Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Troisième partie - Le système migratoire international comme prolongement de l'espace communautaire druze

Chapitre 9. Les effets de l'émigration internationale dans le Djebel : transformations spatiales et nouvelles dynamiques urbaines

Texte intégral

1Dans le Djebel, nous l’avons souligné, la division clanique de la société druze est un héritage historique qui date d’une époque durant laquelle se sont effectuées des vagues d’immigration en provenance des autres foyers de peuplement de la communauté. La mise en place, au xxe siècle, d’un processus généralisé d’émigration dans la province de Sweida a, nous le savons également, favorisé les groupes familiaux qui ont su construire des réseaux permettant de faire accéder le plus grand nombre de leurs membres aux ressources de la migration. Dans ces conditions, la pluralité des pratiques migratoires n’est-elle pas à l’origine d’une différenciation accrue, tant sociale que spatiale, de la communauté et de son territoire ? Il est probable que l’accès inégal des familles druzes aux ressources qu’offre la migration provoque une différenciation dans les niveaux de réinvestissement dans leur milieu local.

  • 1 Notre premier contact avec le Djebel eut lieu entre septembre 1997 et mai 1998, lorsque nous effect (...)

2Cette hypothèse part d’un constat que nous avions établi très vite après notre arrivée sur le terrain en 19971, mais dont les clés d’explication nous échappaient alors : la province, homogène du point de vue confessionnel, est caractérisée par de considérables écarts de niveau de vie et des différentiels de développement entre secteurs du Djebel, entre villages, entre terroirs. Mais comment alors expliquer ces différences criantes que nous avions notées, qui perdurent et semblent même s’être renforcées dix ans plus tard ?

3Afin de vérifier l’hypothèse d’une différenciation de l’espace provincial induite par un processus de circulation migratoire qui aurait favorisé certaines familles, nous avons décidé de privilégier deux échelles d’analyse. La première correspond au cadre urbain, celui de la ville de Sweida, qui a largement bénéficié des investissements des migrants de retour, comme en témoignent le développement de certains quartiers de villas, la création de nouvelles centralités commerciales et de nouveaux espaces urbains récréatifs et de consommation, bref l’apparition d’un nouveau mode de vie. Puis, à l’échelle de la mohafaza de Sweida, nous chercherons à identifier les dynamiques spatiales en relation avec les investissements des émigrés druzes. Nous étudierons l’effet de l’émigration sur des communes rurales en fonction des lignes de fracture qui correspondent à la diversité des expériences migratoires des familles présentes dans ces villages.

A. Les nouvelles dynamiques sociales, économiques et spatiales à Sweida

4À Sweida, les réalisations des émigrés de retour ont modifié, depuis les années 1980, la physionomie de la ville. Par son mode de vie et son mode de consommation, il génère de nouvelles centralités. En dehors de l’industrie agro-alimentaire, les émigrés ont largement investi, en milieu urbain, dans la construction immobilière et dans le secteur commercial. L’épargne des migrants investie à Sweida est devenue un des moteurs principaux de la croissance urbaine, dont témoignent les quartiers de villas, les nouvelles rues sur lesquelles ouvrent des commerces modernes destinés à une clientèle aisée d’émigrés aux besoins divers et un nouveau centre-ville, témoin de la libéralisation naissante. Les ressources financières dont il dispose en font un nouvel acteur de l’urbain.

5Le retour des émigrés induit également une recomposition de la société druze du Djebel. Quelle est donc leur place au sein d’une société qui demeure encore traditionnelle et dans laquelle les rapports de pouvoir se construisent toujours largement sur des allégeances claniques ? Le statut économique des émigrés, nouvellement acquis, risque dans ces conditions de susciter des résistances.

1. Sweida ou les « trois villes »

La ville traditionnelle des notables druzes

  • 2 La madhafe est une salle de réception conçue dans un souci d’hospitalité des hôtes de passages. Tou (...)

6À l’arrivée des premiers immigrés druzes, Sweida n’était qu’un modeste village perché bâti sur des ruines antiques. À partir du xviiie siècle, elle devint le lieu d’établissement du clan druze le plus puissant, d’où l’Émir Hamdan-el-Hamdan tenta de diriger le Djebel. Au début du xxe siècle, à la fin de la domination ottomane, Sweida est la bourgade la plus peuplée du Djebel, avec quelques milliers d’habitants, mais surtout le lieu d’implantation de plusieurs grandes familles druzes : la branche des Attrach de Sweida, qui avait supplanté les Hamdan à la fin du siècle précédent ; les Jerboua, grande famille détentrice de l’autorité religieuse ; les Abou Assali, un des principaux clans fondateurs de Sweida, etc. Le pouvoir de ces clans influents est, à cette époque, matérialisé dans l’espace par les madhafe-s2 des grandes familles dirigeantes. Toujours en activité, ces constructions sont toutes constituées de blocs de basalte, unique matériau disponible dans ce massif volcanique (pl. photos III, 1). En effet, aujourd’hui encore, les notables locaux, descendants des illustres lignées qui ont « fait » la ville, ont conservé la madhafe familiale ancienne (pl. photos III, 2), lieu de réunions et de négociations politiques, et persistent à vivre dans les maisons de basalte de leurs ancêtres qu’ils entretiennent comme les signes de leur ancrage dans la tradition. La légitimité politique qu’apporte l’appartenance à un lignage prestigieux et historique est matérialisée et symbolisée par ces hauts lieux (maisons des ancêtres, madhafe-s) de la société communautaire.

La ville moderne de l’État

  • 3 Nous rappelons que le Mandat français avait choisi de favoriser certains clans druzes aux dépens d’ (...)

7En déplaçant les nouveaux lieux du pouvoir officiel à l’extérieur de la vieille ville basaltique, les administrateurs coloniaux avaient d’emblée donné à voir les objectifs de la domination politique exercée par le Mandat. Il s’agissait de créer un centre unique de pouvoir, qui devait, en théorie, regrouper tous les chefs politiques de la communauté derrière un seul et même représentant choisi par la France. Par ce procédé, le pays mandataire pensait pouvoir rapidement arriver à contrôler l’ensemble du système clanique de la communauté druze du Djebel et à marginaliser les oppositions les plus virulentes à son ingérence3. La France marqua ainsi symboliquement l’espace par la construction du Sérail, lieu du nouveau pouvoir officiel. À l’Est de la ville, le quartier français fit son apparition : maisons de tuiles rouges pour les administrateurs et leurs familles (la maison du gouverneur était un petit châtelet avec jardin et courts de tennis) et casernements pour abriter les nombreux soldats. Les édifices du Mandat français symbolisaient la rupture avec la madhafe et sa conception traditionnelle du pouvoir communautaire.

  • 4 Cf. : supra, Première Partie, chapitre 3.
  • 5 Landis, 1998 : 378.

8Il n’est donc pas surprenant de constater que le nouveau pouvoir syrien, né au lendemain de l’indépendance et animé d’une logique moderne de centralisation et de construction étatique, ait suivi le chemin tracé par les Français en réinvestissant les mêmes lieux de pouvoir (Sérail, maison du gouverneur, bâtiments de l’administration et cantonnement militaire) et en conservant la même organisation administrative4. C’est assurément ce que Sultan el-Attrach, leader charismatique de la communauté druze du Djebel et chef de la révolte contre le Mandat français (1925-1927), exprima dans un discours (en 1947), lorsqu’il établit un parallèle entre les nouveaux gouvernants de Damas, qui cherchaient à mettre fin au leadership des chefs communautaires historiques, et les colonisateurs français qu’ils avaient récemment remplacés5. Aujourd’hui encore, une partie des bureaux de l’administration provinciale se trouve toujours dans les bâtiments construits sous le Mandat.

  • 6 Nous rappelons qu’il s’agit de coopératives de logements.

9Ce n’est que très récemment (à partir de 2001) que de nouveaux édifices publics – municipalité, achevée en 2004 ; centre de police, inauguré en 2005 – furent construits. Comparés aux bâtiments mandataires, ils répondent mieux aux critères de modernité urbaine dont l’État veut se parer (pl. photos III, 3). De plus, un effort a été consenti pour modifier l’aspect externe des bâtiments publics datant de l’époque du Mandat qui sont toujours utilisés par l’administration publique. C’est dans cette logique de modernité affichée que le Sérail a été recouvert en 2001 d’un placage de calcaire blanc (pl. photos III, 4), alors qu’il est construit en basalte taillé et que son état ne nécessitait aucune restauration extérieure. L’État a encouragé également le développement d’un habitat collectif destiné à ses employés. Par l’intermédiaire des jamayeh sakaniyeh6, l’État a facilité l’éclosion d’un type d’habitat qui prend la forme de petits immeubles collectifs de plusieurs niveaux (pl. photos III, 5). Plusieurs quartiers de la ville de Sweida sont constitués d’immeubles bas de cinq étages en moyenne. Actuellement, ces coopératives de logements participent à l’extension du bâti au nord de Sweida. Ce procédé a facilité l’accès à la propriété d’un nombre important de fonctionnaires, d’ouvriers du secteur public et de membres des corporations syndicales.

La ville des émigrés enrichis à l’étranger

10Une « troisième ville » dans la ville émerge à partir des années 1980 : celle des émigrés. Par leur conception nouvelle de la vie urbaine, faite de lieux de consommation, d’espaces récréatifs et d’habitations luxueuses, les riches émigrés de retour participent à la construction de nouveaux espaces urbains qui se surimposent, telles des pièces rapportées, à ceux préexistants. Ces émigrés ont ainsi généré leurs propres quartiers (celui de tariq Qanawat est le plus connu) et leurs propres espaces commerciaux à l’écart des « deux autres villes ». De tels espaces tant résidentiels, récréatifs que commerciaux, produits d’un mode de vie allogène à la ville car importé, s’inscrivent en porte-à-faux par rapport à la ville traditionnelle et à la ville officielle et administrative.

11C’est à tariq Qanawat que l’on peut le plus apprécier ce changement de mode de vie. Mais il transparaît également à travers le style architectural des demeures que les émigrés se sont fait ériger et à partir desquelles ils affichent leurs différences et leur fortune (pl. photos III, 7 & 8). Enfin, cette différence rejaillit dans les discours des Druzes restés au pays qui leur reprochent leur comportement ostentatoire. Comme la plupart des émigrés sont d’anciens ruraux, les représentants des grandes familles traditionnelles druzes de la ville sont particulièrement critiques à leur égard.

2. Les émigrés comme acteurs de la ville : création de nouvelles centralités

Le quartier de « tariq Qanawat »

12Les constructions réalisées par les émigrés se dispersent à travers l’ensemble de la ville. De ce fait, il est difficile d’en mesurer le poids et de préciser exactement le rôle des émigrés dans l’investissement immobilier. C’est pourquoi nous avons centré notre étude sur l’exemple le plus visible : le quartier des « mukhtaribin-s » (des émigrés), nommé plus communément « tariq Qanawat ». Ce quartier, situé dans la partie septentrionale de Sweida, localise les plus riches de ces migrants et concentre un maximum de villas de haut standing (fig. 45).

13La route qui mène à Qanawat (village situé au Nord-Est de Sweida) a été peu à peu bordée de quartiers qui se sont développés à partir des années 1960-1970. La municipalité, après avoir racheté puis viabilisé de grandes parcelles, divisées en lots de 500 m2, les a mis en vente. Ils furent acquis dans un premier temps par les familles aisées de Sweida (commerçants, grands propriétaires). Puis vinrent les premiers émigrés fortunés de retour au pays. Au cours des années 1980, une seconde zone proche de la route de Qanawat (au Nord de la précédente) a été urbanisée avec l’arrivée d’ex-ruraux, surtout originaires des villages du Sud et enrichis au Vénézuela, aux USA ou dans le Golfe. Les parcelles disponibles étaient alors de 1000 m2 et destinées à des personnes fortunées. Aujourd’hui, le quartier, situé sur une colline qui surplombe le reste de la ville, est très aéré, calme et jouit d’un cadre verdoyant (pl. photos IV, 1). Il regroupe des habitants de niveau social élevé : un grand nombre d’émigrés (entrepreneurs expatriés, entrepreneurs locaux), mais aussi des médecins, des ingénieurs (qui ont souvent exercé dans le Golfe) et des avocats (formés en Europe ou aux États-Unis), expatriés ou non.

14M. Khalil est un bon exemple de ces résidents. Son père, originaire de Mtan, à l’extrême sud du Djebel, a quitté son village en 1962 pour le Vénézuela. Il y a travaillé, au début de sa migration, dans le commerce, puis est arrivé à épargner pour ouvrir un magasin. En 1969, il fit venir ses enfants et sa femme. M Khalil quitte alors Mtan ; il a 21 ans. Entre 1970 et 1974, il poursuit ses études au Vénézuela, à l’Université de Maracaïbo où il obtient son diplôme d’ingénieur. La même année, il est embauché par une compagnie pétrolière, dans laquelle il travaillera jusqu’en 1998. Actuellement, il vit partagé entre Sweida et le Vénézuela, où il fait « du business ». De 1996 à 2000, M. Khalil se fait construire une villa dans le quartier de tariq Qanawat. C’est une grande demeure d’architecte de 550 m2 avec une véranda de 255 m2. Voici un extrait de l’entretien qu’il nous a accordé :

« Quand mon père a quitté Mtan, au début des années 1960, il n’était qu’un modeste agriculteur qui cultivait quelques donoum-s dans cette zone où la pluie fait défaut. Grâce à un cousin de Salkhad, il put voyager au Vénézuela. Nous habitions alors dans notre vieille maison de pierres dans le centre du village. Puis j’ai quitté mon village avec ma mère. Au fond de moi, je savais que je n’y retournerai plus… [pour y vivre]. À Maracaïbo, au début, j’étais comme un oiseau qui a quitté sa cage : l’université, les sorties… C’était pour nous une vie dorée, d’autant qu’il était facile de travailler. Et puis, il y eut la crise et la dévaluation du bolivar. Moi, j’ai travaillé dur, mais j’avais envie de retourner au pays. Alors je suis rentré et me suis marié à Sweida. À mon retour, j’ai vu que Sweida avait beaucoup changé. C’était devenu une belle petite ville et le quartier de tariq Qanawat se développait. Y habiter, c’était pour moi un bon moyen de revenir au Djebel et d’habiter dans ma ville, à une heure de l’aéroport de Damas. Tu comprends, Sweida, c’est notre ville, pour nous, les Druzes ». (Entretien avec M. Khalil, émigré installé à Sweida, originaire du Sud-Djebel, juin 2004)

  • 7 La famille Salaheldin est une famille druze installée à Sweida depuis le xixe siècle, époque de sa (...)

15Le choix de son installation dans un tel quartier n’est pas neutre, même s’il ne nous divulgue pas la raison première. Il est certain que le temps nécessaire pour effectuer le trajet entre l’aéroport de Damas et son domicile peut être un argument de taille pour un émigré qui voyage régulièrement. Mais, dans ce cas, Mr Khalil aurait très bien pu résider dans un autre quartier de Sweida ou même à Shahba, qui est un lieu encore plus proche de Damas. Evidemment, si M. Khalil a fait construire sa villa dans le quartier de tariq Qanawat, c’est pour afficher sa réussite professionnelle et sociale. D’ailleurs, parmi les entrepreneurs dont nous avons fait la connaissance, certains, tout comme M. Khalil, ont fait le choix d’une résidence dans le quartier de tariq Qanawat. C’est le cas de la famille Salaheldin, originaire de Sweida7, et des frères Abou Hassan, originaires d’Orman, un village du Sud du Djebel. Et eux n’en cachent pas les raisons :

« Lorsque mon frère et moi avons quitté Orman, nous étions pauvres. Au Nigéria, nous avons gagné beaucoup d’argent par rapport au niveau de vie de nos parents. S’installer ici est pour nous la preuve de notre réussite. Ici, il y a des médecins, des avocats. Moi je n’avais rien d’autre que mes mains au début. Pourtant, on est arrivé au même niveau maintenant [éclats de rires] ». (Saleh Abou Hassan, Sweida, décembre 1997).

  • 8 Il est de tradition d’offrir au visiteur des fruits et des sucreries avec le café ou le thé.

16Le regroupement des riches émigrés dans le quartier de Qanawat en fait un lieu convoité par ceux qui cherchent à montrer leur ascension sociale et leur réussite matérielle. Pour cette raison, ce quartier est négativement connoté par les autres habitants qui n’y ont pas accès et qui considèrent ces nouveaux riches comme des parvenus. En effet, lorsque j’effectuais mon travail de terrain, les familles plus modestes, chez qui je résidais parfois, se moquaient régulièrement de la façon dont j’allais être reçu chez ces émigrés enrichis. Ainsi, la plaisanterie s’orientait généralement sur leur présupposée « pingrerie », comme par exemple sur le fait que j’allais ne recevoir que de l’eau avec mon café8. Il est clair que les familles druzes modestes ne fréquentent pas ces familles d’émigrés fortunés et ne se rendent jamais dans ce quartier résidentiel.

Les rues commerçantes, lieux d’investissement et de spéculation des émigrés

17L’extension de la surface commerciale à Sweida est difficile à chiffrer. Nous n’avons pas pu obtenir de données précises à l’échelle de la ville. À la direction du Tamouine (bureau de contrôle du Commerce) de Sweida, nous avons cependant pu nous procurer quelques chiffres, mais valables uniquement à l’échelle du gouvernorat sans ventilation par commune. En 2000, on comptait 9 993 commerçants individuels inscrits sur les registres régionaux du commerce auxquels s’ajoutent 817 établissements commerciaux déclarant deux travailleurs et plus. Entre 1980 et 2000, le nombre d’établissements commerciaux serait passé d’environ 4 000 à plus de 10 000. Vu la concentration des commerces à Sweida par rapport à l’ensemble de la province (Shahba est la seule petite ville à offrir une structure commerciale notable), il est certain que cette progression est avant tout le fait de la capitale du Djebel. Entre 1997 et 2006, période durant laquelle nous avons résidé régulièrement à Sweida, nous avons assisté à la naissance de nouvelles rues commerçantes dans le centre-ville (nommé « nouveau centre-ville » car à l’écart des souks et du centre administratif : fig. 45), réalisées en majeure partie par des investisseurs issus de l’émigration. Nous avons aussi été témoin de l’extension commerciale de la rue tariq Qanawat.

  • 9 Il est actuellement propriétaire de plusieurs supermarchés au Vénézuela.

18Ainsi, l’investissement des migrants « dans la pierre » concerne également les locaux commerciaux. En effet, en proposant des surfaces commerciales à la vente ou à la location, les émigrés s’assurent un revenu facile une fois leur carrière à l’étranger terminée. Les secteurs commerciaux de la ville de Sweida sont représentés sur la figure 45. En dehors du souk traditionnel (souk el-Qameh, sahat Tourchan et sahat el-Fokhar), les rues commerçantes se sont toutes développées après les années 1960 : les rues Sharany et Omayad dans les années 1960, la rue du baladiyeh (municipalité) et ses annexes dans les années 1970, les rues autour de la résidence du mohafez dans les années 1970-1980, la rue de Qanawat au début des années 1990 et le nouveau centre-ville, sur la route de Damas, à partir de 2000 (fig. 45). Dans tous ces secteurs commerciaux récents, des familles enrichies par l’émigration ont acquis des fonds de commerces et exploitent des magasins. Certaines, ayant fait fortune au Vénézuela, sont connues pour détenir plusieurs commerces dans la même rue. Dans les rues commerçantes « Sharany » et « Omayad », M. Zieb Abad el-Hay9, toujours expatrié au Vénézuela, possèderait plusieurs dizaines de fonds de commerce, mais aussi des surfaces de bureau à l’étage des immeubles. De même, à l’entrée de la rue tariq Qanawat, il est propriétaire d’un immeuble destiné à recevoir des bureaux. Ces investissements spéculatifs sont monnaie courante dans le centre-ville de Sweida, où une multitude d’infrastructures commerciales sont construites et restent parfois vides plusieurs années. Le « nouveau centre-ville » est un produit de l’investissement spéculatif des émigrés. Il est composé d’une dizaine d’immeubles modernes de quatre ou cinq étages qui bordent la route (pl. photos III, 6). Les rez-de-chaussée sont constitués de locaux commerciaux ouverts sur la rue. Les étages sont destinés à recevoir des bureaux ou des appartements. Parfois, une galerie ouvre sur un patio intérieur prévu pour la réalisation d’un petit centre commercial (véritable petit shopping mall). En 2006, c’est-à-dire près de six ans après l’achèvement des travaux de ces immeubles, le taux d’occupation des locaux commerciaux situés au rez-de-chaussée dépassait à peine les 60 %.

« Tariq Qanawat » : une nouvelle centralité commerciale investie par les émigrés de retour

  • 10 G. Cortès (1998 : 268), dans un article fort instructif, parle de rythme de mobilité pour définir l (...)

19D’après les enquêtes que nous avons réalisées auprès des commerçants de la rue de tariq Qanawat, la plupart des fonds de commerce sont loués ou détenus par des émigrés qui cherchent à exercer un travail à leur retour ou lors des nombreuses périodes « transitoires » d’activité au pays. Comme les itinéraires migratoires s’organisent généralement selon des cycles de travail à l’étranger ponctués de périodes de retour10, les activités commerciales sont, dans cette rue, extrêmement changeantes d’une année à l’autre. Il n’est pas rare qu’un restaurant ouvre quelques mois, avant d’être repris par un autre gérant qui le transforme en salle de billard ou en épicerie, et ainsi de suite.

  • 11 Dans les années 1990, de grands magasins de vêtements de marques sont venus ouvrir un établissement (...)
  • 12 Par exemple, les fruits sont sélectionnés selon leur calibre, certains importés (pastèques d’Égypte (...)

20Mais vue la proximité de cette rue commerçante avec le quartier des émigrés fortunés qui porte le même nom, elle est devenue un de leurs lieux privilégiés de consommation et de distraction. Le pouvoir d’achat et le mode de vie des émigrés ont orienté les activités commerciales d’une partie des commerces de la ville11 et plus particulièrement dans la rue de tariq Qanawat. Sur les 48 établissements que compte la portion la plus commerçante de cette rue (entre la place Tichrîn et le rond-point Zambaka), on comptait en 2001 : 19 sandwicheries, 11 épiceries de produits importés pour partie du Liban (et primeurs « de luxe »12), 6 magasins de cadeaux (fleuriste, produits de maquillage, parfumerie, jouets), 4 cafés (billards et narguilés), 3 pâtissiers-glaciers, 1 quincaillerie, 1 boulangerie, 1 pharmacie et 1 volailler. La plupart de ces magasins s’adressent en priorité à une clientèle riche et au mode de consommation urbain. Un institut de langue complète l’ensemble.

21La plupart des commerces et des restaurants qui flanquent la rue de Qanawat, tenus par d’anciens migrants, portent le nom d’une ville vénézuélienne (épicerie « Maracaïbo » par exemple) ou encore des noms à consonance anglo-saxonne (« King Brosted »). C’est en soirée et plus particulièrement en été que l’animation est la plus grande. Une clientèle bigarrée se presse dans les cafés et les petits restaurants. Les jeunes viennent exhiber la voiture de papa immatriculée dans le Golfe. Assis par groupes sur les capots, ils regardent les jeunes filles passer. L’atmosphère est aussi familiale, lorsque les familles d’émigrés, recomposées le temps des vacances, se rendent aux terrasses pour savourer une glace italienne. L’atmosphère moderne de cet espace commercial est très différente de celle du souk traditionnel.

3. L’architecture des villas des émigrés : un signe de modernité qui contraste avec la culture traditionnelle

Les villas des émigrés fortunés

  • 13 Lors d’un entretien avec le propriétaire d’une villa du quartier de tariq Qanawat, nous avons appri (...)

22Le passage par la migration et l’enrichissement qui en est résulté ont donc permis aux nouveaux riches d’afficher leur statut social et leur fortune par l’édification de somptueuses villas, appelées « châteaux » (qalaa-s) par les habitants du Djebel. La planche photographique IV montre les demeures d’entrepreneurs ex-migrants situées directement au bord de la route de Qanawat, afin qu’elles soient très visibles13 (pl. photos IV).

23Dans les quartiers des émigrés, c’est surtout la réussite financière que l’on exhibe. Les villas, couvertes de marbre blanc ou de pierres blanches, rivalisent de raffinement pour surpasser celles des voisins ; de lourdes berlines sont ostensiblement garées dans la cour ; jardins ou parfois tennis ornent l’arrière de ces demeures individuelles que ceinturent des grilles ou des enceintes. L’entrée est généralement monumentale et s’inspire de l’architecture des temples gréco-romains avec des reproductions de colonnes antiques qui flanquent la porte d’entrée (pl. photos III, 7 & 8). Sur les murs, des sculptures de lions ou des frises décoratives en pierre représentant généralement des motifs floraux ou des grappes de raisin, symbolisent grandeur et opulence comme dans l’Antiquité.

24À l’intérieur également, elles conservent leur démesure. Un hall immense avec des escaliers permet de rejoindre les étages. Une verrière éclaire généralement cette première pièce. Au rez-de-chaussée, il y a toujours plusieurs salons : un pour les hommes et un pour les femmes, auxquels s’ajoute une madhafe spacieuse destinée à recevoir les invités. Une porte indépendante permet d’y accéder à partir du hall sans pénétrer plus avant dans le reste de la villa. Les femmes possèdent aussi souvent, à l’arrière de la villa, une entrée particulière qui dessert les chambres situées aux étages supérieurs. À l’intérieur, on trouve encore tous les derniers modèles de mobilier électroménager importé du Golfe.

25Ces villas contrastent avec les maisons traditionnelles de basalte qu’habitaient auparavant la plupart des émigrés originaires des villages. La hauteur des plafonds et les dimensions des ouvertures n’étaient techniquement pas réalisables avec les pierres de basalte. La seule concession à la tradition semble être la présence d’une madhafe qui a intégré l’espace de vie.

La symbolique de l’architecture

  • 14 Nous pensons que le style architectural a un rôle symbolique comme les divers signes de marquage ur (...)

26Ainsi, à Sweida, les divers pouvoirs à l’origine de la création des « trois villes », tous acteurs de l’urbain, s’affichent via leurs réalisations architecturales : le pouvoir traditionnel héritier de la structure socio-politique clanique et communautaire ; le pouvoir politique de l’État centralisateur ; le pouvoir économique et financier des émigrés, les derniers venus, mais pas les moins voyants. La plupart des constructions édifiées par ces acteurs de l’urbain à Sweida sont porteuses d’un message social et culturel symbolique14 : ce sont ces symboles que nous chercherons ici à déchiffrer.

  • 15 Centre de réunion des religieux druzes.
  • 16 Si certaines familles traditionnelles ne vivent plus à plein temps dans les maisons de basalte de l (...)

27L’habitat ancien, c’est-à-dire l’ensemble des maisons de basalte entretenues par les familles détentrices de la za‘ama (leadership clanique et communautaire), fait implicitement référence aux valeurs traditionnelles de la culture druze. En vivant dans la demeure des ancêtres, les notables traditionnels maintiennent vivace une partie de la culture d’origine rurale et montagnarde des Druzes et légitiment leur pouvoir hérité. L’architecture de basalte des villages ou de la vieille ville de Sweida est le témoignage d’un ancrage, d’un respect de la tradition religieuse qui prône l’austérité, la simplicité et la discrétion. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les deux majless15 que compte la ville de Sweida sont situés dans la vieille ville et construits en pierres noires. De fait, symboliquement, ce type d’habitat demeure un signal fort du maintien de l’organisation socio-politique traditionnelle des clans druzes et de la morale prônée par les cheikhs religieux. Ainsi, les grandes familles de religieux spirituels tout comme les clans fondateurs de la ville ont largement conservé une attache sentimentale16 avec ce patrimoine architectural de la culture traditionnelle, qui rappelle, en même temps, leur rôle historique et leur légitimité de notable.

  • 17 La thèse de M. Ababsa montre combien l’investissement dans l’aménagement urbain et l’équipement de (...)

28Les deux grands autres types de construction attestent une démarche totalement différente. C’est en effet une conception opposée à celle de l’univers des notables traditionnels qui a conduit l’État à créer des édifices imposants, cherchant à véhiculer de nouveaux symboles17. L’ostentation politico-administrative des édifices étatiques, comme l’a qualifiée C. Medard (2002), révèle, en filigrane selon nous, les problèmes de légitimité de tout pouvoir allogène dans un espace communautaire comme le Djebel, longtemps rebelle à toute autorité externe. Car si l’État, dans cette province druze, se théâtralise, c’est d’abord pour affirmer et imposer sa propre conception du pouvoir. La destruction, dans les années 1990, d’une partie du vieux centre-ville pour faire passer une grande artère pénétrante qui porte le nom du défunt président Hafez el-Assad, père de l’actuel chef de l’État, et l’édification récente de bâtiments publics recouverts de calcaire blanc soulignent la volonté d’un pouvoir central de réduire son concurrent traditionnel dans la province et de s’imposer comme le représentant unique du système politique moderne. En s’érigeant en chantre de l’urbanité, à travers une architecture moderne, l’État tente de marginaliser une culture locale, assise du pouvoir clanique traditionnel, qu’il considère comme archaïque et « non urbaine ».

  • 18 En Syrie, les riches aussi se montrent. Il n’y a pas encore ici de cloisonnements sécuritaires comm (...)

29Pour des raisons différentes, l’habitat des riches émigrés se doit lui aussi d’être monumental, audacieux et ostentatoire18. Ses murs blancs, par opposition à ceux en basalte, se remarquent dans le paysage volcanique sombre. L’architecture « émigrée » porte en elle divers signes et symboles qui soulignent la réussite socio-économique des occupants, mais aussi leur histoire : la décoration des quartiers riches s’inspire, nous l’avons déjà signalé, des modèles de l’Antiquité, mais reproduit également des éléments hispanisants qui attestent des influences culturelles de l’Amérique latine. Elle est en cela porteuse d’une logique propre qui se rapproche sur certains points de celle des édifices publics : l’idée d’une séparation nette entre urbanité que l’on cherche à incarner et ruralité que l’on cherche, dans le cas des migrants, à oublier, à masquer.

  • 19 L’émigration druze est partiellement le résultat des blocages socio-politiques de la Syrie. Mais le (...)

30La volonté de rompre avec l’habitat traditionnel perçu comme archaïque et appartenant définitivement au monde rural, s’explique certainement par l’origine villageoise de la plupart des migrants. De même, le nouveau centre-ville commerçant de Sweida, édifié par des investisseurs ex-émigrés qui ont fait fructifier leur épargne, cherche à recréer un univers de consommation tel que l’on peut le trouver dans les pays d’économie libérale. L’image d’un centre-ville conçu avant tout comme moderne, « palimpseste » édifié sur les ruines antiques qui avaient accueilli les premiers arrivants druzes au xviiie siècle et dont une partie des habitants de la ville souhaitaient la patrimonialisation, constitue le symbole d’une nouvelle époque, expression de la libéralisation économique naissante et de la mondialisation « imaginée19 » (pl. photos III, 6). Pour cette raison, les nouveaux immeubles du centre-ville cherchent à ressembler à ceux des villes occidentales modernes ou encore du Golfe avec des façades lisses et des baies vitrées teintées.

4. L’insertion contestée des émigrés dans la ville

31En tant que nouvel acteur de l’urbain, l’émigré (surtout quand il est de retour) cherche sa place à Sweida. Issus pour l’essentiel des zones rurales, beaucoup de migrants enrichis ont utilisé l’émigration internationale comme un moyen d’accéder à la ville, remettant symboliquement en question, par leur statut socio-économique nouvellement acquis, les structures sociales traditionnelles établies sur la prépondérance des grandes familles. Les frontières sociales et symboliques intracommunautaires sont-elles pour autant redessinées ?

Les nouveaux riches nés de l’émigration : une identité citadine contestée

  • 20 Nous l’avons vu, ils sont de gros consommateurs de produits modernes (automobile, électroménager, v (...)
  • 21 Ce groupe, composé des familles fondatrices de la ville de Sweida, est comparable à une « aristocra (...)
  • 22 Nous utiliserons ce terme dans le sens de « partie « noble » de la ville », comme le définissent le (...)

32L’intégration en ville des riches émigrés originaires des campagnes et de retour au pays ne se fait pas sans créer des tensions. Pour ces néo-citadins, l’acquisition d’une identité urbaine nouvelle, qu’ils cherchent pourtant à afficher de manière ostentatoire à travers leur mode de vie et leur mode de consommation20, demeure difficile. Effectivement, une telle identité, qu’il conviendrait de nommer « citadine », ne va pas de soi, car elle leur est contestée généralement par les descendants des familles fondatrices21 de la « cité22 ».

33Celles-ci, du fait de leur histoire, peuvent refuser, ne serait-ce que par le discours, la qualité de « citadine » aux nouvelles familles druzes installées à Sweida, notamment celles enrichies par l’émigration, et ce, même si elles ont vécu dans des métropoles étrangères. Un mode de vie et des habitudes de consommation modernes ne signifient aucunement, pour les défenseurs de la tradition druze, leur appartenance à la cité. Les familles d’émigrés sont désignées, à Sweida, par les représentants des lignages traditionnels, sous l’appellation péjorative « d’étrangères » ou « d’émigrées ». Pour preuve, cet extrait d’entretien réalisé avec un notable bien impliqué dans la politique locale et représentant de ces familles qui ont fondé Sweida :

« Ma famille est une des premières familles de Sweida. Nous sommes arrivés avant les Attrach. Nous avons toujours joué un rôle important dans la direction de la ville, tout comme les Jerboua. Nous possédons une grande madhafe et un de mes oncles dirige le majless. […] Les émigrés ne connaissent pas les règles de la communauté, ni les affaires de la ville. Nous sommes une société de paysans et de montagnards mais aussi de sages et notre religion nous apprend le partage, la simplicité et la sobriété. Nous ne pouvons confier les directives de notre communauté à cette « bourgeoisie ». L’émigration des villageois s’explique par des conditions difficiles (…). Beaucoup viennent du Sud. Je le sais bien et je le comprends. Mais si elle leur a rapporté de l’argent, elle ne leur a pas appris la sagesse. Mais que veux-tu, les Druzes des villages étaient tellement pauvres ; c’est normal qu’ils perdent la tête » (Entretien réalisé à Sweida, M. Abu Assali, médecin, mars 1999).

  • 23 Cette crispation des élites traditionnelles face à la nouvelle bourgeoisie montante est classique d (...)
  • 24 Le modèle idéal de la morale rigoureuse prôné par les cheikhs spirituels (dont l’âme tend à atteind (...)
  • 25 « Les religieux sont en relation permanente avec les laïcs (…). C’est pourquoi il existe une unité (...)

34Menacés dans leur rôle précaire et inconfortable d’intermédiaires avec l’État et de leaders communautaires, les représentants des familles traditionnelles se sentent fragilisés par l’assise économique et financière des nouveaux riches et se replient sur leurs acquis ancestraux qui sont les uniques gages de leur légitimité23. Garants de l’ordre moral et communautaire, ils ne peuvent s’ouvrir au nouveau modèle sociétal importé d’Amérique latine. Car les grandes familles traditionnelles doivent composer aussi, pour rester crédibles, avec les cheikhs religieux qui incarnent la morale24, et tenter d’en incarner le mieux possible les valeurs. La légitimité des notables traditionnels repose pour partie également sur cette morale religieuse et une certaine austérité qu’ils sont censés défendre, ainsi que sur cette conception du respect de l’ordre établi et de la culture druze traditionnelle25. Toutes ces « qualités » ne sont pas l’apanage des riches émigrés qui seraient, pour nombre d’entre eux, sortis de ces carcans.

Le rejet des émigrés de la vie publique et politique de la cité

35Cette position des notables traditionnels n’est pas que le fruit de leur frustration économique ; elle repose aussi et surtout sur l’organisation communautaire qui répartit les rôles politiques entre grandes familles et rend difficile toute transformation de l’ordre social. C’est ce que nous avait exprimé un émigré, lors d’une discussion au cours de laquelle il comparait la vie dans le Djebel à celle au Vénézuela :

« Dans le Djebel, il n’est pas possible de masquer son origine car le nom de famille renseigne sur la provenance de ton lignage. Ainsi, tout le monde sait de quel village tu viens. Et tu vois, ici, c’est difficile de transgresser l’ordre social établi par le système de la mashyakha. Au Vénézuela, on est tous à égalité, on n’appartient plus à rien. La réussite se fait par le travail, voilà tout ». (Entretien avec M. Zaïd, émigré 35 ans au Vénézuela, Sweida, décembre 2002)

36Une des conséquences d’un tel conservatisme sur les structures d’influence et de pouvoir local est l’absence totale d’émigrés d’origine rurale, même enrichis, à des postes à responsabilité dans les organes décisionnels de la politique municipale. Ainsi, le maire et ses conseillers sont choisis parmi les familles de la ville. Traditionnellement, seules les lignées familiales originaires de la ville sont légitimes pour représenter la communauté citadine dans les organes décisionnels de la vie publique.

  • 26 L’ouvrage le plus complet qui retrace la formation de la mashyakha dans le Djebel, c’est-à-dire l’o (...)

37De façon analogue, les habitants originaires des villages demeurent en général rattachés à leur communauté villageoise, et éprouvent d’énormes difficultés, selon ce principe d’ancrage des lignages, à participer aux prises de décisions concernant le domaine politique au sein d’une autre localité. Cet enracinement de chaque Druze dans sa commune d’origine peut s’expliquer par l’histoire sociale et politique de la communauté druze du Djebel. Chaque clan, à l’issue de sa migration, s’est ancré en un lieu consacrant le pouvoir d’un cheikh, d’une famille et d’une lignée. C’est donc le maintien du système de la mashyakha26 qui bloque l’ouverture politique des communautés villageoises. On retrouve, lors des cérémonies religieuses, cette marque du conservatisme social. Ainsi, lorsqu’un deuil survient dans un village, chaque individu réintègre sa place aux côtés des membres de son lignage dans sa communauté d’origine. L’exemple qu’Isabelle Rivoal (2000 : 79) donne dans son étude du village druze d’Isfiyâ est transposable au Djebel :

« Ainsi, lors des funérailles, c’est en tant que membre de sa localité d’origine qu’il va agir : dans le cortège qui mène le cercueil au cimetière, il se trouvera au milieu des gens de son village (…) ».

  • 27 Ce cas de figure nous rapproche de l’exemple tunisien. En effet, M. Ben Achour (1996 : 76) explique (...)

38L’intégration du migrant druze d’origine rurale en ville est ainsi concrètement limitée par l’organisation socio-politique de la communauté, dans laquelle l’individu est défini d’abord en fonction de ses racines, de son lignage. Loin de sa base familiale, lorsqu’il vit hors de son village d’origine, à l’écart des réseaux de pouvoir et des tractations de la cité, il n’a pas accès au débat politique de la ville, rôle dévolu aux familles originaires du lieu et qui détiennent la za‘âma. Compte tenu de l’importance accordée aux liens familiaux qui unissent les individus d’un même clan, rien d’étonnant, dans ces conditions, que pour les familles originaires de la ville, tous les anciens émigrés d’origine villageoise installés à Sweida, quels que soient leurs parcours, restent des villageois27.

  • 28 M. Ben Achour (1996 : 75) décrit le même type de dédoublement de la citadinité à Tunis par la coexi (...)

39En Syrie, enjamber les frontières physiques ne signifie pas transgresser les limites sociales. Pourtant, les émigrés de retour ont introduit des éléments de modernité dans une société traditionnelle. Et même s’ils ne parviennent pas à remodeler les frontières sociales traditionnelles, même s’ils restent à l’écart de la décision politique et, enfin, même s’ils ne jouent aucun rôle mobilisateur comparable aux notables des grandes familles de Sweida, ils incarnent au final une autre vision de la ville, qui s’est en grande partie construite sur des valeurs et des pratiques nouvelles comme la consommation, le modernisme et la réussite individuelle. Les élites traditionnelles ne peuvent ainsi que nier leur appartenance symbolique à la ville, cette prise de position constituant en réalité le meilleur moyen de les tenir écartés des structures de pouvoir héritées. C’est le dernier réduit qu’elles défendent jalousement, mais sans pouvoir pour autant freiner la dynamique de production de nouveaux espaces urbains de la part des émigrés enrichis. Nous assistons donc bien à une nouvelle forme de citadinité qui tend à se développer à l’écart de la ville politique et religieuse des élites traditionnelles28.

B. Émigration et développement : réseaux migratoires et reconfigurations spatiales dans les villages du Djebel

40Des transformations spatiales, fruit du phénomène d’émigration internationale, se produisent aussi hors du chef-lieu. À l’échelle du village, elles apparaissent plus visibles encore qu’en ville. L’organisation clanique de l’émigration à partir du Djebel se répercute dans la physionomie générale de certains villages druzes, dont le type même de l’habitat renseigne sur la présence ou non d’une filière migratoire.

1. Filières migratoires et transformations du cadre bâti

Le cas de Najran

41Dans le Djebel, certains villages ne passent plus inaperçus. Comme à Sweida, un village de la montagne peut contenir un « quartier » de villas d’émigrés. Dans l’ensemble de la province druze, ce n’est pas moins d’une dizaine de communes qui ont été bouleversées par l’afflux des revenus migratoires lié à l’enrichissement d’un pan de leur société villageoise. Sur la figure 46, nous avons reporté l’ensemble des localités dans lesquelles les investissements migratoires se sont concentrés de manière significative en donnant naissance à un quartier de villas. Les villages dans lesquels les émigrés enrichis sont revenus s’installer se situent essentiellement dans les environs de Sweida et dans l’extrême sud de la province (fig. 46).

  • 29 Il a fourni des titres de séjour, du travail, l’hébergement et des aides financières aux émigrés ar (...)
  • 30 Enquête personnelle réalisée par entretiens avec le maire de Najran en 2002 et avec des membres de (...)

42À Najran, la physionomie actuelle du village, caractérisée par un alignement particulièrement spectaculaire de villas ornées de sculptures et recouvertes d’un placage de pierres blanches, est la conséquence de l’émigration vers le Vénézuela du clan Nasser (photos fig. 47). Salman Nasser fut le premier émigré à quitter le village à la fin des années 1940 pour se rendre dans ce pays. Un réseau migratoire familial29 s’est alors développé, qui a prospéré à partir des années 1960-1970 ; il aurait conduit, aux environs de l’an 2000, au déplacement d’environ un tiers des effectifs villageois vers cette destination migratoire, soit plusieurs centaines de personnes30.

43La totalité des « châteaux », ces demeures des émigrés, est disposée au sud du village, le long de la route qui mène à Sijin et à Sweida, à l’écart du vieux village de basalte (fig. 47). Tous appartiennent à des membres de la famille Nasser (oncles, tantes, frères, cousins, etc.) et ont été établis sur les terres de la famille. À l’inverse, les membres des autres familles du village (les Abou Assi, les Abou Fakher) habitent toujours le vieux village, ou dans des maisons en parpaings disposées en auréole autour du centre ancien. La plupart des membres de ces familles n’ont pas eu les moyens ou l’opportunité d’émigrer en Amérique du Sud. Leurs itinéraires migratoires se sont pour la plupart limités aux pays arabes voisins, qui ne nécessitent pas la possession d’un capital financier important, et sont donc plus facilement accessibles. Les membres de ces familles se rendent donc préférentiellement aux Émirats, au Liban, en Arabie Saoudite, au Koweït et en Libye, comme l’ont montré nos enquêtes auprès des membres de ces familles.

44Cette transformation de « l’espace familial » des Nasser est particulièrement significatif et visible à Najran. Cependant, la formation du quartier d’émigrés de la famille Nasser ne s’est pas accompagnée d’un développement économique particulier du village dont auraient bénéficié les autres familles : les riches émigrés n’ont investi ni dans le commerce, ni dans l’agriculture locale. Le seul investissement productif réalisé par un émigré de la famille Nasser a été localisé à Sweida : une compagnie de bus privée que M. Arkan Nasser a créé en 2004. Par ailleurs, le regroupement des villas des émigrés à l’écart du village ancien semble marquer une certaine distance avec les traditions et le mode de vie villageoise. L’architecture des villas indique, ici aussi, la recherche d’un mode de vie de type urbain. D’ailleurs, le choix de leur implantation le long de la route qui mène à Sweida, outre le fait que les terres appartenaient à la famille depuis longtemps, répond, selon un émigré de la famille Nasser, à deux logiques : la visibilité dans le paysage et l’accessibilité à Sweida.

45Ainsi, dans certains villages du Djebel, lieux d’implantation d’un ou de plusieurs clans ou lignages, un quartier de villas est généralement le résultat des potentialités propres d’une seule famille, c’est-à-dire de sa capacité à capter des ressources lors de la migration ; les autres en sont exclus. C’est la propension de la filière migratoire familiale à créer de la richesse qui provoque la prospérité d’un clan et les transformations de son espace exclusif.

Le développement d’œuvres sociales : le cas particulier d’Orman

  • 31 Voir chapitre précédent.

46Les réalisations collectives des émigrés sont encore rares dans les villages, mais certaines initiatives se développent. Lorsqu’un réinvestissement pour la collectivité est réalisé, c’est généralement l’œuvre d’une seule personne qui choisit de favoriser son village. C’est le cas des riches entrepreneurs industriels qui sont particulièrement aisés. À Orman, les villas d’émigrés sont moins nombreuses qu’à Najran, mais se remarquent à l’entrée Ouest du village, sur la route de Salkhad. Elles sont l’œuvre des membres des familles Hallal et Abou Hassan, dont l’histoire migratoire remonte aux années 1940 et aux premiers migrants vers le Nigéria31.

47La similitude avec Najran réside dans la localisation de ces demeures : elles se trouvent ici aussi à l’écart du village ; elles sont bien visibles depuis la route (pl. photos V, 1). Par contre, à l’inverse de Najran, on peut constater des investissements en faveur du village. Salman Hallal, riche émigré et propriétaire de l’usine d’oxygène qui se trouve entre Salkhad et Sweida, a fait construire un centre commercial comportant 22 magasins au centre du village (pl. photos V, 2), dont les locaux sont loués à titre symbolique aux commerçants désireux de s’y installer, ainsi qu’une crèche pour les enfants – pl. photos V, 4. Voici ce qu’il en dit :

« J’ai toujours été attaché à mon village. Même lorsque j’étais au Nigéria, je pensais à mon retour dans le Djebel et à ce que je pourrais bien faire pour améliorer un peu la vie difficile des habitants. Il est vrai que nous avons eu la chance de partir à une époque à laquelle l’on pouvait s’enrichir plus facilement qu’aujourd’hui. Et puis, sans l’aide des plus anciens, nous ne serions jamais partis. Alors je devais bien cela à mon village » (Salman Hallal, Raha, 2004).

48Dans le même esprit d’œuvre communautaire, Salim Abou Hassan, le fondateur de l’usine de plastique, également originaire d’Orman, a fait construire un grand orphelinat à la sortie de Sweida, en direction de Qanawat.

49L’investissement dans des oeuvres sociales pour la communauté villageoise reste un fait inhabituel dans le Djebel. La plupart des migrants concentrent leurs ressources tirées de l’émigration sur des actions qui ont prioritairement des répercussions pour leur propre famille ou offrent une rentabilité rapide. C’est pourquoi les investissements se font surtout dans l’achat de terres ou la construction de commerces, mais plus rarement dans des œuvres sociales.

2. Qanawat ou la banlieue résidentielle des émigrés fortunés

50Le cas de Qanawat est différent. Compte tenu de sa proximité de Sweida et de son cadre verdoyant, ce village a attiré un grand nombre d’émigrés fortunés à leur retour de l’étranger. De ce fait, Qanawat doit le développement de son cadre bâti non pas à l’enrichissement d’un des clans du village mais bien aux stratégies résidentielles de plusieurs familles d’émigrés, originaires souvent d’autres villages du Djebel et qui ont toutes fait le choix de s’y implanter.

51Qanawat est composé d’un centre ancien, construit autour de ruines romaines particulièrement imposantes. Cette bourgade est depuis longtemps un centre religieux qui a su se développer malgré sa proximité de Sweida, comme en témoigne son ancienne rue commerçante. Son centre, toujours en activité, renferme quelques épiceries et des ateliers de réparation (mécanique, électroménager). Pour un bourg de près de 8 500 habitants, Qanawat, quatrième commune du Djebel par sa taille en 2004, possède un équipement commercial étonnamment réduit. Son niveau d’équipement est tout juste comparable à une bourgade comme Mouchanaf qui totalise à peine 2 500 habitants. Par contre, Qanawat compte, avec Sweida, la plus grande concentration de villas du Djebel. C’est que les émigrés fortunés de retour, du moment qu’ils possèdent un véhicule privé, effectuent leurs achats à Sweida, bloquant en conséquence le développement du secteur commercial de Qanawat.

52Qanawat est devenu une véritable banlieue résidentielle aux portes de Sweida pour les familles fortunées de retour du Vénézuela, des USA, d’Australie et plus rarement du Golfe. Les nouveaux arrivants côtoient les clans locaux, originaires du bourg. Parmi ces familles originaires de Qanawat, plusieurs ont développé des filières migratoires vers le Vénézuela, ce qui a favorisé leur enrichissement. C’est le cas des familles Hadjari (celle du Cheikh el-‘aql Ahmed el-Hadjari), Abu Saad et Jazan. Toutes ont fait construire des groupements de villas plus monumentales les unes que les autres.

53Plusieurs communautés villageoises de la montagne ont, à partir des années 1980 mais surtout 1990, assisté à la réinstallation d’émigrés enrichis qui ont rapidement cherché à introduire des éléments d’urbanité dans les zones rurales. Des quartiers cossus de villas ont fait leur apparition jusque dans les secteurs les plus reculées du Djebel. Des villages comme Sahwet el-Blata, Qanawat ou Najran sont devenus des villages bicéphales où la quasi-totalité des qalaa-s – « château » en arabe, désignant ces résidences luxueuses – sont accolées au vieux centre en basalte et aux maisons en parpaings.

3. Les villages des familles aux ressources migratoires limitées

54La visite d’une centaine de villages du Djebel, effectuée entre 1997 et 2006, nous a permis de constater que d’autres types de pratiques migratoires au sein des communautés villageoises pouvaient avoir des incidences diverses sur le cadre bâti et le développement des villages. Plusieurs cas de figures sont discernables : les communes où l’émigration internationale est faible ne constituant qu’une activité temporaire d’appoint ; celles dans lesquelles les retours ne se sont pas produits ; celles enfin où les destinations sont multiples mais où les réseaux migratoires sont limités. Dans ces trois cas, nous avons pu constater la faiblesse des investissements migratoires : les nouvelles constructions sont peu nombreuses et de style simple (maisons en parpaings de ciment) ; dans certains cas même, on n’observe aucune construction nouvelle.

  • 32 Voir carte des villages du Djebel : fig. 50.

55Sahwet el-Khodor est le type même de village où l’émigration internationale est limitée. Le cas est rare dans le Djebel, mais il correspond à des conditions locales particulières qui n’ont pas favorisé les départs vers l’étranger. Relativement proche de Sweida, ce village offre à de nombreux employés et fonctionnaires la possibilité d’y trouver du travail et de s’y rendre aisément. Les salariés ont, en outre, continué à exploiter leurs terres. Car la richesse de la région de Sahwet el-Khodor (comme de celles de Miamas et d’Al-Kafr), c’est le raisin. Pour cette raison, un nombre important de villageois est resté attaché à cette activité qui, au demeurant, est assez rentable. Le raisin est exporté à Damas ou bien utilisé pour faire de l’arak, une boisson alcoolisée à base d’anis et de raisin, dans l’usine d’État de Sweida. Le village est composé d’un vieux centre en basalte où les maisons sont accrochées sur un piton rocheux, et d’une partie plus récente, au flanc de la montagne, où les demeures, construites de blocs de ciment, ne dépassent pas un étage. Ce type de village autorise la pluri-activité (salariat, agriculture, émigration) dans des proportions variables en fonction des cas, mais l’émigration y est relativement faible et ne constitue qu’une ressource d’appoint (cas de Murduk, Kanaker, Assoura el-Kebir ou d’Ura32).

56L’exemple de Kharaba, village chrétien orthodoxe à l’Ouest de Sweida, illustre le type de village dans lequel les émigrés ne sont pas revenus. C’est également le cas des autres villages chrétiens et de nombreux villages druzes situés aux périphéries nord-est, est et sud du Djebel, à proximité de la zone aride. À Kharaba, l’exode rural vers Damas et l’émigration internationale (Brésil dans les années 1950 et 1960 ; États-Unis et Golfe) ont vidé le village. De nombreuses maisons ont été vendues lorsque cela a été possible, ou bien abandonnées, comme le terroir agricole aux alentours. Dans ce cas, c’est à Damas que les émigrés sont retournés en très grande majorité. C’est un peu le même cas de figure pour les villages druzes où les émigrés ont préféré se réinstaller à Sweida pour devenir des madani-s (citadins) : c’est le cas de Sa’af (village du flanc est du Djebel) et de Buthaina (Nord Djebel) pour ne citer que les exemples les plus patents que nous ayions rencontrés. Dans tous ces villages, de nombreuses demeures inhabitées sont en ruines, la plupart des habitants restants n’ont pas quitté le vieux centre (ils vivent dans les maisons de basalte consolidées par des parpaings de ciment) et la couronne de constructions récentes (en parpaings) demeure étriquée.

  • 33 Arieqa est situé à quelques kilomètres de Najran. La différence de physionomie entre les deux villa (...)

57Abuzreiq est représentatif du dernier type. Le village est caractérisé par un fort courant d’émigration qui touche toutes les familles nucléaires et plus particulièrement les pères ou les enfants en âge de travailler. Les jeunes actifs travaillent en masse au Liban quelques mois chaque année durant les vacances d’été. Les pères de famille travaillent tous dans les pays arabes pétroliers, sauf trois qui sont établis au Vénézuela. Les retours depuis les pays voisins ont lieu au village durant les périodes d’inactivité, plus ou moins longues selon les migrants. Ceux-ci retrouvent ainsi leur famille restée en Syrie. Certains ont pu économiser pour acheter un appartement à Jeramana ou à Sweida, mais ces cas sont isolés et ces choix d’investissement résidentiel ne concernent que les ménages les plus « favorisés ». Car, dans la majorité des cas, les revenus migratoires permettent juste de vivre plusieurs mois au village avant de retourner dans le Golfe pour une nouvelle phase migratoire. Cette imbrication de la communauté villageoise dans la sphère de mobilité internationale à courte distance, la moins onéreuse du champ migratoire, s’explique par la faiblesse des réseaux familiaux. Les itinéraires des migrants sont multiformes, multipolarisés, mais généralement courts, segmentés et peu rémunérateurs. Ici, pas de grandes filières migratoires qui procurent l’enrichissement. Dans ces villages, les demeures sont modestes, mais généralement bien entretenues et bien équipées. Le développement du cadre bâti récent (maisons modernes en parpaings de ciment) peut être relativement important, comme à Rami ou Al-Hawiyeh et dans de nombreux villages de la montagne, mais aussi à Arieqa dans le Léja33 ou encore à Hît au Nord du Djebel. Les centres anciens sont en général désertés et abandonnés aux troupeaux d’élevage.

58Ces exemples montrent que les principales zones d’émigration du Djebel, celles d’intensité particulièrement forte comme les secteurs périphériques orientaux et septentrionaux, ne sont pas forcément les zones privilégiées d’investissement des émigrés de retour. La diversité des pratiques et des ressources tirées de l’émigration a généré des réinvestissements locaux d’ampleur très variable selon les cas.

C. Émigration et secteur agricole : les mutations des campagnes

59Dans de nombreux villages du Djebel, il n’est pas abusif de qualifier l’économie rurale d’économie semi-migratoire, tant les revenus d’origine extérieure à la province permettent aux populations de cette marge semi-aride de demeurer physiquement dans les villages et de continuer à entretenir les terroirs agricoles. Compte tenu de l’apport de l’épargne migratoire dans les revenus globaux des ménages, il n’est pas aisé d’en mesurer précisément la part investie dans l’agriculture. De ce fait, nous avons choisi de focaliser notre attention sur quelques acteurs (émigrés) qui jouent un rôle majeur dans la transformation des espaces agricoles : ces émigrés « entrepreneurs agricoles » mobilisent d’importantes ressources en comparaison avec les autres.

1. La mise en exploitation de la zone sommitale du Djebel

60Jusque dans les années 1940, la zone sommitale du Djebel, à l’est de Sweida, n’était pas exploitée par les agriculteurs druzes. Elle servait de pacage pour l’estivage des chèvres qui étaient généralement confiées à des bédouins provenant des zones désertiques et qui étaient rétribués pour servir de bergers pour les troupeaux des villageois. Donc, jusqu’à cette époque, les hautes terres ne portaient aucune culture vivrière, mais chaque village de la montagne avait accès à « sa » zone de pâturages, délimitée de manière tacite par la tradition et les pratiques répétitives. Durant l’époque mandataire, la culture des céréales représentait la base de l’économie agricole régionale. Elle se situait sur le piedmont du Hauran. La vigne était localisée sur le versant occidental du Djebel. La culture illégale du haschich couvrait quant à elle, d’après l’historien J. Landis (1998), d’importantes surfaces et procurait des revenus conséquents aux grandes familles traditionnelles comme les Attrach.

  • 34 Peuplée, rappelons-le, de 7 000 habitants en 1945.
  • 35 Il est très difficile de connaître le mode de distribution véritable des terres à cette époque. Nou (...)

61C’est juste après l’indépendance que les familles druzes commencèrent à s’approprier les hautes terres. Les témoignages sont cependant assez contradictoires sur le procédé utilisé. Il semble toutefois que, d’un commun accord entre les autorités locales, très puissantes à cette époque et dominées par les Attrach, et le gouvernement, les terrains de pacage, qui n’étaient alors propriété de personne, furent divisés entre les diverses communes druzes qui en usaient jusque-là. La plus grande partie revint à Sweida, de loin la commune la plus peuplée ; ces surfaces furent partagées entre toutes les familles de la ville34 en fonction du nombre d’hommes par famille. Ainsi, chacune reçut en théorie une surface proportionnelle à sa force de travail35.

62La famille Abou Saada, connue surtout comme une famille de commerçants anciennement installée au souk de Sweida (textile, tissus), fut la première à planter, en 1949, des pommiers sur la parcelle qui lui revint sur ces hautes terres. Le père de Saber Abou Saada fit venir, pour cette initiative, quelques centaines de plants du Liban. Le climat humide et enneigé pendant les mois d’hiver, ensoleillé en été mais ne nécessitant aucune irrigation, ainsi que la qualité du terrain volcanique, s’avérèrent très favorables aux activités arboricoles. Dans les années 1950, d’autres arbres fruitiers furent introduits dans le Djebel : cerisiers, poiriers, pêchers. Ces essais concluants furent rapidement imités par d’autres familles sur leurs parcelles.

63Le partage des hautes terres du Djebel, en fournissant des titres de propriété aux familles de Sweida, a soudainement transformé une zone qui n’avait eu jusqu’alors aucune valeur marchande, en terrains de plus en plus convoités au fur et à mesure des progrès de l’arboriculture. À partir des années 1950-1960, ces parcelles devinrent des biens marchands qui commencèrent à s’échanger avec l’accélération de l’émigration internationale. Dans certaines familles, les ventes de terres pour financer le voyage d’un migrant se multiplièrent, surtout lors des départs vers l’Amérique latine. À Sweida et dans les villages de montagne, les familles druzes, pauvres pour la plupart, ne disposaient bien souvent que de ce patrimoine foncier qu’elles venaient de recevoir. À cette époque, les parcelles furent rachetées par les grandes familles traditionnelles de Sweida, qui possédaient les ressources nécessaires à leur mise en valeur. Avec le retour d’émigrés enrichis, à partir des années 1980, les parcelles des hautes terres devinrent l’objet d’un intérêt grandissant.

2. L’épargne des migrants : une ressource indispensable à l’initiative privée dans un environnement économique libéralisé

64Durant les décennies 1960 et 1970, d’importantes sommes d’argent se sont amassées dans les familles druzes dont un ou plusieurs des membres avai(en)t le privilège de détenir un emploi lucratif ou une affaire florissante à l’étranger, comme c’est le cas notamment pour les nouveaux entrepreneurs, catégorie particulière de migrants que nous avons choisie de présenter. Qu’ils soient installés au Vénézuela, dans les pays du Golfe ou au Nigéria, tous ont fait fortune grâce à leurs activités entrepreneuriales expatriées.

65Dans les années 1980, les mesures économiques, que les Syriens ont appelé la première infitah (ouverture), restèrent trop timides pour que de petits investisseurs régionaux risquent leur épargne en Syrie. Il fallait une ouverture moins frileuse pour inciter les plus entreprenants à investir leur épargne dans leur région d’origine. Les étapes suivantes de la libéralisation (1991 et 2005) semblent avoir offert de telles opportunités. Pourtant, aujourd’hui encore, nombre de familles fortunées n’ont pas fait le choix d’un investissement en Syrie, alors que la libéralisation économique est bien engagée dans le pays. Le contexte politico-économique et le manque de confiance envers le régime et ses institutions incitent en effet encore beaucoup de migrants à laisser « dormir » leur épargne tirée de l’émigration.

  • 36 De façon générale, encore aujourd’hui, l’argent des émigrés n’est jamais placé sur des comptes banc (...)

66Dans un environnement économique mondial devenu plus incertain, les entrepreneurs druzes expatriés ont, quant à eux, rapatrié en Syrie une partie de leurs fonds. Ils les ont réinjectés sous forme d’investissements productifs (construction d’une usine, achat de terres, acquisition de matériel de stockage ou de transport de produits agricoles, ouverture de commerces), pratique qui, en ce pays, est donc encore loin d’être généralisée malgré les appels réitérés de l’État36. Les cas d’entrepreneurs que nous allons évoquer ne représentent donc qu’une petite part des familles druzes enrichies par la migration.

3. La conversion des ex-migrants en « entrepreneurs agricoles »

Les émigrés-propriétaires terriens : une stratégie d’achat de parcelles

  • 37 Les vergers de plus de 200 donoum-s (soit plus de 20 hectares) doivent être considérés comme de rel (...)

67Outre l’immobilier et le commerce en zone urbaine, l’épargne réalisée au cours de l’émigration par certaines familles druzes s’est investie dans le secteur agricole et, plus particulièrement, dans le foncier pour constituer de grands domaines37. Jusque dans les années 1980, les plus grands vergers appartenaient aux grandes familles traditionnelles de Sweida qui les détenaient quand les hautes terres furent partagées. À partir de la fin des années 1980, des émigrés de retour au Djebel, originaires pour la plupart de villages des marges semi-arides, ont cherché à racheter des lopins dans la montagne pour se constituer des vergers de plus en plus vastes. Ainsi, qu’ils résident maintenant à Sweida ou qu’ils vivent toujours dans les quartiers de villas édifiées dans leur commune d’origine, de nombreux migrants enrichis se sont transformés en propriétaires terriens.

  • 38 Pour mémoire, un hectare est égal à dix donoum-s.

68Sur les hautes terres du Djebel, seules quelques familles ont réussi à constituer des grands domaines fruitiers : les Abou Assali, les Abou Hassan, les Abou Saada, les Jerboua et les Salaheldin possèdent tous entre 30 et 50 hectares. D’autres familles, même si elles sont moins bien pourvues, sont propriétaires de vergers relativement grands qui dépassent les 20 hectares : ainsi de la famille Abou Fadel, de celle de Moufid el-Attrach ou de la famille Almedin Hasbani pour ne citer qu’elles. Un donoum38 de terre planté de pommiers reçoit en moyenne entre 20 et 25 arbres.

69Mais ce n’est pas tant la possession de grandes surfaces agricoles qui est recherchée que la réalisation d’investissements productifs à des fins de spéculations commercialisables. Depuis que le marché s’est libéralisé, il existe désormais, d’une part, des grossistes, des semi-grossistes et des transporteurs privés qui se chargent des opérations commerciales et du transport sur le marché national et international ; et, d’autre part, l’embryon d’industrie agro-alimentaire qui est apparu dans la région à l’initiative de promoteurs privés offre des débouchés sur place à ces productions agricoles. Ainsi, dès la fin des années 1980 et le début des années 1990, ceux qui possédaient des terres dans la zone sommitale du Djebel ont pu s’enrichir grâce à la commercialisation des productions fruitières. Pour les familles qui possèdent de grands vergers, la production de fruits est une véritable entreprise qui demande des investissements élevés (préparation du sol, entretien des arbres, main-d’œuvre pour les récoltes, chambre froide pour le stockage) et un sens aigu des affaires (recherche de marchés pour la vente, négociation sur les prix avec les grossistes, sous-traitance ou prise en charge du transport, attente lors des fluctuations des prix pour vendre au bon moment). C’est pourquoi nous avons qualifié ces propriétaires terriens d’un nouveau type dans le Djebel d’« entrepreneurs agricoles ».

70L’achat de terres dans la zone sommitale du Djebel par des émigrés de retour s’est généralisé dans tous les villages qui possèdent des terroirs en altitude. Ces opérations exigent d’importants moyens financiers car, au prix de la transaction, il faut ajouter le coût de l’épierrage et de la plantation d’arbustes si le lopin est vide. En outre, la plantation ne procure des revenus que plusieurs années plus tard, quand les arbres commenceront à produire. Pourtant, d’Abuzreiq à Sahwet el-Blata, de Sweida à Mouchanaf et de Rami à Saleh, de nombreux émigrés ont fait ce choix.

Les stratégies des spéculateurs agricoles

71La pomme de Syrie qui, d’ « un côté me rappelle la joue de ma bien-aimée lors de notre premier baiser, et l’autre moitié la couleur de mon visage lorsque je l’ai quittée » (extrait d’un poème), n’a pas fait que susciter l’imaginaire des poètes arabes. Elle a aussi éveillé les appétits des investisseurs. Car les nouvelles spéculations agricoles n’ont d’intérêt, pour ceux qui investissent dans leur production, que parce qu’elles sont commercialisables et que, depuis la libéralisation économique, l’accès au marché est facilité. De plus, les prix sont libres et varient en fonction de l’offre et de la demande.

  • 39 Il exerçait le métier de maçon.
  • 40 La Société des fruits et des légumes est une composante étatique née du système baassiste, mise en (...)
  • 41 Il s’agit ici de pommes Golden. Les Starken, de couleur rouge, se vendent 5 LS de plus au kilo.

72Conscients de ces opportunités commerciales, les spéculateurs ont complexifié les stratégies. L’exemple de M. Khaled Almedin Hasbani nous permet de comprendre le mode de fonctionnement de ces spéculateurs agricoles. Khaled, ancien travailleur émigré en Libye dans les années 198039, est devenu à la fois paysan producteur, spéculateur et négociant. Sa famille est originaire de Sweida et, à ce titre, elle possède des terres dans le Djebel. Depuis le début des années 1990, Khaled produit surtout de la pomme. Lors des récoltes, il emploie de la main-d’œuvre des villages du Djebel. Les fruits sont alors cueillis puis triés selon un calibrage qui détermine ensuite leurs modes d’écoulement sur le marché. Les plus grosses (8 cm et plus), classées dans la catégorie « extra », sont destinées aux marchés urbains du pays ; vendues aux commerçants-transporteurs (semi-grossistes, grossistes) à 30 LS le kilo, elles seront ensuite vendues aux consommateurs dans les souks aux environs de 45 LS. La catégorie 1 (entre 7 et 8 cm) rapportera au producteur environ 20-25 LS par kilo selon les années ; les consommateurs l’achèteront à 30-35 LS/kg dans le souk. Mais une partie importante des pommes de ce calibre sera exportée vers les pays arabes voisins, via des compagnies de transport privées basées à Damas pour la plupart. La catégorie 2 (6 à 7 cm) ne rapporte qu’entre 12 LS et 18 LS par kilo au producteur et environ 20 à 25 LS au commerçant du souk. Enfin la catégorie 3 (moins de 6 cm), vendue entre 3 et 8 LS le kilo, est destinée aux usiniers qui l’utilisent pour en faire du jus de fruit ou à la Société des fruits et légumes40 qui fournit les hôpitaux, l’Armée et les quelques magasins d’État du pays. Ces prix41 correspondent aux tarifs du marché lors des récoltes, c’est-à-dire en automne.

  • 42 C’est-à-dire après déduction de tous ses frais : coût de production, main-d’œuvre, stockage…

73Mais Khaled sait que les prix risquent de grimper en hiver ou au printemps, lorsque les stocks commencent à fondre et que l’offre faiblit. Il sait aussi qu’en période de récolte, les intermédiaires (commerçants, grossistes, transporteurs) sont ceux qui réalisent les plus grands bénéfices. Ainsi, il a fait construire à Atheel, village situé à côté de Sweida, une chambre froide d’une capacité de 50 tonnes, qui lui permet de conserver une bonne partie de ses récoltes en attendant que les prix remontent. Et c’est généralement au printemps que la demande est forte, ce qui permet à Khaled d’espérer vendre le kilo de pommes de catégorie « extra » de 40 à 45 LS, soit près de 15 LS de plus que le prix de base. Grâce à ce procédé, Khaled prétend réaliser, lors d’une bonne année, des bénéfices nets42 d’environ 10 LS par kilo sur la catégorie « extra » et de 7 à 8 LS par kilo pour la catégorie 1. Mais, en fonction des cours du marché, il peut être perdant certaines années.

Un nouveau type d’entrepreneur agricole : les transporteurs-commerçants

74Depuis la fin des années 1980, faisant suite à l’ouverture de l’agriculture au commerce privé, d’anciens émigrés druzes se sont mués en transporteurs de denrées agricoles. Leur stratégie consiste à acheter les récoltes sur pied, à les stocker et à les revendre directement sur le marché urbain en fonction de la fluctuation du cours des prix des produits agricoles.

  • 43 Il semble que les premières exportations de fruits du Djebel aient été effectuées au début des anné (...)

75Selon nos informations, une vingtaine de familles druzes effectueraient ce commerce entre le Djebel et Damas, mais aussi vers Alep, afin d’approvisionner les grossistes des souks du gros (souk el-hall). Ces flux de marchandises ne sont pas comparables à ceux des transporteurs urbains qui effectuent des exportations43 dans les pays arabes voisins, comme les commerçants-transitaires venus de l’extérieur de la province et qui possèdent généralement des camions frigorifiques. Cette activité de navetteur est organisée localement par des Druzes uniquement et les quantités transportées à chaque voyage sont faibles (deux ou trois tonnes) car le transport s’effectue à l’aide de camionnettes ou de pick-up. Ces transporteurs constituent donc des intermédiaires entre les petits producteurs et les commerçants grossistes des villes.

76Ce genre de pratique commerciale nécessite l’acquisition d’une chambre froide, car c’est grâce au stockage que les navetteurs réalisent des bénéfices. Ces entrepreneurs sont généralement les clients des petits producteurs druzes du Djebel. Les paysans leur vendent donc leurs récoltes sur pied à des prix qui avoisinaient les 10 000 LS par donoum en 2005 ; les entrepreneurs se chargent ensuite de l’embauche de la main-d’œuvre, composée soit d’habitants locaux, soit de Kurdes car ils sont bon marché (300 LS par jour de travail, soit 6 $). Après plusieurs mois de stockage, les fruits sont vendus.

  • 44 Les renseignements sur les cours des produits agricoles se font par téléphone entre Sweida et les l (...)

77L’entreprise demeure risquée. D’abord, les quantités transportées vers les marchés urbains à chaque voyage sont si faibles qu’elles ne peuvent générer de gros bénéfices (5 LS par kilo en moyenne). Enfin, et surtout, les cours des produits agricoles peuvent varier d’une heure à l’autre. Il arrive généralement que le transporteur druze se rende44, avec sa cargaison, au souk du gros (Damas ou Alep) et que, lorsqu’il est arrivé à destination avec sa livraison, les prix annoncés aient soudainement chuté. Dans ce cas, le petit transporteur préfère malgré tout vendre moins cher plutôt que de rentrer à Sweida avec sa cargaison.

Les stratégies diversifiées et « remontantes » des entrepreneurs et des usiniers

78À vrai dire, les activités des entrepreneurs agricoles ne sont pas aussi cloisonnées que le laisse croire notre présentation. Leurs activités sont en effet généralement diversifiées car les entrepreneurs cherchent à éviter le recours à des intermédiaires. Les spéculateurs tentent parfois d’organiser dans le cadre familial le transport des récoltes vers les grands marchés urbains. À titre d’exemple, les Abou Assali ont fait construire une grande chambre froide pour le stockage des pommes qu’ils produisent. Un membre du clan se charge d’effectuer les ventes et organise le transport des fruits vers les marchés urbains de Damas et Alep. Il négocie également avec les grands transporteurs qui sont chargés de convoyer une partie des récoltes vers les pays arabes voisins, là où les fruits sont rares et beaucoup plus chers qu’en Syrie (Égypte, pays du Golfe).

79D’autres, comme les Salaheldin, possèdent, comme nous l’étudierons bientôt, une unité industrielle agro-alimentaire. Les entrepreneurs de cette famille ont plutôt établi des stratégies remontantes. À leur retour du Vénézuela, ils ont acquis à l’est de Sweida près de 50 hectares qu’ils ont planté de pommiers, dans la zone autrefois accaparée par les familles traditionnelles de la ville. Ces terres, achetées dans les années 1980, constituent actuellement un des plus grands vergers familiaux du Djebel. Ces nouveaux entrepreneurs agricoles cherchent à se constituer de grandes propriétés foncières afin d’approvisionner leurs propres circuits commerciaux. De la même manière, la famille Abou Hassan possède quelque 80 hectares plantés d’oliviers autour de son huilerie, que trois puits forés à plus de 350 mètres de profondeur permettent d’irriguer lors des mois d’hiver si les pluies sont insuffisantes.

80Ainsi, accaparer les meilleures terres du Djebel (volcaniques et fortement arrosées) constitue dorénavant, pour ces nouveaux acteurs économiques issus de l’émigration, un enjeu stratégique, puisque ce sont ces terroirs qui sont spécialisés pour la production des fruits destinés au marché libre (pommes, poires, cerises). La domination économique de ces familles sur le Djebel se trouve donc renforcée par la volonté de contrôler à la fois la production (les fruits), les unités de transformation (usines) ou le stockage (chambres frigorifiques) jusqu’à l’étape finale de la distribution (vente directe aux transporteurs, commercialisation des jus de fruits). La concentration d’une part des richesses foncières aux mains de quelques grandes familles est une évolution récente (depuis la fin des années 1980) qui remet en cause l’ancienne organisation de la propriété agricole dans les hautes terres du Djebel, telle qu’elle avait été réalisée dans les années 1940 et qui était fondée sur une répartition égalitaire.

81Les stratégies des entrepreneurs agricoles tendent à réduire le champ de manœuvre des petits paysans indépendants, en leur offrant des débouchés économiques certes nouveaux mais très restreints. Les petits propriétaires s’orientent de plus en plus vers une quasi-monoculture, où la pomme domine, alors que les cultures plus traditionnelles (figues, raisins…) sont délaissées. Cette évolution provoque une vraie dépendance des petits producteurs à l’économie de marché et une soumission grandissante envers les entrepreneurs agricoles qui peuvent facilement s’attacher les petits exploitants agricoles en leur promettant l’achat de leurs récoltes ou leur commercialisation à prix garanti.

٭

82Au terme de ce chapitre, nous pouvons donc établir un lien direct entre les processus d’émigration et de transformation de l’espace à l’échelle régionale.

83- Nous savons dorénavant qu’une sélection familiale, imputable à l’émigration internationale, a induit des modes de réinsertion variés en fonction des migrants qui ne disposent pas, à leur retour, de la même capacité d’action sur l’espace local. C’est cette capacité différente de ressources et d’investissements qui génère les formes de différenciation spatiale que nous avons décrites.

84- Les richesses issues de l’émigration bénéficient largement à la ville de Sweida dont la physionomie a changé radicalement. Les centralités urbaines nées de l’action des émigrés de retour (nouveaux espaces commerciaux, quartiers résidentiels pour riches, espaces récréatifs) se démarquent dorénavant nettement, tant par leur aspect architectural que par leur ambiance et le mode de vie des habitants, de la sobriété des quartiers traditionnels et de l’austérité de la ville administrative.

85- Le passage par l’émigration est un moyen d’accès à la ville pour certains émigrés, alors que d’autres introduisent des éléments d’urbanité au cœur même de leur village d’origine. Quelques villages se sont ainsi dédoublés, montrant que ces familles druzes ne vivaient plus dans le même monde, n’avaient plus accès aux mêmes endroits du monde.

  • 45 Les auteurs qui ont écrit sur la période mandataire nomment « familles secondaires » les clans qui (...)

86L’homogénéité confessionnelle du Djebel Druze n’a donc jamais généré, pas plus hier qu’aujourd’hui, un territoire exempt de toutes disparités. Le territoire druze est toujours diversifié et compartimenté : mais il ne l’est plus cependant de la même manière qu’à l’époque mandataire. À cette époque, l’espace était réellement fragmenté par l’appropriation spatiale des grandes familles traditionnelles qui contrôlaient leurs fiefs et les ressources qu’ils produisaient. Une certaine revanche des familles druzes secondaires45 a donc eu lieu. L’émigration internationale leur a donné les moyens de s’imposer financièrement et économiquement dans la province. Les réseaux qu’elles peuvent mobiliser servent à alimenter leurs propres espaces familiaux (entreprises, grandes propriétés agricoles, quartiers de villas), sortes de « prés carrés » reliés au système mondial et non au système d’allégeance local. Cette organisation favorise leur autonomisation par rapport aux élites traditionnelles qui cherchent, quant à elles, à conserver jalousement leur chasse gardée, à savoir le domaine de la politique locale. Mais pour combien de temps encore les familles traditionnelles parviendront-elles à contenir l’émergence des nouveaux entrepreneurs ? Pendant combien de temps leur prestige symbolique pourra-t-il limiter le pouvoir économique de cette nouvelle élite ?

Villa d’un migrant druze au Venezuela, Nejran, 2005

Cyril Roussel

Notes

1 Notre premier contact avec le Djebel eut lieu entre septembre 1997 et mai 1998, lorsque nous effectuions notre travail de terrain pour la préparation de notre maîtrise de géographie.

2 La madhafe est une salle de réception conçue dans un souci d’hospitalité des hôtes de passages. Toujours ouverte, elle est entourée de banquettes et on y sert le café amer. Dans l’organisation traditionnelle de la communauté druze, les madhafe-s des grandes familles servaient de lieux d’échanges et de prises de décisions politiques. Aujourd’hui, elles conservent un rôle informel certes, mais déterminant dans le jeu de la politique locale et communautaire.

3 Nous rappelons que le Mandat français avait choisi de favoriser certains clans druzes aux dépens d’autres, mais que la politique coloniale avait renforcé l’autonomie politique de la communauté. Son représentant unique (l’Émir et gouverneur Salim el-Attrach) devait synthétiser, pour la première fois dans l’histoire du groupe, l’ensemble des aspirations politiques de la communauté. Suite à des rivalités de pouvoir entre clans, ce fut, à la mort de Salim, un officier français (le capitaine Carbillet) qui occupa le poste de gouverneur, pourtant dévolu à un Druze d’après le traité franco-druze de 1921.

4 Cf. : supra, Première Partie, chapitre 3.

5 Landis, 1998 : 378.

6 Nous rappelons qu’il s’agit de coopératives de logements.

7 La famille Salaheldin est une famille druze installée à Sweida depuis le xixe siècle, époque de sa migration à partir de la montagne libanaise. La mère de l’actuel directeur de l’usine F.M.J. habite toujours la maison familiale, située dans la vieille ville.

8 Il est de tradition d’offrir au visiteur des fruits et des sucreries avec le café ou le thé.

9 Il est actuellement propriétaire de plusieurs supermarchés au Vénézuela.

10 G. Cortès (1998 : 268), dans un article fort instructif, parle de rythme de mobilité pour définir les périodes d’absence du migrant.

11 Dans les années 1990, de grands magasins de vêtements de marques sont venus ouvrir un établissement à Sweida (Adidas, Benetton, Kickers).

12 Par exemple, les fruits sont sélectionnés selon leur calibre, certains importés (pastèques d’Égypte, bananes africaines…) et présentés dans des paniers en petite quantité, à l’inverse du souk des légumes au centre-ville qui s’adresse aux populations rurales de passage et qui présente les produits de saison en gros. Les prix affichés chez les marchands de primeurs de tariq Qanawat sont prohibitifs pour les ruraux.

13 Lors d’un entretien avec le propriétaire d’une villa du quartier de tariq Qanawat, nous avons appris que les lots situés directement sur la route, avec un terre-plein de verdure et une contre-allée pour les séparer, étaient les plus prisés.

14 Nous pensons que le style architectural a un rôle symbolique comme les divers signes de marquage urbain. R. Brunet et alii (1997 : 320) notent que : « Le marquage symbolique de l’espace [est] destiné à signaler une appropriation (…) ».

15 Centre de réunion des religieux druzes.

16 Si certaines familles traditionnelles ne vivent plus à plein temps dans les maisons de basalte de leurs ancêtres, toutes les ont conservées. Après restauration, elles sont généralement utilisées comme maisons secondaires ou lieux d’estivage ou encore de réunions familiales.

17 La thèse de M. Ababsa montre combien l’investissement dans l’aménagement urbain et l’équipement de la ville de Raqqa ont été conçus pour symboliser la puissance du régime. Cet auteur (2004 : 282) écrit, au sujet des bâtiments étatiques : « Ils témoignent par leur luxe, leurs proportions et leur facture de marbre, de la puissance de l’État et de son contrôle territorial sur la Jazîra ».

18 En Syrie, les riches aussi se montrent. Il n’y a pas encore ici de cloisonnements sécuritaires comme dans les riches banlieues de certaines villes africaines ou américaines avec des gardiens et des barrières. L’espace reste ouvert pour que les occupants puissent être vus.

19 L’émigration druze est partiellement le résultat des blocages socio-politiques de la Syrie. Mais le pays demeure encore assez largement un isolat du système-monde, qui se situe à l’écart du processus de mondialisation. Si les choses changent, ce n’est que lentement, en particulier dans les périphéries du territoire syrien. L’émigration druze témoigne de la frustration d’une communauté, mais elle en constitue en même temps son unique moyen d’ouverture sur le monde, générant des formes spécifiques de représentations du monde extérieur.

20 Nous l’avons vu, ils sont de gros consommateurs de produits modernes (automobile, électroménager, vêtements) mais aussi de distractions (restaurants, cafés, billards, etc.).

21 Ce groupe, composé des familles fondatrices de la ville de Sweida, est comparable à une « aristocratie » urbaine proche de la figure des baldi-s des villes du Maghreb (citadins de vieille souche). À Sweida, comme au Maghreb, c’est bien l’ancrage familial dans la cité, et donc l’ancienneté, qui légitime l’appartenance à la ville (Lussault & Signoles, 1996).

22 Nous utiliserons ce terme dans le sens de « partie « noble » de la ville », comme le définissent les auteurs du dictionnaire critique Les Mots de la Géographie. Ils notent qu’il s’agissait d’une partie de la ville médiévale, « où siégeaient les pouvoirs civils et religieux, par opposition au bourg, partie marchande ». Nous pensons que ce parallèle avec la ville druze est particulièrement explicite : les familles traditionnelles de la ville sont celles qui possèdent le pouvoir politique (cheikhs el-dunyâ) ainsi que la garde de la morale religieuse (cheikhs el-dîn) ; les familles d’émigrés fortunés ont un pouvoir financier, comme l’avaient les bourgeois.

23 Cette crispation des élites traditionnelles face à la nouvelle bourgeoisie montante est classique des villes du monde arabe. Elle est signalée, par exemple pour le cas de Tlemcen, par R. Bekkar (1996 : 117) : « À Tlemcen s’est longtemps perpétuée une bourgeoisie citadine (…) qui a véhiculé cette séparation entre les « vrais Tlemceniens » et les ‘arûbia [« péquenots »]. Elle a vu arriver ceux qui se sont enrichis, ces « nouveaux bourgeois » (…). Cette concurrence économique se traduisit au plan social, car la bourgeoisie séculaire revendiqua la citadinité authentique, reprochant aux « derniers arrivés » leur enrichissement intempestif et leur mauvais goût ».

24 Le modèle idéal de la morale rigoureuse prôné par les cheikhs spirituels (dont l’âme tend à atteindre la « pureté intégrale ») est fondé sur plusieurs injonctions comme « l’ascétisme, le végétarisme, l’honnêteté, la modestie, le renoncement aux paroles injurieuses, au café, au thé, aux cigarettes et au travail pour le compte des autres afin de ne pas gagner de « l’argent » impropre » (Jreidini R., 2001) autant d’attributs que les émigrés enrichis, élevés pour certains Outre-Atlantique, n’incarnent pas.

25 « Les religieux sont en relation permanente avec les laïcs (…). C’est pourquoi il existe une unité organique entre la religion et la société (…). Ceci permet également aux religieux de s’intégrer dans la vie quotidienne des Druzes (…). Ajoutons à ceci que des réunions réservées aux affaires de la ville ou du village ont lieu dans les conseils. Au début de chaque réunion (…), une rencontre a lieu entre religieux et laïcs pour discuter des problèmes d’ordre public qui intéressent le village ou la ville » (Jreidini, 2001).

26 L’ouvrage le plus complet qui retrace la formation de la mashyakha dans le Djebel, c’est-à-dire l’organisation traditionnelle du pouvoir entre les grandes familles qui détiennent le pouvoir (za’âma), est celui de K. Firro (1992).

27 Ce cas de figure nous rapproche de l’exemple tunisien. En effet, M. Ben Achour (1996 : 76) explique que le dispositif d’assimilation des nouveaux venus à Tunis reposait sur leur volonté de rompre avec la région d’origine. « C’est pour cela que les marchands sfaxiens ou djerbiens opérant et résidant à Tunis, parce qu’ils exerçaient des métiers les maintenant obligatoirement en relation avec leur région et leur parenté d’origine, ne s’intégraient pas : on les considérait, dans le cas des plus prospères, comme des notables sfaxiens ou djerbiens, et donc pas comme des baldi-s ou des Tunisois ».

28 M. Ben Achour (1996 : 75) décrit le même type de dédoublement de la citadinité à Tunis par la coexistence d’une Tunis-Médina, dont l’élite est politique, administrative et religieuse (milieu baldi), et d’une Tunis-Capitale, dont l’élite plus individuelle, plus ostentatoire, se distingue des baldi-s, pour donner naissance à deux citadinités aux rythmes et aux caractères différents. À l’inverse de Tunis, il n’y a pas (encore ?) à Sweida de passerelles entre ces deux mondes, et donc pas de « citadinités communicantes ».

29 Il a fourni des titres de séjour, du travail, l’hébergement et des aides financières aux émigrés arrivés après lui.

30 Enquête personnelle réalisée par entretiens avec le maire de Najran en 2002 et avec des membres de le famille Nasser en 2005.

31 Voir chapitre précédent.

32 Voir carte des villages du Djebel : fig. 50.

33 Arieqa est situé à quelques kilomètres de Najran. La différence de physionomie entre les deux villages est saisissante. À Arieqa, les retombées de l’émigration sont imperceptibles : les migrants n’ont pas ici d’accès privilégié au Vénézuela, à l’inverse des habitants de la famille Nasser de Najran. D’après nos enquêtes, il n’y aurait que quelques foyers de migrants vers le Vénézuela à Arieqa ; à Najran, c’est l’ensemble du clan des Nasser qui y est établi depuis des décennies, soit certainement des centaines de personnes.

34 Peuplée, rappelons-le, de 7 000 habitants en 1945.

35 Il est très difficile de connaître le mode de distribution véritable des terres à cette époque. Nous ne disposons d’aucun document d’archive et les témoignages des « anciens » de Sweida sont souvent vagues et parfois contradictoires. Il semble cependant, en croisant ces témoignages, que les grandes familles traditionnelles auraient été avantagées non pas tant en surface que par la qualité et la localisation des terres reçues.

36 De façon générale, encore aujourd’hui, l’argent des émigrés n’est jamais placé sur des comptes bancaires en Syrie. Le régime n’inspire pas confiance. La plupart des émigrés du Vénézuela possèdent ainsi des comptes dans des banques américaines du Vénézuela, dont les succursales se trouvent dans les principales villes de ce pays. Pour les migrants installés au Nigéria, l’épargne dort, en Afrique, dans des banques anglaises.

37 Les vergers de plus de 200 donoum-s (soit plus de 20 hectares) doivent être considérés comme de relativement grandes propriétés, compte tenu de la subdivision de la propriété au sein des familles druzes du Djebel et des conditions difficiles de mise en exploitation des terres dans cette zone volcanique.

38 Pour mémoire, un hectare est égal à dix donoum-s.

39 Il exerçait le métier de maçon.

40 La Société des fruits et des légumes est une composante étatique née du système baassiste, mise en place dans les années 1970 suite à la réforme agraire de la fin des années 1950 et du début des années 1960. Elle était, avant l’ouverture économique, l’unique lieu d’achat des produits agricoles pour la paysannerie. Couplée aux Coopératives de la réforme agraire pour l’approvisionnement, aux offices alimentaires pour la distribution et à la Banque agricole pour les prêts, elle formait un dispositif efficace qui contribua à la modernisation des campagnes et à une plus grande indépendance des paysans face aux commerçants citadins.

41 Il s’agit ici de pommes Golden. Les Starken, de couleur rouge, se vendent 5 LS de plus au kilo.

42 C’est-à-dire après déduction de tous ses frais : coût de production, main-d’œuvre, stockage…

43 Il semble que les premières exportations de fruits du Djebel aient été effectuées au début des années 1990.

44 Les renseignements sur les cours des produits agricoles se font par téléphone entre Sweida et les lieux de vente, ce qui n’offre aucune garantie aux petits transporteurs druzes. Les négociants du souk peuvent toujours revenir sur le prix initialement annoncé une fois la marchandise acheminée et entraîner de ce fait le producteur dans un marchandage dont ils sont les seuls à tirer les ficelles.

45 Les auteurs qui ont écrit sur la période mandataire nomment « familles secondaires » les clans qui ne possèdent pas la za’âma.

Table des illustrations

Légende Villa d’un migrant druze au Venezuela, Nejran, 2005
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable