Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Introduction

Texte intégral

1De la reconstruction spectaculaire d’une partie de son centre-ville depuis le milieu des années quatre-vingt-dix aux destructions considérables de sa banlieue sud par l’aviation israélienne durant la guerre de l’été 2006, la destinée de Beyrouth semble indissociable de l’image d’une ville de tous les excès et de toutes les violences, que les médias couvrant la guerre civile entre 1975 et 1990 avaient largement mise en circulation. L’urbanisme beyrouthin, sommé de répondre à ces défis démesurés, ne peut guère qu’être renvoyé à des réalisations incertaines et inachevées contrastant avec les îlots de richesse au décor léché et à un chaos ressenti au quotidien par ses habitants : des transports congestionnés au béton insipide d’une grande partie de la production architecturale et au fonctionnement aléatoire des services essentiels comme l’eau ou l’électricité.

2Le paysage urbain symbolise ainsi l’incapacité des autorités publiques à prendre en main le développement urbain et plus largement les difficultés de l’État à affirmer son autorité et à définir une vision du futur. L’urbanisme en miettes de Beyrouth est à l’image des rêves brisés d’un pays qui ne parvient pas à se construire et à assumer son unité.

3Ces images et ces sentiments de désolation que le contexte actuel, depuis l’assassinat en 2005 du Premier ministre Rafic Hariri, rend si prégnants, n’ont pas toujours prévalus. L’histoire de la ville et du pays est une alternance de périodes euphoriques et d’espoir en l’avenir, et de brusques et douloureux retours à la violence. Cette succession de retournements de situation ne favorise pas une appréciation sereine de la situation actuelle, à la fois dans l’espace et dans le temps. Elle obscurcit à la fois le souvenir des réalisations comme des difficultés passées et rétrécit le champ de comparaison avec les pays et les villes semblables, dont la situation n’est pas forcément enviable.

4L’objectif de cet ouvrage est de contribuer à cette mise en perspective en proposant un retour sur les années 1945-1975, une période fondatrice de l’urbanisme libanais, à travers une grille de lecture et des questionnements qui replacent la situation beyrouthine dans le contexte plus vaste des politiques urbaines des pays arabes méditerranéens.

La période 1950-1975 : une période clé pour l’urbanisme de Beyrouth

Une historiographie renouvelée

5La période étudiée dans cet ouvrage s’étend de l’indépendance du Liban, obtenue progressivement entre 1943 et 1946, et le déclenchement de la guerre civile libanaise, en 1975. Après cette date, commence dans l’urbanisme beyrouthin le cycle des reconstructions : 1977, 1982-83, la période ouverte en 1991, enfin la nouvelle reconstruction consécutive à la guerre de 2006. Une des conséquences de ces reconstructions successives, et en particulier du débat qui a entouré les projets d’urbanisme à partir de 1991, est d’avoir stimulé les études historiques portant sur la capitale libanaise, en particulier sur les étapes de sa modernisation, en réaction à l’urbanisme moderniste et monumental prôné par Rafic Hariri. Ces investigations sur l’histoire de Beyrouth depuis le xixe siècle se sont inscrites dans un mouvement plus large de recherche sur la mémoire de la ville, qu’expriment des publications diverses de photographies, de cartes postales, de chroniques, d’autobiographies ou de romans historiques.

  • 1  Kassir, 2003 ; Hanssen, 2005 ; Davie, 2001 ; Tabet et alii, 2001.

6Parmi les travaux historiques, dominent par leurs apports la grande synthèse de Samir Kassir, Histoire de Beyrouth, et l’ouvrage novateur de Jens Hanssen Beirut Fin de Siècle. D’autres ouvrages plus spécialisés et des travaux non publiés constituent des jalons importants, comme la synthèse aisée de May Davie sur l’urbanisme beyrouthin ou le Portrait de ville dirigé par Jad Tabet sur l’architecture et l’urbanisme1.

7Parmi les enjeux tout à la fois idéologiques et scientifiques de ces travaux se rangent l’identification des sources de la modernité urbaine et l’analyse du moment et des causes du déraillement vers le conflit civil. Plusieurs points de convergence ressortent de cet ensemble de recherches. Le premier est la reconnaissance et la mise en valeur de la modernisation ottomane, en termes politiques avec la création de la municipalité de Beyrouth entre 1867 et 1870, en termes culturels à travers la vitalité de l’époque de la renaissance arabe, la Nahda, et en termes urbanistiques et architecturaux, avec les aménagements réalisés entre 1880 et 1915. Beyrouth prend durant cette période une place de premier rang dans la hiérarchie urbaine proche-orientale. Loin d’être des phénomènes isolés, la vitalité et la créativité, dont la ville est le théâtre caractérisent aussi les autres grandes villes du Machrek.

  • 2  Ghorayeb, 2000 ; Davie 2001 ; Arbid 2002.

8La vision de la période mandataire s’est largement affinée même si les travaux d’histoire urbaine n’ont pas été aussi approfondis que ceux concernant la période précédente. Une partie des recherches insiste sur l’urbanisme colonial et les renouvellements qu’il entraîne, tout en soulignant aussi l’existence de fortes continuités avec le mouvement de modernisation ottomane, notamment jusque vers 1930. Deux idées se dégagent : d’une part, le Mandat introduit de nouvelles techniques et dispositifs juridiques liés à la mise en valeur économique et à la domination politique. D’autre part, pour des raisons tant politiques qu’économiques, ces innovations ont suscité de nombreuses résistances et polémiques. Le Mandat est largement lu à travers les lunettes du conflit colonial, mais il manque encore les résultats de l’examen de l’action municipale au quotidien, et les accommodements qu’elle impose avec le dominant. Enfin, un apport décisif de ces travaux consiste dans la mise en évidence de l’affirmation d’une élite locale dans le domaine de l’architecture et des travaux publics, coopérant étroitement avec les autorités mandataires tout en se montrant un maillon central dans un processus de modernisation dans lequel l’héritage ottoman est plus recyclé et réajusté que rejeté 2.

Entre l’indépendance et la guerre civile, les interprétations d’un moment charnière de l’histoire urbaine

9La troisième période de modernisation urbaine s’ouvre dans les années qui suivent l’indépendance et culmine durant la présidence de Fouad Chéhab (1958-64), avant de se poursuivre encore quelques années. Alors que sur le plan politique, cette période a été analysée dans de nombreux travaux, afin de comprendre comment elle mène à la guerre civile, les recherches sur l’évolution de la ville et les questions d’aménagement urbain en particulier n’ont fait l’objet que d’approches fragmentaires. Celles-ci restent fortement orientées par la volonté de comprendre la suite, c’est-à-dire la guerre civile et la reconstruction, plus que par un souci d’en comprendre les articulations propres. De ce fait, elles ne sont pas dénuées de sous-entendus idéologiques.

  • 3  Nasr et Nasr, 1976, 1982 ; Beyhum 1991 ; Traboulsi 2007.
  • 4  Bourgey et Pharès, 1973 ; Nasr et Nasr, 1976.

10La guerre civile a fait de Beyrouth le symbole des villes en guerre. La ville, en tant que territoire, en fut l’un des enjeux et ses acteurs, notamment les miliciens, se recrutèrent parmi ses habitants (notamment les plus récents d’entre eux). Dès lors, certains travaux ont tenté de comprendre la guerre comme la conséquence des mutations et des contradictions sociales dans l’espace urbain avant guerre 3. L’accent a porté en particulier sur l’émergence d’une ceinture de misère peuplée à la fois par les réfugiés de différentes origines du monde arabe et par les migrants ruraux. La radicalisation politique de ces groupes, articulée à la question palestinienne, a débouché sur le conflit civil. Les travaux de géographie ou de sociologie de la fin de la période d’avant-guerre soulignaient déjà largement la montée des inégalités dans l’agglomération urbaine 4.

  • 5  Le texte fondateur de l’historien Albert Hourani « Ideologies of the Mountain and the City » a inv (...)
  • 6  Jade Tabet évoque la difficulté de penser la nature de cette « résistance » et se laisse, pendant (...)

11Dans un texte fameux (et prospectif plutôt que conclusif), paru en 1976, l’historien Albert Hourani proposait d’interpréter le conflit comme une revanche de la Montagne sur la Ville 5. Ces catégories englobantes se voient ainsi parfois attribuer la capacité de subsumer les différenciations internes. Un être collectif, la Ville, serait en position d’introduire la nouveauté urbaine ou capable de résister aux menées de forces extérieures, qualifiées tantôt de « Montagne », tantôt de « rurales » et qui tendent à s’approprier le contrôle du jeune État libanais. Dans cette optique, la domination politique du Liban par des forces extérieures à la « Ville », qu’il s’agisse des Français ou de communautés « non-urbaines » présente avec la guerre certaines similarités : si celle-ci est lue comme un affrontement entre la « Ville » (sunnites et orthodoxes) et des envahisseurs extérieurs (maronites, chiites) qui veulent détruire la ville à laquelle ils n’ont pas accès ou dont ils ont exclus, les régimes d’avant-guerre, français ou « national », autrement dit libanais, tentaient eux aussi de s’approprier la ville, désignée comme capitale d’un pays nouveau, aux horizons rétrécis par rapport à l’espace levantin dont Beyrouth était l’une des échelles 6.

  • 7 . Voir notamment le livre collectif des dix “ intellectuels ” (Nabil Beyhum, Kamal Hamdan, Taoufiq  (...)
  • 8  Voir notre thèse, Verdeil, 2002. Nous ne revenons pas dans le présent ouvrage sur les évolutions d (...)

12Alors que la réflexion sur l’origine de la guerre s’est focalisée sur l’évolution urbaine dans la période précédente au sens large, mais en insistant sur les transformations durant la dernière décennie, la période d’avant-guerre est convoquée avec une autre finalité dans les débats qui portent sur la reconstruction. Le moment chéhabiste au sens strict est alors invoqué comme contre-modèle dans la polémique sur la reconstruction du centre-ville à partir de 1991. Face au projet prôné par Rafic Hariri de confier la reconstruction à une société privée créée selon une loi ad hoc et en rupture avec les dispositions antérieures, face à son implication personnelle dans le projet et aux pratiques de corruption utilisées pour obtenir son approbation, un groupe d’intellectuels et une partie des ayants droit spoliés protestent et déclenchent le premier débat civique de l’après-guerre 7. Ils nourrissent leurs critiques d’une référence à l’esprit des réformes chéhabistes, qui valorisaient le rôle de l’État comme garant de l’intérêt public et promoteur du développement économique, et soulignent les règles destinées à empêcher la collusion des intérêts privés avec les décisions politiques. La mise en avant du contre-modèle chéhabiste ne résulte pas toutefois d’une analyse historique fouillée mais plutôt de l’expérience et du vécu des principaux protagonistes de ce débat qui, tels Henri Eddé, Assem Salam ou encore Georges Corm, y furent associés d’une manière ou d’une autre. Pourtant, à y regarder de près, sur le moment même, les projets et les réalisations de Chéhab suscitèrent des appréciations variées voire contradictoires (voir chapitre 5), y compris de la part de ses défenseurs d’aujourd’hui. D’autre part, autant que des ruptures entre la reconstruction d’après‑guerre et le chéhabisme, ce sont des continuités ou des évolutions graduelles que l’on peut observer 8. L’utilisation de la référence chéhabiste était ainsi largement stratégique et rhétorique, ce qui implique de se pencher plus en détail sur cette expérience.

  • 9  Arbid, 2002.
  • 10  Tabet, 1998.

13La période 1950-1975 présente, du point de vue de l’histoire urbaine, un autre caractère remarquable souligné par Samir Kassir : Beyrouth est alors véritablement une capitale culturelle du monde arabe, un carrefour des intellectuels, un nœud d’influences variées et contradictoires, à l’opposé des autres grandes villes arabes où des pouvoirs autoritaires s’installent et organisent la répression des élites. Centre éditorial, capitale littéraire, la ville joue un rôle majeur dans les débats sur le panarabisme, sur la révolution et le socialisme. Dans quelle mesure ce bouillonnement retentit-il dans le domaine de l’aménagement urbain ? George Arbid 9 a bien dégagé l’originalité de la production architecturale moderne de cette période, son ouverture à la fois sur les principes de l’architecture internationale occidentale mais aussi l’influence d’autres courants : modernisme tiers-mondiste de Niemeyer, qui construit une foire internationale à Tripoli, réflexion sur une adaptation régionaliste de l’architecture dans le monde arabe, à travers les échos de l’œuvre de l’architecte irakien Rifaat Chaderji, sont quelques exemples de ces renouvellements 10. Il importe de prolonger cette réflexion à propos de l’urbanisme.

Jalons pour une histoire sociale de l’urbanisme au Liban

14En choisissant d’aborder, du point de vue de l’histoire de l’urbanisme, la période qui court de l’indépendance au déclenchement de la guerre civile et dont le chéhabisme constitue le cœur, nous nous écartons des interprétations qui s’efforcent de la comprendre dans son lien avec la guerre. L’histoire sociale de l’urbanisme libanais que nous entreprenons ici constitue une manière originale d’aborder l’histoire urbaine et l’histoire du Liban tout court, comme le suggère le géographe et historien des villes, Marcel Roncayolo, qui en désigne les différents volets :

  • 11  Roncayolo, 1997, p. 167-168.

« Si l’on s’en tient […] au système d’idées qui inspirent ou rationalisent la pratique [de l’urbanisme] (le système d’idées est souvent construit a priori, comme justificatif d’une opération, mais dans une situation historique déterminée), il relève de trois analyses. L’urbanisme moderne n’élimine pas l’imaginaire : comment ces « idées » s’articulent-elles avec les sociétés ? L’urbanisme exerce une fonction par rapport au système sociopolitique : comment est-il déterminé, délimité et dévié par cette fonction et quelle est la marge réelle d’autonomie ? Enfin quelles sont dans une conjoncture et dans une société concrètes, les rapports de force et les moyens qui réduisent, déforment le champ des réalisations ou ouvrent des failles exceptionnelles ? 11 »

15Penser l’urbanisme comme imaginaire et comme espace social, et en même temps comme traversé par le politique et comme outil de transformation sociale, telle est la problématique de ce livre. Ce faisant, l’une de nos exigences a été d’inscrire le cas libanais dans un système de comparaison et d’interprétation plus large que la seule histoire libanaise, en raison d’une part du caractère éminemment transnational de l’urbanisme comme « système d’idées », surtout en contexte post-colonial ; et en raison des similarités qu’induit justement ce contexte historique de sortie de la colonisation et de construction des États-nations dans les pays arabes voisins.

Urbanisme et terrain colonial : circulations des pratiques et des expériences

  • 12  Nous utilisons le terme colonial d’un point de vue générique sans méconnaître la diversité des sta (...)
  • 13  Voir sur cette question Rabinow, 2006 ; Barraqué, Marié, 1988 ; Vacher 2001.
  • 14  Yerasimos, 1991 ; Volait, 2005 ; Arnaud, 1998 ; Hanssen, Philipp, Weber, 2002.

16Le premier axe problématique a trait au lien entre urbanisme et colonisation. Le Liban est, en tant qu’entité politique, une création coloniale 12 née en 1920 et devenue indépendante en 1943 (dans les faits en 1946). Or, le projet originel de l’urbanisme moderne en tant que discipline autonome n’est pas dissociable de la domination politique et de la mise en valeur des colonies par les métropoles. L’urbanisme se fonde dans la « projection coloniale » et le retour métropolitain est l’une de ses modalités essentielles d’institutionnalisation en France, au terme d’une expérimentation sur le terrain indigène 13. Le terrain favori de démonstration de cet enfantement de l’urbanisme comme discipline coloniale a été le Maroc. La place des autres possessions françaises dans ces réflexions n’est pas clairement établie. Dans les régions du Machrek sous contrôle ottoman, différents mécanismes de modernisation de l’espace urbain, en lien avec les nouvelles formes de mise en valeur liées aux contacts politiques et économiques avec les puissances européennes et destinées à affermir les liens politiques et idéologiques au sein de l’Empire en voie de réforme, avaient déjà été introduits, sur la base de modèles européens et singulièrement français, depuis la seconde moitié du dix-neuvième siècle 14. Ainsi, le Machrek ferait-il moins figure de « terre neuve » favorable à l’expérimentation urbanistique que le Maghreb. Aux yeux des Européens, cette région revêtait davantage, il est vrai, une signification stratégique et idéologique qu’économique.

  • 15  Ghorayeb, 1994.
  • 16  Ghorayeb, 1994.

17La trajectoire d’un urbaniste comme Michel Écochard, formé « sur le tas » en Syrie, appelé au Liban puis au Maroc, retournant exercer au Liban et en Syrie tout en pratiquant aussi dans d’autres pays du Tiers Monde, à cheval sur les années mandataires et du Protectorat et celles des indépendances, tout en devenant en métropole une figure du mouvement moderne, illustre une facette de cette expérimentation et de ce retour de l’outre-mer en même temps qu’elle souligne les liens entre Maghreb et Machrek 15. L’exemple de cet architecte-urbaniste prolonge la chronologie du double mouvement de projection et de retour colonial au-delà du temps des indépendances. De ce fait, l’urbanisme, quel que soit le jugement porté sur sa validité en tant que projet social, ne constitue pas tant une norme d’action transplantée en Orient qu’une pratique centrale du procès de « modernisation » de ces pays, dont le moment colonial représente une étape essentielle sans être la seule. En outre, l’exemple d’Écochard récuse l’idée d’une relation limitée à deux protagonistes, la métropole et sa colonie. Il incarne des trajectoires plus complexes qui créent des connexions non plus nord-sud mais sud-sud, comme l’illustre l’exportation de ses théories sur l’habitat du plus grand nombre et de son expérience de la trame 8x8 du Maroc vers le Sénégal par exemple 16. Ce sont donc plutôt des circulations que l’on peut observer, non seulement entre pays de la rive « sud » de la Méditerranée appartenant à l’aire d’influence française, mais plus largement, dans une aire de circulation arabe, et en rencontrant donc d’autres influences occidentales, essentiellement britannique et américaine.

18Faire une histoire de l’urbanisme dans les pays arabes, et dans ce cas d’espèce, au Liban, implique de prolonger le mouvement de décentrement entrepris dans l’histoire de l’urbanisme européen de l’avant Seconde guerre mondiale jusqu’aux périodes les plus récentes, des indépendances jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit aussi de mettre en relation les pratiques urbanistiques prônées par les urbanistes européens nomades dans leurs différents territoires d’intervention et les effets d’échos entre eux. Tant l’Institut de recherche et de formation en vue du développement (IRFED) que l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (IAURP, devenu IAURIF), qui intervinrent au Liban, relèvent ici de ce questionnement.

Urbanisme, développement et formation de l’État

19Laisser de côté la période coloniale pour explorer celle des États arabes indépendants implique la définition des nouvelles formes de pouvoir dans le contexte desquelles est pratiqué l’urbanisme. Deux thématiques entrelacées structurent alors l’investigation : la formation et l’affirmation de l’État national et le développement qu’il tente de mettre en œuvre.

  • 17  Chaline, 1989.

20L’histoire de l’urbanisme s’inscrit d’abord comme une rubrique d’une histoire plus générale du développement et de ses techniques, au même titre que et en relation avec, la planification ou l’aménagement du territoire. De ce point de vue, l’urbanisme est tributaire d’une réflexion techniciste qui s’attache à préciser la pertinence de ses objectifs et de ses procédures, la conformité de ses moyens à ses ambitions, la réalité du soutien politique et administratif dont il a pu bénéficier, avant de s’attacher aux ajustements nécessaires de cette pratique. L’identification d’une succession de générations de plans d’urbanisme, suivant le schéma dégagé à propos de l’urbanisme européen, constitue un cadre d’interprétation possible 17. Toutefois, en situant l’urbanisme et la planification urbaine des pays arabes ou du Sud à la remorque des innovations proposées pour l’Occident, ce type d’approche encourt deux critiques, partiellement contradictoires il est vrai.

  • 18  Osmont, 1995.

21En instruisant le procès de la « première génération » des plans d’urbanisme, cette vision de l’histoire de l’urbanisme des « agglomérations » du tiers-monde méditerranéen n’oublie-elle pas que cette généalogie s’édifiait sur l’omission de sa propre mémoire, en l’occurrence le tribut colonial ? La légitimation de ce discours expert repose sur un ethnocentrisme dont la critique nécessaire passe probablement par une analyse du champ des études urbaines sur le développement, selon une double dimension. Économique, à travers la mise en évidence des mécanismes de compétition sur un marché des agences et des bureaux d’études (sans parler des liens avec les entreprises de travaux publics des pays occidentaux en question) ; et symbolique, à travers une analyse rétrospective des discours de légitimation tenus par divers organismes internationaux, comme la Banque Mondiale 18.

22L’autre travers de cet ethnocentrisme réside dans le postulat d’une continuité des contextes sociaux et politiques entre l’Europe et les pays du Sud, et donc dans la validité des techniques d’intervention sur la société que constituent développement, planification ou urbanisme. À tout le moins, la question est rarement posée. Michel Seurat écrivait à ce propos que :

  • 19  Seurat, 1985, p. 46.

« Il nous semble que le danger vienne plutôt aujourd’hui d’une vision normative de la ville du Machrek, perçue en tant qu’agglomération à travers le prisme de son schéma directeur et mesurée à l’aune du kilomètre de trottoir 19 ».

  • 20  Cette critique pose la question, pour cette recherche, de la pertinence de catégories sociologique (...)
  • 21  Seurat, Hannoyer, 1984.

23En soulignant le risque, dans ces analyses, d’une réification de l’objet urbain saisi dans sa matérialité techniquement aménageable, et celui, connexe, de perdre de vue les logiques réellement pertinentes (sociales, confessionnelles, politiques, etc.) pour comprendre les villes de la région, Michel Seurat n’avait certes pas l’ambition de contribuer à une histoire de l’urbanisme, mais plutôt de faire œuvre de sociologie urbaine. Au reste, pour lui comme pour de nombreux chercheurs de sa génération, l’urbanisme constituait une sorte de faux objet et l’appréhension purement technique de ses « échecs », au regard des objectifs fixés, masquait le problème de la spécificité, sinon du particularisme, des structures sociales des pays arabes 20. Il analysa par ailleurs, dans un travail mené avec Jean Hannoyer, la planification économique syrienne et ce qui, dans ce pays de type socialiste, au sortir des années soixante-dix, faisait figure d’aménagement du territoire. Il y relevait en effet que l’État, accaparé par les cliques, était loin d’être cette entité disposant du minimum d’autonomie par rapport au corps social pour définir un intérêt général – le développement – et pour rendre possible sa réalisation. Les politiques dites du développement ne visaient en réalité qu’à la distribution de prébendes 21. Une telle remarque impose de considérer, avec prudence, le moment chéhabiste au Liban, dans sa revendication d’un intérêt national coïncidant avec le développement.

  • 22  Mutin, Métral, Métral, 1985.
  • 23  David, 1985 ; David, 1986.

24La nécessité d’une lecture des politiques urbaines non plus à la lumière de la litanie des besoins et des moyens, mais des stratégies sociales et politiques, constituait également l’une des convictions essentielles des chercheurs participant au colloque Politiques urbaines dans le Monde arabe 22 en 1982. Dans l’introduction du volume, Mohammed Naciri soulignait que l’État ne constituait pas une entité homogène et prônait une analyse le considérant non comme un acteur, mais comme un lieu de rencontres et d’alliances, de conflits, de négociations, ou encore comme l’espace de déploiement des stratégies de divers groupes sociaux. Selon ce postulat, l’émergence de l’urbanisme dans la panoplie des outils de l’intervention publique sur la société ne doit plus être lue à la lumière de l’impératif développementaliste, mais pourrait notamment être référée aux stratégies de construction de l’État par certains acteurs dans leur opposition à d’autres groupes sociaux. Jean-Claude David, à propos du cas syrien, a étudié diverses configurations où l’urbanisme était utilisé à des fins variées. Analysant les plans d’urbanisme pour Alep à la fin des années soixante-dix, il notait l’articulation entre le projet de détruire, par des percées à vocation circulatoire, le centre ancien de cette ville et la lutte entre le pouvoir baathiste et les Frères musulmans dont la capitale de la Syrie du Nord était l’un des bastions. L’abandon de ces ambitions modernisatrices fut directement lié à la répression de ce mouvement. Instrument de construction et de renforcement du pouvoir politique, l’urbanisme était également, dans le cas syrien, un moyen d’affirmation symbolique de ce pouvoir, comme le montrait, depuis les années soixante et la mise en œuvre des plans Écochard, les aménagements urbains de Damas, dont il fallait conforter le statut de capitale face à Alep, l’ancienne ville forte de Syrie 23. L’émergence de l’urbanisme, loin de ne se référer qu’au traitement nécessaire et problématique du développement économique et social, tel que l’entrevoit une approche techniciste, ne peut donc être dissociée des stratégies politiques de construction et de contrôle de l’État national et des dynamiques sociales sur lesquelles elles se greffent.

25Ces dynamiques sociales et politiques, à leur tour, renvoient à des catégories d’analyse forgées par les sciences sociales pour les pays de la région, et en particulier pour le Liban. Trois dimensions de l’analyse des sociétés du Moyen-Orient éclairent certains des faits relevés dans cette recherche. La première est d’ordre anthropologique : elle a trait à la place des solidarités dites « primaires », et en particulier familiales et parfois géographiques, dans les stratégies collectives. Ainsi, la famille – mais aussi parfois l’origine villageoise commune – représente une ressource dans les stratégies d’ascension sociale mises en œuvre à travers l’accès à certaines professions : plusieurs exemples au sujet des ingénieurs l’illustrent dans cette recherche. Parfois, le contrôle d’un leader politique sur un projet d’urbanisme s’exerce, semble-t-il, par l’intermédiaire d’un cousin ou d’un neveu qui détient une responsabilité technique.

  • 24  Voir de manière similaire, sur la notion d’ethnie, Amselle, 2001. Pour une discussion récente, voi (...)

26Une remarque comparable s’applique aux solidarités et aux mobilisations confessionnelles : de même que la famille, la communauté peut servir de ressource dans le cadre d’une stratégie individuelle ou collective en rapport avec l’urbanisme. Toutefois, et à l’instar de la famille, c’est moins comme un donné anthropologique que ce type d’appartenance doit être compris que comme une construction historique et sociale 24. Il faudra alors se demander, chemin faisant, le rôle de l’urbanisme dans une telle construction. A travers un outil comme le zonage, cette pratique est par exemple directement liée à la mise en ordre social des villes. Dans quelle mesure l’urbanisme libanais, durant la période que nous étudions, est-il un élément de la mobilisation et de la territorialisation confessionnelle ? Notre hypothèse est que cette question n’est pas déterminante, alors qu’elle le deviendra avec la guerre.

  • 25  Sur l’application au Liban du paradigme clientéliste, voir par exemple Picard, 1988 et plus largem (...)

27Une troisième dimension essentielle de l’analyse des sociétés orientales, qui ne lui est pas propre puisqu’elle dérive plus largement d’un renouvellement des outils de la sociologie politique, a trait aux notions de clientélisme et de patronage : l’urbanisme serait alors un outil entrant dans une relation d’échange politique. La notion de patrimonialisme, désignant la captation de certaines richesses par des élites politiques grâce à la maîtrise de ressources politiques, dont celles de décider de politiques d’urbanisme, peut également se révéler utile puisqu’elle concerne la reconfiguration du rôle de l’État dans les situations de transition politique et économique 25. L’ensemble de ces outils conceptuels aide à la clarification de certains enjeux : il ne s’agit pas ici de les redéfinir, mais de les garder à l’esprit pour comprendre les pratiques de l’urbanisme au Liban telles qu’elles se donnent à voir ou telles qu’elles sont décrites par les acteurs.

28Une des questions rencontrées dans le cas beyrouthin, transversale à celle de la prise en compte du confessionnel, est la nature de classe de l’urbanisme : comment les politiques urbaines, où l’hostilité à la spéculation foncière est souvent à l’affiche, prennent-elles en compte, renforcent ou limitent les intérêts des propriétaires fonciers et des détenteurs de capitaux ? Cette problématique est l’un des grands défis que le chéhabisme a affrontés. Malgré ses tentatives de construire des alliances avec ces intérêts, leur hostilité maintenue est l’une des causes de sa faillite.

29Lire l’urbanisme non seulement dans sa dimension technique mais aussi ses liens avec la construction de l’État au Liban, implique de comprendre les enjeux et les conflits sociaux et politiques qu’impliquent et révèlent la définition de son appareil administratif et la mise en œuvre de ses outils.

L’imaginaire des urbanistes

  • 26  On manque encore de travaux sur l’urbanisme des autres villes libanaises. Comme on le verra, les o (...)
  • 27  Chalas, 2004.
  • 28  Roncayolo, 1990.

30Comme le dit Roncayolo, l’urbanisme est affaire d’imaginaire. Les plans en particulier sont des vecteurs d’utopie, au sens d’un système de relations sociales inscrites dans l’espace et activées par l’espace. Ce livre montre la constitution d’un « imaginaire aménageur » libanais ou plutôt, ici, beyrouthin 26. Utilisée par Y. Chalas pour désigner « l’ensemble nouveau et ouvert des représentations, des significations, des idées prégnantes ou récurrentes, des référents et des référenciations, des orientations, etc., implicites ou explicites, contradictoires mais aussi complémentaires, qui paraissent désormais structurer les pratiques urbanistiques » 27, la notion avait été préalablement appliquée par Marcel Roncayolo qui étudiait « l’imaginaire de Marseille : port, ville, pôle » 28, et l’entendait donc dans un sens plus concret et plus spatial. Pour notre part, nous désignons ainsi la construction d’un répertoire de normes et d’outils pour mettre en œuvre des politiques de développement et d’aménagement urbain de la capitale libanaise. L’une des originalités de notre propos consiste à souligner que ces normes et ces outils sont étroitement liés, dans leurs genèses puis dans leur usage, à des territoires d’intervention spécifiques et à des projets politiques et sociaux pour ces lieux précis.

  • 29  Verdeil, 2008.
  • 30  Ainsi que le proposait Jean-Pierre Gaudin, « Les urbanistes comme « milieux » sociaux et politique (...)

31La notion d’imaginaire aménageur implique de définir les contours des milieux sociaux où il s’élabore et circule. Le terme d’urbaniste dont nous usons par commodité dans le titre n’est, dans la période considérée, et jusqu’à aujourd’hui encore au Liban, comme presque partout ailleurs, ni précis, ni clair 29. Dans le domaine de l’urbanisme, on serait bien en peine d’identifier une profession d’urbaniste constituée, puisqu’il n’existe pas de profession clairement identifiée, pas d’activités nettement codifiés, pas de critères d’entrée dans le champ, autrement dit pas de frontières. Aussi la notion plus souple de milieux de l’urbanisme paraît-elle préférable à plusieurs chercheurs du domaine 30. On désigne ainsi les individus et les groupes engagés dans la construction, la diffusion et la mise en œuvre des savoirs et des savoir-faire relatifs à l’aménagement urbain et l’action sur la ville.

  • 31  Claude, 2006 ; Verpraet, 2005.

32L’histoire de l’urbanisme dans les pays arabes pour la période post-indépendance est largement embryonnaire. Les acquis méthodologiques de la recherche française en histoire de l’urbanisme fournissent toutefois un cadre analytique utile, que justifient en particulier les effets de legs entre la France et le Liban, dans le contexte colonial puis post-colonial 31. De ces travaux sur les professionnels de l’urbanisme en France et dans les pays occidentaux, se dégage tout d’abord l’idée de la diversité des profils professionnels engagés dans ce champ. Ingénieurs, architectes, parfois géomètres, économistes, sociologues sont sollicités, associés aux travaux de l’urbanisme. La diversité des statuts d’exercice est également une caractéristique qui détermine des attitudes et des pratiques différentes : fonctionnaires praticien exerçant en libéral, salarié d’une firme ou d’un bureau d’étude sont autant de modalités identifiables sur le marché du travail. Nous retrouvons cela au Liban comme dans les autres pays arabes. Parfois collaborateurs et associés, ces acteurs sont aussi en concurrence entre eux, d’autant que ces différentes professions, notamment les ingénieurs et les architectes, sont elles-mêmes engagées dans un processus d’institutionnalisation, à travers les spécialisations des formations ou la constitution de domaines d’exercice réservé. Mais dans les pays du Machrek, la distinction entre ces deux professions demeure plus ténue qu’en Europe. De surcroît, l’activité dans le domaine de l’urbanisme n’exclut pas la pratique de la profession d’origine.

  • 32  Nous synthétisons ici les réflexions de Gaudin, 1990.

33Pour cerner l’activité des « urbanistes », la notion de « cultures professionnelles 32 » paraît opératoire. En effet, s’il est impossible de parler de profession, il n’en reste pas moins que, à certains moments et dans certains contextes, les « urbanistes » sont amenés à faire groupe par rapport aux institutions politiques, à propos de problèmes de société particuliers. Les questions de développement ou de la reconstruction, dans le cas libanais, sont assurément de ceux-là. S’inspirant de travaux italiens, Jean-Pierre Gaudin propose alors la notion de « professionnalité », au sens où, malgré le blocage de l’institutionnalisation professionnelle, on peut identifier un socle minimal de références communes, composé de démarches techniques de mobilisation de connaissance, de l’intériorisation des contraintes sociales liées à la situation de commande et au statut d’exercice, et de préoccupations éthiques. Ces éléments de culture commune demandent à être saisis dans une histoire, une généalogie et des temporalités qui conduisent à une reformulation des valeurs et à leur re-hiérarchisation.

  • 33Longuenesse, 1990, 1991.
  • 34  Volait 2005 ; Souami, Verdeil, 2006 ; Nasr, Volait, 2003.
  • 35  Verdeil, 2005.

34La question des « cultures professionnelles » se pose à l’intersection de deux sphères. La première est celle de la circulation des pratiques et des expériences entre terrains coloniaux et métropoles : elle concerne alors les experts internationaux, leurs savoirs, leurs pratiques et leurs représentations. Par rapport à la période coloniale, la principale différence réside dans l’essor d’une expertise locale, bien souvent négligée et passée sous silence, et qui constitue la deuxième sphère. Dans les pays du Levant, soumis à une pression culturelle, économique et sociale occidentale intense depuis le milieu du xixe siècle, cette sphère locale de techniciens constitue un milieu en extension, dont différentes recherches commencent à cerner les contours. L’émergence des ingénieurs a suscité les premières curiosités, à la mesure de la croissance considérable de cette profession depuis les années soixante 33. L’ouvrage de Mercedes Volait sur les architectes égyptiens, issu d’une thèse soutenue en 1993, a conduit à un premier éclairage sur la pratique et les praticiens de l’urbanisme dans les années de la fin du protectorat et jusqu’aux débuts du nassérisme. Nous avons également proposé une vue d’ensemble sur les pays du sud et de l’est méditerranéen. La lumière braquée sur ces acteurs locaux jusque là négligés participe d’un retournement plus large de l’étude des transferts et des circulations d’idées et de pratiques dans le domaine de l’urbanisme 34. L’analyse du rôle de ces acteurs locaux, de leurs stratégies en fonction de contextes sociaux, professionnels et politiques où ils se meuvent ne signifie pas que les acteurs extérieurs – consultants, experts, organisations internationales – doivent être négligés. Mais ces circulations ou expertises nomades 35 ne sont évidemment pas reçues passivement ; au contraire elles font l’objet de débats, d’analyses contradictoires, de sélection et de reformulations en fonction des intérêts et des représentations des acteurs locaux de la scène de l’urbanisme. Les milieux professionnels se constituent en une arène de débats et de discussions qui contribuent de manière essentielle à la définition des politiques urbaines.

35La définition de ce champ d’analyse détermine quatre axes d’analyse pour aborder ces « cultures professionnelles ». Le premier a trait aux formations à la question urbaine et à l’urbanisme. Il suppose une enquête sur les lieux et les contenus de la formation, entre l’étranger et le Liban. Comment s’articulent les « valeurs » et les conceptions véhiculées dans ces cursus avec celles déterminées par l’appartenance sociale, autrement dit est-ce la formation – à supposer qu’elle soit homogène – qui fait le groupe, ou le groupe n’est-il qu’un reflet de déterminations sociales plus larges ? Deuxièmement, quels sont les modes d’exercice dans la pratique de l’urbanisme au Liban ? La question se pose au plan collectif, à travers l’opposition entre secteur public et secteur privé, ainsi qu’à l’intérieur de ce dernier, en fonction des caractéristiques des entreprises : bureaux d’études reposant sur une main d’œuvre salariée ou exercice libéral. Quelles contraintes et représentations structurent alors les pratiques : les notions de commande, de concurrence, de service public et d’intérêt général doivent être ici interrogées. La question se pose également au plan individuel. Il peut y être répondu par l’étude de trajectoires personnelles qui expriment les possibilités d’une époque et les changements des hiérarchies qui se dessinent d’une période à l’autre. Les modalités de rencontre entre professionnels locaux et experts étrangers, autrement dit l’articulation entre savoirs et pratiques locales et importées, constituent un troisième axe d’étude. Le conflit ou l’accommodation des visions et des normes ne doivent pas ici être séparés d’une prise en compte des conditions de concurrence ou de coopération sur le marché du travail. Le dernier thème est celui de l’épreuve du politique et des déviations qu’il impose comme des ouvertures qu’il crée.

Les sources de l’histoire de l’urbanisme à Beyrouth

36L’objectif de ce livre est d’étudier l’urbanisme et les urbanistes de Beyrouth, à travers la construction d’une politique publique et d’un « imaginaire aménageur » mais aussi par le biais de l’organisation d’un espace professionnel durant la période s’étendant entre l’indépendance et le déclenchement de la guerre civile libanaise. Cette période est fondatrice jusqu’à aujourd’hui, et ses traces sont notamment sensibles dans les projets successifs de reconstruction. Durant ces années, furent mis en place des institutions et des outils juridiques qui structurent toujours aujourd’hui l’urbanisme libanais. L’émergence d’un milieu professionnel de l’urbanisme avec ses caractères originaux, notamment la place majeure qu’y tiennent les urbanistes du secteur privé, date de cette époque. Enfin, avec le chéhabisme, l’urbanisme et l’aménagement du territoire deviennent des instruments de politique publique, partie intégrante de la construction de la légitimité politique : les reconstructions futures reprendront largement cet héritage.

  • 36  Fawaz, Peillen, 2002 ; Khayat, 2002 ; Clerc-Huybrechts, 2008 ; Fawaz, 2004.

37Ce travail assume le parti pris d’une histoire de l’urbanisme officiel, des administrations, des techniciens savants, et non une histoire de l’urbanisation telle qu’elle se fait, dans les silences des discours officiels, dans les recoins éloignés des projecteurs des agglomérations, en décalage ou en contradiction avec les lois et les règlements. Ainsi, on ne trouvera pas ici une reconstitution fine des étapes des travaux de mise en œuvre des plans et une comptabilité des réussites et des échecs. Nous sommes conscients qu’à Beyrouth comme ailleurs, nous laissons de ce fait dans l’ombre une part majeure de la ville, édifiée malgré les grands tracés et les ignorant. Les plans dont nous traçons la genèse, les urbanistes que nous évoquons ne sont pas les éléments ni uniques ni sans doute déterminants de la production urbaine. Plusieurs recherches récentes sur l’urbanisation beyrouthine le révèlent d’une manière originale et novatrice 36. En les plaçant pour notre part au premier plan, et en sélectionnant ainsi certains espaces qui ont été privilégiés par rapport à d’autres couvrant des surfaces plus importantes, nous visons une contribution spécifique. Dans le contexte d’une documentation dispersée sinon perdue et alors que les témoins directs de cette période disparaissent peu à peu, cet ouvrage constitue une synthèse destinée notamment aux praticiens jeunes et moins jeunes, acteurs de l’urbanisme et cruellement coupés de la mémoire urbanistique de leur ville. L’urbanisme ne cesse de se nourrir, implicitement ou explicitement, de discours sur le passé. Les lieux et les projets éclairés dans cet ouvrage, en particulier le centre-ville et la banlieue sud-ouest de Beyrouth, sont encore et toujours en cours d’aménagement. Les acteurs, intentions, projets, réalisations et échecs d’une période fondatrice pour la pratique actuelle doivent être connus, afin d’enrichir le débat, de montrer la rémanence de discours qui tendent à se répéter, ou au contraire pour souligner certains enjeux, et certaines ruptures actuelles.

  • 37  Nous renvoyons à notre thèse (Verdeil, 2002) disponible sur internet pour une présentation détaill (...)

38L’une des difficultés et des défis que cette recherche a affrontés est la question des sources. Aucune administration libanaise ne conserve une mémoire systématique de la production urbanistique, et cela est encore plus vrai pour la période étudiée ici. Si certaines archives du ministère du Plan ont été conservées par le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) dont le centre de documentation est utile, la direction de l’urbanisme n’est pas équipée pour recevoir le public et surtout, elle ne conserve guère que les décrets et les plans annexés. Les rapports, les débats qui les accompagnent sont à rechercher ailleurs. Pour pallier ces lacunes, nous avons utilisé des ressources très dispersées. Au Liban, nous avons largement bénéficié du travail de collecte établi par l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et sa reconstruction – fonds localisé à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), devenu l’Observatoire urbain du Proche-Orient. Surtout, une part appréciable de la documentation inédite a pu être consultée directement auprès de personnes privées, notamment des anciens consultants. En France, trois lieux ont été particulièrement visités : le fonds Écochard de l’Institut français d’urbanisme, le dépôt de l’IRFED auprès du Centre des archives contemporaines de Fontainebleau et le Centre de documentation sur l’urbanisme, qui regroupe plusieurs fonds riches de rapports de mission au Liban. Cette documentation a été complétée et mise en perspective par le dépouillement de différents organes de presse, en particulier professionnelle ou spécialisée, eux aussi souvent dispersés et dont il a fallu reconstituer les séries. Enfin, ressource essentielle de ce travail, très enrichissante sur le plan personnel, les entretiens avec une partie des acteurs professionnels – ingénieurs, architectes et urbanistes, mais aussi avocats, responsables d’administrations ou acteurs politiques – évoqués dans cet ouvrage, ont permis de compléter et de mettre en perspective les informations écrites comme de combler quelques lacunes. L’examen des parcours individuels doit notamment beaucoup à ces entretiens 37.

  • 38  L’ouvrage de Davie, 2001, est largement fondé sur l’étude de la presse.

39Une grande partie de la documentation consultée est en français et en anglais. Les sources en arabe, hormis les textes juridiques, ne représentent qu’une minorité. Un dépouillement plus large de la presse arabe aurait sans doute enrichi notre travail, et aurait surtout permis d’aller plus loin dans l’analyse de l’application et du déroulement de certains projets 38. Mais sur la période étudiée, l’urbanisme est largement une production en langue française et les acteurs rencontrés sont presque tous francophones.

40Ce livre reprend et remanie des parties de notre thèse soutenue en 2002 à l’université de Paris‑Panthéon‑Sorbonne. Les deux premiers chapitres s’attachent à l’héritage du Mandat français dans le domaine de l’urbanisme et aux premiers projets du Liban indépendant. Ensuite, cinq chapitres abordent les projets et les réalisations de la période Chéhab. L’étude se concentre ensuite sur l’émergence du milieu professionnel de l’urbanisme au Liban, à travers l’examen de la commande, des trajectoires professionnelles et de l’idéologie des urbanistes. Enfin, les deux chapitres finaux brossent un tableau des réalisations à la veille de la guerre civile.

Notes

1  Kassir, 2003 ; Hanssen, 2005 ; Davie, 2001 ; Tabet et alii, 2001.

2  Ghorayeb, 2000 ; Davie 2001 ; Arbid 2002.

3  Nasr et Nasr, 1976, 1982 ; Beyhum 1991 ; Traboulsi 2007.

4  Bourgey et Pharès, 1973 ; Nasr et Nasr, 1976.

5  Le texte fondateur de l’historien Albert Hourani « Ideologies of the Mountain and the City » a involontairement contribué à légitimer une lecture idéologique de la « Ville » opposée à celle de la « Montagne », alors que le texte soulignait leur commun caractère de constructions idéologiques au service d’une lutte pour le pouvoir et critiquait justement leur emploi comme outils de description sociale.

6  Jade Tabet évoque la difficulté de penser la nature de cette « résistance » et se laisse, pendant quelques lignes inspirées par Michel Péraldi, saisir par la tentation d’identifier un « quelque chose [qui] en sourdine travaille cette syntaxe monumentale », un « imaginaire singulier qui travaille les lieux en sourdine et par lapsus, dans les failles du plan et de ses codes de lecture » (Tabet, 1991, p. 103-104). Sur le même thème, voir les analyses de Nabil Beyhum qui propose de lire la guerre du Liban comme une « guerre sociologique menée contre la ville » (Beyhum, 1991, p. 18 ; Beyhum, 1988).

7 . Voir notamment le livre collectif des dix “ intellectuels ” (Nabil Beyhum, Kamal Hamdan, Taoufiq Chambour, Georges Corm, Tony Chouery, Bahaeddine Bsat, Pierre al-Khoury, Assem Salam, Jade Tabet, Ziad Akl)  : I‘mar Bayrut wa-l fursa al-da’i‘a. Wasat Bayrut al-tijari wa-l‑sharikat al-‘iqariya. Al-waqa’i‘, al-murtakazat, al‑bada’il, [la reconstruction de Beyrouth et l’occasion manquée. Le centre commercial de Beyrouth et la société foncière. Les réalités, les fondements, les alternatives] Bayrut, s.n., 1992, 167 p. ; le colloque du Carlton en avril 1992 : Nabil Beyhum, Assem Salam, Jade Tabet (dir.), Beyrouth, construire l’avenir, reconstruire le passé, Dossiers de l’Urban Research Institute édités avec le soutien de la Ford Foundation, s.n., s.d., 332 p. ; enfin, une quadrilogie publiée sous le titre I‘mar Bayrut wa-l‑fursa al‑da’i‘a, Bayrut, Dar al‑Jadid, 1996, republiait en arabe les textes parus initialement en langues latines de quatre des principaux protagonistes du débat, Nabil Beyhum, Jade Tabet, Georges Corm et Assem Salam.

8  Voir notre thèse, Verdeil, 2002. Nous ne revenons pas dans le présent ouvrage sur les évolutions de la période de la guerre civile.

9  Arbid, 2002.

10  Tabet, 1998.

11  Roncayolo, 1997, p. 167-168.

12  Nous utilisons le terme colonial d’un point de vue générique sans méconnaître la diversité des statuts juridiques de la colonisation.

13  Voir sur cette question Rabinow, 2006 ; Barraqué, Marié, 1988 ; Vacher 2001.

14  Yerasimos, 1991 ; Volait, 2005 ; Arnaud, 1998 ; Hanssen, Philipp, Weber, 2002.

15  Ghorayeb, 1994.

16  Ghorayeb, 1994.

17  Chaline, 1989.

18  Osmont, 1995.

19  Seurat, 1985, p. 46.

20  Cette critique pose la question, pour cette recherche, de la pertinence de catégories sociologiques propres à la réalité culturelle et politique de cette région du monde. Nous n’entrons pas ici dans ce débat, sans pour autant le méconnaître.

21  Seurat, Hannoyer, 1984.

22  Mutin, Métral, Métral, 1985.

23  David, 1985 ; David, 1986.

24  Voir de manière similaire, sur la notion d’ethnie, Amselle, 2001. Pour une discussion récente, voir Picard 2006, p.55-77.

25  Sur l’application au Liban du paradigme clientéliste, voir par exemple Picard, 1988 et plus largement Leca, Schmeil, 1983.

26  On manque encore de travaux sur l’urbanisme des autres villes libanaises. Comme on le verra, les outils de l’urbanisme libanais ont été calibrés pour résoudre les problèmes de Beyrouth.

27  Chalas, 2004.

28  Roncayolo, 1990.

29  Verdeil, 2008.

30  Ainsi que le proposait Jean-Pierre Gaudin, « Les urbanistes comme « milieux » sociaux et politiques », exposé lors de la journée de l’Association pour le développement de l’histoire de l’urbanisme, 15 mai 1998, Paris, Académie d’architecture. Plus récemment, se référant aux travaux d’Anthony Sutcliffe et de Gordon Cherry, Steven F. Ward a proposé la définition suivante des milieux de l’urbanisme : « les réseaux réformistes, techniques et, dans une certaine mesure, institutionnels au sein desquels de nouvelles idées sont transformées en pratiques applicables. […] Ces milieux sont aussi les cadres (settings) où les idées et pratiques importées sont reçues et où elles sont adaptées. […] Il s’agit parfois de réseaux occasionnels, qui trouvent peut‑être leur expression dans des rassemblements internationaux tels que des conférences ou des expositions. L’urbanisme peut n’être que l’une de leurs nombreuses préoccupations. D’autres peuvent être des organisations formelles et aux objectifs précis. Elles peuvent inclure des organismes réformistes, des groupes de pression, des organisations professionnelles structurées autour de la nouvelle expertise technique de l’urbanisme, ou des institutions d’enseignement et de recherche. Parfois, des administrations formelles, des gouvernements locaux peuvent aussi venir remplir ce rôle, quoique pas habituellement » (nous traduisons) (Ward, 2002). Dans un ouvrage paru en 2006, Viviane Claude propose de parler de métiers de l’urbanisme pour désigner de manière plus serrée l’espace des professionnels intervenant dans l’urbanisme : cette conception correspond bien à ce que nous observons, même si nous n’avons pas jugé utile de modifier a posteriori les catégories utilisées dans ce travail.

31  Claude, 2006 ; Verpraet, 2005.

32  Nous synthétisons ici les réflexions de Gaudin, 1990.

33Longuenesse, 1990, 1991.

34  Volait 2005 ; Souami, Verdeil, 2006 ; Nasr, Volait, 2003.

35  Verdeil, 2005.

36  Fawaz, Peillen, 2002 ; Khayat, 2002 ; Clerc-Huybrechts, 2008 ; Fawaz, 2004.

37  Nous renvoyons à notre thèse (Verdeil, 2002) disponible sur internet pour une présentation détaillée des corpus utilisés : http://halshs.ccsd.cnrs.fr/halshs-00003919.

38  L’ouvrage de Davie, 2001, est largement fondé sur l’étude de la presse.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable