Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité

 | 
Ahmed Bouyerdene
, 
Éric Geoffroy
, 
Setty G. Simon-Khedis

Un homme de son temps

Les projets d’un « royaume arabe » au Bilâd al-Shâm : histoire d’un malentendu entre la France et l’émir Abd el-Kader

Bruno Étienne

Résumé

Après une résistance de quinze ans face aux troupes françaises en Algérie, puis une captivité de cinq années en France, Abd el-Kader s’installe à partir de la fin 1855 à Damas. Il se retrouve, malgré lui, au centre de tractations politiques entre puissances européennes. Dans le contexte d’un Empire ottoman en déclin, et à la suite des évènements meurtriers qui ont secoué la capitale du Bilâd al-Shâm au cours de l’été 1860, le nom de l’exilé algérien est avancé pour être mis à la tête d’un projet de « royaume arabe ». Un projet politique auquel Abd el-Kader reste sourd, convaincu que le « royaume n’est pas de ce monde ».

After resisting fifteen years to the French troops In Algeria, and being captive during five years in France, Abd el-Kader settle down since the end of 1855 in Damascus. Unwillingly, he found himself in the middle of political negotiations between the great European powers. In the context of the decline of the Ottoman’s empire and after murderous events that shook up the capital of Bilâd al-Shâm during summer 1860, the name of the exiled is put forward to lead a project of “Arabic kingdom”. A political project to which he turned a deaf ear, convinced that the “kingdom is not from this world”.

بعد أن قاوم عبد القادر القوات الفرنسية في الجزائر مدة خمسة عشر عاماً، وبعد أن سجن في فرنسا لمدة خمسة أعوام، استقرّ في دمشق منذ نهاية عام 1855. فوجد نفسه أنه قد زُجّ في أوار التجاذبات السياسية بين القوى الأوروبية. في سياق امبراطورية عثمانية آفلة، وفي أعقاب أحداث دموية هزت عاصمة بلاد الشام في صيف 1860، طرح اسم هذا المنفي الجزائري ليتصدّر أسماء من طرحوا مشروع «المملكة العربية». ولكن عبد القادر أصمّ أذنيه أمام هذا المشروع السياسي، لقناعة منه بأن «المُلك ليس من هذا العالم».

Texte intégral

Une retraite définitive

En 1865, Abd el-Kader est en voyage privé à Paris. Le général Fleury demanda à Ismaîl Urbain, au nom de l’Empereur, de sonder ses intentions au sujet de la constitution en Syrie d’un État arabe indépendant dont il aurait été le souverain. En 1878, alors qu’il était question d’impliquer Abd el-Kader dans une agitation survenue en Syrie en vue d’une annexion à l’Égypte, Urbain révéla que treize ans plus tôt l’émir lui avait répondu par « un refus catégorique et absolu ». Il rapporta les termes de cet échange dans un article non signé dans le journal La Liberté daté du 20 mars 1878 : « J’ai fait la guerre à la France pendant quinze ans, parce que je pensais que c’était la volonté de Dieu, pour assurer la liberté de mes compatriotes et l’honneur de notre foi. Lorsque, après la prise de ma Smala, j’ai dû chercher un asile au Maroc, j’ai continué la lutte en usant de toutes les ressources possibles. Mais quand j’ai vu mes compagnons épuisés, que les tribus algériennes refusaient de me suivre, que loin de me seconder, les Marocains voulaient me livrer aux Français, j’ai compris que ma mission était finie et que Dieu Lui-même m’ordonnait de poser les armes. J’ai fait ma soumission avec la ferme résolution de consacrer à la prière et aux études religieuses les jours qui me restent à passer sur cette terre. J’espère que Dieu me donnera la force de tenir mon serment jusqu’au bout. Je n’ai jamais eu d’autre ambition que celle de servir Dieu et de mériter sa miséricorde. » Urbain conclut son article ainsi : « Nous ne voulons pas aborder l’examen de ce chimérique projet d’annexion de la Syrie à l’Égypte. Il nous suffit d’avoir montré qu’Abd el-Kader n’accepterait pas d’en être l’instrument. »
Michel Levallois

1Alors qu’il a combattu, avec certains succès, l’armée française pendant quinze ans, l’émir Abd el-Kader est devenu lors de son exil en France (à Toulon, Pau puis à Amboise) une sorte de coqueluche à la mode que le Tout-Paris va visiter pour s’esbaudir devant cet Arabe cultivé. Et les militaires ne sont pas les derniers à chanter sa gloire : un si prestigieux ennemi enfin vaincu les honore ! L’amitié des ecclésiastiques et de certains lettrés est, elle, plus réelle, donnant l’occasion à Abd el-Kader de lancer le premier dialogue islamo-chrétien… Napoléon III finit par accepter de le laisser partir en Orient doté d’une pension conséquente, mais jamais l’émir n’acceptera ni de trahir sa parole ni de jouer le jeu de la France au Machreq. Quels ont été les enjeux du projet de « royaume arabe » au Bilâd al-Shâm, et quelle a été la réaction d’Abd el-Kader face aux propositions qui lui ont été faites pour l’impliquer ? C’est à ces questions que le présent article va tenter de répondre.

Le projet d’un « royaume arabe »

2Abd el-Kader, qui se tient très informé de la politique internationale, écrit de Damas le 10 juin 1860 au journal L’Aigle de Paris (Birgîs Bârîs), lequel, dans un article récemment paru, avait abordé la question de l’avenir du Bilâd al-Shâm :

Louange à Dieu.
J’ai été ravi de tout ce que vous avez écrit au sujet des États musulmans. Vous avez en vérité de bons conseils et vous vous seriez fait entendre si vous aviez parlé à des vivants ; mais c’est à des morts que vous faites appel. Vous avez basé votre discours sur deux points ; vous auriez pu parler d’un troisième encore et dire que les souverains véritablement musulmans aiment la conduite des gens honnêtes et suivent leurs traces dans la justice et dans le mépris des biens de ce monde car c’est d’en haut que doit venir l’exemple pour les petits. Hélas ! Nous en sommes loin !
L’état actuel des empires musulmans et chrétiens, tout ce qui arrive aujourd’hui, a été prédit par Muhammad en son temps et c’est ce qui donne tant d’autorité à ses prophéties. Il a annoncé l’anéantissement des Chosroês et voilà qu’il n’y a plus de Pharaon ni de César. Il a dit aussi que les rois chrétiens se maintiendraient au pouvoir jusqu’à la fin des siècles et que les souverains de son peuple seraient abandonnés par Dieu à cause de leur conduite contraire à Ses lois, de leur injustice et de leur amour des biens de la terre. Il a dit enfin que le monde ne finirait que lorsque les chrétiens seraient devenus la majorité du genre humain.
Et cet événement ne pouvait manquer d’arriver, parce que comme l’a dit Muslim, l’un des interprétateurs autorisés de la parole du Prophète, ils ont, entre tous, quatre qualités qui assurent le succès dans l’avenir : la clémence dans la victoire, la résistance dans la défaite, l’énergie dans le retour offensif et la bienfaisance envers les pauvres, les faibles et les orphelins.
J’ajouterai, pour moi, qu’à tous ces dons ils en joignent un plus grand encore, c’est de savoir se soustraire, quand il le faut, à l’injustice et à l’oppression de leurs rois […]. Nous sommes à Dieu et nous retournons à Lui !
En ce moment, un désordre épouvantable règne parmi les Druzes et les Maronites. Partout le mal a des racines profondes. On se tue et on s’égorge en tous lieux. Dieu veuille que les choses aient une meilleure fin.
Salut de la part du pauvre devant Dieu le riche.

3Cette réflexion précède de quelques semaines les massacres de Damas au cours desquels l’émir, magnanime, va s’illustrer par sa charité islamique et devenir un véritable héros pour l’Europe ; mais point de déterminisme dans ces propos, simplement une interrogation lancinante qui parcourt sa vie : quel est le véritable dessein de Dieu ? Alors que les hommes s’agitent, spéculent, font des projets, lui, l’ « homme accompli » (al-insân al-kâmil), sourit par compassion mais se rit du royaume mondain… car seul le Sacré (al-Quds) est l’indicatif de l’Absolu, et ce qui fait la qualité seigneuriale n’est pas de ce monde. Et pourtant le mondain et le séculier interviennent, agressent sans cesse le saint (walî) et parfois celui-ci doit sortir de sa demeure…

4Abd el-Kader a compris que l’autre interfère et que par voie de conséquence, sur le plan mondain, la question d’Orient est avant tout une question d’Occident ! Comment contrôler la route des Indes et faire de la Méditerranée un « lac français » sans que la Russie et la Prusse y trouvent à redire ? Et sans jeu de mots, pour contrôler les voies de la région, comment choisir entre le chemin de fer allemand, la route anglaise et le canal français ? En échangeant la non-intervention des uns sur les chasses gardées des autres ! Laisser les mains libres à la France en Algérie est déjà un gros gage de la part des Puissances, mais cela ne suffit pas à Napoléon III. Le neveu du Bonaparte d’Égypte est sur cette question talonné par ses banquiers, de Rothschild à Talabot, ses saint-simoniens, ses ecclésiastiques et par la Chambre de commerce de Marseille, sans oublier les sociétés de géographie ou les francs-maçons… Aussi une curieuse conjuration se fait jour dans des revues aussi différentes que L’Ami de la religion, la Revue des deux mondes ou encore la Revue de l’Orient, de l’Algérie et des colonies : pour assurer la paix, il faut créer un État arabe syrien sous l’égide de la France impériale et confié à Abd el-Kader !

5Cette idée qui traîne depuis quelques mois, en particulier dans le journal maronite déjà cité (Birgîs Bârîs), est reprise à peu de chose près dans les mêmes termes par Le Progrès de Lyon, Le Constitutionnel et Le Courrier du Dimanche, et cela dès le lendemain ! Depuis 1857 au moins, les rapports des consuls, dont certains sont de futurs ministres, se ressemblent étrangement. De Thouvenel à Lesseps en passant par Outrey et Bentivoglio, la même analyse arrive sur le bureau du ministre des Affaires Étrangères, le comte de Walewski. La publication du Hatti humayoum (18 février 1856) et la conclusion du traité de Paris (30 mars 1856), s’ils faisaient entrer l’Empire ottoman dans « le concert des nations civilisées » et dans la modernité, allaient avoir de graves conséquences dans les provinces syriennes. Et à l’instar de l’émancipation de l’Égypte par Muhammad Ali, trente ans plus tôt, il était temps de trouver une solution pour la province syrienne. C’est au moment précis des massacres de Damas et de l’attitude exemplaire d’Abd el-Kader, que la question de sa souveraineté est ouvertement posée par le général de Martimprey, alors gouverneur de l’Algérie, dans un rapport confidentiel du 13 juin 1860, à propos de l’émigration algérienne en Syrie :

  • 1 L’Ami de la religion, 21 juillet 1860.

J’acquiers la certitude par tous les indices que je recueille depuis quelques mois que l’émir Abdelkader a des intentions de jouer encore un rôle. Je ne pense pas qu’il se propose de rentrer en scène en Algérie, malgré le prestige que son nom y conserve. Je crois plutôt que, jugeant l’état précaire de l’Orient, il a mesuré la place qu’il y pourrait conquérir, avec sa puissance d’intelligence, d’énergie et d’habileté, secondée par d’intrépides et dévoués compagnons. C’est l’émigration qui les lui envoie d’Algérie. Ce ne sont pas les premiers venus qu’elle entraîne, mais bien les hommes les plus vigoureux, fournis par les tribus guerrières et pourvus de ressources en argent par l’aliénation de ce qu’ils possédaient […].
Est-il dans les intentions de l’Empereur qu’Abdelkader puisse jouer un rôle en Orient ? Nous devons alors laisser l’émigration suivre son cours. Dans le cas contraire, il dépend de nous de la modérer. Quel intérêt aurions-nous à voir restaurer l’islam1 ?

6Curieux renversement de situation lorsqu’on songe à l’atmosphère glaciale qui règne entre Abd el-Kader et les consuls français au cours de cette période, aux craintes de Walewski et aux rapports de l’agent Georges Bullad, dont les relations avec l’exilé algérien ont été en se dégradant au point qu’il demanda son retour en France en 1857. Je n’ai pas, hélas !, trouvé la réponse du ministre, si elle existe ! Mais de fait, c’est la première fois que la question est aussi clairement abordée.

7Les rapports des postes, de Outrey à Damas, de Lesseps à Beyrouth, arrivent à l’ambassade de Constantinople et, transmis de Thouvenel à Walewski, insistent pendant toutes ces années (1856-1860) sur le problème des minorités, sur les agissements des consuls russes et anglais, Moore puis Brandt, et surtout du colonel Churchill. Il est vrai que ceux-ci jouent un rôle actif dans les pétitions anti-ottomanes…

8Aussi Walewski insiste-t-il, dans ses recommandations, pour qu’Abd el-Kader évite de créer des difficultés avec les Turcs. Et si assez rapidement Bullad envoie des rapports qui ne laissent aucun doute au ministre sur la quiétude et la loyauté d’Abd el-Kader, il insiste aussi, dans un très long rapport du 30 août 1857, sur le fait que la France ne doit pas se laisser endormir dans une sécurité qui pourrait être trompeuse, qu’étant donné les nouvelles circonstances, l’émir pourrait se jeter dans une nouvelle aventure politique. L’agent français demande donc à l’empereur d’éloigner Abd el-Kader de Damas. Et paradoxalement, dans le même rapport où il accuse en fait l’exilé algérien de vouloir ressusciter en Syrie la « nationalité arabe effective » profitant de l’écroulement de l’empire ottoman, Bullad ajoute :

Un jour viendra peut-être où il serait très avantageux pour la France d’avoir au cœur de la Syrie un homme tel qu’Abdelkader qui pût, soit comme instrument, soit comme allié, peser d’un certain poids dans la balance des destinées de l’empire ottoman […]

9Mais jusqu’à 1860, les rapports insistent tous sur l’installation agricole et immobilière de l’émir, sur ses dépenses et sur son seul centre d’intérêt : l’étude et l’enseignement.

10En France, il existe un important parti « kadérien », composé essentiellement d’anciens officiers de l’armée d’Afrique et d’anciens prisonniers, admirateurs de l’émir, auxquels se sont joints les milieux de la finance et des affaires. Il y eut incontestablement une « campagne de presse » très moderne en ce sens, en particulier dans la Revue des Deux Mondes et plus encore dans la Revue de l’Orient, de l’Algérie et des colonies (par exemple le n° de juillet 1858) ou encore dans L’Ami de la religion. Le journal Le Progrès de Lyon du 21 juillet 1860 s’inquiéta d’ailleurs quelque peu de cette éventuelle utilisation d’Abd el-Kader…

  • 2 Le coût de ce projet a été couvert par une souscription auprès des bourgeois damascènes (trois mill (...)
  • 3 Même si je ne crois plus au hasard, je dois cependant avouer que je ne sais pas si les nombreux mem (...)

11Pendant ce temps, le consulat continue sa surveillance rapprochée de l’exilé algérien, les de Lesseps et Perthuis se lancent dans le projet d’une route carrossable entre Beyrouth et Damas2. Le groupe Paulin Talabot, Isaac Pereire est reçu par Abd el-Kader à plusieurs reprises à Damas, tout comme les saint-simoniens et autres francs-maçons. La route est achevée en 1862 et les frères de Lesseps s’activent depuis mars 1859 pour le projet du canal. Les publications de la Société du canal et en particulier le Journal de l’Union des Deux mers3, viendront conforter la puissante campagne de presse du parti « kadérien » en y ajoutant les éventuels bénéfices que tout le monde pouvait tirer de cette aventure. De Lesseps parcourt la France en faisant des conférences qui sont ensuite publiées et diffusées par l’Imprimerie centrale des chemins de fer, Chaix et Cie.

12Et si entre temps Napoléon III, occupé en Italie, néglige un peu la Syrie, sa politique est poursuivie par Thouvenel qui, d’ambassadeur auprès de la Sublime Porte, devint ministre des Affaires Étrangères début 1860. Or, rédigeant sa dernière dépêche-bilan, il insiste sur le projet du canal pour lequel il vient d’obtenir l’aval des autorités turques et qu’Abd el-Kader approuve clairement. Il paraît alors assez cohérent que le parti « kadérien », lié aux intérêts représentés par de Lesseps, reprenne la campagne en faveur d’un « royaume arabe » sous l’autorité d’Abd el-Kader. Et peu à peu d’autres s’y mettront. J’ai trouvé par exemple cette lettre confidentielle datée du 23 décembre 1863 :

  • 4 Archives des Affaires Étrangères à Nantes : registre n° 22, correspondance reçue du département et (...)

Le colonel O’Reilly, qui était chargé de former un corps de gendarmerie moderne à Damas, a été appelé à Constantinople […] il se serait livré à des menées ayant pour objet l’expulsion des Turcs au moyen d’une entente entre les bédouins et les Algériens (pour) faire proclamer Abdelkader roi de Syrie. Les auteurs de ce projet se seraient mis en relation avec le consulat de France à Damas qui leur aurait donné des encouragements […] un certain appui […]. La politique française ne comporte vis-à-vis de la Turquie ni réticences, ni menées occultes  […]4

13Dans le Bilâd al-Shâm, les troubles sont de plus en plus fréquents et le ton monte dans les dépêches alors qu’il s’exacerbe dans la Montagne entre les prélats Maronites, les cheikhs Druzes et les autorités turques. Les consuls des cinq puissances parlent de guerre civile dès le début de l’année 1860, de complot turc et d’intervention. Si le dernier bastion chrétien tombe (la ville de Zahlé) les hordes de Druzes et de bédouins s’allieront à la populace musulmane, et Damas tombera entre leurs mains… Il est donc temps que l’Europe mette bon ordre à tout cela en s’appuyant sur « nos fidèles héritiers de l’Orient chrétien » et, par une exploitation directe de ses richesses, permette à la Syrie de retrouver le souffle d’une renaissance civilisatrice…

  • 5 L’ironie de l’histoire m’oblige à rappeler que lors de l’attentat d’Orsini (14 janvier 1860), l’orc (...)

14L’expédition militaire française est alors envisagée puis montée au nom d’impératifs humanistes (sic !) et par-delà les affrontements des intérêts franco-britanniques, présentée comme « expédition franco-européenne », confiée au général de Beaufort d’Hautpoul, elle s’étalera de juillet 1860 à fin 18615. Tandis que Fouad Pacha est chargé de la répression – elle sera féroce à Damas – en Syrie puis de la mise en ordre du Liban avant de devenir le candidat des Puissances à la vice-royauté face aux réticences d’Abd el-Kader mais avec une différence de taille : ce dernier concurrent ne sera jamais candidat lui-même… Le Times, repris par L’Ami de la religion du 19 juillet 1860, écrit clairement : « Si la Porte ne peut pas rétablir l’ordre elle-même en Syrie, le temps sera venu de considérer si les Turcs ne sont pas restés assez longtemps les maîtres de ces pays et si les nations chrétiennes ne doivent pas tenir conseil sur l’avenir de ce malheureux pays […] »

15Les projets sont foison. Ils sont plus explicites, également : le comte Edouard de Warren est chargé de faire un mémoire pour Napoléon III. Il s’appuie alors sur les travaux d’un éminent orientaliste, M. de Saulcy, et insiste sur la nécessité de contrecarrer de front les projets anglais dans la province syrienne. Il devait être mis un terme au régime en place : projet légitimé par le fait que les chrétiens de la province sont menacés d’extermination.

16L’intervention de la France et de l’Angleterre s’avère donc aussi nécessaire que complémentaire : l’Angleterre interviendra en Mésopotamie et la France au Liban et en Syrie :

Quant à la forme de cette intervention, le génie anglais a découvert depuis longtemps celle qui est à la fois la plus simple et la plus praticable : c’est le régime subsidiaire tel que la Compagnie des Indes l’a appliqué dans tous les États hindous ou musulmans qui ont dû recourir à la protection anglaise pour prolonger une existence tombée en décrépitude  […]

17Le comte de Warren, fort de ces réflexions introductives, soumet alors « humblement » à l’Empereur la proposition d’un accord avec l’Angleterre :

  • 6 Archives des Affaires Étrangères (Paris) : Mémoires et documents, Turquie, vol. 122, fol. 171 et s. (...)

[…] une occupation subsidiaire française de la Syrie, depuis Laddykié ou Tripoli, en comprenant Beyrouth, Damas, Jérusalem, jusqu’à la frontière égyptienne en dessous du Réfah [...] et une occupation subsidiaire anglaise de la vallée de l’Euphrate depuis Antakien jusqu’à Bagdad et Bassorah […] L’administration, au nom de la Turquie se ferait par des fonctionnaires européens aidés d’une force militaire en partie européenne et en partie indigène [...] et serait soldée sur le revenu des contrées qui y seraient soumises  […]6

18Telle est l’ambiance sinon la situation en juillet 1860, lorsque les protagonistes signent la paix dans la Montagne libanaise et qu’éclatent à Damas les émeutes qui vont rendre à Abd el-Kader sa célébrité et favoriser les spéculations sur son éventuelle royauté, au moment précis où il vit son ravissement et où il écrit ses plus beaux poèmes métaphysiques :

Dans cet état d’ivresse, d’effacement, de non-être, je parvins là où il n’est plus, en vérité, ni lieu, ni au-delà  […]. La verticale et l’horizontale se sont anéanties. Les couleurs sont revenues à la pure blancheur primordiale. Toute ambition, toute relation étant abolie, l’état original est rétabli  […]

19Les événements macabres à Damas durèrent, en fait, toute une semaine. Le premier rapport du consul de France à Damas au ministre sur ces « vêpres syriennes » est daté du 17 juillet. Ce rapport constitue le couronnement de la correspondance du consulat de Damas. Mais il ne pouvait plus influencer les décisions de son gouvernement. À cette date en effet, Thouvenel, nouvellement nommé ministre des Affaires Étrangères, s’était déjà activement préoccupé de la question syrienne et avait commencé les démarches diplomatiques en vue de la solution de cette crise et d’en débloquer les voies de liquidation au niveau européen.

20Les massacres avaient « commencé, sans que les troupes turques qui gardaient depuis quelque temps le quartier eussent fait le moindre effort pour arrêter l’insurrection ». Le quartier chrétien avait été entièrement détruit. La perte en personnes est « chiffrée à environ huit mille personnes de tout sexe et de tout âge ». La culpabilité des autorités locales ne fait point de doute pour le consul de France Lanusse :

L’autorité, au lieu de chercher à comprimer l’insurrection, a, au contraire, fait tout son possible pour encourager les pillards et les incendiaires. Les soldats eux-mêmes prenaient part au pillage. Et l’on peut dire, sans trop se tromper, que l’argent comptant et les objets précieux ont été pris par eux et par les officiers  […]

21Le comportement de l’émir Abd el-Kader méritait toutes les louanges. Avec une poignée d’hommes, il avait tenu tête à une populace déchaînée et « plus encore aux troupes du Grand Seigneur ». On lui devait la vie de onze mille chrétiens logés soit chez lui ou dans son quartier ou enfin emmenés en lieu sûr dans la citadelle, « où, contre son gré, Ahmad Pacha a dû les recevoir ». Le consul lui-même, avec des collègues et les religieux européens, avaient trouvé refuge dans sa maison.

Mon royaume n’est pas de ce monde

22Mon royaume n’est pas de ce monde : la vice-royauté (khilâfa) que Dieu destine à l’être humain véritable ne peut s’accommoder d’une royauté mondaine. Mais les Français ne peuvent savoir cela. Aussi lorsque le 3 décembre 1860, B. Poujoulat pose la question qui suit à Abd el-Kader : « Votre nom a été prononcé dans les journaux français pour être gouverneur de la Syrie. Ce bruit est-il parvenu jusqu’à vous ? » Abd el-Kader lui répondit :

  • 7 Baptistin Poujoulat, 1861, La Vérité sur la Syrie et l’expédition française, Paris, Gaume frères et (...)

Oui et c’est cela, si je ne me trompe, une des causes principales des vexations des Turcs contre moi. Mais que la Turquie se rassure. Ma carrière politique est finie. Je n’ambitionne plus rien des hommes et de la gloire de ce monde. Je veux vivre désormais dans la douce joie de la famille, dans la prière et dans la paix  […]7

23Cependant les discussions au sujet de l’avenir de la Syrie restent à l’ordre du jour de la politique européenne. Non seulement les commissaires en ont délibéré, lors de leur séjour à Damas, mais on en parle entre Paris et Londres, précisément dans l’alternative connue des deux principaux candidats en vue, Abd el-Kader ou Fouad Pacha. Le nouvel ambassadeur de l’Empereur à Londres, le comte de Flahaut, en esquissa les éléments, dans sa communication du 12 décembre 1860 à Thouvenel. Le projet de lord Dufferin était remis sur le tapis et prenait une dimension sérieuse, tant en Syrie qu’entre les deux capitales concurrentes. Lord John Russel sembla entrer dans les vues du commissaire de la reine, tout en présentant des objections contre Abd el-Kader :

La seule idée dont lord John m’a fait part […] serait que Fouad Pacha fut nommé gouverneur. À ce propos, le principal Secrétaire d’Etat a prononcé le nom d’Abdel-Kader, auquel, m’a-t-il dit, les Turcs pourraient opposer qu’il n’est pas un vrai croyant. Bien que lord John Russel ne m’ait pas présenté l’objection comme étant sans réplique, je n’ai pas cru devoir la relever. Et la conversation en est restée là sur ce point  […]

24À Damas, les deux commissaires anglais et français, lord Dufferin et M. Béclard, en compagnie du consul de France Outrey, en avaient alors discuté ouvertement. Les agents français percevaient enfin la véritable dimension du projet du commissaire anglais, connu jusqu’ici par des allusions et des ouï-dire et donc partiellement, sinon faussement. Le même jour, le 14 décembre, Outrey écrivait confidentiellement à Lavalette, tandis que Béclard en informait systématiquement Thouvenel.

  • 8 Notons combien ce projet ressemble furieusement à tous ceux qui vont suivre jusques et y compris le (...)

25La communication de Max Outrey s’est appliquée à discuter l’idée d’ensemble et les implications sur les relations franco-anglaises dans le domaine syrien. L’essentiel du débat consistait dans la question de l’intégrité à sauvegarder de l’empire ottoman : toute idée de démembrement quelconque devait être écartée. Surtout, il s’agissait de concilier les tentatives de réorganiser la Montagne libanaise avec le projet général de restructurer et de réformer toute l’administration de la Syrie. Outrey résumait le débat animé à ce sujet par cette observation fondamentale : « Les privilèges de la Montagne et des Maronites doivent-ils se résoudre dans une solution commune à toute la Syrie ? » On a là les prémices de ce qui va devenir l’affaire franco-libanaise jusqu’à nos jours8 !

26Selon son habitude, le consul Outrey s’attachait à discuter ou à rapporter des points jugés essentiels ou frappants, sans se résoudre à présenter objectivement les éléments d’un problème ou l’enchaînement des faits à exposer. Il en allait tout autrement de Béclard, le commissaire de France pour les affaires libanaises. Son exposé du problème syrien, tel que l’a présenté officiellement son collègue Dufferin, fait l’objet de son rapport du 14 décembre à Thouvenel. Il se référait aux instructions reçues du ministre relatives aux privilèges de la Montagne. Face à cette position constante de la France, il constatait que lord Dufferin envisageait un plan de réorganisation générale pour toute la Syrie. La conviction de son collègue se résumait dans un fait fondamental :

[…] L’antagonisme existant entre les chrétiens et les musulmans de ce pays, qui s’est manifesté par la complicité des autorités turques dans les derniers événements, résultait en grande partie des privilèges mêmes dont la possession avait été garantie aux habitants de la Montagne  […]

27Dufferin en tirait des conséquences politiques valables pour toute la Syrie : d’abord, supprimer les privilèges exclusifs dont la Montagne est bénéficiaire ; ensuite, séparer la Syrie du système gouvernemental de l’empire ottoman, et la doter d’institutions communes et uniformes, également applicables à toutes les régions de cette province. Établir ainsi un gouverneur général quasi-indépendant pour la Syrie intégrale, auquel seraient subordonnés des pachas pour les régions qui en dépendent. Dans ce cadre général, le Liban chrétien jouirait de son propre pacha chrétien. Et de nombreux intervenants (Libanais et Français) précisent sur ce point qu’il ne saurait s’agir de confier le Liban à Abd el-Kader.

28En rentrant de Damas à Beyrouth, le 10 décembre 1860, lord Dufferin a trouvé des dépêches de son gouvernement qui agréait son projet. Aussi, pour mieux clarifier ce projet, le commissaire anglais remettait-il à son collègue une note précise en quatorze points sur ses vues de réorganisation de toute la Syrie. Béclard se hâtait d’en envoyer une traduction au ministre. Au final, les parties ne s’opposaient que sur le nom du titulaire et sur le fait que le Liban – la Montagne – devait être dissocié de la Syrie. Pendant ce temps Abd el-Kader continue de répéter son refus !

  • 9 Il existe aux archives des Affaires Étrangères un fonds dit « K papiers Scheffer », tellement Charl (...)

29Le 22 septembre 1860, Charles Scheffer9 remet à Abd el-Kader le Grand cordon de la Légion d’honneur de la part de Napoléon III alors en Algérie. Curieux personnage que cet ancien drogman en poste à Jérusalem, Damas, Constantinople, homme de confiance de Thouvenel, traducteur officiel de l’Empereur, chargé de nombreuses missions discrètes, entremetteur-né, toujours sur le terrain, lié au père Lavigerie et prompt à dénoncer l’alliance entre les Anglais et les familles druzes Joumblatt et Nakkab…

30Le même jour le ministre de la Guerre, le maréchal Randon (celui qui réduisit la résistance en Kabylie !) répondait au rapport que lui avait envoyé le général de Beaufort dont il approuvait le plan d’occupation et de réorganisation de la région. Le ministre posait la question du rôle d’Abd el-Kader en des termes précis :

Pensez-vous qu’Abdelkader pût exercer le gouvernement de Syrie ? Pensez-vous que les Puissances qui ont des représentants à Beyrouth aient la volonté de le désigner ? Je ne cherche pas ce que pour l’avenir nous avons à souhaiter de ce choix hypothétique, relativement à nos possessions d’Afrique. Je ne m’arrête qu’au moment présent et à ce qui regarde la pacification durable de la Syrie. Et dans cet ordre d’idées, Abdelkader me paraît désigné, par la réputation qu’il s’est acquise en Algérie autant que par sa conduite courageuse qu’il a tenue dans ces dernières circonstances  […]

  • 10 Tous les rapports de Beaufort sont aux archives du service historique de l’Armée en cote G4-173 et (...)

31Le projet qui concernait l’émir et qui ne lui a peut-être jamais été communiqué se trouve dans ce rapport confidentiel du général de Beaufort du 6 octobre 186010 :

« Je ne pense pas que les Puissances consentent à accorder le gouvernement de la Syrie toute entière à Abdelkader et la Turquie ne l’admettrait jamais. On pourrait tout au plus obtenir pour lui le Pachalik de Damas, le territoire d’Acre et peut-être la Judée, s’il n’y a pas moyen, au nom de toute l’Europe chrétienne, de placer à Jérusalem un gouverneur séparé. Plus tard, le pouvoir d’Abdelkader pourrait s’étendre sur Alep et sur une partie du nord de la Syrie et former ainsi le noyau d’un empire arabe qui pourrait s’étendre successivement vers Baghdad et Bassorah […]. Le gouvernement de l’émir aurait pour limites à l’ouest et au sud du Liban le Leitani, rivière qui a sa source vers Baalbeck et qui se jette dans la mer entre Saïda et Sour  […]. » Beaufort poursuit : « Je n’admettrai pas qu’Abdelkader eût le gouvernement du Liban. Quelque noble qu’ait été sa conduite dans les derniers événements, quelque prestige qu’il puisse exercer sur les Arabes, ce n’est à tout prendre qu’un Arabe et par qui serait-il remplacé à sa mort, sans parler de ce qu’il y aurait de choquant à mettre le Liban, de tout temps indépendant, sous l’autorité directe d’un musulman […] »

32On ne saurait être plus clair ! Or c’est à ce moment précis que la candidature d’Abd el-Kader va devenir aléatoire puis encombrante : les spéculations du « parti kadérien » ne coïncident plus avec les intérêts strictement impérialistes… Le Times avait suggéré que l’affaire était trop importante pour que l’on ne la confiât point à un prince européen ou à la rigueur un prince égyptien ! Tandis que le nom de l’émir Chehab commence à circuler dans les milieux chrétiens sous l’initiative de l’abbé Lavigerie, directeur de l’œuvre des écoles d’Orient – futur évêque d’Alger – alors en mission au Liban. L’idée est reprise à Paris par l’orientaliste X. Raymond dans une série d’articles qui paraissent en octobre dans la Revue des Deux mondes. L’argumentaire était clairement colonialiste : la Syrie prenait sa place et sa propre dimension régionale dans l’espace méditerranéen qui était commandé par l’importance de la mer Rouge et du futur canal de Suez ; il fallait faire en Syrie comme on avait fait en Algérie et Abd el-Kader n’était pas à la hauteur pour mener à bien cette tâche réformatrice. Dans cet article, il concluaitainsi : « Par la suite la Syrie étant regardée en droit comme un bien tombé en déshérence, il y a lieu dans l’intérêt général, d’instituer un prince chrétien et de race européenne en Syrie malgré les scrupules que peut inspirer la considération du droit écrit […] »

33C’est alors au tour du général de Beaufort d’atténuer son ardeur et même de proposer Fouad Pacha avant de se rallier à l’option chrétienne… Il écrit dans son rapport du 3 novembre 1860 :

Comme aussi, si Abdelkader, dans une certaine mesure, pouvait contenir dans sa main les tribus arabes actuelles abandonnées à elles-mêmes, on trouverait en lui un agent puissant pour opposer, dans l’occasion, à cette brutalité des Turcs, qui, à en juger par ce qui vient de se passer, ne saurait être combattue par des bras trop énergiques […]

34Lors d’un rendez-vous manqué avec l’émir, le 23 octobre 1860, face au refus d’Abd el-Kader de le recevoir et d’entrer dans ces manœuvres et surtout dans cette instrumentalisation, Beaufort est bien obligé de renoncer tout en rusant :

Je regrette de n’avoir pas vu Abdelkader. On me dit qu’il ne désire aucun pouvoir ; qu’il craindrait de compromettre sa situation en présence de l’hostilité sourde des Turcs et de la haine de musulmans des villes. Je ne me fie pas entièrement à ce qu’il peut dire. Quoiqu’il en soit, il sera bon de réclamer à la fois l’indépendance, l’autonomie du Liban et un pouvoir quelconque pour Abdelkader, afin de réserver l’abandon de cette dernière question si l’on n’obtient pas de la faire admettre par les autres Puissances. Cette concession rendrait plus facile l’arrangement relatif au Liban et Abdelkader, sans pouvoir reconnu, pourrait rendre de grands services, si certaines circonstances nouvelles se présentaient. Je crois sa reconnaissance et son dévouement pour l’empereur réels et sincères […]

35À cette époque, Abd el-Kader s’apprête à partir pour son ultime pèlerinage (hajj), pour la fin du voyage, fort de cette adresse coranique : « Que la vie immédiate ne vous trompe pas, que ses vanités ne vous trompent pas au sujet de Dieu… »

36Certes Abd el-Kader est resté jusqu’à la fin de sa vie proche du « parti arabiste » contre les Ottomans, au point que les pachas successifs demandent encore son éloignement, mais son activité essentielle a toujours été la prière, l’étude, l’écriture et l’enseignement car « les meilleurs restent là où ils sont », selon l’adage soufi. Son importance politico-religieuse ne doit toutefois pas être sous-estimée même à cette époque quand on sait qu’Abdelkader a été un des inspirateurs de la réforme (islâh) par ses élèves et condisciples au rang desquels Muhammad al-Tantâwî et surtout le cheikh ‘Abd al-Rahman ‘Illaysh, mais d’autres encore, ‘Abd al-Razzaq al-Baytar, Muhammad al-Khani… La plupart des penseurs de la Renaissance arabe (Nahda), quelques années plus tard, seront issus de ce courant qui s’est constitué dans les cercles damascènes qui se sont formés autour de l’exilé algérien.

37Mais le fond de la pensée d’Abd el-Kader est clairement métaphysique, et ses poèmes inspirés par la doctrine de l’unicité de l’Être (wahdat al-wujûd), en font état :

  • 11 Poèmes métaphysiques, op.  cit., p. 25.

Nous avons écarté le voile. L’ombre du semblable s’efface. Le « moi », le « toi » ont été abolis. Il n’est plus d’équivoque. / Autre que Nous ne subsiste, autre que Nous n’était. Je suis l’échanson, l’abreuvé, le vin et la coupe. / Les contraires en Moi son unis ; en vérité c’est Moi qui suis l’un et le multiple, le genre et l’espèce  […]11

Notes

1 L’Ami de la religion, 21 juillet 1860.

2 Le coût de ce projet a été couvert par une souscription auprès des bourgeois damascènes (trois mille actions immédiatement souscrites à Beyrouth, Damas et Alep).

3 Même si je ne crois plus au hasard, je dois cependant avouer que je ne sais pas si les nombreux membres de la famille de Lesseps, qui connaissaient le Maghreb et le Machreq depuis plusieurs générations, savaient le sens ésotérique de ce titre: en arabe Majma‘ al-Bahrayn est le lieu où Moïse rencontra al-Khidr, l’initiateur vert et l’émir, isthme par excellence, raconte dans un beau poème qu’il fut lui-même « moïsiaque ». Voir Poèmes métaphysiques, traduction par Charles-André Gilis, Paris, Éditions de l’Œuvre, coll. Sagesse islamique, 1983, p. 29.

4 Archives des Affaires Étrangères à Nantes : registre n° 22, correspondance reçue du département et de l’ambassade de France.

5 L’ironie de l’histoire m’oblige à rappeler que lors de l’attentat d’Orsini (14 janvier 1860), l’orchestre jouait un air à la mode « Partant pour la Syrie »… et que dans les mois qui suivirent, les autorités chrétiennes du Liban et musulmanes arabes de Syrie apportèrent sans coup férir des témoignages massifs de gratification à l’Empereur.

6 Archives des Affaires Étrangères (Paris) : Mémoires et documents, Turquie, vol. 122, fol. 171 et s. Ce projet sera mené à bien: la jonction entre Thouvenel, Persigny et lord Russel est constante pendant toute cette période comme en témoignent les notes de ce mois de juillet. Au cours de leur entretien, Persigny et Russel avaient aussi approuvé un projet d’emprunt élaboré par lord Rothschild pour régler la crise financière de la Turquie.

7 Baptistin Poujoulat, 1861, La Vérité sur la Syrie et l’expédition française, Paris, Gaume frères et J. Duprey Éditeurs.

8 Notons combien ce projet ressemble furieusement à tous ceux qui vont suivre jusques et y compris les guerres du Golfe de 1991 et 2004 en passant par les accords Sykes-Picot (1917) et sans oublier les différents projets de Grand Liban. Je n’aurais pas osé écrire tout cela en ces termes si je n’avais pas lu des dizaines de lettres, de rapports, de récits comportant tous les mêmes termes que l’on retrouvera à l’identique en 1920 au moment de la création du Grand Liban par les Français… La dénonciation du despotisme comme justification du droit de coloniser et du devoir d’intervention est pourtant une vieille pratique; la preuve est qu’elle marche toujours encore et partout… S’il y a complot, dans ce cas précis, c’est bien moins de la part des Ottomans et des Turcs que du fait des Occidentaux …

9 Il existe aux archives des Affaires Étrangères un fonds dit « K papiers Scheffer », tellement Charles a fait de notes et de rapports: il y a là une belle histoire à raconter en parallèle avec celle du père Cohen qui était son homologue pour l’Arabie aujourd’hui saoudite...

10 Tous les rapports de Beaufort sont aux archives du service historique de l’Armée en cote G4-173 et commentés dans des notes à Thouvenel qui sont, elles, aux archives Affaires Étrangères, Mémoires et documents, Turquie, 136 et s.

11 Poèmes métaphysiques, op.  cit., p. 25.

Auteur

m. 2009

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable