Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maaloula (XIXe-XXIe siècles). Du vieux avec du neuf

 | 
Frédéric Pichon

Préface

Bernard Heyberger

Texte intégral

1Pour tous ceux qui connaissent la Syrie, le village de Maaloula évoque un lieu enchanteur. Son site pittoresque, niché en altitude contre la bordure d’un plateau steppique échancrée par deux défilés, et son paysage de maisons étagées autour de ruelles étroites dominant des vergers, impriment dans le souvenir du visiteur des impressions bienfaisantes de paix, de fraîcheur, de perspective et de couleur. S’ajoute à cela la particularité que ce village est peuplé de chrétiens – est «  resté chrétien  » comme on dit généralement –, et qu’il abrite deux monastères consacrés à des saints antiques  : sainte Thècle et saint Serge, ce qui en fait un lieu de pèlerinage très vivant aujourd’hui. La source miraculeuse qui sourd dans la grotte du premier de ces sanctuaires pourrait servir de métaphore à la source spirituelle et historique du christianisme à laquelle maint visiteur chrétien entend venir s’abreuver à Maaloula. Car le principal attrait du village pour qui est en quête de ses origines est ce fait, constamment répété, qu’on «  y parle encore la langue du Christ  », une forme de dialecte araméen.

2C’est en partant de l’attirance que ce lieu exerçait sur lui-même que Frédéric Pichon a entrepris la recherche qui a mené à ce bel ouvrage. Or, il a rapidement découvert que cette passion pour Maaloula avait été très diffusée parmi les savants orientalistes qui, depuis le xixe siècle, l’avaient précédé dans le village, où ils étaient venus enquêter sur la langue et les mœurs de ses habitants réputés si singuliers. Et c’est cette abondance de témoignages et de publications qui se sont succédés depuis les années 1860, qui allait constituer la principale matière de sa recherche. L’attirance même pour Maaloula devenait le sujet sur lequel il allait travailler  : comment s’est construite, à travers la rencontre des ethnologues-orientalistes-missionnaires européens avec les «  autochtones  », un système de représentation qui sert encore de nos jours comme ressource, dans le jeu social et politique et dans l’industrie touristique  ? Comment ce bourg syrien est-il devenu «  un lieu commun orientaliste  »  ?

3C’est un peu comme si rien n’avait existé du village syrien avant les visites répétées et les élaborations des orientalistes. L’intérêt pour Maaloula a été en grande partie motivé par les préoccupations linguistiques typiques de la science allemande, par une vision romantique d’un christianisme rural authentique, et par l’approche protestante de la Terre sainte, du Bible Land, au xixe siècle. L’attrait moindre exercé sur les catholiques s’explique par leur rapport différent à la tradition, et par la présence, dans le village, d’une paroisse melkite (grecque-catholique), peu encline, à cette époque, à valoriser la spécificité maaloulienne. Les visiteurs protestants pour leur part montraient un manque d’intérêt et de connaissance pour les traditions liturgiques et disciplinaires de l’Église d’Antioche, en usage dans le village.

4L’enquête des Européens sur le village syrien est inspirée aussi par le recueil de données mené pratiquement à la même époque dans les campagnes européennes, sur les mœurs, les récits, les musiques et les langages «  traditionnels  » menacés de disparition, donc avec une forte connotation nostalgique qu’on retrouve tout à fait dans le corpus étudié ici, qui comme ailleurs, se caractérise par la conjonction de grands stéréotypes et d’une vraie micro-érudition locale. Ce travail de collecte de données, qui se déroule pour l’essentiel des années 1860 aux années 1930, coïncide avec la période où l’ethnologie se constitue en discipline universitaire, et où un certain nombre d’autres travaux de ce type voient le jour sur la Syrie, le Liban et la Palestine. Frédéric Pichon apporte ici des éléments précis sur la méthode d’enquête et sur les informateurs indigènes, qui sont tout compte fait peu nombreux, plutôt catholiques, et, pour une part d’entre eux, émigrés à Damas. Enfin, on voit comment les «  objets  » observés sont aussi des acteurs, eux-mêmes curieux d’entrer en contact avec les étrangers et de capter par eux des informations sur le monde, capables aussi de s’adapter à l’attente de l’enquêteur, et lui fournir le type d’information que celui-ci souhaite. Ainsi, l’enquête transforme l’enquêté, qui apprend à tenir sur lui-même un discours distancié, et se met à ressembler à l’image que l’enquêteur attend de lui. L’épisode de la traduction du Notre Père en araméen, obtenue de haute lutte par Ferrette, le premier visiteur à la demander, avant de devenir un signe obligé de l’identité du village face aux visiteurs suivants, puis face aux touristes du xixe siècle, est à cet égard significatif.

5Ces travaux à la fois savants et biaisés sur la culture du village syrien chrétien ont coïncidé avec les transformations du cadre social et politique de Maaloula, selon le modèle de la «  fin du terroir  », caractérisé par le recul de l’agriculture autarcique, l’implantation d’écoles, la réduction drastique des temps de déplacement, et l’importance de l’émigration de proximité à Damas, à Beyrouth mais aussi lointaine (en Amérique du Sud), dès la fin du xixe siècle. L’État, d’abord ottoman, puis mandataire (la France), puis indépendant (la république syrienne) a été un acteur majeur dans ces transformations. Tout ceci a eu une influence sur l’évolution du dialecte araméen pratiqué par les habitants, et sur la naissance parmi eux d’une nostalgie envers une ruralité perdue.

6Un des passages les plus pertinents est celui que Frédéric Pichon consacre à la «  politique de la langue  » des Eglises, et spécifiquement de l’Eglise melkite et de ses représentants sur place, qui nous démontre de façon convaincante la déconnection entre appartenance au christianisme et attachement à la langue et au particularisme supposé de Maaloula. Le lien entre dialecte araméen et christianisme apparaît ainsi comme un élément récent, imputable à l’influence du discours orientaliste et à l’inflexion de la vision cléricale de la réalité villageoise. Mais il doit surtout être placé dans le contexte de la construction politique de l’identité syrienne depuis l’indépendance. Quelques personnalités originaires de Maaloula contribuèrent à ancrer leur petite patrie dans la grande saga nationale syrienne, tout en lui offrant des éléments de différenciation identitaire. Le discours nationaliste, fondé sur la combinaison paradoxale de l’arabité et du territoire national réduisant l’islam à son contenu culturel, a cherché, dans l’affirmation d’une ethnicité syrienne et d’origines historiques lointaines, la résolution de ses contradictions. Dans ce discours, les Araméens, présentés comme un rameau des Arabes, se seraient par ailleurs illustrés dès les temps bibliques dans leur lutte contre les Hébreux. Pour se différencier de ce discours dominant sans le contredire, les acteurs de l’identité ma‘lulienne ont tenté d’élaborer une vision spécifique chrétienne et araméenne, mais sans jamais prétendre à un niveau de conscience communautaire de «  minorité  » franchement affichée, qui les aurait mis en péril politiquement. Ainsi s’est élaborée une identité folklorique ou touristique du village pittoresque, à partir des années 1980, qui trouverait sa place dans les évolutions plus récentes de l’idéologie en Syrie, marquées par un repli des élites du national sur le local, et du politique sur le patrimonial. C’est dans cette phase que le lien entre confession et langue s’est affirmé, et que les schémas de pensée des orientalistes ont eu le plus d’efficacité sur l’identité ma’lulienne. L’essor actuel de l’industrie touristique à Maaloula fait de la distinction linguistique et confessionnelle du bourg syrien une ressource essentielle dans le développement économique local. Le Notre Père en araméen, désormais récité devant les touristes, serait le symbole de cette nouvelle composante identitaire.

7Au-delà de son caractère monographique, le livre de Frédéric Pichon peut se lire comme une contribution plus générale à la réflexion sur les usages de l’histoire et de la mémoire, et sur les formes de résistance ou de réappropriation auxquelles les concepts et les méthodes de l’Occident donnent lieu dans le Proche-Orient contemporain.

Auteur

Professeur, Université François-Rabelais, Tours. Directeur d’Études, École Pratiques des Hautes Études, Paris. Membre senior de l’Institut Universitaire de France

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable