Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes, pratiques urbaines et construction nationale en Jordanie

 | 
Myriam Ababsa
, 
Rami Farouk Daher

Troisième partie. Néolibéralisme et transformations urbaines / Third Part. Neoliberalism and Urban Tranformations

Amman selon les « pauvres »

Amman: Point of View of the Poor

Ahmad Abu Khalil

Résumé

Ahmad Abu Khalil, editor of the monthly al-Mastour which deals with issues of poverty in Jordan, reflects on the widening divides of wealth within the city of Amman and the bitterness of the underprivileged. His essay begins by describing two scenes of daily life in downtown Amman. In the first, street vendors confront police officers who are moving them on by asking them why they are not controlling the growing phenomenon of prostitution in the streets of West Amman instead. In the second, he describes the police trying to disperse groups of youths who are watching private high-society parties in video stores. The author wonders which activity is immoral : watching these parties or attending them.

The author is nostalgic for the social relations of the past between the working classes and rich populations, like those of the forties which Abderrahman Munif described in his book Story of a City : A Childhood in Amman. Abu Khalil shows that from the 1970s West Amman separated from the East of the city, and that the impoverishment of the neighbourhoods in the East worsened in the 2000s : an even poorer eastern part of the East appeared, while a wealthier western area of the West emerged in the form of gated communities. At the same time, the relocation of Abdali bus station in 2007 further isolated the inhabitants of the city centre. He also bemoans the extension of the municipality which caused the price of constructible agricultural land to soar, as well as the lack of employment opportunities for the children of residents of these areas.

Texte intégral

1Je présenterai dans cet essai Amman du point de vue des pauvres, mais aussi la vision qu’Amman a de ses pauvres. Car parler de point de vue, c’est concrètement parler de paires d’yeux qui échangent des regards. La vision que les pauvres ont d’Amman se fait en réaction aux préjugés que la ville leur porte. Et ce qui est remarquable, c’est précisément le manque de regards.

Première scène

2Centre-ville d’Amman. Une patrouille de police de la municipalité d’Amman fait une descente auprès des vendeurs à l’étalage non enregistrés. Après le départ de la patrouille chargée de son butin, les pauvres vendeurs privés de leur gagne pain profèrent toutes sortes d’insultes. Cela se produit quotidiennement, après chaque descente. Mais ce jour-là, l’un des marchands invective la police en ces termes  : «  Pourquoi nous poursuivent-ils pour nos marchandises ordinaires, alors qu’ils laissent certaines femmes étaler sans crainte leur corps dans les rues d’Amman ouest  ?  », faisant allusion à la prostitution devenue fréquente dans les rues d’Amman. Par cette protestation, il réclame une perception juste de la nature de «  l’étalage  », indépendamment de ce qui est y exposé. Il ne voit d’ailleurs aucune objection à traiter avec ces deux types d’«  étalage  », les considérant tous deux comme une façon de gagner sa vie dans la rue. Il se base sur des dimensions plus simples que celles des acteurs du développement qui différencient les activités moralement acceptables ou non dans la catégorie de ce qui est appelé le secteur informel. Mais ce qui contrarie notre ami et ses collègues est que la distinction dans le cas d’Amman est inversée.

Deuxième scène

3Toujours au centre‑ville. Il arrive, au fil des heures, que des dizaines de jeunes se rassemblent devant des vitrines où des écrans diffusent des vidéos de fêtes privées, filmées dans des salles de fête de grands hôtels ou dans des night-clubs, contenant des scènes dansantes (avec des jeunes femmes en tenue de soirée). Des patrouilles de police sillonnent la ville pour réprimer ce qui n’est pas moral et interdire la diffusion de ces enregistrements. Les marchands de vidéos se dépêchent alors de les cacher de peur de se les voir confisquer et d’être punis. Mais on peut se demander pourquoi regarder ces fêtes de la bonne société ammanî considérées comme raffinées, produit d’une classe sociale aisée, est considéré comme immoral  ? Soit la fête est, à l’origine, elle-même immorale, soit à l’inverse, le fait de la visionner devrait constituer une activité distinguée…

Un comportement gênant

4Abderrahman Mounif, dans son beau livre Amman, une ville dans la mémoire, se souvient que dans les années quarante, les fils des familles riches comme des familles pauvres fréquentaient la même école. Il écrit  : «  Les élèves qu’on accompagnait en voiture se comptaient sur les doigts d’une seule main  : il y avait Issam Bader, Hassan et Ziyad Mango. Il arrivait aussi à Abdallah Abou Qoura de conduire ses deux enfants en Plymouth noire à six sièges, mais souvent, il les laissait venir à pied. Ces élèves se sentaient un peu gênés vis-à-vis de leurs camarades, et surtout de leurs professeurs. Ils sortaient donc rapidement des véhicules ou arrivaient en retard afin d’éviter les regards qui les dévisageaient et suivaient tous leurs gestes. Ils avaient bien proposé à leurs professeurs de les emmener, mais ceux-ci préféraient marcher à pied, comme la majorité des gens  » (Mounif 1996, p. 207-208).

5La gêne que ressentaient les riches d’Amman par le passé a disparu. Ils ont aujourd’hui un comportement qui gêne tout leur entourage. Le livre de Mounif, qui constitue probablement le témoignage le plus important sur la vie sociale moderne d’Amman, montre qu’il y a un demi siècle, Amman était une petite ville homogène où la situation financière de chacun n’influençait que peu la position sociale. Il rappelle que l’apparition du marché yéménite (en basse-ville), le premier marché aux fripes de la ville, fut le premier élément de différenciation, tout minime qu’il soit, entre les riches et les pauvres de la capitale. À l’époque, les familles les plus modestes d’Amman faisaient tout naturellement partie de son tissu social, et les pauvres ne se sentaient pas exclus. Bien au contraire, certains pauvres participaient activement à la vie de la capitale et certains avaient même du pouvoir. Ainsi, les premiers habitants du quartier des Tafaileh (venus de Tafileh) racontent qu’en 1948, alors que des manifestants clamaient «  la Palestine aux arabes  », les jeunes gens du quartier clamaient  : «  Amman aux Tafaileh  !  ». Mais, peu à peu, la ville a commencé à connaître une réelle expansion et à échapper au contrôle de ses pauvres incapables de s’insérer dans sa croissance.

Amman Est / Amman Ouest

6Pauvreté et richesse s’accentuent de jour en jour dans la capitale. Les plans d’agrandissement et les projets immobiliers renforcent ces mutations. En effet, rescapée jusque là du mal dont souffrent beaucoup de capitales, à savoir la déconnexion entre quartiers riches et quartiers modestes, Amman perd peu à peu cette spécifité. Une nouvelle forme de dureté dans les rapports de voisinage se fait jour.

7Avant de devenir flagrant, le phénomène de pauvreté à Amman était timide et caché. Mais, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, les appellations d’Amman «  Est  » et d’Amman «  Ouest  » se répandent. D’abord par chuchotement, puis noir sur blanc dans les journaux, les études et les documents officiels. Quand, au milieu des années 1970, un article publié dans un journal local utilisa ces nouvelles appellations, ce fut un tolé. À l’époque, Jabal al‑Hussein, Abdali, Jabal al-Weibdeh et Jabal Amman formaient le coeur d’«  Amman Ouest  ». Seule une élite pouvait se permettre de faire ses courses à Jabal Amman, et à de rares occasions, quelques mariées chanceuses. Les boutiques de Jabal al‑Hussein étaient quant à elles appréciées mais plus abordables. Cela était connu des habitants d’Amman et se déplacer de colline en colline ne provoquait aucun sentiment d’exil. La richesse des habitants de «  l’Ouest  » n’embarrassait pas le reste des habitants. Cela jusqu’à la deuxième moitié des années 1980, quand les quartiers de Shmeissani et Telaa al-Ali furent réaménagés. En ce temps, les habitants du quartier populaire de Jabal al-Hachémi, près des palais, disaient qu’ils habitaient «  al‑Hachmeissani  »  ! Preuve que vivre à Shmeisani, seul nouveau quartier résidentiel de l’époque, représentait un rêve. Ces plaisanteries marquent le début d’une différenciation entre les habitants de la capitale.

8Mais au cours des dernières années, le contenu de ces appellations a changé. De nombreuses activités développées à l’est d’Amman lui confèrent de plus en plus un caractère d’«  Est  » pauvre. Les nouvelles générations de riches et de pauvres ne se côtoient plus comme par le passé. Aujourd’hui, se déplacer d’une colline à l’autre signifie aller d’un monde à l’autre, d’une société à une autre, d’un style de vie à un autre. L’aspect le plus dangereux de ce changement est que tous les plans de modernisation et d’aménagement urbain de la capitale vont dans le même sens, à savoir la création d’un nouveau centre-ville et de zones résidentielles sécurisées.

Au centre-ville  : «  se consumer  » plutôt que consommer

9Alors qu’un nouveau centre-ville est en construction à Abdali, l’ancien centre-ville est l’objet de toutes les attentions. Certaines visent à en changer le style de vie, tandis que d’autres tentent de modifier son cachet «  populaire  ». Car c’est bien au centre ville que les simples gens trouvent un semblant d’«  espace public  » qu’ils fréquentent librement pour gagner leur pain, se divertir à un bas niveau, ou, comme cela se dit dans ces milieux, «  se consumer  » au lieu de «  consommer  », activité réservée aux quartiers riches.

10Les tentatives de changement vont dans le sens d’un développement touristique artificiel. Plusieurs projets visent à transformer le centre-ville en lieu de «  folklore  ». Mais cela a pour contre partie de repousser les milieux populaires vers d’autres centres. Ainsi, récemment, le terminal routier de Abdali a-t-il été déplacé à Tabarbour, ce qui complique les déplacements des gens de l’Est et du Sud d’Amman. Certaines voix, hautaines et injustes, voudraient que le centre-ville soit autre chose qu’un simple lieu de rencontre des usagers des transports publics et des gens de passage. Car ces derniers entraîneraient une véritable congestion urbaine. Mais un bus transportant 80 passagers ne causera pas plus d’embouteillage que 80 personnes au volant de leurs voitures. Ceux qui, parmi nous, arriveront à la station principale du «  complexe touristique de Raghadan  » se verront face à un grand réseau de câbles, d’auvents métalliques, de passages sous-terrains, et de trottoirs environnés de grandes bâtisses sourdes et d’espaces goudronnés. De quoi plaire aux touristes en quête de câblage et de goudron  !

Gated Communities

11Depuis quelque temps, certaines voix regrettent que la Jordanie soit dépourvue de zones résidentielles de luxe véritable. Comme si les quartiers de Abdoun, Sweifiyeh, Khalda et Deir Ghbar avec leurs palais et leurs villas étaient devenus trop traditionnels et n’offraient plus suffisamment de luxe. Des avis similaires émergent dans d’autres pays arabes «  pionniers  » du luxe à outrance, où des villes résidentielles entières dotées de palais et de villas sont construites comme des quartiers de logement privé, fermés sur ceux qui les habitent, et dont les rues ne sont plus des espaces publics.

12Ceci constitue un tournant dans les relations entre pauvres et riches dans le pays. Dans le passé, tous étaient les enfants d’un même environnement et les interactions entre eux se faisaient naturellement. Les riches étaient liés dans leur construction psychologique et sociale à plusieurs lieux de la ville et à plusieurs niveaux sociaux. De la sorte, les pauvres trouvaient une compensation à leur situation en se rappelant que tel ou tel «  était notre voisin de palier  », ou qu’ils «  jouaient ensemble dans la rue  ». Certains riches sont décrits comme loyaux puisqu’en dépit de leur richesse, ils n’oublient pas et ne prennent pas de haut leurs semblables restés «  assidument  » pauvres. Cette situation change désormais. Le riche peut vivre dès le début de sa vie dans un environnement privé à cotoyer ses pairs. D’ailleurs, il y a aujourd’hui beaucoup de jeunes gens qui ne connaissent pas le centre de leur ville et qui évitent d’y passer.

Géographie des déchets

13Parlons environnement. Plus encore qu’auparavant, les déchets des activités les plus polluantes se déversent vers l’est et le sud d’Amman. Les plans de développement, d’agrandissement et de modernisation de la ville ne font qu’accentuer ce phénomène. Désormais, la distance entre les classes se traduit dans la répartition spatiale des activités et dans leur impact sur la vie des habitants. Ain Ghezlan, Russeifa, Kherbet Samra sont les déchèteries et la station d’épuration d’Amman. Récemment, la construction d’un nouvel édifice dans la zone de Jizeh et de Mowakar au sud d’Amman a fait l’objet d’un débat à la municipalité d’Amman. Historiquement, l’est et le sud d’Amman concentrent les activités industrielles polluantes. Il va sans dire que ces usines appartiennent à des personnes qui ne résident pas dans ces zones  ; que les résidents de ces zones ne trouvent pas pour leurs enfants des emplois dans ces usines, et, si tel est le cas, l’emploi ne dépasse pas les domaines marginalisés dont le niveau et le revenu sont très bas.

La capitale «  envahit  » ses campagnes

14Récemment, de nombreux secteurs de l’est et du sud d’Amman ont été annexés à la municipalité d’Amman, ce qui a fait débat. Les opposants à la décision s’interrogent sur la raison du choix de cette date de 2007, et disent que les secteurs annexés font déjà partie, d’un point de vue administratif, du gouvernorat de la capitale, et depuis longtemps. Deuxièmement, ils avancent que la «  capitale ne s’est pas préoccupée de nous par le passé lorsque la situation sociale y était pire qu’aujourd’hui  ». Mais dire que l’annexion de ces secteurs en fera un pôle d’attraction pour les investissements et que les terrains prendront de la valeur au profit de leurs résidents ne va pas de soi. Les résidents voient les choses d’un autre œil, car la plupart a déjà vendu les terrains que leur famille possédaient dans le passé, et n’ont plus que les terrains où se situent leur maison. Ils pouvaient encore récemment agrandir leur parcelle en achetant des terrains environnant à des prix abordables. L’augmentation des prix qui a suivi l’extension de la municipalité du Grand Amman vers le sud et l’est les prive désormais de cette possibilité. C’est une catastrophe pour les gens normaux, qui ne sert les intérêts que d’acheteurs extérieurs à ces zones.

15D’autre part, les habitants des zones annexées pratiquent depuis des décennies l’élevage bovin et avicole, caractéristiques de leurs modes de vie et essentiels à leurs revenus. Cet élevage se traduit par la présence de petits enclos attenants aux maisons, au sein des villages et des hameaux. Or tout cet héritage historique risque d’être condamné par l’extension de la municipalité. Certains craignent d’être contraints de migrer hors de leurs zones habituelles d’élevage. La municipalité d’Amman souligne au contraire les opportunités de travail que son expansion offrira. Mais la réalité les dément  : les usines établies dans ces zones n’emploient que rarement les enfants des villages. Les seules opportunités d’emploi actuelles consistent dans le service militaire ou l’élevage ancestral du bétail.

16Évidemment, on ne demande pas à ce que la capitale ou les villes en général cessent de s’étendre pour ne pas enrayer les modes de vie ruraux ancestraux, qui peuvent par ailleurs évoluer, progressivement. Mais les expansions ne doivent pas constituer des sources de conflit entre la capitale et les zones annexées, car cela aurait des répercussions sur la structure et l’essence même de la capitale. Il n’est pas acceptable que les intérêts des habitants de ces zones, installés bien avant la création de l’État, soient ignorés au profit d’une classe spécifique d’Ammanî et d’investisseurs. En d’autres termes, afin de réduire les dommages que l’expansion de la municipalité d’Amman entraînera, il faudrait que l’opération soit réalisée en concertation avec les populations, et pas de façon impersonnelle via la paperasse administrative. Les résidents de ce secteur, quel que soit leur nombre, ont le droit de bénéficier davantage de cette modernisation. Il faudrait réfléchir à une façon de les compenser de leur perte d’autonomie, d’autant que certains sont attachés à ces zones depuis fort longtemps.

Pour conclure

17Amman n’est désormais plus simplement un Est et un Ouest. Il y a l’est de l’Est et l’ouest de l’Ouest, et le déplacement entre ces deux parties de cette ville devient un déplacement d’une société à l’autre. Est-il encore temps qu’Amman tire les leçons d’expériences similaires et amères d’autre villes ? Heureusement, les pauvres n’ont pas abandonné leurs mécanismes de défense. Un jour, un chiffonnier (zabbalin) vit une touriste en train de fumer dans la rue. Après avoir retiré ses mains de l’une des poubelles du centre ville, il lâcha  : «  Si ceux qui l’accompagnent étaient des hommes véritables, ils ne lui auraient pas permis de fumer dans la rue  ! Mais que dire d’un tel manque d’honneur  ?  ». Vous voyez, même chez ce simple chiffonnier, on trouve encore de la résistance  !

Bibliographie

Mounif Abdul Rahman, 1996, Amman, une ville dans la mémoire. Sindbad, Actes Sud, 278 p.

Auteur

Anthropologue et journaliste, rédacteur en chef d’al‑Mastour, magazine spécialisé sur la pauvreté

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable