Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Druzes de Syrie

 | 
Cyril Roussel

Introduction générale

Texte intégral

  • 1  Même aujourd’hui, les ouvrages généraux de géographie humaine passent encore largement sous silenc (...)
  • 2  Le concept de « genre de vie » développé par Vidal de la Blache était particulièrement significati (...)

1Largement délaissés par la géographie humaine traditionnelle, les phénomènes socio-culturels et identitaires ont été longtemps abandonnés1 à d’autres disciplines des sciences sociales comme l’anthropologie ou l’ethnologie. Pourtant, de telles constructions sociales peuvent générer des organisations spatiales singulières, même si elles ne sont pas toujours visibles au premier abord. Ainsi, certaines organisations spatiales, comme les territoires identitaires de groupes communautaires, sont particulièrement prégnantes. L’isolement, la marginalisation, les limites ou autres formes de frontières caractérisent souvent ces espaces qui sont territorialisés par une population – micro-société – culturellement différente de sa voisine et qui fonctionnent « comme un tout » (Lévy & Lussault, 2003 : 177). C’est par exemple le cas du territoire d’une communauté linguistique ou religieuse, d’une minorité, d’une entité tribale, d’une communauté territoriale, d’un groupe social économiquement favorisé ou défavorisé, etc. Ce désintérêt disciplinaire était peut-être lié au fait que de telles coupures dans l’espace ne sont jamais des « vérités » établies ; elles sont en effet surtout des constructions sociales et, donc, des représentations. Elles ne sont non plus jamais figées dans le temps, et il n’est pas rare que certaines frontières socio-culturelles, immatérielles par nature, passent inaperçues dans le paysage. Pour ces raisons, la géographie classique, marquée par sa conception vidalienne qui préconisait la lecture des paysages comme moyen d’explication de la spatialité des sociétés2, ne s’y est pas attardé.

  • 3 Comme le montre l’ouvrage de Chevalier, Frémont, Hérin et Renard, 1984.

2Avec l’avènement de la « nouvelle » géographie, l’objet d’étude de la discipline change radicalement pour devenir « l’espace [en tant que] dimension de toute vie sociale » (Levy & Lussault , 2003 : 400). Cet angle d’approche, qui place le spatial dans une position particulière pour analyser et appréhender les processus sociaux, a permis d’accorder aux phénomènes socio-culturels un intérêt nouveau pour la discipline. À partir des années 1970, les travaux qui se réclament de la géographie sociale en offrent une parfaite illustration3. Le développement en géographie de courants de pensée s’intéressant à l’imaginaire spatial, les représentations et à tout ce qui touche aux diverses formes de la perception ont encore élargi le champ de l’analyse spatiale de ce type de phénomène.

  • 4 Les exemples du Liban ou de la Bosnie, lors des périodes de conflit, constituent les cas les plus e (...)
  • 5 Certains territoires perçus comme « préservés » ou comme culturellement « à part » jouissent d’un a (...)
  • 6 Ce sont les derniers animistes de l’Hindu-Kush qui vivent dans le Nord du Pakistan dans trois vallé (...)
  • 7 Dans le cas arménien, les lieux territorialisés de la banlieue parisienne (Issy-les-Moulineaux, Alf (...)

3Cependant, l’étude conjuguée de l’espace et du fait communautaire, phénomène socio-culturel et identitaire majeur, reste encore, à nos yeux, trop partiellement traitée en géographie, trop rarement analysée en tant qu’objet spécifique à part entière. Les notions d’ « espace » et de « communauté » forment pourtant un champ de recherche fécond pour le géographe. À titre d’exemple, Stéphane Rosière (2003 : 58) proposait de définir le territoire socio-culturel comme « un espace qui se caractérise par la présence d’une population dotée de caractéristiques socio-culturelles dominantes ». Mais cette définition ne nous paraît pas suffisante, car elle ne prend pas en compte le processus de territorialisation. Or, la simple présence, en un lieu, d’un groupe uni par un ciment culturel ne signifie pas que cet espace, ce lieu, est obligatoirement son territoire. Elle mésestime donc, de manière explicite tout du moins, et un possible éclatement dans l’espace de ladite population, et la dimension imaginaire dont un territoire socio-culturel est généralement porteur. Or le territoire de l’Autre – car c’est bien d’altérité dont il s’agit – est partout source de représentations, tantôt négatives4, tantôt positives5. Lorsque l’on songe aux territoires des Mormons, des Aborigènes, des Kalachs6, des Kurdes, des catholiques en Irlande, ou encore aux quartiers ethniques des villes américaines ou à certaines banlieues françaises, on comprend bien qu’un territoire socio-culturel n’est jamais neutre pour les personnes qui vivent à proximité. Enfin, il conviendrait, quand le groupe est dispersé, de prendre en considération l’ensemble des espaces d’implantation, à condition qu’il existe un lien social ou culturel entre ses fragments, et de rechercher si oui ou non ces espaces forment un ou des territoires, si oui ou non ils possèdent dans leur totalité un sens. Les études sur les diasporas montrent que cette situation est réalité7.

  • 8 Les Druzes sont répartis entre quatre pays : Syrie, Liban et Jordanie pour les pays arabes et Israë (...)
  • 9 L’ancien Djebel Druze du Mandat français forme aujourd’hui une des quatorze provinces de la Syrie, (...)

4Au cours de nos recherches en Syrie méridionale, la problématique du rapport entre « espace » et « communauté » s’est imposée comme un objet d’étude à part entière. Nous avons fait le choix de traiter plus particulièrement de l’espace produit par la communauté druze syrienne et, en particulier, de celle localisée au Sud du pays, dans la région administrative de Sweida (plus connue sous son ancien nom de Djebel Druze : fig.1). Avec une population comprise selon nos estimations entre 350 000 et 400 000 Druzes, c’est à la fois le plus important foyer de peuplement druze du Moyen-Orient8 et la province, du point de vue confessionnel9, la plus homogène de Syrie.

  • 10 En Syrie, le Djebel Druze, appellation qui date de la fin du xixe siècle, a été renommé officiellem (...)

5Dans ce travail, nous cherchons à savoir si, pour les Druzes du Djebel10, communauté religieuse moyen-orientale, il existe un espace de vie structuré. Nous tentons de définir sa nature, sa forme et, surtout, sa fonction. Il pourrait être formé d’un territoire unique et uniforme – en l’occurrence le Djebel – comme les cartes d’implantation des minorités confessionnelles au Proche-Orient le laissent subodorer ; mais aussi être composé des multiples fragments d’espace que les membres de cette communauté parcourent, fragments qui auraient dans ce cas un sens dans leur globalité. Sa construction pourrait tout aussi bien s’établir sur des liens communautaires, ce qui permettrait de fédérer les fragments d’espace traversés par les membres de la communauté. Dans ce cas, nous le qualifierions d’espace communautaire.

  • 11 Nous retiendrons l’utilisation du concept de mobilité qu’en fait G. Simon (1995 : 10) : « Nous cher (...)

6Pour y parvenir, nous adopterons une démarche de géographie sociale. Notre hypothèse principale est que l’espace pratiqué par les Druzes du Sud de la Syrie leur offre l’accès à des ressources indispensables à leur survie tant économique qu’identitaire ; mais aussi que la communauté en tant que telle représente une ressource, que tout individu qui en fait partie peut mobiliser en tout lieu de cet espace : c’est en cela que l’espace peut être qualifié de communautaire. Il nous faudra donc analyser dans ce but les stratégies des acteurs qui circulent dans cet espace afin de vérifier si leurs ressources prennent appui ou non sur la structure communautaire. En effet, nous ferons l’hypothèse que l’espace communautaire est défini par un ensemble de pratiques spatiales qui reposent sur la préservation du lien communautaire. Nous supposons aussi que c’est non seulement par l’ancrage territorial mais aussi par la mobilité11 que cette communauté a toujours préservé l’essence même de son existence (vie matérielle et vie spirituelle) et que, au cœur de cet espace, le lien communautaire a conservé et conserve encore aujourd’hui une fonction essentielle.

  • 12 En effet, le territoire d’origine du groupe et les lieux de la mobilité de ses membres (tant à l’éc (...)
  • 13 « Espaces produits, perçus, représentés, vécus, sociaux sont des catégories qui concernent l’espace (...)

7Ancrage et mobilité n’ont rien d’antagonistes. Nous supposons même qu’ils forment un tout très cohérent : quand on pense « stratégie », le couple territoire-mobilité apparaît comme d’une grande valeur heuristique12. Nous pensons par conséquent que même si l’espace communautaire druze est fondamentalement anisotrope, tant dans sa forme que dans « les modalités différentes de sa prise en compte » par les Druzes13, et dans les diverses utilisations qui en sont faites par les acteurs druzes – la manière dont chacun l’utilise en quelque sorte –, il répond à un ensemble de stratégies qui ont été élaborées progressivement au sein de la communauté druze.

  • 14 Certaines portions de cet espace ont un rôle économique, d’autres un rôle plus social et identitair (...)

8En effet, il nous paraît que le mode d’inscription et d’occupation de l’espace par les Druzes ne se limite pas au seul Djebel, ni même à la Syrie. Si l’espace des pratiques druzes est composé de fragments épars qui, une fois réunis, constituent l’espace « global » de la communauté druze du Djebel, on peut penser qu’une complémentarité entre tous ces lieux investis est à l’origine de sa composition. Il est probable également que chaque élément qui forme cet espace offre des opportunités d’installation bien différentes ; et, plus encore, qu’il ne sera pas investi partout de la même manière, mais qu’il sera plus ou moins approprié en fonction des lieux et des pays et qu’il résultera de négociations avec d’autres populations, etc. S’il est le fruit de stratégies diverses, il ne pourra être homogène ; il ne pourra fournir partout les mêmes types de ressources. Ainsi, comme nous le montrerons, toutes les portions de l’espace dans lesquelles cette communauté s’inscrit n’ont pas la même fonction14.

  • 15 En fonction des ouvertures politiques et des opportunités économiques, de nouveaux espaces migratoi (...)

9Nous pouvons dès maintenant envisager qu’un tel espace nécessite une analyse à plusieurs échelles : d’une part, une échelle locale, celle du Djebel, lieu de l’implantation historique de la communauté et lieu éventuel d’un long processus de territorialisation destiné à son appropriation ; d’autre part, une échelle supérieure (nationale et/ou internationale), celle de l’espace migratoire dans lequel s’effectuent les déplacements des membres de la communauté, espace pouvant lui-même être composé de divers pays d’implantations qui sont susceptibles de changer au cours du temps15. Afin de comprendre l’organisation d’ensemble de l’espace produit, ainsi que les diverses pratiques spatiales de cette communauté hors de son territoire historique, nous nous pencherons plus particulièrement sur l’analyse de ces mobilités.

  • 16 C’est généralement une lacune des ouvrages de géographie consacrés à cette région du monde que de s (...)
  • 17 Nous pensons notamment à des alliances politiques, à des aides financières venues d’autres pays, ma (...)
  • 18 Même si les structures communautaires sont centrales dans notre analyse, nous utiliserons le terme (...)

10L’espace global de la communauté druze du Djebel nécessite donc d’être appréhendé comme un espace mouvant, changeant, toujours dynamique. La réalité est en effet infiniment plus complexe que la simple apparence d’une implantation des membres du groupe en un secteur du territoire syrien, comme les représentations cartographiques voudraient le laisser croire16, dès lors que cette communauté est réactive aux pressions, aux sollicitations de son environnement social, politique et économique et interagit avec lui. Loin d’être isolée et autonome comme cela put être parfois le cas à l’époque ottomane, la communauté druze de Syrie (comme toutes les minorités du Moyen-Orient d’ailleurs) est prise dans un champ de forces complexes au sein duquel relations socio-identitaires, forces politiques et enjeux économiques sont généralement indissociables. Il est plus que probable que l’intégration politique de l’espace local, le Djebel, à un État-Nation, mais aussi l’accès croissant des Druzes au système économique mondialisé qu’a rendu possible l’ouverture de l’économie syrienne, ne soient pas restés sans effet. Nous pensons d’ailleurs que c’est en fonction de la conjonction de ces forces que s’établit, que se construit l’espace d’une communauté quelle qu’elle soit. Dans ce système complexe, les membres de ladite communauté sont acteurs : jamais passifs, ils fondent des stratégies. Cette capacité de réaction exige la mobilisation de ressources qui leur sont parfois propres, mais aussi souvent externes, nécessitant alors des déplacements, des compromis, des alliances17. Ces stratégies de la communauté, ou plus précisément celles de certains des acteurs qui la composent18, feront l’objet de toute notre attention. En effet, c’est certainement dans la capacité des membres de la communauté à créer des dynamiques spatiales en s’appropriant des portions de l’espace, en générant des flux de toutes sortes et en construisant des réseaux relationnels tant dans le champ socio-culturel, politique qu’économique, mais aussi, dans le même temps, dans leur faculté à construire des représentations, des limites et des frontières, que se constitue l’assise spatiale du groupe. Comprendre la production territoriale en Syrie du Sud et, plus largement, les dynamiques spatiales de la communauté druze du Djebel en analysant les stratégies de ses membres à toutes les échelles spatiales constitue l’objectif de cet ouvrage.

Une madhafe de la famille Attrach à Sweida

Cyril Roussel

Notes

1  Même aujourd’hui, les ouvrages généraux de géographie humaine passent encore largement sous silence ces phénomènes.

2  Le concept de « genre de vie » développé par Vidal de la Blache était particulièrement significatif de sa pensée.

3 Comme le montre l’ouvrage de Chevalier, Frémont, Hérin et Renard, 1984.

4 Les exemples du Liban ou de la Bosnie, lors des périodes de conflit, constituent les cas les plus emblématiques, car le territoire devient l’exclusivité d’un groupe en excluant tous les autres.

5 Certains territoires perçus comme « préservés » ou comme culturellement « à part » jouissent d’un attrait touristique parfois international. Nous pensons au Tibet ou au Chiapas, mais c’est aussi le cas du plateau de Bandiagara des Dogons, de réserves africaines…

6 Ce sont les derniers animistes de l’Hindu-Kush qui vivent dans le Nord du Pakistan dans trois vallées isolées, alors que l’Islam domine partout ailleurs dans cette zone du monde. Ils furent plus connus sous le nom de kafir-s, c’est-à-dire d’ « infidèles » et leur région était nommée le Kafiristan.

7 Dans le cas arménien, les lieux territorialisés de la banlieue parisienne (Issy-les-Moulineaux, Alfortville, Arnouville) ne peuvent se comprendre sans le rapport à l’Arménie des ancêtres (Hovanessian, 1992).

8 Les Druzes sont répartis entre quatre pays : Syrie, Liban et Jordanie pour les pays arabes et Israël.

9 L’ancien Djebel Druze du Mandat français forme aujourd’hui une des quatorze provinces de la Syrie, appelées mohafaza en arabe. Environ 90% des habitants du gouvernorat de Sweida sont Druzes.

10 En Syrie, le Djebel Druze, appellation qui date de la fin du xixe siècle, a été renommé officiellement Djebel el-Arab (la Montagne des Arabes). Mais, dans le langage courant, la dénomination première n’a pas disparu.

11 Nous retiendrons l’utilisation du concept de mobilité qu’en fait G. Simon (1995 : 10) : « Nous cherchons à ne pas nous enfermer dans une définition a priori trop restrictive de la migration (celle supposant un changement de résidence principale). L’adjonction du terme mobilité, en effet, permet de prendre en considération des formes de déplacement (…), qui ne relèvent pas de l’approche traditionnelle ou officielle de la migration, entendue uniquement comme « le passage d’un espace de vie à un autre ».

12 En effet, le territoire d’origine du groupe et les lieux de la mobilité de ses membres (tant à l’échelle nationale qu’internationale) forme un système cohérent qui doit être compris et analysé dans son ensemble.

13 « Espaces produits, perçus, représentés, vécus, sociaux sont des catégories qui concernent l’espace géographique. Il s’agit simplement de modalités différentes de sa prise en compte : modalité de l’action pour l’espace produit par les sociétés, modalité de la connaissance et de la cognition (…) pour l’espace perçu et représenté, modalité de l’existence humaine pour l’espace vécu » (Di Méo, 1998 : 27).

14 Certaines portions de cet espace ont un rôle économique, d’autres un rôle plus social et identitaire.

15 En fonction des ouvertures politiques et des opportunités économiques, de nouveaux espaces migratoires peuvent apparaître. Dans le cas inverse, les fermetures sont également possibles.

16 C’est généralement une lacune des ouvrages de géographie consacrés à cette région du monde que de se contenter uniquement, pour figurer les zones de peuplement des communautés religieuses ou linguistiques, d’une représentation cartographique sous la forme d’aplats de couleurs. Ce type de représentation cartographique laisse penser que ces groupes sont cantonnés à des implantations figées et que leur espace de vie – confondu avec leur territoire historique – ne dépasse pas ce cadre.

17 Nous pensons notamment à des alliances politiques, à des aides financières venues d’autres pays, mais surtout à des ressources diverses (financières, savoir-faire) captées à l’étranger par des émigrés.

18 Même si les structures communautaires sont centrales dans notre analyse, nous utiliserons le terme d’acteur plutôt que d’ « agent ». Nous ne sommes pas en désaccord avec Pierre Bourdieu, mais nous verrons au fur et à mesure de notre démonstration que les Druzes conservent un certain choix de décision même dans un cadre limité, c’est-à-dire celui de leur communauté.

Table des illustrations

Légende Une madhafe de la famille Attrach à Sweida
Crédits Cyril Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1953/img-1.png
Fichier image/png, 682k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable