Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Daniel Schlumberger

Principaux sites fouillés par Daniel Schlumberger1

Mathilde Gelin

Entrées d'index

Mots clés :

archéologie

Texte intégral

Sites de la Palmyrène2

  • 1  Pour chaque site, on trouvera un récapitulatif de l’historique, des vestiges mis au jour, des circ (...)
  • 2  Voir les publications nos 1, 10, 11, 14, 17 de D. Schlumberger.
  • 3La Palmyrène... (no 1 dans la liste), p. 130. Conclusion reprise dans ce volume (texte 2).

1Dans les montagnes désertiques de la Palmyrène du nord-ouest, de nombreux vestiges ont été découverts, qui remontent principalement à la période romaine. La Palmyrène, région dépendant de Palmyre, était organisée d’une part, dans la plaine, en plusieurs petites oasis pourvues de bourgades et, d’autre part, dans la montagne, en « un district criblé de citernes et semé de villages ; avec, partout, des lieux de cultes, nés de la piété zélée des paysans ; et, gardant tel puits, tel chemin montant de Palmyre, ou surveillant tel horizon, des postes fortifiés, dont l’un avait pour garnisaires des méharistes ou des soldats thraces »3.

2Une fouille ponctuelle avait été menée par G. Ploix de Rotrou en 1932 et, à la fin de 1933, D. Schlumberger fut chargé par H. Seyrig de dégager et d’examiner certains sites, à la fois pour en mener l’étude et pour dissuader les fouilleurs clandestins. Jusqu’en 1934, il a travaillé sur une vingtaine de sites au moyen de sondages archéologiques, principalement sur les sanctuaires, de dégagements, de relevés, de prospections, et de photographies aériennes pour lesquelles il reçut l’aide de l’armée du Levant.

3D. Schlumberger a pu montrer que la ville de Palmyre n’était pas l’île perdue au milieu du désert que l’on pensait, la « Venise des sables » drapée dans son isolement, et que tout un réseau de bourgades et villages organisés formaient comme sa « grande banlieue ». Ces villages vivaient grâce à des citernes « qu’ils avaient aménagées à profusion » et qui avaient contribué à sédentariser des nomades, qui pratiquaient vraisemblablement la culture non irriguée ainsi que l’élevage. Cette dernière activité était, pour D. Schlumberger, l’élément décisif de la vie de ces villages montagnards, étroitement associée à celle de Palmyre romaine (ces villages n’existaient pas avant la période romaine et n’ont survécu que quelques temps après le déclin de la ville, jusqu’au ive siècle) : ils auraient avant tout servi à entretenir la cavalerie lourde de la ville.

Qasr el-Heir el Gharbi4

  • 4  Voir les publications nos 7, 12, 15, 19, 24 de D. Schlumberger.
  • 5  Daté du ier siècle par D. Schlumberger, datation aujourd’hui remise en question : D. Genequand, da (...)

4À une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Palmyre, Qasr el-Heir est une résidence seigneuriale d’époque omeyyade (viiie siècle) qui se compose d’un vaste ensemble comprenant notamment un palais avec son bain, un khân (daté de 727), un fortin, un jardin, ainsi qu’une zone agricole étendue, cernée d’une enceinte. Le site s’est développé sur une route commerciale, grâce à la présence de puits mais aussi grâce à l’irrigation, rendue possible par un barrage d’époque romaine5 établi dans un wadi à une quinzaine de kilomètres en aval, à Harbaqa. Le barrage maintenait un lac artificiel, duquel partait un canal qui aboutissait à une citerne de collecte et de redistribution des eaux, permettant l’irrigation. De l’époque byzantine subsiste une tour, vestige d’un monastère du vie siècle. Le château omeyyade fut abandonné vers 750, ne connaissant qu’une réoccupation légère, tandis que le fortin est plus tardif (xive siècle). Des fresques, étudiées par D. Schlumberger, ont révélé les débuts de l’art islamique dans cette région.

Qasr el-Heir el Gharbi, vue du palais vers le sud-est, 1936.
Noter les cônes de terre, issus des déblais de fouille, et les blocs disposés de façon à être répertoriés. Photo Armée du Levant.

© Photothèque de l’Institut français du Proche-Orient.

5Le site, mentionné d’abord par des voyageurs, fut reconnu en prospection aérienne par A. Poidebard, puis fouillé de 1936 à 1938 par D. Schlumberger. En y travaillant, celui‑ci pensait, à l’origine, compléter son étude des sites de la Palmyrène en étudiant une oasis de plaine, principalement associée à la période romaine ; on estimait alors que les vestiges postérieurs n’avaient que peu altéré ceux de l’époque impériale. Ses fouilles ont rapidement dévoilé ce dont il s’agissait.

Bactres6

  • 6  Voir les publications nos 3, 25, 26, 27, 58, 79 de D. Schlumberger.

6Bactres se situe au nord de l’Afghanistan, au sud de l’Amou Daria, à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de la ville actuelle de Mazar-i Sharif. Les premières occupations reconnues sur le site remontent au deuxième millénaire av. J.-C. Incluse dans l’empire achéménide, la ville fut la capitale d’une satrapie, puis se livra à Alexandre. Elle devint ensuite la capitale du royaume gréco-bactrien, puis fut incluse dans l’empire kouchan. Elle connut, tout au long de son histoire, diverses occupations alternant périodes de prospérité et de troubles selon les conquérants qui dominaient la région, dont les Sassanides et les Hephtalites. Elle devint le siège du gouverneur du Khorassan puis, jusqu’au xvie siècle, connut encore les Samanides, Ghaznévides, Karakhanides, Seljoukides, Khorezmshahs, Ghorides, Mongols, Timourides. De tous temps de grande renommée, Bactres, située sur des voies commerciales menant en Iran, en Chine et en Inde, est connue par de nombreuses sources écrites gréco-romaines, iraniennes, indiennes, chinoises et arabes ; elle se trouvait au centre d’une région très fertile, riche en minerais. Elle fut un centre religieux important, notamment pour le zoroastrisme et le bouddhisme.

7Le site se compose aujourd’hui d’une ville haute ou Bala Hissar, qui comprend dans sa partie méridionale la citadelle (arg), ainsi que d’une très vaste ville basse incluant plusieurs tépés dont le plus grand se situe à l’est (Tépé Zargaran). La ville basse aurait existé à partir de l’époque grecque, puis se serait agrandie aux époques kouchane et médiévale. La citadelle, la ville haute et les villes basses successives étaient ceintes de fortifications. Le site est actuellement occupé par quelques habitations et est parcouru de voies de circulation.

8Bactres fut fouillée, pour la première fois, par A. Foucher, au cours d’un séjour de dix-huit mois en 1924 et 1925 ; il concentra son activité notamment sur l’arg, la forteresse. À la recherche de la Bactres grecque sur la demande des autorités françaises, A. Foucher connut une cruelle déception du fait de l’importante épaisseur des accumulations postérieures de constructions successives en terre crue, qui l’empêchèrent d’atteindre les niveaux les plus anciens. Cette déception lui fit conclure, non pas que ses recherches n’avaient peut-être pas été menées au meilleur endroit, mais que la présence grecque en Bactriane était un mirage.

Plan de Bactres avec indications des sondages systématiques ouverts par D. Schlumberger (représentés sous la forme de points noirs).
Relevé M. Le Berre. Dans Monuments préislamiques d’Afghanistan, Paris, 1964.

  • 7  Lettre du 22 avril 1947.
  • 8  Lettre du 21 nov. 1947.
  • 9  Lettre du 26 nov. 1947.

9D. Schlumberger reprit la fouille en 1947 et 1948, convaincu de la réalité de cette présence, mais se heurta lui-même à une déception, dans la mesure où, pour les mêmes raisons que pour A. Foucher, ses résultats ne lui donnèrent pas non plus satisfaction quant aux vestiges grecs : Hier deux nouveaux fragments inscrits, grands comme l’ongle — et juste au moment où nous arrêtions mon sondage pour raison de sécurité ! Cette fouille se conduit comme la pire des coquettes7. Nous sommes rentrés (...) après une fouille totalement infructueuse. Ici on a trouvé une figurine minuscule, mais bien conservée et offrant des détails curieux sur lesquels tout le monde s’excite. Car dans cette pénurie complète de trouvailles, on perd tout sens des proportions8. Il ne se passe absolument rien ici, la fouille est tout à fait misérable9.

  • 10  Young R., « The South Wall of Balkh-Bactra », American Journal of Archaeology 59, 1955, p. 267-276

10Par la suite, R. Young (Université de Philadelphie) étudia le rempart sud en 195310, mais ses résultats ne convainquirent pas D. Schlumberger et le décidèrent à reprendre des campagnes de fouilles, en 1955 et 1956, centrées sur les fortifications. Depuis 2004, le site est à nouveau fouillé par la DAFA, sous la direction de R. Besenval, qui a enfin découvert des vestiges de la Bactres grecque et kouchane sur le Tépé Zargaran.

Lashkari Bazar11

  • 11  Voir les publications nos 5, 28, 29, 32, 33, 34, 35, 36, 37 de D. Schlumberger.
  • 12Lashkari Bazar... (no 5 dans la liste), p. 1.

11Au sud-est de l’Afghanistan, à proximité de la ville actuelle de Kandahar, se trouve le site de Lashkari Bazar, situé « au confluent de l’Hilmend et de l’Arghandāb, à Bust ou à proximité immédiate12 ». D’une manière générale, on dénomme Lashkari Bazar un ensemble constitué de deux centres, Bust au sud et Lashkari Bazar au nord, le premier, d’après D. Schlumberger, faisant vraisemblablement office de ville de marchands, le second étant une ville royale ghaznévide qui abrita l’une des résidences des sultans.

Plans de Lashkari Bazar et de Bust. Dans Lashkari Bazar. Une résidence royale ghaznévide et ghoride, Paris, 1978, volume de planches.

12Bust, dans la vallée de l’Hilmend, comprend une citadelle dans sa partie méridionale et une ville au nord, séparées par une enceinte doublée d’un fossé. La citadelle se compose d’une forteresse qui domine la ville d’une vingtaine de mètres, et d’une terrasse ; la ville est pourvue de deux portes, à l’ouest et à l’est. De nombreux vestiges apparaissent en amont de la ville.

13Lashkari Bazar, sur les rives de l’Hilmend, se trouve à 6 km au nord de Bust. Les fouilleurs ont reconnu, délimités par une enceinte, trois ensembles (nord, centre, sud) pourvus chacun d’un château, mais aussi des demeures seigneuriales, des jardins, une grande mosquée, des bains, un bazar, un colombier. L’architecture de terre crue était encore conservée jusqu’à une dizaine de mètres de hauteur et des peintures murales ont également été découvertes, notamment dans la salle du trône.

14Bust-Lashkari Bazar est mentionnée par les sources antiques puis arabes. Elle connut une certaine gloire à l’époque samanide, au xe siècle, puis fut conquise par les Ghaznévides à la fin du siècle. Elle vécut alors son apogée, malgré des incursions seldjoukides, et en 1150 fut assaillie par les Ghorides. Elle survécut jusqu’à l’époque moderne (xixe siècle).

  • 13  « La recherche archéologique française en Afghanistan » (no 62 dans la liste), p. 2 de notre versi (...)

15D. Schlumberger a découvert ce site en 1948 puis l’a fouillé au cours de six campagnes, de 1949 à 1952. Il s’agissait à l’origine d’une fouille désirée par les autorités afghanes : en 1945, « (...) Nous étions priés de nous occuper désormais de ce qui forme les titres de gloire vraiment nationaux des Afghans : une certaine période de la préhistoire, qui est celle où l’Afghanistan a servi de tremplin à la conquête aryenne de l’Inde ; une certaine période de l’histoire musulmane (la période ghaznévide-seljoukide), qui est celle où l’Afghanistan a servi de tremplin à la conquête musulmane de l’Inde13 ». Mais le site de Lashkari Bazar permettait également à D. Schlumberger de retrouver l’architecture islamique, étudiée auparavant à Qasr el-Heir en Syrie, et qui demeurait l’un de ses centres d’intérêt.

Surkh Kotal14

  • 14  Voir les publications nos 6, 38, 39, 40, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, , 53, 55, 56, 57, (...)

16Surkh Kotal se trouve au nord de l’actuel Afghanistan, au sud-est de la ville de Mazar-i Sharif. Il s’agit d’une colline entourée d’une enceinte, qui domine la vallée du Qunduz-āb (affluent de l’Amou Daria) d’environ 70 m, sur laquelle se trouve une acropole, également fortifiée au moyen d’un mur épais pourvu de bastions quadrangulaires. Un escalier monumental en pierre, ménagé sur la face orientale de l’acropole, donnait accès successivement à quatre terrasses puis, au sommet, à un vaste sanctuaire dynastique, daté de l’époque du roi Kanishka, soit la fin du ier siècle ou la première moitié du iie siècle ap. J.-C. Le sanctuaire se compose d’un temple rectangulaire installé sur un podium décoré de pilastres, au centre d’un péribole. Dans les niches ménagées dans le mur d’enceinte du péribole, des vestiges de grande statuaire, en pierre et en terre crue, ont été mis au jour. Au pied de l’acropole, des inscriptions écrites en grec ont été découvertes, qui transcrivaient du bactrien. Dans la plaine, à environ 2 km à l’est de la colline, se trouvait une plateforme bouddhique décorée de pilastres, qui soutenait des statues colossales de terre crue.

Le sanctuaire de Surkh Kotal, temple et quartiers nord.

© J.-M. Dentzer.

  • 15  Les étapes de la fouille sont très bien décrites jusqu’en 1961, dans « The Excavations at Surkh Ko (...)
  • 16  Fussman G., « Introduction » dans Surkh Kotal en Bactriane (no 6 dans la liste), p. 1.

17La découverte d’une inscription écrite en grec mena Daniel Schlumberger à visiter le site en 1951 ; il décida immédiatement de le fouiller, ce qu’il fit de 1952 à 196415. Pour lui, le sanctuaire était voué au feu et, même si l’on sait aujourd’hui qu’il s’agit d’un sanctuaire dynastique appartenant à un réseau de temples du même type, même si la découverte est à relativiser en fonction d’autres sites aussi importants qui ont pu être mis au jour depuis, la portée en reste unique : Surkh Kotal a permis à D. Schlumberger de montrer que la présence grecque était bien implantée, à la fois dans le décor architectural et dans l’écriture, ainsi qu’il le pressentait. Le mirage devenait réalité. Plus encore, Surkh Kotal permit à D. Schlumberger de découvrir l’art kouchan, la civilisation kouchane, « (...) Dans l’histoire de l’archéologie, Surkh Kotal restera surtout le site qui, en révélant l’art de la Bactriane sous les Kouchans, permit à D. Schlumberger de faire la théorie, aujourd’hui presque universellement admise, de l’art parthe et de l’art gréco-bouddhique du Gandhāra16 ».

Aï Khanoum17

  • 17  Voir les publications nos 76, 81, 82, 85 (voir aussi nos 4, 86) de D. Schlumberger, ainsi que les (...)

18Aï Khanoum est située aux confins orientaux de l’empire séleucide, au nord-est de l’Afghanistan actuel. La ville de 150 ha, qui se compose d’une acropole et d’une ville basse, se trouve au confluent de l’Amou Daria (Oxus) et de la Kokcha. Elle fut fondée à la fin du ive siècle av. J.-C. mais on ignore si la colonie était une création d’Alexandre ou de son successeur Séleucos Ier. Elle fut occupée jusque vers 145 av. J.-C., lorsque les assauts des nomades poussèrent les Grecs à l’abandonner. Son nom grec, au moment de sa fondation, ne nous est pas connu.

Plan d’Aï Khanoum. Dans Rapin C., La trésorerie du palais. L’apogée et la chute du royaume grec de Bactriane, Fouilles d’Aï Khanoum 8, Mémoires de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan 23, Paris, 1992.

19Les monuments et l’urbanisme de la ville témoignent d’une réelle présence grecque, comme le carroyage hippodamien des rues se coupant à angles droits, le théâtre, la palestre, l’héroon, les fortifications, la statuaire et le décor architectural en pierre, ainsi que des inscriptions en langue grecque. Cependant, nombre de traits sont caractéristiques de la tradition « orientale », que l’on retrouve dans le plan de certains bâtiments comme le palais, les temples ou les habitations.

20D. Schlumberger découvrit le site en 1963 et en commença la fouille en 1964. Elle fut poursuivie, jusqu’en 1978, par la DAFA, par P. Bernard qui lui avait succédé.

  • 18  L’Amou Daria marquait la frontière entre l’Afghanistan et l’URSS : dans un premier temps, toute ph (...)

21Lors de sa découverte du site à la fin de 1963 et des premiers travaux qu’il mena à la fin de 1964, à la veille de son départ définitif de l’Afghanistan, Daniel Schlumberger laissait percer ses doutes puis éclater sa joie dans les courriers qu’il écrivait à son épouse, sa passion dominant alors sur ses préoccupations personnelles, lui faisant rédiger de véritables rapports ! Le temps des préparatifs ainsi que, par la suite, le projet d’une fouille programmée, lui inspiraient cependant de réelles inquiétudes, craignant que les autorités afghanes ne lui refusent d’une part, l’accès au site, d’autre part, l’autorisation d’y établir une véritable mission archéologique18.

22Surkh Kotal, 13 nov. 63

(...) Je ne me souviens déjà plus si je t’ai raconté mon voyage à Aï Khanoum, probablement que non. Journée épuisante, commencée à 6h du matin, terminée à minuit, et où je n’ai pratiquement pas quitté le volant, avec arrêts-thé dans divers endroits, arrêt pour déjeuner à l’endroit prévu, mais à 18h30 ! au lieu de 13h, et retour à Qunduz pour dîner, comme prévu, mais à 22h30, au lieu de 18 heures. Nous avons vu Aï Khanoum entre 15h30 et la nuit. C’est sûrement le site le plus important d’Afghanistan, sauf Bactres, mais bien plus intéressant que Bactres, car il n’y a aucune réoccupation (...). Comme à Surkh Kotal les monuments Kouchans ou peut-être même grecs sont à fleur de sol. On voit le tracé régulier de la ville quadrillée, comme Taxila, c’est-à-dire comme les villes grecques. Nous avons parcouru tout cela au pas de course, hélas. Nous n’avions ni appareil de photo, ni instruments de dessin, nous y étant engagés. La beauté du site, avec vue sur l’Hindou Kouch et sur le Pamir et sur les vallées des deux grands fleuves Oxus et Kokcha, est incomparable. (...)

23Kaboul, 27 sept. 64

24(...) Quant à moi j’ai décidé de rester ici, pour achever les manuscrits, et pour les audiences (du nouveau ministre de l’Éducation, du ministre de l’Intérieur, et peut-être du Roi, lequel part pour la Chine dans quinze jours). (...) L’objet de mes audiences est en particulier d’essayer d’obtenir de fouiller, sur l’Oxus, le fameux site dit « Aï Khanoum ». J’ai fait, dans le dîner d’hier, où se trouvait le secrétaire général du Ministre des Affaires Étrangères (qui a été mon premier professeur de persan), d’utiles travaux d’approche en vue de ce grand but.

25Poul-i-Khoumri, 11 nov. 64

  • 19  J. Aubert, J.-P. Barthel, Marc Le Berre, Paul Bernard, May Elzière, Gérard Fussman, Aziz.

(...) Je viens de communiquer avec Kaboul. On nous accorde cinq jours de fouille sur l’Oxus ! J’avais demandé une semaine à dix jours. Mais je craignais bien de ne rien obtenir du tout. De sorte que je suis dans la joie ! En revanche pas de restrictions sur le nombre des personnes : nous y allons tous 19 !
Marc doit arriver de Caboul demain soir jeudi, nous avons le vendredi pour les préparatifs, nous partons samedi matin.
Évidemment ces cinq jours vont peut-être être insuffisants ; ou même montrer que nous nous sommes trompés sur l’importance du site, qu’il y a des couches tardives, que sais-je ? Mais je ne le crois pas. On m’a bien précisé que ces cinq jours ne constituaient en aucune façon, pour le gouvernement, un engagement à nous laisser fouiller l’an prochain. Mais, à mon avis, si ces cinq jours nous permettent de prouver que le site est grec, ou même Kouchan, l’attrait des découvertes l’emportera. De toutes façons ces cinq jours sont une victoire, que nous avons finalement remportée sans même avoir besoin de l’appui du roi.

26Surkh Kotal, 13 nov. 64

(...) Demain matin départ pour l’Oxus. (...) Nous sommes tous extrêmement impatients de ce voyage, de cette nouvelle fouille, persuadés que nous allons faire des trouvailles sensationnelles, ce qui est évidemment le meilleur moyen d’être déçu si elles ne se produisent pas. (...)

27Dasht-i-Qala, 17 nov. 64

(...) Nous sommes arrivés ici avant-hier soir, après un long voyage, par un chemin pris pour raisons administratives, et qui n’était pas le plus court. Tout est encore dans les débuts. Nous n’avons que deux ouvriers : Nour Mohammed, et Mohammed Shah. Aubert est à Qunduz faisant réparer la troisième voiture.
Malgré cela les résultats sont au-dessus de tout ce que l’on pouvait espérer. Nous grattons dans un endroit de tessons, et tout le monde s’y est mis : Marc, Barthel, Bernard, May, Aziz, chacun armé de son couteau. Dès maintenant nous avons des foules de pots ou de fragments de pots, comme on en trouvait à Pompéi, des morceaux de vases à reliefs du type dit mégarien, une quantité de beaux profils aux arêtes aiguës, comme nous n’en avions jamais vus, à Bactres, Surkh Kotal ou ailleurs. Bref (...) nous jubilons tous. Nous avons aussi deux fragments de bases de colonnes en pierre, très différents des bases stéréotypées de Surkh Kotal. Dès maintenant il me paraît hors de doute que nous avons trouvé, pour la première fois, une ville grecque, proprement grecque, d’Asie Centrale. C’est avant tout dans l’espoir d’une telle découverte qu’avait été fondée la DAFA ; c’est ce que Foucher a cherché à Bactres, Ghirshman à Begram ; c’est ce qui m’a, plus que tout autre considération, décidé à accepter la direction de la DAFA, et, depuis dix-neuf ans, c’est ce que j’ai toujours visé, sans oser croire que la chose se produirait de mon vivant. C’est une trouvaille d’une portée historique qu’il est impossible de [sous-]estimer.
La ville est immense. On en voit le rempart Nord, admirablement conservé ; le quadrillage des rues avec de grands monuments transformés en alignements de taupinières ; une dépression terminée en hémicycle qui pourrait être le stade ; une vaste cour rectangulaire, qui pourrait être l’agora ou un péribole de sanctuaire, avec deux tépés jumeaux marquant le propylée. À chaque instant de nouvelles observations, de nouveaux indices aperçus suggèrent de nouvelles hypothèses.
Demain, si nous avons des ouvriers, nous ouvrons trois ou quatre chantiers, dont celui du « stade » et du « propylée ». (...)
Le temps est superbe, très froid la nuit, encore très chaud le jour. Je me suis baigné dans la Kokcha. Nous déjeunons sur le site, en vitesse, au bord de ce fleuve magnifique.
Les découvertes continuent, bien que nous n’ayons pas d’ouvriers. Aujourd’hui d’extraordinaires acrotères de terre-cuite, de nouveaux vases, des amphores « rhodiennes » comme on en voit dans tous les musées de Grèce. Nous jubilons. (...)

28Dasht-i-Qala (Aï Khanoum) 23 nov. 64

(...) Nous sommes encore ici pour quatre jours. Totalement sans nouvelles, naturellement, car notre courrier s’entasse à Pul-i-Khumri. Nous n’avions pas prévu que nous pourrions prolonger. Du reste, si même nous avions prévu, cela n’eût pas changé grand chose. Il n’y a pas de bureau de poste ici, et aucun trafic d’étrangers : cette région frontière est véritablement le bout du monde.
Tout va aussi bien que possible. Le caractère grec du site est cent fois confirmé. Nous croulons sous la poterie à palmettes. Mais il n’y a pas que la poterie. Nous avons des tuiles décorées, de la grande architecture en pierre de taille (des miettes seulement, les monuments restent à trouver). Nous fouillons le propylée d’une vaste cour rectangulaire. Nous nageons dans les hypothèses. Nous pensons avoir trouvé le théâtre et le stade, mais ne réussissons pas à le prouver (c’est-à-dire que les sondages n’ont encore rien donné). Mais ces échecs de détail n’ont aucune importance.
Nous campons dans l’usine de Sarwar, à Dasht-i-Qala (le nom du village). Aï Khanoum est le nom du site. Nous sommes très bien installés dans quatre pièces, chauffables dont une fait salle à manger ; avec en outre une tente-dortoir, et le matériel dans la cour sous les platanes. Il y a une petite salle de douches. C’est on ne peut mieux. Tout le monde est très content, Bernard au septième ciel (retrouver ici la Grèce !), et moi aussi.
Gérard vient de recevoir, avec quatre ou cinq jours de retard, le télégramme lui annonçant la naissance d’un fils. (...)

29Surkh Kotal, 30 nov. 64

(...) Il nous a fallu deux jours pleins pour revenir ici, avec arrêt d’une nuit à Qunduz, bien que la distance soit de moins de 250 km. Tempête de sable, suivie de pluies, puis de neige, pannes répétées, nous avons eu tout ce qui peut agrémenter les voyages en Afghanistan. Les routes sont des lacs de boue, la colline est sous la neige, et il est hors de question d’y faire monter les voitures. Cela n’empêche pas du tout le monde d’être gai. L’inappréciable Barthel réorganise le camp, et nous espérons ravoir l’électricité ce soir (...).
Les derniers jours de la fouille d’Aï Khanoum ont été à la hauteur des premiers. Nous avons des fûts de colonne en pierre, d’un très bon travail, un fragment d’un grand chapiteau corinthien, de la poterie en masse, avec beaucoup de pièces intactes. Nous avons de quoi nous constituer, pour l’usage quotidien, un service de douze écuelles (...), grecques, en parfait état. Quelques tessons avec des lettres grecques (les restes des noms des propriétaires des vases) (...)

30Caboul, le 5 déc. 1964

(...) Ce séjour sur l’Oxus nous laisse un souvenir parfait.
Ce soir premier entretien avec Farhadi, pour engager les démarches destinées à nous faire obtenir l’autorisation de pratiquer une grande fouille l’an prochain. Je suis plein d’espoirs en même temps que d’appréhension. (...)

Notes

1  Pour chaque site, on trouvera un récapitulatif de l’historique, des vestiges mis au jour, des circonstances de la découverte et des années consacrées par le fouilleur. On renvoie, en notes, à la bibliographie de D. Schlumberger.

2  Voir les publications nos 1, 10, 11, 14, 17 de D. Schlumberger.

3La Palmyrène... (no 1 dans la liste), p. 130. Conclusion reprise dans ce volume (texte 2).

4  Voir les publications nos 7, 12, 15, 19, 24 de D. Schlumberger.

5  Daté du ier siècle par D. Schlumberger, datation aujourd’hui remise en question : D. Genequand, dans « Some Thoughts on Qasr al-Hayr al-Gharbi, its Dam, its Monastery and the Ghassanids », Levant 38, 2006, p. 63-83, associe ce barrage à la période omeyyade.

6  Voir les publications nos 3, 25, 26, 27, 58, 79 de D. Schlumberger.

7  Lettre du 22 avril 1947.

8  Lettre du 21 nov. 1947.

9  Lettre du 26 nov. 1947.

10  Young R., « The South Wall of Balkh-Bactra », American Journal of Archaeology 59, 1955, p. 267-276.

11  Voir les publications nos 5, 28, 29, 32, 33, 34, 35, 36, 37 de D. Schlumberger.

12Lashkari Bazar... (no 5 dans la liste), p. 1.

13  « La recherche archéologique française en Afghanistan » (no 62 dans la liste), p. 2 de notre version (qui en est la pré-rédaction) issue des archives personnelles de D. Schlumberger.

14  Voir les publications nos 6, 38, 39, 40, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, , 53, 55, 56, 57, 60, 63, 64, 65, 69, 70, 73, 74, 75, 101 (voir aussi nos 4, 61, 86) de D. Schlumberger.

15  Les étapes de la fouille sont très bien décrites jusqu’en 1961, dans « The Excavations at Surkh Kotal... » (no 69 dans la liste), p. 80-86.

16  Fussman G., « Introduction » dans Surkh Kotal en Bactriane (no 6 dans la liste), p. 1.

17  Voir les publications nos 76, 81, 82, 85 (voir aussi nos 4, 86) de D. Schlumberger, ainsi que les publications postérieures de la DAFA sur ce site.

18  L’Amou Daria marquait la frontière entre l’Afghanistan et l’URSS : dans un premier temps, toute photographie était même exclue dans cette zone.

19  J. Aubert, J.-P. Barthel, Marc Le Berre, Paul Bernard, May Elzière, Gérard Fussman, Aziz.

Table des illustrations

Légende Qasr el-Heir el Gharbi, vue du palais vers le sud-est, 1936.Noter les cônes de terre, issus des déblais de fouille, et les blocs disposés de façon à être répertoriés. Photo Armée du Levant.
Crédits © Photothèque de l’Institut français du Proche-Orient.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1396/img-1.png
Fichier image/png, 352k
Légende Plan de Bactres avec indications des sondages systématiques ouverts par D. Schlumberger (représentés sous la forme de points noirs).Relevé M. Le Berre. Dans Monuments préislamiques d’Afghanistan, Paris, 1964.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1396/img-2.png
Fichier image/png, 114k
Légende Plans de Lashkari Bazar et de Bust. Dans Lashkari Bazar. Une résidence royale ghaznévide et ghoride, Paris, 1978, volume de planches.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1396/img-3.png
Fichier image/png, 240k
Légende Le sanctuaire de Surkh Kotal, temple et quartiers nord.
Crédits © J.-M. Dentzer.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1396/img-4.png
Fichier image/png, 244k
Légende Plan d’Aï Khanoum. Dans Rapin C., La trésorerie du palais. L’apogée et la chute du royaume grec de Bactriane, Fouilles d’Aï Khanoum 8, Mémoires de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan 23, Paris, 1992.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1396/img-5.png
Fichier image/png, 174k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable