Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

La gestion de l’eau à Palmyre : l’exemple de la source Efqa

Jean-Baptiste Yon

Résumé

La source Efqa a permis le développement de Palmyre et occupe donc une place centrale dans l’histoire de la ville, malgré sa position topographique excentrée. La gestion de la source à l’époque romaine combine les usages agricoles ou urbains de l’eau et ses usages religieux (gestion du sanctuaire de la source). L’ensemble de la société est concernée, notables chargés de la gestion ou simples fidèles du culte de la source, jusqu’à l’administration impériale qui contrôle l’approvisionnement en eau.

The Efqa spring has been at the root of the development of Palmyra and its position is central in the city history, though topographically marginal. During the Roman period, the administration of the spring combines the use of water for agricultural or urban purposes, as well as for religious motives (administration of the spring sanctuary). The society of Palmyra as a whole is part of the process, from the nobilities in charge of the administration to the simple devotees of the spring cult, and even the imperial authorities overseeing the water supply of the city.

لقد ساعد نبع أفقا على تطور مدينة تدمر، وبالتالي فهو يحتل موقعاً مركزياً في تاريخ المدينة، وذلك بالرغم من موقعه الطبوغرافي البعيد عن مركزها. ولقد كانت إدارة النبع في العصر الروماني توفق بين الاستعمالات الزراعية أو الحضرية للمياه واستعمالها الديني (إدارة معبد النبع). وقد كان المجتمع بأسره معنياً بذلك، من أعيان المدينة المكلفين بإدارة المياه أو المؤمنين بعبادة النبع وصولاً إلى الإدارة الإمبراطورية التي تشرف على تزويد المدينة بالمياه.

Texte intégral

1Aujourd’hui comme dans l’Antiquité, l’arrivée à Palmyre même est précédée par le spectacle de l’oasis et sa verdure, après des kilomètres de steppe aride. Ce contraste aide sans doute à bien saisir l’importance, à Palmyre, de la source Efqa qui fournit l’eau nécessaire au développement de la végétation. Or, cette source semble avoir eu également une place centrale dans l’histoire de l’installation humaine dans l’oasis. Deux systèmes coordonnés, mais indépendants, se superposent : la source est évidemment une condition nécessaire à la survie de l’oasis, mais elle occupe également une place à part, en tant que centre religieux, dans la géographie sacrée de la cité. Ce double aspect se matérialise dans certaines particularités topographiques qui s’expliquent par le rôle de l’eau, ou par le rôle du religieux (ou par les deux). Le lien du second au premier est clair, mais la fonction de ce lien dans l’histoire et la topographie de la cité est moins facile à mettre en évidence.

2Or, la place de la source Efqa est paradoxale dans la cité de Palmyre telle qu’on la connaît à l’époque romaine. En effet, malgré la centralité apparente du culte et de l’eau dans la vie de Palmyre, la source semble mal intégrée dans le nouvel urbanisme typique de l’époque romaine, alors que le sanctuaire de Bêl, lui aussi éloigné du nouveau centre, appartient sans conteste à la topographie urbaine (fig. 1). Les raisons en sont sans doute variées : peut-être la création du réseau « moderne » d’adduction d’eau pendant l’époque romaine a-t-il rendu moins importante la source en tant que telle. Si l’on se réfère à la situation contemporaine, on peut croire que son rôle était seulement d’alimenter l’oasis et les champs qui s’y trouvaient. Dans cette hypothèse, sa position en bordure de la cité était donc peu gênante. Pourtant, son importance symbolique est forte, comme le prouvent de nombreux documents.

Fig. 1 - Plan de Palmyre

Fig. 1 - Plan de Palmyre

Th. Fournet et R. Saupin

  • 1 On s’appuiera pour cela sur les inscriptions du site, sur les travaux archéologiques nombreux menés (...)

3En partant de ce paradoxe, on tentera donc ici de montrer la place topographique et symbolique de la source dans les différents systèmes de gestion de l’eau de la Palmyre romaine 1. On verra également que, dans l’épigraphie même, la source semble à mi-chemin entre ces deux domaines. Le personnel relativement nombreux qui est en relation avec la source et qui, à divers titres, en assure la gestion, sera au centre de l’étude, dans la mesure où il est un élément primordial de notre compréhension du fonctionnement de la source à l’époque romaine.

Les eaux de Palmyre

  • 2 Voir la carte géologique publiée par le Ministère de l’industrie syrien (Soulidi-Kondratiev 1966).

4Palmyre est une ville de la steppe, installée dans une zone de confins entre une chaîne montagneuse (relativement arrosée) et la steppe proprement dite. Les conditions géologiques (croisement de plusieurs couches stratigraphiques) font qu’en ce lieu se produit la résurgence de l’eau appartenant à une nappe très étendue (sans doute jusqu’à Dmeir vers le sud-ouest). La source Efqa est le lieu principal de cette résurgence par remontée naturelle depuis l’aquifère souterrain 2, ce qui permet le développement de l’oasis et de cultures (fig. 1). Pour cette raison, le site de Palmyre est particulièrement attirant sur les routes qui traversent la steppe syrienne, entre la Méditerranée et l’Euphrate.

  • 3 Du Mesnil du Buisson 1966.
  • 4 Les forages qui l’ont remplacée puisent dans la même nappe.

5Diverses prospections ont permis d’établir que la source Efqa et ses abords sont précisément le lieu des installations les plus anciennes 3. Cette même source alimentait encore l’oasis et ses jardins jusqu’à son tarissement à la fin du xxe siècle 4. Si elle est la condition même de la prospérité de la ville, l’eau fournie n’est pas directement potable. Elle est en effet sulfureuse et chaude, mais elle est buvable et a été bue jusqu’à une date relativement récente, pourvu qu’on la laisse reposer. Toutefois, en raison du débit modéré, variable selon les périodes, en raison aussi des nécessités de l’agriculture, le problème de l’alimentation en eau a dû se poser assez vite au moment où la population a crû. Dans l’ensemble de la ville, on a repéré depuis longtemps de nombreux aménagements, pas tous datables, mais certainement en usage pour une grande partie jusqu’à la période islamique. Les témoignages des voyageurs depuis le xviie siècle jusqu’à l’époque du Mandat français permettent de s’en assurer. Ces aménagements avaient rendu la source moins indispensable pour l’approvisionnement des habitants en eau potable.

  • 5 CIS 3913 (PAT 0259), l. 58 du palmyrénien, [ltš]myš ‘ynn trtn dy m[y] dy bmdyt’ d(ynr) 800 « Pour l (...)

6Dans les textes antiques, un seul témoignage clair concerne directement l’usage de l’eau, en se plaçant du point de vue administratif. Le titre du Tarif utilise un pluriel (‘ynt’ dy my’ [dy ’y]ls qysr « les sources d’eau d’Aelius César »), mais il est peut-être fait allusion à d’autres sources, hors de la ville elle-même. Plus loin, dans le texte même, deux sources apparaissent, pour l’usage desquelles chaque utilisateur doit verser 800 deniers de loyer 5. On en retiendra que cela semble impliquer que deux sources seulement existaient, dans la ville elle-même du moins, ainsi que la domination impériale qui s’y affirme. Il n’y a pas d’autres mentions de cette domination dans la documentation, on ignore donc comment elle s’exerçait pratiquement. Si l’identification d’une des sources avec Efqa s’impose, il n’en est pas de même quand il s’agit d’identifier la seconde.

  • 6 L’existence de l’article bien renseigné de D.P. Crouch (Crouch 1975) permet de ne donner ici que le (...)
  • 7 Crouch 1975, p. 155-156 ; Bounni et As’ad 1989, p. 130 : son nom de « Qanat » d’après cet ouvrage l (...)
  • 8 Zuchowska 2000 et surtout 2002 [2003], avec en particulier les fig. 1 et 2.
  • 9 BaraŃski 1997.

7Il faut pour cela faire appel au témoignage des voyageurs anciens (Wood, Cassas) ou plus récents (le géographe Carle, Starcky) 6. Une autre source sulfureuse a été repérée dans le camp de Dioclétien, mais les témoignages semblent parfois contradictoires 7. Les différents sondages pratiqués le long de la grande colonnade en plusieurs endroits permettent de comprendre la complexité du problème 8. Les canalisations qu’on y a découvertes semblent indiquer qu’une source située à l’ouest de Palmyre servait à l’approvisionnement de la ville. Faut-il voir un lien entre cette « source » et les conduites d’eau repérées à l’ouest de la vallée des tombeaux et dans cette vallée : l’article relativement récent de M. Barański sur l’aqueduc occidental de Palmyre montre que plusieurs états se succèdent, mais que tous sont sans doute postérieurs à Hadrien 9. Le texte du Tarif qui date de cette période (137 apr. J.-C.) fait donc allusion à d’autres installations, peut-être effectivement remplacées par l’aqueduc.

  • 10 Crouch 1975, p. 156-158. Cette conduite pouvait également fournir de l’eau aux thermes (voir infra)

8Comme le montre aussi un autre exemple, il existe aussi un problème de terminologie et les sources ne sont parfois que des points d’eau. Il semble ainsi qu’il a existé plusieurs sources appelées « du sérail » entre le sanctuaire de Bêl et les thermes dits de Dioclétien 10. On sait aussi qu’au milieu de la route actuelle, dans cette même zone, aboutissait une conduite d’eau construite, dans laquelle il a longtemps été possible de circuler.

  • 11 BaraŃski 1997, p. 15.
  • 12 Crouch 1975, p. 166-169.

9Dans quelques cas, on peut établir les liens de certains de ces points d’eau avec des aqueducs (aqueduc d’Abou al-Fawares à l’ouest de Palmyre) ou des foggaras (une venant du château arabe, l’autre le long de la vallée des tombeaux, sans lien avec l’aqueduc apparemment 11). La source du camp de Dioclétien appartenait peut-être à l’un de ces systèmes. Enfin, il existait encore un autre aqueduc, encore en activité récemment, semble-t-il, au nord de la ville (Biyar el-Amye) 12.

  • 13 Crouch 1975, p. 158 ; Aumüller 1987, p. 269. Voir également dans Zuchowska 2002 [2003] une référenc (...)
  • 14 As’ad et Ruprechtsberger 1987 sur les fouilles dans le secteur du Musée ; Crouch 1975, p. 158 sur l (...)

10D’autre part, dans l’agglomération actuelle, et principalement dans sa partie orientale, plusieurs puits modernes fournissent de l’eau (douce) aux habitants de la ville ; cette eau jouait-elle un rôle dans l’Antiquité 13 ? De même à l’emplacement du Musée, l’existence d’une source d’eau douce a nécessité lors de la construction du bâtiment moderne des installations spéciales. On sait que cette zone correspond au nord de la ville antique, mais elle se trouvait vraisemblablement non loin du siège de la garnison romaine. À l’époque byzantine, une nécropole est installée en ces lieux 14.

  • 15 Lachat 2005.
  • 16 Il faut renoncer à y voir l’emplacement du palais de Zénobie, qui se trouvait peut-être à proximité (...)
  • 17 Ingholt 1936, p. 109, n° 11 (Milik 1972, p. 31-32).
  • 18 Milik 1972, p. 31-32 ; Gawlikowski 1973, p. 51, 99 et 111.

11En lien avec les différentes conduites d’eau repérées ça et là, plusieurs fontaines et nymphées ont aussi été installées ; de même, dans les sanctuaires (celui de Bêl en particulier), les points d’eau sont nombreux, mais il est souvent difficile de déterminer comment se faisait l’alimentation en eau en ces endroits 15. Par ailleurs, deux établissement thermaux au moins sont bien attestés pour l’époque romaine. Les Bains dits « de Dioclétien », restaurés par Sossianus Hiéroclès vers 290, ont sans nul doute été précédés par des thermes d’époque sévérienne 16. Les nombreuses canalisations passant à proximité pouvaient les alimenter (voir supra), mais l’étude architecturale des thermes n’a pas été complètement faite. Enfin, un texte daté de 182 signale qu’une bienfaitrice donne de l’argent (2500 deniers) pour contribuer à la construction de bains d’Aglibôl et Malakbel, divinités dont le sanctuaire est appelé « Bois sacré » 17. Ce sanctuaire était sans doute situé dans la zone qui s’étend à l’est du sanctuaire de Bêl, zone où ont été découverts plusieurs documents qui le concernent 18. Si l’on accepte de considérer que ces bains se trouvaient dans le sanctuaire proprement dit, il fallait donc qu’il y ait un moyen d’y apporter de l’eau en quantité.

12Comme on le voit donc, le problème de l’eau dans la Palmyre romaine est loin de se limiter à la source Efqa. Pourtant cette dernière joue un rôle qui dépasse la simple fourniture d’eau à la ville et à son agriculture. Ces simples faits eux-mêmes sont loin d’être bien attestés et on manque de documents (hormis le texte du Tarif cité plus haut) qui renseigneraient sur l’usage fait de l’eau de la source. Même les documents archéologiques font défaut, puisque le secteur situé entre la source et la ville proprement dite n’a pas été exploré dans le détail. On ne peut donc raisonner qu’à partir de parallèles modernes, qui montrent que du moment où d’autres moyens d’approvisionnement en eau existent (surtout s’il s’agit d’eau meilleure pour la consommation humaine), l’eau d’Efqa sert presque uniquement à irriguer l’oasis et les terrains agricoles qui s’y trouvent. On ne négligera pourtant pas le rôle du bassin de la source, à l’air libre, comme « piscine » publique pour les Palmyréniens : on ignore si leurs prédécesseurs de l’Antiquité avaient les mêmes pratiques, mais cet aspect « ouvert » de la source apparaît peut-être dans la présence dans les environs d’autels dédiés au dieu anonyme par des catégories variées de la population (infra). Les gestionnaires de la source devaient sûrement en tenir compte.

Témoignages antiques sur Efqa

La fortune de Palmyre

  • 19 Cumont 1926, pl. XLIX (ici fig. 2) et L ; Prel. Rep. VII-VIII, n° 908.
  • 20 CIS 3976 (PAT 0322) (au milieu du iiie siècle) : lgd’ dy ‘yn’ brykt’ ‘b[d] b’pmlwṭn trtn bwln’ br ‘ (...)

13De nombreux éléments montrent la centralité de la source dans la vie de Palmyre. Outre le texte du Tarif à propos de l’utilisation de l’eau, les témoignages iconographiques sont révélateurs : la « Fortune » de Palmyre est représentée à Doura, en deux occurrences, sur le modèle de la Tyché d’Antioche (fig. 2) 19. De même qu’à Antioche coule l’Oronte, à Palmyre, c’est très probablement la source Efqa. La source sert donc à définir l’identité civique de Palmyre, même si cela reste sans doute superficiel, car il s’agit d’abord d’une copie des modèles en vigueur dans le monde gréco-romain. Toutefois, l’importance des fonctions liées à la source dans l’épigraphie de la ville montre que la présence de la source au pied de la « Fortune » de Palmyre ne dépendait pas seulement d’une volonté de faire comme dans la grande ville de Syrie du nord. Sans refaire ici la prosopographie des fonctionnaires chargés de la source, ceux qu’on connaît appartiennent indéniablement aux grandes familles de l’oasis, et plus que dans d’autres cas, ils rappellent leur fonction dans les inscriptions 20. Il s’agit, d’une part d’un signe de l’importance que les Palmyréniens donnaient à ces fonctions, d’autre part du reflet d’un milieu sacerdotal attaché à sa condition.

Fig. 2 - Fortunes de Palmyre et de Doura

Fig. 2 - Fortunes de Palmyre et de Doura

Cumont 1926, pl. XLIX

Iarhibôl à la source

  • 21 Selon l’interprétation actuellement la plus généralement acceptée : yarḫu en hourrite, « source ». (...)
  • 22 Starcky 1961, p. 132 (PAT 1622) [après 209 p.C.] : autel « à Iarhibôl, celui qui donne de l’eau à E (...)
  • 23 Prel. Rep. VII/VIII, p. 279-281, n° 909 = Inv Doura n° 33 (PAT 1099) : yrḥbwl ’lh’ ṭb’ mṣb’ dy ‘yn (...)
  • 24 Ailleurs en Palmyrène, il confie au dieu Abgal la souveraineté sur un site, sans qu’apparaisse cet (...)

14Par son nom même, Iarhibôl est le dieu par excellence des sources 21, mais il n’est pas toujours sûr qu’il s’agisse de la source Efqa. À Erek, à une vingtaine de km au nord-est de Palmyre, on en a une preuve par un texte du iiie siècle : Iarhibôl y est mis en rapport avec la fourniture de l’eau 22. De même, dans le temple des Gaddé de Doura, sur un relief rustique qui le représente, Iarhibôl est appelé « l’idole de la source » 23. Le dieu intervient aussi dans ce qui semble son domaine privilégié, l’eau, même s’il ne se limite pas à celui-ci 24.

  • 25 RTP 722 (PAT 2489) : tbrk ‘yn’ dh lmgbr dy ‘dr bh. Traduction PAT, p. 352 (s.v. gbr) : « May this s (...)
  • 26 Gawlikowski 1973, p. 117.

15Ces témoignages permettent de rappeler que les textes qui concernent les sources à Palmyre peuvent être trompeurs. Si la source bénie de l’inscription CIS 3976 citée supra est sans doute bien Efqa, dans d’autres cas, il y a ambiguïté, sauf si, comme à Erek, le texte est plus précis. Ainsi, une tessère porte au revers la représentation du forage d’un puits, et l’inscription appelle la bénédiction divine sur ceux qui participent à ces travaux 25. M. Gawlikowski met cet objet en relation avec les deux entrées secondaires de la source 26. C’est en effet tentant, mais il est impossible de le prouver, alors que l’existence d’autres puits et d’autres sources semble assurée. Le terme « source » est en lui-même ambigu et on a pu voir par des exemples modernes qu’on n’a pas toujours employé ce mot pour ce qui était une « source » au sens propre. En raison de leur importance pour la population de Palmyre, il apparaît certain qu’on a cherché à trouver d’autres points d’eau.

  • 27 Le dieu anonyme est sans doute un développement du culte de Baalshamin, dieu suprême, dont il parta (...)

16La prééminence du dieu de la source, Iarhibôl, dans le panthéon civique palmyrénien est à souligner. On laissera de côté ici le problème de ses rapports avec le dieu anonyme, dont la source a livré, de manière privilégiée, des témoignages du culte 27. Ce rôle public a d’ailleurs peut-être favorisé, par opposition, le développement en ce lieu du culte du dieu anonyme, qui est, par essence, un culte de type privé où apparaissent des catégories de la population qu’on ne voit pas généralement.

  • 28 hykl’ lbl wyrḥbwl : Prel. Rep. VII/VIII, p. 318-320, n° 916 = Inv Doura n° 1 (PAT 1067). La fondati (...)
  • 29 Désignation des curateurs de la source : voir les exemples cités supra (RSP 125-127).
  • 30 Ordre divin à un tribun à Doura Europos : Prel. Rep. II, p. 90-91, H3 : Θεῷ Ιαρειβωλῳ Σκρειβώνιος Μ (...)
  • 31 CIS 3919 (PAT 0265) (117 p.C.) : shd lh yrḥbwl ’lh’ brbnwt mrzḥwth dy kmry bl ; Inv X, 85 (193 p.C. (...)
  • 32 Cantineau 1936, p. 352-354 (PAT 2775) : ymh byrḥbw[l]. Voir Kaizer 2002, p. 173-174.

17Les témoignages du rôle éminent de Iarhibôl sont multiples et anciens : à Doura-Europos, le plus ancien texte daté (33 av. J.-C.), commémore la fondation d’un temple de Bêl et de Iarhibôl, preuve de la centralité de ces deux cultes dès la fin de l’époque hellénistique 28. Plus tard, à Palmyre, il désigne non seulement les curateurs de Efqa, mais il exerce sans doute aussi une fonction oraculaire, bien qu’aucun document ne permette d’en connaître les procédures (tirage au sort ?). Le dieu intervient dans la désignation des fonctionnaires de la source 29, donne des ordres à ses fidèles 30, rend témoignages aux magistrats à leur sortie de charge 31, ou bien encore intervient dans certains serments 32.

  • 33 Ainsi Gawlikowski 1990, p. 2617.

18Pour cette raison, on imagine parfois qu’il jouait un rôle dans une sorte de théophanie naturiste 33 : pourtant seul le rôle oraculaire est formellement attesté, et on peut supposer qu’il s’agissait d’une sorte de cléromancie, plutôt que d’hydromancie comme au site presque homonyme d’Afqa au Liban (Nahr Ibrahim).

Efqa dans la géographie de l’oasis

  • 34 Voir Will 1983 ; Dentzer et Saupin 1996 ; Schmidt-Colinet et As’ad 2000.
  • 35 Maqdissi 2000 sur l’âge du bronze.

19Ce lieu qui est à la base de la vie de l’oasis se trouve de manière paradoxale en lisière de l’agglomération d’époque romaine (fig. 1). Certes, les travaux d’A. Schmidt-Colinet, comme ceux d’E. Will ou J.-M. Dentzer, ont montré depuis longtemps que la ville hellénistique se trouvait au sud du wâdî 34. Néanmoins, on voit bien que la ville est tiraillée entre deux pôles : à l’est, le sanctuaire de Bêl, site du tell ancien 35 et, à l’ouest, la source Efqa. Il s’agit des deux lieux dans lesquels l’occupation est la plus anciennement attestée à Palmyre. Il est évident qu’ils sont trop éloignés l’un de l’autre pour convenir à l’extension d’une installation humaine encore modeste. Certes, rien n’empêche de penser à un tissu urbain distendu (normal pour une installation spontanée de nomades) : cela a peut-être rendu difficile l’estimation de la place exacte de la source dans la topographie de la Palmyre romaine, qui se développa justement dans la direction opposée.

  • 36 Comme le signale Aumüller 1987, p. 272, la valeur du terrain agricole fait qu’il peut être difficil (...)
  • 37 Yon 2002, p. 158-159.
  • 38 Milik 1972, p. 31-32. Voir supra. Toutefois, plusieurs inscriptions qui concernent les deux dieux o (...)

20L’exemple de la zone située à l’est et au sud du sanctuaire de Bêl peut fournir un parallèle pour comprendre l’insertion de la source Efqa dans l’urbanisme romain. Les données archéologiques sur l’extension réelle de l’oasis et des jardins à l’époque romaine manquent presque totalement. Seule la présence de la nécropole sud-est permet de tracer une limite à son extension, limite qui correspond d’ailleurs à la limite actuelle ; il en est de même dans la zone située au sud de la source, dans la direction de la nécropole sud-ouest. Les jardins étaient sans doute moins présents qu’actuellement et plusieurs grandes maisons ont été repérées. On peut toutefois penser à un certain mitage du parcellaire, avec alternance et coexistence de jardins et d’habitations 36. Certaines grandes maisons situées immédiatement à l’est du sanctuaire de Bêl ont vraisemblablement été construites justement à cet endroit parce qu’il s’agissait d’une zone encore peu urbanisée (au iie siècle) 37. Dans les environs se situait peut-être également le sanctuaire des dieux Malakbel et Aglibôl, sanctuaire appelé en grec et en araméen « bois sacré », ce qui peut renseigner sur l’aspect des lieux 38.

Aménagements et aménageurs

  • 39 Dans les années 1970, les travaux de construction de l’hôtel Méridien (l’actuel hôtel Sham) ont per (...)
  • 40 RSP 127 (PAT 1919 de 205 p.C.). Trad. RSP : [b]rbnwt ‘yn’ dy bwlḥ’ dy ’ḥd yrḥbwl ’lh’ bn’ bnyn’ dnh (...)
  • 41 RSP, p. 62.

21En ce qui concerne la zone de la source elle-même, la présence d’un sanctuaire et/ou de riches maisons à proximité est bien attestée 39, mais on ne connaît pratiquement rien sur l’urbanisme du quartier à l’époque romaine. Il est évidemment tentant de mettre les quelques constructions connues en relation avec la source, mais cela est difficile. Les textes sont assez rares et seule une inscription fait état de travaux d’aménagement. « Pendant la curatèle de la source, Bolha, qu’a choisi le dieu Iarhibôl, a bâti cette construction de la source et le mur qui est devant la piscine et le mur extérieur, et il a fait le mur de briques [- - -]. Et que soient commémorés Taimaa, fils de [- - -] Taimaa Belyada et Hairan, fils de Moqimu Malku, que s’est choisi ce même Bolha, le chef de la source » 40. Dans le détail, la signification de l’inscription est loin d’être claire, en particulier lorsqu’on la compare à la topographie actuelle des lieux (fig. 3 et 4) : une galerie souterraine aboutit à une piscine encaissée qui servait de bains. Un escalier creusé dans le rocher, à l’est, permet de descendre vers les eaux. En face, dans une paroi (ouest) à pic sont creusées plusieurs grottes de petites dimensions, où ont été découverts des autels. On peut supposer que la piscine du texte (en fait « la maison de la citerne ou du bassin », bt gb’) correspond au bassin connu actuellement, mais il n’y a plus trace des constructions faites à cette occasion. M. Gawlikowski estimait que « les travaux exécutés par Bôlḥâ consistaient donc en l’aménagement d’un réservoir à la sortie de la source (bt gb’), entouré de trois murs : le barrage devant et deux murs sur les côtés » 41. On peut aussi supposer que le mur « extérieur » se trouvait en haut des marches et servait de mur de temenos à la source. Il s’agit là encore de conjectures.

Fig. 3 - Bassin de la source Efqa vu depuis le nord

Fig. 3 - Bassin de la source Efqa vu depuis le nord

Photo J.-B. Yon

Fig. 4 - Bassin de la source Efqa vu depuis le sud

Fig. 4 - Bassin de la source Efqa vu depuis le sud

Photo J.-B. Yon

  • 42 Le sanctuaire était complété, dans la source même, par un bétyle (le mṣb’ de l’inscription de Doura (...)
  • 43 Voir les doutes de Gawlikowski 1973, p. 117 sur cette identification.

22Outre les constructions situées à l’est (sous l’hôtel), on sait aussi que la partie de la colline qui surplombe la source avait, elle aussi, été aménagée dans l’Antiquité. R. du Mesnil du Buisson distingue deux sanctuaires : celui de la source, mentionné dans l’inscription citée supra 42 ; hors de la source, au-dessus de la route actuelle (vers l’ouest donc), plusieurs autels et une petite cella (encore reconnaissable en plan ?) correspondraient à un autre sanctuaire, dédié au dieu anonyme 43.

23L’insertion de la source dans son environnement, c’est-à-dire la topographie antique des lieux, est difficile à restituer, en l’absence de tout vestige d’éventuels aménagements directement à l’ouest et à l’est de la source (hôtel et route moderne).

24Comme on le voit bien, le problème fondamental est l’impossibilité de faire coïncider textes et restes archéologiques, ainsi que de donner des datations pour les vestiges retrouvés. On est seulement un peu mieux renseigné sur les commanditaires de certaines opérations et sur les gestionnaires de la source. Toutefois, la gestion en elle-même n’apparaît pratiquement pas dans notre documentation. Les travaux menés depuis 2003 dans ce secteur et en cours de publication ont donc aussi eu pour but de mettre en évidence le rôle des aménagements humains dans la source, pour permettre par exemple de différencier ce qui était naturel et ce qui était humain.

25D’ores et déjà, l’importance des aménagements, particulièrement à l’intérieur même de la source, la présence d’au moins un autre accès (connu depuis longtemps), font qu’on peut conclure que, dès l’Antiquité, on a tenté de maximiser aussi bien le débit de l’eau fournie par la source que les possibilités pour les visiteurs d’accéder à l’eau (aménagements de canaux, de bassins, creusements ou agrandissements de galeries, …).

  • 44 Voir Bounni et As’ad 1989, p. 129.
  • 45 CIS 3998 et 4003 (PAT 0344 et 0349) : textes bilingues, mais l’araméen est mal conservé et de peu d (...)
  • 46 CIS 4058 (PAT 0404) (une paralytique ?) ; Ingholt 1936, p. 99 (PAT 0065) (une aveugle ?) ; Inv XI, (...)
  • 47 Des textes cités aux notes précédentes, seul CIS 4003 semble provenir de la source ou de ses enviro (...)

26Il est à ce propos tentant de mettre en relation ces aménagements avec de possibles bains rituels : on sait qu’encore récemment la source servait à soigner diverses affections 44. Pour l’Antiquité, le bilan n’est pas très riche. Seuls quelques textes, dédicaces au dieu anonyme, sont peut-être plus précis. Parmi eux, on compte trois inscriptions grecques ou bilingues (grec-araméen) à Zeus très haut et secourable (Διὶ ὑψίστῳ καὶ ἐπηκόῳ) qui emploient la formule ὑπὲρ ὑγείας (« pour la santé de ») 45 ; trois inscriptions araméennes donneraient des détails sur d’éventuelles guérisons 46. Quoi qu’il en soit, la fréquence des dédicaces « pour le salut » (ὑπὲρ σωτηρίας) et « pour la vie » (‘l ḥ̣yy) pourrait être un autre élément allant dans ce sens : l’intervention divine semble souvent avoir pour objet la guérison, mais les documents sont très imprécis. La vie des Palmyréniens pouvait être remplie de danger, et les occasions de remercier la divinité devaient être légion. La provenance de ces autels votifs n’est pas toujours assurée, et il est probable que certains d’entre eux proviennent des environs de la source, sans qu’on puisse pour autant conclure à un lien entre la source et des guérisons 47.

Conclusion

  • 48 Mais on a vu qu’aucune trace d’un lien entre la source et les réseaux urbains n’est attestée.
  • 49 Ce point a été souligné dernièrement par Kaizer 2002, p. 148, n. 419.
  • 50 CIS 4064 et 4065 (PAT 0410-0411) : « afkal de l’idole de la source » (‘bd ’mlk ’pkl[’ dy] mṣb ‘yn’ (...)
  • 51 Voir Yon 2002, p. 38 ; pour l’inscription du tombeau, Milik 1972, p. 250.
  • 52 Yon 2002, p. 40-43. La situation change seulement à la fin du iiie siècle.
  • 53 Yon 2002, p. 163-164.

27Ces différentes données indiquent donc que la gestion de la source se place sur plusieurs niveaux : la gestion de l’eau et de ses usages agricoles ou urbains 48 ; la gestion du sanctuaire de source, avec ses éventuelles dépendances et annexes dans les environs ; enfin, de manière plus incertaine, la gestion d’un sanctuaire où l’on se rendait peut-être pour être guéri. Les différents personnages chargés de la source n’apparaissent pas dans la documentation comme des prêtres 49 : ils sont appelés « épimélètes » (ἐπιμελητὴ͂ς) ou « chefs de la source » (rb ‘yn) et s’occupent de l’organisation et du fonctionnement de la source. Ils sont choisis par le dieu Iarhibôl, dieu de la source, pour laquelle quelques prêtres sont connus : ceux-ci portent le titre d’afkal (’pkl’), mot d’origine akkadienne, relativement rare à Palmyre 50. On aurait tort pourtant de considérer que les épimélètes de la source ne jouent pas de rôle proprement religieux, et on peut utiliser à ce sujet un argument prosopographique. Bôlanos, épimélète en 162, a sans doute été également symposiarque et chef des prêtres de Bêl, d’après une inscription de son tombeau de famille 51. Or, on ne possède aucun exemple de prêtre palmyrénien qui aurait exercé des fonctions civiques (magistratures) 52. Il est donc très tentant de considérer la gestion de la source, comme une fonction qui appartenait peut-être à une sorte de cursus honorum dans le domaine religieux. On a bien l’impression que les travaux qui ont lieu en avril 205, quel que soit leur signification exacte sur le terrain, correspondent à l’aménagement d’un sanctuaire : c’est pour cette raison qu’on les commémore par cette inscription. Comme souvent à Palmyre, seuls les bienfaits effectués en faveur des sanctuaires méritent qu’on en fasse mention et seul, ou presque, l’évergétisme « religieux » apparaît dans notre documentation 53.

28Pourtant, ce contrôle religieux sur la source, un des principaux points d’approvisionnement en eau de Palmyre, était en quelque sorte tempéré par le contrôle des autorités impériales, par l’intermédiaire des taxes frappant l’usage de l’eau. On soulignera d’ailleurs qu’aucun texte de nature religieuse ne fait état, à la source Efqa, d’un quelconque usage de l’eau. Celui-ci n’est évidemment pas à exclure, mais il n’est jamais clairement exprimé.

29On ne reviendra pas sur l’importance d’une source dans un environnement naturel tel que celui de Palmyre, mais on soulignera que, dans cette zone, toute la société, dans toutes ses catégories, semble partie prenante. Les notables sont les mieux représentés, mais la présence, en grand nombre, d’autels au dieu anonyme (quels que soient ses rapports avec Iarhibôl) est le signe que des catégories de la population qui n’apparaissent pas ailleurs dans la cité, trouvaient leur place près de la source, dans ce qui était sans doute une zone sacrée, même si les délimitations précises (ou même l’existence ?) du sanctuaire restent mal connues. De même, les textes ne sont pas explicites sur les activités pratiquées auprès de la source et on ne peut donc faire que des conjectures, y compris sur les différentes catégories qui avaient véritablement accès aux bassins aménagés à l’intérieur de la grotte elle-même, qui comprend plusieurs centaines de mètres de galeries.

30La question de la gestion de l’eau ne représente donc qu’un aspect du problème : les documents qui concernent la source Efqa renseignent d’une part sur la gestion d’un lieu public central dans la vie de la cité, mais aussi sur la gestion d’un sanctuaire, avec ce que cela implique, et sans qu’on puisse distinguer les deux aspects, autrement que de manière théorique.

Bibliographie

Abréviations

CIS : Corpus inscriptionum semiticarum (éd. J.-B. Chabot). Pars secunda. Tomus III : Inscriptiones palmyrenae, Paris (1926-1947).

Inv : Inventaire des Inscriptions de Palmyre (Cantineau J. (1930-1936), I-IX ; Starcky J. (1949), X ; Teixidor J. (1965), XI ; Bounni A. et Teixidor J. (1975), XII), Beyrouth puis Damas.

Inv Doura : Mesnil du Buisson R. du, Inventaire des inscriptions palmyréniennes de Doura-Europos, Paris (1939).

PAT : Hillers D.R. et Cussini E., Palmyrene Aramaic Texts, Baltimore (1996).

Prel. Rep. : Excavations at Dura-Europos, Preliminary Reports (8 vol. ), New Haven (1929-1952).

RSP : Gawlikowski M., Recueil d’inscriptions palmyréniennes provenant des fouilles syriennes et polonaises récentes. Extrait des mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 16, Paris (1974).

RTP : Ingholt H., Seyrig H. et Starcky J., Recueil des tessères de Palmyre, BAH 58 (1955).

Aggoula 1979
B. Aggoula, « Remarques sur l’Inventaire des Inscriptions de Palmyre, fasc. XI et XII », Semitica 29, 1979, p. 109-118.

As’ad et Ruprechtsberger 1987
Kh. As’ad et E. M. Ruprechtsberger, « Palmyra im spätantiker, oströmischer (byzantinischer) und frühislamischer Zeit », Palmyra, Geschichte, Kunst und Kultur der syrischen Oasenstadt (éd. E. M. Ruprechtsberger), Linzer archäologische Forschungen 16, Linz, 1987, p. 137-148.

Aumüller 1987
P. Aumüller, « Palmyra Heute – Eine Siedlungsgeographische Betrachtung », Palmyra, Geschichte, Kunst und Kultur der syrischen Oasenstadt (éd. E.M. Ruprechtsberger), Linzer archäologische Forschungen 16, Linz, 1987, p. 268-274.

BaraŃski 1997
M. Barański, « Western Aqueduct in Palmyra », Studia Palmyreńskie 10, 1997, p. 7-17.

Bounni et As’ad 1989
A. Bouni et Kh. As’ad, Palmyre. Histoire, monuments et musée, 3e éd., Damas, 1989.

Cantineau 1936
J. Cantineau, « Tadmorea (2) », Syria 17, 1936, p. 267-282 et 346‑355.

Crouch 1975
D. P. Crouch, « The water-system of Palmyra », Studia Palmyreńskie 6-7, 1975, p. 151-186.

Cumont 1926
F. Cumont, Fouilles de Doura-Europos (2 vol. ), BAH 9, Paris, 1926.

Dentzer et Saupin 1996
J.‑M. Dentzer et R. Saupin, « L’espace urbain à Palmyre : remarques sur des photographies aériennes anciennes », Palmyra and the Silk Road, AAAS 42, 1996, p. 297-318.

Dijkstra 1995
Kl. Dijkstra, Life and Loyalty. A Study in the Socio-Religious Culture of Syria and Mesopotamia in the Graeco-Roman Period based on Epigraphical Evidence, Religions in the Graeco-Roman World 128, Leyde–New York–Cologne, 1995.

Du Mesnil du Buisson 1966
R. du Mesnil du Buisson, « Première campagne de fouilles à Palmyre », CRAI, 1966, p. 158-187.

Gawlikowski 1973
M. Gawlikowski, Le temple palmyrénien, Palmyre VI, Varsovie, 1973.

Gawlikowski 1990
M. Gawlikowski, « Les dieux de Palmyre », ANRW II 18 (4), 1990, p. 2605-2658.

Gawlikowski et As’ad 1997
M. Gawlikowski et Kh. As’ad, « Inscriptions de Palmyre nouvelles et revisitées », Studia Palmyreńskie 10, 1997, p. 23-38.

Ingholt 1932
H. Ingholt, « Deux inscriptions bilingues de Palmyre », Syria 13, 1932, p. 278-292.

Ingholt 1936
H. Ingholt, « Inscriptions and Sculptures from Palmyra I », Berytus 3, 1936, p. 38-128.

Kaizer 2002
T. Kaizer, The Religious Life of Palmyra, Oriens et Occidens 4, Stuttgart, 2002.

Lachat 2005
Cl. Lachat, « L’eau dans les sanctuaires du Proche-Orient antique », Mémoire de Master 2 (sous la direction de J.‑Ch. Moretti), Université Lyon-II, 2005.

Maqdissi 2000
M. Maqdissi, « Notes sur les sondages réalisés par Robert du Mesnil du Buisson dans la cour du sanctuaire de Bêl à Palmyre. Annexe. Première campagne 1965. Deuxième campagne 1967 », Syria 77, 2000, p. 137-158.

Matthews 1984
J. T. Matthews, « The Tax Law of Palmyra: Evidence for Economic History in a City of the Roman East », JRS 74, 1984, p. 157-180.

Milik 1972
J. T. Milik, Dédicaces faites par des dieux (Palmyre, Hatra, Tyr) et des thiases sémitiques à l’époque romaine. Recherches d’épigraphie proche-orientale I, BAH 92, Paris, 1972.

Parlasca 1996
Kl. Parlasca, « Funde figürlicher Stuckdekorationen auf dem Gelände des Hotel Meridien in Palmyra », Palmyra and the Silk Road, AAAS 42, 1996, p. 291-296.

Schlumberger 1951
D. Schlumberger, La Palmyrène du nord-ouest. Villages et lieux de culte de l’époque impériale. recherches archéologiques sur la mise en valeur d’une région du désert par les Palmyréniens. Suivi du recueil des inscriptions sémitiques de cette région par H. Ingholt et J. Starcky, avec une contribution de G. Ryckmans, BAH 49, Paris, 1951.

Schmidt-Colinet et As’ad 2000
A. Schmidt-Colinet et Kh. As’ad, « Zur Urbanistik des hellenistischen Palmyra. Ein Vorbericht », DaM 12, 2000, p. 61-93.

Soulidi-Kondratiev 1966.
E. D. Soulidi-Kondratiev (éd.), The Geological Map of Syria, Sheet I-37-XV (Tudmor), Explanatory Notes, Damas, 1966.

Starcky 1961
J. Starcky, « Deux inscriptions palmyréniennes », MUSJ 38, 1961, p. 121-139.

Will 1983
E. Will, « Le développement urbain de Palmyre : témoignages épigraphiques anciens et nouveaux », Syria 60, 1983, p. 69-81 ( = Will 1995, p. 511-523).

Will 1995
E. Will, De L’Euphrate au Rhin. Aspects de l’hellénisation et de la romanisation du Proche-Orient, BAH 135, Beyrouth, 1995.

Yon 2002
J.-B. Yon, Les notables de Palmyre, BAH 163, Beyrouth, 2002.

Yon 2004 [2005]
J.-B. Yon, « Un ordre divin à Byblos. Dédicace sur un trône de pierre », BAAL 8, 2004 [2005], p. 315-321.

Zuchowska 2000
M. Zuchowska, « Quelques remarques sur la grande colonnade à Palmyre », La ville en Syrie et ses territoires : héritages et mutations. Bulletin d’Études Orientales 52, 2000, p. 187‑193.

Zuchowska 2002 [2003]
M. Zuchowska, « Test Trench in the Street of the Great Colonnade »,
Polish Archaeology in the Mediterranean XIV. Reports 2002, 2002 [2003], p. 291-294.

Notes

1 On s’appuiera pour cela sur les inscriptions du site, sur les travaux archéologiques nombreux menés à Palmyre depuis le xviie siècle, ainsi que sur les travaux menés plus spécifiquement à la source même depuis 2003 : mission composée de J. Seigne et J.-B. Yon (avec la collaboration de Cl. Lachat en 2004) pour la partie française, de W. As’ad pour la partie syrienne. L’étude ici présentée a largement bénéficié des nombreuses discussions que j’ai eues avec J. Seigne à propos de la source, de ses aménagements, et plus généralement de l’eau à Palmyre. Le rapport final sur les travaux et sur la source est en cours de préparation.

2 Voir la carte géologique publiée par le Ministère de l’industrie syrien (Soulidi-Kondratiev 1966).

3 Du Mesnil du Buisson 1966.

4 Les forages qui l’ont remplacée puisent dans la même nappe.

5 CIS 3913 (PAT 0259), l. 58 du palmyrénien, [ltš]myš ‘ynn trtn dy m[y] dy bmdyt’ d(ynr) 800 « Pour l’usage des deux sources d’eau qui sont dans la ville, 800 deniers » ; l. 88 du grec : Χρήσεος πηγῶν β´ἑκάτου ἔτους * ω´ « Pour l’usage des deux sources, chaque année 800 deniers ». Sur l’importance de la somme, voir Matthews 1984, p. 177, n. 22 : il serait étonnant qu’il s’agisse de droits versés par tous les habitants de Palmyre ; s’agit-il de droits versés par quelques concessionnaires qui utilisent l’eau, soit pour des établissements de bains, ou des fontaines dans la ville même, soit pour des usages agricoles ?

6 L’existence de l’article bien renseigné de D.P. Crouch (Crouch 1975) permet de ne donner ici que les grandes lignes. Voir également les pages descriptives dans Bounni et As’ad 1989, p. 129-131.

7 Crouch 1975, p. 155-156 ; Bounni et As’ad 1989, p. 130 : son nom de « Qanat » d’après cet ouvrage la met clairement en relation avec les canaux souterrains du même nom bien attestés à Palmyre.

8 Zuchowska 2000 et surtout 2002 [2003], avec en particulier les fig. 1 et 2.

9 BaraŃski 1997.

10 Crouch 1975, p. 156-158. Cette conduite pouvait également fournir de l’eau aux thermes (voir infra).

11 BaraŃski 1997, p. 15.

12 Crouch 1975, p. 166-169.

13 Crouch 1975, p. 158 ; Aumüller 1987, p. 269. Voir également dans Zuchowska 2002 [2003] une référence à un puit à proximité de la grande colonnade.

14 As’ad et Ruprechtsberger 1987 sur les fouilles dans le secteur du Musée ; Crouch 1975, p. 158 sur la source qui serait en fait une prise d’eau sur une canalisation venant de la colline qui porte le château.

15 Lachat 2005.

16 Il faut renoncer à y voir l’emplacement du palais de Zénobie, qui se trouvait peut-être à proximité (sous la route actuelle).

17 Ingholt 1936, p. 109, n° 11 (Milik 1972, p. 31-32).

18 Milik 1972, p. 31-32 ; Gawlikowski 1973, p. 51, 99 et 111.

19 Cumont 1926, pl. XLIX (ici fig. 2) et L ; Prel. Rep. VII-VIII, n° 908.

20 CIS 3976 (PAT 0322) (au milieu du iiie siècle) : lgd’ dy ‘yn’ brykt’ ‘b[d] b’pmlwṭn trtn bwln’ br ‘zyzw « Au Gad de la Source bénie, sous le second épimélétat de Bôlnâ, fils de Azizû ». Bôlnâ est le frère de Iulius Aurelius Ogga Séleukos, fils de Azîzû, chevalier romain et l’un des duumviri (la plus haute magistrature de la colonie de Palmyre) honoré par le Conseil et le Peuple en 254 (CIS 3934 [PAT 0280]). On est aussi dans un milieu de notables, au siècle précédent, avec Bôlanos fils de Zebida qui dédie deux autels en 162 apr. J.-C. RSP 125-126 (PAT 1917-1918 de 162 p.C.) : ἐπιμελητὴς αἰπεθείς Εφκας πεγπῆς ὑπὸ Ιαριβωλου τοῦ θεοῦ et rb ‘yn ‘l ’pq’. Bôlanos a sans doute été symposiarque et chef des prêtres de Bêl (Milik 1972 p. 250) ; la famille est également bien connue par la dédicace d’un beau tombeau-temple de la vallée des tombeaux (dans une zone relativement proche de la source). Des prêtres en rapport avec la source apparaissent dans les inscriptions araméennes CIS 4064-4065 (PAT 0410-0411) ; voir infra, p. 103-104.

21 Selon l’interprétation actuellement la plus généralement acceptée : yarḫu en hourrite, « source ». Voir Gawlikowski 1990, p. 2616 et Kaizer 2002, p. 145.

22 Starcky 1961, p. 132 (PAT 1622) [après 209 p.C.] : autel « à Iarhibôl, celui qui donne de l’eau à Erek (ou à la terre) » (lyrḥbwl lšq’ l’rq lgd’ dy qrt[’] l’lh’ škr[’]).

23 Prel. Rep. VII/VIII, p. 279-281, n° 909 = Inv Doura n° 33 (PAT 1099) : yrḥbwl ’lh’ ṭb’ mṣb’ dy ‘yn ‘bd bny myt’ qšṭ’, « (À) Iarhibôl, le dieu bon, idole de la source, (ce relief) a été fait par les Benê Mîtâ, les archers ».

24 Ailleurs en Palmyrène, il confie au dieu Abgal la souveraineté sur un site, sans qu’apparaisse cet élément naturel. Texte édité dans Schlumberger 1951, n° 2ter (PAT 1666). Voir Gawlikowski 1973, p. 114-115.

25 RTP 722 (PAT 2489) : tbrk ‘yn’ dh lmgbr dy ‘dr bh. Traduction PAT, p. 352 (s.v. gbr) : « May this spring bless mightily ( ?) the one who helped with it ». RTP, p. 94 : « Que cette source bénisse, pour (le) fortifier, celui qui y aura aidé » (voir p. 142 les remarques linguistiques d’A. Caquot).

26 Gawlikowski 1973, p. 117.

27 Le dieu anonyme est sans doute un développement du culte de Baalshamin, dieu suprême, dont il partage les épithètes : voir Gawlikowski 1990, p. 2632.

28 hykl’ lbl wyrḥbwl : Prel. Rep. VII/VIII, p. 318-320, n° 916 = Inv Doura n° 1 (PAT 1067). La fondation est faite par deux membres de tribus bien connues à Palmyre (bny gdybwl et bny kmr’).

29 Désignation des curateurs de la source : voir les exemples cités supra (RSP 125-127).

30 Ordre divin à un tribun à Doura Europos : Prel. Rep. II, p. 90-91, H3 : Θεῷ Ιαρειβωλῳ Σκρειβώνιος Μουκιανὸς χιλίαρχος ἐποίησεν κατὰ κέλευσιν. Sur les ordres divins, voir Yon 2004 [2005], p. 315-321.

31 CIS 3919 (PAT 0265) (117 p.C.) : shd lh yrḥbwl ’lh’ brbnwt mrzḥwth dy kmry bl ; Inv X, 85 (193 p.C.) : ὥς καὶ ὑπὸ Ιαριβ[ω]λου [τοῦ π]ατρ[ῴ]ου θ[ε]οῦ μαρτ[ν]ρηθῆναι ; Ingholt 1932, p. 279 [198 p.C.] : μαρτυρηθέντα ὑπό τε Ιαριβωλου τοῦ μάτρίου θεοῦ ; CIS 3932 (PAT 0278) (242 p.C.) : ὡς διὰ τα ταῦτα μαρτυρηθῆναι ὑπὸ θεοῦ Ιαρτριβωλεου καὶ ὑπὸ Ἰουλίου [Πρείσκου] τοῦ ἐξοχωτάτου ἐπάρχου τοῦ ἱεροῦ πραιτωρίου καὶ τής πατρἰδος et mṭl kwt shd lh yrḥbwl ’lh’ w’p ywlys [pryskws rb’] dy sp’ ; Inv X, 115 (PAT 1415) (mi-iiie siècle) : μεμαρτυρῆσθαι ὑπό τε τοῦ πατρῴου θεοῦ et w‘l hnn shd lh ’lh’.

32 Cantineau 1936, p. 352-354 (PAT 2775) : ymh byrḥbw[l]. Voir Kaizer 2002, p. 173-174.

33 Ainsi Gawlikowski 1990, p. 2617.

34 Voir Will 1983 ; Dentzer et Saupin 1996 ; Schmidt-Colinet et As’ad 2000.

35 Maqdissi 2000 sur l’âge du bronze.

36 Comme le signale Aumüller 1987, p. 272, la valeur du terrain agricole fait qu’il peut être difficile d’y construire.

37 Yon 2002, p. 158-159.

38 Milik 1972, p. 31-32. Voir supra. Toutefois, plusieurs inscriptions qui concernent les deux dieux ont été découvertes dans le camp de Dioclétien, à l’ouest de la ville : CIS 3969 (RSP 157 = PAT 0314) ; RSP 160 (PAT 1942) ; RSP 162 (PAT 1944). La dernière de ces inscriptions signale l’existence d’un chauffeur des eaux (mḥm my’), responsable sans doute du chauffage de bains. S’agit-il des bains connus ultérieurement par l’inscription de 182 (dans ce cas, il s’agirait de reconstruction plutôt que de construction) ? Voir Gawlikowski 1973, p. 99 et 111 : un second jardin sacré, construit au cours du iie siècle, se trouvait peut-être dans cette partie ouest de la cité.

39 Dans les années 1970, les travaux de construction de l’hôtel Méridien (l’actuel hôtel Sham) ont permis de repérer des bâtiments à l’est de la source : Kl. Parlasca qui a travaillé sur un plan fourni par le Musée de Palmyre identifie une cella à environ 75 m à l’est de la source, avec une salle de culte de 9,5 x 6,4 m, précédée d’une avant-cour (Parlasca 1996). Outre les stucs publiés en partie par Kl. Parlasca (les stucs peuvent également appartenir à un contexte d’habitation : leur type iconographique est tout à fait classique), quelques inscriptions furent découvertes à cette occasion : As’ad et Gawlikowski 1997.

40 RSP 127 (PAT 1919 de 205 p.C.). Trad. RSP : [b]rbnwt ‘yn’ dy bwlḥ’ dy ’ḥd yrḥbwl ’lh’ bn’ bnyn’ dnh dy ‘yn wktl’ dy qd[m] bt gb’ wktl’ dy br’ w‘bd ktl’ dy [l]bn’ [- - -] wdkyr tym‘’ br [- - -] tym‘’ blyd[‘ w]ḥyrn b[r] mqym[w mlk]w dy ’ḥd lh bwlḥ’ dnh rb ‘yn.

41 RSP, p. 62.

42 Le sanctuaire était complété, dans la source même, par un bétyle (le mṣb’ de l’inscription de Doura ?), peut-être dans la grande niche en face de l’escalier. Le même auteur (Du Mesnil du Buisson 1966) tente d’après le tableau peint de la fortune de Palmyre (à Doura) de reconnaître la topographie des lieux (voir ici fig. 2), sans parvenir à convaincre.

43 Voir les doutes de Gawlikowski 1973, p. 117 sur cette identification.

44 Voir Bounni et As’ad 1989, p. 129.

45 CIS 3998 et 4003 (PAT 0344 et 0349) : textes bilingues, mais l’araméen est mal conservé et de peu de secours (la formule est l’habituel ‘l ḥyy) ; dans le second texte, uJpe ;r uJgeiva~ est restitué (parce que l’habituel uJpe ;r swthriva~ serait trop long ?) ; Seyrig 1939, p. 317, n° 20.

46 CIS 4058 (PAT 0404) (une paralytique ?) ; Ingholt 1936, p. 99 (PAT 0065) (une aveugle ?) ; Inv XI, 11 (PAT 1440) (maladie de l’œil et de l’oreille selon l’interprétation d’Aggoula 1979, p. 110). Sur les deux premiers textes, voir Milik 1972, p. 181-182 (qui parle d’arétalogie du dieu anonyme). Les trois textes sont aussi repris par Dijkstra 1995, p. 141-142 : comme le note cet auteur, les trois inscriptions sont très mutilées et seules des restitutions importantes permettent d’y lire d’éventuelles guérisons.

47 Des textes cités aux notes précédentes, seul CIS 4003 semble provenir de la source ou de ses environs. Cela repose le problème de l’identification du dieu anonyme. Pour l’instant, on peut se contenter de conclure que celui-ci, en tant que dieu guérisseur, a peut-être remplacé Iarhibôl à la source sans devenir le dieu tutélaire de cette dernière.

48 Mais on a vu qu’aucune trace d’un lien entre la source et les réseaux urbains n’est attestée.

49 Ce point a été souligné dernièrement par Kaizer 2002, p. 148, n. 419.

50 CIS 4064 et 4065 (PAT 0410-0411) : « afkal de l’idole de la source » (‘bd ’mlk ’pkl[’ dy] mṣb ‘yn’ et ’[pk]l’ dy mṣb ‘yn’). Sur la signification du terme ’pkl’ et ses rapports avec les autres mots qui signifient « prêtre », voir DNWSI, s.v. et Kaizer 2002, p. 237, n. 124. Le même mot apparaît à Palmyre (CIS 3974 [PAT 0320] pour un prêtre du dieu ‘Azîzû et PAT 2644 pour un prêtre d’Aglibôl et Malakbel), ainsi que dans les domaines nabatéens et hatréens.

51 Voir Yon 2002, p. 38 ; pour l’inscription du tombeau, Milik 1972, p. 250.

52 Yon 2002, p. 40-43. La situation change seulement à la fin du iiie siècle.

53 Yon 2002, p. 163-164.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Plan de Palmyre
Crédits Th. Fournet et R. Saupin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1311/img-1.png
Fichier image/png, 603k
Titre Fig. 2 - Fortunes de Palmyre et de Doura
Crédits Cumont 1926, pl. XLIX
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1311/img-2.png
Fichier image/png, 153k
Titre Fig. 3 - Bassin de la source Efqa vu depuis le nord
Crédits Photo J.-B. Yon
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1311/img-3.png
Fichier image/png, 191k
Titre Fig. 4 - Bassin de la source Efqa vu depuis le sud
Crédits Photo J.-B. Yon
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1311/img-4.png
Fichier image/png, 205k

Auteur

Jean-Baptiste Yon

CNRS/UMR 5133, Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (France)
jean-baptiste.yon@mom.fr

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable