainsi que des restrictions par rapport aux hauteurs maximum autorisées par le code de la construction, fut adoptée en août 1954 et se limita à une consécration d’un statut de facto avec une faible protection des petits espaces demeurant encore non construits. » 45

  • 46  Entretien avec Joseph Naggear, le 21 avril 1998.
  • 47  Achkar, 1998, p. 75-77. Les plus fréquentes parmi ces infractions sont la construction d’un étage (...)

35Les coefficients d’exploitation choisis traduisaient donc directement les pratiques de densification à l’œuvre durant ces années. Certaines stipulations étonnantes ouvraient droit à des majorations d’exploitation, par exemple au croisement de deux rues. Ces dispositions semblent avoir été ajoutées lors des séances du conseil municipal consacrées à l’étude de cette réglementation, en fonction des intérêts de certains élus également propriétaires 46. De son côté, Élie el-Achkar a montré que les règles générales de construction définissant les gabarits, la construction sur pilotis ou les adjonctions sur les toits (les roofs) étaient sujettes, en raison des failles ou des imprécisions même de la loi, à des interprétations poussant à la densification des immeubles, qui seraient tôt ou tard avalisées par une nouvelle rédaction, plus laxiste, du texte de loi, et par la mise en conformité des bâtiments contrevenants grâce au paiement d’une amende 47. La définition des règles d’urbanisme et, principalement, de construction, et leur mise en œuvre dans la pratique montrent qu’à l’inverse de ce qui était espéré par Egli, ces normes juridiques étaient détournées du sens qui les justifiait et progressivement altérées dans le sens des intérêts de certains propriétaires fonciers. Les polémiques au sujet de la corruption qui caractérisaient à cette époque le système politique et administratif libanais, notamment au sujet de l’urbanisme, éclairent le contexte rendant possible ces pratiques.

L’urbanisme entre rationalisation administrative et clientélisme

36L’urbanisme bénéficiait, dans la première moitié des années quarante, d’une reconnaissance administrative qui au demeurant ne laissait pas d’être confuse. La nomination à Beyrouth, en pleine guerre, de l’urbaniste Écochard, jusqu’alors chef du service des municipalités et de l’urbanisme pour la Syrie, témoignait du souci tardif de l’administration mandataire d’introduire l’urbanisme au Liban. Parallèlement à ses études techniques et à ses propositions d’aménagement, Écochard réclama très tôt, dès 1941, une organisation institutionnelle proche de celle qu’il avait mise en place et dirigée à Damas. Pour autant qu’on puisse en juger au travers d’un bref examen dans les rares travaux disponibles sur cette période, la situation semblait rester quelque peu embrouillée. Les difficultés à déterminer un ministère de tutelle pour l’urbanisme indiquaient sans doute les incertitudes qui entouraient cette pratique et son statut au sein de l’administration libanaise. Il est également permis de se demander si la succession de décisions contradictoires à ce sujet n’est pas liée à la volonté du personnel politique ou administratif de maintenir là une sphère d’intervention privilégiée.

Tableau 1 : La place de l’urbanisme dans l’administration libanaise.

  • 48  Selon le témoignage de J. Naggear, entretien cité. Nous n’avons pas identifié le décret.

Date

Décret

Décision

1933

?

Création du bureau technique municipal au sein du ministère de l’Intérieur 48

6 mars 1940

Décret n°293 EB

Création du Bureau technique municipal au sein du ministère des travaux publics

6 août 1942

Décret n°1250 NI

Rattachement du BTM au ministère de l’Intérieur

30 juin 1943

Décret n° 510 ET

Création d’un service chargé de l’exécution des grands travaux d’urbanisme et de la voirie au ministère des Travaux publics

17 septembre 1943

Décret n°25 TB

Création d’un service d’urbanisme au ministère de l’Intérieur – le BTM devient un service purement exécutif

6 novembre 1943

Décret n°112 K

Création du service des municipalités et de l’urbanisme (trois sections : études, exécution, comptabilité) au ministère de l’Intérieur

31 mars 1950

Décret 1549

Création de branches régionales du service des municipalités et de l’urbanisme au siège des muhafazat-s

31 mars 1950

Décret 1550 K

Restructuration du service en cinq sections (urbanisme, études des projets et remembrement, exécution, inspection, comptabilité)

Sources : Entretiens avec Gabriel Char et Joseph Naggear ; Marlène Ghorayeb, 2000.

  • 49  Voir Ghorayeb, 1991, p. 86-87.
  • 50Projet de réorganisation de l’urbanisme et contrôle de l’État sur les travaux techniques, s.d., 5 (...)
  • 51  Gaudin, 1992 et Friès, 1996. Sur la question des traductions du mot urbanisme en arabe, voir : Ver (...)

37Le bureau technique municipal, créé en 1933 par Joseph Naggear, fut déplacé le 6 mars 1940 au sein du ministère des Travaux publics. Il y conservait sa fonction, qui consistait à étudier et à réaliser les projets décidés par l’administration centrale ou par les municipalités (sauf celle de Beyrouth qui disposait de ses propres services). Mais en 1942, il fut de nouveau rattaché au ministère de l’Intérieur. C’était dans ce contexte qu’intervint Écochard. Plusieurs réunions au cours de la première moitié de l’année 1943 se conclurent par la création d’un service de nouveau rattaché au ministère des Travaux publics et chargé de l’exécution des grands travaux d’urbanisme et de la voirie 49. Cette création n’empêcha pas, en septembre de la même année, qu’un nouveau décret ne crée un service d’urbanisme rattaché au ministère de l’Intérieur, sous la direction d’un ingénieur ou d’un architecte diplômé, tandis que le bureau technique municipal devenait un organe purement exécutif sans attribution d’étude. Selon une note anonyme intitulée « Projet de réorganisation de l’urbanisme et contrôle de l’État sur les travaux techniques 50 », rédigée quelques années plus tard, « ce décret ne fut pas appliqué par suite d’interventions en vue de maintenir certaines prérogatives. Aucun texte nouveau ne l’annule ». La cause du ministère de l’Intérieur finit néanmoins par l’emporter en novembre 1943 avec la création d’un service des municipalités et de l’urbanisme dans le cadre du ministère de l’Intérieur, comprenant trois sections, consacrées aux études, à l’exécution et à la comptabilité. Ce service n’avait pas compétence pour les aménagements à prévoir à l’intérieur du municipe de Beyrouth ni de celui de Tripoli, qui demeuraient du ressort de leurs institutions municipales, dotées chacune d’un bureau technique. Sans doute cette restructuration témoignait-elle d’une conception progressivement élargie de l’urbanisme, reflet des idées de l’urbaniste français. Le terme ici employé pour urbanisme, tajmil, signifie « embellissement ». Même si les termes complémentaires d’aménagement et d’extension font défaut, le recours à cette notion semble faire référence à la législation française de l’entre-deux-guerres, dont l’urbanisme au Levant fut un des champs de mise en œuvre 51.

38La situation institutionnelle ainsi décrite était très confuse. C’est sans doute un signe des difficultés rencontrées par Michel Écochard pour parvenir à ses fins. Non seulement l’urbanisme était mis en échec sur le terrain par les pratiques spéculatives et par le contournement des dispositions concernant l’usage des sols. Mais la place de l’urbanisme semblait également faire l’objet de luttes à l’issue longtemps incertaine au sein même du gouvernement, laissant penser à la fois à l’existence de conceptions contradictoires quant à son rôle dans l’action publique, ainsi qu’au souci politique de contrôle des prérogatives associées. Dans les années suivantes, d’autres indices laissent à penser que l’urbanisme resta un service dont la finalité, le fonctionnement et le rattachement demeuraient fort controversés au sein de la sphère administrative. En 1950, des sections des affaires municipales et de l’urbanisme furent créées au centre des muhafazat-s du Liban nord, du Liban Sud et de la Békaa, tandis qu’une section en charge du Mont Liban était établie au siège du service des municipalités et de l’urbanisme. Beyrouth (mais non ses banlieues) restait exclue de la compétence de ces sections et son bureau technique continua de relever du conseil municipal. Cette mesure, conforme aux orientations annoncées par Egli concernant le développement de plans régionaux et de projets d’urbanisme dans le reste du pays, peut s’interpréter comme une reconnaissance de l’urbanisme en tant qu’administration à part entière. Dans la mesure où les muhafiz (équivalent aux préfets) dépendaient du ministre de l’Intérieur, le rattachement de l’urbanisme à ce dernier apparaît assez cohérent. À la même date, le service des municipalités et de l’urbanisme fut réorganisé en cinq sections : urbanisme, études des projets et remembrement, exécution, inspection, comptabilité. Puis, en 1951, le service fut confié à un ingénieur libanais, Gabriel Char, qui était jusqu’alors un adjoint d’Egli. Selon la note anonyme précédemment citée, ces deux événements marquèrent le début d’un « vaste redressement […] en matière d’Urbanisme et dans les rapports entre l’Administration et les requérants :

  • a) Tout esprit politique fut méconnu dans l’établissement des études.

  • b) Toute intervention fut écartée.

  • c) Une épuration partielle fut opérée dans les cadres du Service des Municipalités et de l’Urbanisme.

    • 52Projet de réorganisation de l’urbanisme et contrôle de l’État sur les travaux techniques, p. 3.

    d) Un terme fut mis aux abus des pourboires 52. »

  • 53  Cette conclusion est peut‑être également une indication sur la date de rédaction, puisque Gabriel (...)

39À en croire cette énumération, on comprend l’utilité de la section d’inspection créée par le décret de 1950. La suite de la note, en gardant en mémoire le fait qu’elle avait pour but manifeste de défendre le service des municipalités et de l’urbanisme, éclaire les enjeux du rattachement de l’urbanisme à tel ou tel ministère : elle évoquait d’abord la dualité des compétences entre le dit service et celui des routes et bâtiments du ministère des Travaux publics : empiétement, ignorance réciproque, exécution partielle ou modification par l’administration des routes et bâtiments des projets du service des municipalités, « au gré des interventions les plus fortes. » Était ensuite mis en cause le manque de contrôle des travaux publics, qui « crée de nombreux abus dont les exemples ont été par moment scandaleux. » Enfin, l’attribution des crédits et la manière dont ils étaient dépensés étaient, elles aussi, critiquées et « font croire à un sabotage de l’Administration devenue un atout pour certaines influences. » La conclusion du document appelait à la création d’une direction générale de l’urbanisme rattachée à la présidence du conseil, qui devait regrouper sous sa tutelle non seulement les attributions du service des municipalités et de l’urbanisme, mais également le rétif (du point de vue de l’auteur) service des ponts et chaussées. Elle devait en outre être dirigée par « un technicien ayant déjà fait preuve de compétence, de probité, de fermeté et d’impartialité. » Dans la mesure où ces lignes constituaient un véritable plaidoyer en faveur de l’action de l’actuel titulaire du poste, on peut penser qu’il en était lui-même l’auteur 53. Derrière le parti pris de cette note, les enjeux du rattachement administratif de l’urbanisme apparaissent alors clairement. Ces différents services touchant à l’urbanisme, mais définis selon des logiques antagonistes, apparaissaient comme des instruments mobilisables au service d’intérêts particuliers haut placés. Par ailleurs, un responsable administratif y jouait sa place et mettait en œuvre une stratégie visant à s’assurer plus de pouvoir au sein de l’administration.

Le personnel des administrations de l’aménagement et de l’urbanisme

40Durant les quinze premières années de l’indépendance libanaise, l’aménagement du territoire et l’urbanisme constituaient des préoccupations secondaires pour les dirigeants de l’État libanais. Cette situation s’expliquait largement par l’idéologie libérale de l’époque. Sans doute les transformations sociales et géographiques du pays ne présentaient-elles pas non plus une situation dramatique rendant nécessaires de telles pratiques. À ces déterminations externes s’ajoutait sans doute une raison liée au personnel en place dans les administrations concernées par ce mode d’action publique, que ni sa formation, ni son expérience, ni sa position dans l’administration ne rendaient aptes à concevoir et proposer une conception plus ambitieuse de l’aménagement et de l’urbanisme. Quelques personnages exceptionnels, comme Joseph Naggear présenté à l’orée de ce chapitre, ne modifient pas ce constat.

Formations et carrières

41Faute d’un travail dans les archives de l’administration, une estimation des moyens en personnels des administrations de notre champ d’étude est difficile à établir, particulièrement si l’on s’attache au personnel d’encadrement et de conception, c’est-à-dire principalement les ingénieurs. Des estimations ponctuelles et partielles apportent néanmoins des informations précieuses.

  • 54  Menassa, 1948, p. 389.
  • 55Al‑Mouhandess, n°19, août 1971, p. 34-36.
  • 56  La même source donne un tableau à partir duquel il apparaît que 453 ingénieurs ont été formés à l’ (...)

42L’ouvrage de Gabriel Menassa, en raison de son intérêt pour la mise en place d’une administration moderne et une planification économique, offre quelques repères : en 1937, le ministère des Travaux publics comptait 16 techniciens, puis 33 en 1947. Le bureau technique municipal, institué entre-temps dans ce ministère, en comptait 10 en 1947 54. L’indication vague de techniciens incluait les ingénieurs, mais également sans doute les topographes de ces administrations. Les statistiques de l’Ordre des ingénieurs créé en 1951 sont ici peu évocatrices. Elles se bornent à faire apparaître l’origine des 235 inscrits à l’ordre à partir de 1952, dont 180 avaient été formés au Liban 55. Entre les deux tiers et les trois quarts de ces diplômés libanais formés au Liban étaient probablement issus de l’École française d’ingénieurs de Beyrouth (EFIB, devenue École Supérieure d’Ingénieurs de Beyrouth, ESIB, en 1941). Un très faible nombre (environ 10, soit 3 à 4 %) étaient diplômés de l’Académie libanaise des Beaux-Arts, dont la branche architecture fournit ses premiers diplômés à partir de 1948. Le reste, soit environ un quart, aurait été formé à l’Université américaine de Beyrouth 56.

  • 57  Voir AUB Catalogue, 1962, p. 145.

43Il est probable que ces derniers étaient peu représentés dans l’administration libanaise. Celle-ci, héritière de l’administration mandataire, a en effet surtout recruté des francophones, formés selon des normes françaises. En outre, alors que la formation de l’EFIB était calquée sur celle des écoles françaises d’ingénieur (voir infra), le diplôme délivré par l’AUB faisant office de diplôme d’ingénieur n’était jusqu’en 1951 qu’un Bachelor of Sciences in Civil Engineering 57.

  • 58  Ducruet, 1999, p. 24. Les chiffres suivants sont donnés p. 25-26. Ils sont issus d’une étude des a (...)
  • 59  Ingels, 1999, p. 59-60.
  • 60  Issal, 1985, p. 8.

44Les annuaires des anciens élèves de l’EFIB/ESIF confirment cette hypothèse. Un recensement effectué par Jean Ducruet pour les anciens élèves de l’EFIB indique que sur 214 diplômés ou certifiés, « 44 ingénieurs des promotions 1922-1940 exercèrent une large part de leur activité professionnelle dans les services techniques ou d’exécution des Travaux publics » au Liban et en Syrie 58 (et notamment 29 d’entre eux au Liban). Ce chiffre est à placer en regard de l’effectif des techniciens du ministère des Travaux publics en 1937 cité ci-dessus : il paraît probable qu’on a affaire principalement à des diplômés de l’EFIB. Un calcul effectué à partir de l’étude des notices de l’annuaire de 1957 n’indique pas autre chose. Sur 305 diplômés recensés pour les promotions 1921 à 1955, 130, soit 43 %, travaillaient en 1957 pour des administrations publiques ou parapubliques (tableau 2). Le nombre d’ingénieurs des promotions antérieures à 1945 et appartenant au ministère des Travaux publics (y compris affaires hydrauliques) se montait à 30, ce qui n’est pas loin des 33 techniciens que comptait en 1947 ce ministère. L’hypothèse d’une administration technique très majoritairement composée d’ingénieurs issus du système de formation francophone est donc vérifiée. Ce tableau met en outre en évidence que la fonction publique représentait, à partir des années 1941-1945, un débouché important pour les jeunes ingénieurs, ce qui est sans doute à relier à l’indépendance du pays 59. Ceci rejoint l’affirmation de Issal Saleh, qui note que « l’établissement des grands corps techniques de l’État à partir des années cinquante a drainé une part importante des ingénieurs [de l’ESIB] de cette époque » 60, tandis que « les ingénieurs de l’AUB […] se sont heurtés à une administration naissante francophone ».

Tableau 2: Les ingénieurs diplômés de l’ESIB dans l’administration libanaise en 1957.

Promotions

Service des affaires hydrauliques

Travaux publics (autres que

hydrauliques)

Service des municipalités et de l’urbanisme (Min. de l’Intérieur)

Autres administrations centrales

Municipalités de Beyrouth et Tripoli

Offices autonomes

Total

[1921-25]

1

1

1

1

0

3

7

[1926-30]

2

6

0

0

2

1

11

[1931-35]

3

8

2

3

2

1

19

[1936-40]

1

1

1

1

1

3

8

[1941-45]

3

4

2

3

3

3

18

[1946-50]

2

13

3

3

0

6

27

[1951-55]

8

11

3

2

6

10

40

Total

20

44

12

13

14

27

130

Source : Annuaire des anciens élèves de l’ESIB, 1957, calcul de l’auteur.

  • 61  Décret n°293 du 6 mars 1940.
  • 62  Menassa, 1948, p. 389.
  • 63  À Beyrouth, l’ingénieur en chef de la municipalité était George Riachi, formé à l’AUB puis à l’uni (...)

45Dans cet ensemble, quelle est la part des techniciens dont les tâches ressortissaient plus particulièrement à l’aménagement urbain ? En 1940, le cadre du bureau technique municipal (BTM) comprenait 6 ingénieurs (dont son chef), 2 topographes et 3 dessinateurs 61. En 1947, le BTM employait 10 techniciens (ingénieurs et topographes ?), 15 administratifs et 6 subalternes 62. En 1957, d’après le tableau 2, 12 ingénieurs au moins travaillaient au service des municipalités et de l’urbanisme sous la houlette de Gabriel Char. Il faut ajouter à ces effectifs quelques ingénieurs travaillant dans les municipalités 63. Il ressort de ces chiffres que les administrations en charge des affaires de l’aménagement urbain devaient représenter une proportion de l’ordre de 15% des ingénieurs du service public.

  • 64  Sur l’École française d’ingénieurs et son cursus, Ducruet, 1999, chap. 2.
  • 65  Sur le cursus en urbanisme de l’École nationale des ponts et chaussées, voir Vacher, 2001, p. 239- (...)
  • 66  Volait, 2005. On notera en revanche que l’existence de ces formations techniques en Égypte et au L (...)
  • 67  Ducruet, 1999, p. 36-38.

46L’examen du contenu de ce cursus permet d’avoir une idée des références techniques, et notamment urbanistiques, de ces ingénieurs de l’administration, majoritairement issus de la filière francophone. L’École française d’ingénieurs de Beyrouth fut fondée le 10 novembre 1919 par la Compagnie de Jésus et l’Association lyonnaise pour le développement à l’étranger de l’enseignement supérieur et technique, comme un rameau du système d’enseignement développé à Beyrouth par les jésuites. « Le modèle pour l’École d’ingénieurs de Beyrouth fut incontestablement l’École centrale lyonnaise 64 » et les programmes de cette dernière furent transposés, moyennant de menus aménagements, à Beyrouth ; l’équivalence des diplômes entre les deux écoles était reconnue. La nouvelle institution ambitionnait de former, en trois ans, des ingénieurs polyvalents, l’adaptation aux besoins régionaux étant garantie par une insistance sur les enseignements de travaux publics et de topographie. L’École avait également assuré, en 1922, dans ce domaine, une formation complémentaire pour les fonctionnaires du service foncier. Hormis ce cas particulier, la formation offerte par cette école jusqu’en 1945, c’est-à-dire celle que reçut la majorité des ingénieurs qui travaillaient dans l’administration libanaise dans les années cinquante, n’était pas particulièrement orientée vers les questions d’aménagement régional ou urbain. Il ne faut d’ailleurs pas s’en étonner, dans la mesure où en France, puissance mandataire, un tel système ne se mit en place que difficilement et en marge du système universitaire et des écoles, dans le cadre de l’École des hautes études urbaines et à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris 65. La formation beyrouthine restait très générale et les programmes ne mentionnaient pas d’ouverture spécifique vers les problèmes urbains. Ceux-ci firent leur apparition en 1932 via les questions d’hydraulique urbaine, alors qu’était créée une quatrième année d’étude. À titre de comparaison, l’École polytechnique du Caire, fondée en 1866, introduisit un enseignement de génie urbain à partir de 1916, qui fut progressivement élargi en 1928 et auquel fut adjoint un enseignement d’urbanisme 66. Cela correspondait à la demande de l’État dans un contexte de forte transformation sociale : l’urbanisation en Égypte concernait dans les années vingt et trente une population et une surface bien plus importante qu’au Liban. L’avance prise dans ce domaine est à évaluer à cette aune. C’est seulement après 1945 que fut adjointe à l’option génie civil de l’ESIB une option architecture, dont l’enseignement de quatrième année comprenait un cours d’urbanisme et d’aménagement des villes, à raison de 3 heures par semaine. L’ouverture vers les questions urbaines restait donc modeste. Elle fut d’ailleurs remise en cause après 1953 lorsque la filière architecture fut temporairement supprimée 67. Autant que par un savoir académique, c’est dans la pratique que les ingénieurs et architectes libanais se saisirent de la question urbanistique. Face à une commande étatique ou municipale peu structurée, l’urbanisme représentait à la fois un chantier d’une évidente urgence et l’occasion de multiples profits.

Quelques itinéraires

47Quelques exemples d’itinéraires éclairent, dans leur diversité et leurs récurrences, le type de compétences de ces ingénieurs. Ils montrent leur grande polyvalence. Ils illustrent également les conditions floues d’exercice de cette profession au service de l’État jusqu’au début des années soixante, parfois à cheval avec des activités d’entrepreneurs privés. Les liens avec le pouvoir politique, essentiels pour le lancement et le déroulement des projets, relevaient parfois davantage, et non sans ambiguïté, de relations personnelles plutôt qu’ils ne s’inscrivaient dans une codification administrative rigide.

  • 68  Plus généralement, se référer au sujet des polytechniciens du Liban à : Anousheh Karvar, La format (...)
  • 69  Ghorayeb, 1991, p. 76.
  • 70  En 1961, il participe par exemple à la Commission pour l’aménagement de Beyrouth et ses banlieues. (...)
  • 71  Malsagne, 1997, qui se réfère à L’Orient, 29 mai 1960. Je remercie M. Albert Naccache, son fils, q (...)

48Le cas et le parcours polyvalent de Joseph Naggear ont déjà été évoqués. Son ambition de théoricien et son appel à la planification conduisent à l’isoler. Chez lui, les approches techniques étaient sans cesse complétées par un regard économique et juridique. Henry Naccache (1917-1976), également polytechnicien (1936), et ingénieur des Mines, incarnait un autre exemple de parcours polyvalent 68. Tout en enseignant à l’ESIB, il occupa diverses fonctions à la municipalité de Beyrouth durant les années quarante, où il fut à ce titre interlocuteur d’Écochard 69. Devenu directeur général d’Air Liban (1957-1961), puis PDG de l’Office du Litani (1961-1967), il continua de s’occuper des questions d’aménagement urbain à travers sa participation à différents conseils d’administration 70. Il siéga au conseil d’administration de l’Office d’électricité et des transports en commun de Beyrouth et à partir de 1961, au Conseil exécutif des grands projets qui joua un rôle essentiel sous le mandat du président Chéhab dans l’équipement du pays. À cheval sur plusieurs mandatures, au carrefour de plusieurs compétences, et cumulant par moment les attributions, le parcours d’Henry Naccache était celui d’un grand serviteur du jeune État libanais 71.

  • 72  Voir chapitre 7.
  • 73  Témoignage de Gabriel Char, entretien du 30 avril 1998.

49Aux côtés de ces deux polytechniciens, qui représentaient sans nul doute une sorte de modèle pour leurs confrères, des trajectoires plus modestes et plus variées se dessinent. Elles permettent de souligner que la limite entre les catégories de public et de privé dans l’administration n’était pas étanche, ce qui rendait possibles des allers et retours entre les deux. À côté des légitimations professionnelles et techniques que ces expériences, tant publiques que privées, conféraient à ces hommes, le rôle essentiel des relations personnelles dans le système apparaît également, en particulier vis-à-vis du pouvoir politique. Un premier exemple de ces carrières, où le service de l’État n’était pas exclusif d’une activité privée, est offert par Gabriel Char, directeur du service des municipalités et de l’urbanisme depuis 1951 jusqu’en 1959, au début de la présidence Chéhab. Diplômé de l’ESIB en 1937, Gabriel Char y devint l’assistant en 1939 de Joseph Naggear, puis enseignant de géométrie descriptive, ce qu’il resta jusqu’en 1976. Après quelques années passées dans le secteur privé, il fut appelé, en 1949, par le président Béchara al-Khoury qu’il connaissait personnellement, comme chef de la section des études du service des municipalités et de l’urbanisme, avant d’en être nommé directeur en remplacement d’Egli en 1951. À ce poste stratégique, il conserva la confiance du président Chamoun et mit en œuvre une réforme et une épuration de ce service. En 1956, suite à un contentieux avec le président du conseil Rachid Karamé, il quitta provisoirement le service et entra aussitôt dans une société privée, la Compagnie immobilière libanaise, dirigée par Ernest Abdini, qui aménageait et vendait des terrains dans les collines dominant Beyrouth 72. Il réintégra toutefois bientôt son poste, non sans que cette affaire soulève une certaine émotion en ce qui concerne les règles régissant le recrutement et la démission de la fonction publique 73.

  • 74  Selon l’indication de Dimitri Trad, fils de Farid. Entretien, 23 novembre 2001. La plupart des inf (...)
  • 75  Tabet, 2001, p. 25.
  • 76  Il y travaillait en 1939 et encore en 1950. Voir Ducruet, 1999, p. 26 et Davie, 2001, p. 97.
  • 77  Avec Henry Naccache et Fouad el-Khoury. Entretien avec Dimitri Trad, 23 novembre 2001.
  • 78  Au début des années soixante, F. Ahdab fut l’un des membres du conseil d’administration du Conseil (...)
  • 79Annuaire des anciens élèves de l’EFIB, Beyrouth, 1937.
  • 80  Voir le chapitre 10 qui propose une analyse plus approfondie des normes techniques, esthétiques et (...)
  • 81  Une partie des terrains aurait été acquise auprès de la municipalité, trop contente de se débarras (...)

50Dans ses fonctions, Gabriel Char eut l’occasion de travailler de manière très étroite avec Joseph Naggear, Farid Trad et Faez Ahdab, qu’il consultait de manière informelle pour les principales décisions. Ces trois ingénieurs s’étaient rencontrés à Paris, durant leurs études 74. Ancien élève de l’École centrale des arts et manufactures de Paris, diplômé en 1926, Farid Trad était un esprit pratique et ingénieux qui s’investissait dans de multiples entreprises. Il avait déposé des brevets pour plusieurs dispositifs techniques relatifs au coffrage et à la pose des poutres en béton armé qui jetèrent les bases d’une rationalisation de la construction au Liban. Il exerçait également comme architecte et à ce titre bénéficiait de la reconnaissance de ses pairs. On lui doit certains des bâtiments administratifs du Liban indépendant, comme le Palais de justice, terminé en 1959 75. Faez Ahdab, diplômé de l’EFIB en 1929, fut ingénieur à la municipalité de Beyrouth 76, monta ensuite son entreprise de travaux publics. Il avait la réputation d’être l’esprit le plus pratique. Ils participèrent tous deux 77 à une commission chargée du suivi de l’aménagement du nouvel aéroport de Beyrouth 78. L’un et l’autre contrastaient, par leurs méthodes et par leurs centres d’intérêts, avec le polytechnicien Naggear, homme de principe et de fondation, prédisposé à la recherche et aux théorisations juridiques et économiques, qui se consacra à l’enseignement, puis fonda en 1962 le Conseil national de la recherche scientifique au Liban. Gabriel Char avait été l’élève de Naggear à l’EFIB et il avait également fait ses premières armes d’ingénieur chez Farid Trad 79. Ces connexions multiples montrent abondamment la polyvalence des premiers urbanistes libanais, dans un espace professionnel, administratif et politique fluide. Ainsi, la figure de Farid Trad est-elle évoquée comme celle de l’un (sinon le principal) des concepteurs du plan pour la banlieue sud de Beyrouth, approuvé en septembre 1953 et représentatif des ambitions urbanistiques de cette élite 80. Trad se distingua néanmoins également à cette occasion comme un spéculateur avisé. Il convainquit les propriétaires de la zone de Mar Elias-Ramlet al-Baïda de céder leurs terrains à sa société, alors qu’une partie d’entre eux était occupée par des carrières 81. Moyennant un prélèvement de 5% de la surface totale des terrains, il prit en charge la réalisation des infrastructures et le lotissement des parcelles en liaison avec le nouveau plan qu’il avait contribué à établir. Bref, la cause de l’urbanisme pouvait aussi se révéler une affaire commerciale rentable.

*
* *

51Ces quelques parcours et les conditions de formation de cette élite technique libanaise font mieux comprendre les conditions dans lesquelles se pensait alors l’aménagement urbain : l’empirisme et le pragmatisme dominaient, dans l’atmosphère survoltée du « miracle libanais » et des bonnes affaires qu’il apportait. Dans un contexte idéologique hostile à l’intervention de l’État dans l’économie, et notamment dans ce secteur foncier qui bénéficiait tellement de la croissance urbaine de la capitale, l’introduction d’une réglementation minimale fut tout ce qu’obtinrent les promoteurs de l’urbanisme au Liban. À vrai dire, les techniciens étaient pour la plupart bien loin de réclamer des réformes très audacieuses dans ce domaine qu’ils n’avaient guère eu l’occasion d’étudier au cours de leurs formations, et ce malgré les encouragements de quelques techniciens étrangers comme Écochard, Egli ou Doxiadis, ou locaux comme Naggear. Durant ces années cinquante, malgré l’urbanisation rapide de la capitale et peut-être en raison de la prospérité qu’elle amenait, il n’existait donc pour ainsi dire pas de demande sociale en faveur de l’urbanisme : ni les cadres techniques de l’État, ni d’autres professionnels non fonctionnaires, ni une fraction particulière de la population ne se mobilisaient en ce sens.

Notes

1  Menassa, 1948, p. 60.

2  Shehadeh, 1987.

3  Ingels, 1999, p. 48-49.

4  Naggear, 1948. Un fac-similé de ce chapitre a été republié par l’Ordre des Ingénieurs de Beyrouth en 1998.

5  Naggear, 1948, p. 290.

6  Pour la carrière de Joseph Naggear, notre source principale consiste dans les deux entretiens qu’il nous a accordés, le 21 octobre 1998 et le 8 mai 2000. Voir aussi Who’s who in Lebanon, 1970 et Al‑Mouhandess, n°13-14, 2002, p. 16 et le numéro d’hommage que cette revue lui a consacré : Al‑Mouhandess, n°22, 2006.

7Al‑Mouhandess, 2006, p. 110.

8  Menassa, 1948, p. 556-563.

9  Naggear, 2006, « Joseph Naggear, mon père », Al‑Mouhandess, p. 108.

10  Selon son témoignage, concordant avec les données fournies dans l’ouvrage de Ducruet, il enseigna à l’EFIB, à titre complémentaire, de 1932 à 1942. Toutefois, les CV publiés dans les deux numéros cités de Al‑Mouhandess divergent sur ce point, indiquant qu’il était alors ingénieur conseil pour le gouvernement libanais et professeur titulaire à l’EFIB dès 1932.

11  Ingels, 1999, p. 59-63.

12  Voir en particulier Alleaume, 1990 ; Volait, 2005.

13  Le Cénacle libanais était un cercle intellectuel se consacrant à la discussion de questions publiques. Shehadi, 1987.

14  Salibi, 1966. Les cercles et les connivences de l’entourage de Béchara al-Khoury ont été précisément dépeints par Gendzier, 1998 : chapitre 3, « Learning Lebanon ». Béchara al-Khoury avait pour gendre Michel Chiha. Celui-ci, homme de plume et constitutionnaliste, était également banquier, associé à Henri Pharaon, lequel possédait de gros intérêts fonciers et dans l’import-export, etc.

15  Sur cette question : Gates, 1998.

16  Gates, 1998, p. 145-146.

17  Dagher, 1995, p. 37.

18  Gates, 1998.

19  Bashir Iskandar, 1962, Planned Administrative Change in Lebanon, PhD, University of Syracuse, cité in Ingels, 1999, p. 85.

20  Pour ce développement, voir Gendzier, 1998, chap. II. et Gates, 1998, p. 102-103.

21  Dagher, 1995, p. 41 et Gates, 1998.

22  Ghorayeb, 1997.

23  Doxiadis Associates International, A Long Term Program for Lebanon. Voir Sarkis, 1998, 2003. On reviendra au chapitre 10 sur les projets de construction de logements populaires.

24  Lalanne, Ingénieur du Génie Rural et Hamady Badri, Ingénieur mécanique et horticole, Rapport sur le Liban-Sud, sa structure actuelle. Considérations sur son potentiel économique, 30 août 1956, 47 p. [IFA, Fonds Écochard].

25  Voir son analyse : « National Reconstruction Authority. Lebanon. Nearly Nine Years Later (16th march 1956-december 1964) » : Shiber, 1968, p. 349-358.

26  Sur la carrière de Saba Shiber, voir Nasr, 2005.

27  On connaît mal le parcours et l’œuvre d’Ernst Egli (1893-1974), en particulier les circonstances dans lesquelles il a été recruté au Liban. De retour dans sa ville natale de Zürich après sa carrière turque, où il avait été très proche de Mustafa Kémal Atatürk, après son départ du Liban, il se consacra à l’enseignement, publiant plusieurs livres dont une histoire de l’urbanisme en trois volumes : Egli, 1959-1967 ; des livres sur l’architecture ottomane : Egli, 1954 ; et un livre sur « la ville nouvelle dans le paysage et le climat » : Egli, 1951. Son séjour et ses travaux au Liban sont rapidement évoqués dans Aebli, Meyer, Winkler, 1964, p. 177-181 et surtout dans un fascicule commémoratif paru après sa mort : Ernst Egli : 1893-1974 : Architekt, Stadtplaner, Städtebauhistoriker, Kunstgelehrter : Querschnitt durch sein Leben, Werk und Denken, 1994. Dans cet ouvrage, une liste de projets attribués à Egli évoque des plans pour Bhamdoun Gare, Bhamdoun Village, Sofar, Beit Méry, Zahleh, Baalbek, Beyrouth et sa banlieue, Tripoli, Saïda, Tyr et Beiteddine.

28  Egli, « L’urbanisme au Liban », conférence au Cénacle, le 30 mais 1950, 16 p., p. 2. Le texte figure dans la brochure Egli Ernst, L’urbanisme au Liban, Beyrouth, 1950, comprenant également le texte « Exposition de l’urbanisme au Liban », 34 p.

29  Egli, 1950, p. 28-29.

30  « Le plan directeur de la ville de Beyrouth », Causerie de Michel Écochard au banquet annuel de la SLEP : Menassa, 1948, p. 568-574.

31  À propos de ce projet, voir Ghorayeb 1998, 2000.

32  Menassa, 1948, p. 573.

33  Egli, 1950, p. 13.

34Majallat al-imara, Le Caire, n°5-6, 1950, 102 p.

35  Sur cette question voir Volait, 1988.

36  L’architecte Antoun Tabet qui avait participé à l’édition précédente était l’une des principales chevilles ouvrières de ce congrès de Beyrouth, où il présenta une communication sur la question du logement. Tabet, « Qadîya al-sakan fî nitâq tajhîz lubnân al-sina‘î wa-l-îqtisâdî (La question du logement dans le cadre de l’équipement industriel et économique du Liban) », Majallat al-imara, n°5-6, 1950, p. 85‑90. Tabet fut président de l’Ordre des ingénieurs de 1952 à 1956. Al‑Mouhandess, 2002, n°13‑14, p. 15.

37  Entretiens avec J. Naggear, 21/10/1998 et avec Gabriel Char, 20/4/1998. Joseph Naggear écrivait avec le recul du temps : « Contrairement à ce que l’on pouvait attendre, le potentiel créateur de l’ingénieur libanais a été peu utilisé dans le secteur public durant cette période de l’Indépendance car le pouvoir politique ne lui a pas fait confiance et s’est adressé à la technique étrangère pour les grandes réalisations. Cela est dû en partie au fait que les ingénieurs libanais ont travaillé individuellement et n’ont pas offert la surface nécessaire pour vaincre l’engouement du client profane pour tout ce qui est étranger », in « Cinquante ans de technique libanaise », texte de l’allocution prononcée à l’occasion du cinquantenaire de la création de l’Ordre des ingénieurs, Al‑Mouhandess, n°22, 2006, p. 93-94.

38  Ils ne sont pas mentionnés dans le texte, mais il s’agit probablement du règlement de la construction de 1940, de la loi sur les expropriations de 1932 et de la loi sur les établissements classés de 1940.

39  Egli, 1950, p. 5.

40  Nous y reviendrons au chapitre 6.

41  Voir Plan directeur de la Ville de Beyrouth, étude préliminaire, Conseil exécutif des grands travaux de la ville de Beyrouth, 1968 où le plan est présenté très rapidement d’après un exposé de Georges Riachi, alors ingénieur en chef de la Ville de Beyrouth. Le plan Egli est également brièvement commenté par Salam, 1970 ; Davie, 2001, p. 95-101. Merci à Joe Nasr qui a identifié le plan montré ici dans les archives Egli à Zürich.

42  Voir Fawaz et Peillen, travail en cours sur les lotissements des banlieues de Beyrouth.

43  À propos de ces deux documents, voir Achkar, 1998, p. 28-30.

44  Cette extension et les plans qui l’encadrent seront étudiés dans le chap. 6.

45  Riachi, « Structure and Problems of Beirut », Horizons techniques du Moyen-Orient, n°1, 1962, p. 29 (notre traduction). Le même texte a été publié dans les actes du huitième congrès des Ingénieurs arabes tenu au Caire en mai 1960 : Riachi, 1963.

46  Entretien avec Joseph Naggear, le 21 avril 1998.

47  Achkar, 1998, p. 75-77. Les plus fréquentes parmi ces infractions sont la construction d’un étage supplémentaire sur le toit, en s’appuyant sur les locaux de service pour ascenseur et la clôture des pilotis, initialement prévus pour permettre le stationnement des automobiles.

48  Selon le témoignage de J. Naggear, entretien cité. Nous n’avons pas identifié le décret.

49  Voir Ghorayeb, 1991, p. 86-87.

50Projet de réorganisation de l’urbanisme et contrôle de l’État sur les travaux techniques, s.d., 5 p. Ce document anonyme nous a été remis par Gabriel Char, qui fut à partir de 1951, le chef du service des municipalités et de l’urbanisme. Il est vraisemblable qu’il en soit l’auteur comme nous le suggérons plus loin, bien qu’il ne l’ait pas admis (entretien, 3 mai 1998).

51  Gaudin, 1992 et Friès, 1996. Sur la question des traductions du mot urbanisme en arabe, voir : Verdeil, Longuenesse, à paraître.

52Projet de réorganisation de l’urbanisme et contrôle de l’État sur les travaux techniques, p. 3.

53  Cette conclusion est peut‑être également une indication sur la date de rédaction, puisque Gabriel Char a mis en place à cette époque un conseil officieux de techniciens chargés de l’assister dans sa tâche, comprenant les ingénieurs Joseph Naggear, Farid Trad et Fa’ez Ahdab. Entretien avec Gabriel Char, 30 avril 1998.

54  Menassa, 1948, p. 389.

55Al‑Mouhandess, n°19, août 1971, p. 34-36.

56  La même source donne un tableau à partir duquel il apparaît que 453 ingénieurs ont été formés à l’EFIB de 1916 à 1952, 235 à l’AUB et 14 à l’ALBA. Mais ces totaux incluent un nombre mal déterminé d’étrangers, en tout état de cause davantage à l’AUB (50%) qu’à l’ESIB (un tiers ?). Par ailleurs, un nombre important n’exerçait pas la profession d’ingénieur. Les proportions proposées sont des estimations fondées sur ces ordres de grandeur.

57  Voir AUB Catalogue, 1962, p. 145.

58  Ducruet, 1999, p. 24. Les chiffres suivants sont donnés p. 25-26. Ils sont issus d’une étude des annuaires d’anciens élèves, notamment celui de 1939.

59  Ingels, 1999, p. 59-60.

60  Issal, 1985, p. 8.

61  Décret n°293 du 6 mars 1940.

62  Menassa, 1948, p. 389.

63  À Beyrouth, l’ingénieur en chef de la municipalité était George Riachi, formé à l’AUB puis à l’université de Des Moines (Iowa, USA). Source : Who’s who in Lebanon, 1970. Davie, 2001, p. 97 cite les noms de sept ingénieurs de la municipalité en 1951.

64  Sur l’École française d’ingénieurs et son cursus, Ducruet, 1999, chap. 2.

65  Sur le cursus en urbanisme de l’École nationale des ponts et chaussées, voir Vacher, 2001, p. 239-241 : elle y montre qu’un tel cours ne fut pas généralisé à l’ENPC avant 1936. Un diplôme spécifique fut créé en 1965.

66  Volait, 2005. On notera en revanche que l’existence de ces formations techniques en Égypte et au Liban différenciait ces pays du Maghreb sous domination française où la formation des élites fut extrêmement limitée. Le cas syrien se rapproche de celui du Liban : Zeyfa, 2004.

67  Ducruet, 1999, p. 36-38.

68  Plus généralement, se référer au sujet des polytechniciens du Liban à : Anousheh Karvar, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique française aux xixe et xxe siècles, Université Paris VII, décembre 1997.

69  Ghorayeb, 1991, p. 76.

70  En 1961, il participe par exemple à la Commission pour l’aménagement de Beyrouth et ses banlieues. Voir archives de l’IRFED.

71  Malsagne, 1997, qui se réfère à L’Orient, 29 mai 1960. Je remercie M. Albert Naccache, son fils, qui m’a fourni diverses informations sur la carrière de son père, dont un CV détaillé.

72  Voir chapitre 7.

73  Témoignage de Gabriel Char, entretien du 30 avril 1998.

74  Selon l’indication de Dimitri Trad, fils de Farid. Entretien, 23 novembre 2001. La plupart des informations sur ce dernier m’ont été communiquées à cette occasion.

75  Tabet, 2001, p. 25.

76  Il y travaillait en 1939 et encore en 1950. Voir Ducruet, 1999, p. 26 et Davie, 2001, p. 97.

77  Avec Henry Naccache et Fouad el-Khoury. Entretien avec Dimitri Trad, 23 novembre 2001.

78  Au début des années soixante, F. Ahdab fut l’un des membres du conseil d’administration du Conseil exécutif des grands projets, créé par F. Trad auquel participa aussi H. Naccache. Voir chapitre suivant.

79Annuaire des anciens élèves de l’EFIB, Beyrouth, 1937.

80  Voir le chapitre 10 qui propose une analyse plus approfondie des normes techniques, esthétiques et sociales dont ce projet était le laboratoire.

81  Une partie des terrains aurait été acquise auprès de la municipalité, trop contente de se débarrasser de la gestion d’un secteur que les anciennes carrières rendaient difficile à aménager. Assem Salam, entretien, novembre 1998.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le plan Egli.
Crédits Source : Fonds Egli, ETH-Bibliothek Zurich, Image Archive.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 844k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable