Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Daniel Schlumberger

Le parcours scientifique de Daniel Schlumberger 1

Mathilde Gelin

Texte intégral

  • 1 Voir la présentation donnée par G. Fussman dans le Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient.

Carte des principaux lieux d’étude (indiqués en italiques) de D. Schlumberger.

Carte H. David.

  1. Aperçu historique de l’Orient hellénisé, d’Alexandre aux Sassanides

  • 2 C’est-à-dire le plateau iranien. Les régions mentionnées dans cette partie renvoient à la géograph (...)

1Avec la conquête d’Alexandre à partir de 334 av. J.-C., la domination macédonienne et grecque s’étendit de la Méditerranée à l’Inde aux dépens de l’empire achéménide, incluant, de 330 à 225, le monde iranien 2 et les steppes d’Asie Centrale jusqu’au nord du Gange.

  • 3 Satrapie qui couvrait les régions actuelles du nord de l’Afghanistan, du sud de l’Ouzbékistan et d (...)
  • 4 Diodote Ier, satrape de la Bactriane, de la Sogdiane et de la Margiane, s’auto-proclama roi indépe (...)

2Après la disparition du conquérant, les luttes entre ses successeurs causèrent de nombreux troubles et des tendances séparatistes se développèrent très tôt dans ces régions périphériques, loin des centres de l’empire séleucide qu’étaient Antioche ou Séleucie du Tigre. Ainsi, les provinces de l’Inde furent perdues peu de temps après la mort d’Alexandre, perte consacrée par un accord établi entre Séleucos Ier et Chandragupta en 303. La Bactriane 3 quant à elle, connut, vers 250 av. J.-C., la création d’un royaume gréco-bactrien 4 qui dura jusque vers le début du iie siècle.

  • 5 Les Parthes, provenant de l’Hyrcanie et de la Parthyène, sur les rives orientales de la mer Caspie (...)
  • 6 Les Kouchans sont issus des Yue-zhi, nomades qui déferlèrent en Sogdiane et en Bactriane, du début (...)

3La tentative d’Antiochos III de restaurer l’unité de l’empire, à la toute fin du iiie siècle av. J.-C., ne put en empêcher l’éclatement. Ce phénomène de rupture avec l’empire séleucide fut d’autant plus accentué que, à partir de la deuxième moitié du iiie siècle av. J.-C., l’empire parthe 5, en prenant pied en Mésopotamie et sur la bordure occidentale du plateau iranien, avait créé une rupture sur l’étendue de l’empire séleucide : la Bactriane se trouvait en position isolée, à l’est. À la fin du iie siècle av. J.-C., les Gréco-Bactriens en furent chassés par des nomades qui se constituèrent en empire kouchan 6.

4Au tournant de l’ère chrétienne et au moins jusqu’au iie siècle ap. J.-C., quatre grands empires dominaient l’Orient, de la Méditerranée à la Chine : romain, parthe, kouchan, chinois. Ils évoluaient en établissant des contacts entre eux, de manière plus ou moins importante.

  • 7 Les Sassanides, originaires du sud-ouest de l’Iran, se voulaient les héritiers des Achéménides. Le (...)

5Vers la fin du iiie-début du ive siècle, les empires parthe et kouchan disparurent sous les coups des Sassanides 7.

  1. Daniel Schlumberger et l’Orient hellénisé

  • 8 « Descendants... » (no 61 dans la liste), p. 135, repris dans ce volume (texte n°4).
  • 9  « Aï Khanoum… » (no 81 dans la liste), p. 39-40.

6Daniel Schlumberger aimait à dire que ce sont les hasards de sa carrière 8 qui l’avaient mené d’un bout à l’autre de l’Orient hellénisé, de la Syrie à l’Afghanistan. Il disait également que c’est la Tychè des archéologues qui lui avait permis ses plus belles découvertes, comme le trésor monétaire de Mir Zakah, les sites de Surkh Kotal ou d’Aï Khanoum 9.

  • 10 Alors directeur du service des Antiquités et des Musées de Syrie et du Liban.

7Il est vrai que, à l’origine, c’était pour répondre à une demande de son ami Henri Seyrig 10 qu’il se rendit en Palmyrène en 1933, dans le but de répertorier et de protéger des sites menacés par des pilleurs : il y travailla deux ans et en fit le sujet de sa thèse principale. Il est vrai également que, spécialiste confirmé de l’art islamique qu’il étudia plus particulièrement à Qasr el-Heir el-Gharbi puis à Lashkari Bazar, c’est par ses découvertes qu’il fut amené à devenir l’un des plus grands spécialistes de l’art hellénistique en Orient. Vrai, encore, que c’est une trouvaille fortuite qui le mena à Surkh Kotal, où il devait fouiller durant huit ans et mettre au jour un immense sanctuaire mêlant éléments orientaux et grecs. Enfin, c’est un chapiteau de type grec, dévoilé au roi d’Afghanistan, qui le guida à Aï Khanoum où, après vingt ans de recherches en Asie Centrale, il découvrit une ville grecque en terre afghane. Mais il est vrai, aussi, que c’est bien le hasard qui est à l’origine de la plupart des grandes découvertes archéologiques...

  • 11 Plutôt qu’à Begram, où l’on souhaitait le voir reprendre l’ancienne fouille de J. Hackin et R. Ghi (...)
  • 12 Lettre du 12 octobre 1945, rédigée au Dean’s Hotel à Peshawar.
  • 13 Lettre du 25 octobre 1945, à Poul-i-Khoumri.

8Cependant, le parcours de Daniel Schlumberger, si proche de celui des Grecs menés par Alexandre et sur les pas desquels il marchait lui-même, était bel et bien conduit par sa volonté. Dès son arrivée en Afghanistan, il avait, en effet, déjà parfaitement déterminé où travailler. Mon intérêt, en ce moment, se porte bien plus vers la Bactriane 11, c’est-à-dire le Turkestan afghan, où je compte aller avant la fin de ce mois 12, cette région que je tiens pour la première du pays en importance archéologique 13. Il était en effet convaincu que c’était en Bactriane que devait se révéler la présence grecque.

  • 14 Texte repris dans ce volume (texte 1), p. 99.

9Pour lui, cette présence grecque se rencontrait dans les différentes formes artistiques connues en Orient. Il est frappant de constater que, dès sa première publication en 1933, consacrée aux formes corinthiennes de chapiteaux 14, il a su démontrer que cette production de Syrie, de Palestine et d’Arabie, dérivait de l’art hellénique. Cet art, certes, était transformé, notamment par les Orientaux de la Syrie du Nord mais, contrairement à la vision qui prédominait alors, il ne devait rien à l’influence de l’art romain, qu’il ait transité ou non par Baalbeck.

  • 15 Notamment dans « Descendants... » (no 61 dans la liste et texte no 4 infra, p. 225).
  • 16 « The Excavations at Surkh Kotal… » (no 69 dans la liste), p. 90.
  • 17 L’art parthe, étudié auparavant par M. Rostovtzeff, n’était pas un fait isolé comme on avait pu le (...)

10Le ton était donné : Daniel Schlumberger n’allait pas dévier de cette ligne directrice, durant quarante ans de parcours scientifique. Il fut, en quelque sorte, l’apôtre de la puissance que la civilisation et l’art grecs ont manifestée en Orient, et du foisonnement culturel que ceux-ci ont engendré. L’influence grecque en Orient était déjà largement connue mais, à partir de l’époque hellénistique, cette influence est devenue beaucoup plus profonde, au point d’être assimilée par les cultures orientales et d’en être partie intégrante. Daniel Schlumberger a su montrer 15 en effet que, de la Méditerranée orientale à l’Inde, les influences de l’art et de la civilisation helléniques et, particulièrement, hellénistiques, ont survécu aux Grecs eux-mêmes, jusqu’aux premiers arts musulmans. À travers ses travaux, il a fait apparaître notamment comment les Orientaux ont puisé à la source de l’art hellénique, introduit directement en Orient par les colons grecs, pour composer leur art propre. La richesse des mariages de l’art grec et des arts orientaux a ainsi permis la naissance de ces arts qui ont dominé l’Orient durant plusieurs siècles, palmyrénien, parthe, gréco-bactrien, kouchan. Daniel Schlumberger les considérait comme issus d’une même souche et les regroupait sous la dénomination commune d’art gréco-iranien, un « art oriental vêtu à la grecque 16 », mis au jour à Surkh Kotal. Pour lui, ces arts conservaient leurs origines iraniennes anciennes, et intégraient celles des nouveaux souverains iraniens d’origine nomade 17. L’art gandhārien (gréco-bouddhique), quant à lui, n’ayant pas directement ces racines iraniennes, pouvait cependant être intégré dans l’art gréco-iranien car il était lié à l’art dynastique kouchan.

  • 18 A. Foucher, L’art gréco-bouddhique du Gandhâra : étude sur les origines de l’influence classique d (...)
  • 19 M. Wheeler, « Romano-Buddhist Art : An Old Problem Restated », Antiquity 23, 1949, p. 4-19. Id., R (...)

11Cette nouvelle vision, étayée par de sérieuses découvertes, fit l’effet d’une véritable révolution scientifique. Les théories sur le sujet qui avaient alors court en Occident étaient, d’une part, celles défendues par Alfred Foucher, dans L’art gréco-bouddhique du Gandhâra et dans La vieille route de l’Inde 18, et d’autre part, celles d’une « école » anglo-saxonne dont Mortimer Wheeler, que Daniel Schlumberger tenait comme son plus brillant avocat, exposa les principes dans ses publications « Romano-Buddhist Art » et Rome beyond the Imperial Frontiers 19.

12Pour le premier, les influences de l’art grec dans l’art du Gandhāra étaient évidentes, mais l’absence de toute trace des Grecs eux-mêmes sur le sol afghan était accablante. Les Grecs avaient certes été en Asie Centrale mais, semblables à un « mirage » et, malgré les témoignages des auteurs anciens qui attestaient notamment leur activité de fondateurs de villes, ils étaient passés sans laisser de trace tangible, à l’exception de monnaies : leur présence tenait de la légende. Daniel Schlumberger a non seulement prouvé la réalité de cette implantation grecque en Bactriane, grâce à ses découvertes archéologiques, mais a, de plus, intégré une nouvelle dimension en montrant que l’élément iranien était le vecteur de l’art hellénique en Asie Centrale.

  • 20 Voir son article sur les « Coiffures féminines à Rome et en Inde » (no 84 dans la liste).
  • 21 Voir infra le texte no 5 (« L’hellénisme en Afghanistan »), p. 393.
  • 22 D’ailleurs M. Wheeler lui-même, reconnut par la suite le bien-fondé de cette thèse, dans son Flame (...)

13Pour le second, l’art hellénique n’avait pas influencé l’art gréco-bouddhique directement, mais avait été transmis par l’intermédiaire de l’art gréco-romain. C’est donc sous sa forme romanisée, en empruntant les voies maritimes de la Méditerranée romaine vers l’Inde, où les comptoirs commerciaux jouaient le rôle de relais, que l’art hellénique avait pu influencer l’art du Gandhāra. Cette théorie était confortée, entre autres découvertes, par le trésor de Begram du iie siècle ap. J.-C. (bronzes, verres, stucs), témoin évident de la présence de l’art romain sur ces terres orientales. Daniel Schlumberger ne niait pas l’impact ni l’influence de la civilisation et de l’art romains jusqu’en Inde et les relevait même dans certaines œuvres 20. Mais, pour lui, la civilisation romaine n’était « qu’une forme tardive et particulière de la civilisation grecque 21 ». Dans le cas de l’art gréco-bouddhique, grâce, notamment, à une étude approfondie des œuvres, il a pu montrer que l’art romain n’était pas le relais de l’art hellénique, ce rôle étant tenu, là aussi, par l’élément iranien 22.

  • 23 D’une manière générale, les travaux de l’archéologue ont été perçus avec un grand intérêt en Union (...)

14Les chercheurs soviétiques, qui étaient davantage ancrés dans la recherche en Asie Centrale que les Occidentaux, connaissaient bien ces arts aux multiples influences et avaient déjà mené divers travaux sur ces sujets. Cependant, aucune étude aussi poussée et de l’ampleur de celle de Daniel Schlumberger, n’avait vu le jour 23.

  • 24 Voir infra le texte no 5 (« L’hellénisme en Afghanistan »), p. 393.
  • 25 Voir infra les extraits de ses lettres rédigées lors de la découverte d’Aï Khanoum, p. 71 à 76.

15La mise au jour par Daniel Schlumberger, à Surkh Kotal, d’un sanctuaire kouchan qui dévoilait un « art gréco-bouddhique non bouddhique 24 », ainsi que les découvertes faites à Surkh Kotal et Kandahar d’inscriptions utilisant l’alphabet grec pour transcrire le bactrien ou traduire l’indien, l’art du Gandhāra enfin, étaient autant de traces de l’empreinte profonde laissée par les Grecs en Asie Centrale, au point de leur survivre plusieurs siècles. Malgré l’infortune des recherches à Bactres, Daniel Schlumberger demeurait convaincu que les Grecs avaient également bâti des villes grecques dans la région et que leur découverte n’était qu’une question de temps ; il pensait que ce ne serait peut-être pas de son vivant 25. Aï Khanoum vint le contredire, le remplissant de joie : il trouvait là une ville grecque avec ses monuments, son plan d’urbanisme et son décor typiquement grecs, réalisée par et pour des Grecs, et qui était en même temps fortement marquée par des éléments orientaux.

  • 26 Aujourd’hui, de nombreux sites ont été découverts qui confirment la présence grecque et ses impact (...)
  • 27 « De la pensée grecque à la pensée bouddhique » (no 96 dans la liste). Cette hypothèse, bien que t (...)

16C’était la preuve de l’implantation grecque en Bactriane, le symbole de la victoire du mélange des cultures hellénique et orientale. C’était aussi la confirmation des déductions logiques de Daniel Schlumberger, la suite évidente de ses découvertes réalisées précédemment 26. Peu de temps avant sa disparition, sa réflexion l’amenait même à voir, dans certains préceptes du bouddhisme, la marque de l’épicurisme 27.

17Par ailleurs, Daniel Schlumberger a aussi su dépasser « l’hellénocentrisme » et le « méditerranéocentrisme » qui prédominaient alors chez les chercheurs occidentaux, pour montrer l’originalité de chacun des arts nés de la communion grecque avec l’Orient, ce terme d’« Orient » recouvrant lui-même différentes réalités. L’art parthe et l’art gréco-bouddhique provenaient tous deux de la même souche gréco-iranienne, mais étaient différents, chacun ayant sa spécificité propre et ayant développé différemment son héritage des cultures grecque et iranienne.

18En fondant sa démarche scientifique sur l’histoire de l’art et l’archéologie, Daniel Schlumberger a dévoilé tout un pan de l’histoire des Grecs en Orient, et de l’histoire de l’Orient après les Grecs. Il a ouvert la recherche à la connaissance des Kouchans, désormais reconnus comme l’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. Enfin, il a pu découvrir les origines gréco-iraniennes des arts parthe et gréco-bouddhique, appuyant ses théories sur de solides découvertes.

19Pour toutes ces raisons, Daniel Schlumberger fut un chercheur éminent au talent remarquable et ses travaux sur l’impact de l’hellénisme en Orient furent déterminants.

  • 28 Voir les nos 5, 6, 7 dans la liste.

20Après ses travaux, en Occident les archéologues, les historiens et un large public, ont alors porté un intérêt particulier à ces régions d’Asie Centrale et à ces civilisations antiques. Enfin, il est à noter que, même plusieurs années après sa disparition, ses collaborateurs, dont certains qu’il avait contribué à former, ont tenu à publier ses écrits, même partiels, en particulier les résultats de ses grandes fouilles qu’il n’avait pas eu le temps d’achever. Ces textes permettent néanmoins de compléter les travaux de cet infatigable chercheur 28.

  1. Une sensibilité exceptionnelle à la découverte de l’Afghanistan et au service du chercheur

21Des publications de Daniel Schlumberger et des courriers qu’il écrivait à son épouse lors de son arrivée en Afghanistan, il ressort une personnalité très cultivée, dotée d’une grande sensibilité et particulièrement réceptive aux personnes, à son environnement et à l’art.

  • 29 Lettre du 8 déc. 1945, à Kaboul.

22Ainsi, de retour d’une invitation à l’ambassade soviétique à Kaboul, où il avait visionné un film portant sur un congrès de musulmans soviétiques d’Asie Centrale, il faisait le constat suivant : (...) j’ai été ravi, quant à moi, du film pour Musulmans. Cet Islam d’Asie Centrale, dont l’Islam afghan n’est qu’une nuance, m’intéresse extrêmement. Ayant effleuré tous les pays arabes et ayant vécu dans quelques-uns — ayant un peu connu l’Islam de Turquie et des Balkans — ayant touché à l’Islam noir au Soudan, à Lambaréné, à Gao — ayant maintenant le contact de l’Islam irano-mongol, avec même à Peshawar un coup d’œil sur l’Islam indien, je m’aperçois que j’embrasse par connaissance directe le domaine musulman presque entier, et que j’ai de la vie musulmane une vue infiniment plus large et plus approfondie que je ne pouvais avoir il y a cinq ou six ans, où je ne connaissais guère que le monde arabe. C’est une grande joie qu’un tel élargissement. Ce que je ne me pardonne pas, c’est de ne pas avoir appris l’arabe au temps où je le pouvais, faute de quoi ma science islamique ne sera jamais que balbutiement et savoir de seconde main. Je m’efforce du moins de ne pas commettre la même faute pour ce qui est du persan : je prends des leçons de façon très régulière, avec plaisir et fruit, dans un livre de lectures enfantines à très grands caractères, mais sans voyelles. À première vue le persan me paraît beaucoup plus facile que l’arabe. Mais je sens mes quarante ans, et que j’ai passé l’âge d’apprendre des langues... 29

  • 30 Lettre du 17 sept. 1945, à Kaboul.

23Il s’intéressait de la même manière à la condition des femmes en Afghanistan, qu’il décrivait en détaillant notamment la burqa : Les femmes, qu’on aperçoit dans les campagnes, sont pratiquement absentes des bourgs et des villes, où elles sont totalement séquestrées. (...) Lorsque, par extraordinaire, une femme sort, ce n’est pas sous le voile léger des Beyrouthines, mais sous une sorte de cagoule en tissu épais qui les enveloppe des pieds à la tête, dissimulant complètement les formes, avec un petit grillage comme une passoire à hauteur des yeux 30.

  • 31 Lettre du 28 oct. 1945, à Tashkurgan.

24La beauté d’un lieu pouvait le frapper autant qu’un autre le lasser. Cette sensibilité, qu’il savait particulièrement bien rendre par son style épistolaire, associée à une solide culture, lui permettait de comprendre un paysage et ce que celui-ci avait pu représenter pour les civilisations antiques qui s’y étaient succédé. Tachkourgân est un endroit d’une très grande beauté, et m’enchante autant que les paysages des deux derniers jours ont été d’une sévérité et souvent même d’un ennui rare. C’est la porte Nord de l’Hindoukouch, le point où le voyageur venant de l’Inde, a enfin et subitement les interminables montagnes derrière lui, et débouche sur une plaine sans fin qui n’est que le commencement de la steppe russe du Turkestan. Inversement c’est le début de la fissure, ou l’une des fissures, par lesquelles l’Asie Centrale nomade s’est déversée sur l’Inde. Or tout cela est comme inscrit dans le paysage. La montagne est là, présente, sous les aspects d’une formidable muraille fauve, fendue comme d’un coup de sabre, d’où s’écoule un fleuve de jardins vert sombre. Dans les jardins de la ville, moutonnement de coupoles de terre (assez semblables à celles de Syrie du Nord), la rivière divisée en quantité de bras, et enjambée par de vieux ponts de brique. Gardant l’entrée du défilé, une de ces étonnantes forteresses à la Gustave Doré qui est un des charmes des paysages afghans. Partout ailleurs, atteignant le pied même de la montagne, et encerclant l’oasis, la steppe désertique où s’aperçoivent au loin les villes ruinées que nous devons visiter demain 31.

  • 32 Lettre du 5 janv. 1946, à Karachi.
  • 33 Lettre du 25 sept. 1945, à Bamiyān.

25De plus, par son travail, Daniel Schlumberger avait un œil exercé à l’art antique et à l’art islamique, qui lui permettait de repérer rapidement les caractéristiques communes d’œuvres d’art pourtant géographiquement éloignées, qualité sans laquelle il n’aurait pu réaliser ses recherches les plus fondamentales. Ainsi, à Ahmedabad en Inde, retrouvait-il sur les monuments de pierre de la ville, indianisés mais incontestables, des motifs du premier art musulman (abris de Qasr el-Heir) 32 ou, à Begram, s’extasiait-il sur le musée, qui résumait à lui seul les multiples courants artistiques qui pouvaient se mêler en Asie Centrale, (...) musée inouï d’intérêt, où voisinent avec des ivoires indiens et des laques de Chine des bronzes et des plâtres de pur art grec, le tout tiré d’une fouille, d’une couche, d’un bâtiment unique : le trésor du palais des rois kouchans à Begram 33.

  • 34 Souligné dans le texte.
  • 35 Lettre du 10 nov. 1945, à Kaboul.

26Cette qualité, couplée avec une capacité évidente à envisager clairement les problématiques, a pu, à ses débuts en Afghanistan, le pousser à s’interroger sur certains chercheurs trop spécialisés qui ne sortaient pas de leur domaine. Il en comprenait aussitôt les raisons et restait pleinement conscient de ses propres lacunes. Je profite de ces quelques jours passés en chambre (forte crise de paludisme) pour travailler dans les livres. Je vois peu à peu s’ouvrir devant moi les vastes perspectives de l’archéologie et de l’histoire de l’Iran, de l’Inde et du Turkestan chinois, pleines elles-mêmes de jungles et de broussailles, et entre lesquelles il y a toujours un terrain non défriché, un « missing link » afghan. Ce que j’ai à apprendre34 est immense. Je suis frappé de voir, dans mes lectures, comme les plus grands savants d’Europe sont « one-sided » et ne connaissent chacun que le domaine iranien, le domaine indien, le domaine chinois : c’est que ce champ asiatique est vraiment trop vaste 35.

  1. Daniel Schlumberger directeur de la délégation archéologique française en Afghanistan

  • 36 Sur la DAFA, voir le site internet de l’institution www.dafa.org.af, ainsi que F. Olivier-Utard, P (...)

27Depuis 1840, l’Afghanistan, sous tutelle russe, était resté fermé aux étrangers. En 1922, l’Émir Amanullah, après s’être fait reconnaître roi d’Afghanistan, annula cette interdiction et c’est à cette date que fut fondée la Délégation archéologique française en Afghanistan 36avec, pour premier directeur, Alfred Foucher. À travers la délégation, la France se voyait attribuer, de la part du gouvernement afghan qui n’avait pas de service des antiquités, le monopole des fouilles archéologiques sur la totalité du territoire. Le siège de la délégation se trouvait à Paris, au Musée Guimet, celle-ci ayant alors le statut d’une mission et non d’une institution.

28En 1925, Alfred Foucher quitta la délégation et c’est Joseph Hackin qui, bien que non officiellement nommé, assuma les fonctions de directeur et travailla à Begram, Bamiyān, Hadda. Puis, nommé en 1941, Roman Ghirshman lui succéda, mais fut dès 1942 révoqué par le régime de Vichy. Après la deuxième guerre mondiale, en 1944, Daniel Schlumberger accepta la direction de la délégation, placée sous la tutelle du ministère français des Affaires étrangères. Il put se rendre en Afghanistan en 1945, acceptant les conditions du gouvernement afghan, qui étaient l’ouverture des fouilles à d’autres pays (signant la fin du monopole de la France) et le transfert du siège de la délégation à Kaboul, cette dernière changeant de statut et devenant une mission permanente. Ces deux souhaits s’accordaient parfaitement avec ceux exprimés par le nouveau directeur.

  • 37 « La recherche archéologique... » (no 62 dans la liste) et G. Fussman, « Introduction », dans Surk (...)

29Tant à Alfred Foucher qu’à Daniel Schlumberger, le gouvernement français avait donné comme directive principale la fouille du prestigieux site de Bactres, dans l’espoir de découvrir la ville grecque. À partir de 1945, cependant, l’Afghanistan souhaita plutôt développer les recherches sur des sites antérieurs et postérieurs à l’époque grecque. De la sorte, sous la direction de Daniel Schlumberger, les missions ont concerné presque toutes les périodes historiques et préhistoriques, sur les sites de Begram, Lashkari Bazar, Djam, Gul Dara, Khair Khaneh, Fondukistan, Mir Zakah, Kama Dacca, Surkh Kotal, Qunduz et enfin, Aï Khanoum. Par ailleurs, la mission archéologique de l’Indus, dirigée par Jean-Marie Casal, fut accueillie à la DAFA et fouilla le site préhistorique de Mundigak 37. De plus, Daniel Schlumberger, convaincu de l’immensité de la tâche à accomplir sur un territoire aussi vaste, souhaitait réaliser une carte archéologique de l’Afghanistan, couplée à des prospections systématiques. Malheureusement, un manque de moyens matériels n’a pas permis à ce projet d’aboutir.

  • 38 Lettre du 6 juil. 1948, à Paris.
  • 39 Lettre du 11 juil. 1948, à Paris.

30En effet, durant sa direction de la délégation, malgré un travail de terrain relativement prolifique, Daniel Schlumberger s’est, paradoxalement, heurté à de nombreuses et graves difficultés matérielles, dues au manque de moyens financiers qui lui étaient alloués par le gouvernement français et qui, aggravées par une forte inflation de la monnaie afghane, entraînèrent de réels problèmes, mettant parfois en péril son propre poste. Ainsi, en déplacement à Paris afin de plaider sa cause et celle de la délégation auprès de la Commission des Fouilles, Daniel Schlumberger expliquait à son épouse que les membres de la commission étaient étranglés par un Ministère des Finances dictatorial. J’ai rejeté hier une série de « solutions » plus impraticables les unes que les autres, en séance de la Commission, dans une discussion très animée. Finalement on est revenu au vieux projet de m’envoyer seul en Afghanistan, pour six mois, vous restant en France. J’ai dit que je ne voulais pas, et l’avais déjà dit. Le Ministre [Marx] qui présidait m’a demandé avec insistance de ne pas repousser cette solution — ou tout au moins de l’étudier comme solution exceptionnelle pour un an — avec l’espoir qu’en 1950 une situation améliorée permettrait de nous renvoyer tous en Afghanistan. J’ai marqué avec vigueur que je ne m’engageais à rien, que je n’étais pas sûr qu’il résultât de ce système une économie suffisante, et qu’en tous cas je ne pouvais l’accepter que comme solution temporaire pour un an (1949). Mais je n’ai pu refuser d’étudier cette proposition, (...) l’alternative est d’être sur le pavé au 1er janvier 1949 et la perte probable de la DAFA 38. Il pensait que la transformation de la délégation en un institut de recherche, semblable à celui de Beyrouth, pourrait être bénéfique, car elle représentait un changement de statut qui seul permettrait d’échapper à la mise en parallèle avec « les missions » qui nous étrangle 39, mais ne l’obtint pas. Les économies restaient à l’ordre du jour, la commission allant jusqu’à s’interroger sur l’utilité de la bibliothèque de la DAFA, pour laquelle un budget d’acquisition d’ouvrages était également nécessaire.

31Malheureusement pour lui, Daniel Schlumberger ne put disposer de moyens suffisants pour faire séjourner sa famille en Afghanistan de manière continue ; son premier séjour à Kaboul date de la fin juillet 1946, soit près d’un an après son départ du Liban en août 1945. L’année 1956 signe le retour définitif de la famille en France, suivie en 1957 par Daniel Schlumberger, nommé professeur à l’Université de Strasbourg. Par la suite, celui-ci ne revint en Afghanistan qu’à l’occasion de ses campagnes de fouilles archéologiques.

  • 40 Il est à noter que, à la même période, l’Institut français d’Archéologie de Beyrouth, confronté à (...)
  • 41 Lettres du 11 juil. 1948, à Paris, et du 23 janvier 1949.

32Ces difficultés matérielles incessantes 40, qui concernaient autant le statut de la DAFA que la présence même de ses collaborateurs, la bibliothèque, les voitures, le matériel de fouille, le salaire des ouvriers, ainsi que l’obligation qui lui était faite de passer une grande partie de l’année seul sans sa famille, avaient parfois poussé Daniel Schlumberger au découragement, exprimé en ces termes à son épouse : je ne te parle pas de mes affaires. Elles sont inextricables, et ma vie est un vrai cauchemar, et je perds le sommeil, au point d’envisager très sérieusement, et à plusieurs reprises, de démissionner 41.

  • 42 Ministre de France à Kaboul.
  • 43 Lettre du 8 nov. 1945, à Kaboul.
  • 44 Souligné dans le texte.
  • 45 Lettre du 20 déc. 1945, à Kaboul.

33Par ailleurs, l’installation même des locaux de la DAFA, ainsi que la préparation de son logement, accapara une grande partie du temps de Daniel Schlumberger à son arrivée. De plus, il se trouva confronté à des habitudes sociales de réceptions, « en habit », qui le déconcertaient dans la mesure où il n’était pas habitué à un tel formalisme au Liban et en Syrie. Il dut prendre son rôle d’hôte très au sérieux, non sans inquiétude et non sans humour. Il sera indispensable que nous recevions, et que nous recevions bien : Serres 42 (...) me le répète deux fois par semaine. (...). Le vrai problème sera (...) [que] la cuisine est innommable, et pourtant (...) [le cuisinier] est plein de zèle 43. Un mois plus tard, Nous avons eu aujourd’hui notre premier grand déjeuner : neuf personnes (...). En éliminant les desserts genre colle forte, et toutes les entrées pâteuses que mon cuisinier doit à sa formation (...), et que je commence à connaître, j’avais réussi à obtenir un déjeuner présentable, avec un poulet très tendre et un gigot vraiment succulent. Comme je n’ai point à inviter les mêmes personnes je pense que j’en resterai là et que tous les dîners que je vais donner auront exactement 44 le même menu 45.

  1. Daniel Schlumberger homme de terrain

34Daniel Schlumberger exerça son activité de terrain des années 1930 aux années 1960. C’est au cours de cette période et, plus particulièrement à partir des années 1950, que l’archéologie évolua pour se constituer en une véritable science. Ses méthodes, notamment l’étude stratigraphique, et ses moyens d’interprétation se précisèrent et furent de plus en plus appliqués sur les chantiers de fouille. Cette application, cependant, s’est heurtée à ses débuts à des difficultés et des lenteurs, dues aux probables lacunes d’un enseignement pratique loin d’être systématique dans les universités. Les archéologues n’avaient d’autre solution que d’acquérir leur formation de manière empirique, directement sur les terrains de fouilles.

Visite du roi d’Afghanistan Zaher Shah (au premier plan) à Surkh Kotal avec Daniel Schlumberger, sous l’œil curieux des habitants de la région. Printemps 1960.

Photo Marc Le Berre. © Photothèque de l’Institut d’études indiennes du Collège de France.

  • 46 La Palmyrène... (no 1 dans la liste), p. XII-XIII de la publication originale.
  • 47 Ou tells, c’est-à-dire collines artificielles faites d’accumulations de vestiges archéologiques.
  • 48 Lettre du 19 oct. 1963, aux tépés de Qunduz.

35Dans le contexte de la pratique archéologique de cette époque, Daniel Schlumberger privilégiait les fouilles extensives et l’étude de l’architecture, techniques qu’il dut adapter aux moyens dont il disposait, en cohérence avec ses centres d’intérêt. Ainsi, il a principalement procédé à des dégagements étendus, à des sondages stratigraphiques ponctuels lorsqu’une vérification était nécessaire et, dans ses recherches en Syrie, utilisa largement la photographie aérienne ainsi que la prospection pédestre qu’il pratiqua également en Afghanistan. Par ailleurs, il avait sa démarche propre, élaborée d’abord en Palmyrène, où un manque de moyens financiers l’avait empêché de conduire des fouilles exhaustives, le forçant à se concentrer uniquement sur les sanctuaires. En effet, dans cette zone peu urbanisée, après avoir réalisé de nombreux sondages (qui pour lui signifiaient « déblaiements simplement amorcés »), il décida de ne fouiller (c’est-à-dire de procéder à des déblaiements réalisés « de manière exhaustive ») que les édifices religieux. Il expliquait lui-même ce choix par le fait que ces édifices, « qu’il est toujours intéressant de connaître dans tous leurs détails, et qui sont les seuls à livrer des inscriptions et des documents figurés », permettaient de caractériser rapidement le type d’installation étudié 46. Dans ce contexte, l’étude de bâtiments plus modestes, qu’aujourd’hui on entend traiter avec la même importance que les édifices plus prestigieux, tenait peu de place. Un autre choix particulier fut appliqué à Qunduz, où Daniel Schlumberger était assez satisfait de pouvoir disposer de deux « camions-bennes », qui accéléraient le travail de dégagements des sépultures : nous rasons la totalité de chacun des tépés 47 que nous entamons 48. À la lumière des techniques de fouille actuellement pratiquées, de tels procédés apparaîtraient certes discutables, mais ils étaient alors considérés comme efficaces.

  • 49 Lashkari Bazar... (no 5 dans la liste), p. 3.
  • 50 M. Wheeler, quelques années plus tard, écrivit un manuel d’archéologie stratigraphique devenu une (...)
  • 51 M. Wheeler était alors le directeur général des Antiquités de l’Inde.
  • 52 Lettre d’oct. 1946, à Begram.

36Ces décisions parfois un peu drastiques ne doivent cependant pas faire oublier que Daniel Schlumberger, parfaitement au fait des derniers développements de la science archéologique, était conscient de certaines lacunes de ses méthodes de fouille, qu’il signalait lui-même en prenant soin de les justifier 49. De même que ses prédécesseurs à la DAFA, il ne pratiquait pas de manière systématique les nouvelles méthodes, notamment la fouille stratigraphique. Ceci ne manqua pas de le gêner lorsqu’il était confronté à des fouilleurs avertis, ainsi lors de la visite du site de Begram en 1946 par celui qui fut l’un des maîtres de la fouille stratigraphique, Mortimer Wheeler 50, venu d’Inde 51. L’après-midi visite de la fouille, peu agréable pour moi, car c’est loin d’être une fouille modèle, et Wheeler est un fouilleur modèle... 52

  • 53 J.-C Gardin, Céramiques de Bactres, Mémoires de la Délégation Archéologique Française en Afghanist (...)

37Loin de représenter de sa part un mépris à l’égard de ces nouvelles méthodes, les choix de Daniel Schlumberger étaient le plus souvent guidés par le manque de moyens financiers. Bien entendu lorsqu’il en avait la possibilité, le fouilleur accueillait très favorablement la pratique de l’archéologie « modèle » et tenait même à s’entourer de collaborateurs auxquels elle était plus familière. C’est ainsi que l’un d’eux, Jean-Claude Gardin, grâce à l’étude de la céramique issue des fouilles de Bactres, proposa, le premier, une chronologie céramique de la région 53, outil de travail indispensable à toute étude historique et archéologique.

38Daniel Schlumberger restait très concerné par la recherche archéologique en elle-même ; il s’interrogeait et s’investissait énormément dans la recherche des meilleurs moyens possibles d’aborder un site. À Bactres, il avait ainsi été averti, par les mésaventures de son prédécesseur Alfred Foucher, que les niveaux grecs ne se trouvaient ni sur la citadelle, ni dans les niveaux superficiels. Il savait donc qu’il devait travailler en profondeur et de manière extensive, c’est pourquoi il décida d’effectuer un grand nombre de sondages profonds. Il s’agissait de puits, de dimensions régulières, répartis sur l’ensemble des proéminences du site (ville haute, tépés de la ville basse), destinés à vérifier la présence ou non de vestiges grecs. Ce type de sondage, relativement destructeur, ne permet pas de connaître précisément les structures atteintes, mais apporte des informations sur leur date et tout objet important d’origine grecque pouvait décider de l’ouverture de plus amples dégagements. Par ailleurs, des sondages stratigraphiques ont été réalisés sur le Tépé Zargaran, sous la forme de tranchées plus étendues que les puits.

  • 54 C’est, d’ailleurs, par hasard que la mission actuelle a pu découvrir des vestiges remontant à l’ép (...)

39Cependant, Bactres, tout comme Lashkari Bazar, est un site immense, dont la fouille archéologique relève presque de la gageure 54. Face à d’aussi grandes surfaces, le choix des lieux à fouiller représente en effet une difficulté pour tout archéologue, à laquelle Daniel Schlumberger ne put échapper, pas plus qu’au problème de l’évacuation des déblais. Au cours de ses dernières campagnes à Bactres, il privilégia d’ailleurs la prospection pédestre, qui lui paraissait beaucoup plus adaptée ; la fouille menée au cours des campagnes précédentes n’avait été réalisée principalement que pour répondre aux requêtes des autorités françaises, lesquelles, de même qu’avec son prédécesseur, souhaitaient le voir se concentrer sur les vestiges gréco-bactriens.

  • 55 Lashkari Bazar... (no 5 dans la liste), p. 3.

40À Lashkari Bazar le fouilleur, fort de ses expériences antérieures, était plus à même de travailler sur de grands sites et choisit plus raisonnablement de se concentrer sur quelques édifices uniquement, alors que, comme il le précisait lui-même, toute la zone occupée par Bust et Lashkari était couverte de vestiges archéologiques. « (...) Chaque tentative d’adopter une méthode plus rationnelle se heurtait à l’immensité de la tâche et à l’absolue impossibilité d’exécuter les dégagements complets qui auraient été souhaitables 55 ».

  • 56 Monuments préislamiques... (no 3 dans la liste), p. 67.

41D’une manière générale, Daniel Schlumberger considérait l’architecture comme une clef pour la compréhension du monument et du site sur lesquels il travaillait. À Palmyre, il a étudié les temples et leur décor architectural, qui lui ont permis de proposer des dates qui font encore aujourd’hui référence. À Bactres, il a travaillé également sur les remparts, « les seuls vestiges monumentaux qui émergent encore des décombres de l’ancienne Bactres 56 », et qui pouvaient lui fournir une chronologie immédiate de l’occupation de la ville cernée par ces murailles.

  • 57 Terre crue malaxée avec de l’eau, sans paille, directement façonnée pour former les murs.
  • 58 Lettre du 25 sept. 1945, rédigée à Bamiyān.
  • 59 Lettre du 25 oct. 1945, à Poul-i-Khoumri.

42Cependant, à son arrivée en Afghanistan, il s’est trouvé confronté à de nouvelles difficultés, induites par le matériau de construction privilégié de l’Asie Centrale, la terre crue, qu’il s’agisse de briques ou de pahsa 57. Ce matériau lui était peu familier, lui qui était plus habitué à l’étude des temples de Baalbek au Liban, mais Qasr el-Heir lui avait néanmoins permis de s’y confronter. Toutefois, il s’agissait alors de vestiges relativement bien conservés en élévation et son inquiétude grandit encore lors de sa première visite en Afghanistan en 1945, après la découverte d’une forteresse accrochée, en nid d’aigle, aux plus extraordinaires escarpements qu’on puisse voir. (...) L’intérêt archéologique de ces ruines fantastiques est d’ailleurs loin d’être au niveau de leur intérêt pittoresque, et je crois que je préfèrerais regagner l’Information de Beyrouth plutôt que de fouiller ces champs de décombre de briques crues, où je n’ai absolument rien vu jusqu’ici qui mérite l’attention du fouilleur 58. (...) Je ne suis pas sans grandes inquiétudes, car ce que j’ai vu jusqu’ici au Sud de l’Hindoukouch de ces ruines de terre, où l’on n’aperçoit pratiquement jamais une pierre de taille, est extraordinairement peu indicatif. Quel paradoxe que d’avoir ici la tâche et les moyens de fouiller, mais pas un site de rendement certain, alors que j’en connais cinquante en Syrie, qui seraient fructueux à coup sûr. Je ne suis pas sans quelque nostalgie de nos ruines magnifiques du Liban ou de Palmyrène. Ah ! voir enfin de la pierre, un mur d’appareil, un mur grec ! 59

  • 60 Monuments préislamiques... (no 3 dans la liste), p. 90.

43Bactres demeure un exemple de la difficulté pour les archéologues de maîtriser la fouille de l’architecture en terre crue dont les vestiges, de prime abord, ressemblent trop souvent à un simple tas de terre. Ainsi, Daniel Schlumberger et Marc Le Berre s’interrogeaient sur la possibilité d’obtenir des informations sur la date des constructions, en fonction des dimensions des briques crues employées. Les fouilleurs ont rapidement constaté que ces différences, qui peuvent parfois effectivement servir d’indicateur, ne sont souvent pas suffisantes, et que « les variations de dimensions et d’épaisseurs, qui peuvent être assez considérables, paraissent sans relations avec l’âge des diverses murailles 60 ». Néanmoins, les centaines de briques qui ont alors été mesurées à Bactres, offrent encore aujourd’hui une référence pour les archéologues confrontés à ce matériau.

Pause-thé en Afghanistan, M. Le Berre et D. Schlumberger (à droite). Été 1960.

© J.-M. Dentzer.

44La persévérance de Daniel Schlumberger lui permit de dépasser ses inquiétudes, et le fouilleur parvint très vite à maîtriser ces premières difficultés, mettant au jour de nombreux édifices bâtis en briques crues (fortifications de Bactres, monuments de Surkh Kotal et de Lashkari Bazar), ainsi que de remarquables et fragiles statues de terre crue, à Surkh Kotal.

  • 61 Où se trouvait alors sa famille.
  • 62 Lettre du 6 déc. 1947, à Bactres.

45Par ailleurs, il fallait à ces chercheurs une certaine ténacité pour mener leur travail. Ils vivaient en effet dans des conditions difficiles, logeant le plus souvent dans des tentes, quelle que soit la température, ou dans des bâtiments pas toujours adaptés, connaissaient en outre la maladie et une certaine solitude, les relations familiales étant bien entendu restreintes. Les communications étaient lentes (il fallait parfois deux mois pour recevoir du courrier de France) et les nouvelles arrivaient comme elles le pouvaient : Ce matin, Mohammed Aziz est venu me voir (...) il a ajouté (...) que le Gouverneur avait reçu un message téléphoné de Caboul 61, que j’avais un fils et que j’étais prié d’être à 2h½ à la cabine téléphonique. J’ai passé une heure à la cabine de 2h½ à 3h½, et ai appris de Mohammed Aziz, qui le tenait du téléphoniste de Tachkourgan, qui le tenait de celui de Poul-i-Khoumri, qui le tenait du sous-secrétaire d’État aux Postes, que mon fils pesait 3 kg 600. Et voilà ! À part cela, je ne sais rien, même pas si ma femme va bien 62.

Notes

1 Voir la présentation donnée par G. Fussman dans le Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient.

2 C’est-à-dire le plateau iranien. Les régions mentionnées dans cette partie renvoient à la géographie antique et non aux États modernes.

3 Satrapie qui couvrait les régions actuelles du nord de l’Afghanistan, du sud de l’Ouzbékistan et du sud du Turkménistan. C’est vraiment le bout du monde que cette Bactriane, isolée au Nord par l’imperméable frontière soviétique, à l’Est par les plus hautes chaînes de la terre, au Sud par la barrière de l’Hindoukouch, elle-même formidable, et par-dessus laquelle l’unique lien avec l’extérieur est la route que nous venons de parcourir, fragile cordon à la merci du moindre orage, bloqué chaque hiver par la neige. Lettre du 25 oct. 1945, rédigée à Poul-i-Khoumri.

4 Diodote Ier, satrape de la Bactriane, de la Sogdiane et de la Margiane, s’auto-proclama roi indépendant vers 250. Vers 190 av. J.-C., les Gréco-Bactriens se déplacèrent vers le nord de l’Inde, dans le Gandhāra, et fondèrent un royaume indo-grec qui perdura jusqu’au tournant de l’ère chrétienne.

5 Les Parthes, provenant de l’Hyrcanie et de la Parthyène, sur les rives orientales de la mer Caspienne, étaient l’un des peuples soumis aux Perses achéménides. Vers 250, Arsace (250-248), d’origine nomade (nomades Dahae, de la tribu des Parnes) se révolta et fonda l’empire parthe des Arsacides, qui fut étendu et renforcé par Mithridate (171-135). L’empire parthe, dont la capitale fut Nisa, s’étendit aux dépens des Séleucides sur les territoires de Médie, de Babylonie, de Mésopotamie et atteignit l’Euphrate vers 120 av. J.-C. Jusqu’au iiie siècle ap. J.-C., il affronta l’empire romain de manière incessante, sur ses frontières orientales ainsi que sur la question de l’Arménie, que chacun souhaitait dominer. L’empire parthe chuta sous les coups des Sassanides, vers 224. Les Parthes nous sont connus par les sources gréco-romaines, par quelques textes perses et par les découvertes archéologiques (monnaies, monuments, art, etc.), qui se sont multipliées ces dernières années.

6 Les Kouchans sont issus des Yue-zhi, nomades qui déferlèrent en Sogdiane et en Bactriane, du début jusqu’à la toute fin du iie s. av. J.-C. Kujula Kadphisès est considéré comme le fondateur de l’empire kouchan vers le début du ier siècle av. J.-C et Kanishka, qui vécut vers la fin du ier siècle ap. J.-C. ou au milieu du iie, en était le souverain le plus connu (la question de la chronologie kouchane est sujette à controverse, les dates proposées actuellement variant dans une fourchette d’une cinquantaine d’années). Son empire s’étendait jusqu’en Inde. L’alphabet grec était employé pour transcrire le bactrien, langue iranienne. L’art kouchan, qui recouvre près de trois siècles de création artistique, est empreint de plusieurs influences, grecque, romaine, iranienne, indienne, et développa l’art dynastique, faisant une large part à la représentation du souverain. L’empire kouchan en Asie Centrale et en Inde marque une période de prospérité et d’échanges. Nos connaissances sur les Kouchans et leurs origines sont en partie issues de sources écrites, notamment chinoises, mais principalement des découvertes archéologiques et épigraphiques.

7 Les Sassanides, originaires du sud-ouest de l’Iran, se voulaient les héritiers des Achéménides. Le fondateur de leur empire est Sassan, mais c’est Ardashir Ier qui étendit la domination sassanide et élimina l’empire parthe, vers 224. À l’époque du roi Shapour Ier (240-272), les Sassanides se sont développés vers l’est, notamment aux dépens des Kouchans, et se sont longuement heurtés à l’empire romain, à l’ouest, jusqu’à établir un traité de paix à la fin du ive siècle. Au ve siècle, l’empire subit les attaques des Hephtalites à l’est puis, au vie siècle, se redressa, allant jusqu’à pratiquer des incursions sur les rives de la Méditerranée (rois Chosroes Ier et Chosroes II). En 642, il fut vaincu par les Arabes. Les Sassanides sont connus par leurs propres sources écrites, peu nombreuses, ainsi que par des textes arméniens, iraniens, arabes, et par les témoignages archéologiques.

8 « Descendants... » (no 61 dans la liste), p. 135, repris dans ce volume (texte n°4).

9  « Aï Khanoum… » (no 81 dans la liste), p. 39-40.

10 Alors directeur du service des Antiquités et des Musées de Syrie et du Liban.

11 Plutôt qu’à Begram, où l’on souhaitait le voir reprendre l’ancienne fouille de J. Hackin et R. Ghirshman.

12 Lettre du 12 octobre 1945, rédigée au Dean’s Hotel à Peshawar.

13 Lettre du 25 octobre 1945, à Poul-i-Khoumri.

14 Texte repris dans ce volume (texte 1), p. 99.

15 Notamment dans « Descendants... » (no 61 dans la liste et texte no 4 infra, p. 225).

16 « The Excavations at Surkh Kotal… » (no 69 dans la liste), p. 90.

17 L’art parthe, étudié auparavant par M. Rostovtzeff, n’était pas un fait isolé comme on avait pu le penser jusqu’alors, mais appartenait bien à ce même ensemble gréco-iranien. L’Orient hellénisé (no 4 dans la liste), p. 68. Voir aussi M. Rostovtzeff, Dura-Europos and its Art, Oxford, 1948.

18 A. Foucher, L’art gréco-bouddhique du Gandhâra : étude sur les origines de l’influence classique dans l’art bouddhique de l’Inde et de l’Extrême-Orient, Paris, t. 1 : 1905, t. 2 (3 fasc.) : 1918, 1922, 1951. Id, La vieille route de l’Inde, de Bactres à Taxila, avec E. Bazin-Foucher., 2 vol., Paris, 1942-1947.

19 M. Wheeler, « Romano-Buddhist Art : An Old Problem Restated », Antiquity 23, 1949, p. 4-19. Id., Rome beyond the Imperial Frontiers, Turning-Point in History, Londres, 1955.

20 Voir son article sur les « Coiffures féminines à Rome et en Inde » (no 84 dans la liste).

21 Voir infra le texte no 5 (« L’hellénisme en Afghanistan »), p. 393.

22 D’ailleurs M. Wheeler lui-même, reconnut par la suite le bien-fondé de cette thèse, dans son Flames over Persepolis, Londres, 1968.

23 D’une manière générale, les travaux de l’archéologue ont été perçus avec un grand intérêt en Union soviétique. Son article sur les « Descendants non méditerranéens de l’art grec » a donné lieu à un long et élogieux compte-rendu dans une revue tadjike et son ouvrage sur l’Orient hellénisé a été traduit en langue russe, en 1985.

24 Voir infra le texte no 5 (« L’hellénisme en Afghanistan »), p. 393.

25 Voir infra les extraits de ses lettres rédigées lors de la découverte d’Aï Khanoum, p. 71 à 76.

26 Aujourd’hui, de nombreux sites ont été découverts qui confirment la présence grecque et ses impacts sur le sol d’Asie Centrale, attestant la justesse des thèses de D. Schlumberger.

27 « De la pensée grecque à la pensée bouddhique » (no 96 dans la liste). Cette hypothèse, bien que très séduisante, suscita, et suscite encore, certains avis opposés.

28 Voir les nos 5, 6, 7 dans la liste.

29 Lettre du 8 déc. 1945, à Kaboul.

30 Lettre du 17 sept. 1945, à Kaboul.

31 Lettre du 28 oct. 1945, à Tashkurgan.

32 Lettre du 5 janv. 1946, à Karachi.

33 Lettre du 25 sept. 1945, à Bamiyān.

34 Souligné dans le texte.

35 Lettre du 10 nov. 1945, à Kaboul.

36 Sur la DAFA, voir le site internet de l’institution www.dafa.org.af, ainsi que F. Olivier-Utard, Politique et archéologie. Histoire de la Délégation archéologique française en Afghanistan (1922-1982), Paris, 2003, et plus particulièrement les p. 149-179 pour la période qui nous intéresse.

37 « La recherche archéologique... » (no 62 dans la liste) et G. Fussman, « Introduction », dans Surkh Kotal... (no 6 dans la liste), p. 3, note 1.

38 Lettre du 6 juil. 1948, à Paris.

39 Lettre du 11 juil. 1948, à Paris.

40 Il est à noter que, à la même période, l’Institut français d’Archéologie de Beyrouth, confronté à une sévère inflation au Liban, devait également faire face à des difficultés matérielles.

41 Lettres du 11 juil. 1948, à Paris, et du 23 janvier 1949.

42 Ministre de France à Kaboul.

43 Lettre du 8 nov. 1945, à Kaboul.

44 Souligné dans le texte.

45 Lettre du 20 déc. 1945, à Kaboul.

46 La Palmyrène... (no 1 dans la liste), p. XII-XIII de la publication originale.

47 Ou tells, c’est-à-dire collines artificielles faites d’accumulations de vestiges archéologiques.

48 Lettre du 19 oct. 1963, aux tépés de Qunduz.

49 Lashkari Bazar... (no 5 dans la liste), p. 3.

50 M. Wheeler, quelques années plus tard, écrivit un manuel d’archéologie stratigraphique devenu une référence de la science archéologique, Archaeology from the Earth, Oxford, 1954.

51 M. Wheeler était alors le directeur général des Antiquités de l’Inde.

52 Lettre d’oct. 1946, à Begram.

53 J.-C Gardin, Céramiques de Bactres, Mémoires de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan 15, Paris, 1957.

54 C’est, d’ailleurs, par hasard que la mission actuelle a pu découvrir des vestiges remontant à l’époque grecque. Voir P. Bernard, J.-F. Jarrige et R. Besenval, « Carnet de route en images d’un voyage sur les sites archéologiques de la Bactriane afghane (mai 2002) », Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2002, p. 1385-1428, ainsi que la présentation de la mission sur le site internet de la DAFA.

55 Lashkari Bazar... (no 5 dans la liste), p. 3.

56 Monuments préislamiques... (no 3 dans la liste), p. 67.

57 Terre crue malaxée avec de l’eau, sans paille, directement façonnée pour former les murs.

58 Lettre du 25 sept. 1945, rédigée à Bamiyān.

59 Lettre du 25 oct. 1945, à Poul-i-Khoumri.

60 Monuments préislamiques... (no 3 dans la liste), p. 90.

61 Où se trouvait alors sa famille.

62 Lettre du 6 déc. 1947, à Bactres.

Table des illustrations

Légende Carte des principaux lieux d’étude (indiqués en italiques) de D. Schlumberger.
Crédits Carte H. David.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1392/img-1.png
Fichier image/png, 181k
Légende Visite du roi d’Afghanistan Zaher Shah (au premier plan) à Surkh Kotal avec Daniel Schlumberger, sous l’œil curieux des habitants de la région. Printemps 1960.
Crédits Photo Marc Le Berre. © Photothèque de l’Institut d’études indiennes du Collège de France.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1392/img-2.png
Fichier image/png, 147k
Légende Pause-thé en Afghanistan, M. Le Berre et D. Schlumberger (à droite). Été 1960.
Crédits © J.-M. Dentzer.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1392/img-3.png
Fichier image/png, 191k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable