Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Troisième partie - Le système migratoire international comme prolongement de l'espace communautaire druze

Chapitre 7. Intensité et disparités de l'émigration internationale des Druzes du Djebel

Texte intégral

1Nous avons éprouvé de grandes difficultés pour estimer l’intensité du flux migratoire international au départ de la province de Sweida et pour circonscrire ensuite les lieux de destination des émigrés. La multiplicité des pratiques migratoires, le grand nombre de destinations qui apparaissaient lors des premiers entretiens et, surtout, le manque de données statistiques nous ont en effet obligé, dans un premier temps, à « naviguer à vue ». Il nous a été difficile, avant d’effectuer des enquêtes hors de la province druze, de savoir si ce qui nous apparaissait comme une émigration massive et affectant l’ensemble de la population de la province était une spécificité régionale ou bien si ce phénomène concernait l’ensemble de la Syrie.

2Nous nous sommes donc efforcé, tout en multipliant les entretiens auprès de migrants druzes, de recueillir des données chiffrées souvent hétérogènes, pour tenter d’approcher le phénomène migratoire dans le Djebel par le biais de son intensité et de son champ migratoire.

A. Une émigration internationale particulièrement forte dans le Djebel et d'importantes disparités spatiales dans la distribution des migrants druzes

3Les mobilités plurielles (tant à l’échelle nationale qu’internationale) ont engendré au sein de chacune des communautés druzes nationales des dynamiques migratoires propres. Eclatée spatialement, même si culturellement très soudée, la communauté ne peut-être abordée dans sa globalité lorsqu’il s’agit de thématiques migratoires.

4Nous ne parlerons donc pas d’un système migratoire druze, mais plutôt de sous-systèmes autonomes propres à chaque sous-communauté dans lesquels l’intensité et les lieux d’émigration peuvent varier. Ainsi, la communauté druze du Djebel apparaît comme la plus touchée d’entre toutes par le mouvement d’exode vers l’étranger. En outre, comparés au reste de la population de la Syrie, les Druzes émigrent massivement à l’étranger.

1. L’Émigration internationale des communautés druzes du Proche-Orient : une différence d’intensité en fonction des pays

5Au début de nos recherches, nous avons cherché à déterminer si les Druzes émigraient selon la même intensité au départ des différents pays dans lesquels ils résident. Nous avons, faute de données statistiques, procédé à des entretiens dans les zones d’implantation des diverses communautés druzes au Liban, en Syrie et en Jordanie pour tenter de cerner l’intensité du phénomène migratoire druze au départ de ces États arabes.

6La mobilité internationale est certainement conditionnée pour partie par des facteurs propres à chaque pays de départ (facteurs « push ») : par exemple, le contexte politico-économique s’est révélé particulièrement pénalisant pour les Druzes en Syrie. Au Liban et en Jordanie, les Druzes sont moins marginalisés. Mais émigrent-ils moins pour autant ?

7Notre connaissance plus approfondie du terrain syrien nous permet de noter que le phénomène migratoire international est particulièrement fort dans le Djebel. Il touche tous les secteurs du gouvernorat et il est rare de ne pas rencontrer une famille élargie qui ne possède pas un ou plusieurs membres ayant émigrés dans une partie ou une autre du monde. C’est ce que signale l’un de nos premiers entretiens réalisés dans le Djebel :

« Les Druzes sont partout sur les cinq continents. Chaque famille au Djebel est concernée par l’émigration. Parmi mes amis de classe, plus de la moitié a déjà quitté Sweida pour le Golfe ou l’Amérique du Sud après les études. Notre survie dépend des possibilités de travail à l’étranger, car, en Syrie, nous sommes complètement bloqués. Les salaires sont très bas et ne suffisent pas pour vivre correctement. Les emplois sont rares, surtout pour les jeunes. […] Au Liban, les conditions de vie sont meilleures depuis la fin de la guerre civile. Les possibilités d’emplois sont plus nombreuses et, surtout, les Druzes ne sont pas exclus de la société. C’est plus facile pour s’intégrer sur le marché du travail et les salaires sont meilleurs. J’ai un oncle libanais dans le Chouf qui n’a pas besoin d’envoyer mes cousins dans le Golfe pour faire vivre sa famille » (Entretien réalisé en mars 1998 auprès d’un jeune Druze de Sweida qui s’apprêtait à quitter la Syrie pour les États-Unis).

8Ainsi, pour notre interlocuteur, les Druzes du Djebel auraient plus de raisons d’émigrer que leur homologues libanais.

  • 3 Delval, 1992 ; Tailleur, 1996.

9Quelques années plus tard, plusieurs séjours dans la montagne druze libanaise m’ont permis de vérifier la véracité des propos de notre ami. Nous avons séjourné, à de nombreuses reprises, quelques jours dans le Chouf afin de travailler plus précisément sur les migrations entre la Syrie et le Liban ; nous en avons profité pour nous faire une idée plus précise de l’intensité de l’émigration internationale des Druzes libanais au départ du Chouf. Au Liban, la mobilité internationale est ancienne puisqu’elle remonte, pour les Druzes, au xixe siècle, à destination d’abord de l’Amérique du Sud3 (Argentine, Brésil). Mais, actuellement, les destinations les plus fréquentes sont le Golfe et l’Amérique du Nord. Cependant, l’émigration vers l’étranger ne nous semble pas y être aussi massive et systématique qu’en Syrie, du moins si l’on se réfère à nos entretiens effectués à Baaqata et à Baaqline essentiellement (Chouf). Nous rapportons ici les paroles de la responsable de la bibliothèque de Baaqline qui corrobore, sur la question de l’intensité de l’émigration, les dires de la plupart de nos interlocuteurs libanais :

« Contrairement aux Chiites et aux Chrétiens, les Druzes émigrent moins. Les installations à Beyrouth sont peu nombreuses au départ du secteur de Deir el Qamar, Baaqline et Mukhtara. Quant aux gens qui vont travailler à Beyrouth, ils rentrent généralement dans le Chouf après leur travail. Nous sommes une communauté très soudée au Liban et nous restons sur place. […] Les départs vers l’étranger sont rares. À Baaqline, le nombre d’émigrés dans le Golfe, surtout en Arabie Saoudite, n’excède pas une centaine de personnes je pense. Certains se rendent en Australie, au Canada et aux États-Unis ; mais ils sont très peu. L’émigration est ici moins importante qu’en Syrie, cela ne fait aucun doute. Lorsque je me rends à Sweida, où j’ai une sœur, je suis toujours étonnée de voir que beaucoup de ses amies vivent seules sans leurs maris qui sont partis travailler à l’étranger » (Entretien avec Haïfa Okaïly, bibliothèque de Baaqline, mars 2004).

10Enfin, à l’inverse de leurs coreligionnaires syriens, les Druzes jordaniens, bien implantés dans la capitale Amman, émigrent peu à l’étranger. Pour ceux qui sont rassemblés dans l’oasis d’Azrak el-Druz (environ la moitié des effectifs de la communauté en Jordanie), l’émigration vers le Golfe existe, mais elle constitue une pratique minoritaire qui n’est en aucun cas comparable à l’émigration massive de leurs homologues syriens du Djebel.

  • 4 En Syrie, certains fonctionnaires druzes du Djebel, affiliés au Parti Baas, nous ont soutenu que l’ (...)

11L’estimation du nombre de personnes concernées par les flux migratoires vers l’étranger au départ des zones d’implantation druze de chacun des pays arabes de la région ne peut être effectuée par des enquêtes. Celles que nous avons réalisées ont montré les limites de cette démarche en ce qui concerne l’analyse quantitative. Selon l’interlocuteur, le nombre de migrants au départ d’un espace quelconque (un village, une ville, etc.) varie généralement en fonction de l’argumentation qu’il cherche à construire. En fait, les chiffres servent presque systématiquement à appuyer un point de vue. Plus le phénomène est gênant ou néfaste pour l’image d’un village par exemple, plus le nombre d’émigrés est réduit4. À l’inverse, plus l’interrogé veut insister sur la situation désastreuse du pays, plus il aura tendance à amplifier le nombre. Nous ne pouvons donc pas, en tout état de cause, accorder un quelconque crédit à ces estimations chiffrées en terme de valeur statistique.

12Ainsi, sans porter notre attention sur le chiffrage précis des émigrés par pays, donnée que nous ne pouvons pas établir, nous pouvons cependant être à peu près assuré que le phénomène migratoire est plus intense en Syrie que dans les deux autres pays arabes qui abritent une communauté druze.

2. L’Émigration vers l’étranger des Druzes de Syrie : une nette différence d’intensité entre le Djebel et Jeramana

  • 5 Nous faisons la distinction entre les Druzes du Djebel installés à Jeramana (soit temporairement, s (...)

13Les Druzes originaires du Djebel s’inscrivent dans une dynamique migratoire internationale qui leur est propre. Les Druzes originaires de Jeramana et y résidant semblent, d’après nos entretiens, complètement déconnectés du système migratoire de leur homologues du Sud syrien. En premier lieu, les champs migratoires sont différents ; les Druzes de Jeramana5 ne possèdent pas un éventail de lieux d’émigration aussi variés que leurs homologues du Djebel. Ensuite, nous pensons que l’intensité de leur émigration est beaucoup plus faible que celle des Druzes de la province de Sweida. Nos enquêtes auprès de familles, de responsables religieux et de représentants de l’État de Jeramana viennent confirmer ces impressions.

14L’entretien que nous avons effectué avec le principal cheikh druze de Jeramana, Abdellatif Korbag (originaire de Jeramana), vient à l’appui de cette hypothèse. Selon lui :

« L’émigration internationale est très faible au départ de Jeramana et largement moins pratiquée que dans le Djebel. À Sweida, les habitants sont plus « fragiles », c’est-à-dire qu’ils dépendent encore beaucoup ou en partie du travail de la terre pour vivre. Les villages du désert sont les plus touchés par l’émigration vers les pays arabes producteurs de pétrole ou vers le Liban et la Jordanie. Ici à Jeramana, les Druzes sont commerçants » (Entretien réalisé avec M. Korbag A., cheikh religieux à Jeramana, avril 2005).

  • 6 L’implantation druze à Jeramana remonterait au xie siècle, c’est-à-dire aux origines du Druzisme.

15Cette différence d’intensité migratoire s’expliquerait, selon ce cheikh, par la meilleure intégration des Druzes de Jeramana à l’économie urbaine de la périphérie damascène. Il est vrai qu’installée dans la Ghouta depuis le Moyen-Age6, la communauté druze de Jeramana contrôle (avec les chrétiens) les réseaux commerciaux et la plupart des échoppes du centre-ville. Contrairement aux Druzes du Djebel installés plus récemment à Jeramana, et qui sont devenus fonctionnaires, ceux de Jeramana possèdent un plus vaste éventail de possibilités de travail et, surtout, les moyens d’entreprendre.

  • 7 La faible intensité migratoire des Druzes de Jeramana tendrait ainsi à exprimer le différentiel de (...)

16Les flux migratoires issus de la communauté druze de Jeramana sont donc faibles (nous n’avons noté que quelques cas d’émigration au Vénézuela, en Australie, au Canada et en Europe, c’est-à-dire uniquement des destinations lointaines et coûteuses). À l’inverse du Djebel, l’émigration de travail au Liban et en Jordanie est inexistante ; et elle est très peu fréquente en direction des pays arabes du Golfe7.

3. La mohafaza de Sweida : la principale province d’émigration internationale en Syrie ?

17Les quelques données utilisables à l’échelle des provinces syriennes tendent à confirmer que les Druzes (comme les chrétiens) sont une des communautés syriennes les plus touchées par l’émigration internationale : nous pouvons le vérifier pour les Druzes qui composent l’essentiel de la population du gouvernorat, alors que, pour les chrétiens, les entretiens constituent notre seule source.

18Nous ne disposons cependant pas de statistiques récentes portant sur le volume des migrants internationaux par gouvernorat. Ainsi, pour obtenir une estimation du solde migratoire, nous avons comparé les données de l’état civil de 2004 avec celles du dernier recensement de la population syrienne réalisé la même année. Nous avons donc pu ainsi établir approximativement une liste des régions les plus répulsives (fig. 36). Notre estimation des habitants « manquants » par rapport au nombre de personnes inscrites à l’état civil (donc nées dans le gouvernorat) indique que les trois régions les plus touchées par l’exode de population sont, dans l’ordre : Idlib (déficit de population de 39 %), Sweida (déficit de 36 %) et enfin Deir Ez-Zor (déficit de 33 %). Cependant, nous ne pouvons déterminer, à partir de cette estimation du solde migratoire, quelle est la part entre l’émigration interne et l’émigration internationale. Cette carte mesure en réalité l’effet des deux types de migration cumulés.

19Pour affiner l’analyse, nous avons utilisé, faute de mieux, le calcul du ratio hommes/femmes comme un indicateur de l’importance du phénomène migratoire international. Nous sommes conscient de la fragilité d’une telle donnée, car nous ne pouvons pas établir avec certitude, et il serait certainement faux de le faire, que la migration internationale en Syrie est, dans toutes les provinces, le fait d’autant d’hommes que de femmes. Pourtant, lors d’un entretien au ministère des Expatriés à Damas, notre interlocuteur, fonctionnaire du ministère, nous avait déclaré que le taux de masculinité des émigrés à l’étranger était, dans l’ensemble du pays, largement supérieur à celui des femmes. Il nous en donnait les raisons suivantes :

  • 8 Ces données sont le nombre d’autorisations de sortie du territoire octroyées entre 1990 et 2000. No (...)

« D’après les données dont nous disposons à l’échelle nationale8, il est avéré que les hommes partent travailler à l’étranger dans des proportions supérieures à celles des femmes. Les raisons sont les suivantes : une part importante des émigrés syriens internationaux se rend dans le Golfe. Les visas sont difficiles à obtenir pour les femmes arabes non accompagnées. Enfin, la culture arabe favorise le départ des hommes, alors que les femmes restent plus à la maison pour s’occuper des enfants ». (Entretien réalisé auprès d’un fonctionnaire du Ministère des Expatriés, avril 2005).

20De plus, nous savons avec certitude que, dans le Djebel, les hommes émigrent plus à l’étranger que les femmes. En effet, les enquêtes que nous avons menées dans les villages druzes et dans les villes du Djebel montrent que l’émigration internationale est toujours composée essentiellement d’hommes. Le recensement de 1981 indiquait clairement ce phénomène avec seulement 9,35 % de femmes dans la population migrante internationale (soit 946 femmes pour un total de 10 116 migrants). À ce sujet, Faiçal Koumach (1984 : 117) notait :

« Dans cette ville (Sweida), comme dans le reste du mohafazat, la femme a peu de chances d’accompagner son mari, ou de le rejoindre plus tard dans le pays d’accueil. C’est un fait auquel les émigrés se sont habitués pour la majeure partie d’entre eux. Toute personne intéressée par le phénomène peut facilement constater l’absence d’hommes dans les familles d’émigrés ».

21Depuis 1997, nous avons cherché à savoir si ce décalage entre le nombre d’hommes et celui de femmes était toujours un indicateur pertinent du phénomène migratoire international. Lors de nos entretiens dans les villages druzes de la montagne, il n’était pas rare d’être reçu par un groupe de femmes, les maris étant régulièrement absents pour plusieurs mois. De nombreux villages des pentes orientales et méridionales du Djebel ont été littéralement vidés de leur population masculine en âge de travailler. C’est précisément ce qu’indique cette petite enquête effectuée, à l’automne 2002, à l’école primaire du village de Mtan, situé à l’extrême sud de la province. Sur les 184 élèves présents dans les classes, 56 ont déclaré ne voir leurs papas qu’occasionnellement durant l’année pour cause de travail à l’étranger, soit 30 % d’entre eux.

  • 9 162 000 femmes contre 154 000 hommes en 2004, selon les estimations réalisées à partir des projecti (...)
  • 10 Annuaire CBS, Statistical Abstract, Damas, 2004 (table n° 13/2).
  • 11 Cet échantillon montre que 92 % des émigrés à l’étranger font partie de la classe d’âge 15-39 ans. (...)

22Ainsi, l’analyse de la différence du nombre d’hommes et de femmes à partir des données des recensements (tableau 12 & fig. 37) dans chaque province syrienne indique un net déficit d’hommes dans celle de Sweida. C’est en tout cas l’unique province syrienne où l’effectif féminin résident est régulièrement supérieur à celui des hommes depuis 1981. Le ratio était de 95 hommes pour 100 femmes au recensement de 20049 (pour une moyenne nationale de 104,7 hommes pour 100 femmes). Le ratio à la naissance est pourtant, dans la région, conforme à la norme biologique, soit plus de naissances masculines que féminines : par exemple, en 2003, le rapport était de 106 naissances masculines pour 100 naissances féminines10. D’après le recensement de 1994 effectué dans la province druze de Sweida, ce même rapport s’inverse nettement en faveur des femmes à la tranche d’âge 15-19 ans, c’est-à-dire au début de la vie active (fig. 38). Les classes d’âge où les hommes sont les plus déficitaires par rapport aux femmes sont celles qui correspondent à la période 20-39 ans. C’est naturellement dans ces tranches d’âges que les migrants internationaux sont les plus nombreux comme l’avait déjà montré F. Koumach (1984 : 113) dans sa thèse, à partir d’une enquête effectuée sur un échantillon de 412 émigrés en 198011. L’utilisation de cette source est un indicateur de la seule émigration internationale car la mobilité interne s’effectue, pour la plupart des Druzes, en famille, comme nous l’avons noté dans la partie précédente.

Tableau 12 : Moyenne d’hommes pour 100 femmes par gouvernorat et par recensement

Provinces

Rec. 1970

Rec. 1981

Rec. 1994

Rec. 2004

Damas

106,5

107,3

106,9

106,8

Campagne de Damas

106,8

105,4

106,3

106,4

Alep

105,5

104,7

106,3

106,3

Homs

104,4

104,7

104,2

104,7

Hama

104,5

105,2

104,6

104,6

Lattaquié

107,5

105,9

104,8

104,6

Deir-ez-Zor

102,9

102,4

102,4

102,5

Idlib

104,4

103,6

103,8

103,9

Hassakeh

103,9

101,1

103,2

103,0

Raqqa

110,6

103,3

103,7

103,4

Sweida

102,0

99,5

95,3

95,0

Deraa

99,2

100,3

101,1

101,2

Tartous

105,4

105,9

104,5

104,2

Quneitra

108,2

104,2

101,9

100,0

Source : Annuaire CBS, Statistical Abstract, Damas, 2004 (table 7/2)

23Le Djebel, une des provinces les plus répulsives du pays, apparaît très nettement (par rapport aux autres provinces syriennes) et durablement en déficit d’hommes en âge de travailler. Nous pensons, malgré la fragilité de notre démonstration, qu’il s’agit bien là d’un indicateur de la forte émigration vers l’étranger qui touche tout particulièrement cette province, constituant une de ses singularités les plus marquées.

4. La distribution régionale des émigrés druzes internationaux dans le Djebel

24Appréhender l’intensité des flux migratoires ainsi que leur répartition à l’échelle de la province demande un outillage statistique que nous ne possédons pas. En effet, le phénomène migratoire n’est plus pris en compte par les recensements syriens depuis 1981. L’absence de données chiffrées concernant le phénomène migratoire, tant au niveau national que régional, nous oblige à l’utilisation de données plus fragiles comme les cartes du solde migratoire estimé à l’échelle infrarégionale12, qui font apparaître les zones répulsives et attractives. La concentration du peuplement druze dans cette province nous a permis de contourner la non-prise en compte de la variable religieuse par le recensement syrien. Cependant, nous avons déjà noté que ces données ne permettaient pas de connaître la destination des migrants et qu’il était donc impossible de les ventiler entre l’émigration interne vers Damas et l’émigration internationale.

  • 13 Les émigrés druzes dans les pays arabes de la région (Liban, Jordanie et Golfe) ont des pratiques m (...)
  • 14 10 116 émigrés sur une population de 199 114 habitants au recensement de 1981.

25Le recensement de 1981 est la seule source qui fournisse des données chiffrées directes sur les départs pour l’étranger à partir de la province de Sweida (fig. 39). Précisons immédiatement que le phénomène migratoire international nous semble quelque peu sous-estimé par ce recensement. Ce dernier permet, en effet, de cerner uniquement le nombre d’émigrés qui se trouvaient effectivement à l’étranger pendant la seule période du dit recensement. Le nombre des migrants temporaires (vers les pays arabes : Liban, Jordanie et Golfe), présents au Djebel lors du recensement13, tout comme celui des migrants illégaux demeurent inconnus. Malgré ces lacunes, le recensement fait état d’un phénomène d’émigration internationale généralisé à l’ensemble de la province, dont le volume représente l’équivalent d’un peu plus de 5 % de la population résidant dans la région14.

26Cependant, la distribution des migrants internationaux révèle une plus forte émigration au départ des secteurs orientaux et méridionaux (fig. 39). Ainsi, les nahia-s des périphéries rurales du Djebel (Sud et Est) ont, par rapport à la population résidente, des taux d’émigration internationale largement supérieurs (8,73 % pour Mouchanaf, situé sur le flanc est de la montagne) à celui de Sweida (4,72 pour le nahia de Sweida ; 4,39 % pour la ville de Sweida). Il paraît donc probable qu’un lien peut être établi entre les périphéries les plus enclavées du Djebel et le mouvement migratoire général (interne comme international), puisque ce sont précisément ces secteurs Sud et Est du Djebel qui comptent une
majorité de villages parmi les plus répulsifs, comme l’indique la carte 23 pour le milieu de la décennie 1990 (fig. 23). Nos enquêtes confirment que, pour la période plus récente (1998-2006), les localités de la zone méridionale et de la zone orientale sont toujours des régions de très forte émigration vers l’étranger.

27Enfin, la carte de l’émigration par nahia en 1981 (fig. 39) indique que l’émigration internationale est essentiellement masculine : à cette date, elle concernait en effet les hommes de la province de Sweida dans un rapport d’environ une femme émigrée pour dix migrants hommes.

B. Le champ migratoire des Druzes du Djebel à l'échelle internationale et les modalités de son utilisation

28L’espace de circulation des migrants druzes est si vaste qu’il nous faut le présenter en détail. Les pays qui composent ce champ migratoire offrent des opportunités d’insertion sociale et économique variables (facteurs « pull ») d’un pays à l’autre.

29Le champ migratoire des Druzes du Djebel est en réalité organisé en sous-systèmes migratoires qui correspondent parfaitement à des échelles spatiales spécifiques. Chacun de ces sous-systèmes se différencie selon les ressources (financières, sociales, individuelles etc.) que le migrant mobilise pour mener à bien son projet migratoire. À chaque niveau de l’échelle spatiale (Proche-Orient ; Monde Arabe ; Monde) semblent aussi correspondre des types de pratiques et des stratégies migratoires.

1. L’évolution du champ migratoire des Druzes du Djebel à l’échelle internationale entre 1981 et 2004

Les principaux pays d’accueil des migrants druzes internationaux en 2004

30Le manque de données statistiques à l’échelle régionale ne nous a pas permis d’établir une analyse « précise » des flux migratoires et de leurs destinations au départ de la mohafaza de Sweida. Nous avons donc cherché par d’autres moyens à établir une estimation, la plus précise possible, des pays de destination des migrants druzes dans le monde. Nous avons procédé pour ce faire à des enquêtes auprès de plusieurs agences de voyage à Sweida, afin d’établir les lignes routières et aériennes les plus fréquentées par les émigrés druzes.

  • 15 Enquêtes auprès des bureaux des sociétés de bus de Sweida en 2004 (compagnies privées).

31Les moyens de transport les plus utilisés par les émigrés druzes pour se rendre à l’étranger sont l’autobus et l’avion. L’utilisation de la voiture reste très marginale car le prix d’un véhicule est prohibitif en Syrie. Les liaisons par autobus au départ de Sweida15 sont représentées sur la figure 40 : ce sont celles avec le Liban qui sont les plus nombreuses (une dizaine d’autobus par jour), suivies par celles avec la Jordanie (desserte quotidienne) – fig. 40a. Enfin, des liaisons hebdomadaires existent avec la Libye et les quatre pays du Golfe fréquentés par les migrants druzes (Arabie Saoudite, Koweït, Émirats Arabes Unis, Qatar) – fig. 40b.

32La circulation est intense entre les divers pôles communautaires, si bien que le réseau d’autobus épouse parfaitement la répartition des lieux d’implantations druzes : ces lignes deviennent des couloirs de liaison entre membres d’un même groupe confessionnel. Au départ de Sweida, les bus à destination du Liban desservent les localités druzes du Chouf (Aley et Baakata), avant d’arriver à Beyrouth. De nombreuses lignes connectent directement Sweida au Chouf, la principale région druze libanaise, sans s’arrêter à Damas mais en prenant des passagers à Jeramana. De la même manière, l’espace communautaire sert de relais en
Jordanie : depuis Sweida, les lignes relient Azrak el-Druz via Zarqa, banlieue où se sont fixés de nombreux Druzes jordaniens (fig. 40a).

  • 16 Trois agences ont bien voulu nous fournir leur listing.

33Nous avons sollicité également des agences de voyage16 de Sweida pour obtenir la comptabilité des billets d’avion vendus pour chaque destination au cours de l’année 2004. Par voie aérienne, les pays d’émigration qui prédominent sont ceux du Golfe et le Vénézuela (fig. 41). Cependant, nous avons remarqué que l’émigration vers le Golfe se faisait au rythme beaucoup plus régulier de phases migratoires entrecoupées de retours et sur des périodes parfois courtes (de quelques mois à une année en général). Ce type de pratique migratoire implique que le migrant achète au moins un billet aller-retour dans l’année, mais parfois plus. Ainsi, les cycles migratoires courts et répétés des émigrés druzes dans le Golfe ont tendance à surévaluer (fig. 41) les résultats des données relatives à ces pays et à gonfler le nombre de billets vendus par rapport au nombre réel d’émigrés. À l’inverse, le voyage vers le Vénézuela est coûteux et les périodes migratoires bien plus longues : le migrant druze reste parfois de nombreuses années sans revenir en Syrie. Enfin, nombreux sont les migrants druzes installés dans le Golfe à voyager en autobus, afin de minimiser les coûts de transport. Ces divergences de pratiques ne permettent pas d’utiliser ces données pour mesurer l’intensité des flux migratoires en direction des pays respectifs. Cependant, nous avons pu, grâce à elles, établir avec précision les pays qui composent le champ migratoire des Druzes du Djebel. Nous retiendrons donc simplement de ces enquêtes que les pays du Golfe et le Vénézuela sont certainement les principales destinations migratoires des Druzes de la province de Sweida en ce début de xxie siècle. L’Amérique du Nord, le Nigéria et l’Australie font également partie intégrante du champ migratoire des Druzes de Syrie méridionale, mais à un degré moindre.

L’adaptabilité du champ migratoire international des Druzes du Djebel et l’inscription de l’émigration dans la durée

34La reconfiguration dans le temps du champ migratoire druze est observable à travers la comparaison des données statistiques du recensement de 1981 et les résultats de nos enquêtes entreprises en 2004 dans les agences de voyage, que nous avons complétées par les nombreux entretiens effectués auprès d’émigrés druzes. Les données du recensement de 1981 (tableau 13) indiquent, pour les pays lointains et non arabes, une prépondérance d’émigrés druzes au Vénézuela et au Brésil, suivis de la Colombie et du Nigéria. À cette époque, la Libye est le pays arabe le plus attractif pour les émigrés druzes (49 % des migrants de la ville de Sweida dans la catégorie « pays arabes »), suivi du Golfe (Arabie Saoudite surtout).

Tableau 13 : Distribution des émigrés selon les pays d’arrivée en 1981 pour Sweida-ville

Pays d’arrivée

Hommes

Femmes

Total

Distribution selon le pays d’arrivée

Vénézuela

328

94

422

22,2

Brésil

273

75

348

18,3

Colombie

96

3

99

5,2

Argentine

24

20

44

2,0

Nigéria

64

15

79

4,1

Autres pays non arabes

18

8

26

1,4

Total Pays non arabes

803

215

1018

53,5

Libye

429

4

433

22,7

Arabie Saoudite

317

10

327

17,2

Koweït

71

16

87

4,6

Autres pays arabes

28

11

39

2,1

Total Pays arabes

825

41

886

46,5

Total Général

1648

256

1904

100

Source : Recensement de 1981

35Nous avons ainsi reporté sur les cartes a et b de la figure 42, les divers pays qui composent ce champ à l’époque actuelle pour le comparer avec celui de 1981. Sur une durée de presque vingt-cinq ans, nous constatons une modification du champ migratoire druze, mais, surtout, une grande adaptabilité des migrants internationaux au contexte des pays d’accueil (fig. 42a & fig. 42b).

36Certains pays d’installation des émigrés druzes en 2005 l’étaient déjà en 1981 (à l’exception du Liban, alors en guerre, et de certaines monarchies pétrolières encore peu attractives à l’époque), ce qui montre l’existence de pratiques migratoires durables : c’est le cas avec le Vénézuela, l’Arabie Saoudite et le Nigéria. Les entretiens effectués auprès des migrants druzes montrent que l’émigration vers certains de ces pays est parfois largement antérieure aux années 1980 : ils sont donc devenus des lieux d’émigration pérennes et de résidence à long terme (Vénézuela, Nigéria). Voici par exemple le témoignage d’un vieil émigré druze au Vénézuela, qui nous a reçu dans sa demeure lors d’un de ses séjours estivaux au Djebel :

« En fait, les Druzes du Djebel ont commencé à émigrer en Amérique du Sud juste après la guerre de 1914-1918. D’abord en Argentine, au Brésil, au Mexique et en Colombie. Puis, les anciens se sont rendus au Vénézuela dans les années 1920, je crois. Moi, je suis parti en 1949 pour Caracas en avion, puis à Maracaïbo. Je ne parlais pas alors la langue, mais j’avais mon cousin là-bas : le cheikh Hassan. J’ai commencé, dès mon arrivée, à vendre au porte à porte des habits pour des commerçants que mon cousin connaissait. Je ne savais dire que les prix des articles. Après trois mois, j’ai pu acheter une vieille voiture à crédit » (Entretien avec Hani Jerboua, émigré au Vénézuela, Sweida, octobre 2003).

37Par contre, certains pays d’accueil des émigrés druzes en 1981 ont totalement disparu, comme la Colombie, l’Argentine ou le Brésil. Ces pays furent les premières destinations des émigrés druzes avant de perdre leur attractivité. Il semblerait, comme un entretien le laisse penser, que la législation s’est durcie dans ces pays et que, surtout, les possibilités d’y travailler s’y soient dégradées.

« Je suis parti au Brésil en septembre 1999 après avoir vendu mes terres dans la montagne. Je connaissais là-bas le frère de mon père, mon oncle Mahmoud. Il est installé au Brésil depuis le début des années 1960 et y possède des terres et une ferme. Je crois qu’il est revenu une seule fois dans le Djebel en quarante ans. Il a maintenant la nationalité brésilienne et c’est grâce à lui que j’ai eu mon visa. Les formalités d’obtention du visa sont pénibles, ce qui rend le visa très difficile à obtenir. Une fois sur place, j’ai cherché du travail au Brésil pendant six mois, alors que j’étais hébergé chez mon oncle. Finalement je n’ai rien trouvé de convenable ; la situation économique n’était pas bonne » (Hassan Chahar, ingénieur, Sweida, mai 2000).

38L’émigration vers l’Amérique du Sud s’est peu à peu orientée exclusivement vers la Vénézuela. Elle s’est également redirigée vers les pays neufs comme les USA, le Canada et l’Australie où les opportunités économiques sont plus grandes (plus d’embauches et des salaires meilleurs).

39En ce qui concerne les pays arabes, l’intensité de l’émigration vers le Golfe demeure forte depuis 1981. Les pays d’accueil se sont surtout diversifiés en liaison avec le développement de l’industrie pétrolière, offrant ainsi des ouvertures et des opportunités économiques nouvelles aux travailleurs étrangers – appels d’offres de main-d’œuvre par exemple. Dans certain cas, l’attractivité est également fonction, comme nous le verrons, du degré de contraintes socio-religieuses qui diffèrent entre ces pays : de plus en plus, par exemple, les Druzes privilégient les petits pays pétroliers comme le Qatar ou les Émirats, car les conditions de vie y sont pour eux moins pénibles qu’en Arabie Saoudite où l’application de la loi coranique tend à repousser parfois les candidats druzes. La Jordanie est à son tour devenue attractive ainsi que le Liban d’après-guerre, comme les enquêtes le confirment. Dans ces deux pays voisins, il s’agit toutefois d’une émigration composée essentiellement de jeunes adultes qui partent y travailler pour de courts séjours.

2. À chacun sa confession, à chacun son champ migratoire

  • 17 Cf. : supra, voir partie II, chapitre 5.
  • 18 Une analyse purement spatiale (celle des espaces de la migration druze – le champ migratoire –) ne (...)

40De la même manière que la migration interne avait dressé des frontières entre les communautés confessionnelles17, l’émigration internationale est propre à chacune. Le poids de la structure communautaire semble tellement peser sur le migrant que de fortes différences s’observent entre les systèmes migratoires des groupes religieux qui composent le sud de la Syrie. Les différences de structuration des champs migratoires observées sur le terrain (entre Druzes et Sunnites notamment) nous font présupposer l’existence de réseaux migratoires qui seraient avant tout limités au cadre communautaire (confessionnel), du moins dans un premier temps18.

L’exemple de Anz : trois confessions, trois champs migratoires différents

41L’exemple du village de Anz dans le sud du Djebel prouve bien que les réseaux migratoires sont confessionnels et non pas villageois. Ce village, très fortement répulsif selon notre typologie (fig. 23), est composé de trois communautés religieuses réparties par tiers19. Le champ migratoire des habitants de Anz est fragmenté en trois champs distincts, comme sa population.

  • 20 Les entretiens menés auprès de la population chrétienne de la province de Sweida nous permettent d’ (...)

42Dans ce village, la mobilité internationale débute, au début du xxe siècle, par des migrations de chrétiens et de Druzes vers le Brésil et l’Argentine, mais aussi vers le Chili. Les Sunnites n’y participent pas. Après le Mandat français, qui fut une période de faible émigration selon les dires de nos interlocuteurs de Anz, les départs reprirent dans les années 1950 vers le Vénézuela ; ils concernaient alors la communauté druze. En effet, les Druzes ont commencé, à cette époque, à bénéficier de l’aide des primo-migrants, installés au Vénézuela depuis les années 1920. Dans les années 1960, les Sunnites commencèrent à émigrer au Koweït, en Libye et en Arabie Saoudite. Ils furent suivis par des chrétiens et des Druzes du village dans les années 1970 avec le boum du pétrole. Aujourd’hui, les Sunnites se rendent préférentiellement en Arabie Saoudite, alors que les Druzes et les chrétiens se dirigent plutôt vers le Qatar ou les Émirats Arabes Unis. Enfin, les chrétiens ont un accès privilégié aux États-Unis et au Canada, l’émigration y étant facilitée par des réseaux religieux20 couplés aux réseaux familiaux de familles élargies installés depuis des décennies, alors que les Druzes ont conservé un fort ancrage au Vénézuela.

43Enfin, nous avons effectué des enquêtes dans les quelques villages totalement chrétiens du Djebel (Kharaba, Jbeb, Al-Aslaha). Sans surprise, leur champ migratoire international est bien distinct aujourd’hui de celui des Druzes. Les destinations moyen-orientales proches (Liban et Jordanie) sont absentes. Par contre, comme les Druzes, les chrétiens (les plus modestes) émigrent vers les pays pétroliers du Golfe (Koweït, Émirats Arabes Unis) proches géographiquement et où les salaires dépassent largement les salaires syriens. Comme les Druzes encore, ils doivent dissimuler leur religion pour ne pas hypothéquer leur chance de trouver du travail en Arabie Saoudite. Enfin, leur champ migratoire international est composé du Canada et des États-Unis (quelques pays européens ont été cependant cités, tel que l’Allemagne ou la France). Ce sont les destinations les plus recherchées par les jeunes des familles les plus aisées qui désirent y faire leurs études. Le Vénézuela est complètement absent du champ migratoire des chrétiens originaires des villages du Djebel.

44Ainsi, chez les migrants, les trajectoires migratoires internationales se différencient en fonction des trois communautés qui peuplent le Djebel. Les systèmes migratoires ne sont donc pas interconnectés. Les migrants qui circulent essentiellement à l’aide des réseaux d’entraide communautaire et/ou familiaux suivent généralement des itinéraires déjà empruntés par leurs prédécesseurs, dont les étapes sont jalonnées par les membres dispersés du réseau.

La province de Deraa et la province de Sweida : deux systèmes migratoires distincts

45Il n’est pas rare, dans cette région du monde, de constater une structuration communautaire des systèmes migratoires. Des filières et des réseaux de migration à caractère confessionnel ont déjà été mentionnés à partir d’études portant sur les espaces d’arrivée des migrants. Par exemple, au Liban, les pratiques migratoires (champs et filières) ne relèvent pas d’une structuration nationale mais bien d’une organisation confessionnelle, comme l’avait remarqué Souha Taraf-Najib (2000) dans son étude sur l’implantation des émigrés libanais au Sénégal. L’occupation de l’espace à Dakar et les pratiques sociales demeurent, selon cet auteur, structurées selon des lignes de clivage confessionnelles séparant Druzes, Sunnites ou chrétiens. Qu’en est-il réellement entre Sunnites du Hauran et Druzes du Djebel ?

  • 21 Nous avons obtenu ces données après presque un an d’attente, une vingtaine de visites dans des bure (...)

46Afin de démontrer le rôle du confessionnalisme dans les pratiques migratoires internationales à partir de l’étude des sociétés de départ, nous avons choisi un moyen plus quantitatif que la simple observation. À partir des communications téléphoniques internationales21 (centralisées dans les chefs-lieux des gouvernorats), nous avons reconstitué l’espace relationnel mondialisé des deux provinces du Sud syrien – le gouvernorat de Deraa peuplé à près de 90 % par les Sunnites et celui de Sweida, druze dans les mêmes proportions –afin de voir s’il existait bien des différences entre les deux systèmes migratoires régionaux. Le postulat est simple : les appels (en temps) les plus fréquents se font vers les pays avec lesquels les contacts sont les plus intenses ; ils donnent donc une indication sur la présence d’émigrés dans des pays particuliers, ce qui nous permettra de comparer les espaces de migration de chaque groupe. Deux écueils demeurent cependant. D’abord, le facteur coût fausse le résultat final. Il est normal que les communications vers des pays proches soient plus longues que celles vers les pays lointains. La communauté chrétienne, enfin, très minoritaire et diluée dans les deux gouvernorats, ne peut être appréhendée. Cependant, les résultats obtenus permettent une comparaison satisfaisante entre un système de peuplement à forte composante druze et un autre à forte composante sunnite (fig. 43).

47La proximité du Golfe et la présence d’émigrés tant Druzes que Sunnites dans cette région du monde se remarquent immédiatement. Cette région du monde présente un caractère dominant sur toutes les autres en ce qui concerne les liaisons téléphoniques dans la province de Deraa : dans l’ordre, le Koweït, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis apparaissent comme les pays les plus intensément reliés à la province sunnite. À l’inverse, la province druze communique en priorité avec le Liban, qui se place largement devant les trois pays pétroliers du Golfe, ce qui montre combien la présence de la communauté druze libanaise est centrale dans les relations entre le Djebel et le Liban.

48Lorsque l’on s’intéresse enfin aux pays non-arabes, on remarque que les habitants du Hauran ont plus de contacts avec les USA qu’avec le Liban ; les USA sont en effet la destination non-arabe privilégiée des émigrés du Hauran, confirmant nos entretiens sur le terrain. La province druze est, quant à elle, bien reliée au Vénézuela qui totalise 75 heures de communication pour le mois d’avril 2004 contre seulement 4,5 heures pour le Hauran, province pourtant deux fois plus peuplée. Si l’on s’intéresse à la migration druze vers le Nigéria, un des pays non-arabes les plus convoités de leur champ migratoire, la différence avec le Hauran est évidente : 8 heures de communication depuis Sweida contre 1 minute et 17 secondes depuis Deraa.

49Une fois encore l’étude des migrations dans le Sud syrien montre qu’à l’échelle internationale également, les clivages communautaires persistent. Nous allons maintenant tenter d’en définir les raisons en recherchant les fondements du mode de construction de cette organisation transnationale et communautaire propre aux Druzes du Djebel.

3. Les Druzes du Djebel : un champ migratoire multiscalaire

  • 22 Rien de surprenant à cela, puisque nous avons vu que l’intensité de l’émigration était non seulemen (...)

50Le croquis a de la figure 44, réalisé à partir d’entretiens effectués sur le terrain, indique qu’à l’échelle mondiale chaque communauté druze nationale a construit un champ migratoire spécifique (fig. 44a). Un migrant druze jordanien n’a pas les mêmes possibilités d’émigration internationale qu’un homologue libanais ou syrien22. À l’inverse, à l’échelle régionale du Proche-Orient, les Druzes partagent le même espace de circulation : ils se déplacent entre les territoires respectifs de chacune des communautés nationales. Il semblerait donc bien que les liens intercommunautaires constituent un facteur favorisant la mobilité transfrontalière, à l’échelle du Proche-Orient tout du moins. Qu’en est-il à l’échelle mondiale ?

L’échelle régionale moyen-orientale (Liban et Jordanie)

51Les migrations d’habitants du Djebel vers les pays arabes voisins de la Syrie représentent une forme de mobilité transnationale spécifique des Druzes du Moyen-Orient. Nous avons nommé cet espace migratoire international « première sphère de mobilité » (fig. 42). C’est en somme l’espace communautaire druze dans les limites du Proche-Orient, à travers lequel s’effectuent les déplacements de l’ensemble des coreligionnaires d’Israël, de Jordanie, du Liban et de Syrie et ce pour des raisons variées comme nous allons maintenant le voir.

52Cependant cet espace, fragmenté par des frontières qui gênent la circulation des hommes, n’est pas fluide. Si leur circulation est relativement aisée entre la Syrie et le Liban, ou entre la Syrie et la Jordanie, elle est impossible entre le Liban et Israël ainsi qu’entre la Syrie et Israël pour des raisons politiques et diplomatiques (fig. 44a (premier chorème) & fig. 44b). De fait, la mobilité est intense dans les deux sens entre Syrie et Liban et elle permet de connecter les deux sous-communautés druzes les plus nombreuses. La mobilité est plus réduite en nombre entre chacun de ces deux pays et la Jordanie, du fait du faible poids démographique de la communauté jordanienne (15 000 personnes environ), mais son intensité demeure forte car les Druzes de Jordanie se rendent régulièrement en Syrie, dans le Djebel d’où ils sont issus. Si les déplacements entre la Jordanie et Israël sont assez rares en ce qui concerne les Druzes, la Jordanie sert cependant parfois de terre de rencontre aux représentants des diverses communautés druzes (réunions des religieux, « Congrès druze » comme en 2001 autour de Walid Jumblatt à Amman ...). C’est le seul pays dans lequel peuvent se rendre tous les Druzes ressortissants des pays de la région, depuis les accords de paix signés avec Israël en 1994 (fig. 44b). Mais, dans la pratique, les Druzes d’Israël ne quittent qu’exceptionnellement leur pays pour se rendre en Jordanie.

  • 23 Au pied de l’Hermon, dans le Wadi Taym, centre historique de la religion druze, la khalwa al-Bayyad (...)

53Cet espace de mobilité est le lieu des échanges communautaires par excellence. Ils s’effectuent le plus souvent pour des raisons familiales puisque les familles druzes sont toutes issues de lignages communs qui se sont séparés pour émigrer vers une zone refuge nouvelle lors des siècles passés. Ainsi, la majorité des familles druzes de Syrie est originaire du Liban. La circulation est pour cette raison particulièrement intense entre les deux pays lors de la fête du Sacrifice (Aïd el-Kebir) ou bien durant les vacances scolaires. La communauté jordanienne, quant à elle, est issue de migrations récentes en provenance du Djebel voisin. Chaque famille druze de Jordanie conserve des relations fortes avec son village d’origine en Syrie et avec des membres de son clan, ce qui favorise les échanges entre les deux pays. Si les visites de familles représentent le cas le plus répandu d’échanges transfrontaliers, les mariages sont également nombreux. Tous les cas de figure existent entre les trois pays arabes (mariages syro-libanais principalement, syro-jordaniens parfois et, de manière plus exceptionnelle, compte tenu des liens plus faibles, libano-jordaniens). La mobilité des hommes de religion (les uqqal, initiés à la doctrine secrète druze et reconnus comme des sages au sein de la communauté) forme un autre type de ces échanges transfrontaliers. Les cheikhs se rendent visite régulièrement lors de réunions religieuses ou lors de recueillements sur les tombeaux des saints (mazar en Syrie, maqâm au Liban) et de funérailles importantes (réunions dans les mohaqef-s). Venus de Jordanie et surtout de Syrie, ils convergent le plus souvent vers le Liban, centre religieux et historique de la communauté23. Les déplacements ont lieu également vers le Djebel en Syrie, où les grands cheikhs (mashayekh) syriens reçoivent leurs semblables au mazar d’Aïn el-Zamaan à Sweida, ou encore à Qanawat, lieu de résidence du premier Cheikh el-‘aql.

  • 24 Ce terme désigne, en arabe, la jeunesse, les jeunes.
  • 25 Les salaires journaliers y sont de deux à cinq fois plus élevés qu’en Syrie selon les secteurs d’em (...)

54Enfin, les réseaux familiaux druzes qui relient ces trois pays arabes sont également mobilisés dans un but purement mercantile, comme nous le verrons en détail plus loin. Compte tenu des différences de niveaux de vie et de salaires entre le Liban, la Syrie et la Jordanie, de nombreux jeunes Druzes de Syrie cherchent à trouver un emploi saisonnier chez leurs deux voisins. Durant les vacances scolaires, la plupart des « chebab-s24 » du Djebel se rendent de plus en plus fréquemment dans le Chouf ou à Beyrouth, ou encore en Jordanie, pour y travailler comme manœuvres dans la construction ou les travaux agricoles. Ils sont généralement d’origine très modeste, issus pour la plupart des villages les plus répulsifs du Djebel (flancs Sud et Sud-Est). Le faible coût de transport et les avantages que procurent les réseaux de parenté (hébergement, aide à l’obtention d’un emploi) permettent à de nombreux jeunes de trouver dans ces pays un emploi rémunéré25 dans des secteurs qui embauchent une main-d’œuvre pas ou peu qualifiée.

55À l’origine de ce type de migration de travail, nous avons souvent noté des stratégies et des motivations précises : mariage, achat d’un véhicule ou de terres. D’autres émigrés ont pu, par cette voie, se constituer un pécule pour débuter une nouvelle phase migratoire vers d’autres pays. Pour cette raison, l’émigration, généralement de courte durée vers ces pays dans lesquels les jeunes migrants bénéficient de la protection communautaire, peut être comparée à un « apprentissage de la migration » ou à une première étape dans la vie de l’émigré. Il est important de noter que l’émigration plus lointaine nécessite un budget de départ parfois fort important et que ce sont toujours les plus démunis qui ne migrent pas.

L’échelle mondiale proche (les États arabes pétroliers)

56La « deuxième sphère de mobilité » du champ migratoire druze regroupe les pays arabes producteurs de pétrole : monarchies pétrolières du Golfe et Libye (fig. 42). Ils sont, vu leur proximité relative, facilement accessibles en autobus, même si certains migrants préfèrent l’avion. Les pratiques migratoires ne sont plus les mêmes que celles des émigrés druzes au Liban et en Jordanie ; les ressources mobilisées pour l’émigration non plus. Les modalités d’utilisation de cet espace nous sont décrites par ce migrant :

  • 26 Environ 120 € ou 150 $.

« Je suis docteur spécialisé en ophtalmologie. J’ai travaillé plusieurs années dans un dispensaire de la montagne avant d’être employé à l’hôpital public de Sweida. Je gagnais alors 8 000 livres syriennes par mois26. J’ai obtenu ensuite un contrat de travail dans une agence pour travailler à Riyad. Au début, j’étais dans une clinique privée. Puis, j’ai changé pour une place dans un hôpital public. Depuis, je gagne 2000 $ par mois, un peu moins que dans le privé, mais j’ai des semaines durant lesquelles je ne travaille pas. L’avantage est que, durant les congés, je peux rentrer à Sweida facilement. En Arabie Saoudite, je connais beaucoup de Syriens de Sweida. Depuis six mois, je loue un appartement avec Kamal, un ami dentiste. La vie est assez pénible, donc on se retrouve pour ne pas être seul et quand je peux, je rentre dans ma famille. Je ne passerai certainement pas ma vie dans ce pays. Quelques années suffiront à gagner suffisamment d’argent pour peut-être construire quelque chose ici [au Djebel]. » (Wahib, médecin spécialiste, Sweida, octobre 2004).

57L’émigration druze dans le Golfe et en Libye concerne une population presque exclusivement masculine, d’âge mûr, mais de plus en plus qualifiée et bien formée dans certaines catégories de corps de métier. La main-d’œuvre non qualifiée (qui s’y pressait dans les années 1970 et 1980) n’y a plus sa place. Par contre, des ingénieurs, des docteurs, des enseignants y trouvent toujours des emplois bien mieux rémunérés qu’en Syrie. Les entretiens que nous avons conduits montrent que l’émigration vers le Golfe se fait par périodes courtes ou moyennes (séjours répétés de quelques mois ou années au maximum), entrecoupées de retours au pays.

58L’émigration druze vers les pays arabes pétroliers est, contrairement aux autres destinations, uniquement une émigration de travail. Son moteur demeure exclusivement l’appât du gain et la réussite professionnelle. L’investissement financier de départ est plus important que dans le cas précédent du Liban et de la Jordanie (coût plus ou moins élevé de la migration en fonction du lieu de destination), mais la réussite du projet migratoire garantit des gains plus importants aux migrants : pour un ingénieur ou un médecin, les salaires sont jusqu’à dix fois supérieurs à ceux de leurs collègues syriens.

  • 27 Voir supra, tableau 13.

59L’immigration arabe dans le Golfe n’a pas permis aux migrants d’effectuer des regroupements familiaux aussi facilement que dans les autres pays du champ migratoire. La politique restrictive des États du Golfe ne permit pas non plus aux migrants d’obtenir la nationalité des pays d’accueil, comme ce fut le cas en Amérique latine. Il s’agit donc d’un type de migration temporaire et, donc, plutôt individuelle. Pour les migrants druzes, on peut le constater aisément pour la ville de Sweida au travers du recensement de 1981. Ainsi, si 78 % des émigrés au départ de Sweida vers les pays non arabes sont des hommes, le taux monte à 97 % pour l’Arabie Saoudite et à 99 % pour la Libye27. Cette participation particulièrement faible des membres de la famille à l’émigration semble spécifique aux Druzes et liée à leur particularisme culturel. En effet, des statistiques montrent que chez les 110 000 émigrés syriens qui ont quitté le Golfe suite à l’invasion irakienne, la part des travailleurs ne représentait qu’environ 35 % des effectifs ; tout le reste était constitué de membres des familles (Winckler, 1997 : 116).

  • 28 Système du sponsorship qui oblige le migrant à avoir un garant dans le pays d’accueil.

60Parfois, l’insertion semble difficile pour les Druzes. En tant que membres d’une minorité confessionnelle, ils subissent des contraintes socio-religieuses fortes, surtout dans un pays comme l’Arabie Saoudite. De plus, le système de la « kafala28 » limite les réseaux familiaux à un rôle d’assistance pré-migratoire (aide financière pour le voyage par exemple). Les émigrés druzes sont donc moins protégés et ne bénéficient guère de soutien dans le pays d’émigration. Les interviewés furent unanimes sur ce point :

« Nous sommes obligés de cacher notre confession pour travailler et faire croire que nous sommes des musulmans. Nous allons faire la prière à la mosquée car le plus important est d’avoir un travail. Mais les conditions sont pénibles et nous ne pouvons pas faire venir notre famille. Tous les Syriens viennent ici uniquement pour l’argent ; ensuite tout ce monde rentre chacun chez soi » (Extrait d’un entretien avec un Druze émigré en Arabie Saoudite, Sweida, juin 2002).

  • 29 Des témoignages de migrants montrent qu’une fois sur place, les Druzes recherchent généralement la (...)

61Ne pouvant compter sur leurs réseaux de proximité communautaire, les Druzes utilisent généralement des bureaux de recrutement (à Damas et plus rarement à Deraa) pour rechercher un emploi dans le Golfe. C’est alors, une fois sur place, que les migrants cherchent généralement à recréer des solidarités communautaires29. Ainsi, dans les pays du Golfe les plus « ouverts » (Koweït, Émirats), des Druzes ont réussi à organiser des filières masculines de travailleurs, comme nous le verrons ultérieurement. Nous n’avons remarqué aucune filière migratoire druze avec l’Arabie Saoudite.

62Loin de la protection du groupe, l’individu semble plus vulnérable. Cependant, il est primordial de ne pas sous-estimer son rôle en tant qu’acteur de la migration, c’est-à-dire sa capacité à construire des réseaux personnels une fois sur place, y compris lorsqu’il est habitué à évoluer dans des structures communautaires préétablies, et sa propension à maximiser ses gains financiers. C’est pour cela que les pays pétroliers qui bénéficient de l’avantage de la proximité géographique, demeurent toujours pour les Druzes des destinations migratoires attractives, malgré les entraves à leur vie sociale et religieuse. Les ressources à mobiliser pour pouvoir émigrer dans cet espace sont donc plus personnelles que dans le cas du Liban et de la Jordanie : formation et compétence professionnelle demeurent indispensables.

63L’intense circulation, qui relie le Djebel aux pays arabes producteurs de pétrole, n’a au final rien de commun avec la mobilité transnationale à caractère communautaire pratiquée avec le Liban et la Jordanie. Les migrants ne peuvent constituer, dans ces pays, des communautés soudées et structurées (socialement et religieusement), prémices d’une organisation communautaire transnationale.

L’échelle mondiale lointaine (Vénézuela, USA, Canada, Australie, Nigéria)

64Une « troisième sphère de mobilité » (fig. 42) est composée des destinations lointaines qui nécessitent l’usage du transport aérien (Vénézuela, USA, Canada, Nigéria, Australie, Europe). Au sein de cet espace, la migration ne fait pas appel aux mêmes types de ressources et les pratiques migratoires y sont différentes de celles des deux autres sphères de mobilité. C’est pour cette raison essentielle que nous les avons séparées dans notre analyse.

  • 30 Nous rappelons que, très tôt, les Druzes de la province de Sweida émigrèrent en Amérique du Sud (Br (...)

65Il faut dire que l’émigration vers l’Amérique du Sud et l’Afrique est très antérieure à celle du Golfe, comme nous l’avons vu précédemment30. Dans le Djebel, une partie significative de la population druze – et chrétienne – s’est tournée depuis plusieurs décennies vers une émigration lointaine qui lui permet d’avoir accès à des espaces économiquement plus viables que leur propre pays et socialement plus ouverts que ceux du Golfe.

« Quand j’étais plus jeune, je suis parti au Nigéria pour rejoindre mes cousins. C’était en 1958 et j’avais alors 23 ans. Nasser m’avait envoyé les papiers pour le visa… Il était au Nigéria depuis 1949. Une fois à Lagos, j’ai tout de suite travaillé pour la compagnie de transport de mon cousin. On a travaillé trois ans ensemble et puis j’ai ouvert ma propre compagnie de transport pour ravitailler les principales villes du pays à partir du port. En 1965, j’ai créé une entreprise de construction pour laquelle j’ai fait venir mes trois frères. On a ensuite fait venir des dizaines de personnes de Salkhad. À cette époque, les possibilités de développement étaient énormes alors qu’en Syrie la situation tant économique que politique était difficile. […] Aujourd’hui, je vis toujours à Lagos avec ma famille, où je m’occupe de mon entreprise de bâtiment. On a surtout des contrats avec le gouvernement. J’ai aussi fait construire des appartements pour les louer. Avec tout cela, j’ai pu payer les études de mes fils à Londres » (Fayad Germakany, entrepreneur émigré au Nigéria, mai 2000).

66Pour les Druzes, c’est d’abord vers le Vénézuela, mais aussi vers le Nigéria, les États-Unis, l’Australie parfois, que se déploient les itinéraires migratoires et que les réseaux familiaux sont les plus actifs comme le montre cet exemple nigérian. Les chrétiens ont privilégié les États-Unis et le Canada. Dans ces pays, des communautés actives entretiennent la circulation migratoire entre Djebel et pays d’accueil et favorisent le renouvellement des migrants. Les séjours ne sont plus temporaires ; on y migre volontiers plusieurs années, voire décennies ou toute une vie.

67Prenons comme exemple le cas emblématique du Vénézuela. Les premiers départs eurent lieu dans les années 1920. Puis, durant les années 1940 et 1950, ils furent de plus en plus massifs, entraînant une circulation migratoire intense entre le Djebel et ce pays, qui perdure de nos jours. Manwa possédait un magasin d’alimentation à Sweida, avant de le fermer pour repartir au Vénézuela en 2001 rejoindre son mari. Son histoire illustre les liens de certains habitants du Djebel qui vivent entre le Djebel et l’Amérique du Sud.

« Je suis une Libanaise née dans le Chouf et je suis venue m’installer à Sweida en 1980, après mon mariage avec Marwan. Lui, il était parti au Vénézuela en 1960, à l’âge de dix ans, pour rejoindre son père qui était déjà là-bas depuis 1951. L’année de notre mariage, c’était la première fois qu’il retournait en Syrie depuis son enfance. Toute la famille de mon mari vit à Valencia : ses parents, ses cinq frères et ses deux sœurs. Deux de ses frères sont mariés avec des filles druzes au Vénézuela ; les trois autres ont épousé des chrétiennes vénézuéliennes. Eux, ils ne sont jamais rentrés en Syrie. […] Dans ma famille, on possède tous la nationalité vénézuélienne. Et mes trois enfants sont nés à Valencia. […] Marwan possède un magasin d’habillement pour la vente en gros. […] En 1991, je suis rentrée seule avec mes enfants à Sweida. Marwan m’envoyait de l’argent pour faire construire la maison et le magasin que tu vois. Mais c’est difficile pour les enfants qui veulent repartir au Vénézuela. On devrait bientôt y retourner » (Manwa, commerçante à Sweida, réunion d’extraits de plusieurs entretiens réalisés entre novembre 1997 et mars 2000).

68Parce que la migration s’y est pérennisée – accès au logement, à la propriété foncière mais surtout à la propriété de magasins et d’entreprises –, les réseaux migratoires familiaux sont à l’origine du transfert de milliers de migrants vers ce pays. Beaucoup y sont installés depuis plusieurs décennies et pour de nombreuses familles druzes du Djebel, la migration est même devenue définitive. Pour autant, les relations sociales sont denses avec le lieu d’origine : les mariages entre émigrés druzes ou fils d’émigrés du Vénézuela et Druzes du Djebel correspondent à des stratégies de plus en plus fréquentes. Lorsqu’un migrant vient prendre femme au village, c’est une garantie supplémentaire de stabilité économique pour la famille de la mariée et peut-être des possibilités d’emplois pour ses frères ou un refuge possible pour fuir le service militaire qui se profile. De nombreux Druzes originaires du Djebel ont été naturalisés. Des naissances de jeunes Druzes vénézuéliens marquent l’ancrage de la communauté en Amérique du Sud. Malgré les problèmes économiques rencontrés par ce pays au cours de ces dernières années, la mobilité avec le Djebel n’a pas cessé. Ainsi, le facteur économique, pourtant à l’origine de la migration, n’est plus, à lui seul, la cause unique de la présence de cette communauté migrante. L’établissement durable d’une communauté druze originaire du Djebel expatriée au Vénézuela explique que les arrivées s’y poursuivent, alors que les causes économiques initiales ont pratiquement disparu. Le capital social constitue alors un facteur attractif, les réseaux migratoires procurant aide financière, travail, logement, soutien sous différentes formes, réduisant ainsi les coûts et l’incertitude liés à l’émigration, ce qui la facilite.

69Espace de la migration de travail à l’origine, le Vénézuela est aussi devenu un espace refuge au plan social. En effet, l’émigration offre une rupture avec le contrôle familial et la contrainte communautaire, cet ensemble d’éléments qui maintient l’individu dans le cadre très codifié des normes culturelles socio-religieuses du Djebel. On nous a ainsi rapporté de nombreux cas de mariages extra-communautaires avec des femmes chrétiennes originaires du Vénézuela, ce qui indique que le cas de la belle-famille de Manwa n’est pas une exception. Afin de restreindre ce genre de pratiques sur place, des communautés druzes au Vénézuela se sont dotés d’autorités religieuses compétentes. Des cheikhs, pour la plupart formés en Syrie, se rendent au Vénézuela, y célèbrent des mariages druzes, procèdent à des cérémonies funéraires et animent des réunions religieuses en Amérique du Sud. Il n’est d’ailleurs pas rare que certains interviewés évoquent le décalage culturel qui pourrait se produire entre la communauté druze d’origine et celle du Vénézuela et les menaces qui pèsent sur l’unité de la communauté. Par exemple, Zïad, qui travaillait, au moment de notre rencontre, au Vénézuela depuis près de dix ans, est issu d’une famille dans laquelle ses oncles sont des émigrés de longue date. L’un d’entre eux a fait construire une villa à Sweida pour revenir y passer la fin de sa vie. L’autre n’a jamais souhaité retourner au Djebel.

« Les hommes sont nombreux à quitter le Djebel sans femme. Parfois, au Vénézuela, ils se marient avec des chrétiennes du pays, coupant ainsi avec la tradition. Certains vivent même avec des filles sans être mariés. C’est possible au Vénézuela, alors qu’ici la société l’interdit. En Syrie, les décisions sont prises toujours en tenant compte de la société. Celui qui ne respecterait pas ses règles, serait rejeté. Le mariage en dehors de la communauté est perçu comme un acte de rupture, une coupure avec la tradition et notre société. Au Vénézuela, la culture et les traditions sont transmises par les parents à leurs enfants. Par exemple, beaucoup de Druzes parlent l’arabe à la maison pour transmettre aux enfants notre culture. Des cours de langue sont organisés également par des associations ou des volontaires. Et ceci pourra exister tant que les liens seront maintenus avec le Djebel. Il faut que les enfants druzes nés là-bas reviennent au Djebel. C’est grâce à cela que le contrôle pourra s’effectuer. Sinon, dans quelques générations, l’identité druze se perdra. Certains émigrés ont fait le choix de quitter la communauté : ils ne sont jamais revenus au Djebel et leurs enfants ne parlent plus notre langue et ne savent rien des valeurs de la religion » (Zïad, émigré de retour du Vénézuela, Sweida, novembre 2002).

  • 31 I. Rivoal (2000 : 150) souligne que les soupçons pèsent souvent avec force sur ceux qui n’ont pas d (...)

70Surveiller le comportement des individus, même quand ils demeurent à des milliers de kilomètres, constitue un impératif communautaire. Le passage du statut d’ignorant (celui de non-initié : « juhhal ») à celui d’initié ( les sages : « uqqal ») est soumis à l’approbation des religieux qui doivent juger le nouveau candidat sur ses actes et son comportement tant présent que passé ; cette période décide de l’entrée ou non en religion de celui qui a demandé l’initiation. Le migrant qui a vécu par exemple trente ans en Amérique du Sud n’a pu être « contrôlé » comme l’aurait été un individu resté au village. Le village apporte un meilleur cadre pour le suivi du candidat à l’initiation que l’expatriation31. L’intégration de la communauté transnationale du Vénézuela dans l’espace communautaire druze de Syrie est donc aujourd’hui rendue effective par la mise en place du contrôle religieux d’une partie des migrants. Les enjeux sont en effet de taille, puisque le maintien de l’ordre religieux au sein des communautés d’émigrés est l’unique moyen de conserver l’identité druze. D’ailleurs, deux des trois actuels Cheikhs el-‘aql du Djebel ont été rappelés du Vénézuela en Syrie pour assumer leurs fonctions de représentants de la communauté druze de Syrie devant les autorités politiques de l’État et assurer la succession de leurs parents décédés. Comme quoi, les familles qui détiennent un titre religieux héréditaire dans le Djebel participent également au mouvement d’émigration transnationale.

71Dans les pays lointains où résident des originaires du Djebel Druze, la structuration du système migratoire repose, à l’inverse du Golfe ou de la Libye où ce n’est pas toujours le cas, sur une logique de réseaux familiaux qui ont pris appui sur les groupes de migrants anciennement établis dans ces pays. La ressource n’est plus forcément la formation et les compétences professionnelles individuelles, mais une ressource plus collective. L’ancienneté de l’émigration mais aussi le maintien des liens communautaires ont facilité l’implantation de nouveaux migrants dans ces pays d’accueil, ce qui a constitué un moyen de reproduire un espace de circulation transnationale à l’échelle mondiale, sur le modèle de celui déjà fonctionnel à l’échelle moyen-orientale. À l’éclatement des familles druzes entre les pays arabes de la région (sphère de mobilité régionale) répond donc, à l’échelle internationale, l’implantation des primo-migrants et de leurs descendants qui servent de tête de pont aux migrants ultérieurs.

٭

72La communauté druze du Djebel est donc bien celle qui, parmi toutes (comparée aux communautés druzes et aux autres communautés syriennes), a développé, au cours de ces dernières décennies, la plus grande propension à émigrer. Car s’il existe bien un système migratoire spécifique aux Druzes du Djebel, il s’est largement structuré à partir d’une articulation de leurs réseaux migratoires, construits tantôt à partir de réseaux communautaires hérités (éclatement historique de la communauté), tantôt à partir de réseaux claniques reconstruits au long des routes migratoires à partir des itinéraires des primo-migrants. Finalement, sur des réseaux communautaires plus ou moins anciens, fruits de l’histoire spécifique du groupe, se sont développés de nouveaux réseaux migratoires contemporains. Dans ces conditions, nous pourrions reprendre, pour l’appliquer aux Druzes du Djebel, la remarque que Raymond Jamous (1999) appliquait à la minorité nubienne d’Égypte étudiée par Frédérique Fogel :

« La migration n’est donc pas un fait nouveau, mais un fait récurrent pour cette minorité, en quelque sorte une tradition culturelle, les ancêtres fondateurs étant eux-mêmes des migrants ».

  • 32 Recherches de travail, formations universitaires, apprentissages professionnels, mariages, fuites v (...)

73Réseaux migratoires, cadre familial « transnational », persistance des mouvements et permanence des lieux de l’émigration constituent un système dans lequel la mobilité n’a pas une origine unique, une cause prédéterminée. La circulation de la communauté druze du Djebel revêt, à l’intérieur de ce système migratoire global, une multitude de causes et de pratiques. Elle est activée par des motivations32 et des stratégies de plus en plus diverses qui diffèrent en fonction des individus et du choix du pays parmi ceux du champ migratoire. Le facteur économique, bien qu’encore très présent, ne peut plus constituer l’élément unique d’explication du mouvement d’émigration international.

Femme au travail. La population active masculine a déserté les villages du sud, Mtan, 2003

Cyril Roussel

Notes

3 Delval, 1992 ; Tailleur, 1996.

4 En Syrie, certains fonctionnaires druzes du Djebel, affiliés au Parti Baas, nous ont soutenu que l’émigration ne touchait pas leur commune. C’est un excellent moyen de ne pas remettre en cause la politique de développement local du régime.

5 Nous faisons la distinction entre les Druzes du Djebel installés à Jeramana (soit temporairement, soit en « transit » avant un départ vers l’étranger…) et les Druzes originaires de Jeramana et y résidant. D’après nos observations et nos enquêtes, leurs réseaux ne sont pas identiques.

6 L’implantation druze à Jeramana remonterait au xie siècle, c’est-à-dire aux origines du Druzisme.

7 La faible intensité migratoire des Druzes de Jeramana tendrait ainsi à exprimer le différentiel de richesse entre la ville (la capitale) et la campagne (le Djebel). Dans un paragraphe ultérieur, nous verrons que les mouvements migratoires vers les pays arabes voisins (Liban et Jordanie) sont essentiellement le fait des populations villageoises les moins favorisées.

8 Ces données sont le nombre d’autorisations de sortie du territoire octroyées entre 1990 et 2000. Nous n’y avons cependant jamais eu accès.

9 162 000 femmes contre 154 000 hommes en 2004, selon les estimations réalisées à partir des projections du recensement de 1994. Annuaire CBS, Statistical Abstract, Damas, 2004 (table n° 12/2).

10 Annuaire CBS, Statistical Abstract, Damas, 2004 (table n° 13/2).

11 Cet échantillon montre que 92 % des émigrés à l’étranger font partie de la classe d’âge 15-39 ans. Parmi eux, la classe d’âge 24-29 ans est la plus concernée par l’émigration internationale : 24,76 % de l’échantillon.

12 Cf. : supra, voir p. 84-85, partie II, chapitre 5 (fig. 22 & fig. 23).

13 Les émigrés druzes dans les pays arabes de la région (Liban, Jordanie et Golfe) ont des pratiques migratoires particulières. La proximité de ces pays avec la Syrie favorise les mouvements migratoires réguliers sous la forme de séjours de quelques mois entrecoupés de retours au pays.

14 10 116 émigrés sur une population de 199 114 habitants au recensement de 1981.

15 Enquêtes auprès des bureaux des sociétés de bus de Sweida en 2004 (compagnies privées).

16 Trois agences ont bien voulu nous fournir leur listing.

17 Cf. : supra, voir partie II, chapitre 5.

18 Une analyse purement spatiale (celle des espaces de la migration druze – le champ migratoire –) ne nous permet pas dans un premier temps d’affirmer l’existence de tel ou tel type de réseaux sociaux migratoires. Cependant, les entretiens que nous avons conduits sur cette question des réseaux, et qui relèvent plutôt d’une approche sociologique, nous permettent de ne pas en rester au stade de la présupposition et d’appréhender les réseaux en tant que tels. Nous les présenterons donc dans le chapitre suivant.

19 Fig. 5

20 Les entretiens menés auprès de la population chrétienne de la province de Sweida nous permettent d’affirmer que l’obtention de visas pour des Chrétiens syriens voulant émigrer aux États-Unis a été facilitée par des réseaux d’ecclésiastiques américains.

21 Nous avons obtenu ces données après presque un an d’attente, une vingtaine de visites dans des bureaux de la compagnie téléphonique syrienne à Sweida, à Damas, en passant par Doumar et l’envoi de plusieurs lettres signées et re-signées en plus de l’autorisation officielle et des litres de thé ingurgités.

22 Rien de surprenant à cela, puisque nous avons vu que l’intensité de l’émigration était non seulement différente entre chaque communauté nationale, mais également en fonction des poches de peuplement druze à l’intérieur même de la Syrie.

23 Au pied de l’Hermon, dans le Wadi Taym, centre historique de la religion druze, la khalwa al-Bayyada est le lieu saint le plus vénéré des Druzes.

24 Ce terme désigne, en arabe, la jeunesse, les jeunes.

25 Les salaires journaliers y sont de deux à cinq fois plus élevés qu’en Syrie selon les secteurs d’emploi.

26 Environ 120 € ou 150 $.

27 Voir supra, tableau 13.

28 Système du sponsorship qui oblige le migrant à avoir un garant dans le pays d’accueil.

29 Des témoignages de migrants montrent qu’une fois sur place, les Druzes recherchent généralement la proximité sociale avec d’autres Druzes de leur région. La raison évoquée par les migrants est en règle générale celle du partage d’un logement.

30 Nous rappelons que, très tôt, les Druzes de la province de Sweida émigrèrent en Amérique du Sud (Brésil, Argentine dès le début du xxe siècle) avant de développer des relations privilégiées avec le Vénézuela. Puis ils tentèrent leur chance en Afrique dans les années 1940 ; le Nigéria est demeuré, jusqu’à aujourd’hui, un pays d’émigration pour les Druzes de la province de Sweida vers lequel partent des filières migratoires actives en provenance du Sud du Djebel.

31 I. Rivoal (2000 : 150) souligne que les soupçons pèsent souvent avec force sur ceux qui n’ont pas de racines au village. « S’ils sont arrivés à l’âge adulte ou même depuis seulement une génération, on ne connaît pas leur histoire individuelle et familiale, autrement dit l’on ne sait rien “de leur sang”».

32 Recherches de travail, formations universitaires, apprentissages professionnels, mariages, fuites vers de nouveaux espaces de vie, etc.

Table des illustrations

Légende Femme au travail. La population active masculine a déserté les villages du sud, Mtan, 2003
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable