Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Première partie. Raqqa, cœur du front pionnier de l’Euphrate‎

Chapitre 3. Raqqa, du Projet de l’Euphrate à la contre-réforme agraire (1970-2008)

Texte intégral

« Tout sur la première étape de distribution des terres du Projet-pilote :
Tout le monde ne parle que de cela à Raqqa, car la distribution concerne près de 6000 ayants droit, soit 36 000 personnes en comptant six membres par famille, ce qui donne une idée de l’importance économique et sociale de cette grande distribution dans la région ».(Journal Al-Thawra, 5 février 2002).

1À partir de la révolution baathiste de mars 1963, Raqqa s’est retrouvée élevée au rang de centre administratif du principal projet économique de l’État syrien : le Projet de l’Euphrate. Selon le discours officiel des années 1970, ce dernier devait servir de “colonne vertébrale” du développement syrien, tant d’un point de vue technique, avec la création d’un secteur agricole moderne devant appuyer l’essor d’un nouveau secteur agro-alimentaire et avec la production d’une énergie électrique abondante, que d’un point de vue social, par la formation des ingénieurs et ouvriers attelés aux grands chantiers du barrage, de la ville nouvelle de Thawra et des fermes modèles. Selon l’idéologie baathiste, le développement résulterait de l’intensification de la production et, sur le plan social, de la disparition progressive des relations tribales. La mise en œuvre de ce projet renforça les fonctions administratives de Raqqa et diversifia la population de la ville où des milliers d’ingénieurs syriens et étrangers, d’ouvriers qualifiés et de déplacés du lac de barrage Assad vinrent s’établir. Le brassage de population dont elle fut le témoin s’accompagna d’une réorganisation des hiérarchies sociales sous la houlette du parti Baath.

2Tout le système économique mis en place au cours des années 1970 est bouleversé à partir de l’ère de libéralisation économique qu’ouvre le nouveau président Bachar al‑Assad. En décembre 2000, quarante-deux ans après la réforme agraire initiée lors de l’Union syro-égyptienne, il entreprend de réformer les structures agraires étatiques. Dans le cadre de sa campagne de lutte contre la corruption, il décide en effet de démanteler l’ensemble des fermes d’État syriennes. Conçues dans les années 1970 comme le fleuron de l’économie collectiviste, elles avaient vite incarné la gabegie de l’appareil administratif pour leurs rendements dérisoires, le détournement de la production et les conflits tribaux dont elles étaient le théâtre. Cette réforme foncière signe la fin de l’idéologie socialiste baathiste, plus encore que la loi sur les investissements de 1991. Elle a en effet déclenché un véritable processus de « contre-réforme » agraire, au profit d’une nouvelle classe de propriétaires enrichis sur les vestiges du domaine d’État. Elle ne fait que renforcer les critiques exprimées par la majeure partie des intellectuels de Raqqa quant au manque d’investissement productif et au sous-équipement du gouvernorat au regard de sa contribution à l’économie nationale.

1. Raqqa, centre administratif du « projet de l’Euphrate »

3De la révolution baathiste à l’infitah de 1991, la politique économique syrienne s’est trouvée tiraillée entre deux objectifs contradictoires : construire une économie nationale indépendante de l’économie mondiale au moyen de la planification et de la nationalisation des moyens de production, tout en favorisant l’initiative privée de la petite bourgeoisie sur laquelle s’appuyait le régime. Lors de son coup d’État de 1966, Salah Jadid préconisa une politique d’industries industrialisantes calquée sur le modèle soviétique et fondée sur des industries lourdes. Le but de cette politique de développement autocentré était avant tout politique : il s’agissait de détruire les bases économiques de la bourgeoisie sunnite des grandes villes d’Alep, Damas, Homs, Hama et Lattaquié en nationalisant la quasi-totalité des grandes entreprises industrielles syriennes. De grands travaux hydrauliques furent alors lancés (fig. 13).

Figure 13 : Localisation de l’ensemble des projets d’irrigation en Syrie.

Figure 13 : Localisation de l’ensemble des projets d’irrigation en Syrie.

Conception et mise en oeuvre du Projet de l’Euphrate

4Le Projet de l’Euphrate fut la concrétisation d’une volonté affirmée par la Syrie dès son indépendance de maîtriser ses ressources hydrauliques. En 1947 fut réalisée la première étude de mise en valeur des eaux de l’Euphrate par le bureau d’Alexander Gibb. Elle concernait avant tout l’adduction en eau de la grande ville d’Alep, ainsi que l’irrigation de 100 000 ha et la création d’une usine hydro-électrique de 100 mégawatts. Mais le boom du coton entraîna une exploitation intensive des eaux de l’Euphrate et la ville d’Alep assura son approvisionnement en eau indépendamment de ce projet. Ce fut dans le cadre du traité d’amitié syro-soviétique de 1957, puis de l’Union syro-égyptienne que le principe de construction d’un grand barrage sur l’Euphrate fut repris.

  • 1 General Organisation of the Euphrates Dam.
  • 2 General Administration for the Development of the Euphrates Basin.
  • 3 La Compagnie Syrienne Arabe de Construction fut ainsi dotée de fonds spéciaux pour bâtir la ville n (...)

5Le projet débuta en mars 1968 par la création d’un ministère de l’Euphrate comprenant deux offices : le G.O.E.D.1, Organisation Générale du Barrage de l’Euphrate basée à Thawra et le G.A.D.E.B.2, Administration Générale pour le Développement du Bassin de l’Euphrate dont le siège est à Raqqa. Le GADEB décidait des plans généraux, dont la réalisation était confiée à des sociétés privées (nationales et étrangères) et à l’État3. L’URSS fournit des prêts ainsi qu’une assistance technique sous la forme de bureaux d’études et d’ingénieurs envoyés dans la ville de Thawra. En août 1969, la ligne à haute tension Alep-Tabqa fut mise en exploitation, accélerant les travaux avec l’arrivée de l’énergie électrique. En 1969, la voie ferrée Lattaquié-Alep-Thawra-Raqqa fut inaugurée, reliant l’Est syrien au cœur du territoire national ; elle fut étendue jusqu’à Deir ez-Zor en 1974. Le 5 juillet 1973, avec un an d’avance sur le chantier, le Président Assad inaugurait dans un réel enthousiasme populaire le barrage qui “fermait le cours naturel du fleuve pour la première fois dans l’histoire”(Farah 1977, p. 5). Le succès de la réalisation du barrage fut une caution supplémentaire pour le régime qui avait su s’appuyer sur “l’expérience de la collectivité soviétique” sans pour autant en adopter les idéaux.

6Le Projet de l’Euphrate fut marqué dès sa conception du sceau du gigantisme. Le barrage est alors l’un des dix plus grands au monde : large de 512 m à la base, 19 m au sommet, haut de 60 m et long de 4,5 km (planches 4 et 5). Il crée un lac de retenue de 640 km2 élevé à la cote 307 m. Il fut conçu pour contrôler les crues du fleuve et fournir 1 100 mégawatts de puissance électrique installée, soit cinq fois la consommation nationale de 1970 (Petran 1972, p. 214) ; la production électrique fut par la suite portée à 2,5 millions de kw/h au moyen de 8 turbines. La mise en œuvre de la centrale hydroélectrique fut d’autant plus essentielle que la guerre d’octobre 1973 détruisit 80 % de la puissance installée du réseau électrique syrien. Il a coûté 1 milliard 300 millions de livres syriennes, dont le tiers fourni par l’URSS.

Planche 4 : Le grand barrage de l’Euphrate (1973).

Planche 4 : Le grand barrage de l’Euphrate (1973).

Cliché : Ministère de l’Irrigation, brochure municipale de Raqqa, 1998)

Planche 5 : Le cours de l’Euphrate en aval du barrage.

Planche 5 : Le cours de l’Euphrate en aval du barrage.

Cliché : Ministère de l’Irrigation, brochure municipale de Raqqa, 1998)

Planche 6 : Un canal secondaire dans le gouvernorat de Raqqa.

Planche 6 : Un canal secondaire dans le gouvernorat de Raqqa.

(Cliché Ababsa, 2001)

7Le Projet de l’Euphrate fut conçu pour doubler les superficies irriguées syriennes et ainsi “réduire le déficit alimentaire arabe en exportant vers les pays frères”(Chatelus 1980, p. 230). Il prévoyait l’irrigation de 640 000 hectares à partir du lac de barrage Assad, dont 450 000 ha à gagner sur la steppe et 160 000 ha déjà irrigués, situés le long des vallées de l’Euphrate, du Balikh et du Khabour, à bonifier (fig. 14). Ces 640 000 ha irrigués correspondent à 12 % de la superficie agricole utile syrienne qui est de 6,1 millions d’hectares (soit le tiers du territoire national d’une superficie de 18 millions d’hectares). Le projet devait permettre le renforcement du secteur agro-industriel à partir du blé (biscuiteries, semouleries, usines de pâtes), de la betterave sucrière (raffineries de sucre), des oléagineux (huileries) et du coton (textile).Respectivement 40 % et 36,6 % des investissements publics des premier et deuxième plans quinquennaux furent consacrés à l’agriculture, et en particulier au Projet de l’Euphrate. Le cinquième des investissements publics des troisième et quatrième plans quinquennaux fut également consacré au Projet de l’Euphrate, tandis que le reste du secteur agricole national n’en reçut que 7 à 8 % (OFAP).

Figure 14 : Les zones du projet de l’Euphrate dans le gouvernorat de Raqqa.

Figure 14 : Les zones du projet de l’Euphrate dans le gouvernorat de Raqqa.

8Sur le plan social, le Projet de l’Euphrate avait pour objectif la réalisation de la “société socialiste unie”, une “société développée” et “aux cadres bien formés”. Les textes officiels de présentation du Projet prennent en compte “les intérêts de la classe ouvrière” et les “relations socialistes”, dans le but d’atteindre “la justice sociale”. Mais la notion de “lutte des classes” est volontairement absente, conformément à l’idéologie baathiste qui ne relève que l’antagonisme entre “le peuple” et les “féodaux” (Rabo 1986, p. 182). Les idéologues préfèrent évoquer les buts communs de construction de la Nation. Un rapport rédigé en français (en 1977) par Zouheir Farah, conseiller au ministère du Barrage, conclut sur “l’effet social” du Projet de l’Euphrate dans l’Est syrien qui se manifestera sous trois aspects : la création d’une ville nouvelle et d’un village spontané ; la formation de cadres et de travailleurs spécialisés ; le développement économique et social de la population locale par les terres gagnées à l’irrigation (Farah 1977, p. 13).

La construction rhétorique du Projet de l’Euphrate

9Le grand barrage de Tabqa a donné lieu, comme le barrage d’Assouan pour le régime nassérien, à l’élaboration d’un véritable mythe du développement de la société et de l’économie syriennes de la part de ses promoteurs, avec comme pièce maîtresse le barrage comparé à la main ouverte du démiurge Hafez al‑Assad. L’attribution du nom du président au lac de barrage témoigne de l’importance politique du Projet de l’Euphrate, qui se trouve associé de façon métonymique à la personne de Hafez al‑Assad. Le livre d’histoire du gouvernorat de Raqqa s’ouvre par cette dédicace du gouverneur de Raqqa au président Hafez al‑Assad :

« À celui qui répand l’eau de sa main, depuis le lac Assad.
Une vie nouvelle s’épanouit près de Raqqa, la perle de l’Euphrate. Elle est un don du barrage illustre, la plus fière des constructions, témoin de sa générosité envers le peuple et la communauté des Croyants...
À celui dont la main renouvelle la civilisation de l’Euphrate et fait renaître sa noble gloire, dont le passé revient à la vie, avec sa civilisation glorieuse, et qui anoblit son avenir promis...
Au bâtisseur de la Syrie moderne, artisan de la gloire arabe, l’unique guide historique, Son Excellence le Président Hafez al‑Assad, nous dédions ce livre, empli de la plus haute affection,
Mohammad Najib al-Saïd Ahmad, gouverneur de Raqqa. »
(Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992).

  • 4 Une série d’ouvrages rédigés en anglais et étudiant les différentes régions turques, intitulée Nos (...)

10Une construction rhétorique comparable a été développée par le gouvernement turc de Sulayman Demirel au sujet du Grand Projet Sud Anatolien du GAP (G.A.P. : Güneydogu Anadolu Projesi), destiné à intégrer au territoire national une région à majorité kurde proche des régions de combat entre partis kurdes et armée turque autour de Dyarbakir et Mardin4. Les deux gouvernorats de Raqqa et d’Urfa ont été, presque simultanément, les foyers de réalisation de grands projets nationaux structurés autour de la création de barrages, de périmètres irrigués et du déplacement de milliers de paysans. Ils présentent de grandes similitudes dans la structure de leur population (dans laquelle on retrouve les mêmes tribus kurdes et arabes séparées par la frontière en 1921), le niveau de développement, et en ce qu’ils constituent pour leur gouvernement des zones insoumises dont il a fallu s’assurer le contrôle.

La dimension géopolitique du Projet de l’Euphrate

11Le développement du Projet de l’Euphrate s’inscrit dans un contexte de conflit international au sujet de la gestion des eaux du fleuve, la Turquie en amont contrôlant le débit du fleuve à partir de ses lacs de barrage, et l’Irak en aval recevant de Syrie des eaux polluées de pesticides et d’engrais et dont le volume est insuffisant pour ses projets d’irrigation (voir fascicule planche 1). Ces tensions ont failli par deux reprises déboucher sur un conflit armé : en 1974 entre l’Irak et la Syrie ; et en 1990, entre la Syrie et la Turquie, à l’occasion de la mise en eau du barrage Atatürk. Deuxième fleuve du Moyen-Orient avec un débit annuel de 31,82 millions de m3 et une longueur de 2 780 km, l’Euphrate prend sa source en Turquie, reçoit les eaux de deux affluents en Syrie, le Balikh et le Khabour, qui lui apportaient environ 1,5 million de m3 jusqu’au début des années 1980 (mais qui sont quasi à sec désormais) ; il rejoint le Tigre en Irak pour former le Chott al-Arab. Les premiers aménagements hydrauliques du fleuve furent réalisés dans l’antiquité sumérienne, en particulier dans sa partie aval qui connaissait le premier essor urbain.

  • 5 En échange, la Turquie attendait de la Syrie qu’elle expulse le leader du PKK Abdulah Ocalan et fer (...)

12Le 17 juillet 1987, un accord historique fut signé entre le Premier ministre turc Ozal, qui effectuait la première visite officielle d’un responsable turc de haut rang en Syrie depuis 1923, et le premier ministre syrien al-Kassem. Selon ce Protocole de Coopération Économique, la Turquie s’engageait à fournir un débit minimal de 500 m3/s à la frontière syrienne, soit 15,8 millions de m3/an5 (Scheumann 1998, p. 122). Cela représentait une grande concession de la part de la Turquie si l’on sait que le débit de l’Euphrate a été à vingt reprises, entre 1937 et 1980, inférieur à 26 millions de m3 ; et est même tombé, en 1989, à 16,87 millions de m3. En cas de réduction du débit de l’Euphrate, la Turquie devrait reporter cette chute sur sa propre consommation (10,4 millions annuels dans le cas de la réalisation du GAP) et restreindre par conséquent ses surfaces irriguées. En 2002, la Syrie et la Turquie ont signé un accord de coopération militaire, et en juillet 2003, lors d’une visite du Premier ministre syrien Mustapha Miro à Ankara, le gouvernement turc accepta de reprendre des négociations sur la répartition des débits de l’Euphrate. En contre-partie, la Syrie accepta d’abandonner toute revendication sur la province du Hatay (Perthes 2004, p. 36).


*

13Avec la construction du barrage, pièce maîtresse du contrôle étatique sur l’économie du gouvernorat de Raqqa, d’autres éléments significatifs de la territorialisation de l’État dans l’Est syrien ont été réalisés. La ville nouvelle de la « Révolution » (Al‑Thawra) fut érigée ; quinze villages-fermes modèles du projet-pilote furent créés et une « ceinture arabe » de 41 villages construite à la frontière turque, dans le gouvernorat de Hassaka. Fermes d’État et villages de colonisation étaient destinées à reloger une partie des 60 000 « submergés » déplacés à la suite de l’ennoiement de leurs terres par les eaux du barrage Assad. Ces constructions ont considérablement modifié les structures spatiales du gouvernorat de Raqqa et de Hassaka.

2. Le Projet de l’Euphrate outil de contrôle territorial du gouvernorat de Raqqa

14La mise en œuvre du Projet de l’Euphrate a eu un grand impact sur la structure spatiale du gouvernorat : des milliers d’ouvriers originaires de toute la Syrie ont été attirés par les chantiers du barrage et de la ville nouvelle de Thawra. Tout un réseau urbain s’est développé à partir des noyaux villageois alignés le long des cours d’eau (Euphrate et Balikh dans le gouvernorat de Raqqa, Khabour et ses affluents dans le gouvernorat de Hassaka, Euphrate et Khabour dans le gouvernorat de Deir ez-Zor). Un solde migratoire positif caractérise la croissance de la population du gouvernorat. Il est dû à l’arrivée d’ouvriers, d’ingénieurs et de fonctionnaires attirés par les chantiers du barrage, de la ville nouvelle de Thawra et des fermes d’État.

Un essor démographique considérable (1960-2004)

15La population totale du gouvernorat de Raqqa a plus que triplé entre 1960 et 1999, passant de 178 417 personnes en 1960 à 677 000 en 1999. Parallèlement, sa population urbaine quintuplait, passant de 8 à 40 %, du fait de l’essor considérable de Raqqa et Thawra et d’un fort exode rural induit par les modifications subies par l’économie régionale, avec la réduction des espaces de parcours ovin et la collectivisation des terres dans le cadre du Projet de l’Euphrate, mais aussi l’ennoiement des villages Walda par le lac de barrage et, enfin, du fait de la politique de sédentarisation des nomades. La volonté d’accéder à des services et en particulier l’enseignement fut également un facteur important expliquant ce fort exode rural.

Tableau 17 : Évolution de la population rurale et urbaine du gouvernorat de Raqqa (1960-2003)

Population

1960

1970

1981

1994

2003

rurale

123 366  69,2%

204 450  83,9%

214 423  61,3%

328 032  59,3%

415 000 58,6%

urbaine

14 554 8,1%

39 286 16,1%

135 425  38,7%

225 363 40,7%

293 000 41,4%

bédouine

40 497 22,7%

non précisé

non précisé

non précisé

non précisé

total

178 417

243 736

349 847

553 395

708 000

(RGP Raqqa, 1960, 1970, 1981, 1994 et Stat. Abst. 2003)

16La population du gouvernorat de Raqqa a cru d’un tiers en dix ans. La croissance démographique a été particulièrement grande le long de la vallée de l’Euphrate, ainsi que dans le centre du gouvernorat, où les périmètres irrigués et les quinze fermes nouvelles ont été créées (fig. 15 à 18). La population de la mintaqa du centre Raqqa a ainsi presque doublé. Les villages de la vallée de l’Euphrate cumulent les plus forts taux de croissance sur treize ans (1981-1994), supérieurs à 5 % pour la moitié d’entre eux. Le sud de la nahia de Sabkha, un plateau aréïque, est exclu du recensement : il s’agit d’un vaste terrain militaire. Les centres de nahia, tels Slouk, Mansoura, Jarnia, et Tell Abiad, ont vu leur population rapidement augmenter par exode rural. Cela se traduit par le fait qu’ils se trouvent entourés d’une couronne de villages dont la population croît moins vite. Cela est frappant dans le cas de Mansoura, au sud du gouvernorat : la steppe autour du centre de cette nahia se vide de ses habitants. Cela pour deux raisons : d’une part, du fait de l’interdiction (datant de 1995) de cultiver les terres comprises dans la zone agricole 1, qui reçoit moins de 200 mm d’eau et, d’autre part, du fait de l’attrait des villes de Tabqa et Thawra. Enfin, les villages situés au nord du lac perdent des habitants. Cela s’explique à la fois par le déplacement de 60 000 villageois dont les villages ont été noyés par le lac de barrage, et par la migration à l’étranger d’une partie des populations qui furent forcées d’évacuer les lieux.

Figure 15 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1970.

Figure 15 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1970.

Figure 16 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1981.

Figure 16 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1981.

Figure 17 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1994.

Figure 17 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1994.

Figure 18 : Taux de croissance de la population du gouvernorat de Raqqa en 1970 et 1994.

Figure 18 : Taux de croissance de la population du gouvernorat de Raqqa en 1970 et 1994.

17Pour la construction du barrage, de nombreux étrangers, enregistrés comme « non arabes », essentiellement des pays soviétiques (Russie, Roumanie, Ukraine) sont venus travailler dans le gouvernorat : un total de 1 447 dont 561 femmes, partagés entre 666 ouvriers et 615 architectes et ingénieurs (RP, Raqqa, 1970). La majorité des fonctionnaires du gouvernorat de Raqqa est originaire des gouvernorats du nord-ouest de la Syrie, particulièrement d’Alep, pour le tiers, et d’Idlib. Les fonctionnaires du Bassin de l’Euphrate viennent en grand nombre de Deir ez-Zor. La très rapide croissance démographique qu’a connue le gouvernorat de Raqqa s’est aussi effectuée par croissance naturelle, l’indice synthétique de fécondité étant, dans cette région rurale récemment urbanisée, l’un des plus élevés de Syrie : 5,46 % contre 3,4 % en Syrie (et 6,21 à Deir ez-Zor).

La ville nouvelle d’Al‑Thawra

18La construction de la ville de Thawra a été la plus grande opération d’urbanisme de la Syrie des années 1970, aussi bien en terme de coût que par sa dimension symbolique. Elle a suscité un grand enthousiasme de la part des baathistes lors des premières années du Mouvement de Rectification, car elle témoignait de la réussite du projet de société baathiste. Al-Thawra fut conçue pour offrir aux ouvriers, techniciens, ingénieurs et cadres du barrage, en plus du logement, un accès à des services urbains et des infrastructures représentatifs de la conception baathiste de la modernité - structures éducatives performantes, équipement médical moderne, cadre paysager invitant à la rencontre (jardins, places ombragées) - et un accès à la culture via les trois centres culturels de la ville. La ville d’Al-Thawra se situe sur la rive droite du lac Assad, près de l’ancien village de Tabqa (figure 19). De forme oblongue, de direction sud-ouest/nord-est, elle s’étend sur 3 kilomètres de long et 400 à 800 mètres de large. Elle fut bâtie selon un plan d’urbanisme de type soviétique, qui réservait 20 % des surfaces à des parcs et espaces verts, et divisait le tissu urbain en trois secteurs d’habitation dénommés Unité, Liberté et Socialisme, et réservait un quatrième secteur aux services. Alors que le chantier de la ville nouvelle de Thawra se développait, le village de Tabqa connaissait quant à lui une croissance exceptionnelle, non planifiée. Cet essor résultait de l’installation de déplacés de la zone inondée par le lac de barrage et de l’exode rural.

Figure 19 : La ville nouvelle de Thawra et la ville informelle de Tabqa : villes du grand barrage sur l’Euphrate.

Figure 19 : La ville nouvelle de Thawra et la ville informelle de Tabqa : villes du grand barrage sur l’Euphrate.
  • 6 5 % provenaient du gouvernorat de Deraa et 5 % du reste de la Syrie et de l’étranger (Younis 1992).

19Au milieu des années 1970, Al-Thawra était la plus grande concentration d’ouvriers du pays : 12 000 ouvriers de 100 spécialités différentes, originaires pour les trois quarts de la région (Moyen-Euphrate et Jazîra), dont 71 % étaient considérés, en 1973, comme qualifiés, soit une concentration de personnel de ce type unique en Syrie. De nombreux ingénieurs “non arabes” ont également travaillé sur les chantiers de construction du barrage et de la ville de Thawra : en 1970, ils sont 699 ; leur nombre tombe à 478 en 1981, après la réalisation de ces deux chantiers (RGP Raqqa, 1970 et 1981). En 1986, le tiers des habitants de la ville nouvelle était originaire du gouvernorat d’Alep, le cinquième de celui d’Idlib, 15 % de Homs et Hama, 10 % de Lattaquié, mais seulement 7 % de Raqqa, étant donné le faible niveau de formation de la population de ce gouvernorat, et 8 % des gouvernorats de Deir ez-Zor et Hassaka6. Les salaires horaires étaient sur le chantier du barrage et de la ville de Thawra les meilleurs de Syrie. Tout un système de primes à la productivité et de classement des “ouvriers modèles” participaient à la stimulation des ouvriers. Pour l’encadrement de cette immense école technique et idéologique, une branche du parti fut créée à Thawra - son secrétaire en dirigeait les trois sections, administration, production et technique -, ainsi que des organisations populaires dont l’activisme était plus conséquent qu’ailleurs (Hinnebusch 1989, p. 237).

  • 7 Le gouvernement a aussi tenté loger des populations paysannes dans les logements ouvriers, mais de (...)

20Mais quand, en 1977, la construction du barrage fut achevée, de nombreux ingénieurs retournèrent à Alep ou dans leurs pays respectifs, ou encore rejoignirent de nouveaux chantiers, tel celui de la ferme modèle de Meskene, de sorte que Thawra perdit le quart de sa population entre 1970 et 1981. Le gouvernement a tenté de fixer les ingénieurs et techniciens dans la ville en y transférant, en 1984, la Société de bonification des terres et la Société d’exploitation du Bassin de l’Euphrate7. Mais la ville se dégrade rapidement : 80 % des logements doivent être ravalés, 20 % consolidés, pour un coût d’entretien et de réparation évalué en 1992 à 200 millions de livres syriennes, soit cinquante fois le budget municipal (Younis 1992, p. 272). Alors que la ville-dortoir d’Al-Thawra n’est dotée que d’une centaine de commerces (dont huit vendeurs de vêtements et deux tailleurs en 1998), Tabqa constitue un marché dynamique. Sa rue principale offre une grande variété de commerces d’alimentation, mais aussi d’électro-ménager et des bijouteries. La zone artisanale de Tabqa est étendue et active. Il s’agit essentiellement de mécaniciens et de carossiers pour automobiles et tracteurs, d’électriciens et de ferronniers.

Les 15 villages modèles-fermes d’État du Projet-pilote

21Le Projet-pilote fut conçu comme un laboratoire d’expérimentation de nouveaux systèmes de production et d’encadrement dans le but de passer de la coopérative de services, qui s’était généralisée à partir de la réforme agraire, à la coopérative de production : les fermes d’État. Quinze fermes d’État furent construites sur des terres situées dans la barriya, la zone de pâturage et de culture sèche du plateau, au nord de la ville de Raqqa. Les fermes modèles furent conçues comme des structures d’avant-garde, permettant de former des ouvriers agricoles aux techniques de production modernes (mécanisation, irrigation par gravité), tout en constituant des foyers de diffusion des principes socialistes en Jazîra, où les structures tribales étaient très prégnantes (fig. 20). Chaque ferme constituait un village modèle où les ouvriers agricoles étaient salariés et encadrés par un “conseil de production” qui comprenait des représentants du parti et des unions et syndicats. Elles comprenaient chacune une école primaire, un dispensaire, un centre social où des programmes de formation et d’éducation étaient diffusés, une mosquée, et pour les plus grandes, un poste de police. Leurs ouvriers étaient illettrés à 85 %, mais très politisés (Hinnebusch 1989). Le turnover était grand, ce qui ne favorisait guère la formation technique. Les ouvriers agricoles s’investissaient peu dans leur travail, préférant développer l’élevage pour les profits personnels rapides qu’il permettait.

Figure 20 : Localisation des quinze fermes d’État du Projet Pilote dans le bassin de l’Euphrate.

Figure 20 : Localisation des quinze fermes d’État du Projet Pilote dans le bassin de l’Euphrate.
  • 8 Ferme Andalous (2 561), ferme Rachid (3 120), Ansar (4 960), Yarab (3 104), Adnanya (4 159), Qahtan (...)

22Ces fermes incarnèrent très vite la gabegie de l’appareil administratif du fait de leurs rendements dérisoires, des détournements de production dont elles étaient l’objet et des conflits tribaux dont elles étaient le théâtre (Hinnebusch 1989). De plus, le problème de la salinisation de ces terres trop irriguées et mal drainées se posa très tôt. Au bout de dix ans, les fermes d’État avaient perdu la moitié de leurs ouvriers, de 39 200 à 20 100 personnes partis s’employer dans le bâtiment à Raqqa. À partir des années 1990, avec le grand essor démographique de Raqqa et la crise du logement, elles gagnèrent une population non employée par le GADEB. Ainsi, en 1997, la population totale des fermes du Projet pilote était de 53 542 habitants8.

23Afin de lutter contre la fuite des ouvriers, il fut prévu, dans le projet de Bir Hachem engagé à partir de 1985, de leur allouer des superficies plus grandes en propriété privée. Les rendements en furent bien meilleurs. De plus, les six fermes construites entre 1983 et 1986 dans le projet de Bir Hachem offraient de meilleures conditions de logement aux paysans, dans des villages de 400 habitants seulement. Dans ces conditions, 10 000 hectares avaient été mis en culture à la fin des années 1980.

Les politiques de relogement des submergés Walda du lac de barrage Assad

  • 9 Plus précisément, entre les villages de Ramala et Souweida sur la rive gauche, et entre Ksara et Ta (...)

24La mise en eau du barrage Assad a, à partir de 1973, noyé les terres d’agriculteurs et de semi-nomades de la tribu Walda, soit 66 villages et 126 hameaux situés sur des terres fertiles des rives de l’Euphrate9. 60 000 personnes ont dû être déplacées, dont 20 500 âgées de plus de dix ans. C’était majoritairement des ouvriers agricoles ou des cultivateurs de coton (10 400 ouvriers agricoles, 7 800 cultivateurs de coton, 320 cultivateurs), 570 étaient des bergers, 210 des fermiers, sans compter 420 conducteurs de camion (Résumé des données sociales…, Ministères du Barrage de l’Euphrate, 1974).

  • 10 Anouar Boursan surestime le chiffre des membres de sa tribu : “ Le nombre des Walda en Syrie dans l (...)

25La submersion des villages Walda fut un événement terrible pour cette tribu. Déjà chassés de leurs terres le long du Balikh par les Afadla à la fin du xixe, les Walda se trouvaient désormais séparés les uns des autres, relogés dans plusieurs villages et fermes nouvelles. Selon Anouar al‑Boursan, le fils du cheikh des Walda Chaouakh al‑Boursan, la submersion des villages et le déplacement de la population furent destructeurs pour sa tribu. Il souligne que le nombre des déplacés a été volontairement sous-estimé par le gouvernement :“ La construction du barrage a noyé les terres des Walda. Ce ne sont pas 60 000, mais 180 000 personnes qui ont été déplacées, et 118 000 installées au nord, à Hassaka. 57 000 familles Walda sont désormais présentes dans le gouvernorat de Raqqa. Toutes les terres de Chams al‑Din à Raqqa étaient aux Walda”10 (Cheikh Anouar Boursan des Walda, Raqqa, août 2001).

  • 11 Sur le premier de ces axes se trouvent les villages de Kasr al‑Cheikh al‑Jumura, Sahl Charqui et Gh (...)

26Deux programmes de relogement des submergés furent prévus : l’un consistait en une ceinture de 41 villages de colonisation de peuplement arabe (iskan), implantés le long de la frontière turque dans le gouvernorat de Hassaka ; l’autre en quinze fermes d’État établies dans le gouvernorat de Raqqa entre l’Euphrate et le Balikh. Le ministère du Barrage développa au sein des villages devant être submergés toute une propagande pour convaincre les paysans qu’ils allaient avoir des revenus supérieurs et de meilleures conditions de vie dans les fermes modèles et les villages de la ceinture arabe. Mais la résistance à ces projets fut grande : la moitié des submergés ont préféré reconstruire seuls leurs villages sur les terres qui leur restaient et qui leur servaient de pâturages ou de terre d’agriculture sèche. Les nouveaux villages reconstruits se répartirent sur deux axes : le long de la route Raqqa-Alep, le long de la route Al-Thawra-Alep jusqu’à Mansoura et le long de cette même route en direction de Raqqa11.

Tableau 18 : Répartition des déplacés du lac de barrage par lieux de réinstallation

Aire de réinstallation

% de familles

Programme de réinstallation à la frontière turque

33

Fermes d’État dans le Projet-pilote de la Moyenne Vallée

9

Plateau le long du lac Assad

54

Raqqa

3

Alep

0,4

Résidences dans le programme de relogement et à Raqqa

0,4

Résidences dans le programme de relogement et sur le lac

0,2

(N= 13 117)

100

(Meyer 1990, p. 252).

a) La politique de “ceinture arabe” de villages de déplacés en zone kurde

27Un tiers des déplacés a accepté de rejoindre les fermes et villages des projets de relogement dans le gouvernorat de Hassaka, à la frontière turque. Entre 1972 et 1977, 25 000 paysans arabes ont été installés dans 41 “ villages modernes ” bâtis sur les terres de propriétaires kurdes expropriés lors de la réforme agraire. Ces villages, ayant l’eau courante et l’électricité, furent équipés en écoles, hôpitaux et postes de police, à la différence des villages kurdes qui leur étaient attenants. Les colons de cette nouvelle frontière furent armés et “mobilisés psychologiquement contre leurs voisins autochtones” (Seurat 1996, p. 105). Cette politique de création d’une “ceinture arabe” à la frontière turque avait été conçue en 1962 par le lieutenant Mohammed Talib Hilal, chef de la police politique en Jazîra. Il avait envisagé de tracer une bande de 15 km de large sur 350 km de long d’où devaient être exclus les Kurdes et intégrés des Arabes. Ce projet s’inscrivait dans la lutte contre le particularisme kurde qu’il avait engagée cette même année 1962. Il organisa un recensement exceptionnel de la population kurde au terme duquel 120 000 Kurdes se virent retirer leur nationalité syrienne, sous le prétexte qu’ils n’avaient pas pu prouver leur présence en Syrie avant 1945 (Seurat 1980, p. 104). Ils furent exclus du droit de propriété et de l’accès à l’instruction et vinrent grossir les faubourgs pauvres des agglomérations de la région. De plus, 30 000 paysans kurdes furent déplacés vers les villes de l’intérieur, Damas et Alep, et vers Beyrouth.

28Günter Meyer a montré que les familles installées dans la ceinture arabe, à la frontière turque, étaient retournées à un mode de vie semi-nomade afin de compléter les salaires d’employés dans les fermes par les revenus tirés de l’élevage du mouton. L’envoi de quelques-uns de leurs membres à Raqqa leur permettait de compléter les revenus familiaux par ceux de ces migrants qui travaillent dans le secteur du bâtiment (Meyer 1990, p. 252). Mais ce sont aussi des familles entières qui migrent : plusieurs dizaines de familles seraient venues s’installer, à la fin des années 1970, à Raqqa, en provenance des villages de la ceinture arabe où les revenus étaient trop faibles.

b) L’installation des “submergés” dans le Projet-pilote

  • 12 Les terres du nouveau village Andalous devaient être divisées en cinq aires dans la première altern (...)
  • 13 Au milieu des années quatre-vingt, seuls 40 % des habitants des fermes pilotes étaient originaires (...)

29Seuls 9 % des déplacés se sont engagés comme ouvriers dans les fermes du Projet-pilote. Ils y obtinrent en moyenne 3,3 ha de terre en propriété privée à titre d’indemnité de compensation des terres perdues. Mais, cette superficie était insuffisante pour subvenir à la subsistance des familles, d’autant qu’elle avait été déterminée dans un seul souci de reloger les déplacés et sans qu’aucun critère pédologique ne soit pris en compte. Les premiers rapports de la FAO suggéraient de reloger les déplacés par villages entiers dans les fermes, plutôt que de les répartir entre différents sites. Ainsi, le rapport rédigé en mars 1973 par les ingénieurs Marinescu de la FAO et Kayali du GADEB sur la répartition des terres du village Andalous, proposait-il de les allouer à 118 familles de villageois issus de cinq villages submergés, en reconstituant si possible l’unité de chaque village12. Mais comme l’un des objectifs sociaux du Projet de l’Euphrate était de déstructurer les relations tribales, les déplacés furent volontairement dispersés entre plusieurs fermes. Ainsi, 260 familles furent installées dans la ferme de Rabiaa : elles provenaient de 67 villages et hameaux différents, dont la moitié avait été submergée13. Les conflits étaient fréquents entre ces familles et mettaient en jeu des groupes tribaux et non des individus. À la fin des années 1980, un incident entre un Walda et un Afadla conduisit à la mort de ce dernier et à l’arrestation de tous les membres de la tribu des Walda présents dans la ferme (Meyer 1990, p. 250).


*

30Réussite en terme de contrôle du territoire, le Projet de l’Euphrate fut un échec en terme de production agricole du fait d’une mauvaise gestion. Devant le mauvais bilan du Projet de l’Euphrate, marqué à la fois par l’extrême lenteur de la mise en valeur de périmètres irrigués, par l’augmentation des coûts de production et par l’ampleur des déficits des fermes d’État, le nouveau gouvernement de Bachar al‑Assad se devait d’agir dans le cadre de son grand programme de lutte contre la corruption et d’assainissement de la comptabilité nationale.

3. Le démantèlement des fermes d’État : une contre-réforme agraire (2000-2008)

31C’est dans le contexte d’ouverture économique (infitah) accéléré depuis 1991 et surtout après la mort du Président Hafez al‑Assad survenue le 10 juin 2000, que la décision de distribuer les terres des fermes d’État fut adoptée le 16 décembre 2000 par un décret émanant du parti Baath. Mais alors même qu’elle répondait au projet présidentiel d’assainissement de l’économie nationale, cette mesure radicale n’a pas été médiatisée. Son application suscite, à ce jour encore, de nombreuses contestations de la part de catégories de propriétaires se trouvant lésés, d’ouvriers tentant de revendiquer leurs droits à la terre, de paysans et d’ouvriers agricoles exclus de la mesure. Ces contestations ont pris la forme de lettres de réclamation adressées au Président de la République - plus de 250 envoyées au cours de l’année 2003 - et ont culminé en décembre 2002 par une « jacquerie » dans le village de Dibsi Afnan, peuplé de déplacés du lac de barrage. L’un des sujets majeurs de litige est que des centaines de lots auraient été attribués, après de faux contrats de travail, à des personnes influentes.

195 000 ha irrigués sur les 640 000 ha programmés

  • 14 Soit 12 % de la surface agricole totale de 6,1 millions d’hectares, qui elle‑même représente le tie (...)

32Au milieu des années 1980, après deux décennies de réforme agraire et d’investissement dans l’irrigation, les superficies irriguées de l’ensemble de la Syrie atteignaient 650 000 ha (en 1986), contre 583 000 en 1957 et 284 000 en 1946. Le boom du coton des années 1950, qui avait entraîné le doublement de l’ensemble des périmètres irrigués syriens, fut plus efficace que vingt années de grands projets hydrauliques. Ainsi, sur les 650 000 ha irrigués en 1986 sur l’ensemble du territoire national syrien14, seuls 80 000 se situaient dans le Projet de l’Euphrate. En 1990, lors d’une enquête sur le Projet de l’Euphrate, réalisée en partenariat avec le GADEB, une équipe de cinq ingénieurs de l’Institut allemand du Développement de Berlin a estimé à seulement 126 000 hectares les périmètres irrigués au sein du Projet de l’Euphrate en 1990. Sur ces 126 000 ha, à peine 86 000 ha constituaient un gain sur la steppe, car 40 000 ha irrigués désormais par canaux l’étaient auparavant par des pompes. Enfin, 30 000 ha de terres fertiles cultivées avaient été noyés par le lac de barrage (Bauer 1990, p. 18).

33Le Projet pilote devait permettre de mettre en valeur 24 000 ha, mais du fait de la salinisation des terres et de l’effondrement du canal principal installé sur des sols gypsifères, seuls 9 000 ha étaient exploités au milieu des années 1980 (Hannoyer 1985, p. 32). Entre 1976 et 1985, 4 000 ha de terres agricoles devenaient chaque année inutilisables car salinisées (Hannoyer 1985, p. 29). Au début des années 1980, 20 000 ha de terres irriguées par des pompes individuelles, mais non drainées, s’étaient trouvées salinisées et impropres à l’agriculture, et 35 000 ha supplémentaires avaient vu leur productivité baisser de moitié du fait de leur salinisation (Hinnebusch 1989, p. 236).

Tableau 19 : Taux de réalisation en 1986 des six projets d’aménagement :

zone

Superficie prévue(hectares)

Superficie exploitée (hectares)

Pourcentage de réalisation

Balikh

186 000

34 000

18,4 %

Moyen Euphrate

165 000

27 000

16,4%

Rassafé

25 000

0

0

Mayadin

40 000

0

0

Meskene Alep

155 000

21 000

13,5%

Khabur inférieur

70 000

0

0

total

640 000

82 000

12,8%

(source : Annuaire statistique du GADEB, cité par Younis 1992, p. 168).  

  • 15 30 500 hectares irrigués, 8 000 en agriculture sèche (12 %) et 7 500 en pâturages (11 %) et 14 000 (...)
  • 16 La superficie des terres cultivables atteint 877 000 ha, dont 272 000 ha sont en jachère et 600 000 (...)

34En 1982, moins de 50 000 hectares avaient été mis en culture. Le lac de barrage, long de 80 km sur 1 à 20 km de large, a noyé 62 500 ha situés entre 256 et 300 m, dont 46 000 ha de terres aptes à l’agriculture15. En 1986, grâce à la construction de 1 700 km de canaux, 82 000 ha étaient opérationnels, mais cela ne représentait que 12,8 % des objectifs. En 1999, l’Annuaire statistique syrien indique que seuls 142 000 ha sont irrigués dans le gouvernorat de Raqqa, sur 600 000 ha cultivés16. En 2006, les superficies irriguées du gouvernorat de Raqqa atteignent 188 000 ha, dont 79 900 ha sont irrigués par les canaux du Projet de l’Euphrate (Annuaire statistique syrien 2007, p. 116). Ce gain considérable de surfaces irriguées est à mettre au crédit de la multiplication des puits, la plupart illégaux (pour 65 000 ha). En 2006, les superficies irriguées de l’ensemble du territoire syrien atteignaient 1 402 100 ha, dont 335 500 ha irrigués par les grands projets hydrauliques étatiques. Dans cette dernière catégorie, le Projet de l’Euphrate correspond à moins de 194 900 ha, chiffre obtenu en ajoutant les périmètres irrigués étatiques du gouvernorat d’Alep (76 900 ha), de Raqqa (79 900 ha), Deir ez-Zor (22 400) et Hassaka (15 700). Cette estimation est large dans la mesure où le gouvernorat d’Alep compte des projets d’irrigation étatique non compris dans le Projet de l’Euphrate. En 2003, Marwa Daoudy propose une estimation des superficies irriguées dans la Bassin de l’Euphrate à 162 039 ha (Daoudy 2003, p. 141). Elle s’appuie sur des documents non publiés du ministère de l’Irrigation datés de 1999, et son estimation semble tout à fait plausible étant comprise entre les deux fourchettes de 126 000 (superficie irriguée en 1990) et 194 900 ha (superficie totale irriguée dans les gouvernorats du Nord-Est syrien en 2006).

L’échec des fermes d’État syriennes

  • 17 443 000 ha furent distribués à des particuliers, 338 000 ha distribués collectivement à des paysans (...)
  • 18 Ministère de l’Irrigation, GADEB, rapport interne, mai 2001 (Ababsa 2005).

35Les fermes d’État furent créées en Syrie en deux phases : dans la foulée des réformes agraires de 1958, 1963 et 1966, puis lors de la mise en œuvre du Projet de l’Euphrate en 1973. Dans la première phase, 140 000 ha leur furent affectés sur les 1 513 000 ha expropriés par l’État17. Les premières et les plus vastes furent créées en Jazîra : à Qamechlia (36 000 ha de céréales et de coton) et à Raqqa (ferme Al-Rachid de 14 000 ha). Mais leurs coûts de production étaient trop élevés au regard de leur productivité. En 1977, lors du grand Symposium Agricole qui entreprit de réduire les effets négatifs de la collectivisation, il fut recommandé de transformer les fermes d’État en coopérative de production, afin que les ouvriers puissent recevoir une part des profits. La superficie des fermes d’État fut alors réduite de moitié, passant de 138 000 à 67 666 ha, dont seulement 10 378 ha cultivés en 1980 (Hinnebusch 1989, p. 202). Pourtant, quinze nouvelles « fermes modèles », de 1 000 ouvriers chacune, furent créées dans le Projet de l’Euphrate au cours des années 1970. Ces fermes ne furent jamais bénéficiaires : en 2001, elles ne rapportaient que le treizième de leurs coûts de fonctionnement (25 millions de livres syriennes sur 645)18.

36En 1992, un nouveau système d’exploitation des fermes d’État fut alors introduit afin d’améliorer ce mauvais niveau de production par l’intéressement des ouvriers : celui des contrats d’exploitation qui donnaient aux ouvriers agricoles qui les signaient 20 % de la production obtenue. Une nouvelle catégorie d’exploitants apparut donc aux côtés des ouvriers agricoles et des ingénieurs et techniciens divers : celle des « contractuels » (mucharikin).

La décision n° 83 du 16 décembre 2000 et le décret n° 4 de janvier 2005

  • 19 Qui furent expropriés lors de la création des fermes d’État du bassin de l’Euphrate administrées pa (...)

L’arrêté n° 83 du 16 décembre 2000 édicté par le parti Baath :
« La distribution des terres de l’administration générale des fermes d’État »

1. L’annulation de la propriété des terres qui n’ont pas été exploitées et pour lesquelles aucune contre partie n’a été versée.

2. La distribution des terres exploitées par lots d’une superficie maximale de 3 ha irrigués et 8 ha non irrigués (baal[iyy]) par famille selon l’ordre suivant de priorité :
- les ayants droit : les propriétaires et les bénéficiaires de la réforme agraire19
(malik wa muntafi) ;
- les détenteurs d’un contrat qui habitent dans les fermes, puis ceux qui n’y résident pas ;

- les ouvriers agricoles qui habitent dans les fermes, puis ceux qui n’y résident pas ;
- les techniciens agricoles qui travaillaient de façon permanente dans les fermes d’État.

3. La vente des logements des fermes d’État à ceux qui les occupent et qui ont obtenu des terres, et la vente des outils et des matériels de production en priorité aux coopératives agricoles avec un réglement en plusieurs échéances, et enfin la vente des troupeaux de moutons.
4. Les deux ministères de l’Agriculture et de l’Irrigation conservent ce dont ils ont besoin en termes de logements et d’outils agricoles, ainsi que 10 % des superficies agricoles, et les réseaux d’irrigation et les fermes bovines confiées à l’administration générale.

(source : texte officiel)

37Le 16 décembre 2000, le parti Baath a transmis aux ministères de l’Agriculture et de l’Irrigation sa décision n° 83 sur le démantèlement des fermes d’État. Selon cette décision, les terres des fermes d’État seraient loties en parcelles de 30 donums irrigués ou 80 donums non irrigués, et reviendraient en priorité aux anciens propriétaires et aux bénéficiaires de la réforme agraire, puis aux ouvriers des fermes et aux détenteurs de contrats d’exploitation.

38Cette décision a une valeur exécutive et non législative. Il ne s’agit en effet ni d’une loi ni même d’un décret, mais d’une décision politique édictée par le parti Baath qui l’a transmise au ministère de l’Agriculture, lequel l’a relayée aux bureaux agricoles des gouvernorats comptant des fermes d’État et au ministère de l’Irrigation, dont relève l’Administration générale du bassin de l’Euphrate. La décision n° 83, souligne un fonctionnaire du GADEB, est intrinsèquement politique. Elle n’a pas fait l’objet d’une procédure d’officialisation par le pouvoir législatif, et n’a pas été accompagnée de mesures d’annulation des décrets précédents de 1971 et de 1983 (n° 1033) relatifs, pour le premier, à la répartition de la propriété, et pour le second, au plafond de la propriété privée fixé à 16 ha dans les domaines d’État. Aussi conduit-elle à la confusion entre les droits des propriétaires et ceux des exploitants, des ouvriers, et des techniciens. Peut-elle annuler les lois antérieures de propriété foncière, en particulier celles de 1959 et 1984, demandent ses détracteurs ?

39Trois types de pétition sont apparues : celles d’anciens propriétaires qui contestent le fait de ne recevoir que 3 hectares irrigués au maximum et 8 hectares de terres en agriculture sèche (ard baal[iyy]) sur l’ensemble des terres qu’ils possédaient ; celles d’héritiers de ces anciens propriétaires dont les noms n’ont pas été enregistrés ; enfin celles de propriétaires dont les anciennes terres ont été distribuées, moyennant de faux contrats, à des fonctionnaires.

40En 2001, la Direction agricole du gouvernorat de Raqqa fut mandatée pour créer une commission de distribution. Dirigée par le directeur du bureau juridique de la Direction de l’Agriculture, cette commission comprenait trente membres, appartenant aux deux ministères de l’Irrigation et de l’Agriculture, mais seulement deux membres de l’Administration générale du Bassin de l’Euphrate. Le GADEB fut écarté de crainte que ses membres ne se favorisent. Or, cette mise à l’écart de l’organisme de gestion des fermes d’État n’a fait qu’amplifier les conflits d’intérêts entre directions administratives d’une part, et ayants droit d’autre part, d’autant plus que le GADEB disposait des informations détaillées concernant la propriété de ces terres et leur exploitation.

La distribution des fermes d’État syriennes

41En janvier 2005, 38 650 ha de terres (dont 27 500 ha irrigués et 11 150 ha baal[iyy]) de l’ensemble des fermes d’État syriennes avaient été distribués à 12 500 bénéficiaires dans l’ensemble de la Syrie (Teshreen, 19 janvier 2005). 45 692 ha de terres baal[iyy] ont été confiés à des administrations étatiques d’amélioration des semences et de recherche tandis que 36 753 hectares baal[iyy] demeurent à distribuer dans les gouvernorats de Hassaka, Deir ez-Zor, Raqqa et Alep. La plupart des bénéficiaires ont entrepris de louer ou de vendre, illégalement, les 30 donums reçus. Ces deux processus de vente et de location des terres distribuées ont permis, au sein du bassin de l’Euphrate administré par le GADEB à des entrepreneurs châwî, de se constituer de vastes domaines privés au sein des anciennes fermes d’État de Jazîra.

42L’essentiel des distributions s’est déroulé au sein de la grande ferme Bassel al-Assad de Meskene, située dans le gouvernorat d’Alep, ainsi que dans le Projet pilote et la ferme Rachid du gouvernorat de Raqqa. Au 1er septembre 2005, 26 470 ha de la ferme Assad de Meskene (dont 15 625 ha irrigués) avaient été répartis entre 4 297 bénéficiaires (dont 3 168 ouvriers), mais seulement 3 600 d’entre eux avaient pris leur lots (soit 10 574 ha), 697 ne s’étant pas présentés à la commission de distribution (Teshreen, 1 septembre 2005, 1 septembre 2004). L’autre moitié des distributions s’est déroulée au sein du Projet pilote du gouvernorat de Raqqa, où mes enquêtes de terrain ont porté.

Tableau 20 : Les bénéficiaires de l’arrêté n° 83 de distribution des fermes du Projet pilote, août 2003 :

Catégories de bénéficiaires de la redistribution

Nombre de bénéficiaires

Propriétaires et bénéficiaires de la réforme agraire expropriés

2 392    48,7%

Détenteurs d’un contrat d’exploitation (mucharikin)

1 379    28,1%

Détenteurs d’un contrat de location des terres

69     1,4%

Ouvriers agricoles temporaires

349     7,1%

Ouvriers travaillant sur contrat annuel, ou berger

208     4,2%

Ouvriers indépendants polyvalents

510     10,4%

total

4 907

(source : entretien avec un fonctionnaire du GADEB à Raqqa, octobre 2003)

43L’application de la décision n° 83 de 2000 dans le Projet pilote de l’Euphrate s’est déroulée, jusqu’en juin 2005, en quatre phases. La première, d’octobre 2001 à mars 2002, a concerné les propriétaires et les bénéficiaires de la réforme agraire, ainsi que les employés et les ouvriers contractuels. La deuxième phase, d’avril à octobre 2002, se fit au profit des employés du GADEB ayant au moins trois ans d’ancienneté. La troisième phase, d’octobre 2002 à septembre 2003, a concerné tous ceux qui pouvaient justifier d’avoir travaillé un an pour le GADEB. La quatrième phase, qui a débuté en septembre 2003, a permis à tout fonctionnaire du GADEB qui souhaitait prendre sa retraite d’obtenir en plus de son indemnité un lot de 3 ha. Cette dernière mesure vise à réduire les effectifs du GADEB dont les fonctions majeures sont désormais de fournir l’eau à prix unique et de prescrire les types de culture conformes au Plan. La dernière phase de distribution, 2004-2008, a permis à tout fonctionnaire du gouvernorat de Raqqa de bénéficier d’un lot de terre s’il quitte son emploi volontairement.

44En août 2003, 2 392 propriétaires et bénéficiaires de la réforme agraire avaient été inclus dans la première phase de distribution ; à ce groupe s’ajoutent les détenteurs de contrats d’exploitation des terres (1 379 personnes) ; enfin 1 067 ouvriers et contractuels employés sous différents statuts par le GADEB. Au 31 mai 2005, le nombre de bénéficiaires se montait à 5 614. Il s’agit pour la moitié d’anciens propriétaires et de bénéficiaires de la réforme agraire, pour le tiers d’ouvriers agricoles ayant un contrat de location, le reste étant des ouvriers temporaires et des fonctionnaires. Notons que 1 086 femmes fonctionnaires ont elles aussi été dotées en terres, à la demande du gouverneur qui a envoyé une note à ce sujet au ministre de l’agriculture. Elles se répartissent en 653 employées du Projet pilote, 253 employées de l’administration autre que le ministère de l’Irrigation, le reste étant employé au Bassin de l’Euphrate. La fin de la distribution des terres du Projet pilote a été annoncée publiquement dans la presse syrienne en août 2008. À cette date, 6 046 bénéficiaires avaient reçu un total de 23 941 ha au sein du Projet pilote, tandis que 652 ha étaient gardés par le ministère de l’Agriculture comme terrain d’expérimentations. Ce même mois, l’agence de presse SANA annonçait la distribution totale des terres de la ferme Al-Rachid, soit 15 511 ha distribués à 3 486 familles20.

45Le 18 janvier 2005 fut promulgué le décret n° 4 qui mit un terme légal à l’Administration générale des fermes d’État ainsi qu’au Projet pilote qui dépend pourtant de l’Administration générale du Bassin de l’Euphrate, laquelle n’a pas été démantelée. Selon ce décret, les employés de l’Administration générale des fermes d’État dépendent désormais du ministère de l’Agriculture qui continue de payer leurs contrats jusqu’à leur retraite ; 10 % des terres et des outils agricoles reviennent au ministère ; et les logements sont vendus “au prix courant” aux bénéficiaires des opérations de distribution des terres en cours selon la décision n° 83 de 2000 (Teshreen, 19 janvier 2005).

La revente des terres et la constitution de grands domaines

  • 21 Entretien conduit à Raqqa en octobre 2004.

46La distribution des fermes d’État a entraîné un tel morcellement des surfaces et un tel éparpillement de la propriété qu’un double processus illégal de location et de vente du droit d’usage des lots a cours depuis 2001-2003. Selon des entretiens informels conduits dans le gouvernorat de Raqqa en octobre 2004, la majorité des bénéficiaires n’exploitent pas directement leurs terres mais les louent ou les ont vendues. Les plus grands « acheteurs » seraient des membres de la tribu des Hleissat, spécialisés dans la vente des moutons, et dont les terres étaient situées entre le Balikh et l’Euphrate. Ce que confirme l’un des cheikhs Hleissat : « Bien entendu que ce sont les Hleissat qui sont les principaux acheteurs : c’est LEURS terres qu’ils rachètent ! Nous, les anciens propriétaires, nous n’avons reçu que 30 donums irrigués. On fait tout pour récupérer nos terres. Pourquoi le gouvernement ne nous a-t-il pas tout simplement rendu nos terres ? »21.

  • 22 Après 25 ans de travail, tout fonctionnaire peut prétendre à une retraite mensuelle d’au moins 8 00 (...)

47Confrontés au morcellement des terres et à leur extrême éparpillement, de nombreux bénéficiaires ont préféré soit les louer soit les vendre. Le prix de location, illégale, des lots distribués oscille entre 1 500 et 2 000 livres le donum par an, selon la localisation de la parcelle. Pour un lot de 30 donums, la location produit un revenu de 45 à 60 000 livres syriennes par an, ce qui correspond au salaire moyen des employés du Projet pilote, soit environ 5 000 LS mensuelles (100 $). Le prix de vente est en revanche deux à quatre fois inférieur au marché : entre 15 000 et 30 000 LS le donum. Ainsi un bénéficiaire qui vend ses trente donums irrigués peut-il espérer gagner de 450 000 LS à 900 000 LS, voire un million de livres au meilleur des cas, soit de sept à quinze années de salaire moyen22.

48Comme la vente du droit d’usage de ces terres est illégale, ainsi que leur location, les contrats sont confidentiels et n’engagent que des particuliers, avec le risque pris de la dénonciation, qui pèse sur le bénéficiaire des terres et non sur celui qui les loue ou en achète le droit d’exploitation. Il est délicat de savoir quels étaient les nouveaux grands exploitants dans ce nouveau contexte. Au mieux ai-je pu apprendre que plus de la moitié des bénéficiaires n’exploitent pas directement leurs terres, mais les louent ou les ont vendues ; et que les plus grands « acheteurs » sont actuellement des membres des tribus arabes de l’Euphrate.

49Un double processus résulte des mouvements de vente et de location des terres du Projet pilote. D’une part, le renforcement du pouvoir des grands entrepreneurs qui étaient arrivés à se maintenir au terme de la réforme agraire et qui ont le moyen de louer les terres ; et d’autre part, la constitution de grands domaines agricoles, qui dépassent les plafonds de propriété de 160 donums qui avaient été fixés par les lois successives de la réforme agraire. Ainsi la mutation des structures de propriété et d’exploitation est radicale : on est passé d’un système collectif d’exploitation à la grande propriété privée qui devait être limitée selon l’idéologie baathiste. Une véritable « contre-réforme » agraire a ainsi lieu en Jazîra depuis 2003, mais cette fois au profit d’entrepreneurs issus des tribus de l’Euphrate. Mais, comme le souligne le responsable de la direction agricole du gouvernorat de Raqqa, l’une des conséquences positives immédiates du démantèlement des fermes a été la multiplication par cinq du revenu de la production agricole totale du gouvernorat de Raqqa entre 2000 et 2003. Elle serait passée de 400 000 millions de livres syriennes en 2000, à 2 milliards en 2003. Précisons que 2001 et 2002 ont été de très bonnes années agricoles.


*

50Ainsi, les structures foncières syriennes de la Jazîra sont en plein bouleversement depuis l’arrivée au pouvoir de Bachar al‑Assad. Une contre-réforme agraire a suivi le démantèlement des fermes d’État. Elle a profité à de nouveaux entrepreneurs issus des semi-nomades châwî, ainsi qu’à divers dignitaires. Quant aux anciens grands propriétaires, ils attendent la restitution ou l’indemnisation des terres expropriées au cours des années 1960. Cette contre-réforme agraire est importante dans la mesure où elle sort la Jazîra de son statut de marge de la Syrie, en favorisant l’initiative économique de nouveaux entrepreneurs privés locaux. Mais il est encore trop tôt pour analyser les effets sociaux et économiques de ces mesures.

4. Le nouvel essor économique de Raqqa : projet étatique et secteur privé

51À l’arrivée au pouvoir de Bachar al‑Assad, en juillet 2000, la question du sous-équipement industriel de la Jazîra fut soulevée. Fonctionnaires et intellectuels raqqawis soulignèrent le manque d’investissement productif et le sous-équipement du gouvernorat au regard de sa contribution à l’économie nationale. L’économie du gouvernorat est essentiellement agricole et le secteur public regroupe le tiers des actifs. Le secteur industriel d’État est moribond et toute l’activité de transformation avait lieu à Alep jusqu’en 2004. Le gouvernorat de Raqqa semble encore à l’écart de la Syrie nouvelle, où le capital des sociétés privées contribue désormais à 65 % du produit national brut et où des banques privées ont vu le jour. C’est dans ce contexte que le gouvernement a lancé en novembre 2005 un nouveau programme de développement du Nord-Est syrien visant à en faire la « base arrière de la reconstruction de l’Irak ».

Le poids du secteur public dans le gouvernorat de Raqqa

52La construction du barrage de Tabqa et la mise en oeuvre du Projet de l’Euphrate a drainé vers le gouvernorat de Raqqa une grande partie des budgets d’investissement de l’État dans les secteurs primaires (développement agricole), secondaire (construction du barrage, de la centrale électrique et de l’usine de sucre) et tertiaire (emploi de fonctionnaires du Projet de l’Euphrate et du nouveau gouvernorat). L’évolution de la composition socio-économique de la population active du gouvernorat de Raqqa entre 1960 et 1994 traduit le passage d’une forme de société pré-industrielle, caractérisée par le grand poids du secteur primaire, à une société de transition dans laquelle le secteur secondaire se renforce, essentiellement grâce au développement des activités de construction, et où le secteur tertiaire est gonflé par la création de postes administratifs. Tandis que le secteur primaire régresse de moitié (passant de 89 % à 38 % des emplois), le secondaire double (passant de 2,4 % à 5,2 %). Mais les activités tertiaires sont encore faibles (27 %), étant entendu toutefois que leur mesure est certainement sous-estimée ; par exemple, la rubrique « commerce » (9 %) n’inclut ni les échoppes, ni les chariots des marchands ambulants (voir tableau 21).

Tableau 21 : Répartition de la population active du gouvernorat de Raqqa par secteur (âgée de plus de 6 ans en 1960, de plus de 10 ans en 1970, 1981 et 1994 et de plus de 15 ans en 2004).

1960

1970

1981

1994

2004

agriculture, pêche

40 000

89 %

56 901

72,6 %

30 056

38,4 %

45 090

38,2 %

79 303

40,9%

mines et carrières

26

0,05 %

64

0,1 %

114

0,14 %

200

0,1 %

535

0,2 %

industrie

1 081

2,4 %

1 671

2,1 %

3 995

5,1 %

6 150

5,2 %

8 487

4,4 %

électricité, gaz, eau

18

0,04 %

50

0,1 %

596

0,8 %

3 900

3,3 %

1 954

1 %

construction

665

1,5 %

10 497

13,4 %

20 786

26,6 %

19 640

16,6 %

31 201

16,1 %

1960

1970

1981

1994

2004

commerce

1 198

2,7%

3 055

3,9 %

5 215

6,7 %

10 830

9,2 %

12 750

6,5 %

transport communic

246

0,5 %

1 084

1,4 %

3 225

4,2 %

4 800

4 %

7 525

3,9 %

Assurance-finance

40

0,08 %

154

0,2 %

291

0,4 %

730

0,6 %

854

0,4 %

services

1 503

3,35 %

3 301

4,2 %

8 220

10,5 %

19 820

16,8 %

28 046

14,5 %

non défini

339

0,4 %

1 681

2,1 %

1 510

1,3 %

4 170

21,5 %

recherche 1er emploi

1230

1,6 %

4 096

5,3 %

5 200

4,4 %

21 811

11,2 %

Population active

44 753

78 346

78 269

118 090

193 636

population totale

178 417

243 736

348 383

553 395

793 514

  • 23 Opérer cette multiplication par 10 des chiffres bruts fournis par le recensement n’est pas très sat (...)

*Remarque : pour 1994, les chiffres sont disponibles à travers le recensement de 10 % de la population ; je les ai donc multipliés par 10 afin d’obtenir une base de comparaison des recensements23).

(sources : Recensements de la population du gouvernorat de Raqqa 1960, 1970 p. 155 ; 1981 p.155 ; 2004 p.127.

  • 24 Le secteur de la construction comprend les petits propriétaires de compresseurs de parpaings, condu (...)

53L’étude de la répartition par secteurs de la population active révèle la diversification des activités, ainsi que la forte baisse du nombre d’ouvriers agricoles, due à la mécanisation et à un fort exode rural. Il faut certainement y voir la conséquence d’un sous-enregistrement des personnes ayant deux emplois, comptabilisées dans le secteur de la construction et du bâtiment ou dans l’administration24. Comparée à l’ensemble de la Syrie, la population active du gouvernorat de Raqqa est plus importante dans le secteur agricole (38 % contre 28,7 % au niveau national en 1999) ; inférieure pour ce qui est des services (16,8 % contre 22,7 % ) ; également inférieure sur le plan du commerce (9,2 % contre 15,7 %) ; et très inférieure en ce qui concerne l’industrie (5,2 % contre 12,8 %). 

54En revanche, le poids de l’emploi public dans le gouvernorat est très important. Le nombre de fonctionnaires du gouvernorat de Raqqa a fortement augmenté depuis la construction du barrage et des villes et quartiers nouveaux. Au recensement de 1994, le tiers (28,9 %) de la population active du gouvernorat de Raqqa est employé par le secteur public, soit 34 080 personnes sur 118 090. La moitié des emplois publics sont dans les services (53,8 %) ; 17,4 % dans le bâtiment ; 11,2 % dans la production et la distribution en électricité, gaz et eau ; et moins de 7 % dans l’agriculture étatique.

Tableau 22 : L’emploi public par secteur en 1994 dans le gouvernorat de Raqqa.

Secteur public

% de l’emploi dans la branche

agriculture, pêche

2 330

6, 8%

5,2%

mines

130

0, 4%

65,0%

industrie

1 200

3, 5%

19,5%

électricité, gaz, eau

3 820

11, 2%

97,9%

construction, bâtiment

5 940

17, 4%

30,2%

commerce

630

1, 8%

5,8%

transport

1 300

3, 8%

27,0%

assurance

290

0,8%

39,7%

services

18 330

53, 8%

92,5%

non défini

110

0,3%

7,3%

Population active totale

34 080

100%

28,9%

(RGP, 1994, table 46).

55En pourcentage de l’emploi par branches, 92,5 % des emplois dans les services, dans le gouvernorat de Raqqa, sont publics ; 40 % de ceux‑ci dans l’assurance ; le tiers des emplois dans les secteurs du secteur du bâtiment et des transports ; ainsi que le cinquième des emplois industriels. En comparaison, seuls 5,2 % des ouvriers agricoles sont employés par l’État dans le gouvernorat ; mais il faut préciser que de nombreux employés des fermes d’État exercent des activités d’électriciens et de mécaniciens. Le plus gros employeur du gouvernorat était, jusqu’à la distribution des fermes d’État en 2001, l’Administration du Bassin de l’Euphrate qui comptait mille employés et 2000 dans les fermes modèles.

Les indicateurs de développement humain

56La scolarisation et la lutte contre l’analphabétisme ont constitué dès la révolution baathiste des objectifs prioritaires de la Syrie, accompagnant la politique de transformation des relations sociales et d’encadrement de la population. En 1970, 76 % de la population du gouvernorat de Raqqa était analphabète ; en 1981, après une décennie de lutte intense contre l’analphabétisme, la part des analphabètes avait chuté à 61 % de la population ; en 1994, ce taux n’était plus que de 39,6 %, et de 37,2 % en 2004.

Tableau 23 : Évolution du nombre d’analphabètes âgés de plus de dix ans dans le gouvernorat de Raqqa de 1960 à 1994, et de plus de 15 ans en 2004.

total et%

Hommes %

Femmes  %

1970

116 552   76,0%

48 221   59,7%

68 331   93,9%

1981

130 658   62,0%

45 239   42,0%

85 419   83,0%

1994

127 170   39,6%

38 010   23,5%

89 160   56,0%

2004

163 803   37,2%

58 274   25,8%

105 529   49%

(source: RGP Raqqa 1960, 1970, 1991, 2004).

57Il convient de distinguer la population masculine de la population féminine. En dépit des progrès liés à la scolarisation obligatoire des filles de 6 à 11 ans, qui se traduit par une réduction légère du nombre de femmes analphabètes dans le gouvernorat de Raqqa entre 1970 et 1981, les femmes âgées de plus de dix ans sont en moyenne deux fois plus nombreuses que les hommes à être analphabètes (83 % contre 42 % en 1981 et 56 % contre 23,5 % en 1994). En 2004, encore la moitié des femmes du gouvernorat de Raqqa âgées de plus de quinze ans sont analphabètes. On note une régression entre 1994 et 2004 concernant les hommes qui sont désormais le quart à être analphabètes (25,8 % contre 23,5 % en 1994).

Tableau 24 : Pourcentage d’analphabètes dans le gouvernorat de Raqqa, par sexe et selon la résidence, rurale ou urbaine, en 1994.

Syrie

Gouvernorat

de Raqqa

hommes

femmes

hommes

femmes

ville

8%

22,7%

17%

40,3%

campagne

12%

39,5%

28,5%

67,7%

(source: RGP 1994).

58La réduction du nombre d’analphabètes a été favorisée par la multiplication des écoles dans les villages mais surtout dans les villes, le gouvernorat s’étant urbanisé rapidement : alors que 92 % de la population était rurale en 1960, ce taux était tombé à 74 % en 1970 pour chuter encore à 61 % en 1981 et 1994. Chaque gouvernorat a bénéficié de la création d’un centre de lutte contre l’analphabétisme. En dépit du grand effort accompli dans la lutte contre l’analphabétisme, le gouvernorat de Raqqa est encore très en retard sur les moyennes nationales : les hommes et les femmes analphabètes sont deux fois plus nombreux tant en ville qu’à la campagne par rapport aux moyennes nationales (17 % des citadins de Raqqa contre 8 % en Syrie sont analphabètes et 40,3 % des citadines de Raqqa contre 22,7 %).

Le sous-investissement industriel en Jazîra

59Le secteur industriel étatique créé en Jazîra dans les années 1970 a résulté de choix politiques visant à contrebalancer le poids d’Alep dans les industries de transformation des matières premières agricoles et à créer une classe ouvrière soutien du régime dans l’Est syrien. Le souci de rentabilité économique des investissements industriels syriens fut alors balayé par un impératif politique visant à équilibrer la répartition de l’activité industrielle sur le territoire national. Dans ce contexte, trois opérations d’envergure furent accomplies dans le secteur agro-alimentaire en Jazîra au cours des années 1970 : la construction de ce qui était alors la plus grande papeterie du Moyen-Orient à Deir ez-Zor ; de trois usines de sucre le long de la vallée de l’Euphrate (à Meskene, Raqqa et Deir ez-Zor) et de deux usines d’égrenage du coton à Deir ez-Zor et Hassaka. Mais alors même qu’il bénéficiait d’investissement en équipement lourd (barrage, ville nouvelle et fermes d’État), le gouvernorat de Raqqa fut négligé en terme d’investissement industriel. Cela fut d’autant plus criant que le gouvernorat contribuait à lui seul au tiers de la production de céréales et de coton du pays. Alep conserva ses fonctions de transformation des produits agricoles de la Jazîra, en dépit de la vague de nationalisation de la quasi totalité des grandes entreprises industrielles syriennes qui accompagna la révolution baathiste.

60Ayant mis la main sur l’appareil industriel de la bourgeoisie sunnite des grandes villes d’Alep, Damas, Homs, Hama et Lattaquié, le nouveau régime eut alors à élaborer une stratégie de développement industriel pragmatique afin d’en tirer le meilleur profit. Il opta pour une politique de développement autocentré avec la création d’un secteur agro-industriel qui assurât la transformation des matières premières agricoles, tant alimentaires que textiles. La création de raffineries de sucre, de semouleries, de filatures devait entraîner l’émergence en amont d’ateliers mécaniques et en aval de petites usines agro-alimentaires, d’ateliers de réparation et de confection, et des sociétés de commercialisation de produits finis. Les trois raffineries de sucre installées à Meskene, Raqqa et Deir ez-Zor, distantes seulement les unes des autres d’une centaine de kilomètres, devaient permettre de freiner l’importation de sucre raffiné et de produire cet aliment de base pour les populations rurales. Elles furent livrées clefs en mains par la Belgique en 1978 et leur première campagne eut lieu en 1979. Très vite, un grand problème d’approvisionnement en betteraves se posa : en dépit de l’obligation de culture de ce tubercule inscrite dans le Plan, les paysans étaient très réticents devant sa production, non rentable, qui exige beaucoup d’engrais et une main-d’oeuvre féminine nombreuse ainsi retirée de la traite des brebis. L’usine de Meskene fut abandonnée au bout de deux ans, celles de Deir ez-Zor et de Raqqa fonctionnèrent en alternance, restant de longues années fermées par manque de matière à traiter et de pièces détachées pour en assurer la maintenance. En 2001, l’usine fonctionnait avec un bon rendement, mais c’était sans doute parce que la production de betteraves avait été bonne du fait des raisons climatiques.

61La construction d’une usine publique d’égrenage du coton est envisagée à Raqqa dès 2001. Inaugurée en 2002, l’usine ne fonctionnait toujours pas en décembre 2003. En 2002, le premier ministre syrien Mustapha Miro annonça sa volonté de renforcer la filière de transformation du coton qui emploie 15 % de la population active syrienne. Il prévoyait la construction de nouvelles filatures de coton pour traiter le million de tonnes de coton brut produit annuellement par la Syrie (en 2001). En effet, sur les 300 000 tonnes de coton égrené issues du million de tonnes brut produites, seules 100 000 tonnes sont filées en Syrie et les deux autres tiers sont exportées (Oxford Business Group, 2002, p. 143). Or la transformation sur place de cette production pourrait renforcer un secteur textile, jusqu’à présent très concentré à Alep, sous la forme de petites entreprises localisées en Jazîra et qui exporteraient sur le marché moyen-oriental (Liban, Jordanie).

62Entre les deux pôles industriels d’Alep et de Deir ez-Zor, Raqqa fait pâle figure. À part son usine de sucre, elle ne compte qu’une halle de séchage du maïs construite par le gouvernorat dans les années 1980 et une dizaine d’ateliers de confection de tapis répartis dans le gouvernorat : à Raqqa (3), Al-Thawra, Kasr Faraj, Hazima, Raqqa Samra, Sabkha, Yarouba, Haouss, Maadan et Tell Hammam. Ils emploient chacun en moyenne une quarantaine d’ouvriers, essentiellement des femmes qui peuvent ainsi contribuer à leur dot. Quant à la ville nouvelle de Thawra, dotée pourtant d’une situation idéale à mi-chemin entre Raqqa et Alep et qui bénéficie d’une énergie électrique abondante, elle n’a reçu aucun investissement industriel. Alors qu’elle aurait pu constituer un site idéal de transformation des produits agricoles de Jazîra, la ville nouvelle s’est transformée en ville dortoir du barrage, tandis que Raqqa lui déléguait une partie de ses postes administratifs du Projet de l’Euphrate.

« Le projet national de développement des régions de l’est »

63En novembre 2005, le vice-premier ministre aux affaires économiques, Abdallah Dardari a rendu public un grand programme d’industrialisation de la Jazîra. Inscrit dans le dixième Plan quinquennal syrien (2006-2010) dont le budget global est de 60 milliards de livres syriennes (1,2 milliard de dollars), ce projet de 523 millions de dollars d’ici 2010, soit la moitié du budget, inclut la construction de la nouvelle raffinerie de Deir ez-Zor, mais aussi de deux villes industrielles (l’une de 450 ha à Raqqa, l’autre de 1200 ha à Deir ez-Zor), et d’un complexe touristique de luxe sur le lac de barrage Assad. Ce plan vise à faire de « la Jazîra, la base-arrière de la reconstruction de l’Irak ». Il a pris corps le 2 mai 2006 avec la création du « Haut Conseil pour le Développement des Régions de l’Est », dans lequel siègent le vice-Premier ministre aux Affaires économiques, le vice-ministre des Finances, le ministre de l’Agriculture, ceux de l’Irrigation, des Affaires Sociales, du Logement, de la Planification administrative, les trois gouverneurs de Raqqa, Deir ez-Zor et Hassaka, et le directeur du Projet de développement des régions de l’Est, Abd al‑Nasser Khalil et son représentant Issa Salloum. Déjà centre administratif du Projet de l’Euphrate, Raqqa a été choisie pour héberger le bureau en Jazîra du « Projet national de développement des régions de l’Est » ouvert en novembre 2006 et dirigé par Issa Salloum, brillant ingénieur agronome formé en Allemagne.

64Le gouvernement syrien, en partenariat avec le PNUD a doté le projet de développement de l’Est syrien pour le seul gouvernorat de Raqqa d’un budget de 10 milliards de livres syriennes pour la période 2006-2010 du dixième plan quinquennal (soit 200 millions de dollars), de 11,8 milliards pour le gouvernorat de Deir ez-Zor. En 2006, 2,172 milliards de livres ont été affectés au gouvernorat de Raqqa, dont 750 millions consacrés aux réseaux d’égouts et d’adduction en eau, et 160 millions au réseau électrique. En 2007, 1,5 milliards de livres sont affectés à l’amélioration des infrastructures routières et d’adduction en eau, et à la création de deux nouveaux « centres de services », véritables noyaux urbains dans la badiya, à Zamla et Al-Trefawi dont le but est de limiter l’exode rural en créant de petits villages comprenant un bureau administratif délivrant des cartes d’identité, un bureau de poste et télécommunications, un poste de police, des écoles, des dispensaires, des cabinets de vétérinaires, des entrepots céréaliers et un petit marché. En 2008, trois nouveaux centres devraient être ouverts à Al‑Qantari, Kherbet Adla et Sabkhawi. Parallèlement, une ville nouvelle « Raqqa al‑jadida » est en projet sur la rive sud de l’Euphrate, juste avant le grand pont de Raqqa, à Kasr Cheikh al‑Jumaa. 500 ha lui sont réservés, elle devrait voir le jour en 2015 et permettre de loger 15 000 familles, soit près de 100 000 personnes. 200 ha sont réservés à des immeubles aux appartements de 100 m2 et 300 ha à du logement ouvrier.

65Les objectifs de développement s’inscrivent dans les « Objectifs du Millénaire (Millenium Goals) » du PNUD qui visent à éradiquer la pauvreté par l’éducation, la formation et l’encouragement des initiatives prises par les femmes rurales ; et à accélérer le développement en créant des conditions favorables à l’investissement (légales et infrastructurelles). En Jazîra, le but est de renforcer la formation et la production de richesses. À cet égard, Issa Salloum souligne que deux nouvelles lois sont essentielles pour l’amélioration des revenus agricoles : la nouvelle loi de la badiya (loi 62 de 2006) qui permet d’étendre les périmètres irrigués, et la loi 25 du 10 avril 2007 sur l’exploitation des forêts. Enfin, depuis juin 2006, un tout nouveau projet pilote d’irrigation par aspersion est développé dans le gouvernorat de Hassaka qui doit être appliqué à toute la Jazîra afin de parvenir à de meilleurs rendements agricoles par une moindre consommation en eau. Le but de ces nouvelles techniques est de remplacer l’ancestrale méthode d’inondation des champs qui est très consommatrice en eau et conduit à la salinisation accélérée des sols par remontée capillaire des sels minéraux. En moins de dix ans, des terres ainsi irriguées deviennent recouvertes d’une couche de sel qui les rend incultivables pendant des décennies. Lors de sa tournée, Abdallah Dardari a souligné que le gouvernorat de Raqqa avait devant lui de grands défis de développement, mais qu’il pouvait s’appuyer sur ses richesses importantes qu’étaient ses vastes plaines agricoles ainsi que ses riches vestiges archéologiques et son magnifique lac Assad, appelant au développement touristique des rives du lac.

Les nouvelles initiatives dans le gouvernorat : du micro-crédit à l’université

66Le gouvernorat de Raqqa a bénéficié en 2003 du nouveau système étatique de micro-crédits délivrés par le Bureau de lutte contre le chômage mis en place en 2001. Un budget de 50 milliards de livres syriennes a été alloué à ce bureau pour la période (2002-2006) : 10 milliards furent versés par le gouvernement syrien et 40 milliards par les États arabes et des fonds d’aide internationaux. Le Bureau finance trois types d’activité : le micro-crédit pour les chômeurs qui veulent créer de petites entreprises ; le crédit pour des entreprises de services déjà existantes ; et le financement de la formation pour les bénéficiaires de ces crédits. La création de 440 000 emplois nouveaux est annoncée. Cette mesure a été très populaire en Syrie. À Raqqa de nouveaux commerces de tissus sont apparus, des éleveurs ont pu acquérir de nouvelles têtes de bétail, un grand atelier de développement photographique a été créé.

67La politique nationale d’ouverture économique commence à porter ses fruits. En 2003, la première université privée de Jazîra a été inaugurée à Raqqa, financée par un Syrien expatrié dans le Golfe. L’université Al-Ittihad recrute ses professeurs à l’Université d’Alep, en leur offrant trois fois leur salaire horaire. À l’opposé de ces petites opérations, une grande université privée a été ouverte à Raqqa en septembre 2003, spécialisée dans l’ingénieurie et l’informatique. L’université recrute ses étudiants parmi les enfants des fonctionnaires du gouvernorat et des nouveaux commerçants. En septembre 2005, lors de sa tournée en Jazîra, le vice-ministre à l’économie Abdallah Dardari a ouvert quatre facultés de l’Université d’Alep à Raqqa : d’ingénieurie civile (générale et irrigation), de sciences (mathématiques), de littérature et d’enseignement, dans le but d’améliorer la formation de 700 jeunes Raqqawis chaque année. L’amélioration des structures éducatives fait partie d’un grand chantier de développement de la Jazîra annoncé par le gouvernement en novembre 2005.

Les investissements industriels privés selon la loi n° 10 de 1991

68C’est dans le contexte d’ouverture économique amorcé par Bachar al‑Assad en 2000, que deux vastes complexes industriels, dont l’un de 30 millions de dollars de capitalisation, ont été édifiés à la périphérie de Raqqa. Ils comprennent les quatre premières filatures de la ville. Conduits à l’initiative d’une famille alépine et de la famille locale al-Ujaily selon la loi sur les investissements n° 10 de 1991, ils symbolisent la revanche économique des investisseurs citadins qui avaient participé au développement de la Jazîra avant d’être écartés par la révolution baathiste. Les salaires qui y sont offerts, 5 000 livres syriennes mensuelles pour 48 heures de travail hebdomadaire (100 $), sont équivalents à ceux du public, mais les conditions de travail, tayloriennes, sont bien plus éprouvantes. C’est à ce prix que Raqqa, transformée dans les années 1970 en laboratoire de la Syrie socialiste, est confrontée aux défis de la reconversion libérale du modèle économique baathiste.

69Lors de sa tournée de septembre 2005, Abdallah Dardari a visité le complexe al-Ujaily et appelé de ses vœux d’autres investissements privés de même envergure. Depuis cette date, quinze nouveaux complexes ont été ouverts dans le gouvernorat de Raqqa, et seize autres sont en projet en avril 2007. L’essentiel des projets sont dans les deux secteurs du textile et de l’agro-alimentaire, assurant ainsi la transformation sur place de l’importante production agricole du gouvernorat (voir annexe).

70Outre la famille raqqawie al-Ujaily, la famille Hassoun est représentée par deux frères assis sur une grande propriété foncière le long du Balikh, ainsi que la famille Khalaf (des Chebli Salama). Trois industriels alépins issus de la grande famille Antabi ont investi dans trois complexes de filature et de tissage. En avril 2007, Alaa Antabi estimait sa production à 3500 tonnes de fils, moitié coton, moitié viscose (importé de Malaisie). Le 1er janvier 2007, la loi numéro 10 sur les projets d’investissement a réduit le nombre d’années d’exemption de taxes de neuf à cinq ans, tandis que le niveau de taxation était réduit à 22 %, contre 28 % dans le reste des projets. Outre les quinze complexes industriels ouverts à Raqqa, 52 usines plus petites ont été ouvertes en 2006-2007 au sein du gouvernorat de Raqqa, selon la loi n° 21, dans le secteur textile (6), agroalimentaire (22) et manufacturier (24). L’ensemble de ces projets témoignent du dynamisme industriel du gouvernorat et procèdent du processus de libéralisation de l’économie syrienne.

L’autosuffisance alimentaire syrienne atteinte en 1991 … grâce à l’irrigation privée

  • 25 Le déficit de la balance commerciale alimentaire est passé de 1 080 millions de livres syriennes en (...)
  • 26 (Banque Mondiale, rapport 22602-SYR, 2001, Syrian Arab Republic. Irrigation Sector Report, p xi).

71Au milieu des années 1980, en dépit des investissements étatiques dans la construction de barrages, la superficie agricole irriguée restait faible et la production agricole insuffisante pour couvrir les besoins nationaux d’une population dont le taux de croissance était de plus de 3 % par an. Ainsi, tout au long des années 1970 et 1980, la Syrie a-t-elle dû importer une grande partie de sa consommation alimentaire de base : blé, riz, sucre et fruits25. L’autosuffisance alimentaire est atteinte en 1991, non grâce au Projet de l’Euphrate, mais grâce à la multiplication de puits privés, souvent illégaux. Ainsi, à partir des années 1980, les superficies irriguées syriennes s’étendent à un rythme élevé : elles atteignent 1,2 million d’ha en 1998, soit 20 % de la superficie cultivée syrienne, qui est alors de 5,5 millions d’ha. Ce gain est dû à l’utilisation accrue des eaux des nappes phréatiques et à la multiplication incontrôlée de forages de puits individuels. En 2001, 60 % des eaux d’irrigation proviennent des nappes phréatiques non renouvelables et la moitié des puits sont illégaux26.

  • 27 Le forage d’un puits de 270 mètres de profondeur coûte 300 000 livres syriennes (6 800 euros), auqu (...)

72Dans le gouvernorat de Raqqa, les bédouins Fedaan Khorsa ont démultiplié les puits illégaux. Le seul wadi Himar, affluent de rive gauche du Balikh situé dans les environs de Slouk, comptait ainsi 200 puits de 200 à 270 m de profondeur, en 2001. Ces puits sont possédés par des cheikhs qui, seuls, ont les moyens de les financer : un puits de 270 m de profondeur coûte 15 900 euros27. En 2001, ces puits illégaux ont permis d’obtenir de bons rendements de 200 kg de blé par donum dans la zone 3 du gouvernorat de Raqqa, qui reçoit 250 mm de précipitations annuelles moyennes.

  • 28 Entre 1990 et 1993, le Ministère de l’Agriculure et de la Réforme agraire a conduit avec l’ICARDA u (...)

73Parallèlement, la recherche agronomique a considérablement progressé en Syrie, sous l’impulsion de l’ICARDA (International Center for Agricultural Research on Dry Areas) qui est implanté à Alep en 1977. Cet institut a mis au point, au début des années 1980, une variété de blé à haut rendement, le “cham” qui permet une augmentation considérable de la production céréalière syrienne. La multiplication des forages individuels, ajoutée à l’introduction de nouvelles variétés à haut rendement, ont ainsi permis à la Syrie de devenir en 1991 autosuffisante sur le plan agricole pour la première fois depuis les années 1950. Entre 1989 et 1995, la production syrienne de blé a doublé pour atteindre 3,6 millions de tonnes, ce qui a augmenté le revenu national de 414 millions de dollars en un an28.

  • 29 En 1963, l’agriculture syrienne contribue à hauteur de 30,1 % au PIB national. En 1976, ce chiffre (...)

74La conséquence de cette hausse de la productivité agricole a été l’augmentation de la contribution de l’agriculture au PIB syrien. Celle-ci est redevenue le premier secteur de l’économie syrienne : comme en 1963, elle contribue à 30 % du PIB national29 et emploie 25 % de la population active directement. Par ailleurs, la moitié de la population active du secteur industriel est employée dans la transformation de produits agricoles. L’État soutient le secteur agricole tant pour des raisons intérieures – de soutien d’une population nationale à 40 % rurale et pour une grande part pauvre – que dans un souci stratégique d’autosuffisance alimentaire et d’indépendance nationale.


*

75Si le Projet de l’Euphrate a constitué un changement dans les modes de production par la mécanisation et la collectivisation, sa réussite a été avant tout de contribuer à un réel développement social, sans toutefois modifier les logiques tribales qui président toujours aux relations sociales en Jazîra.En effet, de nouvelles structures d’encadrement de la population ont été créées, en particulier les fermes modèles et les villages de colonisation arabe, qui rassemblaient des groupes tribaux d’ascendance diverse, contraints de travailler ensemble aux objectifs du Plan. Même si des conflits intertribaux éclataient, l’expérience de la « société socialiste nouvelle » était néanmoins une réalité quotidienne pour des miliers d’ouvriers agricoles et leurs enfants, désormais scolarisés.

76Le démantèlement des fermes d’État syriennes depuis décembre 2000 revêt une forte dimension symbolique. C’est tout un pan du projet de développement baathiste qui est ainsi abandonné, au profit de formes d’exploitation privées. L’objectif de cette « contre-réforme » agraire déguisée est de favoriser l’initiative économique d’entrepreneurs privés, afin de sortir la Jazîra de son statut de marge de la Syrie. Le gouvernorat de Raqqa connaît une phase de transition économique en ce début 2008. Alors que ses intellectuels décriaient encore récemment son sous-investissement en industrie et en infrastructures de base, ses communautés commerçantes s’organisent et de nouveaux investissements industriels privés voient le jour. Au prix de l’abandon d’un grand pan de l’idéologie socialiste, le gouvernorat de Raqqa fait de nouveau figure de front pionnier agricole, mais cette fois pour des investisseurs privés, raqqawis et surtout issus des tribus arabes de l’Euphrate.

Annexes

  

Tableau a : Les complexes industriels ouverts selon la loi n° 10 à Raqqa au 1er avril 2007.

Secteur

Type d’usine

ouvert

prévu

Textile

- textiles (coton et synthétique), tricot

6

10

- filatures de synthétique, tricot

1

Agro-

- laiterie (lait, lait caillé), fromagerie (kashkawal, samneh,

1

alimentaire

jabneh blanc)

2

- élevage de brebis et production de laitages, fromages et

2

samneh

1

- élevage de moutons et production de fourrage

1

- élevage de moutons et vente de viande

2

- élevage de bovins et production de fromages

1

- lait de soja, huile de tournesol, samneh et beurre végétal

1

- huile de tournesol et germes de soja

1

- production de beurre de cacao et de poudre de cacao

1

- sucrerie (blanc et brun)

1

- confitures de fruits

- production de confitures et confiseries

Chimique

- produits en plastique

1

2

Manufacture

- divers

5

- meubles en bois

2

(Direction de l’industrie, gouvernorat de Raqqa, avril 2007)

Tableau b : Les principaux investisseurs selon la loi n° 10 de 1991 dans le gouvernorat de Raqqa :

Nom

Origine

Textile

Chimie

Manufacture

- Aser ANTABI

Alep

1

- Ahmad ALA ANTABI

Alep

1

- Zaher ANTABI

Alep

1

- Mari Bacha Said AL-KHALAF

Raqqa

2

- Fahed AL-UJAILY ben Hassan

Raqqa

1

- Mohammed Jalal HASSOUN

Raqqa

1

- Mohammed Taha HASSOUN

Raqqa

1

- Abd al-Wudud AL-OWEIS

1

- Issam HAMCHU

1

- Samer HAYANI

1

- Abd al-Aziz DANDAL

1

- Ahmad ZARA

1

- Ahmad Alkalah BEN MOHAMMED

1

- Nadim SOUAS

1

- Mohammed Amir ASBAT

1

(Direction de l’industrie, gouvernorat de Raqqa, avril 2007)

  

Notes

1 General Organisation of the Euphrates Dam.

2 General Administration for the Development of the Euphrates Basin.

3 La Compagnie Syrienne Arabe de Construction fut ainsi dotée de fonds spéciaux pour bâtir la ville nouvelle de Thawra (Hinnebusch 1989 ; p 237).

4 Une série d’ouvrages rédigés en anglais et étudiant les différentes régions turques, intitulée Nos provinces, a été publiée dans les années 1990, avec le mécénat d’une banque (Garanti Leasing). Ils proposent de restituer à la Nation turque les “couleurs et les visages” des “coins du grand village turc” qui ne sont pas assez ancrés dans sa “mémoire collective”, mais noyés dans une “culture de masse”. “Ce trésor de mémoire ” restitué permettra à la Nation turque de devenir démocratique, “de vivre comme une seule famille et de travailler comme une grande équipe”(Karlikli 1998, p 7).

5 En échange, la Turquie attendait de la Syrie qu’elle expulse le leader du PKK Abdulah Ocalan et ferme les camps du PKK installés dans la Bekaa. Ce qu’elle ne fit pas à cette date, mais en 1999, alléguant qu’elle n’avait pas d’armée à placer sur la longue frontière nord de son territoire, étant donné la présence de l’ennemi sioniste au sud (Bolukbasi 1993, p 19).

6 5 % provenaient du gouvernorat de Deraa et 5 % du reste de la Syrie et de l’étranger (Younis 1992).

7 Le gouvernement a aussi tenté loger des populations paysannes dans les logements ouvriers, mais de nombreux problèmes se sont posés, en particulier pour l’abri du bétail domestique.

8 Ferme Andalous (2 561), ferme Rachid (3 120), Ansar (4 960), Yarab (3 104), Adnanya (4 159), Qahtania (4 119), Rabiaa (4 048), Hittîn (3 759), Assad (6 127), Badr (3 344), Qadissya (3 200), Mudar (2 640), Mohamadia (3 040), Ghassania (2 561), Yamana (2 800) (source : Ministère de l’Irrigation, Statistiques de l’Administration générale du Bassin de l’Euphrate, obtenues àRaqqa en 1997).

9 Plus précisément, entre les villages de Ramala et Souweida sur la rive gauche, et entre Ksara et Tabqa sur la rive droite (voir figure 10).

10 Anouar Boursan surestime le chiffre des membres de sa tribu : “ Le nombre des Walda en Syrie dans les gouvernorats de Raqqa et Alep est de 470 000 personnes, mais si on compte tous les Walda présents en Turquie, au Liban, en Irak, à Alep, Hama, Idlib, on atteint 800 000 personnes. Il y a 160 000 Walda en Turquie”, (entretien du 1er août 2001, à Raqqa).

11 Sur le premier de ces axes se trouvent les villages de Kasr al‑Cheikh al‑Jumura, Sahl Charqui et Gharbi, Al‑Sarraad, Zahir, Al‑Baruda, Qariat al‑Hammam et Mansoura. Sur le second axe ceux d’al‑Wahab, Ayid, Safsafa, Mazraa, Abou Mani, Abou Sihha, Rim al‑Ghazal, Sitah al‑Makhzum, Dibsi Farah, Al‑Achira, Dibsi Afnan, Al‑Qadisiyya, Abu Huraira, Abou Absi, Rasm al‑Ghazal, Al-Mashrefeh (Younis 1992, p 329‑331).

12 Les terres du nouveau village Andalous devaient être divisées en cinq aires dans la première alternative : l’une entièrement distribuée aux déplacés du village de Safra (38 familles) ; trois autres divisées entre les villageois de Jadid (14 familles), Greie (48 familles), Jaabar Gharbia (6 familles) et Mreita (12 familles) ; la cinquième enfin destinée à des expérimentations collectives (FAO 1973).

13 Au milieu des années quatre-vingt, seuls 40 % des habitants des fermes pilotes étaient originaires des villages engloutis (soit 8 000 personnes). 15 % étaient originaires du gouvernorat d’Alep, 10 % de celui d’Idlib, 11 % de Deir ez-Zor, 10 % de Hassaka, 5 % de Homs, 5 % de Deraa, 4 % du reste du pays (Younis 1992, p 312).

14 Soit 12 % de la surface agricole totale de 6,1 millions d’hectares, qui elle‑même représente le tiers de la superficie nationale (18 millions d’ha).

15 30 500 hectares irrigués, 8 000 en agriculture sèche (12 %) et 7 500 en pâturages (11 %) et 14 000 de terres incultes, 2 500 ha étant occupés par les villages (Résumé des données sociales, MBE,…, 1974).

16 La superficie des terres cultivables atteint 877 000 ha, dont 272 000 ha sont en jachère et 600 000 ha cultivés La superficie totale du gouvernorat de Raqqa s’élève à 1 925 000 ha, dont 883 000 ha de steppes et pâturages, 12 000 ha de forêts, 153 000 ha non cultivés (dont 67 000 ha occupés par le lac, et 61 000 ha urbanisés ou asphaltés). (Statistical Abstract 1999, p 108).

17 443 000 ha furent distribués à des particuliers, 338 000 ha distribués collectivement à des paysans en coopératives et 38 000 vendus.

18 Ministère de l’Irrigation, GADEB, rapport interne, mai 2001 (Ababsa 2005).

19 Qui furent expropriés lors de la création des fermes d’État du bassin de l’Euphrate administrées par le GADEB.

20 http://www.sana.sy/ara/5/2008/08/09/187642.htm

21 Entretien conduit à Raqqa en octobre 2004.

22 Après 25 ans de travail, tout fonctionnaire peut prétendre à une retraite mensuelle d’au moins 8 000 LS. Au bout de 17 ans de travail, un fonctionnaire peut obtenir sa retraite en une fois s’il le souhaite, pour un montant total de 400 000 LS.

23 Opérer cette multiplication par 10 des chiffres bruts fournis par le recensement n’est pas très satisfaisant. Ce choix se justifie toutefois à partir du moment où l’on souhaite obtenir une base de comparaison avec les recensements précédents, et qu’on ne se limite pas aux seuls pourcentages. Les recensements généraux de la population, tels que leurs résultats figurent dans les recueils statistiques publiés annuellement, confortent cette opération. En effet, le recueil de 1994 annonce comme population active pour 1991 dans le gouvernorat de Raqqa le chiffre de 110 000 personnes (96 000 hommes et 14 000 femmes, soit 59 000 ruraux dont 6000 femmes et 51 000 urbains dont 8 000 femmes). Ce chiffre est proche de celui de 118 090 actifs obtenus par mon calcul.

24 Le secteur de la construction comprend les petits propriétaires de compresseurs de parpaings, conduits à se déclarer comme artisan du bâtiment afin d’obtenir du ciment et du sable à moindre coût.

25 Le déficit de la balance commerciale alimentaire est passé de 1 080 millions de livres syriennes en 1974 à 3 001 millions en 1983. Les exportations de produits agricoles non alimentaires (essentiellement du coton pour 70 %) totalisent 700 à 800 millions de dollars par an en 1986 (El‑Akhrass 1986 ; p 13).

26 (Banque Mondiale, rapport 22602-SYR, 2001, Syrian Arab Republic. Irrigation Sector Report, p xi).

27 Le forage d’un puits de 270 mètres de profondeur coûte 300 000 livres syriennes (6 800 euros), auquel il faut ajouter la pompe et les canaux (400 000 livres, 9090 euros).

28 Entre 1990 et 1993, le Ministère de l’Agriculure et de la Réforme agraire a conduit avec l’ICARDA une grande étude afin de déterminer les raisons de cette réussite et savoir quelle était la part de la modernisation des techniques agricoles et la part de l’introduction de nouvelles semences. L’étude a montré que cette augmentation de la production était due à plusieurs facteurs. Tout d’abord, l’introduction de nouvelles variétés a joué un grand rôle, évalué à 35 % de l’augmentation. En 1975, seulement 15 % des semences étaient de nouvelles variétés. En 1995, 80 % du blé semé a un haut rendement, dont 70 % constitue la variété « cham » conçue par l’ICARDA dans les années 1980 dans un programme conjoint avec l’International Maize and Wheat Improvement Center (CIMMYT). La superficie irriguée et plantée de variétés à haut rendement s’est accrue de 50 000 à 250 000 ha entre 1973 et 1990. Dans le même temps, la productivité s’est accrue considérablement, de 0,6 t/ha dans les années cinquante à 1,5 ha dans les années 1980 et 2,6 t/ha en 1993. La rationalisation de la production a contribué pour 23 % de la hausse ; l’irrigation pour 19 % et l’utilisation d’engrais pour 23 % (Revue du Consultative Group on International Agriculture Research, volume 2, numéro 2, 1995).

29 En 1963, l’agriculture syrienne contribue à hauteur de 30,1 % au PIB national. En 1976, ce chiffre était tombé à 18,2 %. Sur la même période, l’industrie passait de 15,8 % à 20,3 %, et le secteur du bâtiment de 3,1 % à 5,7 % (Chatelus 1980, p 264).

Table des illustrations

Titre Figure 13 : Localisation de l’ensemble des projets d’irrigation en Syrie.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre Planche 4 : Le grand barrage de l’Euphrate (1973).
Crédits Cliché : Ministère de l’Irrigation, brochure municipale de Raqqa, 1998)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Planche 5 : Le cours de l’Euphrate en aval du barrage.
Crédits Cliché : Ministère de l’Irrigation, brochure municipale de Raqqa, 1998)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Planche 6 : Un canal secondaire dans le gouvernorat de Raqqa.
Crédits (Cliché Ababsa, 2001)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 14 : Les zones du projet de l’Euphrate dans le gouvernorat de Raqqa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 15 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1970.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-6.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 16 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-7.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 17 : Répartition et densité de population dans le gouvernorat de Raqqa en 1994.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-8.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure 18 : Taux de croissance de la population du gouvernorat de Raqqa en 1970 et 1994.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-9.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 19 : La ville nouvelle de Thawra et la ville informelle de Tabqa : villes du grand barrage sur l’Euphrate.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-10.png
Fichier image/png, 318k
Titre Figure 20 : Localisation des quinze fermes d’État du Projet Pilote dans le bassin de l’Euphrate.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1310/img-11.png
Fichier image/png, 572k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable