Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Troisième partie - Le système migratoire international comme prolongement de l'espace communautaire druze

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Les premiers émigrés druzes du Djebel sont signalés, outre-atlantique dès le début du xxe siècle.

1En Syrie, malgré la concentration de la majeure partie de la communauté druze dans cette région montagneuse enclavée et périphérique, fermée sur maints côtés, l’espace de la communauté druze ne se limite pas au Djebel. Il présente des ramifications à l’échelle nationale (avec Damas surtout) et à l’échelle internationale. C’est donc toute la mise en place et la construction de ce champ migratoire ainsi que les conséquences qui en résultent sur le territoire druze hérité et traditionnel, que nous nous proposons d’explorer dans cette dernière partie. Nous tenterons de répondre à deux questions essentielles dans l’optique de notre recherche sur les formes de l’espace druze : la mobilité internationale des Druzes du Djebel repose-t-elle, du moins en partie, comme c’est le cas à l’échelle nationale, sur une organisation communautaire ? Dans ce cas, comment s’est-elle structurée, hors Moyen-Orient, dans un espace vide de peuplement druze à l’origine, alors qu’à l’échelle de la Syrie la dispersion de la communauté druze a été utilisée comme un support à la migration ? Cette dernière interrogation revient à poser l’hypothèse de l’existence d’un mode de construction d’un espace communautaire druze à l’échelle mondiale, s’il s’avère que l’émigration druze internationale est, au moins pour partie, « communautarisée ». Nous pouvons déjà fournir un début de réponse à ces questions, dès lors que l’on constate que la mobilité internationale des Druzes du Djebel s’inscrit dans une histoire presque séculaire1. L’enracinement des émigrés dans certains pays peut très bien être à l’origine de réseaux migratoires propres à cette communauté.

  • 2 G. Simon (1995) écrit au sujet du champ migratoire : c’est « l’aire d’extension des migrations d’un (...)

2Cependant, le champ migratoire2 des Druzes du Djebel est particulièrement étoffé et semble s’organiser selon plusieurs échelles spatiales que nous nous efforcerons d’abord de décrire pour en comprendre la logique. Si cette diversité des pays d’accueil illustre la complexité du système migratoire des Druzes du Djebel, elle indique dans un même temps l’existence de stratégies migratoires plurielles. Il est probable en effet que cette hétérogénéité de l’espace du migrant réponde à des pratiques et à des stratégies migratoires multiples, où la garantie communautaire n’aurait pas forcément un caractère automatique et n’apparaîtrait pas toujours comme le facteur unique de la mobilité. La ressource communautaire serait plutôt un atout parmi d’autres à la disposition du migrant druze qui cherche à partir, mais dont son utilisation transparaîtrait partout où cela est possible, du moins quand le contexte du pays d’accueil le permet. Conscient de cela, nous n’entreprendrons pas une analyse structuraliste qui néglige l’individu ; car si l’existence de systèmes organisés est un fait dans un contexte social communautaire comme celui des Druzes, la liberté relative des acteurs en est un autre. Nous tenterons donc d’apporter des réponses à deux autres questions qui nous semblent, elles aussi, essentielles, à savoir : « Comment ces deux réalités s’articulent-elles ? » et « Quelles sont les lignes de partage entre acteurs et systèmes ? ».

3La gamme d’opportunités alors offerte aux acteurs migrants pose ainsi la question du choix entre les types de migration et les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Pourquoi tel migrant privilégie-t-il telle destination migratoire et tel autre un autre pays et en fonction de quels critères ? Pourquoi certains individus partent-ils alors que d’autres restent ? C’est à toutes ces interrogations que nous chercherons à répondre dans les chapitres à venir.

4À l’issue de ces analyses, nous effectuerons un retour à l’échelle provinciale du Djebel mais sans perdre de vue notre thématique migratoire, objet de cette dernière partie. Localement, en effet, les conséquences des pratiques migratoires transnationales sont visibles dans un Djebel en pleine transformation. Comment s’effectuent les retours et la réinsertion des émigrés dans le territoire druze, sanctuaire de la culture traditionnelle ? En d’autres termes, le détour par l’échelle mondiale d’une partie du groupe remet-il en cause l’organisation traditionnelle de la société et du territoire druze hérité ? On fermera ainsi la boucle, puisque ces interrogations nous renvoient à notre problématique générale qui tente de cerner les rapports entre espace et communauté.

Notes

1 Les premiers émigrés druzes du Djebel sont signalés, outre-atlantique dès le début du xxe siècle.

2 G. Simon (1995) écrit au sujet du champ migratoire : c’est « l’aire d’extension des migrations d’une population », l’ « espace dans lequel ladite population construit un ou des réseaux de relations ».

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable