Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Daniel Schlumberger

Daniel Schlumberger

Mathilde Gelin

Texte intégral

  • 1 Cette biographie factuelle de D. Schlumberger s’en tient volontairement à une esquisse générale. P (...)
  • 2 Ses professeurs d’histoire ancienne et d’archéologie étaient alors A. Piganiol, E. Cavaignac et P. (...)
  • 3 Publiées respectivement en 1951 et 1953. Voir sa bibliographie ainsi que les textes 2 et 3 reprodu (...)

1Né le 19 décembre 1904 à Mulhouse1, Daniel Schlumberger effectua son cursus universitaire à Strasbourg, où il obtint une licence d’histoire et d’archéologie2, puis à Paris, où il devait soutenir plus tard sa « thèse principale », La Palmyrène du Nord-Ouest, et sa « thèse secondaire », L’argent grec dans l’empire achéménide, en 19503. C’est en qualité de membre libre qu’il fut reçu à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en 1958.

  • 4 Alors dirigé par Charles Virolleaud. Voir M. Gelin, L’archéologie en Syrie et au Liban à l’époque (...)
  • 5 Fonction qu’Henri Seyrig assumera de 1929 à 1941.

2Chargé de mission en Syrie du Nord par le service des Antiquités de Syrie et du Liban4, il découvrit la Syrie en 1924 et participa, en 1925, à la mission de Paul Perdrizet, en compagnie d’Henri Seyrig dont il avait fait la connaissance trois ans plus tôt. Le 4 novembre 1929, un mois après la nomination de ce dernier au poste de directeur du service des Antiquités5, Daniel Schlumberger fut recruté comme inspecteur des Antiquités. Par la suite, il fut également nommé pensionnaire de l’Institut français de Damas en octobre 1938, puis secrétaire général, le 24 juin 1941. Il fut toutefois peu présent à l’institut, devant assumer de fait les fonctions de directeur adjoint du service des Antiquités et poursuivant ses travaux archéologiques.

  • 6 Le 22 novembre.

3Daniel Schlumberger vécut au Levant de 1929 à la seconde guerre mondiale, où il fut mobilisé dès 19396. En 1941, il s’engagea dans les Forces de la France libre et fut envoyé en 1942 à Brazzaville, où ses connaissances de la langue allemande l’avaient fait employer au service de l’Information, comme commentateur politique.

4Le Gouvernement provisoire, souhaitant assurer la continuité de la présence française en Afghanistan, le chargea, en 1944, de la direction de la Délégation archéologique française à Kaboul. Il ne put cependant s’y rendre qu’en 1945 et demeura une année à Beyrouth, où il assuma la charge de directeur du service de la Presse et de la Radiodiffusion. Il travailla en Asie Centrale, entre autres à Bactres, Lashkari Bazar, Surkh Kotal et fut, en 1963, l’inventeur de la ville hellénistique d’Aï Khanoum sur l’Oxus.

5À partir de 1955, il occupa un poste de professeur à l’Université de Strasbourg et partagea alors son temps entre la France et l’Afghanistan, jusqu’en 1965. C’est à cette date que, après vingt années de travail en Afghanistan, il cessa ses fonctions à la délégation. En 1967, il succéda à Henri Seyrig au poste de directeur de l’Institut français de Beyrouth.

6Il disparut le 20 octobre 1972, au cours d’un séjour d’études à Princeton aux États-Unis.

Notes

1 Cette biographie factuelle de D. Schlumberger s’en tient volontairement à une esquisse générale. Pour de plus amples informations on se reportera, notamment, à la biographie très complète donnée par P. Amandry dans les Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

2 Ses professeurs d’histoire ancienne et d’archéologie étaient alors A. Piganiol, E. Cavaignac et P. Perdrizet.

3 Publiées respectivement en 1951 et 1953. Voir sa bibliographie ainsi que les textes 2 et 3 reproduits ici, p.177 et 199.

4 Alors dirigé par Charles Virolleaud. Voir M. Gelin, L’archéologie en Syrie et au Liban à l’époque du mandat (1919-1946). Histoire et organisation, Paris, Geuthner, 2002.

5 Fonction qu’Henri Seyrig assumera de 1929 à 1941.

6 Le 22 novembre.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540