Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Deuxième partie - L'organisation communautaire de l'espace dans le Sud de la Syrie

Chapitre 5. Les migrations internes des Druzes du Djebel : expression de la domination du centre et de l'organisation communautaire

Texte intégral

1Nous souhaitons aborder ici le fonctionnement de l’espace dans le Djebel, sous l’aspect des pratiques spatiales des Druzes, mais également dans les rapports que cette marge entretient avec la capitale du pays. Depuis plusieurs décennies, l’urbanisation progresse partout en Syrie. Qu’il s’agisse des villes intermédiaires ou des principales métropoles du pays, cette dynamique affecte l’ensemble du pays, y compris la province druze. Ainsi, Sweida est devenue la principale ville druze de Syrie, en même temps qu’une partie de la communauté druze du Djebel s’est installée dans l’agglomération de Damas. En conséquence, le Djebel n’est plus aujourd’hui le lieu quasi-unique où vivent les Druzes de Syrie, comme ce fut le cas jusque dans les années 1950. Des exigences nouvelles, autres que communautaires, semblent donc avoir modifié la situation et attiré vers la capitale des milliers de montagnards druzes.

  • 1 Cet auteur interprète l’essor de la migration interne des Druzes comme un changement de stratégie q (...)

2Une telle évolution des pratiques migratoires des Druzes du Djebel pourrait être l’expression, de la part de la communauté, d’une volonté récente d’ouverture qui marquerait la fin d’une période de replis, qu’un auteur comme Xavier de Planhol (1997)1 avait interprétée comme étant le fruit d’une « stratégie sécessionniste ». Le simple fait, pour les Druzes, de « descendre » de leur montagne est-il réellement lié à une modification fondamentale de leurs rapports aux autres ? Nous serons sur ce sujet beaucoup plus prudent que Xavier de Planhol, car une modification apparente des pratiques spatiales de la communauté druze ne s’accompagne pas forcément d’une intégration dans la société urbaine damascène.

A. Le phénomène migratoire dans la province druze de Sweida

1. L’analyse de la répartition du solde migratoire : un sérieux problème de sources

  • 2 Municipalité.
  • 3 Village.

3Les données des recensements – du moins celles en notre possession – ne fournissent d’indications ni sur les soldes migratoires, ni sur les soldes naturels. À défaut de sources directes, particulièrement de statistiques récentes ou anciennes établies à l’échelle infrarégionale (mantiqa, nahia, baladiyeh2, qarieh3), nous avons dû procéder de façon détournée pour étudier le phénomène migratoire à une échelle fine, à l’intérieur de la province druze.

  • 4 Sauf en 1994 comme nous allons le voir dans ce paragraphe.
  • 5 Annuaire CBS, Statistical Abstract, Damas. Dépouillement des annuaires de 1981 à 1994.

4Classiquement, on procède en calculant, par unité administrative, le solde naturel. Cette opération s’effectue en déduisant les décès des naissances, la source habituelle étant l’état civil. À la suite de quoi, on déduit le solde naturel du volume de la croissance totale, mesuré entre deux recensements, ce qui permet d’identifier un solde migratoire par commune, positif ou négatif. À proprement parler, ce solde n’est qu’apparent, mais sa connaissance fournit tout de même des éléments très utiles à l’analyse des dynamiques démographiques. Malheureusement, en Syrie, le solde naturel par commune ou village, à quelque période que ce soit, est difficile à établir car les données de l’état civil sont peu fiables et généralement inconnues4. Force est donc de procéder au calcul du solde naturel à l’échelle de la province tout entière, puisque l’enregistrement annuel des naissances et des décès à l’état civil n’est disponible qu’à l’échelle de la mohafaza, en l’occurrence celle de Sweida5. Nous avons effectué un tel calcul pour la période intercensitaire 1981-1994. À partir de là, on peut calculer un solde annuel, puis le rapporter au chiffre de la population «  moyenne » calculée entre les deux recensements. Il en résulte un taux d’accroissement naturel moyen (de 3 %) qui n’a qu’une valeur très approximative.

  • 6 La commune croît moins vite que l’accroissement naturel moyen de la province : on en déduit un sold (...)
  • 7 La commune croît plus vite que l’accroissement naturel moyen de la province : on en déduit un solde (...)

5Il convient ensuite de faire l’hypothèse que ce taux régional ne présente pas de variations selon les sous-espaces  : il est donc considéré comme une référence. Toute «  entité territoriale » dont le taux de croissance moyen annuel est inférieur à ce taux de référence correspond à une «  entité » répulsive6  ; dans le cas inverse, il s’agit d’une «  entité » attractive7 (fig. 22).

  • 8 L’état civil liste toutes les personnes qui s’y sont déclarées ou y ont été déclarées.

6Pour confirmer ces résultats, nous avons procédé à un autre mode de calcul plus classique. Cependant, nous avons préféré le croiser avec la méthode précédente car nous doutions de l’exactitude de cette source. Pour ce faire, nous avons utilisé le recensement de 1994, que nous avons croisé avec un document provenant du ministère de l’Intérieur établi à partir des données de l’état civil à l’échelle de la localité (ville ou village). Ce document présente, pour l’année 1994, le nombre de personnes vivantes enregistrées sur les listes de l’état civil de chaque ville et village du Djebel8  : les chiffres ont été vraisemblablement calculés par soustraction des naissances par les décès déclarés à cette date. Cependant, nous n’avons pas les détails, mais uniquement un chiffre pour chaque localité. Il ne s’agit donc aucunement de la population effective résidant par ville ou village, donnée fournie par contre par le recensement, mais de la population déclarée à l’état civil des diverses localités de la province. Ainsi, la différence entre le chiffre de l’état civil et la population réellement recensée permet d’établir une estimation des migrations pour chaque ville et village. Si, par exemple, 200 habitants ont été recensés au village X et que l’état civil comptabilise 400 personnes vivantes, on peut supposer que 200 personnes ont quitté la localité, soit un solde migratoire théorique négatif estimé à 50 %. C’est ainsi que nous avons procédé pour réaliser la figure 23.

7Il paraît évident que l’état civil n’est pas une source totalement fiable et que les calculs ainsi effectués souffrent de nombreux biais. Il est en effet courant en Syrie d’inscrire les enfants dans la localité de naissance des parents, même si ces derniers n’y résident plus qu’occasionnellement. C’est un moyen d’ancrer sa descendance dans le lieu d’origine du lignage et, donc, de conserver ses racines. Dans ce cas, en effet, les enfants n’ont jamais été des résidants ; ils n’ont jamais migré, alors que la méthode utilisée les fait apparaître comme migrants. Ainsi, la figure 23, tout particulièrement, a donc tendance à accentuer le trait de l’émigration pour les « entités territoriales » de départ, car les enfants des migrants apparaissent bien sur l’état civil de leur localité mais n’y ont pas été recensé. Cette figure renforce ainsi la visibilité des migrations des parents (fig. 23).

8La figure 23 donne à voir une répartition spatiale des soldes migratoires très proche de la figure précédente, confirmant par exemple que les marges du Djebel seraient bien les principales zones de départ des migrants druzes et chrétiens. De ces deux figures on peut donc en déduire la domination très nette des zones répulsives dans le Djebel, signe d’un phénomène d’émigration diffus, car les départs ont affecté pratiquement toutes les « entités territoriales » du Djebel, mais aussi le fonctionnement d’un seul foyer d’appel : Sweida ou, plus exactement son agglomération (fig. 23). L’opposition apparaît distinctement entre un secteur central attractif et des zones périphériques qui regroupent des « territoires villageois » très répulsifs. Cinq secteurs répulsifs se détachent plus particulièrement dans les années 1980 (fig. 22) : à l’Est, les villages chrétiens ; au Sud et au Sud-Est, des villages proches du désert ; une zone située dans les laves du Léja ; et enfin, toute la partie septentrionale et désertique de la province.

9Plusieurs villages de la zone sommitale du Djebel, principalement au Sud de Shahba, se démarquent : ils ne sont pas répulsifs comme leurs homologues des périphéries. Ainsi, nous pouvons faire l’hypothèse du maintien ou de l’installation de populations druzes dans la zone centrale du Djebel (Shahba, Qanawat, Mouchanaf). Ces « entités territoriales », toutes proches de Sweida et bien reliées au chef-lieu de province, forment une couronne autour de la zone sommitale du Djebel, qui correspond à une région agricole particulièrement dynamique. Toutefois, la proximité du centre (Sweida) n’a pas enrayé l’exode des chrétiens, lesquels ont préféré suivre des chemins migratoires principalement orientés vers Damas.

2. Le fonctionnement des migrations internes9 dans la province druze

L’exode rural en « pays druze »

10Le système migratoire régional tel que nous venons de le décrire aboutit ainsi au transfert d’une fraction (indéterminée) de la population des villages périphériques vers le centre de la province, constitué de la ville de Sweida et de sa couronne. Afin d’approcher ce phénomène, nous avons cherché à estimer la part des migrants druzes qui se sont déplacés à l’intérieur du Djebel (exode rural interne à la province) et celle de ceux qui ont quitté le Djebel pour une émigration plus lointaine (Damas et sa région, ou bien l’étranger). Pour cette seconde catégorie de migrants, les données du recensement et de l’état civil ne nous sont d’aucun secours.

11Pour parvenir à une estimation des migrants internes au Djebel, nous avons par contre utilisé les données du recensement et de l’état civil en 1994, même si nous sommes conscient que cette dernière source est douteuse et donc que les résultats obtenus sont très approximatifs. Si l’on fait l’hypothèse que la somme des habitants manquants dans les secteurs répulsifs lors du recensement de 1994 (par rapport au nombre d’habitants figurant sur les registres de l’état civil) sont tous des émigrés et que les habitants en surplus (toujours par rapport à l’état civil) dans les secteurs attractifs sont tous des immigrés, on peut en déduire une estimation grossière du volume des migrants qui se seraient déplacés des zones répulsives vers les zones attractives : ceci constituerait le volume des migrants ayant participé à l’exode rural interne par rapport au volume total des migrants sortis de la province.

12Ainsi, d’après le recensement de 1994, il « manquait » 111 683 personnes par rapport au nombre total d’habitants enregistrés par l’état civil. Le surplus d’habitants dans les zones attractives – soit l’agglomération de Sweida – représentait 14 794 personnes, soit 13,25 % des habitants manquants dans l’ensemble des localités répulsives. La part de l’exode rural interne au Djebel peut donc être estimée, assez grossièrement certes, à environ 13 % du mouvement d’émigration total de la province. Pour la grande majorité des migrants druzes donc, l’émigration s’est réalisée hors du Djebel (à plus de 85 %).

Migrant, parcours type et lieux d’installation

  • 10 On sait en outre que les récits sur la migration, passée de surcroît, sont extrêmement normatifs et (...)

13Les migrations internes au Djebel ne se limitent pas à un simple déplacement des habitants des villages vers la ville. En opérant par enquêtes directes dans les villages en crise, nous espérions pallier les imprécisions des données de recensements, mais aussi cerner les stratégies des migrants qui se déplacent à l’intérieur de la province druze, tout comme les changements d’itinéraires survenus depuis la phase d’exode rural des années 1950. Elles ont été menées auprès des familles de migrants, ainsi qu’auprès d’autorités locales (maires ou mukhtar), ou encore des cheikhs de villages ou des instituteurs (notable de la vie locale). D’autres enquêtes ont été conduites dans les zones d’installation supposées de ces migrants. Cette multiplication des interlocuteurs dans chaque localité visitée nous a permis de diversifier les sources d’information. Conscient des limites d’une enquête10 qui cherche à aborder l’objet migratoire, nous retiendrons de ces enquêtes directes des éléments simples : les chemins de la migration interne, les profils des migrants, et les principales périodes de migration.

14Les enquêtes réalisées dans l’agglomération de Sweida confirment d’abord certains éléments déduits de l’analyse statistique. Ainsi, les premiers migrants ruraux établis à Sweida seraient bien arrivés vers la fin des années 1940 et au début des années 1950 ; ils s’installèrent, en priorité, à la périphérie méridionale de la petite ville. Ils provenaient essentiellement des régions méridionales du Djebel. Dans les années 1950-début 1960, l’exode rural vers Sweida est soutenu : les migrants du Sud continuent à affluer dans les quartiers sud du chef-lieu. De même, des ruraux de tous horizons s’installent désormais au nord et à l’ouest de la ville. L’exemple de M. Hadjali, de Mshquq (village situé à la frontière jordanienne), illustre le parcours de ces premiers migrants. En 1954, ce dernier décide de quitter son village pour un travail salarié à Sweida, celui d’employé au central téléphonique. Il s’installe avec sa famille dans le quartier de Qom au Sud de Sweida, dans un appartement en location. Ce n’est qu’en 1970 qu’il fait construire sa propre maison dans le même quartier, situé le long de la route d’Al-Qrayya.

15D’après des entretiens effectués, les années 1960-1970 apparaissent comme un tournant dans le processus d’exode rural. Un ancien du village de Mshquq, village situé au sud de Salkhad, nous a tenu ces propos :

« Je me souviens qu’après la Révolution [baassiste], l’exode avait repris. Il avait été très fort durant la décennie précédente : c’est à cette époque que mon père était parti à Sweida en 1951. Il avait alors 35 ans. Moi j’en avais 11. Puis l’exode s’était réduit à l’époque de l’Union avec l’Égypte, du moins dans les villages du Sud que je connais bien. Dans les années 1970, Hafez el-Assad a beaucoup investi dans les villes de provinces et la création d’emplois administratifs a fait partir vers Sweida les adultes en âge de travailler des villages pauvres, dont nous faisions partie. Par contre, comme nous étions très pauvres, nous habitions au début chez des proches. Après avoir gagné les premiers salaires, mes frères et moi avons acheté une petite parcelle à Rsas. C’était beaucoup moins onéreux qu’en ville » (Zaïd, ex-employé de Mairie, Mshquq, juin 2003).

16Ainsi, à partir des années 1970, l’installation à Sweida des migrants ruraux, directement venus des villages, semble se réduire considérablement comme le confirme d’ailleurs les analyses statistiques. Mais l’exode rural n’est pas pour autant terminé : c’est la direction des flux internes qui a été modifiée. Ils convergent désormais sur le rural proche de la ville, ce qui a permis aux petites localités péri-urbaines (Msad, Raha, Walgha, Rsas) de se développer pour former la petite agglomération de Sweida.

17Une interview réalisée auprès de l’ancien responsable en charge de l’urbanisme et de l’aménagement à la municipalité de Sweida, Smaïl Qiwan, explique cette modification des flux.

  • 11 Des ingénieurs en retraite, employés de la municipalité de Sweida à cette époque, nous ont fait par (...)

« En réalité, c’est le premier plan directeur d’urbanisme de 1962 [qui a réellement été mis en oeuvre quelques années plus tard] qui avait fortement limité l’habitat informel à l’intérieur des limites de la municipalité de Sweida composée de terrains appropriés par la municipalité et revendus viabilisés aux familles enrichies par l’émigration à l’étranger11. Le second plan d’urbanisme (1980) repoussa encore plus en périphérie de Sweida les nouveaux arrivants infortunés. Le prix du foncier se trouva rapidement être environ cinq à dix fois moins cher dans les villages en périphérie des limites municipales qu’à Sweida même, pourtant distante par endroit de quelques centaines de mètres, comme vers l’hôpital à Msad » (Smaïl Qiwan, ingénieur, ancien responsable de l’urbanisme et de l’aménagement de Sweida, avril 2005).

18Le périurbain servit alors de lieu de résidence aux nouveaux arrivants, employés par la ville et désireux d’accéder à la propriété privée, qui avaient les moyens de se faire édifier une demeure en parpaings.

19D’après la quasi-totalité des entretiens effectués auprès d’ex-migrants villageois vers Sweida et son agglomération, ils auraient surtout occupé des emplois dans les travaux publics ou bien, pour ce qui concerne les diplômés, dans l’administration. Finalement, cette migration locale correspond à l’arrivée en ville d’une population issue des campagnes souvent à la recherche d’emplois peu qualifiés (dans le bâtiment par exemple), tandis que les migrants villageois nouvellement diplômés (ce que la démocratisation de l’enseignement public rendait possible) sont attirés par les emplois tertiaires administratifs.

20En même temps, nos enquêtes nous ont permis de mettre à jour des dynamiques migratoires dont les tendances ne pouvaient apparaître à partir de la seule analyse des données statistiques. Le cas de M. Hassan, originaire d’Al-Hawiyeh – un village du Sud-Est du Djebel à la limite du désert – est emblématique d’une situation rencontrée à de nombreuses reprises. Nous l’avons interrogé dans sa maison de Msad, construite derrière l’hôpital public de Sweida.

« J’ai fait construire ma demeure dans ce village «  aux portes » de Sweida en 1989. Après plusieurs années passées à travailler en Arabie Saoudite, j’ai voulu m’installer «  à Sweida » afin d’y ouvrir une épicerie. Je continue à voyager en Arabie Saoudite quelques mois par an pour accumuler un pécule suffisant pour faire vivre ma famille  ; je le complète par les quelques revenus que ma petite boutique me procure » (Mr Hassan, émigré temporaire, Msad, octobre 2004).

21Il apparaît clairement que de nombreux migrants issus du monde rural n’avaient pas les moyens de s’installer en ville vu la rareté des terrains bon marché et le coût élevé des matériaux de construction ou du marché locatif à Sweida. Ainsi, ce qui peut être appréhendé comme étant un mouvement d’exode rural au seul vu de nos estimations du solde migratoire et de la croissance démographique, ne serait en réalité qu’une étape d’une trajectoire migratoire plus globale qui a mené le migrant d’un village à un ou des pays étrangers (émigration internationale) avant qu’il ne choisisse de s’installer, à son retour, dans l’agglomération de Sweida pour y effectuer une activité privée. Ce type de stratégie est très répandu depuis les années 1980 et a contribué au gonflement des villages péri-urbains de l’agglomération de Sweida.

Une émigration interne différenciée entre le Nord et le Sud de la province : le rôle des réseaux clientélistes

« L’exode rural a commencé dans les années 1950 ; les gens partaient surtout à Sweida puis à Damas dans les années 1960. Enfin, un peu les deux en même temps ! Certains sont même partis pour l’Amérique latine à cette époque. Dans les années 1970, l’État a freiné l’exode des villages en investissant dans les campagnes. Mais notre village est resté pauvre et il manque d’eau, de travail… L’émigration a donc recommencé juste après, dès les années 1980. À cette époque beaucoup sont partis dans le Golfe et en Libye, puis au Liban après la guerre » (Mr Hadjali, mukhtar de Mshquq, mai 2003).

  • 12 Pour la localisation des villages, fig. 50
  • 13 Le processus de migration internationale est, dans certaines localités, antérieur aux années 1950. (...)

22Les localités de Anz, Mshquq, Mtan et à Aanat, qui se trouvent à l’extrême sud du Djebel12, présentent de nombreux traits communs. Elles correspondent à l’archétype des villages très fortement répulsifs. Toutes les personnes que nous y avons enquêtées nous ont fait part d’une émigration massive et multi-directionnelle. Globalement, si une partie des migrants ruraux est venue s’installer à Sweida, une autre partie a pris la direction de Damas ou de l’étranger13.

23Plusieurs raisons peuvent expliquer ces différences de stratégies : l’obtention d’un emploi dans tel ou tel lieu, une mutation de travail, des compétences professionnelles adaptées à tel secteur économique. Pourtant, de tels arguments, qui seraient courants dans les pays à économie de marché, n’ont jamais été évoqués par les personnes que nous avons interrogés. Par contre, les réseaux familiaux et politiques ont, selon nos sources, servi de vecteurs à des migrants désireux de s’installer en ville. Voici le témoignage de Hassan Shaar, ingénieur à l’usine de tapis. Selon lui :

« Les emplois publics sont recherchés par les Syriens car ils fournissent une sécurité financière, malgré la faiblesse des salaires, et surtout, ils permettent d’accéder à des avantages comme les crédits bancaires. Le clientélisme est, dans ce pays, le meilleur moyen d’obtenir un emploi et surtout de pouvoir choisir son lieu d’affectation. C’est comme cela que de nombreux Druzes utilisent leurs connaissances pour se faire nommer en poste à Sweida ou à Damas et éviter d’être parachutés dans une autre province loin de la famille » (Entretien effectué en avril 2006).

24À Sweida, se sont installés des ruraux issus de toutes les zones du Djebel. Cependant, le Sud a fourni, semble-t-il, les plus importants contingents de l’exode rural. Dans tous les villages méridionaux que nous avons visités, des familles ont effectué la migration vers le chef-lieu et ce dès les années 1950 suite aux opérations militaires localisées précisément dans ce secteur du Djebel et qui étaient destinées à soumettre les Attrach. Leurs réseaux familiaux furent au début un moyen de s’installer en ville et plus tard un moyen d’obtenir un emploi rémunéré par l’État dans une administration locale : de Sweida à la frontière jordanienne, s’étend en effet la zone d’influence des Attrach et de leur clientèle14. Ils facilitent l’obtention de permis de construire, tant il est vrai que, lorsque l’on possède un « cousin » bien placé à la municipalité, les formalités sont plus faciles.

  • 15 Qui comptent parmi elles des députés, des maires, des responsables d’organisations publiques, de ha (...)
  • 16 Les enquêtes réalisées dans les entreprises d’État et les administrations de Sweida ont montré la p (...)

25Ainsi, certains lignages druzes du Djebel, – en maintenant jusqu’à aujourd’hui leur prépondérance socio-politique régionale, en intégrant la structure administrative provinciale mise en place par le régime baassiste et en monopolisant les hautes fonctions –, ont en effet servi très tôt d’intermédiaires et d’appuis pour le régime qui cherchait une assise solide dans les campagnes. Fortes de leurs positions, de ces appuis et de leurs réseaux clientélistes, les élites issues des grandes familles15 constituent un groupe social qui a grandement orienté le mouvement d’exode rural vers Sweida, en permettant à leurs proches ou à leur clientèle d’accéder plus facilement à la propriété urbaine ou aux emplois administratifs nouvellement créés depuis les années 1960 et 1970 jusqu’à aujourd’hui16.

26La mobilité interne à la province, expression parmi d’autres de l’organisation et des mutations spatiales, est générée par deux facteurs majeurs : l’État et les réseaux familiaux, auxquels s’ajoutent d’autres facteurs secondaires comme la proximité du chef-lieu (distance à la ville) ou la contiguïté avec un axe routier majeur. Combinés, ils constituent les éléments du remodelage socio-spatial en « pays » druze.

B. Damas et sa Ghouta : une forte attraction sur les migrants en provenance de la périphérie méridionale de la Syrie

  • 17 J.-M. Prost-Tournier (1970) décrit Damas comme « […] un noyau urbain projetant au loin ses faubourg (...)

27Damas constitue actuellement le centre du système spatial, politique et économique de la Syrie. Les périphéries sud – dont le Djebel fait partie – sont liées à cette ville depuis fort longtemps, comme en témoigne le quartier du Midan (appelé « quartier des Hauranais »), jadis entièrement structuré autour des échanges commerciaux entre les campagnes méridionales et la ville de Damas. Sa forme en « doigt de gant » le long de la route qui conduit à Deraa17 et le grand nombre de magasins de stockage des céréales, aujourd’hui abandonnés mais encore en activité au début du xxe siècle, attestent de ce lien.

28Lorsque Damas est devenue la capitale d’un État indépendant, les pouvoirs politiques et économiques s’y sont concentrés pour renforcer toujours plus, avec la mise en place d’un système politique centralisé, l’attraction de cette ville sur un hinterland que les nouvelles frontières étatiques avaient fortement limité. Mais, plus que la ville de Damas, c’est la Ghouta qui a accueilli les centaines de milliers de migrants provenant de toute la Syrie.

1. Pérennité de l’émigration du Sud vers la capitale et son agglomération

29Assez rares sont les auteurs à avoir traité des déplacements de la population syrienne à l’intérieur même du pays. La raison en est simple : les données disponibles sur ce sujet ne sont plus connues depuis 1970, date du dernier recensement à avoir publié ce type d’informations.

  • 18 L’étude est le fruit d’un projet commun entre la Faculté d’économie de l’Université de Damas, le Bu (...)

30Nous ne disposons donc que de publications déjà anciennes sur le sujet, qui datent de la décennie 1970 : Jean-Marc Prost-Tournier (1970), Mouna L. Samman (1978) et Philippe Fargues (1979). Au-delà, s’écoulent deux décennies sans aucun écrit sur la question, exception faite d’un rapport édité par la FAFO18, intitulé « Internal migration in Syria : findings from a national survey » et dont l’auteur est Marwan Khawaja (2002). Quelle est la place du Sud syrien dans le processus migratoire interne du pays ? Nous tenterons ici de présenter les étapes les plus marquantes de cette émigration interne des provinces méridionales, tout en insistant plus particulièrement sur la place de la province de Sweida.

Au recensement de 1960 : une attraction déjà ancienne

31Jean-Marc Prost-Tournier (1970 : 131) note de façon intéressante que la part de l’immigration dans la constitution de la population de Damas n’atteint, en 1960, que 28,3 % de l’effectif total, soit environ 150 000 personnes sur les 529 963 habitants recensés à cette date dans la capitale. Cependant, si les immigrés originaires de Syrie à Damas constituent alors 17,5 % de la population de la capitale (92 931 personnes), il faut retenir que plus du quart d’entre eux proviennent en 1960 des deux mohafaza-s du Sud (26,2 %, soit 24 370 personnes). L’auteur ne précise pas l’origine des immigrés non syriens (environ 55 000 personnes) à cette date. Nous pouvons penser qu’il s’agit cependant des étrangers installés à Damas à la suite des conflits régionaux et considérés comme des réfugiés (Palestiniens, Caucasiens, Crétois, Arméniens).

  • 19 Recensement de la population syrienne de 1960.

32Les effectifs des migrants provenant de Deraa et de Sweida sont comparables : 13 869 personnes pour la première et 10 501 pour la seconde, soit, respectivement, un taux de 8,3 % et de 10,5 % de l’ensemble de la population provinciale19. La province de Sweida est donc légèrement plus touchée que Deraa par l’émigration vers Damas, ce qui contredit l’une des conclusions de Jean-Marc Prost-Tournier (1970 : 134) qui se base uniquement sur les données brutes pour écrire que « […] le Djebel Druze est moins une terre d’émigration que le Hauran. (…) Les Druzes sont maîtres de leur montagne et ne doivent guère se sentir attirés par Damas ».

33Il n’en reste pas moins que les deux situations sont assez comparables. La province de Deraa (Hauran) s’est trouvée, tout comme le Djebel Druze, dans une situation de cul-de-sac, suite au tracé des frontières nationales, qui a placé la ville de Deraa dans une situation végétative, coupée de ses routes commerciales traditionnelles vers la Jordanie. À la fin de l’époque ottomane, Deraa avait pourtant vocation à devenir un centre agricole et ferroviaire important, mais les nouvelles frontières politiques et la création de l’État d’Israël ont réduit ces opportunités à néant. La ligne du Hedjaz a alors perdu de son importance passée et la fermeture de la ligne Bosra-Palestine a ruiné les derniers espoirs. En 1960, la ville est peu peuplée (17 284 habitants, soit moins que Sweida) et est incapable de conserver toute sa population, puisque 1 443 migrants installés en 1960 à Damas en étaient originaires (soit 8,35 % de la population totale de la ville de Deraa). À cela s’ajoutent des conditions de travail précaires pour les fellah-s du Sud du pays, compte tenu de l’irrégularité des pluies dans cette zone située à la limite du domaine steppique. La succession d’années de sècheresse a été souvent synonyme d’un renforcement des flux migratoires vers Damas et sa région périurbaine.

L’accélération de la migration des populations du Sud vers Damas : les 1960-1970

34Comme le souligne Mouna Liliane Samman (1978 : 222), la mohafaza de Sweida est le gouvernorat qui a fourni le plus fort taux d’émigrants ruraux vers les villes durant la période intercensitaire (1960-1970). Elle écrit :

  • 20 Le classement dont parle l’auteur n’est autre que celui des provinces en fonction de leurs effectif (...)

« En tenant compte de l’importance de la population de départ par rapport à la population rurale totale du Mohafazat, le classement s’en trouve modifié20  : les Mohafazats de Soueida (16 %), d’Alep (14 %), de Lattaquié (13,6 %) et de Homs (13 %) seraient les régions dont les taux d’émigration sont les plus élevés ».

35Mais son analyse ne précise pas les destinations des migrants ruraux. C’est dans le remarquable travail de Philippe Fargues qu’il faut rechercher cette information. Celui-ci nous apprend que Damas est le seul véritable pôle d’attraction des migrants urbains (c’est-à-dire issus des autres villes de Syrie) à l’échelle du pays. En effet, Alep, la métropole du Nord syrien a une attraction plus restreinte. Par contre, la capitale et son agglomération ont reçu uniquement des migrants ruraux (c’est-à-dire issus des villages) de leur « région » environnante, c’est-à-dire en provenance de sa campagne proche (Rîf Dimashq), mais aussi des provinces méridionales. Si en Syrie, les zones rurales ont alimenté principalement les zones urbaines de leurs mohafaza-s respectives (villes petites ou moyennes ou leur propre chef-lieu de gouvernorat), Philippe Fargues (1979 : 22) note que le Sud est à ce titre une exception :

« Damas n’est la destination principale de l’exode rural que dans son propre mohâfazât et dans les deux contigus de Deraa et Soueida ».

36Cette exception peut s’expliquer par la faible distance séparant ces gouvernorats de la capitale. Elle révèle surtout que ni Sweida et ni Deraa n’étaient véritablement des centres urbains attractifs dans les années 1970.

37À cette époque, d’après Philippe Fargues (1979  : 23), les champs migratoires internes sont en Syrie structurés de deux manières différentes : des campagnes vers les villes secondaires les plus proches, d’une part, et des villes secondaires vers Damas, d’autre part. Toutefois, la province de Sweida ne rentre pas dans le modèle. Damas capte en effet directement une part prépondérante de l’émigration rurale issue de la province (53,3 % de l’exode rural masculin et 47 % de l’exode rural féminin se dirigent vers Damas contre 20,5 % de l’exode rural masculin et 39,4 % de l’exode rural féminin vers Sweida-ville), ce qui confirme ainsi notre estimation de la part de l’exode rural dans le mouvement d’émigration global de la province de Sweida. Pour Deraa, le déséquilibre est encore plus marqué : l’exode rural interne y est presque insignifiant comparé à l’attraction de la capitale (70,1 % de l’exode rural masculin et 68,1 % de l’exode rural féminin vers Damas contre 8,1 % de l’exode rural masculin et 8,7 % de l’exode rural féminin vers Deraa).

Un essoufflement récent de la migration vers Damas, mais une attractivité maintenue de ses banlieues

  • 21 Khawaja, 2002.
  • 22 La migration est prise en compte dans cette étude selon deux critères. «  Pour qu’un mouvement soit (...)

38L’enquête publiée en 2002 par la FAFO21 a été réalisée en 2000 sur un échantillon de moins d’un pour cent de la population syrienne. Si les données recueillies permettent de dégager une image figée de la migration interne syrienne au sein de chaque unité administrative ou des milieux considérés (rural, zone urbaine, centre de mohafaza), cette étude est peu utile pour la connaissance de la dynamique migratoire. Elle rend en effet imparfaitement compte des échanges de populations entre les gouvernorats et il est difficile de savoir d’où viennent les migrants et vers quel(s) lieu(x) ils se dirigent. Le choix du nahia comme unité de base pour définir la migration22 gêne l’analyse à l’échelle interrégionale, car elle interdit d’établir avec précision si le migrant s’est déplacé dans sa propre région (par simple changement de nahia) ou s’il provient d’une autre région administrative. De plus, les sources et les techniques d’enquêtes sont très mal définies, et rendent donc très délicate l’interprétation des données. Toutefois, comme il s’agit de la seule enquête récente, nous allons tenter d’en tirer le maximum d’enseignements.

  • 23 « Migration vers et de Damas : que savons-nous ? »

39Le chapitre six de ce rapport, intitulé « Migration to and from Damascus : what do we know ? »23, confirme l’attractivité de Damas et de sa région suburbaine. Il montre néanmoins que la ville de Damas, comme lieu de destination des migrants, a fortement décliné entre 1960 et 2000. Le rapport entre immigrants et émigrants s’inverse à partir des années 1980 de telle sorte que le solde migratoire devient négatif. La capitale générait ainsi, dans les années 1960, 3 % des émigrants du pays alors qu’elle drainait 17,2 % des immigrants ; dans la décennie 1990, les taux sont devenus, respectivement, 21,4 % et 8,9 %. Par contre, depuis les années 1960, les zones périurbaines de la région de Damas (Rîf Dimashq) sont attractives pour les migrants des autres gouvernorats (17,9 % des immigrants contre 10,5 % des émigrants du pays) ; cette attractivité semble même en hausse dans les années 1990 (27,3 % des immigrants dans les années 1990 contre seulement 11 % des émigrants nationaux).

  • 24 La mohafaza de Quneitra, dont une partie est occupée depuis 1967 par Israël, s’est dépeuplée d’une (...)

40Bien qu’il faille rester extrêmement prudent quant à l’utilisation des enquêtes menées dans cet ouvrage, il a le mérite de montrer que, par rapport à la population globale respective de chaque mohafaza, Sweida et Deraa sont les villes qui ont contribué le plus aux échanges internes avec Damas et sa région, exception faite de Quneitra24. En effet, si l’on avait plutôt retenu pour l’analyse le volume réel (nombre total) des flux de migrants, on aurait vu apparaître, dans le cas de la migration vers Damas, des régions comme les provinces de Hama, de Lattaquié, Deraa ou Homs. La faible population du Djebel, en comparaison de ces provinces étendues et bien plus peuplées, n’autorise que des volumes limités de départs ; seule l’analyse en valeurs relatives (intensité de la migration) permet de vérifier que le Djebel est en tête des régions « déversoirs » vers Damas.

2. L’exode rural vers Damas : une distribution des émigrés bien différenciée entre la mohafaza de Sweida et celle de Deraa 

  • 25 Il s’agit d’enquêtes de villages comme celles que nous avons réalisées dans le Djebel.
  • 26 Lors du découpage administratif de 1960, la mohafaza de Deraa comportait trois mantiqa-s  : Deraa, (...)

41Si l’on se limite aux mouvements migratoires entre les provinces méridionales et Damas, la mohafaza de Deraa se caractérise par une distribution spatiale des émigrés qui dépend directement de la distance à Damas. Les données du recensement de 1960 indiquaient déjà cette tendance (fig. 24) ; elle est confirmée par nos enquêtes réalisées dans la région au printemps 200525. La figure 24 montre que les mantiqa-s de Sanamein et d’Ezraa sont plus touchées que celle de Deraa26 par l’émigration vers Damas. Or, c’est la partie de la province la plus proche de la capitale. À contrario, les zones éloignées sont peu concernées par ces mouvements : ainsi un village comme Heet, situé dans la nahia de Shajara, proche de la frontière jordanienne, n’a quasiment pas connu d’émigration interne vers Damas au cours de son histoire récente, post-indépendance. De même, un village comme Bosra el Harir, qui se trouve à l’Est d’Ezraa (mantiqa Ezraa), bien que plus touché que le précédent, l’est bien moins que les villages de la mantiqa de Sanamein qui ont fourni des effectifs importants de migrants dès les années 1960 et 1970, la plupart d’entre eux s’étant installés dans l’agglomération damascène (fig. 24).

  • 27 M. L. Samman (1978 : 220) note que le gros de l’émigration rurale vers la ville s’est fait en Syrie (...)

42Concernant la structuration des flux migratoires à l’échelle nationale, qui se résument à l’attraction de l’agglomération damascène, la mohafaza de Sweida présentait, dans les années 1960, une distribution différente de celle de Deraa. La zone sud du Djebel, proche de la frontière jordanienne, était alors celle qui fournissait les plus gros contingents de migrants à Damas et à son agglomération. Nous retrouvons ici une distribution spatiale de l’émigration régionale analogue à celle que nous avons précédemment présentée – trente années plus tard –, avec des marges périphériques méridionales largement répulsives. L’exode rural vers la capitale a été particulièrement intense dans le secteur méridional du Djebel surtout du début de la décennie 1950 à la fin de la décennie 197027. D’après le recensement de 1960, il y aurait deux fois et demi plus d’émigrés originaires de Salkhad à Damas (en volume net) que de Shahba ou Sweida. Si l’on tient compte de la population locale, le rapport des migrants entre le Nord, le Centre et le Sud du Djebel est révélateur : environ 10 % de migrants depuis la mantiqa de Shahba, 5 % depuis celle de Sweida mais presque 20 % depuis celle de Salkhad (fig. 24). Dans le cas du Djebel, ce n’est donc plus la distance à la capitale qui a favorisé l’exode vers Damas, mais plutôt l’enclavement et les conditions de travail difficiles d’une population fragile et instable.

43À partir des années 1990, le développement des transports en commun à l’initiative du secteur privé modifie cette organisation. Les entretiens effectués dans les villages de la province de Deraa nous ont révélé l’importance des migrations pendulaires vers Damas.

« Dans les années 1970, beaucoup d’habitants sont partis s’installer à Damas. Certains ont loué, d’autres acheté des appartements essentiellement à Mukhayam, Mezzeh et Mouhajirin. Depuis dix ans, les résidents sont moins nombreux en ville. Beaucoup font l’aller-retour dans la même journée. Cette pratique est forte à Sanamein car nous sommes proche de Damas, à moins d’une heure en minibus » (Mukhtar de Sanamein, avril 2005).

44Dans le Djebel, des pratiques similaires s’observent entre le Nord de la province druze et la capitale syrienne. La limite approximative de la zone d’attraction journalière de la capitale se trouve à environ 75 km au Sud (soit à une heure de transport), avec des échanges quotidiens de populations particulièrement nombreux à partir de la mantiqa de Sanamein dans la province de Deraa et de la nahia d’Assura dans la province de Sweida (fig. 24). Ainsi, si l’émigration interne des années 1960-1970 ne répondait pas aux mêmes logiques organisationnelles selon les deux provinces méridionales, le développement des navettes avec la capitale (microbus) a homogénéisé les pratiques migratoires des zones septentrionales des deux gouvernorats.

3. Le changement de nature de la migration interne des Druzes

  • 28 Des enquêtes effectuées entre 2000 et 2005 à Jeramana montrent que les installations de Druzes du D (...)

45Si la migration interne entre le Djebel et les banlieues sub-urbaines de Damas semble se poursuivre28, elle n’a plus la même nature que dans les années 1960-1970. L’installation d’une partie de la population druze de la région de Sweida à Damas et sa Ghouta (environ 20 % de l’ensemble de la communauté druze du Djebel d’après nos estimations fondées sur l’analyse des recensements) a généré une situation nouvelle. Les deux espaces sont maintenant intimement interconnectés et nous observons dorénavant entre eux une mobilité circulatoire incessante : mouvements pendulaires quotidiens ou hebdomadaires, déplacements temporaires et à courte distance, double résidence, étape avant une phase d’émigration internationale. Ces pratiques plurielles tiennent à de multiples causes plus ou moins identifiées par l’étude de la FAFO qui estime qu’elles n’ont cessé de se diversifier avec le temps. Certaines des conclusions de cette étude recoupent les résultats de nos propres enquêtes, effectuées sur les seules populations druzes des régions de Sweida et de Damas.

  • 29 « Les raisons du mouvement »

46Dans le chapitre 9 du rapport de la FAFO, intitulé « Reasons for moving29 », l’auteur montre qu’il existe une grande variété de causes à la migration interne. Celle-ci ne serait plus obligatoirement une réponse au manque de travail, ni au sous-développement rural. Ainsi, la première raison invoquée par les migrants interviewés est-elle d’ordre familial (regroupement ou accompagnement familial) : elle concerne un migrant sur trois. La deuxième est celle du mariage : un migrant sur quatre. Enfin, la recherche d’un travail n’est citée qu’en troisième position, par une personne interrogée sur cinq. Des raisons telles que le logement ou l’éducation sont beaucoup plus rarement mentionnées.

47L’enquête de la FAFO indique qu’entre l’année 1995 et l’année 2000, la province de Sweida a reçu 3 495 immigrants, alors que le nombre des départs vers le reste du pays en totalisait 3 805 (Khawaja, 2002 : 27). Vu les liens qui unissent le Djebel et l’agglomération damascène, il est plus que probable que ces flux correspondent, dans l’un et l’autre sens, à des échanges entre Damas et le Djebel. On sait d’ailleurs, grâce à cette même étude, que 2 % de la population totale de la mohafaza de Sweida proviennent de la ville de Damas et 1,4 % de la Ghouta, alors que ces mêmes pourcentages calculés avec les autres provinces sont voisins de zéro. C’est bien la preuve que les liens communautaires et familiaux qui unissent maintenant ces deux pôles de peuplement druze provoquent une intensification des flux entre eux.

48Les possibilités d’emplois dans les grandes villes, et particulièrement à Damas, étaient dans les années 1950-1970 le moteur de la mobilité nationale. Mais, l’installation en nombre croissant de migrants druzes originaires du Djebel dans la Ghouta et à Damas stimula, dans un second temps, le départ d’autres habitants de la région, lesquels s’installèrent à leur tour dans la capitale. Si les premiers arrivés étaient en majorité des hommes seuls, la deuxième vague correspondit à des regroupements familiaux avec l’arrivée des femmes et des enfants. Par la suite, les mariages, la formation universitaire, les stratégies résidentielles et d’investissement immobilier (achat d’un appartement à Jeramana par exemple) sont devenus des motifs plus fréquents de migration pour les Druzes de la mohafaza de Sweida, révélant un lien privilégié et une intime imbrication entre ces pôles druzes que sont la Ghouta de Damas et le Djebel.

49La circulation courante et quotidienne entre le Djebel et les zones d’implantation druze de l’agglomération de Damas est matérialisée par les réseaux de transport public entre Sweida et la capitale : dans les deux sens, au départ de Sweida ou de Damas, tous les bus desservent Jeramana puis Bab Moussala (quartier principal de Damas-ville où sont implantés les Druzes), qui constituent les deux seuls arrêts du trajet. La desserte est donc organisée selon une logique de proximité communautaire matérialisée spatialement par le regroupement confessionnel des Druzes.

50En outre, si les liaisons directes journalières par bus et microbus sont nombreuses entre Damas et Sweida, elles le sont également entre le Sud du Djebel et la capitale. Même si le Sud du Djebel est relativement éloigné de Damas, ses habitants continuent à entretenir des relations intenses avec cette ville et sa couronne périurbaine. Nous supposons que cela est certainement dû à l’implantation de nombreux migrants originaires du secteur sud du Djebel lors de l’exode rural. La double résidence permet à certains membres des familles des villages du Sud de partager leur temps entre, par exemple, un emploi de fonctionnaire à Damas et une activité agricole d’appoint au Djebel. C’est donc l’ensemble de la province druze qui entretient des relations avec la région urbaine de Damas, selon une logique qui n’a plus rien à voir avec l’exode rural des années 1950-1960.

51La mobilité entre les deux espaces prend de plus en plus la forme d’une circulation régulière faite de navettes quotidiennes (nord du Djebel surtout) ou hebdomadaires (sud du Djebel essentiellement) en fonction de la possession ou non d’une résidence secondaire et de la distance Damas-village. Mais sans statistiques précises et sans enquêtes complémentaires, nous n’avons pu pousser plus en avant nos investigations.

52Ainsi, si l’attraction migratoire exercée par Damas est une forme parmi d’autres de la polarisation de la capitale, elle n’en est pas moins une expression essentielle de l’organisation spatiale de la Syrie. Concernant le Djebel, elle exprime bien la relation de domination que le centre exerce sur une périphérie désormais dominée et exploitée.

C. Les réseaux communautaires comme supports de la circulation migratoire druze en Syrie

53En Syrie, la pérennité des structures sociales (communauté, clan ou famille élargie) semble souvent jouer un rôle déterminant dans le processus migratoire.

« Les migrations massives et répétées des Sukhniotes (…) n’ont pas produit une dissolution des liens sociaux, la désintégration ou l’émiettement de la société » ; «  À la périphérie de chacune des villes, (…), ils [les Sukhniotes] sont restés groupés, ont formé des quartiers (…) » (Metral F., 1989 : 166).

54Cet exemple nous autorise à nous interroger sur le maintien des structures communautaires dans le processus de migration interne entre la capitale et le Djebel. Quel rôle joue l’appartenance communautaire dans les pratiques migratoires des Druzes de Syrie ? Sur quoi s’est construit le système de mobilité que nous avons présenté dans les paragraphes précédents ?

1. La présence druze à Damas et dans sa Ghouta : un ancrage pour les migrations intérieures des Druzes

Des terminus migratoires différents pour les migrants originaires des mohafaza-s de Deraa et de Sweida

55Pour ce qui est de l’exode rural, la distribution spatiale des migrants internes vers Damas est radicalement différente selon qu’ils proviennent de l’une ou de l’autre des deux provinces méridionales. Si la presque totalité des migrations internes issues des provinces de ce Sud a convergé vers Damas et son agglomération, une analyse plus fine montre une nouvelle fois des cheminements assez différents selon la province d’origine. C’est à l’échelle du quartier et de la commune que ces différences apparaissent le mieux.

56À Damas, les quartiers où s’installent les originaires de Sweida et de Deraa ne sont pas les mêmes. À partir du recensement de 1960, on constate déjà que la Ghouta regroupait à cette date un nombre de migrants équivalent à 4,1 % de la population totale de la province de Sweida et à seulement 1,2 % de celle de Deraa.

  • 30 Les quartiers damascènes de Mukhayam Yarmouk ou Hajer el-Aswad sont des secteurs d’habitat informel (...)

57Les enquêtes permettent d’affiner l’analyse. Ainsi, les migrants issus de la région de Sanamein – mohafaza de Deraa –, en majorité des ruraux originaires des villages environnants de la ville de Sanamein, sont nombreux dans les années 1960 et 1970 à avoir choisi une nouvelle résidence à Damas, principalement pour des raisons économiques (emploi en ville). Selon nos entretiens, leur installation se serait faite à Damas-ville dans divers quartiers, principalement en fonction des possibilités financières de chacun : le quartier de Mezzeh pour les plus aisés, celui de Mouhajirin pour les revenus intermédiaires et Mukhayam Yarmouk ou Hajer el-Aswad30 pour les moins fortunés. Ces localisations n’ont cependant rien d’exclusives.

  • 31 Mukhayam Yarmouk, qui signifie « camp du Yarmouk » en arabe, est un quartier formé à l’origine de r (...)

58Les enquêtes réalisées dans la province druze donnent des résultats radicalement différents. Damas-ville est manifestement « boudée » par ses originaires. Ceux-ci se concentrent nettement dans quelques communes de la partie méridionale de la Ghouta, parmi lesquelles figure en première position la ville de Jeramana (devenue faubourg de Damas par suite de l’étalement urbain). Viennent ensuite les localités de Achrafiyeh et de Sahnaya et, plus rarement celle de Jdaidet Artous. À Damas même, c’est le quartier de Bab Moussala qui attire le plus les Druzes du Djebel ; il est aussi parfois fait mention du quartier de Mukhayam Yarmouk31, mais beaucoup plus rarement.

Bab Moussala et le quartier druze de « Tayamné », un point d’ancrage communautaire

  • 32 « Il en est de même des familles druzes, originaires du Hauran et de l’Hermon, qui se fixèrent au q (...)

59À Damas, le quartier de Bab Moussala est connu pour avoir été un point de chute des migrants druzes du Djebel lors de l’exode rural. Il faut préciser que ce quartier abritait déjà, depuis longtemps, une petite minorité druze. Dans un article publié à l’époque mandataire, Richard Thoumin (1937 : 667) présente une carte générale mais sommaire de la répartition de la population de Damas selon les confessions. Une unique zone porte la mention « druze » : il s’agit d’une portion du quartier de Bab Moussala constitutive de la partie nord du Midan. Si, en effet, Bab Moussala est généralement considéré comme un quartier chrétien, il n’en comporte pas moins, en son sein, une petite enclave druze32. L’origine de la formation de ce petit rassemblement druze remonte au xixe siècle. Richard Thoumin (1937 : 673) le rappelle en ces termes :

  • 33 L’une des principales bourgades de l’Hermon occidental dans l’actuel Liban.

« Après 1860, aux chrétiens du Hauran se joignirent des chrétiens de l’Hermon, ainsi que quelques Druzes : Rachaya33 en fournit le principal contingent ».

60L’origine géographique des habitants de ce groupement lui a donné son nom de « Tayamné », puisque Rachaya est une bourgade du Wadi Taym, lieu d’implantation de la religion druze au xie siècle. À l’époque du Mandat français, c’est un quartier pauvre (tout comme l’ensemble du faubourg du Midan d’ailleurs) qui regroupe quelques centaines de Druzes mélangés à la population chrétienne.

61Jean-Marc Prost-Tournier (1970 ; 137) mentionne, dans un article ultérieur, la présence de 1 178 Druzes à Damas en 1956, ce qui en ferait la seconde communauté musulmane après les sunnites, et ce malgré son petit nombre (0,33 % des musulmans ; 0,28 % de la population totale de la ville à cette époque). La communauté se disperse très peu à travers la ville même de Damas dans laquelle l’intégration est difficile ; elle se cantonne donc de façon quasi exclusive dans le quartier de Tayamné. Si celui-ci apparaît aujourd’hui, suite à l’exode rural, comme une zone de polarisation des migrants druzes du Djebel (il est cité parfois dans les entretiens), son rôle demeure marginal en comparaison des autres communes druzes de la Ghouta plus propices au regroupement confessionnel.

Les villages druzes de la Ghouta, prélude aux migrations en provenance du Djebel

  • 34 Nous rappelons que les Druzes se nomment eux-mêmes les « Unitaires » ou les « monothéistes » (les M (...)

62Peu de sources sont susceptibles de nous renseigner sur l’origine des villages druzes de la Ghouta. La présence d’Unitaires34 dans cette région est sujette à caution : pour ce qui est de Jeramana (fig. 25), par exemple, nous ne disposons que de données peu fiables et contradictoires, même s’il semble attesté que Jeramana est bien une fondation druze. La maîtrise de Julien Hervé (1999) évoque la genèse de la ville suite à des migrations venues du Liban au xviiie siècle. Cependant, cet auteur ne cite aucune source écrite. Quant au principal cheikh druze de Jeramana, M. Korbaj, il fait remonter la fondation du lieu aux origines du druzisme, il y a un millénaire.

  • 35 Même si des clivages sociaux persistent entre les communautés druzes en fonction de leur origine gé (...)

63Sans entrer dans un débat incertain sur l’ancienneté de la présence druze dans cette périphérie de Damas, il est important de noter que ces communautés étaient présentes dans la Ghouta avant que ne se structure celle du Djebel ; elles étaient organisées politiquement et religieusement de manière autonome par rapport à Sweida. L’exode rural, entre les années 1950 et les années 1970, aura par contre pour effet d’établir une véritable mise en circulation des diverses communautés druzes présentes sur le territoire national et de réaliser leur décloisonnement spatial35.

64Si Jeramana est la commune où les Druzes sont actuellement les plus nombreux (de 30 000 à 40 000 selon nos estimations pour le milieu des années 2000, soit environ 60 % de l’ensemble de la population de la ville), les localités de Sahnaya et d’Achrafiyeh (fig. 25) abritent quant à elles proportionnellement plus de Druzes : ils y sont plus nettement encore majoritaires, ce qui identifie ces deux communes à de petites villes druzes (8 271 habitants en 1994 à Sahnaya - environ 75 % druzes, le reste étant chrétien - et 14 482 habitants à Achrafiyeh en 1994, druzes en quasi-totalité). Nous ne disposons d’aucune information sur le nombre de migrants venus s’y installer après l’indépendance syrienne. Par contre nos enquêtes, effectuées tant sur les lieux de départ (Djebel Druze et Djebel Cheikh) que dans l’agglomération de Damas, ont permis de reconstituer grossièrement le système migratoire druze en Syrie, et ainsi de comprendre le rôle central joué par ces communes de la Ghouta dans son fonctionnement.

65Une petite communauté druze est enfin présente à Jdaidet Artous – ville majoritairement chrétienne. Elle représente environ 10 à 15 % de la population totale de la commune (27 262 habitants en 1994). Elle joue un rôle secondaire dans le système migratoire, bien qu’elle soit demeurée attractive pour certains villages druzes du Djebel Cheikh, comme nous le verrons ultérieurement. Il convient également de signaler la commune de Deyr Aly, entièrement druze (4 327 habitants en 1994) ; mais, située à environ 25 km au sud de la capitale syrienne, elle est une exception, car elle est la seule bourgade druze de la périphérie de Damas à n’avoir pas servi de point d’ancrage pour les migrants druzes des montagnes périphériques.

2. Les points de fixation de l’émigration druze dans la région de Damas : de nouvelles polarités communautaires

66Deux sources contemporaines attestent des migrations de populations entre les territoires druzes de montagne (Djebel Druze, Djebel Cheikh et Djebel Soumak) et ceux de la région de Damas : le recensement de 1960, certes ancien, mais qui correspond au début de l’épisode migratoire, et les sources orales (entretiens que nous avons recueillis dans les trois régions de montagne précédemment citées, ainsi que dans les « banlieues druzes » de Damas).

La Ghouta : une zone préférentielle d’installation des migrants druzes de la province de Sweida

67Certaines données du recensement de 1960, nous venons de le voir, permettent de préciser le degré de concentration, dans la Ghouta, de populations migrantes, principalement issues de la région de Sweida. À ce sujet, Jean-Marc Prost-Tournier (1970 : 135) note avec une certaine surprise d’ailleurs :

« Si l’on s’interroge sur l’ampleur de l’exode rural de la Ghouta, on constate avec étonnement qu’elle est au contraire tout compte fait une zone d’immigration ».

68Nous l’avions remarqué lors de nos entretiens, lorsque nous avons interrogé les résidents sur les lieux d’installation des migrants druzes du Djebel. Pourtant, rien d’étonnant à cela lorsque l’on introduit la composante communautaire dans l’analyse des mouvements migratoires internes. La croissance de certaines communes druzes de la Ghouta, comme celles que nous avons présentées, est liée directement à l’émigration druze en provenance des montagnes voisines, alors que la part d’autres migrants est comparativement plus réduite. Les données du recensement de 1960 font ainsi état dans la Ghouta de 4 106 habitants originaires de la mohafaza de Sweida sur une population provinciale totale de 99 519 habitants, contre 2 005 originaires de celle de Deraa pour une population provinciale totale de 167 515 habitants : environ un Druze sur vingt de la province de Sweida avait déjà choisi de s’installer dans la Ghouta à cette époque contre seulement un Sunnite du Hauran sur quatre-vingt. Cette concentration relative des Druzes dans la Ghouta a une explication communautaire. Les communes de la Ghouta, précédemment citées, comme Jeramana, Achrafiyeh et Sahnaya ou encore Jdaidet Artous, quoique à un degré moindre pour cette dernière, servent de réceptacles aux Druzes qui profitent, pour leurs migrations, de la présence de communautés localement établies. Certains membres de la communauté venus du Djebel Druze ont même pu parfois bénéficier d’incitations à l’installation, comme à Jeramana.

  • 36 Dans un discours fortement marqué d’idéologie, l’actuel grand shaykh de Jeramana (petit-fils de cel (...)

69Le cas de Jeramana illustre parfaitement les modalités d’insertion dans l’agglomération damascène des migrants druzes des montagnes. À partir des années 1950, le grand cheikh druze de Jeramana a facilité l’achat de terrains pour tous les Druzes désireux de venir s’installer à proximité de Damas. Il visait ainsi le renforcement de la présence druze, alors « menacée de disparition »36. Des associations druzes de Jeramana furent alors chargées de l’aide au logement ainsi que du rapprochement de conjoints potentiels pour une hypothétique union  : cette aide au mariage renforça les pratiques endogames dans le plus pur respect de la tradition religieuse druze. La croissance de la ville en fut certainement stimulée : 6 480 habitants en 1960 ; 68 329 habitants en 1994.

70Les deux bourgs voisins de Sahnaya et Achrafiyeh ont joué un rôle identique de tête de pont pour la migration interne druze. Elles conservent, depuis une dizaine d’années, une attraction forte sur les populations venant des zones rurales de montagne et désireuses de s’installer à proximité de Damas tout en y retrouvant une atmosphère communautaire qui leur rappelle le village. Le cadre de vie (au pied de l’Hermon, dans un environnement relativement verdoyant), plus agréable qu’à Jeramana, semble attirer de plus en plus d’émigrés de la région de Sweida (arrivés directement ou après un passage à l’étranger). La tendance au renforcement de l’attractivité, depuis les années 1990, du doublet Sahnaya-Achrafiyeh ne peut-être cependant confirmée statistiquement : ce sont nos entretiens auprès de familles de la province de Sweida qui nous donnent à le penser.

Des terminus migratoires communs à l’ensemble des migrants druzes de Syrie

71Les entretiens effectués tant dans les lieux de départ que dans ceux d’arrivée confirment le rôle du lien communautaire dans le processus de migration interne des Druzes en Syrie. Nombreux sont les migrants à affirmer que les rapports familiaux sont à l’origine de leur déplacement. Si les communautés druzes urbaines de la région de Damas ont servi pour l’essentiel de point d’ancrage à l’émigration nationale du Djebel Druze, elles ont joué un rôle comparable pour les migrants druzes en provenance des autres montagnes du pays.

  • 37 L’estimation est le fruit de nos enquêtes au sein des villages druzes du Djebel Shaykh, croisées av (...)

72En ce qui concerne la communauté du Djebel Cheikh, dont nous estimons le nombre à environ 16 000 personnes en 199437, leurs migrants ont eux aussi orienté leur mouvement d’émigration interne vers les quelques « communes druzes » de l’agglomération damascène (fig. 26). Il apparaît, après des enquêtes menées au printemps 2005 dans les villages druzes du mont Hermon (nom donné en Occident au Djebel Cheikh), qu’une forte majorité des émigrés druzes à l’intérieur de la Syrie s’est établie dans la commune de Jeramana au cours des années 1960 et 1970. Une part plus modeste s’est installée à Achrafiyeh et à Sahnaya (avec des familles chrétiennes issues des villages mixtes de cette région), alors que quelques autres familles ont fait le choix de s’implanter à Jdaidet Artous. C’est ainsi qu’une partie des habitants du petit village de Rakhla - 514 habitants en 1994 - (cf. fig. 26) s’est déplacée en bloc à Jdaidet Artous. Elle témoigne de ce que l’émigration interne fait parfois l’objet d’une décision familiale ou du clan. Le cheikh religieux du village de Rakhla a lui aussi quitté la montagne avec une partie de sa famille élargie et réside désormais dans cette banlieue de Damas, au pied de l’Hermon. Une même logique sous-tend la migration vers Damas à partir du village de Mbaïya. C’est un village de quelques centaines d’âmes issues d’un même ascendant. Tous les habitants portent le même nom : Naboïny. L’exode rural des années 1970, évidemment faible en volume en raison du petit nombre d’individus concernés, a conduit tous les membres du village désireux de s’installer en ville vers la commune de Jeramana. Les primo-migrants, une fois installés, ont servi de tremplin aux autres membres du clan.

73Ainsi, en règle générale, la migration interne, structurée par les réseaux familiaux, a produit des déplacements de population unidirectionnels, du village de montagne vers une ville de banlieue appropriée par la communauté : de Aïn Chaara à Achrafiyeh ; de Qalaat Jendal vers Jeramana ; de Bqaassem à Jeramana ; ou encore de Hiné vers Jeramana toujours. Les mesures incitatives prônées par certaines organisations religieuses (comme nous l’avons vu à Jeramana pour les Druzes du Djebel) ont joué également un rôle important dans le processus migratoire interne des Druzes de l’Hermon vers l’agglomération périurbaine damascène : aide à l’obtention de terrains, d’appartements, de conjoints.

  • 38 Dans cette montagne vit une petite communauté druze de quelques milliers d’âmes, réparties entre un (...)
  • 39 Enquête réalisée en avril 2002 dans six villages druzes du Djebel Soumak ; cette enquête a porté su (...)

74La primauté des réseaux communautaires et familiaux dans la structuration de la mobilité des Druzes en Syrie a créé une situation plus originale encore. Depuis le Djebel Soumak38, dans le Nord de la Syrie (mohafaza d’Idlib), les migrants druzes ont fait les mêmes choix que leurs coreligionnaires du Sud du pays, malgré la distance39. Ils ont opté pour une migration vers les « villes druzes » de la Ghouta, pourtant éloignées de près de 400 km de leurs villages, en profitant de la proximité sociale et des réseaux familiaux et confessionnels pour s’y installer. Pour ces Druzes, la ville d’Alep, dont ils ne sont distants que de 50 km, n’était pas attractive. L’absence, dans cette ville, de points d’ancrages confessionnels et, par conséquent, de réseaux communautaires, n’a pas permis leur implantation dans un tissu urbain plus fermé et plus traditionnel qu’à Damas. Jean-Marc Prost-Tournier (1970 : 136) notait déjà ce phénomène de cloisonnement de la métropole du Nord par rapport aux campagnes environnantes :

« Alep n’ayant pas le même rôle polarisateur que la capitale attire beaucoup moins les émigrants, même ceux de sa propre région au sens large ».

75Dans un espace communautarisé comme celui dans lequel sont cantonnés les Druzes, la distance n’est donc pas, une nouvelle fois, un facteur déterminant. Le blocage trouve bien plutôt son origine dans le fonctionnement des groupes qui constituent la société syrienne.

3. Des migrations internes « confessionnalisées » : l’exemple de certains villages du Djebel Druze

76La polarisation des émigrés de la communauté par les banlieues druzes se remarque également en changeant l’échelle d’analyse. En partant de l’étude des pratiques migratoires des habitants druzes, chrétiens et sunnites de certains villages du Djebel Druze, on voit généralement se dessiner des trajectoires qui répondent, une fois encore, à des itinéraires « confessionnalisés », c’est-à-dire spécifiques à chaque groupe. Dans le sud du Djebel Druze, le village de Anz, fragmenté en trois communautés – druze, sunnite et chrétienne, dans des proportions à peu près égales au recensement de 1927 –, offre un lieu idéal d’observation des pratiques migratoires internes. Les enquêtes effectuées montrent qu’il existe bien des dynamiques migratoires propres à chacun des groupes constitutifs de ce village.

  • 40 Nous avons constaté que le nombre de maisons désertées était plus élevé chez les Sunnites de Anz. C (...)

77L’exode rural que Anz a alimenté s’étale sur environ trente ans (de la fin des années 1940 ou du début des années 1950 jusqu’à à la fin des années 1970) ; il a affecté chacune des communautés selon des temporalités apparemment semblables. Son intensité différentielle ne peut être appréciée, faute de données statistiques : nous estimons cependant que le volume de migrants sunnites a été le plus grand, supérieur même à celui des chrétiens40. Par contre, les lieux d’installation des migrants sont spécifiques. Ainsi, seuls quelques Chrétiens et Druzes avaient choisi de s’installer à Sweida ; les Sunnites l’ont évité et ont opté massivement pour une résidence à Damas. Leurs quartiers privilégiés furent Akrad, el-Husseiniye et Hajer el-Aswad. Pour les migrants druzes, on retrouve les lieux d’installation précédemment cités, à savoir : Jeramana, Sahnaya-Achrafiyeh, Bab Moussala et Moukhayam. Enfin les migrants chrétiens de Anz (orthodoxes pour l’essentiel, auxquels s’ajoutent quelques catholiques) se sont plutôt portés vers des quartiers majoritairement chrétiens, comme Douala et Tabalé (quartiers pauvres) ou des zones d’habitat mixte druzo-chrétiennes comme Jeramana (chrétienne pour un tiers) ou Sahnaya (ville à un quart chrétienne).

78Le même type d’enquête portant sur les lieux d’installation des migrants en Syrie, effectué dans les cinq villages chrétiens du Djebel (Kharaba, Jbeb, Al-Aslaha, Darah et Sama), nous a permis de dresser l’éventail des destinations préférentielles des migrants chrétiens originaires de la province de Sweida. Le résultat montre une convergence des flux vers la seule ville de Damas, dans des quartiers particuliers. Les Chrétiens parmi les plus modestes du Djebel Druze, qui ont quitté leurs villages à partir des années 1950, sont partis s’installer directement soit à Douala, soit à Tabalé, des quartiers « informels » du Sud de Damas. Le flux vers Jeramana a, d’après les témoignages recueillis, été secondaire. Ceux qui disposaient de plus de ressources financières ou familiales choisirent Bab Touma, alors que les familles les plus aisées purent s’installer à Tijara ou Qassaa, des quartiers cossus de la capitale. L’exode rural effectué au sein même de la province de Sweida, c’est-à-dire en direction du chef-lieu, n’a que très faiblement touché les villages chrétiens du Djebel.

79Si l’attraction de la capitale syrienne s’exerce effectivement sur les Chrétiens du Sud, le système migratoire interne fonctionne comme celui des Druzes. Leurs réseaux familiaux ou communautaires ont orienté les migrants chrétiens ruraux vers certains quartiers de la capitale syrienne de manière quasi-exclusive. Ces quartiers sont tous identifiés comme les « quartiers chrétiens » de Damas. Comparaison faite avec les Druzes, ce sont uniquement les terminus migratoires qui diffèrent.

*

  • 41 Le cas est courant pour les hauts responsables de l’administration et les dignitaires politiques te (...)

80Chez les Druzes, la plupart des stratégies migratoires vers la capitale syrienne trouvent ainsi leur réalisation à travers des ressources familiales et communautaires. Pour s’affranchir de cette organisation collective qui produit un système de circulation « communautarisé », le migrant doit posséder une totale indépendance par rapport à ces ressources collectives (qui concernent aussi bien l’aide à l’accès au logement, le prêt d’argent, l’hébergement chez un proche, etc.). Pour ce faire, il doit disposer de ressources plus personnelles qui émanent d’un autre réseau mieux adapté à ses ambitions : à titre individuel, un Druze peut donc tout à fait faire un autre choix  que celui de l’implantation dans un quartier druze, à condition de posséder argent, appuis, niveau social privilégié, autant d’éléments qui lui permettent de briser la logique de la chaîne communautaire41. Cependant pour tous les autres, c’est-à-dire l’écrasante majorité, les réseaux familiaux ou communautaires – comme les incitations du cheikh de Jeramana pour attirer des migrants druzes – constituent le vecteur de la circulation migratoire. À l’échelle régionale et nationale, ils balisent en quelque sorte les chemins migratoires et renforcent, à l’arrivée, le regroupement confessionnel et le cloisonnement social dans des espaces qui s’avèrent être généralement des ancrages territoriaux communautaires préexistants.

Départ vers Damas, gare des bus de Sweida, 2008

Cyril Roussel

Notes

1 Cet auteur interprète l’essor de la migration interne des Druzes comme un changement de stratégie qui ferait passer les habitants d’une position de refoulés/cantonnés, crispés sur leur identité et réceptifs aux tentatives de sécession, à une attitude qui viserait à favoriser leur intégration dans une société que l’auteur nomme globale. Il parle en effet, à ce sujet, « d’irruption des sectes musulmanes dans la société globale ».

2 Municipalité.

3 Village.

4 Sauf en 1994 comme nous allons le voir dans ce paragraphe.

5 Annuaire CBS, Statistical Abstract, Damas. Dépouillement des annuaires de 1981 à 1994.

6 La commune croît moins vite que l’accroissement naturel moyen de la province : on en déduit un solde migratoire négatif.

7 La commune croît plus vite que l’accroissement naturel moyen de la province : on en déduit un solde migratoire positif.

8 L’état civil liste toutes les personnes qui s’y sont déclarées ou y ont été déclarées.

9 Afin de définir la catégorie du « migrant interne » au Djebel, nous avons exclu de l’analyse les mouvements de migrations périodiques (temporaires ou saisonnières), de même que nous n’avons pas pris en compte les « pendulaires » ; tous ces mouvements nécessitent en effet un retour régulier au lieu de départ, qui reste le lieu principal de résidence.

10 On sait en outre que les récits sur la migration, passée de surcroît, sont extrêmement normatifs et ne peuvent être traités comme des matériaux historiques bruts.

11 Des ingénieurs en retraite, employés de la municipalité de Sweida à cette époque, nous ont fait part des pots-de-vin et des commissions que percevaient certains cercles de fonctionnaires sur la vente de ces terrains.

12 Pour la localisation des villages, fig. 50

13 Le processus de migration internationale est, dans certaines localités, antérieur aux années 1950. Il démarre en effet, dans certains villages du Djebel, dès le début du xxe siècle. Voir infra, Troisième Partie, chapitre 7.

14 fig. 6

15 Qui comptent parmi elles des députés, des maires, des responsables d’organisations publiques, de hauts gradés de l’Armée ainsi que des membres des professions libérales (avocats, médecins…) formés à l’étranger.

16 Les enquêtes réalisées dans les entreprises d’État et les administrations de Sweida ont montré la prédominance des habitants du Sud dans le secteur public du chef-lieu de la province. Nous les présenterons dans le prochain chapitre.

17 J.-M. Prost-Tournier (1970) décrit Damas comme « […] un noyau urbain projetant au loin ses faubourgs sous l’aspect de gigantesques bras désarticulés ».

18 L’étude est le fruit d’un projet commun entre la Faculté d’économie de l’Université de Damas, le Bureau Central des Statistiques syrien (CBS) et la FAFO (Institute for Applied International Studies).

19 Recensement de la population syrienne de 1960.

20 Le classement dont parle l’auteur n’est autre que celui des provinces en fonction de leurs effectifs bruts.

21 Khawaja, 2002.

22 La migration est prise en compte dans cette étude selon deux critères. «  Pour qu’un mouvement soit considéré comme une migration, il doit (1) se faire à travers une frontière politique ou administrative et (2) induire un changement de “résidence habituelle” » (Khawaja M., 2002 : 10). Sur ces critères, plusieurs catégories sont établies en fonction de la durée de la migration : le migrant « lifetime » (pour un individu ayant changé de résidence au moins une fois depuis sa naissance) et le migrant « period » (pour l’individu âgé de plus de cinq ans et ayant changé de résidence depuis 1995). Enfin, la migration est comptabilisée à partir du moment où l’individu change de nahia (le changement de résidence n’est pas considéré comme une migration s’il se produit entre deux villages du même nahia).

23 « Migration vers et de Damas : que savons-nous ? »

24 La mohafaza de Quneitra, dont une partie est occupée depuis 1967 par Israël, s’est dépeuplée d’une grande partie de sa population. Presque la moitié de la population de cette région est réfugiée à Damas et dans sa région périurbaine.

25 Il s’agit d’enquêtes de villages comme celles que nous avons réalisées dans le Djebel.

26 Lors du découpage administratif de 1960, la mohafaza de Deraa comportait trois mantiqa-s  : Deraa, Ezraa et Fiq. Aujourd’hui, Fiq fait partie du gouvernorat de Kuneïtra et l’ancienne mantiqa d’Ezraa a été subdivisée entre Sanamein (qui n’existait donc pas en 1960) et Ezraa. Pour des raisons de commodité dans les comparaisons, nous utiliserons le découpage administratif le plus récent.

27 M. L. Samman (1978 : 220) note que le gros de l’émigration rurale vers la ville s’est fait en Syrie dans les années 1960 : « Quelle que soit la résidence antérieure, 7 migrants sur 10 ont effectué leur déplacement entre 1960 et 1970, et 3 seulement avant cette période ».

28 Des enquêtes effectuées entre 2000 et 2005 à Jeramana montrent que les installations de Druzes du Djebel se poursuivent  ; en même temps, certains retournent dans le Djebel ou quittent Jeramana vers un autre lieu d’émigration, souvent à l’étranger.

29 « Les raisons du mouvement »

30 Les quartiers damascènes de Mukhayam Yarmouk ou Hajer el-Aswad sont des secteurs d’habitat informel, nommés mukhalafat en Syrie. Les demeures y ont été construites sans autorisation préalable sur des terrains agricoles ou des propriétés de l’État, entraînant des stratégies complexes de régularisation par la suite.

31 Mukhayam Yarmouk, qui signifie « camp du Yarmouk » en arabe, est un quartier formé à l’origine de réfugiés palestiniens. Situé au Sud de l’agglomération damascène, il a servi de lieu d’installation, à partir des années 1960, aux migrants syriens du Sud les plus modestes. Parmi eux, des Druzes du Djebel se sont groupés dans une zone appelée « Tabamoun ».

32 « Il en est de même des familles druzes, originaires du Hauran et de l’Hermon, qui se fixèrent au quartier chrétien de Bab Moussala », note R. Thoumin (1937 : 681).

33 L’une des principales bourgades de l’Hermon occidental dans l’actuel Liban.

34 Nous rappelons que les Druzes se nomment eux-mêmes les « Unitaires » ou les « monothéistes » (les Mouwahhidoun).

35 Même si des clivages sociaux persistent entre les communautés druzes en fonction de leur origine géographique.

36 Dans un discours fortement marqué d’idéologie, l’actuel grand shaykh de Jeramana (petit-fils de celui des années 1950) nous a relaté la pression musulmane qui s’exerce continuellement sur les localités druzes de la Ghouta. D’après le shaykh, sur la quinzaine de majless – lieu de cérémonie des initiés à la religion druze – disséminés dans la Ghouta, il n’en reste actuellement plus que six (et non pas quatre comme l’avait mentionné J. Hervé) : Bab Moussala, Jeramana, Achrafiyeh, Sahnaya, Jdaidet Artous et Deyr Aly, ce que notre terrain a confirmé.

37 L’estimation est le fruit de nos enquêtes au sein des villages druzes du Djebel Shaykh, croisées avec les données du recensement de la population syrienne de 1994.

38 Dans cette montagne vit une petite communauté druze de quelques milliers d’âmes, réparties entre une douzaine de villages.

39 Enquête réalisée en avril 2002 dans six villages druzes du Djebel Soumak ; cette enquête a porté sur les pratiques spatiales des habitants de ces communes.

40 Nous avons constaté que le nombre de maisons désertées était plus élevé chez les Sunnites de Anz. Ce résultat nous a été confirmé tant par le shaykh sunnite que par le mukhtar (chrétien) de Anz. Lorsque nous avons effectué notre étude (en 2003), nous avons recensé une vingtaine de maisons habitées appartenant à des familles sunnites, une cinquantaine appartenant à des Chrétiens et sensiblement le même nombre pour les Druzes. En 1927, le recensement faisait état d’une population à 43 % chrétienne, 30 % druze et 27 % sunnite.

41 Le cas est courant pour les hauts responsables de l’administration et les dignitaires politiques tel que ex-députés, ex-ambassadeurs, ex-gouverneurs par exemple, dont la plupart sont installés dans les « beaux quartiers » de Damas.

Table des illustrations

Légende Départ vers Damas, gare des bus de Sweida, 2008
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable