Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Troisième partie. Contre-discours et sociabilités raqqawies

Chapitre 7. La mise en récit de la citadinité tribale de Raqqa

Texte intégral

« C’est dans le détail de la façon dont les locuteurs structurent leur discours sur la ville que se construisent les principes d’intelligibilité de l’ordre urbain ».
(Mondada 2000, p. 5).

1La question de l’identité urbaine se pose particulièrement à Raqqa dont les premiers habitants ont conservé pendant un demi-siècle un mode de vie pastoral, et qui se trouve administrée, depuis la révolution baathiste, par des semi-nomades. Les intellectuels de Raqqa ont ainsi adopté une attitude ambiguë quant à leur identité. Ils sont prêts à déclarer que Raqqa est une ville de bédouins, tout en se défendant d’en être. Ils se réclament de valeurs tribales tout en précisant qu’ils ne sont pas des gens de tribus. Soucieux de se démarquer à la fois des semi-nomades, des fonctionnaires et des commerçants attirés par son développement dans les années 1960, ils ont composé pour Raqqa une histoire urbaine glorieuse dont ils seraient les dépositaires. Dans leurs écrits et conférences, Raqqa devient la capitale de la Syrie lors de la révolte arabe de Faysal et un lieu majeur de la résistance nationaliste. Leurs narrations mettent en scène deux figures récurrentes de l’histoire locale de Raqqa : le bédouin et le citadin. Ces deux figures sont tantôt présentées en accord, tantôt en conflit, laissant dans les deux cas la majorité semi-nomade dans l’ombre.

  • 1 Pour étudier la question de la citadinité à Raqqa, je m’appuie sur les travaux coordonnés par Pierr (...)

2Ce chapitre explore la dialectique de la “tribalité” et de la “citadinité” à Raqqa à partir des écrits, nouvelles et textes de conférence émis par cinq figures majeures de la ville : les écrivains Abd al‑Salam al-Ujaily et Ibrahim Khalil, le célèbre historien Abd al‑Qader Ayyach, originaire de Deir ez-Zor mais auteur d’une histoire de Raqqa en deux volumes, et les historiens locaux Ustaz M. Hamad et le docteur M. Najras, tous deux membres du parti Baath. Le terme de “tribalité” sera utilisé dans un premier temps pour désigner les liens d’allégeance et de hiérarchie sociale fondée sur l’honneur et la reconnaissance d’un ancêtre commun. La “citadinité” est un néologisme forgé pour rendre compte de la dimension idéelle de la relation d’un individu ou d’un groupe social à l’urbain, et qui désigne l’ensemble des actions, des pratiques, des attitudes, des mots et des signes qui manifestent leur rapport à la ville. « La citadinité s’avère une constellation de représentations en actes de l’urbain, nourrissant des manières de faire d’un acteur et qui le relie à sa ville, à des villes, à la Ville »(Lévy et Lussault 2003, p. 160). Elle est « une sorte d’imaginaire social instituant ; l’organisation spatiale et son fonctionnement constituant dès lors le niveau institué »(Lussault 1996, p. 36)1. Suivant l’approche de Lorenza Mondada présentée en exergue, j’aborde l’étude des identités urbaines de Raqqa par celle des discours tenus par des notables sur eux-mêmes et leur ville ; et je les pondère par l’analyse des propos tenus sur la ville par des chefs de tribus arabes de l’Euphrate et bédouins. Je montre ainsi que l’oxymoron de “citadinité tribale” est la figure rhétorique la plus adéquate pour qualifier les liens que les anciennes familles de Raqqa nouent avec leur ville.

1. L’élaboration des identités tribales et citadines des Raqqawis

« Raqqa est une bourgade caractérisée par la brutalité et le conservatisme et qui mène une vie austère et étriquée dans ses traditions tribales. Les gens de Raqqa sont des bédouins durs dans leurs relations interpersonnelles, mais soumis aux ordres donnés par ceux qui ont le pouvoir entre leurs mains. »
(Al-Ujaily, 1973).

  • 2 L’anthropologue Dale Eickelman a identifié quatre modes d’élaboration de l’identité tribale au Moye (...)

3Écrite par le principal notable de Raqqa - le seul personnage qui fut statufié de son vivant dans la ville de Raqqa avec le Président Assad - cette exergue du nouvelliste Abd al‑Salam al-Ujaily nous fait entrer d’emblée dans la complexité de l’identité des Raqqawis, qui sont prêts à traiter leurs concitadins de “bédouins” tout en se défendant d’en être, et qui tantôt critiquent et tantôt s’attribuent des caractères tribaux. Comme les autres formes d’identité, l’identité tribale est une construction sociale qui émane soit des individus concernés, soit des dirigeants politiques, soit des chercheurs2.

L’attribution d’une identité tribale aux Raqqawis

4Raqqa est communément désignée comme une “ville tribale” dans les écrits officiels. En 1970, dans le numéro spécial de la revue Umran consacré à Raqqa, on peut lire : “La majorité des habitants du gouvernorat ont leurs origines et racines dans les tribus arabes authentiques et conservent des arbres généalogiques, des salles d’hospitalité et la sagacité arabe bédouine qui révèlent les âmes des habitants de cette ville. Mais cela a pour contrepartie certaines autres habitudes qui ont commencé à disparaître devant le développement et le progrès, comme la asabiyya tribale sans but, le tribalisme aveugle, l’impôt du sang et le mépris pour le travail.”(Revue Umran, 1970, p. 144). Quand ces lignes sont écrites, 20 % de la population du gouvernorat est encore nomade, la majorité est semi-nomade et seulement 16 % est urbaine.

5Les chercheurs raqqawis soulignent eux aussi l’importance du tribalisme dans les relations sociales, même si ce dernier serait progressivement atténué par le “développement” et le “progrès”. Le discours prononcé par Abd al‑Salam al-Ujaily, lors du premier festival du tourisme de Raqqa, présente ainsi les éléments de cette ambiguïté des citadins de Raqqa vis-à-vis des tribus auxquelles leurs généalogies les font appartenir. Il s’intitule : “Raqqa dans la mémoire des générations” et est paru en 1998 dans le livre du festival et dans le journal de Sawt al-Rafiqa.

“Raqqa n’était en réalité (au début du xxe siècle) qu’un point quasiment perdu dans la steppe immense parcourue par des bédouins montés sur leurs chameaux, allant et venant à leur guise. Les tribus sont les racines profondes des habitants de cette bourgade. Elles se révèlent dans la vie sociale : qu’il s’agisse du mode d’habitation, de la question du mariage et des alliances, de la vengeance et du prix du sang, ou de l’adhésion - sinon de l’admiration - pour les valeurs morales bédouines que sont la bravoure, la générosité et la frugalité. Quelques fils de la bourgade adhéraient jusqu’à peu, de façon permanente ou ponctuelle, à quelques tribus bédouines : ils partageaient leur style de vie, les accompagnaient dans leurs guerres, et faisaient la razzia avec eux”
(Raqqa dans la mémoire des générations, Abd al‑Salam al-Ujaily, 1998).

6L’écrivain témoigne dans ce texte de l’admiration du citadin pour les vertus emblématiques du bédouin que seraient la “bravoure, la générosité et la frugalité”, admiration qui est un lieu commun de la littérature arabe. De nombreux philosophes arabes ont décrit cette relation paradoxale de la culture arabe à la bédouinité. Selon Zaki Arsuzi, le bédouin est le gardien de l’arabité en tant que détenteur d’une langue arabe pure (Bouzid 1997, p. 187). Selon lui, l’âme arabe serait sauvegardée par la culture du désert. C’est ce qu’Abdallah Laroui a nommé le “paradoxe de la culture arabe”forgée par une société urbaine qui choisit un mode d’expression primitif et tribal : la poésie bédouine (la qasîda). Les logographes et les poètes auteurs de qasîda n’ont en effet jamais appartenu à cette société bédouine décrite avec amour :“ Plus l’héroïsme se faisait rare, plus impérieusement le mot devait garder son relent bédouin et la qasîda rendre un son rocailleux, car désormais c’était là le seul lien avec un monde perdu de liberté et de grandeur” (Laroui 1973, p. 88).

  • 3 Dans le chapitre 2.

7À la fin des années 1990, le journal du centre culturel de Raqqa, Sawt al‑Rafîqa, développe dans de nombreux numéros l’idée d’une “authenticité” des habitants de Raqqa, qui n’est jamais définie mais qui fait référence aux origines tribales de la population. Comme on l’a vu précédemment3, ces dernières, tel le maintien de la asabiyya, sont soulignées et valorisées tant par le secrétaire général du parti Baath de Raqqa que par le maire. Mais le régime entretient une relation ambiguë avec les appartenances tribales de la majorité de la population du gouvernorat. Souvent, le caractère tribal de la société raqqawie est volontairement distancié et folklorisé, à travers des spectacles donnés par la compagnie folklorique et des expositions conduite au musée des Arts et Traditions populaires. Ce dernier a été édifié entre le palais du Gouverneur et le jardin Haroun al‑Rachid, à l’occasion de ce fameux premier Festival du Tourisme et de la Culture de l’Euphrate en 1998. Ce musée constitue topographiquement un lien entre la gloire abbasside et le renouveau baathiste de Raqqa. Il s’agit de deux maisons en pain de sucre, qui caractérisent pourtant l’habitat rural sédentaire du nord du gouvernorat, près desquelles une tente en poils de chameau est dressée. Dans cette association improbable des deux mondes de la steppe, sont exposés les objets de la vie quotidienne des sédentaires et des bédouins : les barattes à beurre et les fours à pain pour les premiers, les métiers à tisser les tapis et les selles de chameaux pour les seconds. Cette construction muséographique de l’identité tribale a ainsi une vertu pédagogique : montrer que la ville de Raqqa est devenue le creuset où se mêlent deux mondes jadis opposés.

L’identité citadine de Raqqa : des “familles” se divisant une terre commune

8Dans son essai intitulé “ Raqqa dans la mémoire des générations ”, Abd al‑Salam al‑Ujaily a reconstitué les étapes de construction de sa ville : “Ce lieu fort se construisit de lui-même sous forme de cabanes à l’ombre des ruines, puis sous forme de maisons rudimentaires, puis de résidences décentes à l’angle sud-ouest de l’ancienne muraille qui était leur citadelle, et qui ne s’était pas effondrée. Puis ils bâtirent la mosquée Hamidiya et l’école qui lui était annexée. Quand survint la première guerre mondiale, Raqqa était devenue un gros village et même une petite ville (balda)”(Revue du centre culturel de Raqqa, Sawt al-Rafiqa, n° 15-16, 1998). Ainsi que le rappellent avec insistance les historiens locaux et les intellectuels de Raqqa, les premiers habitants de Raqqa étaient des familles (bayt) et non des tribus (qabila). Cette affirmation traduit une volonté de se définir comme des citadins à part entière, et non comme des bédouins installés en ville. La distinction est d’autant plus intéressante que chacun de ces auteurs est pourtant en mesure de préciser son appartenance à telle ou telle tribu (achira) ; mais il ne le fait qu’en signalant qu’il s’agit d’une origine lointaine. « À partir de la fin du xviiie siècle, de grandes familles sont arrivées dans la région et non pas des tribus (bayt wa laysa qabila). Elles se sont fixées autour du poste de gendarmerie ottoman, et se sont divisées en deux rassemblements (half) » (Ibrahim Khalil, juin 2001).

9La preuve selon laquelle les premiers habitants de Raqqa ne sont pas arrivés en tribus est fournie, m’a-t-on précisé à plusieurs reprises, par le fait qu’ils se sont regroupés en rassemblements qui réunissaient des familles issues de plusieurs tribus, ce qui, dans un fonctionnement strictement tribal, n’a pratiquement jamais lieu. Ces deux rassemblements ou alliances (half) étaient, comme on l’a vu au chapitre 1, celui des Kurdes (half al‑Akrad), et celui des Acharin (du village de Achara sur l’Euphrate). Ils se répartissaient périodiquement des terres muchâ, dont la propriété était collective mais l’exploitation individuelle. Il s’agissait de 5 000 donums situés au Mustagid Nakib, à l’est de la ville, au sud du Tell Bia (ville de Toutoul). Chaque branche avait sa part. Selon les membres des anciennes familles de Raqqa, l’authenticité de l’appartenance à la ville se mesure à la possession d’une part de ces terres collectives :“EstRaqqawi qui possède une part du Mustagid Nakib”.

  • 4 Mark Sykes effectua plusieurs séjours en Turquie et au Moyen-Orient au début du xxe siècle, dont so (...)

10À la fin de l’Empire ottoman, l’histoire urbaine de Raqqa était rythmée par des conflits, les kawna al-ghoul, qui opposaient les deux rassemblements kurde et acharin au sujet de la gestion de ces terres collectives. Les récits de ces conflits montrent les soucis d’honneur de chaque rassemblement, mais aussi le recours à des pratiques de jugement tribal et à la médiation des familles tcherkesses. Le récit de la kawna de 1906 a été fait par Mark Sykes, le négociateur des accords Sykes-Picot, dans son livre The Caliph’s Last Heritage4. Arrivant à Raqqa, écrit-il, “nous fûmes surpris d’entendre un vacarme effrayant dans la ville ; les femmes qui se tenaient debout sur les terrasses poussaient des cris stridents, des coups de fusil partaient dans toutes les directions, les hommes criaient, se lançaient des injures”(Sykes 1915, p. 444). En une heure, les hostilités qui opposèrent Kurdes et Acharin, malgré la venue d’un policier ottoman, firent trois morts et quinze blessés. “Environ 4 000 personnes armées de lances, d’épées, de révolvers et de fusils sortirent aussitôt après pour accompagner les défunts jusqu’à leur tombe”(Deheuwels 1979, p. 44).

11Un membre de la famille Sattaf m’a relaté la kawnat al-ghoul de 1907 qui fit également plusieurs morts. Les Tcherkesses tentèrent en vain de séparer les membres des deux rassemblements kurde et acharin en conflit pour la distribution des terres collectives. Mais tous furent conduits à Alep par des soldats ottomans pour y être jugés. Or, sur le chemin entre Raqqa et Alep, - aller d’une ville à l’autre prenait plusieurs jours à pied - , ils eurent recours au “diwan urfi”, c’est-à-dire à la réunion des chefs de clan les plus dignes d’exprimer le droit et ils parvinrent à se réconcilier. De la sorte, tous s’en retournèrent à Raqqa. Ce récit de la dérobade des Raqqawis aux autorités ottomanes, et de la gestion interne du conflit par le recours à une justice tribale réinterprétée par des familles citadines, est raconté avec un grand amusement par mon interlocuteur, encore fier que ses parents aient déjoué l’arrestation.

12L’intervention des Tcherkesses comme médiateurs entre les deux camps peut être analysée comme un élément du caractère nouvellement citadin des Raqqawis, lesquels acceptent de s’en remettre aux avis de chefs familiers avec des traditions urbaines. Ils jouèrent un rôle de médiateur important lors de la kawna de 1910, restée célèbre pour son absurdité, une querelle autour de la possession d’une pastèque dans le Mustagid Nakib, qui dégénéra en bataille rangée au terme de laquelle douze Acharin et huit Kurdes furent tués (Deheuwels 1979, p. 44). Il fallut attendre 1938 pour qu’un accord satisfaisant soit conclu entre Kurdes et Acharin, divisant la terre muchâ en 212 lots, attribués à tour de rôle aux deux rassemblements à raison de 106 chacun.

13La résolution des conflits internes à la ville par le recours au droit tribal ou par la médiation des Tcherkesses traduit une volonté d’auto-administration des habitants de Raqqa face aux autorités turques, mais aussi face aux grands nomades Fedaan qui les soumettaient à l’impôt. Les relations de dépendance ou d’opposition des Raqqawis aux chefs Fedaan sont au cœur du processus d’élaboration de l’identité citadine raqqawie. Le meilleur exemple en est donné par l’écriture de l’âge d’or, à la fois bédouin et citadin, de Raqqa.

2. La construction paradoxale de l’âge d’or citadin de Raqqa

14De façon paradoxale, la construction discursive de l’identité citadine des Raqqawis se fonde sur la narration de trois épisodes de soumission de leur ville aux nomades Fedaan. Or ces trois récits diffèrent totalement dans leur interprétation. Le premier, en effet, valorise la création d’un État bédouin à Raqqa comme un épisode nationaliste. Tandis que les deux autres, plus classiquement, déplorent l’intrusion des bédouins en ville.

Planche 7 : Citadins raqqawis devant la porte de Bagdad vers 1922.

Planche 7 : Citadins raqqawis devant la porte de Bagdad vers 1922.

Planche 8 : Citadins raqqawis devant la mosquée Hamidiya vers 1922.

Planche 8 : Citadins raqqawis devant la mosquée Hamidiya vers 1922.

« L’État méconnu de Hajem ibn Muheid » (1920-1921)

  • 5 Sous Faysal, un gouvernement arabe fut instauré à Damas d’octobre 1918 à août 1920 jusqu’à la défai (...)

15En 1960, l’écrivain et médecin raqqawi Abd al‑Salam al-Ujaily présente à Damas, à l’Union des écrivains syriens, une conférence intitulée : “L’État méconnu de Hajem ibn Muheid”, dans lequel Raqqa est présentée comme la première capitale de la Syrie lors de la révolte arabe de Faysal. Cette conférence a été publiée en 1963 dans son recueil de nouvelles intitulé Ahadith al‑Achiat (Propos nocturnes), puis réinterprétée par l’historien local Abd al‑Hamid Hamad, employé par le gouvernorat de Raqqa. Leurs deux récits ont en commun de réaffirmer les vertus bédouines authentiques des habitants de la ville, qui surent combattre l’impérialisme français à la fin de la première guerre mondiale en instaurant un État autonome fidèle à l’Émir Faysal. Cet épisode revêt pour les Raqqawis une place comparable à celle de l’épopée faysalienne dans l’histoire du nationalisme arabe : celle du mythe de l’indépendance volée par les puissances impérialistes. Mais cette source de fierté locale permet à ses promoteurs de prouver la fidélité de Raqqa aux idéaux arabes, tout en renversant les hiérarchies territoriales : ce n’est plus en effet Damas, mais Raqqa, qui fut alors la “capitale” de la Syrie indépendante. Elle aurait été, jusqu’en décembre 1921, le seul lieu de Syrie où flottait le drapeau arabe de Faysal, alors que Damas et Alep étaient aux mains de l’armée française5. L’historien Norman Lewis a consacré une partie de son livre Nomads and Settlers in Syria and Jordan à cet État inconnu, en s’appuyant sur la nouvelle de l’écrivain Abd al‑Salam al-Ujaily et sur des entretiens conduits avec ce dernier à Raqqa en 1985. Mon propos sera d’essayer de comprendre les objectifs des intellectuels locaux dans la réécriture de cette histoire épique de Raqqa.

  • 6 « À tous les chefs des tribus de Deir ez-Zor, Salutations, Nous apprécions tous les efforts que vou (...)

16À la chute de l’Empire ottoman, une période de vacance du pouvoir s’instaura en Jazîra de l’Euphrate. L’armée française combattait en Cilicie contre les Turcs, tandis que des révoltes nationalistes animaient la région d’Alep (dirigées par Ibrahim Hanano) et que des révoltes bédouines émergeaient à Deir ez-Zor (révolte des Agaydat) et à Raqqa (dirigée par Hajem ibn Muheid) (Lewis 1987, p. 148-154). La révolte bédouine de Deir ez-Zor se produisit en 1921 et ne fut réprimée qu’en septembre par l’armée française, aidée de compagnies méharistes comptant dans leurs rangs des Algériens, ainsi que des Kurdes de la tribu des Milli (Velud 1991). Le chef de la révolte était Ramadan al‑Challach, qui avait été nommé par Faysal gouverneur de « toute la zone de Deir ez-Zor »6.

17C’est dans ce contexte de révoltes anti-françaises que le chef bédouin Hajem ibn Muheid aurait instauré dans les environs de Raqqa, d’août 1920 à décembre 1921, un État bédouin autonome, appuyé par les soldats de l’armée ottomane et soutenu par les citadins raqqawis. Selon Abd al‑Salam al-Ujaily, ces derniers auraient envoyé le 10 août 1920 au consul américain à Alep une déclaration par laquelle ils annonçaient la fondation par Hajem ibn Muheid de cet État autonome à Raqqa (Lewis 1987, p. 151). Le texte de la déclaration cité par al-Ujaily est le suivant :

« La Nation arabe a combattu aux côtés des Alliés pendant la guerre, sur la base de la promesse faite au chérif de la Mecque, qui était alors le chérif Husayn. Mais quand la guerre a été finie, les Alliés ont divisé le pays et y sont entrés sans aucune légalité. Maintenant, ils ont pris Damas après une bataille contre le peuple du pays et ont détruit une partie de ce peuple et son armée. Aussi, nous, les habitants de la région de Raqqa, qui est limitée à l’est par le Balikh, à l’ouest par Jarablus, au nord par la voie ferrée et au sud par Soukhné, nous avons décidé de prendre le contrôle de cette région jusqu’à ce que l’avenir du pays soit fixé. Nous, les représentants assemblés de la population, avons désigné l’Emir Hajhem ibn Muheid comme chef, avec le titre de président du Mouvement National. Nous avons décidé avec notre chef que le gouvernement de la région aura une Assemblée élue par le peuple, qui prendra les ordres et décisions nécessaires. Nous avons décidé de défendre cette région et si cela était nécessaire, nous nous allierons avec tout pays voisin que nous choisirons. Nous envoyons cette déclaration à tous les États par l’intermédiaire du consul américain d’Alep. »
(al-Ujaily, Al‑Dawla al‑majhula, 1963, p. 63).

  • 7 (SHAT, Armée du Levant, carton 4H107, rapport des services de renseignements du 28 août 1920 pour l (...)
  • 8 (SHAT, Armée du Levant, carton 4 H107, Rapport du 27 septembre 1920, pour la période du 16 au 23 se (...)
  • 9 9 « Hatchem Bey Ibn Muheid continue d’envoyer des lettres aux gens de la ville et aux tribus sans a (...)
  • 10 « Bien que le caza de Raqqa appartienne au sandjak d’Alep, il n’a pu être encore libéré de l’empris (...)
  • 11 SHAT, Armée du Levant, carton 4H107, rapport mensuel de septembre 1921.
  • 12 « Il y a lieu de ne pas exagérer l’importance du personnage (de Hajem). Son influence est très disc (...)

18Ni les archives du consulat américain d’Alep, ni celles du consulat britannique ne font état de la présence de cette « déclaration de Raqqa », telle que la désigne Norman Lewis (Lewis 1987, p. 233). Les archives mandataires françaises consultées au Château de Vincennes relèvent que « Hatchem essaie de se rapprocher de nous, mais il est accusé d’avoir cherché à exciter contre nous les populations dans la région de Bab-Membidj »7, et en septembre 1920 que « Hatchem et Tahsin Bey cherchent à regrouper autour d’eux un parti de défense nationale et proclament leur union aux kémalistes »8. Les archives diplomatiques françaises consultées à Nantes évoquent pourtant l’envoi par Hajem de lettres pour essayer de se rallier les notables de Deir ez-Zor ainsi que les tribus de la région ; tentatives qui furent vaines9. En août 1921, les officiers du renseignement français notent la présence d’une garnison turque à Raqqa et le fait que Hajem et ses troupes « s’y conduisent en maîtres ». Ils ajoutent que la ville est administrée tour à tour par un caimacam turc détaché du sandjak d’Urfa et par l’un des cheikhs Afadla, Mohammed al‑Huweidi al‑Chlach10. En septembre 1921, la ville est en guerre, l’aviation française la bombardant régulièrement. Les Raqqawis passent alors leurs journées dans des abris qu’ils ont creusés près des remparts abbassides de la ville, et ne rejoignent leurs maisons que la nuit11. En novembre 1921, les officiers français tendent à minorer l’importance de Hajem et notent qu’il est détesté par la population raqqawie12. Le 18 décembre 1921, la colonne Debieuvre entre à Raqqa et met fin à la période d’autonomie de la ville et de l’“État” dont elle était censée être la capitale.

19En juillet 1998, lors du premier Festival de la Culture de Raqqa, l’écrivain Abd al‑Salam al-Ujaily rappelait à nouveau la gloire de cet “ État ” :

« Raqqa est devenue, alors que le pays continuait de subir les conséquences de la guerre, le siège d’un événement unique et qui n’a pas d’égal. J’ai consacré des études et des livres à cet événement fameux qui s’est produit il y a peu de temps, et qui est resté dans nos mémoires comme le “gouvernement de Hajem”. J’y ai démontré comment nos pères, en dépit de la faiblesse de leurs connaissances en sciences politiques et dans les modes de construction d’un État, réussirent à bâtir un gouvernement indépendant, bien administré et aux idéaux élevés. Mais leurs moyens limités d’une part, et la politique des grands pays victorieux d’autre part, n’ont pas permis à cet État d’exister plus d’un an et demi ».

(Abd al‑Salam al-Ujaily, Sawt al‑Rafiqa, n° 15 et 16, octobre et novembre 1998).

20Dans ce passage, le nouvelliste attribue aux familles de Raqqa la gloire de l’État bédouin de Hajem. Ce récit lui permet de valoriser la bravoure et la sagesse de “ ses pères ” qui surent s’auto-administrer, créer un gouvernement “ aux idéaux élevés ” et résister aux occupants français. Dans un autre texte, Abd al‑Salam al-Ujaily décrit le début des années vingt et l’entrée des forces françaises en Syrie comme des “jours agressifs remplis de soulèvements et de révolutions”lors desquels “les forces d’occupation françaises brisèrent notre pays et l’empêchèrent d’avancer vers le progrès et la civilisation (tahaddir)” (al-Ujaily 1998).

21Le fait que quelques intellectuels aient élaboré cet âge d’or est d’autant plus intéressant que leurs parents, propriétaires installés dans la bourgade de Raqqa, souffrirent des spoliations ordonnées par Hajem ibn Muheid. Le chef nomade levait de si lourds impôts de guerre sur la ville que les notables raqqawis, conduits par le père d’al-Ujaily lui-même, cherchèrent à faire savoir aux officiers français qu’ils étaient pillés par Hajem. Les 18 et 22 novembre 1921, ils adressèrent deux lettres au cheikh Soan des Sabkha, proche des Français basés à Deir ez-Zor, qui ont été transmises aux officiers de renseignements de Deir ez-Zor, et traduites :

« Depuis la proclamation de l’accord franco-turc, l’administration de Raqqa et les officiers turcs de la place ne cherchent qu’à piller les gens. Exposez-le au chef de la mission. Nous nous laissons faire sans pouvoir rien dire. Si nous protestons on nous répond : « On sait que vous êtes des partisans des Français depuis le début ». Signé : Abdallah Oujaily et Ahmed Oujaily, Aghas notables de Rakka, 18 novembre 1921. (SHAT, carton 4H107-dossier 2, Bulletin de renseignement 317, 6 décembre 1921).
« Nous apprenons de source sûre que Hajem est en correspondance avec le gouvernement français pour lui demander que Rakka demeure sous son autorité. Nous sommes convaincus que la France n’approuvera pas cela. Le maintien de son autorité entraînerait la ruine du caza. Nous vous prions au nom de tous les habitants de voir le délégué à Deir et de le mettre au courant afin qu’il n’y ait pas de surprise. (…) Hajem et les officiers turcs cherchent à faire pression sur les habitants en leur disant que l’Euphrate est la frontière. Si Hajem demeure dans ce pays, nous n’avons qu’à le quitter ». Signé : Abdallah Ujaily (Agha de Rakka), 22 novembre 1921. (SHAT, carton 4H107-dossier 2, Bulletin de renseignement 317,6 décembre 1921).

  • 13 Nantes, dossier 546-7, 1932, Khalil Gebara, Rapport sur la situation sociale du caza de Raqqa.

22Plusieurs rapports mandataires dépeignent cette période comme celle de la soumission des Raqqawis aux nomades. On lit ainsi : “L’armistice, le régime anglais et les années troublées qui suivirent ont rabattu davantage le panache dominateur du citadin. Durant ces“années d’anarchie”(nov 1918-nov 1921), les sédentaires furent étouffés dans leurs villes et soumis à l’arbitraire intolérable des gens de tribus”13. Même le chef des Afadla, Mohammed al‑Howeidi, bien que désigné caimacam de Raqqa par Hajem, força ses hommes à quitter les troupes de ce dernier (Khalaf 1981, p. 79). Les familles de Raqqa, dont une partie était encore semie-nomade en 1921, commençaient à afficher la méfiance des sédentaires vis-à-vis des nomades Fedaan et des tribus de la vallée, Afadla comme Walda.

23La célébration de l’âge d’or de Raqqa sous Hajem ibn Muheid permet aujourd’hui aux intellectuels de Raqqa de valoriser leur capacité de gestion autonome dans la Syrie contemporaine. Par l’évocation de cet épisode, les citadins s’attribuent les vertus tribales des bédouins en même temps que la gloire nationaliste d’avoir résisté aux Français. Ce mythe permet une affirmation identitaire peu commune dans le discours politique syrien. Cette affirmation prend un sens particulier dans la Syrie contemporaine : celui de l’autonomie passée d’une ville que l’État a tenté de transformer en modèle du développement baathiste. Le régime ne tolère ce récit qu’en ce qu’il fait partie d’un épisode glorieux de l’histoire syrienne, au même titre que le gouvernement arabe de Faysal, alors qu’il est à lire aussi comme la tentative de créer un âge d’or citadin.

  • 14 “Après le repli des forces ottomanes à la fin de la première guerre mondiale, et l’avancée des forc (...)
  • 15 “En 1919, les forces britanniques occupèrent Deir ez-Zor et le caza de Raqqa fut rattaché au liwa d (...)

24Cet épisode de l’histoire de Raqqa est loin de faire l’unanimité parmi les intellectuels locaux. Il est assez remarquable de noter qu’il n’est mentionné dans aucun texte officiel : ni dans le livre Raqqa, perle de l’Euphrate, ni dans les brochures municipales qui retracent l’histoire locale. Le nom de Hajem ibn Muheid n’y apparaît d’ailleurs même pas. Raqqa, perle de l’Euphrate n’évoque l’État faysalien qu’à Damas, précisant que le caza de Raqqa était lié à Alep, sous le gouvernement arabe de Damas14. Le livre municipal est plus explicite, mais seul le nom du gouverneur faysalien de Raqqa, Ramadan Challach, est donné pour cette époque15.

25Cet épisode de 1920-1921 occupe une place toute à fait particulière dans la production littéraire raqqawie, car il est le seul à valoriser les rapports entre citadins et bédouins. Au contraire, ce sont les récits de conflits et de razzia qui sont les plus fréquents. J’en prendrai deux pour exemples : le récit de la razzia des Chammar à Raqqa par l’écrivain al-Ujaily, et celui de la révolte de 1941 par l’écrivain Ibrahim Khalil.

Le passage de la razzia des Chammar à Raqqa

26Si Abd al‑Salam al-Ujaily écrit que « les tribus sont les racines profondes des habitants »de Raqqa, c’est avec le dégoût d’un citadin attaqué par les nomades qu’il relate un épisode marquant de son enfance : l’invasion de la ville par les guerriers nomades Chammar en guerre contre les Fedaan Anaza.

« Je me souviens des razzias d’autrefois, quand j’étais préoccupé par les attaques que lançait une tribu contre l’autre pour appeler à la vengeance, ou pour la convoitise des biens d’une autre tribu. La razzia était un mode de vie des tribus de notre région, qui annonçait la migration nomade jusqu’au milieu des années vingt de ce siècle. Personnellement, j’ai gardé dans mes souvenirs d’enfant les plus anciens le passage de la razzia des Chammar à Raqqa.

Leur avant-garde fut répartie entre les diwan de la ville comme des invités pour cette unique nuit. Je m’inquiétais au sujet des madâfa qu’ils asservissaient. Ils se préparaient pour attaquer les Fedaan Khorsa de la tribu Anaza le lendemain matin. Je me souviens que le chef de la razzia Chammar était le cheikh Dahem al‑Howeidi. Il était en ce temps au zénith de sa jeunesse. Il était l’hôte de la madâfa que nous tenions. Je l’y ai vu boire le café et y prendre son repas du soir avant de sombrer dans le sommeil, entouré par quelques hommes qui, je le suppose, sont restés éveillés toute la nuit à le garder. À l’aube, ils s’en allèrent tous ensemble, armés jusqu’aux dents vers le lieu de la victoire.

Cela eut lieu au milieu des années vingt. Puis le temps passa. Et une vingtaine d’années (ou un peu moins) après, je retrouvais ce chef de razzia, le cheikh Dahem al‑Howeidi, comme collègue au Parlement syrien, à Damas, en 1947, 1948 et 1949. Les razzieurs bédouins devinrent chez nous, à cette période, des parlementaires et des législateurs ! C’est la vérité ! »

(al‑Ujaily, 1998, “Raqqa dans la mémoire des générations”, Sawt al-Rafiqa n° 15-16)

  • 16 Les madâfa sont des lieux d’hospitalité caractéristiques de la sociabilité arabe ; elles sont étudi (...)
  • 17 Voir chapitre 1.

27L’auteur utilise dans ce texte les deux termes de diwan et de madâfa, alors que seul ce dernier terme est utilisé à Raqqa. Les diwan sont, dans les grandes villes syriennes, les pièces réservées à l’hospitalité des familles de notables, tandis que les madâfa sont plutôt des espaces d’hospitalité tribale16. Pour comprendre la réaction de crainte du jeune Ujaily, il convient de rappeler que, quand les chefs nomades Fedaan se rendaient à Raqqa, ils bénéficiaient de l’hospitalité de la famille Ujaily. L’écrivain était donc habitué à voir des nomades chez lui. Sa crainte était plutôt celle de représailles de la part des Fedaan qui auraient pu être suspicieux quant à l’allégeance que les Ujaily leur faisaient. Plus généralement, son “étonnement” de voir des bédouins devenir des parlementaires traduit une morgue citadine qui est plutôt étonnante dans le contexte raqqawi. On a vu en effet que les premiers députés du caza de Raqqa sous le Mandat étaient des cheikhs Fedaan, et que ces derniers ont joué un réel rôle d’arbitrage entre les fractions citadines lors des élections municipales et parlementaires des années 193017.

Le retournement des citadins contre les tribus de l’Euphrate (l’anarchie de 1941)

  • 18 Les Walda, à la fin des années trente, refusèrent de payer la khuwwa aux Fedaan Muheid, et, au term (...)
  • 19 “En 1941, la guerre a repris entre les Walda et les Anaza, il y eut 311 morts chez les premiers (do (...)

28Pendant la deuxième guerre mondiale, les habitants du caza de Raqqa, nomades comme citadins, se divisèrent entre pro-Anglais et pro-Français, ce qui recoupait une division entre “Gauli wa Fichi”, c’est-à-dire entre pro-de Gaulle et pro-Vichy. Les soldats français fidèles à Vichy armèrent les Fedaan afin qu’ils attaquent les Anglais (Khalaf, 1981, p. 88). Les chefs des tribus de l’Euphrate étaient par contre pro-Anglais : “Lors des combats de la seconde guerre mondiale, entre vichystes et gaullistes, et entre Français et Anglais, plusieurs chefs nomades ont préféré les Anglais : ainsi Mujhem al‑Bechir al‑Howeidi, Ahmad al‑Houja, Barakat al‑Walda”(entretien avec un notable descendant de la famille de Ramadan Agha, du rassemblement kurde, Raqqa, août 2001). Dans ce contexte de division des tribus, le général de Gaulle tenta en 1941 de se rallier les principales tribus bédouines de Syrie et les invita à une grande rencontre. Anouar Boursan des Walda m’a fait le récit de l’échange entre son père, Chouakh al‑Boursan, et le général de Gaulle : “En (1941), le général de Gaulle a réuni tous les chefs de tribus pour combattre les Allemands, dont Chaouakh Boursan. Ce dernier dit au général de Gaulle qu’il appréciait le fait que ce dernier les prie d’assister la France. Mais qu’il refusait d’accéder à sa demande car il n’acceptait pas l’occupation alliée de la Syrie. Le cheikh Boursan assomma ensuite d’un coup de masse un homme qui constestait de Gaulle”(Cheikh Boursan des Walda, juillet 2001). Dans ce contexte de vacance du pouvoir central, les guerres inter-tribales reprirent et tout particulièrement celle qui opposait les Walda aux Afadla18. Leurs combats causèrent, au cours de l’année 1941, plusieurs centaines de morts dans les deux camps19.

29Un chef Afadla du clan du Musa Daher profita de cette période de combats entre gaullistes et vichystes pour attaquer la ville de Raqqa. Pendant une journée et une nuit, le 4 juillet 1941, le camp français et les archives furent pillés, les prisonniers de droit commun libérés, et des magasins saccagés (Khalaf 1981, p. 89). Cet épisode de sombre mémoire a été nommé : “le gouvernement de Ghaffani” (al‑dawla al‑ghaffaniyya), du nom du chef des pilleurs :

« L’année 1941 fut celle de l’anarchie dans la ville (al‑falta) divisée entre pro-Vichy et pro-de Gaulle (Fichi wa Gauli). Nagib Germanos, un officier syrien pro-Vichy, a bombardé la ville pour empêcher l’arrivée des Anglais. Les gens des villages et de la ville ont pillé le quartier des Français, le campement militaire de Sakana, et ont volé tous les salaires. Haj Saleh a animé cette anarchie, et Ghaffan qui a brûlé toutes les archives. Il était de Kasr Afnan. On a appelé cela le gouvernement ghaffani (al‑dawla al‑ghaffaniyya). Il a libéré une partie des prisonniers en faisant le choix suivant : “Tu es un voleur ? tu sors. Tu es un politique ? tu restes”. C’était une histoire à la “Viva Zapata”.
“Les bédouins sont haïs à Raqqa et dans les villages” (al-badu makrûhîn bil‑Raqqa wa‑l‑qura).
(Ibrahim Khalil, Raqqa, juin 2001).

30Selon des témoins de cet épisode, le slogan du chef de razzia était : “Bechir Immak sar al‑Fianta”, ce qui signifie littéralement : “Annonce à ta mère que c’est l’anarchie (la fiante)”. Ce slogan contient un jeu de mots entre l’arabe “fawda”, anarchie, et “fianta”, déformation du mot français “la fiente”, l’excrément animal. L’évocation de cet épisode est accompagnée du “ressentiment et de l’animosité des citadins originels de Raqqa contre les groupes tribaux voisins”(Khalaf 1981, p. 89).

  • 20 SHAT, carton 4H413, rapport du sous-lieutenant Prochasson, officier des Services Spéciaux, chef des (...)

31À lire les bulletins de renseignement de l’Armée du Levant, un renversement s’opère dans les relations de pouvoir entre citadins et nomades au moment de la seconde guerre mondiale. En 1941, les agents de renseignement ont pour consigne de contrôler non plus les tribus, comme dans le nord du caza, mais les citadins de Raqqa, qui détiennent un certain pouvoir sur les tribus de l’Euphrate. On lit ainsi : “Si à Tell Abiad, qui contrôle les tribus façonne à sa guise la mentalité des habitants du bourg, à l’inverse qui tient en mains les citadins de Rakka manœuvre bien des ficelles de la politique tribale le long de l’Euphrate. L’agitation Afadla-Walda-Sabkha que je vous ai signalée au cours du mois d’octobre reste ainsi connexe de l’état d’esprit qui prévaut aujourd’hui dans la ville de Rakka. Rakka subit la triple influence des fonctionnaires du parti kurde que dirige Hassan Agha al‑Kakadji, président de la municipalité, et du parti Acharin ayant à sa tête Wehbi al‑Adjeli, ancien député nationaliste à la Chambre syrienne” (Nantes, Fonds Syrie-Liban, série 2133, “Analyse de la situation politique de Raqqa”). Dans cette période, des commerçants soukhniotes, installés à Raqqa, intensifièrent les mouvements de contrebande en toute impunité. Du pétrole, des tissus, du café et du thé étaient vendus en Turquie, tandis que des troupeaux, des armes et de l’or (sous forme de livres turques) transitaient par Raqqa. La contrebande des armes faisait intervenir ces Soukhniotes qui conduisaient la nuit des mulets chargés de fusils vers Sabkha, où tout était vendu aussitôt20. Les grands flux d’armes passaient par Tell Abiad, sous la protection du chef Fedaan Khorsa Abdul Razzak al‑Omayer, “protecteur officiellement reconnu de tous les éléments suspects ou dangereux de la frontière”.


*

32Des propos tels que : “Les bédouins sont haïs à Raqqa”, ne reflètent aucunement le sentiment général qui prévaut à Raqqa au sujet des bédouins. Les intellectuels locaux soulignent plus volontiers les traits communs qu’ils partagent avec les nomades, s’attribuant leurs qualités, afin de mieux se démarquer les groupes considérés comme « intrus », fonctionnaires issus des tribus et commerçants, Soukhniotes et Tawadife, récemment installés.

3. Urbanité et citadinité des semi-nomades et des bédouins à Raqqa

33Les géographes distinguent la citadinité de l’urbanité, qui désigne le « caractère proprement urbain d’un espace »et qui résulte de la maximisation des relations sociales dans un espace restreint, pour reprendre la définition weberienne de la ville. Ainsi, l’urbanité est-elle le produit d’une diversité maximale d’interactions sociales développées sur un espace limité, où la distance est réduite et la densité importante. À ces deux critères de densité et de diversité sociale s’ajoute celui de la configuration spatiale, c’est-à-dire de l’agencement des objets spatiaux entre eux qui peuvent distinguer deux situations urbaines à densité et diversité sociale égale (Lussault 2003, p. 966). À partir des années soixante-dix, un fort exode rural, joint à de fortes migrations d’ouvriers, de fonctionnaires et de commerçants, conduit à la multiplication de zones d’extension et au renouvellement de la population raqqawie. Ce sont alors moins les bédouins que les membres des tribus de l’Euphrate qui sont dépeints comme étrangers à la ville.

Le mépris des Raqqawis envers les Chawâyâ

34Annika Rabo constate au milieu des années 1980 que pour énoncer leur mépris envers l’ensemble des habitants de Raqqa, les fonctionnaires du Projet de l’Euphrate, originaires d’autres villes syriennes, les traitent de Chawâyâ, retournant ainsi contre les citadins le terme que ces derniers emploient au sujet des habitants semi-nomades de la vallée. Selon ces fonctionnaires, tous les habitants de Raqqa, ghoul comme ruraux, seraient des personnes mal éduquées. Annika Rabo relève aussi que, pour ces étrangers à la région, le terme de châwî réfère à un ensemble de caractères négatifs comme le manque d’éducation, le côté rustre, non civilisé, et la soumission au tribalisme… ou encore le port de la jelaba et du keffié rouge (Rabo 1986, p. 20).

  • 21 Voir chapitre 2.

35Il semble que l’utilisation méprisante du terme de chawâyâ ait été, à l’origine, le fait des bédouins qui en qualifiaient ainsi les semi-nomades. Les nomades Fedaan n’avaient en effet que peu d’égards pour les moutonniers chawâyâ. Ils les soumettaient à la khuwwa, les traitaient en vassaux et dérivaient leur nom du terme de chway qui signifie “peu”, arguant par là qu’ils étaient des “gens de peu de chose” (Charles 1942, p. 39). Les citadins de Raqqa ont reproduit ce schéma quand ils ont commencé à avoir des relations de supériorité avec les Afadla et les Walda de la vallée, étant mieux éduqués et souvent plus riches qu’eux. Les grandes familles citadines servaient d’intermédiaires entre les villageois et les autorités administratives et judiciaires, jouant ainsi leur rôle de notables, et les hébergeaient dans leur madâfa quand ils venaient en ville. La dislocation des liens tribaux au cours des années 1960 et à la suite de la révolution baathiste, ont considérablement modifié les relations entre citadins de Raqqa et membres des tribus de l’Euphrate21. Ces facteurs, liés à l’amélioration des transports, font, selon Annika Rabo, qu’il n’est plus nécessaire pour un villageois de connaître une famille raqqawie pour venir en ville. Chacun d’eux peut reprendre le mini-bus pour rentrer dans son village en début d’après-midi, quand les bureaux ferment (Rabo 1986, p. 22). Vingt ans après ce constat, j’ajouterai que le villageois a désormais des proches en ville qui peuvent aisément le loger : tant dans le quartier Afadla de Machlab que dans la zone d’extension nord qui a accueilli les déplacés Walda du lac de barrage.

36Les semi-nomades de la vallée ne se présentent jamais comme des Chawâyâ. Sans rejeter ce terme, ils préfèrent se présenter en référence à leur village ou leur tribu, même quand ils résident à Raqqa. Ils tirent fierté de leur appartenance tribale, qui est entretenue par des récits d’héroïsme dans lesquels les citadins ne jouent aucun rôle. Ils ne sont nullement dupes des constructions discursives des citadins, et notamment du récit de l’âge d’or bédouin de Raqqa. En août 2001, le cheikh Walda Anouar Boursan a entrepris de corriger ce dernier récit, en me précisant en entretien que “le docteur Ujaily, qui est très respectable, écrit selon sa compréhension. Et l’histoire de l’État de Hajem ne fait pas l’unanimité”. Selon lui, les Raqqawis étaient alors contrôlés par les tribus de l’Euphrate, et ce sont elles, et non les citadins qui ont résisté aux Français. Il souligne d’ailleurs que ce ne furent pas les Afadla, mais les Walda, qui furent les plus valeureux combattants contre l’occupant et les plus touchés par les représailles militaires françaises par la suite :

« Les habitants de Raqqa étaient quelques familles qui dépendaient des trois tribus Walda, Anaza et Afadla. Les Anaza étaient puissants car soutenus par les Français, notamment Mujhem ibn Muheid. Khalil al‑Hajem était avec les Turcs. Lors de la révolution arabe de 1918, les Walda se sont opposés aux Français, tandis que Mujhem était avec les Français et Hajem avec les Turcs. Chaouakh Boursan est arrivé à prendre la ville de Raqqa 17 fois contre les Français. Dans les années vingt, cinq bombes furent lancées par les Français contre les Walda ».(Anouar Boursan, entretien de juillet 2001 à Raqqa).

  • 22 Il aime plaisanter sur le fait qu’il habite un “haut lieu” de la ville : non pas près de la porte d (...)
  • 23 “De même, les ârfa (juges tribaux) se sont trouvés destitués de leurs fonctions judiciaires lors de (...)
  • 24 Pour la tribu des Afadla, le cheikh qui a une fonction équivalente à celle du cheikh Boursan pour l (...)

37Anouar Boursan est le fils du célèbre Chaouakh al‑Boursan, le cheikh des Walda, tribu qui a perdu la quasi-totalité de ses terres fertiles englouties sous le lac Assad. Élu député à de nombreuses reprises, il est très amer quant à la situation de sa tribu, et à la sienne propre. Il loue une maison modeste dans le quartier d’extension nord de la ville, près de la gare ferroviaire. Elle est assez vaste pour posséder une madâfa, qui comprend une série d’arcades donnant sur une cour ombragée22. Il refuse d’emblée qu’on le nomme cheikh, n’ayant plus aucune terre : “Je n’ai plus rien, mes hommes n’ont plus rien. Pourquoi m’appellerait-on encore cheikh ? Si je pose le doigt sur le sol, même cette surface ne m’appartient pas. Je n’ai pas de maison. Je loue celle-ci” (cheikh Boursan des Walda, juillet 2001). Il poursuit la justification de son refus en me rappelant, devant les hommes de son clan réunis dans sa madâfa, ce qu’est une tribu : “Une tribu n’existe que si elle remplit trois conditions : qu’elle ait un cheikh, qu’elle soit prête à la guerre(bayt al‑harb)et qu’elle soit capable d’appliquer le droit tribal (bayt awarif)” (Cheikh Anouar Boursan des Walda, Raqqa, juillet 2001). Anouar Boursan joue néanmoins un rôle important pour les Walda, en tant que député et arbitre dans les questions de droit et d’honneur. Très respecté pour ses connaissances religieuses et sa sagesse, il est en permanence consulté par les membres de sa tribu, hommes comme femmes. Il arbitre les affaires d’honneur dans sa madâfa, qui est par conséquent une bayt awarif, un lieu d’application du droit tribal23. Le tribunal de Raqqa prend en compte son avis dans les cas de conflits tribaux24.

38Les membres des tribus de l’Euphrate, Walda comme Afadla, ont faite leur la ville de Raqqa. Non seulement ils occupent la plupart des postes de fonctionnaires, mais, de plus, s’étant enrichis au cours des années 1950 avec le boom du coton, ils sont capables d’offrir à leurs enfants un niveau de scolarisation comparable à celui des citadins raqqawis. Enfin, ils sont prompts à rappeler, en cours d’entretiens, leurs versions de l’histoire récente de Raqqa et à se poser en réels résistants à l’occupation française. Ce dernier fait est attesté pour d’autres tribus qui se sont opposées à l’armée française en 1920 et 1921, en particulier les Beggara et les Agueidat. Ne comptant que peu d’intellectuels locaux pour recueillir leur histoire, à quelques exceptions marquantes près, telles que le poète Mahmud Dakhira de la tribu des Afadla qui a écrit l’histoire de sa tribu en plusieurs cahiers, ou Mohammed al‑Madfah, inspecteur de l’enseignement du français dans le gouvernorat de Raqqa et qui a collecté les archives de son clan, leurs narrations ne connaissent aucune publicisation et ne peuvent contrebalancer les écrits des Raqqawis.

Les bédouins à Raqqa : du “village des bédouins” (Harat al‑badu) aux villas

39Alors que les citadins raqqawis témoignent du mépris pour les Chawâyâ, leurs rapports aux bédouins sont bien plus complexes. Au début du xxe siècle, les grandes familles de la ville les accueillaient quand ils venaient en ville, et les Raqqawis lettrés leur servaient de secrétaires. Dans l’écriture de l’âge d’or bédouin de Raqqa, al-Ujaily témoigne de cette relation paradoxale de la culture arabe à la culture bédouine, évoquée précédemment, faite d’admiration et d’imitation. Pourtant, il semble que les intellectuels raqqawis balancent entre cette attitude admirative et une critique toute khaldounienne de la déchéance des bédouins au contact de la ville. C’est ainsi que l’arrivée à Raqqa, au début des années soixante, de groupes bédouins appauvris par la sécheresse, a modifié la vision que les citadins avaient d’eux. Vivant dans des quartiers irréguliers, avec de maigres troupeaux, ces derniers avaient en effet perdu toute leur prestance.

40Dans un roman célèbre paru en 1981 et intitulé Harat al‑Badu (Le village des bédouins), Ibrahim Khalil a décrit ces bédouins comme des pauvres, contraints de mendier dans les rues de Raqqa pour survivre, et perdant ainsi leur honneur. Ce livre a été très décrié par les bédouins. Un membre de la tribu des Fedaan Khorsa souligne que le mépris du citadin se lit dans l’utilisation, dans le titre du roman, du terme de har (le village), au lieu de hay (quartier), qui sous-entend que les nomades ne peuvent s’adapter à la vie urbaine. Tout ce roman n’est pour lui qu’un tissu de mensonges. Il conteste ainsi le fait que tous les bédouins de Raqqa vivent dans un quartier défini et y soient pauvres. Au contraire, les bédouins seraient répartis dans toute la ville, et nombreux sont ceux qui possèdent des villas et exercent des emplois prestigieux. Il me cite le cas, exemplaire, du docteur Mahmud al‑Fahd al‑Kurah, Fedaan Anaza du clan des Dana Mahmud al‑Wuld, qui est un médecin formé en Allemagne et qui a construit, en 1996, une luxueuse clinique privée de quarante lits, où exercent 18 médecins. Ce dernier, rencontré dans sa madâfa, est fier de me décrire, en allemand, les différents postes qu’occupent les bédouins de Raqqa. Ainsi, au plus haut niveau de l’État, à la direction du parti, siège Mahmud Said Bakhtian, membre des Anaza ; un Muheid est gouverneur de Hama ; à l’échelle du gouvernorat de Raqqa, le juge du tribunal de Tell Abiad est Fedaan, ainsi qu’un grand avocat de Raqqa ; l’un des membres importants du parti Baath de Raqqa, Farhan Farhan est, lui aussi, un bédouin. Ils ont donc des réseaux puissants, et leur présence en ville se manifeste à travers les nombreuses madâfa qu’ils y tiennent.

  • 25 Le mariage auquel je fus invitée en juillet 2001 réunissait environ 300 personnes de la tribu ; les (...)

41Le “quartier des bédouins” existe pourtant bel et bien, mais il est loin de regrouper l’ensemble des bédouins de Raqqa. Mon interlocuteur issu des Dana Majed y habite, avec une partie des hommes de son clan qui y ont construit treize maisons, car, me précise-t-il, “les bédouins aiment vivre ensemble”. Ces maisons s’organisent pour la plupart autour d’une vaste cour où les membres de la famille élargie dorment en été sur des nattes et où une madâfa est séparée d’un corps de deux ou trois pièces réservées à chacune des familles nucléaires. Ce sont souvent des propriétaires fonciers de terres steppiques, baal[iyy], sur lesquelles une culture d’orge tous les deux ans est possible. Hommes et femmes préfèrent leur vie en ville, où la scolarisation des enfants est plus aisée et où les tâches ménagères sont moins difficiles. Les familles gardent des liens étroits avec les membres de leur clan présents à Raqqa ou dans le nord du gouvernorat, à l’est de Slouk. C’est là que sont célébrés, sous les tentes, les mariages qui permettent de réunir une large partie de la tribu25.

  • 26 Son représentant (littéralement « visage »).

42Ainsi que le souligne, au début des années 1980, Sulayman Khalaf, les relations sont plutôt bonnes entre les Fedaan et les notables de la ville. Il les qualifie par le terme d’alliance (wala) et non par celui de dépendance (tabiya) (Khalaf 1981, p. 80). Cela est d’autant plus juste que ces citadins traitent avec des bédouins ayant atteint une position sociale élevée. En revanche, la fille de Mujhem ibn Muheid, la cheikha Fouza, qui a épousé en seconde noces, en 1951, le cheikh des Afadla Mohammed al‑Howeidi, est fâchée du mépris dans lequel elle est tenue par les gens de Raqqa, en tant que bédouine vivant à Machlab. Elle aime à rappeler que les Ujaily et les Sattaf, les deux grandes familles de chaque rassemblement, ne sont que ses domestiques : “C’étaient les écrivains de mon père”. La cheikha Fouza est prompte à rappeler sa généalogie et à déclamer en vers le récit des grands épisodes de guerre lors desquels son père et son oncle se sont illustrés. Elle loue également leur générosité (karama), qui ont fait d’eux de grands chefs : ainsi en 1911, lors d’un hiver éprouvant, Hajem, qui venait de devenir le wajih26 du clan, réussit à nourrir toute la tribu pendant 40 jours de neige. Quant à son père, lors d’une famine, il loua les boulangeries de Raqqa et distribua du pain à tous.

4. Asabiya et représentation tribale lors des élections législatives

  • 27 Le Front National Progressiste créé en mars 1972 autour de l’Union arabe Socialiste, de l’Organisat (...)

43Les élections législatives sont un moment essentiel de remobilisation des liens tribaux. Selon des notables raqqawis, le parti Baath aurait « recréé » la tribu par le moyen des élections, pour gagner les bases de son soutien : “C’est le Baath qui a reconstruit les relations tribales : pour les élections, il a prévu la distribution des sièges aux tribus (tawazi achari)”, me dit l’un d’entre eux en 2003. Depuis les élections législatives de 1973, le gouvernorat de Raqqa ne compte que huit sièges députés, dont seulement deux indépendants et donc ouverts aux élections. Les six autres postes sont désignés par le régime parmi les membres des partis formant le Front National Progressiste27. La plupart des intellectuels raqqawiset même des fonctionnaires baathistes regrettent que le nombre de sièges attribué au gouvernorat de Raqqa soit gelé depuis trente ans car il devrait être non pas de huit mais de vingt, dans la mesure où la représentativité de chaque siège est normalement de un pour 50 000 habitants. Les huit sièges « représentent » chacun 125 000 habitants dans un gouvernorat qui en compte plus d’un million au recensement de 2004. Je propose dans cette partie d’étudier les manifestations de la asabiyya comme grammaire des mobilisations tribales, pour reprendre Elizabeth Picard qui parle de « grammaire des mobilisations politiques arabes » pour qualifier le recours à la asabiyya dans les analyses politiques des sociétés arabes (Picard 2006 p. 61).

Planche 9 : Le cheikh des Afadla Mohammed Howeidi et sa mère la cheikha Fouza bint Muheid des Fedaan Anaza dans leur maison de Machlab.

Planche 9 : Le cheikh des Afadla Mohammed Howeidi et sa mère la cheikha Fouza bint Muheid des Fedaan Anaza dans leur maison de Machlab.

44Si les relations tribales traditionnelles s’étaient relâchées au cours des années cinquante du fait de l’enrichissement de petits propriétaires et de l’enrôlement dans le parti des paysans sans terre et des membres de tribu jadis inféodés aux cheikhs, de nouvelles relations tribales se sont nouées, qui se révèlent tout particulièrement lors des élections. Les paysans continuent de vivre comme membres de tribus, se présentent avec leur laqab tribal. Surtout, la majeure partie des habitants des campagnes et de la steppe du gouvernorat de Raqqa soutiennent lors des élections les candidats de leurs tribus.

Le maintien de la asabiyya selon le secrétaire général du Baath de Raqqa

45Selon le secrétaire général de la branche du parti Baath à Raqqa, Issa Khalil, nommé en 2001 et rencontré en août 2001, “la asabiyya est la culture dominante” dans le gouvernorat de Raqqa. Selon lui, la révolution baathiste a une spécificité dans le gouvernorat de Raqqa : celle d’être restée ancrée dans “la compréhension de ses caractéristiques sociales”. La asabiyya, “la solidarité de groupe”, est le concept clef de la théorie d’Ibn Khaldoun relative à l’évolution de l’État dans le monde arabe médiéval. Elle a été abondamment utilisée par Michel Seurat dans son analyse de l’État syrien. Définie par Olivier Roy, comme “tout groupe de solidarité fondé sur des relations personnelles (généalogiques, matrimoniales, clientélistes ou d’allégeance, etc.) dont la finalité est précisément cette solidarité et non la mise en œuvre d’un objectif justifiant la création du groupe”, elle demeure une donnée pertinente d’analyse des sociétés moyen-orientales à la fin des années 1990, “(non comme) l’expression de la permanence d’une société traditionnelle dans un État moderne, mais (comme) une recomposition de réseaux d’allégeance dans un espace politique et territorial définitivement modifié par le fait de l’État. Ce qui se maintient, ce ne sont pas des objets mais un type de relation au politique” (Roy 1996, p. 6-8).

46Le secrétaire du parti Baath de Raqqa, Issa Khalil, est d’autant mieux placé pour parler de cette spécificité tribale du gouvernorat qu’il appartient, comme il me le dit lui-même, à la tribu des Bou Hmeid Afadla vivant à Machlab. Exprimer une spécificité tribale va à l’encontre de l’idéologie baathiste qui mettait tout en œuvre pour lutter contre l’expression des particularismes régionaux et contre le tribalisme. Pourtant, et c’est un signe de l’évolution du régime, le gouverneur de Raqqa en 2001, Faysal Qasem, reprend lui aussi cette idée de la spécificité culturelle de la tribu dans l’Est syrien. L’importance du fait tribal dans le gouvernorat de Raqqa est en effet, selon lui, une caractéristique culturelle qu’il ne faut pas négliger pour mobiliser les énergies dans la voie du progrès. Qu’un secrétaire du Baath et un gouverneur reconnaissent le maintien de la solidarité de groupe et du système tribal témoigne de l’abandon de l’un des combats de l’idéologie baathiste qui était d’éradiquer cette caractéristique majeure de la société syrienne, concernant aussi bien les campagnes et le tribalisme que les villes et le communautarisme, et dont le meilleur exemple est paradoxalement donné au sommet par la solidarité alaouite (Chouet 1995).

Les élections législatives de 2003 à Raqqa

  • 28 Depuis les élections de 1973, un pourcentage des sièges est réservé à des candidats « indépendants  (...)

47En 2003, un fonctionnaire de la municipalité de Raqqa commenta les élections alors en cours : “Les élections se déroulent de façon différente à la campagne et à la ville. À la campagne, la tribu décide de voter pour un seul, encore maintenant”. C’est en fait plus compliqué, les tribus étant divisées au moment du vote entre partisans de deux ou plusieurs candidats. Ainsi, lors des élections de 1990 et 1994, au cours desquelles un tiers des postes fut réservé à des candidats non membres du parti Baath28, les nomades Fedaan se partagèrent entre le soutien à Dahem al‑Graichich et celui à Gazi al‑Hreimis. Les Afadla furent divisés entre partisans de Mohammed Faysal al‑Howeidi, (le fils du député Faysal al‑Howeidi et de la fille de Mujhem Ibn Muheid des Fedaan Anaza), et partisans de son vieil oncle Haj Abd al‑Razzâq al-Howeidi. Ce dernier obtint 15 200 voix au sein de sa tribu lors des élections de 1990, contre 15 000 pour son adversaire. Seuls les Sabkha, dont une grande partie a migré en Arabie Saoudite, restent unis autour de leur cheikh Anouar Rakkan, régulièrement réélu.

48Lors des élections législatives de 2003, une trentaine de candidats se présenta sur les deux sièges (A et B) réservés aux « indépendants ». Dix d’entre eux ont concentré l’essentiel des voix. Parmi eux, les cheikhs des principales tribus du gouvernorat : Mohammed Faysal al‑Howeidi, pour les Afadla, Ali Anouar al‑Boursan, cheikh des Walda, Abd Muhsein Anouar Rakkan, cheikh des Sabkha et Mohammed Ismail al‑Bari, cheikh des Bu Khamis. La présence des cheikhs n’empêcha nullement, comme à chaque élection, que des candidats dissidents se présentent, comme ce fut le cas du candidat Ibrahim Chaker des Walda pour le siège B. Sur le siège A, un candidat Afadla, Ahmad Mahmoud al‑Hadi, réussit à regrouper près de 40 000 voix, alors que le cheikh Mohammed Faysal appelait au soutien du candidat Anouar Rakkan, allié de la tribu par mariages anciens.

Tableau 30 : Les principaux candidats et leurs résultats pour les deux sièges d’indépendants du gouvernorat de Raqqa en 2003.

Nom du candidat

Origine tribale ou citadine

Score électoral

Siège B

Mohammed Faysal al‑Howeidi

Cheikh des Afadla

91 179

Ali Anouar al‑Boursan

Cheikh des Walda

56 234

Mohammed Ati

Kurde de Raqqa

14 295

Nouri Alouach

Raqqa

9 827

Ibrahim Chaker

Walda (Huweitat) Dibsi Afnan

5 073

Siège A

Mohammed Ismail al‑Bari

Cheikh des Bu Khamis

43 487

Ahmad Mahmoud al‑Hadi

Afadla

39 103

Abd Muhsein Anouar Rakkan

Cheikh des Sabkha

31 399

Awad al‑Khalaf

Walda

23 248

Saud Naim

Slouk

19 201

(Résultats obtenus chez un candidat, Raqqa, avril 2007).

49En 2003, le cheikh Afadla Mohammed Faysal al‑Howeidi fut élu sur le siège B devant le cheikh des Walda Ali Anouar al‑Boursan (91 179 suffrages contre 56 234). Quant au siège A, il fut remporté d’une courte tête par le cheikh des Bu Khamis Mohammed Ismail al‑Bari, devant le candidat Afadla Ahmad Mahmoud al‑Hadi (43 487 voix contre 39 103). À l’échelle de chaque circonscription électorale, ce qui est notable, c’est que la ville de Raqqa n’a présenté aucun candidat pour les sièges d’indépendants. Les candidats issus des grandes familles de la ville ont fait le choix de devenir membre de l’un des partis du Front National Progressiste pour affirmer leur pouvoir citadin. Ainsi l’avocat Abdallah Hassan Blebil fut désigné comme député du parti en 2003, aux côtés de la juge Nadua Salum, citadine mais d’origine lointaine Afadla. Au moment des élections, les citadins raqqawis membres des anciennes familles de notables (les Ghouls qui sont des Bou Chaaban), votent pour le cheikh Afadla Mohammed Faysal al‑Howeidi, candidat indépendant, qui raffle la moitié des suffrages exprimés de la ville.

50Dans l’ouest du gouvernorat, circonscriptions de Thawra, Mansura et Jarnia où résident en majorité des membres de la tribu des Walda, le cheikh Ali Anouar al‑Boursan recueille l’essentiel des suffrages. Aussi dans la circonscription de Sabkha qui compte quelques groupements walda. Pour le reste, le cheikh Afadla remporte largement les élections pour le siège B dans le nord, le centre et l’est du gouvernorat. Les candidats en lice pour le siège A sont beaucoup plus au coude à coude, en particulier Mohammed Ismail al‑Bari, cheikh des Bu Khamis et son concurrant immédiat Ahmad Mahmud al‑Hadi des Afadla, qui obtinrent environ 40 000 voix, tandis que le cheikh des Sabkha Abd Muhsein Anouar Rakkan remportait 31 399 suffrages.

Tableau 31 : Les principaux candidats et leurs résultats pour les deux sièges d’indépendants du gouvernorat de Raqqa en 2003 : détail du vote par circonscription.

Circonscription

Nombre de vote exprimés

Siège B

Siège A

Moh. al- Huweidi

Bursan

Ati

Chaker

Aluch

Saud

Rakkan

Bari

Khalaf

Hadi

Raqqa ville
81 bureaux

42 298

21 408

12 073

6605

136

2 869

6993

5786

12872

2942

9760

Raqqa camp.
74 bureaux

35 073

21 474

10 012

942

456

1 602

1211

2000

6910

5810

13778

Sabkha
26 bureaux

9 177

 3932

4455

108

3

1242

251

7137

1745

263

470

Ma’dan
23 bureaux

10 623

5697

3371

112

49

783

245

8704

698

6

55

Karama
26 bureaux

11 591

10577

635

95

2

25

322

1288

2551

409

5705

Karama
17 bureaux

7 149

6788

503

39

0

14

235

1772

1465

401

2701

Thawra
22 bureaux

13 337

3032

6901

880

1410

531

1029

1467

1950

5280

819

Mansura
32 bureaux

13 247

2871

5931

57

2861

412

245

567

5397

4249

676

Jarnia
27 bureaux

7 937

2028

5147

173

76

278

424

516

706

3399

977

Tel Abiad
19 bureaux

 5 961

3657

2182

2252

15

667

3049

665

3186

52

852

Ain Issa
19 bureaux

9 394

4495

3253

1135

59

559

1976

900

3819

366

1920

Slouk
23 bureaux

4 022

5220

1771

1897

6

845

3221

597

2188

71

1390

Totaux

169 809

91179

56234

14295

5073

9827

19201

31399

43487

23248

39103

(Résultats obtenus chez un candidat, Raqqa, avril 2007)

51Ce tableau des résultats électoraux par circonscription traduit les solidarités tribales dominantes. Les villages situés en amont de Raqqa sur l’Euphrate sont globalement habités par des membres de la tribu Walda. Ceux situés en aval de Raqqa sont en rive gauche habités par des Afadla, et en rive droite par des Walda, des Sabkha et des Afadla. On a vu précédemment l’étendue de la propriété foncière des principaux cheikhs en 1942. Ces cheikhs ont pu garder une grande partie de leurs domaines en les enregistrant au nom de leurs héritiers lors des réformes agraires et continuent d’employer des milliers de paysans. Le tableau 32 présente le détail de la répartition par clan Afadla des villages du Moyen Euphrate. Je l’ai construit après un entretien avec le poète des Afadla, Mahmud Dakhira, dans une madâfa de Machlab en février 1997.

Tableau 32 : Les principaux clans de la tribu chawî Afadla et leurs villages de sédentarisation

Nom du clan afadla

Noms des villages

Haouss

Khas Habal, Khas Ajil, Khas Ajal, Khas Dakour

Bariaj al‑Daher

Jadida baladia, Jadida Kahit, Jadida Khabour, Ouija Hamd Assaf, Karama, Fatsa, Maizilia, Tarifai, Bututha

Madlaj

Hamra bilaism, Hamra Naser, Hamra Ghanam, Hamra Boutia, Hamra Jamasa, Alkana

Dhiyab

Mahna, Tawi, Al‑Muh, Muhammad Dhiyab, Raqqa Samra, Machlab, Kalta

Ghanam al‑Dhaher

Souafi, Houija, Rahiat, Jazira, Ayouj, Hafira, Sabahia

Mousa al‑Dhaher

Kasr Afnan, Kasr Faraj, Kasr Mohammed Ali, Kasr al‑Cheikh al‑Jomora, Hawi al‑Hawa, Khila, Salhabia Charqui, Salhabiya Gharbi, Kabch

Issa al‑Dhaher

Malihân

Chabal

Khatounia, Abu Kebira, Hazima, Halou Abd, Abara, Abu Charb, Al‑Bafrani

(entretien avec Mahmud Dakhira, poète et historien Afadla, Machlab, février 1997).

52Au terme des élections législatives de 2003, les huit députés pour le gouvernorat de Raqqa se révèlent être pour six d’entre eux d’origine tribale marquée, comme l’indique en détail le tableau 33. Seul un citadin raqqawi, membre du Baath a été élu. Les deux sièges d’indépendants sont remportés par deux des principaux cheikhs tribaux de Jazîra. Ils sont ainsi parvenus à devancer les membres de leur tribu qui les concurrençaient. Mais ils retrouvent au parlement les membres de leur tribus devenus adhérents du parti Baath et bénéfiaires de la contre-réforme agraire. Les rivalités entre candidats ont pris une tournure plus brutale lors des dernières élections législatives de mars 2007.

Tableau 33 : Origine et profession des huit députés de Raqqa en 2003

Nom du député

parti

Origine

Profession

Abdallah Hassan Blebil

Baath

Ville de Raqqa

avocat

Nadua Salum

Baath

Raqqa (afadla)

juge

Abd al‑Ali Jeich

Baath

Walda

Union paysan

Dr Ahmad al‑Alan

Baath

Tell Abiad (Tayy)

médecin

Khalil

Front

Maadan (tribu Naïm)

professeur

Ismail Hajju

Front

Afadla (Bariaj)

avocat

Mohammed Faysal al‑Howeidi

Indép.

Cheikh des Afadla

propriétaire

Mohammed Ismail al‑Bari

Indép.

Cheikh des Bu Khamis

propriétaire

(source : entretiens à Raqqa, avril 2007).

L’ingénierie électorale ou la mobilisation des réseaux tribaux

53Lors des élections législatives d’avril 2007, pas moins de 39 candidats étaient en lice pour les deux sièges d’indépendants. Parmi eux figuraient les deux sortants : Mohammed Faysal al‑Howeidi (cheikh des Afadla) et Mohammed Ismail al‑Bari (cheikh des Bu Khamis), ainsi qu’Ali Anouar al‑Boursan, cheikh des Walda. Notons que sur le siège B brigué par Mohammed Faysal al‑Howeidi candidata aussi un médecin originaire d’Alep, ce qui suscita le mécontentement tant des membres des tribus que des citadins raqqawis, encore marqués par leur relation centenaire de dépendance vis-à-vis des khanjî alépins.

Tableau 34 : Les principaux candidats en lice pour les deux sièges d’indépendants du gouvernorat de Raqqa en avril 2007

Nom du candidat

Origine tribale

Siège A

Abd Muhsein Anouar Rakkan

Cheikh des Sabkha

Mohammed Ismail al‑Bari

Cheikh des Bu Khamis

Ismail Mashuj al‑Balikh

Afadla Bariaj

Ahmad Mahmoud al‑Hadi

Afadla Musa Daher

Mohammed Assem al‑Dali

Raqqa, Bayatro

Zubeiha al‑Mukhlaf

Bu Hadid (Tell Abiad)

Siège B

Mohammed Faysal al‑Howeidi

Cheikh des Afadla

D. Abd al‑Madi

Alep

Mohamed Abu Walat

Kurde

Mohammed Jasem

Jamasa

(source : entretiens à Raqqa, avril 2007)

54L’ingénieurie électorale mobilisée est considérable en coût et en hommes. Deux mois avant les élections, les candidats font une tournée dans les villages de leur tribu afin de comptabiliser les enfants devenus adultes dans l’année et qui peuvent voter. Chaque chef de clan est prié d’écrire sur une fiche l’ensemble des noms des enfants de chaque membre et de la transmettre au cheikh-candidat. Le candidat assure alors le paiement de l’enregistrement sur les listes électorales : 10 LS pour le timbre et 25 LS pour la photo d’identité. Ces sommes modiques deviennent considérables quand elles sont multipliées par 10 000 ou 20 000, comme le souligne la directrice de campagne du candidat Mohammed Faysal al‑Howeidi. Elle a assuré l’inscription sur les listes électorales de pas moins de 18 000 jeunes adultes de la tribu Afadla invités à voter pour son frère, mais aussi, et cela me paraît bien plus intéressant, de citadins raqqawis, en particulier des familles Kaakaji et Khudur qui eux aussi tinrent les listes à jour des enfants ayant atteint 18 ans.

55Cette procédure de comptage et d’inscription sur les listes électorales réalisée, commence le recrutement d’agents électoraux chargés de conduire les électeurs aux bureaux de vote. Chaque grand candidat prévoit d’avoir deux représentants (un homme et une femme) dans chacun des 429 bureaux de vote du gouvernorat de Raqqa. De plus, afin d’être assuré que les électeurs de la steppe et de la campagne se déplacent jusqu’aux bureaux de vote, il loue des mini-bus dans lesquels se trouvent un homme et une femme supporters du candidat. Le candidat Mohammed Faysal al‑Howeidi a ainsi loué 85 mini-bus pour l’ensemble du gouvernorat, et pour la ville de Raqqa seulement trente « services » qui s’ajoutent à une vingtaine de voitures de ses supporters.

56Les élections de 2007 ont marquées par des émeutes tribales entre supporters des candidats Ismail Mashuj al–Balikh et Abd al‑Muhsein Anouar al‑Rakan et Raqqa fut sous couvre-feu pendant une semaine. Le 24 avril, le ministre de l’Intérieur en personne se déplaça à Raqqa et Maadan pour évaluer la situation, tandis que des pourparlers avaient lieu entre les cheikhs tribaux Mohammed Faysal al‑Howeidi (cheikh des Afadla), Abd al‑Muhsein Anouar al‑Rakan (cheikh des Sabkha), Ali Anouar al‑Boursan (cheikh des Walda) et le candidat Ismail Mashuj al‑Balikh des Bariaj (Walda). Il fut décidé que les deux sièges de députés indépendants seraient accordés à Mohammed Faysal al‑Howeidi (député sortant) et à Abd al‑Muhsein Anouar al‑Rakan, qui avaient réuni le plus de voix. Le cheikh Anouar al‑Rakan proposa d’offrir la somme de 10 millions de livres syriennes (150 000 euros) de dédommagement au candidat perdant Ismail Mashuj al‑Balikh qui la refusa. Cette somme est considérable, d’autant que le plafond officiel des dépenses de campagne était fixé par la loi à 3 millions de livres syriennes (largement dépassés en fait par la plupart des grands candidats, tout particulièrement dans la circonscription de Damas).

Tableau 35 : Les députés de Raqqa élus en avril 2007 :

Nom du député

parti

Origine

Profession

Hind al‑Tarif

Baath

Soukhné

Huder al‑Cheikh

Baath

Village Hawas

Abd al‑Ali Jeich

Baath

Walda

Union paysan

Aziz al‑Faza

Baath

Tell Abiad

Ismail al‑Mussa

Front

Walda

Banque commerciale

Haytham al‑Muchawer

Front

Deir ez-Zor

avocat

Mohammed Faysal al‑Howeidi

Indép.

Cheikh Afadla

propriétaire

Abd al‑Muhsein Anouar al‑Rakan

Indép.

Cheikh Sabkha

propriétaire

(source : entretiens à Raqqa, avril 2007)

57Au final, aucun des huit députés du gouvernorat de Raqqa élus en 2007 n’est originaire de la ville de Raqqa. Une seule femme, membre du parti Baath fut élue, originaire de la communauté des marchants Sakhanes. Un député de Deir ez-Zor fut désigné dans la coalition du front allié au parti Baath. Et les deux cheikhs Afadla et Sabkha furent élus après médiation de conciliation tribale. Ces évènements révèlent le souci des cheikhs traditionnels des tribus de l’Euphrate de conserver le prestige associé à la fonction de député et les attributs du pouvoir que cela implique en terme de distribution d’emplois et de faveurs, alors même qu’une grande partie des membres de leur tribu se sont affranchis d’eux depuis la révolution baathiste et leur participation à l’administration des projets de développement dans le gouvernorat de Raqqa.


*

58Aux deux âges d’or abbasside et baathiste de Raqqa, les intellectuels raqqawisen ajoutent un troisième, aux accents nationalistes, et qui valorise l’autonomie de leur ville et sa résistance à l’occupant français dans les années 1920. Or, la particularité de cet âge d’or est qu’il est tout autant bédouin que citadin. Présenté comme la création d’un État bédouin autonome par Hajem ibn Muheid, chef des Fedaan Anaza, il a été totalement réinterprété par des intellectuels raqqawis comme un épisode d’indépendance urbaine. Or, les archives mandataires françaises donnent une autre version des faits, et décrivent des familles citadines lourdement soumises à l’impôt bédouin et qui cherchent par conséquent à tout prix à se débarrasser de ces nomades. De leur côté, les semi-nomades, souvent méprisés tant par les bédouins que par les citadins, revendiquent l’honneur de la résistance à l’armée française, ce qui est en effet relaté par les archives.

59Quand le récit de l’État méconnu de Hajem ibn Muheid est publié, quarante-deux ans après les faits, on y découvre que les descendants de ces familles ont à cœur de s’approprier la gloire de cet État, ainsi que les vertus tribales supposées des bédouins, à savoir « la bravoure, la générosité et la frugalité ». Dans le même temps, les intellectuels qui revendiquent ces vertus, soulignent qu’ils ne sont pas des gens de tribus, mais des « familles » tout à fait citadines. Ainsi, les caractéristiques citadines et tribales s’entremêlent-elles dans les constructions rhétoriques des intellectuels raqqawis, à l’image de ce processus d’osmose entre monde sédentaire et monde nomade qui aurait caractérisé l’Est syrien selon le géographe Jacques Weulersse : “Le bédouin se faisant sédentaire, mais le sédentaire adoptant des conceptions bédouines. C’est donc en ces régions déshéritées que s’opère, au feu du ciel et au souffle du khamsin, cet alliage étonnant de la tribu et de la cité, du pasteur et du caravanier, du nomadisme et du jardin, d’où est née la civilisation arabe” (Weulersse 1946, p. 300).

60Ces constructions rhétoriques ne sont néanmoins qu’un élément fondateur de la citadinité, laquelle s’étudie autant en termes de discours que de pratiques. S’il souligne le maintien de traditions tribales dans l’habitat, les alliances matrimoniales, les règlements d’affaires d’honneur et l’admiration pour les valeurs bédouines, Abd al‑Salam al-Ujaily n’en demeure pas moins détaché de ce mode de vie qu’il décrit, en paroles et en actes. Aussi est-il nécessaire de compléter cette étude des discours sur la ville par l’analyse des pratiques quotidiennes des groupes sociaux vivant à Raqqa et par celle de leurs sociabilités. La combinaison de leurs idéologies territoriales et de leurs pratiques nous permettra de rendre compte de leurs territorialités.

Notes

1 Pour étudier la question de la citadinité à Raqqa, je m’appuie sur les travaux coordonnés par Pierre Signoles et Michel Lussault et publiés par URBAMA (CNRS-Tours), La citadinité en questions, ainsi que sur l’article de F Mermier sur la citadinité à Sanaa (Lussault, Signoles 1996 et Mermier 1989).

2 L’anthropologue Dale Eickelman a identifié quatre modes d’élaboration de l’identité tribale au Moyen-Orient : l’utilisation d’idéologies ethnopolitiques locales par des individus pour expliquer leur propre organisation socio-politique ; l’utilisation de concepts par des autorités dans des buts administratifs ; l’attribution de concepts anthropologiques par les chercheurs ; le partage de notions implicites, non formalisées sous forme d’idéologie (Eickelman 1989, p. 127).

3 Dans le chapitre 2.

4 Mark Sykes effectua plusieurs séjours en Turquie et au Moyen-Orient au début du xxe siècle, dont sont nés les trois ouvrages : Through Five Turkish Provinces in Disguise, Londres, 1900 ; A Record of a Journey through Ten of the Asiatic Provinces of Turkey, Londres, 1904, The Caliph’s Last Heritage, Londres, 1915.

5 Sous Faysal, un gouvernement arabe fut instauré à Damas d’octobre 1918 à août 1920 jusqu’à la défaite face aux troupes du général Gouraud à Maysaloun. Cet épisode de l’histoire syrienne, qui fut pourtant celui de la domination de la monarchie hachémite sur la Syrie, est élevé au rang d’héritage national syrien par le parti Baath, qui rappelle que “l’indépendance et l’unité de la Syrie naturelle” furent proclamées le 7 avril 1920 par le Congrès syrien et qui commémore la défaite de Maysaloun chaque année (Picard 1985, p. 211).

6 « À tous les chefs des tribus de Deir ez-Zor, Salutations, Nous apprécions tous les efforts que vous avez jadis déployés pour servir la chère patrie. Conformément à votre désir, le colonel Ramadan Chillach se rend aujourd’hui auprès de vous pour vous faire part de nos salutations. Nous l’avons désigné comme commandant de toute la zone de Deir ez-Zor. Nous avons pleine confiance que vous l’aiderez à servir le pays et à le délivrer de ces jours difficiles. Rassemblez-vous et soyez unis. Je vous envoie diverses décorations. Levez-vous vite pour défendre la chère patrie. Signé Faysal, résidence royale, 1er chambellan, 29 chaouile 338 » (15 juillet 1920) (Nantes, dossier 546-7, rapport Gebara, 1932). Cette révolte est présentée par les nationalistes syriens comme un épisode important de la lutte pour l’indépendance nationale, comparable à celle du jebel druze de 1925.

7 (SHAT, Armée du Levant, carton 4H107, rapport des services de renseignements du 28 août 1920 pour la période du 20 juillet 1920 au 22 août 1920).

8 (SHAT, Armée du Levant, carton 4 H107, Rapport du 27 septembre 1920, pour la période du 16 au 23 septembre 1920).

9 9 « Hatchem Bey Ibn Muheid continue d’envoyer des lettres aux gens de la ville et aux tribus sans aucun succès, et nous n’accordons que peu d’importance à ses agissements » (Nantes, dossier 546-7, Notes sur le caza de Deir ez-Zor, lettre du mutessarif du liwa de Zor, Elkadi Fadel al‑Aboud, au général de Lamothe, 5 octobre 1920).

10 « Bien que le caza de Raqqa appartienne au sandjak d’Alep, il n’a pu être encore libéré de l’emprise turque, qui, d’après les derniers renseignements, y entretient garnison d’un bataillon renforcé de 4 mitrailleuses et de 2 canons. Hatchem Bay et ses Anezes s’y conduisent en maître, ayant entièrement subjugué les tribus des Afadles qui forment la moyenne partie des habitants sédentaires de la ville. Tour à tour, un caimakan turc, détaché du sandjak d’Ourfa, Chewket Bey, et Mohammed Houeidi al‑Chelach de la tribu Afalde exercent un pouvoir qui ne s’étend guère sur la rive gauche. Les communications commerciales entre Rakka et Alep sont presque nulles, et le marasme dans lequel se débattent la ville et le caza, constitue la meilleure des propagandes en notre faveur, par comparaison avec le calme et la prospérité dont jouit Membidj depuis deux mois. Le passage de la colonne Lemoigne, la risposte sévère faite le 17 juin aux attaques afaldes, à la hauteur de Rakka, ont pesé fortement sur l’esprit mobile des tribus très impressionnées par la manifestation de la force française. Hatchem semble avoir perdu beaucoup de son prestige et éprouver le besoin de se rapprocher de nous. Mezoued al‑Gaichiche son compétiteur pour l’occupation de Rakka, campé actuellement au djebel Munancher, demande lui aussi à entrer en relations avec nous. L’heure paraît prochaine où il sera possible de faire rentrer Rakka dans l’obéissance d’Alep ». (SHAT, carton 4H107, rapport mensuel de juillet 1921).

11 SHAT, Armée du Levant, carton 4H107, rapport mensuel de septembre 1921.

12 « Il y a lieu de ne pas exagérer l’importance du personnage (de Hajem). Son influence est très discutée. Les gens de Rakka le détestent. Beaucoup de tribus dont il s’attribue le commandement ne le reconnaissent pas pour chef. Si les Turcs ne le soutiennents plus, il cessera bientôt d’être considéré autrement que comme un chef bédouin dont l’influence sur la confédération Aneze est beaucoup plus théorique que réelle » (SHAT, Armée du Levant, carton 4H107, bulletin mensuel des services de renseignement, novembre 1921, Alep, p. 21-22).

13 Nantes, dossier 546-7, 1932, Khalil Gebara, Rapport sur la situation sociale du caza de Raqqa.

14 “Après le repli des forces ottomanes à la fin de la première guerre mondiale, et l’avancée des forces faysaliennes pour la Révolution arabe, Raqqa fut annexée à Deir ez-Zor. Quand les forces britanniques occupèrent Deir ez-Zor en janvier 1919, le caza de Raqqa fut attaché à Alep, qui était aux mains du gouvernement arabe de Damas, et un gouverneur (hakem) y fut nommé. Après le retrait des forces anglaises de Deir ez-Zor, en décembre 1920, le liwa retourna au gouvernement arabe de Damas, et le Prince Faysal ben Sharîf promulga un décret de rattachement au liwa de Deir ez-Zor, et y annexa le caza de Raqqa. Après la bataille de Maysaloun, et l’entrée des forces françaises à Damas, la Syrie fut sous le mandat français, et les garnisons françaises s’établirent dans les villes syriennes principales, dont Raqqa, et le 19 décembre 1921 quelques unités armées françaises entrèrent à Raqqa qui fut alors rattachée au liwa d’Alep, mais elle n’y resta pas et fut rattachée de nouveau au liwa de Deir ez-Zor.” (Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 269).

15 “En 1919, les forces britanniques occupèrent Deir ez-Zor et le caza de Raqqa fut rattaché au liwa d’Alep qui était aux mains du gouvernement arabe de Faysal et un officier, Ramadan Challach, fut nommé gouverneur (hakem) pour Raqqa.” (madînat Raqqa fil thâl… 1995, p 16)

16 Les madâfa sont des lieux d’hospitalité caractéristiques de la sociabilité arabe ; elles sont étudiées dans le chapitre 8.

17 Voir chapitre 1.

18 Les Walda, à la fin des années trente, refusèrent de payer la khuwwa aux Fedaan Muheid, et, au terme d’un combat, Isma`il, fils de Hajem ibn Muheid, perdit la vie

19 “En 1941, la guerre a repris entre les Walda et les Anaza, il y eut 311 morts chez les premiers (dont deux femmes) et 279 morts chez les seconds. La réconciliation a eu lieu en 1956, et elle est totale : même s’il y a un mort, on ne revient pas sur l’accord”(Cheikh Boursan des Walda, juillet 2001).

20 SHAT, carton 4H413, rapport du sous-lieutenant Prochasson, officier des Services Spéciaux, chef des postes de Rakka et de Tell Abiab, daté du 28 octobre 1941.

21 Voir chapitre 2.

22 Il aime plaisanter sur le fait qu’il habite un “haut lieu” de la ville : non pas près de la porte de Bagdad ou la place du Président, mais près du “wagon cassé” abandonné sur la voie ferrée depuis des années !

23 “De même, les ârfa (juges tribaux) se sont trouvés destitués de leurs fonctions judiciaires lors de la soumission de la tribu au droit commun. Les affaires criminelles ou les graves différends d’intérêts sont désormais portés devant la justice d’État, à Deir ez-Zor. Néanmoins, pour des contestations de moindre importance, on préfère recourir encore à l’arbitrage du ârfa. Cette forme de justice personnelle paraît plus humaine et permet d’éviter les frais et les délais d’une interminable procédure”(Naffakh 1971, p 133).

24 Pour la tribu des Afadla, le cheikh qui a une fonction équivalente à celle du cheikh Boursan pour les Walda, est Chlach Afadla, de la famille Howeidi. Il est apte à arbitrer les conflits sur toute la Jazîra, et porte un sceau qui en fait un arfa. Sa fonction principale est de fixer le prix de l’impôt du sang en cas d’homicide. On vient le consulter dans sa madâfa de Machlab depuis tout l’Est syrien. Quand il a rendu son jugement, la coutume est que l’on déchire un mouchoir blanc, signifiant ainsi que le cas est réglé.

25 Le mariage auquel je fus invitée en juillet 2001 réunissait environ 300 personnes de la tribu ; les hommes et les femmes étaient séparés pour la célébration.

26 Son représentant (littéralement « visage »).

27 Le Front National Progressiste créé en mars 1972 autour de l’Union arabe Socialiste, de l’Organisation Unioniste Socialiste, du mouvement socialiste arabe et d’une fraction du PC syrien, regroupe-t-il quinze partis. Son article 8 stipule que le Baath a un rôle dirigeant au sein de ce front et impose ses candidats aux dépens de ses alliés [Droz-Vincent 1999, p 530].

28 Depuis les élections de 1973, un pourcentage des sièges est réservé à des candidats « indépendants » (hors du Front National Progressiste). Ce pourcentage a légèrement augmenté en 1990.

Table des illustrations

Titre Planche 7 : Citadins raqqawis devant la porte de Bagdad vers 1922.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Planche 8 : Citadins raqqawis devant la mosquée Hamidiya vers 1922.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Planche 9 : Le cheikh des Afadla Mohammed Howeidi et sa mère la cheikha Fouza bint Muheid des Fedaan Anaza dans leur maison de Machlab.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1344/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable