Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité

 | 
Ahmed Bouyerdene
, 
Éric Geoffroy
, 
Setty G. Simon-Khedis

Un homme de son temps

Abd el-Kader et la franc-maçonnerie française : une relation controversée

Mouloud Kebache

Résumé

En 1864, Abd el-Kader al-Hassanî reçoit en Égypte l’initiation maçonnique. La franc-maçonnerie française a fait son possible afin de faire connaître cette adhésion, mais les historiens qui se sont intéressés à la vie d’Abd el-Kader ont gardé le silence sur ce fait durant un siècle. Après quoi, des auteurs algériens et français ont tenté de récupérer l’image de celui qui fut un modèle pour les deux rives de la Méditerranée. L’objet de cet article se veut une analyse de deux thèses divergentes afin de mettre en lumière leurs forces et leurs faiblesses. En résumé, des écrits d’Abd el-Kader montrent pourquoi et comment, d’une part il a accepté d’adhérer à la franc-maçonnerie en dépit de sa fidélité à l’islam, et d’autre part quelles ont été les causes de sa rupture avec la franc-maçonnerie.

In 1864, Abd el-Kader al-Hassani received his Masonic initiation in Egypt. The French masonry tried its best to make his adherence more well known. However, historians of Abd el-Kader’s life kept it a secret for over a century. After the independence of Algeria, both Algerian and French authors retrieved this biographical fact and embarked on a historical process to recover the image of the one who has been the role model of nations on both sides of the Mediterranean. This article examines the two very divergent results on this controversial issue. It sheds light on their respective strengths and weaknesses. In summary, this article will re-examine these two perspectives in the light of some writings of Abd el-Kader that point out, on the one hand, why and how he accepted to become a freemason despite his loyalty to Islam and, on the other, the reasons behind his rupture with the freemasonry later on because of transformations in the French masonry.

سنة1864 تلقى عبد القادر الحسني أولى مبادئ الماسونية بمصر. لقد بذلت الماسونية الفرنسية كل ما في وسعها من أجل إشهار هذه العضوية ، لكن المؤرخين المهتمين بحياة عبد القادر التزموا الصمت حيال هذه الحقيقة طيلة قرون. فيما بعد، سيحاول كتاب جزائريون و فرنسيون استعادة صورة ذا الذي كان مثالا لضفتي البحر الأبيض المتوسط.
تهدف هذه الورقة إلى تحليل أطروحتين متباينتين عن طريق تسليط الضوء على مواطن القوة والضعف في كلتيهما. باختصار، لقد أظهرت كتابات عبد القادر، من جهة، لماذا وكيف قبل الانضمام للماسونية على الرغم من ولائه للإسلام، وأسباب قطيعته مع الماسونية، من جهة أخرى.

Texte intégral

1Le 18 juin 1864, à neuf heures du soir, Abd el-Kader al-Hassanî reçoit à Alexandrie l’initiation maçonnique par la Loge des Pyramides, pour le compte de la loge parisienne Henri IV. Un événement qui fut largement relayé et a eu un écho retentissant dans le milieu maçon. Pourtant, les historiens qui se sont intéressés à Abd el-Kader n’y ont prêté que peu d’attention. Ce silence sur la cooptation d’Abd el-Kader a duré environ un siècle.

2À partir de 1966, date du rapatriement des cendres d’Abd el-Kader (5 juillet 1966) et de son inhumation au cimetière d’al-Alia à Alger, les auteurs des deux rives de la Méditerranée se sont disputés la mémoire et le prestige du héro algérien. Le point de départ de cette polémique a été l’étude publiée par Xavier Yacono, dans une revue maçonnique (mai-juin 1966) sous le titre de : L’émir Abdelkader franc-maçon. Cette étude a provoqué des réactions : certains auteurs algériens ont réfuté cette adhésion, alors que des auteurs français ont appuyé la thèse contraire. Ces derniers se sont attelés, depuis, à démontrer, à l’appui de documents, cette cooptation, tandis que les auteurs algériens mettent en exergue l’élaboration de ces documents. Le débat reste d’actualité.

Rappel historique 

3Pour situer cet événement particulier, il est nécessaire de rappeler le contexte dans lequel Abd el-Kader a eu pour la première fois des contacts avec la franc-maçonnerie.

4Après un exil de deux ans à Brousse en Turquie, Abd el-Kader al-Hassanî arrive en décembre 1855 à Damas où il s’établit définitivement. Sans revenir sur les tensions inter-communautaires, suscitées par les manœuvres politiques des puissances étrangères face à un empire ottoman en déclin, rappelons cependant qu’à cause d’un certain nombre de réformes entreprises par l’administration turque (Hatti humayoun en 1856), les tensions se sont exacerbées en 1859, ce qui a provoqué l’afflux de réfugiés chrétiens dans la capitale syrienne. C’est dans ce contexte, et dans cette ville, que survinrent les émeutes anti-chrétiennes de l’été 1860, événement au cours duquel l’exilé algérien a joué un rôle de premier ordre.

5Abd el-Kader, aidé des siens, prit sous son aile protectrice les victimes chrétiennes, notamment en mettant à disposition ses demeures et celles de ses compagnons. Il sauva ainsi plusieurs milliers de chrétiens d’un massacre certain.

6L’attitude héroïque de l’exilé algérien suscita un hommage appuyé du monde entier et la reconnaissance des grandes puissances, dont la France, la Russie, la Prusse, la Grèce, l’Angleterre, les États-Unis d’Amérique, le Vatican ainsi que la Turquie.

La fraternité maçonnique

  • 1 Xavier Yacono, 1966, Numéro spécial, Histoire maçonnique, Revue maçonnique, Humanisme 57, Éditions (...)

7Dans le sillage de cette vague de reconnaissances, la franc-maçonnerie vit, dans ce geste, « une œuvre essentiellement maçonnique1 ». Elle se manifesta par l’envoi de lettres de la part de différentes loges. C’est la loge La Sincère Amitié (Toulouse), qui envoya la première lettre de félicitations, suivie par une autre de la loge Henri IV datée du 16 novembre 1860 :

  • 2 Bruno Étienne, 1994, Abdelkader, Paris, Hachette, p. 322.

Très Illustre Émir, partout où la vertu se produit avec éclat, partout où la tolérance et l’humanité ont été sauvegardées, et glorifiées, les franc-maçons accourent pour acclamer et reconnaître celui qui, au prix des plus grands sacrifices, sait accomplir l’œuvre de Dieu sur la terre et prêter à l’opprimé un appui tutélaire et désintéressé ! […] Puisse le Dieu que nous adorons tous, ce Dieu qui a son trône au fond de tous les cœurs généreux, achever son œuvre par vos mains […] La franc-maçonnerie, qui a pour principes l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme, et pour base de ses actes, l’amour de l’humanité, la pratique de la tolérance et de la fraternité universelle, ne pouvait assister sans émotion au grand spectacle que vous donnez au monde. […] C’est sous cette impression, très Illustre Émir, que la loge Henri IV, petit groupe de la grande famille maçonnique, a cru devoir vous adresser cette faible, mais bien sincère expression de ses ardentes sympathies et vous offrir comme hommage son bijou symbolique […] Vous vous direz que là-bas, bien loin dans l’Occident, il y a des cœurs qui battent à l’unisson du vôtre, des hommes qui ont votre nom en vénération, des Frères qui vous aiment déjà comme un des leurs et qui seraient fiers si des liens plus étroits leur permettaient de vous compter au nombre des adeptes de notre grande Institution2 ».

8Abd el-Kader n’envoya de réponse qu’à la loge Henri IV, rattachée au Grand Orient de France (GODF). Celle-ci prit finalement les devants en lui proposant de l’accueillir comme membre. Pour ce faire, elle lui fit parvenir un bijou et une lettre pour l’inviter à rejoindre l’obédience. La réponse fournie par Abd el-Kader a été déterminante dans la relation à venir. Dans sa lettre, il affirme notamment que « l’amour est le vrai fondement de la religion : Dieu est le Dieu de tous et Il nous aime tous ». Puis il conclut ainsi sa lettre :

  • 3 Yacono, 1966, p. 17. Pour l’essentiel des réponses, voir par exemple p. 19-21, ou Étienne, 1994, p (...)

J’ai le désir réel de m’associer à votre confraternité d’amour et de participer à vos vues dans la généralité de vos excellentes règles, car je suis disposé à y déployer mon zèle ; et lorsque vous m’aurez fait connaître les conditions et les obligations qui me sont imposées, je les observerai fidèlement, conformément à ce que vos seigneuries m’indiqueront3.

9Le 4 avril 1861, la loge Henri IV demande l’autorisation au Grand maître Lucien Murat d’octroyer à Abd el-Kader les trois grades symboliques. Une lettre lui est adressée qui montre avec force de persuasion le désir de l’accueillir en précisant toutefois qu’une initiation ne peut se donner à distance. Après consultation, les responsables de la loge optèrent pour un échange épistolaire. Trois questions lui furent posées : « Quels sont les devoirs de l’homme envers Dieu ?/Quels sont les devoirs de l’homme envers ses semblables ?/Quels sont les devoirs de l’homme envers lui-même ? ».

  • 4 Voir les réponses de l’émir dans Yacono, 1966, p. 19-21, ou l’intégralité de la lettre publiée dans (...)

10Abd el-Kader répondit dans une longue lettre à cette initiation par correspondance4. Un procédé qui souleva l’opposition du Conseil de l’ordre, lequel exigea le respect strict des règlements et suggéra qu’une délégation maçonnique se rende auprès du novice Abd el-Kader pour lui octroyer les trois grades. Abd el-Kader était à ce moment-là en pèlerinage à La Mecque. La loge Henri IV demanda alors à la loge des Pyramides basée à Alexandrie de procéder à l’initiation en son nom. Les pièces nécessaires furent donc envoyées et la cérémonie se tint le 18 juin 1864 au retour d’Abd el-Kader des lieux saints de l’islam. Ses réponses furent ensuite envoyées à la loge Henri IV qui l’accepta comme nouveau « frère ». La nouvelle se répandit rapidement en France, et la loge Henri IV adressa à son nouveau et prestigieux membre une lettre de félicitations à laquelle il répondit le 10 août 1864. Le 1er septembre 1864, la loge parisienne tint une assemblée solennelle pour annoncer la nouvelle officielle de l’adhésion d’Abd el-Kader.

Une rupture prévisible ?

  • 5 Il n’est d’ailleurs pas clairement établi qu’il s’agît d’une cérémonie protocolaire ou d’une récept (...)
  • 6 Ibid., p. 27.

11À la suite de la visite d’Abd el-Kader à Paris le 26 août 1865, une deuxième cérémonie fut organisée par le GODF en son honneur pour lui décerner de nouveau les grades qu’il avait déjà reçus à Alexandrie un peu plus d’un an auparavant5. Abd el-Kader n’a semble-t-il pas mesuré l’importance de cette invitation puisqu’il ne s’y présenta tout simplement pas, ce qui provoqua la consternation des quelques quatre cents « frères » qui l’attendaient à cette occasion6.

12Plusieurs hypothèses sur cette absence furent émises. D’abord, soulignons que sa relation particulière avec Napoléon III le soumettait à un agenda très serré dont il n’était pas toujours maître. D’après une première hypothèse, ayant déjà accompli une cérémonie à Alexandrie, Abd el-Kader n’aurait tout simplement pas compris les raisons de cette répétition. Mais il semble bien que le principal intéressé avait, au contraire, bien compris les enjeux et le fait qu’il y avait un risque d’être instrumentalisé. En outre, le soufi qu’il était n’aurait pas donné l’importance requise à des événements protocolaires d’autopromotion. Notons qu’il n’y échappa cependant pas, puisque deux jours après cet incident, alors qu’il se rend à Amboise, Abd el-Kader reçoit une députation de 25 membres des loges de Tours, de Nantes et de Blois ; l’événement fut rapporté par le Bulletin du Grand Orient. Conscient de l’impact qu’avait eue son absence, lors de son retour à Paris, il fit connaître à la loge Henri IV qu’il était disponible pour une nouvelle rencontre. Peut-être voulait-il ainsi en finir avec les incompréhensions qu’avait suscitées son absence à la précédente cérémonie ? En penseur libre et éclairé, il voulait sûrement avoir le cœur net sur ce qui se passait au GODF et avoir une maîtrise du processus de son adhésion. Le 30 août 1865, Abd el-Kader se rend finalement au rendez-vous qui lui est fixé. Il est accueilli par deux loges : la loge Osiris et celle des Sectateurs de Ménès. Une nouvelle fois, il est soumis à un questionnaire initiatique. Ce qui fut rapporté de cet entretien est intéressant à plus d’un titre. Dans sa réponse, Abd el-Kader évoqua deux points essentiels auxquels il était attaché. Tout d’abord la liberté des peuples, thème coïncidant avec le Senatus consulte de Napoléon III, qui propose la nationalité française aux « indigènes » algériens. Ensuite, c’est une question sur l’athéisme qui attira son intention. Une question d’autant plus significative que c’est en 1865 que le débat sur le caractère déiste de la franc-maçonnerie prit de l’ampleur au sein des loges du GODF ; ce débat devait aboutir en 1877 à l’abolition de la référence au Grand Architecte de l’Univers et de l’immortalité de l’âme.

13Des réponses qu’il apporta, retenons celle qui suit, car elle donne un éclairage sur sa relation future à la franc-maçonnerie :

Q : Que pense-t-on de la Franc-maçonnerie dans les pays orientaux ?

R : La maçonnerie, dans l’Orient, est mal considérée par les habitants : on regarde généralement les francs-maçons comme des gens sans croyances (athées), sans lois, prêts à troubler l’ordre de la société. Moi-même, avant d’avoir lu les statuts de la franc-maçonnerie, je partageais les mêmes opinions. Ce n’est qu’après avoir approfondi son but et ses lois que je me suis convaincu que c’était la plus admirable institution de la terre.

Q : Pensez-vous pouvoir propager la franc-maçonnerie dans ces contrées ?

R : Les peuples n’y sont encore pas disposés. Il serait même impossible, dans le pays que j’habite, qu’une réunion maçonnique puisse exister. […]

  • 7 Ibid., p. 29.

14Notons enfin qu’à l’observation qui lui fut faite sur la coïncidence de la prospérité des pays occidentaux et le rayonnement de la maçonnerie, il répondit avec un sourire affecté : « Ces pays sont libres, il n’en va pas de même en Orient7 ».

Les conséquences de l’initiation 

15Après son retour à Damas, Abd el-Kader était loin de ressentir l’enthousiasme qu’il avait pu avoir au moment de ses premiers contacts avec la franc-maçonnerie. Les nouvelles qui lui arrivent alors de Paris montrent que le camp des laïcs au sein de la société française en général et dans la franc-maçonnerie en particulier avait grossi.

  • 8 André Combes, 1999, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXe siècle, Monaco, Édition du Rocher, p. (...)
  • 9 S. Aouli, R. Redjala, Ph. Zoummeroff, 1994, Abd el-Kader, Paris, Fayard, p. 512. Voir aussi, Xavi (...)
  • 10 Ibid., p. 512.
  • 11 Ibid., p. 143-144.

16Au sein des loges françaises, l’abolition de la référence au Grand Architecte de l’Univers a provoqué l’inquiétude au sein même des loges. Une partie des « frères » maçons la trouvait inopportune, risquant de compromettre les relations avec les obédiences étrangères. Le délégué de la loge d’Alexandrie a souligné les risques liés à « la disparition de Dieu en pays musulman où la maçonnerie est un lien entre les communautés8 ». À ce sujet, rappelons que bien avant Abd el-Kader « de nombreux intellectuels musulmans ont rejoint les adeptes du Grand Architecte de l’Univers. Yacono signale la présence de sept maçons algériens en 1785-1786 ; et entre 1815 et 1875, il dénombre 37 noms9. En outre, au cours de l’année 1867, deux des fils d’Abd el-Kader « ont été reçus apprentis maçons dans la loge la Palestine-Orient de Beyrouth10 » Le 13 septembre 1877, l’ordre décide de modifier l’article 1er des Constitutions d’Anderson et d’en abroger les éléments faisant référence au Grand Architecte de l’Univers. Ces événements eurent une conséquence sur la relation du GODF avec la franc-maçonnerie anglo-saxonne, qui prit la forme d’une rupture initiée par : « La Grande loge d’Irlande […], le Suprême Conseil d’Angleterre, la Grande loge d’Écosse […]. Puis la Grande loge Unie d’Angleterre11 ».

17Soulignons, que lors de son voyage à Paris en 1867 à l’occasion de l’Exposition universelle, aucune source ne fait mention d’une visite d’Abd el-Kader à des « frères » maçons ou d’un éventuel contact avec le GODF.

L’unicité de l’Être (wahdat al-wujûd) et le choix de l’ouverture

  • 12 Pendant longtemps, ils ont dialogué par les canaux du dévoilement et du monde imaginal, le rêve éta (...)

18Toute lecture, analyse ou décodage de la vie et des actes d’Abd el-Kader doit se faire en ayant à l’esprit sa filiation spirituelle soufie et la relation particulière qu’il eut avec le cheikh Ibn ‘Arabî (m. 1240)12, et dont il enrichit la doctrine métaphysique par ses propres commentaires.

  • 13 Cette formule a été utilisée par Ibn Taymiyya, puis par les successeurs d’Ibn ‘Arabî.
  • 14 Jacques Berque, 2002, Le Coran. Essai de Traduction, Paris, Albin Michel, p. 296, Coran, 17 : 23.

19La doctrine d’Ibn ‘Arabî à laquelle adhérait Abd el-Kader est basée sur l’expérience de l’Unicité de l’Être (wahdat al-wujûd)13. En substance, Ibn ‘Arabî fonde sa doctrine sur le verset coranique : « Ton seigneur a décrété que vous L’adoriez Lui seul14». Pour lui, ce verset signifie que tout adorateur, quel que soit l’objet de son adoration, n’adore en fait que Dieu, et que toutes les croyances sont vraies, car chacune répond à la manifestation d’un des Noms divins, détenant ainsi chacune une part de la vérité. La diversité des religions est donc due à la multiplicité des manifestations divines et chaque religion ne dévoile qu’un aspect de la divinité.

20Pour Ibn ‘Arabî, les conceptions humaines ne sauraient limiter l’Être divin, car les croyances sont finalement conditionnées par les différentes théophanies reçues par les êtres :

  • 15 Ibn ‘Arabî, 1997, Fusûs al-Hikam, Le livre des chatons des sagesses, traduction de Charles-André G (...)

Celui qui se limite au Dieu créé dans les croyances rejette le credo de l’autre, car il n’a pas accès à l’Être divin d’où émanent toutes les théophanies […] Prends garde à ne pas te lier à un credo particulier en reniant tout le reste […] Que ton âme soit la substance de toutes les croyances, car Allah le très haut est trop vaste et trop immense pour être enfermé dans un credo à l’exclusion des autres15.

21Pour Ibn ‘Arabî le soufi parfait ne se limite plus à un credo ; il peut pénétrer toutes les formes. C’est là-même le privilège du musulman, que de recevoir par héritage la synthèse de toutes les révélations divines. Cet état spirituel ultime ou station de proximité (maqâm al-qurba) parachève la réalisation du soufi parfait par un retour vers les créatures. Il devient ainsi un isthme (barzakh) qui est un élément essentiel de l’arsenal conceptuel et lexical du Cheikh al-Akbar, dans lequel puise Abd el-Kader. Cette notion akbarienne, on va le voir, peut éclairer la polémique qui nous occupe ici. À propos du barzakh, (maintes fois commenté par Abd el-Kader dans son Livre des Haltes), M. Chodkiewicz écrit :

  • 16 Michel Chodkiewicz, 1982, Écrits spirituels, Paris, Seuil, p. 210.

L’isthme (barzakh) est ce qui à la fois sépare et conjoint deux choses, deux ordres de réalité. Le Prophète est l’Homme Parfait, l’Homme Universel (al-insân al-kâmil) qui est un isthme entre le monde et Dieu et qui réunit la créature et le Créateur : il est la ligne de séparation entre le degré divin et le degré des choses existenciées, pareil à la ligne qui sépare l’ombre du soleil. « Il se manifeste avec les Noms divins, et sous ce rapport il est Dieu ; et il se manifeste aussi avec la nature des contingents, et sous ce rapport il est créature (Fut., II, p. 391). »16

22De façon générale, les auteurs algériens, à propos d’Abd el-Kader, ne retiennent au mieux que les notions sous-jacentes de lien, de pont entre les cultures et les civilisations qu’implique le concept d’isthme (barzakh). Ils omettent, probablement par méconnaissance ou par naïveté sémantique, l’utilisation conceptuelle et opérationnelle qu’en fait Ibn ‘Arabî et qui s’applique parfaitement aux relations qu’entretient Abd el-Kader avec l’Europe et la Chrétienté. La quête perpétuelle de l’Homme universel fait d’Abd el-Kader l’isthme qui n’est pas seulement un lien, mais aussi un séparateur, une barrière perçue, dont ont besoin le connu et l’inconnu, le soi et l’autre, mais qui n’est ni l’un ni l’autre, et qui possède la force des deux.

23Cette quête de l’Homme universel lui a permis d’échapper aux catégorisations ou aux appropriations de ceux qui s’intéressent à lui, dont le nombre a cru depuis la redécouverte d’Ibn ‘Arabî en Occident. Elle nous permet du même coup d’éclairer, à défaut de résoudre, la polémique sur son rapport à la franc-maçonnerie. Cette position paradoxale, pour qui se réfèrerait à un quelconque principe du tiers exclu ontologique ou logique, est un élément essentiel de la philosophie akbarienne menant vers l’isthme (barzakh) qui se confond avec l’Homme universel (al-insan al-kâmil) vers lequel tendent ceux qui forment l’élite de l’élite des gnostiques soufis.

24Il devient alors possible de lever l’incertitude sur l’appartenance ou non d’Abd el-Kader à la franc-maçonnerie. Son « accès » au « monde imaginal » lui permet d’avoir une approche paradoxale : la réponse à cette incertitude serait oui et non, car les deux seraient vraies là où les voyageurs de la Voie se rendent au terme de leur cheminement. Cette réponse serait évidemment irrecevable dans un cadre d’analyse événementielle historique, mais si les échanges épistolaires entre Abd el-Kader et la franc-maçonnerie pouvaient être traités comme des textes religieux, cela permettrait de réintroduire avec force cette approche akbarienne pour la compréhension des actes ou des postures d’Abd el-Kader.

25Nous sommes confrontés aujourd’hui à une polémique – au final, assez récente, puisqu’elle n’a commencé qu’après l’indépendance de l’Algérie – qui est devenue rapidement âpre et vindicative entre les partisans, algériens et français, des deux thèses. L’analyse proposée s’articule sur les positions divergentes de quatre auteurs, deux Algériens et deux Français.

La thèse des auteurs algériens

  • 17 Dans le sens où leurs écrits sont teintés d’idées non pas fondamentalistes, mais à tout le moins is (...)
  • 18 Hamza Benaïssa, 2002, L’émir Abd El-Kader et la franc-maçonnerie, Alger, al-Ma‘rifa, p. 13.
  • 19 Bruno Étienne, probablement excédé par le ton polémique de cet auteur, a écrit : « Je résume sa thè (...)

26Du côté des auteurs algériens, Mohamed Cherif Sahli (m. 1989) accepte l’idée qu’Abd el-Kader ait pu avoir des contacts avec la franc-maçonnerie, mais évacue toute idée d’engagement. Il s’inscrit dans un courant d’auteurs nationalistes musulmans17 qui développent la thèse de la non-compatibilité de la foi d’Abd el-Kader avec les préceptes de la franc-maçonnerie. Le second, Hamza Benaïssa, va plus loin que la thèse développée par Mohamed Cherif Sahli. Il réfute la véracité des documents, qui démontrent les relations d’Abd el-Kader avec la franc-maçonnerie. Il avance pour cela que la nature même d’Abd el-Kader était incompatible avec une franc-maçonnerie soutenant le colonialisme et vectrice d’athéisme18. Cet auteur est perçu, par certains, comme nationaliste-islamisant, même s’il se définit lui-même comme un « guénonien19 ».

  • 20 Mohamed Sahli, Mythes français et réalité algérienne, traduit du français à l’arabe par Habib C (...)

27La simple hypothèse d’une affiliation d’Abd el-Kader à la franc-maçonnerie choque aussi bien les intellectuels algériens nationalistes et sécularistes que ceux se réclamant d’une sensibilité religieuse musulmane. Les deux auteurs, Mohamed Cherif Sahli et Hamza Benaïssa soutiennent l’idée qu’il n’y a jamais eu d’adhésion d’Abd el-Kader à la franc-maçonnerie et que les lettres publiées ont été forgées par la grande loge française20. Ils ont trouvé dans le fait qu’Abd el-Kader ne se soit pas rendu à la cérémonie de la loge Henri IV et l’absence d’activité de celui-ci après le voyage effectué en 1865 en France, des arguments prouvant sa non-affiliation à la franc-maçonnerie. Cette position de déni a le plus souvent un caractère descriptif assez proche de l’histoire événementielle énonçant rarement des questions que nous estimons fondamentales :

    • 21 Dans l’ouvrage de Mohamed Cherif Sahli, 2007, L’émir Abdelkader. Chevalier de la foi, Alger, ANE (...)

    Qu’elle est la connaissance de certains auteurs sur la pensée d’Abd el-Kader, le contexte des événements l’impliquant, et ses prises de décisions21 ?

  • Est-ce que la doctrine de l’islam, exotérique et ésotérique, a pu constituer un obstacle à l’initiation d’Abd el-Kader dans le cadre d’une franc-maçonnerie déiste ?

  • Où est-ce sur l’athéisme et la laïcité supposés d’une franc-maçonnerie alignée sur la politique colonialiste ?

  • Ces arguments sont-ils contextuellement opposables aux arguments des tenants de l’adhésion d’Abd el-Kader à la franc-maçonnerie ? Est-ce que l’argument d’autorité de la forgerie des documents avancés par certains auteurs algériens peut être légitimé par des situations historiques similaires où les autorités coloniales françaises falsifièrent des documents ou des faits ? Si oui, cela épuise-t-il pour autant la question de la véracité factuelle de la réception de l’émir par une loge maçonnique française puis de son renoncement à cette appartenance ?

  • 22 Les Algériens contemporains se fiaient et se confiaient plutôt à des guides spirituels et religieux (...)

28En ne répondant pas à ces questions, nos deux auteurs algériens passent à côté de plusieurs dimensions d’Abd el-Kader, dont celle du savant musulman et du mystique soufi considéré hors de son pays d’origine comme le plus grand commentateur-continuateur d’Ibn ‘Arabî22.

  • 23 Chodkiewicz 1982, Mawqif 197.

29La question de la validité des connaissances relatives à Abd el-Kader est donc au cœur de la polémique dont il est ici question. Les auteurs algériens n’opposent le plus souvent aux tenants de l’adhésion d’Abd el-Kader que des déclarations péremptoires ou des arguments faibles sur le plan de l’épistémologie. Par exemple, en esquivant la première question, nos deux auteurs passent à côté de l’élément fondateur de la pensée d’Abd el-Kader qui était animé par un idéal de fraternité et considérait l’autre, familier ou étranger, musulman ou non, comme un semblable. Abd el-Kader avait acquis la certitude, à la suite d’un rêve visionnaire, qu’il était un héritier de la tradition abrahamique : « [par cette vision], je sus que j’obtiendrais une part de son [Abraham] héritage spirituel, et que les créatures m’aimeraient23 ».

  • 24 À leur décharge, un important contentieux existe entre l’Algérie et la France concernant les archiv (...)

30Le visionnaire qu’il a été a peut-être compris les implications stratégiques de ce que l’on nommerait aujourd’hui le nouvel ordre mondial et peut-être la mondialisation-globalisation qui s’est instaurée à la fin du xxe siècle. Le manque de rigueur et le caractère passionnel de ces auteurs algériens leur rendent difficile une remise en cause d’une histoire officielle de leur pays. Ceci affaiblit leur argumentation (à supposer que leur hypothèse de la forgerie de documents par le GODF soit vérifiable) à l’encontre des tenants de l’affiliation, même temporaire, d’Abd el-Kader à la franc-maçonnerie24.

31Mohamed Cherif Sahli et Hamza Benaïssa ont donc trop souvent tendance à refléter leur désir nationaliste, et à s’approprier une figure symbolique de l’État algérien. Car si pour les tenants algériens de la thèse de l’absence de documentation fiable de sa non-adhésion, il était paradoxal de polémiquer sur son renoncement, ces mêmes auteurs pourraient cependant se servir de la faiblesse de la documentation française entourant ce renoncement pour essayer de prouver par l’absurde son adhésion.

La thèse des auteurs français

  • 25 Yacono, 1966, op. cit.
  • 26 Ibid., p. 26.

32Parmi les auteurs français, deux se distinguent par leur travail sur la relation entre Abd el-Kader et la franc-maçonnerie. En 1966, l’historien Xavier Yacono (m. 1990) publia dans la revue Humanisme une étude intitulée « Abdelkader franc-maçon25 ». On lui doit d’avoir fait sortir de l’oubli la relation qu’a eue Abd el-Kader avec la franc-maçonnerie. Bruno Étienne (m. 2009), sociologue et politologue, a été, sans conteste, l’auteur qui a permis de connaître toute la complexité d’Abd el-Kader. Il affirma qu’Abd el-Kader a bel et bien été coopté puis initié dans la fraternité maçonne. Il étaye cette affirmation par la publication des échanges épistolaires choisis entre les différents interlocuteurs. Précisons que Xavier Yacono et Bruno Étienne soulignent tous les deux la réaction d’Abd el-Kader, au cours du fameux voyage de 1865 et du rendez-vous manqué. Si le premier admet qu’il y a peu de renseignements sur l’activité maçonnique d’Abd el-Kader après son initiation26, le second va plus loin en affirmant qu’Abd el-Kader a pris définitivement ses distances avec la franc-maçonnerie après le convent de 1877.

33Bruno Étienne est l’un de ceux qui ont traité avec le plus d’emphase l’initiation maçonne d’Abd el-Kader. Il effectua pour cela tout un travail sur la correspondance entre Abd el-Kader et les instances franc-maçonnes, et mit la main sur des lettres inédites. Même si on admet l’authenticité des documents proposés à l’analyse par Bruno Etienne, on est en droit de se demander si l’intégralité des lettres et documents relatifs à la polémique a été publiée. Il semble bien que les lettres qui laissaient transparaître le malaise d’Abd el-Kader envers la franc-maçonnerie ne l’ont pas été. À ce sujet, Bruno Étienne écrit :

  • 27 Étienne, 1981, « Le soufisme des francs-maçons », la Chaîne d’union entre avril et octobre.

La rupture définitive de l’Émir avec la franc-maçonnerie n’est intervenue qu’au moment du grand tournant de 1877, qui propulsa les laïcs aux commandes de l’obédience. Il écrivit au Grand Orient de France sa désapprobation devant l’abandon du Grand Architecte de l’univers […] Il crut que la franc-maçonnerie pourrait concilier l’Orient et l’Occident au moment même où les maçons français allaient devenir les zélateurs du jacobinisme laïc et colonial en Algérie27.

  • 28 Étienne, 2008, op. cit.

34Après vérification, nous n’avons pas trouvé trace de la lettre en question. Elle n’apparaît pas non plus dans le dernier ouvrage (2008) de Bruno Étienne, Abdelkader et la franc-maçonnerie28. Une question se pose dès lors : si cette lettre existe, pourquoi Bruno Étienne ne l’a-t-il pas publiée ? Ce dernier poursuit :

  • 29 Étienne, 2008 et Revue Le Maillon 3-4, juillet-octobre 1983.

À ma connaissance, un seul auteur n’appartenant pas à la franc-maçonnerie a écrit un article important sur ce sujet : le Pr Xavier Yacono ; encore l’a-t-il fait pour une revue du Grand Orient de France, cet article est d’excellente qualité et je m’en suis largement inspiré. Après le bilan bibliographique des articles maçonniques, peu accessibles, sur le sujet, je suis donc allé chercher dans différentes archives les textes eux-mêmes et cela ne fut guère aisé, car une partie des lettres de l’émir Abd el-Kader appartenaient à travers un particulier, le Dr Malthete – à une loge qui n’existe plus [il s’agit de la loge Henri IV]29. 

  • 30 Aouli et al., 1994, voir p. 512.
  • 31 Étienne, 1981, op. cit.

35L’auteur d’Abdelkader, l’isthme des isthmes, a écrit que ces lettres furent récupérées par un collectionneur avisé, Philippe Zoummeroff, qui en a fait « dation » aux archives d’Aix où elles se trouvent actuellement à la portée de tous30. Mais celui-ci ne fait pas mention de la mystérieuse lettre, renvoyant lui-même à l’article de Bruno Étienne publié dans la Chaîne d’union31. On est donc en droit de se poser la question de l’existence de cette lettre.

36On peut également se demander si, par intérêt pour ses projets d’expansion en terre d’islam, le Grand Orient de France n’a pas volontairement éludé la rupture d’Abd el-Kader avec la franc-maçonnerie en raison du prestige de son nom.

37Notons également que Xavier Yacono n’a jamais caché, au cours de sa carrière, son soutien à l’idéal colonial. De la même manière, Bruno Etienne n’a jamais fait mystère de son appartenance à la franc-maçonnerie. Si leur engagement respectif ne remet pas en question leur probité, il mérite cependant d’être rappelé. Il est cependant indéniable que ces deux figures universitaires françaises ont fait preuve d’une certaine rigueur méthodologique, notamment dans la mise à jour des sources documentaires primaires et secondaires. Toutefois, des erreurs épistémologiques existent, en particulier sur la présentation des documents.

Conclusion

38Les deux auteurs algériens, Mohamed Cherif Sahli et Hamza Benaïssa, n’ont pas, dans le cadre d’une polémique qu’ils ont souvent attisée, fait preuve de rigueur méthodologique historique. En-dehors de la critique superficielle des matériaux et quelquefois d’une réfutation non étayée, ils n’ont pas jugé utile de procéder à la recherche de nouveaux matériaux ou de nouvelles sources documentaires pour étayer leur argumentation. Il en résulte une impossible vérification et validation de leurs hypothèses. L’autre aspect contestable de leurs approches a été la sous-estimation de la dimension soufie d’Abd el-Kader, et la limitation de leur horizon au « héros national ».

  • 32 Des empreintes de sceaux d’Abd el-Kader ont été retrouvées et analysées.
  • 33 Voir le travail d’Abdeljelil Temimi, Revue d’histoire maghrébine 9-11, p. 23-32.

39En revanche, Xavier Yacono et Bruno Étienne menèrent une véritable enquête historique par la mise à jour d’une importante documentation écrite, iconographique et sigillographique32. Ces deux auteurs (beaucoup plus Étienne que Yacono d’ailleurs) ont procédé, directement ou indirectement33, à une critique externe des sources portant sur les caractères matériels des documents et à une critique interne portant sur la cohérence des textes. Toutefois, leurs travaux souffrent d’une insuffisance du travail critique sur la provenance des documents ; la plupart de ceux-ci sont issus d’institutions maçonniques ou supposées telles. Par ailleurs, la sélection des documents mis à jour reste insuffisante pour éclairer la polémique. En témoigne la lettre évoquée par Bruno Étienne, et dont il ne fournit aucune preuve matérielle.

  • 34 Charles-Henri Churchill, La vie d’Abdelkader, traduction française de Michel Habart, Alger, SNED, (...)

40Au cours de nos recherches, nous avons relevé que le premier auteur qui a mentionné l’adhésion d’Abd el-Kader à la franc-maçonnerie est Charles-Henri Churchill dans son livre La vie d’Abd-El-Kader publié en 186734. Par contre, nous n’avons pas trouvé parmi les très nombreuses biographies qui lui sont consacrées un seul exemple qui démontre une activité quelconque d’Abd el-Kader dans une loge maçonnique après ses voyages en France de 1865 et 1867. Quoi qu’il en soit, la plupart des auteurs qui accréditent son adhésion s’accordent à dire que l’année 1877 est celle où s’est scellée la rupture. Cette distanciation, notons-le, pouvait avoir diverses causes, d’ordre politique par exemple : la franc-maçonnerie avait déjà à l’époque de farouches opposants politiques et religieux qui auraient pu influencer la décision d’Abd el-Kader.

41D’autres auteurs, universitaires et spécialistes d’Ibn ‘Arabî, ont pu saisir les raisons pour lesquelles l’auteur du Kitâb al-Mawâqif (Le Livre des Haltes) n’a pas vu de contradiction entre son appartenance islamique et les valeurs prônées par la franc-maçonnerie. De ce fait, ils n’ont pas eu de difficulté à accepter ni son adhésion à cette école initiatique, ni sa rupture une fois que ce qui en faisait à ses yeux l’essence, l’existence de Dieu, a été remis en question.

42Selon la doctrine de « l’unicité de l’Être » à laquelle adhérait Ibn ‘Arabî et Abd el-Kader, rien n’empêchait ce dernier de rejoindre une société philanthropique et philosophique déiste, et a fortiori, d’avoir des relations épistolaires avec la fraternité maçonnique. L’approche doctrinale akbarienne a probablement été un élément déterminant de la relation d’Abd el-Kader avec la franc-maçonnerie française, tant qu’elle était déiste. Il reste cependant à élucider la raison pour laquelle certains auteurs continuent d’avancer qu’Abd el-Kader n’a jamais été initié, alors que d’autres taisent le fait que l’auteur du Kitâb al-Mawâqif a, à un moment donné, décidé de rompre avec la franc-maçonnerie.

Notes

1 Xavier Yacono, 1966, Numéro spécial, Histoire maçonnique, Revue maçonnique, Humanisme 57, Éditions du Centre de documentation du Grand Orient de France, mai-juin, p. 13.

2 Bruno Étienne, 1994, Abdelkader, Paris, Hachette, p. 322.

3 Yacono, 1966, p. 17. Pour l’essentiel des réponses, voir par exemple p. 19-21, ou Étienne, 1994, p. 353-362.

4 Voir les réponses de l’émir dans Yacono, 1966, p. 19-21, ou l’intégralité de la lettre publiée dans Le Monde maçonnique d’août 1865, p. 230-240.

5 Il n’est d’ailleurs pas clairement établi qu’il s’agît d’une cérémonie protocolaire ou d’une réception maçonnique. Voir l’analyse de Xavier Yacono à ce sujet (1966, p. 27).

6 Ibid., p. 27.

7 Ibid., p. 29.

8 André Combes, 1999, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXe siècle, Monaco, Édition du Rocher, p. 13.

9 S. Aouli, R. Redjala, Ph. Zoummeroff, 1994, Abd el-Kader, Paris, Fayard, p. 512. Voir aussi, Xavier Yacono, 1969, Un siècle de franc-maçonnerie (1785-1884), Paris, Maisonneuve et Larose. Toujours du même auteur, l’article « La franc-maçonnerie française et les Algériens musulmans (1787-1962) », dans Anales de Historia Contemporeana, Murcie, 1987.

10 Ibid., p. 512.

11 Ibid., p. 143-144.

12 Pendant longtemps, ils ont dialogué par les canaux du dévoilement et du monde imaginal, le rêve étant souvent le lieu et le médium où prennent place ces échanges. Rapportant ce que l’on sait de cette relation hors de l’espace et du temps sensible entre Ibn ‘Arabî et Abd el-Kader, Bruno Étienne écrit : « Il est directement inspiré par son maître pour le commentaire de son œuvre [celle d’Ibn ‘Arabi] et l’émir corrigera même des textes attribués indûment au cheikh al-Akbar : la guidance d’Ibn ‘Arabi est alors complète et la communication par l’esprit entre Abdelkader et Muhyi Ed-dine [Ibn ‘Arabi] se fait par-delà l’espace et le temps dans la courbure de l’espace-temps. Car les « saints » sont vivants, appelés dans l’éternité de Dieu, et donc répandant leur influence à n’importe quel moment sur leur disciple dans la contemplation des mystères divins… » dans Étienne (1994, p. 278). Voir le dialogue imaginal qu’eut Bruno Étienne avec Abd-el-Kader et qu’il rapporte dans son livre (Étienne 1994, p. 12). Voir aussi à ce sujet, A. Penot, 2008, Émir Abdelkader. Le livre des Haltes, Paris, Dervy, p. 235-237.

13 Cette formule a été utilisée par Ibn Taymiyya, puis par les successeurs d’Ibn ‘Arabî.

14 Jacques Berque, 2002, Le Coran. Essai de Traduction, Paris, Albin Michel, p. 296, Coran, 17 : 23.

15 Ibn ‘Arabî, 1997, Fusûs al-Hikam, Le livre des chatons des sagesses, traduction de Charles-André Gillis, Paris, Albouraq, vol. I, p. 278.

16 Michel Chodkiewicz, 1982, Écrits spirituels, Paris, Seuil, p. 210.

17 Dans le sens où leurs écrits sont teintés d’idées non pas fondamentalistes, mais à tout le moins islamisantes. Voir Mohamed Chérif Sahli, L’émir Abdelkader, mythes français et réalités Algériennes, Alger, ENAP, 1988.

18 Hamza Benaïssa, 2002, L’émir Abd El-Kader et la franc-maçonnerie, Alger, al-Ma‘rifa, p. 13.

19 Bruno Étienne, probablement excédé par le ton polémique de cet auteur, a écrit : « Je résume sa thèse [celle de Benaïssa] : « Étant donné ce que nous savons de l’émir, il lui était impossible d’adhérer à une secte satanique, levier de l’athéisme et de la subversion mondiale et donc les documents fournis par Étienne sont des faux malveillants ». Cet universitaire ajoute même que la signature de l’émir sur les lettres produites ne constitue pas une preuve et d’ajouter : « Voilà une limite plutôt fâcheuse de la manie du document », Bruno Étienne, 2008, Abd el-Kader et la franc-maçonnerie, Paris, Dervy, p. 8.

20 Mohamed Sahli, Mythes français et réalité algérienne, traduit du français à l’arabe par Habib Chenini, Alger, éd. Kasbah, 2007, p. 18, 48, 49, 51 et 57. Hamza Benaissa, 2002, L’émir Abdelkader et la franc-maçonnerie, Alger, al-Ma‘rifa, p. 19, 20, 21, 63 et 117.

21 Dans l’ouvrage de Mohamed Cherif Sahli, 2007, L’émir Abdelkader. Chevalier de la foi, Alger, ANEP, nous avons relevé que l’auteur ne consacre que quatre pages (59-63) au soufisme, qui est pourtant fondamental pour comprendre la pensée d’Abd el-Kader.

22 Les Algériens contemporains se fiaient et se confiaient plutôt à des guides spirituels et religieux qui n’avaient peu ou pas de profondeur ni de teneur et qui se trouvaient hors des frontières de l’Algérie et de son patrimoine culturel.

23 Chodkiewicz 1982, Mawqif 197.

24 À leur décharge, un important contentieux existe entre l’Algérie et la France concernant les archives de la période coloniale qui sont en grande partie d’accès difficile pour les historiens et qui sont entreposées au Centre d’archives d’Outre-mer (CAOM) relevant des Archives nationales françaises. Sur ce point, voir Le Soir d’Algérie daté du 09 juillet 2009 (accessible à l’adresse suivante : http://lesoirdalgerie.com/articles/2009/07/09/article.php?sid=85558&cid=2)

25 Yacono, 1966, op. cit.

26 Ibid., p. 26.

27 Étienne, 1981, « Le soufisme des francs-maçons », la Chaîne d’union entre avril et octobre.

28 Étienne, 2008, op. cit.

29 Étienne, 2008 et Revue Le Maillon 3-4, juillet-octobre 1983.

30 Aouli et al., 1994, voir p. 512.

31 Étienne, 1981, op. cit.

32 Des empreintes de sceaux d’Abd el-Kader ont été retrouvées et analysées.

33 Voir le travail d’Abdeljelil Temimi, Revue d’histoire maghrébine 9-11, p. 23-32.

34 Charles-Henri Churchill, La vie d’Abdelkader, traduction française de Michel Habart, Alger, SNED, 1974.

Auteur

Mouloud Kebache

Doctorant de la faculté de théologie et sciences des religions, Université de Montréal

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable