Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Choix de textes de Daniel Schlumberger

Texte 1 : Les formes anciennes du chapiteau corinthien en Syrie, en Palestine et en Arabie

Daniel Schlumberger

Entrées d'index

Géographique :

Syrie, Palestine, Arabie, Baalbek, Palmyre

Note de l’éditeur

Les planches d'illustrations hors texte sont placées en annexe du document.

Texte intégral

Texte 1

1« Les formes anciennes du chapiteau corinthien en Syrie, en Palestine et en Arabie », article paru dans Syria en 1933 (no 8 dans la liste).

2Il s’agit du premier article publié par Daniel Schlumberger. Il est précédé d’un résumé du plan.

3L’auteur montre comment l’étude soigneuse des formes et des décors des chapiteaux lui a permis de conclure à une diffusion et à une transformation de modèles de l’art hellénique et non, comme admis auparavant, de l’art romain. Il propose également des dates, notamment pour la construction du temple de Bêl à Palmyre, qui font encore aujourd’hui autorité, cet article servant de référence à tout chercheur qui travaille sur la chronologie palmyrénienne.

4On peut dire que les conclusions de ce texte constituaient les prémices des recherches à venir de D. Schlumberger sur la portée de l’hellénisme en Orient.

Les formes anciennes du chapiteau corinthien en Syrie, en Palestine1

  • 1 Les abréviations suivantes désigneront quelques ouvrages fréquemment cités :
    AAES : American Archaeo (...)

5Introduction : théorie qui attribue à l’influence romaine, par l’intermédiaire des architectes de Baalbek, le remplacement du chapiteau libre par le chapiteau canonique dans l’architecture syrienne ; portée des découvertes récentes sur cette théorie.

6– I. Chapiteaux libres de Syrie ; origine alexandrine de leur diffusion. – II. Formes anciennes du chapiteau canonique en Syrie : A, les chapiteaux du sanctuaire de Bêl à Palmyre et leur chronologie ; B, chapiteaux isolés de Samarie, d’Antioche, de Palmyre, et de Kasr el-Heir ; C, les chapiteaux du temple de Jupiter à Baalbek, et comme quoi ils ne sauraient avoir servi de modèle aux catégories A et B.– III. Formes de transition entre le chapiteau libre et le chapiteau canonique. – Conclusion : origine probablement antiochénienne, et certainement indépendante de Baalbek, des formes canoniques en Syrie.

  • 2 En particulier AAES, II, chap. II, III, IX-XII ; PAES, II ; Roncz. Hasne ; S. B. Murray, Hellenisti (...)
  • 3 E. Weigand dans Weig. 14 ; Weig. 24 ; et Palmyra, ch. XVI.

7Le style des monuments classiques de la Syrie et des contrées qui la prolongent au Sud a fourni dès aujourd’hui aux voyageurs et aux archéologues la matière d’observations nombreuses2. Cependant il n’est guère qu’un savant qui ait cherché – dans trois études, consacrées principalement à des analyses minutieuses de la décoration sculptée des monuments de l’époque romaine3 – à définir les caractéristiques générales de ce style.

  • 4 Weig. 14, p. 43-50, 58-63, 68-69, 88-89 ; Weig. 24, p. 80-83, 88-91, 94-97.
  • 5 Elle ne l’est pas si bien que M. Weigand n’ait attribué au « début de l’époque impériale » un templ (...)
  • 6 Weig. 24, p. 91: « während das erste Jahrhundert, das die östliche Form (des kor. Kapitells) schaff (...)
  • 7 Roncz., Hasne.
  • 8 Ci-dessous, p. 111, note 38.
  • 9 Cette incertitude croissante à mesure qu’on remonte dans le temps n’est que le reflet d’une pauvret (...)

8Dans ces études une grande place revient, comme il est naturel, à cette forme importante de l’ornement architectural qu’est le chapiteau corinthien. L’histoire de cette forme, telle qu’on nous la retrace4, paraît assez bien assurée pour le second siècle de notre ère5. De l’aveu de M. Weigand lui-même6, elle est plus incertaine dans le premier siècle. Quant au chapiteau des temps hellénistiques, il est très mal connu : des observations sur le détail des formes n’existent que pour certains chapiteaux de Pétra7, hellénistiques par le style, sinon sûrement par l’âge, et dans quelque mesure pour le chapiteau dit « nabatéen8 » ; seule une pénétrante remarque, faite en passant par M. Weigand, nous révèle une particularité, à vrai dire fondamentale, des chapiteaux de cette période9.

  • 10 Sur la répartition des chapiteaux corinthiens en deux familles, l’une dont l’ordonnance générale es (...)

9Cette remarque est la suivante : ces chapiteaux, à en juger par les exemples qu’en réunit l’archéologue allemand, et tout au moins dans la Syrie du Sud et dans l’Arabie ne sont pas des chapiteaux du type dit « normal10 ».

  • 11 En Syrie ; en Arabie les formes « nabatéennes » survivront isolément jusqu’au second siècle (PAES, (...)

10Examinons au contraire les nombreux chapiteaux déjà publiés qui peuvent avec une entière certitude, soit par le témoignage d’inscriptions, soit par le style, être attribués à la période romaine11 ; ajoutons à cette liste une longue liste de chapiteaux inédits de Palmyre : tous sont, sans aucune exception, des chapiteaux normaux.

  • 12 Ou un peu plus tard (cf. ci-dessous, p. 153, note 109).
  • 13 Weig. 14, p. 90-91 ; Weig. 24, p. 179-182.

11Ainsi donc un certain nombre de types de chapiteaux corinthiens, hétérodoxes par rapport à la doctrine que formule Vitruve vers le début du règne d’Auguste, et jusqu’alors largement sinon exclusivement employés dans la région qui nous intéresse, font place – vers ce temps en Syrie12, dans le courant du premier siècle en Arabie – à un type unique, au chapiteau normal. L’explication que M. Weigand a donnée de cette substitution n’est que l’un des arguments par lesquels il défend une thèse plus générale. Pour lui l’ornement architectural des édifices syriens de l’époque impériale procède pour une bonne part des constructions de Rome. Au temps d’Auguste, Rome a pris la tête du développement des arts dans ce monde méditerranéen avec lequel désormais se confond son empire. Les créations qui maintenant donnent le ton, même dans l’Orient grec, sont celles des architectes de la capitale latine. Elles sont l’origine commune des évolutions différentes que connaîtront, dans les siècles suivants, l’architecture classique de l’Orient et celle de l’Occident. L’élimination des formes hétérodoxes du chapiteau corinthien par la forme normale de ce chapiteau serait l’un des faits qui témoigneraient de l’influence prépondérante de Rome : en d’autres termes, c’est à Rome que la Syrie aurait emprunté le chapiteau normal, c’est de cette forme occidentale importée en Syrie que serait issue, dans le courant du premier siècle, la forme orientale du chapiteau impérial13.

  • 14 Nous considérons uniquement dans la présente étude, les formes décoratives du chapiteau. La questio (...)

12L’objet du présent travail est de soumettre à un nouvel examen le problème de la dite élimination, ainsi que l’évolution du chapiteau normal jusque vers le milieu du second siècle14.

  • 15 P. 103, note 9.
  • 16 Cf. Weig. 24, p. 82-83, un commentaire de l’un de ces chapiteaux.

13Les chapiteaux de l’un au moins des monuments mentionnés ci-dessus15, ceux du temple de Soueida, méritent d’être considérés plus attentivement qu’ils ne l’ont été jusqu’ici16.

  • 17 Par exemple les tours funéraires de Jamblique et d’Elahbêl, dont les salles inférieures, avec leur (...)

14Plusieurs monuments de Palmyre attendent encore que l’on étudie leur décoration17.

15Enfin, il va de soi que les chapiteaux in situ, ou dont tout au moins la provenance est assurée, ne sont pas les seuls dont il faille tenir compte. De très nombreux chapiteaux isolés, épars dans les champs de ruines ou remployés dans des constructions de toutes époques, se rencontrent dans tous les pays d’Orient. M. Weigand a fait un large usage de documents de cette espèce. Or, il n’est pas rare que l’on découvre aujourd’hui encore de tels fragments : nous nous proposons d’en présenter ici quelques-uns, tous selon nous antérieurs à l’époque flavienne ou au plus tard flaviens, et que nous croyons inédits.

16Nous passerons d’abord une brève revue des divers types de chapiteaux hétérodoxes. Nous étudierons ensuite les formes du chapiteau normal proprement dit ; puis une troisième catégorie de chapiteaux, que son caractère de catégorie de transition, à mi-chemin des deux premières, rend particulièrement intéressante.

I - Les formes hétérodoxes

17Les chapiteaux hétérodoxes qu’on rencontre en Syrie peuvent être répartis dans trois catégories, selon la décoration que reçoit, entre les crosses d’angle et sur chacune des faces du chapiteau, le haut du calathos. Cette décoration peut consister soit en crosses, qui se distinguent des crosses médianes du chapiteau normal en ce qu’elles ne surgissent pas de calices d’acanthes, soit en motifs végétaux, soit en bustes.

  • 18 Roncz., M. d’Alex., nos 1 à 5. Chapiteaux que leur style daterait de l’époque romaine : nos 6,6 bis (...)
  • 19 Ibid., p. 8,fig. 5a et 5b.
  • 20 Par l’ordonnance générale de ses éléments, par le dessin de son acanthe, comparable par exemple à R (...)

18Le premier de ces trois types est celui dont la tholos d’Épidaure fournit l’exemple le plus ancien qui soit venu jusqu’à nous. L’Égypte hellénistique et, par survivance, l’Égypte romaine en ont fait un usage courant, comme le montrent une série de chapiteaux du musée d’Alexandrie18, et ceux d’un monument de Denderah19. C’est à ce groupe alexandrin que se rattache20 un chapiteau d’Amathonte, probablement hellénistique, que conserve aujourd’hui le musée de Nicosie, et que nous reproduisons ici (pl. I, 1).

  • 21 Une série d’exemples occidentaux de chapiteaux de ce type dans Roncz., Variantes et Roncz., Röm. Ka (...)
  • 22 Nécropoles d’Alexandrie. E. Breccia, Cat. général des antiquités égyptiennes, Le Caire, 1912, Pl. X (...)

19Le second type est fréquent en Occident21, et encore en Égypte22.

  • 23 Archäol. Anzeiger, 1925, p. 164.

20Quant aux chapiteaux à bustes nous n’en saurions guère citer, en dehors de la Nabatène, que des exemples occidentaux23. Mais à vrai dire aucun de ceux que nous connaissions n’est vraiment comparable aux étranges spécimens qu’en offre l’art nabatéen.

21Ces trois catégories sont représentées, en Syrie et en Arabie, par les exemples suivants :

A) Chapiteaux à crosses médianes :

  • 24 PAES, II, A. 1; Roncz., Hasne, p. 63-66, fig. 17-19.

     1. Château d’Arak el-Emir24.

  • 25 Weig. 14, p. 41, fig. 1.

     2. Mosquée de Baalbek (remploi)25.

B) Chapiteaux à motifs végétaux :

I. A fleur centrale :

  • 26 Baalbek, I, p. 27 et pl. VI.

     1. Chapiteau du pavillon de la canalisation de Baalbek26.

  • 27 Nous reproduisons ici trois petits chapiteaux (pl. I, 2 ; II, 1 ; III, 1) qui représentent assuréme (...)

II. A enroulements : chapiteaux de Pétra27:

  • 28 Roncz., Hasne, p. 40-55, fig. 1-10 et 29-31.

     1. Hasné, grand ordre du rez-de-chaussée (deux rangs de feuilles)28.

  • 29 Ibid., p. 56-60, fig. 11-16.

     2. Hasné, ordre des portes latérales du rez-de-chaussée et ordre de l’étage (un rang)29.

  • 30 Petra, p. 47, fig. 40-41. – Roncz., Variantes, p. 171, fig. 69; Roncz., Hasne, p. 90, fig. 39. (...)

     3. Thermes (un rang)30.

  • 31 Petra, p. 53, fig. 46; Roncz., Hasne, p. 89, fig. 38.

     4. Porte monumentale (un rang)31.

  • 32 Brünnow u. v. Domaszewski, Provincia Arabia, I, no 766, p. 388; fig. 192 et 435; Roncz., Hasne, p.  (...)

     5. Tombeau (un rang)32.

  • 33 Petra, p. 61.

     6. Kasr Firaoun (deux rangs ?)33.

  • 34 Ibid., p. 43.

     7. Temple périptère (deux rangs ?)34.

  • 35 Brünnow u. v. Domaszewski, Provincia Arabia, I, p. 137 s.
  • 36 Jaussen et Savignac, Mission arch. en Arabie, I, p. 307 s.
  • 37 PAES, II, A. 4, p. 236 et 239.
  • 38 Temple Sud (PAES, II, A. 6, p. 394, fig. 341). Comme l’a reconnu Vogüé, il y a près de cinquante an (...)

22À cette famille se rattache, en outre, la vaste catégorie des chapiteaux dits « nabatéens » de Pétra35, de Médaïn-Saleh36, de Bosra37, de Si‘38.

  • 39 Un certain nombre de chapiteaux étroitement parents de ceux-ci, mais qui doivent être cependant reg (...)

C) Chapiteaux à bustes39 :

  • 40 PAES, II, A. 6, ill. 326, 1 (d’après Vogüé) et pl. XXVIII ; ills. 336 et 337.

     1. Si‘ : chapiteaux des temples dits de Baalshamîn et de Dusarès40.

     2. Salkhad : un chapiteau isolé (pl. III, 2).

     3. Soueida : un chapiteau isolé, remployé dans une maison (pl. IV, 1).

23Ce tableau donne la répartition géographique de nos trois groupes de chapiteaux. Le groupe A n’est représenté que par deux témoins isolés, dont le plus septentrional se trouve encore dans la Syrie du Sud. Les chapiteaux du groupe B II, qu’ils soient en feuilles ou seulement épannelés, sont généralement localisés dans une région qui, entre Médaïn-Saleh au Sud et Si‘ au Nord, répond assez exactement an royaume nabatéen dans sa période de plus grande extension ; quant aux chapiteaux B I, ils appartiennent encore, fait notable, à la Palmyrène et à la région libanaise, c’est-à-dire à la Syrie du Sud. Enfin les chapiteaux du groupe C sont particuliers à un petit district du Nord de la Nabatène, l’actuel Djebel Druze.

  • 41 Nous nous réservons d’exposer ailleurs les arguments, fragiles à la vérité, qu’on peut alléguer en (...)

24La parenté qui unit l’art des pays du Jourdain et de la Syrie méridionale à l’art alexandrin est bien attestée par les chapiteaux des groupes A et B II. Il n’en est pas de même des chapiteaux du groupe C. Ceux-ci appartiennent assurément à la même architecture « nabatéenne » où apparaissent les chapiteaux épannelés du groupe B ; ils sont employés en même temps que ceux-ci dans les temples de Si‘ ; mais il ne s’ensuit pas qu’ils dérivent de formes alexandrines, et l’art alexandrin n’offre rien qui les rappelle de près ou de loin. Il est vrai qu’ils n’ont de parallèles véritables nulle part. Si cependant il est une hypothèse probable sur leur origine, c’est, selon nous, celle qui les ferait dériver de la Phénicie41.

25Un fait capital, aperçu déjà par M. Weigand, ressort nettement de cette sommaire revue des types hétérodoxes du chapiteau corinthien de Syrie : c’est que le domaine de ces types (au moins dans l’état actuel de nos connaissances) se réduit à la Syrie méridionale, tandis que l’on n’en connaît aucun exemple dans la Syrie septentrionale.

II. - Les formes anciennes du chapiteau normal

26Nous disposons, pour la connaissance des formes anciennes du chapiteau normal en Syrie, des documents suivants :

     A) Les chapiteaux du sanctuaire de Bêl à Palmyre.

     B) Quelques chapiteaux isolés.

     C) Certains chapiteaux du grand temple de Baalbek, dont M. Weigand a signalé déjà les remarquables particularités.

27Nous allons étudier successivement ces trois catégories.

A. Chapiteaux du sanctuaire de Bêl à Palmyre42

  • 42 Le sanctuaire de Bêl est essentiellement constitué d’une vaste cour carrée, entourée d’une enceinte (...)
  • 43 Ainsi que les petits chapiteaux de la niche qui orne le panneau occidental de la façade du thalamos (...)

28Les chapiteaux du sanctuaire de Bêl peuvent être classés par leur style en trois groupes : a) les chapiteaux des six colonnes engagées dans la façade du thalamos Sud de la cella43 ; b) les chapiteaux des portiques bas de la cour, et ceux des pilastres de l’extrémité Nord du portique haut ; c) les chapiteaux du portique haut de la cour (à l’exception de ceux qui viennent d’être cités) et ceux du propylée.
Le sanctuaire de Bêl offre une série d’inscriptions qui sembleraient devoir apporter un grand secours au problème de la datation de ses diverses parties. Ce sont :

  • 44 Syria, XIV, 1933, p. 170.

     1. Une inscription qui nous informe que le temple a été voué en 32 de notre ère44.

  • 45 21 : CIS, II, 3915 ; 24 : Syria, XII, 1931, p. 122, no 4 ; 25 : ibid., p. 123, no 5 ; 28-29 : CIS, (...)

     2. Un groupe d’inscriptions honorifiques, gravées sur les colonnes des portiques bas, et dont les dates s’échelonnent entre 21 et 142 de notre ère45.

  • 46 Répert. d’Ép. Sém., 2154.
  • 47 CIS, II, 3914.
  • 48 Syria, XII, 1931, p. 119, no 3.
  • 49 Revue d’Assyriologie, XXVII, 1930, p. 45, no 31; Syria, XII, p. 117, no 2.

     3. Une inscription honorifique, datée de 167 sur une colonne du portique haut46 ; des inscriptions datées de 17547 de 19348, de 27249 dans le propylée.

  • 50 Ces lignes ont été écrites avant que je ne connusse celles où M. Weigand, après avoir noté que ces (...)

29En fait un seul de ces textes, le premier, donne une date quasi certaine pour le sujet qui nous occupe : le moment où ont été sculptés les chapiteaux du temple est, selon toute vraisemblance, très voisin de celui où le temple a été dédié. Pour les inscriptions des portiques et du propylée, dont la plupart ne concernent pas l’histoire du sanctuaire, elles devraient, semble-t-il, permettre au moins une conclusion, c’est que les colonnes et les murs où elles sont gravées sont antérieurs à la date qu’elles mentionnent. Or nous croyons pouvoir montrer que s’il en est ainsi dans le portique haut et dans le propylée, cette conclusion doit être rejetée pour les portiques bas50. Nous voudrions le prouver par l’examen des chapiteaux eux-mêmes.

  • 51 Ci-dessus, p. 103, note 4.

30Si l’on cherche à dégager des travaux de M. Weigand sur la décoration des monuments de Baalbek51 ce que l’on peut tenir pour acquis touchant l’évolution du chapiteau vitruvien de la Syrie romaine, l’on constate que cette évolution porte essentiellement sur quatre points : 1°l’ordonnance générale du chapiteau, et le rapport où sont entre elles ses trois zones ; 2° la tige du calice ; 3° la forme du calice ; 4° la recherche du relief, et les procédés employés pour l’obtenir.

311° Dès le début de l’époque impériale, conformément au canon de Vitruve, le rang supérieur des acanthes constitue nettement une zone en soi, intermédiaire entre la zone des fouilles inférieures et la zone des calices et des crosses. Pourtant la division horizontale en trois zones n’est pas encore rigoureuse. Les feuilles du rang supérieur ont encore leurs points de départ à la base même du chapiteau, comme celles du rang inférieur, entre lesquelles elles intercalent leurs tiges dans d’étroits intervalles. Avec le temps, ces intervalles iront se rétrécissant, et ne laisseront plus la place de sculpter les feuilles supérieures, lesquelles, de moins en moins longues, naîtront de plus en plus haut, finalement presque au niveau du sommet des feuilles inférieures. Alors l’intervalle qui séparait les feuilles inférieures se réduit à rien ; les feuilles se soudent par les extrémités de leurs indentations, ce qui a pour effet un étagement de vides triangulaires, qui annonce déjà l’aspect de certains chapiteaux byzantins. En même temps, par une tendance des éléments inférieurs de la décoration à s’étendre vers le haut, les éléments supérieurs, calices et crosses, sont comme comprimés contre la tranche inférieure de l’abaque, et s’étiolent, resserrés sous elle.

322° La tige du calice, forte, souvent cannelée dans les exemples anciens, cesse d’être cannelée, s’amincit, se raccourcit, se réduit à une sorte de bourrelet informe, disparaît.

  • 52 En soi l’allongement en hauteur n’est pas l’indice d’une date. Les chapiteaux des tours de Jambliqu (...)

333° Les calices, bipartis, et qui le resteront, sont d’abord largement ouverts. Ils s’allongent ensuite en hauteur52, et se ferment. Dans leur axe vertical les deux feuilles qui les constituent se soudent par les extrémités de leurs indentations, en sorte que ces axes sont marqués par l’étagement de trois, de quatre vides triangulaires. Par la suite les tendances envahissantes des éléments inférieurs du chapiteau ne laisseront plus de place à un tel développement en hauteur. Les calices reviendront à des formes plus étalées. Mais resserrés, atrophiés, ils ne retrouveront pas l’harmonieuse ampleur de ceux du premier siècle.

  • 53 Cette particularité est décrite comme suit par M. Weigand : « der Ueberfall… erfasst… später… nur d (...)
  • 54 Dans un chapiteau probablement inédit de Bosra.

344° Le relief des divers éléments de la décoration est d’abord assez faible. Les acanthes, les crosses vigoureuses sont étroitement collées au calathos. Plus tard une recherche croissante des contrastes de la lumière et des ombres dégage feuilles et crosses, porte en avant le haut de la feuille, la détache dès la moitié de sa hauteur du calathos qui la supporte ; en brise parfois l’extrémité, qui pend alors verticalement, comme fanée53 ; en accentue le relief par l’importance croissante qu’elle donne à une profonde rainure dans l’axe de chacune des folioles. Les crosses se détachent dans l’espace, et l’on aperçoit dans leur claire-voie, sur un second plan, le rebord du calathos. Une tendance à la richesse, aux formes fleuries est sensible dans le fleuron de l’abaque, dans les ornements additionnels, petites feuilles, rosettes, aigles même54, qui prennent place dans les interstices laissés entre les éléments habituels de la décoration, et où apparaissait auparavant la surface nue du calathos. Plus tard encore, avec la décadence de la sculpture, le relief accentué, le fouillé, qui sont des difficultés techniques, disparaissent ; les éléments de la décoration, les crosses (mais menues, dépouillées de leur vigueur), les feuilles (mais anguleuses, privées de toute souplesse) se serrent à nouveau contre un calathos dont la forme cylindrique va se perdant.

35En résumé, d’un chapiteau sans grand relief, aux formes à la fois vigoureuses, harmonieuses et discrètes, on passe progressivement à des formes fouillées, pittoresques, touffues, pour aboutir au iiie siècle à un chapiteau aux crosses et aux calices atrophiés, à l’aspect général brouillé, anguleux, figé, et à nouveau sans grand relief.

36Ce qui précède donne une signification chronologique claire à la plupart des traits par lesquels les divers groupes de chapiteaux du sanctuaire de Bêl se distinguent entre eux.

  • 55 Weig. 24, p. 95.
  • 56 C’est ce que M. Weigand lui-même, dans sa récente étude (Palmyra, p. 155) ne reconnaît pas, faute s (...)
  • 57 Ci-dessous p. 123.
  • 58 Celui d’une colonne honorifique (Cantineau, Inventaire, II, 2 ; CIS, II, pl. V, 1).
  • 59 Cf. le chapiteau de Djérach, daté de 162 (Weig. 14, fig. 20), et le chapiteau de Sanamein, daté de (...)

37Les chapiteaux du portique haut et du propylée (c) sont très fouillés (pl. IV, 2 ; V-VI ; VIII, 1). Les acanthes ont les axes de leurs folioles soulignés de rainures profondes. Les feuilles du rang supérieur qui naissent au niveau de la deuxième ou même de la troisième foliole des feuilles inférieures, les crosses d’angle, les angles de l’abaque sont fortement portés en avant. L’extrémité ajourée du plan presque horizontal que forme le sommet de la feuille pend verticalement, comme fanée, brisée. Les crosses, même les crosses médianes, sont des nervures de pierre aux volutes ajourées, qui se détachent comme une dentelle devant le calathos dont la belle forme, cylindrique en bas, évasée en haut, reste cependant sensible encore derrière cette décoration. La tige du calice est très courte, parfois même masquée par des éléments secondaires, petites feuilles, rosettes, ou par les folioles inférieures des feuilles supérieures, qui, soudées entre elles, déterminent au-dessus de l’axe des feuilles inférieures un étagement de vides. Les calices sont très allongés en hauteur, et fermés ; dans leur axe s’étagent trois, quatre vides triangulaires. Le fleuron de l’abaque est souvent d’une grande richesse. Tous ces caractères nous ramènent vers le milieu de l’évolution que nous venons de retracer. Les particularités des chapiteaux du portique haut reproduisent fidèlement celles du groupe si exactement décrit par M. Weigand à propos des chapiteaux du temple rond de Baalbek55 et qu’il place entre 120 et 15056. Ce sont plutôt les environs de cette seconde date que nous adopterions ; non pas que l’inscription de 166/167 conservée dans le portique haut nous paraisse un argument en faveur d’une date basse, puisque enfin elle n’offre qu’un terminus ante quem, mais les chapiteaux de Palmyre qu’on peut dater avec certitude des premières années du second siècle présentent encore des formes notablement moins évoluées57. Ce n’est pas avant 139 que l’on trouve un chapiteau qui s’apparente étroitement à ceux que nous venons d’étudier (pl. IX, 1)58. Par ailleurs la comparaison avec les chapiteaux datés de la seconde moitié du second siècle est instructive59 : elle montre, comme on s’en convaincra facilement, qu’il n’est pas possible de placer aussi tard sinon ceux du propylée, au moins ceux du portique haut.

  • 60 Ce chapiteau est plus petit que ceux des colonnades. Quelque incertitude pèse sur les circonstances (...)
  • 61 En partant de l’Ouest, et sans compter la colonne engagée par laquelle se fait le raccord du portiq (...)
  • 62 Ce détail, quoique peu visible sur notre photographie, est constant dans les feuilles du premier ch (...)

38Comparés avec les chapiteaux que nous venons de décrire (groupe c), ceux des portiques bas (groupe b, pl. VI, 1, 2 ; VII-VIII ; X, 2 ; XIII, 1) paraissent très différents. Le relief en est beaucoup moins marqué ; les feuilles, les crosses non ajourées et vigoureuses sont collées au calathos. L’extrémité recourbée de la feuille est plus massive. L’envers de la feuille, visible sur cette extrémité, présente assez l’aspect d’un coquillage côtelé. Les tiges cannelées des calices, partout apparentes, sont plus longues. Mais il convient de marquer à l’intérieur même de ce groupe de chapiteaux (notre groupe b) certaines subdivisions intéressantes. Nous y distinguerons deux types. Le premier (b 1) a pour représentants les chapiteaux des pilastres du mur Nord de l’enceinte (pl. V, 2) et un chapiteau trouvé dans le portique Nord (pl. XIII, 1)60, et, par une singularité que nous tenterons d’expliquer, le premier chapiteau de la façade du portique Sud (pl. VI, 1 et 2)61. Le second (b 2) comprend les chapiteaux des pilastres et des colonnes du portique Sud (pl. VII, 1 et 2) ceux des pilastres et des colonnes du portique Est (pl. X, 2), ceux de l’extrémité Nord du mur Ouest (pl. VIII, 1), auxquels il faut joindre le chapiteau du pilastre qui termine à l’Ouest le mur Nord (pl. VIII, 2). Aux feuilles raides du second de ces types, à ses contours anguleux où des rainures ne soulignent pas seulement la tige de la feuille mais aussi l’axe de chacune des folioles, le premier oppose une acanthe aux contours arrondis, aux folioles souples où la rainure axiale n’apparait pas encore. Dans le premier type, le vide qui subsiste entre les folioles a la forme d’un petit œil, parfois souligné d’une ride à la base62 ; le calice n’a encore aucune tendance à se fermer dans le second, les vides s’agrandissent, s’allongent surtout, se font parfois triangulaires ; la petite ride a disparu ; le calice commence à se fermer, et déjà dans son axe deux vides se superposent.

  • 63 Deux vides déjà dans l’axe vertical du calice, alors que les calices des chapiteaux du mur Nord et (...)
  • 64 Le seul de ce mur qui soit conservé in situ.
  • 65 Voir la publication allemande, Palmyra, p. 19-20.
  • 66 CIS, II, 4123 et 4123 bis.
  • 67 Ibid., 4134. Dans une comparaison des chapiteaux des deux tours, les détails suivants trahiraient l (...)
  • 68 CIS, II, 3955.
  • 69 L’argumentation par laquelle M. Weigand (Palmyra, p. 152) met en doute le témoignage de l’inscripti (...)

39Or, l’appréciation de la date de ces chapiteaux est facilitée par une circonstance heureuse : l’existence en dehors du sanctuaire de Bêl de monuments datés dont les chapiteaux offrent une série très analogue et comme parallèle à celle des chapiteaux des portiques bas. La comparaison des deux séries donne les résultats suivants : 1° les chapiteaux b 1 du sanctuaire de Bêl sont étroitement apparentés aux chapiteaux des tours funéraires de Jamblique et d’Elahbêl (pl. IX, 2 et X, 1) ; 2° un stade légèrement plus avancé63 est représenté par un chapiteau du mur oriental du sanctuaire (pl. X, 2)64 ; 3° les chapiteaux b 2 du sanctuaire de Bêl viennent ensuite ; 4° enfin, des chapiteaux encore plus avancés que ceux du type b 2 se trouvent dans la colonnade de la rue dite de Damas65 (qui, dans l’Ouest de la ville, longe la limite orientale du camp de Dioclétien) et dans le pronaos du temple de Baalshamîn (pl. XI, 1). Or, le tombeau de Jamblique date de 8366, celui d’Elahbêl de 10367, les colonnes de la rue de Damas au plus tard de 12968, le temple de Baalshamîn au plus tard de 13169. Si l’on en juge par le style, c’est donc approximativement entre 80 et 120 qu’il faudrait placer les chapiteaux des portiques bas du sanctuaire de Bêl.

  • 70 Syria, XIV, 1933, p. 196.
  • 71 M. Weigand, qui envisage cette éventualité (ci-dessus 115, note 50), admet des regravements de cett (...)
  • 72 Les conclusions de M. Cantineau (ibid., p. 202), sur lesquelles mon ignorance de l’araméen m’interd (...)

40Comment concilier ces résultats avec les inscriptions d’où paraissait résulter que les portiques bas étaient en construction dès le premier quart du premier siècle ? Les observations de M. Cantineau70 sur l’évolution de l’alphabet araméen à Palmyre sont venues à point pour résoudre cette apparente contradiction : par la forme de leurs lettres ces inscriptions ne seraient pas antérieures au début du second siècle, et l’on serait en présence de textes regravés71. La datation que nous venons de proposer ne rencontrerait donc plus d’obstacle72.

  • 73 Tout comme dans certains chapiteaux hétérodoxes, par exemple, Roncz., Hasne, p. 48,fig. 6 ; et p. 6 (...)
  • 74 M. Weigand (Palmyra,p. 154) note que l’astragale fait corps avec le chapiteau. En fait, le chapitea (...)
  • 75 C’est ainsi que les interprète M. Weigand, loc. cit.

41Nous en venons maintenant aux chapiteaux de notre groupe a, ceux de la façade du thalamos du temple de Bêl (pl. XI, 2), qui se rapprochent du chapiteau b 1 par plus d’un trait : leur acanthe présente la même petite ride, le même « œil » ; le point de départ des tiges des feuilles supérieures est à la base du chapiteau. Mais un contraste notable se marque, d’une part, dans une exécution moins soignée, d’autre part, dans les particularités suivantes : 1o de petites feuilles sont placées au niveau et dans l’intervalle des calices, aussi bien sur les faces du chapiteau (soit dans l’axe des fleurons) que sous les angles de l’abaque73 ; 2o les crosses médianes, timides et comme mal développées, ne supportent pas l’abaque et ne sont pas tangentes entre elles ; 3o l’astragale est fait d’un rang de perles74 ; 4o les acanthes ont leurs tiges élargies à la base, et les rainures peu marquées qui soulignent cette tige, et sur lesquelles se greffe le départ des folioles, s’écartent pour laisser entre elles une surface plane de forme allongée, à peu près triangulaire, dont la base repose sur l’astragale. Ces traits constituent des archaïsmes indiscutables75, et les trois premiers en particulier sont les témoins d’un temps où le chapiteau normal n’avait pas encore parcouru toute l’évolution, pas encore subi toutes les épurations, qui allaient en faire le chapiteau vitruvien.

42Reste à discuter un problème, celui que pose le premier chapiteau de la colonnade Sud. La présence d’un chapiteau du type b 1 dans cette colonnade où tous les autres chapiteaux sont du type b 2, et précisément au point où elle se raccorde avec le portique haut (chapiteaux c), est indéniablement un fait singulier. Nous voudrions suggérer un moyen plausible de l’expliquer.

  • 76 Le progrès de cette évolution, ci-dessus, p. 122-123, est tout à fait net dans les chapiteaux des p (...)
  • 77 Cette déviation est bien visible, aujourd’hui surtout que les maisons qui cachaient les bases des c (...)
  • 78 Cas très particulier : le retard, quand il se produit, est ordinairement de sens inverse : c’est un (...)

43Les différences que l’on constate à l’intérieur du groupe b admettent, nous semble-t-il, une interprétation simple : c’est que la décoration des portiques bas, commencée dans l’angle Nord-Ouest du péribole, s’est faite dans le portique Nord, vers l’Est ; dans le portique Est, dont les chapiteaux sont plus avancés, vers le Sud, où sont les chapiteaux les plus évolués76. Or, un fait paraît montrer que cette marche de la décoration ne fait que reproduire la marche de la construction même : le raccord maladroit par lequel se fait, dans l’angle Sud-Ouest, le contact des colonnades haute et basse. En ce point, le pilier d’angle qui termine au Sud la colonnade du portique haut et qui reçoit sur une demi-colonne engagée l’entablement de la colonnade basse, venant de l’Est, se trouve, par suite d’une erreur de mesure, n’être pas dans l’alignement de cette dernière. Pour compenser cette erreur, l’on n’a trouvé d’autre ressource que d’imprimer à l’entablement, entre la demi-colonne adossée au pilier et la dernière colonne du portique bas, une déviation77. Le recours à une solution aussi imparfaite ne se comprend que si la colonnade haute a commencé d’être construite par l’extrémité opposée en partant de l’angle Nord-Ouest du sanctuaire : c’est par le raccord manqué de l’angle Sud-Ouest que se seront terminés les travaux. Or, il est singulier que l’on trouve justement à cet endroit, qui serait le plus récent de l’enceinte, un chapiteau du type le plus ancien78. Il paraît bien probable que ce chapiteau est celui qui a servi de modèle pour tous les autres et qui n’a été mis en place que lorsque son rôle fut achevé, à la fin des travaux de construction de l’enceinte. Il est intéressant, pour préciser cette hypothèse, de comparer ce modèle présumé avec les plus anciens chapiteaux qu’il aurait inspirés, ceux des pilastres du portique Nord (pl. V, 2).

  • 79 Exemples anciens : pl. XI, 2 ; XII, 1 et 2 ; exemples du second siècle : pl. XI, 1 ; XIII, 2 ; XVI, (...)
  • 80 Ni en Égypte où les chapiteaux alexandrins sans calices ont toujours leurs crosses posées à plat su (...)
  • 81 Dans une série de chapiteaux que j’attribuerais au milieu du second siècle. Je tiens à remercier ic (...)
  • 82 Dans une colonnade (reproduite pl. XCIX des Antike Denkmäler aus Syrien publiés par ordre d’Ahmet D (...)
  • 83 C’est à une habitude sans doute héritée de l’époque hellénistique (cf. ci-dessous, p. 149, le chapi (...)

44Les différences que l’on distingue ne paraissent être que celles qui séparent naturellement du modèle les copies. Dans notre chapiteau-modèle, les crosses médianes sont disposées dans des plans obliques par rapport à la face qu’elles décorent, c’est-à-dire qu’elles forment entre elles un angle très prononcé, en forte saillie vers l’extérieur, et sous les enroulements de ces crosses, les feuilles intérieures des calices inclinent dans les mêmes plans leurs extrémités harmonieusement recourbées. Dans les chapiteaux du mur Nord, les crosses médianes forment bien aussi un angle entre elles, mais beaucoup moins prononcé : elles sont comme collées au calathos, ainsi que les feuilles des calices, dont les extrémités ne se retournent pas. Ces divergences ne peuvent être considérées comme des indices chronologiques, car des crosses médianes, des calices appliqués au calathos comme dans les chapiteaux du mur Nord, existent dans la majorité des chapiteaux à toutes les époques79 : les divergences en question sont bien plutôt le signe de traditions régionales différentes. Or, les particularités ci-dessus signalées du chapiteau-modèle n’existent, à ma connaissance, nulle part dans la Syrie méridionale ou centrale80, mais elles se trouvent, par contre, en deux endroits de la Syrie du Nord, où pourtant subsistent si peu d’édifices classiques : à Apamée81 et à Laodicée ad mare82. Dans ces conditions, nous ne trouverions pas invraisemblable que le chapiteau-modèle fût l’œuvre de quelque artiste de la Syrie du Nord, que les sculpteurs de Palmyre auraient reproduite en la déformant selon leur tempérament particulier, leurs habitudes, d’abord dans les chapiteaux du portique Nord83 (groupe b 1) puis, à mesure qu’avançait le temps, et conformément à l’évolution générale du chapiteau corinthien, dans les portiques Est et Sud. Les travaux étant au point de se terminer, on aurait fait l’économie du dernier chapiteau en utilisant le modèle.

45Quelle que soit la valeur de cette explication, nous ne doutons pas que ce dernier chapiteau de la colonnade Sud ne soit, avec ceux du mur Nord, le plus ancien chapiteau des portiques bas. Nous le mettrions, comme nous l’avons fait pour eux, dans les premières années de l’époque flavienne.

46La chronologie des trois parties du sanctuaire de Bêl, tout au moins pour ce qui est de sa décoration, s’établirait donc comme suit :

  • 84 Le sommet du mur Nord vient masquer la partie inférieure, entièrement achevée, du chapiteau termina (...)

     1° Décoration de la cella du temple sous Tibère (chapiteaux du groupe a, normaux, mais encore irréguliers au regard du canon vitruvien dans certains détails)84.

     2° Décoration des portiques bas de la cour dans le dernier tiers du premier siècle et dans les premières années du second (chapiteaux du groupe b, vitruviens).

     3° Décoration du portique haut de la cour sous Hadrien et sous Antonin le Pieux (chapiteaux du groupe c, vitruviens), et du propylée sous Marc-Aurèle et Commode.

B. Chapiteaux isolés de types normaux anciens

47Nous voudrions maintenant attirer l’attention sur quelques chapiteaux isolés que des archaïsmes analogues à ceux des chapiteaux du groupe a, ou du moins les particularités de leur style, obligent à placer soit à l’époque hellénistique, soit dans les débuts de l’époque impériale. Ces chapiteaux, au nombre de quatre, proviennent respectivement de Samarie (pl. XII, 1), d’Antioche (pl. XII, 2), de Palmyre (pl. XIV, 1) et de Kasr el-Heir (pl. XIV, 2). Chacun d’eux est très différent des trois autres. Nous ne nous attarderons pas à la description de dissemblances si manifestes. Notre raison de rapprocher cependant ces chapiteaux, c’est que tous quatre sont préflaviens ou au plus tard flaviens. Les traits où leur ancienneté se reconnait particulièrement sont pour chacun d’eux les suivants :

1o Chapiteau de Samarie85

  • 85 L’autorisation de publier ce document (d’après une photographie que nous devons à l’amabilité de M. (...)

48a) L’ordonnance des éléments de ce chapiteau est loin d’être vitruvienne. L’extrémité des feuilles supérieures dépasse de très peu celle des feuilles inférieures. C’est à peine si la zone des acanthes occupe la moitié du chapiteau qui, par là, est encore près des modèles hellénistiques.

  • 86 Cette forme rappelle assez celle que présente le chapiteau du monument de Laodice à Milet (Wiegand, (...)

49b) Les tiges des calices sont très différentes de tout ce que nous offre l’époque impériale. Vigoureuses, aussi larges à la base qu’à la naissance du calice, elles apparaissent cannelées ; mais peut-être seraient-elles mieux décrites comme un faisceau – retenu par un lien en forme d’anneau double – des nervures des feuilles qui, au-dessus de l’anneau, s’épanouissent dans le calice86.

50c) Les crosses médianes peu développées, qui ne devaient pas s’élever jusqu’à l’abaque et qui ne sont pas tangentes entre elles, sont assez comparables à celles du chapiteau a du sanctuaire de Bêl.

51d) L’acanthe présente une tige élargie à la base, semblable à celle du chapiteau a. L’extrémité retournée de la feuille est large et massive. Les vides en forme d’yeux, visibles même sur cette extrémité, sont petits, ronds, bien marqués et comme soulignés de deux traits parallèles, formes rustiques des petites rides des chapiteaux a et b 1 du sanctuaire de Bêl. Les divisions de la feuille sont très nombreuses. Les folioles de l’acanthe romaine, qui, en Syrie tout au moins, ne dépassent jamais le nombre de sept (trois de part et d’autre, plus l’extrémité recourbée de la feuille), sont une douzaine ici, dont trois à quatre rien que dans ladite extrémité. Il en résulte qu’elles sont beaucoup plus resserrées et constituées chacune d’une sorte de languette unique, bien différente de la foliole à indentations de l’époque romaine.

52e) De petites feuilles placées entre les calices, au milieu des faces du chapiteau, surmontent la feuille médiane du rang supérieur, tout comme dans les chapiteaux a du sanctuaire de Bêl.

2o Chapiteau d’Antioche

  • 87 Par l’absence de la petite ride qu’on pourrait attendre à la base des « vides », par la forme angul (...)

53Ce chapiteau, d’exécution médiocre, présente quelques analogies avec le chapiteau a du sanctuaire de Bêl. Les principales sont : 1o la position déjà resserrée des feuilles du rang inférieur, qui ne laissent aux tiges des feuilles supérieures qu’un très étroit espace par où atteindre la base du chapiteau ; 2o la petite feuille qui surmonte la feuille médiane du rang supérieur et s’oppose à l’épanouissement des feuilles inférieures des calices ; 3o les crosses médianes, un peu plus vigoureuses peut-être, et tangentes à l’abaque, mais non tangentes entre elles et disproportionnées au regard des crosses d’angle. Mais, en revanche, plusieurs particularités décèlent sans doute une date plus haute. La plus frappante est le volumineux faisceau de tiges qui supporte le calice, un peu de la même façon que dans le chapiteau de Samarie, mais sans l’anneau qui souligne la base du calice. Par l’absence de cet anneau, le calice apparaît plus nettement encore comme l’épanouissement du membre, végétal comme lui, et non pas encore architectural, qui le supporte. Les tiges cannelées des fleurons, l’aspect étriqué des folioles des acanthes, resserrées entre les renflements que forme le tissu de la feuille dans l’intervalle des folioles ; le dessin du « vide » auquel aboutit ce renflement87, l’astragale et l’extrémité du fût cannelé faisant corps avec le chapiteau, sont autant d’archaïsmes, même par rapport au stade représenté par le chapiteau a. La date la plus vraisemblable serait la fin du premier siècle avant notre ère.

3o Chapiteau de Palmyre88

  • 88 Les auteurs de la publication allemande, où le haut de ce chapiteau est reproduit (Palmyra, pl. 52 (...)
  • 89 Syria, XIV, 1933, p. 174 s.

54Ce chapiteau ne présente plus qu’un trait archaïsant : la petite feuille qui surmonte la feuille médiane du rang supérieur. Pour le reste, il montre d’étroites analogies avec le chapiteau b 1 du sanctuaire de Bêl : même position relative des deux rangs de feuilles, même dessin de l’acanthe, de ses folioles, de ses « yeux » soulignés d’une double ride, même tige cannelée, même développement harmonieux des calices où ne paraît encore aucune tendance à la forme fermée du second siècle. Or, notre chapiteau a été découvert au point de chute d’une colonne dont un tambour, encore in situ, porte une inscription honorifique trilingue de l’an 74 de notre ère89. L’érection de la colonne pourrait, il est vrai, être antérieure à cette date. En fait, nous ne croyons pas qu’il en soit ainsi : les aspects de ce chapiteau se rapprochent bien plus de celui du tombeau de Jamblique, daté de 82, que des chapiteaux a du sanctuaire de Bêl, datés de 32. Il doit être contemporain de l’inscription et les ressemblances qu’il présente avec les chapiteaux b 1 nous paraissent une confirmation de la date que nous avons proposée pour ces derniers.

4o Chapiteau de Kasr el-Heir (près Soukhné)90

  • 90 Mentionné par Gabriel, Syria, VIII, 1927, p. 318, fig. 12 (qui le regarde comme byzantin) et par Mu (...)

55C’est encore des chapiteaux a et b 1 du sanctuaire de Bêl qu’il faut rapprocher ce beau fragment. Dans l’un et dans l’autre, la tige cannelée du calice a la même forme évasée vers le haut ; dans l’un et dans l’autre, la tige de la feuille supérieure part de la base du chapiteau. Par la forme de sa tige, triangulaire à la base en sorte que les premières folioles sont comme repoussées vers la droite et vers la gauche, l’acanthe du chapiteau de Kasr el-Heir s’apparente à celle des chapiteaux a ; par la beauté de l’exécution, le dessin régulier des folioles, elle s’apparente aux chapiteaux du type b 1 ; par les « vides » presque circulaires, soulignés de petites rides, elle rappelle les uns et les autres. Ce fragment daterait du milieu du premier siècle.

56La chronologie la plus plausible de nos exemples anciens de la forme corinthienne normale serait, en résumé, la suivante :

57Chapiteau de Samarie : époque hellénistique. — Chapiteau d’Antioche : dernières décades du premier siècle avant notre ère. — Chapiteaux a du sanctuaire de Bêl : vers 32 de notre ère. — Chapiteau de Kasr el-Heir : avant le début de l’époque flavienne. Vers ce moment, le chapiteau de la colonne à l’inscription trilingue, et les chapiteaux b 1 du sanctuaire de Bêl. — Sous Domitien et sous Trajan, les chapiteaux des tombeaux de Jamblique et d’Elahbêl et les chapiteaux b 2 du sanctuaire de Bêl. — En 129, le chapiteau de la rue de Damas ; vers cette date, et pas plus tard que 131, ceux du pronaos du temple de Baalshamîn.

58La comparaison de ces chapiteaux permet les conclusions suivantes, touchant l’évolution de la forme normale :

591o Pour ce qui est de l’ordonnance, tous, sauf les deux premiers, présentent déjà cette division en trois zones d’importance à peu près égale qui est une caractéristique du chapiteau vitruvien. Le chapiteau d’Antioche, où les feuilles du rang supérieur dépassent à peine vers le haut la moitié du chapiteau, mais où la tendance à une division de la corbeille en deux couronnes de feuilles superposées est déjà nette, peut être considéré comme la dernière étape de l’évolution qui mène à l’ordonnance vitruvienne en trois zones. Cette ordonnance est de règle avant le milieu du premier siècle. Au cours du premier siècle la netteté de la division en trois zones s’accentuera par la disparition progressive de la tige que les feuilles supérieures poussaient dans la zone inférieure.

602o Une petite feuille existe dans les plus anciens de nos chapiteaux au-dessus de la couronne supérieure des acanthes et à hauteur des calices, dans chacune des faces, parfois aussi sous les crosses. La disparition de ce détail doit certainement être mise en rapport avec les modifications ci-dessus décrites de l’ordonnance du chapiteau, qui ont rendu moins nécessaire cette décoration secondaire en réduisant l’étendue de la zone des crosses. Elle se produit dans la seconde moitié du premier siècle : la petite feuille paraît encore dans le chapiteau à l’inscription trilingue, mais n’existe plus, à une exception près (pl. XIII, 1), dans les chapiteaux b, ni dans celui du tombeau de Jamblique.

613o Le calice, dont les exemples les plus anciens présentent une disproportion extrême entre la feuille d’angle et la feuille intérieure, prend dans le cours du premier siècle, un équilibre nouveau par le développement de cette dernière. La disparition de la petite feuille qui se plaçait entre les calices a seule permis ce développement. Le chapiteau de la colonne à l’inscription trilingue, où les feuilles médianes du calice sont déjà pleinement épanouies au-dessus d’une feuille secondaire de dimensions réduites, représente un stade de transition.

624o La disproportion, symétrique de celle des feuilles du calice, qui existe dans les chapiteaux les plus anciens entre des crosses médianes peu développées et de vigoureuses crosses d’angle, disparait vers le milieu du premier siècle. Très nette encore dans le chapiteau a, elle n’existe plus dans le chapiteau b, ni dans le chapiteau à l’inscription trilingue.

635o La tige du calice, vigoureuse et encore végétale dans nos exemples les plus anciens, prend au premier siècle un aspect architectural, s’amincit du bas, se raccourcit. Elle disparaîtra dans le cours du second siècle.

646o Le dessin de l’acanthe, enfin, subit de profondes transformations. La tige repose d’abord sur une large base triangulaire, qui ira s’effaçant. Les chapiteaux b 1, celui du tombeau de Jamblique, l’offrent encore atténuée, mais elle a disparu des acanthes des chapiteaux b 2, dans lesquelles les rainures axiales des folioles tendent parfois déjà à converger vers le milieu de la base de la feuille, au lieu de s’en écarter. Elles dessineront bientôt un V à la pointe tournée vers le bas, alors qu’au début du premier siècle elles en formaient un de sens contraire. Cette tendance s’accentuera dans le courant du second siècle.

65Les folioles à une ou deux indentations des chapiteaux de Samarie et d’Antioche se développent pour atteindre au plein épanouissement et à la forme la plus harmonieuse dans la seconde moitié du premier siècle au chapiteau de Kasr el-Heir, au chapiteau b 1, et au chapiteau à l’inscription trilingue. À ce stade les folioles s’accompagnent d’« yeux » ovales, soigneusement dessinés, et soulignés de petites rides. Mais bientôt les petites rides disparaissent : le dernier exemple s’en trouve dans certains chapiteaux du tombeau de Jamblique. Un peu plus tard, dans les premières décades du second siècle, les rainures sombres dans lesquelles va peu à peu se concentrer tout l’effet de relief, font leur apparition. En même temps, la feuille se fige : les contours se font anguleux, la division en folioles devient moins apparente. Elle le sera de moins en moins, car les « yeux », qui dans l’intérieur de la feuille marquaient cette division, vont perdant leur forme, deviennent eux aussi anguleux, s’allongent et déjà tendent à se confondre avec les rainures.

C. Chapiteaux de Baalbek

66Nous n’avons jusqu’ici fait état que très accessoirement des chapiteaux de Baalbek. Le moment est venu de comparer avec nos résultats, ci-dessus exposés, ceux des recherches de M. Weigand sur ces chapiteaux.

  • 91 Weig. 14, p. 44-45, p. 67 ; Baalbek, 1, p. 73. — Cette parenté porte M. Weigand à considérer lesdit (...)
  • 92 Ci-dessus, p. 109.
  • 93 Weig. 14, p. 49.
  • 94 Ibid., p. 62 s.

67Trois points essentiels y sont mis en lumière : 1o quelques-uns des chapiteaux du grand temple de Baalbek sont sans parallèle dans l’architecture romaine de la Syrie. Ce n’est pas qu’ils n’en aient ailleurs : fait surprenant mais indéniable, ils sont parents d’une série de chapiteaux augustéens de Rome ou de villes de l’Occident91. Le chapiteau du pavillon de la canalisation de Baalbek92 s’apparente lui aussi à des types occidentaux, tant par l’ordonnance de ses éléments que par les particularités de son acanthe ; 2o d’autres chapiteaux du grand temple sont tout différents. Leur acanthe est de ce type oriental qu’offrent tous les chapiteaux syriens, « du premier au troisième siècle93» ; 3o les chapiteaux du petit temple et ceux des cours présentent des formes intermédiaires : d’un chapiteau à l’autre toutes les nuances, toutes les combinaisons possibles des deux types sont réalisées94.

68Les recherches de M. Weigand l’amènent donc à reconnaître en Syrie, d’une part, au second siècle, un type du chapiteau normal nettement distinct du type occidental de la même période, d’autre part, au début du premier siècle, un chapiteau particulier à Baalbek, très analogue aux chapiteaux occidentaux du même temps. Cette observation a conduit M. Weigand à conclure que ce dernier chapiteau, élaboré à Rome, et exporté de Rome en Syrie, avait subi en Orient et en Occident une évolution différente, qui expliquait la dissemblance des chapiteaux orientaux et des chapiteaux occidentaux au iie siècle. Au contraire de cette théorie, nous pensons avoir montré par l’étude des chapiteaux de Samarie, d’Antioche, de Palmyre et de Kasr el-Heir, que le chapiteau vitruvien de Syrie est sorti, dans le cours du premier siècle de notre ère et par une évolution progressive, de chapiteaux plus anciens, orientaux eux aussi, ornés des huit paires de crosses issues de calices d’acanthes qui définissent la forme normale, et simplement archaïques au regard du canon vitruvien.

  • 95 Le seul chapiteau syrien qui puisse en être rapproché — non par l’âge, car il n’est certainement pa (...)
  • 96 Weig. 14, p. 43: ein ganz schmaler Fieder mit gewellten Rändern.
  • 97 Certaines expressions de M. Weigand (Weig. 14, p. 63 : les formes mixtes de Baalbek stellen eben ei (...)

69Dans cette évolution, telle que nous la présentons, le chapiteau de Baalbek n’a pas sa place95. Ceux des chapiteaux étudiés qui doivent en être approximativement contemporains, comme les chapiteaux a et b 1 du sanctuaire de Bêl, le chapiteau de la colonne à l’inscription trilingue, et celui de Kasr el-Heir, en diffèrent tout autant que ceux du second siècle, et l’on n’y retrouve en aucune façon les traits spécifiquement occidentaux de l’acanthe de Baalbek, la tige aux rebords ondulés qui souligne l’axe vertical de la feuille96, ces folioles si remarquables constituées chacune par une seule surface concave. Il est vrai qu’il existe à Baalbek même des formes intermédiaires entre les types occidentaux et les types orientaux, mais l’existence de ces formes ne suffit pas à prouver que les seconds types soient sortis des premiers. Elles ne sont rien de plus que des formes de contamination, qui montrent ce qu’a été la dégénérescence de la forme occidentale transplantée en Syrie, son absorption par le milieu oriental97.

70Il est vrai d’autre part que le premier chapiteau normal daté que nous connaissions en Syrie (le chapiteau a de Palmyre) ne se place que vers la fin du règne de Tibère et que l’intervalle qui sépare cette date des dates vraisemblables des chapiteaux hellénistiques de Samarie et d’Antioche correspond précisément à la période à laquelle M. Weigand attribue le chapiteau de Baalbek. Le chapiteau encore archaïque de l’époque de Tibère ne nous étant connu, somme toute, que par un seul monument, il se pourrait qu’on eût là une forme périmée, conservée en ce lieu écarté qu’est Palmyre. Les archaïsmes ayant disparu des chapiteaux suivants, leur disparition et le caractère désormais vitruvien du chapiteau normal, pourraient être regardés précisément comme les signes d’une influence de l’Occident.

  • 98 La comparaison (Palmyra, p. 154) avec l’acanthe du temple de Castor à Rome (Weig. 14, fig. 6), qui (...)

71On peut opposer à cette vue une objection grave : la feuille du chapiteau a du sanctuaire de Bêl présente déjà les caractères de l’acanthe impériale orientale98. Si jamais elle procédait de la forme occidentale, l’évolution par laquelle elle se serait éloignée de cette origine se placerait singulièrement tôt.

72Mais surtout il est possible de remonter plus haut, jusqu’au temps même où les formes hellénistiques aberrantes survivaient encore dans la Syrie méridionale. Une série de chapiteaux nous permettent de saisir ces formes au moment où elles vont disparaître, de préciser comment s’est faite leur élimination : il y a eu dans certains cas un véritable envahissement des chapiteaux hétérodoxes par les formes normales. Or, comme on va le voir, ces chapiteaux de transition ne présentent rien qui de près ou de loin rappelle les formes occidentales.

III. - Les formes de transition

  • 99 Voyage en Syrie (en russe), p. 101, fig. 15, et p. 259, fig. 65.
  • 100 Nous devons à l’amabilité de M. Horsfield, directeur des antiquités en Transjordanie, la permission (...)
  • 101 Pa1myra, p. 89 et 153 ; pl. 52 c. — Mon appréciation de ces chapiteaux diffère de celle de M. Weiga (...)

73Ces formes paraissent dans les chapiteaux suivants : A) à Soueida : 1o les chapiteaux du temple (pl. XIV, 3 ; XV, 1 et 2 ; XVII, 1 et 2) ; 2o deux chapiteaux naguère publiés par Kondakoff99, et provenant d’un édifice voisin du temple (pl. XVIII, 1 et 2) ; 3o un chapiteau remployé dans une église (pl. XIX, 1) ; 4o un chapiteau du musée, de provenance inconnue (pl. XIX, 2). — B) À Djérach, un chapiteau retrouvé dans les ruines d’une église où il avait été remployé100 (pl. XX, 1). — C) À Palmyre, les chapiteaux (pl. XX, 2) d’un monument compris dans l’aire du castrum de Dioclétien101.

74De notables divergences les séparent :

751. Le chapiteau de Djérach et la plupart de ceux de Soueida sont ornés de bustes ; cette décoration fait défaut dans le chapiteau de Palmyre et dans quelques-uns de ceux de Soueida.

762. Certains chapiteaux de Soueida présentent des crosses médianes (chapiteau Kondakoff). Parfois ces crosses sont placées sur les bustes (chapiteaux du musée, certains chapiteaux du temple, l’une des faces de l’un des chapiteaux Kondakoff). Quelque bizarres qu’elles soient dans le chapiteau de Palmyre où elles ont l’aspect d’une sorte de ruban posé à plat sur le calathos, quelque minuscules qu’elles soient dans celui de Djérach, il est certain qu’elles y existent. Mais à Soueida, elles manquent au chapiteau de l’église, et à certains des chapiteaux du temple.

  • 102 Cf. par ex. Milet, I, 7, fig. 274 ; également Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 36, (...)

773. L’acanthe allongée, étroitement collée au calathos du chapiteau de Djérach et de celui de l’église de Soueida, rappelle encore certaines formes hellénistiques102. Celle du chapiteau de Palmyre se rapproche beaucoup du feuillage de certains chapiteaux normaux de la même ville. Enfin, l’on ne voit guère de parallèles à l’acanthe des chapiteaux du temple et du chapiteau Kondakoff.

784. Les éléments de nos chapiteaux sont très diversement ordonnés. Par exemple les extrémités des feuilles supérieures et inférieures sont très rapprochées dans les chapiteaux de l’église et du temple de Soueida ; disposition par laquelle ces chapiteaux se rapprocheraient des types hétérodoxes étudiés ci-dessus, ou des types anciens du chapiteau normal. Au contraire les extrémités des feuilles sont à des niveaux notablement différents dans les chapiteaux de Djérach, de Palmyre et dans le chapiteau Kondakoff de Soueida, où la tendance à une division en trois zones apparaît déjà clairement.

79Malgré ces différences ces chapiteaux ont cependant ceci de commun :

801. Tous présentent des traits archaïsants qui interdisent de les dater plus bas que le début du premier siècle de notre ère.

812. Surtout, si différents qu’ils soient des chapiteaux normaux auxquels nous sommes accoutumés, tous, à l’exception du chapiteau du musée de Soueida, offrent l’élément qui caractérise le chapiteau normal, le calice d’acanthes. En d’autres termes, nos chapiteaux sont à mi-chemin des types hétérodoxes étudiés ci-dessus et du chapiteau normal.

  • 103 Weig. 14, p. 42.
  • 104 Cf. Ibid., une particularité du chapiteau de la mosquée de Baalbek, expliquée de cette façon.

82On pourrait ne voir en eux que de simples formes de contamination. Les formes hétérodoxes, au moins celles de la famille d’Épidaure, et la forme normale coexistent dans le monde grec depuis le quatrième siècle103. Il n’y aurait rien de surprenant à découvrir des formes intermédiaires, des témoins de l’influence qu’auraient eue l’une sur l’autre deux séries destinées par ailleurs à poursuivre une évolution séparée104. Nous croyons que nos chapiteaux sont quelque chose de plus : des documents sur la façon dont s’est fait le passage des types hétérodoxes qui disparaissent au type normal qui devient exclusif, sur la façon dont le second a éliminé les premiers.

83Isolons ce qui dans nos chapiteaux est étranger au type vitruvien : ce sont avant tout, dans la décoration des faces : 1o les bustes ; 2o la petite feuille qui surmonte la feuille médiane de la couronne supérieure des acanthes, tout comme dans certains exemples anciens du chapiteau normal. À l’exception du chapiteau Kondakoff, et y compris ceux mêmes de nos exemples qui possèdent des crosses médianes (chapiteaux de Djérach, de Palmyre) tous nos chapiteaux ont l’abaque porté sur quatre paires de crosses d’angle, et non sur huit paires de crosses.

84Examinons maintenant les traits « normaux » de nos chapiteaux, soit la tige et la feuille du calice, ainsi que les crosses médianes ; dans presque tous les cas ces traits nous apparaîtront comme des éléments secondaires au regard de ceux que nous venons d’étudier. Souvent il semblerait qu’on n’ait en vérité pas su où les placer : ainsi en va-t-il de ces toutes petites crosses médianes qui apparaissent sous le buste du chapiteau de Djérach ; des feuilles des calices dans les chapiteaux de l’église et du temple de Soueida, décoration à peine visible du calathos derrière une puissante feuille médiane ; enfin, de ces crosses médianes si bizarrement superposées aux bustes dans le chapiteau du musée de Soueida, dans certains chapiteaux du temple, et sur la quatrième face du chapiteau Kondakoff. S’il en est ainsi, c’est que ces éléments, qui dans le chapiteau vitruvien, forment à eux seuls la décoration de la partie supérieure des faces du chapiteau, trouvent ici un obstacle à leur développement : précisément les éléments non-vitruviens. Nos chapiteaux sont d’un temps où déjà des crosses médianes issues d’un calice à tige cannelée apparaissent comme des éléments indispensables du chapiteau corinthien, et où pourtant se conserve encore l’habitude de faire porter l’abaque sur quatre paires de crosses et non point sur huit, ou bien de décorer les faces du chapiteau de feuilles supplémentaires, de bustes. Les bizarreries de nos chapiteaux résultent de ce qu’ils juxtaposent des éléments qui ne sont pas faits pour être juxtaposés. Dans les chapiteaux de Soueida, il faut naturellement porter au compte de la barbarie nabatéenne la maladresse avec laquelle ont été réalisées ces juxtapositions. Mais c’est précisément là ce qui fait l’intérêt de ces chapiteaux : dans un milieu plus hellénisé, le sculpteur eût trouvé le moyen de concilier ses habitudes, qui le portaient à dessiner un chapiteau à personnages, avec son désir d’être moderne, qui l’inclinait à doter son œuvre de crosses médianes, autrement qu’en plaçant celles-ci sur la poitrine de ceux-là. Il aurait compris que les crosses médianes ne devaient plus désormais surgir derrière le buste central, mais du calice. La naïveté avec laquelle il a combiné le neuf et le vieux fait bien saisir le caractère de sa création, qui est celui d’une somme disparate.

85Nos chapiteaux de transition présentent la trace manifeste d’une évolution : nous voudrions, avant de conclure, essayer de la reconnaître.

86Les plus anciens doivent être celui de la basilique de Soueida, et celui de Djérach. Non seulement la décoration de la face y est encore essentiellement constituée par l’élément hétérodoxe, par les bustes, mais, comme nous l’avons dit, les corbeilles d’acanthes, aussi bien par leur ordonnance que par la nature de leurs feuilles, sont encore loin de présenter les aspects de l’époque romaine.

87Dans le chapiteau de Palmyre, comme dans les précédents, l’élément non vitruvien, ici la feuille médiane supplémentaire, sur laquelle prend appui la forte tige du fleuron, forme l’ornement principal de la face, derrière lequel les crosses sont reléguées à l’arrière-plan. Mais le calice avec ses grandes feuilles d’angle est infiniment plus développé, et la disposition de la corbeille d’acanthes, le dessin de la feuille, font penser déjà aux chapiteaux impériaux.

  • 105 Pl. XI, 2 et XIV, 1. La coexistence d’une acanthe relativement aussi avancée que celle du chapiteau (...)

88Enfin, sept des faces des deux chapiteaux Kondakoff offrent un stade encore plus avancé : elles ont pour décoration essentielle des calices bipartis, d’un mouvement analogue à celui des calices palmyréniens, du milieu ou de la fin du premier siècle, et de vigoureuses crosses médianes qui supportent l’abaque tout comme les crosses d’angle. L’élément secondaire est la feuille médiane supplémentaire, qui s’est tellement atrophiée qu’elle ne gêne plus l’épanouissement des calices. L’évolution particulière de cet élément est en tous points comparable à celle que nous avons retracée à Palmyre dans le chapiteau normal ancien, à celle par exemple qui sépare le chapiteau a du sanctuaire de Bêl du chapiteau à l’inscription trilingue105.

  • 106 Weig. 24, p. 81.
  • 107 Ibid., fig. 2 ; reproduit ici (pl. XIV, 3).

89Un monument, le temple de Soueida, nous offre comme un raccourci de cette évolution. Nous avons fait allusion déjà aux délais que parait avoir souffert parfois la décoration des édifices religieux. Si l’on admet106 que le temple de Soueida est une construction de la fin du premier siècle avant notre ère, l’on datera de cette époque le chapiteau que publie M. Weigand107, et où les éléments normaux, à peine reconnaissables tant ils sont défigurés, ne consistent que dans le calice et sa tige, et ne tiennent pas plus de place que dans le chapiteau de Djérach ou dans celui de 1’église de Soueida. Un second stade nous montre des chapiteaux peu différents à première vue, mais auxquels pourtant un élément s’est ajouté : les crosses médianes qui figurent sur le buste (pl. XVII, 1 et 2.). Dans un troisième stade enfin il n’y a plus de bustes : les crosses médianes s’y sont substituées (pl. XV, 1 et 2). À vrai dire un examen attentif montre qu’elles sont établies sur une sorte de bosse. Cette particularité, ne peut guère s’interpréter que d’une façon : c’est que les crosses ont pris la place qui, dans ce chapiteau même, avait été prévue pour un buste. Entre l’épannelage du chapiteau, contemporain de l’édification du temple, et l’achèvement de sa décoration, la mode aura changé, la forme corinthienne normale se sera imposée, et c’est ainsi que du bossage d’un chapiteau destiné à être exécuté comme l’avaient été ceux du premier stade, on se sera efforcé de tirer un chapiteau normal. La date très tardive du chapiteau se reconnaît en particulier à l’aspect des acanthes, dont les contours anguleux, le relief marqué uniquement par des rainures, forment un contraste complet avec l’acanthe des chapiteaux du premier stade. Si, par ailleurs, notre chapiteau présente des traits qui s’accordent fort mal avec une date basse, des feuilles supérieures qui naissent de la base même du chapiteau et dont les extrémités dépassent à peine celles des feuilles inférieures, c’est que ces traits sont déterminés par l’épannelage, qui remonte, lui, à une date haute.

Conclusion

  • 108 Weig. 24, p. 81.

90Dans les dernières décades du premier siècle avant notre ère, une transformation profonde se fait dans l’architecture classique. Au goût des combinaisons inédites, à la fantaisie, à l’extrême liberté, qui avaient été la tendance de la création artistique dans ce siècle des révolutions de l’Occident et de la complète désagrégation des états grecs de l’Orient108, succède sous Auguste un retour à l’ordre, à la règle. Ce mouvement, dont le De Architectura de Vitruve est l’expression littéraire, se traduit dans les monuments par l’emploi de proportions strictes, par une épuration qui est aussi un appauvrissement du répertoire des formes.

91À la même époque Auguste rend, dans le domaine politique, l’ordre et la paix au monde romain.

92Il est tentant d’attribuer à Rome aussi le retour à l’ordre dans l’art. Nous l’avons dit, c’est la solution de M. Weigand. Le néo-classicisme de l’âge d’Auguste est pour lui chose romaine. Les deux grands rétablissements, le politique et l’artistique, ont les mêmes auteurs, les maitres de Rome. Rome assure sa puissance par la création de colonies, comme Béryte et Héliopolis en Syrie, et celles-ci seront les intermédiaires par lesquels elle établira la suprématie de son art. La discussion d’une thèse de cette importance dépasse infiniment le cadre de notre étude.

93Nous espérons cependant avoir montré que, sur un point, — mais sur un point dont M. Weigand fait à vrai dire l’un de ses principaux arguments — cette thèse doit être soumise à révision : on peut douter que le chapiteau corinthien impérial de la Syrie, de la Palestine et de l’Arabie, ait bien une origine occidentale. Tous les stades de l’épuration par laquelle le chapiteau vitruvien est sorti des formes plus anciennes du chapiteau normal, tous les stades de l’évolution au cours de laquelle il a supplanté les formes hétérodoxes, nous les avons reconnus dans les monuments de ces régions. Les formes de Baalbek se comportent dans cet ensemble comme un corps étranger, de même que la colonie d’Héliopolis dans le milieu syrien.

  • 109 Sinon plus tôt. Ce qui m’inciterait surtout à la prudence en cette matière, ce sont les éléments av (...)
  • 110 El-Hegra. Les derniers chapiteaux nabatéens datés sont de l’an 75 (Jaussen et Savignac, Mission arc (...)
  • 111 Tombeau de Sextius Florentinus : Brünnow und Domaszewski, Provincia Arabia, 1, p. 382, n° 763 ; Ron (...)
  • 112 Ci-dessus, p. 107.
  • 113 Ci-dessus, p. 134.
  • 114 Du type b 1 : ci-dessus, p. 129.
  • 115 Ci-dessus, p. 129.

94Sans doute, ce mouvement est parallèle aux progrès de la domination romaine. Il est frappant de constater que le chapiteau normal, en Syrie, règne sans partage dès le milieu du ier siècle109, alors qu’en Arabie les formes hétérodoxes restent d’un emploi courant jusqu’à l’époque flavienne au moins110 et apparaissent isolément plus tard encore111. Mais nous ne pensons pas que ce parallélisme oblige à voir dans le chapiteau vitruvien une forme occidentale. Nous avons noté, en effet, dans notre revue des chapiteaux hétérodoxes112, que ceux-ci n’étaient pas représentés, jusqu’ici, dans la Syrie du Nord. D’autre part, un chapiteau au moins, celui d’Antioche113, témoigne de l’ancienneté relative de la forme normale dans cette région. Enfin, le chapiteau-modèle de Palmyre114, qui est sans doute le plus ancien chapiteau véritablement vitruvien que l’on ait dans cette ville, présente quelques particularités115 étrangères à la tradition palmyrénienne et à celle de la Syrie du Sud, mais vraisemblablement communes dans la Syrie du Nord.

  • 116 Ci-dessus, p. 112.
  • 117 Delbrück, Hellenistische Bauten in Latium, 2, p. 163.

95S’il fallait présenter une hypothèse, la suivante nous paraitrait la plus plausible. À l’époque hellénistique, la parenté qui lie les formes alexandrines à celles de la Syrie du Sud116 ne s’est pas étendue aux formes de la Syrie du Nord. Les architectes de cette région ont dû user du chapiteau normal. C’est là, c’est à Antioche, qu’il est apparu d’abord en Syrie117, soit qu’il y ait pris naissance, soit qu’il y soit venu d’Anatolie. C’est là qu’il a pris, ou repris, vers le temps d’Auguste, sa forme classique, d’où sont dérivés par la suite tous les chapiteaux de la Syrie romaine, forme qui ressemble à la forme vitruvienne de Rome par la disposition et la nature de ses éléments, mais qui en diffère dès l’abord par le dessin de l’acanthe. C’est de cette région, la plus hellénisée de la Syrie, qu’il se sera propagé en même temps que la domination des Romains, sauveurs de l’hellénisme, vers la Syrie du Sud et vers l’Arabie.

Annexes

Pl. I Chapiteaux corinthiens

Pl. II Chapiteaux corinthiens

2. Palmyre. Fragment.

2. Palmyre. Fragment.

Pl. III chapiteaux corinthiens

1. Édifice indéterminé à Palmyre.

1. Édifice indéterminé à Palmyre.

Pl. IV Chapiteaux corinthiens

2. Portique ouest du sanctuaire de Bêl à Palmyre.

2. Portique ouest du sanctuaire de Bêl à Palmyre.

Pl. V Chapiteaux du sanctuaire de Bêl à Palmyre

1. Portique ouest.

1. Portique ouest.

2. Portique nord.

2. Portique nord.

Pl. VI Chapiteaux du sanctuaire de Bêl à Palmyre

1. Dernier chapiteau du portique sud.

1. Dernier chapiteau du portique sud.

2. Dernier chapiteau du portique sud.

2. Dernier chapiteau du portique sud.

Pl. VII Chapiteaux du sanctuaire de Bêl à Palmyre

1. Portique sud.

1. Portique sud.

2. Portique sud.

2. Portique sud.

Pl. VIII Chapiteaux du sanctuaire de Bêl à Palmyre

1. Angle nord-ouest.

1. Angle nord-ouest.

2. Angle nord-ouest.

2. Angle nord-ouest.

Pl. IX Chapiteaux de Palmyre

1. Clonne honorifique datée de 138.

1. Clonne honorifique datée de 138.

2. Tombeau de Jamblique.

2. Tombeau de Jamblique.

Pl. X Chapiteaux de Palmyre

1. Tombeau d’Elahbêl.

1. Tombeau d’Elahbêl.

2. Portique est du sanctuaire de Bêl.

2. Portique est du sanctuaire de Bêl.

Pl. XI Chapiteaux corinthiens

1. Pronaos du temple de Baalshamîn à Palmyre.

1. Pronaos du temple de Baalshamîn à Palmyre.

2. Thalamos sud du temple de Bêl à Palmyre.

2. Thalamos sud du temple de Bêl à Palmyre.

Pl. XII Chapiteaux corinthiens

Pl. XIII Chapiteaux de Palmyre

1. Chapiteau trouvé dans le portique nord du sanctuaire de Bêl.

1. Chapiteau trouvé dans le portique nord du sanctuaire de Bêl.

2. Temple de Baalshamîn. Mur arrière de la cella, vu de l’extérieur et du N.-O.

2. Temple de Baalshamîn. Mur arrière de la cella, vu de l’extérieur et du N.-O.

Pl. XIV Chapiteaux corinthiens

1. Palmyre. Colonne honorifique datée de 74.

1. Palmyre. Colonne honorifique datée de 74.

2. Kasr el-Heir.

2. Kasr el-Heir.

3. Temple de Soueida.

3. Temple de Soueida.

Pl. XV Chapiteaux corinthiens

1. Chapiteau du temple de Soueida.

1. Chapiteau du temple de Soueida.

2. Autre vue du même chapiteau.

2. Autre vue du même chapiteau.

Pl. XVI Chapiteaux corinthiens

Palmyre. Propylée du sanctuaire de Bêl (actuellement à l’intérieur du bastion arabe).

Palmyre. Propylée du sanctuaire de Bêl (actuellement à l’intérieur du bastion arabe).

Pl. XVII Chapiteaux de Soueida

Pl. XVIII Chapiteaux de Soueida

1. Chapiteau Kondakoff.

1. Chapiteau Kondakoff.

2. Chapiteau Kondakoff.

2. Chapiteau Kondakoff.

Pl. XIX Chapiteaux corinthiens

1. Soueida, église.

1. Soueida, église.

2. Musée de Soueida.

2. Musée de Soueida.

Pl. XX Chapiteaux corinthiens

2. Palmyre, près de l’édifice de Dioclétien.

2. Palmyre, près de l’édifice de Dioclétien.

Notes

1 Les abréviations suivantes désigneront quelques ouvrages fréquemment cités :
AAES : American Archaeological Expedition to Syria in 1899-1900, New‑York, 4 v., 1903‑1914.
Baalbek : Baalbek, Ergebnisse der Ausgrabungen u. Untersuchungen, 1898‑1905, herausgegeben von Th. Wiegand, 3 vol. , Berlin-Leipzig, 1921.
CIS : Corpus Inscriptionum Semiticarum.
PAES : Syria, Publications of the Princeton University Archaeological Expedition to Syria, 1904-1905, Leyden, 6 vol. , 1906-1930.
Palmyra : Palmyra, Ergebnisse der Expeditionen von 1902 u. 1917, herausgegeben von Th. Wiegand, Berlin, 2 vol. , 1932.
Petra : Wissenschaftliche Veröffentlichungen des deutschtürkischen Denkmalschutzkommandos, herausgegeben von Th. Wiegand, Heft 3,
Petra, Berlin-Leipzig, 1921.
Roncz. Variantes : K. Ronczewski, Variantes des chapiteaux romains, dans Acta Universitatis Latviensis VIII, Riga, 1923.
Roncz. M. d’Alex. : K. Ronczewski, Description des chapiteaux corinthiens et variés du musée d’Alexandrie, ibid. XVI, Riga, 1927.
Roncz. Röm. Kap. : K. Ronczewski, Römische Kapitelle mit pflanzlichen Voluten, dans Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 1931.
Roncz. Hasne : K. Ronczewski, Kapitelle des el-Hasne in Petra, ibid., 1932.
Weig. 14 : E. Weigand, Baalbek u. Rom, die römische Reichskunst in ihrer Entwickelung u. Differenzierung, ibid., 1914.
Weig. 24 : E. Weigand, Baalbek, Datierung u. kunstgeschichtliche Stellung seiner Bauten, dans Jahrbuch für Kunstwissenschaft, 1924.

2 En particulier AAES, II, chap. II, III, IX-XII ; PAES, II ; Roncz. Hasne ; S. B. Murray, Hellenistic Architecture in Syria, Princeton, 1917 ; Petra ; Baalbek.

3 E. Weigand dans Weig. 14 ; Weig. 24 ; et Palmyra, ch. XVI.

4 Weig. 14, p. 43-50, 58-63, 68-69, 88-89 ; Weig. 24, p. 80-83, 88-91, 94-97.

5 Elle ne l’est pas si bien que M. Weigand n’ait attribué au « début de l’époque impériale » un temple de Palmyre, qui pourtant, comme nous espérons le montrer ci-dessous p. 123, note 69, appartient incontestablement à ce siècle.

6 Weig. 24, p. 91: « während das erste Jahrhundert, das die östliche Form (des kor. Kapitells) schafft, nicht ganz eindeutig ist ; » cf. Palmyra, p. 156 : « Da die stilgeschichtliche Entwicklung der syrischen Architektur im Verlauf des ersten nachchristlichen Jahrhunderts wegen des Fehlens genau datierter Denkmäler noch durchaus ungeklärt ist, etc. ».

7 Roncz., Hasne.

8 Ci-dessous, p. 111, note 38.

9 Cette incertitude croissante à mesure qu’on remonte dans le temps n’est que le reflet d’une pauvreté croissante aussi de notre documentation. C’est un fait que les ruines gréco-romaines de la Syrie et de la Palestine, sinon de l’Arabie, appartiennent dans leur très grande majorité à l’époque qui s’étend de l’âge des Flaviens à celui de Dioclétien. Il en est ainsi de presque tous les édifices que datent des inscriptions ; cf. par exemple (PAES, II, B. p. 347), l’index des monuments datés relevés par l’expédition de Princeton (des sept inscriptions antérieures au second siècle citées dans cet index, quatre seulement, celles des temples de Si’ et de Mouchannaf, celle de la Kalybé d’il-Haiyât, et celle de Sanamein, qui a trait non point à un « temple » mais à la construction d’une « partie du sanctuaire », se rapportent sûrement à des édifices). Les monuments non datés sont eux aussi — si l’on en croit les indications de leur style, que grâce aux travaux de M. Weigand l’on commence d’être en mesure d’apprécier — presque tous postérieurs à la période julio-claudienne. Nous ne saurions citer de monuments corinthiens datés de l’époque hellénistique ou du début de l’époque romaine, et subsistant encore aujourd’hui, qu’en trois endroits, tous trois excentriques par rapport à la Syrie du Nord et à la Phénicie, foyers de la vie urbaine et de la civilisation : 1o à Médaïn-Saleh, dans l’extrême Sud du royaume nabatéen, une série de tombeaux (cf. Jaussen et Savignac, Mission arch. en Arabie I, p. 307, p. 402, p. 500) ; 2o à Si’, dans le Nord du même royaume, des parties du temple de Baalshamîn (cf. PAES, II, A. 6, p. 374) ; 3o à Palmyre, le temple de Bêl (ci-dessous p. 114). À ces monuments l’on en peut ajouter quelques autres, non datés, mais que leur style place sans aucun doute dans la période considérée. Ce sont, dans l’ordre vraisemblable de leur chronologie : 1o le château d’Arak el-Emir (cf. PAES, II, A. 1) ; 2o le temple de Soueida (cf. AAES, II, p. 327) ; 3o presque tous les édifices et tombeaux de Pétra (cf. Petra) ; 4o le grand temple de Baalbek dans certaines de ses parties (cf. Weig. 14, p. 43 ; Weig. 24, p. 88) ; 5o un édicule des environs de cette ville (cf. Baalbek I, p. 26-27 ; Weig. 24, p. 178).

10 Sur la répartition des chapiteaux corinthiens en deux familles, l’une dont l’ordonnance générale est conforme à la description que Vitruve donne de cette forme, l’autre qui comprend toutes les variétés de chapiteaux non conformes à cette description, cf. Delbrück, Hellenist. Bauten in Latium, II, p. 159-162 ; Weig. 14, p. 42-43. Bibliogr. dans Roncz., Variantes, p. 115, note 1. Rappelons brièvement la caractéristique essentielle du chapiteau normal : au-dessus de la corbeille d’acanthes surgissent, de huit « calices » d’acanthes portées sur une tige, huit paires de « crosses » — soit huit crosses d’angle et huit crosses médianes — qui supportent l’abaque. Pour éviter toute erreur dans les mots, soulignons ici que les termes de « chapiteau normal » et de « chapiteau vitruvien » ne doivent pas être pris pour synonymes. Le chapiteau vitruvien est un chapiteau normal ; le chapiteau normal n’est pas nécessairement un chapiteau vitruvien : par ses origines, il remonte au ive siècle avant J.-C. (Weig. 14, p. 42) ; dès le iie siècle avant J.-C. (Delbrück, loc. cit., p. 163, notes 2 et 3) il existe des chapiteaux normaux conformes dans leurs grandes lignes (mais dans leurs grandes lignes seulement) à la description que Vitruve, bien plus tard, donnera de ce type. C’est cette description qui créera, en fixant jusqu’aux détails, le type vitruvien.

11 En Syrie ; en Arabie les formes « nabatéennes » survivront isolément jusqu’au second siècle (PAES, II, A., p. 243 ; ci-dessous, p. 153).

12 Ou un peu plus tard (cf. ci-dessous, p. 153, note 109).

13 Weig. 14, p. 90-91 ; Weig. 24, p. 179-182.

14 Nous considérons uniquement dans la présente étude, les formes décoratives du chapiteau. La question des proportions devra faire l’objet d’une étude ultérieure. La difficulté de mesurer exactement les chapiteaux qui se trouvent encore in situ, alors qu’il est indispensable de ne raisonner que sur des mesures précises, nous a détournés de rechercher des conclusions que nous aurions dû modifier ensuite.

15 P. 103, note 9.

16 Cf. Weig. 24, p. 82-83, un commentaire de l’un de ces chapiteaux.

17 Par exemple les tours funéraires de Jamblique et d’Elahbêl, dont les salles inférieures, avec leur belle ornementation, sont encore reproduites d’après Cassas dans la publication allemande (Palmyra, pl. XXX et XXXIV), et dans une large mesure le sanctuaire de Bêl lui-même, sur lequel, faute d’une documentation suffisante, M. Weigand n’a pu présenter que des remarques incomplètes (Palmyra, p. 153-155).

18 Roncz., M. d’Alex., nos 1 à 5. Chapiteaux que leur style daterait de l’époque romaine : nos 6,6 bis, 8, 10 etc...

19 Ibid., p. 8,fig. 5a et 5b.

20 Par l’ordonnance générale de ses éléments, par le dessin de son acanthe, comparable par exemple à Roncz., M. d’Alex., no 3 (pl. II, 1) ; par la disposition des crosses médianes (cf. Roncz., Hasne, p. 72).

21 Une série d’exemples occidentaux de chapiteaux de ce type dans Roncz., Variantes et Roncz., Röm. Kap.

22 Nécropoles d’Alexandrie. E. Breccia, Cat. général des antiquités égyptiennes, Le Caire, 1912, Pl. XIX, 21 ; Schreiber dans Sieglin, Ausgr. in Alexandria, p. 284 sq. fig. 214 et 215. Temple d’Auguste à Philae, Borchardt, Jahrb. des arch. Instituts, 1903, p. 73 sqq., fig. 6, pl. III, IV, V. Les enroulements végétaux manquent précisément, il est vrai, dans le chapiteau de Philae. Mais on peut penser qu’ils étaient peints, cf. Petra, p. 93. Ce qui rend le rapprochement avec les chapiteaux de Pétra (ibid.)très intéressant, c’est qu’un chapiteau de pilastre inachevé du temple de Philae a la forme même qu’ont, à Pétra et ailleurs, les chapiteaux inachevés dits « nabatéens ».

23 Archäol. Anzeiger, 1925, p. 164.

24 PAES, II, A. 1; Roncz., Hasne, p. 63-66, fig. 17-19.

25 Weig. 14, p. 41, fig. 1.

26 Baalbek, I, p. 27 et pl. VI.

27 Nous reproduisons ici trois petits chapiteaux (pl. I, 2 ; II, 1 ; III, 1) qui représentent assurément, avec un quatrième fragment (pl. II, 2), ce que nous possédons aujourd’hui de plus archaïque en fait d’ornement architectural palmyrénien. Ces quatre fragments sont conservés au dépôt d’antiquités de Palmyre et proviennent de points indéterminés du site. On peut douter si le quatrième est même un morceau d’un chapiteau. Quant aux trois premiers, ils ne rentrent strictement dans aucune des catégories distinguées ici pour la grande architecture. Mais tous quatre ont l’intérêt de montrer, par le dessin de leur acanthe, une parenté certaine avec quelques chapiteaux de Pétra (Roncz., Hasne, fig. 12 et 33), quelles que soient d’ailleurs les divergences qui les en séparent : l’extrémité non recourbée de la feuille, l’absence de motif végétal entre les crosses.

28 Roncz., Hasne, p. 40-55, fig. 1-10 et 29-31.

29 Ibid., p. 56-60, fig. 11-16.

30 Petra, p. 47, fig. 40-41. – Roncz., Variantes, p. 171, fig. 69; Roncz., Hasne, p. 90, fig. 39.

31 Petra, p. 53, fig. 46; Roncz., Hasne, p. 89, fig. 38.

32 Brünnow u. v. Domaszewski, Provincia Arabia, I, no 766, p. 388; fig. 192 et 435; Roncz., Hasne, p. 86-87, fig. 35.

33 Petra, p. 61.

34 Ibid., p. 43.

35 Brünnow u. v. Domaszewski, Provincia Arabia, I, p. 137 s.

36 Jaussen et Savignac, Mission arch. en Arabie, I, p. 307 s.

37 PAES, II, A. 4, p. 236 et 239.

38 Temple Sud (PAES, II, A. 6, p. 394, fig. 341). Comme l’a reconnu Vogüé, il y a près de cinquante ans (lettre à C. M. Doughty dans Doughty, Travels in Arabia, I, p. 621) ; comme l’ont montré à leur tour H. Kohl (Kasr Firaun, p. 26) et C. Watzinger (Petra, p. 93) il est hors de doute que ces formes étranges sont de simples épannelages de chapiteaux corinthiens. Ce fait a été méconnu par G. Dalman (Petra u. seine Felsheiligtümer, p. 269), par H. C. Butler (PAES, II, A, 4, p. 237) ; nié par Jaussen et Savignac (Mission, I, p. 396) : c’est qu’en effet ils ne retrouvaient pas dans les chapiteaux « nabatéens » les bossages auxquels les avaient habitués les monuments de la Syrie romaine. (Exemples de chapiteaux épannelés d’époque romaine : Baalbek, II, fig. 35 e et pl. 28 ; Syria, X, p. 102, fig. 4 et 4bis, et pl. XVIII ; Palmyra, p. 91, fig. 94). Quand les RR. PP. Jaussen et Savignac affirment qu’il serait absolument impossible de sculpter dans les chapiteaux de Médaïn-Saleh des chapiteaux corinthiens, ils songent sans doute au type normal, et alors ils ont raison, car les chapiteaux de Médaïn-Saleh sont trop évidés en effet pour que l’on puisse prendre aux dépens de leur masse les calices qui caractériseraient ce type. — Mais ils pourraient être transformés en chapiteaux du type du Hasné, tout au moins dans les tombeaux les plus anciens. La dégénérescence rapide de la forme « nabatéenne », dans le courant du premier siècle de notre ère (Petra, p. 93) montre qu’elle était devenue une fin en soi. Elle atteint dans certains tombeaux de Pétra, dans les chapiteaux de la porte Est de Chahba (probablement inédits), un dernier stade de son évolution. Les chapiteaux de ces monuments n’ont pas été laissés lisses. Mais le sculpteur qui les a décorés, bien loin de disséquer la forme nabatéenne, d’en extraire un abaque, des crosses, une corbeille d’acanthes, l’a scrupuleusement respectée (Brünnow u. v. Domaszewski, Prov. Arab., I, no 70, fig. 145 et 265 ; no 462, p. 328, fig. 190 et 362). — Elle n’était à l’origine qu’une forme temporaire, de laquelle serait tiré le relief final du chapiteau ; elle est devenue une forme définitive, complétée seulement, à l’orientale, par une décoration des surfaces (H. Kohl., loc. cit.).

39 Un certain nombre de chapiteaux étroitement parents de ceux-ci, mais qui doivent être cependant regardés comme des formes de transition, seront discutés dans le chapitre relatif à ces formes : ci-dessous p. 144 s.

40 PAES, II, A. 6, ill. 326, 1 (d’après Vogüé) et pl. XXVIII ; ills. 336 et 337.

41 Nous nous réservons d’exposer ailleurs les arguments, fragiles à la vérité, qu’on peut alléguer en faveur de cette provenance.

42 Le sanctuaire de Bêl est essentiellement constitué d’une vaste cour carrée, entourée d’une enceinte aux faces intérieures de laquelle s’adossent des portiques. Au Nord, à l’Est, et au Sud, la couverture de ce portique reposait sur une colonnade double et basse ; à l’Ouest, sur une colonnade simple et haute. – Un propylée, situé au milieu du côté occidental, donne accès dans la cour ; au centre de la cour, ou à peu près, le temple. — Cf. maintenant Palmyra, chap. XV et pl. LXVIII-C.

43 Ainsi que les petits chapiteaux de la niche qui orne le panneau occidental de la façade du thalamos Nord.

44 Syria, XIV, 1933, p. 170.

45 21 : CIS, II, 3915 ; 24 : Syria, XII, 1931, p. 122, no 4 ; 25 : ibid., p. 123, no 5 ; 28-29 : CIS, II, 3922 ; 51 : CIS, II, 3923 (pourrait être de 71 ; cf. Répert. d’Ép. Sém., no 810) ; 108 : CIS, II, 3917 ; 117 : CIS, II, 3919 ; 120-121 : CIS, II, 3921 ; 127 : CIS, II, 3920 ; 128 : Syria, XII, 1931, p. 128, no 9 ; 142 : CIS, II, 3916. — Les trois inscriptions datées de 120, de 127 et de 128 ne sont plus in situ. Nous les mentionnons cependant ici, le lien de leur remploi ainsi que la forme des consoles qui les portent ne permettant guère de douter qu’elles proviennent des portiques bas.

46 Répert. d’Ép. Sém., 2154.

47 CIS, II, 3914.

48 Syria, XII, 1931, p. 119, no 3.

49 Revue d’Assyriologie, XXVII, 1930, p. 45, no 31; Syria, XII, p. 117, no 2.

50 Ces lignes ont été écrites avant que je ne connusse celles où M. Weigand, après avoir noté que ces inscriptions donnaient tout au plus des termini ante quos, mentionne l’éventualité où l’on aurait en elles des textes regravés (Palmyra, p. 152). Cette réserve est d’autant plus remarquable que M. Weigand ne voit pas comme nous dans le style des chapiteaux des portiques bas un obstacle à une datation haute de ces portiques.

51 Ci-dessus, p. 103, note 4.

52 En soi l’allongement en hauteur n’est pas l’indice d’une date. Les chapiteaux des tours de Jamblique et d’Elahbêl, par exemple, sont notablement plus récents que les chapiteaux de la façade intérieure Sud du temple de Bêl, ou que le premier chapiteau du portique Sud de la cour de ce temple (ci-dessous p. 122) : ils n’en ont pas moins des calices beaucoup plus étalés. Ce qui importe c’est qu’antérieurement au second siècle le calice, même quand il est allongé en hauteur, n’est jamais fermé, en d’autres termes, qu’il n’y a pas dans son axe vertical de « vides étagés ».

53 Cette particularité est décrite comme suit par M. Weigand : « der Ueberfall… erfasst… später… nur die mittlere Spitze, die dann oft wie abgeknickt und mit sägezackiger Berandung… gegeben wird ». Weig. 24, p. 88.

54 Dans un chapiteau probablement inédit de Bosra.

55 Weig. 24, p. 95.

56 C’est ce que M. Weigand lui-même, dans sa récente étude (Palmyra, p. 155) ne reconnaît pas, faute sans doute de photographies suffisantes.

57 Ci-dessous p. 123.

58 Celui d’une colonne honorifique (Cantineau, Inventaire, II, 2 ; CIS, II, pl. V, 1).

59 Cf. le chapiteau de Djérach, daté de 162 (Weig. 14, fig. 20), et le chapiteau de Sanamein, daté de 191 (ibid., fig. 21).

60 Ce chapiteau est plus petit que ceux des colonnades. Quelque incertitude pèse sur les circonstances de sa découverte. Pourtant il est probable qu’il provient du sous-sol du portique, à la construction duquel il serait donc antérieur (mais de peu). Lorsqu’il y fut remployé on avait commencé déjà de le débiter : car on ne peut guère douter que le coup de scie qui l’entaille ne soit antique.

61 En partant de l’Ouest, et sans compter la colonne engagée par laquelle se fait le raccord du portique bas avec le portique haut. Cette colonne se voit dans Palmyra, fig. 170 (au second plan, et dans l’ombre entre deux colonnes du portique Ouest), et dans Chabot, Choix d’inscriptions de Palmyre, pl. IV, no 1 (à droite des colonnes engagées jumelées qui occupent l’angle gauche de la photographie).

62 Ce détail, quoique peu visible sur notre photographie, est constant dans les feuilles du premier chapiteau de la colonnade Sud, comme je m’en suis assuré en allant observer de près le chapiteau par le moyen d’une échelle de cordes. Il paraît, par contre, absent des chapiteaux des pilastres du mur Nord.

63 Deux vides déjà dans l’axe vertical du calice, alors que les calices des chapiteaux du mur Nord et des deux tours funéraires n’en offrent jamais qu’un seul.

64 Le seul de ce mur qui soit conservé in situ.

65 Voir la publication allemande, Palmyra, p. 19-20.

66 CIS, II, 4123 et 4123 bis.

67 Ibid., 4134. Dans une comparaison des chapiteaux des deux tours, les détails suivants trahiraient la date plus basse de la tour d’Elahbêl :1° Dans le chapiteau de la tour de Jamblique, la feuille médiane du rang supérieur a encore pour point de départ la base même du chapiteau. Il n’en est plus partout ainsi dans la tour d’Elahbêl.2° Dans les feuilles inférieures, le dessin triangulaire de la tige, par lequel le point de départ des folioles est repoussé vers la droite et vers la gauche, est plus marqué dans la tour de Jamblique que dans celle d’Elahbêl.3° L’acanthe de l’un des chapiteaux de la tour de Jamblique, celui que nous reproduisons, présente encore des « vides » soulignés d’une petite ride. Il n’en est plus ainsi dans aucun chapiteau de la tour d’Elahbêl ; mais les « vides » y ont une tendance à prendre plus d’importance. Les chapiteaux b 1 du sanctuaire de Bêl ressemblent par certains traits (les petites rides de certains, ci-dessus p. 122, note 62 ; le dessin de la feuille, pl. XIII, 1) à ceux de la tour de Jamblique ; par d’autres (le dessin de la feuille ; la tige des feuilles supérieures disparue avant d’atteindre la base du chapiteau pl. V, 2), à ceux de la tour d’Elahbêl.

68 CIS, II, 3955.

69 L’argumentation par laquelle M. Weigand (Palmyra, p. 152) met en doute le témoignage de l’inscription CIS, II, 3959, touchant la date du temple, ne paraît pas acceptable : le mot « a construit » manque dans le texte grec, mais existe dans le texte araméen, comme veut bien me le confirmer M. Cantineau (cf. l. 5 de la traduction latine). Male Agrippa a fait, au plus tard en 131, un don destiné à l’édification et à l’ornementation du temple : tel est l’enseignement irrécusable qu’apporte l’inscription. D’autre part, d’accord ici avec M. Weigand (Palmyra, p. 156), je doute qu’il faille dater de la même époque les chapiteaux des colonnes du pronaos et ceux des pilastres du pourtour de la cella (pl. XIII, 2). Mais je ne crois pas que le style des premiers indique le premier siècle : M. Weigand lui-même a noté l’une des difficultés de cette datation : « Schwerer vereinbar damit (cette datation) ist der Umstand, dass die Kranzblätter bis fast zum Überfall zusammengreifen, so dass die Kranzblätter nicht einmal mit der Mittelrippe zwischen sie hinabreichen ». Et les crosses à gorge et à méplat, les calices à tiges cannelées, se trouvent, à Palmyre et ailleurs, jusque vers le milieu du second siècle. La date approximative de 130 convient aux chapiteaux du pronaos, une date plus basse à ceux du pourtour de la cella, soit que le don de Male Agrippa n’ait pas suffi à l’exécution de toute l’ornementation du temple, soit simplement que les travaux aient été lents.

70 Syria, XIV, 1933, p. 196.

71 M. Weigand, qui envisage cette éventualité (ci-dessus 115, note 50), admet des regravements de cette espèce pour certaines inscriptions de Pompeiopolis et d’Olba (Palmyra, p. 162, note 5). J’ai vu les chapiteaux de Pompeiopolis et suis d’accord avec M. Weigand sur l’impossibilité de les dater plus haut que le second siècle en dépit d’inscriptions d’Auguste et de Tibère.

72 Les conclusions de M. Cantineau (ibid., p. 202), sur lesquelles mon ignorance de l’araméen m’interdit de porter aucun jugement, ne sont fondées que sur l’étude d’un petit nombre de textes. En attendant qu’elles soient confirmées par une enquête plus large, nous voudrions donc n’en faire état que comme d’une suggestion, d’un moyen plausible de résoudre une difficulté. Si jamais elles n’étaient pas confirmées, en d’autres termes si vraiment les portiques bas étaient construits ou en construction dès l’an 21 de notre ère, je pense qu’il faudrait admettre que la décoration sculptée n’en a été exécutée qu’avec un retard considérable. De tels retards se sont produits, et dans le cas plus surprenant de petits monuments, comme par exemple le temple rond de Baalbeck, Weig. 24, p 98 (l’estimation de ce retard à plus d’un siècle me parait d’ailleurs excessive). Cf. aussi, ibid., p. 92, des raisons plausibles d’un retard de même espèce dans la décoration des grands sanctuaires héliopolitains. Délais dans la décoration du temple de Soueida ci-dessous, p. 150. Somme toute un fait, mais qui est pour nous le fait principal, me semble hors de discussion, de quelque façon qu’on l’explique : c’est que les chapiteaux des portiques bas, si différents des chapiteaux du temple, qui sont du temps de Tibère, mais si semblables à une série de chapiteaux bien datés de l’époque flavienne et de celle de Trajan, n’ont été sculptés que dans ces dernières périodes.

73 Tout comme dans certains chapiteaux hétérodoxes, par exemple, Roncz., Hasne, p. 48,fig. 6 ; et p. 65, fig. 20.

74 M. Weigand (Palmyra,p. 154) note que l’astragale fait corps avec le chapiteau. En fait, le chapiteau, l’astragale et le fût ne font qu’un bloc avec la paroi à laquelle ils sont adossés : ce qui fait perdre à cette remarque son intérêt.

75 C’est ainsi que les interprète M. Weigand, loc. cit.

76 Le progrès de cette évolution, ci-dessus, p. 122-123, est tout à fait net dans les chapiteaux des pilastres de l’enceinte : cf. pl. V, 2 (Nord) ; X, 2 (Est) ; VII, 1 (Sud). Quant aux chapiteaux des colonnades, l’on ne relève entre ceux qui en subsistent in situ que de très petites différences (par exemple, dans la décoration que reçoit la tranche de l’abaque, et qui consiste le plus souvent, mais pas toujours, en un rang d’oves superposé à des palmettes), différences que j’hésiterais à interpréter comme des indices chronologiques. Une circonstance très regrettable est la disparition du portique Nord, dont aucun chapiteau n’est plus en place, à l’exception des deux derniers à l’Est, tout à fait semblables déjà à ceux du portique Est. Mais il faut signaler qu’un certain nombre de fragments, trouvés dans la région Nord-Ouest de la cour pendant le déblaiement, et qui ne peuvent guère être attribués qu’au portique Nord, offrent des formes beaucoup moins avancées, et assez semblables (pour autant que leur état actuel permet d’en juger) à celles des chapiteaux des pilastres de la partie correspondante de l’enceinte. La décoration de la colonnade Nord se serait donc faite en même temps que celle du mur Nord ; celle de la colonnade Est, au contraire, qui est notablement plus avancée que celle du mur Est, après celle-ci. Le chapiteau du mur Sud, qu’aucune différence sensible ne sépare des chapiteaux des colonnades Est et Sud, pourrait être légèrement antérieur, auquel cas les murs Est et Sud auraient été achevés au moment où fut commencée la décoration des colonnades.

77 Cette déviation est bien visible, aujourd’hui surtout que les maisons qui cachaient les bases des colonnes ont disparu. Mais elle s’apercevait auparavant : elle apparaît à qui regarde attentivement, dans la figure 170 de la publication allemande (Palmyra, p. 145), les bandeaux des deux blocs de l’architrave du portique bas (au second plan dans l’ombre, entre deux colonnes du portique Ouest).

78 Cas très particulier : le retard, quand il se produit, est ordinairement de sens inverse : c’est un retard de la décoration sur la construction (cf. ci-dessus, p. 125, note 72). Il n’est guère de monument antique de la Syrie qui ne présente quelque chapiteau, quelque ornement inachevé (cf. ci-dessus p. 111, note 38 : on pourrait citer une infinité d’autres exemples), par où l’on voit que l’usage tout à fait général était de n’exécuter la décoration des monuments, qu’après leur construction. Au contraire, le premier chapiteau du portique sud a dû être sculpté avant d’être incorporé au monument qu’il orne.

79 Exemples anciens : pl. XI, 2 ; XII, 1 et 2 ; exemples du second siècle : pl. XI, 1 ; XIII, 2 ; XVI, etc.

80 Ni en Égypte où les chapiteaux alexandrins sans calices ont toujours leurs crosses posées à plat sur le calathos : cf. Roncz., M. d’Alex. Dans la mesure où j’en puis juger, les chapiteaux de la Grèce et de l’Italie présentent presque toujours, eux aussi, des crosses et des calices appliqués au calathos.

81 Dans une série de chapiteaux que j’attribuerais au milieu du second siècle. Je tiens à remercier ici M. Mayence, directeur de la mission d’Apamée, de l’amabilité avec laquelle il m’a autorisé à mentionner ici ces chapiteaux.

82 Dans une colonnade (reproduite pl. XCIX des Antike Denkmäler aus Syrien publiés par ordre d’Ahmet Djemal Pacha, où d’ailleurs ce détail ne s’aperçoit pas).

83 C’est à une habitude sans doute héritée de l’époque hellénistique (cf. ci-dessous, p. 149, le chapiteau du castrum de Dioclétien) qu’il faut rapporter l’aspect particulier de la tige du fleuron, qui, dans ces chapiteaux, est complètement détachée du calathos et portée en avant, sur l’extrémité de l’acanthe médiane. La plupart des chapiteaux des portiques bas (pl. V, 2 : X, 2) présentent ce trait ou quelque chose d’analogue : une sorte de soudure de l’extrémité des feuilles du calice au sommet de la feuille médiane (pl. VII, 1 et VIII,1).

84 Le sommet du mur Nord vient masquer la partie inférieure, entièrement achevée, du chapiteau terminal du mur du portique Ouest (pl. VIII, 2) : ce qui semblerait évidemment indiquer que c’est le mur Ouest qui a été construit le premier. Je m’étais attaché d’abord à cette idée comme à une quasi-certitude. Si je l’ai abandonnée ce n’est pas seulement parce qu’elle met, selon moi, dans l’impossibilité de fournir une explication satisfaisante de l’évolution stylistique des chapiteaux du sanctuaire, mais aussi parce qu’il est alors surprenant que ce soient les portiques bas qui contiennent toutes les inscriptions anciennes (regravées, mais sans doute dans leurs emplacements primitifs, alors que celles du portique haut et du propylée sont toutes postérieures au milieu du second siècle (ci-dessus p. 114-115).

85 L’autorisation de publier ce document (d’après une photographie que nous devons à l’amabilité de M. Richmond) nous a été obligeamment accordée par M. Crowfoot, directeur de la mission de Samarie.

86 Cette forme rappelle assez celle que présente le chapiteau du monument de Laodice à Milet (Wiegand, Milet, I, 7, fig. 274). Nous ne suggérons naturellement pas que le chapiteau de Samarie remonte à l’époque à laquelle on attribue celui de Milet (iiie siècle avant notre ère : ibid., p. 278).

87 Par l’absence de la petite ride qu’on pourrait attendre à la base des « vides », par la forme anguleuse desdits vides, dont les côtés extérieurs sont comme doublés d’une rainure encadrante, l’acanthe du chapiteau d’Antioche se rapproche de celle de certains chapiteaux de Pétra. Cf. Roncz., Hasne, p. 78, fig. 31 : un vide de cette espèce est visible dans l’extrémité recourbée de la feuille inférieure de droite. — Ces vides sont très différents de ceux des acanthes du second siècle, plus ou moins anguleux aussi, mais toujours bien plus allongés.

88 Les auteurs de la publication allemande, où le haut de ce chapiteau est reproduit (Palmyra, pl. 52 b), lui donnent pour origine le même point du castrum de Dioclétien où s’est trouvé l’un des chapiteaux « de transition » que nous étudierons plus loin (ibid., pl. 52, c ; cf. ci-dessous, p. 144), alors qu’il provient en réalité d’un point situé à quelques mètres du mur Sud de l’ouvrage dans lequel la « porte de la rue du théâtre » (Palmyra, p. 31) est aujourd’hui englobée. C’est là qu’a été prise la photographie de la publication allemande : les pierres qui se voient à l’arrière-plan se trouvent aujourd’hui encore en cet endroit, dans la même position. C’est de là que le chapiteau a été récemment transporté dans le dépôt d’antiquités de Palmyre pour y être remonté comme le montre notre figure.

89 Syria, XIV, 1933, p. 174 s.

90 Mentionné par Gabriel, Syria, VIII, 1927, p. 318, fig. 12 (qui le regarde comme byzantin) et par Musil, Palmyrena, p. 77, fig. 19.

91 Weig. 14, p. 44-45, p. 67 ; Baalbek, 1, p. 73. — Cette parenté porte M. Weigand à considérer lesdits chapiteaux de Baalbek et de Rome comme contemporains. Par ailleurs (Palmyra, p. 154), il admet que les chapiteaux a du sanctuaire de Bêl sont d’une époque un peu plus haute que ceux de Baalbek. Je partage assez cette manière de voir, qui conduit, maintenant que l’on sait que les chapiteaux a ne se placent que vers 32 de notre ère, à chercher la date de ceux de Baalbek dans les débuts du second tiers du premier siècle.

92 Ci-dessus, p. 109.

93 Weig. 14, p. 49.

94 Ibid., p. 62 s.

95 Le seul chapiteau syrien qui puisse en être rapproché — non par l’âge, car il n’est certainement pas antérieur au iie siècle, mais par le style occidental de ses acanthes, — est à ma connaissance un chapiteau récemment trouvé par M. Mayence à Apamée. Ce chapiteau gît parmi les débris d’édifices où se voient par ailleurs quantité de chapiteaux purement orientaux. Il est manifestement, comme celui de Baalbek, l’œuvre d’un sculpteur d’Occident, la contre-partie de cette série de chapiteaux à acanthe orientale, trouvés à Rome (Weig. 14, p. 89), à laquelle M. Weigand aurait pu joindre un chapiteau à bustes de Vienne (ibid., fig. 11), aux acanthes si évidemment orientales aussi.

96 Weig. 14, p. 43: ein ganz schmaler Fieder mit gewellten Rändern.

97 Certaines expressions de M. Weigand (Weig. 14, p. 63 : les formes mixtes de Baalbek stellen eben eine Durchdringung des östlichen und westlichen Typus dar)pourraient faire croire que tel est son point de vue. Il n’en est rien, comme on l’a vu (Weig. 14, p. 90-91, cité ci-dessus, p. 106, note 13). – Par ailleurs, pour une autre forme du décor architectural, la coquille, il résulte avec une complète netteté de l’exposé de l’archéologue allemand (Weig. 14, p. 63-67) que les formes occidentales de Baalbek ne sont en Orient que des formes isolées, exceptionnelles. Ces faits nous paraissent en contradiction avec les conclusions de M. Weigand (cf. aussi ibid., p. 67, en bas).

98 La comparaison (Palmyra, p. 154) avec l’acanthe du temple de Castor à Rome (Weig. 14, fig. 6), qui est occidentale et très analogue, par exemple, à celle du temple de la Fortune à Pompéi (ibid., fig. 7), ou à celle de Baalbek (ibid., fig. 4), ne nous parait pas justifiée.

99 Voyage en Syrie (en russe), p. 101, fig. 15, et p. 259, fig. 65.

100 Nous devons à l’amabilité de M. Horsfield, directeur des antiquités en Transjordanie, la permission de publier cet intéressant monument.

101 Pa1myra, p. 89 et 153 ; pl. 52 c. — Mon appréciation de ces chapiteaux diffère de celle de M. Weigand en ce que leurs acanthes me paraissent être précisément ce qu’ils ont de moins hellénistique (ci-dessous, p. 149).

102 Cf. par ex. Milet, I, 7, fig. 274 ; également Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 36, 1921, p. 82, fig. 7.

103 Weig. 14, p. 42.

104 Cf. Ibid., une particularité du chapiteau de la mosquée de Baalbek, expliquée de cette façon.

105 Pl. XI, 2 et XIV, 1. La coexistence d’une acanthe relativement aussi avancée que celle du chapiteau de Palmyre avec un dessin aussi anormal de la zone supérieure est évidemment frappante. Il n’est pas moins étonnant de voir une zone supérieure ordonnée comme l’est celle du chapiteau Kondakoff voisiner avec des acanthes aussi aberrantes. Dans des endroits écartés, comme Palmyre et Soueida, on ne peut guère douter que ce ne soit d’après leurs éléments les plus avancés qu’il faille dater les chapiteaux ; en d’autres termes ces éléments ne sont pas en avance sur leur temps : ce sont les éléments archaïsants qu’il faut considérer comme retardataires.

106 Weig. 24, p. 81.

107 Ibid., fig. 2 ; reproduit ici (pl. XIV, 3).

108 Weig. 24, p. 81.

109 Sinon plus tôt. Ce qui m’inciterait surtout à la prudence en cette matière, ce sont les éléments avancés des chapiteaux Kondakoff et du chapiteau « de transition » de Palmyre (p. 150, note 106), qui pourraient bien n’être pas antérieurs au milieu du premier siècle.

110 El-Hegra. Les derniers chapiteaux nabatéens datés sont de l’an 75 (Jaussen et Savignac, Mission archéol. en Arabie, I, p. 344, et fig. 160).

111 Tombeau de Sextius Florentinus : Brünnow und Domaszewski, Provincia Arabia, 1, p. 382, n° 763 ; Roncz., Hasne, p. 89, attribue la porte monumentale de Pétra à l’époque de Trajan.

112 Ci-dessus, p. 107.

113 Ci-dessus, p. 134.

114 Du type b 1 : ci-dessus, p. 129.

115 Ci-dessus, p. 129.

116 Ci-dessus, p. 112.

117 Delbrück, Hellenistische Bauten in Latium, 2, p. 163.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre 1. Amathonte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-2.png
Fichier image/png, 154k
Titre 2. Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-3.png
Fichier image/png, 159k
Titre 1. Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-4.png
Fichier image/png, 152k
Titre 2. Palmyre. Fragment.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-5.png
Fichier image/png, 171k
Titre 1. Édifice indéterminé à Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-6.png
Fichier image/png, 153k
Titre 2. Salkhad.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-7.png
Fichier image/png, 186k
Titre 1. Soueida.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-8.png
Fichier image/png, 162k
Titre 2. Portique ouest du sanctuaire de Bêl à Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-9.png
Fichier image/png, 118k
Titre 1. Portique ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-10.png
Fichier image/png, 138k
Titre 2. Portique nord.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-11.png
Fichier image/png, 176k
Titre 1. Dernier chapiteau du portique sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-12.png
Fichier image/png, 186k
Titre 2. Dernier chapiteau du portique sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-13.png
Fichier image/png, 161k
Titre 1. Portique sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-14.png
Fichier image/png, 149k
Titre 2. Portique sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-15.png
Fichier image/png, 132k
Titre 1. Angle nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-16.png
Fichier image/png, 152k
Titre 2. Angle nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-17.png
Fichier image/png, 144k
Titre 1. Clonne honorifique datée de 138.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-18.png
Fichier image/png, 197k
Titre 2. Tombeau de Jamblique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-19.png
Fichier image/png, 153k
Titre 1. Tombeau d’Elahbêl.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-20.png
Fichier image/png, 144k
Titre 2. Portique est du sanctuaire de Bêl.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-21.png
Fichier image/png, 149k
Titre 1. Pronaos du temple de Baalshamîn à Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-22.png
Fichier image/png, 152k
Titre 2. Thalamos sud du temple de Bêl à Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-23.png
Fichier image/png, 182k
Titre 1. Samarie.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-24.png
Fichier image/png, 98k
Titre 2. Antioche.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-25.png
Fichier image/png, 116k
Titre 1. Chapiteau trouvé dans le portique nord du sanctuaire de Bêl.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-26.png
Fichier image/png, 170k
Titre 2. Temple de Baalshamîn. Mur arrière de la cella, vu de l’extérieur et du N.-O.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-27.png
Fichier image/png, 215k
Titre 1. Palmyre. Colonne honorifique datée de 74.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-28.png
Fichier image/png, 208k
Titre 2. Kasr el-Heir.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-29.png
Fichier image/png, 176k
Titre 3. Temple de Soueida.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-30.png
Fichier image/png, 151k
Titre 1. Chapiteau du temple de Soueida.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-31.png
Fichier image/png, 186k
Titre 2. Autre vue du même chapiteau.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-32.png
Fichier image/png, 84k
Titre Palmyre. Propylée du sanctuaire de Bêl (actuellement à l’intérieur du bastion arabe).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-33.png
Fichier image/png, 149k
Titre 1. Temple.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-34.png
Fichier image/png, 109k
Titre 2. Temple.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-35.png
Fichier image/png, 159k
Titre 1. Chapiteau Kondakoff.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-36.png
Fichier image/png, 146k
Titre 2. Chapiteau Kondakoff.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-37.png
Fichier image/png, 159k
Titre 1. Soueida, église.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-38.png
Fichier image/png, 106k
Titre 2. Musée de Soueida.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-39.png
Fichier image/png, 216k
Titre 1. Gérasa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-40.png
Fichier image/png, 179k
Titre 2. Palmyre, près de l’édifice de Dioclétien.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1405/img-41.png
Fichier image/png, 142k

Auteur

Daniel Schlumberger

Daniel Schlumberger, archéologue et historien d'art, travailla de 1925 à 1972 du Liban et de la Syrie jusqu'en Afghanistan. Il révéla la profondeur de l'impact de la civilisation et de l'art grecs en Orient, de la Méditerranée à l'Inde, et mit au jour la grandeur de la civilisation kouchane.
Il fut successivement membre du service des Antiquités de Syrie et du Liban, directeur de la Délégation Archéologique française en Afghanistan, professeur à l'Université de Strasbourg puis directeur de l'Institut français d'Archéologie de Beyrouth.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable