Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser l'Orient

 | 
Youssef Courbage
, 
Manfred Kropp

Propos de bienvenue

Manfred Kropp

Texte intégral

1Monsieur l’ambassadeur de France, Monsieur l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne, Monsieur Halablab, représentant du ministre de la Culture de la République libanaise, Mesdames et Messieurs, mes chers collègues,

2Soyez les bienvenus à la deuxième journée franco-allemande organisée à Beyrouth à l’occasion du quarante-et-unième anniversaire du Traité de l’Élysée signé en 1963 par la France et l’Allemagne.

3C’est à moi que revient l’honneur d’inaugurer la séance de ce matin, mais c’est à Henry Laurens, ancien directeur scientifique des études contemporaines à l’IFPO et aujourd’hui professeur au Collège de France, que revient le mérite d’avoir eu l’idée de cette rencontre – conçue et développée lors de la fête nationale, le 14 juillet 2003, à la Résidence des Pins à Beyrouth. Selon les règles habituellement prévues pour les rencontres académiques, je joue aussi ce matin le rôle de modérateur.

4Le 29 octobre de l’année dernière, les deux chefs de gouvernement, M. Raffarin et M. Schröder ont signé un accord concernant le projet d’un livre d’histoire. « Ecrivons ensemble notre histoire dans le xxe siècle », surtout de sa première moitié, et cela comme contribution au grand projet de « bâtir ensemble un futur commun et paisible », ont proposé les deux hommes politiques. C’était le thème – ceux qui étaient présents s’en souviennent sans doute – de la première journée franco-allemande à l’occasion du quarantième anniversaire du Traité de l’Élysée organisée à Beyrouth par les mêmes institutions qu’aujourd’hui. Elle avait pour sujet « Comment affronter son passé » ou bien en allemand « Gemeinsame Vergangenheit. Herausforderung für die Zukunft », c’est-à-dire : « Passé commun. Défi pour le futur ». On avait présenté, entre autres travaux, ceux de la commission polonaise et allemande qui avaient abouti à la publication d’un livre d’histoire commun à la Pologne et à l’Allemagne. Et quelle histoire commune ! Ce n’était sans doute pas une tâche facile. Or, suivant les règles enseignées par mon précepteur spirituel en matière d’histoire, Theodor Lessing, je construis hardiment une chaîne de causalités, une logificatio ex post et j’affirme que c’est bien là le résultat de notre première journée franco-allemande ! C’est comme si les deux chefs de gouvernement avaient été des auditeurs attentifs de notre colloque et étaient arrivés au même résultat. Quel honneur pour nous ! Et quelle confirmation des thèses d’Edward Saïd à propos du rôle et de l’importance des orientalistes !

5Cette fiction historiographique, que je présente bien entendu non sans ironie, est tout à fait typique du métier et, bien réussie, il me semble qu’elle ne pourrait être sans conséquences. Elle fixe finalement les critères selon lesquels on jugera du succès ou de l’échec de notre travail d’aujourd’hui.

6Entrons dans le domaine de l’orientalisme. Ne s’agit-il pas d’un exemple parfait d’interaction voulue et efficace entre le monde académique de la recherche et la diplomatie, voire la haute politique ? Les études orientales en Occident ont des racines diverses : nées comme discipline auxiliaire de la théologie et servant dès le début des buts pragmatiques, surtout religieux, elles se sont consolidées, et établies comme discipline académique, sous le patronage des États nationaux, souvent expansifs et colonialistes. En même temps, elles ont suivi, non sans un retard considérable, les développements de la science et ses fondements théoriques et méthodologiques aux xixe et xxe siècles. Discutées, deux décennies durant, à la suite de la parution du livre d’Edward Saïd, Orientalism, elles posent encore une question : sont-elles cette entreprise infâme d’invention de l’Orient comme un monde imaginaire et utile, voire indispensable au projet colonialiste occidental que décrit Edward Saïd, ou sont-elles plutôt une partie intégrale des sciences humaines qui, par définition, ne peuvent être conçues qu’universelles, donc sont l’héritage et la propriété de l’humanité entière ? Poser une telle question, ce n’est pas nier que l’orientalisme a pu servir et – hélas ! – servira des buts bien éloignés des nobles ambitions scientifiques...

7La journée d’aujourd’hui nous donnera peut-être des réponses, proposées par d’éminents spécialistes. Mais maintenant – bien conscient que le cas de la relation réciproque est loin d’être résolue – je passe la parole à la diplomatie et à la politique.

Auteur

Manfred Kropp

© Presses de l’Ifpo, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable