Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Conclusion

Texte intégral

1L’analyse de l’aménagement spatial et discursif du front pionnier de l’Est syrien  et de la ville de Raqqa permet de mettre en perspective quatre aspects essentiels de l’action des régimes baathistes sur le territoire syrien depuis quarante ans. Le premier est la forte idéologisation des actions étatiques, sous forme de discours et de festivités. Le second aspect consiste en ce que la territorialisation de l’État s’effectue à la fois spatialement – par le redécoupage administratif, la création de villes et quartiers nouveaux, de villages modèles, de bâtiments civils et militaires ­– ; socialement – à travers les structures d’encadrement de la société que sont les unions, les coopératives et les écoles – ; mais aussi symboliquement, par la modification de l’usage de certains lieux publics et de mémoire. Le troisième est le pragmatisme dont ont fait preuve ces régimes à l’égard des spécificités sociales de chaque région, – et en particulier de la réalité tribale dominante dans l’Est syrien. Le quatrième aspect, enfin, tient à l’existence d’un différentiel idéologique entre des discours baathistes officiels et des idéologies locales non officielles, explicitées par les intellectuels.

2Le front pionnier de l’Est syrien s’est non seulement caractérisé par des différentiels de développement technique, économique et démographique, – comparé aux caractéristiques de la Syrie centrale et urbaine de l’axe Damas, Homs, Hama, Alep – , mais de surcroît par l’existence d’un différentiel idéologique entre un projet politique nourri d’idéaux panarabes et socialistes, et des sociétés structurées par le phénomène tribal – dont l’idéologie se fonde sur l’honneur et la quête de l’autonomie. Ce différentiel idéologique constitue une clef essentielle d’analyse des étapes de mise en œuvre du Projet de l’Euphrate et de contrôle politique de la Jazîra. Il s’est manifesté tout particulièrement au début des années 1970, quand des groupes tribaux en conflit furent volontairement réunis dans les quinze fermes modèles du Projet-pilote afin d’accélérer la mutation idéologique des ouvriers agricoles en chantres du socialisme baathiste. Ce différentiel s’est assez rapidement traduit par la réémergence de l’affirmation identitaire tribale, mais aussi, ce qui est très remarquable, par une identité citadine aux forts accents tribaux. Les idéologies moins officielles ont pris la forme de récits célébrant l’autonomie passée des Raqqawis, mais aussi des tribus de l’Euphrate, les Walda en particulier, ces derniers ayant été fortement déstructurés par l’ennoiement du tiers de leurs terres par le lac de barrage et le déplacement de la moitié d’entre eux. Un âge d’or tribal de Raqqa a ainsi été écrit et est régulièrement publicisé en conférences. De façon habile, les intellectuels raqqawis reprennent les thèmes de la rhétorique étatique, selon le procédé classique de déconstruction des idéologies, dans une construction rhétorique locale célébrant des idéaux tribaux de bravoure et d’indépendance. Leurs récits vantent l’amour de l’indépendance et la fierté de l’autonomie politique, ce qui les rend audacieux dans cette ville restructurée matériellement et idéellement par l’État baathiste.

Raqqa, cœur du front pionnier syrien

3La transformation de la Jazîra syrienne en grenier à blé au cours du xxe siècle s’est effectuée dans le contexte de l’internationalisation des échanges marchands et des flux de marchandises qui a revalorisé cet isthme entre la Méditerranée et le Golfe persique. D’un point de vue politique, elle a résulté de la conjonction de pouvoirs étatiques avant tout soucieux du contrôle territorial d’une région de marge, et de pouvoirs locaux, commerçants alépins et citadins raqqawis, intéressés par l’opportunité d’enrichissement rapide que permettait l’exploitation intensive des plaines alluviales et des terrasses de l’Euphrate. Les citadins alépins et raqqawisfurent en définitive les premiers bénéficiaires de la politique de dotation en terres des chefs de tribus. Dépourvus de moyens financiers, ces derniers cédèrent leurs terres à des entrepreneurs citadins, ou empruntèrent pour financer l’achat de matériel d’irrigation (gharraf, motopompes). Si la récolte était mauvaise, le prêteur récupérait une partie de la terre pour se rembourser. Les citadins raqqawisse constituèrent ainsi de grands domaines latifundiaires. À l’indépendance, quarante propriétaires se partageaient 90 % de la superficie de la Jazîra.

4L’internationalisation des marchés agricoles ainsi que la révolution des transports permit l’entrée du coton syrien sur le marché mondial après la deuxième guerre mondiale. L’envolée du cours mondial du coton lors de la guerre de Corée (1950-1953) eut de grandes répercussions sur l’économie syrienne qui se spécialisa dans cette culture. La superficie cultivée en coton fut multipliée par dix en Jazîra, et la productivité gagna considérablement par l’usage systématique de l’irrigation. Ce fut le temps du « boom du coton », qui entraîna une véritable révolution sociale dans les campagnes de l’Est syrien. En effet, de nombreux petits et moyens propriétaires, membres des tribus de l’Euphrate, qui se lancèrent dans la culture du coton firent des fortunes rapides. Ils eurent alors les moyens financiers de s’affranchir des anciens chefs de tribus et des citadins. Une refondation du lien tribal eut ainsi lieu. Elle se traduisit lors des élections par l’apparition de candidats qui n’étaient ni des entrepreneurs citadins ni des chefs de tribus, mais ces membres de tribus nouvellement enrichis.

5Au moment de l’Union syro-égyptienne, apothéose de l’idéologie panarabe socialiste incarnée par Nasser, la première réforme agraire fut lancée dans les deux pays unifiés. Mais les intérêts locaux des grands propriétaires et le manque de fonctionnaires pour veiller à sa bonne application firent qu’elle fut très mal suivie en Jazîra, qui était pourtant la grande région latifundiaire du pays. Non seulement les très grands propriétaires purent conserver leurs bases foncières, mais, de plus, toute une nouvelle catégorie d’exploitants apparut, phénomène qualifié de féodalisme masqué. On assista en revanche à l’appauvrissement des chefs bédouins. La révolution baathiste, en mars 1963, s’appuya sur la classe des paysans moyens non concernés par la réforme agraire. Les membres des anciennes tribus semi-nomades constituant les principaux soutiens du parti Baath bénéficièrent des positions administratives clefs en Jazîra.

6C’est dans un contexte d’émulation idéologique avec le panarabisme nassérien, de rivalité entre les partis Baath syrien et irakien et de course pour le contrôle des eaux de l’Euphrate entre la Turquie, la Syrie et l’Irak, que le Projet de l’Euphrate fut conçu au milieu des années soixante, comme pendant au barrage d’Assouan sur le Nil. Prévu pour doubler la superficie irriguée nationale, permettre à la Syrie d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et construire les bases d’un secteur agro-industriel, il devait avant tout remplir une double fonction politique : celle, sur le plan international, d’incarner la réussite du parti Baath syrien, et celle, sur le plan intérieur, de s’assurer la fidélité de l’Est syrien. Mais très vite, un sentiment de malaise gagna la population devant le manque d’investissement productif, et de services, dans le gouvernorat de Raqqa. Dans les années 1970, les membres des anciennes familles citadines obtinrent des postes de direction au sein des différentes administrations du gouvernorat. Mais cette concession ne se manifesta par aucun investissement productif de ces derniers dans le gouvernorat, qui ne bénéficia nullement de l’ouverture libérale des années 1990, consécutive à la loi n° 10 de 1991. La pauvreté et le chômage perdurèrent dans le gouvernorat de Raqqa.

7Quand le Président Bachar al‑Assad lança sa politique nationale de lutte contre la corruption, à partir de juillet 2000, le dysfonctionnement des fermes d’État du Projet pilote devint trop criant. La distribution des terres de l’ensemble des fermes d’État de Syrie fut alors décrétée. Une véritable contre-révolution agraire s’est alors produite. Après quarante années d’expérimentations socialistes baathistes destinées à destructurer la classe citadine bourgeoise et à construire une société socialiste nouvelle, l’État a restitué leurs droits d’usage aux propriétaires touchés par les réformes agraires successives. La volonté du nouveau régime est en effet de relancer l’économie syrienne en s’appuyant sur les forces nationales, y compris bourgeoises, dans un projet d’autonomie financière et de résistance aux pressions internationales qui pèsent sur l’économie de tous les pays voisins.

Les âges d’or de Raqqa

8Célébrée dans la littérature arabe classique de l’ère abbasside comme l’une des quatre plus belles villes du monde avec Damas, Samarkand, et Rayy, près de Téhéran, Raqqa demeura pendant des siècles, alors même qu’elle était inhabitée, une ville méta-historique, dont seule subsistait l’image littéraire restituée par un florilège de poèmes classiques. Quand le régime de Hafez al‑Assad entreprit d’en faire le centre administratif du grand projet agricole de l’Euphrate, le thème du renouveau de la gloire passée de la ville s’imposa aux historiens et idéologues du parti. La mise en parallèle des deux bienfaiteurs de la ville que furent le calife Haroun al‑Rachid et le Président Hafez al‑Assad constitua le leitmotiv de la communication municipale, et toute une rhétorique patrimoniale mit en miroir l’âge d’or baathiste et l’âge d’or abbasside de la Jazîra. La construction rhétorique a accompagné un processus de patrimonialisation des éléments majeurs du passé local de la région, intégrés dans un discours national baathiste.

9Cette rhétorique officielle a légitimé tout un programme d’urbanisme visant à faire de Raqqa une ville modèle du développement baathiste. Des places de parade, des jardins, mais aussi de grands bâtiments officiels furent édifiés, témoignant de la territorialisation de l’État dans cette région jadis mal contrôlée. Cette territorialisation fut signifiée par des statues et des fresques constituant autant de lieux de l’idéologie dominante. Elle s’opéra tant par la réorganisation morphologique de la ville que par les structures de discours qui élaborent symboliquement le territoire urbain et régional. La naturalisation des images de la Raqqa nouvelle devait être permise par une production culturelle active à travers un réseau de centres culturels dans le gouvernorat, et au moyen de la publication d’une revue mensuelle, le journal du centre culturel arabe de Raqqa, La Voix de Rafiqa, une luxueuse revue sur papier glacé. Festivités et parades organisées sur les grandes places contribuaient, telle la gestuelle analysée par Henri Lefebvre, à“ lier les représentations de l’espace et les espaces de représentation. Dans la gestuelle, les lieux et l’espace ont une importance qu’il faut souligner. La gestuelle incarne l’idéologie et la relie à la pratique.” (Lefebvre 1981, p. 248).

10Pourtant, en dépit de ces efforts urbanistiques et rhétoriques, l’image de Raqqa est peu prestigieuse en Syrie. La ville n’attire que peu de touristes, en dehors des pèlerins chiites, malgré la richesse de son patrimoine architectural abbasside. Dans les voyages organisés, Raqqa est au mieux une banale étape sur la route d’Alep et de Deir ez-Zor. La ville est ceinte de quartiers irréguliers et la moitié de ses rues ne sont pas asphaltées. Aussi la mesure de la réussite des projets de transformation physique et discursive des territoires raqqawis doit-elle se faire à l’aune des pratiques d’appropriation et de subversion des espaces publics et des structures rhétoriques.

11Dans l’idéologie raqqawie, une identité tribale réappropriée est substituée à l’illusion d’une continuité urbaine abbassido-baathiste. L’élaboration de la rhétorique locale trouve une traduction en termes de pratiques et d’idéologies territoriales, articulées autour des anciens quartiers et de leurs madâfa. Aux lieux du pouvoir étatique signifiés par des commémorations officielles répond l’utilisation des maisons d’hospitalité, marque de la citadinité tribale, en lieu d’affirmation notabiliaire. Ce modèle de sociabilité est si caractéristique de la notabilité et du pouvoir social et économique à Raqqa que les madâfa se démultiplient à l’initiative de nouveaux commerçants.

L’opposition de deux types de centralité

12Les pratiques des espaces publics de Raqqa traduisent l’opposition de deux types de centralité : celle de la ville modèle du développement baathiste, aux lieux emblématiques du pouvoir étatique (bâtiments officiels et places de parades) et de la « modernisation » de la société (centres culturels et jardins publics) ; et la centralité de la ville de front pionnier, aux lieux de mémoire réaménagés (cimetières et mausolées) et aux espaces d’identité réappropriés (les madâfa). Ces pratiques se déploient sur une gamme allant de l’appropriation à la subversion. Elles révèlent des relations de pouvoir conflictuelles aux lieux réaménagés et aux territoires urbains, qui constituent autant de territorialités propres à des groupes sociaux. Un même espace peut ainsi se trouver approprié, subverti ou simplement traversé selon l’affirmation identitaire des individus qui le pratiquent. C’est ainsi que des territoires se superposent dans la ville selon le sens que les divers groupes sociaux leur donnent.

13Le projet de modernisation des relations sociales, qui a inclus tout un urbanisme nouveau et la création de lieux emblématiques du pouvoir, a été particulièrement violent en ce qui concerne les lieux de mémoire et les pratiques religieuses. Tous les cimetières de la ville ont été déplacés les uns après les autres, et la population, incapable de s’opposer à ces mesures d’urbanisme, a dû transférer elle-même dans de longs cortèges funèbres, les restes de ses ancêtres. Mais l’opération qui a le plus signifié la puissance de l’État dans la région a été la destruction des anciens lieux saints de Raqqa et leur transformation en immenses mausolées chiites. Alors que les intellectuels raqqawis se montrent réticent à ces constructions, la majorité de la population a bien accueilli ce qu’elle a vu comme l’« embellissement » du mausolée d’Uways al‑Qarani, le walî de Raqqa. En effet, une grande partie des membres des tribus de l’Euphrate se disent Hussayni et fidèles à Ahl al‑Bayt. Leurs pratiques religieuses soufies les rendent réceptifs au rite chiite.

14Les maisons d’hospitalité (madâfa) des premières familles constituent les lieux primordiaux de l’ancienne centralité de Raqqa et la marque de l’identité citadine dans cette ville de front pionnier. Adaptation à la ville d’une institution tribale dont le modèle était fourni par la tente des chefs bédouins, elle a organisé le tissu urbain et social de la ville pendant près d’un siècle, de la construction du poste de gendarmerie ottoman en 1864 à la révolution baathiste. Mais à partir de la rupture du lien tribal dans les années cinquante, cette institution s’est trouvée appropriée par des membres des tribus de l’Euphrate. Mieux encore, des groupes de commerçants étrangers à la ville et à ces pratiques se sont mis à leur tour à tenir des salles d’hospitalité à Raqqa. Mais elles sont destinées à la réunion de leur clientèle commerciale et non de leurs proches, et ne se tiennent pas selon une périodicité quotidienne, ce qui est la marque de la madâfa raqqawieauthentique. Bien que dépossédées de fonctions politiques, les anciennes madâfa perdurent. Elles symbolisent la notabilité et la cohésion de la famille qui la maintient, autant que son repli sur des valeurs traditionnelles.

15À l’écart de ces lieux nouvellement aménagés par l’État et des hauts lieux de l’identité citadine raqqawie que sont les madâfa, de nouveaux espaces publics sont apparus à Raqqa : cafés, restaurants et gargotes du bord de l’Euphrate. Ces derniers sont ouverts tout au long de l’été, de juin à septembre, et constituent des destinations de promenade le soir. Ils perpétuent la tradition des qabiyyat, petites parcelles de terrain situées au sud de la rue du souk et perpendiculaires à l’Euphrate, sur lesquelles les familles raqqawies estivaient pendant toute la saison chaude, dans le lit majeur du fleuve. Ces espaces publics, dépourvus de signification politique ou identitaire, constituent des marques de la modernisation de Raqqa et de l’évolution de sa société : femmes et jeunes filles accompagnent leurs parents dans ces sorties et sont vues du reste des jeunes gens de la ville. Un sentiment de liberté se dégage du spectacle de ces soirées sur les rives du fleuve.

16L’existence de ces manifestations publiques à Raqqa oblige à se départir d’une lecture binaire des territorialités dans la ville. Certes, de grandes transformations urbanistiques ont eu lieu, qui visaient à la territorialisation de l’État syrien dans cette ancienne région de marge, et au rapprochement géopolitique avec l’Iran, pour ce qui est des mausolées. Mais le poids des réalités tribales n’a pas pour autant freiné la modernisation des espaces publics et l’apparition de nouveaux lieux de rencontre, sur les nouvelles places et sur les rives de l’Euphrate. Ces nouvelles sociabilités ont été permises par la diversité de la composition de la population raqqawie, dont beaucoup de fonctionnaires arrivés avec des expériences citadines forgées dans d’autres villes. La ville tripolaire de Raqqa décrite par Deheuwels en 1979, comptant d’anciennes familles citadines, des ruraux et des fonctionnaires du Projet de l’Euphrate, s’est développée en une ville plus vivante que son image tribale, qui perdure, ne le laisse supposer : fière de son passé, jalouse de sa liberté et,  prosaïquement, belle.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable