Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Deuxième partie - L'organisation communautaire de l'espace dans le Sud de la Syrie

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1Nous proposons maintenant de centrer notre étude à l’échelle provinciale, pour analyser le fonctionnement de l’espace de ce « pays druze », dont on peut supposer qu’il résulte, dans une large mesure, des dynamiques propres liées à l’occupation et l’appropriation de l’espace par la communauté druze. En effet, au vu des conclusions de notre Première Partie – construction territoriale, repli identitaire, tensions sporadiques avec le pouvoir central –, tout porte à croire que l’organisation spatiale du Djebel demeure largement caractérisée par le repli et l’isolement. L’étude des dynamiques démographiques, que nous proposons dans le Chapitre I de cette Deuxième Partie, mais aussi celle de certaines pratiques spatiales des Druzes du Djebel – les mobilités quotidiennes ou l’exode rural en direction de Sweida, par exemple –, tendent à confirmer, du moins en première analyse, ces conclusions.

2Toutefois, et dans le même temps, le gouvernorat de Sweida, en tant que province administrative (mohafaza) de la  République Arabe Syrienne, s’inscrit dans l’orbite du puissant centre de décision politique qu’est la capitale syrienne, Damas. Or, l’État syrien est à la fois autoritaire et très centralisé, deux éléments qui en font un acteur déterminant de l’organisation de l’espace sur tout le territoire national. En effet, l’État décide seul de l’aménagement du territoire, car les collectivités territoriales n’existent pas : les provinces ne sont que de simples relais de son pouvoir et ne disposent d’aucune autonomie financière. Nous proposons d’analyser, dans cette partie, le rôle de Damas dans la structuration de l’espace du Sud syrien en tant que lieu de prise de décisions – exemple de l’aménagement du réseau routier dans le Chapitre 3, mais également en tant que lieu de polarisation des migrations internes (Chapitre 2).

3Les écrits des spécialistes qui traitent des Druzes insistent tous sur la dimension religieuse pour montrer qu’ils forment, sans discussion possible, une « communauté religieuse ». Mais pour le géographe qui aborde l’étude de ladite « communauté », il demeure un écueil auquel il doit faire face : ce groupe présenté comme structuré par sa religion est spatialement éclaté entre des poches de peuplement réparties entre plusieurs États du Proche-Orient. D’après ces mêmes spécialistes, il semblerait que cette communauté ait su évoluer en réussissant à s’adapter aux contraintes générées par son environnement immédiat, à savoir son inclusion au sein de populations et de territoires fortement marqués par l’Islam orthodoxe. Dans un contexte islamique souvent hostile, les pressions exercées sur ce que l’Islam orthodoxe considère comme une secte schismatique ont-elles créé une culture particulière qui pourrait contribuer à expliquer l’éclatement et le repli communautaire observés en son sein ?

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable