Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

Origine des cultures agricoles du Dehistan (Sud-Ouest Turkménistan)

Mise en oeuvre et gestion de l’irrigation de l’âge du Fer à la période islamique1

Olivier Lecomte

Résumé

La seconde moitié du deuxième millénaire avant notre ère, aux environs de 1450-1300 av. J.-C., voit l’apparition de deux cultures de l’âge du Fer au Turkménistan : celle du Dehistan Archaïque, au sud-ouest du pays, qui couvrait un territoire jouxtant la mer Caspienne de la plaine de Gorgân en Iran à l’Uzboj, un ancien lit de l’Amou Darya au nord-ouest de la mer Caspienne ; la culture de Yaz I en Margiane, doit son nom à la première période du site de Yaz depe dans le delta du fleuve Murghab.
La culture du Dehistan archaïque peut être mise en rapport avec les cultures à céramique grise lissée (BGW) de l’âge du Bronze iranien (Tépé Hissar, Shah tépé, Tureng tépé). Elle se caractérise par le plus important réseau d’irrigation d’Asie centrale et par de très vastes sites comprenant une citadelle, parfois érigée sur une terrasse en briques crues et des “manoirs” fortifiés de petite taille disséminés sur une surface pouvant atteindre 230 ha (Tangsikyldzha).

By the beginning of the second half of the 2nd millennium, around 1450-1300 BC, two Iron Age cultures appear in Turkmenistan: the Archaic Dehistan complex in the south-west which extended along the Caspian Sea, from the Gurgan plain in Iran to the Uzboj, an old river-bed of the Amu Darya (north-west Turkmenistan) and the Yaz I culture in Margiana, which takes its name from the first level of the site of Yaz depe in the Murghab Delta.
Archaic Dehistan may be related to the older -Bronze Age- Iranian Burnished Grey Ware cultures (Tepe Hissar, Shah Tepe, Tureng Tepe). It is characterised by the most impressive irrigation system in Central Asia and by very large sites comprised of a citadel, sometimes built on top of a mud-brick platform, and smaller fortified « manors » scattered over an area which may sometimes reach 230 ha (Tangsikyldzha).

عرف النصف الثاني من الألف الثاني ، بحدود الفترة 1450-1300 قبل الميلاد، ظهور حضارات عصر الحديد في تركمانستان: كحضارة داهستان القديمة في جنوب غرب البلاد والتي كانت تغطي إقليماً مجاوراً لبحر قزوين يمتد من سهل جورجان في إيران إلى أوزوبي في المجرى القديم لنهر أمو داريا في الشمال الغربي من بحر قزوين. ويرجع اسم  حضارة ياز الأولى في مارجيان إلى الفترة الأولى من موقع ياز دب في دلتا نهر مرغب.
ويمكن أن تكون حضارة داهستان القديمة على علاقة مع الحضارات ذات الفخار الرمادي الأملس (BGW) التي تعود إلى عصر البرونز الإيراني (تيبي هيسار، شاه تيبي و تورنج تيبي). وهي تتميز بأكبر شبكة للري في آسيا الوسطى وبمواقع أثرية واسعة تضم قلعة  تنتصب أحياناً فوق مصطبة  من الآجر الترابي و«مناور» محصنة ذات حجم صغير تنتشر فوق مساحة يمكن أن تصل إلى 230 هكتاراً (Tangsikyldzha).

Texte intégral

  • 1  Un article traitant de ce sujet à une plus vaste échelle a été publié dans la revue Annales, Histo (...)

1L’immensité territoriale que recouvre le terme d’Asie Centrale (fig. 1) détermine une très grande diversité géographique, climatique, écologique et culturelle. C’est pourquoi, il a paru raisonnable de limiter le propos de cet article à l’Asie Centrale méridionale, et plus particulièrement à la région limitrophe du nord-est iranien connue sous le nom d’Hyrcanie aux périodes historiques (probablement dès la période mède). Le Dehistan, encore appelé plaine de Misrian forme la partie nord de l’Hyrcanie dont la plaine de Gorgân, aujourd’hui en Iran du nord-est constitue la partie sud.

Fig. 1 - Carte du Turkménistan

Fig. 1 - Carte du Turkménistan

Gorgân et Dehistan

  • 2   L’Ouzboy est un lit fossile de l’Amou Darya qui faisait office de déversoir du lac de Sarykamysh (...)

2Le sud et le nord de l’Hyrcanie ont une apparence très contrastée. La plaine de Gorgân (fig. 2) a de tout temps été une région agricole prospère dont la mise en valeur ne réclamait pas d’efforts particuliers. Le nord de l’Hyrcanie (fig. 3), en revanche, est une plaine alluviale dont la formation résulte probablement de facteurs différents et complémentaires : variations de niveau de la mer Caspienne, alluvionnement de l’Atrek au sud, de l’Uzboy2 au nord et colluvionnement du Kopet Dagh voisin. Aujourd’hui encore, aucune pratique agricole n’y est possible sans le recours à l’irrigation.

Fig. 2 - La plaine de Gorgân vers l’Elburz

Fig. 2 - La plaine de Gorgân vers l’Elburz

Fig. 3 - Canal d’irrigation au Dehistan depuis le site de Moqodjik

Fig. 3 - Canal d’irrigation au Dehistan depuis le site de Moqodjik

3Ce déséquilibre géographique justifie l’image que l’on a de l’occupation ancienne de l’Hyrcanie : au stade actuel de nos connaissances, la plaine de Gorgân qui présente des ressources hydrologiques et des conditions climatiques favorables a été occupée plus anciennement que la plaine de Misrian au nord. La plaine de Misrian ne connaît pas d’occupation humaine avant l’âge du Fer, aux environs des xive-xiiie siècles avant notre ère, alors que la plaine de Gorgân connaît une occupation continue depuis le néolithique final (de type Djeïtun, au 6e millénaire), très dense pendant l’âge du Bronze, du troisième au début du deuxième millénaire. C’est donc essentiellement du Dehistan qu’il va être question ici.

4Ses limites géographiques sont au sud, le fleuve Atrek, à l’ouest, les rives de la Caspienne, au nord, les épaulements montagneux du Petit et du Grand Balkan longés par l’Ouzboy, en bordure du désert du Karakoum, à l’est enfin, la chaîne du Kopet Dagh.

5Il est important de noter que, confinant à ces obstacles géographiques, désertiques et montagneux, le Dehistan constituait, sur une distance de deux cents kilomètres du sud au nord et de quatre-vingt kilomètres d’ouest en est, une sorte de cul-de-sac d’où les différentes cultures matérielles qui s’y sont développées n’ont pu s’exporter que très ponctuellement vers l’Asie Centrale, au débouché immédiat de la passe de Garakala qui constitue la seule ouverture à travers le Kopet Dagh.

Cartographier l’occupation

6Plusieurs cartes de répartition des sites par périodes et une carte générale ont pu être réalisées à partir de différentes prospections (soviétiques et franco-turkmènes) et grâce à la couverture aérienne soviétique. Un bon exemple de la qualité de cette documentation est illustré par la figure 4 qui rend compte de l’occupation des xiie-xiiie siècles de notre ère (Khwarezm Shah) aux environs de la ville médiévale de Misrian (210 ha avec ses faubourgs). Malgré la qualité assez moyenne des tirages, on peut constater la grande lisibilité et la richesse des structures enregistrées.

Fig. 4 - Photographie aérienne de la ville médiévale de Misrian/Dehistan

Fig. 4 - Photographie aérienne de la ville médiévale de Misrian/Dehistan

7La carte générale des environs de Geoktchik Depe (fig. 5) a été simplement calquée sur une mosaïque de photos aériennes non redressées. Il s’agit donc d’un état provisoire de la documentation, plus indicatif qu’exact. Ce document rend pourtant compte de manière spectaculaire de la stratigraphie horizontale des sites et suscite autant de questions qu’on y a distinguées de périodes d’occupation. La principale, d’ordre très général, est la suivante : de quelle période cette carte rend-elle compte ? C’est-à-dire de quand le réseau d’irrigation dans sa plus vaste extension date-t-il ? On voit que la seule façon d’apporter une réponse partielle à cette question et à son corollaire est d’étudier la répartition chronologique de l’habitat le long du système d’irrigation (fig. 6). D’après la carte rendant compte de la localisation des sites les plus anciens, il apparaît clairement que leur distribution spatiale dépend entièrement de l’emprise du réseau d’irrigation du début de l’âge du Fer.

Fig. 5 - Carte de l’ouest du Dehistan (établie à partir des photos aériennes)

Fig. 5 - Carte de l’ouest du Dehistan (établie à partir des photos aériennes)

Fig. 6 - Distribution des sites du Dehistan Archaïque

Fig. 6 - Distribution des sites du Dehistan Archaïque

L’occupation de l’Age du Fer

Ses origines

8Comme on a mentionné qu’au Dehistan cette occupation était la plus ancienne attestée, on est en droit de se demander quel type de population s’y est installé à l’âge du Fer et où elle a acquis la maîtrise de l’irrigation.

9Une réponse nous est proposée par l’archéologue soviétique I. N. Khlopine, qui a mené des fouilles sur plusieurs sites de la seconde moitié du 2e millénaire dans la vallée de la Sumbar, un affluent de l’Atrek. Mais, pour expliquer la présence de ces sites sur la bande fertile cultivable le long de la rivière, il convient d’effectuer un retour en arrière : au tout début du 2e millénaire, on constate en Iran du Nord-est, comme partout en Asie centrale et de manière générale au Proche et au Moyen-Orient, un abandon de l’habitat urbain, ou du moins, une très importante rétractation des superficies occupées par et dans les villes. En même temps, on assiste à une régression considérable des connaissances technologiques et à la disparition du commerce à longue distance. C’est bien évidemment le cas de la plaine de Gorgân, totalement désertée au début du 2e millénaire. On ignorait, jusqu’aux travaux de I. N. Khlopine, ce qu’il était advenu de la population, après l’abandon de la plaine.

10La réponse, comme je viens de le mentionner, se trouve dans la vallée de la Sumbar. Les fouilles qu’y a menées I. N. Khlopine sur des sites d’habitat ont montré que leur céramique constituait très clairement la transition entre la poterie grise lissée de l’âge du Bronze de la plaine de Gorgân (culture de Hissar, Shah Tépé et Tureng Tépé) et la céramique à dominante grise du début de l’âge du Fer au Dehistan. C’est précisément lors de leur installation dans la Sumbar que des groupes humains, sans doute peu nombreux, issus de la plaine de Gorgân où ils pouvaient pratiquer l’agriculture non irriguée, ont progressivement acquis la maîtrise des techniques d’irrigation indispensables pour assurer leur subsistance. Ils ont mis en œuvre et développé ces techniques sur place durant iv à v siècles. La poussée démographique et leur maîtrise des techniques hydrauliques les auraient ensuite poussés à coloniser le Dehistan.

11C’est ainsi qu’aux environs du xive siècle avant notre ère, les colons ont été amenés à mettre en oeuvre un réseau d’irrigation dense et complexe.

12Dans son extension maximale qui rend compte de sa dernière phase d’utilisation (période pré-mongole), son canal principal (canal de Shadyz) est long de près de cent trente kilomètres, large de huit à dix mètres et profond de trois à quatre mètres ; il se dirige vers l’ancien rivage de la Caspienne au nord-ouest. Deux dérivations principales s’en éloignent vers le sud-ouest, les canaux de Bengouvan et d’Akhour.

13C’est le long de ces derniers que se trouvent concentrés les sites du Dehistan archaïque, sur une distance de vingt à trente kilomètres, dans la partie sud de la plaine de Misrian. Le canal principal avait sa tête sur l’Atrek dans la région de Tchat, actuellement en Iran

Quelle organisation socio-politique ?

14Aucun des sites d’habitat de cette culture, dite du Dehistan Archaïque, n’a été fouillé ni même relevé de manière extensive mais ils possèdent tous des caractéristiques en commun : ils n’ont pas de mur d’enceinte, ni de réseau viaire et on n’y reconnaît aucun tissu urbain. Ils sont en fait constitués de l’agglomération de manoirs fortifiés autour d’une citadelle isolée, parfois érigée sur une plate-forme en brique crue. Il ne s’agit donc pas de villes stricto sensu mais plutôt de l’agglomération, toujours sur de grandes surfaces, d’établissements agricoles fortifiés protégés par une citadelle. Si la citadelle avait pour fonction de protéger les manoirs, ces derniers, répartis sur l’ensemble du terroir, servaient bien évidemment à veiller sur les zones cultivées.

15Sur les trente sites répertoriés pour cette époque, trois d’entre eux sont d’une superficie considérable allant de 130 à 220 ha. De telles surfaces peuvent paraître banales aux spécialistes du monde syro-mésopotamien où elles sont attestées dès le Chalcolithique, mais en Asie centrale, les plus vastes sites anciens ne dépassent jamais 50 ha (Namazga Depe, Altyn Depe, Ulug Depe).

16Parmi les trois grands sites du Dehistan que j’ai mentionnés (fig. 6), deux sont très proches l’un de l’autre, moins de 15 km : ce sont Madau Depe et Tangsyk’ildja. Le troisième, Izat Kuli est à une trentaine de kilomètres au nord-ouest des deux autres.

17La présence de trois sites majeurs, dont deux sont strictement contemporains, de même ampleur et de plans comparables, à faible distance les uns des autres, ne permet pas de discerner de centralisation du pouvoir à l’échelle de la plaine. Cette centralisation aurait en effet été documentée par un seul site majeur, dont l’ampleur et la position aurait souligné le rôle.

18Il est donc tentant de supposer une organisation sociopolitique reposant sur la jouissance commune de l’eau et sur l’entraide que rendait nécessaire l’entretien du réseau d’irrigation en amont des différents sites. Les grands travaux de curage et d’extension du système d’irrigation, de même que la répartition des quotas, auraient alors pu être régulièrement coordonnés, dans le cadre d’alliances de groupes tribaux possédant chacun son centre décisionnel (deux des grands sites mentionnés ci-dessus) et contrôlant un territoire propre. Les citadelles auraient alors constitué les lieux de résidence de ces élites tribales

19En bref, si l’image que fournit l’archéologie du Dehistan archaïque est celle d’une société complexe, elle semble en être restée à un stade protoétatique, (c’est à dire ne posséder qu’une partie des caractéristiques de l’Etat, telles que définies par Gordon Childe), celui d’une communauté d’intérêt économique retreinte. Il était bien évidemment de l’intérêt de tous d’entretenir et de développer si nécessaire le réseau d’irrigation dont dépendait la survie de chacun. Mais il fallait aussi que les mêmes groupes humains contrôlent la région d’origine du réseau d’irrigation en amont de Tchat. Ce contrôle paraît très probable car des prospections menées dans la vallée de l’Atrek, en territoire iranien, par une équipe de l’université de Turin (sous la direction de Roberta Venco), ont montré que la culture matérielle du Dehistan Archaïque y côtoyait une autre culture de l’Age du Fer, à céramique peinte, reconnue pour la première fois dans le delta du Murghab (la Margiane), celle de Yaz I.

20La position du troisième grand site, Izat Kuli, à l’écart des autres, pourrait suggérer sa postériorité. Son territoire agricole semble en effet dépendre d’une dérivation du canal secondaire de l’Akhur. Cela paraît en tous cas l’interprétation la plus vraisemblable car, pour des raisons évidentes tenant à la topographie de la plaine, l’expansion démographique, comme celle du réseau d’irrigation, s’est nécessairement faite vers le nord-ouest. Le problème de la culture matérielle du Dehistan Archaïque, pendant ses quelques dix siècles d’existence est qu’on ne peut pas pour le moment distinguer les assemblages céramiques du début de ceux de la fin de la période. Tout au plus Vadim Masson mentionne-t-il un plus fort pourcentage de céramique rouge à la fin de la période qu’il place vers le viiie siècle. Mais les fouilles françaises ont montré que la culture matérielle du Dehistan Archaïque durait au moins jusqu’à la période achéménide, sur la base d’éléments architecturaux du site de Geoktchik Depe.

21Le dernier des sites du Dehistan Archaïque que l’on mentionnera, Geoktchik Depe (fig. 6) est très à l’écart des sites d’habitat du sud de la plaine. Son éloignement, sa faible superficie, 5 ha pour l’ensemble de la zone archéologique, interdisent de supposer que le canal principal ait été prolongé de quelques 60 km vers le nord-ouest pour ses seuls besoins en eau. En effet, au delà d’Izat Kuli, la plus septentrionale des grandes agglomérations de cette époque, on ne trouve aucun site avant Geoktchik Depe. A 18 km au nord-ouest du village de Madaw et à 14 km à l’ouest de la ville médiévale de Misrian/Dehistan, la zone archéologique de Geoktchik Depe se compose de deux ensembles distincts (fig. 7) : le tépé principal, de plan à peu près circulaire et une enceinte rectangulaire, d’environ deux cents mètres de côté, à l’est.

Fig. 7 - Plan topographique de la zone archéologique de Geoktchik Depe

Fig. 7 - Plan topographique de la zone archéologique de Geoktchik Depe

22La fouille du tépé principal a révélé la présence d’un complexe monumental funéraire du Dehistan archaïque intégré à un système de terrasses hautes, conservé sur près de 14 m de haut et d’un plan exceptionnel (fig. 8). Ce bâtiment, construit au début du Dehistan Archaïque est resté en usage jusqu’à la période achéménide incluse, date à laquelle il a été uniformément rempli de sable orange. Il possède un plan et une mise en œuvre unique avec des briques verticales couvrant les faces de ses murs. (fig. 9). Ces briques présentent deux modules : 50 X 70 X 10 cm, typique du Dehistan archaïque et 50 X 50 X 10 qui caractérise la période achéménide en Asie Centrale et sur le plateau iranien. La fonction de la construction massive de Geoktchik ne peut être supposée que par élimination. Il ne peut s’agir d’un établissement à usage défensif dont elle ne présente aucune des caractéristiques, ni dans son plan, ni dans ses proportions. Il ne s’agit pas non plus, pour les mêmes raisons, d’un habitat domestique ou à usage économique. On ne peut alors que suggérer une fonction cultuelle, plus particulièrement celle d’un complexe funéraire où aurait été inhumée l’élite du Dehistan Archaïque, celle qui résidait dans les citadelles.

23L’aspect monumental du bâtiment nord apparaît clairement sur la figure 10 (angle sud-ouest). Son élévation correspond à la profondeur d’enfouissement du bâtiment dans la maçonnerie d’une terrasse, haute d’au moins 14 m.

Fig. 8 - Vue aérienne des fouilles du tépé principal

Fig. 8 - Vue aérienne des fouilles du tépé principal

Fig. 9 - Détail de l’appareillage de briques de chant

Fig. 9 - Détail de l’appareillage de briques de chant

Fig. 10 - Élévation de l’angle nord-ouest du bâtiment nord

Fig. 10 - Élévation de l’angle nord-ouest du bâtiment nord

Les occupations postérieures

Période pré-sassanide

24La période achéménide est connue grâce à Hérodote (III, 117) qui mentionne la prise de contrôle de l’Hyrcanie par les Achéménides qui s’assurent le contrôle de la tête du réseau d’irrigation. En bloquant ensuite l’écoulement des eaux, ils rendent la population totalement dépendante de leur volonté. Le fait que l’Hyrcanie, désormais satrapie achéménide, soit devenue tributaire des grands rois n’a laissé aucune trace dans sa culture matérielle. Seuls quelques indices, les briques du bâtiment nord de Geoktchik, par exemple, prouvent cette dépendance.

25Ensuite, à l’exception d’un seul (Ulu Kyzylli) on n’identifie pas de site attribuable aux périodes hellénistique et parthe bien qu’elles soient très bien attestées par les textes. Se pose probablement ici un simple problème de reconnaissance de la culture matérielle, d’identification sur le terrain de ces périodes car les données textuelles mentionnant le Dehistan à ces périodes (Quinte Curce, Arrien, Polybe, Isidore de Charax) décrivent toutes le Dehistan comme densément occupé par des villages et des relais commerciaux. Faut-il alors envisager que la culture matérielle du Dehistan Archaïque ait perduré, inchangée, au-delà de la période achéménide, jusqu’à la période dite hellénistique plus au sud (plaine de Gorgân) ? C’est là une piste de recherche possible qui expliquerait l’impossibilité de reconnaître les sites de cette période.

26On identifie par contre parfaitement les sites d’époque sassanide, et sassanido-islamique car leur culture matérielle est identique à celle de la plaine de Gorgân où on l’a datée grâce aux fouilles de Tureng Tepe.

Période sassanide

27La carte de distribution des sites d’époque sassanide (fig. 11, un seul site parthe identifié) montre un déplacement de tous les sites vers le nord-ouest qui va de pair avec une extension considérable du réseau d’irrigation. L’état du réseau à l’époque sassanide implique un entretien constant des canaux. On sait avec quelle rapidité un canal non entretenu se comble et il est souvent apparu déraisonnable, aux périodes anciennes, de vider un canal comblé. On a plus souvent procédé au creusement d’un réseau parallèle. Entretien constant suppose absence de hiatus dans l’occupation malgré l’absence apparente de vestiges matériels des périodes précédentes. La prise d’eau du canal étant très éloignée de l’occupation d’époque sassanide, un statu quo a du être trouvé entre les occupants du Dehistan et les souverains sassanides qui contrôlaient la région de Tchat. Il était en effet indispensable de procéder à l’entretien régulier (curage) du réseau amont, ce qui n’a pu être réalisé que par des groupes d’ouvriers venus travailler depuis le nord-ouest de la plaine dans un secteur contrôlé militairement par les Sassanides. Les textes évoquent d’ailleurs pour cette époque une élite aristocratique locale dirigeant la région, en accord avec les grands rois. Les sites sont alors le plus souvent des bourgs fortifiés comportant une citadelle et une ville basse enclose.

Fig. 11 - Distribution des sites parthe et sassanides

Fig. 11 - Distribution des sites parthe et sassanides

28La fin de la période voit l’apparition d’un parti architectural qui caractérise une population connue sous le nom de Chionites (en fait la dénomination grecque des « Huns ») apparentée aux Hephtalites et localement appelés Tchols. Les fermes fortifiées à enceinte carrée comportant quelques bâtiments à l’intérieur, comme celle de Geoktchik sont alors assez répandues au Dehistan. On les considère comme caractéristiques de ces Tchols. Encore une fois il s’agit de populations pratiquant l’agriculture et l’élevage, pour qui le réseau d’irrigation était indispensable.

Du début de l’Islam aux invasions mongoles

29La défaite des Tchols devant les Arabes au viiie siècle de notre ère amène un développement rapide de l’occupation dans toute la plaine de Misrian (fig. 12). Cette nouvelle prospérité se fonde sur le commerce avec le Nord-Est iranien et le reste de l’Asie centrale. La surface des terres cultivées s’accroît, des villes importantes à vocation commerciale font leur apparition comme celle de Misrian/Dehistan dont l’apogée se situe sous le règne des Khwarezm Shahs (début xiiie siècle). Comme tous les sites de la région, Misrian sera détruite dans la seconde moitié du xiiie siècle par les Mongols qui ruineront totalement un réseau d’irrigation entretenu et développé sans interruption pendant plus de 2000 ans.

Fig. 12 - Distribution des sites islamiques

Fig. 12 - Distribution des sites islamiques

Conclusion

30L’occupation du Fer ancien s’est limitée, entre les xiv/xiiie s. et le ve s. av J.-C. à la partie sud de la vallée, développant son réseau d’irrigation à proximité de l’Atrek dans le but de pourvoir aux besoins en eau d’une population agricole. Les champs étaient protégés par des manoirs fortifiés, eux-mêmes défendus par une citadelle. Malgré l’étendue de certaines de ses agglomérations (Madau Depe, Tansykildja, Izat Kuli) la culture du Dehistan archaïque ne dénote aucun caractère urbain. L’architecture défensive de ses sites (manoirs fortifiés et citadelles) témoigne d’un climat d’instabilité, peut être en relation avec des groupes humains mobiles fréquentant la frange méridionale du Karakoum. A l’inverse, la nécessité commune d’entretien du réseau, de son extension ainsi que la gestion locale des quotas en eau impliquaient une relation stable d’interdépendance entre les habitants du Dehistan. Le territoire semble s’être réparti entre deux groupes dominants et alliés, dont l’élite résidait dans les citadelles de deux établissements directement comparables, structurellement et chronologiquement : Madau Depe et Tangsykyldja. La forme d’organisation sociale la plus probable pourrait avoir été la fédération de tribus, bien attestée et identifiée parmi les Indo-iraniens de cette époque (dont le Dehistan constitue un des lieux de peuplement connus), ce qui justifierait pleinement l’existence de deux centres de pouvoirs distincts et complémentaires.

31Un étonnant ensemble cultuel, Geoktchik Depe, situé à l’écart de toute zone de peuplement irriguée au nord de la plaine, pourrait avoir servi de complexe funéraire à l’élite du Dehistan, Ces défunts auraient ainsi veillé symboliquement, aux marges de la plaine, sur les populations agricoles dont les citadelles assuraient la défense physique.

32L’arrivée des Achéménides au vie siècle avant notre ère met un terme à l’indépendance économique des populations du Dehistan qui, comme bien d’autres en Asie Centrale, deviennent tributaires du grand roi, désormais maître de la prise d’eau du canal principal sur l’Atrek. Selon Hérodote (III, 117), ce sont les Achéménides qui se chargent, dès lors, de la gestion et de la répartition des quotas en eau du Dehistan.

33Force est de considérer que la culture matérielle du Dehistan ne connaît aucune évolution discernable sous leur domination. Après de brèves mentions historiques (mais pas de traces archéologiques identifiables !) de colons grecs installés dans certaines villes de cette région lors de la conquête d’Alexandre, le Dehistan semble voué, au moins dans sa partie nord, au nomadisme de populations apparentées aux Scythes, les Dehistano-Parnis, à l’origine de la dynastie des Parthes arsacides. Ces derniers fonderont leur première capitale Mithridartkert (Nisa) près d’Ashgabat, actuelle métropole du Turkménistan.

34Le système d’irrigation se développe pourtant et se diversifie en direction du nord-ouest jusqu’à la période sassanide. Le peuplement déserte alors la zone méridionale qu’occupaient les groupes humains du Dehistan archaïque pour se fixer au nord-ouest de la plaine. Ce déplacement de la population, qui se trouve désormais à grande distance de la prise d’eau du canal principal soulève un important problème. En effet, la portion du réseau située entre le sud du Dehistan et la zone occupée à l’époque sassanide est totalement inhabitée, comme le sud de la plaine, d’ailleurs. Les Sassanides semblent avoir exercé un contrôle politique restreint du Dehistan où l’un de leurs souverains aurait même séjourné quelque temps dans une de ses fondations. Peut-être ce contrôle s’exerçait-il en accord avec les populations locales grâce à des potentats dont certains sont connus pour avoir été très proches des grands rois. On peut en tous cas justifier l’éloignement des populations sédentaires du sud de la plaine par le fait que celle-ci constituait la frontière septentrionale de l’empire sassanide. Le contrôle de l’accès à la plaine de Gorgân, se faisait, au nord de la rivière Gorgân, grâce à un puissant dispositif militaire mis en place par les Parthes au ier s. av. J.-C. et réactivé par les Sassanides au vie s. ap. J.-C. : le Mur d’Alexandre qui courait d’ouest en est, des rives de la Caspienne aux contreforts du Kopet Dagh. Lorsqu’on aura ajouté que cette région servait de plate forme de départ aux expéditions des grands rois sassanides contre les nomades du nord, on comprendra aisément que des populations sédentaires agricoles aient fait le choix de s’éloigner du théâtre des opérations, achevant ainsi un mouvement de repli probablement entamé dès la période parthe. Quoiqu’il en soit, ce déplacement de la population va de pair avec une extension considérable du réseau d’irrigation qui semble désormais atteindre l’ancien rivage de la Caspienne.

35Le type d’établissement que connaît la période sassanide n’est pas comparable à celui des périodes anciennes : en effet, aucun site ne peut être qualifié d’agglomération ; tout au plus a-t-on à faire à des bourgs fortifiés composés d’une citadelle et d’une ville basse occupant peu de territoire, celui-ci étant majoritairement dévolu aux pratiques agricoles.

36C’est avec la conquête musulmane et la création de nouvelles routes commerciales entre Iran et Asie Centrale, qu’on assiste pour la première fois au désenclavement de cette région et à la création de véritables villes comme celle de Misrian/Dehistan qui comptait 210 hectares avec ses faubourgs. L’ensemble du Dehistan est désormais peuplé de plusieurs villes fortifiées et de nombreux villages qui n’ont eu, pour s’implanter, qu’à achever l’extension d’un réseau vieux d’un millénaire et demi.

Bibliographie

Atagarryev et Lisitsyna 1970
E.E. Atagarryev et G.N. Lisitsyna, Raboty nad sostavleniem arkheologitcheskoj karty Meshed-Misrianskoj ravniny - Tchatskogo massiva : « Travaux pour l’établissement de la carte archéologique de la vallée de meshed-misrian - du massif de Tchat ». Karakumsije Drevnosti III, 1970, (non paginé).

Francfort et Lecomte 2002
H.-P. Francort et O. Lecomte, « Irrigation et société en Asie Centrale des origines à la période achéménide », Annales, Histoire, Sciences Sociales 57/3, p. 625-663.

Kes’, Kostjutchenko et Listsyna 1980
A.S. Kes’, V.P. Kostjutchenko et G.N. Listsyna, Istorija zaselenija i drevnee oroshenie jugo-zapadnoj turkmenii : Histoire du peuplement et de l’irrigation du sud-ouest de la Turkménie, Éd. Nauka, Moscou, 1980.

Lecomte 1999
O. Lecomte « Vehrkânâ and Dehistan:Late farming-communities of South-West Turkmenistan from the Iron Age to the Islamic Period » Parthica, vol I, 1999, p. 135-170.

Lecomte 2005
O. Lecomte, « The Iron Age of Northern Hyrcania » Iranica Antiqua, vol. XL, 2005, p. 461-478.

Notes

1  Un article traitant de ce sujet à une plus vaste échelle a été publié dans la revue Annales, Histoire, Sciences Sociales, mai-juin 2002, n° 3, p. 625-663, sous le titre « Irrigation et société en Asie Centrale des origines à la période achéménide » par Henri-Paul Francfort et moi-même.

2   L’Ouzboy est un lit fossile de l’Amou Darya qui faisait office de déversoir du lac de Sarykamysh et se jetait dans la Caspienne.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte du Turkménistan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Titre Fig. 2 - La plaine de Gorgân vers l’Elburz
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-2.png
Fichier image/png, 138k
Titre Fig. 3 - Canal d’irrigation au Dehistan depuis le site de Moqodjik
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-3.png
Fichier image/png, 61k
Titre Fig. 4 - Photographie aérienne de la ville médiévale de Misrian/Dehistan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-4.png
Fichier image/png, 372k
Titre Fig. 5 - Carte de l’ouest du Dehistan (établie à partir des photos aériennes)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-5.png
Fichier image/png, 611k
Titre Fig. 6 - Distribution des sites du Dehistan Archaïque
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-6.png
Fichier image/png, 144k
Titre Fig. 7 - Plan topographique de la zone archéologique de Geoktchik Depe
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-7.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 8 - Vue aérienne des fouilles du tépé principal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-8.png
Fichier image/png, 88k
Titre Fig. 9 - Détail de l’appareillage de briques de chant
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-9.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 10 - Élévation de l’angle nord-ouest du bâtiment nord
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-10.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 11 - Distribution des sites parthe et sassanides
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-11.png
Fichier image/png, 161k
Titre Fig. 12 - Distribution des sites islamiques
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1295/img-12.png
Fichier image/png, 144k

Auteur

CNRS/UMR 9993 (France)
olivier.lecomte@udr1.cnrs.fr

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable