Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Troisième partie - Le système migratoire international comme prolongement de l'espace communautaire druze

Chapitre 8. Le bagage des migrants druzes et les structures de la mobilité internationale

Texte intégral

  • 1 P. Bourdieu (1980 : 2-3) note : « Tout individu, par le fait d’avoir un réseau, possède des ressour (...)

1Les facteurs externes de l’émigration druze sont, nous venons de le voir, nombreux. Ils peuvent être conjoncturels (comme le différentiel économique entre États) ou plus structurels (rapport de la communauté à son État d’insertion). Mais la propension de la communauté druze à circuler paraît également inscrite dans son histoire, son identité et sa structure sociale elle-même, puisque les Druzes ont besoin, comme nous le montrerons, d’échanger pour pérenniser leur communauté. En d’autres termes, en plus des ressources personnelles dont dispose chaque migrant – capital financier plus ou moins important, formation et expérience professionnelle plus ou moins élevée, etc. –, l’émigré druze dispose généralement d’un capital social1 qu’il peut ou non mobiliser.

  • 2 Nous retiendrons, à titre d’exemple, les travaux de P. Sintès sur les Albanais en Grèce ou ceux de (...)

2Nous allons donc chercher, dans les développements qui suivent, à appréhender la genèse et la structuration des réseaux migratoires des Druzes du Djebel, et ce dans l’ensemble de leur champ migratoire. Nous voudrions en effet comprendre quel rôle jouent les réseaux sociaux dans la construction du système migratoire des Druzes du Djebel. On peut retenir l’hypothèse selon laquelle les réseaux sociaux auraient un rôle d’entraînement du processus migratoire. De nombreuses études antérieures qui ont porté sur des groupes structurés2, ont montré que les réseaux communautaires ou familiaux pouvaient favoriser la mobilité internationale et l’orientation des migrants appartenant au groupe vers certaines destinations privilégiées. La mobilisation des réseaux sociaux (communautaires et/ou familiaux) dans le phénomène migratoire des Druzes du Djebel ne peut-il pas expliquer pourquoi, dans certains villages, l’ensemble des migrants est littéralement « propulsé » vers un pays particulier ; et, pour finir, pourquoi certaines familles ont des liens privilégiés avec certains pays du champ migratoire alors que d’autres, restées sédentaires, n’en possèdent pas ?

A. Les structures communautaires de l'émigration druze du Djebel : un capital migratoire régional hérité

3À l’échelle du Proche-Orient, nous l’avons signalé, les Druzes du Sud syrien sont imbriqués dans un vaste réseau d’échanges, qu’ils partagent avec les Druzes libanais et ceux de Jordanie notamment.

1. Les enjeux de la circulation migratoire régionale des Druzes

Les impératifs identitaires et culturels favorisent la circulation migratoire

4Les pratiques transnationales participent au maintien de l’identité druze, car la communauté a besoin de se déplacer pour se reproduire : nous considérons cette dimension spatiale de la culture druze comme un facteur majeur de la mobilité intracommunautaire et de la circulation transfrontalière. Les référents identitaires druzes les plus puissants, du moins ceux qui ont les conséquences spatiales les plus nettes, sont la croyance en la métempsycose et la pratique du mariage endogamique – qui lui est directement associé. Par conséquent, l’obligation du mariage à l’intérieur de la communauté favorise la mobilité entre les divers groupements druzes. Les migrations incessantes entre les lieux d’implantation des diverses communautés nationales sont une conséquence du sentiment d’appartenance communautaire de tous les membres du groupe à une même grande famille qui partagerait des valeurs communes. La circulation transnationale a donc un aspect vital pour les clans familiaux qui se sont retrouvés dans la situation d’éclatement territorial décrite précédemment : visites régulières et échanges de conjoints revêtent alors une importance fondamentale.

5Enfin, la frontière socio-religieuse qui définit la communauté est renforcée par l’impossibilité de la conversion à la religion druze et le maintien du secret de la doctrine. Il faut être Druze pour pouvoir prétendre suivre l’enseignement religieux gardé secret par les « initiés » (uqqal : les sages). L’espace de circulation communautaire des Druzes (échelle régionale moyen-orientale) est donc fait de ces lieux investis par le groupe que les impératifs culturels et socio-religieux, fondements de l’identité, unissent. Par exemple, la mobilité des « initiés » entre la Syrie et le Liban (pèlerinage sur les tombeaux des saints et réunions des cheikhs) peut être maintenant replacée dans ce contexte identitaire qui structure l’espace druze.

6Dans le contexte plus global de la migration internationale, les Druzes recherchent le regroupement pour perpétuer et assurer le système identitaire communautaire. L’extrême dépendance initiés/non-initiés et les multiples préceptes religieux (endogamie, secret de la religion, impossibilité de l’apostasie) participent à la construction d’un cadre où l’identité communautaire repose sur la vie commune. Les conséquences spatiales sont généralement le regroupement des migrants dans des espaces homogènes au sein des lieux d’émigration et le maintien de liens forts entre les membres expatriés.

La mobilité intracommunautaire et transnationale des Druzes dans un contexte géopolitique difficile

7Pour Annie et Laurent Chabry (1984 : 191) :

« La répartition géographique des Druzes se présente sous le double aspect de la concentration et de la dispersion : dispersion dans plusieurs pays du Proche-Orient : Syrie, Liban, Israël, Jordanie, mais concentration dans des poches de densité importante ».

8Avec la mise en place des Mandats français et anglais dans les années 1920, puis l’avènement de l’indépendance dans les États de la région après la Seconde Guerre mondiale, les familles druzes éclatées spatialement durent s’adapter aux nouvelles réalités politiques matérialisées notamment par les frontières étatiques établies au traité de Sèvres en 1920. Ainsi, leurs déplacements (visites à la famille, mariages, pratiques religieuses sur les lieux sacrés) se trouvèrent-ils, à partir de cette date, inscrits dans un cadre transnational ; ces déplacements devinrent ainsi des migrations internationales. Leur espace de circulation est donc désormais cloisonné (fig. 44b).

  • 3 Narcisse Bouron (1930 : 221 et 341) écrivait, au sujet des accords franco-britanniques de mai 1916  (...)

9Le Djebel fut ainsi amputé de toute sa partie méridionale par le tracé de la frontière séparant la Syrie de la Transjordanie3. La communauté de Galilée fut coupée de ses racines, à savoir le Liban Sud, mais aussi de tous les autres pays arabes, et ce dès le découpage mandataire (Liban/Palestine) et surtout après la création de l’État d’Israël en 1948. Les deux foyers principaux de la communauté druze (montagne du Chouf au Liban et Djebel Druze en Syrie) furent séparés par une frontière, qui isola également les Druzes vivant sur les deux flancs du Djebel Cheikh (Mont Hermon). Dorénavant, les Druzes allaient vivre des destinées différentes dans des États au sein desquels ils cherchèrent à s’intégrer. La fragmentation atteignit son paroxysme avec la guerre israélo-arabe de 1967, lorsque les villages druzes du Golan syrien furent annexés en même temps que le plateau par Israël, coupant ainsi toute communication terrestre.

10Sur notre croquis b de la figure 44, nous avons représenté des ouvertures dans la frontière entre Israël et la Jordanie. Les relations sont en effet dorénavant possibles entre la Jordanie et Israël suite au traité du Wadi Araba signé en 1994. De telles situations pourraient bien se généraliser à l’ensemble des frontières israélo-arabes en cas de paix globale, même si l’échéance semble perpétuellement repoussée (fig. 44b).

  • 4 Le réseau communautaire devient migratoire après l’imposition de la frontière.

11Comme le note Steven Castles (2000), parfois « ce sont les frontières qui se déplacent et non les populations, transformant des migrants intérieurs en migrants internationaux ». Si la circulation est rendue difficile, voire impossible dans certains cas pour des raisons géopolitiques, l’éclatement de la communauté à travers l’espace reste un facteur déterminant de la mobilité druze : c’est à partir de l’éclatement du groupe dans l’espace, véritable héritage socio-spatial sur lequel une partie du système de mobilité actuel prend appui, que se sont constitués les réseaux migratoires4. Ces derniers sont donc préexistants à la formation d’un espace migratoire à l’échelle du Proche-Orient arabe.

2. La construction communautaire du système migratoire des travailleurs émigrés druzes

12L’éclatement historique de la communauté druze fournit aux Druzes du Djebel des opportunités de travail uniques à l’échelle du Proche-Orient. De plus, à l’échelle mondiale, la structuration communautaire de la société druze peut également jouer un rôle non négligeable dans le processus migratoire. Comment la migration internationale des travailleurs druzes du Djebel s’organise-t-elle à partir de l’héritage communautaire tant social que spatial précédemment exposé ?

La migration des travailleurs druzes dans l’espace régional

13La dispersion des territoires druzes au Proche-Orient a permis l’éclosion d’un espace communautaire transnational entre les trois pays arabes (Syrie, Liban, Jordanie) qui est, aujourd’hui encore, largement pratiqué par les migrants druzes du Djebel. Cet espace en réseau n’est pas uniquement un espace de contacts familiaux ou religieux, puisque, dès le Mandat français, les Druzes du Djebel émigraient déjà temporairement pour des raisons liées au travail vers la Palestine (avant 1948) ou vers Damas lorsque les pluies venaient à manquer (Planhol, 1993 : 210), mais parfois aussi au Liban (Nouss, 1951) ou en Transjordanie (Planhol, 1997). On retrouve ici l’espace régional de la mobilité communautaire entre les pays d’implantation de la communauté druze.

14Cet espace communautaire, véritable héritage historique, sert toujours de support aux migrations actuelles de travail des Druzes du Djebel, malgré des périodes d’arrêt ou de ralentissement des flux migratoires liées au contexte politico-économique fluctuant des pays d’accueil. Par exemple, après la guerre civile libanaise (1975-1992), les Druzes du Djebel ont été nombreux à repartir travailler au Liban après une longue période de coupure due à la guerre. À l’inverse, durant le conflit libanais, de nombreux Druzes du Chouf sont venus se réfugier à Sweida et dans le Djebel, surtout ceux qui y possédaient de la famille.

« Je suis venu en 1975 à Sweida, lorsque mes parents ont quitté le Liban. Je n’avais que 8 ans. Mon père travaillait au Liban depuis 1966. Lui, il est né à Samia et ma mère à el-Qrayya : les deux sont du Djebel. Moi, je suis né au Liban et j’ai connu Sweida à cause de la guerre. […] Mais, dans les années 1960, il y avait beaucoup d’opportunités au Liban. Puis, à cause de la guerre, personne n’alla plus travailler au Liban. Juste après la fin de la guerre, ma sœur Lina est repartie vivre au Liban car son mari est Libanais : il est cuisinier dans un restaurant. Et puis, mon frère Salim est parti travailler lui aussi en 1992. Moi, je suis allé le retrouver chez ma sœur et mon beau-frère. J’ai travaillé trois ans au Liban avant d’aller au Vénézuela » (Zouher el-Youssef, émigré, vendeur d’habits, Sweida, janvier 1999).

  • 5 Rappelons pour mémoire que plusieurs milliers de Druzes avaient quitté le Djebel à l’époque de la r (...)

15Le dynamisme de l’économie jordanienne, depuis la fin des années 1990, tend à favoriser les migrations de jeunes villageois druzes du Sud Djebel qui utilisent des liens familiaux pour minimiser le coût de leur migration. Nous avons vu qu’ils pouvaient être parfois hébergés, le temps de leur activité, chez des membres de la famille élargie5 ; ils bénéficient aussi d’aide pour la recherche d’un emploi, etc. Pourtant, lorsque la situation économique était moins favorable, les Druzes de Syrie du Sud ne s’y rendaient pas pour travailler.

« Avant d’aller travailler en Jordanie, j’allais au Liban. Mais les salaires sont devenus plus intéressants en Jordanie. Avant les années 1990, les gens du village n’allaient pas travailler en Jordanie ; la situation n’était pas meilleure qu’en Syrie. Moi, je travaille dans le bâtiment comme plâtrier-décorateur. À Diebien, on a tous de la famille de l’autre côté de la frontière, car avant, sous les Turcs, nos terres allaient bien plus loin au Sud. On a donc conservé de bons contacts ; c’est utile pour trouver du travail. Moi, c’est un petit cousin jordanien, de la famille de mon père, qui m’a dit qu’il y avait du travail dans sa compagnie. Lui, il travaille le béton » (Salim, émigré en Jordanie, Diebien (bourg du Djebel méridional), mars 2002).

16Au Proche-Orient, cet espace communautaire hérité et multipolaire canalise une part des mouvements migratoires de travailleurs de la communauté qui y circulent et qui ont su redynamiser et réactiver des réseaux propres au groupe.

Le rôle des pionniers libanais et des premiers émigrés Outre-Atlantique

  • 6 J.-P. Tailleur (1996 : 37) écrit : « En Argentine, les premiers Arabes ont véritablement commencé à (...)

17D’après des sources concordantes6, la migration arabe vers l’Amérique du Sud date de la fin du xixe siècle et s’est accélérée à partir du début du xxe. D’après Boutros Labaki (1987), l’écrasante majorité des migrants était libanaise. En effet, à cette époque, l’émigration était faible au départ du Djebel. Izzat Nouss (1951 : 88) écrit à ce sujet :

« Les Druzes s’expatrient peu malgré l’extrême pauvreté de leur montagne. On compte seulement quelques centaines de Druzes en Amérique, originaires surtout des villages de Orman et de Sidjin ».

18À l’époque mandataire, alors que les Druzes libanais se rendaient en nombre en Amérique du Sud, ceux du Djebel se contentaient de migrations de travail temporaires, peu nombreuses, dans les pays voisins, comme nous l’avons mentionné au début du précédent paragraphe.

  • 7 Le coût du voyage était très élevé à l’époque pour les paysans pauvres du Djebel qui ne possédaient (...)

19Selon nos enquêtes, les primo-migrants à destination du Brésil et de l’Argentine (Mexique et Colombie sont également parfois évoqués) ont quitté le Djebel juste après la Première Guerre mondiale (1918-1920). Le premier migrant pour le Vénézuela, identifié comme tel par la population migrante de Sweida, serait M. Youssef el-Ghatrif : il serait parti en 1924 et aurait commencé comme marchand ambulant. Cependant, le gros de l’émigration druze du Djebel s’est produite après la Seconde Guerre mondiale, majoritairement vers le Vénézuela. Si les récits d’émigration font la part belle à la réussite et à l’initiative individuelle7, comme nous allons le voir plus loin, les premiers voyages des Druzes du Djebel vers le Vénézuela semblent bien avoir été impulsés par des familles druzes libanaises déjà installées en Amérique du Sud depuis plusieurs décennies. Les primo-migrants de la famille Hanawi de Sahwet el-Blata, qui compte des centaines de ses membres au Vénézuela, furent avertis des possibilités économiques par les membres libanais de leur famille élargie. Les relations communautaires entre Druzes du Liban et de Syrie auraient donc permis à ceux du Djebel d’être informés des opportunités d’enrichissement outre-Atlantique, comme on peut le voir dans cet extrait d’entretien.

« À Sahwet, les premiers émigrés vers le Vénézuela étaient des membres du clan des Hanawi. Avant eux, seul un homme parmi les Hanawi et un du clan Boulnay étaient partis en Argentine en 1919 ; ils étaient restés quelques années avant de revenir. Mais au début des années 1950, notre parenté libanaise, qui était installée au Vénézuela depuis la fin du xixe siècle, nous a prévenus qu’il y avait du travail là-bas : c’était l’ère du pétrole. Depuis, plus de mille personnes du village sont parties, des familles complètes. Ils font du commerce » (Jaber Hanawi, mukhtar de Sahwet el-Blata, juin 2004).

20Ces échanges inter-druzes semblent cependant se limiter à la diffusion d’informations et à l’entraide ponctuelle. Nous n’avons pas rencontré le cas de réseaux communautaires syro-libanais bien organisés au sein desquels il y aurait eu circulation d’individus (Druzes syriens et Druzes libanais) et prêts d’argent. En effet, les Druzes syriens n’étaient pas solvables à cette époque et les prêteurs libanais n’auraient eu que peu de garanties de remboursement. Les réseaux familiaux migratoires propres aux Druzes du Djebel n’ont commencé à fonctionner qu’à partir du moment où les primo-migrants se sont enrichis (années 1960-1970). Avant la mise en place de tel réseaux, la prise de risque était énorme : après avoir vendu leurs biens personnels, les primo-migrants étaient condamnés à la réussite.

« Ce qui a déclenché l’émigration vers l’Amérique ? C’est la pauvreté dans le Djebel. Le gouvernement syrien, après l’Indépendance du pays, était contre nous ; il nous étranglait. Avant, dans les années 1920 et 1930, quelques types du Djebel étaient déjà partis pour l’Amérique depuis Beyrouth en bateau, mais ils n’avaient pas d’argent : c’étaient les premiers à partir du Djebel. Avant eux, seuls les Druzes libanais s’y étaient installés. Ils se connaissaient. C’est comme cela que les Druzes du Djebel sont partis : certains étaient de la même famille. Mon père m’a raconté qu’ils avaient vendu tout ce qu’ils possédaient à l’époque avant le départ : terres, bijoux, animaux… Certains sont allés en Colombie, d’autres au Mexique, à Cuba, au Brésil, en Argentine, quelques-uns au Vénézuela et aux USA aussi. L’installation de Druzes du Djebel au Vénézuela s’est produite plus tard, dans les années 1950. Tu vois, moi, comme on était persécuté dans le Djebel, je suis parti à cette époque ; on y retrouvait des vieux du Djebel et, grâce à eux, on avait des adresses pour trouver du travail. Dans notre famille, on avait un grand-oncle qui était à Maracaïbo depuis les années 1930. Il m’a aidé au début… ; pour l’argent, l’hébergement, je pouvais compter sur lui. Après, on a commencé à s’enrichir dans le commerce et nos familles ont pu partir pour nous rejoindre. Moi, à mon arrivée en 1951, je n’avais rien ; j’ai vendu des vêtements au porte-à-porte pour un commerçant qui me prêtait la marchandise. On faisait tous cela pour commencer. Et puis, au bout d’un an, j’ai acheté, avec mes économies, un pick-up pour vendre des meubles et de l’électroménager à domicile. Durant quinze années, j’ai vendu des meubles et j’ai ensuite pu acheter une station-service Shell que j’ai exploité durant plusieurs années encore. En 1977, j’ai acheté un camion-citerne de 40 000 litres pour aller approvisionner les compagnies pétrolières de forage étrangères, surtout américaines. Aujourd’hui, j’ai 30 camions-citernes : une seule foreuse a besoin de près de 45 000 litres de carburant par jour. Mon entreprise leur apporte l’essence » (M. Amzey, émigré au Vénézuela, Sweida, juin 2005).

21C’est pour le risque encouru au départ, pensons-nous, que ces anciens migrants font l’objet d’un tel respect et d’une telle admiration dans le Djebel ; ils suscitent aussi parfois la jalousie. Leurs histoires de vie nourrissent les rêves de fortune des jeunes candidats à l’exil ; colportés dans les madhafe-s, les récits deviennent épiques. Le lieu de leur émigration se transforme alors en un eldorado où il est possible de réussir à partir de rien, comme ce récit le laisse entendre :

« Un jeune Druze arrive au Vénézuela dans sa famille élargie, mais celle-ci ne veut pas le prendre en charge. Pour lui rendre sa première journée de travail invivable, espérant ainsi qu’il retournera à Sweida plus rapidement, ses cousins lui remplissent ses sacs de cailloux [au début, tous les nouveaux migrants commencent en tant que vendeurs-ambulants de vêtements]. Alourdi, il part pour sa première tournée. Alors qu’il ouvre ses sacs devant son premier client, il a l’idée de lui annoncer que ses pierres sont originaires d’un lieu sacré. À l’aide d’un marteau et d’un burin, il les débite en morceaux afin de les vendre plus cher. Le soir, il retourne très riche dans sa famille. Le lendemain, il s’achète un commerce et développe sa propre affaire ».

22Le Vénézuela est identifié, dans l’imaginaire des migrants, comme le lieu de la richesse facile, comme le montre cet autre récit allégorique véhiculé dans le Djebel : il décrit l’arrivée de M. Mohamed Naïm, un des premiers émigrés druzes du Djebel.

« M. Naïm rejoint le Vénézuela par bateau depuis Beyrouth en 1940. Perdu dans la forêt, il est recueilli par les « Indiens rouges » et amené au chef du village. Comme présent, il offre au chef des pâtisseries syriennes ; en échange, le chef de la tribu, satisfait, lui offre une grande quantité d’or ».

23Les récits de migration ont avec le temps pris une tournure de légende au sein d’une population qui colporte des histoires devenues mythiques ou imaginaires. Ces récits fantasmagoriques sont intéressants à décrypter, car ils font tous appel à l’imaginaire collectif, lequel, pour Gildas Simon (1995), serait l’un des plus puissants facteurs de déclenchement des flux migratoires.

24L’émigration internationale de travail des habitants druzes du Djebel s’est, semble-t-il, appuyée à son origine (pour les primo-arrivants) sur des structures sociales et culturelles communautaires parfois anciennes, qui ont servi d’assises à la mise en place du processus migratoire. La recherche d’une proximité communautaire demeure en général un atout, surtout lorsqu’il s’agit d’émigrer, ce qui fait des Druzes une communauté transnationale. Mais il apparaît que, pour ces derniers la frontière entre communauté et famille demeure bien floue. En effet, dans la plupart des entretiens que nous avons effectués, les primo-migrants libanais sont généralement désignés comme des membres du clan, des parents éloignés. Il est vrai que les Druzes du Djebel sont issus de la montagne libanaise et que presque tous peuvent être rattachés à une ascendance libanaise. Il nous est certes impossible d’établir un quelconque lien de parenté entre les premiers émigrés libanais en Amérique du Sud et les premiers émigrés du Djebel ; toutefois, l’organisation en clans de la société druze apparaît aussi – car elle se surimpose à la ressource migratoire constituée de la communauté toute entière – comme un élément structurant de la dynamique migratoire dans le Djebel.

B. Les structures familiales de l'émigration druze du Djebel : un capital migratoire relationnel exportable

25Il semblerait que les réseaux familiaux et claniques constituent un moyen efficace, à la disposition du migrant, pour franchir les frontières. L’articulation éventuelle entre réseaux familiaux et réseaux communautaires n’a rien de contradictoire ; les deux peuvent être complémentaires.

1. La dispersion des membres de la famille : un espace balisé pour le candidat à l’émigration

26La plupart des études menées dans le monde sur les migrations transnationales mettent en évidence l’importance des réseaux d’entraide dans la circulation des migrants, surtout quand il s’agit de groupes déjà structurés. Christophe Z. Guilmoto et Frédéric Sandron (2003 : 36) notent ainsi :

« Les acteurs appartiennent en effet à des familles et à divers groupes sociaux plus ou moins emboîtés comme la lignée, le clan, la tribu, la caste, l’ethnie, la secte ou encore le groupe régional. Ces rattachements sociaux leur permettent de bénéficier d’appuis multiples (entraide, prêts, soutien moral, etc.) dans leurs diverses entreprises à caractère social ou économique ».

27Nous avons observé chez de nombreuses familles élargies de la communauté druze du Djebel une tendance nette à la dispersion dans l’espace mondial des membres qui la composent. Parmi les nombreux récits d’itinéraires migratoires recueillis auprès de familles de migrants du Djebel, l’aide apportée par les membres de la famille au migrant apparaît comme primordiale. Les histoires de familles en migration, que nous avons reconstituées, permettent de remarquer que les espaces fréquentés par le migrant sont souvent déterminés par sa capacité à mobiliser son réseau familial ou, accessoirement, son réseau de connaissances.

  • 8 Il a obtenu facilement un visa pour les Antilles néerlandaises. De là, il est entré sans visa au Vé (...)

28La famille Chahar est une modeste famille du quartier d’el-Nahda (la Renaissance) à Sweida. La mère, âgée d’une soixantaine d’années, vit, depuis la mort de son mari, avec seulement une partie de ses enfants célibataires : Hassan, Yasser, Loï et Wahib. Les trois autres frères, plus âgés, sont mariés (Adnan, Nasser et Khassan), ainsi que l’unique fille, Rajah. Le père, décédé dans les années 1970, avait une sœur et quatre frères, respectivement tante et oncles des enfants Chahar. Cette tante, mariée, vit aussi à Sweida ; Sayd, le plus âgé des oncles, a vécu cinquante ans au Vénézuela (il est riche et possédait dans ce pays cinq sociétés de location de voitures, que son fils a repris) avant de revenir au Djebel finir ses vieux jours ; Ashad, le deuxième oncle, est décédé jeune au Vénézuela après avoir passé quelques années au Brésil ; Ahmed, ensuite, a fait ses études en Algérie dans les années 1970, et enseigne aujourd’hui en Syrie ; enfin, Mahmoud, le dernier des oncles, vit au Brésil depuis les années 1960. Cette répartition de la famille élargie (groupe cognatique) a servi de point d’appui aux migrations des enfants Chahar. Nasser part en premier et se rend au Vénézuela en 1975. Il possède aujourd’hui la nationalité vénézuélienne. Grâce à son oncle Sayd, il ouvrit une entreprise de vente de voitures d’occasion avant de tenter sa chance au Panama en 2003. Aujourd’hui, il est revendeur d’or au Panama où il vit avec sa femme, une jeune Druze du Djebel qu’il est venu épouser en 2002. Nasser a aidé son grand frère Adnan lors de sa migration vers le Vénézuela en 20008. En six mois, Adnan avait remboursé les dettes contractées auprès de son frère (3000 $) et commençait à envoyer de l’argent à sa femme et ses enfants restés à Sweida. Hassan, ingénieur dans l’usine étatique de tapis, est parti en 1999 au Brésil rejoindre son oncle Mahmoud, devenu fermier brésilien. Les faibles possibilités d’emploi dans ce secteur ont provoqué son retour prématuré à la fin de l’année. Loï, fonctionnaire de l’enseignement, a quitté la Syrie en 2004 pour le Qatar, suite à une opportunité que lui a signalée son beau-frère Rafik, le mari de Rajah. Enfin, Wahib, médecin spécialiste, parti en Arabie Saoudite où il exerça dans un établissement hospitalier étatique. C’est l’unique membre de la famille à avoir construit son projet sur son capital personnel, c’est-à-dire son niveau de formation et son apprentissage de la langue anglaise (il possède le diplôme de langue anglaise « Toefl ») ; l’Arabie Saoudite n’est pour lui qu’une étape de son itinéraire migratoire. De là, il espèrait aller en Angleterre travailler dans un hôpital où il pourrait exercer sa spécialité d’O.R.L. En 2005, ce fut chose faite. Il a obtenu un visa pour se soumettre à des examens d’équivalence de diplômes et effectuer un stage à l’hôpital de Brighton. Malgré cette apparente indépendance vis-à-vis des réseaux d’entraide, il a eu cependant recours à un ami druze de Sweida, installé à Londres, pour y poursuivre ses études de médecine, afin de minimiser le coût de son hébergement.

29Il semblerait que plus les familles se dispersent à travers l’espace du champ migratoire, plus le phénomène migratoire s’intensifie ; en d’autres termes, il apparaît que plus les possibilités d’émigrer sont nombreuses au sein du groupe, plus les membres de la famille en profitent. Le témoignage d’un émigré druze insiste sur ce point :

« Si je suis parti au Vénézuela dans les années 1950, c’est surtout parce que mon cousin Shahin y était déjà. Je n’avais pas d’autre choix que de partir là-bas. Ici la vie était devenue impossible et Shahin pouvait m’aider pour commencer à travailler. Mais, aujourd’hui, les choses ont changé : mes petits-fils pourront par exemple choisir le pays dans lequel ils travailleront. À part l’aîné qui vit à Valencia [Vénézuela], j’ai un fils aux USA et un au Canada, car j’ai voulu que mes enfants fassent des études supérieures. Et ils sont restés là-bas, car ils ont trouvé un bon travail. Alors, les enfants de mes deux filles, dont l’une vit à Sweida et l’autre au Liban, ont pu choisir entre les USA et le Canada pour effectuer à leur tour leurs études supérieures. Ils sont restés chez leurs oncles avant de revenir au Moyen-Orient. L’un est encore au Canada où il termine son diplôme de droit. Deux autres sont ingénieurs et travaillent maintenant aux Émirats. Et le dernier est parti retrouver ses cousins au Vénézuela, pour ouvrir une affaire » (Youssef, émigré au Vénézuela, Sweida, septembre 2000).

30La multiplicité des contacts familiaux peut avoir un autre effet. Le migrant qui cherche à maximiser ses gains peut-être tenté de multiplier les expériences migratoires au cours de sa vie. Les étapes migratoires variées et répétées, plus ou moins longues en fonction des expériences et des pays parcourus, peuvent parfois contribuer à générer chez certains migrants des itinéraires migratoires d’une grande complexité, dans lesquels les stratégies sont subtiles.

31M. Akram Nasser vit à Sweida dans la maison de son père. Il est issu d’une famille de sept enfants : il a deux frères et quatre sœurs. À 44 ans, il multiplie toujours les étapes d’un parcours migratoire parfois chaotique.

« En 1973, je suis parti pour le Vénézuela. Je n’avais pas 18 ans. Je n’avais pas obtenu de visa en Syrie et j’ai donc décidé de tenter ma chance au Liban, à l’ambassade du Vénézuela à Beyrouth. Devant un nouveau refus, je suis allé en Égypte. Grâce à une officine de voyage du Caire, j’ai réussi à avoir un visa pour la Colombie. À Bogota, j’ai pris le bus pour Cùcuta, une ville frontalière du Vénézuela. De là, je suis passé clandestinement dans ce pays avec un couple arabe. Et puis, j’ai pris contact avec une partie de ma famille qui vivait là-bas. Au début, j’ai vendu des habits dans le magasin de ma famille, puis j’ai changé de ville pour faire du porte-à-porte et travailler à mon compte. J’ai obtenu la nationalité en 1988 et j’ai quitté ce pays en 1990 pour aider mon père à Sweida qui tenait notre magasin de tissu. Avec mon argent épargné au Vénézuela, j’avais pu acheter ce magasin ainsi que 50 donoum-s de terres dans le Djebel, sur lesquels j’ai fait planter des pommes et un peu de vigne. Après six mois, j’ai voulu aller aux USA. J’ai pris un visa au Vénézuela avec mon nouveau passeport et j’ai passé deux ans à Philadelphia où j’avais un cousin. J’ai surtout fait de la vente illégale de cassettes vidéos, mais ça ne m’a rien rapporté. En 1992, je suis revenu en Syrie. C’est alors que des amis sont allés travailler au Koweït : c’était juste après la guerre du Golfe et il y avait des possibilités pour les Syriens après le départ des Palestiniens. Après deux mois, je suis rentré à Sweida, car le travail était difficile, mal payé et j’ai pas aimé la mentalité. Alors, avec mon frère qui avait fait ses études en Roumanie, on a décidé de participer à une affaire dans ce pays. On s’est associé avec un « mec » pour créer une compagnie de vente de boissons alcoolisées. Entre 1994 et 1997, on a travaillé dans ce pays, mais j’ai perdu beaucoup d’argent. Alors on a revendu nos parts et je suis rentré une nouvelle fois en Syrie. En septembre 1997, je suis reparti aux USA car mon cousin m’avait prévenu qu’il y avait du travail et la possibilité d’obtenir la carte de résident. J’ai travaillé avec lui dans le bâtiment mais tous les ans je devais quitter le pays et tous les six mois me rendre au bureau de l’immigration. Mais j’ai jamais pu avoir une carte permanente de résident. Je voulais rester pour obtenir la nationalité américaine car c’est beaucoup mieux pour travailler ensuite dans le Golfe dans une compagnie étrangère : on a des meilleurs postes » (Akram Nasser, émigré, Sweida, mai 2000).

32L’espace parcouru par le migrant druze est balisé, comme le montrent ces exemples, de repères familiaux qui lui sont familiers ; les réseaux de parenté, au cœur du dispositif migratoire druze, jouent un rôle primordial quant à la mise en circulation de certains membres du groupe à l’échelle internationale, mais également quant au choix de la destination des migrants.

2. La conséquence socio-spatiale des réseaux migratoires familiaux : des filières migratoires nombreuses

  • 9 Pour E. Ma Mung (1996), la filière migratoire est « un mouvement migratoire collectif », organisé d (...)

33Tous ces mécanismes de solidarité internes au groupe familial ont des conséquences spatiales. Chaque nouvelle génération de migrants réinvestit les ressources familiales migratoires existantes, en reprenant, ne serait-ce que pour partie, le chemin déjà tracé par ses prédécesseurs. À l’intérieur de chaque village druze, au sein des familles des migrants, se sont ainsi mises en place des filières migratoires9 qui canalisent les déplacements et organisent de façon collective les parcours des émigrés.

Diversité des filières migratoires au Djebel

34Michel Nancy (1985 : 99) a jadis montré comment, au Liban, les communautés villageoises étaient à l’origine des stratégies, individuelles ou collectives, de gestion de l’émigration. En répartissant ses forces dans l’espace, le groupe, s’il reste solidaire, maximise les chances d’intégration des jeunes générations dans le système migratoire (stratégie de mariages, fixation des nouveaux migrants par l’aide au travail ou au logement…). Ainsi, pour cet auteur, « la stabilité de la filière tient au caractère familial de la migration ». En conséquence, dans une société comme celle des Druzes du Djebel, où la fragmentation sociale entre grandes familles est un héritage historique, on peut se demander s’il n’existerait pas une différence d’accès aux ressources migratoires en fonction du potentiel relationnel propre à chaque groupe familial.

35C’est ce que semblent suggérer les multiples filières villageoises établies dans la province druze. Au Djebel, des villages entiers regroupent les descendants d’un même lignage d’origine, lesquels constituent le plus souvent à eux seuls une communauté familiale villageoise, aux intérêts communs forts.

36Ainsi, à Sahwet el-Blata, village où plusieurs clans cohabitent, le premier émigré pour le Vénézuela fut M. Hanawi A., qui quitta le village en 1953. D’abord colporteur dans une grande ville (Valencia), il augmenta rapidement ses gains, suffisamment pour ouvrir un magasin d’habillement. Il fit venir rapidement sa femme et ses enfants, puis des membres de sa famille élargie au fur et à mesure que son commerce se développait. Certains, parmi les nouveaux arrivants, se lancèrent à leur tour dans le commerce et les affaires, faisant venir à leur tour d’autres habitants du village, leur proposant emplois et salaires. Lors de ma visite dans le village, en 2004, le maire m’a déclaré que « plus d’un millier de personnes originaires de la commune étaient expatriées au Vénézuela ». Même si ce chiffre est fantaisiste, nous sommes sûr qu’ils appartiennent tous au clan Hanawi. Les émigrés de ce village, tous affiliés de près ou de loin par un lien de parenté, sont des membres de la famille élargie de M. Hanawi A.. D’autres familles du village, étant liées par mariage aux Hanawi (les Boulney, les Qahel, les Qeïs), ont également pu bénéficier des ressources migratoires de ce réseau familial.

« Quand, en 1953, Ali Hanawi, mon oncle, est parti au Vénézuela, il fut le premier de tout le village. Ensuite, plusieurs centaines de personnes, ont suivi. Le système était bien organisé. Les membres de bayt Hanawi pouvaient emprunter de l’argent à leurs parents sur place. Par exemple, je me souviens que mon père m’a dit avoir emprunté 500 LS à un cousin pour financer son voyage qui coûtait à l’époque près de 1 000 LS. Une fois l’argent prêté, le prêteur se débrouillait pour aider l’emprunteur à avoir le visa, à s’installer, etc. Et il avait tout intérêt à le faire au plus vite. Il fallait que la personne commence à travailler pour rembourser ensuite ses dettes » (Jaber Hanawi, mukhtar de Sahwet el-Blata, juin 2004).

37Parmi les autres familles du village, certaines n’ont pas émigré, tandis que d’autres ont choisi des destinations plus proches, moins coûteuses comme le Golfe. Ne faisant pas partie du réseau de bayt Hanawi, les autres familles de Sahwet el-Blata n’ont pas bénéficié des mêmes opportunités migratoires. Nous reviendrons sur l’aspect sélectif des réseaux migratoires dans le paragraphe suivant.

38À Rami, localité isolée du flanc oriental du Djebel, seul le clan des Mokled réside dans le village. Compte tenu des bas salaires des fonctionnaires et des difficultés rencontrées par l’activité agricole, l’émigration vers le Koweït touche des dizaines de personnes. Le coût de la migration est pris en charge collectivement.

« Un visa et un contrat de travail coûtent 6 000 $ par personne. Avec cette somme, le kafil s’occupe de tout : la carte de séjour, l’autorisation de travail, l’hébergement au début… Ensuite, quand le travail commence, on paye 1 200 $ tous les deux ans pour rester. Le salaire est de 300 Dinars par mois, soit environ 1 000 $ ; les diplômés peuvent gagner jusqu’à quatre fois plus, surtout les ingénieurs qui travaillent dans le pétrole. Et les jeunes viennent également ; on leur prête l’argent pour payer le kafil, puis ils nous remboursent après les premiers mois de travail. […] Dans le village, les premiers à partir furent mon père et mes oncles en 1958. Ils sont partis à quatre et ils ont fait venir notre famille. On s’est retrouvé à douze et ainsi de suite. En fait, aujourd’hui, ça dépend du kafil ; avant c’était gratuit pour faire venir la famille. Maintenant, c’est plus difficile, alors les femmes restent au village. Actuellement le trajet coûte 1 500 LS en bus ; c’est moins cher que l’avion : 400 $. Ainsi, on revient tous les ans à Rami » (Sayd Mokhled, émigré au Koweït, Rami, avril 2003).

  • 10 Les filières migratoires sont considérés par T. Faist (2000) comme des « courroies de transmission  (...)

39Une puissante cohésion sociale est à l’origine de filières migratoires familiales, claniques ou villageoises (tout dépend de la composition sociale du village), comme le montrent ces exemples. Construites pour la plupart dans la durée, les filières ont une certaine longévité et fonctionnent tant que la structure sociale reste en place. Ainsi de véritables couloirs migratoires permettent la mise en circulation10, sur plusieurs générations, de membres désireux d’entrer dans le réseau pour effectuer leurs parcours migratoires. Les filières permettent d’acheminer les nouveaux migrants dans un lieu précis en proposant de nombreux avantages qui limitent le coût de la migration : informations, aide financière, aide matérielle (logement), aide juridique ou administrative (visa…), aide à l’emploi, etc. Les filières, outre leur rôle d’entraînement sur le processus migratoire, sont des systèmes socio-spatiaux typiques des groupes transnationaux qui maintiennent active la circulation de leurs membres à l’échelle mondiale. L’inertie des réseaux migratoires permet ainsi au système migratoire de perdurer même si les modalités d’appel (facteurs « pull ») n’ont plus cours.

40Ainsi, à chaque filière correspond un pays d’immigration auquel est associé très souvent le nom d’une famille de tel ou tel village. Parmi les plus connues et les plus actives de la communauté druze du Djebel, nous pouvons citer : la filière vénézuélienne de la famille Nasser de Najran, celle koweïtienne de la famille Mokled de Rami ou encore celles de la famille Mkarim d’Amra aux Émirats Arabes Unis, de la famille Khanem de Mafaleh en Libye… Les exemples sont légion et concernent à chaque fois un des nombreux pays du champ migratoire druze précédemment mentionnés.

La filière migratoire : une cause de disparité sociale dans le Djebel

  • 11 Montagne, 1954.
  • 12 Lorsqu’un clan occupe un village dans sa totalité, comme c’est parfois le cas dans la montagne druz (...)

41Les filières migratoires sont, dans le Djebel, à l’origine de dynamiques migratoires fortement contrastées d’un clan à l’autre, d’un village à l’autre. Les réseaux jouent le rôle de « norias humaines11 » en favorisant l’arrivée et l’installation dans les pays du champ migratoire de migrants issus d’un même clan, d’une même famille élargie. On comprend mieux dorénavant que cette organisation socio-spatiale soit à l’origine des différences de richesse matérielle qui existent entre familles, clans ou villages12, mais également des différences opérées dans le choix même de la migration (destination). Ces différences fondamentales s’expliquent donc par la capacité de chaque groupe à développer et à disposer de ressources relationnelles propres.

42L’étude que nous avons menée dans le village de Najran en apporte la preuve. Najran est un village du Léja dans lequel trois clans cohabitent : les Nasser, les Abu Assi et les Abu Fakher. Dans les années 1940, Salman Nasser fut le premier migrant à quitter le village. Quelques années plus tard, alors qu’il avait économisé pour acheter un magasin, il fit venir les membres de sa famille proche (femme, enfants), puis ses frères, qui firent venir à leur tour leur famille. Du simple réseau familial de départ naquit peu à peu une filière migratoire qui favorisa l’émigration de plusieurs centaines de personnes certainement, vers le Vénézuela, entre 1950 et aujourd’hui. Tous appartiennent au clan des Nasser ou y sont rattachés suite à un mariage contracté avec un membre du clan. Le clan des Nasser s’est considérablement enrichi dans ce pays, grâce au commerce. Dès les années 1960, les membres du clan expatriés au Vénézuela ont favorisé la venue des nouveaux migrants en leur proposant du travail, l’hébergement ainsi que des aides financières. Libérée de la contrainte financière, la filière a pu fonctionner comme un véritable « aspirateur » durant les décennies suivantes. Elle fonctionne toujours de nos jours, ce qui fait des réseaux migratoires de la famille Nasser de Najran une des filières les plus actives du Djebel.

43Mais, à Najran, les membres de la famille Abu Assi n’ont pas eu la même chance. La plupart d’entre eux ne sont pas partis. Nous avons recueilli le témoignage d’un membre de ce clan :

  • 13 Nom donné aux villas des émigrés.

« À Najran, quand tu arrives, tu ne vois que cela… [et il nous montre les dizaines de villas appartenant aux Nasser]. Mais, tu sais, nombreux sont les habitants du village qui n’ont pas les moyens de voyager. Moi, je n’ai jamais eu la possibilité de partir au Vénézuela. Au mieux, on peut aller au Liban ou dans le Golfe. Dans ma famille, certains sont allés travailler aux Émirats ou en Arabie Saoudite. Le Vénézuela est trop cher ; ça n’est pas pour nous ! Et puis au village rien n’a changé pour les habitants. L’argent a servi à construire ces « châteaux13 » et rien d’autre » (Zayd Abu Assi, employé des postes à Sweida, Najran, septembre 2004).

44Ainsi, la prégnance des filières migratoires oriente-t-elle majoritairement les choix géographiques des migrants et favorise-t-elle les effets de concentration des membres du groupe dans certains pays, qui constituent dès lors un champ migratoire particulier. Les membres des familles les mieux organisées dans l’espace migratoire sont privilégiés quant à l’accès aux pays les plus recherchés du champ migratoire. Les clans qui ne disposent pas d’une telle organisation n’émigrent pas ou n’ont pas accès à la même sphère de mobilité. Nous partageons donc l’analyse de Christophe Z. Guilmoto et de Frédéric Sandron(2003 : 107) qui écrivent à propos des réseaux migratoires :

« [...] Malgré la diversification géographique croissante des flux, finalement très peu de destinations [sont] investies parmi celles quasi illimitées qui s’offrent aux candidats à l’émigration. Rares en effet sont ceux qui prennent le risque d’ouvrir une nouvelle voie ».

45L’espace migratoire n’est donc pas neutre ; une sélectivité dans la migration s’est établie en fonction des ressources de chaque clan ou famille druze.

3. La filière nigériane : l’histoire d’un réseau migratoire

46Dans les années 1990, favorisées par une nouvelle phase de l’ouverture économique, plusieurs entreprises industrielles privées virent le jour dans le Djebel. Si la plupart (quatre sur cinq) des réalisations industrielles de la région sont le fruit d’émigrés au Nigéria, c’est certainement parce qu’il existe entre eux des liens sociaux forts. Nous avons découvert que leur histoire migratoire, à travers leurs récits de vie, était, pour chacun d’entre eux, connectée à un moment donné à un même réseau transnational qui trouve son origine dans un bourg du Sud du Djebel : Orman. Origine géographique commune et liens familiaux plus ou moins établis s’entremêlent alors pour constituer un réseau migratoire qui a d’abord recruté en fonction de la proximité sociale, comme dans tous ces villages druzes.

47La filière « Nigéria » naît en 1947, avec un migrant originaire d’Orman, Mohamed el-Khalil, arrivé en pionnier dans ce pays. Il aurait quitté le Djebel en 1926 – selon les récits certainement enjolivés de ses descendants –, pour se rendre d’abord en Argentine par bateau, à partir de Beyrouth. Après vingt années de pérégrinations en Amérique latine (Argentine, Mexique, etc.), où il exerçait le métier de colporteur (vêtements, parfums), il aurait cherché à rentrer au pays avec son épargne en poche (1947). C’est une avarie mécanique du navire qui le ramenait au pays qui l’aurait conduit à Lagos, principal port du Nigéria, un pays alors sous domination britannique. Après plusieurs mois de séjour forcé à Lagos, il se serait lancé dans le commerce grâce au capital dont il disposait. L’ouverture d’un premier magasin d’habillement aurait été un tel succès qu’il s’orienta vers une activité d’import-export, en 1948, entre le Nigéria et l’Angleterre. Puis il se spécialisa dans le commerce du corail, utilisé dans la fabrication de bijoux, surtout avec l’Angleterre.

  • 14 Les usines privées dans la région sont les propriétés de membres de ces familles : Abou Hassan poss (...)

48Deux ans plus tard, il fit venir Salim Abou Hassan et d’autres habitants de son village. Puis, avec le « boom pétrolier » et le développement du Nigéria, d’autres familles de la région suivirent (Hallal d’Orman, Jermakany de Salkhad, Semoy, pour les plus connues14) grâce au soutien et au lien qu’assuraient les primo-migrants. La filière est avant tout une histoire de famille élargie. Une des sœurs de Mohamed el-Khalil était mariée à Nasser Jermakany qui partit au Nigéria dans les années 1950. Salim Abou Hassan était le beau frère de Mohamed par mariage avec son autre sœur. Salim a fait venir son frère Saleh ainsi qu’une bonne partie de la famille Hallal (années 1960), avec laquelle ils étaient liés. Enfin, Fendy Semoy, compagnon de route de Mohamed el-Khalil en Amérique latine et cousin éloigné (ils ont un arrière-grand-père commun), installé dès la fin des années 1940 avec Mahomed el-Khalil, fit venir une bonne partie de sa famille proche (femme et enfants). Ces réseaux transnationaux et familiaux ont perduré jusqu’à aujourd’hui. La seconde génération a également été très active : par exemple, un des fils de Mohamed el-Khalil a fait venir des migrants appartenant à d’autres familles que la sienne. L’un était son ami à l’université, Mr Chihaby. La filière « Nigéria » totalise ainsi, aujourd’hui encore, plusieurs centaines de personnes originaires surtout des deux bourgs du Djebel méridional : Orman et Salkhad.

٭

  • 15 La répartition des Druzes entre quatre pays différents est présentée par A. et L. Chabry (1984 : 19 (...)

49Même si certains auteurs ont pu considérer la dispersion de la communauté druze comme un handicap pour le groupe15, nous la considèrerons pour notre part, plutôt comme une ressource, du moins dans une perspective migratoire. Car c’est bien d’un capital social dispersé et mobilisable dont disposent les Druzes tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle internationale. Et, le capital social constitue « le premier des ingrédients dans le dispositif migratoire » (Guilmoto & Sandron, 2003 : 36).

50Dans le système migratoire des Druzes du Djebel, les phénomènes de structure nous sont apparus comme prédominants, puisque l’on a surtout remarqué un recours quasi systématique aux réseaux migratoires et, parfois même, une réelle subordination de l’individu à son groupe d’appartenance, lorsque cet individu voulait maximiser ses chances d’émigrer. Mais nous avons aussi noté, dans un même temps, que les moyens mis en œuvre par le migrant pour mener à bien son projet migratoire dépendaient aussi du pays d’émigration choisi ; et que les ressources à mobiliser pouvaient très bien s’avérer différentes en fonction des échelles spatiales du champ migratoire, laissant parfois des stratégies plus individuelles s’exprimer – comme dans le cas du diplômé qui s’expatrie dans le Golfe. Si la ressource communautaire ou familiale est donc bien un facteur essentiel de l’émigration druze, elle n’en représente jamais qu’un facteur parmi d’autres.

51Ainsi, de nombreux Druzes interviewés ont affirmé avoir le choix entre plusieurs réseaux, de telle sorte que plusieurs possibilités migratoires s’offraient à eux. L’action de ces individus se situe assurément dans un champ de contraintes – celles du recours quasi obligatoire aux réseaux migratoires –, mais au sein desquelles il dispose d’une marge de liberté. Les exemples d’itinéraires migratoires complexes dans lesquels les étapes sont multiples et les stratégies particulièrement compliquées illustrent ce cas. À l’inverse, un individu sans argent, sans qualification et sans ressources sociales exploitables pour la migration possède un capital migratoire quasi nul, étant donné que le coût financier de la migration dépend aussi de la mobilisation des réseaux sociaux: ce type d’individu a toutes les chances de ne jamais partir. Ainsi, loin d’évacuer les structures, car la réussite d’un projet migratoire est souvent conditionnée par la possibilité qu’a le migrant de mobiliser des réseaux relationnels au sein du champ migratoire, les pratiques migratoires des Druzes du Djebel laissent une place à l’individu, lequel a généralement plusieurs possibilités de choix, même si ceux-ci sont finalement assez limités. De telles stratégies sont donc liées en grande partie aux potentialités que l’individu possède ou ne possède pas au départ, ce qui peut s’avérer être, dans ce dernier cas, un « non-choix ».

Le village de Shaaf, lieu de départ des migrants, flanc est du Djebel, 1998

Cyril Roussel

Notes

1 P. Bourdieu (1980 : 2-3) note : « Tout individu, par le fait d’avoir un réseau, possède des ressources qu’il lui faut transformer en capital mobilisable pour toute forme d’action ».

2 Nous retiendrons, à titre d’exemple, les travaux de P. Sintès sur les Albanais en Grèce ou ceux de V. Ebin & R. Lake sur les Sénégalais de la communauté des Mourides (confrérie musulmane) à New York.

3 Narcisse Bouron (1930 : 221 et 341) écrivait, au sujet des accords franco-britanniques de mai 1916 : « […] mais l’accord traçait une limite telle, entre les zones anglaise et française, que le Djebel-Druze et le Hauran, administrativement reliés à la province arabe de Damas, avaient une partie de leurs villages du Sud et toute la région de leurs pâturages en zone anglaise ». Pourtant, « toute la région entre El Azrak et les derniers villages du Sud est considérée par les Druzes, depuis des temps immémoriaux, comme pâtis réservés ».

4 Le réseau communautaire devient migratoire après l’imposition de la frontière.

5 Rappelons pour mémoire que plusieurs milliers de Druzes avaient quitté le Djebel à l’époque de la révolte druze contre le Mandat français dans les années 1920.

6 J.-P. Tailleur (1996 : 37) écrit : « En Argentine, les premiers Arabes ont véritablement commencé à arriver vers 1880, mais le gros de l’immigration s’est produit au début du xxe siècle, jusqu’à la Première Guerre mondiale ». Les premiers migrants venaient de Syrie et du Liban : toutes les communautés étaient représentées, des Druzes aux orthodoxes.

7 Le coût du voyage était très élevé à l’époque pour les paysans pauvres du Djebel qui ne possédaient aucune épargne : dans les années 1940 et 1950, les candidats, de plus en plus nombreux à l’émigration, durent vendre leurs biens personnels pour payer le voyage en Amérique du Sud. L’enrichissement est venu bien après.

8 Il a obtenu facilement un visa pour les Antilles néerlandaises. De là, il est entré sans visa au Vénézuela. Interpellé par la police, il a été relâché grâce à l’intervention de son frère et de son oncle qui connaissent bien les ficelles du pays : un bakchich de 1 500 $, versé à un général vénézuélien, a permis sa libération. Depuis, il a régularisé sa situation et travaille comme colporteur d’articles textiles.

9 Pour E. Ma Mung (1996), la filière migratoire est « un mouvement migratoire collectif », organisé dans un cadre ethnique, tribal, clanique ou lignager, comportant ainsi un fort caractère identitaire. M. F. Durand (1994), pour sa part, est plus complet sur le sujet. Il écrit : « Les micro-décisions individuelles sont rarement aléatoires ; des filières migratoires les organisent et les canalisent (…). Une filière, chaîne de solidarités sociales inscrite dans une structure spatiale en réseau, s’ouvre, se dessine et s’installe autour des trajectoires, des relais et des points d’ancrage de pionniers, qu’ils soient spontanés ou appelés. Derrière ces têtes de pont, les filières s’activent, se confortent, s’entretiennent et se stabilisent, par toutes sortes de liens de parenté et de solidarité, hérités ou reconstruits, puis s’épaississent et se renforcent par les regroupements familiaux ».

10 Les filières migratoires sont considérés par T. Faist (2000) comme des « courroies de transmission » à l’échelle transnationale.

11 Montagne, 1954.

12 Lorsqu’un clan occupe un village dans sa totalité, comme c’est parfois le cas dans la montagne druze.

13 Nom donné aux villas des émigrés.

14 Les usines privées dans la région sont les propriétés de membres de ces familles : Abou Hassan possède une entreprise de fabrication d’objets plastiques et une huilerie, Hallal une fabrique d’oxygène et d’éléments métalliques, Semoy une entreprise agroalimentaire.

15 La répartition des Druzes entre quatre pays différents est présentée par A. et L. Chabry (1984 : 191) comme un handicap politique lié à l’atomisation du groupe. Leur faiblesse numérique (pénalisante sur la scène politique) en serait la conséquence première.

Table des illustrations

Légende Le village de Shaaf, lieu de départ des migrants, flanc est du Djebel, 1998
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable