Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Première partie - De la montagne-refuge à la province de Sweida

Chapitre 3. De l’État national druze à la mohafaza de Sweida

Texte intégral

1L’espace de déploiement du peuplement druze a servi de base à l’édification d’un territoire. Ainsi l’existence d’un tel territoire, produit d’une communauté, n’est certainement pas sans conséquences sur son imbrication dans l’entité nationale en formation à la fin de la Première Guerre mondiale. La France, puissance coloniale qui obtint un Mandat de la Société des Nations sur la Syrie à cette époque, s’en sert, en « offrant » aux Druzes du Djebel l’opportunité de constituer un État communautaire, comme d’un outil de pénétration dans une région plutôt favorable aux thèses nationalistes. Il nous semble cependant évident que cet épisode n’a pas eu les effets escomptés. Plutôt que de renforcer l’autonomisme druze, l’intrusion de la France dans les affaires internes de la communauté semble avoir produit un effet inverse : la Révolte des Druzes contre la France a surtout jeté les bases d’une intégration politique et idéologique du Djebel à la Syrie, des Druzes à la Nation syrienne.

2Mais intégration politique ne veut pas dire dissolution du particularisme communautaire et du territoire druze dans l’État syrien en formation. D’ailleurs, la composante communautaire et la structuration territoriale du Djebel ont certainement joué un rôle important dans son mode de gestion politique par les États successifs dans lesquels il s’insère. En analysant l’évolution du maillage administratif dans le Sud syrien, nous pensons pouvoir vérifier si, oui ou non, l’intégrité du territoire druze a été respectée et comment ce dernier a été traité par les divers pouvoirs centraux qui se sont succédés en Syrie depuis la fin de l’époque ottomane.

A. L'État du Djebel Druze : la politique coloniale de la France en territoire druze

3La création par la France – puissance mandataire dans la région après la Première Guerre mondiale – d’un État druze au Sud de la Syrie entre 1921 et 1936 aurait pu constituer un couronnement dans le processus de construction territoriale sur lequel nous venons de nous attarder. Cependant, l’héritage de ce qui demeure à ce jour le premier et dernier État druze de l’histoire en Syrie, est insignifiant. Il n’en reste que peu de traces dans la mémoire collective, si ce n’est pour valoriser la résistance des Attrach face à une œuvre qui reste avant tout attachée à la domination coloniale. Il semblerait que le discours dominant, aujourd’hui, au sein de la communauté druze du Djebel – un discours rendu plus ou moins officiel par la politique nationaliste du régime baassiste actuel – exprime plutôt un consensus qui tendrait à valoriser la résistance druze, volontiers intégrée dans le mouvement nationaliste anti-colonial, au détriment d’une quelconque mise en valeur symbolique de l’État druze communautaire. Aurait-on fait en sorte de bannir des esprits cette construction étatique politico-communautaire sous prétexte qu’elle a été pervertie par l’intervention volontariste du pouvoir colonial ?

1. Un État druze au service des logiques politiques coloniales

  • 1 Entre 1920 et 1946, les troupes françaises furent envoyées en Syrie et au Liban pour assurer le Man (...)

4Pendant la Première Guerre mondiale, la France négocie secrètement avec l’Angleterre son contrôle sur une vaste zone au Nord de l’Arabie : elle y tracera rapidement des nouvelles frontières. Mais au début des années 1920, les frontières dessinées par les États Majors de l’Armée française servent exclusivement les visées coloniales de la France : le découpage de la Syrie en mini-États (fig. 8b) considérés comme relativement homogènes du point de vue confessionnel, est le résultat de la politique coloniale française qui vise à établir son contrôle sur des populations plutôt hostiles à sa présence. Mais, bien plus que d’un simple contrôle territorial, il s’agissait de créer un système d’allégeance à visée géopolitique. En s’appuyant sur les communautés confessionnelles, la France espérait maintenir sous éteignoir les aspirations nationalistes arabes et marginaliser, en l’isolant, la population sunnite, naturellement acquise à la cause indépendantiste de l’émir Faysal. Le colonel G. Catroux (1958), chargé de l’action politique et administrative du Mandat, note dans ses mémoires qu’un « climat de déception et de désaveu »régnait alors à Damas à l’arrivée des troupes françaises en Syrie1. Lenka Bokova (1990 : 95) remarque, à propos de Catroux :

« Il ne reste à Catroux, cet homme téméraire, que deux problèmes similaires à résoudre : celui des Bédouins et celui des Druzes “qui, à la faveur des particularités de leurs zones d’habitat, échappaient traditionnellement à l’autorité installée à Damas, et qu’il importait de rallier au Mandat”. Quant au Djebel, il fallait de l’avis de Catroux, le rendre “étanche aux machinations de l’extérieur (Transjordanie) en ralliant ses populations à notre autorité (…)”. Pour ce faire, Catroux fonda le ralliement visé sur “l’assouvissement des appétits et des passions des chefs et sur la consécration des tendances individualistes de leur communauté” ».

  • 2 Ce traité, signé entre les représentants du Mandat français et les principaux chefs de familles dru (...)

5Détaché de l’État de Syrie lors du traité du 4 mars 19212, l’État du Djebel Druze est le résultat du dessein politique de la puissance coloniale. Dans ses mémoires, le colonel Catroux (1958) avoue d’ailleurs sans détour cette finalité politique :

« […] le point important était de poser et de faire admettre des principes qui sauvegardassent à la fois nos droits de mandataires et les aspirations des Druzes. Il s’agissait de nous procurer un instrument qui légitimât en quelque sorte notre intervention dans le pays et les affaires druzes (…) ».

6Après la bataille de Maysaloun qui marque le début du Mandat et la fuite de Faysal, la Syrie fut donc « dépecée ». La victoire française fut suivie par la création, entre 1920 et 1921, de cinq États qui assuraient tous la prédominance d’une communauté sur les autres : un Liban « chrétien » dominé par les Maronites, protégés des Français depuis le xixe siècle ; un État alaouite ; un État druze, le plus homogène du point de vue confessionnel, mais également le moins peuplé ; et deux États à population très majoritairement sunnite (État de Damas et État d’Alep). Ces deux derniers fusionnèrent en 1925 (fig. 8b).

  • 3 Lenka Bokova (1990 : 97 et 104) note : « Aussi les chefs signataires, poussés par le maintien de qu (...)

7L’État du Djebel Druze procède donc d’une intervention extérieure : comme son nom, ses frontières politiques résultent d’une décision étrangère, mais il ne s’agit en aucun cas d’une création artificielle sans fondements objectifs. En effet, le pays colonisateur n’a ni créé, ni favorisé la répartition confessionnelle. Elle existait avant l’arrivée des Français. Elle a été par contre instrumentalisée par la puissance coloniale dans un but politique précis : celui de diviser pour mieux régner. Ainsi, la discontinuité du peuplement dans le Sud syrien, cette limite confessionnelle entre Druzes et Sunnites est-elle devenue une frontière politique sous l’action de la France. L’entité étatique druze, motivée par les visées hégémoniques de la puissance coloniale, résulte donc d’une visée stratégique de la puissance mandataire, qui trouvera par la suite un écho positif auprès des principaux chefs druzes, signataires du traité et soucieux de maintenir leurs privilèges3.

2. La carte ethnographique du Mandat français et le tracé de l’État druze

  • 4 Comme nous ne connaissons pas la date de réalisation de cette carte, nous ne pouvons savoir si elle (...)

8On trouve, dans les archives de l’Institut Français du Proche-Orient à Damas, une carte ethnographique de la Syrie qui fut établie durant le Mandat français, à une date qui nous demeure inconnue. Cette carte (fig. 7), dont nous ne reproduisons ici qu’une partie (Damas et le Sud du pays), s’avère très instructive car elle permet de saisir l’idéologie qui sous-tend les visées de la puissance coloniale occupante. Les services de cartographie de l’Armée du Levant ont représenté, sous la forme de confettis colorés, les communautés ethniques (Kurdes, Turkmènes) et les communautés confessionnelles (les diverses sectes musulmanes et les diverses églises chrétiennes). Les surfaces ainsi coloriées ne fournissent aucune indication quant aux rapports de mixité qui pourraient exister entre ces diverses communautés présentes aussi bien dans les villes que dans les villages. Ce mode de représentation cartographique (figurés de surface, sans signes proportionnels aux effectifs de la population présente) présente en outre le grave inconvénient de donner à croire que certaines zones, pourtant vides, sont peuplées par telle ou telle confession. Le figuré utilisé aboutit ainsi à une surreprésentation des communautés confessionnelles minoritaires et à la sous-représentation de la majorité sunnite. Dans le Sud, on a ainsi l’impression visuelle que les Druzes composent presque la moitié de la population, alors qu’ils ne représentent en réalité, à cette époque, qu’une minorité. Le constat est le même pour les Chrétiens qui apparaissent, eux aussi, trés surreprésentés par rapport à leurs effectifs réels. Ils sont en réalité isolés dans quelques villages et présents surtout en ville, où ils n’en demeurent pas moins, cependant, très minoritaires : ils ne forment en tout cas jamais d’îlots distincts, comme cela est pourtant figuré (fig. 7). Ainsi, ce mode de représentation du fait communautaire est-il très significatif des desseins d’un pouvoir mandataire qui cherchait à constituer des zones confessionnelles homogènes pour découper la Syrie en micro-entités, à moins qu’il ne serve à légitimer a posteriori ces desseins4.

9La ligne de séparation, au demeurant bien marquée dans l’espace, entre peuplement sunnite et peuplement druze a donc été utilisée par le pouvoir mandataire qui a choisi de s’en servir pour délimiter la frontière occidentale de l’État du Djebel Druze (celle-ci est matérialisée sur la carte représentée sur la fig. 7). Cet État, véritable exemple des finalités politiques de la France en Orient, a donc été édifié à partir d’un espace homogène au niveau confessionnel. Seule une zone située au Nord-Ouest, à l’intérieur des frontières de l’État druze, et qui apparaissait sur la carte comme peuplée de Sunnites, vient rompre l’homogénéité socio-spatiale apparente. Il s’agit en réalité d’une zone peuplée de quelques centaines de nomades qui se sont installés sur la coulée de laves du Léja. Mais comme le Léja dans son ensemble était, au xixe siècle, le domaine des chefs druzes, il a sans doute été incorporé dans sa totalité à l’État du Djebel Druze. Enfin, toute la zone « vide », qui constitue la partie orientale de l’État, correspond au désert : mise à part quelques familles nomades, elle est quasi inhabitée. Cette zone ne fait cependant pas partie du territoire druze originel qui se termine plus à l’Ouest avec la limite orientale du peuplement druze.

10Il est intéressant de noter trois implantations tcherkesses sur la ligne de séparation druzo-sunnite. Ces populations, d’obédience sunnite mais originaires du Caucase, furent installées dans la région au cours du xixe siècle par les Turcs ottomans afin de contrôler les rebellions druzes.

11On peut constater enfin que la distribution des communautés confessionnelles n’a pas fondamentalement évolué entre la période mandataire et le début du xxie siècle. Au sud de Damas (localités de Jeramana et Sehnaya) et sur les pentes orientales du Mont Hermon (Djebel Cheikh), on observe, sur la carte du Mandat, des implantations druzes. Elles existent toujours aujourd’hui.

3. L’impact de la révolte de 1925-1927 sur l’identité druze et le processus de territorialisation

  • 5 Notre premier séjour remonte aux années 1997-1998.

12Dans les premiers temps de notre installation à Sweida5, lorsque nous évoquions l’époque du Mandat français et la création de l’État communautaire à des interlocuteurs druzes issus des générations d’après l’indépendance, nous avions très vite noté l’effacement de la mémoire collective de ce que nous pensions être, a priori, un épisode glorieux de la construction territoriale et identitaire de la communauté du Djebel. Un bref retour sur le passé mandataire de la communauté nous semble utile pour saisir les raisons qui peuvent expliquer la mise à l’index du souvenir de l’État du Djebel Druze dans les consciences druzes d’aujourd’hui.

Le Mandat français : les élites druzes entre tentation communautaire et aventure nationaliste

13La raison majeure pour laquelle les principaux clans druzes avaient accepté le Mandat français demeure empreinte de pragmatisme. Un État druze leur fournissait les moyens de maintenir leur hégémonie et de renforcer leurs privilèges ; ils devenaient, dans ce contexte, les acteurs institutionnels essentiels de l’État du Djebel Druze en construction.

14Cependant, la représentativité des signataires du traité du 4 mars 1921, qui reconnaissait la création d’un État druze sous tutelle mandataire, est objet de débats. Selon Lenka Bokova (1990 : 97), l’accord aurait d’abord été signé « par l’ensemble des représentants des familles druzes ». Mais rien n’est moins sûr. Les chefs druzes qui ont accepté le Mandat auraient été, selon elle, ceux qui, « poussés par leur crainte du nationalisme damascain, rassurés par le maintien de quelques-uns des symboles de leur autonomie », avaient choisi de se mettre sous la protection de la France.

  • 6 Le conflit, né en 1924, portait sur l’origine du gouverneur qui devait succéder à Salim el-Attrach, (...)

15Mais lorsque des conflits virent le jour entre l’administration française et les chefs druzes signataires, prémices de la révolte de 1925-1927, c’est précisément la faible représentativité des signataires qui leur sera reprochée par le représentant de la France (Carbillet)6. Dans son ouvrage, Lenka Bokova (1990 : 100) note ceci :

  • 7 « Joub » peut se traduire par « branche familiale ». La famille Attrach est composée de huit joub-s (...)

« Sur quinze principales familles du Djebel, seules six familles sont représentées : Atrash, ‘Azzam, Hunaydi, Abu Fakhr, Abu’Asaf, Shalgin. Mais Carbillet omet de mentionner les Ghanim, Sha’arani et Quttami. Deux familles importantes du Nord, les ‘Amir et les Halabi, ne sont pas associées. (…) Dans la famille même des Atrash, Nasib de Salkhad et Salim de ‘Irâ ne représentent qu’une minorité des branches de la famille. Les branches de Suwaydâ’, al-Qurayya, Ghâriya, Dhibin et Rassâs ne sont représentées par aucune signature. Les autres joubs7, d’Imtan, de ‘Urmân et de Mayâmas manquent également ».

16Ainsi, les rivalités claniques se retrouvaient-elles pleinement au moment de la mise en place de l’État druze sous Mandat français. Certaines élites politiques (chefs de grandes familles influentes) jouèrent la carte du Mandat pour renforcer leur hégémonie sur la communauté, alors que d’autres, éternelles rivales des premières, choisirent l’aventure nationaliste en contestant la légitimité du Mandat et celle des acolytes qui le soutenaient. Lenka Bokova (1990 : 101) l’explique ainsi :

« Il y a, parmi les Druzes, les intransigeants comme Sultan, qui se tiennent à l’écart et boycottent les négociations, n’attendant rien de la puissance mandataire. D’autres, comme la famille ‘Amir, rivaux forts de la famille Atrash, s’abstiennent de soutenir un accord qui avantage leurs concurrents. (…) Les Halabi, dont les chefs sont, depuis la révolte arabe, unitaires et anti-mandataires, ne prennent pas part aux négociations et ne signent pas l’accord. Quant à ‘Abd al-Ghaffar al-Atrash de Suwaydâ’, sa distance et son refus sont déterminés par la rivalité entre la maison de Suwaydâ’ et celle de ‘Irâ. Il ne peut pas soutenir un traité qui, déjà au cours de son élaboration, repose sur le concours de son rival Salim ».

17Si tout un pan de la structure traditionnelle du pouvoir druze fut renforcé par le Mandat français, le traité du 4 mars 1921 n’en réactivait pas moins les rivalités claniques et les conflits d’intérêts entre les chefs de familles. Celles parmi les élites druzes qui furent alors marginalisées nourrirent le mécontentement et les rancœurs qui furent à l’origine, en grande partie, de la Révolte de 1925 contre le Mandat français. A. et L. Chabry (1984 : 207) font état de cette opposition qui partageait en deux, à l’époque mandataire, la communauté druze de Syrie, selon un clivage pro-britannique/pro-français. Ils écrivent :

« Ces deux camps correspondaient grossièrement à deux conceptions opposées du destin politique du Jabal et de la communauté druze. Les promesses des Britanniques concernant l’unité arabe faisaient d’eux, à l’époque, les champions de l’arabisme ; soutenir leur cause équivalait, pour les leaders druzes, à envisager non seulement le maintien du Jabal dans un État arabe, mais à adopter résolument une stratégie d’intégration politique en affirmant que leur identité arabe primait sur toute autre. À l’opposé, l’option favorable à la France avait, pour une large part, le sens d’un refus d’un arabisme trop marqué et exprimait le vœu d’une indépendance du Jabal druze ».

  • 8 Sultan et sa clientèle étaient favorables à une union des provinces arabes de l’ex-Empire ottoman s (...)

18Le Mandat s’appuya naturellement sur les chefs féodaux désireux de conserver leurs privilèges et leur indépendance (bayt Attrach d’Ura). Le soulèvement pro-nationaliste de 1925, dont Sultan (bayt Attrach d’Al-Qrayya) est le leader, se comprend comme celui d’un chef secondaire qui avait, dès la Première Guerre mondiale, joué la carte de la dynastie chérifienne8 avec, comme objectif, la réalisation de l’unité arabe. Les armées de l’émir Faysal, appuyées par la Grande-Bretagne, avaient en effet reçu le soutien actif de Sultan et de nombreux Druzes à l’occasion des combats qui eurent lieu au Levant durant la Grande Guerre contre les Ottomans (alliés des Allemands). Dès lors, Sultan, ainsi que toute sa clientèle, restèrent pro-britanniques.

Le rejet de l’État du Djebel Druze dans la mémoire collective druze contemporaine

  • 9 Les auteurs arabes proches des thèses nationalistes ont toujours qualifié les évènements de 1925-19 (...)

19La création d’un État druze indépendant n’a jamais constitué une étape de la construction territoriale druze, ni même un élément majeur de l’édification identitaire des Druzes du Djebel. Au contraire, cet État fantoche a surtout servi de prétexte à la valorisation d’un événement qui s’est produit au cours de son existence : la révolte contre le Mandat (1925-1927) que les Français ont appelée la Révolte druze alors que les auteurs arabes la qualifient de « Grande Révolte syrienne9 ». Cet événement a, durant deux années, « ébranlé le Mandat français en Syrie » (Bokova, 1990 : 14) et failli y mettre fin. Et c’est précisément ce mouvement de révolte, et non le souvenir de l’État druze indépendant sous tutelle coloniale, qui fut symboliquement valorisé, après l’indépendance, par la communauté druze du Djebel et dont on retrouve aujourd’hui les traces bien présentes dans la mémoire collective des habitants de cette montagne.

20L’enfouissement, quand ce n’est pas le rejet, de l’État du Djebel Druze dans la plupart des mémoires druzes s’explique par l’hégémonie des élites politiques du clan Attrach sur l’ensemble du Djebel, une suprématie qui s’est renforcée à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale et qui a plongé dans l’oubli le discours pro-français d’une partie de la communauté. L’exploitation symbolique de la Révolte, notamment par les membres des clans d’el-Qrayya et de Sweida, ceux-là même qui avaient été les principaux leaders de cette révolte, n’avait pas d’autre but que d’affirmer leur hégémonie sur l’ensemble de la communauté du Djebel. À l’inverse, les clans qui avaient ratifié l’accord franco-druze en faveur de la constitution d’un État druze en collaboration avec la puissance coloniale, furent marginalisés à l’indépendance. L’exemple de bayt Attrach d’Ura le montre bien : depuis le milieu des années 1940, l’émir d’Ura n’a plus aucune influence sur la communauté. Par contre, bayt Attrach d’el-Qrayya et bayt Attrach de Sweida ont conservé longtemps après l’indépendance leur emprise.

21Au lendemain de l’indépendance syrienne, les élites pro-françaises durent modifier leur position pour espérer maintenir leur rang dans le nouvel État-Nation en construction. C’est donc la conception des Attrach qui l’emporta dans le Djebel après la fin du Mandat français. Ainsi, cet ancien État druze, dont on aurait pu penser, a priori, qu’il aurait pu constituer le couronnement d’un processus de territorialisation entamé il y a des siècles, n’est en réalité perçu par la majeure partie de la communauté du Djebel elle-même que comme un épisode dérangeant de son histoire, étant donné que cet État fut perverti par la mainmise de la puissance coloniale qui, sous couvert d’indépendance, en fit un vassal de la France. Après l’indépendance, il aurait été trop dangereux pour les Druzes du Djebel, à un moment où s’engageait la construction nationale et où dominait une idéologie ouvertement nationaliste, de valoriser le souvenir d’un tel épisode : ceci les aurait fait suspecter de séparatisme et aurait nui à leur sécurité. La dévalorisation de l’État druze et la glorification de la Révolte par les Druzes eux-mêmes peuvent donc se comprendre de la manière suivante : l’utilisation de la Révolte devient un gage de leur loyauté envers le nationalisme arabe, meilleur moyen d’intégrer pleinement le nouvel État, dont les nouveaux gouvernants étaient mus « par une idéologie de construction étatique, centralisante et unificatrice, entreprenant à l’instar de la Turquie kémaliste, pionnière en la matière, de lutter contre les particularismes minoritaires à expression politique » (Chabry, 1984 : 58).

B. Le Djebel Druze et les maillages administratifs successifs : du territoire de la communauté druze à la mohafaza syrienne

22Le découpage administratif, projection du mode de contrôle adopté par un pouvoir central à l’échelle régionale, est révélateur d’une stratégie de domination qui doit cependant, pour fonctionner, composer avec la réalité sociale locale. Les différents statuts qui ont été attribués à la montagne peuplée par les Druzes montrent les différences de traitement de la question communautaire par les pouvoirs étatiques successifs. Il est probable que la construction d’un territoire druze ait influencé les choix des politiques dans le découpage administratif de cet espace.

1. La non-existence administrative du Djebel à l’époque ottomane

  • 10 Chrétiens et Juifs bénéficiaient de la liberté de culte. Ils possédaient le statut de protégés (dhi (...)

23À l’époque ottomane, les minorités chrétienne et juive possédaient leurs propres juridictions dans le domaine du statut personnel : les dhimmis10 étaient reconnues par la sharî’a. La situation était en revanche différente pour les minorités musulmanes (chiite, alaouite, druze et ismaélienne). Les sectes musulmanes hétérodoxes, jugées hérétiques par l’Islam orthodoxe, n’avaient aucune reconnaissance juridique et n’appartenaient pas, par conséquent, au millet musulman. Les Druzes, du moins ceux concentrés au Sud de Damas, jouissaient pourtant d’une autonomie de fait, mais sans reconnaissance de jure, liée à leur caractère frondeur et à la faiblesse d’un pouvoir central qui s’avérait incapable de les contrôler.

  • 11 Quelques Druzes se sont fixés au xixe siècle dans les faubourgs sud de Damas, particulièrement à Ba (...)

24Or, la reconnaissance ou la non-reconnaissance d’une communauté par l’État a des conséquences spatiales évidentes. Dans un article fort instructif, Jean-Claude David (1997) a montré comment les chrétiens d’Alep avaient construit, à l’époque ottomane, des territoires dans les principales villes à dominante musulmane comme Alep ou Damas. Les chrétiens, dont les privilèges furent renforcés par les Tanzimât (réformes de 1839 et 1856), pouvaient être « visibles » et « imprimer leurs marques sur l’espace public en remettant en cause le privilège de l’Islam de produire la ville » (David, 1997 : 240). À leur différence, les communautés musulmanes hétérodoxes n’appartenaient pas au monde des villes, d’où elles étaient exclues. Les Druzes restèrent donc longtemps étrangers à la ville ou bien invisibles en son sein11.

25En 1880, le territoire de la communauté druze du Djebel se trouvait inclus dans la wilayet de Damas, circonscription administrative gouvernée par un wali, représentant tout puissant du Sultan d’Istanbul. La wilaya était découpée en sandjak-s, l’équivalent des actuelles mohafaza-s. La montagne druze se situait à la limite orientale du sandjak de Sheykh Sa’ad, bourgade de l’actuel Hauran, qui était un chef-lieu administratif de première importance à la fin du xixe siècle. Le Djebel était, à cette époque, un espace en marge du système de pouvoir ottoman et n’avait pas d’identité administrative propre. Il était sous le contrôle officiel (en réalité purement virtuel) d’un bourg sunnite, communauté dominante sur laquelle le pouvoir ottoman s’appuyait (fig. 8a).

2. Le maillage administratif communautaire du Mandat français et le maintien du pouvoir des grandes familles

26À l’époque du Mandat français, lors de la création de l’État du Djebel Druze, l’emprise spatiale des clans druzes dominants a servi de base au contrôle territorial (fig. 9a). La répartition des grandes familles est bien respectée par le découpage administratif mandataire. Les frontières de l’État druze correspondent presque exactement aux limites du peuplement druze, en excluant soigneusement les villages sunnites du Hauran (fig. 7 & fig. 8b). Seule la partie orientale de l’État, composée d’une vaste zone désertique, n’appartient pas au territoire druze traditionnel stricto sensu (fig. 9a). De plus, la distribution spatiale des clans a permis de délimiter trois entités administratives à l’intérieur du micro-État : Sweida, la capitale des Attrach ; Shahba, le fief des Amer ; et Salkhad, un autre des fiefs Attrach. Ces deux dernières bourgades furent choisies comme chefs-lieux administratifs secondaires et comme places de garnison.

  • 12 Salim el-Attrach, leader de la maison Attrach d’Ura, est celui qui avait négocié le traité de fonda (...)
  • 13 Au début du xxe siècle, quatre familles possèdent ce titre au lieu de trois seulement aujourd’hui. (...)
  • 14 D’après le général Andréa, « le chef suprême de la religion druze (…) a fait sa soumission (…) aprè (...)
  • 15 En effet, lors des tractations pour l’établissement du Traité du 4 mars 1921 entre les chefs des gr (...)
  • 16 Pour le général Andréa, le chef de la famille Amer était un opportuniste : « Son grand souci (…) se (...)

27La structure traditionnelle du pouvoir local fut alors mise à contribution pour la formation d’une élite politique et administrative. En effet, l’insoumission séculaire des Druzes avait préservé la société des transformations socio-politiques, comme le note Lenka Bokova (1990 : 101), de telle sorte que « l’autorité n’était pas passée des chefs locaux à des fonctionnaires nommés par le gouvernement de Constantinople (…) ». C’est donc dans la famille Attrach de Ura que fut choisi le « chef des chefs », selon l’expression du même auteur : Salim el-Attrach occupa ainsi le poste de gouverneur, établi à Sweida, à partir du début du mois de mai 1921 et reçut le titre d’Émir par le Haut-Commissaire de la France, le général Gouraud12. Le système politique mis en place par le traité du 4 mars 1921 confirma la domination des principaux chefs « féodaux » et l’assise du pouvoir colonial reposa sur l’intégration des principales familles druzes. Dans ces conditions, l’association entre la France et les principaux « féodaux » ne se limita pas aux Attrach, même si ceux-ci en furent les principaux bénéficiaires. Le cheikh Ahmed el-Hadjari, grand père de l’actuel, s’était rangé du côté du Mandat ainsi que les trois autres grands Cheikhs el-‘aql de l’époque13, comme l’indique le général Andréa14. D’ailleurs, Lenka Bokova (1990 : 102) note que le « Traité attribue aux chefs religieux un rôle politique, qu’ils n’avaient pas auparavant15 ». Les familles Amer, Halabi et Huneidi participaient également à l’assise du pouvoir mandataire16. Dans l’attribution des postes de responsabilité au sein du nouvel État, Lenka Bokova (1990 : 102-103) note qu’on « remarque une nette prédominance des membres de la famille Attrach, avec un clin d’œil à la famille Halabi et Amir ». L’auteur ajoute :

« […] lorsqu’un État se met en place et que les postes du pouvoir sont à distribuer, il n’est plus question de bouder. Il faut les investir, pour préserver sa place, ne pas se laisser devancer par ses rivaux et éventuellement renforcer son pouvoir ».

28Ainsi, la création de l’État du Djebel Druze sous le Mandat français fut-elle exploitée par les grandes familles pour conserver leur pouvoir traditionnel en intégrant l’administration du nouvel État : les nombreuses familles signataires du traité du 4 mars 1921 l’avaient bien compris. En devenant les relais locaux du pouvoir mandataire, les élites traditionnelles ont donc entretenu leur suprématie.

3. Le découpage administratif de la Syrie méridionale : la prégnance du fait communautaire dans le maillage administratif post-indépendance

L’administration territoriale « communautarisée » de l’État baassiste sur sa marge méridionale

  • 17 Une zone de quelques dizaines de km2, au Nord-Ouest de l’ex-État du Djebel Druze, est passée sous l (...)

29Ni l’indépendance du pays en 1946, ni la révolution baassiste de 1963, n’ont remis en cause le découpage du Djebel, devenu maille administrative provinciale de la République Arabe Syrienne (fig. 8c) : cette maille est l’une des quatorze entités administratives syriennes. L’ex-État du Djebel Druze du Mandat français a été intégré dès la fin de l’année 1936 à l’État de Syrie, mettant fin à quinze années d’indépendance sous tutelle coloniale. Lors de la déclaration d’indépendance en 1946, le Djebel constitue ainsi le « gouvernorat de Sweida », dont les limites administratives reproduisent presque exactement celles de l’État du Djebel Druze. La nouvelle frontière administrative de la mohafaza de Sweida respecte encore plus précisément le peuplement druze que celle qui délimitait l’État du Djebel Druze. Dans sa partie occidentale, elle s’incurve vers l’Est, épousant dorénavant parfaitement la limite du peuplement entre Druzes et Sunnites17 (fig. 9b & 9c). Les lieux majeurs d’ancrage du pouvoir sont restés également inchangés depuis les années 1920 (fig. 9).

30La comparaison des recensements syriens effectués après l’indépendance montre que le maillage administratif du niveau inférieur à celui du gouvernorat respecte l’assise territoriale des grands clans druzes ; c’est le cas des mantiqa-s (districts) et des nahia-s (cantons) – fig. 9b, 9c & 9d. Le découpage administratif de la partie centrale et septentrionale du Djebel est d’une remarquable stabilité au cours de la période 1960-2004. Les limites respectent scrupuleusement les finages villageois dominés par un clan. La partie méridionale est celle qui a subi le plus de modifications dans le découpage des nahia-s entre les recensements.

31On notera que Claude Raffestin (1980) qualifie de « maille concrète » le territoire dans lequel une société se reconnaît, par opposition à une « maille abstraite », création artificielle de l’État qui s’en sert comme d’un instrument de pouvoir.

  • 18 M.-C. Maurel (1982) expose le cas de la Pologne pour montrer les stratégies de démantèlement des co (...)

32L’État baassiste, contrairement aux pays socialistes de l’ère soviétique18, n’a pas cherché à déstructurer l’assise territoriale des communautés locales sur cette marge de son territoire national. Ici le maillage est porteur de solidarité sociale, car il respecte une structure socio-territoriale héritée qu’il aurait sans doute été trop risqué, pour le pouvoir central, de modifier fondamentalement. Ce choix politique témoigne de l’importance de la structure communautaire dans la stratégie de domination de l’État syrien et dans sa logique de contrôle territorial.

L’affinement de la trame administrative « chez les Attrach »

33Les travaux de Claude Bataillon (1974) et de Marie-Claude Maurel (1983) ont montré l’intérêt de l’étude de la trame administrative dans l’analyse de l’espace pour éclairer les stratégies territoriales des États. La refonte du maillage territorial a toujours une finalité précise, parce qu’il est un instrument de contrôle entre les mains du pouvoir central.

  • 19 Pour sa part, M.-C. Maurel (1983 : 643), allant dans le même sens que C. Bataillon, constate : « En (...)

34La comparaison des cartes du découpage administratif de la province de Sweida montre une stabilité d’ensemble, à l’exception cependant d’une modification importante qui a affecté sa partie méridionale entre 1981 et 1994 (fig. 9c & 9d). Deux nahia-s supplémentaires y ont été créées entre ces deux dates. Les bourgs concernés par cette promotion administrative, source d’emplois administratifs, sont situés dans la zone d’influence des Attrach, principale famille dominante du Djebel. Claude Bataillon donne deux raisons à l’évolution et à la transformation des découpages administratifs dans les pays en développement : soit accroître l’emprise sur le territoire du pouvoir central et briser les autonomies locales réticentes19 ; soit, à partir d’une initiative locale, améliorer l’équipement local avec la complicité du pouvoir central. S’agit-il dans le cas présent de créer une « clientèle » favorable à l’État par la promotion de deux nouveaux centres de nahia ? Ou bien est-ce plutôt le fruit d’une initiative impulsée par des notables locaux destinée à la création d’emplois publics dans cette zone déshéritée ?

  • 20 Entretien effectué en 2004, soit bien après la création des deux nouvelles nahia-s.
  • 21 M. Tlass était « l’éternel » ministre de la Défense syrienne de l’ancien président Hafez el-Assad.

35À travers ce nouveau découpage, c’est l’influence de certaines élites politiques locales issues de clans dominants qui se ferait sentir. Suite à un entretien effectué avec le chef de la famille Attrach d’Al-Qrayya20, nous avons appris que ce bourg (chef-lieu de nahia) aurait dû être promu chef-lieu de mantiqa, le niveau administratif supérieur, et recevoir ainsi de nouveaux services et des emplois. Cette promotion, négociée entre le za’ïm de la famille Attrach et certaines personnalités des cercles du pouvoir de l’époque comme Moustapha Tlass21, devait se concrétiser dans les années 1980. En prévision, la nahia de Al-Qrayya fut donc divisée en trois nahia-s (minimum obligatoire pour former une mantiqa) et des services furent délocalisés et transférés dans ce bourg, notamment une banque agricole que les paysans du Sud utilisaient toujours en 2005 pour accéder aux prêts. Cependant, Al-Qrayya n’a finalement jamais obtenu sa promotion, officiellement en raison d’une population insuffisante. Depuis, la mantiqa de Salkhad comporte cinq nahia-s et les services dont Al-Qrayya a été doté sont toujours fonctionnels.

  • 22 Comme le soulignait C. Bataillon (1974 : 6) dans le cas des pays d’Amérique latine, le principe est (...)

36On remarque bien, à travers l’établissement du maillage administratif, comment la logique territoriale de l’État rejoint et utilise la territorialité clanique druze. Les relations entre le pouvoir central et la province druze sont partiellement marquées par la composante confessionnelle, puisque Damas l’administre à partir du même dispositif que celui du pouvoir colonial22 : l’État syrien a conservé l’intégrité territoriale du Djebel Druze sans modifier profondément le découpage administratif interne.

4. Des territoires familiaux aux territoires communaux

37La délimitation des finages villageois est l’œuvre, à l’origine, d’une logique purement communautaire, sous-tendue par le processus de territorialisation des familles druzes né de la révolte de 1887 contre le système féodal clanique. C’est à cette période que les villages et leurs finages, territoires dominés par une famille et son za’ïm, furent clairement délimités, « après entente entre les chefs et les notables » (Bouron, 1930 : 334) afin d’organiser la répartition des terres. Cette délimitation a donc été le résultat d’un arrangement entre les diverses branches des clans druzes, ce qui fait qu’elle n’a pas été contestée par les membres de la communauté. Ainsi, les limites des finages étaient déjà clairement définies avant l’arrivée des Français. Le cadastre, effectué en grande partie par ces mêmes Français, n’eut qu’à se glisser dans cette grille territoriale communautaire pour fixer les limites des villages. C’est d’ailleurs certainement pour cette raison que le Djebel fut une des toutes premières régions syriennes à être cadastrée à l’époque du Mandat français.

  • 23 À l’époque coloniale, seule Sweida disposait d’un conseil municipal composé de notables druzes cita (...)

38Ces mêmes limites furent conservées quasi à l’identique par l’État syrien moderne, pour servir de cadre à la fixation des communes du Djebel à partir de 197023 ; elles servent également au découpage statistique comme lors des recensements de population dans lesquels les effectifs sont connus pour chaque ville et village (qarieh). Dans ces conditions, les limites des territoires villageois sont à l’origine du pavage communal, lui-même héritage des territoires familiaux de la fin du xixe siècle (fig. 10). L’aire d’action de chacune de ces collectivités territoriales épouse souvent parfaitement la distribution des clans druzes. À ce sujet, une précision s’impose. Elle nous est fournie par Fabrice Balanche (2000 : 142) :

39En Syrie, « l’échelon de base est censé être la « municipalité » (baladyeh et baldeh), mais tout le territoire rural n’est pas organisé en municipalités, de nombreux hameaux et villages n’appartiennent à aucune municipalité. Du reste, il faut s’entendre sur le terme de municipalité. Il ne s’agit pas d’une commune avec son conseil municipal élu, mais d’une circonscription administrative contenant une ou plusieurs agglomérations (…). Le conseil municipal est élu ou nommé par le mohâfez en fonction de la taille de la « municipalité » et de son statut administratif (chef-lieu de nâhyeh, ou simple village) ».

  • 24 Leurs membres sont connus dans le Djebel pour avoir embrassé une carrière militaire et pour s’être (...)

40Dans le Djebel Druze, chaque village est incorporé dans une municipalité. En effet, ici, l’habitat est très regroupé. Cependant, tout village n’a pas le statut de commune. Pour les 127 localités du Djebel, il n’existe que 55 communes. Par conséquent, des regroupements de villages furent réalisés lors de la création des communes dans les années 1970. Les grands clans (Attrach, Amer) se sont vus attribuer de nombreuses municipalités. Les clans proches du pouvoir24 (Huneidi, Abou Fakher, Kalaani), malgré la faible étendue de leur emprise territoriale, dominent chacun deux municipalités. Les Sahnaoui, Nassif et les Sallam ont été regroupés pour former une commune propre (fig. 10). De la même manière, les villages chrétiens ont été incorporés au sein de mêmes municipalités ; il existe même une commune totalement chrétienne, composée de deux villages (Kharaba et Jbeb).

41Ainsi, qu’il s’agisse de délimiter des baladiyeh-s ou des collectivités locales de rang supérieur, l’État syrien s’est appuyé sur des logiques territoriales claniques ou communautaires. À aucun moment la logique politique du pouvoir n’a été motivée par une quelconque rupture avec les solidarités traditionnelles et la cohésion communautaire. Notre analyse du Djebel Druze rejoint donc en tous points celle effectuée par Fabrice Balanche (2000 : 149) dans la montagne côtière, où il parlait de « tribalisation du maillage administratif ».

*

42La création d’un État druze dans le Djebel sous le Mandat français est à l’origine du tracé des frontières d’un territoire politique administré par les Druzes. Cet acte demeure fondamental dans l’évolution du territoire communautaire. En effet, la politique territoriale de la puissance coloniale constitua, parce qu’elle a favorisé la logique communautaire, un puissant facteur d’individualisation de cette entité territoriale – le Djebel Druze – qui allait ainsi perdurer intacte dans ses frontières dans le maillage administratif des régimes qui se sont succédés après l’indépendance. De cette construction politique coloniale est donc née une province homogène du point de vue confessionnel, qui est devenue par la suite partie intégrante du maillage administratif contemporain. Cette superposition de la logique communautaire et de la logique d’État a généré jusqu’à maintenant un territoire bien délimité, bien identifié et surtout totalement indissociable de la communauté druze syrienne, alors pourtant que l’ingérence de l’acteur étatique aurait pu remettre en question cette construction identitaire socio-spatiale. Ce choix par le régime baassiste de conserver l’entité territoriale druze dans l’État-Nation tend à prouver que ce pouvoir, pourtant fer de lance de l’idéologie nationaliste arabe – laquelle nie catégoriquement les identités régionales, tant ethniques que religieuses – n’a pas cherché à remettre en cause, dans l’exercice de son contrôle territorial, ni l’homogénéité confessionnelle, ni la construction territoriale de la communauté. Inversement, l’analyse de la trame administrative indique clairement que l’action de l’État et de ses dirigeants damascènes, en vue d’assurer le succès de l’intégration du Djebel au territoire national, n’a pas été en mesure d’occulter la composante communautaire.

Le sérail. Centre administratif de la mohafaza de Sweida, 2005

Cyril Roussel

Notes

1 Entre 1920 et 1946, les troupes françaises furent envoyées en Syrie et au Liban pour assurer le Mandat que la France avait obtenu de la part de la SDN.

2 Ce traité, signé entre les représentants du Mandat français et les principaux chefs de familles druzes, est l’acte de fondation de l’État autonome du Djebel Druze.

3 Lenka Bokova (1990 : 97 et 104) note : « Aussi les chefs signataires, poussés par le maintien de quelques-uns des symboles de leur autonomie, ont-ils préféré se mettre sous la protection de la France et laisser s’ouvrir, dans une indépendance formelle, les brèches d’ingérences étrangères futures ». L’auteur ajoute que certains voient « dans le Mandat le support et le garant de [leur] propre pouvoir. Comptant sur son appui, les hommes qui l’adoptent deviennent son relais ».

4 Comme nous ne connaissons pas la date de réalisation de cette carte, nous ne pouvons savoir si elle est la source à partir de laquelle le projet de partition du territoire syro-libanais s’est formé, ou si elle n’en est qu’une légitimation ex post.

5 Notre premier séjour remonte aux années 1997-1998.

6 Le conflit, né en 1924, portait sur l’origine du gouverneur qui devait succéder à Salim el-Attrach, décédé quelque temps auparavant (en 1923). Pour Carbillet, le gouverneur n’était pas obligatoirement un « indigène », c’est-à-dire un Druze. Pour les Druzes, le traité du 4 mars 1921 stipulait le contraire. Dans ces conditions, Carbillet contesta la légitimité du traité qui n’avait pas été signé, à l’époque, par tous les chefs druzes. L’enjeu de ce conflit était de savoir si le nouvel État serait placé sous l’administration directe française ou l’administration locale indigène.

7 « Joub » peut se traduire par « branche familiale ». La famille Attrach est composée de huit joub-s.

8 Sultan et sa clientèle étaient favorables à une union des provinces arabes de l’ex-Empire ottoman sous la tutelle de l’émir Faysal, unique dirigeant légitime à leurs yeux. Le projet d’une Grande Syrie est né de ce dessein. Au cours de la Première Guerre mondiale, les Britanniques avaient défendu le projet d’un califat arabe qui consistait à pousser Hussein, le cherif de la Mecque, à mobiliser les Arabes pour renverser les Ottomans. Son fils Faysal tenta d’accomplir ce projet. En octobre 1918, il entra dans Damas à la tête de troupes arabes dont Sultan et des Druzes faisaient partie. Mais la conférence de la Paix à Paris n’aboutit pas à la création d’une Grande Syrie indépendante, allant du Taurus au Sinaï. Pour les Arabes, le pire fut finalement la division du territoire entre les Français et les Britanniques conformément aux accords secrets de Sykes-Picot. Faysal sera nommé finalement par les Britanniques roi d’Irak en mars 1921, à l’instar de son frère Abdallah, nommé gouverneur de Transjordanie.

9 Les auteurs arabes proches des thèses nationalistes ont toujours qualifié les évènements de 1925-1927 de révolte nationale (wataniyya). Cette insurrection détient pour cette raison une place particulière dans l’histoire de la Syrie. Si elle ne s’est pas limitée aux seuls Druzes du Djebel, loin de là, elle est pourtant bien née chez eux et les Druzes payèrent à la cause le plus lourd tribut en vies humaines. Pour réduire la portée symbolique de cette révolte anti-coloniale, les officiers français, suivis en cela par de nombreux auteurs français, réduisirent cette révolte à une révolte communautaire.

10 Chrétiens et Juifs bénéficiaient de la liberté de culte. Ils possédaient le statut de protégés (dhimmi). À partir de la fin de xviiie siècle, tous les habitants qui appartenaient aux milal (pluriel de millet) jouissaient d’une autonomie dans la gestion des affaires internes de la communauté.

11 Quelques Druzes se sont fixés au xixe siècle dans les faubourgs sud de Damas, particulièrement à Bab-Moussalla. Cette implantation périphérique témoigne de la marginalisation des Druzes en milieu urbain.

12 Salim el-Attrach, leader de la maison Attrach d’Ura, est celui qui avait négocié le traité de fondation de l’État du Djebel Druze avec le colonel Catroux, représentant de la France. L’idée de Catroux était de substituer à l’anarchie du Djebel, due à la dilution de l’autorité, un pouvoir unique sur lequel le Mandat pourrait s’appuyer. Il expose son projet ainsi : « Régénérer cette autorité disséminée sur maintes têtes en la cristallisant autour d’une seule personnalité ». Le choix se porta donc logiquement sur Salim el-Attrach. En avril 1921, Salim est chargé de former un gouvernement ; le 1er mai, les chefs druzes l’élisent comme leur représentant ; officiellement nommé ensuite par la France, il reçoit à cette occasion le titre d’émir.

13 Au début du xxe siècle, quatre familles possèdent ce titre au lieu de trois seulement aujourd’hui. Seule la famille Abou Fakher de Najran n’a pas conservé son titre.

14 D’après le général Andréa, « le chef suprême de la religion druze (…) a fait sa soumission (…) après ses trois confrères … » (Andréa, 1937 : 37).

15 En effet, lors des tractations pour l’établissement du Traité du 4 mars 1921 entre les chefs des grandes familles druzes, le colonel Catroux avait eu recours à la médiation des chefs spirituels pour faire accepter aux Attrach le partage des postes de direction qu’ils comptaient, sinon, accaparer pour eux seuls (Bokova, 1990 : 96).

16 Pour le général Andréa, le chef de la famille Amer était un opportuniste : « Son grand souci (…) sera de ne pas mécontenter Soltan Attrache en acquiesçant à certaines de ses demandes, et de garder le contact avec nos officiers de renseignements, par lettres, dans lesquelles il protestera sans cesse de son amitié pour nous » (Andréa, 1937 : 40). 

17 Une zone de quelques dizaines de km2, au Nord-Ouest de l’ex-État du Djebel Druze, est passée sous le contrôle de la province majoritairement sunnite de Deraa. Cette zone, inhabitée par des populations sédentaires car située dans une coulée de lave nommée Léja, correspond à des parcours utilisés par les troupeaux des bédouins.

18 M.-C. Maurel (1982) expose le cas de la Pologne pour montrer les stratégies de démantèlement des collectivités territoriales locales par le pouvoir central.

19 Pour sa part, M.-C. Maurel (1983 : 643), allant dans le même sens que C. Bataillon, constate : « En déplaçant les points d’ancrage du pouvoir local, le changement de maillage administratif a pour objectif de rompre les solidarités traditionnelles et de briser les résistances des communautés paysannes ».

20 Entretien effectué en 2004, soit bien après la création des deux nouvelles nahia-s.

21 M. Tlass était « l’éternel » ministre de la Défense syrienne de l’ancien président Hafez el-Assad.

22 Comme le soulignait C. Bataillon (1974 : 6) dans le cas des pays d’Amérique latine, le principe est répandu ; il n’est pas rare de voir l’État indépendant dans les traces du pouvoir colonial : « Ni l’un ni l’autre de ces pouvoirs n’a eu le temps ni de s’adapter aux réseaux politiques traditionnels, ni de les remodeler selon des volontés unificatrices ».

23 À l’époque coloniale, seule Sweida disposait d’un conseil municipal composé de notables druzes citadins nommés par le gouverneur de l’État du Djebel Druze. Avant l’époque baassiste et la révolution de 1963, l’institution administrative communale n’existait pas. Les mairies (baladiyeh-s) furent créées dans le monde rural à partir des années 1970 sous la présidence d’Hafez el-Assad.

24 Leurs membres sont connus dans le Djebel pour avoir embrassé une carrière militaire et pour s’être enrôlés en nombre dans les services de sécurité (police secrète).

Table des illustrations

Légende Le sérail. Centre administratif de la mohafaza de Sweida, 2005
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable