Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes, pratiques urbaines et construction nationale en Jordanie

 | 
Myriam Ababsa
, 
Rami Farouk Daher

Première partie. Villes et construction nationale / First Part. Cities ant Nation Building

Narrations denses : la révolte comme mode d’affiliation à l’État hachémite

Thick narratives: Revolt as a Means of Affiliation to the Hashemite State

Christine Jungen

Résumé

Christine Jungen reminds us that the « Jordanianness » of Transjordan tribes is far from guaranteed. She studies the complexities of the integration of tribes from former Transjordan into Hashemite Jordan using accounts of the rebellions against the State in the town of Kerak, “mother of rebellion.” The establishment of the Hashemite kingdom did not lead to the construction of a shared national history that transcends distinctive local identity. On the contrary; local history may give an account that goes against the state narrative: focusing on the concept of rebellion against state power, local history is primarily constructed against the State. In this context, the arrangement of these various narratives, and, more specifically, the link between the regular revival of these stories of revolt on the one hand, and, on the other hand, the declaration of unwavering loyalty to the monarchy is the product of a relationship between Keraki tribes and the Hashemite rule which is based on an interplay of inversion and reversal that is fundamentally ambiguous: supporting the king, and being against the king, swearing allegiance to the monarchy and establishing its status therefore constitute two contradictory aspects of a complex relationship. This relationship is conceptualized and made operative through a thickness of narrative which consists of a “dense” narrative of history. This history is not a means to building a collective identity, nor does it fit in with the national and territorial version of Jordanian history. It is a discursive space in which to build the connection and to conceptualize the terms of the relationship with the monarchy; for it is affiliation to the institution of the monarchy which, in this context, is the basis of belonging to Jordan and to a greater extent, of the Jordanian identity claimed by the Kerakis.

Texte intégral

  • 1  Cet article se fonde sur une enquête ethnographique menée dans la région de Karak entre 1999 et 20 (...)

«  Au début, Abdallah voulait faire sa capitale à Karak. Il est allé au Qatranah [localité à l’est de Karak], et il a voulu rencontrer le cheikh Rufayfân [Rufayfân al‑Majâlî, une des grandes figures politiques karakies de l’époque mandataire]. Rufayfân l’a envoyé promener («  il lui a dit de marcher devant lui  »). Puis il est allé à Salt, puis à Irbid…
Puis il s’est installé à Amman.  »
Karak, 1999 1

Introduction

1Dans le débat sur l’identité jordanienne, une ligne de fracture se cristallise entre Jordaniens d’origine palestinienne et Jordaniens d’origine transjordanienne autour de la question de l’allégeance à la monarchie. De fait, la dynastie hachémite incarne depuis sa création la Jordanie bien plus que ne le font ses institutions. Être jordanien est alors en premier lieu, dans ce contexte, l’affirmation d’une fidélité à une monarchie qui a historiquement fondé son assise sur la cooptation des leaders tribaux d’origine transjordanienne. À travers ce processus, la population jordanienne d’origine transjordanienne apparaît aujourd’hui comme représentative d’une authentique «  jordanité  », aussi bien du point de vue de sa culture tribale, caractérisée comme véritablement jordanienne, que d’un soutien perçu comme traditionnel à la monarchie hachémite.

2Si cet attachement à l’État jordanien n’est plus aujourd’hui remis en question, il masque en réalité un processus d’incorporation à l’État hachémite qui ne s’est pas fait sans heurts  ; en a témoigné notamment la révolte menée en 1923 par la tribu des Adwân, de la région de la Balqa, contre l’émir Abdallah. La «  jordanité  » des tribus transjordaniennes qui paraît aujourd’hui évidente, est loin d’aller de soi. La stabilisation actuelle des termes du débat sur l’identité nationale autour de la distinction entre «  Palestiniens  » et «  Jordaniens  » occulte ainsi la complexité et les ambivalences de l’intégration des tribus de l’ancienne Transjordanie à la Jordanie sous égide hachémite (Shryock 1997). Ce sont les modalités de cette intégration et la manière dont est conceptualisée localement l’allégeance des tribus et la monarchie que je propose d’examiner à travers les récits sur l’histoire locale et l’histoire hachémite à partir de l’exemple de la ville de Karak, dans le Sud jordanien.

3Il est souvent admis en effet que la construction de l’État va de pair avec la constitution d’une histoire nationale, collective et partagée. Or, si la mise en place du royaume hachémite s’est effectivement accompagnée d’une entreprise historiographique centrée sur le territoire jordanien dans ses frontières actuelles (Maffi 2004), elle n’a pas pour autant abouti à la construction d’une histoire nationale commune transcendant les particularismes locaux. Histoire du territoire jordanien, histoire de la dynastie hachémite, histoires régionales, locales, familiales coexistent ainsi au même titre dans l’espace narratif sur l’histoire. Plus même, l’histoire locale peut proposer un récit allant à l’encontre d’une narration étatique, comme c’est le cas à Karak  : centrée sur le concept de révolte contre le pouvoir étatique, l’histoire locale se construit avant tout contre l’État. Ce sont, dans cette perspective, les modalités d’agencement de ces différentes trames narratives, et, plus spécifiquement, l’articulation entre la réactivation régulière des récits de révolte d’une part, et, d’autre part la proclamation d’une fidélité sans failles à la monarchie, qui seront ici examinées.

Karak, «  mère des révoltes  »

L’histoire selon les Karakis

4Karak possède une longue histoire  : histoire d’une ville, histoire d’un territoire plongeant ses racines dans le tréfonds des siècles. Déjà mentionné dans l’ancien Testament sous le nom de Moab, le plateau délimité par le Wadi al-Mujib au nord et le Wadi al-Hasa au sud, par la dépression de la mer Morte à l’ouest et le désert à l’est, témoigne d’un passé millénaire, matérialisé par les ruines qui essaiment la région. Dans le village de Rabba, des colonnes romaines attestent de la vitalité de la région dans l’Antiquité. À Mu’tah s’élève le tombeau de Jaafir, l’un des premiers compagnons du Prophète tombé lors de ce qui fut la première bataille qui opposa l’armée musulmane aux Byzantins. La citadelle croisée de Karak, enfin, rappelle les faits d’armes de Renaud de Châtillon avant qu’il ne soit défait et tué par Saladin.

5Rien, ou très peu, de cette profondeur temporelle de Karak en tant que territoire ne transparaît néanmoins dans la mémoire. Dans le discours local sur l’histoire, l’histoire de Karak renvoie en réalité à l’histoire des Karakis, à leurs histoires. L’histoire de la ville et de sa région, même si elle est connue de tous, n’a pas de réalité signifiante dans la mémoire collective, ne se rapporte d’aucune manière au local. Ainsi, les ruines romaines renvoient aux Romains, la citadelle aux Croisés. Karak n’existe pas avant les Karakis, membres de tribus venues d’ailleurs  ; l’ancienne histoire de la région n’est pas la leur.

  • 2  L’histoire de tribu est tout d’abord une histoire de migration, qui fait remonter l’ascendance de (...)

6Dans cette perspective, l’histoire des Karakis, contrairement à l’histoire de la Jordanie promue par l’État, ne prend nullement ancrage dans le territoire. L’histoire des Karakis, c’est d’une part l’histoire des tribus karakies, dont chacune retrace une origine venue d’ailleurs 2  ; c’est, d’autre part, une histoire collective de la confédération tribale, la Karakiyyah, qui s’est progressivement appropriée le pouvoir sur la région au détriment des tribus bédouines environnantes (Tarawneh 1995). Dans ce cadre, si les Karakis sont fiers de mettre en valeur l’ancienneté de la Jordanie et la profondeur temporelle du territoire jordanien, leur histoire ne prend pas place dans la même temporalité que l’histoire nationale. L’histoire de Karak est une narration non pas d’une région, mais de ses tribus, et de leur puissance aussi bien individuelle que collective. On raconte ainsi les guerres contre les Bédouins, les razzias et les batailles. On raconte aussi, à travers les grands faits et gestes des grands cheikhs tribaux, l’âge d’or d’un temps des tribus de l’époque pré-hachémite. Mais c’est surtout avec la révolte des Karakis en 1910 contre l’État ottoman que cette puissance connaît son apogée.

La révolte de Karak en 1910

7Dans la région de Karak, le pouvoir ottoman est longtemps resté faible, voire inexistant. À partir de la moitié du xixe siècle, la Sublime Porte mène une politique de centralisation et d’expansion sur les régions périphériques de l’empire. Cette politique d’incorporation progressive de l’actuelle Jordanie au contrôle administratif ottoman aboutit en 1893 à la création du mutasarrifiyyah (Gouvernorat) de Maan-Karak, qui se traduit concrètement par l’installation d’une garnison militaire dans la ville de Karak (Rogan 1991  ; Akarli 1986). 

8Le contrôle ottoman s’appesantit rapidement sur la population  ; les taxes perçues augmentent, la menace d’une conscription forcée apparaît. C’est dans ce contexte que, en 1910, les Karakis se soulèvent contre l’Empire. Cette révolte se résume cependant principalement à l’élimination par surprise de la garnison ottomane. Et si le soulèvement semble réussir dans un premier temps, les Karakis ne résistent pas aux forces armées envoyées par la Porte. Les Ottomans reprennent ainsi le contrôle sur la région, et, après une période de répression sanglante, au cours de laquelle les leaders karakis sont emprisonnés, jugés, et, pour certains d’entre eux, pendus, le calme revient à Karak.

  • 3  Ces contestations participent de la complexité du jeu politique local dont les contrastes méritera (...)
  • 4  Qadr al-Majâlî est en fait décédé, quoique dans des circonstances troubles, après avoir été amnist (...)

9Localement, la révolte de 1910 est toujours vivace dans les mémoires. Si sa narration fournit un espace de contestations sur le rôle ambigu joué par certains leaders tribaux 3, elle constitue aussi et surtout pour les Karakis un archétype pour leur propre histoire, centrée sur les tribus et sur leurs cheikhs. La révolte sert ainsi à mettre en scène la figure du leader tribal par excellence. Elle exemplifie la quintessence de l’esprit karaki, comme l’illustre une anecdote fréquemment racontée relatant la mort d’un des principaux leaders de la révolte, Qadr al-Majâlî. «  Quand les Turcs ont fait prisonnier Qadr, ils l’ont emmené à Damas. Un peu avant d’arriver à Damas, on lui a servi une tasse de café. Un serviteur est venu le prévenir que le café était empoisonné. Le compagnon de Qadr – un petit cheikh !... – a fait semblant de boire le café, mais en fait l’a versé le long de sa poitrine. Qadr, lui, a dit  : “ j’ai le choix entre vivre [sous la domination des Turcs], ou mourir dans les grâces de Dieu. ” Et il a bu la tasse... C’est comme ça qu’il est mort » 4.

10Modèle du «  grand cheikh  » par opposition au «  petit cheikh  », Qadr al‑Majâlî symbolise ainsi l’esprit de grandeur du vrai cheikh dont la grandeur se révèle à travers la rébellion contre les Ottomans. La révolte de 1910 constitue ainsi l’expression la plus sanglante, mais aussi la plus illustre, de ce qui est au coeur de l’identité karakie, à savoir une capacité à s’insurger contre tout pouvoir extérieur.

11L’histoire de la révolte de Karak fait l’objet d’une réappropriation de la part du régime hachémite qui attribue aux Karakis un nationalisme arabe avant l’heure. L’historiographie officielle et académique replace ainsi la révolte dans le cadre de la résistance à l’oppression turque (Swariyyah et Tarawnah 2000). Dans ce cadre, le soulèvement des Karakis contre l’Empire ottoman constitue un prélude, par ailleurs inabouti, à la Grande révolte arabe menée par les Hachémites et qui débouchera sur l’établissement en 1921 de l’émirat de Transjordanie.

L’esprit de révolte (rûh al‑thawrah) comme tradition

12Les Karakis eux-mêmes ne relient cependant en rien la rébellion à la révolte arabe qui lui a succédé cinq ans plus tard. Pour eux, leur soulèvement se situe dans une longue tradition d’opposition, et dont la révolte contre les Ottomans constitue un point d’orgue. Ainsi, si l’on raconte à Karak la révolte de 1910, on raconte aussi les premières tentatives avortées par les Ottomans de prendre la ville  :

«  Les Dhmûr étaient les cheikhs de Karak avant les Majâlî. Vers 1820-1830, les Turcs ont voulu entrer dans Karak. Ils ont pris deux fils du cheikh Ibrâhîm al-Dhmûr et lui ont dit  : “si tu ne nous laisses pas entrer, nous tuons tes fils”. Ibrâhîm a dit à sa femme  : “je t’apporterai cinq autres enfants”. [Une autre version prête à la femme d’Ibrâhîm les mots suivants  : “tous les Karakis sont tes enfants  !”] Et les Turcs ne sont pas entrés dans Karak  !  ».

  • 5  Le soulèvement de 1989, ou «  le soulèvement du pain  » (habbah-t al-khubz), a fait suite à une ha (...)

13Et c’est dans le même trait que sont racontées les émeutes qui ont secoué la ville en 1989, puis en 1996 5   :

«  Personne ne pouvait entrer dans la ville  ! Ils [l’armée] ont fini par parachuter des commandos pour pouvoir entrer...  ». En somme, la révolte de 1910 prend place dans ce qui est caractérisé comme une histoire de la force  : «  Karak a une histoire puissante (târîkh qawî)  ! Karak aime les révoltes. C’est pour ça qu’on l’appelle la mère des révoltes (Umm al-thawrât)...  ».

  • 6  La contestation du régime menée par les mouvements nationalistes est relayée dans les années 1950 (...)

14Il est vrai qu’à Karak, les mouvements d’opposition aux Hachémites semblent se manifester de manière aussi épisodique que régulière. Outre les événements de 1989 et 1996, on peut ainsi également mentionner les troubles des années 1950, au cours desquels l’agitation secoue plusieurs villes du pays, dont Karak, exprimant une opposition à la politique pro-occidentale du roi Hussein 6. L’opposition communiste et baathiste est alors particulièrement active à Karak, et nombre de ses cadres sont issus de tribus karakies.

15Les différentes périodes de troubles qui se sont succédées à Karak, que ce soit contre les Ottomans ou contre le régime hachémite, ne sont ainsi pas présentées comme des événements sporadiques, liés à un contexte politique ou économique plus large, mais pensés comme spécifiques à Karak et à son histoire. La révolte contre les Ottomans d’une part, la contestation de la politique gouvernementale dont les émeutes de 1989 et 1996 ont constitué la manifestation la plus violente d’autre part, sont, dans cette optique, fondamentalement identiques. La continuité et la réactivation permanente d’une tradition de révolte qui caractériserait les Karakis sont mises en perspective indépendamment des aléas de l’histoire et des pouvoirs qui se sont succédés. «  Depuis toujours, les gens viennent et veulent prendre Karak. C’est pour ça que les Karakis se sont battus. Contre les Turcs, contre le gouvernement, deux fois, en 89 et en 96  » (Abu B.).

16D’autres reviendront à leur tour souvent sur Karak et sa puissance liée aux nombreuses révoltes ayant marqué son histoire. L’un d’entre eux, évoquant les émeutes de ces dernières décennies, conclut  :

17«  Les gens de Karak ont l’esprit (rûh) de la révolte  ».

18Le rûh désigne l’âme, l’esprit, le souffle. Et c’est bien ce rûh al‑thawrah, ce souffle de révolte animant les Karakis qui rend possible la connexion entre la rébellion contre les Ottomans et les émeutes de 1996. L’esprit de révolte intrinsèque à l’âme karakie et dont la liste immuable de soulèvements ne constitue qu’une illustration construit dans cette perspective une vision des Karakis collectivement unis dans la contestation permanente de tout pouvoir qui s’imposerait à eux de l’extérieur. Ce que ces récits nous disent est une manière de se penser en dehors de tout pouvoir extérieur, mais, aussi une manière de se penser hors, voire contre l’État  : la tribu et les cheikhs n’existent et ne peuvent exister que contre l’État, voilà ce que, en fin de compte, expriment les narrations sur la révolte.

19Mais si ces narrations exemplifient la révolte de 1910 comme métaphorique de la capacité de la Karakiyyah à s’opposer à tout pouvoir extérieur, cette révolte est aussi, d’une certaine manière, son chant du cygne  : moins de cinq ans après le soulèvement, l’Empire ottoman s’effondre pour laisser place, quelques années plus tard, à l’ordre hachémite sur Karak.

Négociations discursives

Rupture  : la fin d’une histoire

«  L’histoire de Karak s’est arrêtée en 1921. Pourquoi en 1921  ? Parce qu’en 1921, l’émir Abdallah est arrivé. [...] Et après Abdallah il y a eu Talâl, et après Talâl, Husayn, puis Abdallah…  : les Hachémites. Et c’est pour ça que je dis que l’histoire s’est arrêtée en 1921. Car après, l’histoire est à eux, elle est aux Hachémites.  »
(Abu N.)

20La «  fin  » de l’histoire de Karak prend place dans un processus de dépossession, dans une équivalence faite entre la perte du pouvoir et la fin de l’histoire. L’histoire, dans cette perspective, est essentiellement une histoire-pouvoir  : seuls ceux qui ont la maîtrise du pouvoir peuvent ainsi dire l’histoire, leur histoire. En somme, si, à la suite de l’établissement de l’émirat de Transjordanie en 1921 l’histoire appartient aux Hachémites, c’est bien parce que Karak disparaît  : son histoire a pris fin, au sens propre et au sens figuré du terme, métaphore lapidaire de la domination comme anéantissement...

21La substitution d’un fil narratif – l’histoire des Hachémites – à un autre – celui des Karakis – exprime ainsi l’appropriation du pouvoir, l’appropriation de l’histoire, l’appropriation, également, d’un espace de parole sur l’histoire. La rupture entre le temps des tribus karakies et le temps des Hachémites est ainsi exprimée par une brisure narrative qui s’opère à travers un déplacement des locuteurs. Autant les cheikhs tribaux, les grands moments de révolte, les guerres et les razzias sont l’apanage d’un histoire locale que les Karakis peuvent raconter, autant l’histoire qui suit l’instauration de l’émirat devient une narration dynastique, de laquelle les Karakis sont exclus. L’ambivalence de la reconnaissance par les Karakis de l’autorité hachémite s’exprime, finalement, dans cette monopolisation de la narration d’une histoire-pouvoir dont les uns ont été dépossédés au profit de ceux auxquels ils ont fait allégeance.

22En même temps, l’établissement de l’autorité hachémite telle qu’elle est perçue localement ne peut se réduire à une simple captation par les Hachémites de l’histoire et de sa possibilité de narration. En effet, c’est précisément cet espace de parole, à travers la définition de ce qui peut être dit localement sur l’histoire, qui devient le lieu d’une négociation discursive.

Contestations  : la réactivation du temps des cheikhs

23Cette négociation se fait en premier lieu par la contestation  : les récits sur les cheikhs de l’époque pré-hachémite, glorifiant un âge perdu de la tribu, sont dans ce sens porteurs d’un enjeu qui dépasse largement le cadre de la narration sur le passé. Raconter la grandeur du passé, c’est tout d’abord raconter une gloire qui a définitivement pris fin avec l’arrivée des Hachémites. Mais c’est aussi, en même temps, se réapproprier l’espace de narration sur l’histoire, celle qui appartenait aux Karakis avant qu’ils en aient été dépossédés  : raconter «  son  » histoire, dans ce cadre, c’est aussi raconter cette histoire contre les locuteurs de l’histoire de la Jordanie hachémite.

24Cela a notamment été le cas, à Karak, avec la création du Carrefour culturel, une association principalement consacrée à l’organisation de conférences sur Karak et son histoire. Les orateurs du Carrefour, lors de leurs déplacements à l’extérieur de la région, proposent à leur public des discours inscrivant l’histoire karakie dans l’histoire jordanienne. Mais le registre change singulièrement lorsque les conférences sont organisées dans la ville même  : à Karak, c’est la grandeur des Karakis qui est racontée à travers l’histoire, retracée sur le mode épique, des faits et gestes des grands cheikhs du passé. Chaque conférence est ainsi consacrée à une des grandes figures locales  : Ibrâhîm al-Dhmûr, qui défendit les portes de la ville contre l’envahisseur turc, Qadr al-Majâlî, qui a mené la révolte contre les Ottomans… et bien d’autres, hommes de tribu, hommes de grandeur, qui ont contribué à faire, littéralement, l’histoire de Karak avant l’arrivée des Hachémites. Tous les noms des grands cheiks de l’histoire karakie ont ainsi résonné au cours de ces séances organisées par le Carrefour. Le geste emphatique, le ton dithyrambique, les conférenciers font revivre à un auditoire aussi nombreux que captivé l’épopée de la gloire karakie.

25La démarche du Carrefour culturel est éminemment politique. La mémorisation du temps des cheikhs, sa réactivation dans l’espace discursif de la narration sur l’histoire se situent de plain-pied dans la construction d’une narration contestataire, dans la forme sinon dans le fond. Les autorités ne s’y sont d’ailleurs pas trompées, puisque après avoir été créée dans les années 1990, l’association a été obligée de fermer ses portes pendant un certain temps, avant de pouvoir reprendre ses activités.

Incorporation  : transferts narratifs

26«  Les gens se raccrochent à ces histoires de cheikhs... Mais le temps des cheikhs, c’est fini  ! Ils sont tous morts...  ». Cette remarque désabusée d’un de mes interlocuteurs exprime bien toute la difficulté à articuler une histoire fondée sur la grandeur des cheikhs et l’esprit de révolte, et la réalité du royaume hachémite tel qu’il existe aujourd’hui. Mais en même temps, la perception aiguë de la fin du temps des cheikhs et de la dépossession d’une histoire s’accompagne de la structuration d’une nouvelle forme de narration.

27En effet, d’autres histoires commencent à circuler, cette fois-ci non plus sur les grands cheikhs karakis du passé, mais sur les rois de la dynastie hachémite. Elles érigent les monarques, et, en premier lieu, le roi Hussein, comme le modèle d’une grandeur royale. Tantôt le roi Hussein paye l’hôpital à une vieille femme malade  ; tantôt le roi Hussein gracie un prisonnier politique  ; ou le roi Hussein rend visite à la mère d’un soldat et lui offre la dot du mariage... Qu’elles soient diffusées par les médias ou qu’elles fassent partie d’une expérience personnelle, ces historiettes de l’ordinaire d’une extraordinarité royale sont reprises localement dans les récits, intégrées dans une trame narrative qui glisse ainsi des anecdotes exaltant le temps des cheikhs à celles glorifiant les Hachémites.

28Cette mise en narration du modèle hachémite de la grandeur fonde ainsi une parole sur l’incorporation des Karakis à la sphère du charisme royal. Dans cette continuité narrative qui met en perspective l’âge des cheikhs et l’âge des rois, l’énonciation de ces historiettes devient le biais à travers lequel est pensé et énoncé le champ du pouvoir et de l’autorité royale  : l’intégration dans les récits locaux de la figure du roi constitue, d’une certaine manière, la finalisation ultime de l’appropriation de l’histoire par les Hachémites. Désormais, les histoires que l’on raconte sont bien les leurs.

29Les narrations locales sur l’histoire sont loin de se composer de récits homogènes. Elles dessinent au contraire un panoptique de trames narratives qui se situent aussi bien dans la contestation que dans l’incorporation locale de l’autorité hachémite. Ces trames narratives se superposent, se substituent, s’enchevêtrent  ; elles s’opposent, se confrontent pour mieux parfois se répondre. Les agencements narratifs témoignent, de la sorte, de la manière dont est négociée localement, au fil des récits, la réappropriation d’un espace discursif sur l’histoire en confrontation, en articulation, ou association avec la narration hachémite. Cette négociation, si elle exprime la complexité de la relation entre le local et l’État, symbolise aussi, dans le même temps, les modalités qui prévalent à la loyauté proclamée envers la monarchie.

Penser le pouvoir monarchique

«  Lever la tête  »

«  Le cheikh Rufayfân al-Majâlî assiste à une réunion de tous les grands cheikhs de la Jordanie convoquée par le roi Abdallah. Le roi Abdallah demande à l’ensemble des cheikhs présents de décrire comment leurs tribus font allégeance à l’autorité des Hachémites. Le cheikh des Adwân répond : “quand une tête se lève, je l’abats avec mon épée !” Le roi Abdallah demande ensuite à Rufayfân comment il décrirait l’allégeance des Karakis. Rufayfân, lui, rétorque : “Quand je lève la tête, toutes les têtes se lèvent avec moi !”  »

30«  Nous les Karakis, nous aimons le roi  »... Cette assertion, si invariablement répétée qu’elle en devient un poncif, ne peut pour autant être réduite à une simple précaution oratoire. L’attachement régulièrement proclamé à la monarchie s’inscrit en premier lieu dans le débat sur l’identité nationale  : dans un contexte où les Jordaniens d’origine palestinienne sont accusés de manquer de «  jordanité  », et où cette absence d’attachement à la Jordanie est perçue comme découlant en premier lieu d’une contestation à l’égard de la dynastie, les Karakis se montrent, en quelque sorte, plus royalistes que le roi. Manifester son adhésion inconditionnelle à la monarchie hachémite devient ainsi, dans ce cadre, l’affirmation de l’ancrage dans un espace identitaire dont les pierres angulaires se composent respectivement du roi, de la jordanité et de la tribalité.

31Le respect et la loyauté affichés envers la monarchie s’inscrivent cependant également, comme le montre cette seconde anecdote sur Rufayfân, dans une vision très spécifique des modalités d’allégeance à la monarchie. Rufayfân, remarquons-le, a été en réalité un des plus fidèles soutiens à l’émir puis roi Abdallah. Cette cooptation de fait du cheikh est estompée, si ce n’est niée, par les anecdotes qui le mettent en scène  : celles-ci préfèrent ainsi mettre l’accent sur sa capacité à «  lever la tête  » face au roi, voire, à littéralement l’envoyer paître, comme le racontait le récit précédent sur le cheikh.

32On retrouve ici le thème sous-jacent aux narrations sur l’esprit de révolte  : les Karakis constituent une force de contestation toujours potentielle. Être jordanien, c’est, certes, être au roi. Mais être karaki, c’est à la fois être au roi et être capable de «  lever la tête  »  : «  les Karakis sont ceux qui aiment le plus le roi, et ce sont aussi ceux qui le critiquent le plus rapidement. Les Karakis sont forts, ils n’ont pas peur comme les gens du Nord, ils n’ont pas peur de parler au roi quand ça ne va pas  » (Abu T.). La métaphore de la «  tête haute  », et que réactive en permanence le fil narratif sur l’esprit de révolte, le rûh al-thawrah, transforme ainsi une relation de domination a priori imposée de l’extérieur en un contrat négocié, et potentiellement renégociable en permanence.

33Or ce contrat entre les tribus karakies et la monarchie n’est jamais, fondamentalement, remis en cause. L’allusion dans ce cadre au cheikh des Adwân est loin d’être anecdotique  : de fait, les Adwân sont pour leur part entrés en rébellion contre l’émir Abdallah lors de l’établissement de l’émirat de Transjordanie. Dans cette perspective, la capacité de soulèvement qui distinguerait les Karakis n’est pas tant l’affirmation d’une contestation potentielle des Hachémites que, au contraire, la proclamation par excellence de leur fidélité  : être capable de «  lever la tête  », se prévaloir d’une tradition et d’un esprit de révolte toujours réactivables construit, en retour, une relation négociée avec le pouvoir qui rend la révolte superflue, voire impensable. La narration de la révolte, sa potentialité permanente, sont finalement le mode sur lequel est conceptualisée une affiliation définitive à l’État hachémite.

Karak au fondement de la royauté

«  Les Britanniques cherchaient quelqu’un pour gouverner la Jordanie. Ils sont allés à Karak, et ont réuni quatre cheikhs de Karak. Ils leur ont demandé de se mettre d’accord pour choisir celui qui gouvernera la Jordanie. Quand ils sont revenus, les quatre cheikhs ont dit “ce n’est pas possible que l’un de nous gouverne les autres”. Alors les Britanniques sont allés chercher le cheikh Faysal de la Mecque, ils ont amené les Hachémites de l’extérieur.  »
(Umm R.)

34Cette version iconoclaste du processus de fondation de l’État hachémite opère un radical renversement de perspectives. Là où précédemment, les récits façonnaient les modalités d’adhésion à une monarchie qui s’est imposée aux Karakis, ce récit en inverse les tenants et les aboutissants  : la relation aux Hachémites, d’allégeance, devient élection ; la contrainte se transforme en choix, la dépossession, en attribution volontaire.

35Cette vision est-elle une revanche sur une situation politique et économique dans laquelle Karak, à l’instar de l’ensemble du Sud jordanien, fait figure de laissée-pour-compte du boom économique que connaît le royaume  ? De fait, si, pour certains, Karak est le coeur géographique, historique et politique de la Jordanie, la réalité est tout autre : dans un contexte où la capitale connaît une croissance sans précédent, la fracture aussi bien économique que politique entre le nord et le sud du royaume ne fait que s’accroître.

36Il est certain que la frustration, face à l’insolent dynamisme d’une capitale qui ne cesse de se transformer et s’agrandir participe de l’exacerbation d’une nostalgie fondée sur la mémoire de l’âge d’or des tribus et de ses cheikhs. La perception de Karak comme créatrice du pouvoir hachémite permet donc d’une part d’inverser, le temps d’un récit, des rapports de force devenus par trop inégaux, et de se réapproprier, sur un mode doux-amer et légèrement auto-dérisoire, un destin sur lequel les Karakis n’ont plus vraiment de prise.

37En même temps cependant, cette vision donnant à Karak le rôle de centre qui a rendu possible le développement du royaume hachémite dit également autre chose  : l’histoire karakie ne peut se penser qu’en relation à l’État dans sa forme actuelle  ; prétendre avoir contribué à sa formation est aussi la consacrer. En ce sens, les narrations locales à Karak diffèrent radicalement d’une contestation, in fine, de la monarchie telle qu’elle est décrite par A. Shryock à propos des tribus de la Balqa (Shryock 1997). Loin de fonder l’histoire comme lieu de réfutation de la légitimité hachémite à gouverner la Jordanie, les narrations karakies en fondent intrinsèquement l’autorité, tout comme elles définissent, en retour, l’identité karakie comme creuset de l’identité la plus jordanienne qui soit  : celle qui a permis la fondation de l’État jordanien sous égide hachémite.

Les limites d’une fiction  ?

38Nous sommes en janvier 2000. Le roi Abdallah, qui a succédé à son père à la tête du royaume il y a un an, vient pour la première fois rendre visite à Karak. Tous suivent attentivement, à la télévision, la cérémonie qui a été organisée en son honneur. Apparaissent notamment, pour faire un discours d’accueil, des personnalités politiques originaires de la ville. Parmi eux, les députés élus au Parlement jordanien, et un sénateur, nommé, lui, par le roi. Les commentaires désobligeants fusent à l’écoute du discours des députés  : il leur est reproché de ne pas «  parler  », soit, en d’autres termes, de ne pas interpeller le roi sur les griefs locaux à l’égard de la politique gouvernementale. Remarquant que le sénateur ne fait pas l’objet de blâmes de la part des téléspectateurs, bien qu’il n’ait, à l’instar des députés, formulé aucune critique, je m’en étonne ouvertement. On me répond en guise d’explication  : les députés «  sont au peuple  », le sénateur «  est au roi  ». Le sénateur ne «  parle  » pas.

39Précisons que le sénateur en question jouit localement d’un prestige important, qui tire sa source d’une part de sa qualité de fils de cheikh, mais aussi et surtout de sa proximité avec le pouvoir hachémite. Les députés quant à eux sont, au contraire, régulièrement critiqués  : ils sont souvent qualifiés de «  menteurs  », de «  petits  », sghâr, en opposition aux grands, kbâr, qui, tels par exemple le sénateur, bénéficient d’une estime et d’une réputation consensuelles au sein de leur lignage. Les contestations politiques, dont les hommes politiques locaux qui concourent pour les élections font invariablement les frais, montrent aussi les limites de la mise en œuvre pratique d’une conception de la relation à l’État ne peut, de fait, s’opérer dans le jeu politique réel  : l’incorporation des Karakis au pouvoir hachémite se traduit dans les faits par l’incapacité de ses représentants à «  parler  » face au roi. Dans ce cadre, la révolte comme mode d’affiliation à l’État hachémite relève aussi d’une fiction narrative  : les soulèvements qu’a connus Karak ces dernières décennies sont bien l’expression, in fine, de la limite opératoire de ces narrations qu’ils continuent, paradoxalement, à alimenter.

Conclusion

40La capacité à s’opposer, à tenir tête au pouvoir étatique constitue à la fois, dans les récits, un marqueur de l’identité karakie dont elle fonde la spécificité, et la manière de penser l’intégration au royaume hachémite de Jordanie. Dans ce cadre cependant, la relation entre les tribus karakies et le pouvoir hachémite repose sur un jeu d’inversion et de renversement fondamentalement ambigu  : être au roi, et être contre le roi, faire allégeance à la monarchie et créer sa condition de possibilité constituent dès lors deux facettes contradictoires d’une relation complexe.

41Cette relation est conceptualisée et rendue opératoire à travers une épaisseur narrative. Les récits karakis forment, pour emprunter la formule de C. Geertz, une narration «  dense  » de l’histoire (Geertz 1998)  : celle-ci, loin d’être monolithique et uniforme, se construit dans l’agencement de trames narratives qui structurent plusieurs niveaux de la relation au cadre étatique. La combinaison des récits de reconnaissance du pouvoir hachémite, sous leurs différentes formes, avec ceux qui s’inscrivent dans la contestation du régime formule ainsi des modes narratifs inscrits dans un réseau dialogique dans lequel circulent ces différentes narrations. C’est dans cette densité narrative que se structure l’oscillation des récits entre les deux pôles que sont la révolte et la loyauté  ; mais elle permet aussi l’exploration du champ de parole karaki et de ses limites. Dans ce sens, les négociations narratives qui s’opèrent localement sur les frontières, les ouvertures et les fermetures des espaces de parole sur l’histoire structurent également le champ des variantes de la définition de la relation à l’État.

42Ces négociations narratives prennent place, cependant, exclusivement au sein d’un univers local, karaki, dans lequel la Jordanie comme «  communauté imaginée  », pour reprendre l’expression de B. Anderson (Anderson 1991), n’a pas de place, ni, d’ailleurs, de réelle pertinence. L’histoire, ici, n’est pas un moyen de fonder une identité collective, pas plus qu’elle ne s’intègre dans la version nationale et territoriale de l’histoire jordanienne. Elle est un lieu discursif pour construire le lien, conceptualiser les modalités de la relation à la monarchie  : c’est bien l’affiliation à l’institution monarchique qui, dans cette perpective, est fondatrice de l’appartenance à la Jordanie et, plus largement, de l’identité jordanienne dont se réclament les Karakis.

Bibliographie

Akarli Engin, 1986, «  Establishment of the Maan-Karak Mutasarrifiyya, 1891-1894  », Dirasat, 13 :1, p. 27-42.

Anderson Benedict, 1991, Imagined Communities  : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London and New York, Verso.

Geertz Clifford, 1998, «  La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture  », Enquête 6, p. 73-105.

Jungen Christine, 2009, Politique de l’hospitalité dans le Sud jordanien, Paris/Beyrouth, Karthala/Ifpo.

Maffi Irene, 2004, Pratiques du patrimoine et politiques de la mémoire en Jordanie  : entre histoire dynastique et récits communautaires, Lausanne, Payot.

Rogan Eugen, 1991, Incorporating the Periphery : The Ottoman Extension of Direct Rule over Southeastern Syria (Transjordan), 1867-1914, Ph.D. Thesis, Harvard University, Cambridge, Massachusetts.

Shryock Andrew, 1997, Nationalism and Popular Genealogical Imagination, Berkeley, University of California Press.

Swariyyah N.R. et Tarawnah M. S., 2000, Imdhâ’at ‘ala thawrah al‑Karak, Karak, Université de Mu’tah.

Tarawneh Mohammed F., 1995, Stämme, Landaufteilung und ländliche Siedlungsprozesse im 19.-20. Jahrhundert im Karakgebiet (Südjordanien), Erlangen, Fränkishe geographische Gesellschaft. Coll. Sonderband 23.

Notes

1  Cet article se fonde sur une enquête ethnographique menée dans la région de Karak entre 1999 et 2001. Il constitue une version remaniée et enrichie d’un chapitre de Politique de l’hospitalité dans le Sud jordanien (Jungen 2009).

2  L’histoire de tribu est tout d’abord une histoire de migration, qui fait remonter l’ascendance de la tribu, le asl, à une origine extérieure à la Jordanie, le plus souvent la Péninsule arabique.

3  Ces contestations participent de la complexité du jeu politique local dont les contrastes mériteraient d’être développés. Afin de rester dans le cadre de cet article, je me limiterai ici à l’analyse des aspects relativement consensuels de la narration karakie, sur la révolte comme sur l’ensemble de l’histoire locale.

4  Qadr al-Majâlî est en fait décédé, quoique dans des circonstances troubles, après avoir été amnistié par les Ottomans.

5  Le soulèvement de 1989, ou «  le soulèvement du pain  » (habbah-t al-khubz), a fait suite à une hausse brutale des prix, imposée sous la pression du FMI. Les mouvements de révolte de 1989 et 1996 ont été jugés suffisamment sérieux par le régime pour justifier l’intervention de l’armée pour rétablir le calme.

6  La contestation du régime menée par les mouvements nationalistes est relayée dans les années 1950 par de larges mouvements populaires qui atteignent leur apogée fin 1955, lors de l’opposition à l’adhésion au Pacte de Bagdad.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable