Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Première partie. Raqqa, cœur du front pionnier de l’Euphrate‎

Chapitre 1. « Politique des chefs » en Jazîra et « politique des notables » à Raqqa : la naissance d’une ville de front pionnier (1865-1946)

Full text

1Située en marge des étendues cultivées de la Syrie historique (Bilad al-Cham), la Jazîra est demeurée du xive au xixe siècles une région de parcours pastoral, contrôlée à partir du xviie siècle par les tribus nomades bédouines Anaza et Chammar. L’Empire ottoman tenta en vain de soumettre militairement la région, jusqu’à ce que les armées du gouverneur d’Égypte, Ibrahim Pacha, envahissent la Syrie en 1831 et entament la première pacification de la Jazîra. En 1835, une garnison militaire est installée à Deir ez-Zor, et des villages réapparaissent le long de l’Euphrate. Mais les installations sédentaires ne peuvent se maintenir face aux attaques des bédouins après le départ des troupes égyptiennes en 1840. À partir de 1860, le contexte de développement du commerce international par le rail et la vapeur revalorise l’isthme mésopotamien entre Méditerranée et golfe Persique. L’Empire ottoman lance alors plusieurs campagnes de contrôle de la Jazîra. Une double politique est adoptée : celle de la force, avec envoi de troupes armées et construction d’une série de fortins le long de l’Euphrate ; et celle « des chefs » qui consiste à doter les principaux chefs de tribus en terres, titres et salaires.

2Ces faits sont bien connus et ont donné lieux à de nombreux travaux d’historiens et d’anthropologues (Hannoyer 1982 ; Lewis 1987 ; Velud 1991 ; Batatu 1999). Pourtant, si la Haute Jazîra, la région du « bec de canard » entre la Turquie et l’Irak, a été étudiée (Meyer 1982 ; Velud 1995, 1993, 1991), tout comme la région de Deir ez-Zor (Hannoyer 1993, 1982, 1980, 1979), on ne dispose pour la région du Moyen-Euphrate que de deux travaux (Deheuwels 1979 ; Rabo 1986), alors que, d’une part, les archives mandataires abondent sur l’histoire événementielle de ce caza (plusieurs cartons au Service Historique de la Défense à Vincennes) et que, d’autre part, les intellectuels de Raqqa sont actifs dans l’écriture de leur histoire. Ainsi, en éclairant l’étude de ces travaux et des archives mandataires par des entretiens avec des personnalités raqqawies, écrivains, médecins et chefs de tribus, ce chapitre vise à reconsidérer les impératifs de contrôle territorial du Moyen-Euphrate par les administrations ottomane et mandataire, ainsi que les acteurs du développement agricole de la vallée de l’Euphrate, en soulignant le rôle joué par les habitants de Raqqa.

3La « politique des chefs », développée par l’Empire ottoman puis le Mandat en Jazîra, a eu pour versant urbain les « politiques des notables » des citadins d’Alep et des nouveaux habitants de Raqqa soucieux de tirer profit de la mise en valeur agricole de l’Est syrien. La notion de « politique des notables » a été élaborée à propos des villes du Moyen-Orient par Albert Hourani (Hourani 1968). Elle désigne la capacité d’un patriarcat urbain, assis sur des bases économiques fortes, à exercer un contrôle, coercitif ou symbolique, de la population urbaine, sur la base d’un pouvoir relativement indépendant, toléré comme médiateur entre l’État et la population locale (Picaudou 1996, p. 69). Ces deux politiques ont conduit au développement de structures latifundiaires caractéristiques de la Jazîra à la veille de la réforme agraire de 1958 : en 1951, 40 chefs de tribus et notables citadins possédaient à eux seuls 90 % des superficies agricoles de l’Est syrien (Khader 1984, p.152).

1. La “politique des chefs” et la formation des latifundia en Jazîra

  • 1 L’usage de cette catégorisation péjorative sera discuté au chapitre 7.

4La Jazîra est demeurée pendant des siècles en limite de la maamura, l’espace construit et exploité par des agriculteurs sédentaires. Elle servait d’espace de parcours à des tribus nomades chamelières (al-Badû, les bédouins) et semi-nomades moutonnières désignées par les bédouins et les citadins, puis par les chercheurs occidentaux, par le terme relativement péjoratif de chawâyâ (pluriel de châwî), qui est dérivé de « mouton » et du sobriquet « peu », pour contrer leur statut social basé sur l’honneur 1. On lui préfèrera le terme neutre de tribus arabes de l’Euphrate que ces derniers utilisent à leur propre égard.

5Au cours du xviie siècle, des tribus semi-nomades venues de la péninsule arabique ont commencé à nomadiser en Jazîra (fig. 3). Il s’agissait des tribus adnanites (venues du nord de la Péninsule arabique) des Tayy, des Naïm et des Mawali, et des tribus qahtanites (venues du sud de la péninsule Arabique) des Zubayd, des Walda, des Afadla, Beggara et Agueidat. Elles étaient soumises aux nomades bédouins organisés en deux confédérations : les Anaza et les Chammâr. Selon l’avancée ou le recul de ces confédérations nomades, et leurs relations avec les tribus semi-nomades hivernant le long de ses vallées, la Jazîra s’est trouvée au cœur ou à la limite des espaces cultivés de la maamura. La pratique des rezzous comme mode de redistribution de la richesse en économie pastorale et nomade s’étendait jusqu’aux abords des grandes villes d’Alep, Homs, Hama et Damas (Lewis 1987). Les villes de Jazîra n’ont ainsi pu se développer qu’à la périphérie de la maamura, c’est-à-dire sur le piémont du Taurus (Biredjik, Urfa, Mardin, Dyarbekir) et le long du Tigre (Mossoul, Bagdad) (fig. 4).

Figure 3 : Les étapes de sédentarisation au Moyen-Orient et en Syrie.

Figure 3 : Les étapes de sédentarisation au Moyen-Orient et en Syrie.

Figure 4 : Les principales tribus nomades de Syrie et leurs aires de parcours en 1943.

Figure 4 : Les principales tribus nomades de Syrie et leurs aires de parcours en 1943.

Le contrôle militaire et administratif ottoman de la Jazîra

6Après le retrait des troupes égyptiennes d’Ibrahim Pacha de Syrie et en pleine période de réforme (tanzimat), l’Empire ottoman entreprit de reprendre le contrôle des wilayat de Damas et d’Alep, ainsi que de la badia. En Jazîra, le sandjak (circonscription administrative) de Deir ez-Zor fut créé en 1854 et doté d’une force de police. Le caza (qada, la plus petite unité administrative) de Raqqa, jusqu’alors compris dans la vilaya d’Urfa, y fut alors rattaché (fig. 8). A cette date, la limite de la maamura était attenante aux villes d’Alep, Homs et Damas (Müller 1931). En 1864 et 1865, des garnisons sont installées à Deir ez-Zor et Raqqa (Lewis 1987, p. 30).

  • 2 Ce gouvernorat est lié en 1870 à celui de Deir, créé en 1854, pour former un nouveau sandjak couvra (...)
  • 3 En 1879, Lady Blunt écrit que le cheikh des Chammar, Ferhan ibn Sfuk, reçoit du Pacha de Bagdad 300 (...)
  • 4 « Midhet Pacha avait entrepris de remettre en culture et en valeur les terrains si fertiles de la r (...)

7En 1868, un “gouvernorat du désert” fut institué2 et confié à l’officier Arslan Pacha. Ce dernier tenta de sédentariser les tribus Anaza et Chammar en dotant leurs chefs de terres prises sur le domaine d’État. Le chef Fedaan Anaza Jed’an ibn Muheid reçut ainsi les terres de vingt villages désertés du Jabal Chbeit, au sud-est d’Alep. Des allocations furent également versées aux chefs Chammar et Anaza 3. Le successeur d’Arslan Pacha, Midhet Pacha, nouveau gouverneur de Bagdad et de la Jazîra, poursuivit la politique de construction de fortins (karakol) sur l’Euphrate et installa des sédentaires dans de nouveaux villages le long du fleuve 4. Les fortins devaient défendre ces villages contre les razzias nomades, collecter des taxes et protéger le déplacement des officiels ottomans. Cependant, ils ne disposaient pas encore d’une force assez grande pour établir une réelle sécurité dans les campagnes. A l’entrée en guerre de l’Empire contre la Russie, en 1878, ces postes de gendarmerie furent délaissés par leurs soldats et les villages en conséquence abandonnés du fait des incursions nomades. En 1879, la voyageuse anglaise Lady Anna Blunt décrit, entre Dibsi Afnan et Abu Hureira, les vestiges de villages en huttes de terre dans une jungle de tamaris, fruit de la politique de dotation en terres des Anaza par le Pacha Arslan, qui ne fut pas suivie de sédentarisation (Blunt 1879, p. 74).

La Jazîra isthme entre la Méditerranée et le Golfe Persique  

  • 5 C’est cette voie ferrée qui servit de frontière entre la Syrie et la Turquie en 1920. Dans le bec d (...)

8Au milieu du xixe siècle, quand l’Empire ottoman entreprend de contrôler la Jazîra, la circulation de long de l’Euphrate est si périlleuse que les caravanes qui relient Alep à Bagdad passent par Birejik, Urfa, Diyarbekir et Mossoul, faisant un détour de plus de 100 km. Pourtant, le développement du commerce international (avec l’introduction des motorisations à vapeur) revalorisa la position de la Jazîra comme isthme mésopotamien entre la Méditerranée et le Golfe persique. La grande réussite du canal de Suez, inauguré en 1869, stimula l’élaboration de grands projets ferroviaires de la part des Britanniques puis des Allemands pour relier un port méditerranéen à Bassora sur le Golfe en passant par Bagdad. Le choix du tracé posa problème : fallait-il suivre la voie de l’Euphrate ou celle du Tigre ? Un général britannique, Chesney, fonda en 1876 “ The Euphrates Valley Railway Company Limited ” et signa une entente avec la Sublime Porte pour la construction d’un port à l’embouchure de l’Oronte. Mais le sous-peuplement de la vallée de l’Euphrate, jalonnée de « localités misérables » (Marmier 1879), entraîna l’abandon du projet britannique et la construction, par les Allemands, du Bagdad-Bahn le long de la vallée du Tigre, en dépit d’un coût kilométrique supérieur, et au grand dam des commerçants alépins souhaitant augmenter le commerce avec Bagdad 5.

9Tout au long du xixe siècle, le contrôle militaire de la Jazîra se poursuit et la voie terrestre de l’Euphrate redevient progressivement pratiquable, c’est-à-dire protégée des attaques bédouines.En 1885, le caza de Raqqa est détaché du gouvernorat du désert et réassocié à la wilaya d’Alep pour mieux en contrôler les tribus. En 1895, les postes de gendarmerie sur l’Euphrate sont réinvestis : « La rive gauche de l’Euphrate fut déclarée sultanisée et les caravanes en partance de Bagdad reprirent l’itinéraire de la vallée par Ana, Deir ez-Zor et Raqqa, avec traversée de l’Euphrate au bac de Meskene » (Deheuwels 1979, p.35).

La conquête foncière de la Jazîra : domaines princiers, investissements alépins et code foncier ottoman

10La politique de contrôle militaire de l’Est syrien fut accompagnée par la création de vastes domaines agricoles princiers entre la rivière Dhahb et Meskene, entre Alep et la boucle de l’Euphrate, domaines qui étaient la propriété privée du sultan ottoman Abdul Hamid II (1876-1908). En 1883, ces domaines s’étendaient à l’est d’Alep sur 270 000 ha, englobant 333 villages, et sur 175 000 ha au sud d’Alep, comprenant 234 villages. Les fermiers qui cultivaient ces terres avaient un statut privilégié : ils étaient protégés par des gendarmes, n’étaient pas soumis à des inspecteurs des impôts et étaient exempts de la conscription militaire (Lewis 1987, p. 53). Les Fedaan qui faisaient paître leurs troupeaux dans les environs de Meskene, sur les terres devenues domaine princier, furent alors contraints de se replier vers l’est au milieu du xixe siècle. Ils choisirent Ain Issa pour ses sources et la vallée du Balikh. Les Walda, tribu occupant la région de Meskene, furent poussés à se sédentariser pour mettre en valeur les terres princières :

« En 1861, la sédentarisation fut forcée par un sultan tyrannique. Il créa des domaines agricoles militaires (iqta sultani askari) sur les terres qu’occupaient les Dana Majed et les Walda et les leur confia. Ces domaines allaient d’Ain Issa à Shbayth près d’Alep. De vastes fermes furent également créées en possessions princières. Les propriétaires de ces terres versaient des impôts à l’Empire, et les faisaient travailler, ce qui conduisit à leur sédentarisation relative. Le sultan avait des terres waqf sur le Balikh au Baci Jabri. »
(L’écrivain et enseignant raqqawi Ibrahim Khalil, Raqqa, juin 2001).

11Lors de l’envolée des cours mondiaux du coton qui accompagna la guerre civile américaine (1861-1865), des entrepreneurs alépins étendirent les périmètres irrigués de coton vers l’est, près des domaines du sultan. En 1862, la province d’Alep exportait 1 000 balles de coton d’une valeur de 8 503 livres ; en 1863, ces exportations furent multipliées par dix en volume pour un total de 103 061 livres et, en 1864, elles passèrent à 22 000 balles d’une valeur de 119 727 livres syriennes (Lewis 1987, p. 47). À la fin de la guerre civile américaine, les cours du coton retombèrent, mais les commerçants alépins qui avaient su si bien s’adapter à la demande internationale, commençèrent à s’approprier des terres sur l’Euphrate, suivant les nouvelles règles du code foncier ottoman de 1858.

  • 6 En plus des terres d’État, on distinguait les terres de propriété privée, mulk, et les terres assoc (...)

12La volonté de sédentariser les nomades et de leur donner des terres à mettre en valeur se traduisit, lors des réformes (tanzimat) entreprises par l’Empire ottoman, par l’adoption du Code foncier en 1858, qui fixe précisément le statut des terres du domaine civil, et surtout les modes d’enregistrement de ces terres par des particuliers 6. Le Code officialise en particulier le principe de « vivification » (ihya) des terres vierges, selon lequel toute personne qui cultive cinq années de suite une terre délaissée a le droit de prétendre à sa possession, principe qui dériverait d’un hadith du Prophète et qui fut théorisé par le grand juriste Abu Hanifa. Selon le Code foncier de 1858, les terres relevant de la loi civile sont de trois types : les terres amiriya (princières) dont l’usufruit (tasarruf) est concédé à une personne morale ou privée par le souverain ; les terres matruka (communaux), terres de village dont la jouissance fait l’objet d’un droit collectif ; et les terres vacantes (mahlul) ou mortes (mawât), terres non appropriées dont le produit est accessible à tous, et qui sont susceptibles de vivification (ihya), c’est-à-dire d’appropriation à titre privé à condition de les mettre en culture cinq années consécutives (Velud, 1984 ; Lewis, 1987). Les terres mahlul pouvaient être achetées à bas prix ; les terres mawat obtenues par vivification ; et, à partir de 1861, l’exploitant qui avait un droit de jouissance (tasarruf) eut aussi le droit de demander un acte de propriété (sanad tapu). « La réforme ottomane avait avant tout un objectif fiscal. La création de commissions chargées d’enregistrer les titres de propriété fut l’occasion pour les notables citadins, les chefs de village ou les cheikhs de tribu de faire enregistrer à leur nom personnel les terres de villages à tenure collective (mucha) et ceci souvent avec le consentement des paysans qui les travaillaient et qui pensaient ainsi échapper à l’impôt » (Métral 1996, p. 93).

13En 1866, un département du cadastre (tapu) est créé à Alep. Il est dirigé par un membre de la grande famille commerçante des Jabri, qui obtint ainsi d’immenses superficies de terres princières. C’est dans ce contexte que, dès 1881, des commerçants alépins acquirent de grandes superficies le long de l’Euphrate, soit par le processus de la vivification de terres vierges, soit par l’enregistrement de terres dont ils avaient l’usufruit. L’instauration du Code foncier ottoman en 1858, qui fixait un système de taxation des terres selon cinq catégories, ne connut qu’une très faible application en Jazîra syrienne. Les opérations de cadastrage des terres entamées dès 1861 dans la région d’Alep, ne furent entreprises qu’après le Mandat français en Jazîra.

La sédentarisation des semi-nomades le long de l’Euphrate et du Balikh

  • 7 “ Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, 20 000 tentes de Anaza vinrent renforcer la vague (...)
  • 8 Les familles aristocratiques des Fedaan s’étaient réparties entre elles le droit de khuwwa sur les (...)
  • 9 Censés être originaires du Yémen, avec pour ancêtre mythique Zubeid, ils seraient arrivés dans les (...)
  • 10 La sibât est “ une murette ajourée sur laquelle des fascines supportent un toit de branchages non d (...)

14A partir de la deuxième moitié du xixe siècle, la principale fraction des Anaza, les Fedaan, s’allia aux Mawali pour refouler les Chammâr au nord de la Syrie 7. Venus du Nedj au xviie siècle, les Fedaan parvinrent à étendre par la force leur domination de cheikhs (machaykha) sur une grande partie de la Jazîra. Ils soumirent les tribus semi-nomades de la région du Moyen-Euphrate et leur imposèrent de verser la khuwwa 8, l’« impôt de fraternité », qui consistait en une partie de la récolte de blé et d’orge et en moutons, en échange de leur « protection ». Ces tribus semi-nomades étaient composées des Walda sur le Haut Euphrate, des Afadla 9 et des Sabkha sur le Moyen-Euphrate ; des Beggara et des Agueidat dans la basse vallée de l’Euphrate. Au début du xixe siècle, les Chawâya pratiquaient une agriculture céréalière et cotonnière dans le lit majeur de l’Euphrate, après ses crues de printemps, et vivaient en été dans des cabanes en bois de réglisse, les sibât, au bord du fleuve 10 (fig. 5).

Figure 5 : Une sîbat cabane des semi-nomades de l’Euphrate.

Figure 5 : Une sîbat cabane des semi-nomades de l’Euphrate.

15Les semi-nomades avaient développé un usage complémentaire des deux zones écologiques distinctes situées le long de l’Euphrate : le zor, vallée cultivée et peuplée, et la barriya, le plateau, zone de pâturage et parfois de culture sèche, quasiment déserte. Leurs méthodes d’irrigation étaient rudimentaires. Il s’agissait au mieux d’une nasba, poulie qui permettait d’élever une outre remplie d’eau et tirée par un âne. La nasba ne leur permettait pas d’étendre l’irrigation à la barriya.

  • 11 Lire à ce sujet Pascual 1980, p. 36-37.

16La crainte du pillage par les bédouins limitait leurs activités agricoles. Le développement économique de l’Est syrien était de plus enfreint par le système ottoman d’imposition, l’iltizam, c’est-à-dire l’affermage des impôts à des particuliers qui levaient sans équité la dîme sur les récoltes et l’aghnam sur les troupeaux, et cela jusque dans la première moitié du xixe siècle 11. L’écrivain raqqawi Ibrahim Khalil m’a décrit ainsi la soumission de la région du Moyen-Euphrate aux bédouins ainsi qu’aux fermiers de l’impôt ottomans :

« Au xviie siècle, les grands nomades sont remontés de la péninsule arabique vers la Syrie : les Fedaan ont occupé la Jazîra, les Hasâna la région de Homs et les Rwalla le Golan et Damas. Ils ont pillé la région et imposé la khuwwa aux sédentaires. Ce fut une période de perte de sécurité (faqdan al‑aman). Aux moissons, les bédouins volaient les semences, si bien que les habitants les cachaient dans des trous recouverts de paille, au risque de les voir pourrir. Les fonctionnaires ottomans qui levaient l’impôt étaient équipés d’un bâton ferré au moyen duquel ils frappaient le sol pour découvrir les caches de blé. On les surnommait les « jakkak », du nom du bâton.(…) Les gens de la vallée, les « Arabes de la région » (arab al‑douari), vivaient d’une petite agriculture de subsistance, d’un peu de blé et de maïs.»
(Ibrahim Khalil, Raqqa, juin 2001).

17À partir des années 1880, le contrôle militaire des bédouins et la réforme de l’appropriation des terres permit la réapparition de villages le long des vallées de l’Euphrate et du Balikh, ainsi que près des principales sources de la steppe, comme à Ain Issa. En 1892, le caza de Raqqa compte 39 villages et 17 campements fixes ; onze ans plus tard, ces chiffres sont passés à 57 villages et 27 fermes. La production agricole demeurait toutefois très faible, juste suffisante pour la subsistance de la maigre population. En 1894, moins de 2 000 hectares étaient irrigués, répartis en 11 315 donums de blé, 8 211 donums de millet, 625 de sésame, 614 de maïs et 530 d’orge, et le caza de Raqqa ne comptait que 7 300 sédentaires (Salname-i Haleb, 1312, p. 268).

  • 12 Je tiens à remercier Stefan H. Winter de l’Université de Montréal (Québec) pour la traduction de ce (...)
  • 13 La fonction du mukhtar a été établie par la loi ottomane des vilayets de 1864 selon laquelle chaque (...)

18En 1910, l’almanach (salname) du vilayet d’Alep fournit le détail de ces fermes et villages de sédentarisation par tribu le long de l’Euphrate et du Balikh : il s’agit de 21 villages et deux fermes pour les Walda de Jazîra ; de 13 villages et d’une ferme pour les Walda de Chamia ; de 23 villages et une ferme pour les Sabkha ; et de seulement 7 villages et 18 fermes pour les Afadla, encore peu sédentarisés (Salname-i Haleb, 1326, p. 539) 12. En 1908, le chiffre de la population recensée est de 12 127 personnes dans « les villages et les fermes » du caza et de 795 dans la « ville » de Raqqa (Salname‑i Haleb, 1326, p. 388). Quand les villages apparurent, les Ottomans firent de leurs chefs des mukhtar (makhatir, les « élus »), fonctionnaires d’état civil contresignant les actes de mariage, naissance et décès afin d’élaborer la base d’une organisation administrative de la région 13.

Tableau 1 : Liste des villages de sédentarisation dans le caza de Raqqa en 1908 :

Walda de Jazîra :
Jaabar, Hawij Saghir, Safra, Wasita, Hawij Kabir, Muraybet, Hawish, Tawi, Rumeila, Shams al‑Din, Souweida, Labada, Jadid, Al Kajz, Bedrana, Ramala, Hallu, Kdeiran, Shahar, Shakhia, Houija ; Hallu Mazraa, Qura Mazra. Soit 21 villages et 2 fermes.

Walda de Shamia :
Dibsi Faraj, Dibsi Afnan, Ghazala, Krein, Abu Hureira, Waghfa, Aid, Safra, Hanida, Kasra, Ratla, Hammam, Nahala ; Maizila Mazra. Soit 13 villages et une ferme.

Afadla :
Hleissat Maamara, Hleissat Abid al‑Ayn, Hleissat Jadadsa, Hasn el Hamda, Raqqa Samra, Hamra Madlaj a‑Nasser, Hamra Madj Ghanam, Hamra Bila‑ism, Hamra Jamasa, Afiat, Hamra Jamasa Muheirat, Hamra Murabi, Said al‑Chaikh, Hamra Murabi Abd al‑Satar, Bila‑ism Kusa Ismail, Fatsa, Ain Rashid, Fatsa Musa Rashid, Fatsa Halal Kadru, Fatsa Aliat, Jadida Khabour, Jadid Kahit, Khas Sail, Khas Hamra Huwij Awad, Khas Ajil, soit 7 villages et 18 fermes.

Villages sur le Balikh :
Ranam Aldaha, Ain Issa, Tell Saman, Hallu, Ziyab Shlash, Ziyab Karim, Salhabiya, Nakib, Raman, Hamamiat, Kherbat Khorsa, Lakas, Abu Sharb, Yaas, Duiya Marj, Buakiya, Marana, soit 23 villages et une ferme.

Le total des villages et fermes du caza de Raqqa s’élève à 84.

(Salname-i Haleb, sana1326, Imprimerie du vilayet d’Alep, p. 530)

19Les Walda, les Afadla et les Baggara développèrent les cultures dans la vallée de l’Euphrate, tandis que les Fedaan, une partie des Afadla, les propriétaires raqqawis investissaient dans la vallée du Balikh. Les nouveaux villages de sédentarisation des semi-nomades étaient situés dans le caza de Raqqa le long des vallées de l’Euphrate et du Balikh, ainsi qu’au nord, près des sources du Balikh. Ils avaient l’allure de campements de tentes, organisés autour de maisons en torchis, avec des formes en pain de sucre. Quelques pistes reliaient ces villages à Raqqa, où se trouvaient les fonctionnaires de justice et des commerçants en nombre grandissant. « Les tribus de semi-sédentaires établies le long du fleuve se répartissaient le terrain en bandes perpendiculaires à la rive selon un principe qui accordait à chaque groupe ou sous-groupe tribal un droit d’usage sur la jouissance des terres du plateau correspondant à la portion du zor qu’il cultivait » (Métral 1987, p. 126).

Le tracé des limites administratives du caza de Raqqa et les populations kurdes

20Le principe d’organisation administrative ottoman était de répartir les tribus entre des garnisons et de délimiter les wilaya de telle sorte qu’elles aient des bases économiques assez diversifiées pour financer leur administration. Il s’agissait aussi d’éviter les conflits ethniques en séparant les Kurdes des Arabes. Ainsi, les administrateurs ottomans ont-ils tracé les limites du caza de Raqqa de telle sorte qu’il n’inclut pas des poches de populations kurdes situées au nord d’Ain Issa et près de Tell Abiad.

21Tel qu’il est délimité jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, le caza de Raqqa s’étend vers le nord jusqu’à Ain Issa, à l’est jusqu’à Akirche et au sud jusqu’à la rive droite du fleuve, de telle sorte qu’il ne comprenne que des populations arabes (fig. 6). La partie nord est répartie entre le caza de Membij (où le sultan Abdul Hamid II a ses domaines privés) et le sandjak d’Urfa. Dans cet espace très restreint, la population est homogène et arabe, sauf pour ce qui est de la ville de Raqqa. C’est ce que souligne Vital Cuinet en 1891 : « À l’exception du chef-lieu du caza, toute la population du pays n’est composée que de tribus arabes bédéwis, qu’on peut estimer, en totalité, quant à celles du moins qui payent régulièrement la taxe sur le bétail, à 70 000 âmes. La population du caza peut donc être estimée comme suit : population fixe: 6 650 ; arabes nomades : 70 000. Total : 76 650 »(Cuinet 1891, p. 223).

Figure 6 : Les limites administratives du caza de Rappa en 1891.

Figure 6 : Les limites administratives du caza de Rappa en 1891.

22Le grand tabou posé par l’écriture de l’histoire de la Jazîra et du gouvernorat de Raqqa touche à la présence de Kurdes, qu’ils soient sunnites ou yézidis, et à la variété de la population composée, outre des tribus arabes mentionnées, de réfugiés tcherkesses et arméniens. Les ouvrages d’histoire publiés en Syrie sur la Jazîra et le gouvernorat de Raqqa sont ainsi très allusifs quant aux origines des populations qui y résident. Leurs auteurs cherchent avant tout à participer à la construction de la Nation arabe syrienne qui fédère ses citoyens dans un projet national et balaie tout élément de distinction sociale, confessionnelle, ethnique ou tribale. Ainsi, dans l’ouvrage historique consacré en 1992 au gouvernorat de Raqqa et qui compte 442 pages, seules les quelques lignes suivantes évoquent la formation du peuplement : “La plupart des habitants descendent de tribus et de clans arabes qui ont migré vers plusieurs régions du gouvernorat et s’y sont installés, auxquels s’ajoutent des commerçants et des artisans attirés dans la ville de Raqqa par la présence des ouvriers venus de tous les gouvernorats” (Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 281). Les intellectuels raqqawis, soucieux de démontrer l’origine arabe de la population de leur région, sont très disposés à livrer les récits de l’arrivée de tribus arabes et de la refondation de Raqqa. Le récit qui suit est représentatif de leurs propos sur l’histoire de la région en ce qu’il néglige totalement la présence de Kurdes : « Les premiers habitants de la région furent les semi-nomades Bu Chaaban, dont le nom remonte à l’imam Chaabi du xive siècle. Ils comprennent les Walda, les Sabkha, les Afadla, les Bu Humayd. Ils ont tous un ancêtre commun et sont tous apparentés »(Ibrahim Khalil, Raqqa, juin 2001).

23Pourtant, la région située au nord d’Ain Issa compte des populations kurdes, qui ont été décrites pour la première fois en 1942 : “Cette steppe (située entre l’Euphrate et le Balikh) se prolonge au nord par la plaine à blé, habitée par les Kurdes sauf sur les rives du Balikh. À l’ouest un massif montagneux sépare la steppe du cours nord-sud de l’Euphrate ; il est peuplé de Kurdes. Ses premières ondulations limitent à l’ouest et au nord les terres occupées par les Arabes” (Charles 1942, p. 37). Au début du Mandat, le caza de Raqqa est étendu au nord jusqu’à la frontière turque et englobe la ville naissante de Tell Abiad. Mais, de nouveau, ses limites sont tracées de telle sorte qu’elles n’incluent pas les poches de population kurde situées à l’est de l’Euphrate. D’où l’indentation qui caractérise aujourd’hui la limite du gouvernorat de Raqqa vers Benderkhan, et que l’on retrouve comme ligne de partage entre l’État d’Alep et les terres peuplées de nomades placées sous juridiction militaire spéciale sous le Mandat (fig. 7).

Figure 7 : Les limites du caza de Raqqa et les tribus kurdes de Syrie en 1938 d’après P. Rondot.

Figure 7 : Les limites du caza de Raqqa et les tribus kurdes de Syrie en 1938 d’après P. Rondot.
  • 14 Le yézidisme est une religion zoroastrienne très ancienne, pratiquée essentiellement par des Kurdes (...)
  • 15 Quelques intellectuels issus des anciennes familles de la ville dépeignent les Kurdes comme des étr (...)
  • 16 « La Haute Jazîra est une zone de transhumance disputée traditionnellement entre les tribus arabes (...)
  • 17 Les Kurdes de Syrie ont été estimés en 1996 à 8,5 % de la population, soit 1,3 million de personnes (...)

24En dépit de ce redécoupage, le caza de Raqqa sous le Mandat inclut des groupes kurdes situés entre Ain Issa et Benderkhan, et également présents à Tell Abiad ainsi qu’à Raqqa. En effet, le nouveau caza exclut une partie importante du plateau situé au sud de Jerablous, dans lequel s’inscrit la vallée de l’Euphrate, et qui est un foyer de peuplement kurde yézidi 14 dont le centre est la ville d’Arslan Tach. La présence de Kurdes à Raqqa est une question très sensible 15. Plus de la moitié des Kurdes de Syrie vit en Jazîra, et particulièrement en Haute Jazîra, le long de la frontière turque entre le Khabour et le Tigre, qui constitue leur foyer 16. Une forte communauté est aussi présente dans le Kurd Dagh près de la plaine d’Antioche (150 000 Kurdes en 1980) ; ainsi qu’à Aïn al-Arab, à l’est d’Alep, et sur la rive gauche de l’Euphrate à cheval sur les deux gouvernorats d’Alep et de Raqqa. Il faut ajouter à ces communautés les groupes kurdes installés à Alep et Damas 17. Les Kurdes rencontrés à Raqqa estiment leur nombre à plus de 100 000 dans le gouvernorat en 2007, essentiellement dans les périphéries pauvres de Raqqa et près de Tell Abiad.

2. La construction en 1864 d’un fort ottoman (karakol) à Raqqa

  • 18 Raqqa connut en effet son heure de gloire sous les Abbassides qui y construisirent une capitale éph (...)
  • 19 Une description des premières tentes dressées dans les ruines de Rafiqa est fournie par la voyageus (...)

25A partir des années 1820, des clans de la tribu semi-nomade des Afadla installèrent leurs campements dans les ruines de la cité grecque de Niképhorion (actuel village de Machlab). Raqqa était à cette date un lieu d’hivernage de tribus semi-nomades, et présentait des vestiges archéologiques étendus : ceux de l’enceinte abbasside et de la mosquée à arcades de la ville de Rafiqa, ceux d’une porte en arche sur la route de Bagdad, et ceux de plusieurs palais abbassides 18. Ce fut l’établissement en 1864 par l’Empire ottoman d’une garnison (karakol) dans l’angle sud-est de l’enceinte abbasside qui permit le renouveau de la ville, attirant des familles venues d’Irak et de Turquie 19.

Généalogie citadine : les rassemblements de « familles » kurdes et acharin (les Ghoul)

26Dans les ouvrages d’histoire édités dans le gouvernorat depuis les années soixante, les caractéristiques sociales et migratoires des Raqqawis ne sont dépeintes que pour la période ottomane. Selon le livre du gouvernorat (Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992), les premières familles de la ville seraient venues “en partie d’Irak, des environs de Mossoul, et sont passées par Nissibin et Ourfa (Raha) avant de s’installer à Raqqa ; du village de Achara sur l’Euphrate (l’ancienne Tarqa), et de la région des Agueidat ; de ce même village, mais passées par Urfa ; de Hama, via Membij ; de Diyarbekir, via Urfa, ou directement à Raqqa ; d’autres enfin sont venues d’Alep”. Les familles semi-nomades venues de Mossoul étaient en majorité des Bu Badran menés par les Ujaily. Celles venues d’Urfa et de Diyarbekir étaient de la tribu Tayy, menées par les Bakri. Ce livre présente la description succincte suivante des premières familles raqqawies:

« Les premières tribus à se fixer (dans le caza de Raqqa) furent au début du xixe siècle les Afadla et les Walda. Les migrants s’installèrent à Raqqa sous la protection de ces tribus parce qu’ils devaient conduire leurs troupeaux paître loin de la ville, et craignaient de subir les attaques des tribus voisines. Aussi décidèrent-ils de former une alliance, comprenant les familles Ujaily, Blebil, Hasun, Mohammed Hassan, Hanata, Châhîn, Kuwaider, Chuiib, Ramadan Agha, Hammad al‑Jarf, Bakri, Chabli et Salama »
(Raqqa, perle de l’Euphrate, 1992, p. 267).

  • 20 Les deux familles Ujaily et Blebil seraient parentes de 14 générations (Deheuwels 1979).

27Ces familles sont les plus anciennes de la ville. Contrairement à l’extrait officiel précédemment cité, ces familles étaient réparties, non en une, mais en deux alliances ou rassemblements (half) : celui des Akrad (les Kurdes) et celui des Acharin (du village de Achara sur l’Euphrate). Les Akrad comprenaient des familles kurdes, mais les Raqqawis précisent avec vigueur que leurs membres sont majoritairement arabes. Le rassemblement « kurde » comprenait les Kaakaji, les Bakri et les Chabli Salama. Le rassemblement « acharin » regroupait les Ujaily, les Hasun, les Blebil, Hanata, Kuwayder et les Chuiib 20. Les membres du rassemblement Acharin disent appartenir à la tribu des Bu Badran, aux Agueidat et aux Mawali, tandis que ceux du rassemblement Akrad sont majoritairement des Milli et des Dleim. Il existe une polémique, encore aujourd’hui, concernant les Kaakaji et les Bakri, unis par plusieurs mariages, et qui sont désignés comme des Kurdes par les Acharin, alors qu’ils refusent cette désignation. Ainsi Ibrahim Khalil, l’écrivain appartenant aux familles Acharin, n’hésite pas à dire des familles Akrad qu’elles sont kurdes.

« Parmi les Acharin, on compte les Ujaily, Hassoun, Chuiib, Mohammed al‑Hassan. Ils sont tous arabes, originaires de Mossoul. Parmi les Akrad, seuls les Chabli Salama sont des Arabes, de la tribu Tayy d’Irak. Les autres, Bakri-Kaakaji, Jarf, Hani (des Milli), Ramadan Agha sont des Kurdes » (Ibrahim Khalil, juin 2001).

Tableau 2 : Répartition des premières familles raqqawies au sein des deux rassemblements kurde et acharin (xxe siècle)
Familles du rassemblement acharin :

Famille

Origine ethnique

Origine tribale

Origine géographique

Al-Ujaily

Al‑Blebil

Chuiib

Al‑Hassûn

Al‑Mohammed Hassan

Al‑Hanata

Al‑Chahin

Al‑Kuwayder

Arabe

Arabe

Arabe

Arabe

Arabe

Arabe

Arménienne

Arabe

Bu Badran

Bu Badran

Bu Khalil

Uwaysat

Bu Khalil

Bu Maich

n. p.

Mawalî

Environs de Mossoul

Environs de Mossoul

Achara (Mayadin)

Achara

Achara

Environs d’Urfa

Environs d’Urfa

Environs de Hama

Familles du rassemblement  kurde (Akrad) :

Famille

Origine ethnique

Origine tribale

Origine géographique

Ramadan Agha

Hammad el Jarf

Hani

Kaakaji

Bakri

Chabli Salama

Kurde

Kurde

Kurde

Turque

Kurde

Arabe

Milli

Milli

Milli

n. p.

n. p.

Dleim

Est d’Urfa

Environs d’Urfa

Environs de Dyarbékir

Environs d’Urfa

n. p.

Romadi

(source : Deheuwels 1979, p. 44 complété lors d’entretiens à Raqqa, été 2001).

28La présentation de la formation du peuplement de Raqqa par les auteurs du livre de 1992, qui mentionnent une seule alliance de familles dans la ville, traduit un recul par rapport à des écrits des années soixante-dix sur la ville. En 1970, un sociologue syrien rédige ainsi pour le numéro spécial de la revue Umran (Urbanisme) consacré à Raqqa, un essai sur la formation de la population de la ville qui présente un double intérêt. En effet, il insiste autant sur “l’authenticité arabe” des tribus de l’Euphrate que sur l’assimilation totale des Kurdes dans la ville de Raqqa ! On lit ainsi :

« Les habitants de Raqqa venaient de la campagne. La plupart étaient des Afadla et leur nombre augmentait sans cesse. Ils furent rejoints par des éléments venus des mohafazats de Idlib et Alep qui augmentèrent leur nombre considérablement. Les premiers habitants de Raqqa appartenaient aux tribus arabes véritables qui occupent le pays entre les deux fleuves depuis des temps anciens : la tribu Bakri descendant des Tayy et la tribu Baytra descendant des Agueidat. Les Acharin étaient liés aux tribus d’Irak. Les Akrad venaient du Nord, mais la part arabe était majoritaire parmi eux et ils se mêlèrent aux habitants et il était impossible de distinguer l’Arabe du Kurde dans la ville de Raqqa *. »
(Ayyach 1970).
* Souligné par l’auteur de cet ouvrage.

29Selon un propriétaire terrien membre d’une famille « akrad » de Raqqa, Ramadan Agha était la figure principale du rassemblement kurde à la fin du xixe siècle. Plusieurs familles l’ont comme ancêtre : les Sattaf, les Khudur, les Gayas, Les Hamud al-Ibrahim, Alo et al-Bu al-Hbal. Parmi elles, c’est celle du Haj Khader Sattaf qui serait « la plus grande ». La plupart de ces familles viendraient des environs d’Urfa (Raha), plus précisément de villages situés le long d’un wadi nommé le Nahit al‑Jilab, situé à 20 km au nord-est d’Urfa. Selon ce membre des Akrad, les Bakri, les Kaakaji, les Blebil seraient originaires de ces villages. Les familles du rassemblement kurde mettent l’accent sur la multiplicité des alliances matrimoniales entre membres des deux rassemblements, ce qui contribue de part et d’autre à construire l’idée que Raqqa est constituée de familles seulement arabes. Ainsi, mon interlocuteur précise-t-il que toutes ces familles sont liées par des liens de sang : les Ujaily sont les beaux-parents (akhwal) des Sattaf, qui sont ceux des Kaakaji. Les Blebil sont également liés aux Ujaily.

Les premières familles (les Ghoul) et les réfugiés tcherkesses et arméniens

  • 21 Le mot arabe a donné le terme de goule en français, terme qui désigne un vampire femelle.
  • 22 « Un accord est intervenu entre les Chagharat et les Bu Assaf, tribus semi‑sédentaires appartenant (...)

30Les premières familles de la ville furent surnommées les Ghoul, ce qui signifie « ogresse » 21, par les membres de la tribu Afadla auxquels ils achetèrent le droit d’installer leur campement au sein de l’enceinte abbasside, près du karakol ottoman 22. Les membres des premières familles de Raqqa n’ont de cesse de corriger l’étymologie de leur surnom, qu’ils font dériver du terme turc karakol autour duquel leurs parents s’étaient installés : karakol serait devenu “ karaghoul ”.  Les Ghoul récupérèrent les briques centenaires de l’enceinte pour construire les premiers bâtiments en dur : des madâfa, ou maisons d’hospitalité, comprises dans de vastes enclos où des tentes étaient dressées et du cheptel gardé (fig. 8, planche 2 et 3).

Figure 8 : Raqqa en 1911.

Figure 8 : Raqqa en 1911.

(cliché Armée du Levant, Photothèque Ifpo (ex‑IFAPO) 22737 II b)

Planche 2 : Vue aérienne de Raqqa et de son enceinte abbasside (vue prise vers le sud-est, le 16-6-1936).

Planche 2 : Vue aérienne de Raqqa et de son enceinte abbasside (vue prise vers le sud-est, le 16-6-1936).

(cliché Armée du Levant, Photothèque Ifpo (ex‑IFAPO) 22720 II b)

Planche 3 : Vue aérienne de Raqqa et de son enceinte abbasside (vue prise vers le nord-ouest, le 16-6-1936).

Planche 3 : Vue aérienne de Raqqa et de son enceinte abbasside (vue prise vers le nord-ouest, le 16-6-1936).

31À partir de 1890, des maisons d’habitation et des boutiques furent construites à l’intérieur de ces enclos aux murs de briques recouvertes de torchis. Les Akrad (familles Ghoul membres du rassemblement kurde de Raqqa) s’attribuèrent l’espace à l’ouest du karakol ; les Acharin (familles Ghoul originaires de Achara) construisant leurs madâfa à l’est de celui-ci. Ces quartiers n’étaient pas strictement délimités : ainsi la famille prépondérante des Acharin, les Ujaily, construisit sa madâfa au sud du quartier des Akrad, près de la porte sud-ouest de la ville, tandis que la famille Chabli Salama des Akrad bâtissait la sienne à l’est du groupe des Acharin. Les Chabli Salama nouèrent des liens matrimoniaux avec la famille des Kuwayder des Acharin, si bien que leurs maisons sont attenantes.

  • 23 « Nous fûmes à Raqqa du 26 au 30 novembre (1910), et nous logeâmes dans le khân de la compagnie de (...)

32Au début du siècle, en 1906 et 1917, deux vagues de réfugiés tcherkesses chassés du Caucase, traversèrent le caza de Raqqa. La principale fut constituée d’une cinquantaine de familles de la tribu Kabartai, conduites par Taloustan Enzor. La municipalité ottomane de Raqqa leur accorda des terrains situés à l’ouest de l’enceinte abbasside. La famille Ujaily leur accorda sa protection. Certains migrèrent par la suite vers Membij, au nord-est d’Alep, ou vers des villages situés près de Homs et Quneitra. L’indication de leur quartier figure sur la première carte de Raqqa qui fut tracée en 1911 par le voyageur allemand Herzfeld. Il y indique les quartiers des Ghoul (les premières familles) à l’intérieur de l’enceinte, le bâtiment administratif ottoman (désigné ici sous le terme de konak, et de sérail sous le Mandat), la maison du qaïmaqam, le khan d’une compagnie hollandaise de réglisse qui venait de s’implanter dans la ville, un café et le bazar (l’actuelle rue du Souk) ; la première mosquée édifiée en 1885, ainsi que le cimetière et les vestiges archéologiques abbassides (enceinte, mosquée, porte de Bagdad et Kasr al‑Banat) 23. Selon Mohammed Enzor, le petit-fils de Taloustan, la communauté ne comptait plus qu’une quinzaine de familles en 1997, les Tcherkesses ayant quitté la ville pour Alep et les métropoles de la région.

  • 24 Entretiens réalisés au printemps 1997 auprès de deux chefs de la communauté.
  • 25 Celui-ci me précise qu’à l’origine, les Tawadifa se répartissaient en quatre tribus. Les Qaysin (Qa (...)
  • 26 Les premiers sont arrivés à Raqqa vers 1920 sous la conduite de leur chef, le cheikh Fawwaz : « Ils (...)

33En 1915, des Arméniens qui fuyaient le génocide turc furent également recueillis à Raqqa par la famille Ujaily. Bien que beaucoup repartirent pour Alep dès les années 1920, ils forment la majorité de la communauté chrétienne de Raqqa, soit 150 familles en 1997. Ils travaillent comme artisans dans la zone industrielle, ont construit deux églises et possèdent une école. A ces réfugiés s’ajoutèrent dans les années 1920 des commerçants de l’oasis de Soukhné et des ruraux. Les Soukniotes seraient arrivés à Raqqa en 1895, avant même les Tcherkesses. Les premiers étaient des Beni Khalaf (fils de Mudar ibn Qays). Puis les Beni Afay (Naim et Gbur) s’installèrent, suivis des Beni Rahma (Agueidat). Les Beni Halaf seraient arrivés vers 1918, à la suite d’une sécheresse importante. Ils se seraient rendus à Deir ez-Zor, Alep, Hama et Raqqa 24. À la fin des années 1920, un petit groupe de commerçants originaires de Tadef, petite ville situé au nord-est d’Alep non loin du cours supérieur de l’Euphrate, se serait installé à Raqqa, dont le grand-père du possesseur de la principale maison d’hospitalité tawadifa de la ville, une figure charismatique de la communauté 25. Ces Tawadifa étaient autant des commerçants que des paysans. Leurs terres sont situées à Kasra, au sud du pont, à Dariyya et au nord de la ville. Deux groupes de la tribu des Agueidat, les Bayatirah et les Bou Saraya, font partie dans les années vingt des ruraux venus s’installer à Raqqa 26.

34Au total, en 1912, Raqqa était peuplée par 300 familles (Lewis 1987, p. 36). Mais même les familles citadines n’étaient pas sédentarisées, et, jusqu’au milieu des années 1930, elles quittaient la ville avec leurs troupeaux dès le printemps (Ujaily 1960). Au début du Mandat, un bulletin des services de renseignement donne la description suivante de Raqqa :

« Rakka n’est qu’un village de 2000 habitants environ. Construit il y a trente ans de part et d’autre d’une rue principale orientée est-ouest, à l’emplacement sud de l’ancienne ville, il n’abrite que des Chaouis Arabes à qui les Arméniens donnèrent, au cours de ces dernières années, quelques habitudes de confort. A l’ouest, un quartier nettement séparé du reste de l’agglomération est occupé par des Tcherkesses qui vinrent s’y fixer il y a quinze ans. »
(Service Historique de la Défense, carton 4H107, BM décembre 1921).

Raqqa et l’économie d’oasis

35Fayez al‑Fawaz, ancien militant politique communiste, est une grande figure intellectuelle de Raqqa. Il m’a fourni une présentation originale de l’économie de sa ville au début du xxe siècle, la qualifiant « d’économie d’oasis »au milieu de campagnes traversées par les nomades :

« Dans la première moitié du xxe siècle, Raqqa était une petite ville, comptant de petits commerçants. La plupart de ses habitants appartenaient aux tribus Afadla et Walda. Ils étaient aimables (latifin) parce que faibles, contrairement aux gens de Deir ez-Zor qui soumettaient les campagnes par leurs prêts. La ville vivait selon une économie de subsistance (kafaf), vendant de maigres produits agricoles et ovins. L’eau venait du fleuve au moyen de différents systèmes d’irrigation peu performants, et la production agricole était de ce fait limitée. Les habitants des villages étaient des semi-nomades qui entretenaient tous des troupeaux de moutons, faisant de la région un lieu d’élevage essentiel.
Auparavant, les gens de la vallée étaient arriérés d’un point de vue idéologique (mutakhalifin ideologian) : ils ne savaient pas réaliser l’accumulation primitive du capital, ni sa reproduction extensive. Le capital se trouvait à Alep. Toutes les grandes villes syriennes vivaient dans des « économies d’oasis », entourées de leurs campagnes qu’elles dominaient par les prêts, puis à l’est (on trouvait) les Bédouins. Ces Bédouins ne faisaient que des dépenses de prestige, dont l’exemple le plus marquant est le cheval pur-sang qui mange plus qu’il ne rapporte et ne sert qu’à la guerre »(Fayez al‑Fawaz, Raqqa, 24 juillet 2001).

36Les habitants de Raqqa étaient agriculteurs, commerçants, employés de la compagnie hollandaise de réglisse ou trafiquants d’antiquités. La ville jouait un rôle de marché pour les tribus environnantes. En 1912, Raqqa était peuplée par 228 foyers (khane en ottoman), 4 cafés, 2 fours et 145 boutiques. En considérant que le foyer réunit cinq personnes (les parents et trois enfants, du fait de la grande mortalité infantile), cela nous donne une population d’environ 1100 personnes pour la ville de Raqqa et de 7300 pour l’ensemble du caza.

Tableau 3 : Statistiques du bâti et des activités dans le caza de Raqqa (1891-1908) :

1891
1307 H.

1892
1310 H.

1894
1312 H.

1900
1318 H.

1908
1326 H.

Khane (foyers) dans Raqqa

150

159

60

122

228

cafés

2

2

2

4

4

boutiques

75

85

85

80

145

fours

-

2

2

2

2

villages

-

40

48

48

57

fermes

-

-

-

-

27

Khane (foyers) dans le caza

-

1 473

2 000

2 286

2 164

terres cultivées (donums)

-

-

-

21 295

21 295

population

4 803

5 120

5 841

8 868

12 127

(source : Salname‑i Haleb, 1307, 1310, 1312, 1318, 1326 H., Alep)


*

37À la fin de l’Empire ottoman, la ville de garnison de Raqqa, fondée en 1864, est structurée autour de deux rassemblements de population qui se divisent les terres fertiles de la confluence de l’Euphrate et du Balikh. Les trois cents familles de la ville sont semi-nomades et continuent de verser la khuwwa aux bédouins Fedaan Anaza qui assurent leur protection bien plus que la garnison ottomane. Des commerçants de Soukhné et des petites villes des environs d’Alep (Bab, Tadef, Azaz) commencent à y ouvrir des échopes.

3. Raqqa face à la « politique des chefs » pro-bédouine du Mandat

 « Le point sensible de toute la Syrie est restée la Jezireh. La complexité des problèmes que pose l’administration de cette province tient à la diversité des groupes de population qui l’habitent : 81 450 Kurdes, 41 900 Arabes, 1 100 Tcherkesses, 31 050 Chrétiens, 900 Juifs, 2 150 Yézidis (langue kurde) ».
Ministère des Affaires Étrangères, 1938, Rapport à la Société des Nations sur la situation de la Syrie et du Liban, année 1937, Paris, Imprimerie Nationale.

38Lors des sept premières années du Mandat sur la Syrie, les autorités militaires françaises furent confrontées à de nombreuses insurrections nationalistes, bédouines, communautaires et citadines. Face à la multiplication des révoltes anti-françaises, les militaires décidèrent de fragmenter l’espace national syrien en cinq entités : trois États, ceux du Liban, de Damas et d’Alep, et deux territoires autonomes : des Alaouites et du Djebel druze. Le 5 décembre 1924, les deux États d’Alep et de Damas furent réunis en un État de Syrie. Cet État de Syrie était encadré par l’État alaouite (créé en juillet 1922), le « territoire de l’État druze » créé en octobre 1922, l’État du Grand Liban, et le sandjak d’Alexandrette reconnu comme autonome en décembre 1924 (Velud 1995, p. 55).

39Les officiers du Mandat firent le choix de s’appuyer sur les grands nomades pour entreprendre le développement économique de la Jazîra au détriment des commerçants d’Alep et de Raqqa. Les deux officiers orientalistes Boucheman et Massignon conseillaient aux autorités françaises “ de miser sur une certaine noblesse tribale, seul contrepoids à l’exploitation des capitalistes alépins ”. À la fin du Mandat, le père jésuite Henri Charles préconisait quant à lui de valoriser la « féodalité désertique »qui savait « pratiquer encore le devoir social de la richesse » comme intermédiaire entre le capitaliste citadin et le fellah. La clef de la sédentarisation devait ainsi résider dans l’investissement des capitaux de cette féodalité dans les installations agraires (Charles 1942, p. 95). L’État devait donc veiller à ne pas déstructurer la société bédouine et en préserver les chefs nomades qui pouvaient jouer un rôle de relais du pouvoir. Dans le même temps, il souhaitait pousser à l’augmentation des revenus agricoles par la sédentarisation des semi-nomades et l’amélioration de l’imposition.

L’instauration du « Contrôle bédouin »

40Les régions de steppe de l’Est syrien et de la Jazîra devinrent des « mouvances bédouines » rattachées aux États de Damas et d’Alep, puis à l’État de Syrie. Pourtant, dès 1920, la création d’un « État bédouin » avait été envisagée par les militaires français. Il s’agissait de créer une entité politique bédouine fidèle à la France qui permette un meilleur contrôle des confins de l’Est syrien peuplé de nombreuses minorités confessionnelles et ethniques dans des zones frontalières disputées jusque dans les années trente entre la Turquie et le Mandat britannique sur l’Irak. Le Mandat oscilla entre ce projet d’État bédouin, qui tablait sur la création d’un sentiment communautaire tribal comparable à celui des minorités druzes et alaouites, et un projet de contrôle direct des tribus par les officiers des Services de Renseignement (Velud, 1995, p. 49). Devant la multiplication des révoltes bédouines, l’administration militaire du Contrôle bédouin fut instaurée en 1921 sur la moitié du territoire national, à l’est de « la limite de la zone de nomadisme », ou la « limite de la maamura » et qui était censée correspondre à l’isohyète des 200 mm qui sépare la steppe cultivable (200-400 mm) d’une part, de la steppe aride (100‑200 mm) et du désert (<100 mm), d’autre part. Le Contrôle bédouin fut placé sous la responsabilité du général de Lamothe, commandant des territoires de l’Est syrien, qui avait auparavant servi au Maroc. Son projet était de couper la Jazîra des villes de l’ouest, dont les assemblées représentatives pouvaient renforcer les velléités nationalistes des chefs tribaux (Velud 1993, fig. 9).

Figure 9 : Les États du Levant en 1925.

Figure 9 : Les États du Levant en 1925.

41Le Contrôle bédouin surveillait ces tribus, évitait les séjours prolongés des chefs dans les villes, les désarmait à l’entrée de la maamura et luttait contre les rezzous. Cela signifiait en fait l’établissement d’une relation directe entre les nomades et le nouveau gouvernement mandataire français. La Syrie se trouva séparée en deux zones administratives : civile dans la Syrie centrale, et militaire dans l’Est syrien : « À côté d’une Syrie centrale, correspondant à la zone ouest de l’État de Syrie, placée sous contrôle civil du Haut-Commissariat, s’étendait une Syrie périphérique, celle des États frontaliers, sous contrôle exclusif de l’autorité militaire. (…) Les militaires allaient transformer ainsi ces régions périphériques en domaine réservé, soumettant les populations concernées au contrôle direct des officiers du Service de Renseignement, seuls détenteurs de l’autorité politique et militaire sur le territoire. Encadrées par l’armée, confortées dans leurs aspirations autonomistes, ces populations constituèrent rapidement des clientèles fidélisées à l’État mandataire » (Velud 1995, p. 61).

La « politique des chefs » du général de Lamothe en Jazîra

42Dès septembre 1920, le général de Lamothe lança sa politique « des grands chefs », transposant à la Syrie des méthodes qu’il avait inaugurées au Maroc avec sa politique« des grands caïds »(Velud 1995, p. 62). Il s’agissait de regrouper les tribus sous l’autorité de grands chefs aux pouvoirs économiques et militaires renforcés. Des subventions furent ainsi versées aux deux plus puissants chefs de tribus nomades qu’étaient l’émir Nuri al-Chaalan des Rwalla et l’émir Mujhim ibn Muheid, des Anaza Fedaan. Le cheikh Fedaan Mujhim ibn Muheid reçut en février 1920 un million de francs pour pacifier la vallée de l’Euphrate, et, par la suite, une allocation annuelle de 3 500 puis 5 000 livres syriennes (Lewis 1987, p. 155). Il fut élu député des nomades de Jazîra en 1923, et décoré de la Légion d’Honneur.

  • 27 Mais malgré tout, les nomades de Syrie ne bénéficient pas de la même considération que les grands T (...)
  • 28 L’organisation d’élections par les autorités mandataires fut acceptée au sein de la ville de Raqqa (...)

43Une vision orientaliste très répandue parmi les officiers faisait des grands nomades les détenteurs des vertus arabes authentiques, de droiture et de générosité, contrairement aux Arabes sédentarisés ou en cours de sédentarisation 27. Le père jésuite Henri Charles, auteur de deux études sur la vallée de l’Euphrate et conseiller des autorités mandataires, décrit l’émir Mujhim ibn Muheid comme l’« une des plus belles personnification du “ dîn al-Arab », fait du sens de l’honneur et de la responsabilité, de générosité et d’humanité, de courage, de franchise, de simple grandeur, véritable religion du désert si semblable par bien des côtés à notre chevalerie du Moyen-Âge »(Charles 1942, p. 58). En conséquence, les grands nomades furent soutenus par le Mandat lors des élections parlementaires. En octobre 1923, l’Émir Mujhim est élu député pour le caza de Raqqa à l’unanimité des voix (20). Selon les instructions du Gouverneur général de l’État d’Alep, le député de Rakka représente tous les nomades du sandjak de Deir ez-Zor. En 1927, le nouveau député du caza de Raqqa est le Cheikh Soan des Sabkha. En 1932, Mujhim ibn Muheid est l’un des trois députés de la circonscription de Deir ez-Zor. En 1936, il est élu député « des tribus de Jazîra », tandis que le chef Chammar, Dahham al-Hadi, devient député des « tribus de Jazîra et de l’Euphrate »28.

  • 29 SHAT, carton 4H100, BR 14 (6-3-29).

44Dans ce même ordre d’idées pro-nomade, une législation tribale spéciale fut instaurée par le Mandat, donnant une certaine autonomie aux nomades, afin qu’ils règlent eux-mêmes leurs différends. En 1929, les chefs de la tribu semi-nomade Afadla demandèrent à plusieurs reprises que cette loi leur soit appliquée du fait des « arbitraires du gouvernement local qui cherche par tous les moyens à diminuer leur influence »29. Au début de la deuxième guerre mondiale, l’administration française décida de formaliser la législation spécifique dont bénéficiait déjà les bédouins. Le « Code bédouin » édicté par la loi du 4 juin 1940 leur donne une réelle autonomie juridique, et la totale liberté dans la conduite de leurs affaires civiles, l’État n’intervenant que quand la sécurité publique est menacée (Seurat 1980, p. 111). Le but de cette loi était de s’assurer la fidélité des chefs bédouins en perspective de combats dans le désert syrien.

La sédentarisation des nomades et semi-nomades

  • 30 Les agriculteurs de la vallée du Balikh étaient ainsi menacés par les incursions des Fedaan Khorsa (...)
  • 31 En 1933, on compte 86 voitures attaquées sur les routes syriennes, pour 7 morts et 18 blessés. En 1 (...)
  • 32 « Avant 1930, en effet, le désert restait encore houleux ici ou là (…). Pour combattre ces expéditi (...)

45Le projet mandataire était d’accélérer la sédentarisation par l’octroi de terres et de crédits et l’interdiction du rezzou 30. Selon le cheikh walda Anouar al‑Boursan, “ Les Anaza avaient obtenus des Français 69 points forts ”, c’est-à-dire des villages dans l’Est syrien (entretien de juillet 2001). Comme le rezzou était le principal mode de redistribution de la richesse, son interdiction signifiait la fin du nomadisme. L’interdiction des rezzous créait des déséquilibres entre les tribus et contraignait à terme les semi-nomades à la sédentarisation (Lacaze 1987). Mais les rezzous se poursuivirent et la circulation dans  la vallée demeura périlleuse tout au long du Mandat 31. Le Mandat laissa même des tribus monter des opérations de contre-rezzou 32 !

  • 33 Au printemps 1933, le Mandat doit distribuer des vivres et la misère est si grande que les Bédouins (...)

46Les grandes périodes de sécheresse de 1927-1929 et 1932-1933 accélérèrent la sédentarisation des tribus semi-nomades ayant perdu leurs troupeaux, dans le contexte de la crise économique mondiale affectant le souk d’Alep, et de la dépréciation de 40 % de la monnaie turque d’argent, la médjidié, qui avait encore cours dans l’Est syrien, en janvier 1930 33. En 1930, les nomades Fedaan dirigés par Mujhim ibn Muheid, comptent 3 300 tentes près de Raqqa et Deir ez-Zor ; en multipliant par 10, on obtient une population d’environ 33 000 personnes. Les Chammar représentent 2 400 tentes réparties dans la région de Deir ez-Zor, sous la direction de Mesh al‑Daham.

  • 34 SHAT, carton, 4H107, Bulletin mensuel de décembre 1921 (Alep, 18 janvier 1922).
  • 35 Ceci est basé sur des entretiens conduits en été 2001 avec la cheikha Fouza bint Mujhem al‑Muheid, (...)

47Les semi-nomades Afadla ont 1 000 tentes dans les environs de Raqqa et les Walda 1 200. Les Sabkha, en rive droite de l’Euphrate, avec pour chef Soan al‑Alewi, comptent 1 000 tentes (Müller, 1931). Les tribus semi-nomades du Nord, à savoir les Bou Assaf, les Jeiss et les Mechour, palabraient alors à la frontière pour savoir de quel côté se fixer 34. La sédentarisation fut tout d’abord un phénomène de transformation des dîra (aires de mouvance) de tribus en espaces appropriés (propriétés). L’exemple fut donné par le grand chef Mujhim ibn Muheid des Fedaan qui planta des arbres et fit des essais de culture du coton 35. Les cheikhs Fedaan furent les premiers à développer l’agriculture sur les domaines qui avaient été cédés à leur ancêtre Jedaan ibn Muheid dans le Jabal Chbeit. Les  villageois devaient leur verser des redevances pour les terres cultivées sur leur domaine (Velud 1991, p. 450).

  • 36 Khalaf 1981, p. 140 : note 7 : « On dit à Hawi al‑Hawa que les villages de Tall al‑Saman et Marj on (...)
  • 37 Un rapport mandataire relève ainsi en 1943 : “ Il est à noter que les autorités ont toujours été du (...)
  • 38 Ainsi les Fedaan Wald, ne pouvant acheter de terres, s’installèrent sur les terres de Mujhim, de Da (...)
  • 39 “ Les terres des cheikhs Muheid des Fedaan se situent dans les gouvernorat de Raqqa et d’Alep, ains (...)
  • 40 Il est célèbre pour l’État bédouin qu’il instaura à Raqqa en 1920 et 1921, comme on le verra dans l (...)

48Les grands cheikhs Muheid des Fedaan surent tirer profit du nouveau système de production. Grands propriétaires de terres en Jazîra, ils les firent mettre en valeur, en s’appuyant sur les revenus tirés de l’agriculture du coton dans la vallée du Balikh. Le Cheikh Nouri ibn Muheid sema ainsi 15 000 à 20 000 sacs (de 100 kg) de semences de blé et d’orge en Jazîra et 1 500 sacs de coton sur le Balikh. Ce cheikh Fedaan enregistra à son nom les terres nouvellement mises en valeur 36. Khalil ibn Hajem al-Muheid, qui possédait 13 villages, exploita 10 000 ha de terres jamais encore cultivées et donc très fertiles, et 2 000 ha de coton sur le Balikh (Khalaf 1981, p. 120) 37. En 1942, l’Émir Mujhim est décrit comme un très grand propriétaire foncier pouvant acheter les terrains permettant la sédentarisation de ses inféodés, ou l’installation de groupes nomades moins fortunés 38. Selon la fille du cheikh Mujhim ibn Muheid, rencontrée à plusieurs reprises au cours de l’été 2001, “ les revenus offerts par la culture du coton incitèrent des membres de la tribu à se fixer le long du Balikh dans les années trente, particulièrement à Al‑Hiche, possédé par les cheikhs Muheid des Fedaan”. L’un des cheikhs des Fedaan Khorsa, branche des Fedaan, fit exploiter 400 donums dans ce village à partir de 1936. “ L’outillage agricole était possédé par des Arméniens dans la vallée du Balikh ; aussi les revenus tirés de la terre n’étaient-ils pas très grands pour les paysans. Les exploitants étaient étrangers à la tribu, et seuls 10 % de leurs membres possédaient des terres ”39. Les villages d’Al‑Hiche, Tell Saman, Al‑Thelth, une partie de Knes et Al‑Marj furent appropriés par Hajem ibn Muheid, le cousin du député du caza de Raqqa Mujhim 40 (Khalaf 1981, p. 88).

L’appui du Mandat sur les grands nomades pour le paiement de l’impôt

  • 41 SHAT, carton 4H 100, BR n° 60 (25-7-28).
  • 42 La seconde réforme de 1934 se fonda sur le dénombrement des troupeaux et non plus sur un forfait.

49Le changement de régime fiscal fut également un outil de contrôle des tribus. Elles furent assujetties jusqu’en décembre 1928 soit au paiement de l’uweidi (impôt global, forfaitaire, déterminé par le nombre de tentes, et perçu par le cheikh), soit à celui de l’aghnam (impôt de capitation basé sur le dénombrement des animaux). La perception de l’impôt fut utilisée par le Mandat pour renforcer encore le pouvoir des grands chefs, qui furent associés à sa levée, aux côtés de compagnies méharistes. Ainsi en juillet 1927 les chefs Fedaan Mujhim et Mezoued assistent-ils le Mandat pour la levée de l’uweidi sur leurs tribus. En réaction à cette politique favorable aux grands chefs, Mohammed al‑Faraj des Afadla tenta en juillet 1928 de lancer une pétition afin de demander au Mandat que les impôts soient levés par les chefs de tribus semi-nomades 41. Le 28 décembre 1928, l’aghnam fut étendu à toutes les tribus sans distinction. Mais devant l’opposition des chefs, dont Abdul Aziz ibn Mezoued, au dénombrement des troupeaux, qui menacèrent de ne plus conduire leurs troupeaux en Syrie, il ne fut pas appliqué 42.

Le renforcement du pouvoir des chefs de tribus semi-nomades sous le Mandat

  • 43 SHAT, Armée du Levant, carton 4H85, BR n° 152 ( 20-22 déc. 24).
  • 44 « En janvier 1925, les prêts de la Banque agricole de Raqqa pour la période de septembre 1924 à jan (...)

50Parallèlement à la politique des chefs favorisant les tribus nomades, des prêts furent accordés aux semi-nomades de la vallée afin qu’ils puissent se lancer dans la production agricole sans dépendre des citadins d’Alep et de Deir ez-Zor. Le Mandat permit l’octroi de prêts aux communautés villageoises par le biais de la Banque Agricole de Raqqa, à partir de décembre 1924 43. Dans le bulletin semestriel du sandjak de Deir ez-Zor daté de juin 1923, la création d’une succursale de la Banque de Syrie est souhaitée, afin de « faire tomber tous les prêteurs à gages en libérant les tribus du joug économique des Deirotes ». Les tribus semi-nomades des Walda furent parmi les premières à développer l’agriculture par la fixation d’une grande population. Les villages de Tawil, Chams al‑Din, Cheikh Chaoukal Boursan, Jaabar, Kdeiran et Hawij Seghir demandèrent des prêts à la Banque agricole de Raqqa dès décembre 1924 44. Elles furent suivies par les Afadla, dont le chef Mohammed al‑Faraj demanda un emprunt nominatif à la banque. L’octroi de prêts aux chefs de tribus contribue à différencier la région de Raqqa du reste de la Syrie, où seuls les grands propriétaires eurent accès aux prêts bancaires du Mandat (Khoury 1987, p. 64).

Figure 10 : Localisation des villages de sédentarisation dans le caza de Raqqa en 1942

Figure 10 : Localisation des villages de sédentarisation dans le caza de Raqqa en 1942

Les Afadla

  • 45 Nantes, série 546, dossier 7, cabinet politique.
  • 46 Cf note 10.
  • 47 Il y distingue trois groupements : Al‑Chebel entre Jessere et Sabkha, Bariateh dans la vallée du Ba (...)

51En 1929, les Afadla sont décrits comme une « tribu (qui) comprend 3 000 tentes, dont 250 tentes nomades en continuel déplacement, 4 000 hommes en état de porter des armes, 300 chevaux, 25 000 moutons et 800 fusils. Ils paient 4 585 484 piastres d’impôts aux finances de Raqqa »45. Selon le poète et historien Mahmoud Dakhira des Afadla, rencontré en février 1997 à Machlab près de Raqqa, la dîra de sa tribu s’étend jusqu’à 60 km à l’est de Raqqa, 30 km à l’ouest et 40 km au nord. Tous les villages aux toponymes en Kasr, Khas, Jadid, et Karama correspondent aux anciennes sibât 46d’estivage des Afadla sur l’Euphrate. Pour lui, la description du territoire Afadla faite par le commandant Müller en 1931 est incomplète 47. En 1942, les deux tiers des chefs de famille sont des métayers et vendent leurs céréales à Raqqa, où elles sont achetées par des marchands d’Alep (Charles 1942, p. 46).

Les Walda

52Sous le Mandat, les Walda, dont la sédentarisation est plus avancée, versent d’avantage d’impôts à Raqqa que les Afadla, (6 578 674 piastres), alors que, dans le caza, ils ne comptent que 2 000 tentes (1 000 dans celui de Membij et 500 dans le Jabal Saman). Ils possèdent 30 000 moutons, sont 3 000 hommes en état de porter des armes et ont 1 500 fusils. Les Walda se répartissaient en groupements de Jazîra, en rive gauche de l’Euphrate, et de Chamia, en rive droite. Le cheikh des premiers étaient Chouakh al‑Bursan, dont la madâfa était bâtie en pierre à Chams al-Din. Les Afadla de Chamia étaient dirigés par Mohammed Faraj, qui habitait le village de Safsafa.

53Le fils du cheikh Boursan, Anouar, a comparé les terres des Walda à un « petit Liban », désormais noyé : « Les terres des Walda s’étendaient sur une bande de 70 km de long et 50 km de large, « un petit Liban », 280 000 ha. Le cheikh Chouakh al‑Boursan possédait 37 000 donums irrigués et 70 000 donums baal[iyy] (en agriculture sèche). Les deux centres Walda étaient Safsafa pour Mohammed Faraj et Chams al‑Din pour Chouakh Boursan devenu cheikh à 14 ans à la mort de son père Ahmad (1918). La maison d’Ahmad Boursan à Chams al‑Din fut la première construite sur les bords de l’Euphrate : elle mesurait 160 m de large sur 22 m de long, et sa madâfa 70 sur 61 m. Les Walda se sont sédentarisés jusqu’à un certain point(« ila haddin ma hadari ») ».(Cheikh Anouar al‑Boursan des Walda, juillet 2001).

Les Sabkha

54Avec 1 300 familles et 2 000 hommes armés de 350 fusils, les Sabkha versent 2 274 945 piastres aux services des impôts du caza ; ils possèdent 20 000 moutons et une centaine de chameaux. Dans les années 1880, une nahia de Sabkha est créé au sein du caza de Zor compris dans le mutessarifa de Zor.

Les Bu Assaf

55Les Bu Assaf se sont installés le long des rives du Balikh dans les années trente, dans les villages de Gazli, Hiche, Sragrag, Skiro et Ali Al‑Bajliya. Ils sont aussi les paysans des cheikhs Fedaan sur leurs terres proches d’Ain Issa (Charles, 1942, p. 48).

Les Mechour

  • 48 Leur nom signifie “ célèbres ”, car ils ont délivré les Tayy dans une guerre contre les Mawali (Cha (...)

56Les Mechour 48 ont formé les villages situés près des sources du Balikh : Tell Abiad, Monbata, Tell Aksal, Hawij Obdi, Shrerian, Kherbet er Roz, Ferja. Ils sont décrits en 1942 comme riches (Charles 1942, p. 49).

Les Jeiss

57Cette tribu semi-nomade occupe les terres situées au nord du gouvernorat, près de la frontière turque, comme les Bu Assaf, les Mechour, les Naïm et les Bu Khawi. Les Jeiss sont partagés entre la Turquie et la Syrie, ce qui leur permet d’effectuer de lucratifs trafics transfrontaliers. Leurs terres sont proches de celles des Kurdes de la tribu Milli, et des Naïm, qui sont de petits propriétaires proches du village de Slouk. Les Jeiss constituent la majorité de la population de la ville de Tell Abiad, où j’ai conduit des entretiens en juin 2001 avec quelques-uns de leurs membres, accompagnée par une famille de Raqqa. Un cheikh des Jeiss m’indiqua que sa tribu descendait de Qays Ailan, qui a donné son nom à Dyar Mudar. Au siècle dernier, la tribu était présente le long du Balikh jusqu’à l’Euphrate. Puis ils ont été repoussés par les Afadla, dans un mouvement de migration (hijra). Ils tirent fierté « de ne jamais s’être soumis aux Anaza, contrairement aux Walda, Afadla, al-Bu Assaf, al-Mechour et Ghoul (citadins) de Raqqa ». Tandis que les Anaza étaient alliés aux Français, les Jeiss restèrent avec les Ottomans et étaient plus nombreux en Turquie. Leur grand village était Benderkhan. En 1929, Mujhim b. Muheid fut ainsi éloigné par des Jeiss qu’il poursuivit en voiture et parvint à tuer! Les Français ont ensuite bombardé leur campement en représaille. Leurs habitudes guerrières et leur insoumission font que les Jeiss sont considérés par les Bédouins de la confédération des Anaza comme des « kuchar », terme qui désigne les semi-nomades vivant comme des Bédouins nomades.

  • 49 Cette décision fut prise au détriment des commerçants de Raqqa et de Deir ez-Zor pour lesquels les (...)
  • 50 Ibid.
  • 51 « On a confié au conseil une existence légale, dont les membres doivent être désignés par élection. (...)

58Sous le Mandat, les chefs de tribus furent nommés moudir des nahias49. Leur rôle fut de servir d’intermédiaires entre les autorités et leurs tribus, renforçant ainsi leur statut devenu celui « d’agents de liaison entre les autorités syriennes et leurs tribus pour l’application de toutes les mesures administratives »50. En ce qui concernait les villages, des « conseils des anciens » furent créés qui organisaient l’administration des communautés villageoises, « surveillaient l’exercice des servitudes collectives et défendaient les droits du village » 51. En 1942, une étude des villages de sédentarisation le long de l’Euphrate et du Balikh est publiée par le père jésuite Henri Charles. Elle rend compte de l’intense mouvement de création de villages dans le caza de Raqqa.

Tableau 4 : Liste des villages de sédentarisation sur l’Euphrate et le Balikh en 1942

Walda de Jazîra :
Masudiyya, Remmala, Rmeyla, Senn Shams ed-din, Shams ed-din, Tawi, Halawa, Hwesh, Muraybet, Kasra, Hawij Kebir, Hawij Seghir, Moshrefa, Wasta, Sabhar, Safra, Zreijya, Jaabar, Suweida, Gebwaba, Kdeiran.

Walda de Shamia :
Dibsi Faraj, Dibsi Afnan, Gazala, Miezliya, Sahal, Nammala, Waqfa, Hawij Ali, Krein, Ayyad Ali, Ayyad Hammud, Tabqa, Safsafa, Humeida, Hammam, Abu Gbwe.

Afadla sur l’Euphrate :
Kasr Jumra, Kasr Afnan, Kasr Nafa, Ratla, Hleisat, Mashlab, Hamra Ghanam, Hamra Jamasa, Hamra Naser, Hamra, Fatsa Dib, Fatsa Mahmud, Fatsa Ismail, Jedida Khabur, Khas Ajil, Khas Dakkur.

Afadla sur le Balikh :
(rive droite) Tell Sammam, Marj Issa Sebli, Marj Derwish, Marj Abdallah, Hazima, Abbud, Ajfar, Jarwa, Homeima, Rhiyat, Swele, Nakib, Zej, Boga, Mraja ;
(rive gauche) Khnes, Telet Khnes, Galta, Shnina, Boetiya, Helu, Wiyya, Motmassi, Tell Zedan

Sabkha :
Akshershe, Rhabi, Sabkha, Jebli, Zor Sammar, Meshrife, Albu Hamad, Moghla, Khamissiye, Suweida.

(Charles, 1942, La sédentarisation entre Euphrate et Balikh, Paris, 99 p.)

4. Raqqa relais commercial d’Alep en Jazîra

59Tandis que le Mandat favorisait la mise en valeur agricole des vallées de l’Euphrate et du Balikh, la bourgade de Raqqa se développait comme un marché relais d’Alep, tentant de nouer des relations commerciales avec Urfa malgré les barrières douanières. Le Mandat chercha à s’appuyer sur les grands nomades et sur le groupement kurde de Raqqa pour administrer le caza de Raqqa, qui fut coupé d’Alep et rattaché à Deir ez-Zor, au grand dam des citadins raqqawi qui refusaient d’être administrés par des fonctionnaires de Deir ez-Zor.

Raqqa, relais commercial d’Alep en Jazîra

  • 52 Ainsi, Alep assurait, en 1929, 80 % des exportations de toisons vers les États-Unis, soit 40 000 pe (...)
  • 53 SHAT, carton 4H85, BR 19 (16 février 1925).

60Dans les années 1920-1930, Raqqa ne fournissait que des produits bruts de l’élevage à Alep, ville auprès de laquelle elle s’approvisionnait en produits manufacturés et de consommation. Alep assurait la vente du bétail et des peaux sur les marchés internationaux 52. Si les flux de marchandises et de voyageurs se dirigeaient pour une grande part vers Alep, les troupeaux et les flux de contrebande circulaient du nord vers le sud, animés par des commerçants raqqawis, mais aussi soukhniotes. Le tracé de la frontière le long de la voie ferrée Alep-Mossoul avait en effet coupé les relations anciennes de Raqqa avec les villes d’Urfa et de Mardin, distantes de 230 et 250 km, que la contrebande reconstituait. Les tribus kurdes et arabes des environs de Tell Abiad se sont trouvées séparées par cette frontière d’un seul point de vue fiscal, une frontière qui rendait la vente des troupeaux moins rentable. Mais, dès 1925, de nombreux commerçants de Raqqa reprirent leurs déplacements vers Urfa et Birejik pour acheter des céréales anatoliennes et « renouer des relations d’affaires avec les Turcs »53. Les échanges commerciaux se doublèrent d’intenses trafics de contrebande, portant sur l’or, les armes, le pétrole et le sel.

Les revendications administratives des notables raqqawis sous le Mandat

61Dans les années 1920, plusieurs pétitions furent envoyées au Haut-Commissaire à Beyrouth et au Président de la Confédération syrienne par des notables syriens de la vallée de l’Euphrate au sujet des découpages administratifs de la Jazîra. Elles rendent compte des forces en présence et des intérêts respectifs des grandes familles de Raqqa et de Deir ez-Zor vis-à-vis des villes d’Alep et de Damas. Elles constituent la première expression d’une unité citadine face au pouvoir mandataire.

62En 1921, le caza de Raqqa fait partie du vilayet d’Alep. En 1924, il en est détaché pour rejoindre le sandjak de Deir ez-Zor, au grand mécontentement des notables raqqawis ayant des accords financiers avec Alep. Ce mécontentement s’aggrava quand, en janvier 1925, à la demande des notables de Deir ez-Zor, le sandjak de Deir ez-Zor fut détaché du vilayetd’Alep pour être rattaché directement à la Confédération syrienne. La conséquence du rattachement du sandjakde Deir à Damas fut le détachement du caza de Raqqa du vilayet d’Alep. Cela ne convint pas aux notables raqqawis étroitement liés aux grands commerçants alépins. Aussi composèrent-ils, dès janvier 1925, une commission pour le rattachement de leur caza à la wilaya d’Alep. Mais leurs demandes ne furent pas considérées comme opportunes et Raqqa demeura rattachée au sandjak de Deir. Les arguments avancés par les officiers du Mandat portèrent sur la nécessité de ne pas couper la tribu des Bu Chaban en deux, de ne pas associer au sandjak d’Alep des tribus « non mûres pour la sédentarisation » et d’assurer l’autonomie financière de Deir ez-Zor.

63Cinq ans plus tard, en janvier 1930, l’émir Fedaan Mujhim ibn Muheid relança un mouvement de pétition pour rattacher le caza de Raqqa au vilayet d’Alep, en écrivant à plusieurs chefs de tribus et notables du caza. A lire les rapports français, des intérêts personnels de l’émir, liés à la pression exercée sur lui par les grandes familles alépines Moudarres et Jabri, auraient motivé cette requête. Les Ujaily ont soutenu cette demande, ainsi que les chefs Afadla et Sabkha.

« Nous sous-signés habitants du caza de Rakka, composés de chefs de tribus, Bédouins, propriétaires et commerçants, agriculteurs et artisans, avons l’honneur de vous exposer que notre caza qui dépendait du vilayet d’Alep a été rattaché en 1923 à Deir ez-Zor. Cette annexion est préjudiciable à nos intérêts. Détachés du vilayet d’Alep, nous n’espérons aucun progrès pour notre commerce ni pour notre agriculture. »
(Archives Diplomatiques, Nantes, dossier 546-7, pétition de Raqqa, 28 février 1930).

  • 54 Lettre du Délégué du Haut Commissaire de la République Française auprès de l’État de Syrie à Monsie (...)

64Aucune suite ne fut donnée à cette pétition. La raison majeure en fut que les mêmes tribus habitaient le caza de Raqqa et la région de Deir ez-Zor, dans une « région de l’Euphrate » qu’il fallait séparer d’Alep : « Géographiquement et administrativement, le caza de Rakka habité par des semi-nomades, frères de tribu et coutumes de leurs voisins de l’est, fait partie intégrante de la Région de l’Euphrate dont le centre est Deir ez-Zor »54. Il ressort de ces textes mandataires que l’impératif de contrôle des tribus prima sur le développement de l’activité économique dans le caza de Rakka, considéré comme encore très pastoral et à la population pas assez sédentarisée. La sédentarisation des tribus permettait à la fois de s’assurer du contrôle territorial en des frontières fixes et d’augmenter les revenus de l’État par l’imposition.

Une vie politique municipale rythmée par les conflits entre Kurdes et Acharin et arbitrée par les nomades

  • 55 En 1922, Ubeid Agha al‑Kaakaji est nommé président de la municipalité de Raqqa. Les membres de la f (...)
  • 56 Dès 1936, ce sont des chefs nomades qui prennent le relais du mouvement nationaliste dans l’Est syr (...)

65Au cours de la première moitié du xxe siècle, les deux rassemblements kurde et acharin organisaient la vie sociale et politique de Raqqa, et négociaient les postes administratifs avec le Mandat. Les Kaakaji étaient la principale famille du parti kurde, ayant donné plusieurs présidents à la municipalité de Raqqa. Ils étaient pro-mandataires et vivaient de leur rente foncière. Les Ujaily, des Acharin, constituaient l’opposition nationaliste arabe au Mandat et étaient très suspectés par la France. Plusieurs comptes-rendus d’élections municipales et rapports mandataires témoignent de la rivalité de ces deux factions 55. Ce ne fut que lors des élections de 1936 que Mohammed Faraj des Afadla prit sa revanche en devenant député de Raqqa, aux côtés de Muhawich al‑Ujaily et Mujhim Bachir al‑Howeidi des Afadla, parmi 104 nouveaux députés syriens 56. En 1940, à la mort d’Ubeid Agha al‑Kaakaji, c’est son frère, Hassan Agha, qui est élu président de la municipalité de Raqqa. Les Ujaily sont alors encore considérés de manière suspecte. Ce n’est qu’à partir de 1941, une fois l’indépendance acceptée et en cours, que les officiers du Mandat considérèrent les capacités gestionnaires des Ujaily.

Tableau 5 : Nom et origine des députés de la circonscription de Raqqa (1923-1946)

Elections

Noms des députés

Nom de tribu ou de ville

1923

Mujhim ibn Muheid

bédouin Fedaan

1927

Cheikh Soan

Sabkha

1928

Ubeid Kaakaji

Raqqa

1932

Ubeid Kaakaji
Ahmad al‑Khuja

Raqqa
Jarablus

1936

Muhawish al-Ujaily
Mujhim Bachir al‑Howeidi
Mohammed al‑Faraj

Raqqa
Afadla
Wal
da

1943

Mujhim Bachir al‑Howeidi Ahmad al‑Khuja

Barakat Faraj

Afadla
Jarablus
Walda

 (Source : Affach 1988 et archives SHAT)

66L’organisation d’élections par les autorités mandataires fut acceptée au sein de la ville de Raqqa qui comptait quelques notables alphabétisés et liés aux nationalistes lors de la révolte arabe de Faysal, mais elle fut difficilement appliquée dans les campagnes et les steppes. Les officiers du Mandat se heurtèrent à des refus de recensement de la part des tribus et durent se limiter à demander aux autorités administratives locales de fournir des listes électorales numériques au lieu de listes nominatives, tant la tribu demeurait encore importante. Devant les conflits internes qui divisaient Raqqa en deux factions, et qui se manifestaient à l’occasion de la répartition des terres collectives et des fonctions administratives, le Mandat continua de s’appuyer sur les grands nomades Fedaan et Chammar.

67Un rapport de 1940 sur la situation sociale de Raqqa présente une liste des « notables de Raqqa » dans laquelle figure des familles Kurdes et Acharin, mais aussi des Tcherkesses et des Arméniens.

Tableau 6 : Liste des notables de Raqqa en 1940 selon les officiers du Mandat

parti, tribu

Nom

Statut et fonctions

Kurdes

Obeid Agha al-Kaakaji

- Député 1928, président de la Municipalité

Ibrahim al-Kaakaji

- Son frère, propriétaire

Hassan Agha Kaakaji

- Président de la Municipalité en 1940

Ahmed Haji Abdallah

Acharin

Humeidi al-Allouach Ujaily Hammoud Allas Ujaily

Hussein al-Ujaily

- ancien secrétaire de Mujhim

Wahbi al-Ujaily

- ex-secrétaire de Mezoued, député de Rakka nationaliste à la Chambre syrienne.

Pro-Acharin

Omar bey Tcherkess

Fouazi al-Faouaz

- Notaire, ancien greffier du tribunal

autres

Mahmoud al-Soukhné Abdallah al-Uways

Ahmed al-Khodja

- « ancien élève des Pères franciscains d’Alep, ancien mudir de Kherbet er Reuz, député, actuellement caimakam de Zawieh »

Mahmoud Khodja

- « secrétaire de la municialité de Rakka ».

Kheder al-Taldje Antranik

- curé de Raqqa

Raffoul Aro

- « originaire de Mardin »

(Nantes, Fonds Syrie-Liban, série 2133, rapport sur l’organisation sociale de Raqqa, 1940)

68Il y apparaît que les présidents de la municipalité de Raqqa appartiennent au rassemblement des Kurdes ; que les notables du groupe des Acharin sont tous de la famille des Ujaily, qui surent étendre leurs propriétés foncières par le prêt à intérêt et la mise en gage des terres de leurs mandants. Les Tcherkesses sont présentés comme pro-Acharin. Dans cette liste apparaît également le nom d’un commerçant soukhniote, du député Ahmed al‑Khodja, originaire d’Urfa, ainsi que le nom du grand propriétaire alépin arménien Raffoul Aro, qui fut l’un des plus grands investisseurs dans l’agriculture du coton de l’Est syrien dans les années 1940 et 1950.

Le pont de Raqqa… construit par les Anglais

69Dans l’évaluation de l’œuvre du Mandat par les notables raqqawi, le principal reproche qui est adressé tient à ce que les Français n’ont pas construit de pont permettant à la ville de contrôler les traversées du fleuve. Le seul pont suspendu fut construit dans les années 1920 à Deir ez-Zor. Étroit, il ne permettait pas le croisement de deux convois. Plusieurs textes donnent ainsi comme date clef du développement de Raqqa la construction du « pont du courage » sur l’Euphrate par les Anglais, en 1942. Les deux principaux écrivains de Raqqa, Abd al‑Salam al‑Ujaily et Ibrahim Khalil, insistent ainsi sur le rôle fondamental qu’a joué la construction du pont de Raqqa dans l’économie de la région et le développement de la ville. C’est également le cas de Fayez al-Fawaz :

« La construction du pont sur l’Euphrate en 1942 fut l’événement majeur pour l’histoire de Raqqa (nokta assassi), car il a ouvert Raqqa à la Syrie (fataha Raqqa ala Surya). La ville était isolée, elle a été mise en réseau (kanat maazula wa sarat mutasila). Il faut garder à l’esprit que le fleuve était beaucoup plus large avant la construction du barrage. Les habitants de la ville et de la vallée ne se rendaient qu’une à deux fois par an à Alep pour faire des achats essentiels en savon, sucre, riz et vêtements. Le reste était fourni par la production agricole personnelle et l’artisanat local. Précisons que la raison de sa construction ne fut pas économique mais militaire : il permettait aux Alliés de circuler entre Jazîra et Syrie. Raqqa et Tell Abiad étaient avant tout des garnisons »(Fayez al‑Fawaz, juin 2001).


*

70Les puissances ottomane et mandataire ont eu en commun la volonté de contrôler les populations nomades et de maîtriser l’axe de communication de l’Euphrate. Elles menèrent une politique ambiguë, taxant les tribus tout en dotant les grands chefs de terres à faire mettre en valeur par leurs tribus inféodées ; limitant les déplacements transfrontaliers par l’imposition, tout en les escortant. L’idéologie mandataire pro-nomade et la politique des chefs eut des effets sur le développement des latifundia en Jazîra et sur le renforcement économique et politique des tribus nomades jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale (Khalaf 1981, p. 94, Rabo 1986, p. 122). Le Mandat a poursuivi la « politique des chefs » ottomane, du fait d’une vision coloniale qui valorisait les nomades bédouins. Cette politique s’inscrivait dans un projet plus large, souhaité par les autorités militaires de la France, qui visait à créer un « État bédouin » séparé du reste de la Syrie urbaine, et qui isolerait les nomades des citadins des grandes villes d’Alep, Homs et Damas. Dans le même temps, à l’échelle régionale, le Mandat a permis aux semi-nomades moutonniers de s’affranchir des prêteurs citadins d’Alep, Deir ez-Zor et Raqqa en créant des succursales de la Banque agricole. À l’indépendance, Raqqa est une petite ville commerçante placée dans la dépendance économique d’Alep et administrative de Deir ez-Zor.

Notes

1 L’usage de cette catégorisation péjorative sera discuté au chapitre 7.

2 Ce gouvernorat est lié en 1870 à celui de Deir, créé en 1854, pour former un nouveau sandjak couvrant toute la vallée de l’Euphrate et le nord de la Syrie (Lewis 1987, p. 30).

3 En 1879, Lady Blunt écrit que le cheikh des Chammar, Ferhan ibn Sfuk, reçoit du Pacha de Bagdad 3000 £ par an. « Pour cela, il s’est engagé à maintenir sa tribu calme et à les inciter à se sédentariser comme paysans dans la vallée du Tigre, donnant lui-même l’exemple en vivant à Chergat, un lieu situé à 60 miles au sud de Mossoul » (Blunt 1879, p.98).

4 « Midhet Pacha avait entrepris de remettre en culture et en valeur les terrains si fertiles de la rive droite de l’Euphrate où les Arabes Anezeh régnaient en maîtres. Il fit venir des colons et bâtir des villages, chacun avec des logements et une tour de veille pour un poste de gendarmerie. Au moindre danger, un pavillon le jour, un fanal la nuit, appelait au secours et les postes voisins accouraient sur le lieu menacé » (Perthuis 1866, p. 242).

5 C’est cette voie ferrée qui servit de frontière entre la Syrie et la Turquie en 1920. Dans le bec de canard, c’est-à-dire la pointe nord-est de la Syrie, la frontière suit une voie romaine décrite par la table de Peutinger. Il y eut des redécoupages ultérieurs jusqu’au traité d’Ankara de 1930.

6 En plus des terres d’État, on distinguait les terres de propriété privée, mulk, et les terres associées à l’entretien d’un bâtiment religieux, de mainmorte, waqfs.

7 “ Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, 20 000 tentes de Anaza vinrent renforcer la vague des premiers immigrés, repoussant ainsi les Chammâr vers les frontières syro-irakiennes ” (Deheuwels, 1979 : 21).

8 Les familles aristocratiques des Fedaan s’étaient réparties entre elles le droit de khuwwa sur les Walda et les Afadla. Khalil ibn Hatchem al-Muheid collectait la khuwwa sur les Walda de Jazîra ; Mujhim ibn Muheid sur les Walda de Chamia ; Ibn Qisheish (Khrossa Fedan) sur les Afadla du sud-est de Raqqa ; et Hachem al‑Mujhim sur les Afadla du Balikh (Khalaf 1981, p. 52).

9 Censés être originaires du Yémen, avec pour ancêtre mythique Zubeid, ils seraient arrivés dans les années 1650 en Jazîra (entretiens avec Chlach Afadla, février 1997).

10 La sibât est “ une murette ajourée sur laquelle des fascines supportent un toit de branchages non dépouillés de leurs feuilles. Le sol et ces murailles de branches sont fréquemment aspergés d’eau et l’air qui circule en est littéralement conditionné ” (Charles 1942, p. 40).

11 Lire à ce sujet Pascual 1980, p. 36-37.

12 Je tiens à remercier Stefan H. Winter de l’Université de Montréal (Québec) pour la traduction de ces documents.

13 La fonction du mukhtar a été établie par la loi ottomane des vilayets de 1864 selon laquelle chaque groupe de personnes dans un village devait élire deux mukhtar, ou un seul pour un groupe de moins de vingt personnes, ce groupe pouvant être un clan (hamûla), comme ce fut par la suite l’usage (Baer G., 1982, Fellah and Townsman in the Middle East. Studies in Social History, Londres, Frank Cass, p. 111).

14 Le yézidisme est une religion zoroastrienne très ancienne, pratiquée essentiellement par des Kurdes, et qui est très mal aimée de la part des musulmans qui la traitent d’adoration du Diable. Les poches de peuplement kurde yézidi apparaissent sur la carte des appartenances confessionnelles de Syrie élaborée sous le Mandat et reprise par Eugen Wirth en 1967.

15 Quelques intellectuels issus des anciennes familles de la ville dépeignent les Kurdes comme des étrangers à la ville, « installés là par le gouvernement » dans le but de modifier la composition de la population urbaine pour mieux la contrôler. Ces propos, entendus à plusieurs reprises dans l’ensemble des critiques portées contre le gouvernement, sont d’autant plus étonnants que la moitié des premières familles de la ville sont dénommées “les Kurdes”, comme nous allons le voir.

16 « La Haute Jazîra est une zone de transhumance disputée traditionnellement entre les tribus arabes chamelières des Chammar, Tay et Beggara, et les tribus kurdes semi-nomades moutonnières des Milli, Dakkori et Haverkan qui descendent des montagnes de l’Anti-Taurus et du lac de Van » (Seurat 1980, p. 103).

17 Les Kurdes de Syrie ont été estimés en 1996 à 8,5 % de la population, soit 1,3 million de personnes (Van Dam 1996, p.4). En 1980, sur 600 000 Kurdes syriens, 300 000 vivaient dans le gouvernorat de Hassaka qui comptait alors 450 000 habitants (Seurat 1980, p. 103 ).

18 Raqqa connut en effet son heure de gloire sous les Abbassides qui y construisirent une capitale éphémère : Rafiqa, dont subsiste une enceinte de 5 km de long, bâtie sur le modèle de la ville ronde de Bagdad par le calife Al-Mansûr (Meinecke 1995).

19 Une description des premières tentes dressées dans les ruines de Rafiqa est fournie par la voyageuse anglaise Lady Anna Blunt en 1879 : « Nous arrivâmes en vue de Raqqa, le seul lieu habité depuis Jaboul. De loin, nous crûmes que c’était une grande ville, et en effet elle le fut autrefois ; mais aujourd’hui elle ne compte qu’une demi-douzaine de maisons habitées. Elle s’étend sur la rive opposée du fleuve, en Mésopotamie, et doit être atteinte par un ferry situé à deux miles en aval. L’Euphrate a là environ un quart de mile de large et chaque rive est en pente douce. (…) Seuls les murs de la ville sont encore debouts avec deux portes dans ce que l’on nomme le style mauresque, c’est-à-dire qu’elles sont construites en briques, travaillées en une arche en fer à cheval. Nous fûmes déçus de ne trouver aucune maison dans l’enceinte, seulement quelques tentes. Quelques champs sont cultivés, et nous rencontrâmes quelques Arabes, hommes et femmes, qui se rendaient au ferry. Les premiers, pensais-je, étaient très beaux, les traits réguliers, les dents d’un blanc éclatant. Les femmes, qui poussaient devant elles des ânes chargés de petit bois qui de loin ressemblaient à des porc-épics, s’arrêtèrent pour nous demander des nouvelles de la guerre : “Le Sultan est-il victorieux ?” Nous répondîmes : “chway” (un peu) et nous éclatâmes de rire. Le fait est qu’il y a peu d’amour entre les Arabes et les Turcs. Le kaimakam nous reçut avec beaucoup de formalité, les tasses de café traditionnelles et un narguileh » (Blunt 1879, p. 81).

20 Les deux familles Ujaily et Blebil seraient parentes de 14 générations (Deheuwels 1979).

21 Le mot arabe a donné le terme de goule en français, terme qui désigne un vampire femelle.

22 « Un accord est intervenu entre les Chagharat et les Bu Assaf, tribus semi‑sédentaires appartenant aux Afadla, et le nouveau groupement aux termes duquel un terrain fut cédé à ces derniers – aux dires d’un mullah centenaire - contre 40 paires de bottes et 40 abayas (manteaux bédouins) » (Deheuwels 1979, p. 41).

23 « Nous fûmes à Raqqa du 26 au 30 novembre (1910), et nous logeâmes dans le khân de la compagnie de réglisse, le plus grand bâtiment privé du village. Raqqa d’aujourd’hui est une ville moderne ; celle que Sachau décrouvrit en 1879 ne comptait qu’une douzaine de maisons et à peine cent âmes. La ville a de nos jours le konak d’un directeur, le siège d’un qadi, une mosquée, une station de poste et télégraphe, un petit bazar, un café et le camp de la compagnie de réglisse. Les habitants vivent de la vente de pacotille avec les Bédouins, de la compagnie de réglisse et récemment de la vente d’antiquités. »(Herzfeld 1911, p. 156).

24 Entretiens réalisés au printemps 1997 auprès de deux chefs de la communauté.

25 Celui-ci me précise qu’à l’origine, les Tawadifa se répartissaient en quatre tribus. Les Qaysin (Qays ibn Nilan) venus du Yémen au xviiie siècle, installés aux confins de la Turquie et de la Syrie. Le grand-père de celui qui me fournit ces informations, était ainsi né à Ourfa. Les Abu Khamis, les Tays et les Beni Khaled ou Beni Maghzoum (Afadla) constituaient les familles originaires de Tadef.

26 Les premiers sont arrivés à Raqqa vers 1920 sous la conduite de leur chef, le cheikh Fawwaz : « Ils ont habité au début avec les Acharin et se sont intégrés par mariage à la famille Ujaily. Lorsque toute une partie des Tcherkesses a quitté Raqqa, les Bayatirah ont racheté leurs terres et leurs habitations, et s’y sont installés »(Deheuwels 1979, p. 47). Les Bou Saraya s’étaient déjà sédentarisés à Deir ez-Zor. Ils vinrent nombreux à Raqqa s’engager comme main-d’œuvre saisonnière dans les années 1950, pour la récolte du coton.

27 Mais malgré tout, les nomades de Syrie ne bénéficient pas de la même considération que les grands Touaregs d’Algérie : « D’une façon générale, notre politique avec les Bédouins doit tendre à les “ sédentariser ”. Sans entrer en lutte avec les chefs existants, ne pas perdre de vue qu’ils ne sont en rien comparables aux chefs algériens et marocains et sont en réalité des chefs de rezzous. Nous n’avons pas intérêt à les grandir ni à grouper sous des commandements importants les fractions diverses. Bien au contraire, le but auquel il nous faut tendre est de les faire entrer progressivement dans le droit commun. Les Anézés et leurs alliés constituent le groupement principal avec lequel l’officier de renseignements de Rakka aura de fréquentes relations ». (Nantes, fonds Syrie-Liban, série 546 : 7, Instructions pour l’officier des Services de Renseignements de Rakka, 6-12-1921, signées De Lamothe). La comparaison est d’autant plus intéressante que les officiers avaient souvent eu une expérience en Algérie, et que la Syrie est comparée à une « Algérie asiatique » dans le Nouvel Atlas Larousse de 1924. On lit ainsi : « Rénovée par l’administration européenne, la Syrie pourra devenir une « Algérie asiatique », grand centre économique méditerranéen et pays de contact et de pénétration entre l’Europe et l’Islam », in Nouvel Atlas, Paris, Larousse, p. 246, (Khader 1984, p. 114).

28 L’organisation d’élections par les autorités mandataires fut acceptée au sein de la ville de Raqqa qui comptait quelques notables alphabétisés et liés aux nationalistes au moment de la révolution arabe de Faysal, mais elle fut difficilement appliquée dans les campagnes et les steppes. Les officiers du Mandat se heurtèrent à des refus de recensement de la part des tribus et durent se limiter à demander aux autorités administratives locales de fournir des listes électorales numériques au lieu de listes nominatives, tant la structure tribale demeurait importante en dépit de la sédentarisation. « Avoir un représentant est pour eux une chose que nous ne pouvons arriver encore à leur faire comprendre. La tribu ne comprend que son chef et n’obéit qu’à lui » (SHAT, 4H85, BR 20 (17-18 fév. 1925).

29 SHAT, carton 4H100, BR 14 (6-3-29).

30 Les agriculteurs de la vallée du Balikh étaient ainsi menacés par les incursions des Fedaan Khorsa de la fraction d’Abdul Razzak al‑Omayer, qui ne reconnaissaient plus l’autorité de leur chef (Source : SHAT, carton 4H85, BR - bulletin de renseignement - n° 69, 10-13 juillet 1925).

31 En 1933, on compte 86 voitures attaquées sur les routes syriennes, pour 7 morts et 18 blessés. En 1934, le chiffre s’élève à 28 agressions, dont 8 dans la vallée de l’Euphrate, 17 dans les territoires du nord de la Syrie (Alep, Alexandrette), 2 au Liban et 1 dans le sud de la Syrie ; soit 41 voitures attaquées, 2 morts et 5 blessés. (Source : SHAT, 7N1047 supp., BH1, 4 janvier 1935).

32 « Avant 1930, en effet, le désert restait encore houleux ici ou là (…). Pour combattre ces expéditions de pillage, fréquentes dans l’arrière-pays encore houleux, notamment du côté kurde, il fallait laisser se monter, avec les Fedaan ou les Afadlé, des contre-rezzous allant appliquer sur les coupables la loi sémitique du talion ; mais il en résultait une atmosphère d’agitation chronique qui favorisait l’aggravation des rivalités entre les tribus et, dans ce secteur, celle qui était latente entre les chameliers et les moutonniers parfois encore victimes de leurs exactions » (Charles 1942, p. 81).

33 Au printemps 1933, le Mandat doit distribuer des vivres et la misère est si grande que les Bédouins bradent leurs animaux et menacent les villages : « 104 villages de Jézireh et du caza de Jerablous ont été désertés par les paysans... Si grande est la misère des Bédouins que pour se procurer du pain, ils vendent leurs animaux au prix de quelques sous. À Jerablous, les moutons sont vendus à un demi méjidié, le chameau à un méjidié, le bœuf à 1 et demi ». (SHAT, revue Asie Française n° 307, février 1933, citée par Lacaze, 1987).

34 SHAT, carton, 4H107, Bulletin mensuel de décembre 1921 (Alep, 18 janvier 1922).

35 Ceci est basé sur des entretiens conduits en été 2001 avec la cheikha Fouza bint Mujhem al‑Muheid, mariée en deuxième noce à Faysal al‑Howeidi des Afadla ; et avec deux cheikhs de la tribu des Dana Majed, des Fedaan Khorsa, installés dans la zone d’extension nord de Raqqa, mais qui possèdent des maisons et des tentes dans les environs de Slouk, où ils se rendent pour l’élevage du mouton et à l’occasion des fêtes de mariage, notamment.

36 Khalaf 1981, p. 140 : note 7 : « On dit à Hawi al‑Hawa que les villages de Tall al‑Saman et Marj ont été appropriés injustement par Nuri, alors qu’ils appartenaient aux Musa ad Daher des Afadla ».

37 Un rapport mandataire relève ainsi en 1943 : “ Il est à noter que les autorités ont toujours été dupées dans leurs tentatives de sédentarisation : tous les terrains domaniaux cultivables mis à la disposition des tribus ont évidemment été acceptés avec bonne grâce par les chefs, mais il a bien fallu se rendre compte que ces derniers y ont installé, pour leur propre compte, des domestiques sédentaires et non des nomades. Du reste le Bédouin ne saurait s’adapter à la vie sédentaire, il aime son métier et s’honore de ne pas être un fellah. Soyons persuadés que les nomades demeurent dans l’État syrien aussi utiles que les sédentaires, qu’ils ne disparaissent pas et que leur sédentarisation totale présenterait beaucoup plus d’inconvénients que d’avantages” (Les tribus nomades de l’État de Syrie, Délégation générale de la France combattante au Levant, Inspection des mouvances bédouines de Syrie, Lettres Françaises, Beyrouth, mars 1943).

38 Ainsi les Fedaan Wald, ne pouvant acheter de terres, s’installèrent sur les terres de Mujhim, de Dahim Khalil et d’Ismail, fils de Hajim ibn Muheid (Archives Diplomatiques de Nantes, fonds Syrie-Liban, série 2133, « Organisation sociale du caza de Rakka », 1942). 

39 “ Les terres des cheikhs Muheid des Fedaan se situent dans les gouvernorat de Raqqa et d’Alep, ainsi qu’au village Al‑Tarak près de Damas. Dans le gouvernorat de Raqqa, elles sont réparties entre l’est : (Khreissa, Touazit Al‑Zajra, Al‑Thour, Zaidi, Qantari, Ghazli, Jdara) et l’Ouest (Jib Cherid, Ain Issa, Oumeilah, Thamria, Khaldia, Hiche, Tell Smane, Kneiz Thaleth, Marj). Ce dernier village est à Noury (son frère). Dans le gouvernorat d Alep il s’agit : des terres de Sfira et Al‑Hass près d’Alep (qui appartenaient à Jedran et Mujhem), de Meskene, Ouminal, Raida, Malah, Jara, Serdah, Hazem al‑Sir, Al‑Ganawia, Zabad, Bandoura et du Jabal Chbeit, à l’est des salines de Jaboul ” (Entretien avec la cheikha Fouza bint Mujhem Al‑Muheid à Machlab en juin 2001).

40 Il est célèbre pour l’État bédouin qu’il instaura à Raqqa en 1920 et 1921, comme on le verra dans le chapitre 7, en deuxième partie.

41 SHAT, carton 4H 100, BR n° 60 (25-7-28).

42 La seconde réforme de 1934 se fonda sur le dénombrement des troupeaux et non plus sur un forfait.

43 SHAT, Armée du Levant, carton 4H85, BR n° 152 ( 20-22 déc. 24).

44 « En janvier 1925, les prêts de la Banque agricole de Raqqa pour la période de septembre 1924 à janvier 1925 sont de 997 270 LS, et 314 000 LS non encore versées, soit 1 311 270 piastres syriennes », SHAT, carton 4H85, BR n° 3 (6-7 janvier 1925).

45 Nantes, série 546, dossier 7, cabinet politique.

46 Cf note 10.

47 Il y distingue trois groupements : Al‑Chebel entre Jessere et Sabkha, Bariateh dans la vallée du Balikh, Moussa al‑Dhaher entre Sabkha et Raqqa (Müller 1937).

48 Leur nom signifie “ célèbres ”, car ils ont délivré les Tayy dans une guerre contre les Mawali (Charles 1942, p. 49).

49 Cette décision fut prise au détriment des commerçants de Raqqa et de Deir ez-Zor pour lesquels les moudir récupéraient auprès des tribus les dettes qu’ils avaient contractées chez les commerçants. [SHAT, Armée du Levant, carton 4 H 100 : Bulletin semestriel de Deir ez-Zor (juin–août 1923). La nahia est l’équivalent d’un canton].

50 Ibid.

51 « On a confié au conseil une existence légale, dont les membres doivent être désignés par élection. En fait, suivant la coutume, la réunion des Anciens n’est qu’un conseil d’administration qui délègue l’un de ses membres pour exécuter les décisions prises. Le syndic (mukhtâr) n’est souvent qu’un paysan comme ses voisins et n’a d’autre autorité que celle qui lui est conférée. Dans les terroirs mouchâ` il fixe, à chaque distribution des terres, les limites des parcelles, il fait respecter les assolements obligatoires prévus et les dates de récolte, il reçoit les membres du gouvernement. Ce syndic bénéficie lui aussi d’une existence officielle ; nommé par le gouvernement, il est devenu son agent d’exécution au village. Mais, comme le chef de l’État désigne l’homme qu’on lui propose, les influences locales jouent avec ardeur » (Latron 1936, p. 226).

52 Ainsi, Alep assurait, en 1929, 80 % des exportations de toisons vers les États-Unis, soit 40 000 peaux venues de Jazîra et du reste de la Syrie. Mais, dans le contexte de crise économique mondiale, les États-Unis signèrent un accord avec l’Australie pour l’achat des toisons, ce qui conduisit à la fermeture du marché de la laine d’Alep pendant quelques mois (SHAT, mai 1930, dossier 1, n°32).

53 SHAT, carton 4H85, BR 19 (16 février 1925).

54 Lettre du Délégué du Haut Commissaire de la République Française auprès de l’État de Syrie à Monsieur le Haut Commissaire, Damas, 5 mai 1930. (Nantes, série 546-7).

55 En 1922, Ubeid Agha al‑Kaakaji est nommé président de la municipalité de Raqqa. Les membres de la famille Ujaily tentèrent en vain d’obtenir des postes administratifs. En décembre 1923, lors des opérations électorales pour le renouvellement par moitié du Conseil Municipal de Rakka, les deux partis en présence sont ceux des Kaakaji et des Ujaily. Aux élections de 1928, Ubeid Agha al‑Kaakaji fut de nouveau élu président de la municipalité, au second tour (33 voix sur 61 électeurs), devant Mohammed al‑Faraj des Walda (19 voix), le cheikh Soan des Sabkha (9 voix), le cheikh Fawzi al-Fawaz et Ahmed Kadri al-Ujaily ayant été éliminés. Lors des élections législatives de 1932, les deux députés élus pour Raqqa sont Hamad al-Khuja et Ubeid Kaakaji, qui est réélu (Affach, 1988, p. 26).

56 Dès 1936, ce sont des chefs nomades qui prennent le relais du mouvement nationaliste dans l’Est syrien. En mai 1936, alors que la France vient de signer un accord d’autonomie avec la Syrie, les mohafazats de l’Euphrate et de Jazîra sont le lieu de tractations entre le mouvement autonomiste kurde et chrétien et les nationalistes soutenus par les notables urbains de Deir ez-Zor et Raqqa. Leur leader est Dahem al-Hadi, chef de la tribu des Chammar Khorsa, qui s’efforce de rallier les tribus arabes nomades et semi-sédentaires du Nord-Est syrien. Les fonctionnaires du caza, originaires d’Alep et de Deir ez-Zor, appartiennent au Bloc nationaliste (SHAT, carton 7N1047, BH 18, Beyrouth, 24 avril-1er mai 1936).

List of illustrations

Title Figure 3 : Les étapes de sédentarisation au Moyen-Orient et en Syrie.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-1.png
File image/png, 96k
Title Figure 4 : Les principales tribus nomades de Syrie et leurs aires de parcours en 1943.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-2.png
File image/png, 123k
Title Figure 5 : Une sîbat cabane des semi-nomades de l’Euphrate.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-3.png
File image/png, 133k
Title Figure 6 : Les limites administratives du caza de Rappa en 1891.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-4.png
File image/png, 66k
Title Figure 7 : Les limites du caza de Raqqa et les tribus kurdes de Syrie en 1938 d’après P. Rondot.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-5.png
File image/png, 147k
Title Figure 8 : Raqqa en 1911.
Credits (cliché Armée du Levant, Photothèque Ifpo (ex‑IFAPO) 22737 II b)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-6.png
File image/png, 465k
Title Planche 2 : Vue aérienne de Raqqa et de son enceinte abbasside (vue prise vers le sud-est, le 16-6-1936).
Credits (cliché Armée du Levant, Photothèque Ifpo (ex‑IFAPO) 22720 II b)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-7.jpg
File image/jpeg, 236k
Title Planche 3 : Vue aérienne de Raqqa et de son enceinte abbasside (vue prise vers le nord-ouest, le 16-6-1936).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-8.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Figure 9 : Les États du Levant en 1925.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-9.png
File image/png, 66k
Title Figure 10 : Localisation des villages de sédentarisation dans le caza de Raqqa en 1942
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1294/img-10.png
File image/png, 176k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

Loading

Unavailable