Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité

 | 
Ahmed Bouyerdene
, 
Éric Geoffroy
, 
Setty G. Simon-Khedis

Un homme de son temps

Sur les pas d’Abd el-Kader : la hijra des Algériens en Syrie au XIXe siècle

Mouloud Haddad

Résumé

Au XIXe siècle, le choc colonial incite un nombre important d’Algériens à émigrer dans les provinces orientales de l’Empire ottoman et principalement à Damas, notamment à partir de 1855, année où l’émir Abd el-Kader s’y installe. Le présent article examine les motivations religieuses, politiques ou économiques de cette hijra. Nous verrons successivement comment s’effectue l’intégration des ces Maghrébins en Orient, quels sont leurs rapports avec les populations et les autorités locales, leur organisation administrative, cultuelle et leur apport économique et intellectuel. Enfin, nous aborderons la question de la nationalité de ses exilés Algériens qui se retrouvent au centre d’une vive polémique entre diplomates français et autorité ottomane.

In the XIXth century, the colonial shock incites Algerians’ significant number to emigrate in the oriental provinces of the Ottoman Empire and mainly in Damascus, in particular from 1855, year when Emir Abd el-Kader settles down there. The present article examines the religious, political or economic motivations of this hijra. We shall see successively how is made the integration of these North Africans in the East, which are their connections with the populations and the local authorities, their administrative, religious organization and their economic and intellectual contribution. Finally, we shall approach the question of the nationality of these Algerians who are in the center of a deep debate between French diplomats and Ottoman authority.

في القرن 19 دفعت صدمة الاستعمار عددا كبيرا من الجزائريين للهجرة إلى الأقاليم الشرقية للدولة العثمانية وبشكل رئيسي إلى دمشق خصوصا منذ عام 1855 ، ذلك العام الذي استقر فيه الأمير عبد القادر بدمشق . تدرس هذه المقالة الدوافع الدينية والسياسية والاقتصادية لتلك الهجرة. سنرى بشكل متتابع كيف تم اندماج أولئك المغاربة في الشرق وما هي علاقاتهم بالسكان والسلطات المحلية وما هو نظامهم الإداري والديني و ما هو إسهامهم الاقتصادي والفكري . وختاما سنتناول مسألة جنسية أولئك المنفيين الجزائريين الذين وجدوا أنفسهم وسط جدل حاد بين الدبلوماسيين الفرنسيين والسلطة العثمانية .

Texte intégral

Introduction

  • 1 M. Rodinson, 1975, Mahomet, Paris, Seuil, p. 145. La communauté restée à La Mecque est quant à elle (...)
  • 2 Ibid., p. 175. Les musulmans, environ soixante-dix, gagnèrent Médine par petits groupes entre les m (...)
  • 3 Particulièrement les sourates médinoises : 4 : 97, 4 : 100 et 16 : 41.
  • 4 P. Crone, 1994, « The First-Century Concept of Higra », Arabica XLI/3, p. 371.

1L’exil pour raison religieuse (hijra) est la marque de deux épisodes importants du début de la prédication muhammadienne : la hijra d’un petit groupe de convertis, onze hommes et quatre femmes vers l’Abyssinie chrétienne1 aux alentours de l’année 615, et celle effectuée en 622 par Muhammad et l’ensemble des musulmans mecquois à Yathrib (future Médine) événement fondamental de l’histoire de l’islam puisqu’il marque le début de l’ère musulmane2. Ces deux hijra historiques – motivées par l’unique question de la survie même de la jeune communauté musulmane – procèdent à la fois d’injonctions coraniques3 et de l’exemple prophétique. Si le temps de la hijra a été déclaré clos par le Prophète après la prise de La Mecque en 6304, ces premiers exils servent de modèles archétypaux et de références religieuses aux oulémas et aux populations elles-mêmes lorsque se pose la question du maintien de musulmans sur un territoire non administré par les lois de l’islam.

  • 5 Dans le présent article, nous nous limiterons à l’immigration de la population musulmane. L’autre c (...)
  • 6 Archives du Centre d’Archives d’Outre-mer d’Aix-en-Provence (ACAOM), archives du ministère des Affa (...)

2Aussi, la domination française incite un nombre important d’Algériens à émigrer dans les provinces orientales de l’Empire ottoman et principalement à Damas, capitale du Bilâd al-Shâm. Ainsi, cette ville devient très vite une destination privilégiée pour ces exilés5, notamment à partir de 1855, année où l’émir Abd el-Kader, principale figure de la résistance à la conquête française, s’installe dans l’ancienne capitale des Omeyyades. Les archives coloniales et diplomatiques françaises6 sont assez prolixes sur cette présence, les autorités d’Alger et les consulats français exerçant une surveillance pointilleuse sur ces expatriés considérés comme des conspirateurs anti-français potentiels.

Émigration physique, Émigration mystique

  • 7 J. Goody, 1994, Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF, p. 154.

« Souvent ceux qui savent lire émigrent.7 »

  • 8 H. Touati, 2000, « L’Arbre du Prophète. Prophétisme, ancestralité et politique au Maghreb », Revue (...)

« Tout lettré maghrébin se doit d’avoir dans son palmarès un voyage en Orient.8 »

  • 9 L. Pouzet, 1975, « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », Bulletin d’études orientales XXVIII, (...)
  • 10 H. Touati, 2000, Islam et voyage au Moyen Age : histoire et anthropologie d’une pratique lettrée, P (...)
  • 11 Émir Abdelkader, Autobiographie écrite en prison (France) en 1849 et publiée pour la première fois, (...)

3Pour les lettrés maghrébins, Damas est une destination à la fois privilégiée et traditionnelle car intimement liée au hajj dont elle est devenue le corollaire et ce, depuis le califat fatimide (xe siècle)9. Le voyage physique (rihla) conduit les lettrés musulmans en général et les mystiques en particuliers « vers des endroits connus et reconnus à la rencontre de maîtres qui sont eux-mêmes connus et reconnus10 ». C’est le sens principal que donne Michel Chodkiewicz à l’exil damascène d’Abd el-Kader accompli en 1855 seulement. Rappelons que la principale condition de sa reddition était son envoi à Alexandrie ou à Saint-Jean d’Acre, d’où il devait se rendre à La Mecque11.

  • 12 A. Bouyerdene, 2008, Abd el-Kader. L’harmonie des contraires, Paris, Seuil, p. 240 note 69.
  • 13 Ibid. p. 26.
  • 14 M. Chodkiewicz, 1982, « Introduction » à Abd el-Kader, Écrits spirituels, Paris, Seuil, p. 35.
  • 15 Ibid. L’auteur souligne (page 26) que le Kitâb al-Mawâqif écrit tout au long de ses haltes est « le (...)
  • 16 Touati, 2000b, p. 188-189 : « Les mystiques qui ont pour principale faculté de percevoir le sens ca (...)
  • 17 Écrits spirituels, p. 35.

4En effet c’est dans cette ville qu’il a reçu l’initiation akbarienne quelques années plus tôt, étape d’un long voyage spirituel et initiatique effectué entre 1825 et 182712, qui le mène en compagnie de son père Muhyî al-Dîn (m. 1833) au Caire, à La Mecque et à Médine, puis Damas et Baghdad où se trouve le tombeau de son autre maître et aïeul13, Abd al-Qâdir al-Jilânî14. C’est à Damas, dans les cercles soufis qu’il anime, qu’est né le Kitâb al-Mawâqif (Le Livre des Haltes) qui fait de lui « l’héritier des sciences akbariennes15 ». Ainsi de rihla, la hijra du mystique algérien devient alors siyâha, c’est-à-dire voyage mystique et ésotérique qui spiritualise l’espace visité16. À sa mort en 1883 à l’âge de 75 ans, après une oraison funèbre donnée par les plus hauts représentants du soufisme de la ville dans la mosquée des Omeyyades17, il est enterré auprès du cheikh Ibn ‘Arabî (m. 1240).

  • 18 K. Chachoua, 2002, L’islam kabyle, XVIIIe-XXe siècles. Religion, État et société en Algérie, suivi (...)

5Pour les lettrés kabyles qui sont dans leur quasi-totalité également muqaddam de la Rahmaniyya, leur modèle, Sidî ‘Abd al-Rahmân Abû Qubrayn (m. 1793) le fondateur de la confrérie, est le type même du ‘âlim mystique parti chercher la science, ésotérique aussi bien qu’exotérique, en Orient. Très jeune, nous dit l’hagiographie officielle, il quitte son village pour un pèlerinage qui va durer vingt-quatre ans (1739-1763). D’abord étudiant à al-Azhar où il s’initie à la confrérie Khalwatiyya, il part en mission dans des pays aussi lointains que les Indes et le Soudan18.

  • 19 C’est également au début de l’année 1847 que Ben Salem, le lieutenant de l’émir pour le Sebaou, se (...)
  • 20 Chachoua, 2002, p. 71.
  • 21 ACAOM, carton 16H57. Correspondance du préfet d’Alger au Gouverneur Général datée du 10/04/1891.

6Un des exils volontaires de lettrés kabyles les plus spectaculaires est certainement celui de Shaykh al-Mahdî du village de Cheurfa dans le Haut-Sébaou19. Cette hijra s’effectua en 1847, après que l’armée française avait occupé cette région de plaines peu fertiles, « pépinière de saints et de mausolées20 », région qui connaîtra de nouvelles vagues de départs massifs vers l’Orient entre 1885 et 1889 à la faveur des pèlerinages à La Mecque21.

Installation, intégration et pérennisation dans la ville

  • 22 ACAOM, carton EE 53. Gouvernement général de l’Algérie. Correspondance entre le préfet d’Alger et l (...)

7Fonctionnaires religieux, civils ou militaires, artisans ou encore agriculteurs, les Algériens occupent l’ensemble du champ économique syrien. Établis pour l’essentiel à Bab Swiqa, au cœur de la vieille ville, ils sont essentiellement tisserands ou militaires dans des corps spéciaux de l’armée ottomane22.

  • 23 P. Bardin, 1978, Algériens et Tunisiens dans l’empire ottoman de 1848 à 1914, Paris, Éditions du CN (...)
  • 24 Ibid. : L’auteur souligne en outre que la moitié des Algériens, souvent agriculteurs dans les campa (...)

8Reprenant les informations d’un registre d’immatriculation du consulat datant de 189223, Pierre Bardin confirme que les tisserands (95 personnes) sont les plus nombreux, pour la plupart kabyles des Ath Iraten (département d’Alger), dont c’est la spécialité. Cependant ces immigrés exercent dans d’autres corporations de métiers, beaucoup plus petites et comptant moins de dix personnes : cordiers, bonnetiers, cordonniers, menuisiers, boulangers et pâtissiers, marchands de tabac, colporteurs, gardiens, tâlib (herboristes et rebouteux traditionnels) et écrivains publics. D’autres exercent des métiers ne comptant qu’un ou deux individus : matelassier, ouvrier maçon, cocher, chamelier, ânier, charbonnier, serrurier, marchand de moutons, chasseur, médecin, oculiste et même un contrebandier dont l’activité est officialisée sur le registre. Les commerçants ne sont que sept, quatre chefs de famille sont qualifiés de « négociants » et cinq de « propriétaires », ce sont les notables de la colonie algérienne (…). Enfin, neuf Algériens habitant Damas sont des cultivateurs, exerçant leur activité à proximité de la ville24.

  • 25 Pouzet, 1975, p. 176-177. Si la plupart de ces immigrés sont versés dans les disciplines religieuse (...)
  • 26 Bouyerdene, 2008, p. 161-162.
  • 27 E. Tauber, 1990-1991, « The political role of the Algerian element in late Ottoman Empire », Intern (...)

9Les Algériens, perpétuant une longue tradition de lettrés et de savants maghrébins exerçant leur art ou leur magistère à Damas25, sont également des acteurs importants de la vie intellectuelle et spirituelle du vilayet. C’est à Damas qu’Abd el-Kader compose le Kitâb al-Mawâqif et qu’il entreprend parallèlement un travail d’édition important des écrits du Shaykh al-Akbar. Soulignons également que l’exilé algérien s’est investi dans de nombreuses actions de mécénat et de soutien (sadaqa) à des lieux de prière et d’étude26. Un peu plus tard, Tâhir al-Jazâ’irî, kabyle né à Damas en 1851 d’une famille de lettrés originaire de Sidi-Aïch dans la vallée de la Soummam, inspecteur général de l’éducation, fut un des grands artisans de la Nahda (Renaissance arabe) et du mouvement de l’Islâh (réformisme musulman) en Syrie. Pour cela il crée la Jam‘iyyat al-Maqâsid al-Khayriyya (Société Pour la Bienfaisance), une société philanthropique « semi-officielle » recevant des dons du gouvernement et de riches notables pour la publication d’ouvrages en langue arabe27.

La hijra en Syrie, un échec ?

  • 28 H. Corbin, 1952, Œuvres philosophiques et mystiques de Shihabaddin Suhrawardi, Paris, A. Maisonneuv (...)
  • 29 Touati, 2000b, p. 271.

10Chantée par le mystique persan Shihâb al-Dîn Yahyâ Suhrawardî (m. 1196)28, la ghurba désigne l’exil loin du pays natal, vers un Couchant (gharb) hostile où règne la peur, l’insécurité et l’obscurité. La ghurba est donc a priori l’exact inverse de cet Orient de quiétude et de lumière désiré par les muhâjirûn algériens installés en Syrie. Ainsi font-ils parfois l’expérience de l’ardente nostalgie du pays quitté (hanîn) et du mépris (dhull) du pays d’accueil qui caractérisent la ghurba29. Par moment incompris – notamment après leur action en faveur des chrétiens lors des massacres de 1860 – d’une population autochtone à laquelle ils ne sont pas tout à fait encore intégrés, ils sont l’objet d’un enjeu politique majeur entre la France et l’Empire ottoman.

  • 30 M. Weber, 1971, Économie et société 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon, p. 88.
  • 31 AMAE-N, Ambassade de Constantinople. Registre des correspondances, série D. Note de M. Flesh, Consu (...)
  • 32 ACAOM, carton EE 53. Gouvernement général de l’Algérie. Correspondance entre le préfet d’Alger et l (...)

11Les archives diplomatiques françaises nous décrivent la communauté algérienne installée à Damas intra muros comme étant un « groupement » – au sens weberien du terme30 – assez homogène sous l’autorité d’un dirigeant, l’émir Abd el-Kader, que « tous reconnaissent pour chef31 ». Bâb Swîqa au sud de la vieille ville, où les immigrés ont apporté « leur manière de vivre et leurs rites32 », se transforme alors en quartier algérien, faisant « tampon » entre le petit quartier chrétien de Bâb Mussala et le reste du faubourg de Maydan majoritairement musulman.

  • 33 Ibid.

12Du point de vue religieux, ils se distinguent de leurs coreligionnaires locaux en construisant une grande mosquée à Bâb Swîqa où est dispensé le culte selon le rite malikite et dont l’imam n’est autre qu’Abd el-Kader33.

  • 34 Pouzet 1975, p. 187.
  • 35 AMAE-N, carton n° 9. Registre des correspondances du consul de Damas, 26/10/1856.
  • 36 ASHAT, carton G4.2. Expédition de Syrie. Correspondance générale du Maréchal Randon ministre de la (...)

13Si les Algériens de Damas portent – ainsi que tous les immigrés musulmans – le titre honorifique de muhâjirûn qui les relie aux premiers Compagnons ayant suivi le Prophète à Médine, ils ne sont pas toujours appréciés par une population qui les a depuis toujours peu considérés34. Abd al-Kader lui-même, affirme le consul de France en 1856, « est aussi mal vu que le reste de ses compatriotes35». Après les massacres de 1860, certains de ces immigrés, sur les conseils d’Abd el-Kader disent-ils, demandent aux autorités consulaires leur rapatriement en Algérie – ce qui leur est accordé, leur témoignage devant servir à décourager les éventuels postulants à l’émigration : leur action en faveur des chrétiens leur a attiré « la haine » de leurs coreligionnaires syriens 36.

  • 37 Ibid. : « Un grand nombre de nos sujets Algériens, entraînés par ce mouvement, vendit à vil prix le (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 AMAE-N, Ambassade de Constantinople. Registre des correspondances. Série D, daté du 08/08/1869.

14D’autres Algériens sollicitent, au même moment, une aide au retour dans leur pays d’origine mais en invoquant cette fois des raisons économiques37. En effet, la communauté compte également en son sein des pauvres et des miséreux, exclus des bienfaits attendus de la hijra. À côté de ces artisans et commerçants vit « une masse d’Algériens aux ressources précaires, aux activités mal définies38 ». Certains sont si pauvres qu’ils ne peuvent payer le certificat de protection annuel émis par le consulat de France. L’un d’eux, un certain Sidi Youssef Mourabet, exprime en août 1869 aux autorités consulaires française son mécontentement contre l’exécution même des instructions ministérielles en déclarant qu’il était inique de réclamer un droit pour les certificats, que les Algériens étaient trop pauvres « pour payer n’importe quelle somme39 ». 

Français ou Ottomans ?

  • 40 ASHAT, 1H101, dossier 2.

15Avant leur naturalisation en 1871, les Juifs d’Algérie sont l’objet de l’attention des autorités françaises qui envisagent deux mesures pour les dissuader d’émigrer : n’accorder des passeports à l’étranger qu’après signature d’une déclaration constatant qu’ils peuvent subvenir aux frais de voyage aller et retour et fixer un délai, passé lequel ils seraient censés renoncer au retour en Algérie. Ils ne pourraient ainsi plus se prévaloir de la qualité de sujets français et jouir des immunités qui y sont attachées40.

  • 41 Les causes de ces massacres qui sont un prolongement des affrontements entre Druzes et Maronites da (...)
  • 42 ASHAT, carton G4.2. Expédition de Syrie. Correspondance générale du Maréchal Randon, Ministre de la (...)
  • 43 AMAE-N, Damas-Consulat, Registre de correspondance du consulat n° 10, 01/08/1860. En 1860, juste ap (...)

16Cette question de la nationalité de l’immigré, c’est-à-dire de son allégeance à un État musulman ou non, se pose avec acuité pour les musulmans à partir notamment de 1860 et ce jusqu’à la Première Guerre Mondiale. En effet les Algériens de Damas entrent avec fracas sur le devant de la scène politique, en venant au secours des chrétiens de la ville lors des massacres qui ensanglantent la capitale syrienne durant trois jours, entre les 9 et 12 juillet 186041. S’ils sont d’abord confrontés « aux vexations des Musulmans42 »  qui les accusent d’être des traîtres à l’islam, dans les premiers jours qui suivent leur action, les Algériens sont regardés avec plus de considération et de respect par leurs coreligionnaires syriens. En effet, si au début et pour ceux qui ont participé au massacre, ils sont vus comme des traîtres sous l’œil bienveillant du consul de France43, ils deviennent très vite pour la majorité la fierté de l’islam :

  • 44 AMAE-N, Ambassade de Constantinople, Série D, n° 15, 1862.

Un grand changement s’est opéré dans la manière dont ont jugeait la conduite de l’Émir Abd el-Kader lors des événements de Damas ; les Musulmans les plus influents (et cette opinion et répétée par le peuple et les Bédouins) disent aujourd’hui qu’il a rendu un immense service [à] l’Islamisme en prouvant à l’Europe que cette religion sagement mise en pratique n’était pas incompatible avec les sentiments de tolérance et d’humanité44.

17L’humanisme d’Abd el-Kader et la relation privilégiée qu’il entretient alors avec Napoléon III, qui lui rendit la liberté en 1852, motivent son action auprès des chrétiens dont un nombre conséquent, catholiques et uniates, sont protégés français. Le 28 juillet, M. Outrey, consul de France à Damas, relate à M. de Lavalette, ambassadeur de France à Constantinople, les faits suivants :

  • 45 AMAE-N, Consulat de Damas. Registre des correspondances n° 10, 28/07/1860.

Tous ceux qui ont pu échapper doivent leur salut à l’intervention des Algériens qui ont montré une audace, une énergie et un dévouement pour lesquels on ne peut pas avoir assez d’admiration […]. La terreur qu’inspiraient nos Algériens est telle que nulle part ils n’ont eu besoin de [se] servir de leurs armes. Ils se frayaient un passage à coups de massue et avec un courage incroyable ils n’ont pas cessé pendant tout le désordre et au milieu du carnage de ramener des convois quelquefois de cent ou deux cents individus que les insurgés n’ont jamais osé attaquer45.

18Pour la France, leur conduite envers les chrétiens démontre la preuve de leur loyauté envers elle. L’enjeu de cette affaire est également d’étendre l’influence française dans la région, au-delà de ses protégés chrétiens traditionnels (catholiques latins, maronites et uniates), qui plus est par le biais d’une population musulmane ; or pour l’Empire ottoman détenteur du Califat, cette population musulmane d’un de ces anciens territoires ne peut que lui être rattachée.

  • 46 Bardin, 1978, p. 30.

19Ainsi le Sénatus-consulte de 1865 renforcé par la circulaire de 1869 accorde aux Algériens installés en Orient « une naturalisation spéciale, sans les faire citoyens français » ce qui leur donne droit « partout et en tout temps » à la protection du gouvernement de l’Empereur46. La correspondance diplomatique fait ressortir les ambiguïtés du statut des Algériens en pays étranger et les difficultés à appliquer de telles dispositions. C’est ainsi que le ministre des affaires étrangères, en 1869 prévenait le Consul de France à Damas :

  • 47 AMAE-N, Constantinople-Ambassade, Série E, 20/01/69.

Je dois tout d’abord Monsieur, appeler votre attention sur la notable différence qui existe entre le statut personnel des Algériens admis par décrets spéciaux à jouir des droits de citoyens français et celui des autres indigènes. Tandis que ces derniers continuent d’être régis par des lois et des coutumes exceptionnelles, les premiers sont complètement assimilés, pour les droits comme pour les obligations, aux Français de la métropole. Ils jouissent dés lors en pays étranger, au même titre et au même degré que tout sujet de l’Empereur, de la protection des agents de mon département et leur inscription sur les registres ordinaires d’immatriculation tenus en chancellerie leur confère les mêmes avantages qu’aux autres nationaux47. 

  • 48 AMAE-N, Damas-Consulat, Registres des correspondances n° 67, 03/09/1884.

20Aussi en arrivant en Orient, le paradoxe fait que les Algériens qui fuyaient leur pays pour se soustraire à la domination française, acceptent souvent de se faire « naturaliser français » et d’accéder à un statut beaucoup plus enviable que celui qu’ils avaient dans la colonie où ils n’étaient que « sujets français ». Cela n’est pas toujours compris et apprécié par les autorités ottomanes qui ne considèrent pas tous les émigrants de la même manière. Depuis 1874 sur ordre d’Istanbul, elles distinguent ceux de passage pour leur travail ou leur commerce et ceux qui s’installent définitivement. Les premiers peuvent continuer à être considérés comme protégés français, les autres étant automatiquement sujets ottomans48. Si nombre d’Algériens choisissent ainsi la nationalité ottomane, d’autres non moins nombreux préfèrent la protection du consulat de France et ce pour diverses raisons. Certains avaient gardé l’esprit du retour dans leur pays, d’autres encore voulaient échapper au service militaire, obligatoire pour tout musulman dans l’Empire ottoman. L’armée ottomane préfère d’ailleurs les avoir avec elle et les contrôler, en créant comme nous l’avons vu précédemment un corps d’élite composé uniquement d’Algériens.

  • 49 AMAE-N, Damas-Consulat, Registre des correspondances n° 9, 26/10/1856 : « L’Émir comme tous les hom (...)
  • 50 AMAE-N, Constantinople-Ambassade, Série D, 27/01/1881.

21Du vivant d’Abd el-Kader, l’administration damascène, bien qu’elle ne l’apprécie guère, ne cherche pas le conflit avec un homme qui leur est plutôt hostile d’après le témoignage du consul de France à Damas49. En 1881, la communauté compte, d’après les autorités françaises, quatre ou cinq mille membres recensés et équitablement partagés entre ceux inscrits comme Français à la chancellerie du consulat et les autres « vivant parmi les musulmans50 ». Cette même année M. Portalis, consul de France à Damas, s’inquiète auprès de Léon Gambetta (m. 1882) ministre des affaires étrangères, des manœuvres de séduction du vali Hamdi Pacha, qui promet aux nouveaux arrivants, souvent d’origine paysanne, des concessions de terres cultivables :

  • 51 AMAE-Nantes, carton n° 14 série D, Correspondance entre M. Portalis, Consul de France à Damas et L. (...)

Aussitôt que le gouverneur de Syrie eut appris la présence à Damas des familles algériennes venant de Tunisie […] il fit mander les hommes auprès de lui et s’efforça, par un long discours, de les décider à renoncer à la nationalité française. Pour obtenir ce résultat, le vali n’hésita pas à leur promettre de grandes facilités et une concession de terres s’ils voulaient s’engager formellement à ne point se faire inscrire au Consulat et à se déclarer sujets ottomans. Ces individus qui sont tous cultivateurs, ne purent demeurer insensibles aux belles offres de Hamdi Pacha et acceptèrent de prendre l’engagement auquel était subordonnée la concession… les Algériens dont il s’agit n’auraient pas quitté l’Algérie et la Tunisie pour fuir la domination française, mais seraient venus à Damas dans la persuasion de trouver aux alentours, des terrains à bas prix et féconds51.

22À la mort d’Abd el-Kader en 1883, les autorités de la vilayet considèrent les immigrés Algériens comme ri’âya, c’est-à-dire comme protégés de l’Empire et malgré les protestations du consulat, elles ne reconnaissaient pas à la France le droit d’intervenir en leur faveur lors de conflits avec l’administration ottomane.

  • 52 AMAE-P, Affaires politiques diverses. Note pour le Ministre au sujet des Algériens résidant en Syri (...)
  • 53 AMAE-N, Damas-Consulat, Registre des correspondances, carton n° 14, 18/06/1887.

23Le 20 mai 1885, l’émir Hachim, un des fils d’Abd el-Kader, se plaint au consul de France à Beyrouth « des persécutions » dont seraient victimes les 2 500 Algériens restés fidèles à la France52. Le consul de France à Damas quant à lui, dans une lettre adressée au ministre des affaires étrangère en 1887, déplore la « haine toute particulière » des Turcs pour les Algériens protégés français, protection « qui ne protège plus de l’arbitraire53 ».

  • 54 Ibid.
  • 55 La Dépêche Algérienne, n° 1132, 31 août 1888.
  • 56 AMAE-P, Affaires politiques diverses, Algériens en Syrie, carton n° 43, 20/05/1885.
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.
  • 59 ACAOM, Série 2I57. Note du préfet d’Alger au sous-préfet et administrateurs du département, datée d (...)

24Jusqu’à la fin des années 1880, la correspondance française est plutôt optimiste sur la fidélité des Algériens. Ainsi le consul de France à Damas peut écrire en 1887 : « Les Algériens sont après nos missionnaires, ceux qui travaillent le plus et avec grand succès à l’extension de notre influence54 ». En 1888, non seulement le mouvement d’émigration des Algériens en Syrie « s’accentue de jour en jour [et ils] débarquent par centaines et par milliers dans les ports turcs », mais les nouveaux migrants adoptent de suite la nationalité ottomane55. C’est en effet à ce moment que la Sublime Porte « déclare sans ambages56 » à l’ambassadeur de France à Istanbul qu’elle « considère comme sujets ottomans tous les Algériens qui émigrent en Turquie57 ». De plus les Algériens par un iradé (décret) spécial du sultan58, sont exemptés à partir de 1888 du service militaire pendant vingt ans. Les archives signalent la présence d’émissaires algériens secrètement envoyés dans leur pays afin d’impulser un nouvel essor à une émigration qui n’a en fait jamais cessé depuis cinquante ans, promettant aux candidats un avenir meilleur en Orient59.

25Après s’être retrouvés dans un jeu de relations en triangle entre consulat français, autorités ottomanes et population arabe syrienne, les Algériens installés en Orient ont pu trouver leur place après une longue et progressive intégration à la société d’accueil. Au début du XXe siècle, ils semblent s’être définitivement tournés vers le Califat ottoman et leurs coreligionnaires autochtones, se coupant du même coup de la France. Le nombre d’immatriculés au consulat de France passe de 433 en 1885 à 79 pour l’année 1907, la France représentant désormais aux yeux des enfants et petits enfants d’immigrés de la première génération une puissance étrangère et ennemie. Ils bénéficient d’une exemption du service militaire et se retrouvent bien représentés dans les administrations de l’État turc, notamment par une centaine d’ingénieurs, de médecins, d’officiers et de secrétaires.

  • 60 Anonyme, « La communauté algérienne de Damas », Revue du Monde Musulman 2, 1907, p. 508-509.

26En 1907, la Revue du monde musulman rapporte que le nombre d’Algériens et de leurs descendants installés au Levant s’élève à 8500 : 3 500 personnes habitant les villes (principalement Damas, Beyrouth et Alep), le reste dans des villages formant de petites colonies agricoles, les terres nécessaires ayant été mises à leur disposition par le gouvernement ottoman60.

Conclusion

27Le souvenir d’Abd el-Kader est intimement lié au destin de la communauté des exilés algériens et de leurs descendants. En s’assimilant progressivement aux Arabes syriens musulmans, les Algériens passent de groupe minoritaire à membres de la majorité arabe et musulmane, mais unis par une conscience et une mémoire particulières.

28La descendance d’Abd el-Kader  al-Hassanî va, quant à elle, prendre des voies et connaître des destins divers. Si certains vont épouser l’histoire de l’empire ottoman, d’autres vont rester fidèles à la France. Citons l’exemple de son petit-fils, Khaled el-Hasanî Ben el-Hachimî, plus connu sous le nom d’émir Khaled. Né à Damas en 1875, il fait une partie de ses études en France, à Louis-le-Grand puis à Saint-Cyr. Après la première Guerre Mondiale, auquel il prend part comme officier spahi, il devient une figure marquante du mouvement nationaliste algérien. Ses activités politiques lui valent une expulsion par les autorités françaises vers l’Égypte puis à Damas où il décède en 1936.

29Reste que le séjour de près de trente ans d’Abd el-Kader à Damas a profondément marqué la mémoire de la ville. Son histoire – de sa résistance en Algérie à son exil au Levant – est enseignée dans les écoles syriennes. Son action en faveur des chrétiens est en effet toujours célébrée en Syrie, comme en témoigne l’hommage du peintre et universitaire syrien Boutros al-Maari (voir toile).

Boutros AL-MAARI, 2007, Collection privée

30Personnage important de la ville, sa tombe, sur le mont Qasiyûn près de celle d’Ibn ‘Arabî, même vide – ses cendres ont été rapatriées en Algérie en 1966 – reçoit de nombreuses visites pieuses. Sa maison de la vieille ville, rue al-Naqîb non loin de la mosquée des Omeyyades, celle-là même qui servit de refuge aux chrétiens, est aujourd’hui une sorte d’asile pour les personnes âgées et invalides. Sa résidence secondaire de Dummâr, où Abd el-Kader est décédé, a été restaurée par les autorités syriennes, et abrite depuis juillet 2008 le Centre régional du développement durable, né d’une coopération entre la Syrie et l’Europe. Une pérennité qui reflète bien l’« homme pont » que fut Abd el-Kader  al-Hassanî de son vivant.

Bibliographie

Sources

Abd el-Kader, Autobiographie écrite en prison (France) en 1849 et publiée pour la première fois, H. Benmansour (prés.), Paris, Dialogues, 1995.

Abd el-Kader, Écrits spirituels, traduction du Kitâb al-Mawâqif par Michel Chodkiewicz, Paris, Seuil, 1982.

Études

Anonyme, « La communauté algérienne de Damas », Revue du Monde Musulman 2, 1907.

Bardin Pierre, 1978, Algériens et Tunisiens dans l’empire ottoman de 1848 à 1914, Paris, Éditions du CNRS.

Bouyerdene Ahmed, 2008, Abd el-Kader. L’harmonie des contraires, Paris, Seuil.

Chachoua Kamel, 2002, L’islam kabyle, XVIIIe-XXe siècles. Religion, État et société en Algérie, suivi de l’Épître (Rissala) d’Ibnou Zekri (Alger, 1903), Mufti de la Grande mosquée d’Alger, Paris, Maisonneuve et Larose.

Corbin Henri, 1952, Œuvres philosophiques et mystiques de Shihabaddin Suhrawardi, Paris, A. Maisonneuve.

Crone Patricia, 1994, « The First-Century Concept of Higra », Arabica XLI/3.

Goody Jack, 1994, Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF.

Mongomery Watt William, 1971, « Hidjra », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. III, Leiden, Brill, p. 378-379.

Pouzet Louis, 1975, « Maghrébins à Damas au VIIe/XIIIe siècle », Bulletin d’études orientales XXVIII, p. 167-199.

Rodinson Maxime, 1975, Mahomet, Paris, Seuil.

Tarazi-fawaz Leila, 1994, An occasion for War. Civil conflict in Lebanon and Damascus in 1860, Tauris, Londres/New-York.

Tauber Eliezer, 1990-1991: « The political role of the Algerian element in late Ottoman Empire », International Journal of Turkish Studies 5, p. 27-45.

Touati Houari, 2000 : Islam et voyage au Moyen Age : histoire et anthropologie d’une pratique lettrée, Paris, Seuil.

Touati Houari, « L’Arbre du Prophète. Prophétisme, ancestralité et politique au Maghreb », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée 91-94, p. 137-156.

Weber Max, 1971, Économie et société 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon.

Notes

1 M. Rodinson, 1975, Mahomet, Paris, Seuil, p. 145. La communauté restée à La Mecque est quant à elle composée à ce moment-là d’une quarantaine d’homme et d’une dizaine ou d’une vingtaine de femmes. 

2 Ibid., p. 175. Les musulmans, environ soixante-dix, gagnèrent Médine par petits groupes entre les mois de juillet et septembre 622. Muhammad, accompagné d’Abû Bakr, est le dernier à rejoindre l’oasis le 24 septembre 622, premier jour de la nouvelle ère.

3 Particulièrement les sourates médinoises : 4 : 97, 4 : 100 et 16 : 41.

4 P. Crone, 1994, « The First-Century Concept of Higra », Arabica XLI/3, p. 371.

5 Dans le présent article, nous nous limiterons à l’immigration de la population musulmane. L’autre composante de la population indigène, les Juifs, connaît également une immigration en Orient, notamment en Terre sainte. Devenus citoyens français en 1871 à la suite d’une série de décrets, dits « décrets Crémieux » du nom du ministre les ayant inspirés, ils sont intégrés à la communauté européenne.

6 Archives du Centre d’Archives d’Outre-mer d’Aix-en-Provence (ACAOM), archives du ministère des Affaires étrangères de Nantes (AMAE-N) et de Paris (AMAE-P) et les archives du Service historique de l’Armée de terre (ASHAT) de Vincennes.

7 J. Goody, 1994, Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF, p. 154.

8 H. Touati, 2000, « L’Arbre du Prophète. Prophétisme, ancestralité et politique au Maghreb », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée 91-94, p. 142.

9 L. Pouzet, 1975, « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », Bulletin d’études orientales XXVIII, p. 168.

10 H. Touati, 2000, Islam et voyage au Moyen Age : histoire et anthropologie d’une pratique lettrée, Paris, Seuil, p. 189 (désormais Touati 2000b).

11 Émir Abdelkader, Autobiographie écrite en prison (France) en 1849 et publiée pour la première fois, Paris, Dialogues Éditions, 1995, p. 116 : « Nous sommes décidés à partir vers l’Orient [...]. Nous voulons une lettre avec votre cachet, nous garantissant sécurité et protection, [et votre parole] de nous ramener jusqu’à Alexandrie ou Akka du côté de Cham. »

12 A. Bouyerdene, 2008, Abd el-Kader. L’harmonie des contraires, Paris, Seuil, p. 240 note 69.

13 Ibid. p. 26.

14 M. Chodkiewicz, 1982, « Introduction » à Abd el-Kader, Écrits spirituels, Paris, Seuil, p. 35.

15 Ibid. L’auteur souligne (page 26) que le Kitâb al-Mawâqif écrit tout au long de ses haltes est « le témoin le plus sûr de la science spirituelle d’Abd el-Kader ». ‘Abd al-Qâdir al-Jilânî est également un prestigieux aïeul selon une shajara en cours dans la famille d’Abd el-Kader.

16 Touati, 2000b, p. 188-189 : « Les mystiques qui ont pour principale faculté de percevoir le sens caché des choses (bâtin) ont pu constater les limites spirituelle de la rihla qui n’est « susceptible de ne mener qu’à un seul versant de la connaissance : son “apparence” (zâhir). » [Pour] aller au-delà des apparences, ils ont donc été conduits à inventer une nouvelle forme de déplacement : la siyâha ».

17 Écrits spirituels, p. 35.

18 K. Chachoua, 2002, L’islam kabyle, XVIIIe-XXe siècles. Religion, État et société en Algérie, suivi de l’Épître (Rissala) d’Ibnou Zekri (Alger, 1903), Mufti de la Grande mosquée d’Alger, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 53.

19 C’est également au début de l’année 1847 que Ben Salem, le lieutenant de l’émir pour le Sebaou, se rend à Damas. Il n’est pas impossible que ces deux exils soient liés.

20 Chachoua, 2002, p. 71.

21 ACAOM, carton 16H57. Correspondance du préfet d’Alger au Gouverneur Général datée du 10/04/1891.

22 ACAOM, carton EE 53. Gouvernement général de l’Algérie. Correspondance entre le préfet d’Alger et le Gouverneur général de l’Algérie datée du 23/05/1888.

23 P. Bardin, 1978, Algériens et Tunisiens dans l’empire ottoman de 1848 à 1914, Paris, Éditions du CNRS, p. 11.

24 Ibid. : L’auteur souligne en outre que la moitié des Algériens, souvent agriculteurs dans les campagnes avoisinantes, habitent hors les murs de la capitale.

25 Pouzet, 1975, p. 176-177. Si la plupart de ces immigrés sont versés dans les disciplines religieuses (fiqh, hadith…), la médecine et la pharmacopée sont parmi les autres secteurs d’activité où ils excellent.

26 Bouyerdene, 2008, p. 161-162.

27 E. Tauber, 1990-1991, « The political role of the Algerian element in late Ottoman Empire », International Journal of Turkish Studies 5, p. 27.

28 H. Corbin, 1952, Œuvres philosophiques et mystiques de Shihabaddin Suhrawardi, Paris, A. Maisonneuve, p. 87 : « A l’Orient des pures Lumières aurorales, s’oppose l’Occident des masses corporelles, l’ombre sinistre des prisons et des forteresses (sîsiya) retenant captifs dans leur nuit les enfants de la Lumière. »

29 Touati, 2000b, p. 271.

30 M. Weber, 1971, Économie et société 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon, p. 88.

31 AMAE-N, Ambassade de Constantinople. Registre des correspondances, série D. Note de M. Flesh, Consul de France à Damas, sur les Algériens résidant en Syrie, datée du 27/01/1881.

32 ACAOM, carton EE 53. Gouvernement général de l’Algérie. Correspondance entre le préfet d’Alger et le Gouverneur général de l’Algérie datée du 23/05/1888.

33 Ibid.

34 Pouzet 1975, p. 187.

35 AMAE-N, carton n° 9. Registre des correspondances du consul de Damas, 26/10/1856.

36 ASHAT, carton G4.2. Expédition de Syrie. Correspondance générale du Maréchal Randon ministre de la Guerre au général Beaufort, datée du 23/02/1861. 

37 Ibid. : « Un grand nombre de nos sujets Algériens, entraînés par ce mouvement, vendit à vil prix leurs biens immobiliers et mobiliers. La plupart de ceux qui ont pu atteindre la Syrie se trouvent actuellement sans ressources. »

38 Ibid.

39 AMAE-N, Ambassade de Constantinople. Registre des correspondances. Série D, daté du 08/08/1869.

40 ASHAT, 1H101, dossier 2.

41 Les causes de ces massacres qui sont un prolongement des affrontements entre Druzes et Maronites dans la montagne libanaise en mars 1860 sont multiples et confuses. Néanmoins, il semble que le décret de février 1856 donnant aux différentes communautés égalité devant la loi et l’impôt, permit aux chrétiens de s’enrichir au détriment des Druzes au Mont Liban, et des musulmans à Damas. Sur cette période, voir L. Tarazi-Fawaz, An occasion for War. Civil conflict in Lebanon and Damascus in 1860, Londres/New-York, Tauris, 1994, 302 p.

42 ASHAT, carton G4.2. Expédition de Syrie. Correspondance générale du Maréchal Randon, Ministre de la Guerre, au général Beaufort, datée du 23/02/1861. 

43 AMAE-N, Damas-Consulat, Registre de correspondance du consulat n° 10, 01/08/1860. En 1860, juste après le massacre, Abd el-Kader fut reçu en audience privée par le gouverneur de Syrie, Fuad Pacha, ce qui fit dire au Consul de France que cette entrevue « n’a fait qu’augmenter l’irritation des musulmans contre les Algériens. Ceux-ci le savent et ce n’est pas un mal car nous sommes sûrs qu’au moment voulu ils seront d’autant plus fidèles. »

44 AMAE-N, Ambassade de Constantinople, Série D, n° 15, 1862.

45 AMAE-N, Consulat de Damas. Registre des correspondances n° 10, 28/07/1860.

46 Bardin, 1978, p. 30.

47 AMAE-N, Constantinople-Ambassade, Série E, 20/01/69.

48 AMAE-N, Damas-Consulat, Registres des correspondances n° 67, 03/09/1884.

49 AMAE-N, Damas-Consulat, Registre des correspondances n° 9, 26/10/1856 : « L’Émir comme tous les hommes de race arabe a une antipathie très prononcée pour les Turcs et qu’il en dissimule peut-être pas assez ses sentiments à l’égard d’un pays dont il a reçu de nombreuses marques de bienveillance. Il parle assez ouvertement contre l’administration ottomane et en général il critique ses actes avec fort peu d’indulgence.» 

50 AMAE-N, Constantinople-Ambassade, Série D, 27/01/1881.

51 AMAE-Nantes, carton n° 14 série D, Correspondance entre M. Portalis, Consul de France à Damas et L. Gambetta, Ministre des Affaires étrangères, datée du 05/12/1881.

52 AMAE-P, Affaires politiques diverses. Note pour le Ministre au sujet des Algériens résidant en Syrie, carton n° 43, 20/05/1885 : « D’après un rapport en date du 1er mai 1888, rédigé par M. Imbert à la suite d’une mission spéciale dont il avait été chargé en Syrie, le nombre d’Algériens inscrits au consulat général de France à Beyrouth serait de 2 068 ; 410 seraient inscrits au consulat de Damas. L’émir Hachem estime à 6 471 le nombre total des algériens résidant en Syrie. »

53 AMAE-N, Damas-Consulat, Registre des correspondances, carton n° 14, 18/06/1887.

54 Ibid.

55 La Dépêche Algérienne, n° 1132, 31 août 1888.

56 AMAE-P, Affaires politiques diverses, Algériens en Syrie, carton n° 43, 20/05/1885.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 ACAOM, Série 2I57. Note du préfet d’Alger au sous-préfet et administrateurs du département, datée du 14/11/1899 : « La plus grande partie des indigènes désireux de s’expatrier sont séduits par l’espoir, habilement entretenu par des individus sans scrupules, de trouver en Syrie une existence large et facile, au milieu de populations essentiellement musulmanes et non soumises à la domination chrétienne. »

60 Anonyme, « La communauté algérienne de Damas », Revue du Monde Musulman 2, 1907, p. 508-509.

Table des illustrations

Légende Boutros AL-MAARI, 2007, Collection privée
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

CHSIM-IISMM-EHESS

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable