Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Introduction : Abū Ǧa‘far b. Ḫātima al-Anṣārī, médecin d’Almería, face à la Peste noire du XIVe siècle

Note de l’auteur

À la mémoire d’Albert Gigandet, mon époux disparu au terme de soixante années de vie commune au long desquelles jamais n’ont cessé son aide, son soutien et ses encouragements.
À mes enfants Alain, Monique, Philippe ; à mes petits enfants ; à mes très chers amis Ghassan et Élisabeth Finianos en témoignage de ma fidèle et profonde affection.

Texte intégral

L’irruption de la peste en Europe méridionale

1En 1348 la Grande Peste ou Peste noire – elle dut ce nom à la formation de bubons noirâtres sur le corps – fit son apparition sur la côte méditerranéenne de l’Espagne, le Levante, vraisemblablement véhiculée depuis l’Extrême-Orient par les vaisseaux marchands venant de Chine à destination de l’Europe. Elle frappa la Turquie, Venise et l’Italie, les îles méditerranéennes, puis les ports d’al-Andalus situés au pied des chaînes montagneuses bordant le rivage, avant de gagner tout le pays et l’Europe du Nord. De par sa situation géographique, la ville d’Almería fut ainsi touchée le 1er du mois de Rabī‘ al-awwal 749/ 1er juin 1348, comme le note le médecin Ibn Ḫātima.

2Le site d’Almería était occupé depuis l’antiquité romaine et entretenait des relations suivies avec la côte du Maghreb. Une tour de guet, al-mariyya, y fut érigée dans le golfe, sur le rio Baǧǧana, afin de protéger le port contre les incursions des Normands, et par la suite la ville prit le nom de la tour, occupant l’entrée et le fond du golfe orienté d’est en ouest, entre la mer et les derniers contreforts de la Sierra Nevada. La ville était donc exposée aux influences marines et abritée des vents d’ouest et de nord, réunissant ainsi toutes les conditions d’un climat chaud et humide, celui-là même qui, selon Ibn Ḫātima, était le plus favorable aux maladies. De plus la ville s’était développée sur des terres d’alluvions, basses et retenant les eaux de ruissellement et d’irrigation, accusées par l’auteur de produire des miasmes nocifs qui dénaturaient l’air.

  • 1 Je me réfère ici à l’article de L. Torres Balbás, « Almería islámica », qui contient des données tr (...)

3L’intérêt de l’ouvrage d’Ibn Ḫātima n’est donc pas uniquement médical : l’auteur offre une description très détaillée, climatologique et topographique, de la région côtière et de sa propre ville, Almería, avec ses différents quartiers et leurs particularités et il nous la présente comme un port très actif en relation avec l’Orient et le Maghreb 1.

Ibn Ḫātima et son traité

  • 2 Voir : S. Gigandet, « Abū Ǧa‘far b. Ḫātima al-Anṣārī et la Grande Peste de 789/1348 dans sa ville A (...)

4Ibn Ḫātima, originaire d’Almería, né en 724/1323, autorité en loi islamique, médecin dans sa ville natale, écrivain et poète, acquit par son activité de praticien dévoué une vaste expérience de l’épidémie, à laquelle il se réfère fréquemment. Il succomba lui-même à une seconde offensive de la peste en 770/1368, après avoir composé son traité Taḥṣīl ġarad al-qāṣid fī tafṣīl al-maraḍ al-wāfid ou Réponse à la demande de qui désire étudier la maladie venue d’ailleurs 2.

5L’ouvrage est présenté sous la forme de dix questions auxquelles l’auteur donne des réponses étayées sur ses propres observations, ses avis, les témoignages de ses prédécesseurs, médecins et spécialistes de la loi islamique, et lui-même conclut par une explication dictée par sa position rationnelle.

  • 3 Galien, Commentaire des Épidémies I d’Hippocrate, XVII K 1, p. 8 ss.

6La première question donne les définitions exactes des termes usuels qui désignent cette maladie. Le qualificatif al-wāfid qui lui est appliqué met en évidence un caractère essentiel : son origine extérieure, non organique. Ibn Ḫātima se réfère à des auteurs de l’Antiquité grecque, principalement Hippocrate et Galien : « Ces maladies sont caractérisées par deux choses : elles viennent de l’extérieur, apportées par l’air, et non par les aliments ou les boissons ou des facteurs psychiques ; elles touchent la plupart des gens 3. »

  • 4 Sénèque, Questions naturelles, édit. et trad. P. Oltramare, Paris, Les Belles-Lettres, 1961, t. 2, (...)

7Dans la deuxième question l’auteur traite des causes de l’épidémie, c’est-à-dire essentiellement de l’altération de l’air, al-taġayyur : les “vapeurs putrides” qui dénaturent l’air ont leur origine dans l’atmosphère ou dans les lieux malsains de la terre, les eaux stagnantes en particulier 4, mais aussi le voisinage et à fortiori le contact des malades ; dans la quatrième question qui traite de la propagation de l’épidémie Ibn Ḫātima cite le cas des fripiers qui vendent les vêtements et la literie des morts et contractent à peu près tous la maladie transmise par les miasmes qui se dégagent de ces effets. Il avait bien là une intuition de la contagion, résultat de son expérience médicale, mais la nature de ces “miasmes” ne sera connue que beaucoup plus tard.

  • 5 Taḥṣīl, 2e question, conclusion.

8Les changements climatiques, le dérèglement des saisons peuvent aussi dénaturer l’air dont le tempérament altéré n’est plus propre à assurer les fonctions respiratoires, qui elles-mêmes régulent la chaleur innée. « Elle s’éteint alors subitement comme une mèche noyée dans l’huile, ou bien la vie subsiste tant que dure la résistance de la chaleur, jusqu’à ce que le sang l’emporte 5. »

  • 6 Voir J. Jouanna, Hippocrate, 3e partie, « Le rationalisme hippocratique et le divin », p. 259-260 e (...)

9L’altération de l’air étant présentée comme la “cause proche” de l’épidémie, Ibn Ḫātima mentionne ensuite une “cause lointaine” qui appartient au domaine supraterrestre, le “monde d’en haut”, celui des astres, proches des divinités pour les Anciens et de Dieu selon la cosmologie et le mysticisme médiévaux. Pour les médecins hippocratiques, il s’agit « d’un ordre de l’univers, à la fois divin et naturel, qui rend compte de toutes les maladies 6. »

  • 7 Lucrèce, De rerum natura, chant VI, édition et traduction A. Ernout, Paris, Les Belles-Lettres, 195 (...)

10On évoquera ici la théorie du poète épicurien Lucrèce qui met en cause des principes morbides venus des mondes infinis et, du fait de la porosité de l’univers, pénétrant notre cosmos, sont responsables des maladies et des phénomènes violents et dévastateurs qui sont “les maladies de la terre” : « Qui d’entre nous s’étonne en effet qu’un malade ressente dans ses membres l’ardeur brûlante d’un accès de fièvre ou la douleur de quelque autre membre... La cause en est évidemment qu’il existe des principes des sortes les plus diverses et que notre terre et notre ciel produisent assez d’éléments morbides pour permettre à la foule innombrable des maladies de se développer. C’est ainsi, sans nul doute, que le ciel et la terre reçoivent de l’infini en quantité suffisante tous les éléments capables de faire soudain trembler la terre 7. » (vers 655-667) Et encore dans l’explication des propriétés de l’aimant : « Tant il est vrai que de tous les corps s’écoulent et se répandent en tous sens des émanations variées, écoulement sans trêve ni repos... » (vers 931-934) « ...en même temps que la maladie, lorsqu’elle provient de régions extérieures à notre monde » (vers 954-956). Nous retrouvons ces mêmes explications pour les origines et les causes des maladies : « Lorsque ceux-ci (les germes de maladie et de mort) se trouvent réunis par le hasard et qu’ils ont corrompu le ciel l’atmosphère devient morbide. Et toutes ces puissances morbides, toutes ces épidémies nous arrivent soit des régions extérieures à notre monde, comme les nuages et les brouillards... » (vers 1095-1100)

  • 8 Pour les concepts de prédisposition et de contagion chez les Anciens on peut voir : J. Pigeaud, La (...)

11Ces “germes de maladie et de mort” peuvent également être générés par la terre ; il s’agit alors de modifications qualitatives de l’atmosphère et de changements climatiques. Ibn Ḫātima indique comme une cause de l’altération de l’air l’anomalie des conditions saisonnières, le bouleversement du cycle normal des saisons. Un autre facteur a un rôle important dans la transmission de la maladie, c’est la prédisposition, al-isti‘dād, mise également en évidence par les médecins grecs : un organisme dont le tempérament chaud et humide est en accord avec celui de la maladie sera très vulnérable. Galien : « aucune cause ne peut agir sans une disposition du corps. » Ce point sera développé dans la troisième question 8.

La position d’Ibn Ḫātima face à l’épidémie

  • 9 Voir M. A. al-Khattabi, al-ibb wa-l-aibbā’ fī al-Andalus al-islāmiyya, Dar al-ġarb al-islāmī, Bey (...)

12Ibn Ḫātima, autant qu’un esprit scientifique, était un musulman sincère et scrupuleux soucieux de concilier les enseignements de la šarī‘a et de la sunna avec le savoir hippocratique et son expérience personnelle. Il ne s’en remet pas au décret divin sans rappeler la responsabilité humaine individuelle et affirme la légitimité et l’efficacité possible des mesures préventives et curatives contre la maladie. Il se distingue ainsi des théologiens et des religieux qui prônent l’abandon total à la volonté divine, considérant la peste comme un châtiment envoyé aux hommes contre lequel il est vain de lutter, le seul recours étant la pénitence et la prière 9. L’épisode de la campagne interrompue de ‘Umar en direction de la Syrie où sévissait l’épidémie, discuté dans la huitième question, est très révélateur ; il pose la question de la liberté de l’homme face au destin : a-t-il la possibilité de choisir lorsque plusieurs alternatives s’offrent à lui ? ‘Umar, contre l’avis de certains de ses compagnons, a choisi de renoncer à l’entrée en Syrie.

13Les cinquième et sixième questions indiquent les préceptes d’hygiène et de diététique, et en tout premier lieu la saignée, en faveur de laquelle il rapporte des cas de guérison extraordinaires.

  • 10 Pour la notion de contagion chez les médecins de l’Antiquité voir J. Jouanna, Hippocrate, ouv. cité (...)

14Dans les quatre dernières questions Ibn Ḫātima, afin de concilier la foi et la raison, examine et discute les lectures divergentes des nombreux ḥadīṯ-s qui ont trait à la transmission de la maladie entre les hommes comme entre les animaux. Il adopte toujours, entre plusieurs lectures contradictoires d’un ḥadīṯ, celle qui respecte le dogme en tenant compte de l’observation des faits. Le problème de la transmission de la peste est au cœur de son argumentation, c’est celui qui soulève le plus d’interprétations divergentes et de tentatives pour résoudre la contradiction entre l’affirmation absolue de la toute-puissance de Dieu, le seul Agent dans l’univers, la négation de toute action d’une chose ou d’un individu sur un autre, et les ḥadīṯ-s qui recommandent d’éviter l’approche des terres infestées et la promiscuité entre les animaux sains et les malades 10. Les ḥadīṯ-s concernant les chameaux sont étudiés dans la question suivante où Ibn Ḫātima expose longuement les avis de juristes reconnus, notamment ceux du qāḍī Abū al-Faḍl b. Iyāḍ qui faisaient autorité en Occident musulman, ainsi que ceux d’autres savants andalous.

Les manuscrits

15Le manuscrit de référence, A, est celui de l’Escorial 1785. Le second manuscrit, B, est conservé à la Bibliotheca Regia de Berlin et porte le n° 1205 ; il ne présente que peu de différences avec le premier : quelques lacunes, signalées en notes, quelques ajouts, signalés entre crochets droits ou en note. La pagination de A dans la traduction est indiquée entre parenthèses, en italiques (50r) ; celle de B est en caractères droits soulignés, entre tirets - 2r -.

Composition du traité

16I- Sur la connaissance réelle de l’épidémie, A (50r-52r) ; B 1r-5r.

17II- Sur les causes de l’épidémie en général et dans notre cas particulier, A (52r-59v) ; B 4v-13v.

18III- Pourquoi certains sont-ils atteints et non les autres parmi leurs proches ? A (59v-63v) ; B13v-18v.

19IV- Que sait-on quant à sa propagation ? A (63v-65r) ; B 18v-20r.

20V- Comment peut-on se prémunir et se protéger ? A (65r- 69v) ; B20r-26v.

21VI- Comment la soigner si elle frappe ? A (69v-86r) ; B 26v-47v.

22VII- Que nous enseigne le législateur sur ce sujet ? A (69v-86r) ; B 47v-56r.

23VIII- Quel est le sens du adīṯ qui interdit l’entrée et la sortie du territoire de l’épidémie ? A (92v-95r) ; B 56r-60r.

24IX- Que signifie la parole du Prophète « ni propagation ni mauvais présage » ? A (95r-99v) ; B60r-66v.

25X- Comment concilier ces deux ḥadīṯ-s ? A (99v-107r) ; B 66v-74r.

Présentation de la traduction

26Les termes arabes sont en transcription, en italique.

27Les parenthèses encadrent quelques mots ajoutés pour préciser le texte, lorsque je l’ai jugé utile.

28Les crochets droits encadrent les lacunes de A.

Notes

1 Je me réfère ici à l’article de L. Torres Balbás, « Almería islámica », qui contient des données très détaillées sur ces points avec un plan d’Almería au XIVe s. dessiné sous la direction de l’auteur de l’article d’après les descriptions d’Ibn Ḫātima (L. Torres Balbás, « Almería islámica », al- Andalus, XXII, 2, 1957, p. 411-457).
Pour des informations plus complètes consulter Menendez-Pidal, Historia de España, VIII, 4, p. 313, description et carte d’Almería. Voir aussi E. Molina-Lopez, « La obra histórica de Ibn Jātima de Almería, Los datos geográfico-históricos », al-Qantara X, 1989, p. 151-173 ; Hist. de E., VIII, 3, p. 20, et p. 297-301.
Au sujet de la situation particulière d’Almería, voir Alain Corbin, Le miasme et la jonquille, Flammarion, Paris, 2001, p. 12-14 : « Mélange meurtrier par les temps de grand calme, quand se profile la redoutable stagnation qui transforme les ports abrités, les baies profondes en cimetières de matelots... »

2 Voir : S. Gigandet, « Abū Ǧa‘far b. Ḫātima al-Anṣārī et la Grande Peste de 789/1348 dans sa ville Almeria », Arabica, 2006, t. LIII, 1, p. 143-145.

3 Galien, Commentaire des Épidémies I d’Hippocrate, XVII K 1, p. 8 ss.

4 Sénèque, Questions naturelles, édit. et trad. P. Oltramare, Paris, Les Belles-Lettres, 1961, t. 2, VI, chap. XXVII-XXVIII, p. 284-286. Sur l’existence des lacs avernes d’où s’élèvent des vapeurs mortelles voir l’article « Averne » dans Nouveau Larousse illustré, t. 1, p. 618.

5 Taḥṣīl, 2e question, conclusion.

6 Voir J. Jouanna, Hippocrate, 3e partie, « Le rationalisme hippocratique et le divin », p. 259-260 et 271-274 ; Hippocrate, A.E.L., XX, c 22 ; et Maladie sacrée, XVIII, c 18, Littré VI ; Le Poème de la médecine d’Avicenne, éd. et trad. Jahier et Nourredine, Paris, Les Belles-Lettres, 1956, vers 131-13 consacrés aux influences célestes sur l’état de l’atmosphère, donc sur les maladies.

7 Lucrèce, De rerum natura, chant VI, édition et traduction A. Ernout, Paris, Les Belles-Lettres, 1956, tome 2. Les citations suivantes sont extraites du même ouvrage.

8 Pour les concepts de prédisposition et de contagion chez les Anciens on peut voir : J. Pigeaud, La maladie de l’âme, Paris, Les Belles-Lettres, 1989, p. 213, n. 335, p. 216-218.

9 Voir M. A. al-Khattabi, al-ibb wa-l-aibbā’ fī al-Andalus al-islāmiyya, Dar al-ġarb al-islāmī, Beyrouth, 1988, t. 2, p. 293 et 297.

10 Pour la notion de contagion chez les médecins de l’Antiquité voir J. Jouanna, Hippocrate, ouv. cité, p. 293 et 297. Pour les adī-s divergents voir Gérard Lecomte, Le traité des divergences du adī d’Ibn Qutayba, A. Maisonneuve, Paris, Damas, 1962.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable