Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Deuxième partie. Raqqa de Haroun al‑Rachid à Hafez al‑Assad : géopolitique et rhétorique patrimoniales

Chapitre 5. Rhétoriques patrimoniales et festivités étatiques

Texte intégral

“Raqqa renaît avec le mouvement de Rectification, au temps du leadership historique unique. Et comme son destin fut toujours associé à des chefs glorieux, son site retrouva un rôle prééminent à deux époques splendides : celle bien guidée (Rachid) du gouvernement de l’émir des Croyants Haroun al‑Rachid qui en fit sa résidence, le siège du califat, une forteresse pour le pays et un havre pour l’Humanité ; et l’époque du gardien de la Nation (hafez al‑umma), l’unique guide historique, Hafez al‑Assad, qui lui a donné le barrage glorieux sur l’Euphrate et le lac limpide Assad”.
(Le gouverneur de Raqqa Sayd Ahmad,
in Raqqa perle de l’Euphrate, 1992, p. 15)

1La construction de l’image patrimoniale de Raqqa comme lieu de plaisance de califes et grand centre de la culture arabe s’est fondée sur la redécouverte de son image littéraire classique. Les historiens contemporains de Raqqa se sont en effet livrés, depuis 1968, à un travail considérable de collecte des vers de poésies datant des viiie, ixe et xe siècles, et qui évoquaient, parfois à la demande des califes, le caractère exceptionnel de Raqqa, la beauté de son site sur l’Euphrate, la perfection de ses palais, l’activité de ses artistes et savants. Ils ont ainsi magnifié chaque vestige archéologique et historique de la ville en restituant les vers de poètes et les descriptions de géographes classiques qui les élèvent au rang d’éléments majeurs du patrimoine arabe.

2En relevant les topiques récurrentes de la communication du gouvernorat de Raqqa dans sept ouvrages édités par la municipalité ou le gouvernorat de Raqqa, ainsi que dans la revue du centre culturel de Raqqa, La Voix de Rafîqa (Sawt al‑Rafiqa), je présente dans ce chapitre le modèle territorial de Raqqa produit par les intellectuels et fonctionnaires de la ville 1. Le processus de patrimonialisation des vestiges de Raqqa s’est accompli en référence à une histoire idéalisée de la Nation arabe dont Raqqa aurait été la capitale et en hommage à la révolution baathiste qui aurait permis le renouveau de la ville. L’histoire propre des Raqqawis a été volontairement tue et leur identité tribale folklorisée. Aussi la naturalisation du modèle territorial de Raqqa s’accomplit-elle chez les Raqqawis sur un mode décalé et ironique.

1. L’idéologie baathiste et le territoire national

3Dans son œuvre de mobilisation du peuple arabe vers sa renaissance, le nationalisme arabe s’appuie sur la remémoration de mythes fondateurs : celui du peuple élu chargé d’une mission civilisatrice pour l’Humanité, celui de l’âge d’or de la civilisation arabe classique, et celui de la culture-langue arabe primordiale. Selon ses théoriciens, les références historiques varient, mais le procédé demeure. L’histoire constitue un enjeu politique essentiel à la redéfinition identitaire et à la mobilisation politique : elle doit servir au renouveau de la civilisation arabe. Abdallah Laroui a montré que la refondation de l’Être arabe passe par l’écriture d’une histoire mythique voulue mobilisatrice, mais qui ne peut être objective car son projet est d’offrir au peuple arabe les moyens d’accomplir de nouveau sa mission prophétique (Laroui 1973, p. 109). L’histoire mythique proposée par les nationalistes arabes ne sert pas à accomplir un simple retour sur le passé, mais consiste à “ trouver une unité temporelle à trois dimensions : refaire le passé pour construire le futur et dépasser le présent ” (Bouzid 1997, p. 185). 

L’Age d’or primordial arabe

  • 1 Il prétendait avoir fondé le parti Baath en 1934 (Agate 1991, p 24).
  • 2 Idéologue persan du panislamisme, Jamal al‑Din al‑Afghani (1839-1897) prônait d’utiliser la culture (...)
  • 3 Mohammed Abdou (1849-1905), mufti d’Égypte en 1889, préconisait la réforme de la religion islamique (...)
  • 4 L’âge de la raison et du rationalisme incarné par les Motazilites, “les chevaliers du rationalisme (...)

4Le premier temps de l’écriture de cette histoire mobilisatrice est l’évocation de l’âge d’or arabe médiéval. Chaque penseur arabe définit son âge d’or. Pour Zakî al-Arsuzî, qui se disait le père spirituel du parti Baath 1, l’âge de l’arabité pure se situe dans la période pré‑islamique. Arsuzî mettait en avant les valeurs de la Jahiliyya (la période anté-islamique qualifiée d’ « ignorance »), l’Islam et les Arabes ayant été « pervertis » par les Turcs et les Perses (Olson, 1982, p. 3). L’historien palestinien Mohamad Izzat Darwaza, qui fut l’un des premiers théoriciens du nationalisme arabe, considérait l’époque omeyyade comme l’apogée du message universel des Arabes, parce que l’État n’était dirigé que par des Arabes, et non par des Perses ou des Turcs comme c’était le cas sous les Abbassides. Al‑Afghani 2 et Mohammed Abdou 3, théoriciens du panislamisme, faisaient par contre du début de la dynastie abbasside le sommet de la gloire arabe et le désignaient comme le temps de la “raison pure”. Au viiie siècle, en effet, l’empire arabe connut sa plus grande expansion et ses savants, héritiers de la pensée grecque, excellaient en astronomie et en médecine. Ce fut l’âge d’or de Bagdad et de Raqqa, du grand calife Haroun al‑Rachid et de son fils al‑Maamûn, des découvertes scientifiques et des sciences 4. La référence à l’âge d’or concourt à la recherche d’une “ authenticité ” arabe et d’une continuité historique qui permettent au peuple arabe de se retrouver après des siècles de division et de soumission politique. C’est la première vision de l’histoire : celle “d’un équilibre parfait entre les éléments – naturels, humains et divins – indispensables à la formation d’une société. Époque de justice, de grandeur, de liberté qui n’est à aucun moment mise en doute ” (Laroui 1973, p. 75).

  • 5 Selon le philosophe Zakî al‑Arsuzî, la première langue de l’être humain fut l’arabe. Il en déduit q (...)

5Plusieurs théoriciens du nationalisme arabe ont vu dans la langue de la révélation, l’arabe, le lien entre tous les membres de la Nation arabe. La référence à la langue arabe comme fondatrice de l’identité arabe induit au moins deux niveaux d’interprétation, selon que l’on invoque ou non l’Islam dont elle fut le médium de révélation 5. Le recours à l’écriture de l’âge d’or et à la langue-culture arabe conduisent à la préservation du patrimoine architectural et littéraire comme preuve de la grandeur passée à retrouver et dépasser. C’est pourquoi les textes nationalistes arabes se nourrissent de poésie médiévale et de références littéraires à un passé édifiant.

Le risque de la « chuubiyya »

  • 6 Il s’agit, dans l’ordre chronologique, du livre de la municipalité : Raqqa dans le temps de la révo (...)

6Le projet majeur du parti Baath depuis plus de cinquante ans est la réalisation de l’unité de la Nation arabe, l’Umma, condition première de la réalisation de la liberté et du socialisme. La devise du parti est : “Une Nation arabe unie avec une mission éternelle”. Elle implique une pensée globale du territoire de la Nation arabe, qui inclut l’ensemble des peuples se disant arabes et parlant arabe. Dans ce cadre, chaque pays ne constitue qu’une région, et aucune division infra-régionale n’est prise en compte, de crainte que des “particularismes” freinent la réalisation de l’unité. Mais cette théorie connut une inflexion à partir de l’échec de l’Union syro-égyptienne, en 1966, de sorte que, dans les années 1970, un discours local fit son apparition dans des publications officielles et privées au sein de chaque gouvernorat. Ce phénomène fut particulièrement sensible dans le gouvernorat de Raqqa où le grand barrage fut édifié et soutenu par une rhétorique qui en faisait une métonymie du renouveau de la civilisation de l’Euphrate.

7Dès 1935, Michel Aflaq concevait l’organisation politique du Baath selon deux niveaux de compétence : un échelon national (qawmiyya) correspondant à la totalité de la Nation arabe, et des échelons régionaux (qutriyya) correspondant aux différents pays arabes. “Dans les écrits du parti Baath, “la patrie arabe” désigne l’ensemble des pays arabes. Chacun de ces pays est un “qutr”, terme qui signifie, à proprement parler, pays, mais qui devrait être traduit, dans le contexte baathiste, par province ou région. L’adjectif “qutri” (provincial, régional) est employé pour parler d’un pays particulier. L’adjectif “qawmi” (national) par contre, s’emploie pour parler de l’ensemble des pays en tant que patrie unique” (Al Ahsami 1974, p. 40). Selon le Baath, “la patrie arabe s’étend du golfe arabo-persique à l’Océan atlantique” et les frontières inter-étatiques sont artificielles et à supprimer. L’article 7 de la Constitution du parti Baath de 1947 définit la Patrie arabe comme la partie du globe habitée par la Nation arabe qui s’étend des montagnes du Taurus à celles du Pocht-i-Kouch (en Iran) au nord ; vers le golfe de Bassorah, les montagnes éthiopiennes et le Sahara au sud ; l’Océan atlantique et la Méditerranée à l’ouest.

  • 7 “Le concept d’unité est mis en œuvre dans divers raisonnements et argumentations tendant à explique (...)
  • 8 D’après le programme du parti publié par son commandement national en juillet 1964 : “Pour réduire (...)

8Le parti doit promouvoir l’unité de l’Umma arabe au moyen de l’effacement des frontières étatiques, de la mise en commun des ressources économiques et de la révolution des structures sociales 7. Ce projet unitaire a pris un caractère impérieux après 1948 et la perte de la Palestine. Les théoriciens de l’idéologie baathiste insistèrent sur la nécessité d’unité arabe, entre les États et entre les régions. On peut lire ainsi que l’objectif politique de la Nation arabe en lutte est d’atteindre l’unité, qui n’est pas l’assemblage disparate des différentes régions, mais une idée et une action révolutionnaires 8.

9Les principes de l’idéologie baathiste ont été élaborés en opposition à la première grande idéologie laïque au Proche-Orient, celle du parti Syrien National Social, fondé par Antoun Saadeh. À la différence du parti Baath, le parti Syrien National Social partait d’une conception géographique de la spécificité syrienne. L’idée était que si la Nation doit être syrienne et non arabe, la première condition est qu’il existe un territoire nommé Syrie existant par lui-même dans des frontières naturelles. En 1933, Antoun Saadeh définissait la Syrie comme “la terre entre le Taurus au Nord, l’Euphrate à l’Est, le canal de Suez au Sud et la Méditerranée à l’Ouest” (Zuwiyya-Yamak 1966, p. 84). Le parti Baath s’opposa jusque dans les années 1960 à ce projet « provincial », iqlîmî, concurrant de celui de l’unité.

  • 9 Le terme est dérivé de “peuples” (chuub) et tire son origine d’une sourate du Coran (XLIX, 13) où i (...)

10La théorie de Saadeh a été considérée par les nationalistes arabes comme la pire expression de “chuubiyya” qui menace l’avancée arabe vers l’unité. La “chuubiyya” est le terme qui désigne dans le discours politique arabe les mouvements d’expression des minorités musulmanes non arabes (perses, kurdes, berbères, etc.) 9. Dans le contexte de division du monde arabe entre mandats britannique et français, les partisans de l’unité arabe assimilèrent les essais d’élaboration des identités étatiques libanaises et syriennes à de la “chuubiyya”, incitée par l’influence occidentale. L’un des fondateurs du Baath, Michel Aflaq, accusa ainsi les Français de “se pencher avec sympathie sur les côtés chuubites de l’histoire des Arabes”et de s’opposer à l’unité arabe (Viennot 1964).

11Au moment des indépendances, une nouvelle conception du régionalisme (iqlimiyya) se fait jour, qui se veut une expression nationale de chaque pays arabe. En 1956, ce même Michel Aflaq dénonce les représentations erronées de l’unité qui voudraient qu’elle soit “un point de rencontre commun à toutes les provinces” et qu’elle “n’émane pas des profondeurs de la vie des Arabes dans toutes leurs provinces”, car, alors, “chaque province, avec sa propre personnalité et ses propres problèmes”,ne serait que la base d’une unité superficielle (Picard 1985, p. 131). Il soulignait ainsi la nécessité d’exprimer des spécificités régionales qui, loin d’être des particularismes, devaient manifester la diversité de l’être arabe en quête d’unité.

12L’échec de l’Union syro-égyptienne (1958-1961) redonna un sens particulier au “ régionalisme ” national arabe. Cette expérience unitaire avait été l’occasion d’appliquer la vision voulue par le Baath, sur un mode d’autant plus intéressant qu’aucune continuité territoriale n’existait entre les deux États. Mais, lors de l’Union syro-égyptienne, le président Nasser obtint “l’auto-dissolution” du Parti Baath qui avait atteint l’objectif d’unité arabe. L’échec de l’Union du fait de l’hégémonie égyptienne conduisit à reconsidérer les spécificités de chaque “région”, aucune ne devant être absorbée par une autre. Le théoricien du Baath Elyas Farah écrit ainsi : “L’unité ne dilue pas la personnalité d’une quelconque partie, mais la consolide, lui confère une réalité, une authenticité et une créativité nouvelles ; elle accomplit cette transformation en remplaçant chaque élément de l’ensemble et en lui accordant une participation vivante” (Farah 1978, p. 150).

13Mais cette concession à un “régionalisme national” n’inclut à aucun moment la reconnaissance de spécificités ethniques des sous-régions nationales, ce qui aurait signifié retomber dans la “chuubiyya”. Les idéologues du parti Baath, Michel Aflaq et Zakî al‑Arsuzî, ont pensé la nation arabe sans jamais évoquer la présence en ce pays de Kurdes ou de minorités religieuses comme les chrétiens et les alaouites. L’expression identitaire kurde est considérée comme une expression de “chuubiyya” contre laquelle il convient de lutter.

Le renouveau de la civilisation de l’Euphrate sous Hafez al‑Assad

14Le développement d’un discours régional, distinct du discours national arabe syrien, est récent en Syrie. L’étude des textes et des discours produits au sujet du barrage Assad et de l’Est syrien révèle des éléments régionaux développés dans le cadre du discours national. Le transfert des vertus de chaque région au pays permet de valoriser l’apport de la Syrie à l’Humanité et à la “ civilisation mondiale ”. Dans ce cadre, la vallée de l’Euphrate est présentée comme le lieu d’apparition des premières civilisations du Monde par le président Hafez al‑Assad, dans son discours prononcé le 5 juillet 1973 à l’occasion du détournement des eaux de l’Euphrate vers la centrale hydroélectrique :

« En ce lieu ..., nous nous arrêtons devant la gloire de l’Homme, devant son passé et son présent, car l’Histoire nous enseigne que les premières civilisations humaines sont apparues, ont grandi et se sont épanouies sur les rives du grand fleuve, et que le bassin de l’Euphrate fut le berceau de plusieurs civilisations anciennes qui ont accompagné les premiers pas de l’Humanité. Sur les rives de ce fleuve vécurent des peuples qui jouèrent leur rôle dans le mouvement historique perpétuel, et qui ont laissé en héritage à leurs successeurs les traces de leur effort intellectuel et matériel, afin qu’ils s’en inspirent dans la voie du développement et du progrès (tahsîn) ».
(Président Hafez al‑Assad, 5 juillet 1973. in Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992 et dans Sawt al‑Rafiqa n° 11 et 13).

15L’un des thèmes récurrents du discours officiel syrien est de comparer les réalisations de l’ère Assad à celles de la « civilisation de l’Euphrate » antique puis arabe. Le parallèle entre la floraison artistique et agricole de la Jazîra sous les Abbassides et celle que connaît la région dans la deuxième moitié du xxe siècle est effectué pour la première fois, en 1969, par l’historien Abd al‑Kader Rihaoui : “Les géographes de l’époque abbasside, tels Ibn Hawqal, Al-Istakhrî et Al-Maqdisî, témoignent de la fertilité, des richesses des produits agricoles et de l’artisanat renommé de Al-Jazîra en ce temps. On y trouve des noms de villes inconnus auparavant, ce qui prouve qu’il s’agit de centres de civilisation fondés à la suite du règne de la sécurité et du développement de l’activité agricole. Un phénomène identique s’est produit après la deuxième guerre mondiale et l’indépendance de la Syrie, où l’on observe que des centaines d’entreprises agricoles s’implantèrent partout dans Al-Jazîra” (Rihaoui 1969, p. 81). Ainsi l’œuvre des civilisations passées sert-elle de modèle au développement contemporain de la technique et de la production. Les vestiges archéologiques de la vallée de l’Euphrate sont désormais égalés par les réalisations baathistes.

2. Les topiques de la communication territoriale : “Raqqa, perle de l’Euphrate” et “capitale arabe”

16L’historien Abd al‑Qader Ayyach, auteur d’une histoire de Raqqa en deux volumes publiée en 1968 et 1969, Al-Raqqa, la plus grande ville ancienne de l’ Euphrate, a posé les jalons de la rhétorique locale consacrée à Raqqa. Il a restitué l’image littéraire classique de la ville par un florilège de citations des grands poètes arabes des premiers siècles de l’Islam. Ses écrits glorifient trois périodes historiques : le règne du calife omeyyade Hichâm ben Abd al‑Malek et celui du calife abbasside Haroun al‑Rachid qui y installèrent leur cour, d’une part, et la période contemporaine de la révolution baathiste et de la construction du barrage et de la ville nouvelle de Thawra, d’autre part. La valorisation de ces trois périodes guide la littérature des publications municipales et gouvernementales postérieures. S’y ajoute, à partir de 1970 et du Mouvement rectificatif, la glorification du président Hafez al‑Assad comme guide de la Syrie nouvelle. Leurs topiques récurrentes sont le rappel du lien toponymique de la ville au fleuve, de son passé de capitale arabe et l’affirmation d’une continuité historique entre la période abbasside et la période contemporaine de la révolution baathiste. Les trois éléments qui attestent du développement de Raqqa sont, pour ces trois périodes, la construction de canaux, l’édification de palais et la production de poèmes célébrant sa beauté. Ces thèmes sont récurrents sous la plume des historiens contemporains du Moyen Euphrate que sont Abd al‑Qader Ayyach, Mustafa Hassûn, Qassem Tweir, Saad Allah Khân, Abd al‑Hamid Hamad, et Suhayl Zakkar.

Raqqa, cœur battant de la Jazîra

17Le site et la situation de Raqqa sont souvent évoqués en premier lieu pour souligner le caractère exceptionnel de la ville. Sa situation est particulièrement “ harmonieuse ” : au point “ médian ” de l’Euphrate, à mi-chemin entre sa source et son embouchure du Chott al‑Arab et au carrefour des routes commerciales reliant la Syrie à l’Asie centrale et la Méditerranée au Golfe persique. L’étymologie du nom de Raqqa est également sans cesse rappelée comme preuve de son lien essentiel à l’Euphrate. Tous les textes se réfèrent à la définition du terme de “ raqqa ” donnée par l’historien du xe siècle, Yâqût al‑Hamawî, dans sa célèbre Encyclopédie des Pays : “toute terre située près d’un fleuve et qui est gagnée par la crue”.

  • 10 Pierre Sansot parle dans ce cas du pouvoir oraculaire du toponyme qui comprend la ville tout entièr (...)

18Sa situation de carrefour conférait à Raqqa le statut de centre économique de la Jazîra, au point qu’elle était parfois désignée du nom de Jazîra, comme Damas était Châm pour le Bilâd al‑Châm, c’est-à-dire la ville principale. « Les Arabes étaient nombreux qui, dans les premiers temps islamiques, nommaient Raqqa “Al Jazîra” » (Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 65) 10. Les géographes arabes classiques divisaient la Jazîra en trois dyar, le pluriel de dîra, terme qui signifie l’aire de mouvance d’une tribu. Raqqa était la capitale de l’aire de mouvance de la tribu des Mudar : “Dyar Rabia, dont le centre est Mossoul, Dyar Bakir dont le centre est Amad, et Dyar Mudar dont le centre est Raqqa. C’est là que se sont installées les grandes tribus arabes, comme celle des Tayy, ainsi que le rapporte le poète omeyyade Abî Zubayd al‑Tayy(Ayyach 1968, Raqqa, la plus grande ville ancienne de l’Euphrate, p. 14, repris tel quel dans Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 19).

Les villes omeyyades de Raqqa et Rassafa

19Afin de souligner la continuité de l’occupation humaine du site de Raqqa et son statut exceptionnel de berceau de la civilisation arabe, les historiens et les auteurs des brochures municipales veillent à inventorier et localiser les villes et les palais qui s’y sont succédés. Le premier qui se soit livré à cet exercice fut l’historien Yâqût qui donna une notice explicative de toutes les villes de “Raqqa” situées entre l’Euphrate et le Balikh. On lit ainsi que le terme de Raqqa a été utilisé pour “les deux Raqqa” (al- Raqqatayn) que sont la “Raqqa blanche” (la ville grecque de Nikephorion) et la “Raqqa noire” (la ville mésopotamienne de Toutoul), mais aussi pour la “Raqqa moyenne” (la ville omeyyade), et que Raqqa a été associée à la ville nouvelle abbasside de Rafîqa, sa “compagne” (figure 28).

Figure 28 : La localisation des vestiges archéologiques grecs, omeyyades et abbassides de Raqqa visibles sur une photographie aérienne de 1961.

Figure 28 : La localisation des vestiges archéologiques grecs, omeyyades et abbassides de Raqqa visibles sur une photographie aérienne de 1961.

20Dans les brochures de la municipalité et le livre d’histoire du gouvernorat de Raqqa, une place de choix est faite au récit du règne du calife omeyyade Hichâm ben Abd al-Malek qui construisit deux palais à Rassafa, l’ancienne ville byzantine de Sergiopolis entourée d’une enceinte en gypse blanc et qui est située dans le désert de Syrie, à 30 km au sud de la ville actuelle de Thawra. Ce calife déplaça une partie de sa cour de Damas à Rassafa, s’entoura de poètes et d’artistes qui célébrèrent son règne et la beauté des palais de l’Euphrate. Il créa également une autre ville nommée “Raqqa Wasita”, la Raqqa moyenne, constituée d’un ensemble de palais dont la localisation est l’objet de polémiques. Certains historiens, dont al‑Baladhûrî, la situent à mi-chemin entre Raqqa et Rassafa, alors que d’autres, tel Yâqût, la placent sur la rive nord de l’Euphrate, à proximité immédiate de Raqqa. La porte sud de Raqqa, qui conduisait aux palais omeyyades de Rassafa, était nommée la Porte du Paradis. Le calife Hichâm mourut à Rassafa en 743. Cette période est présentée par les historiens contemporains comme celle de“l’épanouissement de la littérature arabe grâce aux poètes de Rassafa”(Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 78).

21La raison majeure de l’évocation du règne du calife Hichâm ben Abd al-Malek réside dans la renommée des aménagements hydrauliques dont il dota Raqqa et Rassafa. Les poètes omeyyades de sa cour célébrèrent tout particulièrement la construction de deux longs canaux par le calife pour favoriser le développement agricole de Raqqa Wasita : les canaux Hanî et Marî. Des villages furent créés le long de ces canaux et décrits comme“un paradis sur terre (jenân duniâ)” et parmi “les lieux les plus fertiles au monde”. Des vers d’un poème du xe siècle consacré à Raqqa et concernant ces canaux, reviennent ainsi fréquemment dans les plaquettes de la municipalité et les ouvrages des historiens locaux. Ils sont l’œuvre du poète Abi Bakr Sanûbrî qui écrivit en 946 (334 H.) :

“Entre le Hanî et le Marî vers les jardins de fraîcheur
S’étend le dyar dont la colline est couronnée de coquelicots et de splendeur”

L’âge d’or abbasside de Raqqa, première « capitale » arabe 

  • 11 “Dès le début de l’époque abbasside, le programme de fortification des frontières de l’ensemble de (...)

22Raqqa fut dotée en 772 d’une ville nouvelle bâtie par le calife Al-Mansur sur le modèle de la cité ronde de Bagdad : al‑Rafîqa, la “compagne” de Raqqa. L’enceinte de cinq kilomètres de long, la première mosquée à arcades du monde arabe et des vestiges de palais abbassides témoignent de cette époque florissante 11.

  • 12 Afin d’irriguer la cité palatine, deux canaux furent réalisés : l’un amenait l’eau de l’Euphrate à (...)

23À la fin du viiie siècle, le calife Haroun al‑Rachid fit de Raqqa la capitale de l’empire. Elle le demeura pendant douze ans. « Le calife Haroun al‑Rachid fit construire des palais à Raqqa, des aires de courses de chevaux, des terrains de chasse et de jeu de crosse, des ports et des jardins le long de l’Euphrate, et Raqqa devint l’un des plus beaux estivages du monde”(Raqqa et sa municipalité dans le temps de la Révolution, 1969, p. 24, repris dans Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 100). Les canaux construits par le calife Haroun al‑Rachid ont été particulièrement célébrés par les historiens et les poètes arabes classiques, pour leurs dimensions considérables : l’un, le canal Sarouj, courait sur plus de 100 km depuis Ayn Arous au nord de Raqqa : l’autre reliait le Balikh à l’Euphrate en passant entre la ville de Rafiqa et les palais du calife. Ce dernier canal a été nommé “le fleuve Nil” pour sa largeur et la richesse des terres agricoles qui s’étendaient de part et d’autre 12. Dans le livre d’Ayyach et celui du gouvernorat, la description de ce canal s’appuie sur les vers du poète Al‑Sanubri et la description d’Al‑Baladhuri.

Raqqa, première “ capitale ” du monde arabe

  • 13 Rayy est une ville persane située près de Téhéran.

24Trois termes différents qualifient Raqqa sous le règne du calife Haroun al‑Rachid : l’estivage (masyaf), la résidence (manzil) et la capitale (asima). Le premier porte l’accent sur les palais temporaires bâtis à Raqqa au début du règne du calife, dont celui de la Paix, tandis qu’il élevait à Bagdad le palais éternel. Le deuxième, celui de “résidence”, désigne non pas un espace domestique, mais le fait abstrait d’habiter un lieu. Il aurait été associé par le calife lui-même à la ville de Raqqa dans une célébration des quatre plus belles villes du monde : “Le monde a quatre résidences : Damas, Raqqa, Rayy et Samarkand” 13. Cette phrase est reprise dans la plupart des brochures et ouvrages consacrés à Raqqa. Il est intéressant de constater que Bagdad, qui était pourtant florissante sous son règne, ne figure pas dans ce vers.

25Le troisième terme, celui de “asima” (capitale), est l’objet d’une construction rhétorique remarquable. On lit en effet que ce fut pour Raqqa qu’il fut utilisé pour la première fois à l’occasion de l’installation de la cour abbasside de Haroun al‑Rachid.

« On ne parlait pas de capitale chez les Arabes, mais de “Dar al‑Malek” (maison du roi), et de “Maqam al‑Khalif” (lieu du calife). Le terme de “asima” se rapportait aux places fortes et aux citadelles des frontières. Or, l’usage du terme de “asima” fut utilisé pour la première fois en 786 (170 H.) par le calife Rachid quand il s’installa à Raqqa. Al‑Tabârî a en effet écrit : “Al‑Rachid destitua toutes les forteresses de la Jazîra et les unit en une possession qu’il nomma “al-awasim”, les capitales ».(Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 100)

26L’idée que Raqqa fut une grande capitale arabe sous les Abbassides prend cette fois une portée universelle : Raqqa devient ainsi la première “capitale” des Arabes ! Le rappel de l’utilisation de ces trois termes concernant Raqqa traduit une gradation dans sa célébration, de site d’estivage à celui de première capitale arabe. Dans le livre de la municipalité édité en 1969, Raqqa est dite la “capitale permanente du calife Rachid pendant 13 ans, de 180 à 193 H. (de 796 à 808)”.

27La présence du calife Haroun al‑Rachid à Raqqa ainsi que celle de sa cour, de ses hauts fonctionnaires de la famille des Barmékides et des savants et artistes qui gravitaient autour de lui permet au discours national syrien de s’approprier une partie de la gloire abbasside, qui est en général attribuée à Bagdad et à l’Irak.

Raqqa, une ville sans pareille

28Raqqa est à de nombreuses reprises comparée, dans les sept ouvrages étudiés, à d’autres villes arabes sur le plan du développement culturel, de la localisation de ses palais, de la beauté de ses bâtiments, ou de la qualité du travail de ses artisans, dans le but de la promouvoir comme centre authentique de la culture arabe. Les trois villes dont les noms reviennent le plus fréquemment dans ces comparaisons sont Raha (Edesse), l’actuelle Urfa, située à 170 km au nord de Raqqa (aujourd’hui en Turquie) ; Harran, qui se trouve près des sources du Balikh, au sud de Raha ; et Samarra, sur le Tigre, en Irak aujourd’hui. Ces comparaisons sont souvent faites pour réattribuer à Raqqa des monuments injustement placés ailleurs. Ainsi, le palais du calife omeyyade Muslima ben Abd al‑Malek, que le célèbre historien Ibn Chadad situe à Harran, se trouverait, selon les auteurs du livre du gouvernorat, à Qasra, sur le Balikh, à mi-chemin entre Raqqa et Harran (Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 75). Et le palais nommé “al‑Sahilya” du calife abbasside al‑Mahdî, “connu dans la littérature”, n’est selon eux pas localisé à Raha, mais à Raqqa, sur la rive orientale du Balikh, comme l’attesterait Yâqût qui parle de la beauté de sa localisation, non loin de Raqqa (Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 97). De même, le célèbre astronome Al‑Battanî, renommé pour avoir calculé la longitude et la latitude de plusieurs villes de Mésopotamie, aurait eu son observatoire astronomique à Raqqa et non à Harran, comme l’affirment les auteurs turcs du livre consacré au gouvernorat d’Urfa (Karlikli 1998). Pour ce qui est de Samarra, les auteurs du livre du gouvernorat de Raqqa tirent fierté du fait que sa création fut postérieure à celle de Raqqa, et que l’art véritable de l’arabesque n’ait pas Samarra pour origine, mais Raqqa. Il est écrit également qu’au iie siècle de l’Hégire, la capitale de l’empire abbasside fut déplacée à Samarra, mais que Raqqa resta le centre de la Jazîra. Dans l’ouvrage d’Ayyach consacré à Raqqa, ainsi que dans le livre de la municipalité de 1969, sont restitués les propos de Zubayda, l’épouse du calife Haroun al-Rachid, commandant au poète Mansur al‑Numrî des vers plaçant Rafîqa au dessus de Bagdad : “Dis en un poème que Bagdad me plaît, mais que je lui préfère Rafîqa”. Il est précisé qu’elle le récompensa de mille dinars pour cela (Raqqa et sa municipalité… , 1969, p. 24). L’évocation de Zubayda revient à deux reprises pour souligner la richesse de la ville de Raqqa d’où, à la mort du calife, elle aurait rapporté à Bagdad un trésor de neuf cent millions de dinars accumulés par l’agriculture et le commerce (Raqqa et sa municipalité…, 1969, p. 24).

Le renouveau de Raqqa sous Hafez al‑Assad

29L’histoire glorieuse de Raqqa est mise en parallèle avec son développement contemporain afin de signifier que ce dernier soutient sans problème la comparaison. Déjà, en 1969, le ministre des Affaires urbaines et villageoises invitait les Syriens à “ penser le présent ” de la ville :

« Et les siècles passent… apportant du renouveau, du progrès et de l’innovation, mais tout le monde pendant ces siècles a continué de parler du passé florissant de Raqqa, ignorant son présent, comme si elle était une ville historique, alors que ses dons sont aujourd’hui plus nombreux que par le passé. Certes, sa situation géographique est la même, le fleuve l’anime comme il l’animait par le passé, sa majestueuse enceinte est toujours présente, ainsi que la porte de Bagdad et ses mosquées magnifiques prononçant la gloire de nos ancêtres arabes. Mais si les historiens ne se souviennent que de son passé et de son origine, nous devons, pour la vérité de Raqqa, penser son présent, car ces arrêts sur le passé signifient une critique du présent, alors que son présent mérite que l’on s’y attarde.
Car Raqqa est devenue une ville nouvelle, alors qu’elle n’était qu’une petite bourgade où tempêtaient tous les vents, déracinant tout ce qui poussait. Elle est devenue Raqqa la nouvelle, forgée par l’homme arabe nouveau, qui attire des hommes venus de tous lieux en quête de profit et de moyens de subsistance. Elle est aujourd’hui plus grande qu’elle ne l’a jamais été, un lieu où se manifestent sous divers aspects le progrès et l’épanouissement qui ne cessent d’augmenter depuis la construction du barrage glorieux, l’arrivée de la voie ferrée, l’exploitation de puits de pétrole et depuis que la main protectrice et zélée de ses enfants a pris soin d’elle. »(Le ministre des Affaires urbaines et villageoises, Faiz Ismaïl, Raqqa et sa municipalité dans les années de la Révolution, 1969, p. 6).

30Une métaphore permet de décrire les siècles écoulés entre le passé abbasside et le présent baathiste : l’arc‑en‑ciel ! On peut en effet lire sous la plume du gouverneur : “Et entre ces deux périodes, il y eut un arc‑en‑ciel au sein duquel les couleurs palpitèrent comme les cultures aux réalisations sublimes et merveilleuses”(Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 15). La mise en parallèle de ces deux périodes est un leitmotiv donnant lieu à des jeux de mots sur les noms même des héros de la ville ; comme dans la citation placée en exergue et signée du gouverneur de Raqqa.


*

31Cette élaboration discursive de l’image de Raqqa a servi de fondement théorique à la patrimonialisation de ses vestiges abbassides et à leur association avec le renouveau contemporain sous l’action du Président Hafez al‑Assad.

3. La patrimonialisation 14 de la gloire abbasside de Raqqa

  • 14 Le terme de patrimonialisation est un néologisme utilisé en sciences sociales afin de dépasser les (...)

32Le patrimoine est une construction sociale réalisée dans le but de fonder historiquement l’appartenance commune d’un groupe social. À Raqqa, l’étude du processus de création du patrimoine permet à la fois de reconstituer l’herméneutique du passé syrien dans l’idéologie baathiste, mais aussi d’étudier l’une des dimensions du contrôle de la Nation. Mais les mises en représentation de la gloire abbasside et du renouveau baathiste se font à Raqqa en occultant la spécificité tribale de la population ainsi que son histoire récente.

L’inventaire du patrimoine raqqawi et sa rénovation

  • 15 Les salname présentent en deux à trois pages les principales ressources économiques et démographiqu (...)
  • 16 Date de la Révolution Jeune turque et de l’édition du dernier salname d’Alep.

33Les éléments patrimoniaux mis en valeur dans les sept publications qui constituent la communication territoriale du gouvernorat sont tributaires de l’élaboration ancienne d’une image patrimoniale de Raqqa qui remonte à la fin de l’empire ottoman et à la période mandataire française (1920-1946). Elle apparaît en effet dans une description historique de la ville publiée à la fin du xixe siècle dans les almanachs ottomans (salname) de la province d’Alep, auxquels certains historiens de Raqqa ont eu accès ; ainsi que dans les descriptions de Raqqa rédigées par des voyageurs européens et des fonctionnaires du Mandat français 15. En 1895 (1313 H.), alors que les premières maisons apparaissaient sur le site réoccupé de Raqqa, un aperçu historique de l’importance ancienne du caza fut donné dans l’un de ces almanachs, qui fut repris tel quel chaque année jusqu’en 1908 (1326 H.) 16 :

« Raqqa était très connue dans les temps anciens : on l’appelait Bayda et Rafiqa. L’auteur de Tafsir, le Qadi Baydawi, et le fameux savant Jalal Ibn Raqqi étaient des Raqqawis. Raqqa était le chef-lieu de Dyar Mudar, partie importante de la Jazîra.
Autrefois, sur la rive droite de l’Euphrate, en face de Raqqa, s’étendait une aire de plaisance : le palais au bord de l’eau de Hicham ibn Malik, dont subsistent quelques vestiges. Haroun al-Rachid fit de Raqqa un excellent centre d’administration royale et de défense des frontières islamiques. Il y fit construire une résidence complète et un observatoire astronomique. Du temps du calife Mamoun, le géographe et cosmographe Ibn Chakir y calcula les coordonnées latitudinales et longitudinales de Raqqa.
De nos jours, il ne reste que des vestiges de l’enceinte détruite à plusieurs endroits et qui mesure une heure de marche, ainsi que le minaret et le mihrab de la mosquée construite du temps de Omar et restaurée par Nur al‑Din Zengui, ainsi que les ruines des palais de Haroun al-Rachid ».
(Salname-i Haleb
, sana 1313, 1895, Alep, Imprimerie d’État, p. 172-173)

34Les principaux éléments de l’image patrimoniale de Raqqa apparaissent dans ce texte : une multiplicité de villes se sont développées sur son site (Bayda “la blanche” se rapporte à la ville romaine de Callinicos) ; Raqqa était le chef-lieu du Dyar Mudâr (l’une des trois provinces de la Jazîra, distinguée par le nom de la tribu arabe des Mudâr) ; elle fut la patrie de grands savants et penseurs : le qadî Baydawî, Jalal ibn Raqqî et l’astronome Ibn Chakîr ; elle fut la résidence de deux califes : l’omeyyade Hicham Abd al‑Malek, dont le palais a suscité de nombreux vers de poésie, et l’abbasside Haroun al-Rachid ; les vestiges de son enceinte, de sa mosquée et de son minaret subsistent.

  • 17 “L’ancienne ville est à peu près disparue, fouillée par les bédouins, et offre en ce moment l’aspec (...)

35À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, les premiers voyageurs européens contribuent par leurs descriptions à informer le public européen des sociétés d’archéologie et de géographie de la richesse des vestiges archéologiques de Raqqa. Il s’agit tout d’abord de Lady Anna Blunt et d’Edouard Sachau qui publient en 1879, l’un un récit de voyage, l’autre un ouvrage archéologique sur la vallée de l’Euphrate. Ils sont suivis par Ernst Herzfeld et Friedrich Sarre qui publient en 1911 une somme archéologique sur les vallées de l’Euphrate et du Tigre. Tous décrivent une enceinte abbasside abritant quelques tentes, la porte de Bagdad, le minaret de Munaikar qui se trouvait à l’est de la porte de Bagdad dans la Raqqa médiévale et la mosquée abbasside. Et tous condamnent la vente d’antiquités aux voyageurs et aux commerçants d’Alep qu’effectue la population de la ville renaissante, après avoir retourné le sol de la ville dans le but d’en extraire la céramique bleue qui avait fait la fortune de Raqqa aux xiie et xiiie siècles. Conscient de l’importance du patrimoine islamique, l’empire ottoman interdit les fouilles dans l’enceinte et envoya un savant faire des relevés (expédition de Macridi en 1906). Mais les soldats de la colonne Debieuvre de l’armée française qui investirent Raqqa le 9 décembre 1921 comparèrent le sol de Raqqa à celui des champs de bataille de la guerre de 1914-18 criblés par les trous d’obus 17.

  • 18 Ministère des Affaires étrangères 1937 : Rapport à la Société des Nations sur la situation de la Sy (...)

36Aucun des voyageurs ne mentionne le fait que les premières maisons de la ville furent construites avec les briques récupérées sur l’enceinte abbasside. Quand Herzfeld visite Raqqa, il ne restait plus rien de l’angle sud-est de l’enceinte, et seulement le mur de la qibla de la mosquée, entièrement “démontée” pour construire, en particulier, les maisons tcherkesses. Il fallut attendre le Mandat pour qu’une politique patrimoniale soit décrétée. La procédure d’inventaire des monuments historiques débuta au Liban et en Syrie mandataire avec l’arrêté du 7 novembre 1933 18. Des missions de photographes furent alors envoyées à partir des services des Antiquités mandataires. En 1934, le décret présidentiel n° 2040 fut édicté pour la préservation du patrimoine de Raqqa. Il répartissait la ville en deux zones de protection des fouilles archéologiques et une zone réglementée : la première comprenait des édifices déclarés “monuments historiques” : l’enceinte, la citadelle et la grande mosquée d’Al‑Rafiqa, un édifice non identifié situé sur la face orientale du rempart (le Qasr al‑Banât, palais des filles qui est, en fait, un hôpital (bimaristan) abbasside) ; les restes du palais. La seconde zone était constituée de zones de fouilles sises à l’intérieur de l’enceinte, au nord-ouest, d’une autre zone de 50 hectares au nord de la ville, et d’un terrain se trouvant à l’est de la mosquée. Il était prévu que le reste du site ne s’étende qu’en fonction d’un plan d’extension ménageant les abords des ruines et imposant des servitudes de hauteur pour les habitations. Ce décret ne fut jamais appliqué et les Raqqawis continuèrent de construire sur les zones protégées et de récupérer, sur les vestiges des palais et de l’enceinte, des matériaux de construction (pierres, briques). Mieux encore, le décret fut détourné comme un moyen d’obtenir des titres de propriété : “Tout à fait paradoxalement, l’arrêté 166 / L.R (art.35) qui régissait ces cas (de construction illégale) ne prévoyait pas la démolition des constructions ; aussi les habitants acquerraient pour un prix tout à fait modique, celui de l’amende, une sorte de droit de propriété sur le domaine de l’État ; on en arrivait ainsi à la situation tout à fait extraordinaire qu’il était plus avantageux et économique de construire en zone interdite qu’en zone licite, ce dont la population ne s’est pas privée” (Deheuwels 1979, p. 138).

La rénovation du patrimoine de Raqqa

37Les premiers travaux de rénovation du patrimoine raqqawi furent entrepris en juin 1936 et concernèrent la Porte de Bagdad, le bâtiment le mieux préservé et choisi pour symboliser la ville de Raqqa. La Syrie indépendante consacra des missions à l’étude des sites archéologiques du caza de Raqqa, à l’époque inclus dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, en particulier celui de Tell Muraybat, revendiqué comme étant le premier village au monde. Mais ce fut surtout le projet de construction du barrage de l’Euphrate qui attira l’attention des archéologues du monde entier. Des fouilles internationales de sauvetage furent lancées par l’UNESCO, relayées par les scientifiques syriens. Les travaux de rénovation de l’enceinte de brique de la ville débutèrent en 1978. Le dégagement de la mosquée abbasside fut effectué à la même date, tandis que le Qasr al‑Banât était reconstruit hâtivement, avec un large emploi du béton. Au terme de ces rénovations, Raqqa obtenait en février 1986 le Prix du Patrimoine et de l’Architecture décerné par l’Organisation des Villes Arabes dont le siège est à Riyad.

Les colloques d’histoire et les musées de Raqqa

  • 19 Auparavant, les objets archéologiques étaient exposés au musée d’Alep, ainsi qu’au musée national d (...)

38Cette politique patrimoniale fut accompagnée de l’organisation, en 1981, d’un Congrès international d’histoire de Raqqa, destiné à présenter au monde l’importance de cette ville pour les arts et les sciences. Le musée de Raqqa fut inauguré à cette occasion 19. Il regroupe les fruits des fouilles archéologiques conduites par des équipes françaises (années 1950), syriennes (1970) et allemandes (1980). On récupéra pour les collections mésopotamiennes des vestiges collectés par un érudit local, Taha Taha, simple employé de banque mais qui a créé le premier musée privé de Syrie. Les pièces qui y sont exposées reconstituent l’histoire de la Jazîra et la place qu’y occupait Raqqa. Le colloque de 1981 fut suivi d’un deuxième, dédié à l’histoire des sciences chez les Arabes, et qui fut organisé dans la ville nouvelle d’Al‑Thawra en avril 1985. Des gouverneurs, des secrétaires du parti, des recteurs d’université, ainsi que des poètes et des intellectuels se réunirent sous la présidence du ministre de la Culture afin de “revivifier les gloires passées pour inspirer les citoyens de demain”(Seale 1988, p. 460).

Le panorama de Raqqa

39La rhétorique du renouveau de la gloire abbasside de Raqqa s’est traduite par la création d’une fresque monumentale, installée en 1999 à l’entrée principale de la ville, près de la route qui conduit du nouveau pont au centre-ville. Elle a inspiré les étudiants des Beaux-Arts de Raqqa qui en ont produit trois autres, exposées dans le hall du bâtiment du centre de formation des enseignants du gouvernorat. Elle synthétise l’essentiel de la rhétorique baathiste sur les liens entre le président Assad et le calife Haroun al-Rachid. Elle a été reproduite dans le journal du centre culturel de Raqqa, intitulé La voix de Rafiqa (Sawt al‑Rafiqa), n° 19, de février 1999, accompagnée du commentaire suivant :

« Raqqa, de Haroun al-Rachid à Hafez al‑Assad :
La fresque représente deux personnages éminents qui lui confèrent son éclat : Al-Rachid et le guide Assad, réunis dans une même représentation dédiée au Guide Assad. Elle représente Al‑Rachid encadré par l’enceinte de Raqqa, la porte de Bagdad, une fontaine abbasside précieuse et des forêts, ainsi que le savant Al‑Battanî, aux instruments scientifiques distinctifs de l’époque d’Al‑Rachid : l’astrolabe et le sablier. Tous deux sont couronnés par le firmament qui apparaît au travers d’une fenêtre de forme octogonale, par laquelle Battanî accomplit ses recherches astronomiques.
Le barrage de l’Euphrate occupe le centre du tableau, réalisation glorieuse d’où s’écoule l’eau qui irrigue les champs. Près de lui se trouvent les silos, la voie ferrée et l’usine de sucre. A leur gauche se situe la place de l’Équitation, décorée de trois têtes de cheval. Elles unissent le firmament et le patrimoine éternel des actes héroïques ornant le ciel des découvertes de la mission spatiale syro-soviétique. Ces actes se poursuivent dans la Maison Assad pour la culture de Raqqa par les œuvres de la civilisation sans égale, devant ses propres enfants que sont les étudiants du savoir, au milieu de la verdure de notre présent sans pareil.
Et ce tableau panoramique est couronné par la figure de notre guide Assad qui rend Raqqa humaine, civilisée, étendue et développée. (…) Raqqa tire fierté de ces réalisations éternelles qui célèbrent la loyauté continue aux guides inspirateurs qui ont produit son histoire nouvelle faite de réalisations, de dons et d’un mécénat généreux ».
(Sawt al‑Rafiqa, n° 19, 1999).

40L’image est organisée en une double symétrie, verticale et horizontale, exprimant le dialogue à travers l’histoire des deux héros de la ville. La première symétrie s’organise de part et d’autre du barrage, pièce maîtresse du renouveau agraire, souvent comparé à la main ouverte du Président. Au savant Battanî répond la jeunesse baathiste en uniforme et, à la porte de Bagdad, la Maison Assad pour la Culture. La seconde symétrie est celle du ciel reflété dans la fontaine : aux constellations étudiées par l’astronome, dont on remarque en vignette l’astrolabe et le sablier, correspondent le logo d’un satellite soviétique et une cellule microscopique agrandie. Ainsi, technique et savoir donnent au Président, comme au Calife, la maîtrise du Ciel et de la Terre. L’illusion d’une continuité temporelle urbaine est créée, mais sans que la population ou les bâtiments civils n’apparaissent. Les six siècles de présence tribale sont oubliés. Les Raqqawis deviennent les héritiers de l’empire abbasside.

Le journal du centre culturel de Raqqa : “ La Voix de Rafiqa ” (Sawt al‑Rafiqa)

41En août 1997 paraissait le premier numéro de la revue mensuelle du centre culturel de Raqqa, “ La Voix de Rafiqa ” (Sawt al‑Rafiqa). Il s’agit d’une revue unique en son genre, tout au moins en Syrie, pour son luxe : quatre à douze pages sur papier glacé en format A3. Elle est distribuée gratuitement à la Municipalité, dans les Unions et dans les écoles de Raqqa et du gouvernorat. Son titre reprend celui de la première revue portant sur la région et éditée à la fin des années 1960 par l’historien Abd al‑Kader Ayyach, La Voix de l’Euphrate. Le logo de la revue est le nom de Rafîqa, inscrit en larges caractères formés des photographies des lieux emblématiques de Raqqa que sont la statue dorée du président Assad, érigée sur la plus grande place de la ville, le minaret de la mosquée abbasside, la porte de Bagdad et enfin la vue aérienne du nouveau pont qui franchit l’Euphrate.

42La revue donne une large place à l’activité politique dans le gouvernorat, reproduisant les textes des discours officiels tenus par les principaux personnages de la ville que sont le gouverneur, le secrétaire général du parti Baath et le maire. Les activités culturelles, expositions, concerts, défilés des écoles ont leurs articles. Les élèves de la Faculté des Beaux Arts fournissent les illustrations. Des revues littéraires rendent compte de l’activité des nombreux écrivains de la ville. À partir de 1999, une nouvelle rubrique a commencé à paraître en dernière page de ce journal. Elle s’intitule Furatiyat (Les choses de l’Euphrate) et met en exergue une certaine culture populaire de la vallée de l’Euphrate, en en rappelant ses proverbes et ses grands hommes. Son intérêt réside dans une certaine habileté à décrire comme un patrimoine commun des proverbes et devises propres aux tribus Chawâyâ, sans jamais les mentionner spécifiquement. L’objectif est d’abstraire la culture locale de ses caractères tribaux afin de l’intégrer dans une « culture régionale » liée à l’Euphrate.

La naturalisation 20 des discours sur Raqqa et le paradoxe d’une image touristique déplorable

  • 20 Dans sa thèse Imagerie et Urbanisation. Recherches sur l’exemple stéphanois, André Vant s’est attac (...)

43“ Visite Raqqa une fois, plutôt que d’en entendre parler mille fois ”. Cette phrase, signée Suhayl Zakkar et attribuée au gouverneur de Raqqa, est devenue le leitmotiv d’un programme visant à attirer des touristes arabes et occidentaux dans la ville réaménagée de Raqqa. Les “ mille et une fois ” sont supposées rappeler au touriste qu’il se rend dans la capitale d’été du calife Haroun al‑Rachid, héros des Mille et Une Nuits. Ce leitmotiv apparaît en introduction et en conclusion du livre d’histoire Raqqa, perle de l’Euphrate et est repris deux fois pour conclure des textes de présentation de la ville contemporaine. Après avoir traversé les périmètres irrigués de l’Euphrate sur la route Alep-Deir ez-Zor, le voyageur qui suit cette injonction est accueilli par des portraits du Président Hafez al‑Assad et de grandes pancartes de bienvenue annonçant “Raqqa, la perle de l’Euphrate ” et rappelant les principes du parti Baath inscrits sur de grands panneaux noirs. Aucun panneau publicitaire n’est visible, ni aucun panneau destiné à d’éventuels touristes, comme on en trouve à l’entrée de Deir ez-Zor. La communication a d’autres objectifs que touristiques ou commerciaux dans cette ville de front pionnier agricole : celui de signifier l’adhésion de la région aux idéaux du régime.

44L’image de Raqqa est déplorable en Syrie. Les réseaux touristiques l’évitent. Elle n’apparaît pas sur la carte de la Syrie éditée par le ministère du Tourisme sous la forme d’une luxueuse plaquette rouge intitulée : “Syrie, berceau de la civilisation”, et distribuée à l’Office de Tourisme de Damas. Des quatres villes de la Jazîra, Raqqa, Hassaka, Qamechlia et Deir ez-Zor, seule cette dernière y figure. En revanche, le barrage Assad est illustré par une photographie, et le lac de retenue indiqué en toutes lettres ; et la petite ville frontalière d’Abou Kamal, à la frontière irakienne, est représentée, illustrée de la photographie de la statue d’albâtre d’un prêtre barbu de Mari.

  • 21 Une activité de tourisme religieux se développe à Raqqa depuis la construction des mausolées chiite (...)

45On ne se rend pas facilement à Raqqa. Elle avait pourtant un grand hôtel, le Karnak, construit au milieu des années 1970, mais qui a été fermé en 2003 pour raisons sanitaires. Un hôtel deux fois plus petit, Al‑Taj, a alors été construit par un entrepreneur raqqawi. Au bout de six mois de fonctionnement, il est déjà dans un état déplorable, et n’est fréquenté que par des fonctionnaires de passage ou des commerçants. La ville compte également deux autres hôtels à la clientèle douteuse dans la rue parallèle à la rue du Souk. La faiblesse de l’équipement hôtelier tient à la tradition d’accueil dans les maisons d’hospitalité tribale, les madâfa (“Pourquoi aller à l’hôtel alors que l’on a les madâfa ?”), mais aussi au fait que la ville de Raqqa est écartée des circuits touristiques organisés depuis Damas et Alep pour les étrangers comme pour les Syriens. Les touristes venus visiter Rassafa, la cité byzantine de Sergiopolis, située à une quarantaine de kilomètres au sud du barrage, ou la citadelle de Jaabar, du xie siècle, aujourd’hui entourée par les eaux du lac de barrage, passent la nuit à Deir ez-Zor, qui offre une plus grande variété d’hôtels, ou à Alep. Rares sont ceux qui s’arrêtent à Raqqa pour en visiter la mosquée abbasside ou se promener près de l’enceinte 21.

Tableau 26 : Nombre de touristes et nuitées passées dans le gouvernorat de Raqqa par nationalité en 1995 et 2006.

Syriens

Arabes

Étrangers

1995   2006

1995   2006

1995   2006

nombre de touristes

11 211   11 827

857    5 661

1 197    2 993

nombre de nuitées

17 497   25 987

1 971   32 649

2 209   20 542

(Source : Statistical Abstract, 1996, p. 426-436 et 2007, p. 290-303)

  • 22 Un grand chanteur de la Jazîra syrienne, est Hussein al‑Hassan, qui vit dans le quartier de Machlab (...)

46L’empreinte de la steppe reste prégnante en ville : moutons et chèvres sillonnent les rues de terre battue, les keffiehs rouges couvrent les têtes, la musique irakienne signe l’appartenance à la Jazîra. Ce sont les derniers « tubes » irakiens que l’on entend quand on se promène à Raqqa, diffusés par les magasins de cassettes et de hi-fi, mais aussi par les commerçants et les minibus à l’arrêt 22.

47À Raqqa, le travail d’élaboration de la ville en tant que “ perle de l’Euphrate ” et “ capitale arabe ” s’est fondé sur une image littéraire ancienne qui célébrait un réel centre de culture. Le travail des historiens et des idéologues a ainsi été facilité par l’existence antérieure d’un imaginaire de la suavité de Raqqa. Mais de tels travaux n’ont à aucun moment tenté de jeter des ponts entre ce passé glorieux et la société contemporaine structurée par des relations tribales (chapitre 7).

48Après tant d’effort rhétorique du gouvernorat et de la municipalité, la plupart des Raqqawis ont une connaissance claire de l’importance de leur ville sous l’empire abbasside. Un cheikh de tribu m’a ainsi dit en 2001 que “Raqqa, fondée par Alexandre le Macédonien, était une capitale pour la Syrie, à deux reprises : sous les Omeyyades à Rassafa, et sous les Abbassides et le calife Haroun al-Rachid”. Même le grand écrivain de Raqqa, Abd al‑Salam al-Ujaily, développait l’idée selon laquelle Raqqa fut un grand centre de la culture arabe. Mais il insistait avant tout sur le développement présent de la ville : “L’oued où l’eau a coulé par le passé verra à l’avenir l’eau y retourner”. Raqqa confirme ce proverbe. Les eaux de la civilisation, de l’urbanisation, de l’épanouissement de la pensée qui s’étaient taries dans cette ville pendant les six derniers siècles, reviennent réfraîchir les oueds qu’elles empruntaient jadis ” (Ujaily, 1998, Sawt al‑Rafiqa).

49Pourtant, le décalage entre l’histoire glorieuse de Raqqa et son état actuel de ville, cernée de quartiers irréguliers à la population pauvre, est si grand que l’évocation de son passé donne souvent lieu à des propos ironiques du type : “ Raqqa est la plus belle ville du monde ! Aucune ne l’égale ! Elle est plus belle que Paris !”. Mais c’est l’amertume qui domine devant l’inefficacité des services publics, et notamment du ramassage des ordures ménagères qui s’amoncellent sur les friches des anciennes maisons ruinées.


*

50Régulièrement, l’ensemble de cette production rhétorique dans laquelle baignent les Raqqawis est rendue visible et facilement appropriable lors de festivités culturelles et politiques. Lors de ces fêtes, idéaux et groupes sociaux se trouvent confrontés, sur les lieux dédiés à l’élaboration de la territorialité étatique.

4. La rhétorique en action : festivals culturels et festivités politiques à Raqqa

51Périodiquement, les six grandes places de parade de Raqqa sont l’objet de défilés et de commémorations qui en renouvellent la signification politique. La narration de ces festivités nourrit les colonnes de la revue du centre culturel, avec photographies et discours d’inauguration. Plus que des manifestations de l’ordre social désiré, ces commémorations constituent de véritables instances de pouvoir (Geertz 1973) 23.

Les festivités étatiques en Syrie

52En Syrie, les fêtes se révèlent être des moments privilégiés de mise en scène des groupes sociaux sur les territoires de l’État. Rares sont les autres moments festifs urbains qui expriment l’identité locale ou la foi religieuse. Ils sont d’ailleurs fortement contrôlés, qu’il s’agisse de la fête du Printemps de Hama, célébrée depuis le Moyen-Age ; de la fête kurde de “Norouz” le 21 mars, journée transformée en Fête des Mères ; ou des festivités religieuses chiites de achoura, des martyrs d’Ali et Hussayn, célébrées autour du mausolée de Sayyida Zaynab, au sud-est de Damas. Les célébrations des grandes dates du Baath et les plébiscites présidentiels sont l’occasion d’une mise en scène de la société syrienne et de l’exposition de ses structures d’encadrement. Les organisations de jeunesse, Pionniers du Baath et Jeunesses de la Révolution, sont mobilisées, ainsi que les écoles, les diverses associations culturelles faites de bénévoles, mais également les Unions présentant leurs logos sur des cartons. Afin de mieux faire participer la société civile, des festivals culturels ont été également créés, qui sont le lieu de visibilité des intellectuels locaux, mais aussi des commerçants, notamment à Raqqa. Les festivités organisées lors des référendums présidentiels de 1992 et 1999, ou des Jeux méditerranéens de Lattaquié en 1987, ont donné lieu à de grandes réunions de masse chorégraphiées et à des jours fériés. Selon Lisa Wedeen, les symboles déployés pendant un spectacle politique sont à la fois des systèmes de signification émis par le régime pour représenter la communauté et une stratégie fonctionnelle qui renforce la domination et construit la communauté. Ces rituels servent à incarner des idées politiques et des conceptions qui, sinon, resteraient abstraites (Wedeen 1999, p. 19). Les festivités politiques sont des éléments de l’idéologie dominante, le cadre dans lequel les Syriens doivent se sentir citoyens.

53Lors du référendum présidentiel de février 1999, les festivités ont duré à Raqqa vingt-quatre heures sans interruption. La place du Président et le rond-point de l’Horloge ont été pavoisés de portraits du président. Le récit de la journée est donné dans le journal du centre culturel (voir fascicule planche 16). Toutes les processions ont convergé vers la grande place du président Hafez al‑Assad, où une estrade avait été aménagée pour recevoir le parterre de responsables et dirigeants du gouvernorat. Des danses populaires ont été organisées pour ce parterre. Le secrétaire local du Baath, Jasem Amin Musa, prononça un discours sur la participation des hommes du gouvernorat à la célébration du Guide, et sur le lien entre le peuple et le Guide. Il est rappelé dans ce même journal que le 6 février 1999, la ville de Tell Abiad eut également son festival vers lequel convergèrent “des dizaines de milliers de citoyens pour rappeler leur amour du leader” à l’occasion de la célébration du référendum présidentiel. De nouveau, des portraits du président furent placés aux entrées de la ville, ainsi que des banderoles célébrant Hafez al‑Assad et ses réalisations pour le pays :

“Oui au premier paysan”,
“Oui au bâtisseur de la Syrie nouvelle”,
“Oui aux grands dons”,
“Oui à qui a grandi avec l’Umma, et avec lequel l’Umma s’est agrandie”.

54À l’occasion du référendum présidentiel, un Festival de la Rhétorique se tint pour la première fois dans le gouvernorat, à la fois à Raqqa et à Tell Abiad. Il fut l’occasion d’un concours de poésies célébrant la beauté de Raqqa selon une tradition littéraire reconstruite.

Les fêtes corporatistes des Jeunesses Baathistes

55L’objectif politique de la Nation arabe est d’atteindre l’unité, conçue comme une idée et une action révolutionnaires. Après l’échec de la fusion syro-égyptienne, une nouvelle voie fut ouverte qui privilégiait l’unité interne du pays. Dans ce but, des thèmes fédérateurs furent magnifiés et les particularités régionales intégrées dans une volonté de valorisation de la patrie syrienne. Un des moyens de souder la Nation est l’organisation de festivités dans chaque chef-lieu de gouvernorat, la diffusion de journaux par les corporations, ainsi que l’utilisation des médias et en particulier de la télévision à partir de la fin des années 1970, quand des relais sont installés jusqu’en Jazîra et que l’électrification des campagnes s’étend. Des “clips patrimoniaux” sont ainsi diffusés chaque jour avant le journal télévisé de 20 heures sur l’unique chaîne syrienne, présentant les sites archéologiques ou les paysages naturels les plus beaux du pays sur un fond de musique de flûte classique arabe (naï). Le ministère du Tourisme diffuse aussi pour chaque région des posters de femmes en tenues traditionnelles se tenant devant des vestiges archéologiques marquants. Ainsi, la belle de l’Euphrate a-t-elle pour fond le château de Jaabar, situé désormais - depuis la mise en eau du barrage – sur une île.

56Mais la réalisation la plus aboutie pour fédérer la Nation est certainement l’organisation annuelle du “Festival des Pionniers” qui a lieu chaque année, depuis 1975, dans un gouvernorat différent, et qui, pendant une semaine, permet à toutes les délégations régionales, costumées selon les traditions de chaque gouvernorat, de se rencontrer. Les jeunes gens sont logés dans des casernes et des camps militaires, et les fillettes et les quelques jeunes filles qui y participent dans des dortoirs pour filles. Selon le responsable de l’organisation des pionniers de Raqqa, rencontré en juillet 2001, le but est que “tous les enfants se connaissent les uns les autres”, découvrent les accents régionaux et forment “les générations du pays”.Il est également d’encadrer la jeunesse dans des structures para-militaires où la gloire des réalisations et des héros baathistes leur sont apprises, par des chants, des fanions, des défilés, des jeux sportifs. Depuis la création de l’Union des Pionniers à Raqqa, en 1974, le gouvernorat a accueilli à deux reprises le Festival des Pionniers : en 1984 et 1997. Ce cycle de 13 ans est logique étant donné que la Syrie compte 13 gouvernorats (le quatorzième est celui du Golan, occupé par Israël depuis 1967) et que la fête doit tourner dans le pays. La dernière session a eu lieu en avril 2001 dans le gouvernorat de Damas-campagne (rif dimashq).

57Le Festival des Pionniers qui s’est tenu à Raqqa en 1997 a été l’occasion d’une accélération des travaux d’aménagement urbain : le revêtement en pierre de la Maison Assad pour la culture a été achevé en quelques semaines ; les trottoirs et les voiries conduisant de l’ancien pont à la place du Président terminés ; tout le mobilier urbain situé le long des axes principaux, lampadaires et rambardes, repeint en bleu roi ; enfin des banderoles et des fanions célébrant le parti et le président accrochés aux édifices publics et en travers des rues. La tenue du festival fut un événement qui transforma à ce titre durablement Raqqa.

Les festivals culturels en Syrie

58Depuis le début des années 1990, à partir du début de l’ouverture économique, la Syrie s’est mise à organiser des festivals de la culture et du tourisme, dans plusieurs villes. Le modèle de référence est le célèbre festival de musique de Baalbek au Liban, organisé dans les années 1960, interrompu pendant la guerre civile et qui a repris en 1994. Damas organise depuis les années 1970 une foire internationale où les principales sociétés syriennes exposent leur production ; des artisans y présentent leurs produits et, pour agrémenter le tout, une foire aux fleurs célèbre la rose de Damas, rapportée en Europe par les Croisés. À partir du coup d’État de Hafez al‑Assad et de la mise en œuvre du Mouvement de Rectification, le Festival de l’Amour (mahrajan al-mahabba) pour le Leader fut organisé chaque année dans la capitale : des troupes folkloriques et artistiques venues de tous les gouvernorats se produisaient pour célébrer l’ “union dans l’amour ” de la diversité régionale syrienne. Le tableau présente la variété des festivals culturels organisés annuellement dans les villes syriennes.

Tableau 27 : Les festivals de Syrie par gouvernorat en 2001.

Ville

Nom du festival

Damas

Festival du Patrimoine et de la CultureFestival des Fleurs

Alep

Festival de la ChansonFestival du Coton

Lattaquié

Festival MahabbaFestival Bassel du Tourisme

Tartous

Festival du Tourisme

Raqqa

Festival de l’Euphrate de la Culture et du Patrimoine

Deir ez-Zor

Festival du Tourisme de l’Euphrate

Palmyre (Tadmor)

Festival de la Badiya

Idlib

Festival des Villes oubliées

Hama

Fête du Printemps

Daraa

Festival de Bosra (tous les deux ans)

Remarque : ni Homs, ni Hassaka, ni Souweida n’ont de festival

(entretien avec un organisateur du festival de Raqqa, février 2002)

  • 23 Ces fêtes nous sont connues par l’ouvrage de Jean-Yves Gillon, Les anciennes fêtes de printemps à H (...)

59Il est remarquable de noter qu’Homs n’a pas de festival, alors qu’elle est la ville dont les festivités religieuses médiévales étaient les plus anciennes et les plus codifiées par les confréries soufies 23.

  • 24 La fête donne une lisibilité au territoire et constitue un moment paroxysmique de l’affirmation ide (...)

60Le premier festival organisé dans le gouvernorat de Raqqa fut celui de la Badiya, en avril 1993. Son nom a été traduit en anglais par “Desert Festival”. Sa particularité fut d’unir les cinq gouvernorats se partageant la steppe désertique syrienne et habitée par des Bédouins pratiquant l’élevage moutonnier extensif : Palmyre (Tadmor en arabe), Deir ez-Zor, Raqqa, Hama et Alep. Ce festival fut de fait itinérant : les 22 et 24 avril à Palmyre, les 24 et 25 à Deir ez-Zor, les 26 et 27 à Raqqa et Rassafa, le 28 à Alep et le 29 avril 1993 à Hama. Le festival de la Badia est présenté par le ministre du Tourisme, Mohammed Amin Abu Chamat, dans une brochure programmatique, “comme le festival pour la Culture arabe authentique et le retour aux racines de la civilisation”. La programmation inclut dans chaque ville des courses de chevaux et de chameaux, des expositions d’artisanat bédouin, l’organisation d’un mariage bédouin sous la tente ainsi que la présentation de spectacles de danse folklorique par les compagnies des arts populaires de chaque gouvernorat. À Deir ez-Zor s’ajoute une exposition des plantes et des animaux du désert ; à Raqqa une exposition de peinture sur le thème de la badiya et à Hama un festival aux fleurs. À Raqqa, le festival se déroula dans l’hippodrome Bassel al‑Assad inauguré pour l’occasion par le fils du Président lui-même, grand champion d’équitation couronné lors des Jeux méditerranéens de Lattaquié en 1986 et mort en 1994. Les éditions suivantes, à partir de 1994, du festival de la Badiya n’ont été organisées que dans la seule ville de Palmyre ; où les compagnies folkloriques des gouvernorats de Raqqa et de Deir ez-Zor se déplacent tous les ans.

61Ce festival de la Badia est intéressant en ce qu’il valorise un aspect de l’identité des populations de l’Est syrien qui était occulté par les projets baathistes de modernisation de la société syrienne. Ceci traduit un changement dans l’idéologie du régime, qui est d’insister sur les racines culturelles originales de chaque population et de chaque région de Syrie et non plus de les assimiler dans une culture dominante. Le nouveau gouverneur de Raqqa, ainsi que le nouveau secrétaire général du parti, s’en sont faits les échos lors de nos entretiens du printemps 2001, en nous disant, pour le premier, que les traditions bédouines forment les racines des habitants du gouvernorat, et, pour le second, que le socialisme avait été accompli selon les spécificités de la population : la asabiyya.

Festivals et festivités à Raqqa

62À Raqqa, commémorations politiques et festivals culturels sont le prétexte à des mises en scène de l’espace urbain et à la mobilisation des différents corps sociaux de la ville comme acteurs ou spectateurs de l’auto-célébration du régime. Les lieux privilégiés de ces commémorations sont les places de parade ainsi que les centres culturels. Qu’il s’agisse de la fête des Jeunesses du Baath, de la commémoration annuelle du Mouvement de Rectification de 1970, du référendum présidentiel (février 1999) ou des festivals du Tourisme et du Patrimoine (septembre 1998, 1999 et 2000), toutes ces célébrations ont en commun d’être inaugurées, place du Président, par l’ensemble des dignitaires de la ville, à savoir : le gouverneur, le maire, le délégué de la branche du parti, le général commandant la police du gouvernorat et les députés locaux. Ces fêtes du Baath, commémorations politiques et festivals culturels, sont des occasions de mise en scène urbaine et de réalisation de la société désirée. Notables et commerçants y participent pendant deux à trois jours parfois, ainsi que les écoles, les Unions, les artistes et la compagnie folklorique raqqawie. Des associations artistiques ont été favorisées par l’État pour servir lors de ces festivités et donner une image vivante du gouvernorat dans le reste du pays et à l’étranger. Il s’agit en particulier de la Compagnie folklorique et des arts populaires de Raqqa.

  • 25 La dabka est la danse la plus répandue du Moyen-Orient, avec des variantes de rythme et de pas. Tou (...)

63Suivant l’impulsion du ministère de la Culture qui voulait favoriser l’expression populaire de chaque gouvernorat, Ismaïl al-Ujaily, cousin du docteur Abd al‑Salam al-Ujaily, a fondé en 1970 “La compagnie de Raqqa pour les arts populaires”. La troupe offre des spectacles hybrides de danseurs et danseuses costumés en héros des Mille et Une Nuits, évoluant sur des chorégraphies de dabka 25, accompagnés d’une musique bédouine ! Des scènes de la vie rurale sont chorégraphiées : des tableaux mettent en scène des bédouines en train de moudre du grain ou de rouler des vermicelles. Le fondateur de la compagnie, Ismaïl al-Ujaily, justifie ces choix hétéroclites par un effort de revivification du patrimoine oral du folklore de la Jazîra de l’Euphrate. Il a collecté des chants auprès “des grands-parents”, mais précise que “les vers sont modifiés, certains mots dialectaux n’étant plus compréhensibles pour la population”. La troupe est très appréciée à Raqqa : chacun connaît personnellement ces danseurs qui sont tous amateurs. Le docteur Abd al‑Salam al-Ujaily a d’ailleurs écrit que la force de la compagnie de Raqqa est d’être restée attachée aux traditions populaires et au peuple, précisément parce qu’elle est formée d’amateurs. Il est nécessaire de préciser que la création de ce folklore raqqawise fait paradoxalement grâce aux enfants des ingénieurs et des fonctionnaires venus travailler à Raqqa, et non par des enfants des familles locales ou des membres des tribus, trop conservateurs pour laisser leurs filles danser en public, avec des hommes et sans foulard.

Les festivals de l’Euphrate pour la Culture et le Patrimoine

64Le premier Festival de l’Euphrate pour la Culture et le Patrimoine a donné lieu à plusieurs articles dans le journal du centre culturel arabe de Raqqa, à la publication de brochures et à la rédaction d’un ouvrage imprimé dans le gouvernorat : Mahrajân al‑Furât li-l Thaqafa wa al‑Turath, 13-17 aylûl 1998. La première réunion du comité du festival est décrite dans un article de juin 1998 de Sawt al‑Rafiqa. Elle fut présidée par le gouverneur et le secrétaire général du parti à Raqqa. Le gouverneur, Mohammed Nafakh, y annonce qu’un accord a été conclu avec le ministère de la Culture, “à la demande pressante (tumuh) des fils du gouvernorat de Raqqa” pour la création d’un Festival qui “éclaire le patrimoine millénaire de ce gouvernorat où la civilisation s’est développée, et qui témoigne de la grandeur de ses fils” (Sawt al‑Rafiqa, n° 11, 1998, p. 1). Pour appuyer les propos du gouverneur, le rédacteur en chef signe un article intitulé : “Le festival : du rêve à la réalité”, dans lequel il reprend sur une colonne les propos déjà cités, tenus par le président Assad à l’occasion de la cérémonie du détournement du cours de l’Euphrate : “En ce lieu, nous nous arrêtons devant la gloire de l’Homme”, etc.

65Le deuxième Festival du Tourisme et de la Culture de Raqqa, qui s’est tenu dans la ville, en septembre 1999, offre un exemple de l’instrumentalisation politique de la culture en Syrie. Le gouverneur déclare lors du discours d’ouverture que “le plus important est de donner une image originale et sans précédent (badîaa) du gouvernorat de Raqqa”. À la différence du premier festival, le second a donné lieu non pas à la publication d’un ouvrage mais à celle d’un journal quotidien spécial, distribué pendant les quatre jours de célébration : Rafiqa Touristique (Rafiqa Siyahiyya). Ses trois numéros permettent de suivre le déroulement du festival et de connaître les formes de mobilisation des diverses composantes de l’infrastructure sociale du pouvoir : les institutions administratives de la ville (gouvernorat, municipalité) ; les organisations politiques (parti Baath et les Unions des ouvriers, des femmes, des pionniers) ; les structures éducatives et les associations culturelles soutenues par l’État ; enfin, les intellectuels réunis dans un comité littéraire, et même les commerçants.

66Ce festival fut organisé simultanément dans trois lieux nouvellement aménagés dans la ville : la place du Président, le théâtre Battanî et le jardin Rachid, ainsi que sur les berges du fleuve qui sont habituellement interdites à toute activité. La place du Président a été transformée en “souk des souks”, le jardin Rachid en Foire florale et des Traditions populaires, tandis que la place Battanî accueillait les troupes folkloriques de la ville qui “expriment le caractère authentique (asala) du Mohafazat”. La cérémonie d’ouverture eut lieu place du Président, devant une loge occupée par le ministre du Tourisme, le gouverneur, le chef de la police, des délégués du parti et des députés installés dans de larges fauteuils. Les allocutions d’ouverture prononcées par le ministre du Tourisme Daoud, puis le gouverneur Nafakh, sont exemplaires de la rhétorique étatique : “ Nous sommes venus participer à la gloire nouvelle de cette terre comblée de dons, la perle de l’Euphrate, perle de l’histoire et des civilisations, la capitale d’al‑Rachid, noble et magnifique en ce florissant Festival du Tourisme”(journal Rafiqa Touristique, n° 1, septembre 1999).

5. La manifestation comme resignification de l’espace public

67Le 31 mars 2002 s’est produit à Raqqa un événement sans précédent depuis quarante ans : le déroulement sans heurt d’une manifestation non officielle, lancée à l’initiative de trois intellectuels indignés par le silence des pays arabes contre les exactions israéliennes dans les territoires palestiniens. Étonnamment, et certainement parce qu’elle avait lieu dans cette ville éloignée des grands centres urbains de la Syrie, où aucun journaliste étranger n’était présent, la manifestation n’a pas été interdite, et des centaines de personnes ont défilé librement rue Tell Abiad, principale artère de Raqqa vers le centre-ville. Le même jour, une manifestation de moindre ampleur avait lieu à Alep. Les jours suivants, des manifestations « populaires » furent cette fois organisées par le parti dans les grandes villes syriennes.

Les manifestations pro-palestiniennes de Raqqa en 2002

  • 26 Cette Cour de sûreté de l’État fonctionne comme une structure d’exception dont les verdicts ne relè (...)

68Les processus de signification de l’espace urbain induits par les attroupements, les marches et les cortèges sont étroitement contrôlés par l’État en Syrie. Depuis la révolution baathiste du 8 mars 1963, la Syrie est sous la loi martiale (ordre militaire du 8 mars 1963), laquelle, ajoutée à l’état d’urgence décrété le 22 décembre 1962, restreint toutes les activités publiques et les place sous le contrôle du président, désigné comme gouverneur de l’état d’urgence (Ghalioun 2003, p. 15). La Cour de la sûreté de l’État a été créée le 28 mars 1968 pour juger les crimes concernant “l’opposition à la réalisation de l’union entre les pays arabes ou à tout autre objectif de la révolution, ou à toute autre tentative de l’entraver que ce soit par les manifestations, l’attroupement, le désordre, l’agitation ou par la diffusion de fausses informations visant à ébranler la confiance des masses dans les objectifs de la révolution”(Ghalioun 2003, p. 15) 26. Entre 1980 et 1982, une vague de révoltes urbaines animée par les Frères musulmans et relayée par les oulémas et certaines élites citadines sunnites a touché les grandes villes du nord du pays, en particulier Alep et Hama. Les villes de l’Est syrien, étroitement surveillées par les services de renseignement de l’État et aux élites citadines en partie nouvelles, restèrent calmes. La répression de ces mouvements populaires a été si violente que pendant vingt ans aucune manifestation d’opposition de membres de la société civile n’a eu lieu en Syrie.

69Jusqu’en 2002, seules les commémorations officielles et les festivités culturelles étaient permises, et tout rassemblement à caractère politique ou de revendication, interdit. Mais à partir de la deuxième Intifada, qui a débutée fin septembre 2000, et en particulier en mars 2002 lors de l’attaque israélienne contre le camp palestinien de Jenine, le régime du nouveau président Bachar al‑Assad a décidé d’instrumentaliser les multiples manifestations spontanées qui s’organisent alors en solidarité au peuple palestinien. Le mouvement, qui débuta le même jour à Alep et à Raqqa, fut d’autant plus remarquable dans cette dernière ville qu’il entraîna un millier de personnes dans les rues, sans aucune tentative de dispersion de la foule de la part du gouverneur. Le 31 mars 2002, une manifestation démarra à Raqqa à l’initiative de trois intellectuels de la ville, bientôt rejoints par 500 personnes. Le caractère exceptionnel de cette manifestation tient à ce qu’elle a été organisée sans demande d’autorisation préalable adressée au Parti Baath et à la police, et que, surtout, elle n’a pas été empêchée une fois démarrée.

« Une manifestation de colère silencieuse a eu lieu dans la ville de Raqqa, au nord de la Syrie, hier soir, contre le silence et la pusillanimité des Arabes devant les derniers crimes scandaleux des Sionistes contre le peuple palestinien et sa Direction. Et pour la première fois, hors des dispositifs gouvernementaux, des centaines de citoyens syriens habitant à Raqqa ont manifesté. La manifestation a débuté dans le silence pour se terminer dans le chahut. La manifestation a circulé dans les rues du Souk avec des pancartes qui disaient toutes : « Le silence, ça suffit » (Kafâ samtan). Cette petite manifestation s’est achevée sans que les forces de l’ordre n’interviennent. L’avocat Abdallah al‑Khalil a confié à Akhbar al‑Charq que la manifestation a débuté spontanément à l’initiative de trois personnes qui portaient de petites pancartes « Le silence, ça suffit », « La Palestine vous appelle », « Pour la Palestine ». Et les trois manifestants étaient le docteur Mohammed Haj Saleh (médecin), Khalaf al‑Darwich (retraité) et Abdallah al‑Khalil (avocat). Après que les trois manifestants furent partis des magasins « Jérusalem » situés rue Tell Abiad (qui est l’une des plus grandes rues commerçantes de la ville), ils furent progressivement rejoints par des citoyens dans leur manifestation silencieuse et ils allèrent et vinrent dans les deux principales rues commerçantes de la ville, la rue Tell Abiad et la rue Quwwatli, certains portant des drapeaux palestiniens, et cela de façon spontanée. La manifestation s’est terminée sur le rond-point nord de la ville, devant le marché aux légumes, après s’être arrêtée quelques minutes place du Musée, et elle regroupait à ce moment 300 à 500 personnes ».
(Akhbar al‑Charq, 1er avril 2002, www.thisissyria.net/2002/04/01)

  • 27 Étudié au chapitre 7.

70Cet article précise que ce même 31 mars 2002, une autre manifestation de masse et de colère s’était déroulée à Alep en signe de protestation contre les exactions commises par « les forces israéliennes fascistes »à l’encontre du peuple palestinien. Pourtant, cette manifestation ne fut pas l’objet, dans le journal, d’une longue description comme le fut celle de Raqqa, cette dernière ayant été particulièrement surprenante par son déroulement non encadré par le parti ainsi que par la longueur de son itinéraire dans les rues commerçantes de la ville. Partis d’un quartier populaire de la ville, au nord de la rue Tell Abiad, les trois intellectuels se dirigèrent vers le musée de la ville, l’ancien sérail ottoman, qui fut également le centre de l’État bédouin de Hajem ibn Muheid 27 .

71Dans les deux semaines qui suivirent cette manifestation, le régime organisa à son tour des marches de protestation à Raqqa contre les crimes d’Israël. Ce fut d’abord le fait du Rassemblement national démocratique, fédération de six partis de l’opposition illégale existant depuis 1979 et ravivée en 2000. Un article daté du 9 avril décrit cette manifestation qui eut lieu le 8 avril 2002 :

« Une manifestation s’est déroulée hier à Raqqa à l’appel du Rassemblement national démocratique. Selon une source de Akhbar al‑Charq, les manifestants étaient des citoyens ordinaires, éloignés des activités politiques, bien qu’il y ait eu avec eux des membres de partis autorisés. Ils partirent à 11 h du rond-point de la rue Tell Abiad et se dirigèrent vers le souk principal, pour atteindre le nombre de mille personnes. En tête du cortège des manifestants portaient une pancarte d’une nouvelle sorte dans la ville de Raqqa où était inscrit le nom du « Rassemblement national démocratique ». Les slogans soutenaient le peuple palestinien assiégé et condamnaient le silence des Arabes. Les slogans disaient : « O Honte, ô honte ! Abu Amar est assiégé ! », « O Ramallah courage tiens bon, cette nuit (de souffrance) ne durera pas ». Ils utilisèrent aussi des slogans islamiques dont « Khaybar ! Khaybar ! O Juifs ! L’armée de Mohammed va revenir », pour critiquer les citoyens qui étaient alignés le long des rues et qui assistaient à ce qui se passait sans y prendre part. Les manifestants portaient des drapeaux palestiniens et syriens, et du Hezbollah, ainsi que des drapeaux du parti communiste, branche de Youssef Faysal (qui est compris au nombre des sept partis autorisés supervisés par le Baath au sein du Front national populaire). Puis les manifestants se sont dispersés devant l’ancien siège du gouvernement (le musée), après que le poète Faysal ait dit un poème ».
(Akhbar al‑Charq, 9 avril 2002, www.thisissyria.net/2002/04/09)

  • 28 Je tiens à remercier Bernard Rougier, docteur en sciences politiques et chercheur à l’Ifpo, pour m’ (...)

72L’itinéraire de cette manifestation autorisée reprend celui de la manifestation précédente, c’est-à-dire départ depuis le marché aux légumes du rond-point de Tell Abiad, passage par la place de l’Horloge et la rue du Souk, avec arrivée place du Musée, face à l’ancien sérail ottoman. Mais il semble qu’elle ait été moins longue, les manifestants n’ayant pas fait plusieurs allers-retours le long de cet itinéraire comme lors de la première. La nouveauté consiste dans la présence d’un parti officiel syrien - mais non le parti Baath – ainsi que dans celle des drapeaux du Hezbollah et d’un parti communiste officiel. Le choix des slogans est le résultat majeur de cet encadrement : ils sont plus littéraires et rimés, mieux à même d’être scandés, et comportent des références religieuses et historiques à la bataille de Khaybar lors de laquelle Mohammed combattit une armée juive de Médine 28. Ils se lamentent sur le siège conduit contre Yasser Arafat, à un moment de réconciliation formelle avec Arafat.

73La comparaison entre les lieux de célébration des grandes dates du parti Baath et ceux intégrés aux itinéraires des manifestations politiques est instructive quant à l’existence d’un conflit de centralité entre le modèle de la ville baathiste tracée par la municipalité - et qui inclut la place du Président, le jardin Rachid, la municipalité de Raqqa, le palais du gouverneur -, et le modèle de la ville ancienne de Raqqa, centrée sur sa rue du Souk et le sérail ottoman, symbole de l’autonomie passée des Raqqawis. Ces deux modèles ne se superposent absolument pas, au point que la rue de Tell Abiad, qui marque la rupture entre les deux villes, ancienne et moderne, de Raqqa, n’est empruntée que dans le but de relier le souk et le centre ancien. Ainsi, les itinéraires de manifestation révèlent des territorialités opposées : celle de la ville moderne contrôlée par le pouvoir, celle de la ville pré-baathiste centrée sur le sérail ottoman et les anciennes madâfa.


*

74Défilés et parades permettent d’attribuer une signification politique à des lieux emblématiques du pouvoir. La participation des fonctionnaires aux célébrations, des Unions dans la confection de chars décorés, et de la population dans les manèges de la fête foraine organisée près du fleuve réalise un temps l’ordre social voulu par l’idéologie baathiste. C’est en ce sens que ces festivités sont de véritables instances de pouvoir et non ses seules productions. Que la communion entre le groupe social et le lieu se réalise ou non dans cette expérience collective, les formes sociales désirées par le pouvoir sont un temps créées.

75Les manifestations conduisent à la requalification des espaces publics de Raqqa et traduisent des territorialités conflictuelles. Ainsi, les manifestations spontanées du « printemps palestinien de Raqqa », lors des massacres de Jenine d’avril 2002, suivent-elles des itinéraires qui suivent les lieux de mémoire anciens de la ville : sérail ottoman (symbole de l’autonomie passée des Raqqawis en 1920), souk et quartiers des Ghoul (avec leurs madâfa). A l’inverse, les manifestations organisées par le régime utilisent les espaces de parade conçus à leur effet et les lieux du pouvoir : place du Président Assad, palais du gouverneur et municipalité de Raqqa. Ces itinéraires révèlent un conflit de centralité entre les deux villes ancienne et baathiste de Raqqa.

76Les discours officiels tenus sur le gouvernorat de Raqqa présentent deux intérêts en apparence contradictoires : ils illustrent d’une part les thèmes récurrents du discours de légitimation syrien (la permanence du “génie arabe syrien”, l’enracinement à “la terre-patrie” qui est le “berceau de l’Humanité”) ; mais ils soulignent, d’autre part, la spécificité de la Jazîra, qui réside en ce qu’elle a été un temps le centre du monde arabe, autour de Bagdad et de Raqqa et en concurrence avec Damas. L’intégration de la Jazîra au territoire national syrien se fait ainsi par l’affirmation de l’ancienneté de la civilisation urbaine sur les rives de l’Euphrate. Les six siècles pendant lesquels les tribus bédouines ont contrôlé cet espace sont réduits à quelques lignes du commentaire historique. Aussi les citadins raqqawis ont-ils élaboré un troisième âge d’or de leur ville : un âge d’or à la fois citadin et bédouin (chapitre 7).

Notes

1 Il prétendait avoir fondé le parti Baath en 1934 (Agate 1991, p 24).

2 Idéologue persan du panislamisme, Jamal al‑Din al‑Afghani (1839-1897) prônait d’utiliser la culture traditionnelle et les motivations religieuses des musulmans pour les amener à résister sur tous les plans (politique, économique, culturel) à l’invasion occidentale (Gilbert Delanoue, article “Al-Afghani” de l’Encyclopédie Universalis, CD Rom, version 6, 2000).

3 Mohammed Abdou (1849-1905), mufti d’Égypte en 1889, préconisait la réforme de la religion islamique par le retour à l’état primitif de l’Islam, la rénovation de la langue arabe, la reconnaissance du droit du peuple face au gouvernement et la reconnaissance du dogme islamique (Eglal Errera, article “Abduh” de l’Encyclopédie Universalis, CD Rom, version 6) .

4 L’âge de la raison et du rationalisme incarné par les Motazilites, “les chevaliers du rationalisme islamique” (Bouzid, 1997, p 188).

5 Selon le philosophe Zakî al‑Arsuzî, la première langue de l’être humain fut l’arabe. Il en déduit que la culture primordiale fut arabe et que “ la manifestation de la Nation arabe sur la scène de l’histoire coïncide avec l’apparition de l’humanisme” (Arsuzî 1965, p 89). La Nation est avant tout définie pour lui par le partage d’une même culture. Michel Aflaq entendait instaurer un système laïc de la société et des lois en captant la force mobilisatrice de l’Islam au service de la résurgence de la Nation arabe, doctrine qualifiée par Olivier Carré de “ laïcisme teinté d’Islam ” (Carré 1980). Il privilégie un contact personnel et transhistorique avec le Prophète, afin de renouveler l’expérience prophétique originelle. Le peuple arabe peut ainsi retrouver l’idée éternelle de la Nation arabe qui s’est manifestée par la prophétie. Son projet était exclusif de la tradition juridique musulmane, perçue comme une cause de la décadence arabe. Michel Aflaq considérait que l’Islam était une manifestation du génie de la Nation arabe “qui s’était exprimé de façon variée dans les lois d’Hammurabi, la poésie de la Jahiliyya, la religion de Mohammed et la culture de Maamûn” (Ghareeb 1981, p 47).

6 Il s’agit, dans l’ordre chronologique, du livre de la municipalité : Raqqa dans le temps de la révolution publié en 1969 ; du numéro spécial de la revue Umran consacré à Raqqa en 1971 ; des actes du Colloque international d’histoire de Raqqa tenu en 1981 ; de la brochure de la municipalité, datée de 1990 ; du livre d’histoire du gouvernorat “Raqqa, perle de l’Euphrate”, paru en 1992 ; de la brochure municipale de 1995 ; de celle de 1998, et, enfin, des actes du premier festival de la Culture et du Patrimoine de l’Euphrate de 1998.

7 “Le concept d’unité est mis en œuvre dans divers raisonnements et argumentations tendant à expliquer tant la décadence des siècles passés que les modalités de l’instauration future du socialisme par l’échec ou le succès de ce processus” (Picard 1985, p 126).

8 D’après le programme du parti publié par son commandement national en juillet 1964 : “Pour réduire tous les cloisonnements intérieurs et extérieurs, il faut les fondre dans le creuset d’une révolution” (Agate 1991, p 25).

9 Le terme est dérivé de “peuples” (chuub) et tire son origine d’une sourate du Coran (XLIX, 13) où il est dit “Hommes ! Nous vous avons constitués en peuples (chuub) et tribus (qaba’il) pour que vous vous connaissiez”. Pour des commentateurs persans de la “chu`ubiyya”, chu`ub désignait une population dont l’identité est déterminée par leterritoire ; au contraire de qaba’il, population dont l’identité est définie par la généalogie (Enderwitz 1998).

10 Pierre Sansot parle dans ce cas du pouvoir oraculaire du toponyme qui comprend la ville tout entière : “Lorsque l’origine d’une ville se manifeste dans le nom qu’elle porte, lorsqu’il suffit de le prononcer pour en connaître la naissance, les mots retrouvent leur pouvoir oraculaire. Il n’y a pas d’un côté un langage auquel on a retiré sa confiance et de l’autre des lieux où l’on se pose sans conviction. Nous nous souvenons alors de ce que l’acte d’habiter signifie. Les villes sont venues se loger dans les mots qui leur étaient destinés, et cet entrelacement annonce, à la perfection, ce qu’est un véritable habitat”(Sansot 1971, p 40).

11 “Dès le début de l’époque abbasside, le programme de fortification des frontières de l’ensemble de l’empire musulman conduisit à l’édification d’une ville entièrement nouvelle, à quelque 200 m à l’ouest du site ancien. Nommée al-Rafîqa (la “compagne” d’al-Raqqa), la ville fut conçue dès l’époque du premier calife abbasside al-Saffâh (132-6/ 749-54) ; toutefois, al-Tabarî attribue la fondation d’al-Rafîqa au frère et successeur de ce dernier, al-Mansûr (135-58/ 754-75) qui, en 154 / 770-771, aurait décidé la construction de la ville ; celle-ci aurait été agrandie ensuite par son fils et héritier présomptif al-Mahsî à partir de 155/771-772. Modelées à dessein sur la cité résidentielle de Baghdad - elle-même tout juste achevée -, les fortifications de la ville, partiellement conservées, témoignent de la puissance militaire de l’empire abbasside. De plan parallélogrammique complété par un demi-cercle, d’une largeur de 1300 m environ, la cité était protégée par un rempart massif de presque 5000 m. Renforcé de 132 tours rondes en saillant, un avant-mur et un fossé amélioraient encore le système de défense” (Meinecke 1995).

12 Afin d’irriguer la cité palatine, deux canaux furent réalisés : l’un amenait l’eau de l’Euphrate à partir d’une prise située à une quinzaine de kilomètres à l’ouest, et un autre, long de plus de 100 km, prélevait l’eau dans les montagnes d’Anatolie, au Nord. Selon Yâqût, l’un d’eux (probablement le canal de l’Euphrate) était appelé Nahr al-Nil (Meinecke 1985).

13 Rayy est une ville persane située près de Téhéran.

14 Le terme de patrimonialisation est un néologisme utilisé en sciences sociales afin de dépasser les analyses du patrimoine en termes de valeur pour, au contraire, saisir les processus d’élaboration et d’appropriation du patrimoine accomplis par divers types d’acteurs. La patrimonialisation d’un bâtiment, d’un personnage ou d’un événement s’effectue dans des contextes idéologiques propres au groupe social. Son étude nécessite d’identifier les acteurs de la désignation des objets patrimoniaux, l’historicité de leurs discours et les modes de publicisation qu’ils adoptent dans leur société.

15 Les salname présentent en deux à trois pages les principales ressources économiques et démographiques de chaque caza du vilayet, ainsi que les noms des principales tribus.

16 Date de la Révolution Jeune turque et de l’édition du dernier salname d’Alep.

17 “L’ancienne ville est à peu près disparue, fouillée par les bédouins, et offre en ce moment l’aspect de certains coins du front particulièrement chers aux obus de gros calibre. ” (Shat, 4H107, Bulletin mensuel de décembre 1921). “Tout le sol de la ville a été défoncé pour y trouver les fragments de céramique musulmane appréciée par les amateurs sous le nom de céramique de Raqqa.” (Dussaud 1931). “La ville elle-même à l’intérieur de l’enceinte n’est plus représentée que par des décombres, bouleversées par les habitants qui en retinrent de nombreuses céramiques de l’époque musulmane. Raqqa était en effet célèbre au Moyen Âge pour ses ateliers de poteries dont les oeuvres (surtout les vases bleus à décor noir) s’exportaient dans tout le Proche-Orient. Les ruines de Nikephorion et de Raqqa sont à l’extérieur de l’enceinte, dans la direction de l’Est ; il n’en reste aucun vestige apparent”(Guide Bleu, 1932, p 221).

18 Ministère des Affaires étrangères 1937 : Rapport à la Société des Nations sur la situation de la Syrie et du Liban, année 1936. Paris, Imprimerie Nationale, p 57.

19 Auparavant, les objets archéologiques étaient exposés au musée d’Alep, ainsi qu’au musée national de Damas où une salle entière est consacrée à Raqqa. Y sont notamment exposés des morceaux du carrelage de verre des palais abbassides qui conféraient à leur sol l’aspect d’un lac, ainsi que des gobelets de verre ornés de poissons de l’Euphrate et des exemplaires de vaisselle en céramique bleue.

20 Dans sa thèse Imagerie et Urbanisation. Recherches sur l’exemple stéphanois, André Vant s’est attaché à comprendre les processus d’élaboration des représentations et images de cette ville ouvrière et leur “ naturalisation ”, c’est-à-dire le moment à partir duquel des représentations deviennent des lieux communs, des symboles échappant à leurs promoteurs (Vant 1981). Il montre les étapes de la réification de ces images, qui sont à un moment produites comme des représentations singulières avant de devenir des représentations objectivées “ qui échappent aux sujets et aux groupes qui les ont produites, pour devenir le fruit d’une culture locale, d’un lieu, d’un espace écologique, pour s’objectiver dans le langage courant et le lieu commun”(Di Méo 1998, p 238).

21 Une activité de tourisme religieux se développe à Raqqa depuis la construction des mausolées chiites de Raqqa entre 1988 et 1994 (chapitre 6), comme en témoigne l’augmentation considérable du nombre de nuitées passées par les étrangers non-arabes dans le gouvernorat qui sont multipliées par neuf, alors que le nombre des touristes étrangers a moins que triplé.

22 Un grand chanteur de la Jazîra syrienne, est Hussein al‑Hassan, qui vit dans le quartier de Machlab, partie orientale de Raqqa. Il s’accompagne d’une rababa, violon à une corde, dans des chants venant d’une tradition commune de la Jazîra que l’on retrouve en Irak, bien qu’il ne se soit lui-même jamais rendu dans ce pays.

23 Ces fêtes nous sont connues par l’ouvrage de Jean-Yves Gillon, Les anciennes fêtes de printemps à Homs, publié par l’Institut Français d’Études Arabes de Damas en 1993.

24 La fête donne une lisibilité au territoire et constitue un moment paroxysmique de l’affirmation identitaire d’un groupe social. La fête est en effet un moment où des groupes sociaux célèbrent des faits ou des principes essentiels à leur reproduction matérielle et idéelle, sur des lieux signifiés par des pratiques ritualisées et des discours de mobilisation. Les liens dialectiques entre idéologies et territoires se manifestent lors de ces moments uniques par des pratiques réglementées se transformant en véritables rituels.

25 La dabka est la danse la plus répandue du Moyen-Orient, avec des variantes de rythme et de pas. Tous les danseurs se tiennent par la main, quand la danse est mixte comme au Liban ou dans les villes, ou par les épaules en reposant ses bras sur ceux de ses compagnons de danse, et tous font un même enchaînement de pas rythmés en tournant en rond. Dans la Badiya, ce sont les jeunes filles bédouines qui dansent main dans la main, en laissant le haut de leur corps très droit et les bras tendus le long du corps.

26 Cette Cour de sûreté de l’État fonctionne comme une structure d’exception dont les verdicts ne relèvent pas du droit pénal syrien (Ghalioun 2003, p 15 ; Bonne 1997).

27 Étudié au chapitre 7.

28 Je tiens à remercier Bernard Rougier, docteur en sciences politiques et chercheur à l’Ifpo, pour m’avoir éclairée sur cette référence qui est un leitmotiv des manifestations dans le monde arabe.

Table des illustrations

Titre Figure 28 : La localisation des vestiges archéologiques grecs, omeyyades et abbassides de Raqqa visibles sur une photographie aérienne de 1961.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable