Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Première partie. Raqqa, cœur du front pionnier de l’Euphrate‎

Chapitre 2. Réformes agraires et révolution baathiste à Raqqa (1946-2000)

Texte intégral

« À Raqqa, on est passé de la féodalité à la modernité, mais sans le socialisme ».(Propos d’un militant baathiste raqqawi, août 2001).

1L’essor économique du Nord‑Est syrien ne débuta qu’à partir de l’indépendance syrienne, à l’occasion du « boom du coton » qui fit entrer cette région dans l’économie mondiale. Le cours du coton ayant décuplé lors de la guerre de Corée, des centaines d’entrepreneurs alépins, mais aussi moyens propriétaires fonciers (10 à 30 ha irrigués), investirent dans l’achat de moto‑pompes et étendirent sur la steppe les superficies de coton. De 1952 à 1962, les superficies irriguées consacrées à la production de coton en Syrie doublèrent (de 100 000 à 239 000 hectares), et décuplèrent en Jazîra, passant de 10 000 à 120 000 ha. Mais dans un souci d’enrichissement rapide, aucune rotation de culture ne fut entreprise et aucun drainage de ces terres irriguées ne fut assuré. Le résultat fut la salinisation de ces terres steppiques en une décennie.

  • 1 Ibrahim al‑Khalil leur a consacré en 1980 un roman célèbre et très décrié, Harat al Badu, dans lequ (...)

2Au prix de ce pillage de la Jazîra, de nombreux khanjî (propriétaires de khans) alépins et membres des tribus arabes de l’Euphrate parvinrent à bâtir des fortunes. Cela eut pour effet de bouleverser les hiérarchies tribales préexistantes. Pour la première fois, des membres des tribus chawâyâ eurent les moyens matériels de s’affranchir à la fois des commerçants alépins, des citadins raqqawis et de leurs propres cheikhs. Ces nouveaux « cheikhs du coton » construisirent des maisons à Raqqa et Deir ez‑Zor, y scolarisèrent leurs enfants, et se présentèrent même aux élections législatives en concurrence avec leurs cheikhs ancestraux. Tandis qu’émergeait cette nouvelle classe d’anciens semi-nomades enrichis, les bédouins Anaza et Chammar subissaient de plein fouet les deux sécheresses de 1954 et 1958-1961 qui décimèrent la moitié du cheptel syrien. Beaucoup d’entre eux migrèrent en Arabie saoudite, tandis que les autres s’installaient dans des quartiers informels de la périphérie de Raqqa et de Deir ez‑Zor 1. Quant aux citadins raqqawis etdeiri, ils perdirent leur assise économique lors de la réforme agraire de 1958, et plus encore à partir de la révolution baathiste de 1963, qui fut le troisième bouleversement majeur de Raqqa au xxe siècle.

1. Le boom du coton des années 1950 et le pillage de la Jazîra

 « Après la construction du pont sur l’Euphrate en 1942, le second événement clef fut la révolution agricole dans la région par l’introduction des moto-pompes et des moissonneuses (hassada). Les Alliés avaient besoin de blé pour leurs armées. La production agricole a connu une grande croissance et l’économie est passée d’un niveau de subsistance à un niveau de marché. À partir de 1948, la révolution du coton fut lancée à partir de Meskéné, par des investisseurs alépins. Le coton fut cultivé pour l’exportation. Cette monoculture du coton fut une nouveauté dans la région. Elle a introduit de nouveaux modes de pensée »
(Fayez al-Fawaz, entretien de juin 2001).

3Jusqu’à l’Union syro-égyptienne de 1958, le développement de la vallée de l’Euphrate fut le fait d’investisseurs d’Alep qui financèrent la mécanisation de l’agriculture et prirent une part active au « boom du coton ». Ce fut le temps de « l’or blanc », décisif pour l’enrichissement du caza de Raqqa et l’émergence d’une nouvelle classe de « cheikhs du coton », un âge d’autant plus idéalisé par les grands propriétaires de Raqqa qu’il leur permit de se constituer de grandes fortunes.

Le financement de l’irrigation mécanisée par les khanjî alépins et les notables raqqawi

4La mise en valeur agricole de la Jazîra nécessitait des investissements en matériel d’irrigation et en semences, qui plaçaient les agriculteurs dans une situation d’endettement permanent. Les familles de Raqqa purent d’abord financer seules les roues à godet (gharraf) (fig. 11), mais l’utilisation de moto-pompes fut le fait d’investisseurs alépins, possesseurs de khans : les khanjî.

Figure 11 : Le gharraf, ancien système d’irrigation des rives de l’Euphrate.

Figure 11 : Le gharraf, ancien système d’irrigation des rives de l’Euphrate.

5Les grandes familles servirent alors de relais entre les khanjî et les paysans. Bien que le coût de l’irrigation ne représentât que 10 % de la valeur de la production, les propriétaires de pompes en prélevaient 50 %. Le contrôle des motopompes permettait celui de la terre, laquelle était sans valeur si elle n’était pas irriguée. Les propriétaires louaient leurs terres à des khanjî qui apportaient le matériel et y employaient des ouvriers agricoles : les premiers récupéraient 10 % de la récolte, les entrepreneurs 60 % et les paysans 30 %. Quand les chefs de tribus acquirent eux-mêmes des pompes, ils prirent 70 % des revenus, laissant 30 % seulement aux paysans (Deheuwels 1979, p. 80-91 ; Hannoyer 1982 ; Khalaf 1981, p. 90-138).

  • 2 Samir Amin écrit ainsi en 1976: “In order to survive, the urban ruling class of Syria ‘feudalized’ (...)

6Le khanjî, propriétaire d’un khan où sont entreposées des marchandises mais qui comporte aussi parfois des ateliers de fabrication textile ou alimentaire, fut un acteur essentiel du développement de l’agriculture de la vallée de l’Euphrate. À chaque étape du processus de mécanisation, il fut présent pour financer les agriculteurs en contrepartie du monopole de la commercialisation. Le taux d’intérêt des prêts était de 5 à 7 % (Deheuwels 1979, p. 82). A partir du Mandat et de la limitation des activités industrielles des bourgeois d’Alep et de Damas à la suite de l’adoption de tarifications douanières défavorables à l’exportation de produits syriens, les notables urbains de Syrie se sont tournés vers l’exploitation agricole, particulièrement des grandes superficies inexploitées de la Jazîra 2. Les khanjîs qui louaient les terres des Walda se nommaient “ Slaj al-Din, Mahok, Zeyno, Hasrad Cheikh Trab, Georges Abdallah Hussein. Deux grands exploitants agrigoles (muzâri‘ayn) se nommaient Raffoul Aro et Masjid Asfar Najjar, deux Chrétiens ” (Cheikh Boursan des Walda, juillet 2001).

  • 3 « L’officier des Services de Renseignement de Rakka s’est rendu les 18-21 novembre dans la tribu Ou (...)

7Quelques grandes familles de Raqqa investirent ainsi dans la mécanisation de l’irrigation, par l’achat de motopompes essentiellement. Ce mouvement fut également amorcé à la fin des années 1920 par les moukhtar de villages de la tribu Walda qui remplacèrent les norias par des moteurs 3. Mais ce fut dans les années 1950 que le mouvement se généralisa :

« Dans les années quarante, et au début de l’essor du coton, des notables raqqawis ont équipé leurs terres de motopompes. Il s’agit notamment d’Ibrahim al-Khudur, de Chaaban al‑Khudur, de Faysal al‑Howeidi, d’al‑Bachir al‑Howeidi, d’Abd al‑Latif al‑Bu Hbel, Abd al‑Ajil al-Hamla sur l’Euphrate ; de Khalaf al‑Hassan, Nouri ibn Muheid, Derwich al‑Howeidi sur le Balikh ; et, à l’ouest, de Chaouakh al‑Boursan et Mohammed Faraj al‑Salam. Il s’agit de grands chefs et de grands propriétaires. Les Turcs leur ont donné des terres qu’ils ont mis à leur nom. Ainsi Ali al‑Machlab a-t-il eu les terres de Dreia, Wio, Galta, Giwar, Souelah, Chenina, Ali Bajli. F. F. qui enregistrait les propriétés (pendant le Mandat), s’est attribué beaucoup de terres. Aujourd’hui, il possède Roumeïla et toute la rue Tell Abiad. Avec Ujaily, il est un des plus grands propriétaires à Raqqa »(Ibrahim Khalil, juin 2001).

8La figure 12 présente l’évolution des finages des villages de la vallée de l’Euphrate et la modification des techniques d’irrigation dans la première moitié du xxe siècle. L’introduction du gharraf permit l’irrigation du hawî ; et celle de la motopompe rendit possible l’exploitation des plateaux de la barriya.

Figure 12 : L’extension du finage des villages de la vallée de l’Euphrate dans la première moitié du xxe siècle.

Figure 12 : L’extension du finage des villages de la vallée de l’Euphrate dans la première moitié du xxe siècle.

Les structures latifundiaires de l’Est syrien

9En 1950, 85 % des terres étaient possédées en Syrie par de grands propriétaires. De petits propriétaires se répartissaient les 15 % restants, dans des exploitations de 3,5 ha en moyenne. En 1959, 2 773 grands propriétaires syriens, soit 1 % du total, possèdaient 38 % des terres cultivables et la moitié des terres cultivées du pays (Khader 1984, p. 195).

Tableau 7 : Structure de la propriété foncière dans l’Est syrien en 1945

Euphrate

Jazîra

Propriétés < 10

15 %      178 000 ha

 5 %        56 000 ha

Propriétés 10 à 100 ha

32 %      286 000 ha

52 %      528 000 ha

Propriétés > 100 ha

28 %      246 000 ha

34 %      343 000 ha

Propriétés de l’État

25 %      224 000 ha

 9 %        96 000 ha

(Service technique du cadastre et d’amélioration foncière, 1945, cité par Khader 1984, p. 189)

10En 1945, les surfaces cadastrées des régions de l’Euphrate et de la Jazîra de plus de 100 ha étaient possédées par un tiers des propriétaires fonciers, tandis qu’un tiers, voire la moitié des propriétaires en Jazîra, ne possédaient que des lots compris entre 10 et 100 ha. Dix grands propriétaires, dont les familles Najjar, Asfar et le chef tribal des Chammar, Dahham al-Hadi, possédaient 70 % des terres irriguées de Jazîra et de l’Euphrate ainsi que de vastes terrains de parcours (Khader 1975, p. 66 cité par Hinnebusch 1989, p. 88). Le long de l’Euphrate et du Balikh, les terres étaient réparties par tribus et par chefs de clan : les Walda en amont et les Afadla en aval de Hammam.

L’or blanc du coton dans les années 1950

11La demande en blé des armées alliées en Syrie a stimulé la production agricole et a attiré un grand nombre d’investisseurs d’Alep. Entre 1940 et 1942, le prix du blé en Syrie a été multiplié par dix, du fait de l’arrêt des importations et de la demande suscitée par les troupes du Levant (Métral 1996, p. 91). Les profits réalisés entre 1939 et 1945, estimés à 535,6 millions de livres syriennes, ont été réinvestis dans la production cotonnière mécanisée (Khader 1984, p. 245). Les Alépins investirent considérablement dans la culture du coton à partir des années 1950, suscitant une véritable « fièvre du coton ». De 1952 à 1962, les superficies irriguées consacrées à la production de coton en Syrie sont passées de 100 à 239 000 hectares, tandis qu’elles faisaient plus que décupler dans les gouvernorats de Deir ez‑Zor et Raqqa (de 10 à 120 000 hectares). Le nombre de pompes pour l’irrigation passe de 45 en 1946 à 13 267 en 1955 (Hannoyer 1980).

  • 4 « L’augmentation de la production agricole dépend de l’irrigation réalisée à partir de l’Euphrate. (...)

12On estime qu’entre 1950 et 1958, le « boom du coton » a été financé à hauteur de 35 à 40 % par des prêts de la Banque Agricole, à 10-15 % par d’autres banques, et à 50 % par les khanjî alépins et des propriétaires de la vallée de l’Euphrate (Deheuwels 1979, p. 89). Les investissements alépins furent réalisés dans le souci d’un profit rapide. Ainsi, le drainage des terres irriguées ne fut-il pas prévu, ce qui induisit la minéralisation des terres4. Aucune rotation des cultures ne fut non plus appliquée les premières années, ce qui épuisa aussi les sols. La mauvaise utilisation des sols et l’absence de rotation des cultures a été stigmatisée dès 1949. Ainsi, le directeur de l’éducation rurale syrienne prédit-il que la Jazîra, qu’il compare à « l’ouest sauvage américain au temps de la ruée vers l’or », retournera au désert si les rotations agricoles ne sont pas effectuées par les nouveaux agriculteurs (Batatu 1999, p. 77). Cette opération de pillage des ressources naturelles par une minorité de commerçants et de destruction des terres agricoles du fait de la salinisation fut la justification majeure du lancement de la réforme agraire. Une fois le pillage de ces terres réalisé par les investisseurs alépins au cours des années 1950, ces derniers se retirèrent de la région, laissant la place à des entrepreneurs nouvellement apparus à Raqqa et Hassaka.

L’émergence économique et politique des “cheikhs du coton” chawâyâ

L’apparition de « cheikhs du coton » et la rupture du lien tribal

13Le passage d’une agriculture vivrière à une agriculture intensive à l’initiative des khanjî alépins et de propriétaires raqqawis induisit un bouleversement de la structure sociale du gouvernorat dont les contrats de faire-valoir rendent compte. Pour les terres en agriculture sèche, ces contrats faisaient intervenir le propriétaire (mallâk) et le paysan qui touchait le quart de la récolte, ou la moitié s’il fournissait les semences. Pour les terres irriguées situées en bordure de l’Euphrate, le propriétaire touchait 20 à 25 % de la récolte, les paysans 30 % et les exploitants le reste, s’ils étaient propriétaires de motopompes. « Sur le Balikh, l’irrigation n’exige pas l’emploi de pompes à moteur. Les eaux de la rivière ont été partagées depuis sa source à Ayn Arus jusqu’à sa confluence dans l’Euphrate en un certain nombre de « fajrat ». Chaque propriétaire de terrains disposait d’une certaine quantité de « fajrat ». Avec le temps, la possession du « fajrat » s’est dissociée de celle du terrain après le développement du riz et du coton. L’eau est désormais louée indépendamment de la terre. Dans ces exploitations, le propriétaire et l’exploitant se partagent les revenus de la récolte par moitié, après déduction de toutes les charges. Le fellah, lui, perçoit un salaire »(Deheuwels 1979, p. 90).

14Sulayman Khalaf fournit des estimations à propos des fortunes amassées par les cheikhs Afadla au cours des années cinquante. Le plus riche propriétaire et entrepreneur des Afadla était Ali al‑Bechir al‑Howeidi. Ses revenus issus de la culture du coton furent multipliés par 28 en 13 ans (de 1950 à 1963 passant de 50 000 livres syriennes (LS) à 1 400 000), lui permettant d’investir dans 30 motopompes d’une puissance variant de 100 à 150 chevaux, 4 tracteurs, 4 voitures américaines et trois pick-up. Son cousin, Faysal al‑Howeidi, s’était ainsi constitué une fortune avoisinant, au début des années 1960, un million de livres syriennes ; il possédait en outre deux tracteurs, deux voitures et un pick-up. L’un et l’autre cultivaient le coton sur les terres fertiles des rives de l’Euphrate, mais louaient leurs terres de Jazîra, sur le plateau, à des entrepreneurs (Khalaf 1981, p. 107).

15Les Afadla s’enrichirent si bien qu’ils s’élevèrent au niveau des cheikhs Fedaan. Preuve de leur enrichissement considérable, un châwî, Faysal al‑Howeidi, épousait en 1951 Fouza, la fille du grand cheikh Mujhim ibn Muheid. Les Raqqawi désignèrent ces chawâyâ enrichis sous le terme de koulak, terme utilisé dans la presse dans les années soixante-dix pour désigner les propriétaires de motopompes qui obtenaient des crédits de la Banque agricole (Hannoyer 1985, p. 27). Ils possèdaient de bonnes terres situées le long du fleuve, et qui bénéficient d’un drainage naturel par gravité.

 « Avec la révolution agricole, on est passé dans la campagne du règne des cheikhs et des moukhtar à celui des koulaks. Un système économique s’est mis en place qui passait du cheikh au khanjî, puis à l’exportateur et à la banque. Cette accumulation du capital (tatawwur rasmali) par le commerce et l’industrie a pris fin avec l’Union syro-égyptienne de 1958, puis l’entrée de l’État en 1963 dans les secteurs vitaux de l’économie. »
(Fayez al‑Fawaz, Raqqa, juillet 2001).

L’émergence politique des membres des tribus arabes (1946-1963)

16La période qui s’écoule entre 1946 et 1963 se caractérise par une succession de coups d’État et par une faiblesse relative de l’administration jusqu’à l’établissement de l’Union syro-égyptienne. Le développement de la région continua cependant à être le fait d’investisseurs d’Alep qui financèrent la mécanisation de l’agriculture et prirent une part active au « boom du coton ». On note lors de cette période une première émergence politique de chefs de tribus semi-nomades enrichis, dans un contexte de rivalité interne aux tribus, au sein desquelles les liens de solidarité se sont distendus et les rapports d’allégeance au chef se sont affaiblis.

17Aux élections législatives de 1948-49, 147 députés sont élus, dont 4 pour le caza de Raqqa, toujours inclus dans le gouvernorat de Deir ez‑Zor. Parmi ces derniers, trois sont des citadins : Abd al‑Salam al‑Ujaily, Khalaf al‑Hassan et Rachid al‑Uwaid ; le quatrième appartient à la tribu Chawi des Walda : il s’agit de Chouakh al‑Ahmad al‑Boursan. De 1953 à 1957, un Howeidi fut élu député à Raqqa : Faysal al‑Howeidi. Il siégea avec Ahmad Khuja, un citadin originaire de Jerablous, peu intégré dans la ville et qui cherchait parmi les Afadla les bases de son soutien. En 1954, ils furent rejoints par un troisième député, de la tribu des Sabkha : Anouar Rakan (Affach 1988, p. 63). Précisons que le grand chef nomade Dahham al‑Hadi, leader nationaliste dès 1936 et cheikh des Chammar, siégea à Damas comme député de l’ensemble des tribus de Jazîra de 1943 à 1961-62.

Tableau 8 : Nom et origine des députés de la circonscription de Raqqa (1948-62)

Elections

Noms des députés (nom de la tribu, ou de la ville)

1948-49

Abd al‑Salam al‑Ujaily (Raqqa), Rachid al‑Uwaid (Raqqa) et Khalaf al‑Hasan (Raqqa), Chouakh al‑Ahmad al‑Boursan (Walda).

1949-51

Faysal al‑Howeidi (Afadla), Ahmad al‑Khuja (Raqqa pro Afadla).

1953-54

Faysal al‑Howeidi (Afadla), Ahmad al‑Khuja (Raqqa pro Afadla).

1954-57

Faysal al‑Howeidi (Afadla), Ahmad al‑Khuja, Anouar Rakan (Sabkha).

1958

Union syro-égyptienne

1961-62

Faysal al‑Howeidi (Afadla), Ahmad al‑Khuja (Raqqa), Mustafa Kaakaji (Raqqa), Khalaf al‑Hassun (Raqqa), Muhjim ibn Muheid (bédouin Fedaan)

(source : Affach 1988)

18L’enrichissement lié à l’essor du coton eut des répercussions sur l’ordre social et les mécanismes politiques qui se manifestèrent lors des élections législatives de 1961, et dont Sulayman Khalaf fut témoin dans son village afadla de Hawi al‑Hawa, situé à 8 km à l’ouest de Raqqa. Il décrit comment la famille Albu Hbal tira partie des nouvelles ressources générées par le capitalisme agricole pour présenter un candidat contre le sortant, Faysal al‑Howeidi. « Ils s’appuyèrent sur leur base économique pour introduire une nouvelle façon de faire de la politique en achetant les voix » : Howeidi Albu Hbal déboursa 630 000 LS pour sa campagne afin de briser le monopole des cheikhs al‑Howeidi. Chaque candidat dut acheter les voix des paysans, qui se vendaient au plus généreux (100 LS le vote). Faysal al‑Howeidi, aidé de son cousin Ali, réunit 1 250 000 LS et gagna les élections (Khalaf 1981, p. 129). Mais ce fut au prix de l’achat des voix et non plus comme le résultat de l’allégeance classique due au chef.

La sédentarisation des nomades

19À l’indépendance, les régimes syriens successifs eurent pour politique envers les nomades de les sédentariser. Les nomades n’étaient plus en effet considérés comme les acteurs du contrôle du territoire, comme ils en avaient été érigés par l’Empire ottoman et les officiers du Mandat, mais comme des groupes à fixer sur des territoires restreints. En 1946, les deux tiers des nomades de Syrie vivaient en Jazîra. Leur sédentarisation fut un impératif politique pour les régimes syriens nombreux entre 1946 et 1958. Avant même sa prise de pouvoir en 1963, l’article 6 de la constitution du parti Baath, adoptée en 1947, précisait : « Le nomadisme bédouin est un état social primitif qui affaiblit la production nationale et fait d’une part importante de la nation arabe un membre infirme et un facteur de retard pour son développement et son progrès. Le parti s’emploie donc à sédentariser les Bédouins, à leur accorder des terres, à abolir le système tribal et à leur appliquer les lois de l’État. »(Carré 1980).L’idée répandue alors parmi les intellectuels séduits par l’idéologie socialiste, est que le nomade contribue peu à l’économie et ne se soucie que de défendre son honneur.

  • 5 Pourtant, l’usage du règlement des conflits par des cheikhs fut maintenu et intégré dans la législa (...)

20La sédentarisation fut accélérée lors de l’Union syro-égyptienne par les sécheresses répétées de 1958-1961 et la mort de la moitié des cheptels ovins et de camélidés de Syrie. Les nomades ayant perdu leurs troupeaux, et ne pouvant obtenir d’avances auprès des propriétaires, s’en allèrent grossir les périphéries urbaines de Raqqa, Deir ez‑Zor et Alep. Ainsi, le processus de sédentarisation lancé par le Mandat français, s’accéléra-t-il au début des années soixante. Une partie des nomades se lança dans l’exploitation agricole mécanisée des anciennes terres de parcours : entre 1946 et 1960, la surface steppique cultivée passe de 243 000 à 1 400 000 ha. À cette date, les Fedaan avaient vu leur statut économique et politique menacé par le nouvel ordre économique né de l’agriculture mécanisée du coton. Leur mode de production pastoral avait de plus été affecté par la sécheresse, et leur activité caravanière concurrencée par l’usage du camion, qui fut développé notamment par les semi-nomades de Soukhné. Ils abandonnèrent l’élevage du chameau pour celui du mouton. Enfin, le régime de la loi tribale fut aboli en 1958, faisant des nomades des citoyens comme les autres 5. En 1961, le gouvernorat de Raqqa ne comptait plus que 35 000 nomades, comptabilisés à part dans le recensement (sur 161 410 habitants), soit le quart de la population totale.


*

21Jusqu’à l’Union syro-égyptienne, la spécificité de l’aménagement du front pionnier de la Jazîra réside principalement dans la part qu’y ont pris les grands commerçants d’Alep et les grands chefs nomades. Cette double spécificité est balayée par l’intervention de l’État à partir de la Réforme agraire de 1958, puis par la révolution baathiste de 1963. Alors que la première moitié du xxe siècle fut le temps de la formation des territoires citadins et bédouins, la seconde moitié du xxe siècle fut, d’un point de vue foncier, le temps de la revanche économique des semi-nomades chawâyâ enrichis lors du boom du coton. Les semi-nomades de la vallée de l’Euphrate devinrent alors d’ardents soutiens du régime baathiste.

2. Les réformes agraires et le maintien des « féodaux » à Raqqa

22L’Union syro-égyptienne de juillet 1958 à 1961 constitua la première grande rupture dans l’histoire politique et économique de la Syrie indépendante. Les mesures révolutionnaires promulguées par Gamal Abd el Nasser, la réforme agraire et la nationalisation des grandes entreprises nationales, furent appliquées au même moment à l’Égypte et à la Syrie, où les trois-quarts des paysans étaient sans terre ou faiblement dotés. En Syrie, la réforme agraire devait donner à l’État les moyens d’une gestion rationnelle des ressources agricoles, susceptible de mettre un terme au “pillage” des terres réalisé par une minorité de propriétaires absentéistes ou d’investisseurs citadins, comme c’était le cas des khanjîs alépins en Jazîra. À partir de la révolution de mars 1963, elle fut associée à une grande vague de nationalisations qui visait à écarter les notables citadins de la vie politique. La réforme devenait le moyen pour les régimes baathistes successifs de se constituer une nouvelle assise politique en dotant les paysans en terres et en favorisant les petits propriétaires. Dans l’Est syrien, de petits paysans enrichis lors du boom du coton et des paysans sans terre faiblement dotés lors de la réforme agraire ont constitué les soutiens politiques du parti Baath. Parallèlement, un ensemble de structures d’encadrement de la population, coopératives, organisations populaires et centres culturels furent créés afin de substituer aux allégeances tribales, un type de relation « socialiste » égalitaire.

  • 6 Il ne s’agit pas de la féodalité connue en Occident : « La relation féodale en Orient existe dans l (...)

23Mais les régimes baathistes qui se sont succédés depuis 1963 ont suivi une politique pragmatique à l’égard de l’Est syrien et plus particulièrement à celui du gouvernorat de Raqqa où le Projet de l’Euphrate était mis en œuvre. Cette politique consistait, comme le détaille ce chapitre, à favoriser l’émergence d’une classe de propriétaires moyens fidèles au parti, tout en laissant les grands « féodaux » conserver les bases de leurs richesses – ce pourquoi la réforme agraire n’y fut pas appliquée strictement. L’usage du terme de « féodaux » par les Raqqawis résulte de son usage répandu dans le discours baathiste pour désigner les grands propriétaires fonciers employant des paysans totalement endettés sur lesquels ils exerçaient de plus une autorité tribale ou patronale 6. Dans ces conditions, le nouvel ordre politique induit par l’intervention de l’État dans le gouvernorat de Raqqa à partir de 1963 est présenté par les petits fonctionnaires comme le maintien des « féodaux » au pouvoir, et par les anciens Raqqawis comme l’émergence des membres des tribus semi-nomades qui leur étaient jadis dépendants financièrement et politiquement. Le but de cette politique était de garantir la bonne réalisation des grands projets de développement conçus pour l’Est syrien, et en particulier le Projet de l’Euphrate.

Les réformes agraires de 1958, 1963 et 1966

24La loi de 1958 limitait la propriété à 80 ha en terres irriguées ou plantées, et à 300 hectares en agriculture sèche, auxquels pouvaient s’ajouter 10 ha irrigués et 40 ha en agriculture sèche par personne avec un plafond de 40 ha irrigués et 160 ha en agriculture sèche par famille. Selon le premier décret de juillet 1958 sur la réforme agraire, l’État indemnisait les propriétaires expropriés ; et les paysans qui mettaient en valeur les terres obtenues devaient en gagner la propriété après 40 ans, soit en 1998-2001, s’ils parvenaient à les exploiter. Mais la terre redistribuée pouvait être revendue. En 1961, à la fin de l’Union syro-égyptienne, la réforme fut modifiée sous la pression de l’aristocratie foncière : les plafonds furent élevés à 200 ha en irrigué et à 600 ha en agriculture sèche, ce qui exclut une très grande superficie agricole de la réforme (Hinnebusch 1989, p. 90).

  • 7 Office Arabe de la Presse Syrienne, 1965 : Rapport 1963-1964 sur l’économie syrienne, Damas, 269 p.

25La révolution baathiste de mars 1963 relança la réforme comme un outil de construction du socialisme dans le pays. Lors du sixième congrès du parti Baath, il fut déclaré que, désormais, l’application de la réforme serait “révolutionnaire”, les branches locales du parti devant mobiliser la population dans son application. Il fallait aussi faire vite de peur que les grands propriétaires ne trouvent les moyens de s’opposer à la réforme : en huit mois, 695656 ha furent distribués à 5 142 familles, soit 25 172 personnes (Hinnebusch 1989). La Commission spéciale pour les Recherches et les Études de la Réforme Agraire, créée en 1963, prévoyait d’échelonner le paiement des dettes des bénéficiaires de la réforme, hâter les expropriations, privilégier le financement des projets d’irrigation appartenant aux coopératives et encourager l’élevage ovin dans les régions recevant moins de 50 mm de précipitations par an 7. Le décret n° 88 de juin 1963 fixa des plafonds selon les régions : la propriété de terres irriguées fut limitée à 15 ha dans la Ghouta, 20 ha sur le littoral, 40 ha dans le Ghab, 50 à 55 ha pour les terres irriguées par pompage des fleuves de l’Euphrate, du Tigre et du Khabour. Pour les terres irriguées par les eaux de pluie, les plafonds dépendaient du découpage national du territoire en aires climatiques : dans la zone de plus de 500 mm de précipitations annuelles, seuls 80 ha pouvaient être possédés ; 200 ha dans les zones inférieures à 350 mm et 300 ha en Jazîra.

26Trois étapes sont à distinguer dans l’application de la réforme agraire par les gouvernements baathistes qui se succèdent à partir de 1963 : 1963-1966, 1966-1970 et après le coup d’État de Hafez al‑Assad le 13 novembre 1970 qui ouvre l’ère du Mouvement de Correction ou Rectification. Lors de la première phase, les gouvernements de Salah Bitar puis d’Abd al‑Karim Jundi suivirent des politiques différentes. Salah Bitar, au gouvernement entre 1963 et 1964, craignait de s’opposer aux grands propriétaires et aux chefs de tribus et était peu favorable à une application stricte de la réforme comme le souhaitait le parti. Mais, à partir de 1965, Jundi accéléra la mise en œuvre de la réforme et des expropriations.

27La courte période (1966-1970) de durcissement dans l’application des programmes de nationalisation des entreprises et de redistribution des terres fut essentielle pour la transformation des relations sociales dans le gouvernorat de Raqqa. Sous l’influence du général Salah Jadid, à partir du 23 février 1966, des arrestations arbitraires mais symboliques de chefs de tribu eurent lieu, dont celle de Faysal al-Howeidi ; ces personnes furent interrogées à propos de leurs déplacements vers les « États réactionnaires » du Golfe et de l’Arabie Saoudite. Haj Khalaf al-Meshrif, chef afadla de Hawi al‑Hawa, passa ainsi un mois en prison pour avoir couvert de poussière les délégués de l’Union des Paysans qu’il avait doublé sur la route de Raqqa (Khalaf 1991, p. 74).

28Cette période fut aussi très ambiguë du fait de l’adoption d’un amendement sur les terres récemment irriguées (dans le cadre d’un projet privé ou public) qui les excluaient des plafonds de propriété et, donc, des expropriations, ce qui permit au capitalisme agraire de se maintenir, particulièrement dans la vallée de l’Euphrate. Le but de cet amendement était d’encourager l’extension des périmètres irrigués gagnés dans les régions où des barrages avaient été construits, à savoir principalement les gouvernorats de Lattaquié et de Raqqa. Cet amendement permit aux propriétaires moyens qui n’avaient pas été affectés par la réforme agraire de continuer à développer les bases de leur richesse sans crainte d’être expropriés. Ces réformes néo-baathistes furent inspirées par des militants originaires de Deir ez‑Zor, eux-mêmes petits et moyens propriétaires, soucieux de contrer la bourgeoisie des grandes villes en s’appuyant non pas sur les masses paysannes, mais sur leurs semblables, également propriétaires moyens (Petran 1972 ; p. 183). Le coup d’État du général Hafez al‑Assad, en novembre 1970, inaugura une phase d’assouplissement et même de restitution partielle de terres expropriées, en particulier en Jazîra, pour les propriétaires dont les terres dépassaient de peu les plafonds : 100 000 hectares furent ainsi restitués.

Tableau 9 : Superficies expropriées lors des réformes agraires, allouées et distribuées jusqu’en 1975 (en milliers d’ha)

Gouvern.

Total des sup. expropriées

dont irriguées

Non distribuées

Allouées

Vendues

Distribuées

dont irriguées

Damas

62

6,3

0,5

3

37,9

20,6

6,3

Alep

301,5

6,5

25,8

22,7

105,6

147,4

5,8

Homs

151,7

6,4

0,5

38,5

51

61,7

5,1

Hama

114,7

2,7

3,2

2,9

25,7

82,9

2,3

Lattaquié

6,3

3

-

0,5

1

4,8

2,9

Deir ez-Zor

17,7

9,8

5,2

2,7

0,4

9,4

9,4

Idlib

83,7

3,9

9,9

17,8

2,2

53,8

3,9

Hassaka

466,6

9,4

306,1

139,6

6,1

14,8

7,5

Raqqa

166,4

16,8

0,2

25,7

91,1

49,4

14,5

Souweida

3,1

-

-

-

0, 7

2,4

-

Dar’a

8,6

0,3

-

0,1

3, 6

4,9

0,3

Tartous

10,7

2,5

-

0,5

2, 6

7,6

2,3

Quneitra

8,3

0,4

-

-

1, 9

6,4

0,4

Total

1 401,3

68

351,4

254

329,8

466,1

60,7

(source : Statistical Abstract 2003, p. 119).

29En 1975, 1 401 300 hectares avaient été expropriés par l’État, dont 466 100 ha distribués à des particuliers, 254 000 distribués collectivement à des paysans en coopératives, 328 000 vendus et 140 000 réservés pour les fermes d’État. Mais 351 400 hectares n’avaient pas été distribués pour diverses raisons, la principale étant qu’ils se trouvaient en zone aride ; parmi ces terres, 306 000 se trouvaient en Jazîra où il fut déclaré que la population n’y était pas suffisante pour qu’on les distribue (tableau 12 ; Hinnebusch 1989, p. 96).

  • 8 Dans les zones d’agriculture irriguée, ces plafonds passèrent de 40 à 30 ha pour les terres irrigué (...)

30Dans les années 1980, la moitié des 140 000 ha expropriés et réservés à la création de fermes d’État fut redistribuée (72 000 ha). En 1980, les plafonds de propriété maximale furent abaissés et 28 406 ha furent encore redistribués8 : il s’agissait essentiellement de terres en agriculture sèche situées dans les gouvernorats de l’est : 10 840 ha à Hassaka, 6 928 ha à Raqqa, 3 194 à Alep (Hinnebusch 1989, p. 118). La dernière grande mesure prise par l’État fut la loi de 1983 qui fixa à 16 ha la superficie maximale des propriétés privées dans les projets d’irrigation gouvernementaux, afin qu’une minorité ne profite pas des coûts réduits de l’eau pour s’enrichir sur de grandes superficies steppiques valorisées. 3 100 hectares furent ainsi expropriés et constitués en terres d’État louées pour la somme modique de 75 LS le donum par an (Bauer 1990, p. 38).

L’application de la réforme dans le gouvernorat de Raqqa

31Paradoxalement, alors qu’elle regroupait les plus grandes propriétés latifundiaires de Syrie, la Jazîra, et particulièrement le gouvernorat de Hassaka, fut peu touchée par la réforme, l’État ayant eu besoin de s’appuyer sur les grands féodaux pour contrôler une région frontalière éloignée, sous-peuplée, dont la population était à 92 % rurale et à 96 % illettrée, et qui regroupait les deux tiers des nomades du pays. Les anciens propriétaires de Jazîra sont ainsi parvenus à préserver une partie des bases foncières de leur richesse.

32En Jazîra, le fait que les cadastres n’aient été que partiellement établis sous la Syrie indépendante (et pas du tout sous le Mandat, contrairement aux autres régions syriennes) freina considérablement l’application de la réforme. Les agents de la réforme durent en effet se fonder sur les déclarations des moukhtar et sur les directions de l’irrigation, laissant ainsi échapper de grandes superficies. De plus, des propriétaires modifièrent le statut des terres en en retirant les pompes, ce qui leur permit de conserver de grandes superficies de terres jadis irriguées. La mauvaise application de la réforme a ainsi tenu au faible nombre de représentants du gouvernement capables de l’appliquer et à la pratique très répandue, au sein des grandes familles de propriétaires, de diviser les terres entre leurs membres.

  • 9 À Deir ez‑Zor, ces pourcentages furent respectivement de 14,5 % des terres arables et 7,7 % des ter (...)

33Au total 166 400 hectares ont été expropriés dans le gouvernorat de Raqqa, dont seulement 16 800 hectares de terres irriguées ou plantées d’arbres. 49 400 hectares ont été distribués (dont seulement 14 500 irrigués) ; 25 700 hectares ont été attribués aux fermes d’État et 91 000 ha vendus (Annuaire statistique syrien, 2003). La superficie de 166 400 ha expropriée correspond à 18,5 % des terres arables du gouvernorat de Raqqa, et la superficie distribuée à 5,5 % des terres arables 9. Les terres distribuées correspondaient en moyenne à 9 ha dans le gouvernorat de Raqqa ; cette superficie relativement élevée s’explique par le fait qu’elle inclut essentiellement des terres steppiques. Mais le long de la vallée de l’Euphrate, dont les terres sont fertiles et irriguées, cette superficie moyenne distribuée ne fut que de 2,5 ha.

34Il convient en effet, pour évaluer l’application de la réforme agraire dans le gouvernorat de Raqqa, de distinguer les zones de la vallée de l’Euphrate d’une part, anciennement sédentarisées et exploitées, dont les exploitations mesuraient pour la moitié moins de 100 ha, des zones de steppes d’autre part, domaines de la grande propriété latifundiaire de plus de 100 ha, et qui furent relativement peu touchées par la réforme.

35Seul le tiers des terres fertiles situées dans la vallée de l’Euphrate a été concerné par la réforme agraire. Quant aux deux tiers restants soit ils avaient une structure de propriété relativement égalitaire (dont les exploitations étaient inférieures aux 55 ha du plafond de propriété fixé en 1963), soit surtout, leurs cheikhs furent assez influents pour dissuader la commission de distribution d’intervenir. Ainsi 14 500 ha de terres irriguées de la vallée de l’Euphrate ont été expropriées puis distribuées. Elles le furent, pour 85 %, en lots de 5 à 50 donums (0,5 à 5 ha) et, pour 15 %, en lots de plus de 5 ha ; la moyenne des lots distribués était de 25 donums.

36La superficie attribuée à chaque bénéficiaire le long de l’Euphrate a varié selon le fonctionnement des commissions d’expropriation et selon le nombre de paysans sans terre ou faiblement dotés par village. Ainsi, dans le village de Khamsiyya, les bénéficaires reçurent-ils des lots de 4 donums, tandis que, dans celui de Kasret Surur, ce furent des lots de 60 donums (Bauer 1990, p. 41). Ce dernier village de Kasret Surur était entièrement possédé par un cheikh Walda, qui eut la capacité d’influer sur la commission chargée d’appliquer la réforme : alors que les 3/4 de ses terres furent redistribuées, il parvint à conserver 1 000 ha en les divisant entre les membres de son clan (Bauer 1990, p. 38). « Le total des villages affectés par la réforme dans le gouvernorat de Raqqa est de 356, dont 186 en propriété privée et 170 gérés par l’État ou des coopératives, dont les terres sont enregistrées au nom des bénéficiaires » (Union Nationale des Paysans 2000, p. 18). Mais, à la fin de la réforme agraire, le quart des familles de paysans du gouvernorat de Raqqa n’avait reçu aucune terre (Bauer 1990, p. 39).

37Parmi les familles qui ont été très atteintes par la réforme agraire, figurent aussi bien des familles citadines – comme les Khudur du clan Ramadan Agha, dont les terres étaient situées près de Raqqa et le long du Balikh – que des familles de tribus semi-nomades – celle des cheikhs Walda al‑Boursan ou celles des cheikhs Afadla Howeidi et Albu Hbal – , mais aussi les grands nomades et particulièrement les Muheid des Fedaan, auxquels s’en est pris le comité d’expropriation en 1966 :

« En 1966, les propriétaires ont eu un mois pour céder leurs terres à leurs enfants. Le meilleur exemple est celui de Jasem al‑Howeidi qui possédait 4 500 ha (45 000 donums) en agriculture sèche (baal[iyy]), et 150 hectares irrigués à Raqqa Samra et Tell Zidan. Toutes ses terres baal[iyy] ont été confiquées et il ne lui est resté que 654 donums à Sweileh. 800 donums irrigués ont été divisés entre ses paysans unis dans des coopératives. Noury ibn Muheid possédait les terres autour de Ain Issa, Marj Dhibet, Khalidya, Kharbet Adla. Elles ont été divisées entre ses enfants. Il n’avait rien sur l’Euphrate, mais avait des terres près d’Alep, à Jbeiss. Elles sont occupées aujourd’hui par d’anciens esclaves ou prises par le gouvernement ».(I. Khalil, Raqqa, juin 2001).

38Les noms des grands “féodaux” expropriés dans le nord du gouvernorat m’ont été donnés lors d’une enquête réalisée en juillet 2001 au tribunal foncier de Raqqa. Il s’agit notamment de Jdeidawi al‑Hussein (de la tribu des Jeiss) qui possédait 1 500 hectares près de Kherbet er Reuz, le long du Balikh, et dont les terres ont été divisées entre 70 paysans ; de Khalaf al‑Hassan (des Bou Assaf) qui possédait 1 500 hectares divisés entre 200 paysans ; et de Khalif Ibrahim qui était propriétaire de grandes superficies dans le village de Hammam Turkman. Mais à côté de ces quelques grands propriétaires expropriés, demeurent de grands « féodaux » à peine affectés par la réforme agraire.

Les critiques de la réforme agraire : le maintien des “féodaux”

39Au terme de la réforme, les grands propriétaires de Raqqa (possédant plus de 20 ha irrigués ou 80 hectares en agriculture sèche), bien que ne formant que 5 % du total des propriétaires, possédaient encore 37 % des terres du gouvernorat, alors que les 83 % de petits propriétaires (de moins de 8 ha irrigués et de 30 ha en agriculture sèche) se partageaient 40 % des superficies (Hinnebusch 1989, p. 234). Dans la moyenne vallée de l’Euphrate, les grands propriétaires purent conserver jusqu’à 55 ha de terres, qui étaient les plus fertiles, situées le long de la vallée, tandis qu’ils laissèrent les terres des plateaux, semi-arides, être distribuées.

40Les grands propriétaires du gouvernorat ont pu conserver d’immenses étendues steppiques, même quand ils ont été atteints par la réforme, en rejoignant le parti Baath. L’exemple le plus remarquable est donné par l’un des cheikh Afadla, des Howeidi, dont la rumeur dit qu’il aurait ainsi conservé 2 000 hectares de terres steppiques (ba’l) après la réforme. Dans le nord du gouvernorat, il est de notoriété publique que de grands propriétaires n’ont pas été atteints par la réforme agraire : ainsi T. H., qui possédait 2 000 hectares répartis en trois villages, est-il parvenu à diviser des terres entre ses fils, tout comme I. G. (Jubbur) qui possédait les quatre villages de Khnes le long du Balikh.

41En ce qui concerne les familles raqqawies, un bel exemple de maintien des bases foncières du pouvoir économique est fourni par trois frères d’une grande famille des Akrad qui sont parvenus à conserver 50 000 donums (5 000 hectares) le long du Balikh, dans les villages de Kherbat er Reuz, Al‑Hiché, Al‑Abara, Abu Chârb, Al‑Halu. En 1997, ces terres étaient exploitées par 500 paysans associés dans une coopérative : ils conservaient en contrepartie de leur travail 80 % de la production, les 20 % restants revenant comme loyer aux propriétaires. Ainsi, en février 1997, un premier versement du loyer s’est élevé à 600 000 LS (14 000 euros). Ce sujet est assez délicat, et les membres des grandes familles, bien qu’enclins à me parler de l’histoire de leur ville, sont très suspicieux dès qu’il s’agit de leurs biens fonciers.


*

42Les réformes agraires ont réduit le poids des grands propriétaires, profité essentiellement aux paysans moyennement aisés et fort peu aux petits exploitants ou à ceux qui ne possédaient rien et qui ne purent mettre en valeur les terres non irriguées qu’ils obtinrent. Si de nombreux grands propriétaires ont souvent trouvé les moyens de détourner la réforme agraire à leur profit, celle-ci a toutefois permis de rééquilibrer les structures agraires et a constitué la base d’une réelle transformation des relations sociales dans les campagnes syriennes. En effet, avec la réforme agraire, l’État créa des structures coopératives et syndicales qui permirent de constituer une classe de paysans loyale au parti Baath.

3. La révolution baathiste des rapports de production à Raqqa

 « Michel Aflak s’est formé en France. Il a composé son idéologie en voyant la société française. Une fois en Syrie, c’est la pensée de la campagne qui s’est introduite dans le Baath »
(I. Khalil, Raqqa, mai 2001).

43Des trois slogans du Baath, “Unité, Liberté, Socialisme”, le dernier est celui qui a donné lieu à plus de débats : fallait-il maintenir la propriété privée ? La collectivisation devait-elle être généralisée dans l’agriculture ? Le capitalisme était-il entièrement à rejeter ? Les deux fondateurs du parti Baath, Salah Bitar et Michel Aflak, ont développé une conception originale aux accents nationalistes : le “socialisme arabe”, totalement démarqué du communisme et du modèle soviétique. Selon l’article 4 de la Constitution du parti Baath de 1947, le socialisme arabe “est le régime idéal qui permettra de la façon la plus parfaite d’épanouir les possibilités et d’exprimer le génie du peuple arabe. Il assure à la nation une croissance constante de sa production matérielle et intellectuelle, et une fraternité étroite entre ses membres”. Le socialisme arabe du Baath est conçu comme un moyen de réaliser la renaissance de la Nation arabe par la mobilisation du peuple et le bouleversement de la société, l’inqilâb. Initié par les militants baathiste,l’inqilâb doit passer tout d’abord par l’abolition des relations de production inégalitaires.

  • 10 Né dans une famille alaouite aisée en 1899, Zaki Arsuzi obtint un doctorat de philosophie à la Sorb (...)

44Pourtant, selon les théoriciens du Baath, la propriété privée ne doit pas être éradiquée, ni même le capitalisme s’il se développe sous le contrôle de l’État. Au moment de l’indépendance, les idéologues du Baath prônent un socialisme respectueux de la propriété privée qui permette le passage d’une société fondée sur les liens familiaux à une société moderne qui, selon Zaki Arsuzi 10, doit être fondée sur l’association des intérêts (Carré, 1992, p. 63). L’article 34 de la Constitution du parti Baath de 1947 défend ainsi l’héritage et la propriété privée afin “de maintenir les liens affectifs entre les membres de la société arabe” et de développer le sens d’une “liberté pleinement consciente” (Carré, 1992 p. 62). Pour atteindre le socialisme arabe “émanant de leur âme”, les Arabes, écrit Aflak, doivent rejeter le marxisme et le matérialisme dialectique qui sont “intrus à l’histoire des Arabes” (Aflak, 1964 p. 154).

“Le communisme est allé trop loin sur la voie des nationalisations : il a aboli le droit de propriété et, par voie de conséquence, a tué dans l’individu tout mobile instinctif et personnel. Au contraire, le socialisme du Baath se garde d’abolir la propriété privée et se borne à la limiter par de lourdes entraves, de manière à empêcher tout abus”
(Aflak, 1963 p. 164).

  • 11 Des militants au passé communiste prennent alors le devant de la scène, en particulier Yasin el Haf (...)

45Mais, après l’échec de l’Union syro-égyptienne de 1958-1961 et afin de s’affirmer face au nassérisme, l’idéologie du parti Baath connaît un tournant marxiste 11. Le terme de “socialisme arabe” est conservé et l’objectif de l’unité maintenu en dépit de l’échec de l’Union syro-égyptienne et de la division avec le parti Baath irakien. En revanche, le thème de la lutte des classes est pris en considération ainsi que la collectivisation du travail sur le modèle soviétique. Une hiérarchie du travail collectif s’instaure, allant des coopératives de service aux coopératives de production et, enfin, aux fermes d’État.

La loi sur les relations agraires

46La réforme agraire fut accompagnée de l’importante Loi sur les relations agraires (loi n° 134 de 1958 amendée par le décret 218 de 1963) qui devait être un outil de justice sociale en fixant en faveur des exploitants les termes des contrats agricoles. Pour la première fois, les contrats étaient écrits et automatiquement renouvelés, même en cas de vente de la terre. Les métayers pouvaient les céder à leurs héritiers. Les contrats ne pouvaient être rompus que par une décision de justice dans les cas où le paysan endommageait les terrains ou si sa production était inférieure à 40 % de celle des terres environnantes.

47Selon la loi de 1958, le paysan qui ne fournissait que son travail, sans les semences et les engrais, devait obtenir au moins 25 % des récoltes de coton irrigué, 33 % de celles de légumes irrigués, 40 % des légumes non irrigués, 30 % des récoltes de fruits et 25 % de celle des olives. A la révolution baathiste, les plafonds furent élevés en faveur du paysan : désormais, il devait obtenir 40 % des récoltes de coton irrigué, 50 % de celle des légumes irrigués et 30 % pour les olives. La loi de 1958 limita la part du propriétaire de motopompes à 40 % de la récolte, les paysans recevant au moins 40 % et le propriétaire 20 %. Les propriétaires fournissaient les semences, les engrais et l’eau, le paysan soit son seul travail, soit le matériel d’exploitation. Mais les propriétaires de motopompes ne respectaient pas la loi et, dans les faits, se gardaient 45 % des récoltes, laissant 45 % au paysan et 10 % au propriétaire. Cela fut la règle jusqu’au milieu des années 1970, quand les premiers canaux du Projet de l’Euphrate furent installés dans la vallée, et qu’en conséquence l’utilisation de motopompes fut interdite. Ainsi, pendant près de vingt ans, les propriétaires de motopompes purent-ils continuer à s’enrichir.

48L’application de la loi sur les relations agraires permit aux paysans de jouir d’une augmentation notable de leurs revenus. Dans le gouvernorat de Raqqa, la part de la récolte qui revenait en moyenne au paysan s’éleva de 20 ou 30 % à près de 43 % (Khalaf 1981, p. 339). Cet enrichissement fut le prélude d’une sensible transformation des relations sociales dans les campagnes syriennes, par suite du désendettement des paysans à l’égard des propriétaires. Les métayers eurent de plus la possibilité d’accéder à de nouvelles formes de crédit, hors du contrôle des cheikhs de tribus. La Banque Agricole fut ainsi une structure décisive pour la mise en œuvre de la Réforme. Elle accordait des prêts en nature pour les semences, les engrais et les insecticides, et en argent pour les frais de récolte, et se remboursait directement en prélevant le montant des prêts augmenté de 5 % d’intérêts, sur le paiement des récoltes. Mais les prêts de la Banque étaient accordés selon les mêmes conditions aux propriétaires privés et aux coopératives, ce qui a pu expliquer la désaffection de ces dernières, puisqu’elles ne permettaient pas de grands bénéfices et n’encourageaient pas à l’initiative.

49En février 1997, invitée dans plusieurs maisons d’hospitalité (madâfa) de Raqqa et de Machlab, le village des cheikhs Howeidi des Afadla, j’ai questionné les habitués de deux madâfa (celles d’al‑Ujaily et de Chlach Afadla) sur leurs propriétés foncières et la nature des contrats qui les liaient à leurs métayers.

Tableau 10 : Activité des membres d’une madâfa Afadla en 1997

Statut ou emploi

superficie possédée

localisation des terres

nombre de paysans

type de contrat (part du paysan)

chef de la tribu

500 donums*

Vallée du Balikh

n. d.

n.d.

propriétaire terrien

200 donums irrigués

Vallée du Balikh

15 familles

à 35 %

propriétaire terrien

200 donumsirrigués

Vallée du Balikh

10 familles

à 40 %

propriétaire terrien

250 donums irrig.350 donums secs

Vallée du Balikh

15 paysans

n.d.

petit propriétaire

70 donums irrigués

Machlab, près de l’Euphrate

1 paysan

à 40 %

petit propriétaire

40 donumsirrigués

Vallée de l’Euphrate

3 paysans

à 40 %

poète de la tribu

50 donums irrigués

Machlab, près de l’Euphrate

1 paysan

à 40 %

fonctionnaire du Projet de l’Euphrate

700 donums     orge

Vallée de l’Euphrate

n.d.

n.d.

fonctionnaire

terres confiées à son frère

n.d.

n.d.

n.d.

ouvrier à l’usine de sucre

30 donums irrigués

Vallée de l’Euphrate

n.d.

n.d.

marchand  de moutons

s.o.

s.o.

s.o.

s.o.

infirmier non raqqawi

s.o.

s.o.

s.o.

s.o.

(n.d. : non déterminé ; s.o. : sans objet)

(source : entretiens à Machlab, 1997)

50Dans les deux cas, les superficies annoncées étaient conformes à la loi : elles étaient comprises entre 80 et 200 donums (8 à 20 hectares) irrigués, et, parfois, atteignaient les 300 donums d’orge et de blé non irrigués. Un propriétaire employait quatre paysans sur 140 donums, un autre un paysan pour travailler 70 donums. Il faut préciser que le paysan fait en général travailler sa famille, ses filles en particulier, sur la parcelle qui lui est confiée : 80 % des travaux agricoles sont réalisés aujourd’hui encore par les femmes dans l’Est syrien. Les réponses obtenues furent plus précises en ce qui concerne les Afadla du clan de Chlach Afadla, qui m’accueillirent à quatre reprises. Un seul propriétaire avoua n’accorder que 35 % et non 40 % des récoltes. Les membres de cette madâfa sont des paysans moyennement aisés, qui exercent une activité complémentaire de fonctionnaire pour s’assurer d’un revenu régulier. Pour les petits paysans qui n’exercent aucune activité complémentaire, l’adhésion à une coopérative est impérative pour couvrir les coûts de production.

L’Union des paysans et le contrôle des campagnes

51L’Union des Paysans, créée en 1964, fut un organisme décisif dans la mise en œuvre de la Réforme agraire. « Instrument d’information et de mobilisation, le syndicat fut un élément dans la politique d’intégration du paysan à l’État. En 1969, un décret dota tous les villages de plus de 400 habitants d’une association et réunit celles-ci, à l’image du parti, dans une structure fédérative qui, du village à la région (mintaqa), puis au muhâfaza, aboutissait à l’Union nationale des paysans » (Métral 1980, p. 302). L’Union des Paysans est devenue une institution puissante sous la direction du parti Baath.

  • 12 Union Nationale des Paysans, 2000, p 17.

52Le pouvoir de l’Union des Paysans s’est accru à partir de 1974 quand toutes les coopératives furent placées sous sa direction. Les membres des coopératives se trouvent alors être non pas des acteurs du changement social mais des jouets de politiques étatiques inflexibles. Il leur est ainsi impossible d’exercer le “contrôle populaire” sur la bureaucratie qui est attendu d’eux et sans lequel “le socialisme dégénère en bureaucratisme” (Plaquette de l’Union des Paysans, in Hinnebusch 1989, p. 61), et ce d’autant que les cadres de l’Union des Paysans sont souvent des paysans aisés qui ont été affectés par – plus que bénéficiaires de – la réforme agraire, et qui sont coupés des aspirations des paysans (Pétran 1972). Ils ne peuvent donc en aucune façon substituer une pensée de classe aux solidarités tribales dominantes. En 2000, le gouvernorat de Raqqa compte 414 coopératives dirigées par 2 418 fonctionnaires, soit un taux d’encadrement d’un fonctionnaire pour 30 adhérents 12.

Le dysfonctionnement du système coopératif syrien

53Le projet de société du Baath se fondait sur le travail coopératif pour assurer une meilleure productivité par la mécanisation et l’irrigation de grandes surfaces et pour construire une société égalitaire. Tous les bénéficiaires de la réforme agraire devaient adhérer à une coopérative, ce qui devait permettre de compenser les effets négatifs de la parcellisation des terres du fait de la réforme agraire et faciliter l’accès au crédit et à l’amélioration des techniques agricoles sous la supervision d’ingénieurs qui leur étaient affectés. Les coopératives devaient permettre de substituer aux structures d’appartenance tribale, prégnantes dans la région, les formes régentées d’une société « égalitaire » socialiste. Elles étaient censées éradiquer le caractère “arriéré” des relations sociales et servir de moteur au changement social. Surtout, elles participaient à la territorialisation de l’État dans les campagnes et à son encadrement de la société rurale.

54La principale raison du fonctionnement des coopératives fut qu’il n’existait aucun réel “esprit coopératif”, tant le système était détourné au profit de quelques propriétaires moyens afin de financer l’irrigation de leurs propres terres à moindre coût. Dans le gouvernorat de Raqqa, deux coopératives avaient été organisées par des particuliers sur des parcelles de 1,5 et 2,5 ha, et deux fonctionnaires s’étaient associés en coopérative pour exploiter leurs parcelles de 8 et 10 ha (Hinnebusch 1989, p. 185). La plupart des adhérents travaillaient seuls leurs terres, en famille, et se chargeaient même parfois de la vente des récoltes. En définitive, l’assistance familiale se poursuivait au sein de la coopérative entre les membres d’un même clan, mais pas par la mise en commun du travail ou des bénéfices. Sur ce dernier point, l’usage d’affecter 1 % des bénéfices tirés de la vente des céréales au fonctionnement de la coopérative fut très critiqué dans le principe, et aussi parce que, dans les faits, l’inflation était si grande que les sommes non aussitôt affectées étaient érodées. L’achat collectif que ces sommes devait assurer concernait des tracteurs, qui étaient toujours en quantité insuffisante. Au moment des récoltes, les paysans étaient contraints d’en louer à des particuliers qui se trouvaient souvent être les chefs tribaux du village, ce qui maintenait leur ancienne dépendance !

55En 1975, au début de la mise en oeuvre du Projet de l’Euphrate, seulement 8 % des terres étaient gérées par des coopératives dans le gouvernorat de Raqqa, et le tiers des membres des coopératives étaient des bénéficiaires de la réforme agraire (Bauer 1990, p. 39). Quand les coopératives de service ont été créées pour la diffusion de l’irrigation dans le Projet de l’Euphrate, tous les propriétaires ont dû les rejoindre. Pour les idéologues du Baath, la mise en oeuvre du Projet de l’Euphrate devait permettre le développement de véritables liens coopératifs entre les paysans, plus facilement que dans d’autres régions. Elles connurent une certaine réussite dans la moyenne vallée de l’Euphrate, quand il s’est agi d’installer les canaux et les grandes pompes qui répartissaient l’eau de l’Euphrate, le coût d’accès à l’eau étant inférieur de 45 % à celui qu’exigeaient auparavant les propriétaires de motopompes.

56En 1990, des chercheurs de l’Institut Allemand du Développement de Berlin ont voulu évaluer les conséquences de la création des coopératives sur les rapports sociaux dans la vallée de l’Euphrate. Leur hypothèse était qu’un processus d’interaction sociale avait été initié par le Projet, lequel processus avait eu des effets sur la réalisation même du projet. Leur enquête a porté sur 9 villages, pour lesquels ils ont montré qu’un tiers des terres a été redistribuées, un tiers est allé à des coopératives et que 25 % des paysans étaient restés sans terre. Ils ont établi une typologie en trois classes des coopératives, quinze ans après leur création. Elle distinguait celles qui étaient homogènes du point de vue de leurs adhérents et répondaient aux objectifs socialistes souhaités ; celles qui avaient été noyautées par les chefs traditionnels ; et celles enfin dont le chef, issu d’un milieu modeste, devait son ascension au parti. Les coopératives regroupant des bénéficiaires de la réforme n’avaient pas les moyens de s’équiper en tracteurs ni d’entreprendre l’amélioration de leurs techniques agricoles. Celles qui avaient été noyautées par les chefs traditionnels étaient les plus rentables et semblaient favoriser le travail collectif. La coopérative se résumait bien souvent à doter les chefs traditionnels d’une somme d’argent qu’ils devaient allouer en prêts aux paysans, mais dont ils gardaient parfois l’intégralité. Aussi, ces chercheurs en ont conclu que, loin d’être une médiation participative entre l’État et les paysans, les coopératives en étaient venues à manifester dans leur gestion soit le maintien des rapports tribaux, soit la prééminence du parti et du népotisme (Bauer 1990).

57Le problème fondamental auquel se confrontent les militants baathistes de l’Union des Paysans, est le noyautage des coopératives par les anciens grands propriétaires et les chefs tribaux. Lors d’un entretien en juillet 2001, un membre de l’Union des Paysans de Raqqa m’a confié que “ les fils des féodaux sont présents au sein des coopératives ”, alors que le but de l’Union des Paysans demeure selon lui « la lutte contre les féodaux » (iqtaiyyin). Il précise que les 4 000 donums de terres de son village (Hawi al-Hawa) qui appartenaient aux Mechref, ont bien été divisés et répartis entre 61 propriétaires. Mais que, malgré tout, les Mechref ont conservé leur pouvoir. Les coopératives ont ainsi servi de moyen à de nombreux chefs de clans de maintenir leur autorité (Hannoyer 1985, p. 27).

58La forte présence des grands propriétaires dans les coopératives et de propriétaires aisés à l’Union des Paysans a freiné l’application des lois favorables aux paysans. Ainsi, en 1980, un amendement à la loi sur les relations agraires stipula que le paysan devait obtenir 50 % des récoltes et que le propriétaire avait obligation de payer le coût de l’irrigation, mais l’État n’eut pas les moyens de faire appliquer cette nouvelle mesure (Bauer 1990). Le poids des relations claniques, des appartenances tribales et des systèmes d’allégeance aux chefs locaux capables de protéger quotidiennement le groupe constituaient autant de freins au développement du système coopératif dans l’Est syrien. Un fonctionnaire du Bassin de l’Euphrate m’a confié son analyse de l’échec du programme socialiste dans le gouvernorat : selon lui, l’erreur a été d’imposer d’un seul coup la création de coopératives comme outil de modification de la société, car « la coopérative est le dernier niveau du système socialiste ; et comme on a commencé par ce niveau, l’ordre ancien s’est maintenu ».

L’apparition d’un “féodalisme masqué”

59La base du pouvoir a toujours résidé, dans cette région semi-aride, dans le contrôle de l’eau. Au terme de la réforme agraire, les propriétaires de motopompes continuèrent de tirer de grands revenus de la vente de l’eau. De plus, leurs contrats sont restés en moyenne à 45 % pour l’exploitant, 40 % pour le paysan et 15 % pour le propriétaire de la terre. Selon l’intellectuel communiste raqqawi Fayez al‑Fawaz, la réforme agraire a peu affecté un aspect essentiel du gouvernorat qui est qu’il comptait avant tout « non pas de grands propriétaires, mais de grands exploitants » :

« Dans les années soixante a eu lieu la réforme agraire, concernant la propriété. Mais elle a été suivie d’une nouvelle réforme (istislah jadid) dans les années quatre-vingt concernant les propriétaires et les entrepreneurs qui louent les terres, ont plus d’argent et accès au matériel. On peut désigner cela comme du féodalisme masqué (iqta muqannaa) ».
(Fayez al‑Fawaz, Raqqa, juin 2001)

60La réforme agraire ne résolut pas la question du financement de la mise en valeur agricole et de l’accès à l’eau. En 1970, à Deir ez-Zor, les citadins contrôlaient encore 27 % des pompes et 11,5 % des tracteurs. Or, beaucoup de paysans ont loué les terres qu’ils ne pouvaient mettre en valeur à leurs anciens propriétaires ou aux propriétaires de motopompes, et ont rejoint les banlieues de Raqqa et Deir ez-Zor. Le chef Walda Anouar al‑Boursan aurait perdu, lors de la réforme agraire, 250 hectares de terres irriguées et 1 200 hectares de terre en agriculture sèche (baal[iyy]). Malgré cela, il demeurait un grand entrepreneur, possédant 40 tracteurs, dix moissonneuses-batteuses qu’il louait, bien qu’il n’ait plus en pleine propriété que 50 hectares de terres irriguées et 600 moutons. Aussi les chefs des quinze fractions des Walda demeuraient-ils riches, organisant la culture du coton pour laquelle ils fournissaient les semences, les engrais, les pompes, et les tracteurs, et continuant à s’attribuer 40 % de la récolte (Meyer 1990, p. 250).


*

61La réforme agraire ne mit pas un terme à la séparation entre cultivateurs et moyens de production, même si elle améliora le sort des paysans. Elle a permis à une classe moyenne agricole de se renforcer et aux paysans de se former aux techniques agricoles mécanisées (Hannoyer 1982, p. 209-247 ; Deheuwels 1979, p. 92). Les grandes familles de la ville et des tribus environnantes sont parvenues à conserver une partie de leurs terres en les partageant entre leurs enfants, et continuent d’exploiter les terres qu’elles possédaient jadis en les louant à leurs nouveaux propriétaires. Ces deux grandes réformes ont ouvert la voie à la réalisation de grands projets agricoles d’État en Jazîra.

4. L’encadrement de la population raqqawie par le parti Baath

« À partir de 1963, les fils des koulaks sont entrés dans l’Armée et le Baath et sont venus habiter à Raqqa.
La campagne gouverne la ville désormais (al‑rif yahkam al‑madina) ».(Un intellectuel de Raqqa, juillet 2001).

62L’étude des structures politiques à l’échelle du gouvernorat fournit un éclairage sur les formes de l’encadrement politique de la société syrienne depuis la révolution baathiste. L’importance du recrutement rural et bédouin du parti Baath se traduit dans la vie politique raqqawie par la place importante occupée par les membres des anciennes tribus semi-nomades de la région, au détriment des citadins de Raqqa. Ces derniers constatent, amers, la présence d’un « lobby châwî » à tous les postes administratifs, alors que leurs enfants sont mieux formés et pourraient prétendre à ces postes de pouvoir.

63Pour les paysans sans terre qui ont été dotés après la réforme agraire, comme pour les membres de tribu qui ont obtenu un emploi par leur adhésion au parti, l’idéologie baathiste était bonne en ce qu’elle parvenait à lutter contre un ordre tribal qui les oppressait. Dans sa thèse sur les transformations sociales et politiques de son village de Hawi al‑Hawa, peuplé de membres de la tribu Afadla et situé à 8 km à l’est de Raqqa, Sulayman Khalaf transcrit les propos d’un fellah enrôlé dans le parti : « L’idéologie du parti était la seule solution à la plupart des problèmes qui nous assaillaient, en particulier les vieilles animosités tribales qui ne nous bénéficiaient en rien sinon en anxiété et en soumission à un membre de la tribu (ashîra). En réalité, cet homme ne reconnaissait en nous rien d’autre que notre pauvreté et notre misère. Le parti, quoiqu’il en soit, a été capable de nous libérer et de nous protéger de la domination du mallak (propriétaire). Nous fûmes capables pour la première fois de dire que nous avions des droits, et nous étions capables de tenir tête devant le mallak, même s’il était de notre propre clan et ashîra » (Khalaf 1981, p. 538).

64La carte du parti fut aussi importante que la carte d’identité en tant qu’éléments de l’affranchissement des membres de tribu des anciennes relations de domination vis-à-vis des cheikhs. Ce sentiment de libération a été décrit en 1971 pour les membres de la tribu châwî des Beggara, située sur l’Euphrate en aval de Maadan : “Libéré du resserrement tribal qui empêchait tout contact direct avec le monde extérieur à la tribu, l’individu Beggara est à même de prendre conscience de sa personnalité propre, indépendante de son groupe. Désormais, il se définit lui-même à l’égard d’autrui, Beggara ou non. Il échappe à la tutelle du cheikh dans ses relations avec les particuliers ou les services publics. L’obtention d’une carte d’identité nationale contribue grandement à intensifier cette prise de conscience » (Naffakh 1971, p. 135).

65À partir de 1963, des mukhtar sont désignés par le parti pour contrebalancer le pouvoir de représentation des chefs de clan. Au sujet de la tribu des Beggara, dont les terres se situent sur l’Euphrate en aval de celles des Sabkha (au sein du gouvernorat de Deir ez-Zor), Rabah Naffakh note : « Officiellement, le cheikh est pourvu de fonctions administratives ; en fait, son titre n’est qu’honorifique et le mukhtar n’est qu’un instrument de l’autorité centrale pour l’application des lois. Il doit, par exemple, faciliter la tâche des percepteurs d’impôts, des enquêteurs, des ingénieurs agronomes, de la police »(Naffakh 1971). Selon un fonctionnaire châwî de Raqqa, « les mukhtar sont nommés par le parti. Une liste de personnes capables est présentée au gouverneur, puis le parti recommande le plus fidèle. Souvent, ceux qui sont nommés ne connaissent pas grand chose aux quartiers ».

La Jazîra : région de recrutement de militants de base du parti Baath

  • 13 Il s’agit principalement des thèses du géographe Alasdair Drysdale (1977) et des politologues Eliza (...)
  • 14 Drysdale structure sa démonstration en quatre parties portant successivement sur l’analyse spatiale (...)

66Les marges syriennes de l’Est (Jazîra), du littoral (montagne alaouite) et du Sud (Jabal druze) ont fourni au parti Baath une grande part de ses hauts dignitaires ainsi que la majorité de ses militants de base. Plusieurs travaux de sciences politiques, d’histoire et de géographie ont analysé ce phénomène de prise de pouvoir par la « périphérie » 13. Alasdair Drysdale a ainsi montré que la révolution baathiste s’est appuyée sur des hommes issus des campagnes et des provinces éloignées des centres de pouvoir traditionnels qu’étaient Damas et Alep. Dans Center and Periphery in Syria. A Political Geography Study, il part de l’hypothèse selon laquelle « la révolution baathiste de 1963, en dépit de son caractère ethnique et périphérique, était avant tout une révolution visant à construire une nation, stimulée par l’incapacité de l’élite traditionnelle de résoudre les problèmes de développement de l’État » (Drysdale 1977, p. 5). La particularité de la Syrie sur le plan politique résidait dans le fait qu’avant la révolution baathiste, l’idée d’État était beaucoup plus développée dans ses marges, parmi les minorités confessionnelles chrétienne, alaouite, druze et ismaélienne, que dans le centre, contrairement à la plupart des autres nations. La Syrie avait selon lui, historiquement, un « centre politique » faible, et une périphérie beaucoup plus motivée pour en créer un 14.

67L’enregistrement par les chefs de tribus des meilleures terres agricoles et des terres inexploitées de Jazîra au cours des années 1950 suscita une grande frustration parmi les jeunes métayers et les petits paysans, dont le parti Baath sut tirer avantage. C’est une des raisons pour lesquelles, dans les années 1960, la majeure partie des membres du parti se recrute, au sein du nouveau gouvernorat de Raqqa, parmi les paysans et les ouvriers agricoles. Cela a suscité un temps l’enthousiasme des petits paysans et des membres des tribus de l’Euphrate qui avaient eu accès à la terre par la réforme agraire et à l’emploi dans le secteur public. Historiens et politologues ont montré que le Baath était un parti de classes moyennes soutenu par la petite-bourgeoise d’origine rurale, et qu’il était né de la jonction entre classes moyennes urbaines et rurales enrichies à la fin de la seconde guerre mondiale. Jusqu’en 1970, se déroule une phase d’enrôlement et d’application d’une idéologie marxisante de luttes de classes et de réussite de la révolution dans un pays. Puis, à partir du coup d’État du général Hafez al‑Assad de novembre 1970, des méthodes de gouvernement plus conciliantes sont appliquées, intégrant les notables locaux dans un but de l’unité nationale et non plus de la lutte de classes.

68L’encadrement des campagnes par le Baath fait l’objet d’une étude fine dans le dernier ouvrage de Hanna Batatu, paru en 1999. Cet auteur analyse le soutien dont le Baath bénéficia de la part des paysans de l’Est syrien, particulièrement nombreux dans ses rangs (Batatu 1999, p. 131-170). Il analyse la composition sociale de l’encadrement baathiste en Syrie. On y découvre que le nombre d’adhérents a plus que doublé dans le gouvernorat de Raqqa au cours des années 1980. De 18 764 membres en 1979, il passe à 43 128 en 1992. Du quart de la population active raqqawie en 1979 (24,4 %), les membres du parti passent à plus du tiers en 1992 (39,2 %).

Tableau 11 : Nombre de membres du parti Baath dans le gouvernorat de Raqqa en 1979 et 1992 en % de la population active

1979

 % pop. active ( 77 000)

1992

 % pop. active (110 000)

Membre actif

1 782

2, 3 %

9 358

8, 5 %

Membre affilié

16 982

22, 1 %

33 770

30, 7 %

Total

18 764

24, 4 %

43 128

39, 2 %

(d’après Batatu 1999, p. 180-181, et RGP 1981 et 1994)

Tableau 12 : Répartition des membres du parti Baath par activité en Syrie et à Raqqa en 1989 :

Activité

Nombre à Raqqa

 % du total Raqqa

Total national

 % du total national

 % de Raqqa / total national

Paysans

8 738

28

99 078

13

8,8

Étudiants du secondaire

6 899

22,1

299 099

39,4

2,3

Étudiants du supérieur

1 976

6,3

104 918

13,8

1,9

Professeurs du primaire

2 019

6,5

66 864

8,8

3

Professeurs du secondaire

75

0,2

2 173

0,3

3,4

Ouvriers

7 687

24,6

91 457

12

8,4

Employés administratifs

2 673

8,6

65 580

8,6

4,1

Artisans

509

1,6

9 732

1,3

5,2

Médecins, dentist., vétérin.

89

0,3

2 684

0,4

3,3

Ingénieurs et agronomes

384

1,2

9 292

1,2

4,1

Juges et avocats

39

0,1

1 314

0,2

3

Femmes au foyer

106

0,4

7 334

1

1,4

Total

31 194

100

759 525

100

4,1

(Bureau Régional du Baath, d’après Batatu 1999, p. 182-183)

  • 15 Raymond A. Hinnebusch a montré qu’à partir du mouvement de rectification de 1970, les nouveaux adhé (...)

69En Syrie, les étudiants du secondaire et du supérieur constituent plus de la moitié des membres du parti Baath (53,2 %), les fonctionnaires (professeurs, employés et juges) moins du cinquième (18 %), tandis que les paysans (13 %) et les ouvriers (12 %) n’en constituent chacun respectivement que le huitième. La spécificité agricole du gouvernorat de Raqqa se traduit dans le recrutement des membres du parti Baath : ainsi le tiers en est des paysans (28 %), ce qui est plus de deux fois le taux national, et le quart en est des ouvriers (24,6 %), soit également deux fois le taux national. Les étudiants constituent, avec 28,4 %, moins du tiers des membres, ce qui se situe très au-dessous de la moyenne nationale. Il est assez étonnant de constater que les fonctionnaires, bien que plus nombreux à Raqqa que dans le reste du pays, sont moins représentés parmi les structures locales du parti qu’au plan national : ils n’en forment que 15,2 %. On peut y voir la pratique de recrutement de proches, non nécessairement politisés, comme fonctionnaires15.

La nomination des Chawâyâ aux postes administratifs

70Des propriétaires moyens, éduqués et enrichis après la réforme agraire, ont eu un accès facilité aux postes administratifs du gouvernorat en adhérant au Baath. Un médecin raqqawi m’a livré une analyse succincte de ce phénomène, dénommant les propriétaires fonciers enrichis lors du boom du coton du terme de « koulaks », qui opprimaient les paysans et n’avaient d’autre souci que celui de la rentabilité et de l’ascension sociale (citation en exergue en début de chapitre).

71Entre 1966 et 1970, en plein durcissement du régime à l’initiative de Salah Jadid qui pensait en termes de luttes de classes, le chef de l’Union des Paysans de Raqqa, Saud al-Jawhar, était un descendant d’esclave de cheikh, tandis que le secrétaire du parti dans la même ville, Mohammed Awad, était un professeur d’école, fils d’un marchand ambulant de légumes. Ces deux nominations témoignent de l’ascension sociale de membres de tribus chawâyâ jadis inféodés aux cheikhs. À partir de 1970, du fait du choix politique du président Hafez al‑Assad de s’appuyer sur les notables locaux, les chefs de tribu commencèrent à retrouver des postes politiques. Jasim al‑Mhaymid al‑Howeidi, d’une grande famille Afadla, fut élu député en 1973. Son cousin, Haj Abd al‑Razzaq al‑Howeidi, fut élu au conseil municipal de Raqqa en 1972 et à l’Assemblée du Peuple en 1977, après avoir été membre du conseil du gouvernorat de 1963 à 1972. Après lui, un jeune de la famille Mechref des Afadla fut également conseiller municipal pendant deux ans (Khalaf 1981, p. 208).

72En choisissant d’adhérer au régime baathiste, certains citadins de Raqqa purent obtenir des postes administratifs au niveau du gouvernorat (voir tableau 13). Il faut de plus dire qu’ils avaient le niveau d’éducation requis, ce qui n’était pas le cas des Chawâyâ, même membres du parti. Ces fonctionnaires citadins furent essentiellement des membres du rassemblement des Akrad, mais on note aussi la présence de fonctionnaires dans les familles de commerçants originaires de Tadef et de Soukhné :

Tableau 13 : Noms de fonctionnaires du gouvernorat de Raqqa (1963-1972)

Patronymes

Origine : ville, faction, famille

Mustafa al‑Hasun

Raqqa (Acharin: Hasun)

Haj Mahmud al‑Hamud

Raqqa (Acharin : Blebil)

Ghassan Sattaf

Raqqa (Akrad: Ramadan Agha)

Ibrahim al‑Chaouah

Raqqa (Akrad)

Jamil al‑Khalul

Raqqa (Akrad: Chebli Salama)

Subha al‑Uwayd

Raqqa (Akrad: Bakri)

Haj Mohammed Hamdo

Tadef

Mustapha al‑Hassan

Soukhné

(Entretiens à Raqqa, juillet 2001)

73Selon un fonctionnaire de Raqqa, membre de la tribu châwî des Bou Saraya, « le nouvel ordre social de Raqqa est le produit du nouvel ordre politique ». Je l’interroge sur la place des membres des grandes familles comme agents de l’État. Il me dit que cela revient à se demander comment les « féodaux » ont décidé d’entrer dans un État socialiste, dans les centres de pouvoir, le parti, les administrations. La clef réside dans la recherche de travail et de pouvoir par la reconversion des membres des grands familles « qui sont partagés entre deux types de pensée : l’idéologie baathiste et le système féodal » :

« La féodalité est finie, mais les féodaux sont restés (al‑iqta intaha, walakin al‑iqtaiyyin baqin). Que pouvaient-ils faire ? Ils ont vu une opportunité dans l’ordre politique nouveau. L’entrée dans les structures officielles a correspondu pour quelques-uns à un choix personnel, et pour les autres à des raisons économiques. Les féodaux ont eu besoin de travailler et sont entrés au sein des institutions. Mais ils sont partagés entre deux types de pensée : l’idéologie baathiste et le système féodal.
Les notables ont changé. Jadis, il s’agissait de familles en ville et de tribus à la campagne. Le renouvellement des cheikhs se faisait dans la famille à la campagne : le fils ou le frère devenait cheikh. Désormais, les membres des familles de la ville ont des métiers : ils sont toujours propriétaires, mais sont devenus médecins, avocats, des personnes cultivées. Les chefs (wajih) des familles participent à la vie politique et culturelle du pays, aux traditions « taqalid madani ». Le meilleur exemple de reconversion est le docteur Abd al‑Salam al‑Ujaily, issu d’une des plus grandes familles de la ville, grand propriétaire, premier médecin de la ville, ministre des Affaires étrangères et de la Culture (en 1962), et grand nouvelliste syrien. Parmi les Akrad, Khalaf al‑Qassem était un grand wajih et propriétaire, son fils Hamud al‑Qassem est devenu maire dans les années soixante et son frère Adel al‑Qassem, avocat, l’adjoint du gouverneur. »(Entretien avec un fonctionnaire baathiste de Raqqa, 24 juillet 2001)

74Les notables qui sont parvenus à conserver des postes administratifs sont parfois dénoncés comme des opportunistes (intiyazin). « On s’inquiète également de la facilité avec laquelle certains notables traditionnels sont parvenus à s’infiltrer dans les organisations contrôlées par le Baath, continuant à entretenir un réseau de clientèles personnelles. Ils entravent la possibilité de former une nouvelle équipe dirigeante dans les villages. Néanmoins, le recrutement baathiste depuis la base et les localités permettent de faciliter la mobilité politique, offrent une plus grande capacité de communication au gouvernement, créant le lien nécessaire entre le pouvoir et le peuple, évitant de passer par les intermédiaires classiques que sont les notabilités locales » (Kaminski et Kruk 1987, p. 74).

75Plusieurs intellectuels raqqawis, descendants des premières familles (les Ghoul), dénoncent le « lobby châwî » dans la ville, c’est-à-dire le fait que tous les postes administratifs majeurs sont attribués à des Chawâyâ. Ils m’ont permis d’élaborer le tableau 14 qui identifie, par tribu ou ville d’origine, les principaux fonctionnaires du gouvernorat de Raqqa en 2001.

Tableau 14 : Principaux postes administratifs occupés par des membres des tribus de l’Euphrate dans le gouvernorat de Raqqa en 2001

fonction

Patronyme

Tribu ou ville d’origine

maire de Raqqa

Ajaji

(Afadla)

secrétaire du parti Baath

Issa al‑Khalil

Abu Hmeid (Afadla)

délégué du parti Baath

Ahmad al‑Abed

Afadla Dhiyab

délégué du parti Baath

Jasem Youssef

Tribu Houeirat

directeur du Bassin de l’Euphrate

Haj Saleh Saaed

Afadla

responsable militaire

Farah al‑Askar

Abu Hmeid (Afadla)

directeur des Services du gouvernorat

Farah al‑Mutlaq

Bou Saraya

directeur du centre culturel

Rid al‑Darwish

Sabkha

directeur de l’Education

Sarih al‑Hamdal

Jeiss (Tell Abiad)

secrétaire de l’Education

Khalaf al‑Mifta

Walda

directeur de l’Habitat

Farla

(Châwî)

(source : entretiens, Raqqa, juillet 2001).

76Les principaux postes administratifs du gouvernorat sont occupés par des membres des tribus de l’Euphrate : le maire, le secrétaire du parti, le directeur du Bassin de l’Euphrate (marié à une femme de Deir ez-Zor). Le directeur de l’Union des Paysans depuis 1971, Mustafa al‑Ayed, est également un Afadla né à Slouk, dans le nord du gouvernorat de Raqqa. D’autres postes importants sont cependant occupés par des personnes étrangères au gouvernorat : en 1997, le chef de la police était originaire d’Hama ; celui de la sécurité, de Homs. Un Raqqawi est gouverneur de Souweida. En 2001, un seul député appartenait aux anciennes familles de Raqqa : il s’agit de Jamal Hajjuan, de la famille Chabli Salama :

Tableau 15 : Liste des députés de Raqqa par profession et origine en 2001

Nom du député

métier

Tribu ou ville d’origine

Ismail Ali

Directeur de l’Education

Walda (de Jaabar)

Jamel Hajjuan

Ingénieur

Chabli Salama (Raqqa)

Ali Ibrahim

Ancien président du syndicat des paysans

Afadla Moussa Daher

Jasem Saado

Juge indépendant

Tribu Naaim

Chaaban Hamud

Commerçant

Hleissat* (Machlab)

Mohammed Nagib

Avocat

Nadwa Salum

Juge

Afadla

* tribu associée aux Afadla, ce député réside dans le quartier de Machlab

(source : entretiens, Raqqa, juillet 2001)

  • 16 Il cite également le cas de Ziyab al‑Machi, député d’Alep et présent au Parlement depuis 1946.

77Les députés de Raqqa sont pour la plupart des membres des familles d’anciens semi-nomades de la région : Walda et Afadla. Ils exercent en majorité des professions libérales : juges, avocats, ingénieurs. Certains députés ont des sièges quasi héréditaires, comme le cheikh Boursan des Walda, qui était député tout au long des années 1970 et 1980 16.

L’adaptation des « féodaux » au nouveau régime (1963-1970)

78Depuis les années quatre-vingt, plusieurs postes administratifs sont confiés à des Raqqawi. Le frère du chef de la madâfa Ujaily a été directeur de l’Union des Ingénieurs de Raqqa et a siégé plusieurs années au conseil municipal. Son cousin est un ingénieur des services techniques de la ville de Raqqa. La loi sur les municipalités de 1983, adoptée dans le contexte de la lutte contre les Frères Musulmans, a rendu possible la participation des grandes familles dans la prise de décision locale. Selon un fonctionnaire interrogé, le parti fait en sorte qu’il y ait un équilibre entre les membres des familles raqqawies et les membres des tribus de la vallée. Le tableau suivant donne un aperçu de la répartition des conseillers municipaux de Raqqa entre groupes d’origine en 2001.

Tableau 16 : Répartition de 12 des 35 conseillers municipaux de Raqqa par groupes d’origine en 2001

Familles de Raqqa

Châwî

Autres groupes

Ujaily: 2

Bu Hamid: 1

Alep : 1

Chebli Salama : 2

Bou Saraya : 1

Tadef : 1

Bakri : 2

Soukhné : 1

Tcherkesses : 1

(source : entretiens, Raqqa, juillet 2001)

  • 17 « La municipalité a connu un grand développement pendant le mouvement de Rectification conduit par (...)

79Comme l’indique ce tableau, le conseil municipal de Raqqa, formé de 35 personnes en 2001, compte trois types de conseillers : des membres des anciennes familles, des tribus de l’Euphrate et des membres des groupes de commerçants arrivés dans les années cinquante depuis les petites villes des environs d’Alep que sont Bab, Tadef et Azaz 17. Les conseillers municipaux ne comptent aucun chrétien ni Arménien, lesquels - “en compensation”, me précise mon interlocuteur fonctionnaire de la municipalité - occupent cinq postes au Gouvernorat (un Arménien et quatre chrétiens).

Organisations populaires et centres culturels dans le gouvernorat de Raqqa

« À Raqqa, l’Union des médecins ne sert ni les intérêts des médecins, ni ceux de la médecine »
(Un médecin de Raqqa, juin 2001).

  • 18 Selon le rapport du sixième Congrès du parti Baath, intitulé Muntalaqat (points de départ), les but (...)

80L’enrôlement des actifs dans des syndicats et des Unions est une des caractéristiques des régimes socialistes qui cherchent à rationnaliser la diffusion des informations productives et politiques dans la société. Dans la Syrie baathiste, les structures d’encadrement de la société sont les munazzamat chaabia, terme qui désigne les Unions et les Associations de jeunesse. Développées à partir de 1963, elles sont les principaux canaux de diffusion des préceptes idéologiques du Baath auprès de la population, en particulier des jeunes et des analphabètes, que le parti s’est appliqué à alphabétiser en leur inculquant des idéaux révolutionnaires. En Syrie, en 2008, encore le tiers de la population active est enrôlée dans des structures syndicales (al‑niqabat al‑mihaniyya), Unions ou Associations qualifiées d’« organisations populaires » (munazzamat chaabia) ; ce sont les principaux vecteurs de diffusion de l’idéologie baathiste et d’enrôlement des masses syriennes.Les principales en sont l’Union Nationale des Paysans, l’Union des Syndicats Ouvriers, l’Union des Femmes, l’Union Générale des Étudiants et l’Organisation des Jeunesses Révolutionnaires. Jadis nommés, leurs cadres sont désormais élus, mais les candidats aux élections sont désignés par le parti Baath. Avec l’Assemblée du Peuple, elles ont théoriquement pour mission de permettre au peuple d’exercer sa souveraineté, tout en l’aidant à se libérer de ses anciennes allégeances pour créer une société moderne 18. Elles ont été créées à partir des années 1964 et 1965 pour encadrer les masses et renforcer en outre le soutien au parti Baath. À partir du Mouvement correctif de 1970, elles doivent manifester le soutien populaire au nouveau leader, Hafez al‑Assad. Les syndicats de médecins, ingénieurs et avocats témoignent pourtant d’une résistance au régime au cours des années 1970, qui culmine dans les émeutes urbaines de 1980-1982 sur fond de protestation islamiste. À partir de cette date, ils sont infiltrés par le parti et soigneusement contrôlés.

81Les jeunes non-actifs sont également encadrés par le parti Baath, via l’organisation des Pionniers du Baath (de 14 à 18 ans), l’Union Générale des Étudiants (de 18 à 27 ans) et l’Organisation des Jeunesses Révolutionnaires. Elles encadrent la quasi-totalité des enfants et des jeunes, qui obtiennent ainsi divers avantages comme des voyages payés pour visiter les autres gouvernorats lors des fêtes annuelles des Jeunesses, mais aussi l’obtention de bourses d’étude. Le journal de l’Union Générale des Étudiants est un mensuel intitulé La génération de la Révolution (Jîl al‑Thawra). L’Union est considérée par ses dirigeants comme « la première étape démocratique, politique et syndicale dans la vie des étudiants syriens arabes. Elle a été le résultat d’un combat permanent et constitue une victoire sur les défis et les dangers autant que l’incarnation des ambitions d’une génération arabe forte remplie de la foi dans les objectifs du peuple. Une génération dans l’esprit et la conscience de laquelle le sens de l’unité, de l’héroïsme et de la liberté est implanté. Une génération qui a rejeté le féodalisme, le clanisme et l’exploitation ainsi que tous les aspects de l’injustice. Elle vise à construire l’espoir d’une société basée sur l’autosuffisance et la justice » (brochure de l’Union Nationale des Étudiants, 1999).

82Dernière marque de l’encadrement privilégié du gouvernorat de Raqqa par le parti, ses 34 centres culturels, répartis dans les villes et les gros villages, qui font de Raqqa le gouvernorat le mieux doté de Syrie. Ces « centres culturels » transmettent des savoir-faire artisanaux et techniques (mécanique et tissage) ainsi que les éléments de la rhétorique d’État. Ils constituent des relais de la parole étatique à travers le territoire national, où les intellectuels locaux sont invités à présenter les figures ou les épisodes glorieux du passé local. Ce chiffre élevé tient au taux important d’analphabétisme et au souci de concurrencer la structure tribale de la population du gouvernorat. Mais la plupart ne consistent qu’en une pièce située à la baladiyya, et ne contenant que quelques livres et cassettes vidéo, comme celui de Sabkha, dont j’ai rencontré le directeur en juin 2001. En favorisant la réunion des paysans d’un même village pour un projet culturel ou artisanal, ils doivent contribuer à substituer un nouvel ordre social aux liens fondés sur la filiation, l’honneur et l’allégeance au chef de clan. Ils se trouvent ainsi opposés aux maisons d’hospitalité traditionnelles, les madâfa, tenues par les chefs de clans tribaux et au sein desquelles les hommes d’un même groupe lignager se réunissent tous les soirs pour discuter des problèmes communs, parfois négocier des contrats, en buvant du café amer. « L’apport d’innovation technique dans les communes rurales et la réorganisation sociale dans les villages ont permis au pouvoir d’exercer un plus grand contrôle en milieu rural »(Kaminski et Kruk 1987, p. 74).


*

83Au moment où les solidarités tribales se relâchaient sous l’effet de l’enrichissement relatif de moyens propriétaires fonciers membres des tribus, le système baathiste instauré dans les années 1960 a offert aux citoyens syriens de nouveaux cadres de participation à la vie économique et sociale, via les organisations populaires, les Unions et les coopératives. Mais, dès les années 1970, le constat s’impose d’un maintien des structures tribales au sein même de l’administration, et de l’importance de la tribu comme vecteur de redistribution des avantages donnés par le régime socialiste. Les coopératives se sont ainsi révélées n’être que des relais des cheikhs, qui conservaient leur position de notables et intermédiaires entre l’État et les ouvriers agricoles.

84Le régime de Hafez al‑Assad a délibéremment opté, dans cette région, pour une politique pragmatique d’équilibre : d’un côté il a favorisé l’accession des membres du parti Baath – dont beaucoup étaient originaires des tribus de la région - à la plupart des postes stratégiques du gouvernorat ; d’un autre côté, il a laissé aux grands propriétaires fonciers la possibilité de conserver une grande partie de leur base foncière et à leurs enfants celle d’accéder à des positions administratives qui les confortaient dans leur rôle de notables. La condition sine qua non pour obtenir un poste administratif était d’adhérer au parti ou au moins de contribuer à diffuser son idéologie. La transformation des cadres politiques dans le gouvernorat fut accompagnée par la mise en place de nouvelles structures d’encadrement de la population : organisations populaires et centres culturels. Mais ces nouvelles structures ne se sont en aucune manière substituées aux solidarités tribales dominantes.

Notes

1 Ibrahim al‑Khalil leur a consacré en 1980 un roman célèbre et très décrié, Harat al Badu, dans lequel il dépeint des bédouins appauvris, mendiants dans les rues de Raqqa.

2 Samir Amin écrit ainsi en 1976: “In order to survive, the urban ruling class of Syria ‘feudalized’ themselves, that is, endeavored to obtain from the peasants of western Syria the surplus they could no longer obtain from trade. The formation of the latifundia goes back to the nineteenth century, when mercantile bourgeoisie, which had lost its function, began to turn to the countryside” (Amin 1976, p 309, in Khalaf 1981, p 146). Il écrit plus tard : « La bourgeoisie marchande syrienne dont la faculté d’adaptation est remarquable, parvient à mettre en valeur la Djezireh syrienne louée bon marché aux cheikhs et organisée à l’américaine en dry-farming aux tracteurs actionnés par des prolétaires recrutés dans les bidonvilles de Damas, Homs, Hama, Alep, Lattaquié et même Beyrouth »(Amin 1982, p 24).

3 « L’officier des Services de Renseignement de Rakka s’est rendu les 18-21 novembre dans la tribu Oueldi de Jazira. Il a constaté que le calme y régnait entièrement et qu’en général, la surface cultivée est supérieure à celle de l’an passé. Plusieurs moukhtar ont l’intention d’acheter prochainement des pompes pour améliorer l’irrigation. (…) Les cultivateurs des environs (de Deir ez‑Zor) travaillent paisiblement à leurs jardins. Certains ont acheté des moteurs pour remplacer les norias » (BR 94, 29-11-27).

4 « L’augmentation de la production agricole dépend de l’irrigation réalisée à partir de l’Euphrate. Lorsque le contrôle de l’eau passa aux mains quasi exclusives des commerçants et entrepreneurs des villes dans les années cinquante, ce fut en fait une véritable opération de pillage qui débuta et que le nouvel État indépendant de la Syrie ne sut pas contrôler. Sans souci de préserver ses ressources, on demandait à la terre de donner au maximum. L’eau était amenée à partir de motopompes installées sur l’Euphrate et l’irriguait en quantité sans qu’aucune installation de drainage ne fût aménagée (cause principale des problèmes de salinisation). La bourgeoisie agraire et marchande essentiellement citadine, qui tira une partie importante de son pouvoir de cette spéculation intensive sur l’agriculture, préparait ainsi sa propre chute en révélant les limites de son souci du bien public. Divisée par les intérêts régionaux et les luttes des partis, la classe politique ne sut pas imposer une gestion nationale des ressources hydrauliques du pays » (Hannoyer 1985, p 26).

5 Pourtant, l’usage du règlement des conflits par des cheikhs fut maintenu et intégré dans la législation : l’avis des cheikhs et les dédommagements qu’ils proposaient étaient pris en compte par les tribunaux régionaux.

6 Il ne s’agit pas de la féodalité connue en Occident : « La relation féodale en Orient existe dans le rapport entre propriétaire et cultivateur (comme serf et seigneur au Moyen-Age occidental), mais pas entre État et propriétaire ». Ainsi, les Ottomans se sont-ils appuyés sur les collecteurs de taxes qu’étaient les chefs tribaux ou les familles militaires, tout en étant hostiles au pouvoir autonome potentiel des grands propriétaires. Ces derniers n’avaient pas de pouvoir militaire ou d’obligation politique (Droz-Vincent 1999, p 65).

7 Office Arabe de la Presse Syrienne, 1965 : Rapport 1963-1964 sur l’économie syrienne, Damas, 269 p.

8 Dans les zones d’agriculture irriguée, ces plafonds passèrent de 40 à 30 ha pour les terres irriguées par gravité ; de 50 à 40 ha pour les terres des vallées de l’Euphrate et du Khabour irriguées par pompes ; de 55 à 45 ha pour les terres des gouvernorats de Jazîra irriguées par des puits ; de 45 à 35 ha pour les terres des autres régions irriguées par pompes. Dans les zones d’agriculture sèche, les plafonds furent abaissés de 80 à 55 ha pour les terres recevant plus de 500 mm de précipitations annuelles ; de 120 à 85 ha pour les terres des zones dont la pluviométrie était comprise entre 350-500 mm ; de 200 à 140 ha pour les terres recevant moins de 350 mm ; enfin les plafonds des terres en agriculture sèche furent abaissés dans les gouvernorats de Hassaka, Deir ez-Zor et Raqqa de 300 à 200 ha.

9 À Deir ez‑Zor, ces pourcentages furent respectivement de 14,5 % des terres arables et 7,7 % des terres. Dans ce gouvernorat, les terres distribuées étaient en moyenne de 5,3 ha (Bauer 1990, p 10).

10 Né dans une famille alaouite aisée en 1899, Zaki Arsuzi obtint un doctorat de philosophie à la Sorbonne en 1930 et rentra en Syrie enseigner, deux ans à Antioche, deux ans à Deir ez-Zor (1932-1934) ; il fut ensuite suspendu de l’enseignement pour son engagement en faveur du maintien du liwa (sandjak) d’Iskanderun (Alexandrette-Antioche) au sein du territoire syrien. Il fonda en 1932 le journal L’Arabisme (1932-1934) et se joignit à la Ligue d’Action nationale en 1934. La cession à la Turquie du liwa d’Iskanderun par la France en 1939 le conduisit à adhérer totalement au panarabisme (Carré 1993 ; p 42).

11 Des militants au passé communiste prennent alors le devant de la scène, en particulier Yasin el Hafez, l’un des auteurs du deuxième ouvrage fondamental du Parti après sa Constitution : Propositions théoriques (Baadh al-Muntalaqat al-Nadhriya), d’après les résolutions adoptées au VIème Congrès national d’octobre 1963. Les “libertés formelles” voulues par Aflak sont condammées et l’on parle de “démocratie populaire” basée sur la “fusion organique de l’Armée et du Parti” (Palazzoli 1977, p 120).

12 Union Nationale des Paysans, 2000, p 17.

13 Il s’agit principalement des thèses du géographe Alasdair Drysdale (1977) et des politologues Elizabeth Picard (1985), Hanna Batatu (1999) et Philippe Droz-Vincent (1999).

14 Drysdale structure sa démonstration en quatre parties portant successivement sur l’analyse spatiale de l’élite syrienne, sa hiérarchie militaire, la constitution de la nation syrienne et enfin le développement économique et social « entre centre et périphérie » sous le Baath. Il montre ainsi que, parmi les 62 personnes qui ont servi dans le Commandement Régional du Baath entre 1963 et 1973, seules 4 étaient originaires de Damas, 2 d’Alep, tandis que Lattaquié (avec 13), Deraa (10), Souweida (7) et Deir ez‑Zor (6) en fournissaient les deux tiers. L’aspect politique de la réforme agraire, visant à ébranler l’aristocratie foncière citadine et à gagner le soutien des petits paysans, est développé dans la troisième partie de sa thèse.

15 Raymond A. Hinnebusch a montré qu’à partir du mouvement de rectification de 1970, les nouveaux adhérents du Parti Baath sont mûs non plus par des critères idéologiques (seulement le tiers d’entre eux), mais par le souci de “ faire carrière ” (pour un tiers) et d’acquérir du pouvoir par une solidarité avec des « amis influents » (Hinnebusch 1984, p 109).

16 Il cite également le cas de Ziyab al‑Machi, député d’Alep et présent au Parlement depuis 1946.

17 « La municipalité a connu un grand développement pendant le mouvement de Rectification conduit par le président Assad : en 1970, elle ne comptait que 35 fonctionnaires et 175 ouvriers, alors qu’en 1995 on atteint 122 fonctionnaires et 462 ouvriers » (Municipalité de Raqqa, 1995, p 21).

18 Selon le rapport du sixième Congrès du parti Baath, intitulé Muntalaqat (points de départ), les buts de l’encadrement de la société dans des organisations populaires sont les suivants : « La démocratie révolutionnaire populaire est requise. Son objectif est de détruire la réaction et la structure bourgeoise-féodaliste de la démocratie, libérant ainsi les énergies du peuple. (…) Pour atteindre ce but, le peuple doit être organisé en structures telles que les unions d’ouvriers, les unions de paysans, les fédérations d’étudiants, les organisations de jeunesse, les associations d’employés et de cadres et les organisations de femmes. Dans tout cela le parti n’a pas l’ubiquité, il n’est que l’avant-garde, le moteur. Il doit il y avoir un parti dirigeant, comme l’expérience de la construction socialiste le confirme, spécialement dans les pays en voie de développement. Sa politique doit être clairement exposée aux masses ; il ne doit pas avoir d’ambition personnelle au sein du Parti et les masses doivent être éduquées politiquement. Le Parti doit pour cela : éviter la bureaucratie, améliorer et dominer l’administration, utiliser l’armée et le service militaire comme un instrument idéologique et plonger l’avant-garde dans le secteur militaire ; pratiquer la franchise avec les masses ; éliminer l’illétrisme ; émanciper les femmes » (Roberts 1987, The Baath and the Creation of Modern Syria, London, Croom Helm, p 70).

Table des illustrations

Titre Figure 11 : Le gharraf, ancien système d’irrigation des rives de l’Euphrate.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1297/img-1.png
Fichier image/png, 209k
Titre Figure 12 : L’extension du finage des villages de la vallée de l’Euphrate dans la première moitié du xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1297/img-2.png
Fichier image/png, 38k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable