Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Chapitres

Chapitre 1 - L’urbanisme du Mandat français : ruptures et continuités

Texte intégral

1La naissance et l’institutionnalisation de l’urbanisme en France après le tournant de la Première guerre mondiale ne se comprend pas sans le temps décisif d’expérimentations dans l’espace colonial, en premier lieu au Maroc. Dans l’Entre-deux-guerres, le Mandat français sur le Liban et la Syrie a offert de nouveaux bancs d’essai pour les urbanistes français. Les réalisations et les institutions nouvelles, créées dans les deux pays, ont structuré la pratique de l’urbanisme après leur indépendance. C’est en ce sens qu’un retour sur les ambitions, les projets et les nouvelles institutions liées à l’urbanisme au Liban, et en particulier à Beyrouth, s’avère nécessaire. Mais à la différence du Maroc, les représentants du Mandat ont eu à composer ici avec un héritage ottoman complexe en matière d’aménagement urbain. L’esprit des Tanzimat-s, le modèle d’Istanbul et la volonté des élites locales de transformer la capitale provinciale qu’était devenue Beyrouth, léguaient à la fois une législation consistante, un personnel local déjà expérimenté et des projets engagés, qui s’imposaient dans l’agenda des nouveaux responsables politiques. Au-delà de la gestion de cet héritage, les contraintes politiques et économiques qui encadrent l’action des représentants du Mandat aboutissent à ce que la politique française se caractérise par son manque d’ambition au regard des réalisations maghrébines mais également par rapport aux villes syriennes.

  • 1  Il convient notamment de mentionner : Ghorayeb, 2000 ; Davie, 2001 ; Eddé, 1997 ; Kassir, 2003, p. (...)

2Ce chapitre introductif propose un bref tour d’horizon des lignes directrices qui se dégagent du point de vue de l’aménagement urbain, en particulier à Beyrouth, en distinguant le cadre politique et économique, l’orientation des réformes institutionnelles et les principales réalisations. Cette présentation s’appuie sur les travaux disponibles 1.

Aménagement urbain et mise en place du Mandat

  • 2  Voir notamment Seurat, 1979.
  • 3  Ghorayeb, 2000, p. 268-278.

3La politique de la puissance mandataire dans l’État du Grand Liban s’inscrivait dans le cadre général d’une politique d’expansion impériale où se combinent la recherche du prestige national dans la foulée de la victoire de 1918, l’affirmation d’une mission civilisatrice et la concurrence traditionnelle avec le Royaume-Uni pour s’emparer des décombres de l’Empire ottoman. À cet égard, les intérêts économiques liés à la pénétration ancienne du Mont Liban par des groupes de négociants et d’industriels jouèrent un rôle essentiel 2. Au Liban, le gouvernement français favorisa la constitution d’une entité indépendante du reste de la Syrie autour de la majorité maronite et chrétienne. Ce jeu des minorités, héritier de la protection des chrétiens dans l’ensemble des anciennes provinces de l’Empire ottoman, se combinait, du point de vue de la politique étrangère française, avec l’objectif de lutter contre un nationalisme arabe dont on craignait l’exportation au Maghreb, colonies autrement stratégiques pour la France que les États du Levant. La confrontation avec le nationalisme arabe détermina une gestion largement militaire des États du Levant, ce que la fin du Mandat, marquée par le contexte de la Seconde guerre mondiale, accentua. Alors passé sous la férule de la France libre, le Liban constituait une base pour la résistance au Reich. La continuité avec la Palestine occupée par les alliés britanniques fut alors mise en valeur, d’autant que les Britanniques débarquèrent au Liban en 1941. La tutelle militaire pesa sur les choix d’aménagement, tant dans les villes que dans le reste du pays. Ainsi, l’intervention de Michel Écochard entre 1941 et 1943 s’inscrivit-elle dans une politique d’amélioration des communications venant du port de Beyrouth et en direction des autres villes du pays pour des raisons stratégiques 3. L’amélioration des communications nationales, ainsi que vers les régions de Syrie, fut également tributaire de cette préoccupation durant toute l’occupation française. En tant que capitale des États sous mandat français, Beyrouth en bénéficia, tandis que la présence française s’y marquait par un quadrillage de l’espace urbain par des casernes.

  • 4  Ghorayeb, 2000, p. 99.

4Le second objectif déterminant les choix d’aménagement était d’ordre économique. Le développement du commerce avec la métropole passait principalement par le port de Beyrouth, agrandi, équipé à neuf et doté en 1936 d’une zone franche. Mais les contraintes budgétaires pesaient d’un grand poids sur les orientations prises : l’impératif d’autosuffisance financière, qui devint effectif à partir de 1922, alors que cessaient les subventions en provenance de la métropole 4, influa grandement sur les décisions relatives à l’aménagement ; la crise des années trente renforça cette situation. Développement des intérêts capitalistes métropolitains et impératif d’autosuffisance se conjuguèrent pour qu’un nombre important de services publics soit confié à des sociétés concessionnaires, une situation préexistant à l’établissement du Mandat, mais qu’il accentua au bénéfice des intérêts français. Ainsi l’électricité, l’éclairage, le port, les tramways, l’eau, le chemin de fer, les déchets furent-ils affermés. La contrainte budgétaire expliquait également largement plusieurs réformes structurelles dans le domaine foncier. Ajoutée à la faiblesse des moyens en personnel, elle limita au minimum les expressions grandioses de la domination coloniale. Malgré l’ambition proclamée de modernisation et d’extension de la mission civilisatrice, le souci de faire de Beyrouth une vitrine de la puissance mandataire ne se traduisit guère que par quelques aménagements fragmentaires, dont celui, tardif, de la place de l’Étoile au centre-ville.

Les réformes encadrant l’aménagement urbain

  • 5  Ghorayeb, 2000, p. 120, que nous suivons dans ce paragraphe.

5Les réformes mises en place par la France au Levant et plus particulièrement au Liban, s’inscrivaient pour l’essentiel dans le double souci d’une modernisation et d’une rationalisation calquée sur les principes occidentaux de gestion urbaine, déterminée par l’intérêt économique. De ce fait, elles « constituent dans leur ensemble un arsenal qui définit les fondements des politiques urbaines susceptibles de se mettre en place ultérieurement 5 », ce qui implique de les évoquer rapidement. Mais à bien des égards, les réformes françaises ne firent qu’amplifier un vaste mouvement de réformes réglementaires et administratives que les Ottomans avaient lancées depuis le milieu du xixe siècle, connues sous le nom de Tanzimat et dont l’objectif était d’aligner le droit sur des normes occidentales et bien souvent françaises.

Les réformes foncières

6Les Français prolongèrent ou infléchirent les législations déjà mises en place conformément à leurs objectifs, dans cinq directions : le cadastre et la redéfinition des statuts de la propriété foncière ; le statut des waqf-s, biens de main morte principalement administrés par des fondations pieuses ; l’expropriation ; l’impôt sur les propriétés bâties et l’autorisation de construire.

  • 6  Hanssen, 2005, p. 216.
  • 7  Ghorayeb, 2000, p. 86-97.

7En ce qui concerne la propriété foncière, ces réformes visaient l’unification des divers statuts fonciers afin de garantir la sûreté de la propriété, seule à même selon la puissance mandataire de permettre une mise en valeur économique. En effet, rendant possibles les hypothèques, donc le crédit, cette politique permettait d’envisager une politique d’investissement fondé sur des prêts bancaires. À travers l’individualisation de la propriété, l’assiette de l’impôt devenait également mieux définie. Celui sur les propriétés bâties se mit progressivement en place à partir de 1922 jusqu’à 1926. L’outil au service de ces transformations était le nouveau cadastre, inspiré du système initialement britannique du Torrens Act, mis en œuvre dans plusieurs colonies française et connu sous le nom de livre foncier. L’une de ses autres conséquences était la clarification de la notion de domaine public, là aussi génératrice de droits et donc de recette pour l’État (qui reprenait des dispositions déjà présentes dans la législation ottomane de 1883 6). La réforme des waqf-s procédait d’un souci comparable, puisqu’il s’agissait de les rapprocher du statut privé, en limitant leur caractère perpétuel et inaliénable au profit d’une plus grande liquidité. Les waqf-s recelaient aux yeux de la puissance mandataire un potentiel économique considérable, en particulier en ville, où ils possédaient et géraient de nombreuses propriétés, immeubles résidentiels ou rendant divers services. Mais en ce domaine, la marge de manœuvre limitée des réformateurs français ne leur permit que des ajustements minimes et les waqf-s subirent peu de modifications 7.

  • 8  Ghorayeb, 2000, p. 111-121.
  • 9  Nahas, « Étude juridique », in Conseil exécutif des grands travaux de la ville de Beyrouth, Rénova (...)

8Parallèlement à ces réformes principalement liées à la réglementation foncière, l’administration mandataire entreprit d’autres aménagements législatifs destinés à assurer un meilleur contrôle de l’urbanisation. L’intro-duction d’une autorisation de construire en 1920, progressivement étendue et transformée en permis de construire en 1934, constituait une innovation essentielle 8. Cette nouvelle réglementation découlait logiquement de la définition d’alignements concernant tant la reconstruction du centre que les extensions, c’est-à-dire qu’elle ressortissait à des préoccupations urbanistiques. Par ailleurs les dispositions ottomanes concernant l’expropriation furent reprises, puis leur objet élargi en 1932, à travers la prise en compte de l’utilité publique pour raisons d’hygiène autorisant les expropriations par zone 9. Avec ces réformes, les visées de l’administration mandataire s’étendaient à de multiples registres, dont le principal n’est pas l’aménagement urbain. Pourtant, ces modifications graduelles transformèrent les possibilités d’intervention urbanistique. Elles se conjuguaient en outre avec la modification des compétences entre les différents acteurs publics pour définir un nouveau cadre de l’aménagement urbain.

La mise en place d’un nouveau cadre administratif renforçant le rôle de l’état

  • 10  Ghorayeb, 2000, p. 78-85.
  • 11  Entretien avec Joseph Naggear, 21 octobre 1998.

9Sur le plan administratif, l’une des principales innovations introduites par le Mandat était la centralisation administrative sous la tutelle du Haut-Commissariat, qui prit notamment le pas sur les attributions de la municipalité de Beyrouth, réformées et amoindries mais néanmoins toujours importantes. Deux entités, créées en 1921, étaient appelées à jouer un rôle éminent dans les questions d’aménagement urbain, la Régie du cadastre et le Service des travaux publics. La première, placée sous la direction de l’ingénieur Camille Durrafourd, régisseur du cadastre de Syrie et du Liban, assurait l’enregistrement des propriétés dans le cadastre nouvellement mis en place 10. Dotée d’une section de topographie, la régie réalisa en particulier des plans cotés destinés aux études relatives à l’aménagement et à l’extension des villes. L’œuvre importante accomplie sous la houlette de Durrafourd ne doit pas masquer les disparités qu’elle a entraînées. Les services fonciers eurent pour priorité les questions d’aménagement rural et se concentrèrent dans la plaine littorale et celle de la Békaa. Si les principales villes de la côte furent dotées de plans, il n’en fut pas de même pour de nombreuses localités montagnardes, même parmi celles concernées par l’estivage qui connaissaient pourtant un développement rapide 11.

  • 12  Ghorayeb, 2000, p. 123-128.
  • 13  Ghorayeb, 2000, p. 134-140.
  • 14  Selon le témoignage de Joseph Naggear qui en fut responsable de 1933 à 1938. Entretien, le 21 octo (...)

10Le service des travaux publics, créé sous la tutelle du Haut-Commissariat, était également appelé à jouer un rôle essentiel dans les questions d’urbanisme, à travers plusieurs de ses bureaux 12. Le bureau des ponts et chaussées s’occupait de l’élaboration d’un règlement de voirie et des travaux concernant les routes de grande circulation. Il était par définition impliqué dans l’aménagement urbain. Le service des travaux publics s’occupait aussi de questions liées à l’hygiène, aux tramways, à l’électricité. Il devait collaborer avec le service des antiquités et s’assurer de son accord 13. Le bureau technique municipal, fondé au milieu des années trente au sein du ministère de l’Intérieur 14, était par ailleurs chargé de l’extension des municipalités du pays, à l’exception de Beyrouth.

  • 15  Le mot tanzim signifie littéralement “organisation” ou “mise en ordre”. Il est employé en Égypte d (...)
  • 16  En 1939, 8 de ces diplômés travaillent ainsi à la municipalité de Beyrouth. Nous reviendrons plus (...)

11Ces services centralisés s’imposèrent aux administrations municipales. Le cas de Beyrouth était remarquable, puisque la municipalité, qui existait depuis 1870, était dotée d’un service technique qui avait défini un programme d’aménagement en partie réalisé à l’époque ottomane et poursuivi sous le Mandat. L’autonomie de décision municipale fut toutefois remise en cause par la création d’une commission municipale, dirigée par le mutasarrif de Beyrouth (préfet), en partie nommée par le gouvernement et placée sous la tutelle de conseillers techniques français. Les services techniques de la municipalité de Beyrouth comprenaient un bureau du tanzim15 qui s’occupait de l’aménagement urbain : ce dernier établissait les plans d’alignement et approuvait les permis de construire dans le périmètre municipal. Dans les faits, si la municipalité de Beyrouth était soumise à la tutelle des conseillers techniques français, les services techniques gouvernementaux n’avaient toutefois pas compétence pour ce qui relevait de son aménagement et c’est aux services techniques municipaux, éventuellement en lien avec des techniciens étrangers, que revenait la tâche d’élaboration des plans d’alignement et d’extension concernant la ville. Le personnel technique de la municipalité était composé d’ingénieurs libanais, formé pour partie en Turquie, en Europe voire aux États-Unis, et de plus en plus, au Liban même, après l’ouverture de l’École française d’ingénieurs de Beyrouth 16.

Quel urbanisme ?

  • 17  Ghorayeb, 2000, vol. 2, annexe, liste récapitulative des travaux entrepris à Beyrouth.

12Les travaux disponibles soulignent l’absence d’une grande politique urbaine pour Beyrouth, en dépit des intentions affichées. Le livre de May Davie fait l’inventaire d’une somme de projets de peu d’envergure, prolongeant pour l’essentiel les intentions ottomanes. Un des meilleurs exemples est la réalisation du jardin de Sanayeh et des lotissements du quartier qui l’entouraient, entreprise dès 1908 mais achevée seulement en 1934 17. Davantage centrée sur les projets et les intentions que sur les réalisations, la thèse de Marlène Ghorayeb s’étend sur les tentatives de planification développées durant les années trente, mais non couronnées de succès. De fait, la chronologie est un premier élément de différenciation du type d’urbanisme mis en œuvre. Mais ces ambitions limitées des représentants de la France au Levant s’expliquaient également par la nécessité de répondre, dans l’urgence, aux besoins créés par la reconstruction du centre-ville, qui accapara les ressources et les rares moyens humains et financiers jusqu’au début des années trente, tandis que, en raison de son caractère exceptionnel, il constitua à lui seul la vitrine des ambitions urbanistiques du Mandat.

La première reconstruction du centre-ville de Beyrouth

  • 18  Davie, 2001, p. 60.
  • 19  Voir à ce sujet pour Beyrouth, Hanssen, 2005 ; pour Damas, Arnaud, 2006 et plus largement, Hansen, (...)

13En 1915, la municipalité de Beyrouth avait reçu l’ordre du gouverneur ottoman de la ville d’entamer des expropriations et des destructions à l’intérieur de la vieille ville, afin de réaliser des percées qui avaient été en projet depuis les années 1890 18. Ces percées se situaient dans le secteur limitrophe du port, qui allait devenir Foch-Allenby, et se poursuivaient vers le sud, le long de ce qui allait devenir la rue Maarad, et parallèlement dans la rue Fakhr al-dine (voir figure 1, page suivante). Ceci constituait le point d’orgue d’un programme d’ottomanisation de Beyrouth, entrepris dans le cadre des Tanzimat. Ces réformes aboutirent à la définition, à l’échelle du monde urbain ottoman, de travaux de modernisation 19. À Beyrouth, différents aménagements furent prévus dès les années 1880 pour accompagner la croissance de cette ville moyenne, son équipement en infrastructures économiques et de transport, à commencer par son port, ainsi que son extension urbaine progressive. Ainsi furent aménagées les places Hamidiyyeh, future place des Martyrs, et Al-Sour, future place Riad Al-Solh. Il semble qu’un lien entre la place Hamidiyyeh et le port, par un escalier monumental, ait été également prévu, mais que la grande guerre empêcha sa réalisation.

Figure 1 : Les destructions du centre-ville en 1920.

Figure 1 : Les destructions du centre-ville en 1920.

Source : Forces françaises du Levant, Beyrouth, échelle 1/5000, 1920 [Fonds Ifpo].

  • 20  Ghorayeb, 2000, chap. 1.A.

14Lorsque le général Gouraud proclama la naissance du Grand Liban en 1920 dans le cadre du mandat confié par la Société des Nations, l’espace de référence qui donnait leur sens à ces projets ottomans avait disparu. L’objectif de la France, alliée à une partie de la population chrétienne du Liban, était de rendre viable une nouvelle entité politique. L’urbanisme allait être mis au service de ce projet, notamment au centre-ville, où le programme d’expropriation et de démolition était resté inachevé. Dans un premier temps, le passage de la domination ottomane à celle de la France s’effectua toutefois davantage sous le signe de la continuité que sous celui de la rupture. En effet, les dirigeants du Mandat, placés dans la situation d’urgence créée par les destructions ottomanes inabouties, entreprirent tout d’abord de poursuivre les réalisations commencées et de les compléter. Cette continuité se traduisit par la reprise et la fin des opérations d’expropriation. Appliquant les mêmes règles que celles développées par les Ottomans, l’administration française et la municipalité soldèrent les conflits fonciers 20. Le plan d’urbanisme également était similaire à celui proposé initialement, notamment du point de vue des percées. Toutefois, certains éléments, comme l’avenue-promenade vers le bois des Pins, l’hippodrome et le casino, au sud, furent abandonnés. Dès 1924-25, le secteur Foch-Allenby était largement avancé, du point de vue infrastructures au moins.

  • 21  Ghorayeb, 2000, p. 27-29.

15La question du financement de ces travaux retient l’attention. Leur réalisation revenait à la municipalité. Or, faute d’avoir à sa disposition les moyens financiers nécessaires, celle-ci s’était déjà fortement endettée en réalisant les expropriations. Dans le contexte de pénurie budgétaire, il fut envisagé de confier la fin des travaux à une compagnie privée concessionnaire, dont le financement aurait été assuré par un prêt d’une compagnie bancaire, le Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie. L’entrepreneur aurait bénéficié d’un droit d’achat préférentiel sur les terrains expropriés pour assurer sa rémunération. Encouragé par l’administration française, cette concession ne paraît guère originale dans le contexte de l’époque. Elle témoigne évidemment des difficultés d’action d’une municipalité largement dépourvue de moyens. Quoiqu’il en soit, ce ne fut pas de cette manière que les travaux furent achevés, mais plus classiquement, par la cession, aux enchères, des droits à bâtir dans les secteurs successivement aménagés. Cette tentative constitue un singulier précédent à la création de la société foncière au centre-ville en 1991 21.

  • 22  Davie, 2001, pl. V, p. 133. C. Durrafourd était le régisseur du cadastre.
  • 23  Marlène Ghorayeb n’établit pas le lien entre la législation de 1932, autorisant les expropriations (...)
  • 24  Ghorayeb, 2000, p. 27-31. Ce propriétaire, initialement exproprié en vue de la construction d’une (...)

16La seconde phase de réaménagement du centre-ville concernait le secteur dit de l’Étoile, en raison de l’ordonnancement prévu et finalement partiellement réalisé, situé au sud du précédent. Le plan d’urbanisme introduisant ce motif monumental, attribué à l’ingénieur Camille Durrafourd 22, en 1926, impliquait des destructions élargies par rapport au projet ottoman. La procédure suivie fut elle-même assez différente, puisque la notion d’expropriation par zone fut introduite à cette occasion dans la législation libanaise, par le biais d’une argumentation hygiéniste (D.L. 45 en 1932). Sans doute est-il possible à ce sujet d’établir un lien avec les réflexions et la législation françaises 23. Cela suggère que le transfert d’outils et de méthodes en provenance de la métropole, plutôt que le résultat d’une volonté d’harmonisation systématique du corpus juridique de l’urbanisme, n’était entrepris qu’au pied au mur, face aux difficultés rencontrées avec les outils existants. En effet, la mise en place de ce nouvel instrument n’est pas sans lien avec les difficultés rencontrées pour faire prévaloir la notion d’utilité publique dans les années vingt, comme le montre l’affaire Tabet exposée par M. Ghorayeb 24. Sur le plan juridique, de nombreux conflits opposèrent les propriétaires ou les gérants de waqf-s, à la municipalité, concernant la possibilité même de l’expropriation et le montant des indemnités. En fin de compte, le projet de l’Étoile resta tronqué, en raison de l’impossibilité de démolir deux anciennes églises grecque-catholique et grecque-orthodoxe.

  • 25  Davie, 2001, p. 89 ; Davie, 2003.

17Au total, le centre-ville de Beyrouth était resté durant de longues années en attente de réaménagement, avec des différences d’un secteur à l’autre. La vacance du pouvoir, les hésitations sur la formule juridique et les conflits dus au non-respect de certaines procédures l’expliquent. Dans le même temps, des négociations assurèrent à certains protagonistes les compensations réclamées. D’une manière générale, les différents projets se traduisirent par la recherche d’une densification importante sur le plan immobilier et la valorisation foncière constitua la clé de la réussite des aménagements, l’appât qui permit finalement de débloquer la négociation entre les waqf-s, les particuliers et la municipalité 25.

  • 26  Hanssen, 2005, p. 236-237 et 243-245 ; Davie, 2001, p. 59.
  • 27  Davie, 2001, p. 83.

18Sur le plan idéologique, ces réalisations du centre-ville présentaient de nombreuses similitudes avec les projets de modernisation ottomans. L’hygiénisme en constituait un premier élément, de même que le modernisme au service du développement économique et de l’efficacité urbaine. Par ailleurs, les esthétiques promues au nom de ce modernisme n’étaient pas sans parenté, quoiqu’elles se réclamassent de styles «  nationaux » différents. Le style ottoman et le style libanais qui caractérisaient les édifices publics des deux périodes présentent des analogies et procèdent d’une commune ré-invention de l’Orient. À Beyrouth, ils étaient parfois servis par des interprètes identiques. On peut notamment citer Youssef Aftimos, ingénieur en chef de la Municipalité dont il dessina le nouveau bâtiment en 1922 après avoir dessiné plusieurs constructions publiques dont l’horloge impériale érigée face au Grand Sérail en 1898 et le Palais du Bois des Pins (1919)26. Mardiros Altounian, né à Bursa, plus jeune, ne travailla pas sous l’empire ottoman. Arrivé à Beyrouth en 1919, il était architecte au ministère des Travaux publics et construisit le Parlement en 1932 27. L’architecture et l’urbanisme étaient sommés de signifier l’appartenance de la ville dans un contexte de construction idéologique impériale ou nationale, ottomane puis libanaise.

Projets de modernisation urbaine

  • 28  Ghorayeb, 2000, p. 206. Voir aussi une liste récapitulative des travaux entrepris : ibidem, vol. 2 (...)
  • 29  À ce sujet, voir Davie, 2001, p. 77.
  • 30  Eddé, 1997, p. 59 et suiv., p. 88.

19Les années vingt furent des années d’installation et de gestion de l’héritage ottoman, en particulier à travers l’affaire des expropriations au centre-ville. En parallèle, « le service des TP et la municipalité prirent en charge la construction de nouvelles artères par petits tronçons, et les sociétés concessionnaires le reste de l’infrastructure : Beyrouth ne connut pas un aménagement fondé sur un plan d’ensemble dans la première décennie du Mandat 28 ». C’est seulement à partir de 1927 et du programme « Beyrouth en cinq ans 29 » que les projets français se précisèrent, comme celui d’établir une ville nouvelle dans la zone des Dunes au sud-ouest de Beyrouth 30. Le passage au Levant de l’équipe Danger confirma le souci d’une politique d’aménagement urbain, d’abord en Syrie puis au Liban (voir encadré 1).

  • 31  D’après Ghorayeb, 1997. Voir aussi Friès, 1996 et Gaudin, 1992.

Encadré 1 : le plan Danger – contexte et proposition 31.

  • 32  Les archives de Durrafourd récemment retrouvées et en cours de classement montrent que le régisseu (...)
  • 33  Gaudin, 1991.

La Société des Plans régulateurs de Villes, dirigé par le géomètre René Danger et son frère Raymond, est introduite au Liban et en Syrie par Camille Durrafourd, géomètre comme Danger 32. Elle se voit confier la réalisation d’études à Alep, à Damas et à Beyrouth. Le Cabinet Danger est actif en France, où il prend position sur le marché des plans d’extension, mais il travaille aussi dans les colonies, ainsi qu’à Istanbul. L’intervention des frères Danger constitue la première tentative de pratiquer un urbanisme de plan à Beyrouth. Elle porte le sceau de « l’art urbain », approche mêlant hygiénisme, fonctionnalisme et esthétique typique de l’urbanisme français de l’Entre-deux-guerres 33.

Les principales recommandations du plan concernaient l’extension, sous forme de lotissements et de cités-jardins, sur la colline d’Achrafieh et surtout vers le sud-ouest, à Ras Beyrouth et dans la zone libre des Sables. Le plan prévoyait également le tracé d’artères de sorties de ville vers Saïda, Damas et Tripoli, ainsi qu’un anneau périphérique autour de la ville bouclant avec la corniche. Au centre-ville, l’idée d’une ouverture vers la mer était reprise. Un zoning destiné à réglementer les différents secteurs de l’agglomération accompagnait le plan. La proposition incluait aussi l’aménagement de jardins publics, la construction d’un réseau d’égouts et le traitement des eaux usées, ainsi qu’un programme de dégagement des camps arméniens.

  • 34  Décret n°3890 du 24 février 1939, cité par Élie el-Achkar, 1997, annexe 1.
  • 35  En ce qui concerne les ambitions de Danger et celles d’Écochard et leurs difficultés, voir Ghoraye (...)
  • 36  Entretien avec J. Naggear, alors ingénieur au service foncier (21/10/1998). Il rapporte une anecdo (...)
  • 37  Friès, 2000 ; Gaudin, 1992 ; Ghorayeb, 1996.

20À partir de cette époque, le destin du Liban se différencia significativement de celui des autres régions sous mandat français. Les grandes villes de Syrie furent dotées de plans d’embellissement et d’extension qui guidèrent le développement urbain tandis qu’une administration de l’urbanisme fut mise en place pour suivre ces projets. Michel Écochard en devint le chef en 1938. En revanche, la situation libanaise, et en particulier beyrouthine, n’évolua guère. Écochard, nommé à partir de 1941 à Beyrouth, se montra très critique à l’égard du plan finalement approuvé en 1939 34, à la suite de la mission Danger des années 1932-34, dont il déplora le manque de vision d’ensemble et de cohérence. Il n’y voyait qu’un urbanisme d’alignement, qui survenait en outre selon lui trop tardivement, de sorte que certaines emprises n’étaient plus libres au moment de l’approbation 35. Écochard, lorsqu’il travaillait pour le service des Beaux-Arts en Syrie, avait collaboré en Syrie avec les frères Danger pour le plan de Damas et cette expérience constitua son initiation pratique à l’urbanisme. Toutefois, il critiquait, comme plusieurs techniciens locaux en Syrie et au Liban 36, des études de cabinet effectuées loin du terrain sur la base d’une documentation glanée lors de courtes missions 37.

  • 38  Naggear, 1948, p. 291 et annexe 16 : « Projet de loi sur l’urbanisme régional », p. 564-567. Sur c (...)
  • 39  Le général Catroux à Écochard en lui confiant sa mission, cité par Ghorayeb, 2000, p. 211.

21Le statut administratif de l’urbanisme restait imprécis. À la suite de son plan, Danger proposa une loi en 1934, qui ne fut pas approuvée. De même, en 1936, une proposition de loi de Joseph Naggear définissant la procédure pour l’établissement de « plans des zones suburbaines et des groupements régionaux d’agglomération », resta lettre morte 38. À travers ces propositions, un groupe de techniciens, pas uniquement métropolitains d’ailleurs, tentait de poser les bases d’une pratique « moderne » de l’urbanisme, sur le modèle du Maroc autant que sur celui de la métropole. Mais de même qu’en métropole où les oppositions étaient nombreuses, et à l’inverse du Maroc où l’administration du Protectorat soutenait ce projet, ce parti d’urbanistes ne pouvait se prévaloir au Liban de l’appui des autorités mandataires. Le seul moment où celles-ci s’y intéressèrent se situe en 1941, dans le contexte de mobilisation militaire évoqué ci-dessus : le général Catroux tenta de se saisir du problème et fit procéder, en urgence, à une étude urbanistique ambitieuse et dotée de moyens importants. Il la confia à Écochard, qu’il souhaitait voir devenir un « dictateur 39 » sur l’urbanisme. Mais, malgré cette conjonction exceptionnelle d’impératifs stratégiques et d’administration militaire, le bouillant urbaniste français ne parvint pas à imposer ses vues.

  • 40  D’après Ghorayeb, 2000 et 1997.

Encadré 2 : Le plan d’Écochard, nouvelles propositions pour l’extension et la réorganisation de Beyrouth (1941-1944) 40.

La zone prise en considération s’étend de Nahr el-Mott à l’est de Beyrouth à Ouzaï au sud. Écochard prône l’aménagement d’un nouveau réseau circulatoire d’importance nationale assurant une desserte aisée du port et une circulation améliorée entre le nord et le sud du pays. A l’échelle de la ville, des percées rectilignes vers le centre-ville sont prévues, de même que des boulevards périphériques préfigurant l’actuelle avenue de l’indépendance et la corniche Mazraa. Enfin, l’urbaniste envisage une large route de dégagement vers la « ville nouvelle » projetée au sud-ouest de la ville, dans la continuité des projets évoqués de la municipalité et déjà inscrits dans le plan Danger. Ce projet impliquait le déplacement de l’aéroport de Bir Hassan vers Khaldeh, plus au sud. Ce quartier correspondrait à une nouvelle centralité, et anticipe une division fonctionnelle de l’espace (inscrite dans un zoning) qui attribue à la zone est, dans la continuité du port, une vocation industrielle et d’activités. Le document final laissé en 1944 comprenait un plan de zoning en 12 secteurs, fixant les fonctions et les dimensions sociales. Un projet de réorganisation du centre des affaires accompagnait également la proposition d’Écochard.

Non approuvé, le plan d’Écochard fut largement discuté et plusieurs de ses propositions reprises dans les tentatives de planification ultérieures. Le nouvel aéroport en particulier fut lancé à la fin des années quarante et ouvrit en 1952. Les solutions juridiques prônées par Écochard et l’esprit combatif dans lequel il s’inscrivait marquèrent ses collaborateurs.

  • 41  Eddé, 2004.
  • 42  Écochard relève deux conflits d’intérêt à propos de divers projets, antérieurs parfois à son inter (...)
  • 43  Sur cette affaire, voir Ghorayeb, 2000, p. 304-310.

22Durant toute la période, les contentieux entre l’administration municipale et les propriétaires soumis à l’expropriation dans le projet de reconstruction du centre-ville constituèrent un souci permanent pour l’administration mandataire. Ce motif de contestation supplémentaire s’ajoutait à une situation toujours tendue et marquée par des grèves, en particulier contre les sociétés concessionnaires 41. Dans ces conditions, le profil bas en matière d’aména-gement urbain s’offrait comme une solution de facilité que ne dédaignèrent pas les Français. La prudence politique n’était toutefois pas l’unique raison de cette défiance vis-à-vis d’une grande politique urbaine. Celle-ci se heurta aussi aux intérêts de compagnies concessionnaires, notamment celle du chemin de fer 42, défendues par une partie de l’administration des services techniques 43.

23Les priorités de l’administration française au Liban, tant sur le plan politique que sur celui de la défense des intérêts financiers des sociétés capitalistes françaises, se traduisaient donc par une hostilité d’une partie de l’administration à la mise en œuvre des projets ambitieux prônés par Écochard. Au demeurant, ces projets étaient également combattus par des propriétaires fonciers beyrouthins, dans la mesure où les techniciens emmenés par Écochard prétendaient réformer des pratiques bien ancrées au nom d’un intérêt général qui n’était sans doute ni clairement perçu ni apprécié comme tel. Les urbanistes condamnaient ces résistances comme un affairisme classique de petits propriétaires usant de divers moyens pour protéger leur intérêt immédiat : Écochard avait ainsi beau jeu de relever que

  • 44  Michel Écochard, « Le plan directeur de la ville de Beyrouth », Causerie de M. Michel Écochard au (...)

24« toutes les combinaisons actuelles, pressions politiques, marchandages etc… entrepris pour éviter la perte du moindre pic carré de terrain font peut‑être gagner immédiatement quelque argent mais concourent à saper le plan d’ensemble et correspondent en fin de compte à une dévalorisation générale des terrains de la ville 44 ».

  • 45  Voir notamment le jugement postérieur de Pierre Marthellot sur la période du Mandat : « La spécula (...)

25Cependant, ce dénigrement du petit propriétaire par nature égoïste doit être replacé dans le contexte des innovations réglementaires apparues dans les années du Mandat. La mise en place d’une autorisation de construire délivrée par l’administration, puis d’un permis, assujetti à la nouvelle réglementation de la construction de 1937 puis de 1940, marquaient l’entrée dans un monde régi par de nouvelles normes. L’exigence de faire figurer sur le plan du permis de construire les limites du domaine public montrait que ces normes découlaient elles-mêmes de la nouvelle définition de ces sphères. La persistance de pratiques illégales, et notamment la construction sur les emprises des voies nouvellement proposées, régulièrement dénoncées, renvoyaient probablement autant à l’affairisme et à l’insubordination de ces propriétaires qu’à l’incapacité de l’administration à imposer et à prendre les moyens de faire appliquer la réglementation 45. Cette posture de combat des « urbanistes » face aux spéculateurs et aux profiteurs, qu’ils s’agissent de gagne-petit, de politiciens véreux ou de capitalistes patentés n’est probablement pas le moindre des héritages du Mandat. Il était une conséquence du type même de développement favorisé durant la période, qui confortait une structure sociale valorisant le jeu sur les intérêts fonciers. Il explique en partie la méconnaissance d’une opération d’aménagement somme toute remarquable en vue d’améliorer les conditions de vie des réfugiés arméniens.

Le logement des réfugiés arméniens : une réalisation oubliée

  • 46  Les premiers flux d’Arméniens en provenance d’Anatolie et de Cilicie arrivèrent durant la guerre d (...)
  • 47  Khayat, 2002 ; Tachjian, 2006. Dates, acteurs et chiffres cités dans la suite sont issus de ces de (...)

26Les historiens de l’urbanisme mandataire se sont préoccupés d’une part des réalisations spectaculaires du centre-ville et d’autre part, de la modernisation urbaine annoncée par les premières tentatives de l’urbanisme de plan, quand bien même cela a été pour conclure à un échec. Ce faisant, un des achèvements les plus remarquables du Mandat, le relogement des réfugiés arméniens arrivés en plusieurs vagues entre la fin de la guerre et 1925, est resté méconnu 46. Environ 40 000 Arméniens vivaient à cette date dans des camps s’étendant à proximité du débarcadère de la Quarantaine. De nouvelles perspectives historiographiques ont remis cette question en lumière 47.

27En vertu du traité de Lausanne, les Arméniens présents au Liban en reçurent la nationalité. Ils renforçaient opportunément la faible majorité chrétienne de la population, que l’adjonction au territoire du Grand Liban des périphéries majoritairement musulmanes et une forte propension à l’émigration des chrétiens fragilisaient. Sans l’apport arménien, le projet de confier la direction du pays aux chrétiens et en particulier aux maronites risquait d’être remis en cause. L’aide au logement de la population arménienne réfugiée correspondait donc à un objectif stratégique. De plus, alors que la population réfugiée vivait dans des conditions très précaires, aucune autorité n’était en mesure de contrôler les camps, ce qui engendrait une situation instable propice au développement de bandes criminelles. Les camps étaient de surcroît traversés par de violents conflits entre différentes forces politiques et chefs locaux. L’intervention auprès des réfugiés visait donc à maintenir l’ordre ; en échange de l’amélioration des conditions de vie, les représentants du Mandat escomptaient des Arméniens un soutien politique et électoral.

28Le logement des Arméniens s’effectua en deux temps distincts. Cette opération reposait sur l’engagement de plusieurs acteurs, regroupés à partir de décembre 1926 au sein d’un comité central de secours aux réfugiés arméniens, sous le contrôle des autorités mandataires. Il s’agit du Haut-Commissariat aux réfugiés de la Société des Nations, du Bureau international du travail et de l’Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB), regroupant les associations arméniennes de divers pays. Le financement était apporté par le gouvernement libanais à la demande du haut-commissariat et par les apports des organisations arméniennes.

29Après une brève tentative de construire directement des logements pour des familles arméniennes, le premier volet consista en l’achat de terrains situés autour et sur les pentes du quartier d’Achrafieh. 6 sites furent achetés et lotis, aujourd’hui connus sous le nom de Karm-al-Zeitoun, Khalil Baddawi et de Mar Mikhael. Les bénéficiaires des lots construisirent leur habitation grâce à des matériaux fournis par le Comité central et remboursables à crédit. On assista à un processus de consolidation progressive du bâti. Il s’agissait d’une location-vente sur une durée de 3 à 7 ans, dont le montant ne couvrait pas la totalité du coût d’achat et d’aménagement.

30Peu après, sur le même modèle, les associations arméniennes, sur la base de regroupements géographiques, et avec le soutien de membres et d’associations de la diaspora, achetèrent des terrains sur l’autre rive du fleuve de Beyrouth, au lieu dit Bourj Hammoud. Les plans de lotissements furent, semble-t-il, réalisés par Mardiros Altounian. Le financement des constructions s’effectua de nouveau grâce à des prêts et à la fourniture de matériel par ce qui devint en 1930 le comité Nanssen, du nom d’un fonctionnaire de la SDN qui avait été très actif dans l’assistance aux Arméniens, et qui recevait des fonds du gouvernement français et des aides en provenance de la diaspora. Le projet de Bourj Hammoud satisfaisait grandement les acteurs arméniens qui veillaient au maintien du regroupement communautaire pour des raisons tout à la fois idéologiques et politiques, en vue de s’assurer d’un poids politique dans les rapports de force interlibanais. Le choix du secteur vierge de Bourj Hammoud permettait d’envisager à terme la création d’une municipalité arménienne, ce qui fut réalisé en 1952. En 1935, 12 quartiers avaient été fondés et étaient en cours de consolidation. 400 constructions abritaient 800 familles, soit 3 000 individus. À Beyrouth, près de 2500 habitations avaient été construites. En 1935, ne restaient plus que 1000 familles réfugiées dans les camps du secteur de la Quarantaine.

31Toutefois, plusieurs camps et bidonvilles s’étaient entretemps développés autour des lotissements de Bourj Hammoud, alimentés d’une part par des incendies dans les camps de la Quarantaine, et de l’autre par de nouvelles arrivées de réfugiés, en particulier en provenance du sanjak d’Alexandrette, cédé par la France à la Turquie en 1939. Le camp de la Quarantaine subsista. Il accueillit ensuite d’autres réfugiés et migrants, notamment après 1948 des Palestiniens et des Kurdes.

  • 48 . T. Khayat signale toutefois des conflits entre l’Office Nanssen pour les réfugiés et les autorité (...)

32L’opération de relogement des réfugiés arméniens a bénéficié de la conjonction de l’intérêt politique du haut-commissariat et de la demande des acteurs arméniens, bénéficiant de l’appui financier de la diaspora. La dimension communautaire de cet urbanisme d’urgence s’impose de manière frappante, tout comme le pragmatisme opérationnel avec lequel elle a été menée, qui a conduit à fermer les yeux sur des standards de construction de faible qualité, mais qui se sont progressivement améliorés 48. On constate que les autorités libanaises n’ont joué qu’un rôle mineur dans cette réalisation de logements populaires avant la lettre, ce qui explique peut‑être par la suite l’oubli voire le mépris pour des aménagements en décalage avec les réalisations plus grandioses prônées par Danger, Écochard et les autres acteurs.

*

* *

33Dès qu’on le compare à la situation laissée dans d’autres pays où, il est vrai, la durée de la domination coloniale avait été autrement plus longue, comme les pays du Maghreb, l’héritage français sur le plan de l’urbanisme au Liban n’a rien d’exceptionnel. Le contraste avec la situation syrienne, pourtant si proche et presque parallèle, intrigue bien davantage. Là où l’administration mandataire avait mis en place une trame de croissance régulière, comme à Damas et Alep, elle se heurta à Beyrouth à des résistances tenant à la fois à la société locale et à des intérêts français jouant de leur proximité avec le pouvoir mandataire. Le facteur militaire lui-même a peut-être joué en sens inverse : modérateur au Liban, dans l’optique de ne pas entraîner de troubles, il aurait au contraire en Syrie justifié une volonté plus forte de contrôle de l’espace urbain à des fins militaires. Néanmoins, au-delà des réalisations physiques, deux mutations furent engagées dès cette période : une forte occidentalisation du corpus juridique posait les jalons d’une pratique renouvelée de l’aménagement urbain ; un discours en faveur d’un urbanisme centralisé, poussé par des techniciens français mais aussi locaux, commençait à se faire entendre.

34Ceci peut sans doute s’expliquer par le statut juridique différent à travers lequel s’est exprimée la domination française. Le Mandat, par nature transitoire, n’avait pas vocation à encourager le peuplement, ce qui pourrait avoir induit une politique davantage fondée sur la recherche permanente de compromis et par là même, peu portée aux grandes réalisations. L’exemple du relogement des Arméniens, dans une opération d’urbanisme à la fois exemplaire et méconnue, et sans postérité, attire justement l’attention sur la question cruciale du lien entre politique urbaine et territorialisation des groupes sociaux, notamment défini d’un point de vue communautaire. Dans le cas marocain, l’urbanisme est d’emblée voué à la séparation spatiale de groupes sociaux selon les critères religieux et ethniques (Marocains musulmans, Marocains israélites et Européens). C’est aussi le cas, plus largement, en Afrique subsaharienne. Or, hormis le cas arménien, l’urbanisme ne semble pas investi au Liban ni en Syrie de cette finalité. Absence paradoxale étant donné la politique ouvertement confessionnelle menée par les autorités mandataires. En revanche, dans la continuité des politiques urbaines ottomanes, l’urbanisme est placé au service de l’hygiénisme, de l’esthétique et du développement économique. Derrière cette adhésion aux valeurs du progrès, l’urbanisme apparaît comme l’outil d’une conception bourgeoise et profondément inégalitaire de la société urbaine, visant à sa consolidation. Cette clé de lecture sera mise en œuvre pour analyser dans la suite une série de projets incarnant la continuité entre la période mandataire et celle d’après l’indépendance, dans la banlieue sud-ouest de Beyrouth et au centre-ville.

Notes

1  Il convient notamment de mentionner : Ghorayeb, 2000 ; Davie, 2001 ; Eddé, 1997 ; Kassir, 2003, p. 335-351 et 496-499.

2  Voir notamment Seurat, 1979.

3  Ghorayeb, 2000, p. 268-278.

4  Ghorayeb, 2000, p. 99.

5  Ghorayeb, 2000, p. 120, que nous suivons dans ce paragraphe.

6  Hanssen, 2005, p. 216.

7  Ghorayeb, 2000, p. 86-97.

8  Ghorayeb, 2000, p. 111-121.

9  Nahas, « Étude juridique », in Conseil exécutif des grands travaux de la ville de Beyrouth, Rénovation zone est de la zone Ghalghoul, Assem Salam, Pierre al-Khoury, arch. Urbanistes, 1964, Annexe p. II.

10  Ghorayeb, 2000, p. 78-85.

11  Entretien avec Joseph Naggear, 21 octobre 1998.

12  Ghorayeb, 2000, p. 123-128.

13  Ghorayeb, 2000, p. 134-140.

14  Selon le témoignage de Joseph Naggear qui en fut responsable de 1933 à 1938. Entretien, le 21 octobre 1998. Nous ne sommes pas parvenus, à la lecture des travaux disponibles, à clarifier la date exacte de création et les prérogatives précises de ce service.

15  Le mot tanzim signifie littéralement “organisation” ou “mise en ordre”. Il est employé en Égypte depuis le milieu du xixe siècle pour évoquer le service de voirie dans les grandes villes. Cette désignation est donc probablement une importation. Voir Verdeil, Longuenesse, à paraître.

16  En 1939, 8 de ces diplômés travaillent ainsi à la municipalité de Beyrouth. Nous reviendrons plus loin sur cette question. Ducruet, 1999, p. 26. A titre de comparaison, il faut signaler le travail approfondi de Franck Friès sur le personnel technique impliqué dans l’aménagement urbain à Damas, de la fin de l’époque ottomane à celle du Mandat : Friès, 2000. Voir en particulier les notices biographiques en annexe.

17  Ghorayeb, 2000, vol. 2, annexe, liste récapitulative des travaux entrepris à Beyrouth.

18  Davie, 2001, p. 60.

19  Voir à ce sujet pour Beyrouth, Hanssen, 2005 ; pour Damas, Arnaud, 2006 et plus largement, Hansen, Weber et Philipp, 2002.

20  Ghorayeb, 2000, chap. 1.A.

21  Ghorayeb, 2000, p. 27-29.

22  Davie, 2001, pl. V, p. 133. C. Durrafourd était le régisseur du cadastre.

23  Marlène Ghorayeb n’établit pas le lien entre la législation de 1932, autorisant les expropriations pour utilité publique au motif de l’hygiène, et l’intervention au Levant au début des années trente de Danger, pourtant fortement marqué par les idées hygiénistes. Voir Ghorayeb, 2000, p. 65-73 et 220-236. On peut seulement supposer que la mise sur pied de cette réglementation était une solution ad hoc au projet d’aménagement sous forme de place de l’Étoile.

24  Ghorayeb, 2000, p. 27-31. Ce propriétaire, initialement exproprié en vue de la construction d’une rue, contestait une réaffectation du terrain et exigeait un dédommagement.

25  Davie, 2001, p. 89 ; Davie, 2003.

26  Hanssen, 2005, p. 236-237 et 243-245 ; Davie, 2001, p. 59.

27  Davie, 2001, p. 83.

28  Ghorayeb, 2000, p. 206. Voir aussi une liste récapitulative des travaux entrepris : ibidem, vol. 2, annexe II-13.

29  À ce sujet, voir Davie, 2001, p. 77.

30  Eddé, 1997, p. 59 et suiv., p. 88.

31  D’après Ghorayeb, 1997. Voir aussi Friès, 1996 et Gaudin, 1992.

32  Les archives de Durrafourd récemment retrouvées et en cours de classement montrent que le régisseur du cadastre fut un intermédiaire très actif entre le cabinet Danger et l’administrateur de la ville de Beyrouth, Sélim Takla, pour promouvoir l’établissement d’un plan d’embellissement et d’extension pour la capitale libanaise (Correspondances consultées à l’Ifpo où elles étaient en cours de classement en 2001 avant versement aux archives du MAE à Nantes).

33  Gaudin, 1991.

34  Décret n°3890 du 24 février 1939, cité par Élie el-Achkar, 1997, annexe 1.

35  En ce qui concerne les ambitions de Danger et celles d’Écochard et leurs difficultés, voir Ghorayeb, 1997.

36  Entretien avec J. Naggear, alors ingénieur au service foncier (21/10/1998). Il rapporte une anecdote selon laquelle Danger était surnommé Danger public en raison de sa méconnaissance du contexte local.

37  Friès, 2000 ; Gaudin, 1992 ; Ghorayeb, 1996.

38  Naggear, 1948, p. 291 et annexe 16 : « Projet de loi sur l’urbanisme régional », p. 564-567. Sur ce personnage, voir section suivante.

39  Le général Catroux à Écochard en lui confiant sa mission, cité par Ghorayeb, 2000, p. 211.

40  D’après Ghorayeb, 2000 et 1997.

41  Eddé, 2004.

42  Écochard relève deux conflits d’intérêt à propos de divers projets, antérieurs parfois à son intervention : l’un à propos du dégagement du port contredisant une volonté de la société concessionnaire de vendre des terrains en vue d’une plus-value, l’autre à propos du tracé des voiries périphériques empiétant sur des voies de chemin de fer.

43  Sur cette affaire, voir Ghorayeb, 2000, p. 304-310.

44  Michel Écochard, « Le plan directeur de la ville de Beyrouth », Causerie de M. Michel Écochard au banquet annuel de la Société libanaise d’économie politique du 5 avril 1945, in Menassa, 1948, p. 573.

45  Voir notamment le jugement postérieur de Pierre Marthellot sur la période du Mandat : « La spéculation désordonnée a eu raison de tous les plans quelques peu hardis, dans la mesure où ils impliquaient des interdictions de construire sur des terrains auxquels la prospérité de Beyrouth n’avait fait que donner plus de valeur. » (Marthellot, 1963, p. 47). À la même période, le développement des lotissements dits « défectueux » en banlieue parisienne manifestait une semblable résistance à de nouvelles normes d’urbanisation, mais s’analyse aussi comme une incapacité de l’administration à définir des normes réalistes et à les faire appliquer. Voir par exemple Fourcaut, 2000.

46  Les premiers flux d’Arméniens en provenance d’Anatolie et de Cilicie arrivèrent durant la guerre de (1914-1918). En 1920, de nombreux réfugiés repartirent s’installer en Cilicie, sous domination française à la suite du traité de Sèvres. Toutefois, le départ des Français de cette région puis le traité de Lausanne qui l’octroyait à la Turquie, conduisit à une deuxième vague. Par ailleurs, des redistributions internes aux États du Levant, notamment de Damas vers Beyrouth en conséquence de la grande révolte syrienne et de la répression qui s’en suivit en 1925, contribuèrent à des arrivées plus tardives dans la capitale libanaise.

47  Khayat, 2002 ; Tachjian, 2006. Dates, acteurs et chiffres cités dans la suite sont issus de ces deux textes, le second étant plus précis sur la chronologie et le premier citant plus de chiffres et entrant plus en détail dans les mécanismes fonciers.

48 . T. Khayat signale toutefois des conflits entre l’Office Nanssen pour les réfugiés et les autorités du Mandat comme celles du gouvernement libanais au sujet des matériaux de construction et notamment de façade. Alors que les réfugiés voulaient utiliser le grès baghdadi meilleur marché, ces dernières voulaient imposer l’usage de la pierre et imposèrent pour l’entrée de ville le respect des normes municipales. Khayat, 2002, p. 13.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les destructions du centre-ville en 1920.
Crédits Source : Forces françaises du Levant, Beyrouth, échelle 1/5000, 1920 [Fonds Ifpo].
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable