Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Introduction

Texte intégral

« Dans les temps anciens, Raqqa a été la résidence d’été du calife abbasside Haroun al-Rachid, mais son histoire moderne fut peu notoire et en 1960 ce n’était qu’une agglomération mal dégrossie de 13 000 habitants.
La construction du barrage la fit croître en une ville moderne de 150 000 habitants dans les années 1980, plus variée dans sa composition et plus libre dans son tempérament que nulle part ailleurs en Syrie »
(Seale 1988, p. 446).

« Il conviendrait non pas seulement d’étudier l’histoire d’un espace, mais celle des représentations, ainsi que celle de leurs liens entre elles, avec la pratique, avec l’idéologie. Une telle histoire comporterait donc la genèse de ces espaces, mais surtout de leurs connexions, distorsions, déplacements, interférences et de leurs liens avec la pratique spatiale des sociétés » (Lefevbre 1974).

  • 1 Ancienne capitale de l’empire abbasside (796-808), Raqqa fut rasée lors des invasions mongoles du x (...)
  • 2 Voir chapitre 5.

1« Visite Raqqa une fois, plutôt que d’en entendre parler mille fois ! ». Cette injonction attribuée au gouverneur de Raqqa en 1990 est devenue le leitmotiv d’une communication destinée à célébrer le renouveau baathiste d’une ville qui fut la capitale éphémère du calife abbasside Haroun al-Rachid, héros des mille et une nuits 1. La ville contemporaine de Raqqa est ainsi confrontée à son image poétique métahistorique de « plus belle résidence au monde » (avec Damas, Samarkand et Rayy, près de Téhéran) et de première « capitale » arabe, le terme âsima ayant été utilisé pour les forteresses construites par le calife abbasside le long de l’Euphrate 2. Pourtant, en dépit d’une image littéraire élogieuse et de vestiges archéologiques importants, Raqqa, en premier lieu, rebute. Trop de boue couvre ses rues encore peu asphaltées, trop de foule encombre ses rues commerçantes et ses marchés, trop de bétail la traverse encore. Elle est pourtant fascinante par la complexité des relations sociales qui s’y nouent entre anciens citadins, membres des tribus semi-nomades, bédouins sédentarisés et parfois diplômés, ingénieurs venus des quatre coins du pays, commerçants de Jazîra, investisseurs alépins et militants de tout bord. Elle constitue un poste idéal d’observation des mutations et des contradictions de la Syrie contemporaine et d’analyse de ses politiques de développement du fait de l’ampleur des bouleversements qu’elle a connu en tant que centre administratif du Projet de l’Euphrate à partir des années 1970 et que terre d’investissement privé depuis 2000.

De ville de front pionnier agricole à la vitrine du développement baathiste

  • 3 Littéralement l’île entre le Tigre et l’Euphrate. Raqqa constitue, avec Deir ez-Zor et Hassaka, l’u (...)
  • 4 Le front pionnier est une aire de mise en valeur des ressources agricoles ou minières d’un espace p (...)
  • 5 Étudiées au chapitre 2.

2Ancienne ville de garnison ottomane sur l’Euphrate, située au contact du désert de Syrie et des plaines de la Jazîra 3, à 200 km d’Alep et 600 km de Damas, Raqqa est devenue au cours du xxe siècle une ville de front pionnier 4 agricole, bientôt transformée en vitrine du développement socialiste baathiste. Les prémices d’une agriculture rationnelle apparaissent sous le Mandat qui favorise les prêts agricoles et encourage la sédentarisation. Mais c’est à l’indépendance que se produit son premier essor économique, lors de la « ruée vers l’or blanc » du coton qui poussa des milliers d’entrepreneurs alépins, raqqawis et deirî (de Deir ez-Zor) à étendre les périmètres irrigués sur les plateaux de l’Euphrate au moyen de moto-pompes. La décennie des années cinquante, temps de l’enrichissement des propriétaires, moyens et grands, et de la surexploitation des terres, fut suivie du temps des réformes agraires (1958, 1963 et 1966) faiblement appliquées dans ces terres latifundiaires pour des raisons politiques 5.

3La véritable métamorphose du gouvernorat de Raqqa résulte de sa promotion au milieu des années 1960 au rang de centre administratif du principal projet de développement de la Syrie baathiste : le Projet de l’Euphrate. Ce projet, qui comprenait la construction de trois barrages sur l’Euphrate, d’une ville nouvelle (Thawra), de quinze fermes d’État, a capté pendant vingt ans le quart du budget national. Il visait au doublement des superficies irriguées syriennes et au contrôle de ressources en eau stratégiques, disputées entre la Turquie et l’Irak. Il fut conçu comme une œuvre politique destinée à poser des bases socialistes aux rapports sociaux et de production dans une région tenue par de grands propriétaires latifundiaires et des entrepreneurs alépins. La construction du grand barrage et la mise en œuvre du Projet de l’Euphrate ont draîné vers le gouvernorat de Raqqa des milliers d’ouvriers, de fonctionnaires et de paysans tout au long des années 1970. Cette mise en valeur des potentialités agricoles d’un espace jusqu’alors peu peuplé, réalisée en un court laps de temps par des groupes sociaux majoritairement exogènes, a fait de l’Est syrien un front pionnier agricole comparé par les citadins de Raqqa à la Californie du temps de la ruée vers l’or. À la population locale, constituée de tribus arabes et kurdes semi-nomades sédentarisées dans les années 1940-1950 et de citadins issus de ces mêmes tribus, se sont ajoutés des ingénieurs venus des grandes villes syriennes, mais aussi des pays de l’Est alors dans l’orbite soviétique (Roumanie, Tchécoslovaquie, Ukraine) qui ont introduit de nouveaux types de citadinités et de pratiques sociales à Raqqa.

4À partir de la révolution baathiste de 1963, la Jazîra fut essentielle à la constitution du régime baathiste qui y a recruté de très nombreux cadres tandis que la montagne alaouite en fournissait les dirigeants (Drysdale 1977 ; Picard 1985 ; Batatu 1999 ; Droz-Vincent 1999). La mise en œuvre du Projet de l’Euphrate a contribué à faire du gouvernorat de Raqqa un lieu d’expérimentation de formes de production et d’organisation socialistes au cours des années 1970 et 1980 sous la forme de coopératives de production, d’unions professionnelles et de fermes d’État. Le double essor administratif et démographique de Raqqa a profondément modifié les rapports de pouvoir entre les membres des anciennes familles citadines, les fonctionnaires issus des anciennes tribus semi-nomades, et les groupes de migrants nouvellement installés dans la ville. Une véritable revanche sociale s’est produite au profit de petits propriétaires devenus membres du Parti Baath, qui ont eu accès aux principaux postes administratifs du gouvernorat, au détriment des citadins raqqawiset des grands propriétaires qui avaient auparavant le monopole des emplois publics. Mais dès les années 1980, des réformes du système doivent être entreprises devant la chute de la production et la gabegie généralisée. L’une des premières réformes entreprises par le nouveau président Bachar al-Assad en décembre 2000 a consisté à démanteler l’intégralité des fermes d’État syriennes. Parallèlement, de nouvelles lois sur l’investissement ont permis de lancer un secteur agro-alimentaire privé en Jazîra depuis 2003.

Réformes économiques et maintien des structures baathistes

5L’aménagement du territoire national et l’encadrement de la société entrepris par les régimes baathistes qui se sont succédés en Syrie depuis 1963 ont été justifiés par d’abondantes productions discursives inspirées d’une idéologie baathiste protéiforme. Alors que la Syrie évoluait, prônant une ouverture libérale à partir de 1970 et l’appliquant réellement dans les années 1990, délaissant les objectifs d’unité arabe pour se replier sur le contrôle du Liban à partir de 1982, la production idéologique ne variait pas, et des décalages criants se faisaient jour entre les réalisations politiques et leurs publicisations. Dans son discours inaugural de juillet 2000, le nouveau président Bachar al-Assad, tout en appelant de ses vœux une nouvelle politique économique, rappela clairement que le parti Baath conserverait la première place dans le système politique. Mais les décalages entre discours politiques et réalisations des projets d’aménagement témoignent avant tout du pragmatisme et de l’habileté des régimes syriens de Hafez puis Bachar al-Assad, soucieux de maintenir des structures unifiées d’encadrement de la population, tout en sachant parfaitement les adapter aux réalités sociales de chaque région.

6Dix ans après la mort du président Hafez al-Assad, survenue le 10 juin 2000, le nouveau régime syrien se maintient, au sein d’un environnement régional en crise grave à la suite de la rupture du processus de paix israélo-palestinien, de la guerre en Irak et de la déstabilisation politique du Liban (assassinat de Rafic Hariri le 14 février 2005, guerre d’août 2006). Le président Bachar al-Assad a entrepris de grandes réformes sur le plan de la libéralisation de l’économie. L’ouverture économique est symbolisée par la création de banques privées (autorisées en janvier 2001, ouvertes en 2003) et de la Bourse inaugurée en mai 2009. Un grand remaniement ministériel et politique a eu lieu en 2001, qui a conduit à la nomination de nombreux nouveaux ministres et au remplacement de la quasi-totalité des gouverneurs et secrétaires généraux du parti Baath dans les provinces. Enfin, le renouvellement du Parlement de mars 2003 s’est traduit par la prise de fonction de deux tiers de nouveaux députés (178 sur 250). Pourtant, si la vieille garde de Hafez al-Assad a été en partie remplacée, les structures de pouvoir et de contrôle de la société n’ont guère changé.

7Une transition sans révolution vers un système économique plus libéral se produit depuis 2000. Des zones franches ont été créées, de nouvelles compagnies étrangères autorisées à investir dans l’exploitation des matières premières - notamment des hydrocarbures - , et la privatisation des fermes d’État décrétée dans tout le pays en décembre 2000, mettant fin à l’un des symboles de la réforme agraire socialiste. Néanmoins, les principaux secteurs de l’activité économique restent sous le contrôle de l’État, qu’il s’agisse de la production agricole ou industrielle. L’État veille toujours à maintenir une autosuffisance alimentaire et industrielle en prévision d’un conflit armé régional impliquant la Syrie. La contrepartie positive de cette mainmise de l’État sur les secteurs clefs de l’économie est la capacité de la Syrie d’appliquer une politique économique largement indépendante des pressions internationales ; notamment de subventionner fortement son agriculture, qui assure le tiers du PIB et emploie le quart de la population active dans un pays encore rural à 40 %. La Syrie est l’un des rares pays au monde qui ne soit pas endetté : elle ne donne ainsi aucune prise aux pressions libérales internationales de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, qui influent fortement l’économie de tous ses voisins, Liban, Turquie, Jordanie, Palestine.

8Pourtant, en dépit de cette ouverture économique, la Syrie de Bachar al-Assad, continue de s’affirmer comme socialiste et baathiste. Les structures d’encadrement de la société, coopératives et unions, diffusent toujours les topiques du développement baathiste dans leurs brochures et sur leurs murs. Festivités politiques et culturelles continuent d’être organisées dans un pays dont le niveau de vie des fonctionnaires est toujours aussi bas, en dépit de l’augmentation générale des traitements, et dont les citoyens sont fatigués de la corruption générale. Un décalage croissant s’opère ainsi entre le rappel des idéaux du Baath et la timide ouverture économique (infitah) initiée par la loi n°10 sur les investissements de 1991. Il se manifeste notamment dans le front pionnier agricole de l’Est syrien où centres culturels et bureaux régionaux du Baath, mais également intellectuels et écrivains, diffusent encore en 2007 des images et des représentations du barrage sur l’Euphrate et du “progrès civilisationnel permis par la maîtrise de ses eaux”.

9Partant du triple constat des déséquilibres infrastructurels entre les régions syriennes, de la permanence des formes d’encadrement de la société instituées à partir de 1963 et de l’abondance de discours diffusés par divers groupes sociaux sur la réussite économique et sociale du parti Baath, ma recherche est née de l’interrogation suivante : dans quelle mesure l’idéologie baathiste s’est-elle traduite dans l’aménagement de l’espace et l’encadrement de la société en Jazîra ? Mon hypothèse était que la réussite de l’aménagement de cette ancienne marge du territoire est moins à évaluer à l’aune de l’augmentation de la production agricole, qu’à celle de la transformation des structures spatiales et du bouleversement des systèmes de référence identitaire et d’allégeances politiques dans une région où le fait tribal est dominant.

10Dans ce livre, j’aborde les territoires de la ville de Raqqa par le prisme des idéologies des groupes sociaux qui les ont successivement aménagés et pensés. J’explore les stratégies et les formes de constructions territoriales réalisées par l’État syrien en Jazîra, les recompositions sociales qui s’en sont suivies, ainsi que leur justification discursive. L’objectif de ma recherche est de coupler l’étude des modifications sociales et spatiales dues au projet socialiste étatique à celle des systèmes de références identitaires offerts aux citoyens syriens ou produits par ces derniers. J’identifie pour cela les groupes sociaux dominants, anciens et nouveaux ; leurs stratégies de reproduction matérielle et discursive, leurs pratiques sociales et les territoires dans lesquels ils s’inscrivent.

Raqqa abbasside et baathiste

11Depuis la révolution baathiste, Raqqa est l’objet d’une politique de rénovation de son patrimoine arabe et d’une politique culturelle active valorisant ses “deux âges d’or”, abbasside et baathiste. Son étude présente un triple intérêt. Elle illustre l’aménagement urbain volontaire réalisé par l’État d’un pays en voie de développement, avec ses quartiers nouveaux et le déplacement de fonctionnaires depuis les autres villes syriennes. Elle est exemplaire d’une politique d’élaboration d’un patrimoine arabe magnifié, avec la restauration de l’enceinte abbasside en briques de cinq kilomètres de long et l’organisation d’un colloque international d’histoire consacré à la ville en 1981. L’étude de Raqqa souligne la dialectique entre appartenance tribale et identité citadine du fait de la présence de groupes ayant des pratiques urbaines très différentes, anciens semi-nomades sédentarisés au début du xxe siècle, ruraux récemment installés, commerçants issus de petites villes du gouvernorat d’Alep, et enfin fonctionnaires citadins. Le territoire de Raqqa est par ailleurs le support de constructions identitaires opposées : de la part de l’État qui valorise les éléments du passé de cette ancienne capitale califale de l’empire abbasside, et de la part des notables qui se sont construits une autre image de leur ville, ancrée dans leur mémoire, leur permettant de se présenter comme des gens de tribus.

Discours et territoires comme objets d’étude

12Productions sociales et formes urbaines ont été présentées dans de nombreux discours prononcés à la gloire du développement et du progrès baathiste. Ces discours ont été d’autant mieux relayés aux divers niveaux de la société que des institutions ont été créées pour en vivifier les principes dans des publications et lors de festivités, et que la région a connu d’intenses recompositions sociales au profit de paysans et de petits propriétaires fonciers soutenus par le Baath. Une telle abondance discursive dans le gouvernorat modèle de Raqqa invite à s’interroger sur la “territorialisation” des différents pouvoirs politiques, économiques et notabiliaires en Syrie, c’est-à-dire sur leurs relations matérielles et idéelles à des espaces circonscrits. L’existence de structures produisant des discours auto-référencés et les actualisant dans des pratiques collectives constitue un lien fort, en Syrie, entre les formes d’organisation sociale et les systèmes de référence discursifs. C’est pourquoi l’analyse des logiques sociales et des formes spatiales de l’aménagement étatique dans le nord-est syrien requiert celle des discours qui contribuent à en dénommer les aspects édifiants, dans la mesure où leur production même est un outil de l’encadrement social baathiste.

  • 6 La “production de l’espace” est un constructivisme aux fondements marxistes fondé sur la métaphore (...)

13Ma problématique s’inscrit dans un double courant : celui du constructivisme marxiste de la « production de l’espace » développée par Henri Lefebvre 6, qui me permet d’analyser la territorialisation de l’idéologie baathiste, idéologie dominante en Syrie ; et celui de la géographie sociale, cadre disciplinaire dont les postulats m’ont semblé les plus utiles heuristiquement. L’originalité de la théorie de la « production de l’espace » est de considérer l’espace des sociétés comme le fruit d’une activité matérielle et d’une activité symbolique liées. “L’espace n’a rien d’une “condition” a priori des institutions et de l’État qui les couronne. Rapport social ? Oui, certes, mais inhérent aux rapports de propriété (la propriété du sol, de la terre, en particulier), et d’autre part lié aux forces productives (qui façonnent cette terre, ce sol), l’espace social manifeste sa polyvalence, sa “réalité” à la fois formelle et matérielle. Produit qui s’utilise, qui se consomme, il est aussi moyen de production ; réseaux d’échanges, flux de matières premières et d’énergies, façonnent l’espace et sont déterminés par lui”(Lefebvre 1981, p. 102). Selon Henri Lefebvre, l’espace permet la territorialisation de l’idéologie dominante, à la fois dans ses formes matérielles et dans ses structures de discours qui élaborent symboliquement le territoire. Ainsi, l’espace est essentiel au pouvoir en ce qu’il permet la visualisation de ses réalisations, la symbolisation de ses principes, et, par conséquent, sa légitimation. L’espace est ainsi doté de la capacité de réifier un ordre mental et de naturaliser les catégories intellectuelles via l’effet de visibilité : “L’espace est ainsi le lieu où le pouvoir s’exerce dans sa forme la plus subtile, comme violence symbolique inaperçue”(Chivallon 2000, p. 302).

14L’objet de la géographie sociale est de rendre compte des relations entre une société et son espace aménagé en tant que ce dernier est susceptible de la modifier en retour. Son postulat est que “l’espace géographique, socialement produit, devient un facteur éminent de la construction et de l’organisation sociale” (Di Méo 1998, p. 1). L’idée centrale de la géographie sociale est que le territoire est un rapport spatial capable de médiatiser l’ensemble des relations sociales qui lui ont donné naissance et de les modifier (Di Méo 1998). Elle place les facteurs sociaux et sociétaux en position d’antériorité par rapport à l’espace. Elle privilégie ainsi le jeu des acteurs sociaux privés et publics et les mécanismes sociaux, et non plus l’espace. La géographie sociale adopte une approche sémiotique de l’espace, s’attachant non plus aux seules formes de l’espace, mais à ses significations et ses représentations. Dans une célèbre définition qui date de 1986, le géographe Claude Raffestin a décrit le territoire « comme l’espace informé par la sémiosphère », c’est-à-dire par l’ensemble des signes culturels qui caractérisent une société. Le rôle du géographe social consiste alors à restituer l’impact de cet espace sémiotique sur le social.

15Placée dans la filiation marxiste de la production de l’espace, « la géographie sociale reconnaît la surdétermination des rapports de production économique dans la définition des rapports sociaux et des rapports spatiaux » (Cailly 2003, p. 854), mais s’attache à réintroduire l’individu et ses représentations, selon une approche résolument phénoménologique (d’où ont découlé les géographies de la perception et du vécu). Les objets d’étude s’en trouvent modifiés : ce n’est plus d’espaces mais de territoires dont il est question, c’est-à-dire d’étendues aménagées, pensées, représentées et appropriées par un groupe social, ou un individu, en vue du maintien de son intégrité matérielle et idéelle.

16Les définitions du territoire dépendent du paradigme positiviste ou constructiviste adopté. Pour les politologues, le territoire est un espace délimité soumis à un pouvoir. Pour les géographes constructivistes, un espace informé par la sémiosphère, pour les géographes post-modernes, le support de l’activité humaine dans la mesure où il est approprié par l’acteur et où il en éprouve un sentiment d’appartenance. Plusieurs géographes se sont trouvés gênés par cette oscillation entre types de territoires et ont proposé de poser comme critères conjugués du territoire la limite et le sentiment d’appartenance (Brun 1983 ; Roncayolo 1990). L’étude du territoire permet de concilier les diverses théories du pouvoir et de l’espace : le territoire traduit un mode de gestion et est le produit d’une activité de communication. C’est dire qu’une étude de la dialectique entre espaces et pouvoirs requiert la prise en compte des stratégies d’acteurs, des modes de production et de l’ensemble des discours visant à signifier les aménagements.

17J’applique les postulats de la géographie sociale et de la théorie de la production de l’espace à l’étude de la territorialisation de l’idéologie baathiste dans l’Est syrien, en abordant le territoire de la Jazîra comme le fruit d’un mode de gestion et le produit d’une activité de communication. J’analyse en particulier l’aménagement de nouveaux lieux symboliques du pouvoir : le grand barrage sur l’Euphrate, les fermes modèles du Projet de l’Euphrate, les nouvelles zones administratives de Raqqa, mais aussi ses places de parade, ses madâfa (salles d’hospitalité) et sa statuaire ; ainsi que les discours qui les sous-tendent. J’utilise pour cela les deux notions d’idéologie spatiale et de territorialité, la première relevant de la production de l’espace et la seconde de sa dimension sémiotique.

Les idéologies spatiales comme objets d’étude et outils heuristiques

18J’analyse l’idéologie spatiale du régime baathiste comme une pratique sociale qui résulte d’une certaine représentation des rapports matériels et idéels que la société syrienne noue avec son espace. Elle permet à l’État de justifier ses pratiques et de bâtir un imaginaire national à partir de mythes revivifiés. Mais elle lui sert avant tout à s’assurer le contrôle du territoire national via l’aménagement de l’espace, la restructuration sociale et, ce qui est plus original, l’élaboration de consciences régionales pro-nationales. Ce dernier aspect est orchestré par le ministère de la Culture qui intègre habilement dans le discours nationaliste les éléments de fierté propres à chaque gouvernorat à l’occasion de la diffusion de plaquettes pédagogiques et de conférences dans les multiples centres culturels du pays. Il existe en effet, à l’échelle du gouvernorat de Raqqa, une conception régionale de l’aménagement du territoire qui inclut la valorisation des éléments locaux intégrables dans le projet national. Mais cela ne dissuade pas les intellectuels et les notables locaux d’élaborer leurs propres idéologies territoriales. Celles-ci s’articulent dans la construction de territoires propres, structurés autour de certains lieux signifiés par des pratiques spécifiques. Elles permettent de déceler les territorialités conflictuelles exprimées dans le gouvernorat et la ville de Raqqa, que l’on définira dans un premier temps comme des relations aux territoires en vue d’affirmations identitaires.

19Si les idéologies constituent des objets bien étudiés par les sciences sociales, les notions d’idéologies spatiales et territoriales ne sont apparues que récemment en géographie, avec la prise en compte des représentations individuelles de l’espace au sein de la discipline (Bailly 1977, Gilbert 1986). Anne Gilbert a définit l’idéologie spatiale comme le système d’idées par lequel un groupe se représente son territoire. L’idéologie territoriale des individus “leur sert à la fois à comprendre et à justifier leurs positions socio-spatiales et à agir” (Lussault 1996, p. 108). Leur étude s’inscrit dans la problématique du rapport spatial, c’est-à-dire de la façon dont les individus construisent leur relation à l’espace et leur donnent du sens. Cette approche s’attache aux médiations qui régissent les rapports des individus et des sociétés aux espaces qu’ils produisent et qu’ils signifient. Ces médiations peuvent prendre la forme de discours structurés donnant des cadres de conception et de perception des réalités sociales.

20La particularité de l’idéologie spatiale est de manifester son hégémonie par des lieux du territoire aménagé et via les structures de représentation de l’espace offertes au groupe. La territorialisation permet à l’État ou au groupe social qui la met en œuvre de faire en sorte que le territoire apparaisse comme l’agent du contrôle : “Territorialiser, c’est construire sans cesse ce qui environne l’acteur social, matériellement et dans ses représentations : pour l’institution, c’est son aire d’influence ou de pouvoir, pour l’individu, c’est une “alchimie” entre du personnel et du collectif, car notre appareil cognitif ne peut pas tout inventer” (Tizon, 1996). Guy Di Méo (1998) a montré que la territorialisation résulte de deux niveaux dans le processus d’organisation territoriale : celui de l’action des hommes sur le support matériel existant (fonction) et celui des systèmes de représentation (valeur). D’où l’importance de lier l’étude des projets sociétaux aux discours qui les justifient et aux pratiques qui les signifient. Les processus de territorialisation d’un espace par un groupe donné sont essentiellement dialectiques : les lieux signifiés par des pratiques sont susceptibles de modifier en retour le groupe qui les a institués.

Raqqa comme objet de recherche privilégié

21Raqqa est un objet singulier dans le champ de la recherche contemporaine en Syrie. Cette ville moyenne concentre en effet le plus grand nombre de thèses de doctorat en sciences humaines pour la période contemporaine, reléguant Damas et Alep au rang de villes secondaires ! Il s’agit de pas moins de six thèses. La première fut une thèse d’anthropologie politique intitulée Tribal Politics and Leadership in the Region of Raqqa soutenue en 1974 à l’Université américaine de Beyrouth par Sulayman Khalaf, originaire d’un village châwî situé à 12 km de Raqqa. En 1981, Sulayman Khalaf soutenait une version remaniée de sa thèse à l’Université de Californie (Los Angeles) sous le titre : Family, Village and Political Party : Articulation of Social Change in Contemporary Rural Syria. En 1983, fut publié en arabe, mais aussitôt censuré, le mémoire de maîtrise de Luc-Willy Deheuwels, professeur d’arabe à l’INALCO, Les recherches de Sonia Farra sur la croissance d’une ville moyenne dans la Syrie d’aujourd’hui : Raqqa et ses dimensions sociales. En 1984, le géographe allemand Günter Meyer, publia sa volumineuse thèse de doctorat : Ländliche Lebens und Wirttschaftsformen Syriens im Wandel. Sozialgeographische Studien zur Entwicklung im baüerlichen und nomadischen Lebensraum. Puis, en 1986, parut la thèse de l’anthropologue suédoise Annika Rabo : Changes on the Euphrates : Villages, Townsmen and Employees in North East Syria. Parallèlement, le géographe syrien M. Younis, préparait à Paris sa thèse de géographie sur Le barrage de Tabqa, étude d’impact et proposition d’aménagement, soutenue en 1991. Je signalerai l’exhaustif travail publié en 1991 par l’Institut du Développement de Berlin : The Euphrates Development Scheme in Syria. Social impact, Production, Organisation and Linkages. Enfin, en 2004, je soutenais ma thèse de géographie dont est tirée ce livre, sous le titre Idéologies et territoires dans un front pionnier : Raqqa et le Projet de l’Euphrate en Jazîra syrienne. Il convient enfin de mentionner la thèse de Jean Hannoyer sur Deir ez‑Zor soutenue en 1982, ainsi que les travaux de Jean et France Métral, et plus récemment Katharina Lange (2005) essentiels à la compréhension de la Jazîra.

22Cette particularité de Raqqa tient à la fois à sa taille réduite, à la brutalité des bouleversements sociaux qu’elle a connu et au vivier d’intellectuels syriens, de renom national et international, qu’elle a produit. Ainsi, le célèbre nouvelliste Abd Essalam al‑Ujaily, l’écrivain Ibrahim Khalil, le docteur Fayez al‑Fawaz qui fut le numéro deux du Parti communiste de Ryad Turk, mais aussi l’avocat Yassin Haj Saleh, tous actifs dans l’analyse critique de leur ville. C’est en m’appuyant sur ces travaux, que je présente les bouleversements fonctionnels, spatiaux et sociaux que Raqqa a connu au cours du xxe siècle, en montrant qu’elle a été la scène d’un conflit entre le projet baathiste et les anciennes solidarités citadines. Ma recherche se déploie sur trois niveaux d’analyse. J’étudie dans un premier temps les idéologies de développement appliquées au gouvernorat de Raqqa au cours du xxe siècle (première partie). Puis la structuration matérielle et discursive des territoires de Raqqa (deuxième partie). Je termine sur l’analyse des pratiques urbaines et des territorialités conflictuelles qui se manifestent à Raqqa (troisième partie).

Notes

1 Ancienne capitale de l’empire abbasside (796-808), Raqqa fut rasée lors des invasions mongoles du xive siècle et resta inhabitée pendant six siècles avant que des familles de commerçants ne s’y réinstallent à partir de la construction d’un poste de gendarmerie ottoman en 1865 (Meinecke 1985 ; Lewis 1987 ; Deheuwels 1979).

2 Voir chapitre 5.

3 Littéralement l’île entre le Tigre et l’Euphrate. Raqqa constitue, avec Deir ez-Zor et Hassaka, l’un des trois centres de gouvernorats qui forment la Jazîra syrienne. Cette vaste région de parcours pastoral des tribus de la péninsule arabique, située entre l’Euphrate et le Tigre, a longtemps constitué un défi aux pouvoirs ottoman et mandataire du fait de la diversité ethnique de sa population, de l’importance de ses tribus bédouines nomades traversant les frontières (Lewis 1987). Tandis que le Mandat faisait de la région de Hassaka et des rives du Khabour une terre de colonisation agricole pour les réfugiés chrétiens assyriens chassés d’Irak en 1933, le gouvernorat de Raqqa demeurait à l’écart de ces grandes politiques de peuplement (Velud 1991).

4 Le front pionnier est une aire de mise en valeur des ressources agricoles ou minières d’un espace peu peuplé, réalisée en un court laps de temps par des groupes sociaux majoritairement exogènes (Monbeig 1966, p. 974).

5 Étudiées au chapitre 2.

6 La “production de l’espace” est un constructivisme aux fondements marxistes fondé sur la métaphore de la production matérielle (Lussault, 2003, p. 202).

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable