Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Première partie - De la montagne-refuge à la province de Sweida

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Appréhender et expliquer les processus de construction communautaire et de territorialisation nous ont permis de rendre compte des fondements constitutifs de l’espace actuel des Druzes dans le Sud syrien. Nous plaçant dans la longue durée, nous avons montré que la dynamique communautaire était bien à l’origine de l’occupation de cet espace et qu’elle avait conduit à la constitution d’un véritable réduit communautaire et identitaire qui, dans ces rapports conflictuels avec l’extérieur, a favorisé la construction dans la montagne d’un territoire pour la communauté. À la fois homogène du point de vue confessionnel et cloisonné, il est essentiellement un territoire exclusif, de repli et de protection.

2Le Djebel en tant que territoire druze est une construction socio-identitaire instrumenté par le politique ; le territoire de la communauté druze du Sud syrien existe donc avant tout à travers ses limites que nous avons différenciées ainsi :

  1. La limite orientale et septentrionale du territoire druze est une frontière culturelle. Le peuplement druze durant le xixe siècle a permis la réoccupation de sites en bordure du désert. Cette ceinture de villages druzes forme l’extension maximale du peuplement fixe en direction de l’Est (de Rdemeh-Sharqiyeh à Al-Khazneh), surplombant de quelques centaines de mètres le désert de lave (fig. 11). Dans cette partie orientale, les villages druzes se situent tous à une altitude supérieure à 1 400 m., altitude au-delà de laquelle l’existence d’une agriculture sèche est encore possible dans la région. Au nord, cette chaîne de villages se poursuit (de Barek à Assoura el-Kebir). Ici, le territoire druze se termine à quelques kilomètres à l’est des derniers villages, là où s’arrêtent les possibilités de culture pluviale. Les limites cadastrales des villages orientaux et septentrionaux du Djebel (fig. 11) marquent cette frontière socio-religieuse.

    • 1 Ces accords préfigurent le « nouvel ordre mondial » qui naîtra après la Première Guerre mondiale. I (...)
    • 2 La conférence de San Remo règle la question de l’attribution des mandats, dont les accords de Sykes (...)
    • 3 N. Bouron (1930 : 341) écrit : « Toute la région entre El Azrak et les derniers villages du Sud est (...)

    La limite méridionale du territoire druze est une frontière politique arbitraire, puisqu’elle coïncide avec la frontière internationale syro-jordanienne. Son tracé, défini en mai 1916 lors des accords Sykes-Picot1 et ratifié à la Conférence de San Remo2 en avril 1920, a été reconnu par les futures puissances mandataires. Il est aussi celui dont les deux pays, Syrie et Jordanie, ont hérité à leur indépendance après la Seconde Guerre mondiale. Cette frontière politique est la seule limite qui ne respecte pas l’espace de peuplement druze. En effet, le territoire druze se prolongeait autrefois en direction du Sud jusqu’à l’oasis d’Azrak el-Druz3 (actuellement situé en Jordanie).

  2. La limite occidentale du territoire druze est une frontière à la fois religieuse et administrative confondue (fig. 11). Elle serpente dans une zone de contacts humains, entre population druze et population sunnite : la discontinuité culturelle entre ces deux types de populations, fruit du processus de peuplement druze que nous avons reconstitué, est suffisamment nette pour constituer une véritable césure dans l’organisation de l’espace de la Syrie méridionale. Cette césure confessionnelle, lieu de conflits au xixe siècle, a été transformée en frontière politique par la puissance mandataire, ce qui a accentué la discontinuité. Elle perdure aujourd’hui à travers le maillage administratif contemporain.

Notes

1 Ces accords préfigurent le « nouvel ordre mondial » qui naîtra après la Première Guerre mondiale. Ils sont signés entre la France et l’Angleterre après des négociations sur le partage à venir des dépouilles de l’Empire ottoman.

2 La conférence de San Remo règle la question de l’attribution des mandats, dont les accords de Sykes-Picot préfiguraient le tracé.

3 N. Bouron (1930 : 341) écrit : « Toute la région entre El Azrak et les derniers villages du Sud est considérée par les Druzes, depuis des temps immémoriaux, comme pâtis réservés. (…) Les fractions transjordaniennes, pénétrant sur ce territoire, doivent le tribut ». L’oasis d’Azrak el-Druz constituait la limite sud du territoire druze du Djebel ; c’est à Azrak que les Druzes venaient chercher le sel avant l’époque du Mandat.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable