Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Deuxième partie. Raqqa de Haroun al‑Rachid à Hafez al‑Assad : géopolitique et rhétorique patrimoniales

Chapitre 4. Raqqa, vitrine de l’urbanisme baathiste

Texte intégral

“Tout est zift à Raqqa sauf les rues” (zift signifie à la fois “mauvais état” et asphalte).(La Municipalité de Raqqa au temps de la Révolution, 1969, p. 60).

1Selon qu’on l’aborde par l’Euphrate ou par la Jazîra, par ses grandes artères ou par les routes de campagne, Raqqa présente des paysages urbains qui tantôt lui donnent l’aspect d’une ville moderne socialiste avec ses places de parade et ses immeubles collectifs, tantôt d’une bourgade de la steppe mal dégrossie aux axes encombrés de pick-up, tantôt enfin d’une ville pauvre aux zones informelles remplies de troupeaux et d’enfants. Pourtant, centre administratif du principal projet d’aménagement syrien, Raqqa a été au cours des années 1970 et 1980 le cadre d’expérimentations urbanistiques conçues pour l’élever du stade de bourgade à celui de ville-modèle du développement baathiste. Des jardins et des places de parade furent tracés et de grands bâtiments édifiés : palais du gouverneur, ensemble administratif, siège du parti Baath, Maison Assad pour la Culture. De nombreux monuments, statues et plaques commémoratives furent également érigés pour signifier le renouveau baathiste de l’ancienne capitale arabe de Raqqa, thème majeur de la rhétorique municipale. L’étude de ces constructions éclaire le travail de symbolisation de l’espace urbain entrepris par l’État. L’idéologie de modernisation sous-jacente aux transformations urbanistiques de la ville de Raqqa a répondu au souci des dirigeants syriens de donner de nouveaux repères historiques à la population raqqawie, et de conférer un caractère urbain fort à une ville souvent stigmatisée comme « bédouine ». Mais cette idéologie s’est trouvée confrontée à l’extension d’une ville non planifiée qui contrecarre le projet initial. Lors de sa tournée en Jazîra de septembre 2005, le vice-premier ministre aux affaires économiques, Abdallah Dardari, se serait plaint de ce que le niveau d’équipement de Raqqa était à peine celui d’une ville syrienne des années 1960, jetant ainsi un pavé dans la mare des projets d’urbanisme non aboutis.

1. Une planification urbaine ex-nihilo

2À la différence des autres villes de Jazîra, Raqqa n’a pas connu de planification urbaine avant l’indépendance. Au tout début du Mandat, des projets d’aménagement prévoyaient la construction d’un pont et d’une voie ferrée à Raqqa, mais seul l’aérodrome militaire fut aménagé ainsi que des casemates dans le quartier de Thakane (figure 21). Raqqa a en effet toujours été considérée comme une ville de garnison sur la route de l’Euphrate, que ce soit par les Ottomans, qui y ont seulement construit un poste de gendarmerie, ou par les Français, qui se sont uniquement souciés d’y cantonner une garnison et d’y édicter un décret (non appliqué) de préservation des vestiges abbassides. Deir ez-Zor, certes plus étendue, fut en revanche dotée par le Mandat d’un pont suspendu, d’un marché et de bâtiments officiels organisés autour d’une place centrale, près du fleuve. Quant à Hassaka et à Qamechlia, elles furent entièrement conçues à la fin des années 1920 pour abriter les populations chrétiennes. Qamechlia fut fondée en 1928 comme un “paradis à l’ombre des sabres” (expression mandataire inspirée d’un verset coranique) et conserve un plan quadrillé aux rues orthogonales. Quand Raqqa fut désignée centre administratif du projet de l’Euphrate, elle ne comptait aucune rue asphaltée, aucun système d’adduction en eau (un seul puits collectif pour 30 000 habitants), et ses eaux usées s’écoulaient dans les ruelles. Sa planification à partir de la révolution baathiste constitua une grande entreprise de modernisation.

Figure 21 : Le schéma du projet d’occupation de Raqqa par l’armée française en 1922.

Figure 21 : Le schéma du projet d’occupation de Raqqa par l’armée française en 1922.

Une morphologie urbaine segmentée par groupes lignagés (1865-1963)

  • 1 Voir chapitre 1.

3Dès sa naissance, à la fin du xixe siècle, Raqqa s’organise en quartiers nettement identifiés, ceux des deux « rassemblements » originels des Akrad et Acharin 1, situés à l’intérieur de l’enceinte abbasside. La bourgade de Raqqa est alors divisée en micro-quartiers dénommés selon les madâfa (maisons d’hospitalité) éponymes. Progressivement, la ville s’agrandit au gré de l’installation de groupes semi-nomades ou étrangers qui se placent sous la “protection” des grandes familles. En 1915 apparaît un quartier tcherkesse à l’extérieur de l’enceinte, près d’une tour abbasside située à l’emplacement de l’actuelle place de l’horloge. Ce quartier compte encore de nombreux jardins qui témoignent de la migration d’une partie des membres de la communauté vers Alep : ces terrains n’ayant pas été construits, alors que tous les autres quartiers se densifiaient au fil des générations. Au cours des années vingt, à la faveur du développement des fonctions urbaines de la ville sous administration mandataire, s’installent les premiers groupes de commerçants originaires de Soukhné, bourgade de commerçants de la badiya, les Sakhane. Mais l’essor réel de l’aglomération raqqawie débute lors du « boom du coton » des années 1950. Des ruraux originaires des villages de la campagne d’Alep (Tadef, Bab et Azaz), ainsi que du Hauran, s’installent par familles dans les espaces vacants de l’enceinte abbasside (voir figure 22).

Figure 22 : L’extension de Raqqa en 1961.

Figure 22 : L’extension de Raqqa en 1961.

La forte croissance de la population raqqawie et l’extension urbaine (1963-2008)

4Sous l’effet conjugué du boom du coton, de la sécheresse qui entraîna un fort exode rural et des investissements étatiques dans le Projet de l’Euphrate, Raqqa connut à partir des années 1950 le plus fort taux de croissance urbaine de Syrie, atteignant les 9 % par an entre 1961 et 1981. La population de Raqqa passa alors de 15 000 habitants en 1960 à 87 138 habitants en 1981, pour dépasser les 220 000 habitants au recensement 2004, ce qui la place au troisième rang des villes de Jazîra après Deir ez-Zor et Hassaka. Alors qu’elle s’étendait sur 493 ha en 1963, Raqqa couvre 2310 ha en 1995, dont 836 ha dans l’enceinte abbasside et la zone d’extension nord, et 340 ha dans le quartier Mamoun (La ville de Raqqa dans le Mouvement rectificatif, 1995, p. 25) (voir figure 23).

Figure 23 : Les étapes de croissance de Raqqa de 1873 à 2003.

Figure 23 : Les étapes de croissance de Raqqa de 1873 à 2003.

Tableau 25 : Évolution de la population de Raqqa au xxe siècle

1908

1930

1961

1970

1981

1994

2004

795

8 000

15 000

37 151

87 138

165 195

220 488

(sources : Deheuwels, 1979 ; RP Raqqa 1960, 1970, 1981, 1994, 2004).

5Au recensement de 1960, Raqqa comptait 15 000 habitants essentiellement compris à l’intérieur de l’enceinte abbasside. En 1961, le statut de chef-lieu de gouvernorat décerné à Raqqa contribue à attirer une population de fonctionnaires et de citadins venus de Deir ez-Zor et d’Alep. En 1970, sur 37 000 habitants de Raqqa, 16 000 ne sont pas originaires de la ville. La moitié vient du gouvernorat d’Alep, le quart de celui de Raqqa, 9 % de celui de Deir ez-Zor, 3 % d’Hassaka, 3 % de Hama. Plus de la moitié (53 %) de la population immigrante est d’origine rurale. La forte attraction de Raqqa s’est doublée d’une forte croissance naturelle, qui tient à une spécificité sociale : le taux élevé de polygamie, le plus haut de Syrie. Le sex ratio du gouvernorat de Raqqa est le plus bas du pays, avec 95 hommes pour 100 femmes, la moyenne syrienne étant de 101, ce qui indique la migration de travail masculine de départ, tandis que le gouvernorat de la campagne de Damas comptabilisant 107 hommes pour 100 femmes reçoit des migrants (Statistical Abstract 1999, p. 57). La revue Umran évalue à 5000 en 1970 le nombre de ruraux installés dans les environs de la ville et qui n’ont pas été compris dans les recensements (Umran 1970, p. 141). Ces ruraux sont principalement des déplacés du lac de barrage qui ont refusé de gagner les villages et les fermes prévus pour eux dans le bassin de l’Euphrate et en Jazîra.

6La morphologie urbaine qui découle de l’arrivée de ces vagues successives de migrants est segmentée en quartiers structurés par groupes lignagiers, ou par village d’origine. Les seules exceptions notables concernent la zone des coopératives de logement (qui sont réparties par corps de métier), et la zone des villas, située au sud de Thakana. La partie ouest de la ville concentre les nouvelles fonctions administratives. Elle se prolonge au nord-ouest par des quartiers où l’habitat collectif domine, et qui sont habités par des fonctionnaires et des commerçants. Toutes les périphéries de la ville sont constituées de quartiers informels des déplacés du lac de barrage, mais aussi de ruraux en quête d’emploi (fig. 24 et fascicule planche 8).

Figure 24 : Les quartiers de Raqqa par types de regroupement de population.

Figure 24 : Les quartiers de Raqqa par types de regroupement de population.

Les plans d’urbanisme de 1963, 1969, 1974 et 1984

7L’essor considérable de Raqqa à partir des années 1950, et le grand retard de développement qui la caractérisait, nécessitèrent de nouveaux équipements et des plans d’urbanisme. Raqqa devint alors un laboratoire pour l’application des principes urbanistiques socialistes à partir des années 1970, sur le modèle de ceux appliqués pour la ville nouvelle du barrage, Al-Thawra.

  • 2 On y revient dans le chapitre 5.
  • 3 Une voie ferrée devait même longer la zone d’extension et aboutir à une gare de voyageurs située au (...)

8Le premier plan d’urbanisme date de 1963 (figure 25). Il fut commandé par le gouvernorat de Raqqa à une société italienne nommée Qaas. Il prévoyait de préserver les zones archéologiques anciennement protégées par le décret mandataire n° 2040 2, et de favoriser le développement des fonctions administratives vers l’ouest, au nord de l’ancien camp français (quartier de Thakana ou « caserne »), dans une zone d’extension résidentielle dont le quart du sol serait occupé par des jardins. Mais il ne prévoyait aucune percée de l’enceinte abbasside pour faire communiquer les deux villes, l’ensemble de la population devant converger dans l’espace central, où l’enceinte avait disparu, pour accéder aux fonctions administratives et aux commerces 3. Ce plan suscita de nombreuses critiques, en particulier d’avoir négligé le centre ancien laissé à son réseau de ruelles.

Figure 25 : Le plan d’urbanisme de Raqqa de 1963 (plan Qaas).

Figure 25 : Le plan d’urbanisme de Raqqa de 1963 (plan Qaas).

9Un autre plan fut conçu en 1969 pour la zone d’extension qui visait à donner un aspect « européanisé » à la ville et accordait la priorité à l’extension de l’habitat sur le maintien des zones de fouilles. Il prévoyait notamment des quartiers ayant chacun leur espace vert, leur centre commercial et une mosquée, ainsi qu’une zone artisanale à l’est de l’enceinte abbasside, sur des terrains agricoles possédés par les Ghoul. La partie nord-ouest de la zone d’extension rejoignait le village de Dariyya où fut construit le complexe administratif du Bassin de l’Euphrate et une série d’immeubles de 4 étages pour loger les fonctionnaires. Un nouveau plan d’urbanisme fut élaboré en 1974, qui prévoyait trois nouveaux quartiers dans la zone d’extension de la ville, nommés Amin, Nahda et Thawra. Il a été vite dépassé par l’extension de celle-ci, particulièrement dans sa partie orientale, et il fallut redessiner un nouveau plan d’aménagement en 1984.

  • 4 Au nombre desquels Maamun al-Fahham, auteur d’un article sur l’urbanisme de Raqqa en 1993 paru dans (...)

10Le plan de 1984 fut conçu par des ingénieurs de l’université de Damas 4 (fig. 26). Ce plan d’urbanisme est le premier qui prenne en compte l’extension de l’habitat illégal sur les zones réservées aux fouilles archéologiques. Il ajoute ainsi deux nouveaux “quartiers” aux zones définies par le plan de 1974 : le quartier Tichrin, localement nommé Roumeïla (“les sables”), qui s’étend au nord-est de la ville et est peuplé de déplacés du lac de barrage, et le quartier Maamun, qui inclut le village de Machlab, de sédentarisation des semi-nomades Afadla. Il définit également une nouvelle zone d’extension au-delà de celle prévue dans les plans antérieurs, gagnée sur les zones jadis inondables du fleuve et sur des terrains agricoles, et divisée en zones A (306 ha), B (202 ha) et C (625 ha). Un port de plaisance, un grand « hôtel-casino » et de vastes jardins étaient prévus pour ces nouveaux quartiers de plaisance de Raqqa transformée en ville balnéaire.

Figure 26 : Le plan d’urbanisme de Raqqa de 1984.

Figure 26 : Le plan d’urbanisme de Raqqa de 1984.

11Les deux zones d’extension A et B situées à l’ouest de la ville y sont représentées en détail. Mais le reste de la ville, et en particulier les quartiers administratifs construits dans les années 1960, n’est pas figuré. Quant à la ville ancienne de Raqqa, elle est représentée dans une bulle afin de la circonscrire. Cette loupe fait apparaître des ruelles tortueuses qui ne correspondent en rien au tissu urbain remodelé dans les années 1960. Les mots de “madina qadima” soulignent qu’il s’agit là de la vieille ville de Raqqa, or les Raqqawis n’utilisent pas ce terme, lui préfèrant celui de “balad”. Cette madina est ainsi un espace imaginaire conçu par des urbanistes damascènes, et qui n’a rien à voir avec les quartiers des Ghoul. Deux lignes de bulles achèvent de la séparer des nouvelles zones d’urbanisme. Cette madina imaginaire est ainsi renvoyée au passé, celui d’une ville ancienne confinée dans sa muraille. Raqqa est ainsi réduite à un schéma binaire ancien/nouveau.

  • 5 Etudié au chapitre 6.

12Les densités les plus fortes en 2004 sont repérables dans les quartiers centraux situés au sein de l’enceinte abbasside (Rachid 7 925 habitants, Rafiqa 8 902 hab., Mansur 8 170 hab., Mahdi 12 108 hab., Hicham Abd al-Malek 9 132 hab) (fig 27). Les zones administratives se trouvent dans le quartier d’Amin (12 673 hab.) et de Dariyya (3 080 hab.), mais aussi dans des zones d’extension appelées A et B et qui correspondent aux quartiers dénommés Furat (8 432 hab.) et Tashih (21 543 hab.). Les nouveaux quartiers administratifs de Salihia (11 893 hab.), Huria (10 388 hab.), Wahida (11 387 hab.) et Nahda (14 882 hab.) sont peuplés de classes moyennes et de commerçants. Les zones d’expansion ouest (Hittin 8 217 hab., Qadisiya 6 653 hab., Yarmouk 4 680 hab.) sont constituées autour de coopératives de logements. Enfin, les zones informelles du nord et du nord-est appartiennent désormais aux quartiers Tichrin (17 108 hab.), Battani (7 381 hab.), Thawra (5 175 hab.), Bath (11 756 hab.) et Andalous (3 145 hab.), tandis que le village de Machlab est intégré sous le nom de Maamun (10 096 hab). Au recensement 2004, une nouvelle entité statistique a été créée pour désigner le quartier développé autour des mausolées chiites, nommé Ammar ibn Yasir, du nom du Vali de la ville 5 et peuplé de 5 762 habitants.

Figure 27 : Morphologie des quartiers de Raqqa selon une carte topographique de 1989.

Figure 27 : Morphologie des quartiers de Raqqa selon une carte topographique de 1989.

Les coopératives de logement : reflets de l’idéologie baathiste au niveau de l’habitat

  • 6 En février 2002, j’ai eu l’occasion de questionner un fonctionnaire raqqawi membre d’une telle coop (...)

13Les zones A et B ont été réservées à la construction d’immeubles par les coopératives de logement (jamiyyat sakana), lesquelles ont été organisées pour permettre aux citoyens à faibles revenus d’acquérir un logement au prix du coût de la construction, l’État accordant à leurs adhérents des prêts à long terme. Les coopératives de logement sont des organismes qui réunissent au minimum trente personnes désireuses d’acquérir un logement neuf et capables d’en financer totalement la construction. Une opération de construction dure entre 5 à 10 ans, le temps que tous les adhérents aient réunis les fonds nécessaires 6. “ L’intérêt de ces coopératives est également de pouvoir contrôler les prix du marché et de la construction, puisque ce sont des entreprises du secteur public qui se chargent de réaliser leurs opérations immobilières ” (al‑Neïmi 1997, p. 251). Après quinze années de travaux, l’état d’avancement de ces zones est inégal : seule la partie orientale de la zone B, proche de la ville et de ses quartiers administratifs, a été en partie réalisée.

14L’espace entre les deux ponts (zone A) connaît une reprise de la construction après des années d’avancée lente. C’est celui qui présente l’urbanisme le plus avant-gardiste, avec de vastes espaces verts, des équipements sportifs, mais aussi un petit port de plaisance. Les bâtiments du gouvernorat sont installés autour du parc central, tandis que ceux de la municipalité sont situés en bord de fleuve. Les villas des dignitaires de l’Armée donnent sur l’emplacement du futur port de plaisance, à côté des immeubles collectifs de l’Union des paysans. Les immeubles du parti Baath sont en retrait, proches du jardin. Deux mosquées sont prévues dans le plan ainsi que trois écoles. Cet espace longe un axe de services allant de la place du Président à l’ancien pont, qui fait se succéder le nouveau centre culturel (Maison Assad pour la Culture), la nouvelle gare routière, la direction des Postes, une banque commerciale en travaux et le club sportif Nadi Rachid.

15La zone B aménagée comporte des logements réservés aux fonctionnaires de la municipalité et de différents services, tels ceux de la Trésorerie, de la Santé, des Postes, de l’usine de sucre et du Bassin de l’Euphrate. Pour le reste, elle est constituée des bâtiments coopératifs de plusieurs Unions : celles des ingénieurs, des artisans, et autres, nommées Tichrin, Rima, Rachid, Rafiqa, Chabiba, Amin. Au centre de cette zone se trouve l’Institut de formation des maîtres et enseignants et le bureau de l’administration de l’Union du logement (ittihad taawuni sakani). À la limite de cette zone s’élèvent, le long de la route de la corniche, la direction de la police et le tout nouveau centre d’informatique et d’information, dirigé par le frère d’un ancien maire, docteur d’une université soviétique.

L’expropriation des anciens Ghoul en 1979 et leur indemnisation en 2004

16Les premiers travaux d’aménagement de la ville concernèrent, au milieu des années 1960, l’élargissement des rues principales de l’ancien centre. Deux axes parallèles, de direction est-ouest furent percés, dont l’un correspondait à la rue du souk et l’autre rejoignait les deux portes est et ouest de l’enceinte abbasside (rue du 23 Février), ainsi qu’un axe méridien nommé Sayf al‑Dawla. Une gare routière fut édifiée, ainsi que le premier parc de la ville au sud de la rue du souk. La réalisation de ces travaux nécessita de nombreuses expropriations de terrains agricoles mais aussi urbains, qui ont touché essentiellement les premières familles de la ville, les Ghoul. La plupart de ces expropriations furent opérées entre 1966 et 1969, c’est-à-dire sous le gouvernement de Salah Jadid qui conduisit à un renforcement de l’application des principes socialistes, et alors que le maire était Wael Ismail. Elles ont concerné 280 hectares situés tant dans la partie nord-est de la ville que dans le quartier nord-ouest de Dariyya, expropriés selon les décret n° 1825 de 1966 et 1561 de 1969 (La première réunion spécifique de la municipalité de Raqqa, 1990, p. 38). Des difficultés furent soulevées par les propriétaires concernant le paiement des terrains expropriés par la municipalité. Celle-ci disposait d’une enveloppe globale de 10 millions de LS et indemnisait à hauteur de 3,57 LS le mètre carré de terre agricole destinée à la construction, une somme considérée par tous comme dérisoire. En 1980, ce prix d’expropriation tomba même à 1,25 LS le mètre carré, quelle qu’ait été la localisation des terrains, suscitant l’indignation des anciens propriétaires.

17En 1979, la loi n° 60 sur les expropriations fut adoptée : “La loi n° 60 prévoit le paiement d’indemnités aux propriétaires et à ceux qui peuvent fournir un acte de propriété ; essaie d’obtenir l’accord des parties concernées pour la vente des parts possédées par des individus ; et prévoit la destruction des bâtiments construits de façon illégale afin d’appliquer le plan d’aménagement en vue de l’intérêt général” (La première réunion spécifique de la municipalité de Raqqa, 1990, p. 21). Les expropriations de 1979-1980 concernèrent les zones d’extension A (entre les deux ponts) et B (nommée Sarrat Ajjaj et située dans l’ancien lit majeur du fleuve). L’application de cette loi fut effective en 1982 et 1983, et porta sur 400 hectares des zones A et B, dont 300 hectares en propriété privée. Un membre d’une famille des Akrad m’apprend avoir été exproprié de 130 donums à Thakana et de 11 donums à Sarrat Ajjaj (zone B) ; sur ce dernier lieu, l’hôpital municipal a été construit. Il regrette d’avoir été très mal indemnisé, soulignant qu’au prix du foncier actuel, il serait déjà riche s’il n’avait pas été exproprié. Les propriétaires les plus touchés ont été les chefs des Afadla, qui ont perdu environ 12 000 donums de terrains localisés à Dariyya, là où furent construits dans les années 1970, les nouveaux quartiers d’administration.

18Dans les années 1990, la municipalité de Raqqa se mit à vendre les terrains qu’elle avait expropriés et qu’elle n’avait pas construits. Les anciens propriétaires, qui avaient été indemnisés 1,25 LS le m2, furent indignés d’apprendre que la municipalité vendait ces mêmes terrains 500 LS le m2, après y avoir investi 35 LS par m2 pour les équiper en réseaux. Encore faut-il remarquer que, par rapport aux coûts du foncier urbain à Raqqa, qui tournent aujourd’hui entre 1 000 LS et 5 000 LS le m2, ces prix sont moitié moindres. C’est dans ce contexte de polémique qu’en décembre 2003 a été promulgué un décret portant sur l’indemnisation des terrains expropriés à Raqqa par la loi n° 60 de 1979. Une somme de 158 millions de livres syriennes fut affectée à la municipalité de Raqqa pour indemniser les propriétaires d’environ 5 millions de m2 (5000 donums). Le décret fixe le montant de l’indemnité à 30 LS le m2. Pourtant, les propriétaires sont très partagés. La majorité est reconnaissante pour cette rentrée d’argent inespérée vingt-cinq ans après leur expropriation. Mais tous notent que ce montant de 30 LS est dérisoire comparé aux prix du marché. Ils soulignent qu’il y a vingt-cinq ans, le m2 de terrain constructible coûtait 10 LS, soit 2 grammes d’or, mais que, en 2003, 2 grammes d’or valent 1000 LS, et qu’ils sont donc très perdants. Leur mécontentement est d’autant plus grand qu’ils sont également souvent d’anciens propriétaires des terres des fermes d’État redistribuées par lots de 30 donums. Mais ces citadins raqqawisfont profil bas car ils ont de grands intérêts financiers en jeu dans le tout nouveau secteur industriel privé qu’ils développent à la périphérie de la ville depuis 2003-2005.

Le quartier des villas

19À l’instar des villes de front pionnier, Raqqa possède son quartier luxueux, Thakana, étendu à partir des années 1970 au-delà du quartier tcherkesse. Il s’est constitué à partir de la vente aux enchères de 120 parcelles destinées à la construction de villas (Deheuwels 1979, p. 150). Elles attirèrent les familles enrichies par le développement agricole de la vallée ainsi que les grandes familles de la ville qui souhaitaient habiter un quartier résidentiel, même éloigné de l’ancien centre. Ce fut, par exemple, le cas des Chaaban du rassemblement des Akrad. À partir des années 1990, de riches Raqqawis qui avaient émigré en Arabie Saoudite au moment de la révolution baathiste, sont revenus construire à Raqqa, à Thakana plus précisément, de pompeuses villas au revêtement de pierre, avec colonnes, qu’ils occupent lors de leurs vacances d’été pour profiter de la “fraîcheur” très relative (45° en moyenne en été) de Raqqa au bord du fleuve. On compte plus d’une cinquantaine de ces belles demeures à Thakana.

20Les nouvelles villas en construction se trouvent dans la partie occidentale de la ville, mieux dotée en services, plus aérée (présence de jardins) et aux routes asphaltées. Le prix au mètre carré y varie entre 8 000 et 12 000 LS en 2003. Un appartement de standing de 200 m2 vaut, hors achat du terrain, 2 à 3 millions de livres. La structure du bâti peut être vendue de un, à un million et demi de livres, puis le propriétaire, généralement de profession libérale, paie l’habillage des pièces. Thakana est le quartier le plus recherché pour l’achat de logements privés. Suivent les quartiers du nord-ouest de la ville, près de Nahda, où le mètre carré vaut de 5 000 à 7 000 LS. Les terrains compris dans la zone B des coopératives de logement valent en moyenne 5 à 5500 LS le mètre carré. Enfin, les terrains proches de la rue Tell Abiad sont en moyenne entre 3 et 5000 LS le m2. À l’ouest de Thakana, dans la zone B, s’étend un petit quartier de villas luxueuses appartenant à des fonctionnaires et des membres de la municipalité qui ont été remerciés au début de l’année 2001 par le nouveau président, dans le cadre de son mouvement de lutte contre la corruption.


*

21À ces efforts de planification se sont ajoutés la création de vastes places publiques, de nombreux jardins et d’équipements sportifs visant à modifier la forme de Raqqa et à en faire une ville modèle de l’urbanisme baathiste.

2. Monuments et attributs de l’urbanisme baathiste

22Depuis le milieu des années 1980, la municipalité de Raqqa a entrepris de doter la ville de places de parade. C’est là le point d’aboutissement d’une planification urbaine entreprise dans les années 1960, d’abord soucieuse de la mise en place d’infrastructures sanitaires et de l’éclairage public, puis d’un zoning réservant de larges espaces à la construction de quartiers d’administration et de logements pour fonctionnaires.

Les places de parade de Raqqa

  • 7 “La grandeur des places doit être proportionnée à la population de peur qu’elles ne soient trop pet (...)

23Dans la Syrie de Hafez al‑Assad, c’est la fonction de représentation du pouvoir qui a présidé à l’aménagement des places de parade. Elles furent conçues pour permettre le rassemblement des citoyens lors des festivités politiques et des commémorations des grandes dates et des héros du Baath. Leur rôle symbolique est par essence plus immédiat que leur rôle fonctionnel. La preuve en est qu’elles sont disproportionnées par rapport à la taille de la ville et à la circulation automobile, comme c’est le cas à Raqqa 7. Six places principales ont été aménagées par les services d’urbanisme de la municipalité : le rond-point Battani (1984), les places de l’Horloge (1990), d’Octobre (1990), de Dariyya (1991), du Président Hafez al‑Assad (1993) et enfin de son fils Bassel mort en 1994 (1994). Mis à part le rond-point Battani, au nord-est de l’enceinte abbasside, elles se situent le long d’un axe méridien qui constitue la charnière entre la ville ancienne et les quartiers bâtis à partir de 1960. Leur nom les intègre dans trois champs de signification : celui du baathisme, celui de l’histoire de la ville, et celui d’une topographie locale. Elles servent avant tout à signifier le pouvoir de l’État lors des grandes manifestations publiques que sont les festivals de la culture et les fêtes politiques. Les places du Président Assad et de son fils sont autant de “ lieux-génériques ” structurant le territoire syrien, à la fois dans leur matérialité et dans leur signification symbolique d’objectivation du pouvoir étatique. Ce terme de “ lieu-générique ” désigne tout lieu dont la reproduction ubiquiste en fait “ une allégorie du groupement social qui donne corps et raison d’être à ce même territoire ” (Debarbieux 1995, p. 99). Il est vrai que cette définition n’est applicable aux places présidentielles que dans la mesure où elles constituent le lieu privilégié de la manifestation publique du pouvoir syrien lors de festivités officielles, et la clef de voûte d’un système politique plus que d’un groupement social. Mais leur omniprésence dans les villes syriennes en fait une marque distinctive du territoire national (fascicule planche 9 : la modernité de Raqqa).

Les bâtiments de l’État à Raqqa

24Les premières constructions que Raqqa vit apparaître furent des bâtiments administratifs pour les nouvelles fonctions de ce chef-lieu de gouvernorat et de centre directionnel du Projet de l’Euphrate. Elles ont été édifiées dans la partie nord-ouest de la ville, au nord de Thakana et à Dariyya. Il s’agit essentiellement de la municipalité, du bâtiment de l’administration de la ville, du palais du gouverneur, des bâtiments du parti et de ceux des différentes Unions, et enfin des centres culturels et des écoles. Ils sont pour la plupart décorés de fresques célébrant les réalisations du parti et permettant de cerner les éléments de la rhétorique baathiste à Raqqa. Ils témoignent par leur luxe, leurs proportions et leur revêtement de marbre, de la puissance de l’État et de son contrôle territorial sur la Jazîra.

25L’administration du gouvernorat (mujammaa) occupe un grand immeuble bâti au début des années 1960 ; il s’élève sur 7 étages et comprend 300 bureaux. Il se situe au nord du jardin Rachid, près du palais du gouverneur. Toutes les directions déconcentrées de la Trésorerie, des services de Travaux Publics, du Cadastre y sont installées, ainsi que le bureau du Gouverneur et de tous les fonctionnaires. Des écrivains publics sont assis à l’extérieur du bâtiment, à l’ombre des pins, pour rédiger toutes les affaires des illettrés ; enfin des papeteries équipées de photocopieuses se situent dans la rue attenante longeant le jardin, la municipalité et le bâtiment du gouvernorat. Le mujamma se prolonge par l’ancien centre culturel et par le tribunal. Un nouveau palais du gouvernorat est en travaux depuis 2002 sur la place du Président Assad, en face de la Maison Assad pour la Culture, inaugurée en 2002. Ce bâtiment a été élevé sur des terrains communautaires confisqués aux Ghoul. Il comprend un théâtre de mille places, qui fut achevé en 1998 pour le Festival de la Culture et du Patrimoine de l’Euphrate.

  • 8 Il s’étend sur 7000 m2 et comprend deux étages, à raison de 32 bureaux par étage (Raqqa dans les an (...)

26En 1968 fut bâti “le palais de la Municipalité” qui regroupe toute l’administration de la municipalité de Raqqa : le bureau du Maire, des adjoints, la salle de l’Assemblée, mais aussi les directions de l’eau, de la population, de la planification 8. À sa création en 1965, la municipalité siégeait dans l’ancien sérail ottoman, qui avait servi à l’administration municipale sous le Mandat. Or, ce bâtiment était trop exigu pour le nombre grandissant de fonctionnaires et fut jugé par ailleurs trop éloigné du bâtiment de l’administration étatique du gouvernorat. L’une des raisons de son déménagement a été, selon la brochure de la municipalité de 1995, la volonté de “renouveler tout ce qui est ancien et y mettre fin”.

27Le palais du gouverneur est le bâtiment le plus luxueux de Raqqa. Il a été construit dans les années 1970. Il s’agit de la résidence du Gouverneur, agrémentée de plusieurs piscines. Il s’élève sur trois étages et est entièrement recouvert de placages de calcaire blanc et de marbre. Son architecture est à la fois moderne, avec des fenêtres donnant sur l’extérieur, et arabe par les motifs octogonaux du bâtiment et des fenêtres. C’est l’un des bâtiments qui apparaît le plus fréquemment sur les brochures de la ville, avec la maison Assad pour la Culture.

La création de jardins comme œuvre de civilisation

  • 9 Lire à ce sujet la thèse de Gaëlle Gillot, 2002, Ces autres espaces. Les jardins publics dans les g (...)

28Raqqa a été dotée dans les années 1970 et 1980 de 13 jardins publics et espaces verts aménagés autour des monuments rénovés de la ville, en particulier le mur d’enceinte abbasside, ainsi que le long de l’axe nord-ouest/sud-est qui sépare l’ancien tissu urbain de la ville administrative nouvelle. Ce nombre est considérable pour une ville de la taille de Raqqa et pour le Moyen-Orient, où la création de tels espaces publics doit s’analyser comme une entreprise de modernisation des tissus urbains et des pratiques de sociabilité citadines, bien plus que comme une opération d’embellissement des villes 9.

29En Syrie, la création des premiers jardins débuta à Damas et Alep sous les Ottomans, mais se développa dans les autres villes durant le Mandat français. En 1923, un jardin municipal est créé à Raqqa au sud de la rue du Souk, en surplomb de la vallée de l’Euphrate. En 1969, la municipalité de Raqqa entreprend de planter des arbres dans plusieurs espaces qu’elle désigne du terme de bois (hirch) ou forêt (ghabat), afin “de préparer l’extension future de la ville et de donner de l’agrément aux Raqqawis”. Les noms de ces jardins se réfèrent à de grandes dates de l’histoire de la Syrie : les batailles de Siffin, Hittin, Maysaloun, Qadisya et la révolution baathiste du 8 mars ; à la ville abbasside de Rafiqa ; au grand poète Mutannabi ; ou à des principes de générosité. La superficie occupée par les espaces verts est passée de 43 hectares en 1970 (soit 2,3 m2 par habitant) à 185 hectares en 1995 (soit 9,6 m2 par habitant).

30Une justification historique de l’effort municipal pour aménager des jardins et arborer les rues revient comme un leitmotiv : il s’agit de restituer à la ville l’aspect d’oasis verte qui la caractérisait à l’époque abbasside. L’idée figure à plusieurs reprises dans les publications de la municipalité et les discours des ministres et gouverneurs successifs : celle selon laquelle, du temps du calife abbasside, les arbres étaient si nombreux qu’ils prodiguaient leur ombre sans interruption tout au long de la route entre Raqqa et Bagdad. L’une des premières occurrences de cette idée apparaît dans le premier livre de la municipalité, daté de 1969 :

“Les archéologues nous certifient qu’il n’est d’oasis dans le désert arabe où nos ancêtres n’aient laissé des vestiges de leur civilisation et que Raqqa et Rassafa ne sont autres que deux de ces oasis. Les historiens nous assurent également que des arbres prodiguaient de l’ombre sans interruption entre Raqqa et Bagdad, guidant la vitalité de l’homme arabe et ses activités le long de cette longue route, où il se déplaçait comme il l’entendait, où circulaient les nouvelles, où il commerçait avec d’autres sans frontière ni taxe.”(Le Ministre des Affaires urbaines et villageoises, Faiz Ismaïl,
Raqqa et sa municipalité dans les années de la Révolution
, 1969, p. 4)

La ville et la statuaire syrienne

  • 10 On ne dispose pour la Syrie que de l’étude de Lisa Weeden sur la rhétorique baathiste (Wedeen 1999) (...)

31Contrairement au mouvement contemporain d’abstraction grandissante des monuments, visant à faire participer le spectateur et le citoyen à un travail de mémoire, statues et monuments sont donnés dans toute leur figuration aux Syriens. Ils sont destinés à consacrer le régime et à l’incarner sous l’image du leader Hafez al‑Assad et de ses fils 10. Le modèle du culte de la personnalité de l’ancien président Assad est à trouver dans le voyage que ce dernier effectua en Corée du Nord, en septembre 1974. Il aurait été impressionné par la foison de portraits et de statues de Kim Il Sung dans l’espace public. Après son retour de Corée, des photographies géantes du Président Assad commencèrent à orner les bâtiments officiels des principales villes syriennes, faisant de l’espace urbain la scène privilégiée de matérialisation de l’idéologie baathiste. Ce fait est d’autant plus notoire que les villes étaient le fief des bourgeoisies sunnites qui avaient été écartées du pouvoir. De grands portraits furent accolés aux principaux bâtiments, des arcs de béton furent élevés aux entrées de villes sur les routes principales, ornés des trois mots-slogans du Baath et des trois portraits de Hafez, Bassel et Bachar.

  • 11 La cour intérieure de la citadelle, qui n’est pas directement visible, mais qui est parfois ouverte (...)

32La première statue du Président Assad fut ainsi érigée en 1984 à Damas, place des Omeyyades, devant la bibliothèque Assad. On trouve dans chaque ville la statue du président, parfois aussi celle de son fils Bassel à cheval, en “Cavalier d’or” dont la statue marque l’entrée sud de la ville de Homs. Dans les années 1990, des statues commencèrent à représenter des héros arabes : la première fut celle de Salah al‑Din, érigée devant la citadelle de Damas à l’occasion du référendum de 1991 11. Puis la Nation syrienne fut représentée par des ouvriers et des paysans en action. Ce sont des œuvres toujours figuratives, directement lisibles, et n’appelant le spectateur à aucun travail d’abstraction ou de réflexion. Un intellectuel raqqawi a relevé l’importance des symboles dans l’idéologie baathiste en qualifiant de “statuomanie” et de “nomomanie” la multiplication de la statuaire et des formules incantatoires.

Les monuments et statues de Raqqa

33À Raqqa, qui ne fut le théâtre d’aucune révolte au début des années 1980, contrairement à Hama et Alep, l’enjeu du marquage du territoire urbain fut de manifester la grandeur du régime par des constructions aux vastes proportions permises par sa qualité de ville de front pionnier dont le tissu urbain était lâche et facile à aménager. Les deux seuls monuments qui sont désignés comme tels dans les brochures municipales sont la statue du président et le monument aux morts. La place du Président ornée de sa statue est une image récurrente des publications municipales, essentielle à la symbolique du pouvoir incarné par l’ancien président. Elle s’étend sur 1350 m2 et s’organise autour d’un podium de 25 m de côté, accessible par de larges escaliers convergeant vers le piédestal d’une statue dorée de six mètres de haut, encadrée par deux oriflammes : celui de la Syrie et celui du Baath. Le président y est revêtu d’un costume occidental, enveloppé dans un manteau bédouin dont il retient un pan de la main gauche, le bras droit reposant le long du corps. Des bassins et des parterres de pelouse séparés par des bancs encerclent ce podium, illuminé la nuit sous les jets d’eau. L’ouvrage du gouvernorat Raqqa perle de l’Euphrate donne une description commentée de la statue du Président Assad : il attribue à chaque élément architectural (le cercle, l’étagement des bassins) la vertu d’exprimer l’authenticité arabe. « La statue commémorative de Hafez al‑Assad située à Raqqa est considérée comme “une authenticité arabe dont les racines plongent dans l’histoire la plus ancienne”, selon une combinaison qui allie allégeance politique et affirmation identitaire. La figure du président est enveloppée d’un manteau “arabe authentique” et la statue placée sur un socle de pierre, lui-même reposant sur un autre socle, circulaire, qui exprime “la continuité de la civilisation entre le passé remarquable et le présent glorieux”. Enfin, les bassins fabriqués de briques et de pierres qui entourent la statue s’étagent en niveaux différents, concentriques, dont le modèle est emprunté à la vieille muraille de Raqqa, “symbole de l’histoire arabe, et ce dans une continuité architecturale avec le barrage de l’Euphrate (…), symbole de la modernité” »(Raqqa perle de l’Euphrate, traduction Valter 2002, p. 186). Ainsi la figure circulaire de la ville ronde de Rafiqa, qui se traduit par la métonymie de la perle de l’Euphrate et se retrouve dans le socle de la statue du président Assad, doit-elle signifier la continuité historique entre la gloire abbasside et la modernité baathiste.

  • 12 Dans un système symbolique similaire, à Bagdad, un artiste irakien a représenté le parti Baath irak (...)

34La place fut construite pour accueillir les célébrations de la réélection de Hafez al‑Assad du 28 novembre 1991. Les photographies prises ce jour-là montrent une foule masculine compacte, silhouettes noires recouvertes du keffieh rouge des bédouins, qui s’étale sur tous les niveaux des bassins jusqu’aux pieds de la statue, et qui porte des banderoles proclamant l’amour du leader. L’image de cette foule qui semble porter le président a constitué, à son tour, le thème de la statue du président qui fut érigée à Al-Thawra. Des paysans, des ouvriers et des femmes sont gravés en bas relief sur le socle d’où n’émerge que le buste du président. On peut y lire en outre que Hafez est ainsi le “père protecteur” dont le corps sert d’abri à la Nation (Wedeen 1999, p. 27), ou que les ouvriers et les paysans sont les soutiens du président, ce qui peut être une lecture acceptable des structures du parti 12.

  • 13 Le grand astronome arabe Al‑Battani, qui a le premier calculé avec précision la latitude et la long (...)

35Raqqa compte six autres statues figurant des personnages : l’une représente des paysans, place de l’Horloge ; une deuxième l’astronome Battani13, sur une petite place située au nord-est de l’enceinte abbasside ; une autre celle du calife Haroun al‑Rachid dans son jardin, buste doré d’un mètre cinquante de haut, au turban duquel les enfant s’agrippent ; une quatrième enfin est installée devant l’ancien pont de Raqqa, la fontaine de la prêtresse de l’eau de Mari. Au nombre des personnages statufiés de Raqqa compte le grand nouvelliste Abd al‑Salam al-Ujaily, né en 1918 à Raqqa et décédé en 2006, qui fut ministre de la Culture en 1962, et qui représente encore aujourd’hui la figure intellectuelle et notabilaire majeure de la ville. Deux bustes de plâtre dorés sont exposés dans la ville, dans des espaces publics, mais fermés : la bibliothèque municipale et la salle d’exposition du musée de Taha Taha. Il disait en riant que sa nécrologie était réécrite chaque année ; et s’il se prêtait au jeu de la célébrité, c’était avec une certaine discrétion. La ville compte une dernière statue figurative publique : celle du monument dédié à Bassel al‑Assad. Placée en face de la gare de chemin de fer, elle est constituée de trois têtes de cheval hennissant vers le ciel. Les autres monuments sont abstraits. Ainsi le monument aux morts montre-t-il un livre ouvert d’où s’élève un pilier qui symbolise un « phare pour les générations futures ». Mais la place de Tichrin, dont le nom évoque à la fois la guerre d’octobre 1973 (Octobre se dit Tichrîn al‑Awwal) et le mouvement de Rectification du 16 novembre 1970 (Novembre est Tichrîn al‑Thânî), ne porte que des écriteaux où est inscrit le slogan du Baath “Liberté, Egalité, Socialisme”.

36Le rond-point Al‑Battani a été construit à l’occasion du Congrès international d’histoire et du patrimoine de Raqqa qui s’est tenu en décembre 1981. L’astronome y fut représenté debout entre deux montants décorés des symboles des douze signes zodiacaux, comme en témoignent les photographies ; il n’en reste aujourd’hui que des piliers de béton, les signes ayant été arrachés. Il est recouvert d’un placage doré, comme le président et le calife, pour marquer son importance pour la ville.

37La place de l’Horloge se situe à l’emplacement de l’ancienne forteresse arabe, à l’angle sud-ouest de l’enceinte abbasside, à l’entrée de la rue du souk et du centre-ville. Elle est ornée d’un obélisque en pierre blanche d’une quinzaine de mètres de haut, surmonté de deux statues dorées tournant le dos à la ville, faisant face au fleuve, et qui représente un couple de paysans dont l’homme dresse un flambeau de son bras droit et la femme tient un épi de blé. Ils sont si rapprochés que leur silhouette évoque la statue de la Liberté ! Quatre cadrans horaires ornent les faces de leur socle, expliquant ainsi la désignation de cette place, mais ils ne jouent par leur rôle car ils sont toujours déréglés.


*

38Les considérables investissements en terme d’infrastructures, de monuments et de mobilier urbain ne se sont concentrés que sur les quartiers centraux de Raqqa et sur ses artères principales (accès par les deux ponts depuis la Chamiyya). Ils se sont trouvés noyés dans les ceintures d’habitat informel qui se sont développées autour de la ville par l’exode rural des Chawâyâ de la vallée et des déplacés du lac de barrage.

3. L’envers du décor

39Si l’on quitte l’axe principal venu du nouveau pont de l’Euphrate, jalonné par le panorama de Raqqa, le palais du gouvernorat, la statue du Président Assad et la maison Assad pour la culture, Raqqa offre un tout autre visage. Celui d’une ville pauvre encerclée de zones informelles où le fort exode rural a conduit des milliers de villageois ainsi que leurs troupeaux. La présence de bétail dans la ville et de commerces dédiés à l’élevage lui confère un fort caractère rural. Mais ces structures commerciales sont en pleine évolution, traduisant la modernisation des modes de consommation.

Les quartiers irréguliers (mukhalafat)

40La ville de Raqqa est entièrement encerclée de zones d’habitat irrégulier (mukhalafat). Les plus anciennes se sont formées dans les années 1960 au nord et au nord-est de l’enceinte abbasside, avec l’installation de ruraux et de bédouins. Puis, au milieu des années 1970, ce fut l’arrivée des déplacés du lac de barrage, qui sont à l’origine du quartier de Roumeïla, adminis-trativement nommé Tichrin. Des terres de l’ancien lit majeur, jadis ennoyées par les eaux du fleuve en crue, ont été gagnées, depuis la construction du barrage, par un habitat spontané, constitué de maisons basses en parpaings. Elles doivent prochainement céder la place à de nouvelles coopératives de logement. A l’ouest, le village de Sbahia se trouve désormais dans l’agglomération. Ses habitants s’engagent comme manœuvres sur les chantiers de la ville.

41Ce quartier informel a bénéficié de la loi de 1988 qui impose l’établissement d’un plan d’aménagement pour les villages intégrés dans l’agglomération de Raqqa : ses rues principales ont été asphaltées et il a été raccordé aux réseaux d’eau et d’électricité. Selon un ingénieur des services techniques de la municipalité de Raqqa “au sein du système socialiste, le coût du raccordement au téléphone, à l’électricité et à l’eau est identique à travers toute la ville, même dans les zones informelles”. Chaque foyer doit payer les mêmes sommes, qu’il habite une zone irrégulière ou non : en 1991, elles s’élevaient à 5000 LS pour une ligne téléphonique, 4000 LS pour l’adduction en eau et 3000 LS pour le raccordement électrique. Le 12 juin 2000, un amendement à la loi 60 de 1979 sur l’expansion urbaine a été ratifié et adopté sous le nom de loi 26 de 2000. Cette dernière intègre les zones informelles dans les plans de développement des villes auxquelles elles sont attenantes, levant un obstacle majeur à la construction d’infrastructures de base dans ces zones, dans la mesure où elles sont désormais intégrées aux budgets municipaux. Cette loi permet également la propriété foncière et la subdivision des lots occupés. La plupart des municipalités syriennes ont étendu leurs limites municipales depuis l’an 2000, afin de pouvoir contrôler leur agglomération en expansion et limiter l’expansion de l’habitat informel. Mais, en janvier 2003, une nouvelle loi sur l’habitat informel a constitué un recul par rapport à cette décennie de projets de réhabilitation. Cette dernière exige en effet la démolition de toute construction illégale et prévoit des amendes allant de 25 000 à 500 000 livres syriennes pour tout contrevenant, passible de prison selon les cas. Depuis la promulgation de cette loi, le nombre de permis de construire a plus que doublé dans les gouvernorats syriens.

42Autre vaste quartier d’habitat informel de Raqqa, Roumeïla s’est développé par auto-construction au début des années 1970 sur un terrain accordé par la municipalité, au sud des vestiges des palais abbassides, à l’ouest des champs irrigués de la vallée du Balikh, et au nord du marché du mouton. Ses premiers habitants furent des déplacés du lac de barrage qui avaient refusé de rejoindre les villages et les fermes prévus pour eux. Il ne s’agissait initialement que de 300 familles de « submergés », soit 2 000 personnes tout au plus. Elles correspondent à 3 % des 13 117 familles délogées par le lac de barrage. Elles appartiennent toutes à la confédération des Walda et se répartissent en deux groupes : les déplacés arrivés en 1975, qui ont refusé de gagner les fermes modèles ou de rester sur les rives du lac et se sont installés dans ce secteur de Roumeïla ouvert pour eux par la municipalité de Raqqa, et les déplacés arrivés au début des années 1980, lesquels avaient accepté d’abord de gagner les villages de la ceinture arabe édifiée à la frontière turque, en pays kurde syrien, mais qui sont revenus ensuite à Raqqa, car ils pensaient y trouver de meilleures conditions de vie.

a) le quartier Roumeïla-Tichrin

43Le quartier Roumeïla a été renommé Tichrin au début des années 1980. C’est sous ce nom qu’il figure dans le recensement de 1994. Il comptait 6 831 habitants en 1981, et 27 083 habitants en 1994, sur une superficie élargie vers l’est. Selon les statistiques de la municipalité, 3656 familles habitent à Tichrin, dans 3 563 logements, dont 429 sont inhabités. Les services municipaux sont intervenus pour tracer des axes d’alignement. L’adduction en eau n’a été réalisée qu’en 1980, l’électricité en 1983. Mais le tout-à-l’égout n’est pas installé, et les eaux usées ruissellent directement dans les rues en terre. Au printemps, la boue et les égouts rendent les rues impraticables. Ce quartier connaît un problème d’affaissement des terrains, qui conduit à des fissures et des effondrements. Selon les moukhtar, la cause en est le pompage excessif de la nappe phréatique. C’est là le principal motif d’inquiétude des habitants exprimés par leurs moukhtar.

44Le quartier de Roumeïla compte de nombreux enclos d’élevage ovin, des étables où les agneaux sont engraissés en trois mois avant d’être revendus sur le marché de Raqqa. Les semi-nomades sédentarisés depuis deux générations à Raqqa et devenus des ouvriers agricoles, conservent un petit troupeau, d’une quinzaine à une cinquantaine de têtes, qui continue d’apporter un complément de revenu. L’élevage ovin est un moyen d’épargne et d’investissement d’autant plus avantageux que le prix du mouton suit l’inflation, à la différence d’une épargne bancaire. De plus, depuis l’introduction de la vaccination et sa surveillance par l’État les risques d’épizooties ont diminués (Bauer, 1990). Cette pratique subsiste même chez des salariés du Bassin de l’Euphrate. Elle est avant tout très répandu dans le village de Machlab, intégré récemment à la ville. Les chercheurs allemands de l’équipe du GDI de Berlin ont fait le calcul suivant : en estimant le revenu annuel de 500 à 1000 LS par mouton, le revenu d’un fermier qui possède 10 à 25 moutons en moyenne oscille entre 5000 et 25 000 LS, ce qui équivaut à celui de 0,3 à 1,7 ha de terres irriguées. Or en moyenne les parcelles sont de 2 à 3 hectares (Bauer, 1990, p. 63). Le revenu tiré de la vente d’un mouton équivaut ainsi à l’exploitation de deux donums de terres irriguées (3000 LS de profit par tête). Entre 25 et 50 moutons sont nécessaires pour financer la construction d’une maison de 100 000 LS, et 50 à 100 moutons pour un mariage (200 000 LS).

b) le quartier-village de Machlab

45Recensé, depuis 1981, comme un quartier de la ville, et appelé à partir de 1994 du nom de Maamoun, Machlab est un ancien village de sédentarisation des semi-nomades chawâyâ Afadla. Son nom remonte au grand-père du chef actuel, Chlach Ali al‑Machlab. Sa population est composée à 70 % de Afadla et à 15 % de Hleissat, une tribu associée aux premiers. La population de Machlab a été multipliée par trois entre 1981 et 1994, passant de 5 120 à 14 175. Ce qui est frappant quand on observe les cartes de 1960 et de 1993, c’est la conservation de la forme générale du village ; celui-ci s’est simplement densifié par division des parcelles entre les enfants mariés. Les champs des berges de l’Euphrate et du Balikh sont demeurés en culture, tandis que les parcelles portant les maisons, constituées d’enclos pour le bétail, se subdivisaient.

  • 14 Ainsi, un habitant né à Machlab en 1955, et dont le père ne possédait que 50 donums, en possèdait 1 (...)

46Le quartier ne compte qu’une seule rue asphaltée, celle qui conduit à Raqqa, et quelques maigres boutiques. Ses fonctions sont essentiellement résidentielles, mais aussi agricoles, car l’élevage ovin y occupe une place très importante. En 1997, le poète des Afadla évaluait à 53 000 têtes le troupeau possédé par les habitants de Machlab. La spéculation sert aux anciens semi-nomades moutonniers à financer l’achat de terres agricoles14. En dépit de ses activités majoritairement agricoles, et de son relatif isolement de la ville, le quartier joue un rôle important à l’échelle de l’agglomération, dans la mesure où tous les cheikhs Afadla importants y vivent, en particulier le cheikh Chlach ibn Mujhem al‑Bachir al‑Howeidi, et y ont construit leur madâfa.

La modernisation des structures commerciales de la ville

47La grande croissance démographique que connaît la ville de Raqqa et l’augmentation générale des niveaux de vie dans le gouvernorat depuis la révolution baathiste des relations de production, ont favorisé la diversification de ses structures commerciales. Le dynamisme commercial de Raqqa à l’échelle de son gouvernorat tient à deux groupes sociaux particulièrement actifs tant dans l’économie que dans la vie politique du gouvernorat, présentant des candidats aux élections législatives, en 2007 notamment : les Sakhanes (originaires de Soukhné) et les Tawadifes (originaires de Tadef, près d’Alep). De nouveaux commerçants originaires de petites villes des environs d’Alep se sont constitué de quasi-monopoles dans la vente des tissus et des légumes notamment ; de nouveaux types de commerces sont apparus parallèlement à l’enrichissement généralisé (électro-ménager, Hi-Fi) ; tandis que les anciennes fromageries bédouines (samman) se reconvertissaient en épiceries ou magasins de « nouveautés » (fascicule couleur planche 10 : la modernisation des structures commerciales).

  • 15 Je m’appuie ici sur une enquête que j’ai conduite en mars 1997 et mai 1998 auprès de 151 commerçant (...)
  • 16 Cela tient aux limites de l’échantillon : seuls le début et le milieu de la rue de Tell Abiad ont é (...)

48La structure commerciale de la ville est marquée par la prédominance des commerces alimentaires (le quart) et textiles (le tiers)15 (annexes). Les premiers regroupent épiceries, boucheries, fromageries et marchands de falafel. Sur les 151 commerçants interrogés, plus de la moitié est originaire du département d’Alep (57,8 %). Près d’un commerçant sur cinq se dit Tawadifé (originaire de Tadef), un sur six se dit d’Alep, autant d’Azaz. Même nés à Raqqa, ceux dont les parents sont nés ailleurs se présentent par rapport au village ou à la ville paternels, refusant d’être pris pour des Raqqawis. Seul le quart des commerçants interrogés se présente comme Raqqawis. Dans l’échantillon considéré, les Sakhanes ne constituent que 7 % des commerçants interrogés16.

49Les Raqqawis tiennent le commerce de l’alimentation (12 boutiques sur 35), et se diversifient dans le textile dont ils gèrent dix boutiques sur 59. Ce dernier secteur reste celui des Alépins et des Azaziens pour lesquels il constitue la moitié des boutiques, et le tiers des boutiques des Tawadifés, qui n’ont plus de monopole sur la distribution des légumes comme dans les années soixante-dix (Deheuwels 1979, p. 112). Le matériel électrique est vendu par des Raqqawis, mais les magasins de cassettes et chaînes Hi-Fi par des Alépins, qui sont également les coiffeurs de la ville. 22 des 35 magasins tenus par les Raqqawis que nous avons rencontrés ont été ouverts après 1980, et le tiers depuis dix ans. La deuxième génération des migrants se reconnaît comme raqqawie, et investit dans la ville. La quasi-totalité des marchandises provient d’Alep. Seuls deux commerçants soukhniotes s’approvisionnent en tissus auprès de grossistes damascènes qui importent de la marchandise indienne et pakistanaise (les foulards en viscose que portent les Bédouines) et coréenne (les tissus en polyester). Certains vendeurs de tissus de la rue du Souk ont des ateliers de confection à Raqqa.

50Marque de l’environnement rural de Raqqa, il est fréquent de trouver à l’entrée des commerces de tissus et de « nouveautés » - ce terme français est utilisé pour désigner les boutiques de sous-vêtements et produits de beauté, qui sont les seules, avec les bijouteries, à posséder des vitrines en verre - , des bonbonnes en plastique remplies de lait et de laban (yaourt), qui sont livrées tous les matins par des paysans. Cela est dû au fait que les nombreuses fromageries bédouines (samman), que comptaient Raqqa et qui vendaient le lait, le laban, le jebneh (fromage) et le samneh (graisse de mouton) se sont converties dans les années 1980 en magasin de « nouveautés » ou en épiceries, du fait de la diversification des modes de consommation des Raqqawis. Ces samman conservent des activités de vente de produits laitiers, tantôt du fait de relations maintenues avec les villages du gouvernorat, tantôt comme débouchés de la production de la famille élargie du propriétaire. Paradoxalement, la « modernisation » des structures commerciales de Raqqa se traduit à la fois par la disparition de nombreuses fromageries bédouines - qui se convertissent en magasins de vêtements - et par l’apparition consécutive d’activités laitières dans des magasins de tissus, ce qui est tout à fait inhabituel dans les autres grandes villes syriennes. Raqqa ne se dégage ainsi que difficilement de son caractère « rural » plus que citadin.


*

51À partir de 1963, tout un programme de planification urbaine a été développé à Raqqa : il a comporté la création de nouveaux quartiers administratifs dans la partie ouest de la ville, le tracé d’axes de circulation à l’intérieur de l’enceinte et la création de jardins destinés à donner un caractère urbain (hadârî) à la ville. Les bâtiments fonctionnels du pouvoir ont pris une taille démesurée afin d’affirmer le contrôle étatique de cette vitrine de l’urbanisme baathiste. Six places de parade furent conçues autour de l’enceinte et dans les quartiers ouest. Périodiquement, des festivités y sont organisées. Tout un ensemble de statues et de monuments symbolisent le renouveau baathiste de la ville et révèlent les idéologies territoriales qui y sont à l’œuvre. L’espace aménagé de Raqqa est conçu comme un miroir de l’idéologie baathiste de modernisation, il participe du “régime de visibilité de la politique locale, qui pousse les autorités municipales à rechercher la publicisation des actions entreprises dans tout domaine par le recours systématique à la spatialisation”(Lussault 1996, p. 106).

52Ces aménagements revêtent également une dimension politique : les anciennes familles de la ville furent expropriées de grandes superficies de terres agricoles ou de terrains urbains, tandis que des quartiers de logements coopératifs étaient construits pour les corps administratifs et les différentes Unions de la ville. Cette signification de l’espace par la matérialité de places et de monuments a été sous-tendue par la production de toute une rhétorique du renouveau de la gloire abbasside de Raqqa sous le régime baathiste.

Annexes

Tableau c : Les 153 commerces des rues du souk et de Tell Abiad étudiés à Raqqa selon leur date d’ouverture, 1997-98.

<1960

1960
1964

1965
1969

1970
1974

1975
1979

1980
1984

1985
1989

1990
1994

>1995

total

%

épicerie

7

1

4

4

1

2

5

2

26

17

boucherie

1

1

1

1

4

2,6

falafel, gâteaux

1

1

1

3

1,9

fromagerie

1

1

2

1,3

tissus

1

1

1

3

4

2

5

3

2

22

14,4

tailleur

3

1

4

2,6

« nouveautés »

1

1

3

 5

2

6

4

3

25

16,3

vêtements

1

1

2

1

1

2

8

5,2

chaussures

1

3

5

2

11

7,2

meubles

1

2

2

3

2

10

6,5

vaisselle

1

1

2

1,3

pharmacie

2

2

4

2,6

librairie

1

1

2

1,3

or

1

1

0,6

coiffeur

1

1

1

3

1,9

horlogerie

3

1

4

2,6

vidéo-cassettes

1

2

3

1,9

tuyaux

1

1

1

3

1,9

matériel électrique

1

1

2

1

5

3,3

fourniture camp.

2

1

1

1

5

3,3

laine-coton

1

1

0,6

cycles

1

1

2

1,3

graines

1

1

1

3

1,9

TOTAL

10

11

7

18

25

20

30

19

13

153

%

6,5

7,2

4,5

11,7

16,3

13

19,6

12,4

8,5

100

100

(enquête personnelle, 1997-98)

Tableau d : Répartition des 153 commerces étudiés par ville d’origine des commerçants.

Raqqa

Alep

Tadef

Azaz

Bab

Soukhné

Gouv. Alep

Gouv. Raqqa

autres

épicerie

8

2

4

1

3

3

1

1

2

boucherie

2

1

1

falafel, gâteaux

2

1

fromagerie

1

1

tissus

2

3

2

1

1

6

5

1

1

tailleur

3

1

nouveauté

5

5

6

5

2

1

1

vêtements

1

3

1

1

1

chaussures

1

4

3

3

meubles

1

1

2

4

1

1

vaisselle

1

1

pharmacie

2

1

1

librairie

1

1

or

1

coiffeur

3

horlogerie

2

2

vidéo-cassettes

3

tuyaux

2

1

matériel électriq.

3

1

fourniture camp.

3

1

2

1

laine-coton

1

cycles

2

graines

2

1

TOTAL

35

19

26

18

12

11

13

6

12

%

23

12,5

17,1

11,8

7,9

7,2

8,5

4

7,9

(enquête personnelle, 1997-98).

  

Notes

1 Voir chapitre 1.

2 On y revient dans le chapitre 5.

3 Une voie ferrée devait même longer la zone d’extension et aboutir à une gare de voyageurs située au nord de la zone administrative, à l’emplacement de l’actuelle place Naïm (Deheuwels 1979, p. 145).

4 Au nombre desquels Maamun al-Fahham, auteur d’un article sur l’urbanisme de Raqqa en 1993 paru dans le Bulletin d’Études Orientales de l’Institut Français de Damas (alFahham 1993).

5 Etudié au chapitre 6.

6 En février 2002, j’ai eu l’occasion de questionner un fonctionnaire raqqawi membre d’une telle coopérative sur le fonctionnement de ce type de structure. Quand une coopérative décide de se monter, elle doit se constituer en personnalité juridique dotée d’un bureau, préparer un plan d’architecture et déposer une demande d’autorisation de construction auprès de l’Union du logement et d’achat de terrain auprès de la municipalité. Si elle est agréée, elle a le droit d’acheter à la municipalité un terrain équipé du réseau électrique, d’égoûts et d’adduction en eau à 150 LS le m2 en 2001 (3,4 euros). Chaque appartement prévu doit verser une taxe d’habitation annuelle de 300 LS (6,8 euros) et chaque boutique de 1000 LS (22,7 euros) à la Trésorerie municipale. Dans la coopérative de mon interlocuteur fonctionnaire, chaque membre paie un droit d’adhésion de 1 200 LS (27 euros) et doit apporter en une fois la somme de 25 000 LS (568 euros). Puis il s’engage à verser 1000 LS par mois pendant le temps nécessaire à la construction des bâtiments. Un appartement de 100 m2, composé de 4 pièces, coûte au total 400 000 LS (9 090 euros). Mais comme un fonctionnaire ne gagne en moyenne que 6 000 livres syriennes mensuelles (136 euros) en 2002, s’il veut participer à une coopérative de logement, il doit s’endetter auprès de la Banque Foncière (al-masraf al-aqari), dont les taux sont de 12 %. Ce taux très élevé revient à payer son logement 560 000 LS au bout de 15 ans. Le seul avantage que tire un fonctionnaire de son statut est de pouvoir accéder à un prêt spécial d’un montant maximal de 36 000 LS (818 euros), remboursables sur trois ans au taux de 9 % ! Il est alors nécessaire pour un fonctionnaire d’avoir un autre métier l’après-midi, ou de posséder des terres agricoles dont la mise en valeur lui procure des compléments de revenus et lui permet de rembourser ses emprunts, c’est bien le cas pour mon interlocuteur.

7 “La grandeur des places doit être proportionnée à la population de peur qu’elles ne soient trop petites si beaucoup de personnes y ont affaire ; ou qu’elles paraissent trop vastes si la ville n’est pas fort peuplée”(Vitruve, Architecture, Livre 5, chapitre 1, cité par Bertrand et Litowski 1984, p 4).

8 Il s’étend sur 7000 m2 et comprend deux étages, à raison de 32 bureaux par étage (Raqqa dans les années de la Révolution, 1969).

9 Lire à ce sujet la thèse de Gaëlle Gillot, 2002, Ces autres espaces. Les jardins publics dans les grandes villes du monde arabe : politiques et pratiques au Caire, à Rabat et à Damas, Université de Tours, 550 p.

10 On ne dispose pour la Syrie que de l’étude de Lisa Weeden sur la rhétorique baathiste (Wedeen 1999). L’Irak a été beaucoup mieux étudié, entre autres par Samir al-Khalil, 1991, The Monument : Art, Vulgarity and Responsability in Iraq, Los Angeles, Berkeley) et Amatzia Baram, 1990, Culture, History & Ideology in the Formation of Baathist Iraq, 1968-1989, New York : St Martin’s Press.

11 La cour intérieure de la citadelle, qui n’est pas directement visible, mais qui est parfois ouverte au public - lors de représentations théâtrales par exemple -, est ornée du modèle original de la statue de Salah al‑Din. Ainsi de part et d’autre de l’enceinte, sont érigées deux statues posées en symétrie, qui tendent à faire du mur de la citadelle le miroir où s’inverse la ville.

12 Dans un système symbolique similaire, à Bagdad, un artiste irakien a représenté le parti Baath irakien sous la forme d’un navire portant le peuple et guidé par Saddam Hussein (Baram 1991, p. 72).

13 Le grand astronome arabe Al‑Battani, qui a le premier calculé avec précision la latitude et la longitude d’un point de la surface terrestre, aurait vécu à Raqqa de 855 à 925, et effectué dans la ville la plupart de ses calculs astronomiques.

14 Ainsi, un habitant né à Machlab en 1955, et dont le père ne possédait que 50 donums, en possèdait 120 en 1996, exploités par ses huit beaux-fils. Il a étendu son patrimoine foncier en spéculant sur les 400 têtes de bétail héritées de son père. En février 1997, il a vendu 150 têtes dont il a retiré 600 000 LS et acheté ainsi 40 donums (640 000 LS) de terres irriguées dans le projet de Bir Hachem.

15 Je m’appuie ici sur une enquête que j’ai conduite en mars 1997 et mai 1998 auprès de 151 commerçants des rues du souk et de Tell Abiad et dont les résultats sont présentés en annexe.

16 Cela tient aux limites de l’échantillon : seuls le début et le milieu de la rue de Tell Abiad ont été considérés alors que les Sakhanes tiendraient le haut de la rue.

Table des illustrations

Titre Figure 21 : Le schéma du projet d’occupation de Raqqa par l’armée française en 1922.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1317/img-1.png
Fichier image/png, 156k
Titre Figure 22 : L’extension de Raqqa en 1961.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 23 : Les étapes de croissance de Raqqa de 1873 à 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1317/img-3.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 24 : Les quartiers de Raqqa par types de regroupement de population.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1317/img-4.png
Fichier image/png, 122k
Titre Figure 25 : Le plan d’urbanisme de Raqqa de 1963 (plan Qaas).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1317/img-5.png
Fichier image/png, 245k
Titre Figure 26 : Le plan d’urbanisme de Raqqa de 1984.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1317/img-6.png
Fichier image/png, 573k
Titre Figure 27 : Morphologie des quartiers de Raqqa selon une carte topographique de 1989.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1317/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable