Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Troisième partie - Le système migratoire international comme prolongement de l'espace communautaire druze

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1L’espace communautaire des Druzes du Djebel ne se limite pas aux banlieues druzes de Damas. Il a un prolongement transnational qui est déterminant pour la survie et l’existence même du groupe. La communauté, en tant que construit historique, social et identitaire, fournit un cadre à la circulation migratoire. Cet espace de la migration est complémentaire du territoire historique du Djebel Druze. Réunis, ils forment l’espace communautaire global qui fonctionne alors comme un système complet étant donné que le territoire historique est devenu, économiquement, extrêmement dépendant de son champ migratoire.

  • 1 Nous pensons à l’expérience professionnelle et au savoir-faire des émigrés.

2Les réseaux migratoires communautaires, claniques et familiaux demeurent le meilleur moyen d’accéder aux espaces migratoires qui permettent de neutraliser les blocages propres au contexte syrien ; en retour, ces réseaux exercent une influence déterminante, bien qu’indirecte, sur l’organisation de l’espace et de la société druzes. Les recompositions socio-spatiales les plus manifestes sont l’œuvre d’un processus communautaire qui, en se déployant dans l’espace mondial, a permis d’injecter dans la province druze des ressources épargnées ou captées 1 dans les pays d’émigration. Mais, comme les ressources dépendent essentiellement des forces relationnelles des clans, qui ouvrent ou ferment l’accès à certains pays du champ migratoire, nous assistons à une transformation différenciée de l’espace du Djebel selon le degré et le pouvoir d’action de chaque clan : leur implication dans la société locale, leur capacité et leur volonté à investir sont très variables d’un clan à l’autre, étant donné qu’aucun ne possède le même parcours migratoire.

3La figure 48 tente de schématiser les degrés de réinvestissement des émigrés et de présenter les combinaisons migratoires majeures qui, en retour, ont une incidence plus ou moins marquée sur des secteurs géographiques particuliers de la province. Le Djebel se compose d’un secteur septentrional qui fonctionne de manière quasi exclusive avec la capitale Damas et sa région urbaine. Dans cet espace, les mouvements migratoires internes, de type pendulaire, dominent fortement les pratiques ; ces mobilités, entièrement polarisées par Damas, sont limitées et n’offrent pas de possibilités d’investissements majeurs susceptibles de transformer en profondeur cet espace. On note ensuite un vaste secteur, constitué du Léja et de la région de Shahba, qui possède un dynamisme économique moyen grâce à des migrations de travail multidirectionnelles rendues possibles par sa position géographique favorable : liens avec la capitale (migrations pendulaires journalières), émigration internationale diversifiée et réinvestissement des émigrés de retour. Le secteur composé de Sweida et du Djebel diffère du cas précédent par la faiblesse des migrations pendulaires quotidiennes avec la région de Damas, qui laissent place à des pratiques migratoires en général hebdomadaires. Le mouvement général d’émigration (national et international) est moins marqué qu’ailleurs, car les possibilités locales d’emplois sont plus nombreuses. La particularité de ce secteur réside dans sa capacité à capter les émigrés de retour et, en particulier, les plus riches qui viennent y investir leurs revenus tant dans l’économie urbaine (immobilier, commerces) que dans les campagnes voisines. Ce secteur est donc devenu l’espace économiquement le plus dynamique de la province. Enfin, deux sous-ensembles possèdent des caractéristiques proches : la zone composée des villages chrétiens à l’ouest de Sweida et les zones méridionales et orientales du Djebel. Ici, la forte émigration demeure un facteur d’atonie économique, compte tenu du fait que les réinvestissements liés à des retours ne s’effectuent pas dans cette zone éloignée des pôles économiques, hormis, localement, dans l’immobilier.

Notes

1 Nous pensons à l’expérience professionnelle et au savoir-faire des émigrés.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable