Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Conclusion, bibliograpie et index

Conclusion générale

Texte intégral

1L’analyse des rapports sociaux nous a permis de dégager trois échelles spatiales pertinentes pour analyser le rôle essentiel, mais toujours partiel, de la communauté druze du Djebel sur l’espace.

2D’abord l’échelle régionale. Dans les campagnes syriennes méridionales, l’appartenance sociale à une communauté (clanique, confessionnelle, ethnique) constitue l’élément déterminant de la production de l’espace. La transcription dans l’espace d’une identité et la mise en place de solidarités collectives sont génératrices de discontinuités spatiales et de processus de cloisonnement socio-spatiaux.

3Ensuite l’échelle nationale. À travers le prisme du pouvoir, le territoire identitaire de la communauté constitue une maille du découpage administratif. Si les limites confessionnelles ont servi de canevas aux frontières administratives des provinces méridionales, nous retrouvons également la marque de l’appartenance communautaire dans les flux de migrants entre la capitale et le Sud du pays.

4Enfin l’échelle mondiale. Grâce à l’étude fine du champ migratoire et des modes d’organisation des acteurs-migrants, nous avons montré que les formes migratoires interrogeaient les dynamiques collectives des migrants dans lesquelles le lien communautaire ou clanique s’avère le principal vecteur des déplacements. Dans un État syrien ultra-centralisé, l’espace communautaire druze – que nous définissons comme l’espace des déplacements des membres de cette communauté – peut être considéré comme une ressource à part entière en réaction à l’environnement politico-économique d’un État qui cherche à intégrer l’espace sans sa société.

L'organisation spatiale interne du Djebel : la prise en compte des phénomènes sociaux et communautaires

5L’étude de la province de Sweida révèle différents types de « dysfonctionnements », d’entorses aux « lois de l’espace » imputables à l’organisation de la société druze. Il s’agit en vérité plutôt de caractéristiques spatiales inhérentes à une telle structure sociale, à la fois fragmentée en clans et unie par un lien communautaire transcendantal.

6En premier lieu, l’empreinte communautaire du pays druze ne permet pas aux villes du Sud syrien de s’organiser en un véritable réseau urbain. Les liens entre Sweida et Damas sont principalement d’ordre administratif, en tant que Sweida est un chef-lieu de mohafaza ; économiquement, la capitale est aussi le débouché marchand incontournable et, culturellement, elle joue un rôle grâce à la présence des banlieues druzes, uniques lieux des migrations résidentielles nationales des Druzes. L’absence de bourgeoisie sunnite à Sweida rejette la ville druze en dehors des réseaux de l’économie marchande, en marge de la dorsale urbaine.

7Ensuite, la ville druze de Sweida, pour des raisons de proximité culturelle, est uniquement fréquentée par les villageois druzes. Des relations étroites relient la ville druze à son territoire environnant jusqu’aux limites administratives de la mohafaza, qui sont aussi des limites confessionnelles. Pour les mêmes raisons, les banlieues druzes jouent le rôle de niches communautaires dans l’agglomération de Damas. La distance physique est donc annihilée au profit d’une proximité culturelle. La théorie des lieux centraux et des aires d’influence économique se révèle ici inadaptée.

8En dernier lieu, et plus généralement, l’organisation spatiale interne du territoire druze a continuellement évolué sous l’impulsion de paramètres sociaux (fragmentation clanique, réseaux claniques) en réaction à des facteurs externes (répression de l’État, tertiarisation et mise en place de l’administration, ouverture économique) – fig. 48.

9Au début du xxe siècle, les grands clans druzes sont à l’origine de la distribution de la population. Le secteur le plus dynamique est celui sur lequel les Attrach dominent. De nouveaux migrants druzes viennent encore s’y installer. Le Mandat français fige cette organisation héritée de la fin du xixe siècle.

10Au milieu du xxe siècle, l’indépendance syrienne représente un défi pour la communauté. En opposition au régime de Damas qui lui applique en retour une politique particulièrement coercitive, le Djebel vit alors une période transitoire. Intégré politiquement de force dans l’État syrien, il voit les bases de son organisation communautaire s’affaiblir. Un intense mouvement d’exode rural vers Sweida ainsi que des migrations vers l’étranger sont les conséquences de cette période difficile. Dans les années 1960 et 1970, un fort mouvement d’émigration vers Damas se met en place depuis le Djebel.

11À partir de la fin des années 1980, la transformation des règles de l’économie syrienne couplée aux ressources migratoires a généré une complète réorganisation du territoire druze. Ces mutations spatiales reposent essentiellement sur l’investissement migratoire et concernent le domaine industriel privé, l’agriculture, le commerce et enfin l’évolution du cadre bâti. L’émigration se renforce en favorisant la constitution d’angles morts en périphérie du Djebel, que la population déserte. Progressivement, la communauté se réorganise autour de l’axe Sweida-Shahba, lieu d’implantation et d’investissement des migrants, d’installation des petites industries et de rénovation d’une agriculture de montagne qui constitue dès lors la seule véritable ressource locale que complètent toutefois les emplois du secteur public.

L'espace communautaire des Druzes du Djebel

12Les divers phénomènes spatiaux que nous avons abordés et analysés dans le Djebel (distribution du peuplement, territorialisation, cloisonnement, mobilité spatiale, urbanisation, organisation des transports et du réseau routier, différenciation spatiale, etc.) montrent que la construction communautaire de la société peuplant cette montagne demeure, hier comme aujourd’hui, un facteur structurel de l’organisation spatiale, et ce quel que soit l’acteur qui les produit (État, communauté/clan, individu). C’est ainsi que l’analyse des modes d’inscription spatiale et d’occupation de l’espace par la communauté druze du Sud syrien nous a obligé à sortir du cadre régional, le territoire hérité du groupe, pour suivre certains chemins, souvent structurés autour de réseaux sociaux dans lesquels les stratégies s’entremêlent (mariage, travail, entraide). Ils nous ont conduit au cœur d’un espace réticulaire dans lequel le lien communautaire fait toujours sens, servant d’armature aux pratiques spatiales migratoires internes et internationales. C’est en cela que l’espace druze est le produit de la communauté et que nous le qualifions d’espace communautaire.

13Nous avons voulu marquer une différence au sein même de l’espace communautaire entre l’espace migratoire des Druzes du Djebel, composé de leurs divers espaces d’inscription et de pratiques spatiales tant en Syrie que dans le domaine transnational, et leur territoire historique, héritage d’un processus d’appropriation qui leur est propre. La distinction est essentielle : le territoire du Djebel se situe dans un cadre régional et a été peu à peu approprié par les Druzes alors que le reste de l’espace communautaire se déploie à l’échelle nationale et mondiale. Il ne fait aucun doute que le Djebel, territoire des Druzes du Sud syrien, représente l’espace d’ancrage, celui des référents identitaires : il constitue donc le cœur de l’espace communautaire et le centre identitaire incontesté ; c’est en cela qu’il est particulier. Pourtant, dans le domaine économique, il n’est qu’un associat dépendant de centres externes plus ou moins lointains. L’espace migratoire est, quant à lui, plus complexe à cerner, car très composite, multipolaire, réticulé et hiérarchisé en fonction de l’accessibilité et des possibilités d’enrichissement : certaines portions ne sont que des espaces de vie provisoires (pays du Golfe) alors que d’autres semblent plus proches de la notion d’espace social (banlieues de Damas, territoires druzes des autres sous-communautés) ou de celle d’espace vécu (Vénézuela, Nigéria), compte tenu de la charge émotionnelle que ces pays comportent pour les émigrés.

  • 1 Les liens avec Damas ne changent en rien la donne, puisque les banlieues druzes qui servent de tête (...)

14L’exploration des réseaux claniques et communautaires a permis de mieux comprendre comment, « techniquement », la production d’espaces communautarisés se mondialise. L’ensemble du système de mobilité des Druzes du Djebel est structuré par l’appartenance clanique et communautaire ; la circulation est facilitée pour les membres du réseau, reproduisant hors de Syrie de nouveaux espaces communautarisés qui deviennent les nouveaux pôles économiques communautaires. Ainsi, tant que la société est imprégnée des valeurs communautaires et des représentations qui s’y greffent, fournissant de ce fait un cadre identitaire aux pratiques spatiales, l’espace communautaire des Druzes de Syrie conservera un aspect bicéphale : un centre identitaire localisé dans le Djebel et des centres économiques multipolarisés – l’espace migratoire – qui, à des degrés divers de l’échelle spatiale, vont des banlieues druzes de Damas à celles, parfois situées à des milliers de kilomètres, de Lagos, Maracaïbo, Caracas, etc. Et tant que ces liens persisteront, les retours se réaliseront. Car, avec son espace migratoire, la province de Sweida demeure un espace ouvert, alors qu’à l’échelle nationale, elle s’apparenterait plutôt à un isolat communautaire, caractérisé par une forte discontinuité spatiale dans un environnement dominé par les Sunnites1. Mais le fait de n’entretenir que peu de relations avec les espaces voisins n’est cependant en rien un choix lié à ce que A. Reynaud appelle un « refus de changement » ou une « inadaptation » de la société, puisqu’il s’agit ici, bien au contraire, d’une totale adaptation à un environnement hostile. Pour preuve, l’espace communautaire demeure un exemple abouti d’adaptation de la communauté druze du Djebel, fruit de la somme des stratégies des membres du groupe. Ceux-ci y puisent, à tous les degrés successifs de l’échelle spatiale, les moyens de leur survie.

L'adaptation de l'espace communautaire des Druzes du Djebel : de la montagne refuge à l'organisation réticulaire d'un « espace ressource »

15L’espace communautaire des Druzes du Sud syrien est, dans sa forme actuelle, le fruit d’un processus évolutif et diachronique. Il s’est modifié avec les changements conjoncturels pour mieux s’adapter aux problèmes posés par les nouveaux contextes dans lesquels les Druzes se trouvaient. Construction spatiale d’une communauté en mouvement, il demeure le soubassement des stratégies des Druzes du Djebel, sa marque spatiale en quelque sorte.

  • 2 Comme ce fut le cas dans les provinces favorisées par l’État. Dans ce cas, le pouvoir central a che (...)

16L’espace communautaire druze en Syrie se situe dans un cadre évolutif en imbrication extrême avec l’environnement politique et économique lié à la nature même du pouvoir central et à son contrôle territorial. En « imbrication » ne veut toutefois pas dire qu’il en est le produit, ni même qu’il y est assujetti. L’espace communautaire n’est pas le produit des stratégies territoriales étatiques, mais celui de l’inscription spatiale des membres de la communauté, inscription dont la forme constitue une adaptation à l’action politico-économique étatique. En Syrie, ces deux domaines sont encore largement imbriqués malgré l’ouverture économique qui a débuté en 1986. Comme dans un système d’engrenages, la communauté répond en adaptant ses propres stratégies aux actions coercitives du pouvoir central. Lorsque celles-ci se font trop contraignantes, le système communautaire cherche à s’autonomiser. Finalement, le développement de formes et de dynamiques spatiales nouvelles dans la province druze n’est en aucun cas l’œuvre directe et volontaire d’un acteur extérieur (l’État par exemple) qui aurait agi consciemment2. C’est au contraire la société elle-même qui adapte son espace à des contraintes extérieures.

17Les ruptures politiques ou économiques survenues depuis l’arrivée des Druzes dans le Djebel, et qui ont affecté la stabilité du groupe, sont à l’origine des modifications de son espace communautaire et des adaptations survenues dans l’organisation socio-spatiale de la communauté. Sur la figure 49, nous nous sommes efforcés de représenter les étapes de ce processus d’adaptation de l’espace communautaire aux fluctuations du contexte politique et économique national (fig. 49).

18Durant le xviiie et le xixe siècle, le Djebel devient un refuge pour des populations druzes déplacées. L’espace communautaire druze était, à cette époque, composé d’ « îlots refuges » entre lesquels les Druzes circulaient à l’intérieur de l’Empire ottoman. C’est au cours du xixe siècle que le Djebel devint un territoire approprié par la communauté et une nouvelle centralité communautaire. Cette première adaptation spatiale est le résultat d’un environnement conflictuel et répressif dans lequel les Druzes, minorité renégate pour le pouvoir ottoman, ont recherché l’abri de la montagne (fig. 49 [phase 1]).

19Avec la fin de l’Empire ottoman, des frontières nationales nouvelles confinent les Druzes dans leurs territoires respectifs ; les divers territoires des communautés druzes sont alors confrontés à la logique intégrationniste de l’État-nation en construction. Pour la première fois, l’espace communautaire druze est disloqué : le destin des Druzes se fera désormais dans des cadres nationaux en formation (Liban, Syrie, Palestine). Chaque « îlot » prend alors un chemin divergent en relation dialectique avec une autorité centrale plus présente que lors de la période précédente. Chaque communauté devient un acteur autonome de production spatiale. En Syrie, le Mandat français délimite et renforce le territoire druze qui devient une pièce stratégique des projets politiques colonialistes : c’est une rupture essentielle dans les rapports traditionnellement hostiles entre la communauté et le pouvoir central, qui marque le début de l’intégration du territoire druze à l’État syrien en gestation. Pour la première fois, la communauté druze du Djebel est reconnue politiquement et bénéficie d’une organisation administrative ainsi que d’une enveloppe budgétaire : les logiques politiques et communautaires se confondent alors. La signature par les cheikhs druzes du traité constitutif d’un État druze dans le Djebel est une autre adaptation aux sollicitations externes. L’espace communautaire des Druzes du Djebel se réduit alors à sa forme minimale : le territoire druze (fig. 49 [phase 2]).

20L’intégration forcée voulue par le pouvoir nationaliste de Damas constitue une nouvelle rupture avec la situation précédente : la communauté du Djebel se trouve à nouveau menacée dans son organisation interne et sa stabilité. L’État moderne détient désormais des
moyens cœrcitifs pour contraindre les forces centripètes comme les communautés territorialisées. Intégrée de force dans un État territorial qui cherche à gommer toutes manifestations communautaires, la communauté druze du Djebel doit s’adapter. Après l’échec de la stratégie politique des officiers druzes dans les années 1960 qui marque l’éloignement de la communauté druze des circuits politiques de l’État, la donne ne change pas. Toute cette période s’accompagne d’une troisième adaptation particulière à ce contexte national difficile : un processus migratoire s’amorce et des relations extra-régionales et supra-nationales permettent aux Druzes du Djebel de compenser les blocages liés à leur particularisme socio-culturel ainsi qu’à l’enclavement de leur territoire historique. L’espace communautaire se ramifie alors pour former peu à peu un véritable réseau capable de dépasser le cloisonnement national (fig. 49 [phase 3]).

21L’espace communautaire serait donc en quelque sorte un système mouvant, adaptable, qualités qui le rendraient insaisissable par nature à toute autorité externe qui chercherait à l’astreindre. Il serait une sorte d’alternative à la phagocytose, un instrument efficace d’adaptation et de maintien de la culture druze. Il se régénère tant que la cohésion communautaire persiste, puisque celle-ci demeure le critère primordial de production de cet espace. Finalement, cet espace communautaire serait le résultat de résistances plus ou moins conscientes de membres de la communauté druze ayant trouvé, dans la migration, une réponse à un processus rampant d’annihilation, et qui choisissent leurs alliés sur des critères familiaux, identitaires et culturels. L’espace communautaire est devenu un « espace-ressource » pour le groupe.

Notes

1 Les liens avec Damas ne changent en rien la donne, puisque les banlieues druzes qui servent de tête de pont à l’ancrage druze dans cette cité ne sont que des annexes d’un système communautaire quasi fermé.

2 Comme ce fut le cas dans les provinces favorisées par l’État. Dans ce cas, le pouvoir central a cherché par des investissements et des aménagements à générer des dynamiques sociales et spatiales dont il espérait pouvoir récolter les fruits.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable