Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Première partie - De la montagne-refuge à la province de Sweida

Chapitre 2. Le processus de construction territoriale au Djebel

Texte intégral

1Il sera question, dans ce chapitre, du processus de gestation d’un territoire druze dans cette montagne du Sud syrien, car telle que nous avons défini la communauté druze dans le chapitre précédent, l’espace (pour ne pas dire le territoire) n’en est ni un constituant, ni un référent identitaire.

2L’édification d’un territoire propre à une communauté requiert du temps et demande la mobilisation de nombreux éléments comme les mythes de création du territoire. Nous allons voir, en début de ce chapitre, que le Djebel n’est pas par essence le territoire de cette communauté. En fait, il a servi de refuge à des migrants de confession druze qui cherchaient à fuir les persécutions et les conflits qui ont marqué l’histoire moderne de cette communauté religieuse. Les Druzes, devenus nombreux dans la montagne, cherchèrent, à partir du xixe siècle, à conquérir, à définir et à circonscrire leur territoire. En opposition ouverte avec les nomades du désert oriental et avec leurs voisins sédentaires du Hauran, les Druzes du Djebel ont également, au cours de ce siècle, des rapports très conflictuels avec l’État ottoman. C’est donc dans ce contexte que s’est mis en place le processus de construction territoriale dont nous essaierons de retracer les grandes étapes.

3Si un territoire est au bout de ce processus, cela signifie qu’on peut parler de territoire de la communauté, produit par elle. Nous verrons comment, en mobilisant les événements et des personnages fédérateurs de leur histoire commune comme autant d’actes fondateurs, la communauté druze du Djebel a lentement favorisé l’éclosion d’un référent territorial commun : le Djebel, lui-même.

A. Les territoires des clans : aux origines du processus d'appropriation du Djebel

1. Les grandes vagues migratoires druzes vers le Djebel

  • 1 « En 1685, (…) un gros contingent de Druzes (…) traversa la plaine et gagna la montagne hauranaise (...)
  • 2 Xavier de Planhol (1997 : 80) note : « Il n’est pas exclu que des noyaux de peuplement druze y aien (...)

4C’est surtout à partir du xviiie siècle que de petits groupes composés de familles druzes – clans familiaux – vinrent s’installer au pied du massif basaltique situé au sud-est de Damas (Nouss, 1951). Selon certains auteurs, des Druzes y étaient déjà installés de manière éparse1, principalement à l’est de la plaine du Hauran et ce, depuis l’époque de la prédication (Dupont, 1994 : 69). Mais leur nombre devait être infime, car nous ne possédons aucun témoignage fiable d’une implantation druze dans cette région avant la fin du xviie siècle, même si l’on peut penser, en suivant Marie Dupont, que la « communauté était tellement petite qu’elle s’était repliée sur elle-même dans une dissimulation hermétique ». Des sources imprécises peuvent donner à croire que, dès le xive siècle, des Druzes auraient quitté leurs foyers du Mont Hermon suite aux campagnes militaires que les Mamelouks menaient contre eux, pour trouver refuge à l’est du Hauran2. Il est cependant difficile de faire remonter l’origine du peuplement druze dans le Djebel à cet événement.

5Par contre, de nombreux ouvrages et articles consacrés à l’histoire des Druzes en Syrie attestent l’arrivée dans le Djebel des premiers contingents importants de migrants à partir de la fin du xviie siècle. Norman Lewis (1987 : 77), par exemple, dans un chapitre très instructif consacré au mode de peuplement du Djebel, fait remonter à 1685 la première vague d’implantation druze, qui, selon la tradition, correspond à l’installation de la famille Hamdan-el-Hamdan à Najran dans le Léja, un des premiers villages d’implantation druze attesté dans la région, puis à Sweida.

  • 3 À cette date, un conflit entre factions druzes libanaises (Qaysites et Yamanites) déclenche un mouv (...)
  • 4 La bataille de Aïn-Darah marque l’écrasement de la faction Yamanite par les Qaysites et un nouvel e (...)
  • 5 Cette migration aurait concerné, selon J.-P. Pascual (1991 : 102), 600 familles originaires du Nord (...)
  • 6 Exode affectant plusieurs centaines de familles venues du Liban, suite à l’exécution du seigneur dr (...)
  • 7 Les massacres de 1860 dans la montagne libanaise – affrontements entre Druzes et Maronites – provoq (...)
  • 8 Le rapatriement d’une partie importante des effectifs druzes du Djebel Soumak s’est effectué « pour (...)

6À partir du xviiie siècle et jusqu’au début du xxe siècle, le peuplement de la montagne est essentiellement lié aux migrations en provenance notamment du Liban, mais aussi de Palestine ou de la région d’Alep (particulièrement du Djebel Soumak, au nord d’Idlib). La succession de vagues migratoires commence par celle de la fin du xviie siècle3 (comme nous l’avons vu), puis se poursuit avec celles de 17114, de 18115, de 18266 et surtout celle de 18607. La majorité de ces vagues migratoires a pour origine des conflits de factions, liés à des intérêts politiques, ou des rivalités communautaires dans la montagne libanaise. L’émigration depuis le Nord de la Syrie (Idlib) et la Palestine est, quant à elle, à rattacher principalement à des troubles communautaires entre Druzes et Sunnites8 ; elle est cependant restée plus diffuse et moins massive que l’émigration en provenance du Liban, aux effectifs pléthoriques. De tous les foyers de peuplement druze, le Djebel Druze constitue le dernier refuge pour les membres menacés de cette minorité.

7La figure 3 montre que les divers foyers de populations druzes ont eu des destins démographiques bien différents, certains gagnant de la population au détriment d’autres (fig. 3). Ainsi, au cours des siècles précédents, on peut noter une tendance forte : les foyers du Djebel Soumak, de Galilée et du Mont Karmel se sont vidés progressivement, par migration, au profit de la montagne libanaise et du Djebel Druze. Alors que le Djebel Soumak était un centre de peuplement unitaire important au cours des siècles qui ont suivi la naissance du druzisme, il n’est plus aujourd’hui qu’un espace de peuplement communautaire résiduel.

  • 9 La Ma’amoura correspond à l’espace cultivé par les sédentaires. Elle est l’équivalent de ce qui est (...)

8À partir du xviiie siècle, la montagne attirait les familles paysannes druzes du reste de la Syrie ottomane dont les conditions de vie se dégradaient à mesure que les potentats locaux sunnites s’émancipaient de la tutelle d’Istanbul. Ainsi, et contrairement aux idées reçues, le Djebel a été bien plus qu’un refuge face aux persécutions. C’était devenu aussi, au fil du temps, un lieu où les Druzes pouvaient espérer réorganiser leur vie avec plus de liberté et d’indépendance. Car le Djebel demeurait, à cette époque (xviiie et xixe siècle), une zone marginale de l’Empire ottoman, certes aux maigres ressources agricoles et soumise régulièrement aux raids des bédouins, mais où la proximité communautaire laissait espérer la fin des brimades et du servage. Les familles druzes cherchèrent donc également, par ce repli dans la montagne, à échapper à l’exploitation des grands propriétaires terriens de la Ma’amoura9 et à l’autorité d’Istanbul.

9Selon Norman N. Lewis (1987), le particularisme des Druzes fut une cause supplémentaire de leur émigration vers le Djebel. Pierre Gentelle (1986 : 28) fait également état de ce phénomène de regroupement communautaire dès le xviiie siècle. Il insiste plus sur les avantages directs octroyés aux membres de la communauté comme moyen incitatif à leur venue. Il écrit au sujet du nouvel émir du Djebel (Hamdan-el-Hamdan) :

« Il offre aux nouveaux venus terres et maisons gratuites, pourvu qu’ils soient Druzes ; aussi vient-il de nouveaux habitants de toute la Syrie, attirés par la liberté dont ils jouissent là ».

2. Le repeuplement du Djebel par les immigrés druzes 

10Fait attesté par les archéologues, les ruines antiques ont été réutilisées et réoccupées par les nouveaux arrivants druzes dès les premières vagues migratoires. Le processus de réoccupation du Djebel par les Druzes est donc lié aux flux migratoires familiaux qui ont permis l’appropriation des terres et des villages désertés du Djebel : les matériaux antiques à leur disposition (pierres de taille, linteaux de temples romains ou de basiliques byzantines…) ont donc été largement réutilisés pour ériger les premiers villages de colonisation.

  • 10 « Il semble que les premiers chefs de la famille Hamdan (…) se soient installés dans la région cent (...)

11Les Druzes n’ont véritablement repeuplé l’ensemble de la région que dans le courant du xixe siècle, alors que, au siècle précédent, la population druze était « clairsemée » et cantonnée dans un périmètre assez localisé. C’est essentiellement sur la bordure sud du Léja qu’a eu lieu l’arrivée des premières vagues migratoires, à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle, à l’origine du processus de réoccupation du Djebel Druze. Pour cette période, Norman N. Lewis (1987 : 78) note que la vague migratoire de 1711 s’est établie dans le Hauran, à l’ouest du Djebel et non sur les hauteurs du massif. Enfin, Narcisse Bouron confirme l’existence d’un noyau de peuplement druze établi entre Najran et Sweida, c’est-à-dire sur le piémont hauranais de la montagne10. La formation d’un noyau de population druze dans cet espace limité, entre la fin du xviie siècle et le début du xixe siècle, constitue donc le point de départ d’une expansion ultérieure, en direction de l’est et du sud (fig.4a).

  • 11 On citera par exemple J. S. Buckingham en 1816, J. L. Burckhardt en 1822, J. Berggren en 1826-1828, (...)

12Le processus de repeuplement du Djebel par les Druzes est  bien attesté par les voyageurs11 ayant traversé le pays durant le xixe siècle. Ainsi, J. G. Wetzstein et Martin Hartmann, cités par Pierre Gentelle (1986 : 27-28), écrivent :

« Cette partie des pentes, à l’est et au sud, porte environ 300 villes et villages désertés, alors qu’il n’y a que 14 endroits habités. Six d’entre eux furent colonisés depuis longtemps (Shaqqâ, Hît, Hayât, Jneineh au Nord-Ouest, Qreiyyeh au Sud, Bosra au sud-ouest), et sept furent peuplés dans le cours des deux dernières années par les entreprenants Kala’ani. Rudeimeh, Teimâ, Dûmâ, Tarbâ, Umm ar-Ruwâq, Mushennef et Bûsân. (…) À cette époque [fin des années 1880], la montagne semble avoir été à nouveau peuplée, mais peu densément dans les hautes terres. […] À la fin des années 1880, on comptait 27 450 habitants dans le Djebel ».

  • 12 Narcisse Bouron (1930) écrit au sujet de cette époque (fin xixe siècle) : « Depuis ce jour, ces hau (...)
  • 13 La conquête du Djebel est développée dans la seconde partie de ce chapitre consacré au processus de (...)

13La principale phase d’expansion du peuplement eut lieu, de façon échelonnée, tout au long du xixe siècle : c’est d’ailleurs à cette époque que la montagne volcanique qui portait jusque-là le nom de Djebel Hauran devient le Djebel Druze12. Il s’agit donc d’un mouvement long, concomitant de la phase de conquête de la montagne sur les bédouins qui s’y déployaient alors13. L’expansion du peuplement s’est faite par diffusion, à partir d’un noyau originel (bordures méridionales du Léja) qui s’est progressivement étoffé (voir la zone de forte densité de peuplement druze sur la figure 4a), en direction des espaces vierges à conquérir à l’est et au sud (fig.4b). Globalement, le repeuplement du Djebel s’est effectué du nord-ouest vers le sud-est, comme le note Marie Dupont (1994 : 69) (fig.4c). Au fur et à mesure des apports migratoires, qui se cumulent à la croissance naturelle de la population druze, l’expansion se réalise de façon apparemment continue sur tout le xixe siècle. Les cartes de la figure 4 attestent cette avance jusqu’à atteindre l’actuelle frontière jordanienne (fig.4).

3. Et le Djebel devient un réduit communautaire…

14Le processus d’homogénéisation confessionnel de la montagne est concomitant de la phase de peuplement du Djebel par les Druzes. En effet, l’arrivée par vagues successives de clans familiaux composés de membres d’une même communauté confessionnelle a comme conséquence la constitution progressive d’un véritable « réduit communautaire », c’est-à-dire d’un espace bien délimité (la montagne dans son ensemble et les zones de plaine situées au pied de la montagne à l’ouest et au nord) dans lequel l’écrasante majorité des habitants appartient à la confession druze. Il se situe dans une région (Sud-Damas) largement dominée par l’Islam sunnite. L’homogénéité religieuse du Djebel est un phénomène remarquable en Syrie par son ampleur.

  • 14 Nous contestons cependant ces chiffres. En effet, l’exode rural vers Damas et sa région a entraîné (...)
  • 15 Voir le chapitre suivant.
  • 16 En 1927, de nombreux combattants druzes n’ont pu être recensés car ils étaient réfugiés en Transjor (...)

15Jean-Paul Pascual (1991 : 102) affirme que « le regroupement de 80 % du peuplement druze14 en Syrie au sud du pays (…) est un trait spécifique ». À la création de l’État du Djebel Druze15, en 1921, les Druzes formaient environ 85 % de la population totale du mini-État (Bokova, 1990 : 74). Selon Nikolaos Van Dam (1979 : 21), la province était peuplée à 87,6 % par les Druzes à l’époque mandataire. Le premier recensement de la population que nous possédons est celui de 1927. Il indique la répartition confessionnelle des habitants de la montagne quelques décennies à peine après les dernières migrations massives ayant atteint le Djebel (fig.5). Les Druzes représentaient 89 % de la population totale du Djebel à cette date16 et aucun village druze, ni même aucun Druze, n’est présent à l’ouest de la frontière de l’État, dans le Hauran. Les villages druzes sont, pour la plupart, localisés dans la montagne et dans le Léja. À l’inverse, les villages chrétiens sont cantonnés essentiellement sur les piémonts et particulièrement à l’est du Hauran (fig.5). Ces villages occupent une position périphérique au sein de la montagne druze, car les chrétiens n’occupaient pas les hauteurs du Djebel à l’arrivée des Druzes à la fin du xviie siècle. Les chrétiens représentent 9,5 % de la population de l’État du Djebel Druze en 1927, alors que les musulmans totalisent moins de 1,5 % des effectifs.

16La constitution d’un isolat confessionnel s’est également réalisée par le cantonnement des populations chrétiennes de la montagne. Narcisse Bouron (1930 : 212) écrit à ce sujet :

« Hamdan-el-Hamdan, après avoir peu à peu repoussé vers la Damascène et vers les régions désertiques de l’Est, les anciens occupants, les Bédouins, et relégué, dans les villages de son choix, la population des Chrétiens orthodoxes, était devenu le maître de la montagne. Les Bédouins avaient repris la route du désert, et les Chrétiens s’étaient résignés, peu à peu, au rôle de serviteurs des Druzes ».

17Le processus de peuplement s’est donc accompagné d’un effort de refoulement et de cantonnement des autres communautés religieuses présentes, provoquant l’homogénéisation confessionnelle progressive de l’espace que les Druzes cherchaient à occuper. De nos jours, la répartition confessionnelle dans le Djebel n’a certainement que très peu varié par rapport à 1927 : on peut retenir sans doute cette proportion de neuf habitants druzes sur dix, le reste étant constitué essentiellement de chrétiens. Les Sunnites représentent une part très réduite de l’ensemble de la population (certainement moins de 1 %).

4. L’installation des clans druzes et la formation des territoires familiaux originels 

18Les déplacements des populations druzes vers le Djebel, au xviiie et surtout au xixe siècle, ont concerné des lignages familiaux. D’après le récit de Martin Hartmann (1899 : 62), nous savons par exemple que :

« En 1711, à la suite d’un conflit entre Druzes au Liban même, la branche dite des Yemenis est contrainte d’émigrer. Un nouvel émir, Hamdan el Hamdan, étend la domination des Druzes sur tout le Djebel ».

19Norman N. Lewis (1987) explique de son côté comment la distribution des migrants druzes dans le Djebel, structurés en clans originaires des anciennes zones de peuplement druze, s’est accompagnée au xixe siècle de la mise en place de territoires formés de villages placés sous la coupe de grandes familles et qui constituaient les véritables assises de leur pouvoir.

20Au nord : « Shahba était le fief de la famille Amir dont on disait qu’elle était venue dans le Djebel en 1805 de l’un des villages du mont Hermon. À partir de Shahba, ils colonisèrent d’autres lieux proches et devinrent l’un des clans les plus puissants du Djebel » ; « Les cheikhs Qal’ani de Shaqqa, rivaux des Amir, envoyèrent des colons vers le Sud et l’Est […] » (Lewis, 1987 : 84).

21Au sud : « La famille Atrash était d’origine ‘Halabi’ […]. Qurayyah devint la base pour une campagne de colonisation dans la partie sud du Djebel […] » (Lewis, 1987 : 87).

22Dans le Léja : « Les Druzes, conduits par les cheikhs Qantar de Dama, s’établirent dans six autres lieux alentours » (Lewis, 1987 : 88).

23Narcisse Bouron (1930 : 294), après son séjour dans le Djebel, exprime la même idée :

« Nous avons vu l’exode du Liban s’effectuer sous la conduite des chefs de familles ; celles-ci se groupant dans un ou plusieurs villages sous le commandement des plus anciens. Ainsi, dans chaque agglomération, aujourd’hui, nous trouvons une famille nettement dominante, et qui occupe parfois, à elle seule, le village presque en entier (…) ».

24On saisit mieux ainsi la façon dont l’espace a été occupé et structuré à cette époque. Après l’occupation d’un village souche, les membres de chaque grand clan ont cherché à investir les villages désertés des alentours pour agrandir leur territoire. Cette colonisation a permis la réoccupation des sites des villages abandonnés et la constitution de « fiefs » placés sous la domination des chefs de clans (cheikhs). Ainsi de nombreux villages furent-ils reconstruits et habités à nouveau, souvent – du moins à l’origine – par les enfants du chef de la lignée dominante, que venaient rejoindre de nouvelles familles d’immigrés qui devaient leur faire allégeance. Ces derniers devenaient ainsi des « familles secondaires » composées de métayers placés sous la domination du cheikh.

  • 17 « Les Atraches sont la grosse famille du Djebel. Leur influence domine la moitié du territoire. (…) (...)
  • 18 Les demeures fortifiées des cheikhs, réalisées en gros appareil de basalte – souvent des éléments d (...)

25L’ouvrage du général Andréa (1937), officier de l’Armée française du Levant, soulignait avec insistance cette structuration de la société druze qui posa tant de problèmes à l’administration coloniale dans le Sud de la Syrie. Une carte des grandes familles, chacune à la tête d’un ensemble de villages qu’elles dominaient grâce à l’allégeance des chefs des familles mineures, y est proposée pour schématiser la structure socio-spatiale du pouvoir local et communautaire au début du xxe siècle (fig.6). À l’époque du Mandat français, la famille Attrach était la plus puissante17, tout en demeurant elle-même divisée en plusieurs lignées souvent rivales. Ses rivaux du Nord étaient les Amer. En tout, « pas moins de quinze territoires d’influence distincts de grandes familles aristocratiques dans la seule montagne », note Xavier de Planhol (1997 : 81). Ainsi, chaque clan contrôlait depuis sa maison-forteresse18 un ou plusieurs villages soumis à son autorité. Véritables « fiefs » sur lesquels chaque chef de famille dirigeante (cheikh temporel) avait une totale initiative, l’ensemble de ces zones constituait, à cette époque, un espace très fragmenté par les rivalités et les animosités que ces familles entretenaient entre elles.

26C’est donc parce que les groupes d’émigrés, lorsqu’ils colonisèrent le Djebel, étaient largement privés de cohésion socio-politique malgré leur confession commune, que l’organisation spatiale du Djebel s’est d’abord constituée, à cette époque, sous la forme d’un conglomérat de zones d’influences rivales, véritables territoires de clans. Ceci constitue, à cette époque, le facteur majeur de la fragmentation territoriale du Djebel Druze. Dans ces conditions, la structure sociale de la communauté druze du Djebel n’a pas permis, avant le xixe siècle tout du moins, la constitution d’un territoire de la communauté dans l’espace qu’elle occupait.

B. Des territoires de la communauté des Druzes de Syrie méridionale au territoire communautaire

27Il peut sembler à première vue paradoxal de s’attarder sur le processus de construction d’un territoire de la communauté druze de Syrie méridionale, alors que nous savons maintenant pertinemment que ces Druzes forment, du fait de leurs antécédents migratoires, une société très morcelée. Il apparaît d’ailleurs que les premiers territoires construits par les Druzes dans le Djebel ont été des territoires structurés autour de grandes familles. Dans ce cas, nous risquons d’être confronté à une contradiction évidente : des territoires claniques ne peuvent former un territoire de la communauté toute entière.

28Nous avons constaté à plusieurs reprises que le Djebel occupait une place centrale dans les récits historiques des auteurs qui ont écrit sur les Druzes du Sud syrien. L’époque durant laquelle de nombreuses confrontations entre la communauté et le pouvoir central d’alors se sont produites (seconde moitié du xixe siècle - début xxe siècle), fait ainsi l’objet de traitements particuliers dans les monographies historiques consacrées aux Druzes de Syrie. Et, presque systématiquement, la montagne qui abrite la communauté se change en un acteur à part entière des événements pour devenir un espace symbolisant la lutte pour l’autonomie communautaire. Cette histoire de rebellions et d’affrontements est toujours très présente dans la mémoire collective contemporaine de la communauté druze du Djebel et fait l’objet d’une production iconographique riche. Quel rôle l’histoire locale a-t-elle joué dans le processus de construction d’une identité communautaire propre aux Druzes du Djebel ?

1. La « conquête » du Djebel : une appropriation par la force

29Dès la première vague de la migration druze en direction du Djebel, les tribus bédouines qui parcouraient la montagne avant l’arrivée des Druzes, furent refoulées vers l’est. Narcisse Bouron (1930 : 126) note ceci :

« En quelques jours, les tribus bédouines errantes qui, depuis des siècles, dévastaient le vieux pays romain, furent chassées et les Druzes occupèrent le pays ».

  • 19 Ce secteur correspond à la région centrale du Djebel, sur le piémont du versant occidental, entre N (...)

30Cet épisode se situe à la fin du xviie siècle. L’auteur fait allusion, sans toutefois le préciser, à l’occupation des bordures méridionales du Léja autour de Najran, c’est-à-dire le secteur où les premiers immigrés druzes, menés par la famille Hamdan-el-Hamdan, se sont installés. L’arrivée de ces primo-migrants et leur installation dans la zone de piémont entre Hauran oriental et Djebel19 n’a cependant pas coïncidé avec le contrôle total de tout le massif montagneux. Les hauteurs du Djebel demeurent toujours, à cette époque, des terrains de parcours des bédouins pour leurs activités pastorales et l’habitation estivale.

31L’occupation de la montagne au détriment des tribus bédouines s’échelonna durant tout le xviiie et la première moitié du xixe siècle. Le Général Andréa (1937 : 29) rend compte du début de cet épisode de la manière suivante :

« La communauté est dirigée par un chef énergique, le prince Hamdan, lequel rêve pour sa race d’une situation meilleure. En bordure des plaines du Hauran, à l’est, est une montagne habitée en été par des bédouins vivant sous la tente et nomadisant pour trouver les pâturages nécessaires à leurs troupeaux. Dans cette montagne, il y a des terrains cultivables dont Hamdan voudrait bien s’emparer pour y fixer son peuple et le sortir de la condition inférieure qu’il a au Hauran. Les bédouins sont nombreux, mais les Druzes, depuis l’arrivée de leurs frères du Liban, ne le sont pas moins. Conduits par Hamdan, qui a mûri et préparé l’expédition, ils envahissent le Djebel, tombent sur les nomades, les battent, les refoulent vers le Sud et les vainqueurs prennent possession de la montagne ; ils n’en partiront plus et, désormais, le Djebel-Hauran s’appellera Djebel-Druze ».

32Le refoulement des nomades sunnites constitue une étape importante dans la construction de la base territoriale de la communauté druze du Sud syrien. La conquête armée de la montagne marque une prise de possession de ce nouvel espace de déploiement.

  • 20 Narcisse Bouron (1930 : 213) écrit : « Le pacha de Damas pour ne pas créer d’ennuis à la Porte, et (...)

33Le conflit avec les bédouins à peine terminé, les Druzes se trouvèrent rapidement en opposition avec les paysans sunnites du Hauran pour le contrôle des terres qui se situaient à la limite du peuplement des deux communautés religieuses. C’est donc cette fois sur la zone du piémont occidental, entre plaine et montagne, que les affrontements avec les populations sunnites du Hauran furent, au xixe siècle, les plus nombreux. Les terres agricoles du Hauran voisin étaient le grenier à blé de Damas et la chasse gardée des riches familles hauranaises, grands propriétaires terriens, alliés de la bourgeoisie urbaine et du pouvoir turc20. En effet, à l’époque ottomane, le Hauran représentait une des assises économiques d’un système politique dominé par les Sunnites. Les Druzes, minoritaires, ne purent réellement s’y installer mais cherchèrent à de nombreuses reprises à profiter de cette richesse, alors qu’ils vivaient cantonnés dans les montagnes périphériques au potentiel agricole limité et aux terroirs difficilement cultivables. Au sujet des relations entre les Druzes de la montagne et les Sunnites du Hauran, Lenka Bokova (1990 : 76) note :

« Les Druzes syriens entretiennent cependant des relations traditionnellement hostiles avec les Bédouins et les paysans haouranais, dont ils razzient épisodiquement les récoltes ».

34Quand il évoque ces affrontements sporadiques entre Druzes et Sunnites hauranais, Jean-Paul Pascual (1991 : 103) constate :

« Le conflit le plus dur (…) se situe dans les années 1860 ; à la suite de la forte immigration de Druzes du Mont Liban, la communauté cherche à étendre son territoire vers l’ouest aux dépens des Hawranais. Chassant les populations locales, les Druzes s’emparent de quelque 17 villages et de leurs terroirs qu’ils refusent de rendre malgré les pressions de l’État et ses interventions armées en 1876 et 1877 et une nouvelle guerre avec les Hawranais en 1888 ».

35D’autres auteurs, dont des voyageurs français ayant parcouru la région au début du xxe siècle, confirment cette opposition. Par exemple, dans sa monographie, Narcisse Bouron (1930 : 213) évoque les rapports tendus entre la plaine musulmane et la montagne druze :

« Les turbulents montagnards druzes cherchaient sans cesse à empiéter sur la riche plaine du Sud-Ouest […]. À l’automne, les moissons engrangées, ils venaient par surprise, par bandes armées, montés sur leurs petits chevaux rapides et nerveux, razziaient un village et disparaissaient dans leurs montagnes. […] En 1879, un gros rezzou, descendu de Soueida, sous la conduite de Brahim-el-Attrache, s’empara du village de Bosr-el-Harrir, habité par des musulmans et par quelques chrétiens ».

36L’hostilité des Druzes envers les paysans hauranais et les bédouins s’explique par le contexte dynamique de la conquête du Djebel et de sa constitution en un territoire druze. La mise à distance des populations paysannes sunnites du Hauran – cantonnement à l’extérieur de la montagne – ainsi que des tribus bédouines – refoulement dans le désert à l’est du Djebel – en est la principale conséquence.

37La conquête du Djebel par la force, en affirmant la suprématie druze sur cet espace dorénavant occupé, constitue un acte d’appropriation central dans le processus qui consiste à faire de cette montagne un territoire pour l’ensemble de la communauté druze du Djebel.

2. La quête précoce de l’autonomie sous les Ottomans et les débuts de l’édification d’une communauté druze du Djebel

38La quête de l’autonomie par les Druzes du Djebel est passée par une phase de conflits violents au cours desquels les divers clans qui ne formaient jusqu’alors qu’une zone de peuplement homogène – en fait un simple groupement de populations druzes – ont cherché à se constituer en communauté à part entière pour faire face à l’ennemi commun extérieur. Dans ce cas, la mobilisation de la ressource communautaire peut être une stratégie établie et préméditée par les chefs de guerre.

Les combats pour l’indépendance de la communauté druze du Djebel

39Lorsque les Druzes investirent le Djebel, à la fin du xviie siècle, ils recherchaient l’autonomie politique, seule condition pour assurer la sauvegarde de leur identité religieuse. Narcisse Bouron (1930 : 126) note que c’était « pour échapper davantage à la surveillance étroite de Damas et se jouer plus à l’aise de l’autorité de la Porte ». De plus, les raisons alors invoquées par le nouveau chef de la montagne, Hamdan-el-Hamdan, pour attirer de nouveaux immigrants, étaient d’ordre sécuritaire et autonomiste. Narcisse Bouron (1930 : 128) écrit, en effet, que le chef de la montagne hauranaise avait effectué les promesses suivantes :

« N’accorder sa protection qu’aux Druzes ; organiser à l’intérieur du Djebel la vie religieuse secrète telle qu’elle l’était déjà dans les solitudes de l’Hermon ».

  • 21 « Ce serait en effet pour se soustraire à l’autorité des Ottomans qu’en 1685, le premier groupe de (...)

40« Chez les Druzes haouranais, la raison originelle de leur arrivée au Haouran21 – la quête de l’indépendance dans la cohésion face à l’extérieur – finit par dominer (…) » écrit Lenka Bokova (1990 : 76). L’auteur ajoute que les premières 240 années (de 1685 à 1925) de la présence druze dans le Hauran, dont « surtout les cent dernières années (…) sont marquées par la défense farouche de leur autonomie ». La famille Attrach, qui dominait la région depuis 1869, renforça son prestige et son emprise grâce à la défense acharnée de l’autonomie de la communauté devant les Turcs. Sous sa coupe, les Druzes conservèrent une large autonomie régionale dans tout le Djebel, malgré les opérations militaires des forces centralisatrices pour les soumettre.

  • 22 Cf. Saleh, 1977 et Schilcher, 1981.
  • 23 Entre 1830 et 1840, l’Égypte s’était émancipée de la tutelle ottomane et avait conquis la Syrie qui (...)
  • 24 L’administration turque cherchait à lever l’impôt au Djebel ou à imposer la conscription.
  • 25 N. Bouron (1930 : 181) note : « En 1837, le Gouvernement réclame quelques centaines de recrues aux (...)
  • 26 Lors du repli de son armée, le général Ibrahim fut harcelé par les guerriers druzes.
  • 27 Suite à un rezzou sur un village du Hauran, « […] le gouverneur de Damas, las de ces razzias contin (...)
  • 28 « En 1896, la Porte (…) forma le projet d’établir une conscription limitée sur le Djebel. Une fois (...)
  • 29 La tentative de construction par les Turcs d’une caserne à Sweida, pour contrôler la région, provoq (...)
  • 30 « Le parti Jeune-Turc, alors au pouvoir, délègue Samy-Pacha, avec une armée, pour dompter la Montag (...)
  • 31 Depuis le Djebel, une guérilla contre les Turcs qui avaient scellé alliance avec les Empires centra (...)

41L’historiographie francophone et anglophone22, qui traite de la communauté druze du Djebel, s’est beaucoup intéressée aux conflits qu’elle livra, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, contre des pouvoirs centraux successifs qui étaient tous perçus comme puissances occupantes (qu’il s’agisse de l’Empire ottoman, du pacha d’Égypte Muhammad Ali ou de la France coloniale). À partir de cette époque, les historiens tant mandataires que contemporains rapportent que l’histoire de la communauté druze du Djebel fut rythmée par les conflits armés l’opposant à la puissance ottomane, à laquelle les Druzes refusaient de se soumettre. Cette constante dans la stratégie du groupe durant tout le xixe siècle engendra de multiples répressions dont il fut victime à cette période. Enfermés dans leur « forteresse montagnarde », les Druzes de Syrie résistèrent aux assauts répétés des armées égyptiennes23, puis turque, qui tentaient de mâter les révoltes communautaires et d’imposer leurs réformes24. La montagne s’embrasa à de nombreuses reprises : en 183725 et en 1840 contre le pouvoir égyptien et l’armée d’Ibrahim Pacha26 (le fils de Muhammad Ali) ; en 187927, en 189628, en 190629, en 191030 et encore en 191431 contre les Ottomans. L’attachement des Druzes à leur autonomie est à l’origine de ces épisodes guerriers.

42Dans sa contribution à l’ouvrage de Jean-Marie Dentzer et Jacqueline Dentzer-Feydy, Jean-Paul Pascual (1991 : 102) note le caractère rebelle et guerrier de la communauté druze en formation dans le Djebel et son opposition ouverte à l’État :

« Société montagnarde, ces structures sociales particulières [l’auteur parle d’un peuple original et homogène de sédentaires paysans, avec des structures sociales distinctes, dominé par sa propre aristocratie de familles dirigeantes] lui confèrent une certaine tendance au séparatisme et elle s’organise, dans une région difficile d’accès, en marge de la société ottomane. Elle ne reconnaît depuis le xviiie siècle l’autorité d’Istanbul que de nom et ce en dépit des nombreuses campagnes militaires menées pour la soumettre (…). Ainsi, (…) le pouvoir ottoman ne parvient pas à imposer son autorité sur la Montagne. La communauté druze, fortement retranchée dans le Jebel, (…) conserve une autonomie administrative et judiciaire et jouit de l’exemption du service militaire en échange de la protection qu’elle offre contre les incursions des nomades ».

43Le particularisme des Druzes, déterminés à défendre leur autonomie, semble bien, dans cette citation, se rapprocher d’un régionalisme. L’autonomie administrative et judiciaire dont parle Jean-Paul Pascual, s’étend à un Djebel qui est devenu une marge incontrôlée d’un empire au pouvoir lointain. La montagne druze s’individualise donc au xixe siècle, car elle offre à ses habitants un cadre à leurs desseins d’autonomie politique, culturelle et sociale. On peut penser ainsi que cette période d’affrontements réguliers contre un ennemi commun fut déterminante dans le processus de gestation communautaire spécifique aux Druzes du Djebel.

L’amorce d’une « fusion » des clans druzes du Djebel en une communauté propre

44Recherchant les racines du soulèvement druze contre le Mandat français, Lenka Bokova (1990 : 77) cite un passage essentiel du texte de Narcisse Bouron (1930 : 212) :

« Depuis lors (le xviiie siècle), le Djebel Haouran servira de refuge à une “ population d’exilés volontaires et de proscrits ” qui « s’était groupée en une communauté étroitement unie qui, en lutte constante avec les nomades du Safa et du Ledja, avait conservé ses traditions guerrières, son farouche instinct d’indépendance (…) ».

45S’éclaire ainsi la façon dont des groupes familiaux venus d’horizons divers se sont réunis, « ont formé une communauté », à l’occasion de leur lutte pour l’indépendance commune.

  • 32 L’installation des migrants druzes constitue le premier de ces actes fondateurs.

46La fragmentation interne et structurelle de la société druze du Djebel, longuement traitée en début de chapitre, ne doit cependant pas faire oublier l’ « esprit de corps » qui a caractérisé le groupe, au cours du xixe et du xxe siècle, lorsque son existence était menacée. Face à un danger commun venu de l’extérieur, les clans familiaux, pourtant rivaux localement, ont toujours reconstitué un vaste réseau unifié derrière leurs chefs de guerre (les Hamdan face à la menace des bédouins, les Attrach face à un État allogène) et leurs grands cheikhs religieux. Face à l’adversité, la communauté a transcendé ses clivages claniques pour former un groupe difficilement domptable, comme le montre l’échec des nombreuses tentatives de ceux qui voulurent lui imposer la soumission. Les combats contre les Ottomans ou les bédouins ont renforcé cette tendance et ont constitué les actes fondateurs32 déterminants dans la construction de la communauté druze du Djebel, laquelle, du fait de sa propre histoire, s’individualise en se distinguant des autres communautés druzes, la libanaise principalement. Alors que, jusque-là, l’histoire des familles du Djebel se situait encore en grande partie dans leur foyer de provenance, les batailles pour la conquête et pour l’indépendance du Djebel ont déplacé leur histoire dans ce nouveau lieu, devenu central dans le processus de construction communautaire. De cette sorte, les Druzes du Djebel se fédèrent, se construisent une histoire commune et glorieuse, renforçant ainsi leur identité par leur ancrage en un lieu avec lequel ils font corps.

47Nous sommes donc en droit de penser que, pour la communauté druze du Djebel en gestation, bien que divisée par des clivages internes, l’« unité » est instrumentalisée dans diverses occasions, comme dans les cas où les grands chefs de clans, pour défendre leurs privilèges et leur hégémonie, font appel à l’union sacrée de la communauté face à l’adversité commune et mobilisent en ce sens leur clientèle, les familles secondaires et tous les autres membres du groupe. La référence au « communautaire » est ainsi une ressource pour les acteurs sociaux dominants, qui est utilisée principalement à usage externe.

3. L’instrumentalisation d’une histoire guerrière

48Il semble donc possible et même probable que cette ressource, utilisée à chaque fois que les chefs de clans druzes en voient la nécessité, devienne si « évidente » et habituelle qu’elle intègre, à un moment ou à un autre, l’identité du groupe en favorisant l’élargissement, pour tous ses membres, de ce qui fonde la communauté. Des éléments identitaires nouveaux, tels les mythes qui naissent d’une histoire qui s’écrit au gré des batailles, peuvent ainsi faire leur apparition et trouver leur place dans le processus identitaire qui tend à faire des Druzes du Djebel une communauté qui s’individualise sur un territoire propre.

La montagne, un acteur de la stratégie de guérilla des Druzes

  • 33 Nous rappelons qu’il s’agit d’une coulée de lave impénétrable située sur le flanc occidental du Dje (...)

49Les implantations druzes, depuis le départ d’Égypte des prédicateurs au xie siècle, ont surtout eu lieu dans des zones montagneuses. Le Mont Hermon (ou  Djebel Cheikh) est resté célèbre pour avoir accueilli les premiers prédicateurs druzes venus du Caire : il est mentionné sous le nom d’ « enceinte sacrée » dans la monographie de Narcisse Bouron (1930 : 5). En Syrie du Sud, le Léja33 a servi de protection d’abord en 1711 aux migrants druzes du clan Yamani venus de la montagne du Liban, puis aux habitants du Djebel eux-mêmes lors de leurs révoltes contre les Turcs : les Druzes l’auraient surnommé Qallat Allah, la « forteresse de Dieu ».

50Composant déterminant de leurs techniques de guérilla, le relief devint « l’allié » providentiel des combattants : les zones volcaniques composées de roches craquelées, de zones crevassées, jalonnées d’un réseau de grottes sous les laves durcies où l’eau est parfois encore présente, se sont avérées des atouts essentiels dans la stratégie de guérilla des Druzes. Cette zone du Léja, ainsi que les reliefs volcaniques du Djebel, sont propices aux embuscades et pratiquement impraticables pour une armée moderne ; ils ont permis aux résistants druzes de sortir toujours vainqueurs de leurs affrontements. « Retranchés dans leur montagne, où aucune armée lourde et étrangère n’ose s’aventurer », écrit Lenka Bokova (1990 : 78), les Druzes n’offrent aucune prise au pouvoir central qui tente de les soumettre. La toponymie locale est empruntée au vocabulaire défensif militaire. Elle souligne le rôle décisif incarné par le relief, partie prenante des succès militaires des combattants druzes. Robert Brenton Betts (1988 : 138) nomme ce lieu : « The Refuge ».

51Ainsi, au cours de la période ottomane, à chaque offensive extérieure, les combattants druzes se réfugièrent principalement dans le Léja. Nous avons noté ci-dessous le champ lexical à caractère défensif et militaire qui figure dans les écrits de Narcisse Bouron, de Lenka Bokova lorsqu’il s’agit de désigner la montagne dans son ensemble : elle est tour à tour « bastion » puis « barricade », ou « repaire », ou encore « inexpugnable forteresse », tantôt « inaccessible », tantôt « inviolable », que l’on cherche à « dompter », à « dévaster »… Le récit des événements de 1837-1838 fait par Narcisse Bouron (1930 : 184) montre la place déterminante du Léja dans la technique défensive de guérilla druze :

« Leurs villages abandonnés, les Druzes se sont jetés dans le désert volcanique et aride du Ledja et une guérilla meurtrière commence pour les troupes de l’Égyptien. Inexpugnables dans cette immense solitude de collines abruptes et de pierres calcinées, où la cavalerie ne peut passer que par des sentiers de chevriers, les Druzes infligent des pertes cruelles aux détachements albanais qui tentent de les atteindre. (…) Tout le pays est soulevé. Chaque rocher cache un ennemi. Cinq régiments albanais sont successivement battus et une partie de l’artillerie égyptienne est prise. (…) Furieux alors, l’Égyptien entre dans le Ledja. Devant lui les Druzes font le vide et jouent avec avantage de l’embuscade. (…) Le sol lui-même était complice et protégeait ses défenseurs ».

52Cette dernière phrase résume bien l’importance du rôle du relief, dans ce récit, certes romancé, de l’auteur. La montagne devient ainsi un acteur de la défense de la communauté.

Les mythes du territoire-forteresse et du guerrier

53La mémoire accumulée de toutes les victoires militaires remportées sur les puissances étrangères occupantes a contribué de façon décisive à la construction du mythe territorial des Druzes de la montagne. Le couple composé de l’homme (un guerrier montagnard) et de son territoire (une montagne-forteresse imprenable) a fonctionné à merveille pour la construction d’une identité territoriale et la consolidation d’une identité collective qui se conçoit comme refermée sur elle-même. Si l’histoire militaire a joué, comme nous l’avons vu, un rôle fédérateur pour le groupe, elle a également sublimé le rôle de la montagne dans ce processus. C’est par ce procédé que l’espace a été mythifié.

  • 34 Le passé guerrier et rebelle des Druzes de Syrie est l’objet d’une certaine admiration de la part d (...)

54Toujours victorieux militairement tant des Turcs que des Égyptiens, les Druzes ont hérité, dans les représentations occidentales, d’une image de guerriers courageux et tenaces34. Ceci transparaît largement dans les écrits des auteurs français de l’époque du Mandat qui, en personnifiant la montagne, mettent en évidence le déterminisme d’un lieu qui aurait le pouvoir de façonner les hommes et de conserver leur identité :

« C’est le Djebel seul qui garda les coutumes et les traditions les plus lointaines. C’est lui qui fut depuis de longs siècles le refuge de tous les irréductibles et de tous les persécutés… » écrit Narcisse Bouron (1930 : XII).

  • 35 Voir infra, paragraphe suivant.
  • 36 Depuis que le régime baassiste cherche à imposer son idéologie nationaliste, les attributs communau (...)

55Mais cette représentation est loin d’avoir été l’apanage des seuls Occidentaux. L’image du cavalier druze (incarné souvent par Sultan el-Attrach35) sur fond de montagnes volcaniques figure sur toute une iconographie visible dans l’ensemble du Djebel, parfois dans l’espace public (place centrale de Sweida par exemple), mais surtout dans l’espace privé36 (salles de réception des maisons) – (pl. photos I). La symbolique du guerrier allié à la montagne structure l’imaginaire historico-culturel de la communauté druze syrienne dans son ensemble : le mythe de l’invincibilité, de l’union sacrée des Druzes face à la menace extérieure et du sanctuaire protecteur, que le Djebel offre, constitue une puissante force évocatrice et collective. Les trois tableaux que nous présentons (pl. photos I), œuvres d’artistes druzes, ornent l’intérieur de maisons druzes dans le Djebel ou à Jeramana (banlieue druze de Damas). La première photographie représente le combat des défenseurs druzes contre les troupes turques au xixe siècle ; la seconde, une bataille contre les troupes turco-allemandes à la fin de la Première Guerre mondiale ; la troisième, la bataille d’el-Kafer contre les troupes françaises, le 20 juillet 1925, remportée par le chef druze Sultan el-Attrach.

56La composante guerrière, rebelle et héroïque de la communauté druze du Djebel, constitue ainsi un élément central de son identité et de sa culture, comme le souligne Kathleen A. Hood (2002) qui a conduit des recherches en ethnomusicologie à partir des chants folkloriques des Druzes de Syrie. À cela s’ajoute la place centrale du Djebel, thème typique de la poésie lyrique druze, qui joue un rôle important dans la mémoire communautaire. En commentant un poème de Zayd el-Attrach, écrit durant la guerre d’Octobre 1973, Kathleen A. Hood (2002 : 142) note qu’ « il évoque le fameux leader Sultan el-Attrach, mentionne les paysages du Djebel, et se réfère à l’honneur de mourir dans la bataille ». Ainsi, « l’amour de la patrie », le courage et l’héroïsme constituent-ils des valeurs essentielles de la culture druze, devenues autant de thèmes véhiculés par la poésie et donc toujours présents dans la mémoire collective. À ce sujet, Kathleen A. Hood (2002 : 155) rend compte d’un entretien qu’elle a réalisé avec M. ‘Ubayd en septembre 2000 :

« Je n’étais pas présent lors de la révolution [celle de 1925-1927], mais à travers les chants, j’ai appris ce qu’il s’était passé. J’ai mémorisé plusieurs jawfiyyât (genre musical) et elles m’ont raconté les batailles de Kafr et de Mazraa ».

57Ainsi, la révolution de 1925-1927 a-t-elle inspiré l’écriture de nombreux textes qui sont passés dans le folklore druze et dans l’histoire orale de la communauté. Véhiculés dans les madhafe-s, ils racontent surtout le passé glorieux de leurs ancêtres et la bravoure des guerriers druzes, comme on peut s’en rendre compte dans les passages suivants, extraits du travail de Kathleen A. Hood (2002 : 158-159-160) :

« Quand nous sommes arrivés à al-Ayyin, alors à Kafr la réunion [avec les Français] eut lieu.
Ces pauvres Druzes [leurs vêtements étaient rapiécés] combattirent et leur spécialité était de tuer l’ennemi.
Ils ont défié la mort et, en l’espace de 15 minutes, ils ont surpassé toute l’armée [française] ».

  • 37 Le laffe est le carré de tissu que les cheikhs religieux portent sur leur tête. Ce vers du poème fa (...)

« Nous sommes ceux qui étanchons la soif de nos épées avec le sang de nos ennemis,
Et nous sommes ceux qui empêchons les canons de tirer en utilisant nos laffa37 ».

  • 38 Sa’ïd al-Qmaizy est le surnom de Saïd Abou Assaf qui aurait obstrué le canon ennemi et qui, sur son (...)

« Ô Djebel, nous te connaissons comme notre montagne de tristesse ;
Ô combien de sang de tes hommes coule sur ton sol.
Ô Djebel, en toi, il y a la chute, la défaite, et les plaintes ;
Ce qui était impossible est en train d’arriver.
Où est Sa’ïd al-Qmaizy38 et Shalghin ?
Jabir est celui qui a terrorisé les hors-la-loi et qui a levé son bras en signe de victoire ».

  • 39 Nous en avons relevé les paroles lors d’une cérémonie de mariage qui eut lieu en 2001 dans le villa (...)

58Dans le même registre, Narcisse Bouron notait déjà, à son époque, combien la poésie et les chants étaient riches d’images et de métaphores guerrières. Voici par exemple la traduction d’un poème traditionnel que nous avons retranscrit et qui est chanté parfois lors de fêtes de mariages dans les villages du Djebel39.

«  Ô toi qui sur ton cheval, chevauchant plus vite que l’oiseau,
Transmets mon salut sur le voile de la mariée à Moufak Al-Khayri.
Et à Sultan à Al-Qrayya, accoutumé à égorger les soldats,
À Jihad, le loup des moutons, qui protège les belles jeunes filles,
qui séduit avec ses cils et qui entasse les cadavres des soldats »

59Ce poème chanté fait directement référence aux événements de 1954 : si Moufak est le marié, Jihad est un résistant druze qui a combattu les soldats de Chichakli pendant les émeutes de Sweida.

60Ainsi, le mythe territorial druze est-il construit sur un processus historique sublimé, au cours duquel la montagne a été pensée comme un sanctuaire protecteur et qui mène le guerrier druze à la victoire. C’est l’image de la montagne refuge alliée au guerrier défenseur qui sert à la construction d’un territoire dans lequel on retrouve la fonction protectrice nécessaire à la préservation de la religion secrète importée du Liban. Le Djebel, réduit défensif d’une communauté certes opprimée mais œuvrant continûment pour sa sauvegarde, revêt alors une dimension mythique.

61Dans la continuité de cette structuration identitaire autour d’un territoire servant de sanctuaire pour la communauté, le chef devient l’ultime symbole communautaire et la véritable incarnation de la triade communauté-montagne-religion.

Le za’ïm, un symbole identitaire

  • 40 Il est né en 1891 et mort en 1982.

62Si un homme incarne parfaitement l’image de la montagne druze, il s’agit bien de Sultan Pacha el-Attrach, chef militaire des Druzes du Djebel durant presque tout le xxe siècle40. À la fin de l’époque ottomane (seconde moitié du xixe siècle), les Druzes dominent militairement le Djebel. Les bédouins sont tenus à distance, les forces impériales s’avèrent incapables de soumettre la région malgré de multiples tentatives : la communauté y est souveraine. Chaque grande famille (véritable clan « féodal »), dominante sur son fief, est potentiellement mobilisable derrière les Attrach lorsque la communauté est menacée. Cette organisation militaire qui donne aux Attrach un rôle majeur est à l’origine du poids symbolique de cette famille, un poids qu’elle a conservé jusqu’à aujourd’hui. Sultan Pacha el-Attrach, chef de la maison d’Al-Qrayya, a commandé, durant la première moitié du xxe siècle, les troupes druzes lorsque la communauté était menacée.

63Lors d’une visite que nous avons effectuée dans un village druze de la montagne (Ura), notre interlocuteur, un fonctionnaire druze de l’administration, nous a déclaré :

« Ura était la capitale de l’émirat du Djebel sous les Turcs et jusqu’au Mandat. La maison Attrach d’Ura possédait le titre d’émir, reçu des Ottomans, et dirigeait le Djebel politiquement. Le centre religieux principal était à Qanawat et l’État-major à el-Qrayya entre les mains des Attrach également, mais d’une autre branche. Mais suite à la Grande Révolte de 1925-1927, c’est la maison d’el-Qrayya qui domina. Sultan, qui n’était qu’un chef secondaire à la fin de la Première Guerre mondiale, devint le chef militaire et politique de la communauté après la révolte. Tu vois, il avait engrangé un tel prestige en unifiant les chefs de clan ! Depuis, Sultan a toujours été fidèle à ses engagements pour la nation arabe, la liberté et l’indépendance de notre communauté. Tu sais, les Druzes sont comme leur montagne et Sultan est comme le Djebel : c’est notre fierté, notre héros. Sans lui, il n’y a pas d’identité » (Entretien avec Walid, fonctionnaire, habitant d’Ura, mai 2002).

  • 41 « Jusqu’à la fin de la guerre, ce jeune chef (…) maintiendra, face aux Turcs, la cause des Alliés ( (...)
  • 42 Dans un ouvrage écrit par F.Q. el‑Hanawi (2000), l’auteur, officier druze, revient surtout sur le r (...)

64Sultan, chef de la famille des Attrach d’el-Qrayya, est le personnage qui incarne le mieux la résistance et le courage druzes, l’honneur communautaire et la sagesse de décision. Sa légende repose sur une histoire attestée, parsemée de faits d’armes héroïques, de comportements qu’il aurait eus et de paroles prononcées au cours de son existence. Sultan représente un lien historique entre la fin de l’époque ottomane, durant laquelle il a combattu contre les forces turco-allemandes41, l’époque mandataire, au cours de laquelle il s’est illustré comme le chef de la « Grande Révolte » contre les Français, et l’indépendance syrienne, qu’il a contribué à installer et qu’il a défendue contre les dictateurs militaires42 (Choukri el-Qouatli en 1947 et Adib Chichakli en 1954). Il est resté jusqu’à sa mort (en 1982) le chef respecté et le représentant, à la stature internationale, de la communauté druze syrienne.

65Sultan incarne certes l’image du chef protecteur, mais aussi celle du sage. Pourtant, il n’est pas un cheikh religieux. Toutefois, peu avant sa mort, il aurait reçu, de la part des chefs religieux du Djebel, la coiffe (le laffé) des cheikhs al-dîn (cheikhs spirituels) sans pourtant avoir été initié à la religion druze, pour gage de sa sagesse et de sa contribution en faveur de sa communauté. Cet acte symbolique permit en quelque sorte l’union en un seul homme du profane et du sacré, du politique et du religieux (dunyâ et dîn), les deux sphères constitutives de l’identité druze, comme l’a bien expliqué Isabelle Rivoal (2001). Cet événement est essentiel et d’une grande portée symbolique car, traditionnellement et habituellement, les deux sphères (pouvoir politique et pouvoir spirituel) ne se mélangent jamais comme nous l’avons indiqué. Par ce geste des chefs religieux, dont le centre spirituel se trouve, pour le Djebel, à Qanawat, l’œuvre de Sultan est donc reconnue comme méritoire pour l’ensemble de la communauté druze du Djebel. Des récits de sa sagesse nous ont été rapportés par des cheikhs spirituel au sujet de la conduite exemplaire de Sultan. Des propos assez similaires nous furent tenus par Jamel el-Attrach (membre de la famille Attrach de Diebien), un cousin de Sultan.

  • 43 Répression orchestrée par les troupes gouvernementales de Chichakli. Avant d’être bombardée, la rég (...)

« En se retirant en Jordanie lors de la répression de 195443, alors que le Djebel était assiégé par les troupes syriennes gouvernementales, il a refusé de se battre contre ses propres « enfants » (…). Les jeunes incorporés dans l’Armée syrienne étaient aux ordres du dictateur (…). Certains étaient des Druzes de Sweida ». (Entretien avec Jamel el-Attrach, ingénieur, Diebien, décembre 2003).

66Sultan est devenu de son vivant l’emblème de la communauté druze de Syrie, son référent identitaire incontesté. Sa mémoire sera courtisée par le pouvoir après sa mort, en tant que représentant métaphorique de l’ensemble de la communauté du Djebel Druze et symbole du nationalisme. Ainsi, comme au Liban, le za’ïm, lorsqu’il incarne le rôle de protecteur de la communauté, devient un référent identitaire autour duquel se cristallise le groupe menacé, renforçant ainsi le processus unificateur de ladite communauté. L’édification d’un tel mythe du héros conserve un fort pouvoir de rémanence puisqu’il perdure encore longtemps, bien après sa disparition, à travers les récits et la mémoire collective.

  • 44 Ce type de représentation iconographique, ainsi que le portrait du leader druze Sultan el-Attrach, (...)

67L’iconographie de Sultan est par conséquent omniprésente dans le Djebel (pl.photosII) et bien au-delà44. Ainsi, les portraits du chef druze syrien ornent généralement les madhafe-s, ces salles de réception des demeures druzes : les peintures ou photographies accrochées aux murs attestent le respect et la fierté des Druzes de Syrie envers cet homme et du rôle central qu’il a joué dans l’affirmation identitaire. Il est également représenté statufié soit sous forme de monument comme à Sweida et dans le Golan (à Majdel Chams) ou sous celle de bustes chez les particuliers. Enfin, il apparaît régulièrement dans les demeures aux côtés des membres de la maisonnée pour une « photo de famille » ou à côté des cheikhs religieux (pl. photos II). La photographie 1 est emblématique de l’identité druze : elle montre l’union du chef protecteur (le za’ïm) et des cheikhs spirituels, du mondain et du religieux (dunyâ et dîn).

L’histoire sélective de la mémoire collective

68La mémoire collective a retenu les épisodes victorieux et les périodes de l’histoire druze les plus glorieuses ; au cours de ces événements, la montagne et la puissance du chef militaire (Sultan Pacha el-Attrach) sont en symbiose comme pour conduire le groupe à la victoire. Ces épisodes sont instrumentalisés et véhiculés par les Druzes sous la forme de récits épiques, de récits des anciens, de chants folkloriques régionaux qui leur font également souvent référence et qui contribuent chacun à leur façon à la construction d’une identité collective communautaire.

  • 45 Nous nommons « anciens combattants » les compagnons d’armes de Sultan qui ont combattu l’Armée fran (...)
  • 46 Jamel est un produit de l’école des officiers de Homs. Il fut de la même promotion que Hafez el-Ass (...)

69Les discours de certains notables locaux ou d’anciens combattants druzes45 du Djebel, évoquant le passé, renvoient largement à cette histoire guerrière glorieuse. C’est le cas par exemple de l’épisode de la révolte druze de 1954 contre le dictateur Chichakli, qui fut un événement traumatisant (grand nombre de morts ; bombardement de Sweida) mais aussi un moment fédérateur. La communauté s’était, dans son ensemble, solidarisée autour de son chef Sultan el-Attrach. Lors d’une discussion avec Jamel el-Attrach, un cousin de Sultan qui était à l’époque (années 1950) un haut gradé de l’Armée syrienne46, celui-ci nous a déclaré :

  • 47 F. Q. el‑Hanawi (2000), dans son ouvrage, évoque le projet de Chichakli, un projet qui aurait eu le (...)

« Lors des combats entre l’Armée syrienne et les partisans de Sultan, entre le 31 janvier et le 4 février 1954, nous (les hauts gradés druzes de l’Armée syrienne) avons été éloignés dans des garnisons de la province de Deyr ez-Zor. Mais devant les menaces de dispersion47 de la population druze du Djebel, il nous fallait réagir et aider Sultan qui avait pris la tête de la révolte contre Chichakli. En février, Mohamed el-Attrach et moi-même avons décidé de diriger les troupes que nous commandions vers le Djebel. Seule l’unité au combat pouvait encore sauver nos familles comme l’avaient fait nos parents et grands-parents devant les Turcs. (…) Et, quelques semaines plus tard, nous avons renversé la dictature et le Djebel était à nouveau libre… ». (Entretien avec Jamel el-Attrach, ingénieur, Diebien, décembre 2003).

70Discours et récits opèrent par sélection dans l’histoire : par ce procédé d’instrumentalisation de leur histoire, les Druzes ne retiennent que les moments forts qui servent à l’édification du mythe fondateur communautaire, comme l’invincibilité de la communauté du Djebel. C’est dans la mémoire collective où vivent les héros et les récits de batailles victorieuses, seuls éléments susceptibles de gommer les divisions internes intrinsèques à leur formation socio-politique, que s’est effectuée l’élaboration des lettres de noblesse de la communauté druze de Syrie et que s’est construite la communauté druze du Djebel, dorénavant fondamentalement distincte de celle du Chouf dont les mythes, les protecteurs et les lieux sont maintenant différents. Ce même procédé a permis de donner une profondeur historique, des racines spécifiques, tant au groupe qu’à son territoire, et de les individualiser culturellement du reste de la Syrie. Par ce procédé de mémorisation collective de certains événements historiques, la communauté ne retient que ce qui est commun et convergent ; les batailles, les héros et la montagne sont fédérateurs : ils serviront donc à la souder.

*

71La construction par les Druzes d’un territoire dans le Djebel où ils se sont installés est due à un processus ancien d’appropriation interne. Lors de ce processus, qui débute au xviiie siècle et qui se renforce au xixe, l’identité culturelle spécifique des Druzes, qui a précédé leur installation dans le Djebel, se double de référents identitaires nouveaux qui naissent en même temps que les mythes fondateurs fédérant la communauté du Djebel ; l’identité s’en nourrit pour s’individualiser. Dans ces mythes, le Djebel joue un rôle déterminant comme assise de l’histoire guerrière de la communauté et comme lieu d’édification d’un sanctuaire pour son indépendance et sa survie. Les faits d’armes victorieux de la communauté dans « son Djebel », devenu pour la circonstance défenseur et protecteur, permettent surtout l’édification du mythe territorial de la montagne refuge, à la base d’une construction identitaire propre aux Druzes du Djebel. À partir du moment où la communauté scelle son destin avec celui de son territoire, elle se construit une histoire propre et distincte des autres communautés druzes du Moyen-Orient. À travers leur histoire parsemée de conflits et d’affrontements avec un ennemi commun, le territoire-refuge devient ciment communautaire et référent identitaire de la communauté en formation. C’est à partir de cette étape du processus historique que le territoire des Druzes du Djebel peut-être qualifié de territoire communautaire.

La madhafe du cheikh Courbage, Jeramana, 2004

Cyril Roussel

Notes

1 « En 1685, (…) un gros contingent de Druzes (…) traversa la plaine et gagna la montagne hauranaise où, déjà, de nombreux Druzes étaient dispersés » (Bouron, 1930 : 126).

2 Xavier de Planhol (1997 : 80) note : « Il n’est pas exclu que des noyaux de peuplement druze y aient existé dès le Moyen Age, notamment à partir de 1304 à la suite d’une expédition des Mamelouks contre les villages du l’Ouâdi Taïm (…) ».

3 À cette date, un conflit entre factions druzes libanaises (Qaysites et Yamanites) déclenche un mouvement de population vers la Syrie, riche d’environ 150 foyers (Hauran et Djebel) ou 1500 âmes, selon X. de Planhol (1997). I. Nouss (1951 : 97) apporte comme précision que ces Druzes étaient désireux de se soustraire à l’autorité des Turcs et qu’ils vinrent sous la conduite de leur émir libanais Alam Eddine El-Maan.

4 La bataille de Aïn-Darah marque l’écrasement de la faction Yamanite par les Qaysites et un nouvel exode vers la Syrie du Sud. M. Hartmann (1899 : 62) écrit à ce sujet : « En 1711, à la suite d’un conflit entre Druzes au Liban même, la branche dite des Yéménis est contrainte d’émigrer ».

5 Cette migration aurait concerné, selon J.-P. Pascual (1991 : 102), 600 familles originaires du Nord de la Syrie.

6 Exode affectant plusieurs centaines de familles venues du Liban, suite à l’exécution du seigneur druze Jumblatt par la dynastie des Chéhab (Béchir II).

7 Les massacres de 1860 dans la montagne libanaise – affrontements entre Druzes et Maronites – provoquèrent le déplacement de plusieurs milliers de « réfugiés » en Syrie. N. Bouron (1930 : 211) note : « Les Druzes avaient gagné, sans être inquiétés, la région du Ledja […]. Tout le flanc est de l’Anti-Liban se peupla, pendant des semaines, d’immigrants druzes qui, de peur des représailles, gagnaient les sauvages collines du Hauran ».

8 Le rapatriement d’une partie importante des effectifs druzes du Djebel Soumak s’est effectué « pour échapper à la pression des Sunnites voisins » (Planhol, 1997). En Palestine, au début du xviiie siècle, la pression du pouvoir local sunnite provoqua la fin de la suprématie druze en Galilée : « […] Sallâma (dominée par des shaykhs druzes) fut entièrement détruite (par un shaykh musulman sunnite), tandis que la famille de son rival était décimée. (…) Neuf villages druzes du voisinage ont également été réduits à néant et leur population forcée à fuir » (Rivoal I., 2000 : 53).

9 La Ma’amoura correspond à l’espace cultivé par les sédentaires. Elle est l’équivalent de ce qui est nommé plus communément le « Croissant fertile ».

10 « Il semble que les premiers chefs de la famille Hamdan (…) se soient installés dans la région centrale : Nejran et Sweida » (Bouron, 1930 : 333).

11 On citera par exemple J. S. Buckingham en 1816, J. L. Burckhardt en 1822, J. Berggren en 1826-1828, U. T. Seetzen en 1854-1859, J. G. Wetzstein en 1858, G. Rey en 1857-1858, M. Hartmann en 1890, Séjourne en 1898.

12 Narcisse Bouron (1930) écrit au sujet de cette époque (fin xixe siècle) : « Depuis ce jour, ces hauteurs furent appelées du nom des nouveaux arrivants : la montagne des Druzes ».

13 La conquête du Djebel est développée dans la seconde partie de ce chapitre consacré au processus de territorialisation.

14 Nous contestons cependant ces chiffres. En effet, l’exode rural vers Damas et sa région a entraîné le transfert d’une partie non négligeable de la population du Djebel dans l’agglomération damascène. Selon nous, le peuplement druze du Djebel représenterait, au début de la décennie 1990, sous doute une part plus proche des 70 %. Nous nous appuyons sur le recensement de 1994 et nos études de terrain pour calculer ce pourcentage.

15 Voir le chapitre suivant.

16 En 1927, de nombreux combattants druzes n’ont pu être recensés car ils étaient réfugiés en Transjordanie, à la suite de la « Grande Révolte » contre la France. Les autorités mandataires signalent l’existence de 1265 dissidents.

17 « Les Atraches sont la grosse famille du Djebel. Leur influence domine la moitié du territoire. (…) Les Atraches sont les seigneurs les plus forts et les plus redoutables du Djebel » note le Capitaine Carbillet (1929 : 16 et 36).

18 Les demeures fortifiées des cheikhs, réalisées en gros appareil de basalte – souvent des éléments de ruines des temples romains ou des églises byzantines réemployés –, sont encore visibles dans de nombreux villages de la montagne. Elles sont presque toujours habitées par les descendants de ces grandes familles de cheikhs.

19 Ce secteur correspond à la région centrale du Djebel, sur le piémont du versant occidental, entre Najran et Sweida. Voir supra fig. 4a sur laquelle cette zone est reportée.

20 Narcisse Bouron (1930 : 213) écrit : « Le pacha de Damas pour ne pas créer d’ennuis à la Porte, et pour conserver, aux commerçants damascènes, le libre accès au grand marché de céréales du Hauran que les Druzes dominaient de leur repère fermait les yeux sur ces agissements [les razzias druzes] ».

21 « Ce serait en effet pour se soustraire à l’autorité des Ottomans qu’en 1685, le premier groupe de quelques centaines de personnes quitte, sous la conduite de ‘Alam ad-Dîn al-Ma’an, le Liban » écrit L. Bokova.

22 Cf. Saleh, 1977 et Schilcher, 1981.

23 Entre 1830 et 1840, l’Égypte s’était émancipée de la tutelle ottomane et avait conquis la Syrie qui passa donc de la domination du sultan d’Istanbul, à celle du maître du Caire, Muhammad Ali.

24 L’administration turque cherchait à lever l’impôt au Djebel ou à imposer la conscription.

25 N. Bouron (1930 : 181) note : « En 1837, le Gouvernement réclame quelques centaines de recrues aux Druzes du Hauran ».

26 Lors du repli de son armée, le général Ibrahim fut harcelé par les guerriers druzes.

27 Suite à un rezzou sur un village du Hauran, « […] le gouverneur de Damas, las de ces razzias continuelles, résolut de punir les Druzes. (…) À leur tour, les troupes turques furent battues et obligées de battre en retraite » écrit N. Bouron (1930 : 214).

28 « En 1896, la Porte (…) forma le projet d’établir une conscription limitée sur le Djebel. Une fois de plus l’esprit d’indépendance des montagnards se cabra. (…) Trente mille Turcs investirent la Montagne. (…) Rien ne dompta les rebelles » rapporte N. Bouron (1930 : 215).

29 La tentative de construction par les Turcs d’une caserne à Sweida, pour contrôler la région, provoqua l’extermination d’un bataillon turc de ravitaillement et le massacre des premières équipes de travailleurs. La garnison turque, envoyée par le gouverneur de Damas pour tenir la place, finalement construite en 1899, fut assiégée immédiatement et investie par les rebelles druzes.

30 « Le parti Jeune-Turc, alors au pouvoir, délègue Samy-Pacha, avec une armée, pour dompter la Montagne des Druzes. Samy-Pacha (…) organise la dévastation du pays (…). Mais, comme toujours, les paysans vident en un clin d’œil leurs pauvres habitations, et se jettent dans le Ledja, leur refuge impénétré de tous les siècles. (…) D’octobre à décembre 1910, les Druzes (…), investis par un ennemi dix fois supérieur en nombre, continuent la guerre sans que nul d’entre eux songe à se soumettre » note N. Bouron (1930 : 218).

31 Depuis le Djebel, une guérilla contre les Turcs qui avaient scellé alliance avec les Empires centraux, affaiblit la logistique militaire ottomane : la voie ferrée du Hedjaz, qui assurait les communications turco-allemandes entre le front palestinien et Damas, fut, à maintes reprises, coupée, et les convois militaires, assaillis, furent pillés. Le grenier du Hauran – qui nourrissait la Damascène – fut fermé aux ravitaillements turcs…

32 L’installation des migrants druzes constitue le premier de ces actes fondateurs.

33 Nous rappelons qu’il s’agit d’une coulée de lave impénétrable située sur le flanc occidental du Djebel.

34 Le passé guerrier et rebelle des Druzes de Syrie est l’objet d’une certaine admiration de la part des militaires et des voyageurs français qui les ont côtoyés durant la période du Mandat (1920-1946). Ils les décrivent comme de valeureux cavaliers, lors des affrontements de la « Grande Révolte » menée par les Druzes contre la France (1925-1927), entretenant le mythe de l’invincibilité et de la montagne imprenable.

35 Voir infra, paragraphe suivant.

36 Depuis que le régime baassiste cherche à imposer son idéologie nationaliste, les attributs communautaires de l’identité se font plus discrets. Mais, avant les années 1960, les marqueurs identitaires pouvaient librement s’afficher, comme en témoigne la monumentale statue de Sultan el-Attrach qui fut édifiée, à Sweida, avant l’arrivée du Baas au pouvoir.

37 Le laffe est le carré de tissu que les cheikhs religieux portent sur leur tête. Ce vers du poème fait référence à la bataille représentée sur un des tableaux (pl. photos I, 1). Il est curieux de noter que l’événement qu’il figure, lorsque le shaykh Saïd Abou Assaf bouche le canon avec son laffe, est transposé dans plusieurs autres batailles. Sur le document photographique que nous avons reproduit, les soldats qui y figurent sont ottomans.

38 Sa’ïd al-Qmaizy est le surnom de Saïd Abou Assaf qui aurait obstrué le canon ennemi et qui, sur son cheval, aurait tué les soldats de son sabre. Depuis son exploit, il est nommé « Sa’ïd, celui qui saute », Hood K. A. (2002 : 159).

39 Nous en avons relevé les paroles lors d’une cérémonie de mariage qui eut lieu en 2001 dans le village de Haubran.

40 Il est né en 1891 et mort en 1982.

41 « Jusqu’à la fin de la guerre, ce jeune chef (…) maintiendra, face aux Turcs, la cause des Alliés (…). […] Le 2 octobre 1918, c’est Soltan-el-Attrache qui, le premier des chefs druzes, (…), fit son entrée dans la grande cité musulmane (Damas)… », écrit N. Bouron (1930 : 219).

42 Dans un ouvrage écrit par F.Q. el‑Hanawi (2000), l’auteur, officier druze, revient surtout sur le renversement du dictateur syrien Adib Chichakli en 1954, auquel Sultan a largement contribué comme principal opposant et déclencheur d’une révolte insurrectionnelle à Sweida.

43 Répression orchestrée par les troupes gouvernementales de Chichakli. Avant d’être bombardée, la région avait été assiégée et de nombreux leaders de l’opposition arrêtés, parmi lesquels le fils de Sultan, Mansour. Plusieurs combats se sont déroulés entre les partisans druzes et l’armée régulière qui avait l’ordre de capturer Sultan el-Attrach.

44 Ce type de représentation iconographique, ainsi que le portrait du leader druze Sultan el-Attrach, sont visibles dans l’ensemble des lieux d’implantation druze en Syrie, mais uniquement dans l’espace privé (Djebel Soumak vers Idlib, banlieue de Damas, Djebel Shaykh).

45 Nous nommons « anciens combattants » les compagnons d’armes de Sultan qui ont combattu l’Armée française durant le Mandat (1925-1927). Quelques-uns étaient encore en vie lors de nos premiers séjours dans le Djebel à la fin des années 1990. Mais, nous considérons aussi les révoltés de 1954 (en lutte contre la dictature de Chichakli) comme des « anciens combattants » car c’est la dernière fois que la communauté druze de Syrie eut à faire face à un adversaire commun.

46 Jamel est un produit de l’école des officiers de Homs. Il fut de la même promotion que Hafez el-Assad, ancien président de Syrie et père de l’actuel.

47 F. Q. el‑Hanawi (2000), dans son ouvrage, évoque le projet de Chichakli, un projet qui aurait eu le soutien des USA. Il note : « La population du Djebel Druze sera dispersée, leurs biens confisqués et distribués aux réfugiés palestiniens ».

Table des illustrations

Légende La madhafe du cheikh Courbage, Jeramana, 2004
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable