Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Première partie - De la montagne-refuge à la province de Sweida

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 Grandes fermes de la région de Damas.

1Celui qui traverse le Sud du pays depuis Damas en direction de Sweida, après avoir parcouru cinquante kilomètres d’une belle route asphaltée, ne manquera pas d’être frappé par le changement soudain de paysage. Passé les hawchs1 de la Ghouta de Damas et les grandes exploitations agricoles à l’habitat dispersé, la route bifurque vers le Sud-Est, au village de Braq, pour longer soudainement une immense étendue de lave… C’est à partir de cet accident volcanique que les villages changent d’aspect. Regroupées traditionnellement autour de quelques ruelles invisibles de la route, les anciennes maisons de basalte forment des réduits défensifs, témoignages d’une vie sociale encore récemment refermée sur elle-même ; le paysage rural, composé de champs ceints de murets de pierres noires qui s’emboîtent comme les petites pièces d’un puzzle, offre un contraste saisissant avec les vastes étendues voisines du Hauran. C’est l’illustration de logiques différentes d’appropriation de l’espace liées à l’histoire sociale des populations qui s’y sont établies.

  • 2 Le pays druze est un massif d’environ 4 500 km2 de cônes volcaniques, de coulées de lave impénétrab (...)
  • 3 La mosquée marque la présence d’un groupement sunnite. Au Djebel, seules quelques localités possède (...)

2Cette rupture dans le paysage et dans le mode de peuplement marque l’entrée dans le « pays » druze2. Territoire refuge d’une communauté confessionnelle longtemps persécutée, son paysage souligne le lien entre l’aspect certes austère mais défensif des lieux et une population minoritaire encore repliée sur ses traditions religieuses jalousement dissimulées. En poursuivant vers le Sud, le paysage s’homogénéise ensuite tout au long de la route qui pénètre peu à peu dans une montagne volcanique aux pentes douces, répétant sans cesse les mêmes combinaisons paysagères : des cônes volcaniques surmontés d’un village, un habitat regroupé et très rarement doté d’une mosquée3, les maisons étant entourées de nombreux petits jardins plantés d’arbres fruitiers et une ceinture de champs cultivés de céréales. Si le Moyen-Orient arabe est souvent décrit comme une mosaïque confessionnelle, une grande homogénéité s’observe parfois localement. Ici, en effet, du moins dans le Djebel, l’impression d’unité est frappante : aucune frontière, ni limite, ni seuil ne semblent à première vue perturber la cohésion de l’espace régional druze.

3La première partie de cette étude se propose de mettre en évidence les rapports qui se sont construits au fil du temps entre les Druzes du Sud de la Syrie et leur espace. Cette analyse ne se limite pas cependant à une simple présentation. Nous voudrions en effet intégrer la dimension sociale et culturelle particulière de cette région et comprendre en quoi des structures spatiales peuvent exprimer un ancrage communautaire.

4Afin d’appréhender au mieux une construction socio-spatiale telle que l’ancien Djebel Druze, nous avons adopté une démarche diachronique, car seule une analyse spatiale prenant en compte le temps long peut nous permettre de dégager ses caractéristiques par rapport aux espaces voisins. Elle seule aussi est susceptible de nous aider à identifier des coupures ou, au contraire, des continuités dans l’évolution de ses structures ; nous tenterons en outre de vérifier si celles-ci ont un rapport avec l’organisation sociale communautaire, de quelle manière et selon quels mécanismes.

Notes

1 Grandes fermes de la région de Damas.

2 Le pays druze est un massif d’environ 4 500 km2 de cônes volcaniques, de coulées de lave impénétrables et de petites vallées parfois encaissées (flanc Est). Le Djebel, qui culmine à plus de 1 800 mètres au Tell Guiné, a été longtemps dénommé officiellement : « montagne des Druzes », avant de devenir, dans les années 1960, la « montagne des Arabes » (Djebel Arab).

3 La mosquée marque la présence d’un groupement sunnite. Au Djebel, seules quelques localités possèdent un quartier d’établissement de bédouins sédentarisés, sunnites.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable