Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité

 | 
Ahmed Bouyerdene
, 
Éric Geoffroy
, 
Setty G. Simon-Khedis

Un homme de son temps

Pour une approche critique des sources

Setty G. Simon-Khedis

Résumé

L’émir Abd el-Kader est un intellectuel qui ne laisse pas indifférent ; deux siècles après sa naissance, une grande partie de son œuvre continue à susciter un certain nombre de questionnements et de polémiques. Afin d’avancer dans l’étude des écrits qui le concernent, le recours systématique aux sources et documents bibliographiques s’impose, avec pour exigence première, l’examen de cette production écrite d’un point de vue analytique et critique ; il faut également aborder la question fondamentale, qui est celle posée par les archives. Après un bref constat de l’état actuel des problèmes posés, nous plaiderons pour la confection d’un outil de travail informatique indispensable à cette recherche.

The Emir Abd el-Kader is an intellectual who does not leave indifferent. Indeed, two centuries after his birth, a large part of his work continues to inspire a number of questions and controversies. To progress in studying the writings that concern him, a systematic consultation of bibliographic sources and documents is needed. Priority must be given to the critical and analytical examination of said writings. We must also address the fundamental question posed by the archives. After a brief evaluation of the problems faced today, we shall propose the development of an IT-tool indispensable for this type of research.

إن الأمير عبد القادر هو مثقف لافت جداً؛ وبعد ولادته بقرنين، ما زال قسم كبير من أعماله يثير عدداً من التساؤلات والجدالات. ولكي نتقدّم في دراسة ما كُتب عنه، لا بدّ من اللجوء المنتظم للمصادر والوثائق التي تناولت سيرة حياته؛ ويترتب علينا أولاً أن ننظر في هذا الإنتاج المكتوب من وجهة نظر تحليلية ونقدية. وينبغي علينا أيضاً أن نطرح السؤال الأساسي الذي تطرحه وثائق الأرشيف. بعد إلقاء نظرة مقتضبة على راهن المشاكل المطروحة، سندافع عن تأمين وسيلة عمل معلوماتية لا بدّ منها في هذا البحث.

Texte intégral

1S’interroger sur la recherche des sources d’information relatives à Abd el-Kader nécessite du chercheur d’énoncer clairement le lieu d’où il parle. Nous aborderons, pour notre part, cet exposé dans le cadre d’une approche qui se réfère aux sciences de la bibliothéconomie.

2Il s’avère en effet essentiel d’établir un état de la question bibliographique et archivistique le concernant afin d’avancer de manière fondée dans la connaissance et l’étude de la pensée de cet intellectuel assez méconnu, alors que son œuvre est multiple.

3Nous ferons apparaître dans les lignes qui suivent et après quelques brefs constats ce qui nous apparaît être une solution aux difficultés actuelles. Pour cela, nous distinguerons la bibliographie des ouvrages de celle des archives. Si certaines questions et/ou réflexions concernent en même temps les livres et les archives, d’autres sont spécifiques à chaque type de production.

État de la question bibliographique et archivistique

  • 1 Environ 6 000 lettres selon Bruno Étienne.

4Interrogeons-nous, tout d’abord, sur l’objet qui la constitue. Il y a lieu, en effet, de discerner les écrits d’Abd el-Kader (domaines militaire, philosophique, poétique, théologique, mystique, etc.) augmentés d’une considérable correspondance1, qu’ils soient autographes ou de la main de ses secrétaires, de ceux qui sont suscités par l’homme, son action et son œuvre.

Ouvrages et revues

  • 2 Ouvrages produits majoritairement au xixe siècle.
  • 3 Voici ce qu’en dit Bruno Étienne : « Les biographies de l’émir m’ont posé un problème de taille… ce (...)
  • 4 Généralement, le parcours d’Abd el-Kader est appréhendé par tranches de vie : celle du combat qui d (...)
  • 5 Sont-ils d’ailleurs 3 000, 6 000 ou 12 000 ? Là aussi les sources varient !
  • 6 Rappelons le mot devenu célèbre d’un journaliste : « l’émir est plus connu pour ce qu’il a été le m (...)

5Ces derniers comportent des rapports militaires ou diplomatiques, récits de voyage ou de souvenirs, biographies ou romans mais aussi articles de journaux et revues, textes de conférences ou actes de colloque, travaux universitaires, correspondances, etc. voire des bandes dessinées ! Ils présentent une multitude d’informations. Cette « pléthore » de documents2 ne fait souvent que plagier3 ou compiler ceux qui les ont précédés et relater essentiellement les deux premières tranches de sa vie4 : celle passée au combat et celle de la détention en France. Quelques lignes ou pages concluent succinctement ces ouvrages, indiquant qu’après sa libération en 1852, il s’installe à Brousse (Turquie) puis rejoint Damas en 1855. Bien que la période damascène soit la plus longue, elle reste une zone d’ombre, hormis quelques faits remarquables comme l’épisode du sauvetage5 des chrétiens en 1860 ou bien son rôle dans la construction du canal de Suez, alors qu’au cours de cette longue période (1855-1883), Abd el-Kader, dégagé de sa responsabilité de combattant et de chef d’État est en plein épanouissement intellectuel et spirituel ; il est par ailleurs l’un des pôles intellectuels d’où émanent et vers où convergent de nombreux débats de ce début de la Renaissance arabe, dite Nahda6.

6Produits tout au long de la période coloniale, ces écrits, trop souvent marqués idéologiquement, se focalisent toujours sur les mêmes moments de son itinéraire ou de son œuvre, entretenant une certaine méconnaissance ; à leur orientation, s’ajoute le fait que ces informations ne reposent fréquemment que sur des interprétations, impressions ou analyses qui renseignent plus sur les intentions et objectifs de leurs auteurs que sur les faits réels qui concernent Abd el-Kader, que ces faits soient d’ordre familial, intellectuel, politique ou autre.

  • 7 Voir note 10.

7On remarque également que cette production — excepté pour les deux premières périodes de son itinéraire7 — suit une courbe qui indique l’alternance de périodes fécondes suivies de pauses plus ou moins longues, laissant place à certaines béances. Il serait intéressant d’interroger ces moments, qui répondent majoritairement à certaines conjonctures, voire à des modes ou attractions passagères : quelles en sont les motivations ou bien les objectifs ? Dans quels contextes apparaissent-ils ? Quel en est le rythme et la masse éditoriale ? Correspondent-ils à des anniversaires commémoratifs, à certains contextes politiques ou culturels, sinon répondent-ils à d’autres raisons et lesquelles ?

8Pour illustrer le propos ci-dessus, nous avancerons quelques questions autour d’un événement notoire : pourquoi élève-t-on en 1852 un monument à Cacherou (Algérie) ? Dans le discours que prononce à cette occasion le Gouverneur général de l’Algérie, M.E. Naegelen, il est dit : « Nous découvrons en lui ce qui échappait à ses contemporains : cette étincelle prophétique que le Ciel n’accorde qu’une ou deux fois par siècle à des âmes privilégiées. » La même année est émis un timbre à l’effigie de deux hommes qui se sont affrontés, à savoir Bugeaud et Abd el-Kader. Que voulait-on rappeler aux populations mixtes par ce qui se voulait un hommage ? À qui s’adressait ce discours ? Quels intentions ou objectifs sous-tendent ces événements ? Une reconnaissance ? Un rapprochement entre les populations ? Un rappel à la soumission ?

  • 8 Les chercheurs parfaitement bilingues ou trilingues sont peu nombreux ; Bruno Étienne concède souve (...)

9De toute évidence, nous constatons que ces écrits se déclinent en différentes langues : arabe, français, anglais, mais aussi — et en moindre quantité — en espagnol, italien, turc, russe, etc. Ils démontrent l’intérêt général qu’Abd el-Kader suscite de par le monde, mais aussi la circulation des idées, sans que pour autant une véritable communication s’instaure entre elles. Bien au contraire, se dessinent en filigrane, et à travers la question des langues, des frontières linguistiques qui semblent compartimenter chacune des communautés scientifiques dans l’une ou l’autre langue, produisant ainsi des regards différents, partiels, voire opposés, et ne laissant filtrer que de rares convergences des uns vers les autres. À quelques exceptions près8, ces approches diverses et spécifiques font que chaque protagoniste ne retient que son point de vue sans intention ou volonté de s’enrichir de celui de l’autre, de la complémentarité des points de vue et ce, par ignorance de la langue de l’interlocuteur, par simple désintérêt ou bien par un confortable sentiment de supériorité.

  • 9 Les correspondances d’Abd el-Kader, par exemple, n’ont pas à ce jour, à de rares exceptions près, é (...)
  • 10 Alger, Dâr al-Tassilî li-l-nachr wa-l-tawzî‘, 1989.
  • 11 L’auteur est le fils de l’émir Abd el-Kader (Muhammad) ; plusieurs éditions en arabe ont été publié (...)
  • 12 Les Écrits spirituels d’Abd el-Kader, présentés et traduits de l’arabe par Michel Chodkiewicz, Seui (...)

10Ceci nous amène à poser la question de la traduction et de l’édition ou réédition9, ainsi que celle de la diffusion qui reste quasi régionale ; certains écrits bénéficient de différentes et nombreuses traductions alors que d’autres restent dans leur langue originale : al-Miqrâd al-hâdd li-qat‘ lisân muntaqid dîn al-islâm bi-l-bâtil wa-l-ilhâd10 ou Tuhfat al-zâ’ir fî târîkh al-Jazâ’ir wa-l-amîr11, par exemple, n’ont jamais été traduits à ce jour à ma connaissance, et nous pouvons seulement depuis quelques années lire l’ensemble des Mawâqif12 publiées en langue française.

Les archives

  • 13 Voir la liste, en fin d’article, des principales recherches bibliographiques ou études sur les sour (...)
  • 14 L’émir Abd el-Kader, 1808 -1883. Du fanatisme musulman au patriotisme français par le général P (...)
  • 15 Abd el-Kader, isthme des isthmes (barzakh al-barazikh) par Bruno Étienne, Paris Hachette, rééd.1994 (...)

11Le premier constat qu’il nous faut faire concerne la dispersion géographique des lieux de conservation ou d’édition, ainsi qu’une diffusion assez restreinte de ce type de source - entraînant, de ce fait, d’extrêmes difficultés à son accès. Les archives sont en effet conservées dans divers fonds, situés dans des lieux très nombreux — quand il s’agit d’archives publiques — ce à quoi il faut ajouter les archives privées, non classées et encore moins accessibles. Ces fonds se trouvent essentiellement en France, en Algérie et en Syrie, mais aussi en Angleterre, en Espagne, et plus accessoirement dans d’autres pays maghrébins comme le Maroc et la Tunisie, mais aussi l’Égypte, la Turquie, etc. Il est également à remarquer que les instruments de travail sur ce sujet sont peu nombreux ou partiels ; et rares sont les auteurs qui, dans leurs travaux bio-bibliographiques13, ont dans le passé puisé leurs références dans les archives. Excepté deux biographes14 qui ont rencontré Abd el-Kader, ce n’est que depuis les deux dernières décennies que des chercheurs ont fondé leurs travaux en consultant des archives « de première main ». Ainsi, deux biographies, l’une produite par Bruno Étienne, l’autre émanant d’un collectif de trois auteurs : Smaïl Aouli, Ramdane Redjala et Philippe Zoummerof, illustrent notre propos15.

12Nous constatons néanmoins que de nombreuses erreurs et imprécisions continuent à « polluer » les écrits du fait d’un usage des références dit de « seconde main », c’est-à-dire sans contact direct avec la source archivistique ; nous n’en citerons que deux qui correspondent à des moments forts et qui se trouvent parmi ceux les plus fréquemment rencontrés :

    • 16 A. Bouyerdene, Abd el-Kader, l’Harmonie des contraires, Paris, Seuil, 2008, p. 233.
    • 17 Amboise, Paris, Lyon, Mexico, entre autres lieux.

    La date de naissance d’Abd el-Kader16, qui oscille au « fil des pages et au fil des ans », entre 1807 et 1808 [mais aussi 1808-1805-1806 notamment chez Daumas], entraînant pour le bicentenaire de sa naissance, une interrogation : 2007 ou 2008 ? Certains hommages ont donc été rendus, soit une année, soit l’autre : les récentes inaugurations de rues ou places17, poses de stèles, publications de timbres à son effigie, ayant achoppé sur cet obstacle sont les exemples qui illustrent le mieux la confusion, entretenue par l’absence de consensus, alors qu’il serait plus simple de se référer à une archive !

    • 18 L’inauguration du Palais d’Abd el-Kader, à Doumar (Syrie), restauré grâce à un financement de la Co (...)

    La date de son décès est également fluctuante chez les différents biographes, au point que des organismes ont eu du mal à choisir une date, entre les 24, 25, et 26 mai 1883, pour célébrer certains événements18.

  • 19 Dans un entretien accordé au quotidien el-Khabar du 14 juillet 2007 par Badî‘a al-Jazaïri, connue p (...)
  • 20 Voir l’article de Mouloud Kebache dans le présent volume, et Bruno Étienne, Abd el-Kader et la fran (...)

13À cela, il faut ajouter qu’aujourd’hui, deux siècles après sa naissance, des questionnements et des polémiques sur l’authenticité et la véracité de certaines de ses œuvres ou archives surgissent ; contestations qui apparaissent malgré l’unanimité de la communauté scientifique à les reconnaître. Très récemment, un quotidien algérien titrait : « Il faut brûler les Mawâqif », rapportant dans l’article les dires d’une de ses descendantes19 qui s’acharne à démontrer que le Livre des Haltes (Mawâqif) ne peut être d’Abd el-Kader, et cela plus d’un siècle et demi après sa publication ! Rappelons également le débat entretenu de part et d’autre de la Méditerranée, débat engendré par une appartenance effective ou non d’Abd el-Kader à la franc-maçonnerie20.

14Afin de diminuer les obstacles, de réduire le nombre d’informations approximatives et les confusions, une observation rigoureuse et sans complaisance de la documentation s’impose ; elle doit apporter des preuves puisées dans les archives écrites, ou même orales, quand celles-ci sont vérifiées, selon des normes reconnues (règles de recoupement pratiquées par les anthropologues spécialisés dans la transmission orale). Cette démarche implique un inventaire systématique et analytique des archives publiques et — si possible — privées conservées de par le monde. Il y a là, me semble-t-il, priorité. Toutes ces remarques nous donnent un aperçu de la complexité et de la difficulté d’accès à l’ensemble de cette documentation, et m’amènent à plaider pour un inventaire général des sources.

Pourquoi un plaidoyer ?

15Je rappelle que, de par ma fonction de conservateur, l’un de mes objectifs est la collecte et la conservation du patrimoine écrit et sa transmission. L’initiation à la recherche bibliographique n’a pas pour autant réduit les difficultés préalablement citées. Ces difficultés d’accès à l’écrit sont toujours d’actualité et se confirment à travers les demandes d’étudiants en quête de documentation. Comment les aider ? Comment leur faciliter la recherche ?

  • 21 F. Braudel, Archives d’Algérie : 1830 -1960, op. cit., p. 6.

16Seul, me semble-t-il, le document brut permet d’appréhender véritablement l’histoire. Depuis toujours, les sciences de l’information se sont mises au service de tout type de documentation conservée dans les fonds patrimoniaux en produisant des instruments de travail nécessaires aux chercheurs. Ces catalogues, répertoires, inventaires, etc., résultent de « choix opérés dans une masse d’écrits multiformes — ces pièces étant, au préalable, triées et sélectionnées, puis analysées et classées pour se présenter comme outils capables d’intéresser et servir un public spécialisé ou plus large21 ».

17Ainsi, l’élaboration d’un répertoire qui localisera les sources et en donnera les références complètes permettra l’avancement des études et projettera de nouveaux éclairages. Cet instrument facilitera le travail des chercheurs confrontés à la question des distances mais aussi à celle de l’authenticité (graphie, datation, traduction, etc.). Aucune recherche historique ne pourra véritablement servir si elle ne s’appuie sur une documentation solide et neuve, qui dort dans les dépôts d’archives et peut encore nous fournir des documents inédits.

  • 22 Cette archive privée n’a été rendue publique que très récemment : 2004 (bien que connue de rares pr (...)

18Pour illustrer ce dernier propos, qui confirme l’intérêt incontestable de déterrer les archives, je ne mentionnerai que les Wasâyâ, documents qui viennent de sortir d’un fonds familial privé22 pour être accessibles à tous. Il s’agit du testament qu’Abd el-Kader fit en faveur de son épouse, juste avant de partir pour son premier combat, lui déléguant la gestion de ses biens et l’éducation de leurs enfants, s’il lui arrivait de perdre la vie, alors que la coutume confiait cette charge au père, s’il était vivant, ou à d’autres membres masculins de la famille. Ainsi, cette archive révèle un trait de sa noblesse de comportement, rarement mis en avant, celui d’appliquer les préceptes et de prendre pour modèle le prophète Muhammad, plutôt que de suivre des règles coutumières ; et cela alors qu’il n’était qu’aux alentours de sa vingtième année !

  • 23 Une grande majorité de ces manuscrits furent volés lors de la prise d’une partie de la smala.

19Il y a lieu de questionner également la relation qu’il entretenait lui-même avec le livre et le savoir d’une manière plus générale. Lecteur érudit, intellectuel dévié de son destin par son devoir de défendre les siens, n’avait-il pas pour projet de fonder une bibliothèque, une Dâr al-Hikma ayant en son sein en sus des lecteurs, des chercheurs, des copistes, relieurs et autres professionnels des métiers du livre ; une bibliothèque qu’il préparait par la recherche et l’acquisition de manuscrits, comme le montre le fonds de manuscrits23 récupérés par le duc d’Aumale ? N’encourageait-il pas la formation d’étudiants et ne dispensait-il pas du combat les enseignants, dans certaines circonstances ? Ne s’intéressait-il pas aux innovations techniques et en particulier à l’imprimerie ? N’avait-il pas remarqué, lors de sa visite à l’Imprimerie impériale, son importance pour la diffusion des idées, faisant alors cette observation : « J’ai vu aujourd’hui les canons qui renversent les rois sans qu’ils s’en aperçoivent » ?

Nous sommes devant un devoir d’inventaire, un devoir de mémoire

  • 24 Plusieurs incendies se sont produits dans les demeures de certains de ses héritiers (témoignages fa (...)
  • 25 Amal al-Jazaïri, descendante en ligne directe de l’émir, en a fait don au Gouvernement algérien en (...)
  • 26 Les propriétaires de certains fonds privés qui nous ont permis de consulter et numériser ces docume (...)

20On sait que l’émir possédait une excellente bibliothèque, reconstituée en partie et augmentée par la suite en période de paix. Qu’est-elle devenue ? Dispersée ? Partie en fumée24 ? Conservée ? Mais où ? Très certainement répartie dès le départ entre ses héritiers. Mais depuis ? Parfois, des titres apparaissent lors de ventes aux enchères ; il arrive que soient proposés à des gouvernements certains manuscrits originaux sans que ces derniers ne les acquièrent : c’est le cas d’un Coran autographe dont la copie commencée par son père fut terminée par Abd el-Kader (une photocopie est en possession d’un collectionneur privé). À d’autres moments, un événement particulier projette la lumière sur eux ; c’est le cas de 37 manuscrits (45 selon une autre référence) pris par le duc d’Aumale et présentés pour la première fois dans l’exposition réalisée par le musée Condé (Chantilly) à l’occasion de l’événement culturel 2003, année de l’Algérie en France. Certaines ventes se font aujourd’hui par le canal d’Internet ! Heureusement, quelques-uns réapparaissent : viennent d’être versés dans un fonds public (Musée national de l’armée — Alger) le Coran octogonal qu’Abd el-Kader portait sur lui, la version manuscrite des Mawâqîf, annotée par lui-même, les deux Mubâya‘a du mois de 22 et 27 novembre 1832 (pacte d’allégeance des tribus de l’Oranie à l’émir) et les Wasâyâ25. Certaines archives autographes inédites, conservées dans des fonds privés26, nous révèlent également des listes d’ouvrages commandés au Consul de France à Tanger, alors qu’il était en détention à Amboise, confirmant le niveau de sa culture livresque, jusque là seulement supposée.

  • 27 Dans Éléments d’histoire culturelle algérienne par Abd el-Kader Djaghloul, Enac, Alger, 1984.
  • 28 Voir Setty G. Simon Khedis : « L’hagiographie populaire et certaines sources orales familiales rapp (...)

21Ces dépôts d’archives et de manuscrits doivent être redécouverts et étudiés, comme nous l’avons déjà dit, pour la connaissance de l’homme mais aussi pour celle de l’œuvre dont le contenu est multiple par ses thématiques, son style, ses formes et son langage. Il serait fort intéressant de décrypter cette œuvre à la lumière d’aujourd’hui, et d’en extraire l’actualité. Cet inventaire général proposerait la liste, la cote et les lieux de conservation des archives, aujourd’hui dispersées, et ce, en respectant les normes de classement et de catalogage. Il servirait de référent et faciliterait leur numérisation, augmentant l’état et la longévité de leur conservation ; la diffusion de copies numériques diminuerait les difficultés d’accès et faciliterait la recherche. Ne faudrait-il pas « redonner la capacité de produire une histoire raisonnée qui fut détruite en même temps que les archives et les livres27 » ?, et faire ainsi naître une bibliothèque virtuelle et une base de données au service de tous, ce qui correspond sans nul doute à la volonté d’Abd el-Kader28. Si cet inventaire rétrospectif des archives publiques et privées n’est pas fait à temps, ainsi que la mise sur supports modernes, la disparition de ce patrimoine deviendra effective dans une cinquantaine d’années, notamment, du fait de la fragilité des papiers et des encres du XIXe siècle. Une couche d’oubli viendra alors se déposer sur ce qui subsiste dans l’ombre.

  • 29 Voir le rapport de Setty G. Simon Khedis adressé à la Fondation Ousseimi, afin qu’un Prix de la Tol (...)

22En conclusion, rappelons qu’outre le fait que d’excellents auteurs et chercheurs ont abordé, ces trente dernières années, l’étude d’Abd el-Kader dans une démarche fondée sur la consultation des archives, ce travail d’inventaire commence aussi à voir le jour. Ainsi, viennent d’être éditées pour la première fois en 2009, à compte d’auteur, un inventaire des archives conservées au Markaz al-Wathâ’iq al-Târîkhiyya, intitulé : al-Amîr al-Jazâ’irî fî Dimashq, par Farès Ahmad al-‘Alâwî. La prise de conscience de plus en plus grande de l’importance de ces fonds apparaît notifiée à travers de longues listes de documents et sources contenus dans des ouvrages récents, comme dans des rapports et projets29. Enfin, certains centres d’archives commencent à répertorier et numériser leurs propres fonds, et des collections privées s’ouvrent timidement à certains chercheurs.

  • 30 « La splendeur littéraire de maints passages des Mawâqif risque de renverser bien des hiérarchies (...)

23Tout ceci converge vers un objectif fondamental qui servira sans aucun doute la recherche sur Abd el-Kader, et qui consiste, je le répète, à fournir un instrument de travail inventoriant l’ensemble des fonds d’ouvrages et d’archives ou autres sources documentaires, afin qu’ils puissent être accessibles à tous ; qu’ils puissent ainsi servir une recherche véritablement nouvelle qui, de surcroît, permettrait de répondre par une argumentation fondée à diverses assertions ainsi qu’à examiner les faits rapportés, jusqu’à ce jour, sans preuves : sur quoi se fondaient-ils ? Il sera alors possible de passer tout écrit au crible d’une analyse critique objective, établie sur des références documentaires, et d’ouvrir une page nouvelle d’études et d’enseignements d’une pensée30 « kadérienne » inscrite dans la durée.

Bibliographie

Abdelrahim-Boutaba Zakia, 1987, La personnalité de l’émir Abd el-Kader dans les écrits algériens et français : analyse de la bio-bibliographie, thèse de doctorat en sociologie, Aix en Provence.

al-‘Alâwî Farès Ahmad, 2009, Al-amîr al-Jazâ’irî fî Dimashq, Markaz al-Wathâ’iq al-Târîkhiyya, Damas, s. éd. (à compte d’auteur).

Hellal Farida, 1983, « Bibliographie de langue anglaise de l’émir Abd el-Kader », Majallat al-Târîkh, n° spécial (centenaire de la mort de l’émir Abd el-Kader), Alger, Centre national d’études historiques, p. 65-91.

Neggaz Zahia, 1983, « Bibliographie sélective sur l’Émir Abd el-Kader », p. 51-64 in Majallat al-Târîkh, n° spécial (centenaire de la mort de l’émir Abd el-Kader), Alger, Centre national d’études historiques.

Rouina K., 1985, « Bibliographie raisonnée sur l’émir Abd el-Kader, Oran, Centre de recherches d’informations en sciences sociales et humaines, Oran, CRISSH.

Temimi Abdeljelil, janvier 1978, « Lettres inédites de l’Émir Abd el-Kader, 1e partie », Revue d’histoire maghrébine (10-11), p. 158-202.

Temimi Abdeljelil, juillet 1978, « Lettres inédites de l’Émir Abd el-Kader, 2e partie », Revue d’histoire maghrébine (12), p. 308-343.

Temimi Abdeljelil, juillet 1979, « L’Émir Abd el-Kader à Damas (1855-1860) », Revue d’histoire maghrébine (15-16), p. 107-116.

Temimi Abdeljelil, 1980, Recherches et documents d’histoire maghrébine : l’Algérie, la Tunisie et la Tripolitaine (1816-1871), 2e éd. remaniée, Publications de la Revue d’histoire maghrébine, vol 3, Tunis.

Notes

1 Environ 6 000 lettres selon Bruno Étienne.

2 Ouvrages produits majoritairement au xixe siècle.

3 Voici ce qu’en dit Bruno Étienne : « Les biographies de l’émir m’ont posé un problème de taille… celle du général Paul Azan reste la meilleure et a été pillée par tous les auteurs successifs. » (Abdelkader : isthme des isthmes, Hachette, Paris, 1994, p. 428).

4 Généralement, le parcours d’Abd el-Kader est appréhendé par tranches de vie : celle du combat qui débute dès la pénétration française en Algérie jusqu’en 1848, celle de la détention en France qui durera jusqu’en 1852 et la troisième qui correspond à son séjour à Damas où il arrive en 1855 et meurt en 1883, après un court séjour en Turquie (à Brousse) de 1852 à 1855.

5 Sont-ils d’ailleurs 3 000, 6 000 ou 12 000 ? Là aussi les sources varient !

6 Rappelons le mot devenu célèbre d’un journaliste : « l’émir est plus connu pour ce qu’il a été le moins ! »

7 Voir note 10.

8 Les chercheurs parfaitement bilingues ou trilingues sont peu nombreux ; Bruno Étienne concède souvent qu’il se faisait soutenir par des collègues pour une meilleure compréhension des écrits en arabe.

9 Les correspondances d’Abd el-Kader, par exemple, n’ont pas à ce jour, à de rares exceptions près, été publiées, et il y a beaucoup d’ouvrages épuisés et introuvables.

10 Alger, Dâr al-Tassilî li-l-nachr wa-l-tawzî‘, 1989.

11 L’auteur est le fils de l’émir Abd el-Kader (Muhammad) ; plusieurs éditions en arabe ont été publiées.

12 Les Écrits spirituels d’Abd el-Kader, présentés et traduits de l’arabe par Michel Chodkiewicz, Seuil, Paris, 1982, ont précédé les 3 volumes du Livre des Haltes (Mawâqif) traduit par Michel Lagarde, Leiden, Brill, 2000-2003 (le titre complet en arabe change en fonction de certaines éditions).

13 Voir la liste, en fin d’article, des principales recherches bibliographiques ou études sur les sources.

14 L’émir Abd el-Kader, 1808 -1883. Du fanatisme musulman au patriotisme français par le général Paul Azan, Paris, Hachette, 1925 et The life of Abd el-Kader, ex-Sultan of the Arabs of Algérie, Londres, Chapman Hall, 1867 ; trad. française par Michel Habart, La Vie d’Abd el-Kader, Alger, Sned, 1971.

15 Abd el-Kader, isthme des isthmes (barzakh al-barazikh) par Bruno Étienne, Paris Hachette, rééd.1994 et Abd el-Kader par S. Aouli, R. Redjala, P. Zoummeroff, Paris, Fayard, 1994. À ces productions, nous pouvons ajouter les travaux de Jacques Berque parus dans L’intérieur du Maghreb (Paris, 1978) et le colloque qu’il organisa au Collège de France (1977) sur « L’émir Abd el-Kader en Orient » ; c’est là que, selon Michel Chodkiewitcz, un premier bilan des travaux sur Abd el-Kader et Ibn ‘Arabî fut présenté, ouvrant des études qui amenèrent ce dernier à présenter et traduire de l’arabe les Écrits spirituels d’Abd el-Kader (op. cit., p. 192).

16 A. Bouyerdene, Abd el-Kader, l’Harmonie des contraires, Paris, Seuil, 2008, p. 233.

17 Amboise, Paris, Lyon, Mexico, entre autres lieux.

18 L’inauguration du Palais d’Abd el-Kader, à Doumar (Syrie), restauré grâce à un financement de la Communauté européenne, en est un exemple.

19 Dans un entretien accordé au quotidien el-Khabar du 14 juillet 2007 par Badî‘a al-Jazaïri, connue pour sa proximité avec les wahhabites. Badî‘a fut heureusement démentie publiquement par d’autres membres de la famille et certains spécialistes de l’œuvre mystique d’Abd el-Kader (voir l’article d’Abdelbaki Meftah dans le présent volume).

20 Voir l’article de Mouloud Kebache dans le présent volume, et Bruno Étienne, Abd el-Kader et la franc-maçonnerie, Dervy, Paris, 2008.

21 F. Braudel, Archives d’Algérie : 1830 -1960, op. cit., p. 6.

22 Cette archive privée n’a été rendue publique que très récemment : 2004 (bien que connue de rares proches et spécialistes en contact avec la détentrice de l’archive). Le document n’est pas daté, mais il semble qu’il a été rédigé dès 1832.

23 Une grande majorité de ces manuscrits furent volés lors de la prise d’une partie de la smala.

24 Plusieurs incendies se sont produits dans les demeures de certains de ses héritiers (témoignages familiaux, en particulier de Haïdar et Selma al-Hassani al-Jazaïri).

25 Amal al-Jazaïri, descendante en ligne directe de l’émir, en a fait don au Gouvernement algérien en 2004.

26 Les propriétaires de certains fonds privés qui nous ont permis de consulter et numériser ces documents souhaitent conserver l’anonymat.

27 Dans Éléments d’histoire culturelle algérienne par Abd el-Kader Djaghloul, Enac, Alger, 1984.

28 Voir Setty G. Simon Khedis : « L’hagiographie populaire et certaines sources orales familiales rapportent qu’au seul souvenir de la perte de ses livres ses yeux s’embuaient ; ils étaient les seuls biens matériels qui — s’il n’y était pas attaché — pouvait encore l’affecter. Sa poitrine les contenait, sa mémoire les conservait, il en connaissait certains par « cœur » ; notamment, le Coran dont nombres de mystères lui avaient été dévoilés et qui, après avoir été son Premier livre sera le Dernier. « Quand un vieillard meurt en Afrique, c’est une bibliothèque qui brûle », Abd el-Kader, un siècle avant, le savait bien, lui qui privilégia l’écriture, conscient de sa supériorité sur l’oralité, conscient qu’il laissait en écrivant des indices pour une grande page de l’histoire », « L’émir et l’amour des livres » dans L’Épopée de la sagesse, éd. Zaki Bouzid, Alger, 2007, p. 232.

29 Voir le rapport de Setty G. Simon Khedis adressé à la Fondation Ousseimi, afin qu’un Prix de la Tolérance soit décerné à Abd el-Kader à titre posthume, et ce à l’occasion du 150e anniversaire de son acte de sauvetage des chrétiens de Damas (1860-2010).

30 « La splendeur littéraire de maints passages des Mawâqif risque de renverser bien des hiérarchies reçues et la vraie Nahda n’est sans doute pas là où on la cherche » souligne Jacques Berque dans L'intérieur du Maghreb, op. cit., p. 512-513.

Auteur

Setty G. Simon-Khedis

Conservateur, Chargée d’enseignement à l’université d’Alger

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable