Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

Aménagement du territoire agricole de la ville de Pétra : la terre et l’eau

Pierre Gentelle

Résumé

À Pétra, les Nabatéens ont construit une « ville » en « nébuleuse », faite de plusieurs centres/marchés distribués aux terminaisons des routes caravanières, eux-mêmes peu éloignés d’une zone funéraire centrale. Pour faire vivre ces centres/marchés et nourrir les gardiens du lieu et les caravanes de passage, ils ont généralisé des pratiques anciennes (âge du Fer) diffusées dans le Moyen-Orient et peut-être au-delà, du Yémen antique (culture de crue) au Pakistan actuel (gabarbands). Cette technique consiste à faire construire le champ par les dépôts alluviaux de l’eau qui coule, puis à utiliser le champ pour absorber l’eau retenue derrière de petites digues. La construction de systèmes hydrauliques simples et ingénieux, nombreux et dispersés, semble devoir être surtout attribuée à l’apogée du royaume nabatéen sous Rabbel II, à la veille de l’annexion romaine.

At Petra, the Nabataeans built a sparse town, made of different centres/market places scattered at the meeting points of the caravan routes, not far from central funerary areas. To supply these centres/market places and feed the inhabitants and the caravan people, they used ancient agricultural practices (Iron Age) largely used in the Middle East, from ancient Yemen (flood derivation) to the present day Pakistan (gabarbands). This technique consists in building a field by accumulating the silts carried by the flood, and then to use the field to retain the water caught behind the embankments bordering it. The installation of numerous and scattered, simple and efficient water systems, seems to date mostly to the height of the Nabataean kingdom, under the reign of Rabbel II, just before the Roman annexation.

بنى الأنباط في البتراء « مدينة سديمية » مكونة من العديد من المراكز/الأسواق في المواقع التي تفضي إليها طرق القوافل التجارية. وكلها لاتبعد كثيراً عن منطقة جنائزية مركزية. ومن أجل أن تبقى هذه المراكز/الأسواق نشيطة ولتأمين معيشة حراس المكان والقوافل العابرة، فقد تم تعميم عادات قديمة (عصر الحديد) والمنتشرة في الشرق الأدنى وربما أبعد من ذلك، من اليمن التاريخية (زراعة الفيضانات) إلى الباكستان (غبرباند أو السدود). تعتمد هذه التقنية على إنشاء حقل من الطمي الناتج عن المياه الجارية ومن ثم استعمال الحقل من أجل امتصاص المياه المتجمعة خلف سدات صغيرة. ويبدو أن وضع هذه الأنظمة المائية البسيطة والعبقرية والمنتشرة بكثرة في كل مكان يعود إلى فترة ازدهار المملكة النبطية في عهد الملك رب إيل الثاني عشية الاحتلال الروماني.

Texte intégral

  • 1 Augé et Dentzer 1999.
  • 2 Hammond 1973 ; Lindner et al. 1980 ; Lindner 1986 ; Lindner 2005, p. 33-52.
  • 3 Glueck 1970 ; Coon 1958 ; Evenari et al.1981 ; Helms 1981.

1Les vestiges d’un aménagement à visée agricole des environs de la ville nabatéenne de Pétra sont évidents sur un territoire d’une trentaine de kilomètres du nord au sud. D’ouest en est, cela concerne une douzaine de kilomètres si on laisse de côté les aménagements sporadiques relevés sur le plateau calcaire, en direction de la steppe désertique. Cela correspond à peu de choses près à la feuille Pétra sur les minutes de la carte au 1 : 20 000 dont nous avons disposé en 1983 et aux compléments reportés par M. Gory en novembre 1986. La documentation réunie par l’auteur sur cette question l’a été au cours de plusieurs missions effectuées entre 1978 et 1986 à Pétra (merci à Jean-Marie Dentzer, directeur à l’époque de l’URA n° 20 du CNRS, et à Fawzi Zayadine). Elle a été confortée lors d’études des usages de l’eau à Iraq al-Amir en Jordanie, dans le Djebel Hauran et alentour avec Qanawat et Bosra comme base. Elle avait été précédée d’études de qanat en Iran (désert du Lut), de grands canaux antiques d’irrigation en Afghanistan du Nord-Est, de plus d’une dizaine de périmètres irrigués non actuels à Shabwa (Yémen). Elle fut suivie d’une visite dans le Negev à Avdat, d’autres études de géoarchéologie ou de géohistoire en Chine (désert du Taklamakan, puis vallée de la Wei), en Inde du Nord (Haryana et nord du Rajasthan), au Beloutchistan pakistanais, en Oman intérieur, dans plusieurs vallées du Yémen désertique. Les résultats dont il est question dans cette intervention proviennent d’une prospection allant du Siq Umm al-Alda, situé à 11 km au nord de la capitale nabatéenne, jusqu’au confluent du wâdî Sabra et du wâdî Tibn, à 9 km au sud. D’est en ouest, elle s’est étendue des terrasses agricoles du Djebel esh-Shara jusqu’au village de At-Tayaba à l’est, et jusqu’aux « jardins romains » aux abords de la dépression de l’Arabah à l’ouest. La prospection a utilisé les photographies aériennes au 1 :10 000e effectuées en 1975 par l’IGN. Elle a été reportée sur la carte au 1 : 50 000e de Pétra (sheet 3050 I) datée de 1974, qui était fondée sur des photographies aériennes antérieures prises entre 1961 et 1963. Une synthèse historique a été rendue récement accessible au grand public 1, actualisant des travaux plus anciens 2. D’autres ouvrages, antérieurs ou postérieurs, ont beaucoup fait pour notre appréciation des conditions de développement de la région dans l’Antiquité 3.

  • 4 Browning 1982 ; Oleson 1995, p. 707-719.

2Pour ce qui concerne l’eau et la terre à Pétra, le premier élément connu depuis longtemps, à part la citation de Strabon, est la toponymie, notamment Umm al-Biyara, la « mère des citernes », vaste ensemble rocheux qui domine la ville à l’Ouest. Les nombreuses traces de citernes creusées dans le grès ou le calcaire, attribuées aux Édomites, dès le milieu du premier millénaire avant notre ère et probablement antérieures, ont généralement la forme de bouteilles : un col étroit pour l’ouverture, un élargissement dans la profondeur ensuite. Mais est-ce spécifique des Édomites ou propre aux peuples qui ont à creuser un réservoir d’eau dans la roche pour la conserver longtemps, hors pollution et évaporation ? La taille courante semble être de 4 m de profondeur sur 4 m de diamètre ce qui autorise une rétention d’eau d’environ 50 m3, les citernes n’étant jamais remplies complètement. L’entrée peut se trouver soit sur un sol horizontal, soit dans une paroi verticale. Dans tous les cas, les citernes sont recouvertes au fond et sur les côtés d’un enduit-mortier imperméable destiné à combattre les pertes dues à la porosité de la roche. La rigole qui conduit l’eau jusqu’à l’ouverture est souvent précédée d’un petit bassin de décantation. Cette technique a été décrite dans de nombreux endroits du monde aride et à Pétra même 4. Diodore est souvent cité, qui donne l’exemple d’une de ces citernes d’un module d’un plèthre, soit 27 m, ce qui pourrait correspondre, si on le prenait au mot et en réduisant de 10 % la contenance, au chiffre considérable d’environ 17 000 m3. Une portée de 27 m n’est pas invraisemblable puisqu’il n’est pas besoin de la couvrir. On aura à revenir sur l’origine possible de cette technique et sur la spécificité éventuelle des habitants de la région.

3En plusieurs endroits, un réseau de canalisations relie quelques citernes entre elles. Ce fait est également bien connu. Il paraît surtout lié à une concentration d’habitats. Ces habitats ont-ils un caractère urbain ? La question reste posée. S’agit-il de tentes de transhumants, de masures en pierre ou en terre, de grottes plus ou moins aménagées, les vestiges n’en ont pas, à notre connaissance, été exhumés. Toutes situées en altitude, les citernes, accrochées ici et là sur les pentes des massifs et accompagnées de petits abreuvoirs (en bois creusé ?) destinés à de petits troupeaux d’ovins et de caprins, servaient, comme on peut le voir encore aujourd’hui en quelques endroits, à la fourniture d’eau à ces habitats. Il s’agissait très généralement de recueillir de l’eau potable. Il serait intéressant de savoir si l’on peut interpréter les interrelations entre citernes comme des traces matérielles d’un usage social de l’eau fondé sur la pluralité des habitats, donc sur la nature clanique (ou familiale élargie) du groupe qui occupait le territoire, ou au contraire sur un mode « partagé », donc urbain, entre habitats de différentes origines. Leur distribution dans l’ensemble du paysage de Pétra, caractérisé par des variations très rapides des volumes rocheux, ne fournit pas de réponse directe. Les contrastes multipliés entre massifs élevés et fonds plats des vallées encombrées de sables où s’écoulent les wâdî proposent en coupe, dans des directions bien définies, une sorte de schéma de 1 et de 0 alternés. Une vue d’avion du site naturel en dit aussi long qu’un discours. Ce schéma haché ne favorise pas les transferts d’humidité d’un bloc à l’autre hors des lignes de fracture dans le sens de la pente (fig. 1-2).

Fig. 1- Photo aérienne. Contraste entre roches fracturées et surfaces érodées. On reconnait un aménagement de champs (à gauche)

Fig. 1- Photo aérienne. Contraste entre roches fracturées et surfaces érodées. On reconnait un aménagement de champs (à gauche)

Fig. 2 - Photo aérienne. Aménagements actuels reprenant des murets anciens à l’ouest de Beidha, au lieu dit al Beqah, profondément érodé (à gauche)

Fig. 2 - Photo aérienne. Aménagements actuels reprenant des murets anciens à l’ouest de Beidha, au lieu dit al Beqah, profondément érodé (à gauche)

4L’ensemble du site de Pétra est dépourvu d’écoulements pérennes. Il faut donc faire appel à des constructions humaines pour que la vie devienne possible dans un milieu naturel où l’eau manque en surface, partout, plusieurs mois d’affilée chaque année. Le chiffrage de ce déficit donne une mesure, souvent estimée avec trop d’incertitude. En revanche, on peut parfaitement se passer des enregistrements pluviométriques pour définir la qualité du phénomène de fond : l’eau manque à Pétra, en particulier en saison chaude et sèche, quand plantes, animaux et humains en ont le plus besoin.

  • 5 Hammond 1967, p. 36-43 ; Al-Muheisen 1990a, p. 205-220 ; Al-Muheisen 1990b, p. 507-513 ; Al-Muheise (...)
  • 6 Evenari et al.1982.
  • 7 Dentzer et Zayadine 1992.

5Les vestiges d’ouvrages hydrauliques qui s’offrent au prospecteur et au géographe parlent d’une histoire humaine et invitent l’arpenteur à qualifier leurs usages (fig. 3-4). Ils permettent à eux seuls de définir la manière dont la société, nabatéenne d’abord, « romanisée » ensuite, s’y est prise pour disposer d’un bien essentiel à la vie de tous les jours. On relève des citernes, des canalisations, des ouvrages en pierre dans les défilés pour retenir les eaux pluviales, des escaliers taillés dans le roc pour accéder aux uns et aux autres, des déversoirs de citerne en citerne, des rigoles menant depuis des abris rudimentaires aux somptueux tricliniums creusés dans la roche et décorés de peintures. On découvre aussi quelques arches supportant d’étroits aqueducs pour passer d’une falaise à l’autre, sans changer de niveau5. Tous ces ouvrages minutieux et bien exécutés au pic ont un caractère commun : ils sont de petite taille. On ne peut s’empêcher de penser aux rigoles et aux petits bassins de rétention que les nomades à long rayon d’action creusent dans les terres meubles des plaines où ils établissent provisoirement leurs tentes. Tout, à Pétra, en ce qui concerne l’eau, est petit. Et, puisqu’il s’agit d’une capitale, on devrait trouver dans tout le territoire de la Nabatène des exemples nouveaux, destinés à conforter cette image ou à l’invalider. Disons-le en une phrase : pour ce qui concerne la période antérieure à la colonisation romaine, les études archéologiques confirment cette interprétation, que ce soit au Negev 6(Elusa, Avdat…), en Arabie du Nord-Ouest ou en Syrie (Bosra…). Dès que l’on trouve un aménagement de quelque ampleur et régularité, canalisation ou bassin construit, on aperçoit aussitôt la marque de l’hellénisme orientalisé d’abord, de Rome ensuite et, plus tard, celle de Byzance 7.

Fig. 3 - M. Gory devant les restes d’un muret ancien

Fig. 3 - M. Gory devant les restes d’un muret ancien

Fig. 4 - Ancienne digue ou muret de protection contre les crues d’orage

Fig. 4 - Ancienne digue ou muret de protection contre les crues d’orage

Les sources, leurs canalisations et les citernes qu’elles alimentent

  • 8 Hammond 1973.
  • 9 Oleson 1995.

6Donnons quelques mesures pour quantifier cet adjectif « petit ». La plus longue des canalisations se poursuit sur 3 km et l’on n’en compte que trois autres qui dépassent 1 000 m. Au hasard des prospections, des structures de constructions : un bassin de 32 m de long sur 1,80 m de large et 3 m de profondeur ; un bassin de 2 m à puits carré de 0,60 m de côté, alimenté par une conduite creusée dans le roc ; deux bassins de 2 500 m3 et 1080 m3. Un canal entaillé dans le roc sur 30 cm de large et 25 cm de profondeur ; une « digue aqueduc » pour franchir une diaclase sur 10 m de long, 1 m de large et 2 m de haut ; un muret de retenue des eaux pluviales long de 6 m pour 1 m de haut ; des cavités de 0,40 m de profondeur sur 0,30 m de diamètre pouvant servir d’abreuvoir pour deux ou trois bêtes ensemble ; l’une des canalisations qui longe le siq, creusée dans la roche, fait 0,40 m de large pour 0,20 m de profondeur. Plusieurs autres, de même type, sont attribuables à des époques différentes, au long de trois ou quatre siècles. Ainsi, la rigole qui franchit la porte de la tombe 70 lui est postérieure, et cette tombe a été datée du ier siècle de notre ère. L’archéologue P. Hammond 8 a trouvé des canalisations faites d’emboîtements de poterie dans le théâtre. Ces poteries étaient longues de 0,40 m pour un diamètre moyen de 0,15 m. On en a retrouvé ailleurs, certaines installées dans des berceaux creusés dans le roc et parfois masquées à la vue par des enduits. Elles appartiennent à la deuxième moitié du ier siècle, selon l’ingénieur T. H. Hayes 9, et sont donc tardives et influencées par les techniques romaines.

  • 10 Al-Muheisen 1986.

7On pourrait facilement multiplier par vingt ou par cent, ou plus encore, le nombre de ces ouvrages hy drauliques. Longueurs, profondeurs ou largeurs demeurent dans un ordre de grandeur toujours semblable, comme s’il existait une sorte de module de transport de l’eau dans la ville et dans ses alentours immédiats. Les plus grands puits citernes recueillant les eaux de pluie ont des profondeurs autour de 7 m, pour des diamètres ou des côtés de 6 m. On en a observé dans les maisons d’habitation creusées dans le roc, à proximité des tricliniums (mais ceci est valable aussi pour les tombes où se déroulaient les repas funéraires). Une des plus remarquables canalisations, décrite par Z. Al‑Muheisen 10, est le canal du Shub Qais, qui passe au pied de la falaise au Nord-Est du massif d’El Khubtah, alimente au passage plusieurs citernes de 170 m3 environ, passe derrière la tombe de Sextus Florentinus et aboutit à une grande citerne de 15 x 14 m, profonde de plusieurs mètres, pouvant contenir probablement 850 m3.

La collecte des eaux de pluie

8Des secteurs entiers du paysage de Pétra sont privés de sources. On y trouve cependant des citernes, des canalisations taillées dans le grès, des vestiges de maisons, des chemins taillés en escalier pour joindre les surfaces planes qui sont disséminées parmi les pentes raides de la roche découpée en blocs géométriques tridimensionnels. Mais, dans cette occurrence, la liaison entre citernes et canalisations se fait autrement que dans le domaine des sources. En effet, la citerne est comme un gros ventre vide destiné à être peu à peu rempli, lors des pluies, par les sortes de tentacules étalés le long des pentes, de manière à faire converger vers un creux au centre l’eau qui ruisselle. Souvent, ces pièges à eau de pluie sont isolés, comme auto‑subsistants. Mais on observe que les citernes les plus travaillées sont reliées entre elles par un système de canalisations du type « trop-plein », de manière que les citernes situées le plus haut dans la pente déversent un éventuel excès d’eau vers d’autres citernes de tailles diverses situées en contrebas. Il peut ainsi se constituer comme une sorte de maillage de la paroi (ou du versant) dans lequel des poches d’eau artificielles se remplissent au moyen d’un réseau filiforme de collecteurs, petites saignées creusées dans la pente. Alors, Diodore aurait raison d’attribuer aux origines du peuplement ce mode de captage du ruissellement.

9Si l’on exclut la ville et les tombeaux du recensement des « structures » hyrauliques pour se concentrer sur les aménagements à usage agricole, la collecte est nettement moins riche. Dans le fond du vallon, des murs et citernes enterrées à petit orifice (80 cm), dites citernes bouteilles, dans le voisinage desquelles se trouvent des sortes d’auges pour abreuver les bêtes, témoignent d’un usage pastoral. Elles sont rares cependant et ne correspondent aucunement à un maillage d’occupation du sol relativement dense par des possesseurs de petits troupeaux. Au pied du massif de at-Tughrah, un collecteur de taille plus importante (80 cm de large pour 60 cm de profondeur) a pu être suivi sur une vingtaine de mètres. De nombreuses citernes sont couvertes par le rocher lui-même. Seules les ouvertures latérales au sommet permettent de les repérer dans la paroi. Une grande citerne occupe la surface sommitale, sur 120 à 130 m2. Le massif d’al-Mesara, qui domine le confluent entre le wâdî Turkmaniyyeh et le wâdî Moussa, juste au pied du Qasr al-Bint, porte de semblables traces. Cette occupation apparemment lâche du paysage est-elle due aux destructions des siècles ou bien à une faible emprise ? La question reste posée.

Le « système » de Pétra : adductions d’eau privées et publiques

  • 11 Lindner 1982, p. 231-242 ; Lindner 1986 ; Lindner 2005, p. 33-52.

10Peut-on établir une spécificité des manières de recueillir, de conserver et d’utiliser l’eau qui soit décidément rurale ? Seules les citernes disséminées dans la campagne et les rigoles de répartition de l’eau des sources vers des jardinets et quelques champs sont indubitablement à usage rural, les citernes étant plus particulièrement réservées aux populations elles-mêmes, à proximité de leur habitat. Cela ne fait que renforcer le sentiment que toute l’agriculture des environs de Pétra présente les caractères des cultures pluviales. Les traces de champs, dont il sera question plus bas, le montrent effectivement. La pente des canaux de conduite des eaux de source est très irrégulière mais toujours très forte. On sait que Vitruve recommandait une pente régulière de 0,5 % pour les canalisations en poterie ou en maçonnerie. À Pétra, une même rigole peut avoir des tronçons très raides et d’autres moins pentus, mais la moyenne générale se situe autour de 10 %. En effet, les sources principales se trouvent vers 1400 m d’altitude et la ville à 900 m environ, le nymphée à 874 m. Pour les rigoles de collecte des eaux de pluie, qui dépassent rarement 40 m de longueur, les pentes sont moins fortes, mais dépassent largement les recommandations canoniques, au point qu’il était souvent nécessaire de construire à l’entrée de la citerne un petit muret de protection destiné à casser la vitesse du flot et à permettre le dépôt des matières transportées. Il ne s’agit donc pas d’adductions élaborées sur un modèle régulièrement établi. Toutes les études effectuées ailleurs dans l’ancien royaume mentionnent la grande simplicité des techniques hydrauliques utilisées par les Nabatéens, ainsi que leur souplesse d’utilisation 11. Il a été même observé que ces techniques se retrouvent à peu près semblables bien après la conquête romaine, indice de permanence des techniques agricoles et des modes d’utilisation du sol.

  • 12 Bennett 1966, p. 10

11Par le simple examen des vestiges hydrauliques, on voit se dessiner, quoique de manière floue, une chronologie correspondant à plusieurs manières de vivre dans le même site. Une fouille à Umm al-Biyara 12 a montré que les Édomites utilisaient déjà les citernes-bouteilles. Or, on constate que le réseau des sources et ceux de la collecte des eaux pluviales sont en tout point différents, même si parfois ils se combinent. Il faut donc envisager une double dichotomie dans la collecte de l’eau : un système privé doublé d’un système public et, dans le système privé, une répartition spatiale de l’eau. On ne peut que penser aussitôt à une répartition sociale de l’eau, fondée sur les us et coutumes familiaux ou tribaux.

  • 13 Starcky 1966, col.888-1018.
  • 14 Nehmé et Villeneuve 1999.

12Ce que l’on sait par la littérature archéologique et historique 13 des coutumes des nomades et semi-nomades nabatéens permet de faire l’hypothèse d’une occupation des différents massifs de Pétra selon des divisions claniques, divisions probablement renforcées par l’individualisation naturelle des massifs. Il est vraisemblable que chaque clan disposait à la fois de son territoire de pacage et d’habitat, usait pour lui seul des canalisations et citernes qu’il avait construites et alimentait en eau pour son usage propre le ou les lieux de culte du clan. On peut concevoir que cette organisation « décentralisée » a fonctionné pendant les premiers siècles de l’occupation nabatéenne. Lorsque Pétra devient une ville au sens hellénistique du terme 14, avec un grand axe urbain (le cardo ou allée des Colonnes), des édifices publics, des habitations et palais alignés tout au long, l’organisation privée des eaux devient largement insuffisante. C’est à la puissance publique, sans doute au début du iie siècle, qu’il faut attribuer le captage des sources lointaines, la construction des canalisations convergeant vers le centre urbain et le contrôle de l’alimentation en eau. Il est vraisemblable que les murets de protection construits en travers des ravins, dans la ville, font partie également des aménagements de protection, tout comme le dallage du siq.

L’aménagement des pentes et des ravins (fig. 5)

13Il est indispensable de distinguer cinq ensembles topo-géologiques qui correspondent à des types différents d’utilisation de l’espace, bien que l’on trouve aujourd’hui partout de jeunes bergers accompagnant des troupeaux de quelques têtes de moutons et de chèvres. Leur appréciation fine de la qualité des pâturages ainsi que celle des meilleures époques pour passer d’un ensemble végétal à l’autre se situent hors de notre propos.

Fig. 5 - Succession de murets de retenue anciens avec la terre meuble accumulée à l’amont (à gauche)

Fig. 5 - Succession de murets de retenue anciens avec la terre meuble accumulée à l’amont (à gauche)

14Le Djebel ash-Shara est une hauteur dont les sommets arrondis et les pentes calcaires, de 1750 à 1200 m environ, portent de multiples traces d’un parcellaire d’épierrage très ancien, que l’on peut rapporter, par comparaison avec ce que l’on trouve autour d’Amman ou sur les hautes terres des monts de Palestine, à l’époque édomite (âge du Fer). Aujourd’hui, ces pentes sont presque entièrement remises en culture. À leur pied apparaît un niveau de sources, dont la plus importante est celle du wâdî Moussa. Une ville du même nom, sans doute une ancienne étape caravanière, reçoit plus de la moitié de ses revenus du tourisme international, forme actuelle de la mobilité.

15Au pied du Djebel ash-Shara, de petits glacis d’accumulation, à des altitudes entre 1200 et 1000 m, appelés localement « plaines » par les habitants, sont parsemés de chicots rocheux. Ils sont en cours d’érosion. Ces glacis s’enfoncent largement entre les massifs de grès blancs de l’ordovicien ou rouges de dépôts continentaux. Ces glacis, dont on retrouve deux niveaux superposés dans la vallée du wâdî Sabra, paraissent être les vestiges de phases de remplissage et d’érosion achevées au pléistocène. Leur stratification ne paraît pas perturbée par les mouvements tectoniques. Ces glacis, pour l’essentiel, portent les cultures, aujourd’hui comme dans l’Antiquité. Les pentes sont souvent striées de petits murets de pierres sèches. Les ravineaux creusés dans les dépôts meubles portent des traces d’aménagement destinées à ralentir le ruissellement et à retenir les limons. L’exemple le plus net est celui de la al-Beqah, à un kilomètre au sud-ouest de Beidha.

16Les massifs de grès, très érodés, forment des reliefs vraiment très contrastés et constituent l’essentiel de Pétra stricto sensu. Ils se situent entre 1500 et 900 m d’altitude, à l’est des failles grandioses du Rift. Ils sont entièrement brisés par des diaclases profondes qui servent de voies de communication perchées, de cheminement pour les rigoles creusées dans le roc et aussi de défilés (siq), voies de communication au besoin équipées d’escaliers taillés dans le roc. Ces massifs sont trop abrupts pour porter autre chose que de la végétation arborée, en particulier des genévriers. Le moindre creux retenant l’eau peut servir de citerne. Le moindre espace plan porte un muret vers l’aval, qui suffit à retenir graviers et terre pour constituer l’épaisseur d’un jardinet

17Des pentes presque verticales marquent la chute de l’ensemble du relief de plus de 200 m, juste à l’ouest de Pétra. Elles constituent une formidable défense naturelle. Elles sont taillées dans les roches précambriennes exhumées par la poussée du magma dans le rift et forment comme des bourrelets sur une cicatrice. Les massifs anciens du Djebel Umm Irneh ou du Djebel Atud sont les plus inhospitaliers de la région. Les arbres n’y viennent que par exception et l’on n’y voit aucune trace de mise en valeur agricole.

18Les contreforts qui bordent la dépression de l’Arabah, passant de 700 à 200 m d’altitude environ, ainsi que les vastes éventails de débris déposés par les wâdîs, ne sauraient faire l’objet de cultures que parsemées sur les pentes les moins fortes. Sur les cônes alluviaux, aucune culture, faute de sols arables. Tous les éléments fins ont été transportés beaucoup plus bas, vers l’Arabah, à plus de 15 km du débouché des wâdîs dans la vallée. Les traces de champs qui apparaissent le long du wâdî Moussa intérieur, de part et d’autre de la ruine de Qasr am-Rattam, sont une exception.

Observations rapprochées (fig. 7-9)

Fig. 6 - Schéma de reconstitution de l’aménagement du sol de al-Beqah à Sleisel.

Fig. 6 - Schéma de reconstitution de l’aménagement du sol de al-Beqah à Sleisel.

Fig. 7 - Depuis les environs de Beidha, champs installés entre les croupes de roche dénudée. Noter l’absence d’arbres. Au fond, le djebel Haroun (avril 1983)

Fig. 7 - Depuis les environs de Beidha, champs installés entre les croupes de roche dénudée. Noter l’absence d’arbres. Au fond, le djebel Haroun (avril 1983)

Fig. 8 - Descente depuis Pétra vers le wadi Sabra. Erosion violente des anciennes terrasses quaternaires. Lambeaux de champs et murets sur les zones planes.

Fig. 8 - Descente depuis Pétra vers le wadi Sabra. Erosion violente des anciennes terrasses quaternaires. Lambeaux de champs et murets sur les zones planes.

Fig. 9 - Champs et terrasses le long du wâdî Siq Ghrab (avril 1983). La végétation du printemps embellit les fonds plats

Fig. 9 - Champs et terrasses le long du wâdî Siq Ghrab (avril 1983). La végétation du printemps embellit les fonds plats
  • 15 Gentelle 1987 ; Gentelle 2003a, p. 54-85.

19La prospection attentive de chacune de ces zones et l’examen des photographies aériennes ont permis de mettre l’accent sur quelques points particuliers, significatifs du reste 15. Dans la zone 2, le cours moyen du wâdî Siq Ghrab et de ses affluents de rive gauche, depuis la petite zone plate appelée al-Beqah, jusqu’au saut de Sleisel, montre qu’à une phase de dénudation relativement ancienne a succédé une phase d’accumulation importante, puis que cet ensemble alluvial a été repris par l’érosion avant l’installation humaine du Néolithique. En effet, le village de Beidha se trouve nettement au-dessous du niveau de l’ancienne plaine. Au cours de la prospection, un site d’outils et d’éclats de taille a été trouvé en place au bord du wâdî actuel, ce qui laisse penser que les entailles dans le sol arable datent au moins du pléistocène.

  • 16 Gentelle 1997, p. 76.

20Mais la manière dont quasiment tout l’espace des pentes a été en quelque sorte remodelé par la construction soigneuse de murets derrière lesquels la terre et l’eau s’accumulaient en un vaste escalier fait penser aux aménagements des wâdîs étudiés au Yémen, tant sur les plateaux qu’à leur débouché dans le désert 16. Un ensemble impressionnant de murets de pierre, détruits pour leur plus grande part, jalonne les anciens lambeaux de cette plaine d’accumulation. Ils ne sont certainement pas le résultat d’un aménagement actuel ou même datant des derniers siècles. Les tessons recueillis dans les champs ont été attribués, sans exception, aux époques nabatéenne et byzantine, par F. Zayadine. Dans toute la région de Pétra, à laquelle il est légitime d’extrapoler les résultats échantillonnés sur les pentes, en utilisant les photographies aériennes, on peut proposer une reconstitution hypothétique de l’utilisation du sol (fig. 6).

21Si un tel aménagement a été possible, il nous conduit à interpréter d’une nouvelle manière les vestiges mis en évidence. Dans le texte que j’ai présenté en 1987 au Centre de Biogéographie-Écologie, URA 1514 CNRS, à l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, qui reprenait ce qui avait été lu sept ans auparavant à Amman lors d’un colloque organisé par les Antiquités de Jordanie, il était écrit : « Bien que ces arguments [de datation] ne soient pas suffisants pour conclure, ils suggèrent que le premier aménagement des pentes, en cet endroit, serait dû aux Nabatéens. Aucun tesson n’a été trouvé appartenant à la période édomite (Fer II) ». Si tel était le cas, l’activité des Nabatéens serait « particulièrement intéressante pour l’histoire de l’environnement : elle est tout entière tournée vers la lutte consciente et organisée contre l’érosion » et la mise en valeur la plus complète de chaque versant dont la pente est inférieure à 20°. D’où provenait cette technique, et en quoi consiste-t-elle ?

22Elle consiste à recouvrir le versant tout entier d’une sorte de manteau continu de murets, voire de mini-barrages avec parement double de plusieurs assises de pierres et blocage intermédiaire, dont la fonction première est de ralentir ou d’arrêter le transport des terres, limons et sables, vers le bas.

23Les pentes, qui sont partout assez fortes, entre 10° et 20°, sauf dans al-Beqah où elles ne sont que de 5°, sont ainsi interrompues, aux endroits sensibles, par des murets perpendiculaires à l’écoulement des eaux. Là où existent des ravineaux, ils sont transformés eux aussi en escaliers de murets qui cassent la vitesse de l’eau et la contraignent à déposer la charge de limons ou de branches cassées. Le versant est ainsi transformé en une série de gradins inclinés, qui ne sont pas des banquettes de contour, mais au contraire des ouvrages de retenue des terres par aggradation. Le meilleur exemple est le Khor ash-Sheikh Huwaymal, dans lequel les gradins sont régulièrement espacés de 25, voire de 15 m si nécessaire. De cette manière, il est établi que les Nabatéens avaient trouvé un paysage déjà soumis à l’érosion depuis longtemps. Les murets observés ne sont posés sur la roche en place que lorsque celle-ci est déjà mise à nu. Sinon, la sorte d’escalier qu’ils forment est construit pour la plus grande part dans des alluvions anciennes déjà érodées. On peut donc dire que non seulement les constructeurs des murets ne sont pas responsables du déclenchement d’une érosion destructrice, mais qu’ils doivent, au contraire, être crédités de l’usage de techniques habiles de protection des sols et d’une conception globale de protection de l’environnement.

Chaque versant est un aménagement complet

  • 17 Gentelle 1991.

24La question posée en 1987 puis 1993 concernant les origines du savoir hydraulique des Nabatéens a été enrichie des observations qui ont pu être faites au Yémen du Sud dans différentes vallées (wâdî Dura, wâdî Surban), puis dans le Yémen réunifié (wâdî Beihan), au cours de prospections effectuées dans le cadre de la Mission archéologique française 17 (dir : J.-F. Breton). La gestion de l’eau dans la pente paraît avoir conduit, de proche en proche, les aménageurs des temps antiques à traiter chaque versant comme un ensemble dans lequel tous les éléments étaient reliés entre eux.

  • 18 Al-Muheisen et Tarrier 1996, p. 197-204.

25Cet ensemble est cohérent et entièrement dans la dépendance de la gravité. Il est donc étroitement délimité à l’amont par la ligne de crête, à l’aval par le lieu de rassemblement des eaux au bas du versant. Il comprend ainsi toutes les surfaces incluses entre ces deux lignes au flanc de la montagne. Elles doivent être traitées en bloc. C’est pourquoi les traces d’aménagement sont réparties sur toute la surface, même si certaines ont disparu avec le temps. Tel est bien l’avis également d’Al-Muheisen et Tarrier 18. Quelle a pu être l’extension possible et vraisemblable des surfaces mises en culture dans les environs de Pétra ? Une étude minutieuse des photographies aériennes dont nous disposons, qui reste à faire, permettrait de proposer des évaluations chiffrées. Leur examen pourrait être étendu au-delà des échantillons qui l’ont été, et dont le témoignage se trouve dans les figures jointes.

Le wâdî al-Jabr et le Siq Umm al-Alda

26Au Nord de Pétra, une piste facile mène au petit bassin supérieur du wâdî al-Jabr, après avoir franchi le défilé du Siq Umm el Hiran, facilement reconnaissable grâce à l’inscription peinte en lettres grecques rouges au début du quatrième siècle, qui se trouve au bas-relief d’un double obélisque (nefesh). Tout le centre du bassin, aujourd’hui colonisé par le thym et l’armoise, porte de nombreuses traces de murets et de petites retenues d’eau, sur une superficie anciennement cultivée estimée à 250 hectares. À ces vestiges, il faut ajouter ceux qui s’étendent sur les pentes du Bab al-Ba’jeh et qui paraissent avoir été destinés à des cultures arbustives. Ils font la jonction avec ceux du Raqabat Umm al-Alda, aujourd’hui très érodé, au pied de la forêt de genévriers (75 hectares), avant que le wâdî ne se jette dans les gorges profondes du wâdî Muslim. Ces traces d’une occupation agricole très rationnelle, antérieure au ve siècle, sont un élément de preuve important dans le dossier toujours ouvert des dégâts causés dans le Moyen-Orient tout entier par les prises et déprises agricoles qui ont caractérisé les époques postérieures à l’occupation nabatéenne. Les paysages ont subi de fortes dégradations attribuées, à tort ou à raison, à la généralisation de l’élevage au moment où les terres défrichées à l’abandon devenaient plus sensibles à la remise en marche de l’érosion. Il ne serait pas impossible que les effets du « petit âge glaciaire », de l’an 600 environ jusqu’en 1850, avec un pic autour des années 1400, ne se soient ajoutés à cette évolution, surtout s’il était prouvé que pendant cette période se sont combinés les effets d’un refroidissement sensible avec ceux dus à une raréfaction des pluies. De nouvelles études sont nécessaires pour mieux comprendre cette période de césure.

Le wâdî Moussa, de Pétra vers l’Arabah

27En aval de Pétra, dans le premier kilomètre, les occupants actuels des lieux ont créé de petits jardins dans le cours même du wâdî, malgré l’encaissement général du lit entre les parois de grès, puis en aval dans le porphyre. Ces jardins, alignés au pied des falaises, sont protégés des crues les moins fortes par des murets construits sur leur partie amont. Ensuite, ils se trouvent assez haut au-dessus du lit pour être épargnés par les crues violentes. Ces surfaces sont minimes, mais elles sont établies selon les mêmes principes que ceux que l’on retrouve à l’aval. Avant de parvenir, trois kilomètres plus loin, à la zone des collines de l’Arabah, le wâdî Moussa a creusé des gorges si étroites que le sentier doit s’en éloigner et longer le contact entre les porphyres et les grès, plus de 100 m au-dessus du niveau de l’eau. Le chemin est rude, superbe, à peine périlleux. Un naqb, sentier très étroit construit en sinusoïde directement dans la pente raide, mène aux ruines de maisons de Sleisel « le bas ». Il permet de rejoindre le lit du wâdî mille cinq cents mètres avant le confluent avec le wâdî Siq al-Ghurab. En moins de 4 km, le wâdî Moussa est passé de l’altitude 860 à l’altitude 580. Des vestiges de plateformes construites sur de gros blocs alignés (80 x 60 x 70 cm) précèdent les traces du naqb détruit qui venait de Sleisel « le haut », à 900 m d’altitude. La pente est presque verticale (dénivelée de 370 m). D’autres vestiges, soit en porphyre, soit en grès appareillé, révèlent un seuil de porte, des murs, des fûts de colonnes, un morceau de chapiteau. La céramique est attribuée au nabatéen tardif ou à l’époque byzantine. Juste au-dessus, une rigole aménagée dans la pente apportait l’eau à une quinzaine de parcelles très étroites (5 x 3 ou 6 x 2 m), au-dessus desquelles se trouvent des vasques aménagées dans la pente. Sur les sept kilomètres suivants, du lieu-dit Sleisel aux « jardins romains », le wâdî Moussa perd 240 m en altitude.

Les « jardins romains » (fig. 10-11)

Fig. 10 - Photo aérienne. Les « jardins romains »

Fig. 10 - Photo aérienne. Les « jardins romains »

Fig. 11 - Restes du périmètre irrigué des « jardins romains », sur les contreforts de l’Arabah

Fig. 11 - Restes du périmètre irrigué des « jardins romains », sur les contreforts de l’Arabah

Fig. 12 - Traces de champs et murets anciens au pied du djebel Kassarah, le long des wadi Bir Hweimel et wadi El Bqei. On note une forte proportion de murets hors des champs actuels, signifiant le « départ » de la terre accumulée lors des averses à la suite de l’abandon de la culture.

Fig. 12 - Traces de champs et murets anciens au pied du djebel Kassarah, le long des wadi Bir Hweimel et wadi El Bqei. On note une forte proportion de murets hors des champs actuels, signifiant le « départ » de la terre accumulée lors des averses à la suite de l’abandon de la culture.

Fig. 13 - Le wadi Ramlet ibn-Khamis, ainsi que le versant cultivé au lieu-dit El Beqah. On note la destruction sévère, probablement récente, de la partie nord du versant

Fig. 13 - Le wadi Ramlet ibn-Khamis, ainsi que le versant cultivé au lieu-dit El Beqah. On note la destruction sévère, probablement récente, de la partie nord du versant

Fig. 14 - Le wadi Musa dans l’Arabah, au pied du grand escarpement qui borde Pétra à l’ouest, au lieu-dit les « jardins romains ». Les vestiges de champs irrigués construits à partir d’un modèle de dérivation des eaux de crue, ainsi que la trace d’une conduite en partie construite en pierre, en partie entaillée dans la roche, témoignent d’une mise en valeur différente de celle des terres du haut, autour de Pétra.

Fig. 14 - Le wadi Musa dans l’Arabah, au pied du grand escarpement qui borde Pétra à l’ouest, au lieu-dit les « jardins romains ». Les vestiges de champs irrigués construits à partir d’un modèle de dérivation des eaux de crue, ainsi que la trace d’une conduite en partie construite en pierre, en partie entaillée dans la roche, témoignent d’une mise en valeur différente de celle des terres du haut, autour de Pétra.
  • 19 Gentelle 2003b.

28Dans la vallée de l’Arabah, le long du wâdî Moussa, les ruines d’un aménagement hydraulique portent le nom évocateur de « jardins romains ». Il s’agit très exactement d’un périmètre irrigué alimenté en eau par un canal de dérivation. La prise d’eau, aujourd’hui détruite, devait se situer dans les environs immédiats du Qasr am Rattam. On suit avec facilité les vestiges du canal d’amenée d’eau aux champs. Il se trouve tout au bas du versant qui borde la rive droite du wâdî. Très vraisemblablement, ce canal ne fonctionnait qu’au moment des crues de printemps, jusqu’à l’été. Comme ailleurs dans la région et jusqu’au Yémen, l’épandage des eaux boueuses chargées de limon sur des pièces de terre préparées à l’avance, bordées de petits billons vers l’aval pour retenir l’eau de la crue et ses limons, permettait la construction des champs en même temps que leur irrigation par le dépôt des éléments fins et donc cultivables en raison du changement d’allure de la pente 19. La superficie mise en culture, environ deux hectares, ne permet pas de penser à autre chose qu’à des jardins cultivés pour le Qasr voisin. Mais les techniques sont identiques à celles que l’on connaît ailleurs en Arabie, applicables à des champs bien plus vastes. Le canal principal, coupé par des partiteurs, distribue l’eau à gauche et à droite au moyen d’ouvrages hydrauliques rustiques, comme des vannes en pierres dressées occultées selon les besoins par des planches de bois. Les restes de vannes en pierre, de rigoles en terre légèrement surélevées, dessinent des champs quadrangulaires, irrigués par submersion. Ces jardins ont fonctionné jusqu’à des périodes « tardives » : la céramique ramassée en surface est nabatéenne mais surtout byzantine. On peut donc leur attribuer une durée de vie assez longue. Rien ne permet de penser, en effet, que ce petit périmètre irrigué ait fonctionné avant le début de notre ère et après le vie siècle. Six siècles sans modification majeure : bien des paysages en d’autres contrées, comme l’Europe, paraissent exempts d’une telle stabilité et, surtout, d’une telle stabilité postérieure à l’abandon.

Un fragment de géohistoire pour Pétra

  • 20 Graf 1990.
  • 21 On consultera, pour de plus amples perspectives, Lindner 1974 p. 94‑158 et Wahlin 1993.

29Il paraît tout à fait possible, de ce fait, de proposer les fragments d’un schéma de géohistoire, à propos du développement rural des environs de Pétra et de l’insertion de la ville dans ce paysage. Sur des terrasses fluviatiles pléistocènes en cours d’érosion et de creusement, les Édomites occupèrent une première fois le site, aux alentours du xe siècle. Ils bâtirent des maisons et commencèrent à épierrer les champs. Arrivés bien après, vers le iveiiie siècle avant notre ère, les Nabatéens s’installèrent sur les vestiges d’une occupation humaine qu’ils n’étaient pas sensés connaître 20, construisirent des murets en travers des pentes pour protéger leurs cultures contre la violence du ruissellement et la disparition des sols. Ils produisaient probablement des céréales pluviales, d’autres plantes et exploitaient probablement des arbres. Ils comprirent certainement avec rapidité qu’il était nécessaire de bloquer l’écoulement sur toute la longueur des petits ravins qui sillonnent les terrasses, taillant en quelques marches des sortes d’escaliers de protection. Lors de l’abandon de la culture, au moment de la crise du vie siècle qui frappa l’ensemble du Moyen-Orient, dix siècles plus tard, le dépeuplement et l’absence d’entretien déclenchèrent la destruction progressive des ouvrages d’hydraulique agricole. L’érosion actuelle, très spectaculaire dans le cas du petit wâdî al-Beqah, serait facilement maîtrisable si des agriculteurs tentaient à nouveau de s’assurer le contrôle des pentes. La perte des terres arables au cours des quinze derniers siècles ne pourrait certes être compensée, mais les techniques modernes permettraient d’en pallier les inconvénients majeurs. Ce n’est pas le cas. L’exemple du wâdî el Bqei et du wâdî Bir Huwaymal, au pied du Djebel Farasheh, est encore plus convaincant. Ici, la maîtrise de l’érosion avait été totale, sur une superficie de 100 hectares environ, pentes et ravins étant aménagés en marches d’escalier anti-ruissellement. Aujourd’hui, quelques bergers aux tentes noires parcourent le terrain avec nonchalance 21.

30Pétra comme « ville » devient de ce fait un « objet géographique » intéressant, d’autant plus que ce n’est effectivement pas une ville comme les autres ! C’est une nébuleuse de petits centres, mal hiérarchisés en apparence, situés parmi un dédale de rochers, dans un diamètre approximatif d’une vingtaine de kilomètres. Cette organisation urbaine était un point d’aboutissement et un point de redistribution original. Dans le cercle que formaient les différents nœuds urbains se retrouvaient au bout d’une longue traversée de l’Arabie ou de déserts situés aux autres orients (Negev, Syrie, Mésopotamie), des maîtres de caravanes, des mandataires de marchands, toute la piétaille nécessaire au transport de marchandises, plus les membres des tribus chargés de l’accueil des voyageurs.

31Pétra, lieu de rassemblement, ville permanente ou camp aux activités fortement saisonnières, accueillant les gens et marchandises de Damas, Charax, Gaza, Gerrha, des villes yéménites, pose un problème récurrent à ceux qui s’intéressent aux stratégies d’acquisition de l’eau. Il fallait bien nourrir les populations ambulantes et sédentaires. Pétra, dans un tel environnement, contraint qui l’étudie à évoquer toutes les questions de base dérivées de la présence ou de l’absence d’eau, en particulier à l’époque romaine, friande de bains et d’hypocaustes.

32C’est en partant des caravanes qu’il paraîtrait logique d’approcher les usages de l’eau, les aménagements agricoles et tout autant la morphologie urbaine de Pétra. Ces trois aspects sont étroitement liés. Plusieurs indications évidentes de l’existence de points de fixation, haltes en bout de piste, qui forment une sorte de constellation autour de qui deviendra l’urbs à l’époque romaine, laissent à penser que les caravanes ne pénétraient pas jusqu’au cœur de la ville, déposaient leurs charges et libéraient les animaux pour le pacage à plusieurs kilomètres du cente ville. Ces haltes sont connues depuis longtemps : le siq el Amti et son marché près de Beidha avec l’ensemble Siq Umm al-Alda, le « saut » de Sleisel et le naqb, sentier aménagé et périlleux qui descendait en zigzag vers l’Arabah sur 300 m de dénivelée ; la petite agglomération autour de Sabra, où sera construit tardivement un théâtre romain ; l’ensemble du Siq el Bared où se trouvent des chambres peintes pour les banquets, alimentées par des citernes connectées entre elles. On connaît également les pistes principales qui conduisaient à Pétra et menaient ensuite de là dans plusieurs directions, en particulier vers le bourg de Wâdî Moussa et la « route du roi » qui deviendra la via Nova Trajana.

  • 22 Bowersock 1998 ; Wahlin 1997, p. 233-249 ; LaBianca 1990.

33C’est certainement aussi au commerce caravanier que Pétra, et sans doute toute la Nabatène, doit le changement d’allure de ses habitants entre ce qu’en disent Diodore et Strabon. C’est l’afflux de richesses, donc la possibilité d’acquérir tout ce qui est bon pour eux, qui en est responsable. Et, par conséquent, les nouvelles techniques d’acquisition de l’eau aussi. Il ne faut pas renverser le processus. Les Nabatéens ne sont pas devenus riches parce qu’ils avaient appris à mieux gérer le peu d’eau qu’ils avaient. Ils ont mieux géré la rareté parce que ceux d’entre eux qui étaient des entrepreneurs caravaniers étaient devenus riches. Comme l’ont indiqué plusieurs spécialistes de la sédentarisation 22, c’est du côté des maîtres des pratiques hydrauliques bien attestées en Orient et dans le monde hellénistique que l’on devrait chercher l’origine des savoirs transférés.

Bibliographie

Al-Muheisen 1986
Z. al-Muheisen, Les techniques hydrauliques dans le Sud de la Jordanie, en particulier à l’époque nabatéene, Thèse de Doctorat de 3e cycle de l’Université de Paris I-Sorbonne, 1986.

Al-Muheisen 1990a
Z. al-Muheisen, « Maîtrise de l’eau et agriculture en Nabatène, l’exemple de Pétra », ARAM Periodical 2, 1990, 205-220.

Al-Muheisen 1990b
Z. al-Muheisen, « Exemples d’installations hydrauliques et de techniques d’irrigation dans le domaine nabatéen (Pétra) », Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué, Paris, 1990, 507-513.

Al-Muheisen 1992
Z. al-Muheisen, « Modes d’installations agricoles nabatéennes dans la région de Pétra et dans le wadi Arabah », Studies in History and Archaeology of Jordan IV, 1992, 215-219.

Al-Muheisen et Tarrier 1996
Z. al-Muheisen et D. Tarrier, « Menaces des eaux et mesures préventives à Pétra à l’époque nabatéenne », Syria 73, 1996, 197-204.

Augé et Dentzer 1999
C. Augé et J.-M. Dentzer, Pétra, la cité des caravanes, Découverte Gallimard, Paris, 1999.

Bennett 1966
C. Bennett, Bible et Terre Sainte 84 (juin 1966), 10.

Bowersock 1998
G.W. Bowersock, Roman Arabia, Harvard UP, 1998.

Dentzer et Zayadine 1992
J.-M. Dentzer et F. Zayadine, « L’espace urbain de Pétra », Studies in the History and Archaeology of Jordan IV, 1992, 233-251.

Coon 1958
C.S. Coon, Caravan : The Story of the Middle East. Revised ed., New York, 1958.

Evenariet alii 1981
M. Evenari, L. Shanan et N. Tadmor, The Negev : the Challenge of a Desert,Second ed, Cambridge, MA & London, 1981.

Helms 1981
S.W. Helms, Jawa : Lost City of the Black Desert,Ithaca, NY, 1981.

Browning 1982
I. Browning, Petra, Chatto & Windus, London, 1982.

Gentelle 1987
P. Gentelle, « A propos de géographie historique et d’archéologie du paysage », Hommage à R. Coque, École Normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, Paris, 1987.

Gentelle 1991
P. Gentelle, « Les irrigations antiques à Shabwa (Yémen) », Syria LXVIII, 1991, 5-54.

Gentelle 1997
P. Gentelle, La maîtrise de l’irrigation, Yémen, au pays de la reine de Saba’. Exposition présentée à l’Institut du Monde Arabe du 25 oct. 1997 au 28 fév. 1998, Flammarion, 1997, 76-78.

Gentelle 2003a
P. Gentelle, « Pétra, l’eau et les nomades », dans Traces d’eau, un géographe chez les archéologues, Éditions Belin, 2003, 54-85.

Gentelle 2003b
P. Gentelle, « Conception et répétition d’un modèle d’usage des crues d’orage », dans Traces d’eau : un géographe chez les archéologues, Éditions Belin, 2003, 109-141.

Glueck 1970
N. Glueck, The Other Side of the Jordan. Cambridge, MA, 1970.

Graf 1990
D.F. Graf, « The origin of the Nabateans », ARAM Periodical 2, 1990, 25-34.

Hammond 1973
P.C. Hammond, The Nabateans : their History and Culture, Gothenburg, P. Aström, 1973.

Hammond 1967
P.C. Hammond, « Desert Waterworks of the Ancient Nabateans », Natural History 76/6 (June-July), 1967, 36-43.

LaBianca 1990
O.S. LaBianca, Sedentarization and Nomadization : Food System Cycles at Hesban and Vicinity in Jordan. Berrien Springs, 1990.

Lindner 1974
M. Lindner éd., Die Geschichte der Nabatäer : Petra und das Königreich der Nabatäer : Lebensraum, Geschichte und Kultur eines arabischen Volkes der Antike, Zw. ed, München, 1974, 94-158.

Lindneret alii 1980
M. Lindner, K. Schmitt-Korte et F. Zayadine, Petra und das Königreich der Nabatäer, 3e ed., Nuremberg, 1980.

Lindner 1982
M. Lindner, « An Archaelogical Survey of the Theatre Mount and Catchwater Regulation System at Sabra, South of Petra 1980 », ADAJ 26, 1982, 231-242.

Lindner 1986
M. Lindner, Petra, neue Ausgrabungen und Entdedeckungen, München, 1986.

Lindner 2005
M. Lindner, « Water Supply and Water Management at Ancient Sabra (Jordan) », Palestine Exploration Quarterly 137/1, 2005, 33-52.

Nehmé et Villeneuve 1999
L. Nehmé et F. Villeneuve, Pétra, métropole de l’Arabie antique, Éditions du Seuil, Paris, 1999.

Oleson 1995
J.P. Oleson, « The Origins and Design of Nabatean Water Supply Systems », in ‘Amr K., Zayadine F. & Zaghloul M. (éd.), Studies in the History and Archaelogy of Jordan V, 1995, 707-719.

Starcky 1966
J. Starcky, « Pétra et la Nabatène », Supplément au dictionnaire de la Bible, 1966, 888-1018.

Wahlin 1993
L. Wahlin, Tribal Society in Northern al-Balqa’, Jordan : An Historical Geographical Survey, Stockholm University, Department of Human Geography, Kulturgeografiskt Seminarium 3/93, Stockholm, 1993.

Wahlin 1997
L. Wahlin, « The Family Cistern : 3.000 Years of Household Water Collection in Jordan », dans Sabour et Vikor éd., Ethnic Encounter and Culture Change, Bergen/London, 1997, 233-249.

Notes

1 Augé et Dentzer 1999.

2 Hammond 1973 ; Lindner et al. 1980 ; Lindner 1986 ; Lindner 2005, p. 33-52.

3 Glueck 1970 ; Coon 1958 ; Evenari et al.1981 ; Helms 1981.

4 Browning 1982 ; Oleson 1995, p. 707-719.

5 Hammond 1967, p. 36-43 ; Al-Muheisen 1990a, p. 205-220 ; Al-Muheisen 1990b, p. 507-513 ; Al-Muheisen 1992, p. 215-219.

6 Evenari et al.1982.

7 Dentzer et Zayadine 1992.

8 Hammond 1973.

9 Oleson 1995.

10 Al-Muheisen 1986.

11 Lindner 1982, p. 231-242 ; Lindner 1986 ; Lindner 2005, p. 33-52.

12 Bennett 1966, p. 10

13 Starcky 1966, col.888-1018.

14 Nehmé et Villeneuve 1999.

15 Gentelle 1987 ; Gentelle 2003a, p. 54-85.

16 Gentelle 1997, p. 76.

17 Gentelle 1991.

18 Al-Muheisen et Tarrier 1996, p. 197-204.

19 Gentelle 2003b.

20 Graf 1990.

21 On consultera, pour de plus amples perspectives, Lindner 1974 p. 94‑158 et Wahlin 1993.

22 Bowersock 1998 ; Wahlin 1997, p. 233-249 ; LaBianca 1990.

Table des illustrations

Titre Fig. 1- Photo aérienne. Contraste entre roches fracturées et surfaces érodées. On reconnait un aménagement de champs (à gauche)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-1.png
Fichier image/png, 355k
Titre Fig. 2 - Photo aérienne. Aménagements actuels reprenant des murets anciens à l’ouest de Beidha, au lieu dit al Beqah, profondément érodé (à gauche)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-2.png
Fichier image/png, 548k
Titre Fig. 3 - M. Gory devant les restes d’un muret ancien
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-3.png
Fichier image/png, 373k
Titre Fig. 4 - Ancienne digue ou muret de protection contre les crues d’orage
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-4.png
Fichier image/png, 310k
Titre Fig. 5 - Succession de murets de retenue anciens avec la terre meuble accumulée à l’amont (à gauche)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-5.png
Fichier image/png, 478k
Titre Fig. 6 - Schéma de reconstitution de l’aménagement du sol de al-Beqah à Sleisel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-6.png
Fichier image/png, 378k
Titre Fig. 7 - Depuis les environs de Beidha, champs installés entre les croupes de roche dénudée. Noter l’absence d’arbres. Au fond, le djebel Haroun (avril 1983)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-7.png
Fichier image/png, 201k
Titre Fig. 8 - Descente depuis Pétra vers le wadi Sabra. Erosion violente des anciennes terrasses quaternaires. Lambeaux de champs et murets sur les zones planes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-8.png
Fichier image/png, 333k
Titre Fig. 9 - Champs et terrasses le long du wâdî Siq Ghrab (avril 1983). La végétation du printemps embellit les fonds plats
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-9.png
Fichier image/png, 243k
Titre Fig. 10 - Photo aérienne. Les « jardins romains »
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-10.png
Fichier image/png, 469k
Titre Fig. 11 - Restes du périmètre irrigué des « jardins romains », sur les contreforts de l’Arabah
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-11.png
Fichier image/png, 161k
Titre Fig. 12 - Traces de champs et murets anciens au pied du djebel Kassarah, le long des wadi Bir Hweimel et wadi El Bqei. On note une forte proportion de murets hors des champs actuels, signifiant le « départ » de la terre accumulée lors des averses à la suite de l’abandon de la culture.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-12.png
Fichier image/png, 85k
Titre Fig. 13 - Le wadi Ramlet ibn-Khamis, ainsi que le versant cultivé au lieu-dit El Beqah. On note la destruction sévère, probablement récente, de la partie nord du versant
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-13.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 14 - Le wadi Musa dans l’Arabah, au pied du grand escarpement qui borde Pétra à l’ouest, au lieu-dit les « jardins romains ». Les vestiges de champs irrigués construits à partir d’un modèle de dérivation des eaux de crue, ainsi que la trace d’une conduite en partie construite en pierre, en partie entaillée dans la roche, témoignent d’une mise en valeur différente de celle des terres du haut, autour de Pétra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1315/img-14.png
Fichier image/png, 74k

Auteur

Pierre Gentelle

CNRS
p.gentelle@wanadoo.fr

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable