Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Deuxième partie - L'organisation communautaire de l'espace dans le Sud de la Syrie

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1La province druze entretient des rapports complexes et équivoques avec l’extérieur. Les fermetures perdurent dans les rapports sociaux. La mobilité des Druzes a apporté la preuve que les réflexes communautaires n’étaient pas encore dépassés. Le repli sur les réseaux communautaires ou claniques favorise la construction d’un espace communautaire dans lequel les pratiques du groupe s’effectuent majoritairement. En même temps, une forte intégration avec Damas la caractérise. Dans ses conditions, il n’est pas aisé de la qualifier en tant que périphérie. C’est certainement que les divers champs qui composent l’analyse spatiale (social, politique, économique) mais aussi les différents flux qui structurent le Djebel ne sont pas tous arrivés au même niveau de développement, ni au même stade d’intégration.

2L’organisation spatiale de la province de Sweida ne peut se comprendre sans cette relation dialectique entre ces diverses forces – sociales, politiques et économiques – qui, bien qu’elles agissent différemment sur des espaces séparés, ne fonctionnent pas totalement indépendamment les unes des autres. Tout cela résulte de plusieurs logiques qui se superposent : logique communautaire, logique politique de l’État, logique économique d’ouverture. Cette coexistence de logiques différentes entraîne une différenciation spatiale de plus en plus marquée. Le Djebel se compose dorénavant d’espaces qui ne fonctionnent plus selon les mêmes dynamiques ; le territoire tend à perdre son unité, du moins celle née du consensus communautaire qui primait sur les disparités claniques.

3Spatialement, le pays druze s’organise en cinq sous-ensembles (fig. 35) :

  • À l’Est, le désert, peu peuplé et dévitalisé, constitue un angle mort.

  • La zone de peuplement druze qui se situe en périphérie du massif (Léja, flanc oriental, flanc méridional) se vide lentement de ses forces vives. Amorphes, ces secteurs alimentent l’émigration. Les retours d’investissement migratoire ne s’y effectuent pas dans un but productif. Tout ce sous-espace correspond à une périphérie largement délaissée.

4Puis, deux sous-ensembles se démarquent.

  • À l’extrême nord de la province, la nahia d’Assura vit complètement dans l’orbite de Damas : les migrations pendulaires s’y sont généralisées depuis la « révolution » des microbus au début des années 1990. Cet espace, relativement bien circonscrit, possède des caractéristiques proches de la périphérie dominée et intégrée. Pourtant, elle ne reçoit rien ; sa main-d’œuvre est littéralement « pompée » sans aucune contrepartie.

    • 1 « La notion d’associat s’applique (…) à une classe socio-spatiale qui est au service quasi exclusif (...)

    À l’Ouest, les villages chrétiens forment un véritable associat1 qui fonctionne sur le lien communautaire. L’émigration de manière quasi-systématique des chrétiens vers Damas a fait de cet espace une périphérie complètement intégrée à son hypercentre.

5Enfin, la partie centrale du Djebel, qui constitue le centre véritable du système régional druze, peut être qualifiée de périphérie comptant sur ses propres forces. Les pôles et les zones dynamiques concentrent populations et activités. Sweida et son agglomération polarisent les flux humains dans la province ; Shahba fait de même, dans une moindre mesure et à son échelle. Les retours des émigrés s’effectuent dans ce centre du système, tout comme les investissements productifs réalisés avec les capitaux rapatriés (entreprises, petites industries, agriculture marchande). Les flux migratoires avec Damas se sont équilibrés.

Notes

1 « La notion d’associat s’applique (…) à une classe socio-spatiale qui est au service quasi exclusif d’un hypercentre. La notion correspond à celle de périphérie intégrée » mais où « la distance entre le centre et son associat est toujours importante. (…) Il y a associat à partir du moment où la quasi-totalité des flux de départ et d’arrivée de l’associat ont pour origine ou pour destination le même centre lointain. (…) L’associat est très mal intégré à la région dont il fait partie et où il apparaît comme une greffe plus ou moins artificielle » (Reynaud, 1981 : 75-76).

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable