Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Deuxième partie - L'organisation communautaire de l'espace dans le Sud de la Syrie

Chapitre 4. Les dynamiques du peuplement dans le Djebel : des processus typiques d'un espace « clos »

Texte intégral

1Que le Djebel constitue un réduit communautaire a certainement des conséquences sur la dynamique du peuplement. On peut en effet supposer que le repli identitaire des Druzes sur leur territoire pourrait expliquer le cantonnement de la population druze, lui-même responsable de la densification de la population sur l’espace relativement restreint du Djebel. Ou encore que le réduit territorial des Druzes bloque les mouvements d’immigration en provenance des autres régions de Syrie, induisant un fonctionnement démographique en vase clos, avec les conséquences que cela peut avoir sur les mobilités internes et l’urbanisation.

2L’analyse des structures spatiales du Djebel passe, d’abord, par l’étude de la répartition de la population, de ses dynamiques, ainsi que par celle du poids relatif des ruraux et des citadins. Outre que cette étude constitue un préalable indispensable à l’analyse des migrations internes et externes au Djebel, elle aura comme ambition de révéler tant les particularités démographiques de la communauté druze que la faiblesse du peuplement urbain dans le Djebel. Le comportement démographique de celle-ci diffère en effet assez nettement de celui des populations sunnites voisines (telles celles du Hauran) qui ont un taux de croissance généralement plus élevé et un rythme d’urbanisation bien plus soutenu.

A - Répartition et dynamiques des populations de la montagne druze : concentration renforcée et croissance ralentie

3La mohafaza de Sweida n’est peuplée que sur 54 % de sa superficie totale, correspondant à sa moitié occidentale (soit près de 310 000 habitants sur 3 550 km2 en 2004). La moitié orientale (3 000 km2) est désertique et quasiment inhabitée, hormis la présence de quelques villages ou hameaux de sédentarisation des bédouins.

1. Concentration de la population dans le Centre-Ouest du Djebel (autour de Sweida)

  • 1 Nous avons divisé la province en quatre sous-espaces pour nous permettre d’effectuer des comparaiso (...)
  • 2 30 801 habitants en 1945 dans ce secteur contre 47 400 habitants en 1960.

4Le tableau 1 montre un renforcement entre 1945 et 1960 de la concentration de la population dans le Centre-Ouest1 : sa part passe de 39,1 % de la population totale à 51,9 %, soit un accroissement de 54 % entre les deux recensements2 (contre 16 % sur l’ensemble du Djebel) ou de 13 points dans la part totale par rapport aux autres secteurs. Logiquement, la part des trois autres secteurs enregistre une baisse : le Nord-Léja, l’Est et le Sud perdent tous 4 à 5 points en parts relatives entre 1945 et 1960. Ces évolutions différentielles sont dues, à partir de la décennie 1950, à l’amorce de l’exode rural.

Tableau 1 : Évolution de la part de population (en %) entre 1927 et 2004, par secteur, dans le Djebel Druze

1927

1945

1960

1970

1981

1994

2004

Nord-Léja

16,4

15,0

11,1

12,3

12,5

12,6

11,8

Est

19,5

18,4

14,8

16,0

16,1

15,6

16,2

Centre-Ouest

38,4

39,1

51,9

51,0

52,9

54,4

56,3

Sud

25,6

27,5

22,2

20,6

18,5

17,3

15,7

Sources : Recensements de la population 1927, 1945, 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

5À l’échelle des agglomérations, Sweida domine, dorénavant, très nettement, par sa taille, les autres petites agglomérations de la montagne (fig. 12). Sa part dans la population régionale s’est fortement accrue (de 9 % en 1945 à 20 % en 1960), conséquence d’un taux de croissance démographique (6,49 % par an) qui est le plus élevé de toutes les localités du Djebel. Quant aux principaux villages qui entourent Sweida, ils ont également crû à un rythme bien supérieur à celui de la région. À l’inverse, la plupart des localités situées dans les trois autres secteurs géographiques enregistrent des taux de croissance inférieurs à la moyenne régionale. Dans de nombreux cas, certains villages se dépeuplent même (59 % des villages sont dans ce cas). Entre 1945 et 1960, la région est donc bien concernée par un transfert assez massif de population des trois secteurs périphériques vers le Centre-Ouest.

6En revenant au tableau 1, on peut constater que la concentration de la population dans le secteur central (Centre-Ouest) se poursuit régulièrement durant toute la période, passant de 51,9 % en 1960 à 56,3% en 2004. La part des autres secteurs stagne ou baisse sensiblement (Nord-Léja et Est) ou baisse assez nettement pour le Sud (de 22,2 % à 15,7 %), ce qui constitue l’évolution la plus marquante de la répartition de la population durant le xxe siècle.

2. Des densités élevées, typiques des montagnes-refuges

7Le gouvernorat de Sweida est, nous le savons, très faiblement peuplé dans toute sa partie orientale, car le désert de laves (le Safa, vaste coulée volcanique dans le désert du Harra) limite le peuplement sédentaire. Compte tenu de ce vide, qui correspond à un peu moins de la moitié de la superficie totale de la province, sa partie peuplée – correspondant stricto sensu au territoire druze – se caractérise par une densité moyenne de 88 h/km2 en 2004, ce qui est une valeur élevée.

  • 3 Le pavage que nous utilisons dans notre cartographie ne correspond ni à des limites communales, ni (...)

8La figure 13b représente les densités de population par « entités territoriales3 » en 2004 (fig. 13b). Avec près de 1000 hab/km2, le « territoire urbain » de Sweida est le plus densément peuplé de tous ceux du Djebel. Suivent les territoires de la ville de Shahba et ceux des villages très proches de Sweida avec des densités élevées de plus de 200 hab/km2, signe de périurbanisation. Une zone densément peuplée (entre 100,1 et 200 hab/km2), supérieure à la moyenne régionale (88 hab/km2), fait la liaison entre Sweida et Shahba. Le secteur Sud apparaît peu densément peuplée par rapport au reste de la région (moins de 50 hab/km2 pour la grande majorité des « entités territoriales »), alors que, en 1927, la zone autour de Salkhad constituait une des zones les plus densément peuplées (fig. 13a). L’ensemble des marges orientales et septentrionales du Djebel sont également peu densément peuplées en 2004 (moins de 50 hab/km2).

9Par rapport aux autres montagnes refuges du Levant (Liban, Djebel Ansaryeh ou montagne alaouite), la densification du Djebel est plus tardive – elle s’est produite dans le courant du xxe siècle. D’après Dominique Chevallier (1971), la densité moyenne de la montagne libanaise dépassait les 60 hab/km2 dès la première moitié du xixe siècle ; celle de la montagne alaouite, selon Fabrice Balanche (2000 : 60), atteignait 50 hab/km2 en 1933, année d’un recensement. Avec 14 hab/km2 en 1927, la montagne druze apparaît donc très peu peuplée comparativement à la même époque.

  • 4 À titre de comparaison, la Grande et la Petite Kabylie enregistraient dès la fin du xixe siècle, de (...)

10Le Djebel est densément peuplé en 2004 pour une zone de montagne. Le phénomène de densification, résultant de l’augmentation de la population tout au long du xxe siècle, est donc indéniable. Faut-il y voir les conséquences du cantonnement des Druzes sur leur territoire ? Dans sa thèse sur la wilaya de Béjaïa (en Kabylie algérienne), J. Fontaine (1983) a montré comment l’accaparement des terrains de plaine par les colons français et la coupure culturelle avec la ville arabe avaient provoqué la densification des populations kabyles4, cantonnées dans leurs montagnes. Le même phénomène s’observe dans le Djebel : la densification y atteint des niveaux très élevés compte tenu des faibles ressources locales. Le cantonnement des Druzes dans leur montagne a provoqué l’accumulation de la population druze sur place, au cours du xxe siècle surtout.

3. La dynamique démographique dans le Djebel depuis la fin de la Première Guerre mondiale : une croissance modérée et irrégulière

11Plus que la répartition de la population dans le Djebel, la croissance démographique rend compte des mutations et des disparités spatiales qui s’opèrent au sein d’une région. Dans le Djebel, il est possible de repérer plusieurs phases de fort dynamisme démographique. Après les avoir identifiées, nous chercherons à établir les causes qui peuvent être à l’origine des fluctuations du taux de croissance démographique dans la province druze.

L’évolution de la population dans le Djebel au xxe siècle

  • 5 Wirth, 1971.
  • 6 Chevallier, 1971 : 55.

12Avant le Mandat français et la mise en place d’un système administratif centralisé, la population du Djebel était mal connue. Les seules estimations dont nous disposons sont celles, peu fiables, des voyageurs. Xavier de Planhol (1997 : 81) écrit à ce propos que « si certaines sources [les voyageurs, en l’occurrence] estiment les effectifs des Druzes du Hauran et du Djebel à 7 000 vers 18005, d’autres, pour le milieu du siècle, les évaluent à 3 500 personnes seulement6 (…) ». Norman Lewis (1987 : 80), citant H. Petermann (1860), indique pour sa part que la population du Djebel était d’environ 8 000 personnes dans les années 1850. Quant à Martin Hartmann (1899 : 62), il avance le chiffre très précis de 27 450 habitants pour la fin des années 1880. Cependant, nous ne savons pas d’où vient ce chiffre, s’il provient par exemple d’un recensement effectué par les Turcs.

13À partir des années 1920, les recensements réguliers effectués par la France puis par l’État syrien nous permettent de suivre régulièrement l’évolution de la population du Djebel. Même si ces recensements sont susceptibles de comporter des erreurs, faute de mieux, nous les utiliserons. Nous présentons, dans le tableau 2, la population totale dans le Djebel aux diverses années de recensements :

Tableau 2 : Évolution de la population du Djebel entre 1920 et 2004 (en nombre d’habitants)

Année de recensement

Population druze

Population chrétienne

Population sunnite

Population totale du Djebel

Part relative de la population druze (en % du total)

Taux de croissance annuel par période intercensitaire (en %)

1920

42 686

968

674

50 328

84, 8

indéterminé

1927

44 216

4 699

744

49 674

89, 0

- 0,18

1945

indéterminé

indéterminé

indéterminé

78 903

indéterminé

2,60

1960

indéterminé

indéterminé

indéterminé

95 719

indéterminé

1,30

1970

indéterminé

indéterminé

indéterminé

139 650

indéterminé

3,85

1981

indéterminé

indéterminé

indéterminé

199 114

indéterminé

3,28

1994

indéterminé

indéterminé

indéterminé

268 337

indéterminé

2,32

2004

indéterminé

indéterminé

indéterminé

313 231

indéterminé

1,56

Sources : Recensements de la population 1920, 1927, 1945, 1960, 1970, 1981, 1994, 2004 ; registres de l’état-civil 1947 (Nouss I., 1951)

14Au total, et malgré l’imprécision des statistiques, la population du Djebel est, durant tout le xxe siècle, en constante augmentation ; elle a été multipliée par plus de six en 84 ans. Sur la longue période (1920-2004), le taux de croissance n’est cependant pas très élevé : 2,20 % par an en moyenne. Ceci dit, pour les trois dernières décennies du xxe siècle, la tendance est claire : le taux annuel d’accroissement de la population est en baisse régulière, de 3,85 % pour la période 1960-1970 à seulement 1,56 % pour la période 1994-2004. Ce dernier taux est l’un des plus bas de Syrie, nettement inférieur, en tout cas, à la moyenne nationale (2,57 %).

15La courbe de l’évolution de la population à partir de 1920 montre bien les diverses phases de croissance (fig. 14). Nous avons représenté cette courbe en utilisant un papier semi-logarithmique. On obtient ainsi une impression visuelle conforme aux indications des variations relatives de la population, puisque ce sont les rythmes de croissance par période qui sont représentés. Ainsi, on peut aisément remarquer que ces rythmes d’accroissement varient beaucoup entre les périodes intercensitaires, mais on constate bien que, à partir de 1960, la courbe tend à prendre une forme convexe, preuve d’un sensible ralentissement du rythme de croissance.

Les causes d’une croissance démographique soutenue (1927-1946)

16Izzat Nouss (1951 : 88) qualifie les Druzes de groupe le plus dynamique du pays, démographiquement parlant, durant la période 1930-1946. Il précise que « les Druzes enregistrent la plus forte augmentation de toute la Syrie ». Pour expliquer le rythme soutenu de la croissance de la population du Djebel, il propose deux explications : « Il n’en demeure pas moins certain que les Druzes, tant par leur natalité que par l’afflux de leurs coreligionnaires vers le Djebel, ont le coefficient d’augmentation le plus élevé en Syrie » (p. 159). Selon Izzat Nouss, le dynamisme démographique particulier du Djebel serait donc avant tout dû à celui de la communauté druze. Le tableau 3 rend bien compte de cette dynamique différentielle entre les trois grandes communautés religieuses présentes dans le Djebel :

Tableau 3 : Accroissement théorique moyen (en %) selon les communautés confessionnelles dans les trois districts du Djebel Druze (1945-1947)

District

Druzes

Sunnites

Chrétiens

Sweida

5,38

1,76

1,63

Salkhad

2,77

-1,87

1,57

Shahba

5,06

1,10

0,78

Djebel Druze

4,42

0,30

1,41

Source : Registres de l’état-civil (Nouss, 1951)

17Ce tableau confirme le plus grand dynamisme des Druzes (79 112 individus en 1947) par rapport aux Chrétiens (7 756) et aux Sunnites (1 509). Izzat Nouss (1951 : 160) précise, au sujet de la population sunnite du Djebel, que « leur accroissement est diminué du fait de leur émigration dans les autres départements ». L’homogénéisation confessionnelle de la population du Djebel, qui s’observe sur le tableau 2, se poursuit donc bien après le xixe siècle et le début du xxe siècle, au-delà donc de 1927. Juste après l’indépendance syrienne, le Djebel est donc peuplé de 89,5 % de Druzes, de 8,8 % de Chrétiens et de 1,7 % de Sunnites.

Les causes du ralentissement précoce de la croissance démographique de la population du Djebel (1960-2004)

18Dans le Djebel, les taux annuels moyens d’accroissement démographique calculés sur les périodes intercensitaires, montrent d’abord une période de forte croissance : 3,85 % et 3,28 % entre 1960 et 1970 et entre 1970 et 1981. Ce taux fléchit ensuite durant la période 1981-1994 (2,32 %), et poursuit cet infléchissement par la suite (1,56 % entre 1994 et 2004). Cette évolution n’est pas qu’un simple décalque de celle de la population syrienne (tableau 4). Les taux dans le Djebel sont plus faibles que la moyenne syrienne : 2,32 % au lieu de 3,31 % entre 1981 et 1994 ; 1,56 % au lieu de 2,57 % entre 1994 et 2004. Quant à la province voisine du Hauran à majorité sunnite, elle conserve un fort dynamisme pendant ces deux périodes intercensitaires, et se situe assez nettement au-dessus de la moyenne nationale. Mais comment justifier un tel décrochage du taux de croissance dans le Djebel en comparaison avec le reste du pays ?

Tableau 4 : Taux de croissance moyens annuels (en %) dans le Djebel Druze, le Hauran et en Syrie entre 1960 et 2004

Période

1960-1970

1970-1981

1981-1994

1994-2004

Djebel Druze

3,85

3,28

2,32

1,56

Hauran

5,63

4,13

4,03

3,35

Syrie

3,28

3,34

3,31

2,57

Sources : Recensements 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

19En ce qui concerne la période post 1981, nous savons que le ralentissement de la croissance démographique n’a pas été provoqué par l’arrêt des flux migratoires en direction du Djebel, puisque ceux-ci avaient pris fin dès les années 1950. Nous ne pouvions alors, au commencement de nos recherches, que formuler l’hypothèse, soit d’une baisse du taux brut de natalité lié à une modification des comportements natalistes des Druzes, soit de l’établissement d’un fort courant d’exode qui aurait vidé le Djebel d’une partie de sa population à partir des années 1980. Plus probablement, il est possible que ces deux facteurs agissent ensemble.

20Lorsque l’on s’intéresse à la fécondité des femmes druzes à cette période, on découvre une rupture. Entre 1985 et 1990, le taux d’accroissement naturel est passé de 3,05 % à 2,05 % ; en 1993, il s’était effondré à 1,65 %. Cette baisse de la fécondité et des naissances se répercute directement sur celle du taux d’accroissement naturel moyen : celui-ci passe de 3 % sur la période 1981-1994 à 1,86 % sur la période 1994-2004. De son côté, la pyramide des âges, pour l’année 1994, est caractérisée par un rétrécissement de sa base que l’on ne retrouve ni sur celle de la population sunnite de la province de Deraa, ni sur celle de la population syrienne (fig. 15). Preuve que la classe d’âge 0-4 ans est moins nombreuse que celle des 5-9 ans, elle-même moins nombreuse que celle des 10-14 ans. Chez les Druzes, la baisse de la fécondité se serait donc enclenchée au milieu des années 1980, alors que, à l’échelle de la Syrie tout entière, elle ne se serait amorcée qu’une décennie plus tard. La communauté druze du Djebel n’a donc pas le même comportement démographique que le reste de la population syrienne ; il diffère également beaucoup de celui de la population sunnite voisine du Hauran.

21Enfin, et même si la question de l’émigration druze (en Syrie et à l’étranger) fera l’objet de développements ultérieurs plus conséquents, nous devons présenter à ce stade de l’analyse quelques éléments chiffrés sur ce phénomène dont les effets sur la démographie sont notables. La question principale est de savoir si les flux d’émigration au départ du Djebel (tant vers le reste de la Syrie qu’à l’étranger) ont augmenté dans les années 1980, ce qui expliquerait aussi, au moins en partie, le ralentissement de la croissance de la population régionale.

22Mais les données chiffrées sur l’exode rural et l’émigration internationale sont inexistantes. La seule technique classique, très approximative, pour estimer ces flux consiste à comparer le taux de croissance moyen annuel et le taux d’accroissement naturel moyen sur une même période. On peut en déduire soit un excédent, soit un déficit apparent. Ainsi, pour la période 1981-1994, la population druze de la province de Sweida enregistre un taux d’accroissement naturel moyen de 3 % alors que le taux de croissance démographique dans le Djebel n’est que de 2,32 % par an. Sur cette période, le solde migratoire est donc négatif. La tendance se confirme pour la période 1994-2004 avec un premier taux naturel de 1,86 % et un second (total) de 1,56 %, soit un prélèvement de plus de 16 %. On peut en conclure que la province est, globalement, une région de départ depuis les années 1980, étant entendu que jusqu’à présent le solde migratoire n’éponge pas le solde naturel.

4. Le dépeuplement presque systématique des villages chrétiens

23En suivant, au cours des dernières périodes intercensitaires, l’évolution des villages peuplés totalement par des Chrétiens, on note qu’une tendance générale au dépeuplement s’est amorcée à partir de 1945 (entre 1945 et 2004, le taux annuel moyen est négatif : - 0,36 %). Le tableau 5 montre que cette évolution caractérise de nombreux villages : Jbeb, Kharaba, Aslaha, Darah. A Sama, les effectifs n’ont commencé à baisser qu’après 1960 ; et la chute s’est poursuivie jusqu’en 2004. Toutefois, la plupart des autres villages amorcent une légère reprise après 1981 (cf. tableau 6) : c’est le cas de Jbeb et de Aslaha, avec un mouvement qui s’est poursuivi au-delà de 1994.

24Le cas de Darah est particulier : après avoir enregistré de fortes baisses, son effectif remonte brutalement à partir des années 1960 ; le taux de croissance se maintient à un niveau relativement élevé dans les années 1970 et 1990, de telle sorte que le village compte plus de 1200 habitants en 2004.

Tableau 5 : Population des villages chrétiens entre 1927 et 2004 (en nombre d’habitants)

1927

1945

1960

1970

1981

1994

2004

Jbeb

433

687

172

173

156

179

253

Kharaba

715

1 095

461

598

560

631

581

Aslaha

237

366

157

278

225

308

361

Darah

327

488

194

427

728

806

1243

Sama

457

646

712

400

316

224

213

Sources : Recensements 1927, 1945, 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

Tableau 6 : Taux de croissance moyens annuels (en %) des villages chrétiens entre 1927 et 2004

1927-1945

1945-1960

1960-1970

1970-1981

1981-1994

1994-2004

Jbeb

2,60

- 8,82

0,06

- 0,94

1,06

3,52

Kharaba

2,40

- 5,60

2,64

- 0,60

0,92

- 0,82

Aslaha

2,44

- 5,49

5,88

- 1,90

2,44

1,60

Darah

2,25

- 5,96

8,21

4,97

0,79

4,43

Sama

1,94

0,65

- 5,60

- 2,12

- 2,61

- 0,50

Sources : Recensements 1927, 1945, 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

25L’exode rural et l’émigration à l’étranger constituent probablement les principaux facteurs d’explication de cette forte décroissance de la population de ces villages chrétiens. Pour Darah, nous n’avons pas d’explication à la reprise spectaculaire de la croissance du village.

26En tout état de cause, cette diminution à peu près générale de la population chrétienne dans le Djebel, y compris dans les localités peuplées quasi uniquement par cette minorité, contribue à renforcer la prédominance de la communauté druze dans la province et à faire de cette montagne le foyer d’une seule communauté.

B - La montagne druze et la plaine sunnite du Hauran : des rythmes d'urbanisation très différenciés

27En réunissant ensemble 6,3 % de la population sur 5 % du territoire national, les deux mohafaza-s du Sud de la Syrie s’avèrent certes de petite taille, mais sont densément peuplées. Avec près de 88 h/km2 en 2004, la montagne est moins densément peuplée que la plaine du Hauran (221 h/km2). Il n’en reste pas moins que le Djebel demeure très peuplé pour une montagne sèche, limitrophe du désert.

  • 7 D. Pumain (2003 : 101) définit le processus d’urbanisation comme : « la transformation d’un peuplem (...)

28Les provinces de Sweida et de Deraa sont des espaces encore essentiellement ruraux, même si l’urbanisation7 y progresse rapidement, particulièrement dans le Hauran. Avec 69 % de sa population qui réside en milieu rural (province de Sweida) et 62 % pour celle de Deraa en 2004, le Sud de la Syrie se situe largement au-dessus de la moyenne nationale (rurale à 49 % en 2004). La différence de dynamisme entre la population urbaine d’une montagne druze en progression lente et celle du Hauran en pleine explosion semble indiquer des comportements différents entre les deux principales communautés qui composent la Syrie méridionale.

1. Un dispositif urbain squelettique et un rythme d’urbanisation lent dans le Djebel

  • 8 C’est une province dans laquelle la population vit dans de nombreux villages (124 au total) et où l (...)

29Le Djebel est peu urbanisé (volume total de population urbaine et nombre de villes8) – fig. 16. Son chef-lieu, Sweida, accapare de ce fait une part importante de la population urbaine. Les autres centres sont exclusivement des petites villes ou des bourgs, souvent mal dégagés du rural et dont l’urbanité (toute relative) doit tout à l’État.

30La répartition spatiale des villes dans le Sud est déséquilibrée en faveur de la province de Deraa. Celle de Sweida ne compte que trois villes alors que Deraa en localise huit (fig. 16). Dans le Djebel, seule Sweida (presque 75 000 habitants en 2004), le chef-lieu de la province, est une ville moyenne. L’armature urbaine est complétée par deux petites villes chefs-lieux de mantiqa, Shahba et Salkhad, peuplées respectivement de 13 660 et de 9 155 habitants en 2004. Elles ne doivent leur statut de ville qu’à leur promotion administrative, puisque, en Syrie, un seuil démographique minimal (20 000 habitants) est en principe requis pour qu’une agglomération soit considérée comme urbaine. Toutefois, les chefs-lieux de mohafaza et de mantiqa ont le statut de ville même si leur population est inférieure à ce seuil.

31Il est sûr que la définition de l’urbain adoptée en Syrie pose problème au géographe. Outre l’arbitraire du seuil des 20 000 habitants, elle ne tient en effet compte ni de la structure de la population active, ni des équipements présents, ni de critères plus sociologiques comme la citadinité par exemple. Compte tenu de cette définition officielle, en pourcentage de la population totale, la population urbaine de la région de Sweida a peu progressé entre 1960 et 2004 : de 25,37 % à 31,15 %. Le nombre de centres urbains est resté inchangé et l’armature urbaine du Djebel demeure embryonnaire. Dans le même temps, le taux d’urbanisation de la Syrie passait de 37 % à plus de 51 %.

La statistique syrienne minimise la population urbaine

32À Sweida, l’étalement de la ville a rattrapé, dans les années 1960-1970, cinq villages situés, au début du xxe siècle, à quelques kilomètres de l’ancienne capitale druze. La ville-centre et les villages de Atheel, Walgha, Msad, Rsas et de Raha constituent aujourd’hui une agglomération (fig. 17).

33Phénomène classique dans la périphérie des villes, l’émergence de communes péri-urbaines ne permet plus de se satisfaire de la définition administrative de l’urbain proposée par la statistique syrienne. Les « villages » dorénavant agglomérés à Sweida sont peuplés d’habitants qui travaillent en ville et leur physionomie ne ressemble en rien à des villages ruraux. En se référant à la seule statistique syrienne, nous sommes en présence d’une agglomération urbaine dont, statistiquement et officiellement, une partie de la population est urbaine et l’autre rurale. Pour nous le fait urbain réel ne correspond plus à la définition. En conséquence de quoi, nous avons décidé de calculer pour cette agglomération une population urbaine rectifiée, qui découle de nos calculs et n’est pas reconnue de la statistique officielle.

34Nous procéderons donc au basculement de ces cinq villages de la catégorie « rural » à la catégorie « urbain ». Dans cette nouvelle acception, Sweida-agglomération compte 92 944 habitants en 2004 (tableau 7). Comme l’agglomération n’était pas encore constituée en 1960, nous n’avons pas indiqué de chiffre de population pour ce recensement et ceux antérieurs. Compte tenu de cette modification, le taux d’urbanisation du Djebel passe pour l’année 2004 de 31,15 % à 37, 4 %.

Tableau 7 : Evolution de la population des localités de l’agglomération de Sweida entre 1945 et 2004

1945

1960

1970

1981

1994

2004

Sweida

7 065

18 154

29 524

43 414

57 645

73 641

Walgha

367

409

523

1 146

1 803

1 482

1945

1960

1970

1981

1994

2004

Msad

547

547

735

792

3 810

4 585

Rsas

471

696

1 020

1 584

2 676

3 332

Raha

752

1 199

1 617

2 663

4 655

5 711

Atheel

789

1 212

1 655

2 396

3 679

4 193

Agglomération

-

-

35 074

51 995

74 268

92 944

Sources : Recensements de la population 1945, 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

35Entre 1981 et 1994, l’agglomération croît à un rythme de 2,78 % au lieu initialement de 2,20 % pour Sweida seule (tableau 8). Les taux de croissance rectifiés figurent à la dernière ligne du tableau. La différence entre ces taux et ceux de la commune de Sweida seule indique que la croissance résulte principalement des localités périphériques de l’agglomération ; c’est là que les migrants issus des campagnes de la province s’installent prioritairement, car les prix du foncier y sont moindres que dans le centre-ville. Entre 1994 et 2004, les localités périphériques ne sont plus les moteurs de la croissance de l’agglomération ; la ville de Sweida redevient attractive.

Tableau 8 : Évolution des taux de croissance moyens annuels (en %) des villes du Djebel et de l’agglomération de Sweida entre 1945 et 2004 (par période intercensitaire)

Ville

1945-1960

1960-1970

1970-1981

1981-1994

1994-2004

Sweida (commune seule)

6,49

4,98

3,57

2,20

2,48

Shahba

3,37

4,99

5,15

2,79

2,46

Salkhad

1,00

3,22

2,80

1,89

1,03

Agglomération de Sweida

-

-

3,64

2,78

2,27

Sources : Recensements de la population 1945, 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

36En tenant compte de ce changement de définition, nous pouvons maintenant recalculer les taux d’accroissement annuels des populations urbaines et rurales rectifiées dans le Djebel (tableau 9 & fig. 18).

Tableau 9 : Évolution des taux de croissance rectifiés (en %) des populations rurales et urbaines dans le Djebel entre 1927 et 2004

  • 9 À partir de 1970.
  • 10 À partir de 1970 également.

1927-
1945

1945-
1960

1960-
1970

1970-
1981

1981-
1994

1994-
2004

Urbain rectifié9

2,41

5,00

6,16

3,71

2,70

1,85

Rural rectifié10

2,65

0,01

3,46

2,95

2,28

1,57

Sources : Recensements de la population 1927, 1945, 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

37Sur cette nouvelle base, la population urbaine du Djebel ne croît que légèrement plus vite que la population rurale sur la seconde partie de la période, alors que, au cours de la période précédente, l’écart était plus grand. Ceci pourrait vérifier que l’exode rural, particulièrement fort entre 1945 et 1960, s’est ralenti à partir des années 1960. La figure 18 permet donc de visualiser le caractère soudain et limité dans le temps de l’exode rural, bien marqué pour la période postérieure à l’indépendance syrienne (fig. 18). Il fléchit déjà sur la période suivante (1960-1970), compte tenu de la remontée du taux de croissance de la population rurale à un niveau élevé (3,46 %). Au-delà de 1970, le ralentissement général du rythme de croissance de la population urbaine est régulier. Le taux qui le mesure tend à se rapprocher progressivement de celui de la population rurale, tous les deux inscrits dans une même tendance à la baisse.

Les causes de l’atrophie urbaine du Djebel

38Le faible dynamisme des villes druzes et la médiocrité de l’armature urbaine régionale (fig. 16 & fig. 19) peuvent s’expliquer, selon nous, par la présence de la communauté druze dans cette province. Elle est à l’origine d’une quasi-absence d’immigration dans la province druze.

  • 11 Le taux moyen est de 3,65 % pour l’ensemble des chefs-lieux de mohafaza de Syrie (capitale exceptée (...)

39La comparaison du taux de croissance de Sweida avec ceux des autres chefs-lieux de province de Syrie fournit en effet une indication qui tend à pointer l’implication du particularisme régional dans la lente progression du phénomène urbain dans le Djebel. Comme l’a souligné Jean-Claude David (1995), la dynamique de la croissance urbaine de Sweida est, depuis le recensement de 1970, parmi les plus faibles de Syrie : entre le recensement de 1970 et celui de 1981, le taux moyen d’accroissement annuel des petites et moyennes villes syriennes se situe entre 5 et 8 %, alors que Sweida plafonne à 3,57 %. La tendance est confirmée entre 1981 et 1994 où le taux de croissance de Sweida est de 2,20 %, soit le plus bas d’entre les chefs-lieux de province de tout le pays11 (Damas intra-muros exceptée).

40L’homogénéité communautaire du Djebel est un cas unique de concentration confessionnelle en Syrie. L’appropriation de cet espace par les Druzes en fait, à première vue, un lieu « fermé » et, donc, certainement peu fréquenté par les Sunnites. Il est ainsi probable que Sweida n’exerce qu’une attraction quasi-nulle sur ces populations extérieures.

  • 12 Cet auteur a fondé son analyse à partir de sources statistiques officielles : les résultats du rece (...)

41L’origine des immigrants dans la province est actuellement difficile à déterminer avec précision. La seule source est ancienne, mais, selon nous, elle conserve sa valeur aujourd’hui. Dans un ouvrage intitulé Les champs migratoires internes en Syrie, publié en 1979, Philippe Fargues montre combien les flux migratoires en direction du Djebel et en provenance des autres provinces syriennes sont restreints12. En fin de compte, c’est à peine 4 % des immigrants qui proviennent des onze autres provinces syriennes, soit quelques dizaines de personnes en 1970. Le reste, soit l’écrasante majorité des immigrants, est composé de déplacements internes à la province ou de migrants druzes qui reviennent de l’étranger ou de Damas.

42Ainsi, l’immigration de population non druze dans la province de Sweida est-elle extrêmement faible. Elle concerne surtout des fonctionnaires nommés ainsi que leur famille (tous non Druzes). Durant les nombreuses années passées à Sweida et dans le Djebel (entre 1997 et 2005), nous n’avons pour ainsi dire jamais rencontré de résidants qui n’étaient pas originaires de la province. Les seuls « étrangers » sont des administrateurs de haut niveau, des hauts fonctionnaires, des techniciens spécialisés et des membres des services de sécurité. Quelques commerçants non originaires du Djebel se sont aussi installés à Shahba et, plus rarement, à Sweida, mais, démographiquement parlant, ils ne pèsent guère.

43De ce fait, comme le territoire communautaire fonctionne en vase clos, seul le réservoir démographique de la communauté druze alimente la croissance de la population urbaine régionale. Nous savons de plus que le rythme d’accroissement démographique de la communauté est assez lent, depuis la décennie 1980, par rapport au reste de la population du pays. À cela s’ajoute, comme nous le verrons dans le chapitre suivant, la place dominante de Damas dans l’exode rural des Druzes et le fait que depuis les années 1980, les Druzes émigrent massivement à l’étranger. L’ensemble de ces facteurs réunis favorise donc une croissance lente de la population urbaine de cette province.

Les causes politiques de l’exode rural précoce en « pays druze »

44Déclenchement précoce de l’exode rural et atrophie urbaine sont des spécificités propres à la montagne druze. Comment peut-on les expliquer ?

  • 13 P. Fargues (1979 : 42) note : « C’est seulement au cours des années 60 que cette remontée [du taux (...)

45Le décalage (anticipé) d’environ deux décennies de l’exode rural dans le Djebel par rapport au reste du pays est un phénomène propre à cette province. En Syrie, en effet, son démarrage s’est produit au tournant des années 1960, comme Philippe Fargues ou Mouna L. Samman l’ont signalé13.

  • 14 Au sujet du clivage politique entre les Turchân (les Attrach et leur clientèle) et les Sha’biya – l (...)
  • 15 « En 1953, l’économie du Djebel n’était pas en déclin relatif par rapport au reste de la Syrie mais (...)

46On peut raisonnablement penser que cette précocité résulte d’une situation politique particulière qui a mis aux prises la communauté druze du Djebel et le gouvernement de Damas qui cherchait à s’imposer dans cette marge au lendemain de l’indépendance ; un pouvoir central qui désirait, surtout, anéantir le pouvoir de la puissante famille Attrach. La guerre civile14 et l’oppression communautaire qui a régné à cette époque (1946-1954) dans le Djebel Druze étaient le résultat de cette politique qui eut comme conséquence la mise à mal de l’économie rurale de la province15 : le Djebel était exsangue et la paysannerie appauvrie par la lourde taxation et la concurrence des nouvelles régions agricoles en développement qui, dorénavant, fournissaient à un bas prix les grandes villes en grain au détriment des paysans du Sud.

  • 16 Une distribution de blé fut organisée par l’agence britannique MIRA précise J. Landis (1998 : 382).

47La politique anti-druze du pouvoir central et l’essor économique syrien, qui marginalisèrent alors le Djebel, eurent des effets désastreux sur la province. En outre, lors de la sécheresse de 1946-1947, qui sévit à la même époque que la guerre civile inter-druze, les récoltes furent anéanties et seule l’intervention étrangère sauva les Druzes de la famine16. Le bombardement de plusieurs bourgs druzes, dont la ville de Sweida, en janvier 1954 par l’armée de Chichakli n’améliora pas la situation. Joshua Landis (1998 : 384-385) conclut ainsi :

  • 17 Précisons cependant que les seuls centres urbains d’installation des ruraux druzes sont Sweida et D (...)

« Beaucoup de fermiers druzes, incapables de rivaliser dans d’aussi hostiles circonstances, furent forcés de quitter leurs terres pour les centres urbains de Syrie (…) »17.

48Les événements dramatiques qui frappèrent la communauté druze du Djebel au lendemain de l’Indépendance expliquent sans nul doute le déclenchement précoce de l’exode rural, mais aussi celui de l’accélération de l’émigration druze vers l’étranger. Ainsi, la transformation autoritaire de la région du Djebel Druze en une marge écrasée du territoire syrien imposa-t-elle son ouverture forcée en termes d’émigration.

2. La rapide urbanisation du Hauran

  • 18 Sanamein a été promue chef-lieu de mantiqa entre le recensement de 1981 et celui de 1994. Nous ne c (...)

49En comparaison de celle de la province de Sweida, l’urbanisation dans la mohafaza de Deraa s’effectue à un rythme rapide. Le taux d’urbanisation est ainsi passé de 14, 6 % en 1960 à 38,2 % en 1994, pour poursuivre son ascension en 2004 (45 %). Entre les deux premières dates, le nombre de centres urbains a progressé de deux à huit ; en 2004, on dénombrait onze ville dans la province (tableau 10) : trois doivent leur statut urbain à leur place dans la hiérarchie administrative (Deraa, Ezraa et Sanamein18) et huit à leur taille supérieure à 20 000 habitants (Nawa, Dael, Jasem, Tafas, Inkhel, Bosra as-Cham, Harak, Cheikh Meskin). Nous avons intégré Bosra as-Cham dans les localités urbaines car sa taille (19 683 habitants) était déjà, en 2004, à la limite du seuil des 20 000 habitants. Cinq villes ont atteint ce seuil dans le courant des années 1980, ce qui explique le doublement de la part de la population urbaine dans la population totale de la province entre 1981 et 1994.

  • 19 Nous avons fait figurer en italique les populations des centres avant qu’ils ne soient urbains.

Tableau 10 : Évolution de la population urbaine dans le Hauran19

1960

1970

1981

1994

2004

Deraa

17 284

27 651

49 534

75 586

97 969

Ezraa

2 901

5 542

7 510

16 190

19 158

Sanamein

3574

6090

10 779

22 204

26 268

Nawa

8 115

13 876

309 20

34 830

47 066

Dael

4 480

7 735

12 634

21 277

29 408

Jasem

4 542

7 657

11 884

21 938

31 683

Tafas

5 070

8 633

11 561

20 813

32 236

Inkhel

3 946

5 104

9 922

19 207

31 258

Cheikh Meskin

3 769

6 946

10 366

18 807

24 057

Harak

1 566

3 285

6 491

13 881

20 760

Bosra as-Cham

4 523

6 094

9 222

14 430

19 683

Pop. urbaine

20 185

33 193

77 353

232 045

379 546

Pop. rurale

118 304

199 288

285 616

374 575

463 962

Total province

138 489

232 481

362 969

606 620

843 478

Taux d’urbanisation (en %)

14,57

14,28

21,31

38,25

45

Sources : Recensements de la population 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

50Dans les années 2000, l’armature urbaine (fig. 16) est, dans la plaine, beaucoup plus étoffée que dans la montagne druze et la plupart des centres urbains s’y développent plus rapidement. L’urbanisation dans le Hauran progresse très rapidement, surtout entre 1970 et 1994 (tableau 11). Cet essor est particulièrement remarquable dans les années 1980-début 1990 (fig. 19). Entre 1981 et 1994, seule Deraa enregistre un taux d’accroissement moyen annuel inférieur à 4 %, mais elle n’en est pas moins encore plus largement dynamique que les villes druzes. Toutes les autres villes du Hauran enregistrent un fort accroissement de leur population (supérieur à 4 voire 5 % par an).

51Le caractère explosif du processus urbain distingue structurellement cette région du Djebel Druze (fig. 21). Mais c’est évidemment le passage de cinq localités du statut de « bourg rural » à celui de « ville » durant la période inter-censitaire 1981-1994, puis de trois autres localités à ce statut pendant la période suivante – 1994-2004 – qui a dopé les statistiques et assez peu l’exode rural ; ainsi l’ampleur de ce changement de catégorie indique surtout que les buldân-s de la plaine sunnite sont plus nombreux et nettement plus peuplés que ceux de la montagne (fig. 16). Par ailleurs, la dynamique urbaine doit beaucoup à la forte natalité de la population du Hauran (à plus de 90 % sunnite), responsable d’un taux d’accroissement naturel qui avoisine les 3,50 % en 1994. Ce comportement nataliste permet de comprendre que les bourgs ruraux du Hauran atteignent plus rapidement que leurs homologues du Djebel, le seuil des 20 000 habitants (fig. 20). La différence de comportement démographique entre la population sunnite du Hauran et la population druze du Djebel exprime donc certaines spécificités communautaires, comme nous l’avions d’ailleurs déjà noté précédemment.

Tableau 11 : Évolution des taux de croissance moyens annuels (en %) des populations rurales et urbaines dans le Hauran entre 1960 et 2004

1960-1970

1970-1981

1981-1994

1994-2004

Urbain

5,10

7,99

8,81

5,04

Rural

5,35

3,32

2,11

2,16

Hauran (ensemble)

5,63

4,13

4,03

3,35

Syrie

3,28

3,34

3,31

2,57

Sources : Recensements de la population 1960, 1970, 1981, 1994, 2004

  • 20 Contre 10,4 % dans la province de Sweida.
  • 21 À l’inverse, dans le Djebel, les buldân-s croissent à un rythme de 0,34 %, soit largement en-dessou (...)

52La figure 16 permet de visualiser les buldân-s du Hauran en 2004 (fig. 16). Ils sont au nombre de dix-sept. Leur population totale représente 200 539 habitants soit 24 % de la population de la province20. Sept sont des chefs-lieux de nahia. Parmi eux, seuls Mismiyeh (1 498 habitants en 2004) et Chajara (6 567 habitants en 2004) ont des effectifs de population comparables aux chefs-lieux de nahia du Djebel. Les cinq autres dépassent largement les 10 000 habitants. Dix autres bourgs franchissent aussi ce seuil, sans être pour autant des chefs-lieux de nahia (Sayda, Gharieh as-Sharqiyeh, Gharieh as-Gharbiyeh, Mzerib, Al-Kark, Al-Harra, Kafr Shams, Mahaja, Ibtaa et Bosra el-Harir). Globalement, entre 1994 et 2004, les buldân-s du Hauran croissent à un rythme moyen soutenu de 4,6 % par an, qui est supérieur au taux de croissance moyen annuel de la province sur la même période (3,35 %)21.

  • 22 En effet, l’exode rural des populations du Hauran a surtout profité à Damas. Cf. : infra, chapitre (...)

53Dans le Hauran, l’exode rural fut moins intense que dans la montagne druze. Même si nous ne possédons pas de données antérieures à 1960 pour estimer les flux de la période 1945-1960 – c’est-à-dire celle durant laquelle l’exode rural s’est produit dans le Djebel –, nous disposons d’indices permettant de penser qu’il n’a joué qu’un rôle marginal, par exemple dans la dynamique urbaine de Deraa22. Pour l’heure, on s’en tiendra à constater que les taux de croissance mesurés en milieu rural sont si élevés (5,35 % et 3,32 % pour les périodes 1960-1970 et 1970-1981), qu’ils sont incompatibles avec un prélèvement notable de population par l’exode rural (fig. 21). Il est par contre probable que, au cours de la période suivante (1981-2004), un transfert de population rurale vers le milieu urbain ait eu lieu. En effet, alors que le taux d’accroissement naturel est de l’ordre de 3,50 % en 1994, le rythme d’évolution de la population rurale s’est effondré à 2,11 % entre 1981 et 1994. Un prélèvement de 40 % du croît naturel de la population rurale s’est produit, que l’on retrouve peut-être en partie dans la croissance particulièrement élevée de la population urbaine (8,81 %). Vu que sur cette période, le taux de croissance moyen annuel de la province reste haut (4,03 %, soit légèrement supérieur au taux d’accroissement naturel), nous pouvons supposer que le transfert de population s’est réalisé en grande partie à l’intérieur du Hauran. Sur la période 1994-2004, le taux de croissance en milieu rural est toujours en dessous de celui de la moyenne régionale, alors que celui en milieu urbain lui est bien supérieur, indiquant que le processus d’urbanisation dans le Hauran n’a pas encore achevé son cycle particulièrement dynamique, lié à la conjonction de plusieurs facteurs (fort accroissement naturel, exode rural peu intense, passage simultané de plusieurs bourgs au rang de ville).

*

54Au terme de cette analyse, nous pouvons constater plusieurs différences majeures entre la plaine sunnite et la montagne druze. D’abord, les rythmes de croissance démographique diffèrent grandement entre les deux régions, ce qui s’explique par des différences de comportement en matière de natalité. Ensuite, l’émigration vers l’extérieur du Hauran apparaît comme assez modérée, alors que le Djebel est largement touché par ce phénomène. Enfin, le décalage dans le temps du mouvement de l’exode rural entre les deux provinces, que près de deux décennies séparent, puisque la répression des Druzes après l’indépendance syrienne a favorisé son déclenchement.

55L’analyse de la répartition et de l’évolution de la population du Djebel a donc mis à jour des spécificités notables qui tiennent assez largement à un certain repli sur soi et sur son territoire.

56La densification du peuplement druze dans la montagne atteste de cet ancrage territorial. Le réduit communautaire tend à se renforcer, du moins sur la période 1927-1981, à la fois grâce à l’augmentation de la population druze et du fait de l’émigration des membres des autres confessions. Sur le plan de l’organisation spatiale, on a vu émerger plus particulièrement un secteur bien déterminé du Djebel, dans lequel se concentre la population. Il s’agit du secteur Centre-Ouest de la montagne (flanc occidental du massif), composé de la ville de Sweida et des localités environnantes, qui semble se développer au détriment des marges septentrionales, orientales et surtout méridionales du Djebel qui ont des difficultés pour retenir une population druze de plus en plus tentée par l’émigration, au sein même de la Syrie ou à l’étranger.

57Ainsi, le faible rythme de croissance de la population régionale à partir des années 1980, témoigne des conditions économiques et politiques particulières de la province, ainsi que d’une faible natalité, traits que l’on ne retrouve pas dans le Hauran. La chute du rythme de la croissance démographique régionale est imputable aussi à une forte émigration de la population druze du Djebel et au fait que le Djebel constitue, en soi, un frein à l’immigration de populations non originaires de la région et non druzes.

Le village groupé d’Abuzreiq, 1999

Cyril Roussel

Notes

1 Nous avons divisé la province en quatre sous-espaces pour nous permettre d’effectuer des comparaisons statistiques.

2 30 801 habitants en 1945 dans ce secteur contre 47 400 habitants en 1960.

3 Le pavage que nous utilisons dans notre cartographie ne correspond ni à des limites communales, ni à des limites administratives d’un niveau quelconque, mais à des « appropriations » et des mises en valeur villageoises (« territoires villageois » ou « terroirs villageois ») et, dans le cas des villes, à des espaces construits qui englobent les terres exploitées par les habitants (« territoires » urbains).

4 À titre de comparaison, la Grande et la Petite Kabylie enregistraient dès la fin du xixe siècle, des niveaux de densité élevés : entre 80 et 100 hab/km2 et parfois plus de 150 hab/km2 dans certaines zones (Côte, 1988).

5 Wirth, 1971.

6 Chevallier, 1971 : 55.

7 D. Pumain (2003 : 101) définit le processus d’urbanisation comme : « la transformation d’un peuplement rural, fait de villages (…) en un peuplement urbain, concentré et hiérarchisé, formé de villes, qui sont des agrégats de population dense (…) ».

8 C’est une province dans laquelle la population vit dans de nombreux villages (124 au total) et où les villes sont rares (3).

9 À partir de 1970.

10 À partir de 1970 également.

11 Le taux moyen est de 3,65 % pour l’ensemble des chefs-lieux de mohafaza de Syrie (capitale exceptée).

12 Cet auteur a fondé son analyse à partir de sources statistiques officielles : les résultats du recensement de 1970, dernier recensement à avoir pris en compte les migrations internes.

13 P. Fargues (1979 : 42) note : « C’est seulement au cours des années 60 que cette remontée [du taux d’urbanisation] est devenue spectaculaire, sous l’effet de l’accélération des migrations issues des campagnes ». L’exode rural syrien est également largement traité dans la thèse de M. L. Samman (1977).

14 Au sujet du clivage politique entre les Turchân (les Attrach et leur clientèle) et les Sha’biya – les populistes – (les Abou Assali et leurs partisans), A. et L. Chabry (1984 : 209) écrivent : « La famille Abû Asalî avait regroupé autour d’elle le camp opposé aux Turshân et bénéficiait du soutien du gouvernement. Les deux tendances s’affrontèrent en 1947 dans une véritable guerre civile dont Sultân al-Atrash sortit militairement vainqueur ». Les « populistes » étaient les alliés du gouvernement de Damas, tandis que la famille Attrach était soutenue par sa clientèle du Sud du pays druze et par le royaume hachémite de Jordanie.

15 « En 1953, l’économie du Djebel n’était pas en déclin relatif par rapport au reste de la Syrie mais en déclin absolu » note J. Landis (1998 : 384).

16 Une distribution de blé fut organisée par l’agence britannique MIRA précise J. Landis (1998 : 382).

17 Précisons cependant que les seuls centres urbains d’installation des ruraux druzes sont Sweida et Damas.

18 Sanamein a été promue chef-lieu de mantiqa entre le recensement de 1981 et celui de 1994. Nous ne connaissons pas la date exacte.

19 Nous avons fait figurer en italique les populations des centres avant qu’ils ne soient urbains.

20 Contre 10,4 % dans la province de Sweida.

21 À l’inverse, dans le Djebel, les buldân-s croissent à un rythme de 0,34 %, soit largement en-dessous du taux de croissance moyen de la province (1,56 %).

22 En effet, l’exode rural des populations du Hauran a surtout profité à Damas. Cf. : infra, chapitre suivant.

Table des illustrations

Légende Le village groupé d’Abuzreiq, 1999
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable