Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité

 | 
Ahmed Bouyerdene
, 
Éric Geoffroy
, 
Setty G. Simon-Khedis

Un homme de son temps

D’Amboise à Damas, rencontres et convergences entre Abd el-Kader et le saint-simonien Ismaÿl Urbain

Michel Levallois

Résumé

Ismaÿl Urbain, saint-simonien converti à l’islam, interprète militaire fut chargé par le ministre de la guerre de la responsabilité de la détention de l’Émir à Pau, puis à Amboise. Il découvrit en Abd el-Kader un homme de foi, de progrès et de paix. Il partageait sa foi en un Islam ouvert et tolérant.
De 1852 jusqu’à leur dernière rencontre à Paris en 1865, Urbain et l’Émir entretinrent une relation d’estime et d’amitié, nourrie de leur commune appartenance à l’islam, de leur souci de réconcilier les fils d’Abraham et de faire entrer l’islam dans la modernité.
En 1883, à la mort de l’Émir, Urbain qui s’était fait l’apôtre d’une Algérie franco-musulmane, était devenu pour les « colonistes 1 » un « adversaire irréconciliable de la colonisation ». Il rendit un hommage exceptionnel dans le Journal des Débats du 15 juin 1883 à celui qui allait devenir le premier héros national algérien.
1 Alors que le terme colon désignait les agriculteurs et que celui de colonialiste n’était pas encore usité, ce terme désignait les partisans du maintien et du développement de la colonisation de l’Algérie par une immigration européenne.

Ismaÿl Urbain, Saint-Simeonian, convert to Islam and military interpreter was charged by the Minister for War with the responsibility to detain the Emir at Pau, and subsequently at amboise. He descovered in Abdel-Kader a man of faith, of progress, of peace. He shared his faith in an open, tolerant Islam.
From 1852 until their final meeting in Paris in 1865, Urbain and the Emir maintained a relationship imbued in both esteem and close friendship; buttressed by common adherence to Islam, hopes and fears for reconciling the sons of Abraham and bringing Islam into modernity.
In 1883, at the Emir’s death, Urbain, having taken it upon himself to be "apostle" of a Franco-Muslim Algeria, had become for the "colonists" an "opponent irreconcilable with colonisation". On the 15th June 1883 he paid exceptional homage in Journal des Débats to the man who would become the first Algerian national hero.

كان إسماعيل أوربان من أتباع الفيلسوف سان سيمون، وارتدّ إلى الإسلام؛ وكان مترجماً في الجيش الفرنسي وكلّفه وزير الحربية باعتقال عبد القادر في مدينة پو ثم في أمبرواز. ولكنه اكتشف في عبد القادر إنساناً مؤمناً يميل إلى التقدّم والسلام؛ علاوة على أنه كان يشاركه إيماناً بإسلام منفتح ومتسامح.
من عام 1852 وحتى 1865 التي فيها تمّ آخر لقاء بين أوربان والأمير عبد القادر، كان الاثنان يقدّران بعضهما، وتوطدت أواصر الصداقة بينهما بسبب انتمائهما المشترك للإسلام، وبسبب حرصهما على إجراء مصالحة بين أبناء إبراهيم وعلى دفع الإسلام إلى الانخراط في الحداثة.
وعندما توفي الأمير عام 1883، أصبح أوربان داعية لجزائر فرانكو-إسلامية، وصار في نظر «المستعمِرين» «خصماً يستحيل تصالحه مع الاستعمار». وفي جريدة «لو جورنال دي ديبا»، بتاريخ 15 حزيران 1883، أشاد بذاك الرجل الذي سيصبح البطل القومي الأول للجزائر.

Texte intégral

1La rencontre de ces deux personnalités de l’histoire de l’Algérie, Abd el-Kader, « le héros et le saint » transfiguré en héros national algérien, et Ismaÿl Urbain, le militant d’une Algérie franco-musulmane, inspirateur de la politique dite du « royaume arabe », calomnié comme ennemi de la colonisation, est intéressante pour l’historien. Elle l’est aussi pour l’islamologue qui ne peut qu’être intrigué par la proximité, voire les affinités dans leur pratique de l’islam, du descendant du Prophète disciple d’Ibn ‘Arabî avec le petit-fils d’une esclave noire de Guyane, chrétien et saint-simonien, converti à l’islam en Égypte à l’âge de 23 ans. C’est évidemment en historien d’Urbain et du saint-simonisme, et non en islamologue, que je vous parlerai de ce que j’ai appelé la « relation convergente » de ces deux adversaires que leur foi religieuse a rapprochés dans un islam muhammadien, spirituel, humaniste et moderne.

La rencontre à Amboise

2Nous sommes le samedi 23 juin 1849. Urbain qui est sous-chef de bureau à la Direction de l’Algérie au ministère de la Guerre, se rend au château d’Amboise, avec son directeur, Athanase Germain. Ils viennent rendre visite à l’émir Abd el-Kader qui y est interné depuis le 8 novembre 1848, après avoir été séquestré à Toulon puis à Pau. Cela fait alors dix huit mois qu’il attend que le gouvernement français tienne l’engagement qui a été pris par le duc d’Aumale au nom du Roi lorsqu’il s’est rendu au général Lamoricière le 23 décembre 1847 : être acheminé en Orient, à Saint-Jean d’Acre ou à Alexandrie d’Égypte. Les deux Français veulent connaître l’état d’esprit de celui que certains appellent maintenant « l’illustre prisonnier », et voir comment adoucir les conditions d’une détention qui, à leurs yeux, était moralement condamnable mais qu’imposait la raison d’État.

3Cette visite fit sur Urbain une très forte impression qu’il raconta à son ami d’Eichthal :

  • 1 Lettre inédite du 26 juin 1849, ARSMS 13745/169.

Vous devinez avec quelle émotion et quelle plénitude de cœur, je me suis trouvé en présence de cet homme illustre et de ses compagnons. J’ai été accueilli avec une cordialité et une respectueuse bienveillance qui m’ont touché. Quoique l’émir soit sous la préoccupation continuelle de sa mise en liberté, je l’ai trouvé d’une conversation très attachante… et surtout d’une très grande dignité personnelle, sans la moindre morgue. Il a plus l’attitude d’un chef descendu du pouvoir que d’un ennemi vaincu… Avec quel bonheur j’ai pu parler arabe, vivre au milieu de ces intérêts, de ces habitudes qui me sont chères, voir des petites filles, raconter le passé déjà riche pour mon cœur, de ma Beïa, et caresser longuement ce projet de retraite définitive au milieu de ce pauvre peuple auquel je pardonnerai toujours le mal qu’il me fera parce que je le sais si misérable et si abandonné… Abd el-Kader n’est pas du tout fanatique mais très pieux. J’ai rencontré des idées très tolérantes chez un de ses Khalifes nommé Sy Kaddour et nous avons parlé de l’Islamisme à me réjouir le cœur. Et puis on éprouve un si grand plaisir à sentir qu’on console de nobles souffrances1.

  • 2 Anne Levallois, 2005, Les écrits autobiographiques d’Ismaÿl Urbain (1812-1884), Paris, Maison (...)

4Tout est dit : son admiration pour le chef vaincu, sa « plénitude de cœur » à parler arabe et à se retrouver en famille, alors qu’il est séparé de sa jeune femme qu’il a épousée à Constantine devant le cadi en 1840, et de sa fille de six ans et demi, son émotion à découvrir des musulmans qui partagent le même islam de tolérance que lui, enfin, sa très grande compassion pour le peuple algérien « si misérable et abandonné ». L’émir remercia chaleureusement le ministre, le général Rullière, pour la visite de ses deux collaborateurs, visite qu’il lui demanda de renouveler jusqu’au moment où sa liberté lui sera rendue, « notre désir le plus vif et l’objet de toutes nos demandes ». Dans son autobiographie de 1871, Urbain écrira : « J’ai entretenu depuis des relations très cordiales avec el-Hadj Abdelkader dont le caractère élevé et les manières aimables avaient dès les premiers jours conquis mon estime, mon admiration et ma sympathie2 ».

5Ce que l’on considère aujourd’hui comme un comportement habituel entre prisonnier et geôlier, a pu jouer entre le capitaine, puis commandant Boissonnet, qui assurait la direction administrative et politique de la détention aux châteaux de Pau et d’Amboise, et l’émir Abd el-Kader. Urbain avait d’autres affinités avec l’émir. Nés en 1808 et en 1812, les deux hommes appartiennent à la même génération. Ils s’étaient combattus, mais ils avaient en commun la langue arabe qu’Urbain pratiquait parfaitement, une passion partagée pour l’histoire, la philosophie, la littérature, en un mot la culture et les idées. Il y avait aussi « le mariage arabe » d’Urbain – dont la femme et la fille étaient à Constantine et dont il souffrait d’être séparé. Enfin, ils se sont reconnus et compris comme vivant un islam enraciné dans la tradition muhammadienne, à la fois spirituel et intérieur, ouvert au monde, à sa diversité et à sa modernité.

  • 3 Lettre inédite d’Urbain à Boissonnet du 22 mai 1851, BNA; le zarf est une garniture de métal qui en (...)
  • 4 Il s’agit du Recueil de poésie classique depuis les temps préislamique jusqu’aux Abbassides. Ma (...)
  • 5 Voir temimi, 1978, « Lettres inédites de l’émir Abd el-Kader », Revue d’histoire maghrébine 10-1 (...)

6Au fil des mois, les relations d’Urbain et de Boissonnet avec l’« illustre prisonnier » se firent de plus en plus confiantes. Pour se faire pardonner la rigueur des consignes relatives à la sécurité destinées à prévenir tout risque d’évasion – qui était l’obsession du ministère de la Guerre – et tout risque d’exploitation par la presse d’opposition, ils ne lui ménagèrent pas leurs attentions. Urbain se rendit trois fois à Amboise en 1851 : en mai, en août et en septembre, avec son ministre qui n’était autre que le général Randon, lui aussi vieux soldat d’Afrique qui sera nommé gouverneur général de l’Algérie quelques semaines plus tard. Urbain fut chargé de préparer la caisse de cadeaux offerts par le ministre. Le 26 juin, il écrit ceci à Boissonnet : « Nous allons tout de suite demander le Hamassa et s’il le faut nous écrirons en Égypte ou à Constantinople pour avoir les ouvrages auxquels l’émir tiendrait le plus. Nous vous enverrons ce que nous aurons sous la main… Le ministre fera cadeau à l’émir de douze petites cuillères en argent et de douze tasses arabes avec leurs zarfs en argent. Nous allons les commander tout de suite3 ». C’est avec beaucoup d’empressement qu’il répondit, parfois en les devançant, aux demandes d’ouvrages en langue arabe formulées par l’émir, ouvrages de spiritualité, de philosophie, de littérature, de législation, dont certains furent spécialement et richement reliés à l’intention de leur destinataire4. Les lettres que l’émir adressa à Urbain pour le remercier de ses visites à Amboise et pour ses cadeaux, sont empreintes d’affectueuse et de confiante amitié5.

  • 6 Lettre inédite d’Urbain à Boissonnet du 9 décembre 1851 BNA .
  • 7 Revue orientale, 1852.
  • 8 Lettre inédite d’Urbain à Boissonnet du 5 novembre 1852 BNA.

7Le coup d’État du 2 décembre 1851 confirma Urbain dans ses bonnes dispositions à l’égard de ses « chers arabes » et de son « pauvre… noble prisonnier ». Informé des généreuses dispositions de Louis-Napoléon Bonaparte à l’égard de l’émir, il se prit à espérer qu’elles finiraient par l’emporter sur la froide raison d’État6. Il n’était pas à Amboise le 16 octobre 1852 lorsque le Prince-président annonça sa libération à l’émir. Mais c’est lui qui traduisit sa lettre de remerciement du 30 octobre à Louis-Napoléon7. Il lui fit remettre par Boissonnet un haïk bou thouil, avec ces mots : « priez l’émir de l’accepter bel hena ou l’afia, comme un témoignage de ma profonde admiration et de ma bien vive affection8 ». Il l’accompagna avec le général Daumas aux Tuileries le 2 décembre, le jour de la proclamation officielle de l’Empire. Car l’émir ne s’était pas contenté de remercier son libérateur par une très belle lettre, il avait demandé au maire d’Amboise, pour lui et les siens, le droit de voter au plébiscite sur le rétablissement de l’Empire et exprimé le désir de ne partir pour l’Orient qu’après avoir pris part aux cérémonies officielles et à « l’allégresse générale ». Urbain était à la gare de Lyon le 11 décembre 1852 pour saluer l’émir et les siens à leur départ pour Lyon, Marseille, Constantinople et Brousse.

Convergences

8S’ouvre alors un tout nouveau chapitre, celui des convergences entre l’émir et Urbain. Abd el-Kader va tenir l’engagement sacré qu’il a pris, par un « serment inviolable », vis-à-vis de l’Empereur qui l’a mis en liberté, de ne « retourner jamais au pays d’Alger » et de « renoncer à la souveraineté ». Ni les honneurs du monde entier que lui vaudront la protection qu’il accordera aux chrétiens lors des émeutes de 1860 à Damas, ni les offres d’un « Royaume arabe », ni son intérêt pour les travaux de creusement du canal de Suez, ne le détourneront plus de sa marche vers Dieu, sur le chemin étroit du tasawwuf, dans le sillage de son maître Ibn ‘Arabî.

  • 9 Mahomet: Le Koran, Traduction nouvelle faite sur le texte arabe, par M. Kasimirski, Nouvelle éditi (...)
  • 10 Jules La Beaume, 1878, Le Koran analysé d’après la traduction de M. Kasimirski et les observations (...)
  • 11 « L’islamisme et la science », conférence faite à la Sorbonne par Enrest Renan le 30 mars 1883 et p (...)

9L’interprète militaire Urbain, quant à lui, va consacrer les trente années qui lui restent à combattre pour une Algérie franco-musulmane, conforme à ses idées saint-simoniennes d’association et à son choix personnel d’un islam religieux, ouvert et adapté à son temps. Il va quitter son uniforme d’interprète militaire et son emploi de modeste sous-chef, puis chef de bureau au ministère de la guerre à Paris, pour devenir en 1861 conseiller-rapporteur du gouvernement général d’Algérie, avec rang de conseiller d’État, puis en 1865, d’interprète et de conseiller de Napoléon III. Enfin, en 1872, après Sedan et la chute de l’Empire, par l’envoi d’articles anonymes au Journal des Débats et à La Liberté, il poursuivra son combat pour la défense des droits des Musulmans et des Musulmanes d’Algérie. C’est dans cet esprit qu’il participera à la rédaction d’une présentation analytique du Coran de son ami La Beaume à partir de la traduction de Kasimirski9 qui parut à la Bibliothèque orientale en 187810. C’est encore dans cet esprit qu’il protestera contre la fameuse conférence de Renan à la Sorbonne de 1883 expliquant l’incompatibilité de l’islam avec la science et le progrès intellectuel, matériel et social11. Nous nous bornerons aujourd’hui à signaler les principaux points de rencontre et de convergence entre Abd el-Kader et Urbain.

La lettre aux français12

  • 12 Rééditée chez Phébus en poche, 2007.
  • 13 Urbain à d’Eichthal, lettre du 12 juillet 1855, ARSM 13745/ 213.
  • 14 Ce texte a été réédité pour la première fois en 1992 par le centre Abaad avec un texte d’Ahmed Riza (...)

10Urbain était rentré de son congé à Constantine et il avait repris ses fonctions auprès du général Daumas, lorsqu’Abd el-Kader revint à Paris en 1856. Urbain fut vivement impressionné en prenant connaissance par la lecture du Moniteur universel du 9 juillet 1855 de sa Lettre aux Français, ce document manuscrit que l’émir avait remis au président de la Société asiatique. « Cette appréciation des trois religions juive, chrétienne et musulmane » lui parut relever de la pensée d’un philosophe humanitaire et déiste13. Sept mois plus tard paraissait sous sa signature, dans la Revue de Paris du 1er avril 1856, un très long article intitulé « De la tolérance dans l’islamisme ». Citations du Coran et preuves historiques à l’appui, Urbain démontrait que le fanatisme musulman dénoncé par les chrétiens était à mettre au compte des « erreurs et des préjugés ». Ainsi, d’Abd el-Kader, écrit Urbain, qui nous était apparu (ce nous est un aveu), comme un « sectaire implacable», « un sombre fanatique altéré de sang et de vengeance », avant de découvrir pendant sa captivité, la noblesse de ses sentiments, sa bienveillance, l’élévation de sa pensée et de ses sentiments, sa tolérance religieuse. Et de conclure par une longue citation extraite de la Lettre de l’émir : « Ces trois religions n’en font qu’une… On pourrait les comparer aux enfants d’un même père, qui sont nés de mères différentes… si les musulmans et les chrétiens voulaient m’en croire, ils se mettraient d’accord ; ils se traiteraient en frères … ». « Que devient en tout cela le fanatisme musulman ? » demande-t-il en conclusion14.

Les émeutes antichrétiennes de Damas en juillet 1860

  • 15 Rééditées en 2000 et 2005.

11L’émir ouvrit sa demeure à tous les chrétiens pourchassés ou menacés, s’interposa entre eux et la foule, n’hésita pas à rappeler à leurs devoirs les autorités turques civiles et religieuses qui étaient passives ou complices. Cela lui valut la reconnaissance du monde entier. Urbain comprit qu’il ne s’était pas trompé sur la personnalité de l’émir qui avait montré en cette circonstance et sa reconnaissance à l’égard de l’Empereur et la tolérance et l’universalité de sa foi religieuse. Il y vit aussi la confirmation qu’il était impératif de refonder les relations entre Orientaux et Occidentaux sur la base du respect, de l’estime et d’intérêts réciproques. Re-fondation qui concernait l’Algérie, où « il faut que les musulmans deviennent pour nous des concitoyens égaux et honorés ». Elle concernait aussi l’Orient, où « il faut qu’ils [les musulmans] arrivent à traiter les chrétiens comme nous traiterons leurs coreligionnaires en Algérie ». Urbain développera cette thèse dans ses deux brochures de 1860 et 1862, L’Algérie pour les Algériens et L’Algérie française. Indigènes et immigrants qui firent de lui le théoricien de l’Algérie franco-musulmane des arabophiles et la « bête noire » des colons15.

« Le royaume arabe »

    12Lorsque l’émir revint à Paris en 1865, Napoléon III rentrait de son grand voyage en Algérie, avec Urbain comme interprète. Le projet de lettre de l’Empereur au maréchal de Mac Mahon suscitait les plus vives inquiétudes chez les colons d’Algérie mais aussi chez les Libéraux et les Républicains de l’opposition : l’Algérie y était définie comme « un royaume arabe, une colonie européenne, un camp français », et le programme impérial pour l’Algérie était résumé par cette phrase : « gagner la sympathie des Arabes par des bienfaits positifs ».

    • 16 Charles-Robert Ageron, 1970, « Abd el-Kader, souverain d’un royaume arabe », Revue de l’Occident mu (...)

    13Urbain était en congé à Paris lorsque le général Fleury, grand écuyer de l’Empereur, le chargea de « sonder [les dispositions de l’émir] sur la constitution en Syrie d’un État arabe indépendant dont il aurait été le souverain16 ». Ce qu’Abd el-Kader refusa, rappelant sa promesse faite à Lamoricière lors de sa reddition de ne plus se consacrer qu’à la prière et aux études religieuses.

    14C’est pendant ce séjour qu’Abd el-Kader offrit à Urbain sa photographie par Carjat, enrichie d’une dédicace en arabe ainsi traduite : « témoignage d’amitié et d’affection au cher et distingué ami, Ismaÿl Urbain ». Il lui fit également remettre les décorations de grand officier du Nichan Iftikhar tunisien, et de l’ordre turc du Médjidjié de 4ème classe.

    15Veuf depuis le décès de Djeymouna, emportée par le mal de Pott en 1863, Urbain se remaria. Il accepta à la demande de sa femme, une jeune française d’Alger, que Mgr Lavigerie bénisse son remariage, considérant que sa conversion à l’islam n’avait pas aboli son baptême chrétien et que son mariage avec une catholique ne l’obligeait pas à renier sa conversion à l’islam.

    L’isthme des isthmes17

    • 17 Bruno Étienne, 1997, Abdelkader, Paris, Hachette, rééd. 2003, p. 374.

    16Le 17 novembre 1869, le khédive Ismaÿl inaugura le canal de Suez en présence de l’impératrice Eugénie, de l’Empereur d’Autriche, et d’une pléiade de personnalités venues de toutes les cours et chancelleries de la très chrétienne Europe. Au nombre des dignitaires musulmans, se trouvait Abd el-Kader. De Lesseps était allé le visiter à Pau en 1848, l’avait revu à plusieurs reprises et l’avait fait traiter généreusement par la Compagnie du canal. Il l’avait convaincu de l’utilité du projet et l’émir avait accepté, par profonde conviction et surtout pour la force du symbole, de s’en faire le propagandiste auprès des autorités égyptiennes et des ouvriers du chantier.

    • 18 Urbain à d’Eichthal, lettre inédite du 8 février 1882, ARSMs 13745/339.

    17De Lesseps avait réussi auprès du Khédive, là où le Père Enfantin et ses amis saint-simoniens avaient échoué. Il avait pu ne pas les inviter à l’inauguration, il ne pouvait leur enlever d’avoir été les premiers à concevoir le projet, à y travailler et à lui donner une signification politique, philosophique, voire religieuse. Deux ans avant sa mort, Urbain rappelait à un ami qu’il avait accompagné le Père Enfantin18 dans la première exploration faite dans l’isthme pour reconnaître les traces du canal des Pharaons et qu’il avait connu Ferdinand de Lesseps entre 1833 et 1836, alors qu’il était élève-consul à Alexandrie.

    18Car le canal, l’Union des deux mers, c’était le rapprochement des chrétiens et des musulmans, la modernisation du monde arabe, la réconciliation de l’Orient et de l’Occident. Comme l’a écrit Bruno Étienne, L’Isthme des isthmes est le passage obligé, la Voie que doivent emprunter ceux qui, à l’image d’Urbain, chrétien par le baptême, saint-simonien par adhésion et musulman par conversion, ou à celle d’Abd el-Kader, musulman et disciple du tasawwuf, qui a été un temps affilié à la franc-maçonnerie, veulent œuvrer ici-bas, pour la fraternité entre les hommes et la tolérance religieuse.

    Une même espérance, faire aimer la France

    19Abd el-Kader fut très affecté par la chute de l’Empire, bientôt suivie de la mort du souverain déchu (9 janvier 1873). Il eut très vite l’occasion de montrer que son attachement à la France ne se limitait pas à sa fidélité à la parole donnée à Napoléon III. Lors de la grande insurrection kabyle de 1871, il refusa les offres de Bismark de reprendre le pouvoir en Algérie et il désavoua son fils qui avait rejoint les insurgés. S’il ne s’est pas rallié au vainqueur de la France et qu’il n’a pas profité de la déroute des armées françaises face aux prussiens, c’est toujours et encore parce qu’il s’était engagé à suivre la Voie des « pauvres en Dieu » et par fidélité à l’affection qu’il portait à Napoléon III.

    20Chassé d’Alger en novembre 1870 par les émeutiers républicains qui voulaient faire un mauvais sort aux arabophiles qui avaient servi l’Empire, Urbain se réfugia en France. Il donna sa démission et obtint sa mise à la retraite. Devenu lui aussi exilé de l’Algérie, il reprit le combat pour l’Algérie franco-musulmane, défendant les Arabes et les Musulmans par des correspondances anonymes publiées dans le journal La Liberté et Le Journal des débats. Il critiqua sévèrement la politique d’assimilation demandée par les colons et acceptée par les Républicains au nom de l’égalité, mais aménagée de manière à maintenir les indigènes dans une situation de sujétion. Il dénonça cette forme de colonisation qui était la négation de l’œuvre de civilisation et de régénération qu’il avait rêvée pour la France en Algérie, comme pour l’Égypte et dans tous les pays de l’Empire ottoman.

    • 19 Lettre d’Urbain à Bellemare du 21 novembre 1873 CAOM I X 44.

    21En 1873, le bruit courut de la mort de l’émir. Urbain en fut profondément ému. Il relut la biographie de l’émir rédigée par l’interprète Alexandre Bellemare, parue en 1863. Cette lecture lui arracha des larmes, ce qu’il confia à l’auteur : « C’est un besoin pour moi de vous remercier de ces émotions qui consolaient et justifiaient l’affection que j’ai vouée à Abd el-Kader. Après avoir lu votre livre et compris la mission qu’avait acceptée ce grand cœur et ce grand esprit, il me semble qu’on ressent naturellement de la sympathie pour ce peuple qu’il voulut régénérer. Il a échoué, mais la civilisation ne peut-elle pas faire ce que la passion religieuse et la guerre n’ont pas pu faire ? Quel plus beau témoignage d’attachement à donner à Abd el-Kader que de reprendre son œuvre d’un point de vue nouveau et de faire aimer la France par son peuple comme il l’a aimée lui-même, à force de bienfaits ? Je ne crois pas malheureusement qu’on en prenne le chemin. Mais je ne veux pas renoncer à l’espérance19. » Urbain pensait être fidèle à la grande figure de l’émir en se proposant de faire aimer la France par les indigènes d’Algérie, « à force de bienfaits ». Il se voulait le continuateur de son combat, pacifique celui-là, contre l’Algérie coloniale et pour la construction d’une Algérie franco-musulmane. En 1873, il y croyait encore.

    22En 1882, deux ans avant sa mort, la réalité coloniale s’imposait avec cynisme : le décret dit « du rattachement » faisait de l’Algérie un territoire français à part entière, mais après qu’aient été prises les précautions contre les indigènes, c’est-à-dire le décret instituant les 27 mesures dérogatoires du code de l’indigénat. Urbain dénonça cette imposture avec des accents anticolonialistes.

    Le retour à la terre algérienne

    23Urbain venait de rentrer à Alger lorsqu’il apprit la mort d’Abd el-Kader, à Damas, le 26 mai 1883. La nécrologie qu’il rédigea pour Le Journal des Débats rend hommage au guerrier courageux qui avait accepté sa défaite et « qui, sans rien perdre de sa fierté native et de sa foi, s’était efforcé d’empêcher de nouveaux et sanglants conflits entre chrétiens et musulmans ». Dans un second article, publié le 15 juin, il stigmatisa la politique de la France en Algérie qui a rendu un hommage unanime à Abd el-Kader mais qui n’en a pour autant tiré aucun enseignement : « L’émir Abd el-Kader est pour tous les musulmans algériens un saint et un héros… les Indigènes diront qu’Abd el-Kader est bien mort puisqu’on les persécute sans pitié. » À la différence de ceux qui ont utilisé la personnalité d’Abd el-Kader pour justifier la politique d’assimilation-sujétion, Urbain a toujours vu Abd el-Kader comme le résistant à la colonisation, comme le défenseur de ses compatriotes.

    24Abd el-Kader fut inhumé, selon sa volonté, auprès de la tombe d’Ibn ‘Arabî, son maître spirituel, dans une mosquée sur les hauteurs de Damas. Il ne rentra en Algérie que 83 ans après, le 6 juillet 1966, lorsque les cendres du premier résistant et du premier homme d’état algérien prirent place au caveau des martyrs du cimetière d’el-Alia.

    25Urbain mourut à Alger, huit mois après l’émir, le 30 janvier 1884, salué par quelques uns comme le défenseur des Arabes, calomnié par les autres comme un renégat, un apostat, un traître à sa religion et à son pays. L’historiographie algérienne l’oublia jusqu’aux Saint-simoniens en Algérie de Marcel Émerit publié en 1941, suivis par les travaux de C.-A. Julien et les thèses de C.-R. Ageron, André Nouschi, Annie Rey-Goldzeiguer. Il faudra attendre l’année 2003, décrétée par les gouvernements algérien et français « année de l’Algérie », pour qu’il soit rappelé qu’Abd el-Kader, le musulman, le nationaliste, était aussi un ami de la France.

    Conclusion

    • 20 Jacques Berque, 2003, Quel islam ? Actes Sud, p. 37.

    26En guise de conclusion, je dirai que les voies spirituelles de ces deux grandes personnalités convergeaient : ils vivaient un islam muhammadien, inspiré d’une « théologie de l’Autre et de l’Ailleurs », pour reprendre la formule de Jacques Berque20, qui était un islam spirituel, d’ouverture et de progrès.

    • 21 Abd el-Kader, Écrits spirituels, traduction par Michel Chodkiewicz, Seuil, 1982, p. 134, mawqif 24 (...)

    27L’un et l’autre croyaient en un Dieu unique, aux théophanies multiples et diverses, au « véritable Adoré au delà de tous les Seigneurs21 ». Ils croyaient en l’immortalité et en la vocation de l’homme à répondre à l’appel venu d’en haut et surgi du plus profond de lui-même, à une obligation à y conformer sa vie et à la mettre au service des autres. Ils avaient la même aspiration à une lecture intérieure du Coran, et leur islam était une religion d’amour, de tolérance, ouverte à l’Universel. Ils ont exercé des fonctions officielles, connu le pouvoir, mais ils sont restés des « désintéressés », « pauvres en Dieu ».

    • 22 Aouli et al. 1994, p. 482.

    28Abd el-Kader répondit à cet appel en suivant la voie soufie, le tasawwuf, la voie akbarienne, à la « quête de la proximité divine22 », de la connaissance de Dieu et de la Sagesse. Mais il ne se refusa pas aux sollicitations du pouvoir temporel : il accepta de prendre la tête de la résistance aux envahisseurs, de devenir « Commandeur des croyants », chef de guerre, de protéger les chrétiens de Syrie, de soutenir « le Chantier du siècle », de veiller aux intérêts de sa famille et de ses compatriotes algériens immigrés en Syrie.

    29Urbain fut moins mystique : son combat, oserais-je dire son jihad, fut de se comporter en « homme utile », en « soldat de la société », de travailler au « perfectionnement moral, intellectuel, et physique indéfini de l’humanité », de mettre en pratique en Algérie l’association prônée par le philosophe-économiste-sociologue, Claude-Henri de Saint-Simon. Il se consacra à la création d’une Algérie française qui devait être un pays pour tous les Algériens, une Algérie franco-musulmane où chaque individu aurait été considéré, non pas selon son origine, mais selon son courage et ses qualités, où tous auraient vécu « l’unité religieuse dans la multiplicité des croyances », où tous eussent bénéficié des progrès matériels et sociaux du monde moderne.

    30La rencontre d’Abd el-Kader et d’Ismaÿl Urbain s’explique par leur pratique intérieure, désintéressée et ouverte de l’islam. C’est là qu’ils ont trouvé la force de dépasser les souvenirs d’une implacable guerre coloniale, d’assumer le dialogue franco-musulman et le rapprochement entre l’Orient et l’Occident. L’un et l’autre furent des hommes des deux rives, des hommes-ponts, et en cela leur exemple est d’une brûlante actualité.

    • 23 Appelé à tort « islam chrétien des saint-simoniens » par Chauvin-Beillard, orientaliste, auteur d’u (...)

    31« L’islam d’Ismaÿl Urbain23 » n’est donc pas celui d’une tarîqa soufie. La confrérie qu’ils ont formée autour de Prosper Enfantin, le « Père » de leur « famille », a eu pour ambition de réhabiliter l’islam en Europe et de contribuer à le réformer en Égypte, puis en Algérie avec Urbain et ses amis arabophiles. Elle a ouvert une voie qui n’a sans doute pas livré toutes ses richesses.

    Notes

    1 Lettre inédite du 26 juin 1849, ARSMS 13745/169.

    2 Anne Levallois, 2005, Les écrits autobiographiques d’Ismaÿl Urbain (1812-1884), Paris, Maisonneuve et Larose, p. 47.

    3 Lettre inédite d’Urbain à Boissonnet du 22 mai 1851, BNA; le zarf est une garniture de métal qui entoure et protège la tasse.

    4 Il s’agit du Recueil de poésie classique depuis les temps préislamique jusqu’aux Abbassides. Mais de quelle édition? Celle d’Abû Tammâm? Il est question de quatre volumes du Sidî Khalîl. Ce sont les ouvrages de la somme de jurisprudence musulmane selon le rite malékite du savant Khalîl b. Ishâq. Ils furent sans doute achetés au Caire. Au même moment, le docteur Nicolas Perron, aidé par Urbain, traduisait cet ouvrage qui paraîtra en six volumes à Paris. Le troisième ouvrage identifié est celui des proverbes arabes édité (circa 1830) par l’orientaliste allemand George Guil Freytag, professeur de langues orientales à l’Université Frédéric Guillaume de Bonn.

    5 Voir temimi, 1978, « Lettres inédites de l’émir Abd el-Kader », Revue d’histoire maghrébine 10-11, p. 159-202. 

    6 Lettre inédite d’Urbain à Boissonnet du 9 décembre 1851 BNA .

    7 Revue orientale, 1852.

    8 Lettre inédite d’Urbain à Boissonnet du 5 novembre 1852 BNA.

    9 Mahomet: Le Koran, Traduction nouvelle faite sur le texte arabe, par M. Kasimirski, Nouvelle édition entièrement revue et corrigée, augmentée de notes, commentaires et d’un index, Paris, Charpentier et C°, 1873.

    10 Jules La Beaume, 1878, Le Koran analysé d’après la traduction de M. Kasimirski et les observations de plusieurs autres savants orientalistes, Paris, Maisonneuve et Cie, Bibliothèque orientale, IV.

    11 « L’islamisme et la science », conférence faite à la Sorbonne par Enrest Renan le 30 mars 1883 et publiée dans Le Journal des Débats du même jour. La réponse d’Urbain parut en arabe dans le n° 78 du 3 mai 1883 du journal arabe de Paris, El-Bassir.

    12 Rééditée chez Phébus en poche, 2007.

    13 Urbain à d’Eichthal, lettre du 12 juillet 1855, ARSM 13745/ 213.

    14 Ce texte a été réédité pour la première fois en 1992 par le centre Abaad avec un texte d’Ahmed Riza (1859-1930), turc musulman et positiviste, « Tolérance musulmane », publié dans la Revue occidentale du 1er novembre 1896.

    15 Rééditées en 2000 et 2005.

    16 Charles-Robert Ageron, 1970, « Abd el-Kader, souverain d’un royaume arabe », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 7 et 8.

    17 Bruno Étienne, 1997, Abdelkader, Paris, Hachette, rééd. 2003, p. 374.

    18 Urbain à d’Eichthal, lettre inédite du 8 février 1882, ARSMs 13745/339.

    19 Lettre d’Urbain à Bellemare du 21 novembre 1873 CAOM I X 44.

    20 Jacques Berque, 2003, Quel islam ? Actes Sud, p. 37.

    21 Abd el-Kader, Écrits spirituels, traduction par Michel Chodkiewicz, Seuil, 1982, p. 134, mawqif 246.

    22 Aouli et al. 1994, p. 482.

    23 Appelé à tort « islam chrétien des saint-simoniens » par Chauvin-Beillard, orientaliste, auteur d’une étude sur la Turquie, 1845, à propos d’Émile Barrault.

    Auteur

    Michel Levallois

    Académie des sciences d’Outre-mer, Société des études saint-simoniennes

    © Presses de l’Ifpo, 2012

    Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

    Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable