Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Deuxième partie. Raqqa de Haroun al‑Rachid à Hafez al‑Assad : géopolitique et rhétorique patrimoniales

Introduction

Texte intégral

1En 1999, une fresque panoramique de plus de quinze mètres de long fut érigée à l’entrée principale de Raqqa, au bout du nouveau pont sur l’Euphrate. Intitulée “Raqqa, de Haroun al‑Rachid à Hafez al‑Assad”, elle représente le président et le calife assis, conversant de part et d’autre du barrage et du fleuve, entourés de savants et de jeunes en uniforme. Ce monument constitue une allégorie du développement de Raqqa depuis la construction du barrage Assad. Il synthétise trente années de rhétorique étatique et municipale au sujet de Raqqa. Dans les années 1970, tandis que l’État prenait le contrôle de la vallée de l’Euphrate par la création des périmètres irrigués, des fermes modèles, et des coopératives de production, la ville de Raqqa devenait, après Al-Thawra, le deuxième plus grand chantier urbain de Syrie et le terrain d’expérimentation de projets d’urbanisme visant à en modifier l’organisation spatiale (création de zones administratives, de places de parade, de jardins, de monuments) (chapitre 4). Ces projets étaient soutenus par une rhétorique qui ancrait le renouveau urbain de la ville dans la gloire d’un passé abbasside magnifié. Cette construction rhétorique présentait la particularité de se fonder sur une image littéraire médiévale, remise à jour par les historiens locaux. Le but de la communication territoriale développée par le gouvernorat et la municipalité de Raqqa était de substituer à la mémoire récente des Raqqawis les éléments d’un âge d’or arabe qui puisse les intégrer dans la grande histoire de la Nation syrienne arabe. La construction rhétorique de Raqqa comme “perle de l’Euphrate” et “capitale arabe” s’est appuyée sur la valorisation des vestiges archéologiques attestant du passé glorieux de la ville. Tout un processus d’identification et de rénovation du patrimoine arabe de la ville a été entrepris par la municipalité. Raqqa est alors devenue exemplaire de l’instrumentalisation de la rénovation patrimoniale au service du pouvoir, ses vestiges abbassides restaurés donnant le motif d’une production discursive valorisant les deux âges d’or abbasside et baathiste (chapitre 5).

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable