Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Troisième partie. Contre-discours et sociabilités raqqawies

Introduction

Texte intégral

1Cette dernière partie vise à analyser les contre-discours produits par les habitants de Raqqa au sujet de leur ville et de leur identité, les types de citadinité qui se font jour, ainsi que les formes de la mobilisation contestataire dans cette ville que l’État a tenté de quadriller sur le plan physique, social et politique.

2L’aménagement urbain et la construction rhétorique ont eu pour pendant la construction d’un vaste sanctuaire chiite érigé à la fin des années 1990 par l’Iran, dans le cadre du rapprochement de la Syrie et de l’Iran. Ce sanctuaire attire des milliers de pèlerins chiites depuis une décennie, et tout particulièrement depuis l’invasion de l’Irak en 2003. À l’inverse de la rénovation patrimoniale abbasside, ils ne sont l’objet d’aucune construction rhétorique étatique (chapitre 6). La question de l’identité urbaine se pose dans la ville relativement nouvelle de Raqqa, habitée par des groupes sociaux se définissant avant tout par rapport aux tribus dont ils sont originaires, et pour une minorité d’entre eux par rapport à la ville même (chapitre 7). Enfin, le chapitre 8 analyse les pratiques de sociabilité exprimant les différentes facettes de la citadinité raqqawie, qui se déploient dans des espaces publics et semi-privés comme les madâfa.

3J’étudie ici les territorialités comme l’ensemble des liens avec des lieux investis de valeur affective. La territorialité, ainsi entendue, témoigne d’une “ relation culturellement vécue entre un groupe et une trame de lieux hiérarchisés et interdépendants, dont la figure au sol constitue un système spatial, autrement dit un territoire ” (Bonnemaison 1979, cité par Tizon 1996, p. 28). Raqqa est l’objet de constructions territoriales multiples de la part de l’État, du gouvernorat et des Raqqawis. Ces territoires s’organisent autour de lieux signifiés par des pratiques plus ou moins ritualisées. Lieux préexistants à la ville, comme ses vestiges archéologiques et ses tombes médiévales ; lieux construits par d’anciens Raqqawis, tels que le sérail ottoman et les maisons d’hospitalité (madâfa) ; lieux récents conçus par l’État : centre culturel, places publiques et souks. Réinterprétés ou subvertis, ils servent de point d’ancrage à des territorialités conflictuelles qui marquent l’espace nécessaire au maintien du système de valeurs d’un groupe social.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable